Vous êtes sur la page 1sur 43

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR RÉPUBLIQUE DU MALI

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Un Peuple -Un But -Une Foi

INSTITUT POLYTECHNIQUE RURAL CENTRE SAHELIEN DE FORMATION


DE FORMATION ET DE RECHERCHE ET DE RECHERCHE AGROECOLOGIE
APPLIQUEE (IPR/IFRA) DE KATIBOUGOU BP 1076 BANANKORO CR SANAKOROBA
BP: 06- Tel: (+223) 21 26 20 12- FAX: (+223) 21 26 25 04 Tel: (223) 20 79 97 86/20 23 19 05;
Site: ipr-ipra-ifra.edu.ml E-mail: ipr-ifra.edu.ml Site web: www.csfra.ml

ELABORATION D’UN BUSINESS PLAN POUR LA MISE EN ŒUVRE


D’UN ETANG PISCICOLE DANS LE CENTRE SAHELIEN DE
FORMATION ET DE RECHERCHE EN AGROECOLOGIE DE
SATINEBOUGOU DANS LA COMMMUNE RURALE DE
SANANKOROBA.

Rapport de Fin de Cycle


Présenté par 
Cheick B SISSOKO pour l’obtention du diplôme de la Licence en Science
Agronomiques de l’IPR/IFRA de Katibougou.

Spécialité: Agrobusiness
Filière : Licence en Agrobusiness (LAB)

Directeur de stage Co-Directrice


Dr Oumar DIABATE Dr Marthe DIALLO GOITA
Expert en Agroécologie Agroéconomiste a l’IPR/IFRA
Du CSFRA de Satinèbougou

Octobre 2018
Dédicace
Je dédie ce présent rapport à ma famille pour les sacrifices consentis à mon égard afin de
mener convenablement mes études.

i
Remerciements
Ce rapport est le couronnement d’une formation au programme Licence en Agrobusiness
(LAB) à L’IPR/IFRA de Katibougou. C’est l’occasion pour moi de remercier tout d’abord
ALLAH, le Tout Puissant et le très Miséricordieux qui m’a permis de faire la licence en
Agrobusiness(LAB), pour ainsi atteindre les objectifs que je m’étais assignés.

Mes remerciements vont à l’endroit de :

Au Dr DIALLO Marthe, ma Co-directrice qui s’est montré toujours à l’écoute et très


disponible tout au long de la réalisation de ce rapport qui n’aurait jamais vu le jour sans le
temps qu’il a bien voulu me consacrer.
Mes vifs et sincères remerciements s’adressent particulièrement à :

 Mon Directeur de stage Dr Oumar DIABATE, pour m’avoir accepté au sein de la


structure afin d’y effectuer mon stage ;
 Au coordinateur Mr BITCHIBALY David du Centre Sahélien de Formation et de
Recherche Agroécologie ;
 La Direction Générale de l’IPR/IFRA de Katibougou et tout le corps professoral pour
la qualité de la formation ;
 Au Département de l’Enseignement et de la Recherche des Sciences Économiques et
Sociales (DER-SES) de l’IPR/IFRA de Katibougou ;
 Mes encadreurs Dr Oumar DIABATE et Mr BITCHIBALY David pour leur soutien et
suivi dans tout le processus de rédaction du dit Plan d’affaires;
 Au personnel du CSFRA qui a bien voulu diriger mon travail de recherche tout en me
faisant bénéficier de l'encadrement scientifique et du soutien moral nécessaire pour
accompagner cette activité de recherche ;
 Mes frères pour leurs encouragements et leurs appuis financiers et moraux ;
 Mes camarades de classe, mes amis et tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à
la réalisation de ce rapport.
Nous tenons enfin à remercier tous ceux qui d’une manière ou d’une autre ont contribué à
l’élaboration de ce rapport et dont les noms n’ont pu être cités

ii
Table des matières
Dédicace.......................................................................................................................................i
Remerciements...........................................................................................................................ii
Sigles et Abréviations................................................................................................................iii
Liste des tableaux.......................................................................................................................iv
Liste de figure.............................................................................................................................v
Résumé.......................................................................................................................................vi
I. INTRODUCTION...........................................................................................................1
II. La définition des concepts et la revue critique de la littérature.......................................4
1. Définition de plan d’affaire..............................................................................................4
1.1. Quand établit-on un plan d’affaires ?...............................................................................4
1.2. Pourquoi un plan d’affaire, A quoi sert-il ? :...................................................................4
2. Définition des concepts....................................................................................................5
2.1. Entrepreneur.....................................................................................................................5
2.2. La culture entrepreneuriale..............................................................................................5
2.3. L’Entrepreneuriat.............................................................................................................5
2.4. La sécurité alimentaire.....................................................................................................6
2.5. L’autosuffisance alimentaire............................................................................................6
2.6. Un pays enclavé:..............................................................................................................6
2.7. Pisciculture.......................................................................................................................6
2.8. Pisciculture semi-intensive..............................................................................................6
2.9. Clarias:.............................................................................................................................6
III. STRUCTURE D’ACCUEIL ET LE MILIEU D’ETUDE...............................................7
1. Présentation du milieu d’étude.........................................................................................7
1.1. Situation géographique....................................................................................................7
1.2. Climat...............................................................................................................................7
1.3. Relief................................................................................................................................8
1.4. Hydrographie...................................................................................................................8
1.5. Végétation........................................................................................................................8
1.6. Activités économiques.....................................................................................................8
2. Présentation de la structure d’accueil..............................................................................9
2.1. Mission.............................................................................................................................9
2.2. Activités principales.........................................................................................................9
2.3. Composition du CSFRA..................................................................................................9
2.4. Force et faiblesse du CSFRA.........................................................................................10
2.5. Fonctionnement..............................................................................................................10
IV. ELABORATION DU BUSINESS PLAN.....................................................................12
1. Résumé exécutif.............................................................................................................12
2. Présentation du ‘‘ Promoteur’’.......................................................................................13
2.1. Ma motivation................................................................................................................13
2.2. Expérience :...................................................................................................................13
2.3. Formation.......................................................................................................................13
2.4. La mission......................................................................................................................13
3. Objectif global...............................................................................................................13
3.1. Objectifs spécifiques......................................................................................................13
4. Etude de marché.............................................................................................................15
4.1. La Méthodologie............................................................................................................15
4.2. Analyse de l’offre..........................................................................................................15
4.3. Analyse de la demande..................................................................................................16
4.4. Le marché global............................................................................................................17
4.5. La clientèle cible............................................................................................................17
4.6. Concurrence...................................................................................................................17
5. Le marketing mix du CSFRA........................................................................................17
5.1. Le produit.......................................................................................................................17
5.2. Prix.................................................................................................................................17
5.3. Place...............................................................................................................................18
5.4. La stratégie de publicité et de promotion.......................................................................18
5.5. La distribution................................................................................................................18
6. Les ressources humaines du volet piscicole du CSFRA................................................18
6.1. Le promoteur..................................................................................................................18
6.2. L’agent commercial.......................................................................................................19
6.3. L’ouvrier :......................................................................................................................19
7. Etude économique et financière du projet.....................................................................19
7.1. Processus de Production................................................................................................19
7.1.1. Mode d’élevage..........................................................................................................19

iii
7.1.2. Type d’élevage...........................................................................................................20
7.1.3. Matériel animal..........................................................................................................20
7.1.4. Fréquence de production............................................................................................20
7.1.5. Alimentation...............................................................................................................20
7.1.6. Maladies.....................................................................................................................20
7.2.1 Budget des Investissements en bien durables (en F CFA).............................................21
7.2.2 Budget de fonctionnement.............................................................................................22
8. Plan de gestion des risques............................................................................................29
8.1. Le risque pays................................................................................................................29
8.2. Le risque financier.........................................................................................................29
8.3. Le risque de marché.......................................................................................................29
8.4. Le risque de qualité........................................................................................................29
8.5. Le risque de mortalité....................................................................................................30
V. CONCLUSION GENERALE........................................................................................31
BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE................................................................................vii
ANNEXES...............................................................................................................................viii

iv
Sigles et Abréviations
ANPE : Agence Nationale Pour l’Emploi

APEJ : Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes

AVAL : Programme d’Aménagement et de Valorisation des Espaces et du Foncier Agricole


