Vous êtes sur la page 1sur 4

La vulgarisation ésotérique est un sport de combat (In mémoriam Serge

Hutin) II

A notre époque, les mystères ne surgissent-ils pas sans cesse - au-dessus de nos têtes et même
en nous? 
Voyage vers Ailleurs, Serge Hutin

Serge Hutin 1929-1997

Quelques aperçus biographiques en provenance des hautes sphères académiques ont pu nous
présenter Serge Hutin et ce qui peut apparaitre comme une déchéance -en terme de
respectabilité universitaire, tout du moins. Cela s'expliquerait, au choix:

- par ses recherches sur l'alchimie car cette dernière a le pouvoir de faire "perdre la tête" aux
"meilleurs esprits" (hypothèse de Didier Kahn du CNRS)

- dans la déferlante "occultiste" parascientifique touchant la France à la parution du best-seller


de Pauwels et Bergier, en somme éternel retour de l'irrationnel lié au Sens de l'Histoire
(hypothèse de Pierre Lagrange du CNRS aussi, avec un zeste d'EHESS)
Image issue du site dipching.com

Il peut être utile à présent d'examiner ce qu'en dit le milieu tourné vers "les mystères",
"l'inexplicable" et ce que certains appellent "la vulgarisation ésotérique".

Un tel milieu est un sujet assez épineux à aborder: fermement implanté depuis les années 60,
avec un rythme de diffusion ininterrompu jusqu'à aujourd'hui, c'est une portion non-
négligeable de l'atmosphère culturelle. Les aléas de ce petit monde entièrement tourné vers
"l'inconnu" ont toujours été solidaires des agitations géopolitiques du moment et on pourrait
en faire remonter les racines idéologiques et logistiques à la IIIe République (1870-1940). Il
ne s'agira ici que de brèves incursions qui demanderont à être développées ensuite.

***

Si donc on cherche à mieux comprendre ce tournant dans la carrière de Serge Hutin, il


apparait nécessaire de se pencher sur les étapes-clés et les rencontres qui ont marqué son
existence. Il semble bien qu'à ce sujet, ce soit dans un livre-hommage à la collection J'ai Lu
Aventure Mystérieuse paru en 2012 qu'on trouve les informations les plus exhaustives.

Difficile de savoir si les auteurs ont connu personnellement Serge Hutin, mais ils nous
offrent un recueil de témoignages de collègues et d'amis l'ayant côtoyé. En ce qui concerne les
affiliations maçonniques, il n'y a guère qu'à propos de son initiation à la Grande Loge de
France, en février 1966 par l'atelier Arts & Travaux qu'on aura des renseignements précis.
Compagnon en 1967, il passera au grade de Maître en 1968.
Jeton de la loge Art & Travail

On notera sans plus de précision de date ou de lieu, un 30° du R.E.A.A, une affiliation à
l'A.M.O.R.C, une autre à une maçonnerie de type "égyptienne", enfin un rattachement au
Martinisme -sans précisions sur la "chapelle" à laquelle il s'est rattaché, le martinisme en
comptant une quantité certaine...

On ne saura à peu prêt rien du milieu éditorial dans lequel il a pu évoluer, bien que plusieurs
de ses ouvrages soient encore réédités de nos jours, rappelons-le. Milieu particulièrement
fermé de l'édition francophone sur lequel on en sait encore moins que sur certaines sociétés
dites secrètes.

Outre ses affiliations et son parcours universitaire, nous aurons ensuite surtout droit à un
portrait psychologique où l'emphase portera sur l'indigence qui a pu toucher cet homme.

Par souci d'exhaustivité, voici une paraphrase (1) synthétique mais scrupuleusement exacte
des renseignements fournis par le collectif d'auteurs soigneusement choisis par les éditions
J'ai Lu. Nous prendrons la liberté de les commenter ensuite, car il y aura plusieurs remarques
à faire:

[Début de la paraphrase]

Serge Hutin a consacré toute sa vie à l'occulte et son œuvre foisonnante aura servi à
vulgariser des sujets comme l'alchimie, les sociétés secrètes et les sciences traditionnelles. Il a
fait découvrir à beaucoup d'entre nous tous les chemins ou presque adjacents à la voie
initiatique en Occident. Il a été un ésotériste authentique, d'une sincérité absolue, entièrement
tourné vers la Tradition Primordiale car il était un guénonien convaincu. C'est pourquoi il ne
travaillait pas pour s'enrichir.
Cela n'a pas empêché sa quête de sagesse, qu'il a mené au prix d'une certaine solitude. Il finira
d'ailleurs sa vie dans la misère, d'où certains médisants laissant entendre qu'il y aurait dans sa
bibliographie quelques ouvrages signés dans un but "alimentaire".

Mais c'est ignorer l'irrépressible attrait pour l'irrationnel et le merveilleux qui agitait Serge.
Victime de ses éditeurs qui parfois oubliaient de verser des droits d'auteurs (entre autres
indélicatesses) Serge Hutin finira par devenir sa propre victime: il terminera sa vie dans la
pauvreté à la maison de retraite de Prades.

N'ayant connu que des amours rêvés, il a gardé toute sa vie le vif souvenir d'une aventure avec
Marie-Rose Baleron de Brauwer. Cette dernière était une commissaire de la DST basée à
Nice, l'une des rares  femme à avoir de sérieuses responsabilités dans le monde du
renseignement. Elle enquêtait sur des liens entre le S.A.C, la C.I.A et des loges italiennes puis
disparaîtra dans des circonstances troubles (accident d'avion) au cours du mois d'octobre
1972.
 
La mémoire de celle qui aurait dû être son "épouse mystique" le hantera jusqu'à la fin de ses
jours.

C'était à cette Marie-Rose qu'était dédiée la biographie d'Aleister Crowley que Serge Hutin
fait paraître en 1973. Il est pourtant signalé que personne n'a jamais été enregistré sous ce
nom à la D.S.T ou aux R.G. Le mystère reste donc entier.

Hanté par ce chagrin d'amour, Serge Hutin vit dans une précarité qui s'accentuera au décès de
sa mère: il se retrouvera ainsi privé de soutien financier et d'une protection contre les
vicissitudes du quotidien. Il mènera une difficile vie de misère non seulement matérielle, mais
aussi affective.

Il faut ajouter qu'il était atteint d'une poliomyélite infantile dont témoignent sa démarche et
son écriture particulière. On se moquait volontiers de lui, mais Serge taisait son chagrin.

D'un naturel candide et d'une bienveillance constante, plongé dans ses réflexions intérieures,
on trouve facilement dans cette existence accablante les raisons d'un jugement qui a pu
s'égarer. Ayant connu la faim, l'errance, les hospitalisations et d'autres déconvenues encore,
on garde donc de Serge Hutin un souvenir ému et attendri.

[Fin de la paraphrase]
https://extensiondudomainedelaquenelle.blogspot.com/2020/07/la-vulgarisation-esoterique-
est-un.html