Vous êtes sur la page 1sur 5

INTRODUCTION GENERALE

L'analyse économique moderne est une discipline vivante en plein essor,


compte tenu des nombreuses notions qu'elle permet d'élucider comme, la loi
de l'offre et de la demande, l'analyse traditionnelle du chômage, de l'inflation,
la théorie de l'entreprise et la croissance économique etc. Ces dernières
années ont été l'occasion de mieux fixer les frontières entre les sciences
économiques et le monde de l'entreprise, les sujets comme la finance et la
gestion relevaient des écoles de commerce, sans faire référence aux
principes économiques. Or aujourd'hui nous savons que pour comprendre le
fonctionnement d'une économie de marché, il est indispensable de
s'intéresser au mode de financement et de gestion des entreprises.

Pour un pays en développement comme la République Centrafricaine, qui


couvre une superficie de 623.000 km2, avec une population de 3.895.139
habitants d'après de RGPH de 2003, l'Etat est l'acteur principal qui doit
réguler l'activité économique, et favoriser ainsi l'initiative privée. L'un des
objectifs des économistes classiques est d'expliquer les mécanismes du
progrès, ils confèrent un rôle essentiel à l'investissement qui nécessite
l'épargne.

Pour ADAM SMITH «  l'industrie de la société ne peut augmenter qu'autant


que son capital augmente et ce capital ne peut augmenter qu'à proportion de
ce qui peut être épargné ». Le modèle néoclassique permet d'étudier
l'investissement fixe des entreprises, il étudie les coûts et les bénéfices qui
représentent pour l'entreprise la détention des biens de capital, il met en avant
la liaison entre le niveau d'investissement c'est à dire l'accroissement du stock
de capital, la productivité marginale du capital, le taux d'intérêt et la fiscalité
des entreprises.

L'entreprise est une réalité difficile à cerner, elle est définie comme une unité
juridiquement organisée employant des ressources (humaines, financières et
matérielles) produisant les biens et services destinés à la vente. Sa
complexité tient en deux points essentiels :

- d'une part, son fonctionnement découle de la combinaison de nombreux


facteurs de production (financiers, matériels, humains) ;

- d'autre part, la réussite d'une entreprise suppose que ses acteurs à savoir le
personnel, les dirigeants et les actionnaires trouvent leur compte dans sa
gestion.
Ainsi l'objectif prioritaire que doit se fixer une entreprise est la recherche du
profit. Pour assurer sa survie l'entreprise est soumise à l'exigence d'une
marge financière, de ce fait, il apparaît le concept de rentabilité.

La rentabilité est perçue comme le premier élément permettant à l'entreprise


de faire face au financement de son cycle d'exploitation, de ses projets de
développement et enfin d'assurer sa survie, cela suppose que l'entreprise est
en interaction avec le marché. On distingue généralement les marchés de
monopole et les marchés concurrentiels. Le duopole, est une structure de
marché concurrentiel caractérisé par deux entreprises qui offrent des produits
plus ou moins identiques à une même demande.

Notre analyse portera sur la production et la commercialisation du savon par


l'entreprise HUSACA, était en situation de monopole mais a vu l'entreprise
SAVEX entrer dans le secteur d'activité en 2005. Cette structure de marché
constitue le cadre de notre étude, avec le thème qui s'intitule « La rentabilité
d'une entreprise de production de savon en situation de duopole : cas
de HUSACA ».

La principale caractéristique du duopole réside dans le fait qu'en raison du


nombre d'entreprises, chacune doit tenir compte de la réaction de sa rivale
avant d'agir. Dans la théorie économique on classe les modèles de duopole
comme suit :

Ø Le modèle d'équilibre coopératif (cartel) ;

Ø Le modèle d'équilibre non coopératif.

Le choix de ce thème se justifie par le fait que les études de nos


prédécesseurs ont porté le plus souvent sur le marché de monopole, et
surtout que ce genre d'étude se prête difficilement au cadre de notre pays à
cause du manque d'entreprises en situation de duopole dans le même secteur
d'activité.

L'objectif principal consistera à savoir :

Ø est - ce - que la théorie économique du duopole peut s'appliquer au marché


centrafricain de la savonnerie, et quelles stratégies l'entreprise doit mettre en
oeuvre pour conquérir le marché ?

Cet objectif sera accompagné de trois objectifs spécifiques à savoir :


Ø Etudier la structure des prix ;

Ø Etudier la structure des quantités.

Ø Identifier les stratégies permettant de maximiser le profit ;

Pour atteindre ces objectifs, nous faisons trois hypothèses, l'entreprise doit :

Ø Augmenter les moyens mis en oeuvre dans la production, afin de stimuler


la croissance ;

Ø S'adapter aux nouvelles technologies de production, afin d'éviter les pertes


d'efficacité ;

Ø Jouir d'un climat de sécurité économique et sociale, afin de réduire les


risques encourus par l'entreprise.

