Vous êtes sur la page 1sur 522

t1rOUtnn IIrtitUIE

SELON

LE SENS SPIRITUEL

où sont révélés

LES. ARCANES QUI Y SONT PRÉDITS, ET QUI JUSQU'A PRÉSENT

ONT ~:n: PROFONDÉMENT CACHI:;S.

OUVRAGE POSTHUME

D'EMMANUEL SWEDENBORG
TR.'DUIT DU LATIN

PAR .J.-F.-E. LE BOYS DES GUAYS.

TOME CINQUIÈME.
CH APITRES XII 1.'1' XIII.

N°' 705 ~ 847.

SAINT-AMAND (CHER),
ilia librairie de LA NOUVELLE JÉRUSALEM, chez PORTE, r.ibrain. •
PARIS,
M. MINOT, rue du four-S'-Germain, 40.
TREUTIEL el WURTZ, Libraires, rue de Lille, 17.
LONDRES,
SWEDEl\OORG SOCIETY, 36 Bloomsbul'Y street, Oxford Street.

'\ 85R.
'.
,..
<
li:
~ j
<r. ...
'"
~
L110Utnn ElrtI~EIE
SELON

J-1E SENS SPIRITUEI~

où sout révélés

LES . ARCAN~S QUI y SONT PRÉDITS, ET QUI JUSQU'A PRÉSEi'n


ONT i:n: PROFONDÉMENT CACHÉS.

OUVRAGE POSTHUME

D'EMMANUEL SWEDENBORG
TRADUIT DU LATIN

PAR .J.-F.-E. LE BOYS DES GUAYS.

TOME CINQUIÈME.
CHAPITRES XII Pol' XIII.
N°s 705 il 8t;.

SAINT-AMAND (CHER),
A. la librairie de LA NOUVELU1: JÉRUSALEM, che.z POnTE, Librain. •
PARIS,
M. MINOT, rue du Four-S'-Germain, M.
TREUTIEL et WURTZ, Ubraires, rue de Lille, 1.7.
LONDRES,
SWEDENBORG SOCIETY, 36 BloomsbUl'Y Street, Oxford Street.

1 8~) 8.
L'.A.POCALYPSE.

CHAPITRE DOUZIÈME.

1.. Et un signe grand fut vu dans le Ciel : Une Femme enve-


loppée du Soleil, et la Lune sous ses pieds, et SUI' sa Tête une cou-
l'orlOe de douze étoiles.
2. Et étant enceinte elle criait, étant en travail d'enfant et tour-
mentée pOUl' enfanter.
3. Et il fut vu un autl'e signe dans le Ciel; et voici, un Dragon
grand, roux, ayant sept têtes, et dix cornes, et SUli ses têtes sept
diadèmes.
!J. Et sa queue entl'alna la troisième partie des étoiles du Ciel,
et les jeta en la terre; et le Dragon se tint devant la Femme qui
allait enfanter, afin que, quand elle aurait enfanté, il dévol'ât son
eufant.
5. Et elle enfanta nn fils mAie, qui doit pattre toutes les nations
-avec une verge de fer; et enlevé fut son enfant vers Dieu et vers son
TrOne.
6. Et la Femme s'enfuit dans le désert, où elle a un lieu préparé
par Dieu, afin qu'on l'y nourrisse mille deux cent soixante jours.
7. Et il y eut nne guelTe dans le Ciel; Michaêl et ses anges com-
battirent contre le Dragon; et le Dragon combattit et ses anges.
8. Et ils l1e furent pas les plus forts, et leur lieu ne fut plus
trouvé dans le Ciel.
9. Et pl'écipité fllt ce Dragon grand, ce Serpent ancien, appelé
Diable et Satan, qui séduit tout le globe; précipité il fut en la terre,
et ses anges avec lui furent précipités.
10. Et j'entendis une voix grande qui disait dans le Ciel: Main-
tenant a été fait le salut, et la puissance, et le royaume de notre
v. 1.
2 L'APOCALYPSE "EXPLIQUÉE. N' 705.

Dieu, et le pouvoir de son Christ, parce que précipité a été l'ac­


cusateur de nos frères, qui les accusait devant notre Dieu jour et
nuit.
H. Et eux l'ont vaincu pal' le sang de l'Agneau, et par la pa­
l'ole de leur témoignage, et ils n'ont point aimé leur âme jusqu'à
la mort.
12. C'est pourquoi, l'éjouissez-vous, Cieux, et ceux qui y ha­
bitent. Malheur à ceux qui habitent la terre et la mer, parce qu'est
descendu le diable vel'S \'OUS, ayant une colère grande, sachant que
peu de temps il a!
13. Et quand eut vu le Dragon qu'il avait été précipité en la
terl'e, il poursuivit la Femme qui avait enfanté le fils.
1ft. Et furent données à la Femme deux ailes de l'aigle grand,
afin qu'elle s'envolât dans le désert en son lieu, où elle serait nour­
rie un temps, des temps, et la moitié d'un temps, hOI'S de la face
du serpent.
15. Et jeta le serpent apl'ès la Femme, de sa bouche, de l'eau
comme un fleuve, afin que par le tleuve il la fit emporter.
1ô. Et la terre secourut la Femme, et la terre ouvrit sa bouche,
et elle engloutit le fleuve que le Dragon avait jeté de sa bouche.
17, Et irl'ilé fut le Dt'Ugon contre la Femme, et il s'en alla faire
la guerre aux l'estes de sa semence, qui gardent,les commande­
ments de Dieu, et ont le témoignage de Jésus-Christ,
'l8. Et je me lins SUl' le sable de la mer.

EXPLICATION.

705. Vers. 1,2. Et un signe gmnd fut vu dans le Ciel: Une


Femme env"eloppée du Solei/~ et la Lune sous ses pie~~ et sur
sa Tête une couronne de douze étoiles. - Et étant enceinte
elle cr.iait, étant en travail d'enfant et tourmentée pour en­
fanter. - Et un signe grand fut vu dans le Ciel~ signifie un
témoignage Divin concernant la future Église et la réception Je sa
doctrine, el concernalJt ceux qui l'attaquel'ont : une lemme enve­
loppée du Soleil, signifie l'Église chez ceux qui sont dansl'amout'
Vers. i. CHAPITRE DOUZIÈME. :1
envel's le, Sei~neur, et par suite dans l'amour à t'égard du prochain:
et la Lune sous ses pieds, signilie la foi cbez ceux qui sont dans la
charité: et sur sa Tête une. couronne de douze étoiles, signifie
la sagesse et l'intelligence de ceux qui sont de cette Église, au
moyen des doctrinaux et des connaissances du vrai et du bien:d'a­
près la Parole: et étant enceinte, signifie la doctrine qui nalt du
hien de l'amour céleste: elle criait, étant en trat'ail d'en/lm!
et tourmentée pour enfanter, signifie la ,non-réception par ceux
qui sont dans l'Église, et la résistance de ceux qui sont dans)a foi
séparée d'avec la charité.
706. Et un signe grand 'fut lJU dans le Ciel, signifie un
témoignage Divin concernant la future Églùe et la l'éception
de sa doctrine, et concernant ceux qui l'attaqueront: on Je
voit par la signilication d'un signe grand dans le Ciel, en ce que
c'est une manifestation et un témoignage Divins; que ce soit con­
cernant l'Église et la réception de sa doctrine, et aussi concernant
l'attaque contre elle, on le voit par ce qui suit; en effet, par la
Femme, il est entendu l'Église, pal' son fils mâle la doctrine, et par
le dl'agon et ses anges, et ensuite pal' les hêtes, sont entendus ceux
qui atlaquel'ont l'Église et sa doctrine, Si celle vision est appelée
signe grand, c'est parce que pal' signe'i1 est entendu une mani­
festation divine concel'llant les choses futures, et un témoignage,
ici concel'nant la future Église et sa doctrine, et aussi concel'llant
.'attaque contl'8 elle par ceux qui sont entendus par le dragon et
par les bêtes; cela est appelé signe en l'aison de ce que cela mani­
feste et Htteste. Dans la Parole, en heaucoup d'endroits, il est parlé
de signe et de miracle, et par le signe il'est entendu ce qui indique,
atteste et persuade au sujet de la chose qu'on demande, mais par le
miracle il 8:;t entendu ce qui excite, fl'appe et donne de l'étonne­
ment, ainsi le signe émeut l'entendement et sa foi, et le mir'acle la
volonté et son affection, car c'est la volonté et son affection qui sont
excilée~, frappée;; et mises dans ('étonnement, et c'est l'entende­
ment et !'1I foi qui sont persnadés, à qui il est indiqué, et pour qui se
lait le témoignage. Que le signe et le miracle soient différents, on
peut le voir en ce que les Juifs, quoiqu'ils eus:;ent vu tant de mi­
racles faits pal' le Seigneur, lui demandèrent cependant des signes;
el aussi, en ce que les prodiges faits en Égypte et dans le désert
4 L'APOCALYPSE EXPLiQUÉE. N' 706.

