Vous êtes sur la page 1sur 13

CHAMP DE CONTRAINTE

ELASTIQUE A LA POINTE
D’UNE FISSURE

Claude ROBIN
Ecole des Mines de Douai
Mai - décembre 2010

Champ de contrainte élastique à la pointe


d’une fissure

• Rappels d’élasticité

• Résolution des problèmes plans par


les fonctions analytiques

• Expressions générales

• Autres exemples 2
2
Tenseur des contraintes

X3
σ33 σij = composante suivant ei
du vecteur contrainte sur la
facette de normale ej
σ23
σ13
σ32 tenseur symétrique
σ

σ31
σ22

σ12
σ21 X2
σ11


⎡ σ11 σ 12 σ 13 ⎤ 3

σ ( M ) = ⎢⎢ σ 21 σ 22 σ 23 ⎥⎥
3

X1
X ⎢⎣ σ 31 σ 32 σ 33 ⎥⎦
1

Tenseur des déformations

• Ce tenseur est également un tenseur


symétrique

⎡ ε 11 ε 12 ε 13 ⎤

ε (M ) = ⎢⎢ ε 21 ε 22 ε 23 ⎥

⎢⎣ ε 31 ε 32 ε 33 ⎥⎦

ε ij =
1
2
(u i, j + u j ,i )
4
4
Cas particulier des états plans

• État plan de contraintes


⎡ σ 11 σ 12 ο⎤
σ ( M ) = ⎢⎢ σ 21 σ 22 ο ⎥⎥
⎢⎣ ο ο ο ⎥⎦

ƒ Le tenseur des déformations s’écrit alors

⎡ε 11 ε 12 ο⎤

ε (M ) = ⎢⎢ε 21 ε 22 ο ⎥⎥ 5
5

⎢⎣ ο ο ε 33 ⎥⎦

Cas particulier des états plans

• État plan de déformation


⎡ ε 11 ε 12 ο⎤
ε ( M ) = ⎢⎢ ε 21 ε 22 ο⎥⎥
⎢⎣ ο ο ο⎥⎦

ƒ Le tenseur des contraintes s’écrit alors

⎡σ 11 σ 12 ο ⎤

σ (M ) = ⎢⎢σ 21 σ 22 ο ⎥⎥
6
⎢⎣ ο ο σ 33 ⎥⎦
6
Résolution d’un problème d’élasticité
• Etant donné un solide soumis :
ƒ à des forces ou à des déplacements sur sa surface extérieure
ƒ à des forces de volume,

• on cherche à connaître en chaque point :


ƒ le tenseur des contraintes
ƒ le tenseur des déformations
ƒ le vecteur déplacement

• Les équations expriment les différentes relations entre :


ƒ les contraintes σij
ƒ les déformations εij
ƒ les déplacements ui

• Système d'équations aux dérivées partielles établi à partir :


ƒ des équations d’équilibre
ƒ des équations de compatibilité
ƒ de la loi de comportement (loi de Hooke)

• La résolution est obtenue par intégration du système précédent, 7


7
compte tenu des conditions aux limites exprimées en terme de
forces ou de déplacements sur la surface externe du solide

Les fonctions d’Airy


• Dans le cas de systèmes élastiques plans, les
équations d'équilibre sont identiquement vérifiées
en posant :
∂2φ ∂2φ ∂2φ
σ11 = +V σ 22 = + V σ12 = − +V
∂x 2 2 ∂x12 ∂x1∂x2
ƒ Φ est la fonction d'Airy
ƒ V est un potentiel dont dérivent les forces volumiques

⎯→

Χ = − gradV

• Dans le cas où les forces volumiques sont


négligeables, on obtient : 2
∂ φ ∂2φ
∂2φ σ 22 = σ = −
σ 11 = 12
∂x1∂x2
∂x 2 2 ∂ x1
2

• En combinant la loi de Hooke, la définition des 8


8

déformations et des contraintes on montre que :


∂ 4φ ∂ 4φ ∂ 4φ
+
∂x14 ∂x 2 4
+ 2
∂x12 ∂x 2 2
( )
= 0 ⇔ ∇ 2 ∇ 2φ = 0
La solution de Westergaard

• Utilisation des fonctions analytiques

ƒ Si f(z) = α + iβ est une fonction analytique de la


variable complexe z = x + iy , la différentielle de
f(z) par rapport à z s’écrit :

df dα dβ dα dβ
= +i = −i +
dz dx dx dy dy

ƒ les parties réelles et imaginaires d'une fonction


analytique sont harmoniques. On dit que ce sont
des fonctions harmoniques conjuguées.

