Vous êtes sur la page 1sur 4

Appareil respiratoire

fonction principale
oxygénation du sang au niveau des poumons (hématose)

Origine embryonnaire
entoblaste les épithéliums (de revêtement + glandulaire)
mésoblaste tissu conjonctif de tout l’appareil + feuillets (viscéral et pariétal)
épiblaste les voies respiratoires supérieures

Organisation générale
Les voies respiratoires supérieures
fosses nasales
rhinopharynx (nasopharynx)
Les voies aérophores proprement dites
larynx
trachée
vois bronchiques
Les poumons
Les vois bronchiques
Bronches souches (10 mm)
droite et gauche et la trachée en plus
Voies intra-pulmonaires extra-lobulaires (1 à 10 mm)
grosses bronches
bronches moyennes
bronches inter lobulaires
bronches sus-lobulaires
Voies intra-pulmonaires intra-lobulaires = Bronchioles (1 mm)
bronchioles proprement dites
bronchioles terminales
bronchioles respiratoires
La muqueuse respiratoire
(épithélium + chorion) présentent des variations structurales selon différentes régions des voies
aérophores.
L’épithélium de type respiratoire
stratifié au niveau de la muqueuse nasale
pseudo stratifié au niveau de la trachée jusqu’aux bronches extra lobulaires
uni stratifié au niveau des bronchioles
Les cellules de l’épithélium
cellules cylindriques ciliées
cellules caliciformes à pole muqueux ouvert
cellules basales de remplacement
rares cellules endocrines visibles après coloration spéciale
Fosses nasales (cavités nasales)
Les régions de la muqueuse nasale
antérieure (vestibulaire) épithélium de type malpighien pavimenteux stratifié kératinisé (peau)
Supérieure (sensorielle) épithélium de type sensoriel (muqueuse olfactive)
Postérieure épithélium de type respiratoire (muqueuse nasale proprement dite)
(respiratoire) c’est la membrane de Schneider
Structure de la muqueuse nasale
Un épithélium
stratifié prismatique cilié à cellules caliciformes à pôle ouverte
repose sur une membrane basale 1
Un chorion
couche superficielle infiltrée de lymphocyte
(tissu conj lâche)
couche profonde adhérant au périoste
conjonctivo-élastique parcourue par des plexus veineux et des vaisseaux lymphatiques
Rhinopharynx
Chorion fibreux
des petites glandes salivaires mixtes
des nodules lymphoïdes (dont certains forment une masse : l’amygdale pharyngienne de Luschka)
épithélium respiratoire pseudo-stratifié
Histophysiologie des voies aériennes supérieures
La muqueuse nasale Vaisseaux sang Humidifie et réchauffe l’aire
Glandes muqueuses Arrête la poussière
La couche Barrière de protection
lymphoïde voie de propagation de certaines infections.
Le Larynx
il participe à la fois à l’axe aerien et à la phonation.
sa paroi est tapissee d’une muqueuse qui offre à décrire 4 épaississements
les 2 cordes vocales supérieures fausses (bandelettes ventriculaires)
sont en retrait par rapport aux (c. v. v)
épithélium respiratoire pseudo-stratifié
chorion est conjonctivo-vasculaire contenant des glandes sero-muqueuses et des fibres musculaires
lisses
Les 2 cordes vocales inferieures vraies
limitent un espace (la glotte)
épithélium de type malpigien ou épidermoïde (PSNK) type buccal (pharyngé)
chorion riche en fibres élastiques, renferme des formations lymphoïdes et glandulaires et les
vaisseaux lymphatiques sont absents
Histophysiologie du larynx
Cs ciliées caliciformes Protection + humidification des voies aériennes supérieures
glandes lymphoïde
Cartilage laryngé mobile Phonation
Epiglotte Ferme l’orifice pharyngien de larynx au cours de la déglutition
La paroi de la trachée et des bronches extra-lobulaires
1 ère tunique une muqueuse avec un épithélium respiratoire et un chorion fibro-élastique
2 ème tunique une sous-muqueuse comportant des pièces de cartilage hyalin
3 ème tunique une adventice fibro-adipeuse

La trachée et les bronches souches


muqueuse type respiratoire
sous- Trachée convexe dans sa partie antérieure subdivisée en
muqueuse . une zone interne conjonctivo-glandulaire
. une zone externe comportant un arc cartilagineux en forme de
fer à cheval
Plane dans sa partie postérieure constituée de
. nappe musculaire lisse + muscle trachéal + des glandes
Bronches souches L’arc cartilagineux est complet et il n'y a pas de muscle
adventice fibroblastique riche en vaisseaux sanguins et lymphatiques
Elle est appelée péri bronche au niveau des bronches souches

2
La trachée
fait suit à larynx
forme cylindrique aplatie dans ¼ post
sa lumière est maintenue ouverte par un squelette cartilagineux des anneaux incomplets
Les voies bronchiques extra-lobulaires (grosses-moyennes-petites)
muqueuse elle est festonnée
un chorion riche en faisceaux de fibres élastiques longitudinaux
et entouré de fibres annulaires du muscle de REISSESSEN.
sous- Sa zone externe renferme un cartilage hyalin en forme
muqueuse . des arceaux complets (grosses bronches),
. des pièces arquées incomplets (bronches moyennes)
. des nodules (petites bronches)
adventice Conjonctivo-élastique (vaisseaux sang - plexus nerveux - plexus lymphoïdes)