sont appelés tantOt signes, tanlôt miracles, et aussi l'l]n et l'autre;


puis, én outre, on le voit en ce que, dans chaque chose de la Pa­
l'ole, il yale mariage du vrai et du bien, par conséquent aussi de
l'entendement et de la volonté, cal' le vrai appartient il l'enrende­
ment, et le hien appartient à la volonté, et pal' suite aussi les signes
s'y réfèrent aux choses qui appartiennent au vrai, par conséquent
à la foi et a l'entendement, et les miracles à celles qui appal'tien­
.nent au bien, par conséquent à l'affection et à la volonté; de la
donc, on voit clairement ce qui spécialement est entendu par les
signes et ce qui l'est par les miracles, 101'sque les uns et les autres
sont nommés dans la Par'ole, comme dans ~s passages suivants;
dans Moïse: Il J'endw'cirai le cœur de Pharaon> afin que je
multiplie mes'signes et mes miracles dans la terre d 'Égypte. 1)
- Exod. VU. 3. - Dans le Même: Il Jéhovah a fait des signes
et des miracles grands et mauvais en Égypte> à Pharaon et
à toute sa maison. 1) - Deutér. VI. 22. - Dans le Même:
Il Jéhovah a-t-il tenté (auparavant) de venir prendre pOUl' Lui

une nation du milieu d'une nation pm' des miracles> par des
signes> et par des p7'odiges? 1) - DeuL IV. 3!J. - Dans David:
Il Ils ne se sont point souvenus du jour où J é/zovah a mis en

Égypte ses signes, et !es prodiges au champ de Soan. Il ­


PSt LXXVllI. !J2, !J3. - Dans le Même: Il Ils ont mis parmi
eux les paroles de ses signes, et des miracles dans la terre de
Cham. Il - PS, CV. 27. - Dans le Même: Il Il a envoyé des
signe.ç et des mir{lde.~au milieu de toi, Égypte, contre Pha­
7'oon et tous ses serviteurs. 1) - CXXXV. 9. - Dans Jérémie:
Il Toi> qui a~ mis des signes et de.~ mtracles dans la terre

d'Égypte, et jusqu'à ce jour> même en Israël> et parmi les


h0rrl:mes, et qui as tiré ton peuple Israël de la terre d'Égypte,
pal' des signes et par des miracles. l) - XXXII. 20~ 21; ­
par ces passages, il e~t évident que les prodiges faits en Égypte,
et ensuite chez les (ils d'Israel, sont appelés signes et miracles,
signes parce qu'ils étaient des témoignages et persuadaient, mira­
cles parce qu'ils excitaient et saisissaierl d'étonnement; ils s'ac­
cordent, cependant, en cel~, que les cho5:es qui excitent et saisis­
sent d'étonnement, sont aussi des témoignages et persuadent, de
meme que les choses qui excitent la volonté persuadent aussi l'en­
Vers. 1. CHAPITRE DOUZIÈ,ME. 5
tendement, ou de même que les choses qui meuvent ('affection meu­
vent aussi la pensée en persuadant. Pareillement dans les Évangé­
listes: «( A la consommation du siècle il se lèvera de (aux
christs et de (aux prophëtes, et ils donneront des signes
grands et des miracles, et en erreur ils induiront, s'il est
possible, même les élu.ç. )) - Malth. xxiv. 2li. Marc, XIII.
22;- ici aussi, par les signes grands et les miracles, il est signifié
de semblables choses, à savoil', pour être des témoignages et per­
suadel', et aussi pour fl'appeI' et saisir d'étonnement, d'où résulte
une persuasion forte; qui sont ceux qui sont entendus par les faux
christs et par les faux prophètes, et qui sont ceux qui sont enten­
dus par les élus, on le voit ci-dessus, N°s 62li, 68ft. Dans Moïse:
(1 S'il se lève au milieu de toi un Prophëte, ou un Songeur

de songe, qui t'ait donné un signe ou un miracle, et qu'ar­


rire le signe ou le miracle, dont il t'a parlé, disant: Allons
après d'autres dieux, tu n'obéiras point. )) - Dentél'. XIII.
2, 3, li; - ici, Uest dit un prophète et un songeur de songe, et
aussi UII signe et un miracle, parce que au pl'ophète se réfère le
signe, et au songeur de songe le miracle; et cela, parce que par le
prophè~e il est entendu celui qui enseigne, et dans le sens abstrait
la doctrine du vrai, et par le songeur celui qui excite à faire ainsi,
et dans le sens abstrait l'excitation d'après laquelle on agit; ceci
aossi appartient au miI'acle, et cela au signe; en effet, les prophètes
étaient illstl'uits de vive voix par le SeigneUl', et les songeurs étaient
instruits par des repI'ésentatifs qui excitaient à agir; ces représen­
tatifs influaient dans l'affection du songeuI' et par suite dans la vue
de la pensée, cal' lorsque l'homme songe, son entendement naturel
est assoupi, et sa vue spirituelle, qui tire son tout de l'affection,
est ouverte: or, ici, c'est la vue qui tire de l'affection les maux,
car elle se dit des pI'ophètes qui enseignent des faux 't è .;ongent des
choses va'ines, car par «( d'autl'es dieux, Il il est enlenàu les faux et
les choses vaines qu'ils ont écoutés et vus. Que les signes signi­
fient tles témoignages qui 'indiquent et persuadent, afin qu'on croie
que la chose est ainsi, on le voit par les passages suivants j dans
Moise: (( S'ils ne te croient point, et n'écoutent point la voix
du premier signe, ils croiront cependant à la voix du dernier
signe; et s'ils ne croient point à ces deux signes, et n'écou­
6 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. ~"706.

lent point ta voix, tu prendras des eaux du fleuve, et elles


deviendront du sang. ) - Exod. IV. 8, 9; - ceci est dit des
mil'acles faits' par Moïse, quand le Seigneur lui apparut dans [e
buisson; ils sont appelés signes, parce qu'ils étaient des choses pro­
pres à cel'tilier et à persuader aux fils d'Israël de C1'oire que Moïse
était envoyé pOUl' les tirer hors d'Égypte; c'est pourquoi, il est dit
trois fois de croire, et aussi d'écouter sa voix. Dans le Meme:
li Jéhovah dit fi Moïse: Jusques il quand ce peuple ne croira­

t-il point en Moi, après tous les signes que j' ai (ait.ç au milieu
de lui? Tous les hommes qui ont vu ma gloire, et les signes
que j'ai (aits en Égypte et dans le désert, ne verront point
celle terre.. Il - Nomb. XIV. 11., 22; - pareillement ici, les
miracles sont appelés sigues, parce qu'il est dit croire, car ainSi
qu'il a été expliqué, les miracles sont appelés signes parce qu'ils
sont pour pel'suader et inlt'oduil'e la foi; et comme chez ceux qui
par crainte n'ont point voulu entrer dans la terre de Canaan les
signes n'ont point introduit la foi, c'est pour cela qu'il est dit d'eux
qu'ils ne verront point cette terre. Des choses semblables sont si­
gniliées par les signes, - Exod. IV. 17, et X. 1, 2. - Dans les
Évangélistes: (1 Des Scribes et des Pharisiens di.çaient: Mai­
tre, nous voulons de Toi voir un signe. Et, répondant, il leur
dit: Une génération méchante et adultère reclw·che un signe,
mais de signe il ne lui sera point donné, sinon le signe de lonas
le prophète: de m~me que 10nl1.s (ut dans le ventre de la ba­
leine tl·oisjours et trois nuits, de m~me sera le Fils de l'homme
dans le cœur de la terre trois jours et trois nuits. Il - Matth.
XII. 38,39, liO. Luc, XI. 16,29,30;- qne pal' le signe il soit en­
tendu un témoignage, afin.qn'ils en fllssent persuadés et qu'ils crus­
sent que le Seigneur étaitle'Messie et le Fils de Dieu, qui devait venir,
cela est évic!ent; car les Miracles que le Seigneur avait faits en abon­
dance, et qu'ils avaient vus, n'étaient. point pour eux ùes signes;
et cela, parce que les Mil'acles, comme il a été dit ci-dessus, ne
sont des signes que chez les bons: si Jonas a été dans le ventre de
la baleine trois jours et trois nuits, et si cela a été pris pour signe,
c'était parce que cela signifiait la sépultlll'e et la l'éSlIrl'ection du
Seigneur, ainsi la glOrification de son Humain jusqu'au plein; trois
.imtrs et trois nuits signifient aussi jusqu'au plein. Dans Matthieu:
l'ers. t. CHAPITRE DOUZIÈME. 'i
(1 Les Pharisiens et les Sadducéens, pour tenter Jésu~, de­

mandèrent qu'il leur fit voir un signe du Ciel; mais Lui, ré­
pondant, leur dit: Quand le soir est venu, vous dites: Beau
temp3, car le ciel est rouge; et le matin: Aujourd'hui, tem­
pête., car rouge et sombre eslle ciel. Hypocrites! l'apparence'
du ciel, vous savez la dùcerner, mais leI> signes des temps, ne
le pouvez-vous pas? Une nation méchante et adultère rec/ler­
che un signe, mais de signe il ne lui sera point donné, sinon
le signe de Jonas le prophète. Il - XVI. 1, 2, 3, la; - pal' le
signe qu'ils demandèrent du ciel, il est aussi entendu ici un témoi­
gnage,· afin d'être persuadés et de croire que le Seigneur était le
Fils de Dieu, quoiqu'il ait été fait des miracles qu'ils n'appelaient
pas des signes; si le Seigneur a parlé alors du soir et du matin,
c'est parce que pal' le soir et le matin il est signifié l'avénement du
Seigneur, ici quand l'Église chez les Juifs eut été dévastée; pOUl'
eux alors il y avait beau temps, parce qu'ils ne Le connaissaient
point, et vivaient en sécurité dans les faux d'après le mal, r,'est
là le soir'; mais quand ils L'eurent connu, et qu'en raison des faux
d'après les maux, dans lesquels ils étaient, ils L'eUl'ent nié et atta­
qué, ce fut là le matin quand il y a tempête: de là vient que le
Seigneur a dit :. « Hypocrites! ('apparence du ciel, \'OUS savez la
discerner, mais les signes des temps, Il li savoir, son avénement,
(1 ne le pouvez-vous pas? Il comme c'était une nation méchante et

adultère, à savoiI., adultérant la Parole, c'est pom' cela qu'il dit


que de signe il ne leur serait point donné; comme aussi dans Marc:
(1 Les Pharisiens commenrèrent à contester alJec Jé:us, lui

demandant un signe du Ciel; et, soupirant en son esprit,


il dit: Pourquoi cette génération reche1'che-t-elle un signe?
En vérité, je t'ous di.ç: Il ne sera point donné de signe à cette
génération. Il - VIII. 11, 12; - qu'ici le signe signifie un
témoignage d'après leqnel ils sauraient manifestement, recoimai­
traient et croil'aient que le Seigneur était le Fils de Dieu qu'ils
attendaient d'après les prédictions dans les Prophètes, on peut le
voir en ce que, « SOulHrant en son esprit, le Seigneur dit: Pour­
quoi celte génémtÎon recher~he-t-elle un signe? En vérité, je \'OUS
dis: Il ne sera point donné de signe à cette génération; Il il en fut
ainsi, pal'ce que si cela leur eOt été manifestement révélé ou dit du
8 . L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. ,NO 706•.