BFR : Besoins en Fonds de Roulement

CEDEAO : Communauté Economique et Douanière des Etats de l’Afrique de l’Ouest

CSFRA : Centre Sahélien de Formation et de Recherche en Agroécologie, Agrobiologie

DER-SES : Département de l’Enseignement et de la Recherche des Sciences Économiques et


Sociales

DNP : Direction Nationale de la Pêche


F.A.P.R.A.S : Ferme Agro écologique Pierre Rabhi de Satinebougou

FAO : Organisation Mondiale de l’Agriculture et de l’Alimentation


FCFA : Franc de la Communauté Financière Africaine

INSTAT : Institut National de la Statistique

IPR/IFRA : Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche Appliquée

KG : Kilogramme

LOA : Loi d’Orientation Agricole

OCDE : Organisation de coopération et de développement économique


PIB : Produit Intérieur Brut

PROCEJ : Projet de Développement des Compétences et Emploi des Jeunes

PRODEFA : Projet d’Appui au Développement de la Filière Aquacole

SURL : Société Unipersonnelle à Responsabilité Limitée

T & H : Terre et Humanisme

TRI : Taux de Rentabilité Interne

VAN : Valeur Actuelle Net


iii
Liste des tableaux
Tableau 1: Identification de l’entreprise...............................................................................................12
Tableau 2:Calendrier des réalisations...................................................................................................14
Tableau 3: Production de poissons par région en tonnes......................................................................16
Tableau 4:Importations de poissons et autres produits aquatiques........................................................17
Tableau 5:Matériels et équipements.....................................................................................................23
Tableau 6:Récapitulatif des dépenses d’exploitation par an.................................................................24
Tableau 7:La masse salariale (les montants sont en FCFA)..................................................................24
Tableau 8:Impôts et taxes.....................................................................................................................25
Tableau 9:Dotation aux amortissements...............................................................................................25
Tableau 10:Budget des investissements...............................................................................................26
Tableau 11:Budget de fonctionnement.................................................................................................26
Tableau 12:Plan de financement...........................................................................................................27
Tableau 13:Compte d’exploitation prévisionnel pour les 3 premières années (montants en FCFA).....28

iv
Liste de figure
Figure 1 : Carte de la commune de Sanankoroba.......................................................................7

v
Résumé
L’élaboration de ce plan d’affaires a pour mission de vous faire part du projet d’affaire du
promoteur qui souhaite démarrer une activité dans le domaine de la pisciculture dans le
Centre Sahélien de Formation et de recherche en Agroécologie (CSFRA) de
Satinebougou.
La toute première raison d’être de cette entreprise est tout d’abord l’augmentation de la
production des poissons frais à la portée de la population de Bamako et ensuite une mise en
vente à des prix favorables. Le produit et services offerts par l’entreprise est le poisson frais,
espèce « silure en français ». Le poisson est une excellente source de protéines.

Compte tenu de la jeunesse de l’activité l’entreprise prévoit une production graduée de 90%
les deux premières années puis 100% à partir de la troisième année de production.
Les productions attendues sont respectivement de 14.000 Kg les deux premières années;
15.000Kg en 3ème année.

Le coût du projet est élevé à 31 345 500F CFA et le chiffre d’affaires estimé, pour la première
année, serait de 25 200 000F CFA .Une ligne de crédit de 25 076 400 FCFA est nécessaire est
nécessaire pour rembourser les crédits intrants.

Cette dernière vise plus spécifiquement une clientèle de type de consommateurs composée
principalement des ménages, d’hôtels et des restaurants.
Le territoire visé par ce projet englobera le territoire de la ville de Bamako donc tout
particulièrement le grand marché de Médine(Bamako). Le lieu de localisation de ce projet
sera situé à Satinebougou cercle de Kati (Région de Koulikoro), sur une superficie de 1ha, la
route est praticable en toutes saisons. Le site choisi est favorable à l’élevage et à l’agriculture.
Conditions de Financement :
Coût total du projet : 31 345 500F CFA
Fonds propre : 6 269 100 soit 20%
Besoin en financement : 25 076 400 soit 80%

vi
I. INTRODUCTION
Le Mali est un pays enclavé situé dans la bande sahélo-saharienne de l’Afrique de l’ouest.
Son économie repose essentiellement sur le secteur agro-sylvo-pastoral qui contribue en
moyenne 45 % du produit intérieur brut (PIB), occupe environ 80 % de la population active
et fournit 70 % des recettes d’exportation principalement axées sur le coton et les produits
d’élevage (FAO/SMIAR, 2004).
Le sous-secteur de la pêche contribuait à hauteur de 16,25 milliards dans le PIB constant en
2014 soit environ 4% du total du secteur primaire (INSTAT, édition 2016, page 95). La
faiblesse de la contribution de la pêche au PIB est due à la diminution des ressources
halieutiques, consécutive à une exploitation anarchique sur les principaux cours d’eau. La
fréquence des parties de pêche et l’impact de la pression démographique ont brisé, par
moment, le processus de renouvellement des ressources, principalement le poisson. Il en a
résulté une diminution drastique du rendement moyen des sorties de pêche.

La consommation moyenne annuelle de poisson est de 10,5kg/habitant contre 20 kg/habitant


au plan mondial (OCDE, 2014).

En outre, les effets du changement climatique des 40 dernières années ont eu un impact très
négatif sur le secteur de la pêche en raison notamment de la réduction du niveau des crues qui
a entraîné une diminution importante de la ressource aquacole. Ce phénomène a eu comme
conséquence, la disparition de certaines espèces de poisson, la réduction de la taille des prises
et la baisse des revenus dans le milieu rural, entrainant la paupérisation des couches les plus
vulnérables.

Le sous-secteur de la pêche et de l’aquaculture constitue un vecteur important dans la


stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et de l’atteinte de la sécurité alimentaire.
Face à un accroissement de la demande de poisson, la pisciculture apparait comme une
solution supplémentaire qui permettra tout d’abord de diminuer l’écart grandissant entre
l’offre et la demande du poisson, et d’être enfin source de revenus et d’emplois durables au
Mali.

Depuis près d’une décennie le gouvernement malien ayant pris conscience de l’ampleur des
besoins en poisson et des différents problèmes sociaux tels que le chômage des jeunes, a
entrepris plusieurs actions dans le secteur aquacole. En effet, en 2005, d'importantes
concertations paysannes ont eu lieu dans le cadre du processus d'élaboration de la Loi

1
d'Orientation Agricole (LOA) afin que les préoccupations, points de vue et propositions des
paysans constituent le cœur des orientations politiques maliennes. Ces différents efforts ont
abouti à la création, par le gouvernement malien, de la Direction de la Pêche en 2005,
rattachée au Ministère de l’Élevage et de la Pêche. En plus de l’engagement politique, le pays
dispose d’énormes potentialités naturelles. En effet, le Mali est traversée par d’importants
cours d’eau tels que le fleuve Niger, le fleuve Sénégal, et d’autres affluents importants comme
le lac Debo. Cette densité du réseau hydrographique représente une opportunité pour la
production de poissons dans le cadre du développement de la pisciculture artisanale, au
niveau des collectivités territoriales. Depuis 2006, le Programme d’Appui aux Collectivités
Territoriales (PACT), le Programme d’Appui à la Formation Professionnelle (PAFP), le
Programme d’Aménagement et de Valorisation des Espaces et du Foncier agricole (AVAL),
le Projet d'Appui au Développement de la Filière aquacole (PRODEFA), en collaboration
avec la direction nationale de la Pêche, ont développé une démarche de mise en valeur des
plans d’eau naturelle et artificielle pour la production de poissons dite démarche pisciculture
artisanale. Tous ces efforts ont contribué à améliorer l’intérêt et l’investissement des
opérateurs économiques dans ce sous-secteur de la pêche. Cela s’est traduit par d’importants
investissements dans le sous-secteur, par différents acteurs économiques telles que la ferme
piscicole Boubacar Diallo et celles créées par plusieurs autres petits pisciculteurs dans le
cadre du projet de la coopération Belge. L’augmentation du prix des produits de substitution
au poisson, en l’occurrence la viande qui était de 2000 f/kg en 2016 (INSTAT, édition 2017,
page 104), a poussé les consommateurs de viande ayant un revenu modeste à consommer plus
de poisson. L’augmentation de la demande de poisson a eu pour conséquence l’augmentation
des prix du poisson fumé qui est passée de 2500f en 2016 à 3000f/kg en 2017.

