Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre I présentation du CPA et le crédit

d’investissement

Chapitre I
Présentation du CPA et le crédit d’investissement

Les banques de dépôts avaient pour seul objet de recueillir les fonds collectés auprès
du public, leurs activités consistaient à accorder des prêts aux entreprises et aux ménages pour
financer des opérations d’acquisition de biens ou d’investissement.
Dans ce chapitre, on va essayer de donner une présentation d’une de ces banques de
dépôts qui est le CPA ainsi que quelques indicateurs sur son activité.

Section 1 : Aperçue générale du CPA


1.1-Historique :
Crée en 1966 avec un capital initial de 15 millions de dinars, son siège sociale est à
Alger, Le CPA a hérité des activités gérés auparavant par les banques populaires (banques
populaires commerciales et industrielles à Alger, Oran, Annaba et Constantine) ainsi que
d’autre banques étrangères (banque Alger Misr, société Marseille du crédit et compagnie
française du crédit et de banque (CFCB) et banque populaire arabe.
En 1985, il donne naissance à la banque de développement local par cession de
40 agences, le transfère de 550 employeurs et cadres et 89000 comptes clientèles.
Défini par ces statuts comme banque universelles. Le CPA à pour promouvoir le
développement du BPTH, le secteur de la santé et du médicament, le commerce et la
distribution, l’hôtellerie et le tourisme, les médias, la PME et l’artisanat.
Conformément et la réglementation en vigueur en Algérie, le CPA traite les opérations
des crédits des banques, il peut recevoir des dépôts, accorder des crédits sous toutes ses
formes, prendre des participations dans le capital de toute entreprise, mobilisés pour le compte
d’autrui tout crédits consentis par autre institution.
Suite à la prolongation de la loi sur l’autonomie des entreprises en 1988, le CPA est
devenue une entreprise publique économique par action dont le capital et propriété exclusive
de l’état.
Depuis 1996, en vertu de l’ordonnance relative à la gestion des capitaux marchands de
l’état, les banques publiques sont placées sous la tutelle du ministère des finances.
Le capitale sociale de la banque initialement fixé à 15 millions dinars a évolué comme suit :
 Année 1966 : 15 millions DA.

1
Chapitre I présentation du CPA et le crédit
d’investissement

 Année 1983 : 800 millions DA.


 Année 1992 : 5,6 milliards DA.
 Année 1994 : 9,31 milliards DA.
 Année 1996 : 13,6 milliards DA
 Année 2000 : 21,6milliards DA.
Actuellement, il est de 25,6 milliards de DA, et entièrement détenue par des fonds de
participation de l’état.
Après avoir satisfait aux conditions d’éligibilité prévues par les dispositions de la loi
sur la monnaie et le crédit (90/10 avril 1990), le CPA a obtenue le 7 avril 1997 son agrément
du conseil de la monnaie et de crédit devenant ainsi la deuxième banque en Algérie à être
agréée.
Le crédit populaire d’Algérie est administré par un conseil administration composé de
10 membres. Le président du conseil d’administration désigné par ses pairs est également
directeur général de la banque.
La direction générale de la banque est structurée autour de la :
 Direction générale adjointe chargée de l’exploitation.
 Direction générale adjointe chargée des engagements et des affaires juridique.
 Direction générale adjointe chargée de l’administration et des moyens.
 Division des systèmes d’informations.
 Division des affaires internationales
 Inspection générale.
Ces structures encadrent des directions centrales opérationnelles. Cette organisation comprend
également :
 Le cabinet du président directeur général.
 La direction de l’audit.
 La cellule organisation et réglementation.
Le réseau d’exploitation est constitué de 125 agences encadrées, par 5 groupes
d’exploitation : (Alger centre, Alger ouest, Alger et Gardaia, chlef, Tizi-Ouzou, Blida,
Annaba, Oran, Périphérie, Oran ville, Béjaia).
L’effectif de la Banque est de 4,489 agents, dont plus d’un tiers de cadres.
Le réseau d’exploitation emploi 74 % des effectifs de la banque.

2
Chapitre I présentation du CPA et le crédit
d’investissement

1-2: L’organigramme : (Organisation du CPA).