Ciel, et qu'ainsi persuadés ils eussent l'econnu et cru, néanmoins


dans la suite ils auraient rejeté: et rejeter', apl'ès avoir reconnu et
àu, c'est pl'ofaner, et le sort des profanateurs est le pire de tous
dans l'enfer: que ce soit pour cela qu'il ne leur a pas été donné du
Ciel un témoignage manifeste, on le voit par ces paroles, dans Jean:
(( Il a (weuglé lew's yeux, et il a endurci leurs cœurs, de peur
qu'ils ne voient des yeux, et ne comprennent du cœur, et
qu'ils ne se rOIl'l.'ertissent, et que je ne les guérisse. 1) - xn.
!l0; - se convenir et être guéri, ici, c'est profanel', ce qui a lieu
quand on reconnait les vrais et les biens, et principalement quand
on reconnaît le Seigneur, et qu'ensuite on le llie; il en efit été ainsi,
si les Juifs pal' un signe s'étaient convertis et avaient été guéris;
voir des yeux et comprendre du caJUI" signifie recevoir par l'en­
tendement et par la volonté, ou par la foi et pal' l'amour; d'après
ces explications, il est évident que le signe signifie un témoignage
manifeste; SUI' Je sort des profanateurs, voir ùans la DOCTRINE DE
LA NOUVELLE JÉRUSALEM, ND 1.72. Dans Jean: (1 Les disciples
dirent à Jésus: Quel signe fais-tu donc, Toi, afin que nous
voyions et que nous Te croyions? Qu'est-ce que tu opères?
N os pères ont mangé la manne dans le désert, ainsi qu'il est
écrit ;, Du pain du Ciel il leur a donné à manger. Jésus leur
dit: En 1Jérité, en vérité, je vous dis: Jrl oise ne vous a point
donné le pain du Ciel, mais mon Père vous dOnne le Pain du
Ciel, le vérit(lble; car le Pain de Dieu est celui qui descend du
Ciel, et qui donne la vie au Monde. II - VI. 30,31.,32, 33;
-,.- ici aJssi, les disciples voulaient un signe; .que par là il soit si­
gnifié un témoignage afin qu'ils crussent, cela est évident, cal' ils
dirent (( afin qùe nous voyions et que nous Te cl'oyions; qu'est...:ce
que tu opères? 1) Si alors ils ont padé de la manne, el si le Seigneur
a répondu en parlant du Pain du Ciel, c'est pal'ce que par le Pain
il est signifié tout bien et tout vrai·qui nOUl'l'it l'âme, et dans le sens
suprême le Seigneur Lui-Même, de qui procède le tout de la doc­
tl'ine et le tout de la nutl'ilion spil'ituelle, par quoi il donne un té­
moignage pour lju'on voie et qu'on croie, Que néanmoins il ai,t été
donné un témoignage, qui est un signe du Ciel, aux trois disci­
ples, PielTe, Jacques et Jean, on le voit d'après la transfiguralion
du Seigneur, car alol's ils virent sa gloire, et même ils entendirent
Vers. 1. CHAPITRE DOUZIÈME. ~

une voix du Ciel, disant: Cl Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écou-
tez-Le. l) - Malth. XV. 5. Mal'c, IX. 7. Luc, IX. 35. - Dans le
Même: « Quand Jésus eut chassé du Temple ceux qui vendaient,
les Jui(.~ di'rent : Quel si,qne nous montres-tu, que tu (aBses
ces choses, Jésus répondit et leur dit: Détruisez ce Temple,
et en trois jours je le relèverai. Il -II. 16,18,19; - qu'ici,
,pal' montrer un signe, il soit signifié donner' un témoignage par
quelque chose d'étonnant ou pal' une voix du Ciel, cela est évident;
mais comme un tel témoignage les eû.t damnés plutM que sauvés,
ainsi qu'il vient d'être dit, c'est pOllr cela que le Seigneur leul' ré-
pondit en disant du Temple, pal' lequel il entendait son COl'PS, qu'il
ser'ait dHruit, c'est-à-dire, qu'il mourrait, et que glol'ifié il ressus-
citerait le tl'oisième jour; c'est aussi cela que le Seigneur entendait
pal'Ie signe de Jonas dans le ventre de la baleine pendant tl'ois jours
et tl'ois lIuits. Que par le Temple, dans le sens suprême, il soit
signifié le corps du Seigneur, on le voit dans Jean, - Il. 21. -
Dans Luc: (1 L'Ange dit aux bergers: l! vous est né aujour-
d'hui un Sauveur, lequel est Christ Seigneur, dans la ville
de David. Et voici pour vous le signe: Vous trow:érez un
petit enfant enveüJppé de langes, couché dans une crèche. ll--:"
II. 11,12,16; -comme par'le signe il est entendu un témoignage
pOUl' qu'ils crussent que le SauveUl' du Monde était né, c'est pour
cela qu'il est dit qu'ils Le trouveraient C()uché dans une cl'èche enve-
loppé de langes; mais on ne peut pas savoir que c'était là un témoi-
gnage, à moins qu'on ne sache ce qui est entendu par la crèche, et
ce qui est entendu par les langes; par la crèc.he est entendue la doc-
teine du vrai d'après la Parole, pal' la raison que les chevaux si-
gnifient l'entendement de la Parole, comme on peut le voir par ce
qui a été montl'é ci-dessus, No' 355, 36ft, et dans l'Opuscule DU
CHEVAL BLANC, N°' 2, 3, a; de IiI, pal' la crèche, où est le man-
ger des chevaux, il est signifié la doctrine du vrai d'après la Pa-
ro[e. 1\ est dit aussi dans le Vel's. 7 de ce Chapitre que cela arriva,
pal'ce qu'il n'y avait point de r.lace dans l'hôtellerie, car par l'hô-
tellerie il est signifié un lieu d'instruction; cela aussi est signifié
pal' l'hôtellerie, - Luc, X. M. XXII. 11. Marc, XIV. 1lt, et
ailleurs; - et c'était chez les Juifs, qui alors étaient dans de purs'
faux pal' l'adultération de la Parole; c'est donc là c.e qui était si-
10 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 7p6.