Au regard du potentiel de croissance de l’activité piscicole, plusieurs banques et institutions


financières exerçant au Mali ont développé des produits adaptés, destinés au financement des
projets porteurs dans le secteur agricole en général et celui de la pisciculture en particulier. La
Banque Malienne de Solidarité (BMS), la Banque Nationale du Développement Agricole
(BNDA) sont, entre autres, institutions bancaires ayant une mission de développement de
l’activité économique et un caractère social, et qui financent ce type d’activité à des
conditions avantageuses. De même, plusieurs institutions de microfinance telles que
Nyesigiso, Kafo jiginew, sont spécialisées dans le financement de ce type de projet. En outre,
d’autres modalités de financement des projets piscicoles sont disponibles

2
En termes d’approvisionnement, Le Mali importe une grande quantité de poisson pour
satisfaire la demande intérieure. Les importations de poisson et autres produits halieutiques
ont atteint plus de 31 720 997 Kg pour une valeur avoisinant les 9 503 939 719 FCFA
(INSTAT, édition 2015, page 85).

D’où la question suivante: comment réduire l’écart grandissant entre l’offre et la


demande de poissons sur le marché? L’option ici envisagée est la mise en place d’un étang
piscicole dans le CSFRA de Satinebougou. Le projet de création d’un étang piscicole dans le
CSFRA de Satinebougou pour répondre à la demande de poisson présente des intérêts divers,
et dans différents domaines.

En effet, mener à bien un tel projet, outre le fait de permettre la mise en pratique des
connaissances acquises tout au long de notre cursus universitaire, renforce notre esprit
d’entreprenariat et permet de confronter la théorie aux réalités de terrain. Par ailleurs,
l’élaboration d’un document portant sur l’élaboration d’un projet est pour nous une immense
source de satisfaction qui constitue une motivation supplémentaire.
Les grandes lignes de ce rapport sont :

 L’introduction ;
 Revue critique de la littérature ;
 Présentation de la structure d’accueil et du milieu d’étude ;
 L’élaboration du business plan ;
 Conclusion.

3
II. La définition des concepts et la revue critique de la littérature
1. Définition de plan d’affaire

Le plan d’affaires est un document écrit qui détaille l’activité future d’une entreprise, fixe les
objectifs de celle-ci, définit les besoins (financiers, matériels, humains) et établit une stratégie
d’action. Un plan d'affaires est un document écrit qui décrit votre entreprise, ses objectifs et
ses stratégies, le marché que vous visez, ainsi que les prévisions financières de votre
entreprise. .. Il explique qui vous êtes, décrit votre entreprise et montre comment vous ferez
en sorte qu'elle soit rentable. Le Plan d’affaires doit correspondre à l'état actuel de votre
entreprise, au milieu dans lequel elle évolue, ainsi qu'à vos objectifs actuels et futurs. Un plan
d'affaires bien rédigé peut vous permettre de gagner la confiance des prêteurs, des
investisseurs et d’autres parties prenantes.

1.1.Quand établit-on un plan d’affaires ?

Si vous envisagez de créer une nouvelle entreprise, de démarrer un nouveau projet dans une
entreprise existante, vous devrez alors, avant toute chose, élaborer un plan d’affaires.

Votre plan d’affaires sera un support concret afin de permettre à l’ensemble de vos partenaires
(banque, investisseurs, associés, etc.) de considérer les prévisions financières, économiques
ou commerciales de votre projet et d’en évaluer la viabilité.

Ce document assurera une réponse structurée aux interrogations clés relatives au projet et
constituera un guide pour la réalisation de celui-ci. Donc le plan d’affaires peut être élaboré a
tout moment durant la vie de votre entreprise quand vous changez d’objectif, de stratégies ou
de produits dans la mesure où cette décision a des incidences sur la prévision financière
(budget), la stratégie et le marché cible.

1.2.Pourquoi un plan d’affaire, A quoi sert-il ? :

Si votre entreprise existe seulement dans votre tête, vous pourrez difficilement convaincre les
prêteurs, les investisseurs et les actionnaires qu'elle est crédible et que vous utiliserez à bon
escient le financement qu'ils vous fourniront.

Votre plan d'affaires est semblable à un document de vente. Il doit convaincre le lecteur que
votre entreprise a tout le potentiel nécessaire pour réussir.

Si vous lancez une entreprise, un plan d'affaires peut vous aider à :

4
 transformer vos idées et votre capital en entreprise rentable;
 obtenir du financement auprès des prêteurs et des investisseurs;
 cerner vos forces et faiblesses, les débouchés et les menaces qui vous guettent.

Si vous dirigez une entreprise existante, un plan d'affaires peut vous aider à :

 transmettre votre vision à vos employés et à des tiers;


 élaborer des prévisions financières exactes;
 établir la comparaison entre le rendement projeté et le rendement réel.

Si votre entreprise est en pleine croissance, un plan d'affaires peut vous aider à :

 obtenir des fonds pour faire croître votre entreprise;


 établir une stratégie pour gérer la croissance;
 tirer parti des débouchés et atténuer les risques.

Si vous quittez votre entreprise, un plan d'affaires peut vous aider à :

 dresser un plan pour le transfert de propriété, la vente de l'entreprise ou sa fermeture;


 établir un échéancier pour la transition;
 dégager les besoins financiers et les exigences réglementaires.
2. Définition des concepts
2.1.Entrepreneur 

On admet en général qu’un entrepreneur est une personne physique ou morale qui prend des
risques calculés pour organiser une activité dans le but de réaliser des profits. Un entrepreneur
travaille toujours à son propre compte et, cela dans un but lucratif. Il est obnubilé par le profit
maximum. L’entrepreneur est aussi (et peut-être surtout) quelqu’un qui cherche à se réaliser
personnellement en réalisant une œuvre utile.

2.2.La culture entrepreneuriale

C’est l’ensemble des connaissances, compétences, dispositions et motivations qui permettent


à un individu de devenir entrepreneur.
2.3.L’Entrepreneuriat

L’entrepreneuriat recouvre les activités qui recourent à la formation et la croissance d’une

5
entreprise, dont la conséquence première est la création de valeur.

2.4.La sécurité alimentaire

La sécurité alimentaire existe lorsque tous les êtres humains ont a tout moment la possibilité
de se procurer d’une nourriture suffisante, saine et nutritive.

2.5.L’autosuffisance alimentaire 

C’est la possibilité pour un pays de subvenir aux besoins alimentaires de son peuple par sa
seule et propre production
2.6.Un pays enclavé:

C’est un pays n’ayant pas de contact direct avec la mer.

2.7.Pisciculture

La pisciculture est l’élevage des poissons dans un plan d’eau aménagé afin de produire en
qualité et en quantité plus qu’en milieu naturel et ceci à moindre coût et en un temps réduit.