A - Structure centrale :
 DGA Exploitation.
 DGA Affaires international.
 DGA engagement.
 DGA Développement.
 DGA Administration et moyens.
B - Groupe d’exploitation : la création des directions régionales est une politique active de
communication qui permet de renforcer le système d’information et de management, de même
la coordination entre la direction centrale et les agences.
Dans la wilaya de Béjaia 831 on trouve :

GROUPE D’EXPLOITATION : BEJAIA


Agence Code Adresses
Akbou 132 02, Rue colonel si El Haoues
Cité les Hammadites
Les Hammadites 156
Route sidi Ahmed
Amizour 162 Place centrale
Béjaia 302 02, Place du 1er Novembre
Sidi Aich 365 1, Avenue du 1er Novembre
Jijel 308 06, Rue si El Haoues
Tahir 321 Rue Amra Tahir

C- L’agence :
Pour mieux apprécier la situation de cette banque, on a choisis organisme d’accueil
le crédit populaire d’Algérie agence « SIDI AICH 365 » qui est une agence de 3ème catégorie
dont l’effectif portera sur 12 personnes à savoir :
- Le directeur ;
- Secrétaire ;
- Secrétaire stagiaire ;
- 02 chargés d’étude ;
- 04 rédacteurs ;

3
Chapitre I présentation du CPA et le crédit
d’investissement

- Chef de service caisse ;


- Le caissier ;
- Le contrôleur.
Parmi les activités de l’agence on trouve :
Les principales :
- Réception des fonds publics ;
- Opération de crédit ;
- La mise à la disposition du public des moyens de paiement et la gestion du ceux-ci.
Les secondaires :
- Opérations de change ;
- Opération de déplacement.
- Conseil et assistance en matière de gestion du patrimoine, de création et de
développement des entreprises.

4
Chapitre I présentation du CPA et le crédit d’investissement

LC /CPA N° 03/2000 ORGANIGRAMME AGENCE PAGE 28/28

DIRECTEUR
ANNEXE X : SCHEMA ORGANISATIONNEL
AGENCE TROISIEMME CATEGORIE

SECRETARIAT ET
BUREAU D’ORDRE
ANIMATION FOND DE POUVOIRES
COMMERCIALE

Charge de la clientèle SERVICE CONTRÔLE


& ADMINISTRATIF

F
R Charge de la clientèle
O SERVICE CAISSE DINARS / DEVISES
N Cellule administration
T Service crédit
SECTION ESPECES &
O RECEPTION DES ORDRES CLIENTELE
F
F
I
C
E

B
A SECTION ENCAIS /
C RECOUV/ VIRE / TITRES &
K TRISO / ADMIS CAISSE

O
F
F 5
Chapitre I présentation du CPA et le crédit
d’investissement

Section 2: Présentation du service crédit 


2-1: L’organisation du service crédit 
Ce service a pour mission la réalisation de toute étude du dossier de crédit transmis par
les différents agents économiques non financiers et apprécier les risques, collecter des
garanties puis distribuer les crédits.
Cette section est composée de deux tâches homogènes :

Service crédit

Cellule administration Charge de la clientèle

2-2: Le rôle et l’attribution sur le service crédit 


Le service crédit prend en charge la fonction crédit dont les missions principales sont :
 Fournir des informations à la clientèle sur ce qui concerne le crédit ;
 Confection des dossiers du crédit, leur traitement en vue de leur présentation au
comité de crédit ;
 L’exécution des opérations concernant le volet juridique et contentieux ;
 Etablissement des actes d’engagement (convention de crédit) ;
 Suivi en permanence de l’évolution des entreprises financières ;
 Suivi de l’utilisation des crédits et leurs remboursement ;
 Suivi périodique de l’avancement des projets d’investissement ;
 L’établissement d’un rapport détaillé à l’autorité hiérarchique ;
 Suivi des cautions délivrées et de la remise des mois levées ;
 Formalisation et la présentation des dossiers du crédit au groupe d’exploitation.