gnifié par Il il n'y avait pas de place dans l'hÔtellerie; Il car s'il eQt
plu au Seigneur, il aUl'ait pu nattre dans la cour la plus brillante
et être mis dans un lit orné de pierres pl'écieuses; mais ç'aur'ait été
chez ceux qui n'étaient pas dans quelque doctrine du vrai, ni dans
quelque repl'ésentation céleste: il est dit aussi « enveloppé de lan­
ges, Il parce que les langes signifient les premiers vrais, qui sont
les vrais de l'innocence, lesquels sont aussi les vrais du Divin
Amour, cal' la nudité, lorsqu'elle se dit de l'enfant, signifie la pri­
vation du vrai: d'après ces explications, on peut voir d'où vient
qu'il a été dit par les Anges (1 voici pour vous le signe: Vous trou­
verez un petit enfant enveloppé de langes, couché dans une crèche. Il
Dans les Évangélistes : « Les disciples dirent à Jésus: Quel
sera le signe de ton arénement et de la 'consommatiOn du
siecle? Il - Matlh. XXIV. 3. Marc, XIII. li. Luc, XXI. 7; ­
par l'avénement du Seigneur et par la~onsommation du siècle, il
est signifié le commencement de l'Église nouvelle et la fin de
l'Église précédente, pal' l'avénement du SeigneUl' le commence­
ment de l'Église nouvelle, et par la consommation du siècle la fin
de la vieille Église; c'est pourquoi, dans ces Chapitres, le Sei­
gneur instruit les disciples sur la vastation sltCcessive de l'Église
précédente ,et SUI' l'instauration de l'Église nouvelle à la fin de
celle-là; mais il les instruit et les enseigne pal' de pures correspon-'
dallces, qui ne peuvent être développées et connues que pal' le sens
spirituel, et comme c'était pal' des cOlTespondances que le Seigneur
pat'Iail, c'est pOUl' cela qu'elles étaient toutes des signes, ainsi des
témoignages; elles sont aussi appelées signes par le Seigneur; par
exemple, dans Luc: « Il y aura des choses épouvantables et de
grands signes venant du Ciel. Il y aura des signes dans le
Soleil et dans la Lune et dans les Étoiles, et sur la terre an­
gois$e de ntltions en dése.5poir, mer et (lots,retentis.5ant.. Il ­
:XXI. 11,25. -Dans Matthieu: « Et alors apparaitra le signe
du Fils de l'homme, et alors se lamenteront toutes les Tribus
de la terre, et elles verront le Fils de l'homme l'enant dans
les nuées du Ciel avec puissance et gloire. Il - XXIV. 30;­
mais ce qui est signifié dans le sens spirituel par ces paroles et par
les autres du Chapitre XXIV, dans Matthieu, a été expliqué dans
les AncANEs CÉLESTES; et ce qui est signifié par l'apparition du
VHS. 1. CHAPITRE DOUZIÈME. 11
signe du Fils de l'homme dans les nuées du Ciel a été expliqué
dans le Tl'aité DU CIEL ET ·DE L' 8NFER, N° 1 ; c'est pourquoi, il
n'est pas nécessail'~ de l'expliquel' davantage ici. Dans Mar'c : Il J é­
sus dit flUX disciples: Ce,ç signes suhront ceux qui croiront:
En mon Nom les llémons ils chasseront, des langues nouvelles
ils par/eront; des serpents ils saisiront; quand même quelque
chose de mortel ils auraient bu, re/a ne leur nuira point; à
des malades les mains ils imposeront, et bien ils se porteront.
Et eux, étant partis, prêchèrent partout, le Seigneur opé­
rallt arec eux pàr les signes qui suivaient. II - XVI. 17,18,
20; - ces choses, quoiqu'elles fussent des miracles, ont cependant
été appeltle9 signes, parte qu'elles LémoignaienL de la Divine Puis­
sance du Seigneur qui les opérait, c'est pourquoi il est èit Il le Sei­
gneur opérant avec eux pal' ces signes; II elles aUl'aient été appelées
mir:lcles, si elles eussent été appliquées aux méchants, car chez
ceux-ci ces choses donnent senll:ment de l'étonnement et frappent
le menla 1 (animu,~), et néanmoins ne persnadent pas de croire; il
en estautl'ement chez les hons, car pnur eux elles sont des témoi­
gnages qui persuadent de cl'oire; c'est même pour cela qu'elles sont
appelées signes, et' qu'il est dit Il ces signes suilTont ceux qui
croiront; mais comment ces signes ont pu persuader de croire,
1)

c'est aussi ce qui sera dit en peu de mots: Ces signes miraculeux,
à savoir, qu'ils chassel'aient [es démons, parleraient de nouvelles
langues, saisiraient des serpents, n'éproU\'eraient aucun mal s'ils
buvaient quelque chose de mOI'teI, et qu'on- se porterait bien par
suite de l'imposition des mains, étaient dans leur essence, et dans
leur origine, des spirituels d'où ces choses protllJaient et arrivaient
comme effets, car c'étaient des correspondances qui'til'ent du Monde
spirituel, pal' l'influx proeédant du Seigneur, tout ce qui leur ap­
partient; ainsi chasser les démons au Nom du Seigneur tire son
effet de ce que le Nom du Seigneur, entendu spirituellement, est le
tout de la doctrine d'après la Pamle par le Seigneur, et de ce que
les démons sont les faux de tout gelll'e, qui ainsi sont chassés, c'est­
à-dire, éloignés au moyen de la doctrine d'après la Parole pal' le
Sf\igneul'; pal'lel'de nouvelles langues til'e son effet de ce que les
Iloü\'elles langues sont les doctl'inaux pour la nouvelle Église; sai­
sil' de:; serpents, c'était parce que les serpents signilic:nt les enrer~
12 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 706.

quant à la malice, et qu'ainsi ils seraient en sû.reté contre leur in­


festation; n'éprouvel' aucun mal s'ils buvaient quelque chose de
mortel, c'était que la malice des enfers ne les. infectel'ait pas; se
bien porter pal' suite de l'imposition des mains, c'était que par la
communication et la conjonction avec le Ciel, ainsi avec le Sei­
gneur, ils sel'aient guéris des maladies spirituelles, qui sont appe­
lées iniquités et péchés, l'imposition des mains des disciples corres­
pondait à la communication et à là conjonction avec le Seigneur,
et ainsi à l'éloignemènt des iniquités par sa Divine Puissance. Dans
Ésaïe: <1 J éh'Ovah dit il Achaz: Demrmde pour toi un signe
de Jéhowh; en profondeur indique-(Ie) , ou élhe-(le) en haut.
Le Seignrur vous donne un signe; noiêi, la Vierge conce-vra
et enfantera un fils, et elle appellera son Nom Dieu avec
nous. Il - VII. 1.1, 1ft; - si ces choses ont été dites à Achaz,
roi de Jehudah, .c'cst parce que coutre lui avaient porté la guerre
jusqu'à Jérusalem le roi de Syrie et le r'oi (\'Isra1\l, dans le parti
desquels était aussi la Tr'iun d'!::phraïrn; mais toulefois ils ne Jll'é­
valurent poiut, et r(~la parce fille le roi de Syrie y r'clll'(~sentait l'ex­
terne ou le naturel da l'I~glise, III l'oi d"sl'aëll'illterne on le spil'i­
tuel, et Éphraïm l'intellectuel; mais là étaient perverties ces tl'Ois
choses, à savoÎl', le naturel, le spirituel J't l'inlellectuel, qui vou­
laient allaquel' la doctrine dn vl'ai, rel)l'é"entP-e pal' le "oi de Jehu­
dah et pal' Jérusalflm, c'est pourquoi ils ue l'él!ssirent point; or,
afin qu'Achaz fû.l certain de l'inutilité rie leUl' effort,' il lni est dit
de demander un signe, c'est-à-dir'e, un témoignaoge pour en avoir
la certitude, et il lui fut donné de choisir s'il voulait l'avoir ou du
Ciel on de l'Enfer, ce qui est signifié pal' Il en profondeul' indiqne­
le, on élève-le en haut, car c.e roi était mauvais; mais comme
J)

Jérusalem, par laquelle est signifiée la doctrine du vrai d'après la


Parole, ne devait pas êtl'e détl'uite par eux avant l'avénement du
Seigne')r, c'est pour cela qu'il lui fut donné un signe miraculeux
pour témoignel' de cette chose, à savoir', que lâ Viel'ge concevrait
et enfanterait un Fils, dont le Nom serait Dieu avec nous; què plus
tard cette Église serait détruite, cela est dit ensuite dans ce Cha­
pitre. Dans le Méme : Cl Ceci te sera pour signe de la part de
J éhova/z : Voici,je 1'amenerai l'ombre des degr~s, qui est des­
cendue par les degré,~ d'Achaz pour le soleil, en arriere de
Vers. 1. CHAPITRE DOUZIÈME. 13
dix degrés, en sorte que rétrograde le soleil de dix degrés
par les degrés qu'il avait descendus. Il - XXXVIII. 7,8;­
ce signe a été donné au roi Hizkiah pour témoignage que le Sei­
glieUl' le mettrait en sllreté, lui et Jérusalem, contl'e le roi d'As­
syrie, comme il est dit au Verset 6 de ce Chapi Ire; pal' le roi d'As­
syrie a été signifié le Rationnel perverti qui détruit toutes les choses
de l'Église; c'est pOUl'quoi par ce signe a été pareillement repl'é­
sentée la nouvelle Église qui serait instaurée par le Seigneur, mais
ici que le temps serait différé au-delà de ce qui vient d'être dit ci­
dessus à Achaz; par le r'etrait de l'ombre qui était <lescendue par
les degrés d'Achaz pOUl' le soleil, il est signifié le retl'ait du temps
avant que cela se fasse; pal' les degrés d'Ach'lz est signifié le temps,
ici jusqu'à l'avénement du SeigneUl'; par l'omhre, là, il est signifié
sa progression depuis le lever jusqu'au coucher; par ramené en
arrière de dix degrés, il est signifié la prolongation de temps pen­
dant plusieurs années encor'e, car' dix signitie plusieul'3; par le so­
leil qui rétrogradera, il estsignifié l'avénement du Seigneur: mais
cela va êlre illustré davantage: L'avénemenl du Seigneur a eu lieu,
quand ce fut la nn de l'Église Juive, c'est-à-dire, quand dans cette
Église il n'y eut de l'este auc!!n bien ni aucun vrai; cela est enten­
du pal' « quand fut consommée l'ini~uité, II et aussi par « la pléni­
tude des temps, Il dans laquelle le Seigneur devait venir; le temps
entier' de la dUl'ée de l'Itglise Juive a été l'eprésenté par les degrés
d'Achaz, son commencement pal' le prerniel' degré là, c'est-à-dire,
quand le soleil est à son lever, et sa fin par le derniel' degl'é au cou­
cher; de là, il est évident que par le retrait de l'ombre du couche,'
vers le lever, il est entendu la pl'olongation de ce temps. Si cela se
fit par les degl'és d'Achaz, c'est parce qu'Achaz était un mauvais
roi et avait profané les choses saintes de l'Église; si donc ses suc­
cesseurs eussent agi pa'l'eillement, la fin de celle Église serait al'l'ivée
en peu de temps; mais comme Hizkiah était un bon l'oi, le temps
a été prolongé, cal' l'iniquité de celte nation ne devait pas parvenir'
si vite à sa consommation, c'est-à-dire, à sa fin. Dans le Mème :
«( Dites au l'oi Hizkiah : Ceci te sera pour signe: Manger
cette année ce qui nait de .soi-même, et la seconde année ce
qui croît de soi-même; mais ù la troisième annee, semez,
moissonnez et plantez des vignes, et mangez-en le fruit. )1
-14 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. ~. 706.
- XXXVII. 30; - cela a été dit au roi Hizkiab, quand San­
chérib, roi d'AssYI'ie, lui fit la guerl'e, et pada avec orgueil de
lui-même, et avec mépris de Dieu et d'Israel; c'est aussi pour
cel~ que cent quatre-vingt mille hommes furent frappés dans son
camp, et que lui-même fut tué pal' ses fils; la raison pour laquelle
ceci est aITivé, c'est que par l'Assyrie il est signifié le rationnel,
et pareillement pal' le roi d'Assyrie, et pal' la Judée le céleste
de l'Église, et par son roi le spirituel de l'Église; mais là, par
le roi d'Assyrie le rationnel perverti, lequel, par des raisonne­
ments faux, détruit tous les célestes et tous les spirituels de I"É­
glise, qui en sont les biens et les vrais; et puisque pal' la Judée et
par son roi il est signilîé le céleste et le spil'iluel de l'Église qui sera
fondée par le Seigneul' quand il viendl'a dans le monde, c'est pour
cela qu'il est dit des choses par lesquelles est décrite la régénéra­
tion de ceux qui seront de celle Église; c'est pourquoi, par le
signe que la première année i!s mangeraient ce qui nait de soi­
même, il est signifié le- hien céleste qui sera implanté en eux par' le
_ Seigneur; par ce qui r.rolt de soi-même la seconde année, il est si­
gnifié le vrai de ce bien qui pal' suite sera en eux; pal' semer, mois­
sonner, plante\' des vignes et en manger le fruit, sont signifiés tous
les biens ellous les vl:ais qui en profluent; par semel'el moissonner',
il est signifié l'implantation du bien et sa l'éception; par planter des
vignes, l'implantation du vl'ai et sa rééeption; et pal' en manger le
fruit, la jouissance des biens et des bonheul's qui en pl'Oviennent,
et qui SOllt à l'homme régénét'é: ces choses sont appelées signes,
. parce qu'elles sont des témoignages coneel'Oantl' Église Céleste chez
ceux qui sont entendus par la Judée dans le sens spirituel, et dont
la régénération est faite pal' le Scign~ur au moyen de l'implantation
du bien célesle, ensuite au moyen de l'implantation Ju bien spirituel
qui dans son essence est le vrai du bien céle~te, et enlin au moyen
de la mulliplication et de la fructification dans l'homme naturel. Dans
le Même: Ainsi a dit Jéhovah le S{/int d'lsraë(et son Forma­
teur: Dçs signes ils M' Ont demal/d(~ sur mes pis, et sur l' œu;vre ,
de mes mains ils M'ont commandé; Moi, j'ai suscité Celui-ci
dans la justice, et tous ses chemins je l'cctilierai; Lui, bâtira
ma ville, et ma captivité il relâchera, sans rançon ni présent. 1)