2.8.Pisciculture semi-intensive

Les élevages de poissons se font en zones fermées. Pour intensifier la production de poissons
dans ces eaux naturelles, on fournit à ces poissons un supplément de nourriture

2.9.Clarias:

Poisson carnivore d’Afrique plus connu sous l’appellation silure.

6
III. STRUCTURE D’ACCUEIL ET LE MILIEU D’ETUDE

1. Présentation du milieu d’étude


La commune de Sanankoroba est notre milieu d’étude, elle se situe sur la route RN7 cercle de
Kati, région de Koulikoro au Mali et est illustrée par la carte ci-dessous :

Figure 1 : Carte de la commune de Sanankoroba

1.1.Situation géographique
Située dans la partie sud-ouest de la région de Koulikoro et au Sud du District de Bamako, la
commune de Sanankoroba couvre une superficie de 615,50 km2 pour une population de
37294 habitants soit 60,59 habitants/km2. Elle est composée de 26 villages peuplés
majoritairement de Bambara 60 %, Malinké 30 % et les autres ethnies notamment les peuls,
les Sarakolés, les dogons, les Somono et les Minianka se partagent les 10 % restant de la
population. (Moro souley, 2011).

1.2.Climat
Le climat est de type Soudanien avec des écarts thermiques très élevés. La commune de
Sanankoroba jouit du climat tropical sec qui se divise en deux saisons :

Une saison sèche de Novembre à Avril

Une saison pluvieuse de Mai à Octobre

La pluviométrie annuelle se situe entre 800 à 1000 mm (P-S-A-sanankoroba.pdf, 2012)

7
1.3.Relief
Le relief est uniforme dans son ensemble avec des plaines, des plateaux et quelques collines.
Le sol est de type favorable à la culture du mil, du maïs, du sorgho, du fonio, de l’arachide, du
coton et du riz au bord des cours d’eaux.

1.4.Hydrographie
Le cour d’eau le plus proche et le plus important est le fleuve Niger qui arrose la commune de
Sanankoroba sur 35 km et joue un rôle important dans la vie socio-économique des villages
riverains.

La commune de Sanankoroba est arrosée aussi par des rivières dont l’existence est fonction
des pluies.

1.5.Végétation
La formation végétale est essentiellement constituée de savane herbacée ; on n’y trouve :

Penissetumsp, Andropogon gayanius etc. La savane est arborée on y rencontre de grands


arbres tel que le karité, le Néré, le baobab, tamarin etc.

1.6.Activités économiques
L'agriculture et l'élevage sont les principales activités de la population. Statistiquement, les
femmes sont plus nombreuses que les hommes comme dans l'ensemble du pays. L’agriculture
dans la commune de Sanankoroba est caractérisée par la prédominance de cultures pluviales
essentiellement vivrières (mil, sorgho, maïs, riz, fonio, manioc, niébé ...) destinées avant tout
à l’autoconsommation. Parallèlement à ces cultures, s’ajoutent les cultures industrielles telles
que l’arachide et le coton. L’agriculture dans cette commune fait face à un certain nombre de
contraintes dont la forte dépendance au rythme saisonnier des pluies irrégulières d’une année
à l’autre, et de l’utilisation d’outils traditionnels de production.

Le maraîchage pratiqué à grande échelle au niveau de certains villages riverains du fleuve


Niger est générateur de revenus substantiels sans oublier aussi les retombées de la sylviculture
en nette progression. En plus de l’agriculture, les activités comme l’exploitation du sable, la
cueillette, le petit commerce et la pêche occupent une place de choix dans les activités
secondaires. L’artisanat est exercé par quelques cordonniers, potiers, forgerons ainsi que les
fabricants de paniers et d’éventails. Le commerce s’effectue sur les produits agricoles et de

8
cueillette. La pêche et l’élevage participent aussi aux transactions commerciales dans la
commune à travers les foires hebdomadaires.

L’implantation de l’usine de nettoyage la société semencière FASO KABA a beaucoup


contribué à la création d’emplois fixes et temporaires dans la commune de Sanankoroba.

2. Présentation de la structure d’accueil


Le Centre Sahélien de Formation et de Recherche en Agro écologie (C.S.F.R.A) est situé à
Satinebougou à 21km de Bamako, dans la commune rural de Sanankoroba sur la route N7
cercle de Kati, région de Koulikoro.

Il a été créé en mars 2005 sur une surface de deux hectares (2 ha) par le docteur vétérinaire
Oumar Diabaté.

2.1.Mission
Il a pour mission de promouvoir une agriculture écologique et moderne qui puisse nourrir la
population malienne en quantité et en qualité.

Le centre agit selon les principes de Pierre Rabhi, initiateur du docteur Diabaté. Sa mission
consiste en la promotion de l’Agroécologie à travers la formation la vulgarisation et la
recherche action.

2.2.Activités principales 
L’agro-sylvo-pastoral ;

La formation ;

La recherche action.

2.3.Composition du CSFRA

 Ferme Agro écologique

La Ferme Agro écologique Pierre Rabhi de Satinebougou (F.A.P.I.R.A.S) a été conçue telle
que doit l’être une unité agro écologique. C’est à dire qu’elle se compose de plusieurs ateliers
complémentaires. On pratique ainsi de l’élevage (bétails, volailles et poissons), des cultures
céréalières et maraîchères ainsi que des arbres fruitiers.

9
Le centre agit selon les principes de Pierre Rabhi, initiateur du docteur Diabaté. Il se compose
de :
 La Ferme Agro écologique Pierre Rabhi de Satinèbougou ;
 L’Ecole de la Terre de Formation et de Recherche en Agro écologie ;
 Un jardin expérimental et médicinal.

2.4.Force et faiblesse du CSFRA

 Force

Le centre a un système d’agriculture intégré c’est-à-dire tout tourne dans le centre (ses
semences ainsi que ses fertilisants sont tous produits par le centre. Elle se compose de
plusieurs ateliers complémentaires. Les déjections des animaux sont mélangées à des débris
végétaux (paille) pour fabriquer du compost. Ce dernier va fertiliser le sol, qui à son tour
alimentera les plantes. Quant aux semences utilisées par le centre 85% sont produites par le
centre elle-même et 10% sont achetés.

C’est une entreprise familiale et est autonome financièrement.

 Faiblesse

Le centre est confronté à de nombreuses faiblesses qui sont entre autres :

L’insécurité due aux effets de l’urbanisation qui devient plus en plus progressif.

Le centre a des pénuries d’eaux pendant la saison sèche (du mois de mars à juin), ce qui limite
la production du centre pendant cette période, alors que le centre doit produire en quantité
suffisante pendant toute l’année pour la satisfaction de ses clients aux produits maraîchères en
qualité et en quantité.

2.5.Fonctionnement

 Direction

Le C.S.F.R.A est une entreprise familiale coiffée par le directeur général qui a pour rôle de
coordonner toutes les activités du centre, de suivi et de contrôle. Ensuite après avoir suivi une
formation en agro écologie par l’association Terre et Humanisme, c’est en 2007 que Dr
Oumar Diabaté a commencé à l’enseigner lui-même, joue le rôle de formateur et d’encadreur.

10
 Comptable

Le centre à un comptable qui a pour rôle d’enregistrer toutes les entrées et sorties de produits
et d’argents, les comptes sont arrêtés tous les 10 jours et le bilan est fait mensuellement.

 Ouvriers

Au CSFRA il y a des ouvriers permanents tels que :

Un jeune berger peulh s’occupe du troupeau. Après la traite du matin, il emmène vaches,
chèvres et brebis au pâturage dans les alentours.

Un gardien qui assure la sécurité de jours et nuits 

Un jeune du village de Banankoro, cultive le potager, soigne la volaille et assure les


livraisons. Il se satisfait pleinement de sa tâche. Durant les absences d’Oumar, il se débrouille
seul, en toute confiance.