2-3: Les relations fonctionnelles et hiérarchiques du service crédit 


2-3-1: les relations fonctionnelles :
Le service crédit est lié étroitement avec les autres services de la banque comme le
service caisse et le service administration car les informations concernant le clientèle (tels que
les mouvements confies par le client, la date d’ouverture du compte ainsi que sa position
décadaire et les incidents de paiement) doivent être recueillies à leur niveau. Quant il s’agit

6
Chapitre I présentation du CPA et le crédit
d’investissement

d’une nouvelle affaire, le client sera mis en relation avec les autres services tel que le service
caisse pour l’ouverture du compte.
En outre, des relations périodiques sont établies avec les confrères nationaux pour des
informations interbancaires sur le client, les confrères internationaux pour le financement du
commerce extérieur et les différents services de la banque d’Algérie (centrale des risques
centrale des bilans, centrale des impayés, les divers structures de la banque, direction du
réseau marketing et de la communication, direction des crédits, direction des études et du
suivi des engagements…).Toutes ces relations sont faites en vue d’obtenir de renseignements
plus exacte pour mener une étude plus exhaustive sur le crédit sollicité.
2-3-2: les relations hiérarchiques :
La prise de décision sur l’octroi du crédit ne revient pas entièrement à l’agence bancaire
uniquement car celle-ci est sous l’autorité du groupe d’exploitation qui lui même sous
l’autorité de la direction générale. Dans chacune de ces unités, on trouve un comité de crédit
qui effectuera l’étude du dossier de crédit et procédera soit à un avis consultatif sur le dossier
de crédit soit à une direction d’octroi ou de refus du crédit sollicité.

Section 3: Généralités sur le crédit


3-1: Définition du crédit 
Le mot " crédit " vient du mot latin " crédére " qui signifie" croire, faire confiance ". Il
ne faut pas oublier que la décision du banquier est dictée par un préalable : la confiance.
Le crédit est défini aux termes de l’article 112 de la loi 90-10 du 14 Avril 1990 relative à
la monnaie et au crédit, comme étant : " …tout acte à titre onéreux par lequel une personne
met ou promet de mettre des fonds à la disposition d’une autre personne ou prend dans
l’intérêt de celle-ci un engagement par signature tel qu’un aval, un cautionnement ou une
garantie … ".
3-2: Typologie de crédit 
On distingue :
3-2-1: Crédit d’exploitation : Il s’agira de concours destinés à financer les besoins
courants naissants de l’activité de l’entreprise et portant sur son actif de roulement1.
Il est présenté par deux grandes catégories :
- crédits par caisse ;
1
Actif de roulement ou actif circulant : il s’agit de toutes les valeurs d’exploitation destinés à se transformer en
liquidité à court terme.

7
Chapitre I présentation du CPA et le crédit
d’investissement

- crédits par signature.


A : Crédits par caisse 
A-1: Les crédits globaux 
 Facilité de caisse ;
 Le découvert ;
 Le crédit relais ;
 Le crédit de compagne.
A-2: Les crédits spécifiques 
 Escompte commerciale ;
 Avance sur marché public ;
 Avance sur marché privé.

B : Crédits par signature : Ces crédits n’entraînent pas, en principe, de sortis de fonds. La
banque fait seulement bénéficier l’entreprise cliente de la qualité de sa signature en se portant
caution de sa solvabilité.
Avant de signer un acte de cautionnement, il doit donc apprécier la solvabilité de
l’entreprise, s’assurer qu’elle est en mesure de respecter et de réaliser son contrat.
 La caution ;
 L’aval ;
 Les crédits par acceptation.

3-2-2: Les crédits relatifs au commerce extérieur 


Dans cette nouvelle dynamique d’ouverture sur le monde, le banquier Algérien est
désigné comme le partenaire financier par excellence des opérateurs économiques nationaux,
et se doit de proposer, par voie de conséquence, un large éventail de techniques destinées à
faciliter leurs opérations d’exploitations et d’importations.
A : Financement des exportations
Dans plusieurs cas, on trouve suite au manque des fonds, des difficultés dans l’activité
d’import/export. De ce fait, les contractants sont forcés de solliciter les banques qui leurs
permettent de bénéficier de financement spécifique.
Dans le registre des crédits destinés au financement des exportations, nous aborderons
respectivement :

8
Chapitre I présentation du CPA et le crédit
d’investissement

 Le crédit fournisseur ;
 Le crédit acheteur ;
 Le factoring à l’international.
B : Financement des importations
Les opérations réalisées à l’international, de par l’éloignement géographique, les
différences de réglementations et de longues, revêtent des risques considérables pour des
opérateurs économiques les initiants.
Tout ça a fait naissance des deux instruments classiques de garanties de paiement et de
prestation de commerce international :
 L’encaissement documentaire ;
 Le crédit documentaire.

3-2-3: Crédit à l’investissement


Ce type de crédit sera étudié en détail dans le prochain chapitre car c’est l’objet de notre
étude.