- XLV. 11, 13; -là aussi, il s'agit de l'avéuement du Seignem',


Vers. 1. CHAPITIŒ DOUZIÈME. 15
et de l'instauration de l'Église pal' Lui; le SeigneUl' est entendu pal'
Jéhovah, le Saint d'Israël et son FormateUJ'; il est dit le Saint d'Is­
raël d'après le Divin VI'ai, et son FormateUl' d'après l'instaura',ion
de l'Église par ce vl'ai, et ISl'aël est l'Église; c'est pOIlI'l.f{j{}i, pal' lies
fils, sur lesquels ils ont demandé des signes, il est entend~·ceux qui ,
sont dans les vrais par le SeigneUl', et par l'œuvl'e de ses mains il
est entendu leur formation, et l'instauration de l'Î~glise chez eux;
llj'ai suscité Celui-ci dans la justice, et tous ses chemins je recti­
fierai, Il signifie que le Divin Bien et le Divin Vrai lui appartiennent,
car la Justice, dans la'Parole, se dit du Bien, et les chemins signi­
fient les vrais qui conduisent, ici les Divins VI'ais, parce qu'il s'a­
git du Seigneur; Il Lui, bAtil'a ma ville, et ma captivité il rela­
chel'a, signifie qu'il rétablira la doctl'ine du vrai, et qu'il délivrel'a
1)

ceux qui sont dans les faux par ignorance, car la ville signifie la
doctrine du vrai, et la captivité les faux de l'ignorance, dans les­
quels étaient les nations, et par ces faux elles étaient dans la capti­
vité spirituelle; Il sans rançon ni présent, Il signifie gl'atuilement
d'après l'Amour Divin. Dans le M.ème: Il Qu'ils vous annoncent
les choses qui arriveront; celles qui étaient auparavant, indl....
qu.ez-les; et mettons-.y notre cœur, et sachons-en la fin; ou
les chos~s il venir (aites-nous el/tendre; indiquez un signe pour
ce qui doit arriver, afin que nous sachions que (vous êtes) des
dieux, vous. J) - XLI. 22, 23; -- qu'il appartienne au Seigneur
Seul, et non à aucun homme ou à aucun esprit, de dire les choses
passées antérieurement et les choses futm'es, cela est exprimé pal'
indiquer un signe pour ce qui doit arriver, afin que nous sachions
que vous êtes des dieux; c'est la conclusion des choses qui précé­
deRt; c'est pourquoi indiquer un signe, c'est donner un témoignage
pour persuader de cl'oire. Dans Ézéchiel: Il Prends une plaque de
(el', et (ais-en unè muraille de (el' enlretoi et laville, et dresse
tes (aces contre elle, afin qu'elle soit assi~gée, et que lu la serres
de prè8; signe, cela, pour la maison d'Israël.)) - IV. 3; - ces
choses, et toutes les autres dans ce Chapitl'e, sont des représentatifs
de l'état de l'Eglise chez la Nation J ui.v.e, signifiant que chez eux il
n'y avait d'autre vrai que le vrai falsifié et adultéré, qui en soi est
le faux; un tel vrai est signifié pal' la plaque de fer, dont il devait
faire une muraille entre lui et la ville; et parce que ce vrai est dur
1ti L' APOCALYPSE EXPLlQIJÉE. N"706.

comme le fer t chassant tout vrai réel t et'n'en admettant aucun t il


est dit (1 afin qu'elle soit assiégée t et que tu la serres de près;)l que
ce signe témoigne, au sujet de l'Église, qu'elle est telle, cela est si­
gnilié pai' Il signe, cela, pour la maison d'Israël; l) le signe est le
1~ .:r
témoignage, et la maison d'Israël est l'Église. Dans David: (1 L'en­
nemi a tout gâté dans le sanctuaire; tes ennemis ont rugi au
milieu de ta (ête; ils ont mis leurs signes pour signes; nos signes
nous ne voyons point; il n'y a plus de prophète. 1) - Ps. LXXIV.
3 t h t 9; - Cl l'ennemi a tout gâté dans le sanctuaire, 1) signifie que
le mal a détl'uit les choses saintes de l'Église; (1 tes ennemis ont rugi
au 'milieu de ta fêtet,) signilie que teus les faux ont détruil toutes
les choses du culte, Il ils ont mis leurs s,ignes pour signes, Il signilie
qu'ils ont témoigné et persuadé par toutes choses j Il nos signes nous
ne voyons point, )l signilic qu'aucun témoignage du vrai n'est ac­
cepté dans l'(~glise; li il n'y a plus de prophète, )l signifie qu'il n'y
a aucune doetrine du vrai. Dans le Méme: (1 Jéhovah! (ais li mon
égard un signe en bien, afin que (le) voient ceux qui me haïs­
sent, et qu'ils soient con(us, de ce que Toi, Jéhovah, tu ;m'au­
ms afdé, et m'auras consolé. 1) - Ps. LXXXVI. 17; - fail'e
un signe en bien signifie un témoignage que Jéhovah l'aide el. le
console, comme il est dit ensuite, car cela est le bien en quoi Jého­
vah doit faire le signe; comme le signe en est le témoignage, c'est
pour cela qu'il est dit Il afin que le voient ceux qui me haïssent, et
qu'ils soient confus. Il Dans le Méme : Il Dieu qui affermit les
monta.qnes par sa force est ceint de puissance; il l'ait cesser
le tumulte des mers, le tumulte de leurs flots, et le bruit des
peuples, afin qu~ craignent les habitants des extrémités à
cause de tes signe.~. 1) - Ps. LXV. 7,8,9; - ainsi est décrite
la Divine Puissance du Seigneul' par des choses qui témoiguent pour
que l'on croie; mais les choses qui témoignent, lesquelles sont les
signes, ne consistent pas en ce qu'il affermit les montagnes, fait
cesser le tumulte des mers et des flols et le bruit des peuples, car
ces cho3es ne sont pas des signes propl'es à persuader ceux qui
attribnent tout à la nature; mais les signes qui témoignent de la
Divine puissance du Seigneur sont les choses qui sont entendues
dans le sens spirituel, dans lequel il s'agit du Ciel et de l'Église;
cal' dans ce sens, par les montagnes, qu'il affermit par sa force,
Vers. 1. CHAPITRE DOUZIÈME. 17
sont entendus les Cieux supérieUl's, pal'ce que les Anges de ces
Cieux hàbitent SUI' des montagnes, et dans le sens ahstl'ait il est
entendu l'amour envers le Seigneur et la charité à l'égal'd du pro­
chain j ce sont là les choses que le Seigneur, ceint de puissan~,
affermit pal' sa force, c'est-à-dire, fait qu'elles subsistent à éteJ'­
nité; que les montagnes signifient ces choses, on le voit ci-dessus,
N° h05; par l~ tumulte des mers et le tumulte des flots, il est entendu
les discussions et les l'aisonnemeilts de ceux qui sont au-ùessous des
Cieux, et qui sont naturels et sensuels; que les mers signilientAes
choses qui appartiennent à l'homme naturel, ainsi les hommes na­
turels, et que par suite leur tumulte et leUl's flots signilient les dis­
cussions et les l'aisonnements, on le voit aussi ci-dessus, N° 3!J2;
par le bruit des peuples sont entendues les cohtl'adictions d'après
les l'aux, cal' par les peuples sont signifiés ceux quisont dans les
vrais, et dans le sens opposé ceux qui sont dans les faux; voir ci­
dessus, N°' 1.75, 331,625; afin que craig~ent les habitants des
(1

