Vous êtes sur la page 1sur 5

FACULTE DE MEDECINE, PHARMACIE ET ODONTOLOGIE

LABORATOIRE DE BIOLOGIE VEGETALE ET MATIERES MEDICALES

Collecteur : Ousmane Sémou PINDA NDIAYE

Collection N° : 1

Date de récolte : le Mardi, 07/02/2017

Lieu : Jardin d’Expérimentation des Plantes Utiles

Nom vernaculaire : Guèrté en Wolof (Sénégal) et Pinda en Pounou (Gabon)

Nom vulgaire : Arachide (Sénégal, Gabon)

Nom scientifique : Arachis hypogeae

Famille : Fabaceae

Usage : principalement utilisée pour l’alimentation humaine sous forme d’apéritif (arachide
grillée au sable, bouillie…) ; d’huile de table, pour la cuisine et souvent sous forme de pate
pour certains plats dont le « Maafé et le Ngalakh » et animale, les coques d’arachide pour
produire du « repasse » pour les moutons. Et en industrie, on utilise des arachides pour la
production de savons, car huileuse.
FACULTE DE MEDECINE, PHARMACIE ET ODONTOLOGIE

LABORATOIRE DE BIOLOGIE VEGETALE ET MATIERES MEDICALES

Collecteur : XXX

Collection N° : 1

Date de récolte : le Mardi, 07/02/2017

Lieu : Jardin d’Expérimentation des Plantes Utiles

Nom vernaculaire : Guèrté en Wolof (Sénégal)

Nom vulgaire : Arachide (Sénégal)

Nom scientifique : Arachis hypogeae

Famille : Fabaceae

Usage : principalement utilisée pour l’alimentation humaine sous forme d’apéritif (arachide
grillée au sable, bouillie…) ; d’huile de table, pour la cuisine et souvent sous forme de pate
pour certains plats dont le « Maafé et le Ngalakh » et animale, les coques d’arachide pour
produire du « repasse » pour les moutons. Et en industrie, on utilise des arachides pour la
production de savons, car huileuse.
Université Cheikh Anta Diop de Dakar
Faculté de Médecine, Pharmacie et Odontologie

Laboratoire de Biologie Végétale


et Matière Médicales

Département de Pharmacie.
Ph2 ; 2016/2017

COMPTE RENDU DE TRAVAUX PRATIQUES

Présenté et rédigé par : XXXX

INTRODUCTION
Durant une période de 5 semaines, nous avons eu à planter des semences « d’arachide » et
à étudier leurs croissances avec un arrosage hebdomadaire. Tout d’abord, sans engrais
pendant les 2-1ères semaines puis avec de l’urée comme engrais à partir de la 3ème semaine,
8 parts plus ou moins égales. En présence d’un témoin n’ayant aucunement reçu d’engrais.
Et finir en beauté avec un herbier.
Quel a été le principe de notre travail ?

PRINCIPE
Pour les 2-1ères semaines, mise sous terre des semences et observation de leurs croissances
(nombre de levée et tailles moyennes des plantules obtenues). Dés la semaine 3, mise
d’engrais (une part) de manière régulière jusqu'à son épuisement. Et pour la semaine 5,
étude de la Biomasse de nos plantules en mesurant leurs masse, fraichement recueillies puis
celle après un séchage de 8 jours et confection de l’herbier.

INTERPRETATION DES RESULTATS


Au fil des jours, nous avons eu une évolution de la taille moyenne de nos plantules (14 pour
celle avec urée et 14’ pour celle sans urée qui est notre témoin) que représentent les deux
courbes superposées sur notre papier millimétré en annexe. Avec un même degré arrosage
journalier, nous exécutions des prises de mesure hebdomadaire ; chaque Mardi et Samedi
dés nos premières levées.

On a ainsi not é 3 phases d’évolutions : Sans engrais ; ave engrais et enfin, une fois l’engrais
épuisé.
 Pour ce qui est de la phase avant utilisation d’engrais, nous avons d’abord eu un
retard de levée d’environs 3 jours par rapport au témoin. Soit, le jour 7 (j7) pour la 14
et le jour 5 (j5) pour la 14’. Cette phase s’est donc étendue de J5 à J15 pour 14 et J7 à
J15 pour 14’. Mais on a remarqué que l’évolution était similaire ; en ayant pour
origine j5 pour la 14’ (témoin) et j7 pour la 14.
Et 14 et 14’ n’avaient e différences que sur le nombre de levée et les tailles
moyennes. Ce qui peut se justifier par la méthode de mise en terre des semences.
On est donc passé de 1,5cm (j7) à 5,25cm (j15) pour 14 et de 1,3 à 7,65cm pour 14’.
Soit une moyenne de :
M1=(5,25 CM −1,5CM )/(15−7)J = 0,4688CM/J pour 14 dans cette phase.
et M1’ = (7,65CM-1,3CM) / (15-5)J= 0,635CM/J pour 14’ dans cette phase.

 La mise d’engrais en 14 a eu lieu le J15, une des 8 parts égales dont nous disposions.
Le J16, pour éviter que la plante ne fane, on n’a pas utilisé d’engrais juste de l’eau et
des le J17, de l’engrais jusqu’à épuisement le J26, en comptant 2 dimanches entre
J17 et J26. L’arrosage s’est fait avec 300ml d’eau pour 14 et 14’.
On es ainsi passé de 5,25 à 14,5CM pour 14 et de 7,65 à 15,05CM pour 14’ entre J15
et J26.
Soit des moyennes de :
M2= (14,5-5,25)CM / (26-15)J = 0,8409CM/J pour 14 durant cette phase
M2’= (15,05-7,65)CM/(26-15)J = 0,6727CM/J pour 14’ durant cette phase.

On se rend compte que l’engrais a accéléré la croissance de notre plante qui a pratiquement
rattrapé la 14’, comblant ainsi son retard.

 Pour ce qui est de la 3ème phase, elle débute de J26, prenant fin le J29. Ici, on
continuait l’arrosage avec la même quantité d’eau (300ml) pour 14 et 14’. ET On est
passé de 14,5 à 14,6CM pour 14 et de 15,05 à 18CM pour 14’.
Soit des moyennes de
M3 = (14,6-14,5)CM / (29-26)J = 0,0333CM/J pour 14 dans cette période.
M3’ = (18-15,05)CM / (29-26)J = 0,9833CM/J pour 14’ lors de cette dernière phase.

On constate avec évidence que la 14 a une croissance accélérée lors de la phase 2 (utilisation
d’engrais) et chute brusquement tendant à s’annuler. Ceci s’expliquerai par le fait qu’au
niveau des racine de 14, on a une absence totale de racines secondaires ; on n’y a que le
pivot qui n’est pas très développé par rapport à 14’. Ce qui est du à l’apport d’engrais qui
permet à la jeune plantule de ne pas aller en puiser dans le sol de manière profonde et dans
tous les sens. D’où, plus de racines secondaires et pas de pivot assez développé. Et comme à
partir de J26, on n’avait plus d’urée, alors la plante n’ayant pas développée de racines
secondaire et donc n’ayant pas assez de poils absorbantes n’a pu continuer sa croissance
dans le même élan. D’où à la phase 3, l’évolution tend vers 00.
Et en même temps, on a observé une augmentation de la croissance du témoin (14’) avec un
pivot assez bien développé et de nombreuses racines secondaires donc suffisamment de
poiles absorbantes propice à sa croissance.

En définitive, l’usage de l’engrais accélèrerai la croissance mais en même temps, rend la


plante dépendante car ne pouvant plus se développer sans.