 Stagiaires 

Au CSFRA les stagiaires participent activement dans toutes les activités de production de la
ferme avec le personnel. Pour le bon fonctionnement de la ferme et son entretien.

11
IV. ELABORATION DU BUSINESS PLAN

1. Résumé exécutif
Tableau 1: Identification de l’entreprise

Nom de l’entreprise CSFRA de Satinebougou

Nom de l’entrepreneur Cheick B SISSOKO

Adresse Satinebougou Cercle de Kati Région de Koulikoro

Téléphone 00223 74 18 31 30

Courriel Csfra@gmail.com

Site Internet www.CSFRA.com

Date d’ouverture 01/01/2018

Forme juridique SARL

Secteur d’activité Pisciculture semi intensive dans l’étang

Produit offert Poisson frais

Marché visé Grand marché de Médine

Territoire visé Ville de Bamako

Première année 25 200 000 FCFA

Chiffre d’affaires Deuxième année 25 200 000 FCFA

Troisième année 27 000 000 FCFA

Financement recherché 25 076 400 FCFA

Investissement personnel 6  269  100 FCFA

Création d’emploi (3 ans) 3 emploie direct

12
2. Le pourquoi du projet
Ce présent projet se justifie par notre volonté de mettre à la disposition de la population de
Bamako et environs des poissons en quantité et en qualité à des prix abordables améliorant
ainsi l’apport en nutriments aux populations et à la réduction de la pauvreté.

Le constat est que la pêche traditionnelle, essentiellement familiale, ne parvient plus à


satisfaire la demande sans cesse croissante de poisson. La ressource additionnelle nécessaire
pour satisfaire la demande résiduelle provient de pays comme la Côte-d’Ivoire, le Sénégal, la
Mauritanie et le Maroc. Ainsi, les poissons de mer, importés frais et communément appelés
«Kôkôdji djéké» ont le prix au kilogramme qui tourne autour de 2000 jusqu’à 3000 francs
CFA. Ce prix du kilo de poisson a une tendance à la hausse depuis les dernières révisions des
frais de douane, passés de 2.000.000F CFA à 3.500.000FCFA. Ces augmentations de prix
emmènent certains ménages, les plus pauvres, à reporter leur consommation sur un produit de
substitution ou tout simplement à se passer de ce type d’aliments alors que la consommation
de ces produits ne doit pas être un luxe compte tenu des bienfaits qu’il apporte comme
vitamines a l’organisme. Il existe donc un segment de marché à exploiter sur lequel les
demandeurs, les ménages aux revenus modestes qui constituent la majorité de la population
sont en nombre important.

13
3. Présentation du Promoteur

3.1. Ma motivation
Ma première motivation est de contribuera a la lute contre l’insécurité alimentaire et de
montrer le chemin de l’auto emploi aux jeunes. Et la seconde est de participer a
l’amélioration de la qualité et la quantité de poisson dans l’optique de réduire le prix du
poisson sur le marché de Médine(Bamako).

3.2. Expérience :
Au cours de ma formation j’ai appris des notions en biologie animale, en production animale,
en création et gestion des entreprises agricoles et j’ai effectué un stage de 4mois dans le
CSFRA de Satinebougou.

3.3. Formation 
Etudiant en cours de formation en licence Agrobusiness à l’IPR/IFRA de Katibougou.

3.4. La mission
Nous contribuons au bien être économique et nutritionnelle des communautés en facilitant
l’accès a une alimentation riche en protéine par la mise a disposition de poisson de qualité,
accessible a toutes les couches de la population.

4. Objectif global
Contribuer à l’amélioration des conditions économique, sociale et nutritionnelle de la
population de Bamako en générale et celle de medine en particulier en mettant a leurs
dispositions des poissons de bonne qualité accessible à toutes les couches de la population.

4.1. Objectifs spécifiques 


 Installer un étang de production de poisson frais sur une superficie 1hectare dans le
CSFRA de Satinebougou;
 Produire et vendre 14 000 kg de poissons par an sur 2 campagnes (janvier à juin)
et (juillet à décembre). L’objet de production étant de 7 000 kg pour la campagne 01 et
7000kg pour la campagne 02 ;
 Diminution du nombre de partants à l’exode en créant trois emploie direct;
 Faciliter l’accès aux poissons à de prix abordable à 1 800 FCFA le Kg contre 2 000
à 3 000 FCFA par Kg en fonction des périodes sur le marché pour nos concurrents.

14
Tableau 2:Calendrier des réalisations

Etapes Dates

Recherche d’information Avril -Mai 2018

Prospection de clients juin 2018

Elaboration d’un plan d’affaire Juillet 2018

Recherche de financement Aout 2018

Approbation du projet par le bailleur Octobre 2018

Constructions Novembre 2018

Publicité et promotion Décembre 2018

Démarrage officielle Janvier 2018

Source : Données d’étude 2018

15
5. Etude de marché

5.1. La Méthodologie
La méthodologie utilisée pour faire cette étude est la suivante :
 Echange avec les commerçants qui sont en activités ;
 Enquête de terrain au près des consommateurs;
 Traitement des informations.
L’étude de marché du ‘‘CSFRA’’ a pour but d’analyser l’environnement dans lequel évolue
l’entreprise, d’analyser l’offre et la demande, et de faire ressortir les opportunités et les
menaces auxquelles l’entreprise fait face.

5.2. Analyse de l’offre

L’activité de pêche est une activité traditionnelle et profondément ancrée dans la culture
Malienne. La pêche, généralement pratiquée par les populations riveraines appelées Bozos
constitue une grande source de revenu et contribue à la réduction du chômage.

L’Etat Malien à travers ces différentes politiques a pour objectif l’autosuffisance alimentaire.
Pour ce faire il participe activement à l’organisation et à la promotion du secteur de la pêche
et du sous-secteur piscicole. C’est dans ce cadre que l’on a vu la réalisation de plusieurs
actions tel que l’aménagement de plusieurs surfaces en vue de développer l’activité piscicole,
l’empoissonnement de plusieurs cours d’eau (fleuves, rivières, lacs, etc) à travers presque
toutes les régions. Malgré tous ces effort, la production de poisson reste insuffisante face à la
demande croissant d’où les importations croissantes de poisson. Le tableau ci-dessous
présente l’évolution de la production de poisson par région de 2007 à 2015.

Tableau 3: Production de poissons par région en tonnes


Années 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Kayes 773 972 712 2677 809 895 511 852 1 749
Koulikoro 1 953 1 276 1 759 3749 1 311 2 557 1 839 2 142 12 238
Sikasso 6 972 5 839 3921 10411 2 911 1 981 1 735 2 175 4 136
Ségou 7 156 10190 10143 12117 8 281 8 514 8 440 11618 51 148
Mopti 12044 10337 10920 18020 12775 13565 19446 14596 28 382
Tombouctou 2 466 11659 3169 7 291 4 473 4 023 6 480 4 480 4 639
Gao 2 480 9 071 35405 33492 2 053 5 750 17718 14529 25 009
Kidal 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Bamako 0 0 0 0 0 0 0 362 69

16
TOTAL 33844 49344 66029 87757 54613 37285 56169 50754 127 70

Source : CONTRY STAT (juin 2016)

5.3. Analyse de la demande


Historiquement, le poisson a toujours fait partie des habitudes alimentaires de la population
malienne. La pêche est la principale source d’approvisionnement des marchés en poisson. La
pêche dans la région de Koulikoro a longtemps été artisanale, très peu organisée, avec une
production mal maîtrisée. La raréfaction des poissons dans les différents cours d’eau rend la
production de la pêche de plus en plus incertaine face à une demande en poisson sans cesse
croissante. La profondeur du marché de poisson est due à une augmentation rapide de la
population. Le poisson est une denrée qui est consommée par toutes les tranches d’âge et par
toutes les catégories sociales, économiques et culturelles. Il entre dans la cuisson de la plupart
des mets quotidiennement consommés au Mali. Sur le plan national, on ne dispose pas de
données sur la demande de poisson, juste les chiffres des importations de poissons et autre
produit de mer. Ces différentes données sont présentées dans le tableau ci-dessous

Tableau 4:Importations de poissons et autres produits aquatiques

Année Poids net (kg) Valeur (CFA)


2012 246 506 635 775 173
2013 20 582 061 4 619 518 844
2014 19 146 663 5 136 201 506
2015 25 973 944 6 825 214 571
2016 31 720 997 9 503 939 719
Source : INSTAT (Annuaire statistique de 2012 à 2016)

5.4. Le marché global


Le marché global de ce projet est le marché de Médine(Bamako).