extrémités à cause de tes signes, l) signifie le saint culte d'apl'ès la


foi concel'Dant la Divine Puissance, c.hez ceux qui sont dans les
derniers du Ciel et de l'Église; que craindre, ce soit rendl'e un
culte au Seigneul' d'après la charité et la foi, on le "oit. ci-dessus,
N° 696; et que les habitants des extl'émités soient ceux qui sont
dans les del'lliel'S du Ciel et de l'Église, et là dans la foi Ge la cha­
rité, on le voit en ce que les extrémités sont les derniers du Ciel et
de l'Église: d'après ces explications, il est évident que les signes,
ici, signifient des témoignages concérnant la Divine Puissance du
Seigneui', Dans Jérémie: Il Ceci sera pour ,vous le signe. queje
. ferai la visite sur VallS en ce lieu. afin que vou,~ sachiez que
seront tenues mes pm'oles sur VOIlS en mal; voici. lJ1 oi. je li­
vre le roi d' É gyptli en la main de ses enllem~'s. et ell la main
de ceux qui cherchent son âme. Il - XLIV. 29, 30; -là, il
s'agit de- ceux de l'Église, qui sont devenus naturels, lesquels sont
entendus rial' ceux qui ont \'oyagé en Égypte et en sont revenus;
que œux-Ià sel'ont détl'Uits [laI' les DJaux el pal' les faux, c'esL ce
qui eSL entendu en ce qu'il li vrel'a le l'ai d'Égypte en la maill de ses
ennemis, et en la main de ceux qui cherchent son âme j la, les en­
nemis sont ceux qui sont dans les maux, et ceux qui chel'chent
l'âme ceux qui sont dans les faux, ainsi ahstractiveHlellt les maux
v. 2.
18 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N' 706.

et les faux; que l'Égypte soit l'homme naturel, on le voit ci-desstls,


N° 65!J; cela est appelé signé, parce que c'est un témoignage que
la chose al'ri\'el'a ainsi; c'est même pour cela qu'il est dit (1 afin que
"eus sachiez que sel'ont tenues mes paroles sur vous en mal. Que l)

le signe soit un témoignage concel'nant la certitude, on' peut encore


le voil' par les passages suivants; dans Ésaïe: Cl Hizkiah dit:
QUil signe (aurai-je) que je monterai Cl la maison de J éhonah?1l
- XXXVIII. 22, - Dan3 le Livl'e des Juges: (( 'Guidéon dit à
l'Ange de J ého'Valt : Fais-moi un signe, que c'est toi qui par­
Ies avec moi; (:e fut que, quand il {oucha avec le bâton la chair
et les azymes, que Guidéon offrait, le feu monta du rocher et
les consunia. Il - VI. 17, 21. - Dans le Livre 1 de Samuel:
C( Ceci (sera) pour toi le signe, ce qui arrÎt'era à tes deu3! fils,

qu'en un mêmejour ils mourront tous deux. Il -II. 3!J.-Dans


]e Même Livre: (( Si les Philistins disent: Montez vers nous;
ators nous monterons, parce que Jéhol'ah les a livrés en notre
main; cela (sel'a) pour nous le signe. l) - XIV. 10. - Des
choses presque semblables sont signifiése par les SIGNES DE L'AL­
liANCE, - Gen. IX. 13. XVII. H. Ézéch, XX. 12, 20, - et
ailleurs, à savoir, des témoignages de conjonction. Les Témoigna­
ges sont aussi signifiés par les Signes faits pal' des méchants, et qui
apparaissaient comme des Miracles, dans les passages suivants;
dans Ésaïe: (( J éhovalt rend 1Jains les signes des menteurs; les
devins il rend insensés, rejetant les sages en arrière; et leur
science il 1'end folle. Il - XLIV. 25. - Dans Jérémie: (( J ého­
t'ah dit: Le chemin des nations n'apprenez point, et des si­
gnes des Cieux ne soyez point comterné.~, car consternées ell;.
sont les nations; les statuts des nations, l'anité, OUX. Il - X.
2, 3. - Dans \' Apocalypse : ~( La Bête montan~ de la terre fait
des signes grands, tellement que même du feu e(le fait des­
cendre ltu Ciel en la terre devant les hommes; et ell, liéduit
ceux qui habitent sur la terre, à cause deli signes qu'il lui a
été donné de faire.ll-XlII. 13,14. - Aitleurs : (1 Ce S011t des
esprits de démons, qui font des signes pour s'en aller vers les
Tois de la terre, ((fin de les assembler pour la guerre de ce
l'fJur grand. Il - XVI. H. - Et ailleurs: (1 Et fut prise la
b'ê( (1, et 'at~ec ell(' le faux pl'ophèt(~ qui (mait fait des signes
Vers. L CHAPITRE DOUZIÈME. 19
devant elle, par le,~quels il avait séduit cellx qui recevaient le
caractère de la bête. » - XIX. 20. - Quant à ce qui est en-
tendu pal' les signes sur la main et au front, voù' ci-dessu~, No1l27,
Mais l.es signes qui étaient placés sur les montagnes pOUl' l'aSsem-
Iller le peuple pOUl' la guerre, pour le combat, et ainsi du r'este,
signifiaient des indicatio.ns pOUl' exécuter les commandements;
comme dans Ésaie : (1 Il arrivera en ce jour-là que la racine de
Jis/Ulji, dressée pour signe des peuples, les nations la clter-
cheront~ et serre son repos gloù'e. Quand il élèvera un signe
. pour les nations, et qu'il assemblera les expul.çés d' Isra~l, et
les dispersées de J ehudah des quatre ailes de lil terre. » - XI.
10, 11, 12. - Dans Jérémie: «( Établis-toi des signes, pose-
toi des colonnes, applique ton cœur au sentier, au chemin
(où) tll dois aller, » - XXXI. 21. ":""I)ans le'Même: (( Al11wn-
cez parmi les nations, et raites entendre, et levez le signe;
elle est prise! Babel, l) - L. 2. - Dans le Même: (1 Contre le,~
murailles de Babel levez le signe, tenez la gm'de, placez des
sentinelles. Levez le signe sur la terre, sonnez de la trom-
pette parmi le.~ nations, 1) - LI. 12, 27; - et ailleul's, surtout
dans les Historiques ùe la Parole. D'après toutes ces choses qui ont
été l'apportées d'apl'ès la Parole, on peut voit' que par un signe
grand \'U dans le Ciel, il est signifié une Divine Manirestation el
un Divin Témoignage, comme aussi ùans le Verset 3 de ce Cha-
pitre, et ensuite, Chapitre XV. 1.
707. Une Femme enveloppée du Soleil, signifie l'Église
chez ceux qui sont dans l'amour em'crs le Seignew', et pO/'
suite dans l'amour à l'égard du prochain " on le voit par la
signification de la Femme, en ce qu'elle est l'affection spil'ituelle
du vrai, d'après laquelle I:Église est Église, pal' conséquent aussi
l'}<~glise quant à celte affection, ainsi qu'il a été montl'é ci-dessus,
N° 555; que ce soit la nouvelle Église, qui doit êtl'e instaurée pal'
le Seigneur après la fin de celle qui est dans le Monde Chrétien,
c'en est la conséquence; et pal' la signification du Soleil, ell ce
qu'il est le Seigneur quant au Divin Amour, pal' conséquent aussi
l'amOlli' enVel'S le Seigneur d'llfll'ès le Seigrlf:ul', comme il a aussi
été montl'é ci-dessus, 1\1" hOI, M2; et Jlal' la signification d'étre
enveloppé, en ce que c'est en vÎ\'I'e, car la vie de l'amour de
20 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 707.

