Vous êtes sur la page 1sur 24

FACULTE DE MEDECINE

DEPARTEMENT DE MEDECINE
LABORATOIRE DE PHYSIOLOGIE CLINIQUE
RATION

ALIMENTAIRE

2
I - INTRODUCTION
L’homme mammifère supérieur considéré comme une machine à
mécanique complexe nécessitant :
 Les aliments .
 L’oxygène.

Le schéma énergétique:

Alimentation nutriments O2 Apport énergétique

Apport structural

3
1 - Apport énergétique:
 Maintient de l’équilibre intra et extra
cellulaire.
 Maintient de la température corporelle à
37°c.
 Le travail des organes nobles.
 Les réactions de synthèse pour le
renouvellement tissulaire.
4
2 - Apport structural:
 Renouvellement des substances
métabolisées (glucides , lipides,protides).
 Remplacement des substances excrétées
(eau,vitamines et sels minéraux).

5
Indice de masse corporelle
La mesure du poids est simple et permet :

 de juger l’équilibre des apports .

 Constitue un excellent témoin des conditions alimentaires.

D’où le calcul du poids idéal selon la formule de QUETELET

qui définie l’indice de masse corporelle(IMC) ou le body

masse index(BMI):

IMC= masse/(taille)2
6
classification IMC(Kg/m2)

Insuffisance pondérale ˂ 18,5

Valeur normale 18,5 – 24,9

Excès pondéral 25 – 29,9

Obésité ≥ 30
- Obésité modérée ou classe I 30 – 34,9
- Obésité sévère ou classe II 35 – 39,9
- Obésité morbide ou classe III ≥ 40

Source: OMS et International Obesity Task Force (IOTF)


II - DEFINITION
La ration alimentaire est la quantité d’aliments
indispensables quantitativement et
qualitativement aux besoins de l’organisme
pendant 24 heures,elle se traduit par les
apports suivants:
 Glucidiques,protidiques et lipidiques
 Vitaminiques
 Hydro électrolytiques

8
III - CALCUL D’UNE RATION
ALIMENTAIRE
1_ étude statique:
Fondée sur des enquêtes sur l’alimentation d’une population d’une
région géographique pour rattacher des maladies à des carences
alimentaires,exemples:
Le goitre endémique,le béribéri (vit B1) et le scorbut (vit C).

2_ régime d’épreuve:
Soumettre un sujet à un régime quantitativement et
qualitativement défini et observer les effets engendrés après
une période prolongée.

9
IV – BESOINS CALORIQUES OU
ENERGETIQUES
 La ration alimentaire doit en premier lieu
assurer les besoins caloriques,de telle
sorte que le bilan recette - dépenses soit
en équilibre,l’organisme ne soit pas appelé à
métaboliser ses réserves ni à les accroître.
 La ration doit d’abord couvrir le
métabolisme de base puis les dépenses
occasionnelles.

10
1 – le métabolisme de base:
C’est la quantité d’énergie qu’un sujet dépense dans les
conditions de base: en neutralité thermique,au repos et à
jeun,il correspond au travail chimique et osmotique de
toutes les cellules de l’organisme et à l’activité de quelque
muscles indispensables aux fonctions vitales
(myocarde,muscles respiratoires).

Sa valeur normale chez un adulte est :


40Kcal/heure/m2 de surface corporelle = 960 Kcal/24h/m2

2 - Dépenses occasionnelles:
Pour la thermorégulation et l’activité musculaire
11
La réalité biologique du métabolisme sera basée
sur la connaissance des valeurs biologiques des
trois types d’aliments énergétiques:

 1g de glucides → 4 Kcal

 1g de protides → 4 Kcal

 1 g de lipides → 9 Kcal

Connaissant la ration alimentaire pour 24


heures;l’apport énergétique sera:

Q = (4G+4P+9L) Kcal/24 heures


12
V – BESOINS QUALITATIFS
OU SPECIFIQUES

 Rôle des glucides

 Rôle des protéines

 Rôle des lipides

13
1- Rôle des glucides:
* Aliments énergétiques apportés par l ’alimentation
sous deux formes:
 Sucres rapides:mono et disaccharides
(glucose,saccharose,lactose et fructose),leur
ingestion provoque une augmentation rapide de la
glycémie.
 Sucres lents: polysaccharides (amidon).
* Valeur énergétique: 4,1 Kcal/g.
* La ration doit apporter 5 à 7g/Kg/24 heures.
* source: céréales,légumes secs (haricots, lentilles) ,
pomme de terre , sucre pur et ses dérivés
(miel,confiture,caramel).
14
•Un apport glucidique minimal est nécessaire
vis-à-vis du métabolisme des protides et des
lipides,car en cas de carence glucidique,les lipides et
en suite les protides vont êtres utilisés comme
substrat énergétique s’accompagnant d’une cétose
(formation des corps cétoniques suite au
catabolisme des lipides)
Puis fonte musculaire avec formation d’acide alpha
cétonique