Les voies bronchiques intra -lobulaires (bronchioles)


Leur paroi ne contient ni cartilage ni glandes
bronchiole bronchiole proprement dite bronchiole terminale respiratoire
épithélium respiratoire uni stratifié simple cilié avec de uni stratifié cilié parfois
présente des cellules ciliées + rares Cs caliciformes endothéliforme dépourvu de
caliciformes + prismatiques et des cellules de cellule mucipares
sécrétrices (de Clara) Clara.
chorion conjonctivo-élastique limité par le muscle conjonctivo-élastique avec
comporte un muscle de de Reissessen quelques fibres musculaires
Reissessen bien développé lisses
les cellules de Clara
des cellules pyramidales dont le pôle apical est garni de microvillosités.
dans la partie apicale de leur cytoplasme existent des grains de sécrétion expulsés par exocytose
Les bronchioles respiratoires
Constituent les 1 ères formations bronchiques du parenchyme pulmonaire
Histophysiologie des voies bronchiques
cellules (ciliées + cylindriques) épuration - humidification et nettoyage bronchique
dispositif élastique maintient le mécanisme respiratoire ( ouverture des bronches)
membrane de REISSENSSEN règle le débit aérien
maintenance du calibre (variation du calibre)
cartilage bronchique maintient la béance (ouverture) des voies bronchiques

Le lobule pulmonaire (unité histologique et fonctionnelle du poumon)


constitué par un stroma interstitiel riche en vaisseaux sanguins et comportant :
Les 3 segments successifs de l’arbre bronchiolaire
bronchioles (proprement dites - terminales - respiratoires)
Les canaux alvéolaires
naissent des bronchioles respiratoires à paroi partiellement alvéolisée
Les bourrelets alvéolaires
sont les pieds d’insertion des alvéoles sur les canaux alvéolaires
Les alvéoles pulmonaires
des petites cavités polyédriques dont la surface totale est dite surface respiratoire
La paroi alvéolaire
c’est la cloison séparant 2 alvéoles contigües , elle est constituée par :
. épithélium alvéolaire
. stroma
. réseau capillaire 3
Epithélium alvéolaire
0.2 µ d’épaisseur continu à cellules étalées en voile autour d’une zone péri nucléaire surélevée , il est
formé par :
les pneumocytes type l
simple cellules de revêtement
imperméable aux liquides et perméable aux gaz
les pneumocytes type ll
cellules sécrétrices à l’origine du surfactant (un mince film liquidien continu s’étalant en surface de
l’épithélium alvéolaire)
propriétés d’abaisser la tension superficielle – d’être antibactérien
capacité de présentation antigénique – de sécrétion de cytokines
cet épithélium repose sur une membrane basale continu percée de pores
Stroma
une substance fondamentale amorphe PAS+ présente :
des formations fibrillaires
fibres de réticuline
fibres élastiques agencées en fibres (communes - du sac - du collet)
des cellules
fibroblastes - cellules alvéolaires (septales) - cellules migratrices (à poussières)
Le réseau capillaire du stroma
situé dans le stroma alvéolaire
200 segments capillaires par alvéole (réseau dense)
la paroi des capillaires est formée d’un endothélium continu sans cellules périthéliales
Les cellules alvéolaires (septales)
proviennent des macrophages et appartiennent au système macrophagique
elles peuvent traverser l’épith alveolaire par diapédèse et être éliminées par voies aériennes
cellule cytoplasme rôle
Cs vacuolaires bourré de vacuoles lipidiques captant les lipides sanguines
Cs granuleuses homogène captent les particules inhalées
sont des cellules à poussière
La barrière de diffusion ou barrière air-sang (barrière alvéolo-capillaire)
Elle est constituée en allant de la lumière capillaire vers la lumière alvéolaire de :
- l’endothélium capillaire
- les membranes basales alvéolaire et capillaire accolées
- l’épithélium alvéolaire
- le surfactant
La plèvre
la plèvre est une séreuse formée de deux feuillets (viscéral et pariétal) séparés par la cavite pleurale
Chaque feuillet presente à décrire de la cavite vers l’extérieur :
• Un mésothélium : uni stratifie à cellules polygonales
• Une couche sous mésothéliale : mince formée d’un feutrage de fines fibres de collagène et
élastiques
• Un plan fibro-élastique : épais et caracterise par
sa richesse en éléments élastiques (feuillet viscéral)
une lame épaisse conjonctivo-vasculaire (sac fibreux) (feuillet pariétal)
Histophysiologie
L'hématose se fait par diffusion simple grâce à 4 particularités de la barrière alvéolo-capillaire
• L’étendu de la surface respiratoire (70 à 80m2) et de la surface du réseau capillaire
• La longueur du trajet parcouru par le sang à l’intérieur de chaque lobule
• La nature et la minceur de la barriè re alveolo-capillaire
• Le surfactant qui assure la dissolution des gaz et le maintien de la perméabilite alvéolaire
4