chacun, tant de l'homme que de l'espl'it et de l'Ange, forme


autour d'eux une sphère, d'après laquelle ils sont pèrçus, même
de loin, tels qu'ils sont; lIai' cette Sllhèl'e aussi les consociations
et les conjonctions se font dans les Cieux, et aussi dans les En­
fers; et comme il s'agit ici de l'Église qui est dans l'Arnoul' en­
vel'S le Seigneul' d'apl'ès le Seigneur, et que celle Église est en­
tendue par la femme, et cet amour par le soleil, il s'ensuit que pal'
la femme enveloppét: du soleil il est signifié l'Église chez ceux qui
sont dans l'amour envers le SeigneUl' d'après le Seigneur; s'il est
.aussi dit Il et pal' suite dans l'amour à l'égal'd du prochain, Il c'est
parce que l'amour à l'égard du prochain est dérivé de l'amoul' en­
vel'S le Seigneul', comme le postél'ieur est dérivé de son antél'ieur,
ou comme l'extérieur est dél'ivé de son intél'ieul', en un mot, comme
l'effet est dérivé de sa cause efficiente; car l'amour envers le Sei­
gneur est d'aimer et vouloil' les choses qui sont du Seigneur, ainsi
les choses que le Seigneur a commandées dans la Parole, et l'a­
moUl' à l'égal'd du prochain est de faire d'après ce vouloir, ainsi
consiste à fail'e les usages, qui sont les effets. Que pal' cette femme
il soit.signilié la nouvelle Église, qui doit être instaurée par le Sei­
gneur après la lin de celle qui est dans le Monde Chrétien, on
peut le VOil' par ce qui suit dans ce Chapill'e, à savoir, qu'elle en­
fanta un fils mâle que le Dragon voulait dévorel', et qui fut enlevé
vers Dieu; que celle femme s'envola 'dans le désel't; et que, là, le
Dl'agon voulait aussi la perdre; cal' dans ce qui suit on velTa que
par le fils mâle est entendu le vrai de la doctrine de celle Église,
et que par le Dragon sont entendus ceux qui sont contre les vrais
de cette Église; que l'Église qui est entendue ici pal' la femme soit
la même Église que la nouvelle Jérusalem, qui est décrite au Cha­
pitl'e XXI, et est appelée Fiancée, de l'Agneau l'épouse, Vel's. 9,
on le vena dans l'explication de ce Chapitre.
70S. Et la LUlle sous ses pieds, signifie la foi chez ceux
qui sont naturels et dans la charité: on le voit pal' la significa­
tion de la Lune, en ce qu'elle est la foi dans laquelle il y a la cha­
rité, ainsi qu'il va être montr,é; et par la signification des pieds,
en ce qu'ils sont les naturels, comme ci-dessus, N°' 69, 600, 632,
ici donc les homme". natul'els, parce que cela est dit de la femme,
pal' laquelle est signifiée l' J~glise, ~t que pal' le soleil, dont elle était
Vers. 1. CHAPITRE DOUZIÈME, 21
enveloppée, il est signifié l'amour envel's le Seigneur d'après le
Seigneur et l'amour à l'égard du prochain, comme il a été monlt'é
dans l'Article précédent; de là, par la Femme enveloppée du Soleil
est signifiée l'Église chez ceux qui sont célestes et pal' suite spiri­
tuels, et par la Lune sous ses pieds est signifiée l'Église chez ceux
qui sont natut'els et sensuels, et en même temps dans la foi de la
chal'ité: en efret, les biens et par suite les vrais du Ciel et de l'É-'
glise se succèdent dans le même ordre que 'Chez l'homme la Tete,
le Corps et les Pieds; dans la Tête du Très-Grand Homme, qui est
le Cie\, sont ceux qui sont dans l'amoUl' envers le Seigneur d'après
le SeigneUl', et ceux-là sont appelés célestes; dans le Cor'ps, depuis
la poitrine jusqu'aux lombes de ce Très-Grand Homme, qui eslle
Ciel, sont ceux qui sont dans l'amoul' à l'égal'd du prochain, ceux­
là sont appelés spirituels; ef dans les Pieds du Très..Grand Homme,
qui est le Ciel, sont ceux qui sont obscurément dans la foi de la
charité, et ceux-là SQGlappelés naturels, Mais poar que cela vienne
dans un entendemerft'èrair, il faut qu'on sache qu'il y a deux royau­
mes dans lesquels les Cieux ont été distingués, l'un qui est appelé
céleste, et l'autre qui est appelé spirituel; et qu'il y il trois Cieux,
le supl'ême qui est appelé céleste, le moyen qui est appelé spirituel,
et le demier qui est appelé céleste-naturel et spil'ituel.natul'el. Mais
outre ces distinctions des Cieux, ils sont aussi distingués en ce
qu'il y en a qui reçoivent du Seigneur comme Soleil la lumièl'e;
c'est-à-dire, l'intelligence, et il y en 8 qui reçoivent du Seigneur
comme Lune la lumière et l'intelligence; ceux qui ('eçoivent du Sei­
gneur comme Soleil la lumière de l'intelligence sont ceux chez qui
l'intellectuel et son rationnel ont été ouverts, et qui pal' suite ont
pensé rationnellement d'après l'affection spirituelle du vrai aux cho­
ses qu'il faut croire; et ceux qui reçoivent du Seigneur comme Lune
la lumière sont ceux chez qui ce n'est pas l'intellectuel et le ration­
nel intél'ieu('s qui ont été ouverts, mais c'est l'intellectuel et le l'a­
lionnel naturels, et qui par suite ont pensé de mémoire aux choses
qu'il faut croire; et y penser de mémoire, c'est seulement d'après
des choses qu'ils ont entendues d'un maHre ou d'un prédicateur, et
qu'il~ disent et aussi qu'ils croient être des vrais, quand bien même
ce seraient des faux, car ils ne les voient pas plus avant; ceux-ci,
si dans le Monde ils ont aussi été dans la foi de la chal'ité, sont
22 L'APOCALYPSE· EXPLIQU~~E. N" 708.
~

, dans les Cieux sous le Seigneur comme Lune, car la lueur, d'où
procède leur intelligence, est comme la lueur de la Lune pendant
la nuit; mais la Lumière, d'où procède l'intelligence de ceux qui
sont dans les Cieux sous le Seignelll' comme Soleil, est comme
la lumière du jour; quelle est la diffél'ence, on peut le voir par la
différence des lueurs du soleil pendant le jour et de la lune pen­
dant la nuit: telle est même la différence, que ceux qui sont sous
le Seigneur comme .lune ne peuvent rien voir dans la lumière
de ceux qui sont sous le Seigneur comme Soleil, et cela, parce
que chez ceux-là il n'y a point une lumière réelle, mais il y a une
lumière réfléchie qui peut recevoir les faux également comme les
nais, pourvu qu'il y appar'aisse du bien. Puisque ceux qui sont
dans les Cieux sous le SeigncUI' comme Lune sont lous natlll'els
et sensuels, et n'ont rien de commun avec ceux qui sont dans les
Cieux sous le Seigneul' comme Soleil, et qu'aussi ils sont dans des
faux, dans lesquels cependant il yale bieao de là viellt que la
Lune fut vue sous les pieds de la Femme, et' par là il est entendu
la foi chez cellx qui sont naturels. Ces choses concernent la foi
chez ceux qui sont dans le Ciel sous le Seigneur comme Lune;
il sel'a dit aussi quelques mots de leur affection d'où la foi tire sa
vie: Leur affectio.n de savoir le \Tai et de faire le bien est, comme
eux-mêmes, naturelle, tirant ainsi plus ou moins de la gloire de
l'érudition, et- de la réputation concernant les honneurs et les pro­
fits comme récompenses, tout autrement que l'affection spirituelle
de savoir le vrai et de faire le bien, telle qu'elle est chez ceux qui
sont dans Ciel sous le Seigneur comme Soleil; celle affection chez
ceux-ci a été séparée de ['affection naturelle, tellement que l'affec­
tion natul'elle est sous les pieds; de là vient aussi que la Lune, par
laquelle il est signifié, non-seulement la foi, mais encore l'affection
de la foi, a été vue ici sous·les pieds, Mais on' peut acquérir une
idée plus complète de ces choses d'après celles qui ont été dites et
exposées dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER; par exemple, que
le Ciel a été distingué en deux royaumes, N°' ~O à 28 : SUI' le So­
leil et SUI' la Lune dans le Ciel, et SUI' la Lumière et la Chaleur
dans les Cieux, N°' 116 à 1fJ0 : sur la cOl'l'espondance du Ciel
avec toutes les choses de l'homme, N°' 87 à 101 : et, dans la
DOCTRINE DE LA NOUVELLE JÉRUSALEM, sur ceux qui sont dans
Vers. 1. CHAPJTHE DOUZIÈME. 23
les faux. d'après le bien, N° 21. Que le Soleil signifie le Seigneul'
quant au Divin Amour, et par suite l'Amour en~ers le Seigneur
d'après le Seigneur, el. la Lune le vrai de la foi, on le voit ci­
dessus, N° !lOt. Et, en outre, sur les Cieux qui sont sous le Sei­
gneur comme Soleil, et sur les Cieux qui sont sous le Seignem'
comme Lune, voir aussi ci-dessus, N°,' aH, a22, 527. A cela, il
faut ajouter que ces Cieux, qui sont sous le Seigneur comme Lune,
sont aussi distingués en trois, les Supél'ieurs, les moyens elles in­
fél'ieurs, ou, ce qui est la même chose, les intél'ieUl's, les moyens
et les extérieurs; mais néanmoins tous, dans ces Cieux, sont na­
turels; la l'aisoq pour laquelle ils sont intérieurs, moyens et exté­
rieurs,' c'est que le naturel est distingué en tl'Ois ~egrés de même
que le spirituel; l'exlérieur-naturel communique avec le Monde,
l'intérieur avec le Ciel, elle moyen conjoint; mais toujours est-il
que ceux qui sont dans les Cieux sous le SeigneUl' comme Lune ne
peuvent entre!' dans les Cieux qui sont sous le Seignelll' comme
Soleil, parce que lel!: vue intérieure, ou leur entendement, a été
formée pOUl' y recevoir la lumièl'e lunaire, el non pOUl' y rècevoil'
la lumière solal're; ils sont par comparaison assez semblables à ces
oiseaux. qui voient peudant la nuit et non pendant le jour; c'est
pourquoi, lorsqu'ils viennent dans la lumière solaire, qui est pOUl'
ceux qui sont sous le Seigneur comme Soleil, lem' vue est couverte
de ténèbl'es. Mais dans ces Cieux sont ceux qui ont été dans la
charité selon leur religiosité ou selon leur foi: quant à ceux qtli
sont tels, à savoil', naturels, et non dans la foi de la chal'ité, ils sont
dans les enfers sous ces Cieux. D'après ces explications, on peut
voir que par la Lune, ici, il est entendu la foi chez ceux qui sont
naturels el dans la charité; el que la Lune fut vue sous les pieds,
parce CJ.ue ceux qui sont dans les Cieux sous le SeigneUl' comme
Lune n'ont rien de commun avec ceux qui sont dans les Cieux sous
le Seigneur' comme Soleil,·tellement qu'ils ne peuvent s'élever vers
eux.
709. Et sur sa Tête une couronne de douze étoiles, signifie
la sagesse et t'intelligence de ceux qui SOllt de celle Églùe,
au moyen des doctrinaux et des connaissances de toutes les
choses dit vrai et da bien d'apl'ès la Parole: on le voÎ.t par la si­
gnification de la T(1te, en cc qu'elle est la sagesse ell'intelligellce,
24 L' APOr.ALYPSE EXPLIQUÉE. N" 709.