5.5. La clientèle cible


La clientèle cible à court terme est les ménages, les restaurants et les hôtels.

5.6. Concurrence
La demande résiduelle provient de pays comme la Côte-d’Ivoire, le Sénégal, la Mauritanie et
le Maroc. Ces concurrents livrent sur le marché les poisons de mer mais le long transport

17
subit par leurs produits rend leurs produits chers et du fait que le coût de transport affecte les
charges de revient.

6. Le marketing mix du CSFRA

Le marketing mix ou le mix d’une entreprise est un aspect important pour sa survie. En effet,
le marketing mix soigneusement élaboré permet de faire la différence sur le marché parmi les
différents acteurs d’un secteur donné. Nous définissons dans cette partie les politiques de
produit, de prix, de promotion et de distribution de notre entreprise.

6.1. Le produit
Un produit est une offre présentée sur un marché, qu’elle soit un service ou un bien et qu’elle
soit vendue ou non (MERCATOR, 8e édition). Le produit du ‘‘CSFRA’’ est le poisson. En
effet, le ‘‘CSFRA’’ compte produire de poisson de type Silure. Le poisson est un aliment de
grande consommation au Mali. A Bamako, il est consommé par presque tout le monde
indifféremment du niveau de revenu, de la religion et de la culture. Son caractère standard fait
que les clients, au-delà du type de poisson, sont intéressés par deux aspects : la qualité et le
prix. La durée de production (grossissement des alevins) est de six (6) mois pour un poids qui
tourne aux environs de 1,2 à 1,5 kg pour les males et de 800g à 1 kg pour les femelles. En
plus du sexe, le poids des poissons est aussi fonction des composantes nutritionnelles. Pour
assurer la qualité des produits, une attention particulière doit être portée au processus de
production c’est-à-dire à la qualité de l’eau, des aliments et au choix des alevins qui serviront
à la production des poissons.

6.2. Prix
Le prix représente la valeur estimée d’un bien. C’est une variable essentielle pour l’entreprise
car il affecte la rentabilité et la position concurrentielle du produit. Pour cela, sa détermination
doit tenir compte de plusieurs aspects de la stratégie. En effet, il existe plusieurs méthodes de
tarification des produits. Afin de concrétiser l'objectif fixé par l'entreprise nous avons adopté
pour une stratégie de prix de pénétration du marché et afin de mener à terme cette stratégie il
est indispensable de connaître le prix que le consommateur est prêt à payer. A cet effet, nous
avons effectué une étude, pour la détermination du prix. Nous avons opté un prix de 1 800
FCFA/Kg contre 2000 FCFA à 3000 FCFA pour les concurrents en fonction des périodes.

18
6.3. Place
Le projet sera situé à Satinebougou dans la commune de Sanankoroba, Cercle de Kati, sur une
superficie de 1ha, Le site choisi est situé sur un terrain plat et est facilement accessible. Il est
assez calme, L’eau et l’électricité y sont faciles d’accès.

6.4. La stratégie de publicité et de promotion


Il s’agit pour l’entreprise de se faire connaitre (localisation, activité) puis de faire connaitre
ses produits qui sont les silures. Compte tenu de la cible, et des moyens dont nous disposons
pour la publicité, ‘‘CSFRA’’ fait le choix des stations radios, et en collant des affiches sur les
des points de ventes sélectionnées afin d'attirer l'attention des consommateurs. Pour le cas des
radios le choix s’est porté sur la station «Djekafo» qui possède une grande audience et dont le
coût du spot publicitaire est assez abordable.

6.5. La distribution

La distribution comprend l’ensemble des opérations qui permettent d’acheminer un produit du


lieu de production jusqu’à la mise à disposition du consommateur ou de l’utilisateur.
A la récolte au bout de 180 jours (6mois), les produits sont vendus aux différents acteurs du
marché que sont les ménages, restaurants et les hôtels. Nous allons distribuer le produit
directement à la post-récolte, au marché et ensuite les clients désirant la livraison à domicile.

7. Les ressources humaines du volet piscicole du CSFRA

7.1. Le promoteur
Il doit avoir un niveau d’instruction de BAC+3 plus 2 ans d’expérience de gestion
d’entreprise est un atout. Les différentes tâches auxquelles il doit s’atteler sont :

 assurer la supervision et la coordination de l’activité ;


 assurer le paiement des collaborateurs ;
 élaborer un système de motivation des collaborateurs ;
 assurer la planification marketing, gérer la comptabilité ;
 élaborer le budget.

7.2. L’agent commercial

19
L’agent commercial il doit avoir un niveau d’étude au moins un DEF (BEPC pour certains
pays), pouvant s’exprimé clairement en français et ayant une bonne connaissance du marché.
Une expérience de commerçant est un atout. Les différentes tâches auxquelles elle doit faire
face sont :
 assurer la coordination avec les clients ;
 gérer la relation client ;
 faire le démarchage des clients ;
 négocier les prix avec les clients ;
 assurer la vente des poissons ;
 assurer le recouvrement de la vente.

7.3. L’ouvrier
L’ouvrier doit avoir un niveau d’étude DEF plus une année d’expérience dans une ferme
piscicole est un atout ou ayant suivi une formation de pisciculture. Ces tâches sont :
 nourrir les alevins ;
 faire les courses pour l’entreprise ;
 faire le contrôle des étangs ;
 faire la vidange des étangs ;
 effectuer les captures de contrôle des alevins ;
 faire la pesée de la production ;
 assurer le nettoyage du site.

8. Etude économique et financière du projet

8.1. Processus de Production


8.1.1 Mode d’élevage
Le mode d’élevage est la monoculture qui consiste à élever une seule espèce de poisson dans
l’étang.

8.1.2 Type d’élevage


La pisciculture intensive sur une superficie d’ 1 ha composé d’un étang de 400m². La durée de
la production va de 5 à 6mois selon les producteurs d’une part et la demande du marché d’autre
part.

20
8.1.3 Matériel animal
Le matériel animal utilisé sera les alevins de 50g vendu à 150 FCFA l’alevin.

8.1.4 Fréquence de production


Le centre projette de mettre sur le marché une production annuelle de 14 000Kg les deux
premières années, 15 000Kg en troisième année. Et la production se fait deux fois par an :

 De janvier- juin ;
 De juillet-décembre.

8.1.5 Alimentation
Les silures sont alimentés trois fois par jour, le matin (7 heures), le midi (12 heures) et le soir
(5 heures). Il est important de distribuer l'aliment toujours au même endroit (de préférence
dans un cadre) sur une superficie d'environ 2 à 3 m 2 afin de réduire au maximum la
compétition alimentaire entre les silures.

L'aliment complet contenant des vitamines et des minéraux est acheté dont le prix de 25 Kg
est de 7 500 FCFA (300 FCFA par Kg).

La quantité d’aliment (le ratio) est déterminée à l'aide d'une balance.

