Vous êtes sur la page 1sur 24

Journée MAAF-ANSES" La rage, une maladie toujours d’actualité "

OIE, 9 octobre 2014

Qu’est-ce que la rage ?


Maladie de la diversité et des paradoxes

Nadia HADDAD
Unité de Maladies Contagieuses (ENVA)
UMR BIPAR (ENVA, Anses, USC INRA)

1
ZOONOSE MORTELLE
Mort inéluctable
Rapide
(encéphalite)

Source: CDC

Après d’insupportables souffrances

Histoire ancrée dans un imaginaire


collectif de terreur (loups, chien
enragés, vampires…) 2
La rage, zoonose négligée !
• Cas déclarés OMS/an : ≈ 55 000 (forte sous-estimation)
Zones à risque dans le monde (OMS, 2013)

31 000
24 000

Maladie des PED, essentiellement rurale


3
(mais cas urbains)
La rage, zoonose négligée !

Miniature d'une traduction arabe de la Matière médicale de Dioscoride (1224)


(Free Gallery of Art, Washington DC).

Chien >98% des décès humains enregistrés/an


dans le monde (morsure) 4
4
La rage, une situation contrastée !
Evolution de la situation en France (rage terrestre)

1885 1924

Paris : chiens, Dernier cas


200-600 cas humain autochtone
1968
≈20 cas humains

D'après « Ma Revue
Source : musée Pasteur
hebdomadaire », 1908

Lutte médico-sanitaire 5
Ex.: cosmopolite « chien » en Europe => variant « renard »

Front de rage => progression de 20 à 60 km/an

Ex.: France

Rage vulpine en Europe


Cas cumulés 1990-2003 (source : OMS)

6
La rage, une situation contrastée !
Evolution de la situation en France (rage terrestre)

1885 1924 1998 2001

Paris : chiens, Dernier cas Dernier France


200-600 cas humain autochtone
1968 1989 cas INDEMNE
≈20 cas humains (rage
terrestre)

Vaccination orale
http://www.ententeragezoonoses.com

Evolution similaire dans autres pays U.E. lutte efficace !!! 7


Le virus de la rage, une « fausse » unicité
• Famille des RHABDOVIRIDAE
• Genre LYSSAVIRUS
Virulence
Protection vaccinale
Diversité inter
intra Espèce(s)

Nucléoprotéine
8
« Le » virus de la rage - différentes espèces
-RABV = espèce dominante
EBLV-2
(« LE » virus rabique)
 mms terrestres +
chiroptères nouveau monde
EBLV-1

- espèces (14* enregis-


trées à l’ICTV), dont ≥ 6
zoonotiques (majorité 
chiroptères ancien monde)

- 3 phylogroupes => pas de


protection croisée entre
eux

*2 petits « nouveaux » en
Source : Fooks et al. 2014 Europe : Bokeloh et Lleida
9
Espèce RABV => plusieurs lignages
- Totalité séquence gènes N (nucléocapside) et G géotypage
Arctic-related
Chien, raton-laveur, renard arctique, roux, mouffette, loup)

Cosmopolitan
(chien, loup, renard)
Africa 4?
Ex-Africa 1
Indian sub- Asian
Africa 2 continent
Africa 3
(mangouste)

D’après Bourhy et al, 2008

- Zones hypervariables G subdivisions supplémentaires


ex.: à l’intérieur des clades « Africa 1 » ou « Africa 2 »

traçabilité ! 10
RABV, une multiplicité d’espèces sensibles
TOUS les mammifères
Mais : peu = réservoirs
Principaux réservoirs autres que le chien différents cycles ≠ cibles pour la lutte

11
La rage, patchwork clinique, fin tragique
Tous les intermédiaires
Rage furieuse possibles Rage paralytique

« Tout est rage, rien n’est rage »

-Démarche pour étayer (ou non) une suspicion ?


-Diagnostic : passe par le labo. (+ typage)
12
Eléments clés

Signes Anamnèse Évolution


neurologiques clinique

Pas d’hydrophobie chez les animaux !!!

Source : Andral
13
Quelle démarche clinique et épidémiologique pour le VS ?
Signes neurologiques

Sensoriels
Douleur
Précoce
Paresthésies Site inoculation
Prurit ---> démentiel

Hyperesthésie

Rage furieuse

≈ ∅ dans rage paralytique


Quelle démarche clinique et épidémiologique ?
Signes neurologiques
Moteurs
Parésie

Paralysie d’abord :
-train postérieur
-Masseters, mâchoires bave
Chien atteint de la rage, introduit
Aboiement bitonal du Maroc en Espagne, 2013
Procidence corps clignotant (source afriquinfos.com

D’emblée dans rage


paralytique

Tardifs dans rage furieuse

Photo Carrie Cizausk


Quelle démarche clinique et épidémiologique ?
Signes neurologiques
comportementaux
Comportement
inhabituel
Agitation, hallucinations
Excitation , dont génésique
Hurlements

Agressivité ---> furie


Morsures,
Isolement
griffures
Fuite…
Abattement, torpeur
Rage furieuse

≈ ∅ dans rage paralytique


Quelle démarche clinique et épidémiologique ?
Voyages
Anamnèse Contacts avec carnivores ayant voyagé
(Chiroptères)

Questionner : propriétaire

Examiner : passeport /certificat officiel


-n’existe pas
-Certaines conditions non remplies
-« anomalies » filières illégales ?

17
Quelle démarche clinique et épidémiologique ?

Évolution
Celle d’une encéphalomyélite aigue mortelle
clinique
Si rage : évolution rapide vers la mort
mais : peut atteindre ou dépasser
12 jours (ex.: Malaga, 2008)

Autres hypothèses plausibles


Possibilité investigations complémentaires
mise en place d’un traitement

Mais : éviter absolument : contacts, griffures, morsures


si ou euthanasie : diagnostic rage prioritaire
18
La rage, des temps longs et des temps courts…
Infection
encéphale MALADIE :
Ascension COURTE
centripète

Multiplication
locale

Inoculation  morsure INCUBATION :


LONGUE
Source : B. Chomel 19
Une excrétion salivaire pré-symptomatique

ANIMAUX ANIMAUX
SAUVAGES 100%
DOMESTIQUES

80%

15% T
-28 5%
-15 -13 -8 -5 -3 0

Symptômes Mort

20
Mesures réglementaires : catégories d’animaux

Incubation Phase clinique Mort

Excrétion virus rabique Temps


Qqs jours ≥ 1 an
(Fenêtre épidémiologique)
Conta-
8 j (13 j) +++
mination

Euthanasie Surveillance Surveillance


Diagnostic de labo.
contaminés mordeur suspect
Source : B. Chomel

= Rôle central du VS 21
La rage animale en France

1 Chien 1 Chat
Pas né en France, « introduit 2001
illégalement » 2008
Né en France, « voyageur »
1 1
Cas secondaire, tertiaire 1 1 1 2 1 1
Contamination par chiroptère 1 1
1 1
1
1

« Clandestins », « voyageurs »

France indemne de Perte statut


rage terrestre indemne (2 ans) 22
CONCLUSION
Rage : reste aussi redoutable que par le passé, avec image
très contrastée PED / pays développés et rôle central du chien
France : disparition rage terrestre, mais se rappelle
régulièrement à notre souvenir par :

-manque de contrôle dans les pays


d’enzootie rabique ( « One Health »)
-maîtrise imparfaite en France du
risque d’introduction

Nécessité : - mesures correctives


- grande vigilance des VS = derniers remparts 23
Merci pour votre attention !

24
Mosaïque romaine du III° siècle, découverte à El-Jem, Tunisie