{∇ 2
β = ∇ 2α = 0 9
9

=
Ζ
Application aux fonctions de contraintes
complexes
• Soit une fonction complexe Z(z)=Re(Z)+i Im(Z)
avec z=x+iy vérifiant les conditions de Cauchy-
Riemann

• Westergaard définit une fonction analytique Z telle


que :
= _
_ dΖ dΖ dΖ
Ζ= Ζ= Ζ' =
dz dz dz
ƒ Ces quatre fonctions sont analytiques.

• Westergaard montre de plus que la fonction d'Airy,


pour des problèmes de fissures dans une plaque
plane de dimensions infinies, peut être définie par :
10
10
Α 2
( )
= _
Φ ( x , y ) = R e Ζ + y Im Ζ − x − y2
2
Expression des contraintes

• D’où l’on tire :

∂2Φ
σ xx = = Re Ζ − y Im Ζ ′ + Α
2
∂y
∂2Φ
σ yy = = Re Ζ + y Im Ζ ′ − Α
2
∂x
∂2Φ
σ xy = − = − y Re Ζ ′
∂x∂y 11
11

Expression des déplacements

• Expression des déplacements


ƒ En contraintes planes

u =
1
Ε
[
R e Ζ (1 − ν ) − y Im Ζ (1 + ν ) ]
v=
1
Ε
[
2 Im Ζ − (1 + ν ) y R e Ζ ]
ƒ En déformation plane
1+ν
u =
Ε
[(1 − 2 ν ) R e Ζ − y Im Ζ ]
12
12

1+ν
v =
Ε
[
2 (1 − ν ) Im Ζ − y R e Ζ ]
Résolution des problèmes plans par les fonctions
analytiques : solution de Westergaard

• On utilise une fonction complexe de la


forme : Z(z)=Re(Z)+i Im(Z)
Α 2
( )
= _
Φ ( x , y ) = R e Ζ + y Im Ζ − x − y2
2
σ σz
Ζ= =
⎛ a⎞
2
z2 − a2
1− ⎜ ⎟
⎝ z⎠
Α=0

• Conduisant aux
Κ
expressions : σ ij = f ij (θ ) 13
13
2πr
2r
ui = Κ gi (θ )
π

Développement du calcul

• Les conditions aux limites sont


vérifiées car :
ƒ σxx = σyy = σ et σxy = 0 loin de la fissure
quand z → ∞
ƒ σyy = σxy = 0 dans le plan de la fissure
(-a ≤ z ≤ +a et z réel)

• Les champs singuliers de contraintes


et de déformations au voisinage du
fond de fissure sont obtenus par
développements limités au voisinage
du fond de fissure : 14
14

z = a +ζ avec ζ = re iθ
Déroulement du calcul

• La fonction Z s’écrit alors :


⎛ ζ⎞
a ⎜1 + ⎟
z a +ζ a +ζ ⎝ a⎠
Z ( z) = σ =σ ⋅ =σ ⋅ =σ
z2 − a2 (a + ζ )2 − a 2 ζ (2a + ζ ) ζ
2ζa 1 +
2a
ζ
1+ −
1

Z ( z) = σ
a
⋅ a a ⎛ ζ ⎞⎛ ζ ⎞ 2
a ⎛ ζ ⎞⎛ ζ ⎞
=σ ⋅ ⎜1 + ⎟⎜1 + ⎟ ≅σ ⋅ ⎜1 + ⎟⎜1 − ⎟
2ζ ζ 2ζ ⎝14a4⎠2
⎝ 442a3⎠ 2ζ ⎝ a ⎠⎝ 4 a⎠
1+
2a

a ⎛ ζ ζ ζ2 ⎞ =σ
a ⎛ ζ ⎞
Z ( z) = σ ⎜⎜1 − + − 2 ⎟⎟ 2ζ
+ 0⎜ ⎟
⎝ 2a ⎠
2ζ ⎝ 4a a 4a ⎠

Termes négligés par la suite

• De même 15
15

σ a −
3
⎛ a⎞
Ζ ′( z ) = − ⋅ζ 2+ 0⎜ ⎟
2 2 ⎝ r⎠

Expression des fonctions

• Ce qui conduit à :
θ
a −i 2 ⎛ r i θ2 ⎞ a ⎛ θ θ ⎞ ⎛ r ⎞⎟
Z ( z) = σ ⋅ e + σ ⎜⎜ ⋅ e ⎟⎟ =σ ⎜ cos − isin ⎟ + 0⎜⎜
2r ⎝ 2 2 ⎠ ⎝ a ⎟⎠
2r ⎝ a ⎠
σ a ⎛ 3θ 3θ ⎞ ⎛ a⎞
Ζ ′ ( z) = − ⎜ cos − i sin ⎟ + 0⎜ ⎟
2r 2r ⎝ 2 2⎠ ⎝ r⎠