8.1.6 Maladies

Des organismes pathogènes sont toujours présents dans chaque étang. Ces organismes (virus,
bactéries, parasites) sont en permanence en contact avec le poisson (peau). Dans des
conditions d’élevages optimaux, ces organismes pathogènes et les silures vivent en équilibre.
Cet équilibre peut être perturbé par une mauvaise qualité d'eau, une sur-alimentation ou un
déséquilibre écologique de l'étang. La résistance des poissons est affaiblie par un mauvais
aliment (manque d'ingrédient, vitamines périmées) ou une sous-alimentation. En général, il en
résulte qu'un ou plusieurs de ces organismes pathogènes profilèrent et que le système de
résistance des poissons ne fonctionne plus après quoi des maladies apparaissent. Les jeunes
poissons (larves, alevins et fingerlings) sont les plus vulnérables puisque leur système
d'autorésistance ne fonctionne pas encore d'une manière convenable.

Des silures stressés ou malades sont reconnus par un comportement anormal, tel qu'un
manque d'appétit, position verticale à la surface, mouvements lents, etc. ou par des

21
symptômes cliniques tels que des tâches blanches, des barbillons raccourcis, des ulcères, les
yeux gonflés, etc…

Il est donc très important de vérifier tous les jours le comportement et la condition des
poissons. L'alimentation et la pêche de contrôle sont des moments idéaux pour ces
observations.

8.2. Budgétisation du projet

8.2.1 Budget des Investissements en bien durables (en F CFA)


 Terrain 
Un terrain de 1ha sera acheté pour l’implantation du projet à 2 000 000F CFA
 Constructions
01étangs de 400mètre cube à 15000FCFA le mètre cube : 6 000 000F CFA
1 Chambre à usage d’habitation : 500 000 FCFA
1 Forage a eau : 3 000 000 FCFA
1 Magasin : 600 000 FCFA
Clôture avec le grillage : 750 000 FCFA
Total 10 850 000 FCFA

Tableau 5:Matériels et équipements


L’exploitation d’un étang piscicole nécessite l’achat de plusieurs matériels. Tous ces
éléments sont
Eléments Prix unitaire Nombre Montant disponibles sur
en FCFA
le marché.
Bureau 30 000 1 30 000
Ordinateur fixe 60 000 1 60 000
Kit d’appareils de mesures du Ph 35 000 1 35 000
Panneau solaire (240 W) 225 000 1 225 000 Sources :
Balances 5 000 1 5 000
Ecopes, (pelle en bois) 1 000 2 1 000 Données
Epuisettes 1 000 2 2 000 d’étude 2018
Brouette 22 500 1 22 500
Râteaux 2 000 2 4 000
Seaux 1 500 22 4 6 000
Senne (filet) 45 000 1 45 000
Disque de Secchi 2 000 1 2 000
TOTAL 437 500
8.2.2 Budget de fonctionnement
 Exploitation
Nous allons commander 8000 alevins par un producteur d’alevin. Le taux de mortalité est
considéré à 5% au stade alevin selon les experts. Soit une perte normale de 400 alevins. Il
restera donc 7600 alevins.
 Achat des alevins 

8000x 150F CFA = 1 200 000F CFA


Comme la production se fait deux fois par an donc on aura :
1 200 000*2 = 2 400 000FCFA
 Achat d’aliments en kg :

Pour la production des clarias (silures), les enquêtes ont montré que pour la production d’un
kg de silure il faut environ en moyenne 2 kg d’aliment riche en protéine dont le sac de 25kg
est a 7500 FCFA soit 300FCFCA le Kg sur le marché donc on aura :
8000alevins*2kg*300FCFA = 4 800 000F CFA
Comme la production se deux fois par an donc on aura :
4 800 000FCFA*2= 9 600 000 FCFA.

Tableau 6:Récapitulatif des dépenses d’exploitation par an

Eléments Janvier Juin Juillet Decembre Total


Alevins 1 200 000 F 1 200 000 F 2400 000F
Aliments 4 800 000 F 4 800 000 F 9 600 000F

Total 6 000000 F 6 000000 F 12 000 000F

Source : Données d’étude

 Frais de personnel 
Les salaires annuels des employés sont présentés dans le tableau ci-dessous :
Tableau 7:La masse salariale (les montants sont en FCFA)

Eléments Salaire par mois Salaire A1 SalaireA2 Salaire A3

23
Promoteur 60000 720000 727200 734472
Agent 50000 600000 606000 612060
commercial
L’ouvrier 40 000 480 000 484 800 489 648
Total salaires 150 000 1 260 000 1 818 000 1 836 180
Source : Données d’étude

NB : La masse salariale progresse de 1% chaque année.

Tableau 8:Impôts et taxes

Désignation AN1(FCFA)
-Vignette 13 000
-Assurance 100 000
Total 113 000F CFA

 Frais divers de gestion

Ils représentent 5% du chiffre d’affaire (1 530 000 FCFA) et prennent en compte


les frais de transport, les frais de déplacement, les frais de téléphone, de publicité,
les vidanges des fientes …

Tableau 9:Dotation aux amortissements

Rubrique Valeur en FCFA Durée de vie par Amortissement


en F CFA an annuelle en F
CFA
Constructions 3 850 000 20 192 500
Matériel et 212 500 5 42 500
équipement
Panneau solaire 225 000 5 45 000
Forage a eau 3 000 000 25 120 000
Etang 6 000 000 10 600 000
Clôture 750 000 10 75 000
Total 1 075 000
Source : Données d’étude

24
 Budget du projet
Tableau 10:Budget des investissements

Désignation Montant en FCFA


Terrain 2 000 000
Constructions 10 850 000
Matériel et équipement 437 500
Matériel roulant 2 000 000
Total investissements 15 287 500
Source : Données d’étude

Tableau 11:Budget de fonctionnement


Désignation Montant en CFA
Achat des alevins 2 400 000
Achat des aliments 9 600 000
Frais de personnel (salaire) 1 260 000
Impôt et taxe 113 000
Frais divers de gestion 1 260 000
Frais d’entretien des matériels 350 000
Amortissement 1 075 000
Total de fonctionnement 16 058 000
Source : Données d’étude

Tableau 12:Plan de financement

Plan de financement Montant Part (%)

Besoin en financement 25 076 400 80%

Apport personnel 6 269 100 20%

Total du projet 31 345 500 100%

Source : Données d’étude

 Chiffre d’affaire

25
Au total, pour une année à 2 cycles de production, le promoteur peut s’attendre à une
production de 14 000 kg de poissons frais soit 1 800F CFA/kg.
CA= 14000kg x 1800FCFA= 25 200 000FCFA par an.

Tableau 13:Compte d’exploitation prévisionnel pour les 3 premières années


(montants en FCFA)
Charge AnnéeA0 Année 1 Année 2 Année 3
Terrain 2 000 000 0 0 0
Constructions 10 850 000 0 0 0
Matériel et équipement 437 500 0 0 0
Matériel roulant 2 000 000 0 0 0
Total d’investissement 15 287 500 0 0 0
Achats des alevins 2 400 000 2400 000 2 400 000
Achat des aliments 9 600 000 9 600 000 9 600 000
Frais de personnel 1 260 000 1 818 000 1 836 180
Impôt et taxes 113 000 113 000 113 000
Frais divers de gestion 1 260 000 1 260 000 1 350 000
Frais d’entretien des 350 000 350 000 350 000
matériels

26
Amortissements 1 075 000 1 075 000 1 075 000
Total fonctionnement 16 058 000 16 616 000 16 724 180
Produit Année 1 Année 2 Année 3
Quantité en Kg 14 000 14 000 15 000
Prix d’un Kg de poisson 1 800 1 800 1 800
en FCFA
Vente de poisson (chiffre 25 200 000 25 200 000 27 000 000
d’affaire)
Total produit 25 200 000 25 200 000 27 000 000
Bénéfice TP-TC -15 287 500 9 022 000 8 584 000 10 275 820
Cash flow -15 287 500 -6 495 500 2 028 500 12 364 320
TRI% 58%
DRC 2 ANS
VAN sur 10 ans 369 227 267 FCFA
Observations TRI = 58 indique que sur chaque 100F investi par l’entreprise
il gagne 58F.
DRC = Indique l’année à laquelle l’entrepreneur commencerait à
récupérer le montant investi.
VAN = Indique le montant obtenu par l’entrepreneur sur les 10
premières années du projet.
Source : Données d’étude

27
9. Plan de gestion des risques
L’activité piscicole comporte plusieurs risques. Dans cette partie, nous allons identifier les
principaux risques et déterminer les précautions permettant de mitiger ses risques.