Pour atteindre les objectifs assignés à notre travail, notre méthodologie


consistera à consulter les documents en rapport avec notre thème, et nous
procèderons à une enquête sur les marchés de la « VILLE » et du « KM5 «
qui sont les marchés du pays qui connaissent une affluence, pour analyser les
prix. Ainsi, notre travail sera structuré en trois chapitres:

Ø Le premier chapitre porte sur la situation du marché de la savonnerie avant


l'entrée de SAVEX.

Ø Le deuxième chapitre analyse l'entrée de SAVEX et la rentabilité de


HUSACA.

Ø Le troisième chapitre porte sur la réorientation des stratégies de HUSACA.

CONCLUSION GENERALE

Au terme de notre analyse, nous pouvons dire que le duopole est un cas très
simple d'oligopole, à cause du nombre d'entreprises qui le constitue.

Il nous permet d'appréhender une grande partie des caractéristiques


importantes des entreprises engagées dans l'interaction stratégique, et
permet d'éviter les problèmes de différenciation des produits.
La théorie économique du duopole est applicable sur le marché Centrafricain
de la savonnerie vu sa structure actuelle. Cependant, les hypothèses du
modèle posent un problème. Les entreprises n'ont les capacités nécessaires
(matières premières insuffisantes, et particulièrement pour HUSACA, manque
de technologie), pour produire en masse et satisfaire ainsi la demande totale.

Sur ce marché, la tarification ne dépend pas des entreprises (P = Cm), mais


les prix sont homologués par une commission du MCIPME, car le savon fait
partie des produits de première nécessité.

Ainsi, sur le marché en 2007, nous avons constaté que les prix pratiqués par
HUSACA et SAVEX sont relativement les même pour chaque niveau de poids
malgré l'avantage que fournie l'homologation ; il n y a donc pas de guerre des
prix.

Cette situation fait que la variable stratégique déterminante pour la conquête


du marché reste la quantité et la qualité des produits.

En situation de monopole, la production de HUSACA était importante, mais


depuis l'entrée de SAVEX, sa production diminue du fait, d'une part de la
vétusté de ses machines qui tombent le plus souvent en panne, et d'autre part
à la dégradation des moyens mis en oeuvre depuis quelques années
(immobilisations nettes, capitaux propres). Malgré cette situation, les
dirigeants de HUSACA estiment détenir 60% du marché en 2006.

HUSACA pour conquérir le marché a mis sur le marché des nouveaux


produits comme le savon parfumé de couleur blanche, a diversifié ses types
de savon pour chaque niveau de poids, et les prix vont de 250 Fcfa à 50 Fcfa,
pour concurrencer même les savons de fabrication traditionnelle qui coûtent
50 Fcfa et 100 Fcfa.

En 2003, la baisse des activités de HUSACA et la chute de sa rentabilité était


due à l'insécurité causée par les crises militaro - politiques de fin 2002 et du
début 2003, qui ont affecté aussi son principal fournisseur Centrapalm qui
avait vu ses plantations saccagées par les populations, ce qui a réduit
considérablement sa production d'huile. Mais actuellement, la baisse de la
production de savon à HUSACA n'est pas due à l'insécurité car depuis
l'entrée de SAVEX dans Le secteur d'activité, le pays est stable.

Cette situation de baisse de la production de savon qui a entraîné une perte


au cours de l'exercice 2006, comme le montre les ratios de rentabilité
financière, économique, et commerciale, est à rechercher sur le plan interne
car, généralement quand une entreprise privée fait des pertes, elle est perçue
comme une entreprise mal gérée.

Partant de cette situation, étant donné que HUSACA est une entreprise privée
qui paie à l'Etat (les IBS, la TVA, les droits de douane), aux travailleurs (les
salaires), et aux actionnaires (les dividendes) ; et étant qu'elle connaît des
difficultés internes et externes actuellement, et étant donné qu'elle n'est pas
subventionnée, l'Etat qui est le régulateur de l'activité économique, et le
promoteur l'initiative privée, doit aider HUSACA à procéder à une
restructuration totale. Cette opération permettra à HUSACA d'avoir l'aval de
l'Etat, afin d'être crédible face aux institutions bancaires pour bénéficier des
financements, ou d'attirer de nouveaux actionnaires. Cela lui permettra de
mobiliser les ressources financières pour renouveler ses immobilisations, lui
permettant ainsi de mettre sur le marché des produits nouveaux de bonne
qualité, et en grande quantité.

Toutefois la prise en compte de nos suggestions pourrait permettre à


HUSACA de renouer avec les bons résultats qu'elle faisait il y a encore
quelques années