15
2 – Rôle des protéines:
 Constituent 50% de la matière organique de l’organisme,ce
sont des éléments constructeurs,fournissent les acides
aminés à la synthèse des protéines endogènes,mais sont
dans des conditions particulières d’alimentation des
substrats énergétiques.
Protéines alimentaires AA Protéines tissulaires

Synthèse: O2
Acides nucléiques
Hormones,enzymes catabolisme
Hémoglobine,protéines sériques
Anti-corps ,lait CO2+H2O+énergie

16
* Valeur énergétique:4,2Kcal/g.
* Source: -protéines animales: viande,poisson,œufs ,lait et ses
dérivés.
-protéines végétal:légumes secs et céréales.
* La ration doit apporter: 1g/Kg/24h.
* Les protides alimentaires sont la seule source d’azote(équilibre
de la balance azoté),et apportent les AA essentiels, se conjuguent
à différentes substances pour former des composés
importants,exemple: lipoprotéines, glucoproteines et
nucléoprotéines.
* L’évaluation du besoin protidique s’effectue par la technique du
bilan azoté:
Bilan azoté positif construction de tissus
Bilan azoté négatif utilisation des réserves

17
Cas particulier:
les entrés sup aux sorties mais le bilan azoté est négatif:
Apports glucidiques et lipidiques insuffisants
Atteinte intestinale (maladie coeliaque)
Lactation (maman mal nutrie)
Brûlures étendues
Hyperthyroïdie
Acides aminés essentiels ou indispensables:
Tryptophane,phénylalanine,lysine,thréonine,valine,méthionine,leucine
,et isoleucine.

18
3 – Rôle des lipides:
 Ce sont des aliments énergétiques,ils apportent les acides
gras essentiels: Ac arachidonique ,linoleique et linolenique.
 Ils peuvent contenir:
 Acides gras non saturés: dans les graisses végétales(huile
de mais,huile de tourne sol) ont un effet anti atherogene.
 Acides gras saturés: dans les graisses animales(viande
rouge,beurre et poisson) ont un effet atherogene.
 La valeur énergétique:9,3 Kcal /g
 La ration doit apporter: 1g/Kg/24h
 Ils ont une double destinée: énergétique et
stockage(réserves).

19
4 –Apport alimentaire non énergétique:
a- l’eau: solvant non énergétique, indispensable à la vie
,représente 70% de la masse corporelle.

b- éléments minéraux: apport quotidien :1 à 4g de Na+,


K+, Cl-, Ca++ , Mg++, phosphore, soufre, fer, iode, zinc,
cuivre et bicarbonate pour combler les pertes
inévitables,
c- vitamines: molécules complexes, non synthétisées par
l’organisme,

20
* Les vitamines sont indispensables à la vie et à la croissance

* Entrent dans la composition de certaines enzymes:vit PP ,vit B12

* Leur rôle est uniquement fonctionnel, les besoins quotidiens sont de l’ordre
de mg et sont classées en deux classes:

Vit liposolubles,

Vit hydrosolubles,

On distingue:

Vit A: rétinol vit B1: thiamine vit B2: riboflavine vit B3(PP): niacine

Vit B5: acide pantholenique vit B6: pyridoxine vit B8(H): biotine

Vit B9: acide folique vit B12: cyanocobalamine vit C: acide ascorbique

Vit D: calciférol vit E: tocophérol vit K: phyllokinone

21
VI – ADAPTATION DE LA NUTRITION
A CERTAINES SITUATIONS
1- grossesse et allaitement:
Elles exigent un supplément calorique de 40 Kcal avec
augmentation des besoins jusqu’à 25% pendant les
derniers mois.

2 – la croissance:
Le métabolisme énergétique croit du fait de l’intense
activité tissulaire.

22
3 – l’activité musculaire:
C’est le facteur le plus important de variation du métabolisme
,cela va du sujet au repos à l’exercice le plus poussé:
Activité sédentaire: 2400 Kcal/ 24h
Travail moyen: 3000 à 4000 Kcal/24h
Travail de force: 6000 à 8000 Kcal/24h
Athlète olympique: 10000 à 17000 Kcal/24h
Ces dépenses conditionnent le régime alimentaire
4 – la convalescence:
Dans certaines situations pathologiques exemple: diabète et HTA
,la notion de ration cède la place à la notion de régime.

23
CONCLUSION
 Dans le monde,de nombreux individus souffrent de
malnutrition;en effet une large part de la population du
globe souffre de sous nutrition par insuffisance
d’entrées alimentaires de base ,cette sous nutrition
conduit à des états de carence qui constituent une cause
importante de mortalité.
 A l’inverse,une part beaucoup plus limitée d’individus
vivants dans les sociétés modernes est exposée à la
surnutrition qui favorise le développement de
pathologies comme le diabète,l’obésité ainsi que les
maladies cardio-vasculaires.

24