9.1. Le risque pays


La situation politique du Mali s’est relativement améliorée depuis les élections et la signature
de l’accord de paix. Toute fois des zones de tension sociale et d’attaque terroriste des groupes
armés existe toujours. Mais le village de Satinebougou (commune de Sanankoroba cercle
Kati) est une zone épargnée. Le risque politique y est donc fortement réduit contrairement à
certaines régions.

9.2. Le risque financier

Le risque financier dans le cas du volet piscicole du ‘’CSFRA’’ est le risque de perte d’argent
à la suite d’une opération économique ayant une incidence financière par exemple la vente à
crédit ou en devise. Ce risque est fortement réduit car la très grande majorité des opérations de
notre entreprise se font au comptant et en monnaie locale c’est-à-dire le francs CFA.

9.3. Le risque de marché

Le risque de marché est le risque lié à notre marché cible. Face à une activité procédant de
telle potentialité de gain le risque de marché est élevé. Mais dans le contexte Malien ce risque
est déjà réduit compte tenu de la profondeur du marché. Néanmoins des actions pourraient
être engagées en vue de réduire encore plus ce risque, par exemple la mise en place d’un
programme de fidélisation de la clientèle, apporter des garanties de qualité des produits en
procédant à des tests vétérinaire médiatisé.

9.4. Le risque de qualité

Dans l’activité de production de poisson, la qualité est un facteur clé de succès. Lors de notre
enquête les pisciculteurs nous on notifier que pour des qualités avérer la vente de leur
poissons se fait souvent en une journée. Le risque de qualité réside dans la qualité des alevins,
la qualité du milieu de vie des poissons et enfin la qualité des aliments utiliser pour
l’alimentation des poissons. Pour assurer la bonne qualité de nos poissons, tout le processus

28
de production sera suivi avec beaucoup d’attention. L’achat des alevins et de l’aliment seront
soumis à l’approbation d’un expert dans le domaine. Quant à l’environnement de vie des
poissons des pêches de contrôle seront effectué tous les mois, la qualité de l’eau féra l’objet
de contrôle avec le kit PH tandis que la densité sera contrôlé par le disque de seechi.

9.5. Le risque de mortalité

La gestion des risques de surpeuplement et de qualité contribue fortement à réduire le risque


de mortalité des poissons. Mais d’autres précautions complémentaires seront prises pour
renforcer la gestion du risque de mortalité. En effet, les poissons vivants seront manipulés
avec précaution pour ne pas les blesser. Nous allons éviter de garder les alevins hors de l’eau
trop longtemps (ce qui pourrait les tuer). Le respect du nombre de poissons au m 3 permet
d’avoir une bonne vitesse de croissance individuelle des poissons et réduit la mortalité des
poissons.

29
V. CONCLUSION GENERALE
L’élaboration de ce projet de mise en œuvre d’un étang piscicole dans le CSFRA a permis de
cerner plusieurs aspects du marché de poisson.

Dans ce processus, la réalisation d’une étude de marché a permis de définir les contours et les
caractéristiques de l’offre et de la demande de poisson.

Ainsi, il ressort de la confrontation entre l’offre et la demande un gap important, l’offre


intérieure étant largement inférieure à la demande nationale. Il apparait également que les
importations massives de poissons constituent une part importante, voire majoritaire, de
l’offre du marché. Malgré cet apport extérieur, une frange importante de la population les
personnes à revenus modestes n’a pas accès au produit en raison de son prix relativement
élevé, alors que la consommation de ces produits ne doit pas être un luxe compte tenu des
bienfaits qu’il apporte comme vitamines a l’organisme, il existe donc un créneau de marché,
celui des petits consommateurs et de la classe moyenne, avec des potentialités énormes encore
peu exploitées.

Par ailleurs, avec une démographie galopante taux de croissance annuel de 3,0%(2016), la
demande en poisson croit plus rapidement que l’offre du marché, et ce, malgré les efforts du
gouvernement pour promouvoir et développer le secteur. A cet égard, plusieurs partenaires au
développement appuient le Mali pour le développement de la pisciculture. Mais les résultats, à
ce jour, restent mitigés car la production, faite principalement par empoissonnement des plans
d’eau naturels (marigot, marre,…etc), est négativement affectée par les aléas climatiques.

Le projet dont le montage a fait l’objet de ce travail s’avère un projet viable qui bénéficie d’un
contexte favorable. Les débouchés sont nombreux pour l’écoulement de la production et la
clientèle, aussi nombreuse que variée, est constituée de grossistes, de détaillants et de clients
institutionnels qui cherchent une source d’approvisionnent durable et sécurisée.

Aussi, l’étude des indicateurs de la rentabilité (TRI ; VAN et DRC), ont montré que le projet
est rentable et les différents risques associés à l’activité piscicole sont connus et maitrisés.

La mise en œuvre de ce projet permettra de contribuer à l’amélioration des problèmes


économiques, social nutritionnels de la population et plus précisément les enfants. Le projet

30
constitue également un socle pour le développement d’une filière poisson, et un pas
supplémentaire vers l’autosuffisance alimentaire.

31
BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE
 Ouvrages
 Amakoé ADJANKE, Formation en pisciculture : Production d’alevins et gestion de
ferme piscicole (février, 2011)
 BOTTON, Construction et entretien des ouvrages d’étangs de pisciculture
 Eira CARBALLO, La pisciculture à petite échelle en eau douce (édition : 2008)
 Pascal TRINTIGNAC, Nausicaa BOUIN, Violaine KERLEO, Guide des bonnes
pratiques de la gestion piscicole en étangs (2004-2005)
 Rapports et projets professionnels

 CISSE Moustapha, Projet d’implantation et d’exploitation d’une ferme piscicole


Kagnobon, Reguinchor (2014)
 COULIBALY Y, 2016 : Analyse de la rentabilité économique de production
maraîchère de la ferme agro écologique de Satinèbougou. Rapport de fin de cycle,
IPR/IFRA Katibougou, 31p ;
 GUEYE Malick, Création d’une ferme piscicole de production d’alevins Mbane
(2018)
 INSTAT, Annuaire statistique du Mali 2017, (Edition de Décembre 2017)
 Webographie
http://www.statistiques-mondiales.com/mali.htm (le 28/06/2018)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mali le (15/07/2018)
https://www.google.com le (30/08/2018)

vii
ANNEXES
Questions Réponses

Combien coute la construction d’un étang?

Quelle est la durée de vie d’un étang?

Combien d’ouvriers faut-il pour un étang piscicole par exemple ?


A combien s’élève les frais d’entretien mensuels d’un étang?
Quel est le niveau de salaire d’un ouvrier piscicole?
Quel est le taux de mortalité des alevins?

Comment procurez-vous de ces alevins?

Quel est le prix d’un alevin?


Quel est le poids moyen d’un alevin au départ?
Quels sont vos moyens de paiement auprès de vos fournisseurs?

A combien évaluez-vous les charges pour la production d’un étang (conception)?

Quel est le poids moyen d’un poisson mature?

Combien de temps cela prend-il pour qu’ils atteignent ce poids ?

Quel est le prix moyen du kg de poisson sur le marché de medine?

Quels sont les moyens de paiement de vos clients?

Quels types d’alevins sont disponibles sur le marché?

Quel est le prix d’un alevin?

Où les pisciculteurs s’approvisionnent-ils en aliments poisson?

Guide d’entretien

viii