• D’où : a θ ⎛ r⎞
Re Ζ = σ cos + 0⎜ ⎟
2r 2 ⎝ a⎠
σ a 3θ ⎛ a⎞
Re Ζ ′ = − cos + 0⎜ ⎟
2r 2r 2 ⎝ r⎠
σ a 3θ ⎛ a⎞
Im Ζ ′ = sin + 0⎜ ⎟ 16
16
2r 2r 2 ⎝ r⎠
résultats

• Valeurs des contraintes


a θ⎡ θ 3θ ⎤ ⎛ r ⎞
σ xx = Re Ζ − y Im Ζ ′ =σ cos ⎢1 − sin sin ⎥ + 0⎜⎜ ⎟
2r 2⎣ 2 2 ⎦ ⎝ a ⎟⎠

a θ⎡ θ 3θ ⎤ ⎛ r ⎞
σ yy = Re Ζ + y Im Ζ ′ = σ cos ⎢1 + sin sin ⎥ + 0⎜⎜ ⎟
2r 2⎣ 2 2 ⎦ ⎝ a ⎟⎠

a θ θ 3θ ⎛ r⎞
σ xy = − y Re Ζ ′ = σ sin cos cos + 0⎜⎜ ⎟
2r 2 2 2 a ⎟
⎝ ⎠

Κ
σ ij = f ij (θ )
2π r
17
17
• Valeurs des déplacements 2r
ui = Κ g i (θ )
π

Expressions générales

• Contraintes en fond de fissure


sollicitée en mode I

ΚΙ
θ⎡ θ 3θ ⎤
σ xx = cos ⎢1 − sin sin ⎥
2πr 2⎣ 2 2⎦
ΚΙ θ⎡ θ 3θ ⎤
σ yy = cos ⎢1 + sin sin ⎥
2πr 2⎣ 2 2⎦
ΚΙ θ θ 3θ
σ xy = cos sin cos 18
18

2πr 2 2 2
Expressions générales
• Contraintes en fond de fissure
sollicitée en mode II

Κ ΙΙ θ⎡ θ 3θ ⎤
σ xx = sin ⎢2 + cos cos ⎥
2πr 2⎣ 2 2⎦
Κ ΙΙ θ θ 3θ
σ yy = sin cos cos
2πr 2 2 2
Κ θ⎡ θ 3θ ⎤
σ xy = ΙΙ cos ⎢1 − sin sin ⎥
2πr 2⎣ 2⎦ 19
19
2

Expressions générales

• Contraintes en fond de fissure


sollicitée en mode III

σ xx = σ yy = σ zz = σ xy = 0
Κ ΙΙΙ θ
σ xz = − sin
2 πr 2
Κ ΙΙΙ θ
σ yz = cos 20
20

2 πr 2
Quelques exemples

• Plaque à fissure centrale

K 1 = βσ g πa

a a a
β = 1 + 0.256( ) − 1152
. ( ) 2 + 12.200( ) 3 21
21

W W W

Quelques exemples

• Plaque à fissure latérale

K 1 = βσ g πa

22
22

β = 1,12 − 0,23
a
W
()
+ 10,56
a 2
W
()
− 21,74
a 3
W
+ 30,42 ()
a 4
W
Quelques exemples

• Cas d’une fissure elliptique noyée

1
σ πa ⎛ 2 a2 ⎞ 4
ΚΙ = ⎜⎜ sin ϕ cos2 ϕ⎟⎟
Φ ⎝ c2 ⎠
1
π 2⎡ c2 − a 2 ⎤2 23
Φ = ∫ 0 ⎢1 − sin 2 ϕ ⎥ dϕ 23

⎢⎣ c2 ⎥⎦

Quelques exemples

• Cas d’une fissure elliptique


débouchante :

ƒ Zone plastifiée négligeable


1
σ πa ⎛ 2 a2 ⎞ 4
Κ Ι = 112
, ⎜⎜ sin ϕ + cos ϕ⎟⎟
2
Φ ⎝ c2 ⎠

ƒ Zone plastifiée non négligeable

Κ Ι = 112
,
( )
σ π a + r p* ⎛
⎜⎜ sin 2 ϕ +
a2 ⎞ 4
cos ϕ⎟⎟
2
1 24
24

Φ ⎝ c2 ⎠
Autres méthodes

• Méthodes de calcul
ƒ Principe de superposition
ƒ Fonctions de poids

• Méthodes expérimentales
ƒ Méthode de moiré
ƒ Photoélasticimétrie

• Méthodes numériques
ƒ Calcul par éléments finis
25
25

Merci de votre
attention…

Claude ROBIN
claude.robin@mines-douai.fr