comme ci-dessus, N°' 553, 577; ici, de ceux qui sont de celle
Église signifiée par la Femme e~yeloppée du Soleil et ayant la Lune
sous ses pieds; pa'r la signification de la couronne, en ce qu'elle
est aussi la sagesse etl'intel\igence, comme aussi ci-dessus, N°'126,
218, 272; par la signification des étoiles, en ce qu'elles sont les
doctrinaux et les connaissances du vrai et du bien d'après 'Ia Pa­
role, N°' 72, a02, 535; et pal' la signification de douze, en ce
que ce sontloules choses, et que ce nombre se dit des vrais et des
biens, comme ci-dessus, N° 430 : de là, on peut voir que par une
coul'onne de douze étoiles sur la Tête de la Femme, il est. signifié la
sagesse et l'intelligence de ceux qui sont:de cette &glise, au moyen
des doctrinaux et des connaissances de toutes les choses du 'vl'ai et
du hien d'après la Parole. Si çes paroles sont ajoutées, apl'ès qu'il
a été dit,de la Femme,.qu'el\e était enveloppée du Soleil, et qu'elle
avait la Lune sous ses pieds, c'est parce que par le Soleil il est.si­
gnifié l'amour céleste et spirituel, "et pal' la Lune la foi de la cha­
l'ité, et que de cet amour et de cette foi découlent toute sagesse kt
toute intel\igence, car du Seigneur comme Soleil procèdent une
chaleur et une lumière; or, celte chaleur' est le bien de l'amour, et
celle lumière est le vrai d'aprèS ce. bien, et ces deux constituent
chez les Anges et chez les hommes la sagesse et l'intelligence; cal'
le bien de l'amour entre dans leur volonté, elle vrai d'après ce bien
entl'e d.ans leur entendement, et c'est dans la volonté et en même
temps dans l'entendement que réside la sagesse.
710. Et étant enceinte, ûgnifie ,la doctrine qui nait du
bien de l'amour céleste: on le voit par la signification d'être
enceinte, quand il s'agit de l'Église qui est signifiée par la Femme,
en ce que c'est la doctrine dû vrai, laquelle lIaît du bien de l'amour
céleste; cal' par l'Utél'US il est signifié l'amour conjugal intime, et
par suite l'amour céleste dans tout le complexe, et par l'embryon
qui 'est dans l'utérus le vrai de la doctrine d'après le bien de l'a­
mour céleste, car par lui il est signifié la même chose que par le
fils mâle qu'elle enfanta, Vel's. 5, par lequel est signïfiée la doctt'ine
du vrai d'après le bien de l'amour, avec la différence, que l'embryon,
pal'ce qu'il est encore dans ['utérus, lient davantage du bien de l'in­
nocence qu'uprès ql1'ilest né; de là, pal' lui est signifiée également..
la doctrine du vrai de même que par le fils, mais par celui-ci est
, Vers, 2, CHAPITRE DOUZIÈME, 25
signifiée la doctrine elle-même, et par celui-là la doctrine naissante:
d'après ces explications, il est évident que par être en8einte, il est
signifié la doctrine du vl'ai, laquelle nait du bien de l'amour cé:­
leste, Si l'Utérus signifie le bien inLime de l'amO'UI', c'est parce que
tous les membres destinés à la génél'ation, tant chez les mAles que
chez les femelles, signifient l'amour conjugal, et l'utérus en signi­
fie l'intime, parce que le fœtus y est conçu, et y prend de l'accrois­
sement jusqu'à ce qu'il naisse; il est aussi l'intime des membres
génitaux~ de lui aussi est dérivé l'ArnoUl' maternel, qui est appelé
storge. Comme l'homme, qui est régénéré, est aussi conçu et
pour ainsi dire porté dans un utérus et nait, et comme la l'égéné­
ration se fait par, les vrais d'après le b.ien de l'amoul', il s'ensui
que par être porté dans l'utérus il est signifié, dans le sens spiri­
tuel, la doctrine du vrai d'après le bien de l'amour; il Ya aussi
corl'espondance de l'utél'US avec le bien intime de l'amour; en effet,
le Ciel tout entier correspond ,à toutes les choses de l'homme;
sur celte correspondance, voù' dans le Traité nu CIEL ET DE L'EN­
FER, N°' 87 à 102; de même aussi les membres destinés à la gé­
nération, ceux-ci y correspondent à l'amour céleste; cet amour in­
flue même d\! Ciel chez les mères qui sont enceintes, et aussi chez
les embryons; par suite chez les mères existe l'amour de l'enfant,
et chez les enfants l'innocence, D'apl'ès ces considél'ations, on peut
voir d'où vient que l'utérus signifie le bien intime de l'amour, et
qu'être enceinte (ou porter dans l'utérus) signifie la doctrine du
vrai, laquelle nait du bien de l'amour. Que de telles choses soient
signifiées par l'utérus et par portel' dans l'utérus, on peut le voir
par les passages suivants dans la Parole; dans Ésaie : « Écoutez­
Moi, maison de Jacob, et 1)OUS tous les restes de la maison
d'Israël, parth dès l'utérus, soutenus dès la matrice; jusqu' li
la vieillesse, Moi, le même; et jusqu'à la blanche vieillesse,
Moi, je porterai. Moi, j'ai fait, Mai je portérai, et Moi je
supporterai et délivrerai. 1) - XLVI. 3, h; - ces choses con­
cernent la Réformation de l'Église, et la régénération des hommes
de l'Église pal' le Seigneur; l'Église est signifiée par la maison de
Jacob et par la maison d'Israêl, l'externe par la maison de Jacob,
et l'interne par la maison d'Israêl; par c( portés dès l'utérus Il sont
signifiés ceux qui sont régénérés par le SClgneul', el pal' « soutenus
26 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. ~. 710,

dès la matl'ice Il sont signifiés ceux qui ont ét~ régénérés: comme
l'homme qui est \'égénéré est d'abord conçu pal' le Seigneur, et
ensuite natt~ et enlin est élevé èt perfect~onné, et comme la régéné­
ration est semblable en cela à l.lI génération naturelle de l'homme,
c'est pour cela que pal' « portés dès l'utérus,» il est signifié l'état
de l'homme à régénérer, depuis la conception jnsqu'à la naissance;
la naissance elle-même, et ensuite l'éducation et le perfectionne­
ment, sont signifiés par soutenus dès la matrice; jusqu'à la vieil­
«(

lesse, Moi, le même; et Jusqu'à la blanche vi~illesse, Moi, je porte­


rai: Jl des choses semblables sont signifiées par (( Moi, j'ai fait, Moi
je pOl'terai, et Moi je supporterai et déliVl'erai; II mais pal' les pre­
mièl'es expressions, il est entendu la l'égénél'alion par les biens· de
l'amour et de la chal'ité, et pal' les dernièl'e,~, il est entendu la régé­
nération pal' les vrais d'apr'ès ces biens; par délivrer, il est entendu
enlever et éloigner les maux et les faux qui viennent de l'Enfer.
Dans Bosée: (( Éphraïm, comme un oiseau s'envolera sa'gloire,
d(\s l'enfantement., et des le ventre, et dès la conception: lors
m~me qu'ils éleveraient leurs (ils, encore les en priverai-je
.,avant qu'ils soient hommes. Dorme-leur, Jéhovah, une ma­
trice quï avorte, et des' mamelles desséchées. Frappé il été
Éphraïm, leur racine s'est desséchée; de fruit ils ne porte­
ront point: m~me quand ils engendrerairnt, je tuerai les dé­
sirs de lew' ventre. Jl -IX. 11, '12, 1ft, 16; - par l~phraïm,
il est entendu l'Église quant à l'entendement du vrai et du bién;
qu'il. n'y aUra plus aucun'entendement du Divin Vrai dans l'Église,
cela ,est signifié pal' (( Éphraïm, comme un oiseau s'envolera sa
gloil'e; Il pal' la gloire est signifié le Divin Vrai; par s'envoler, il
est signifié être dissipé; il est dit s'envoler, parce qu'il est parlé
d'oiseau, et il est parlé d'oiseau, parce que par l'oiseau sont signi­
fiées des choses qui appal'Uennent à l'entendement et pal' suite à,
la pensée; «( dès l'enfantement, et dès le ventre, et dès la concep­
tion, 1) signifie la dissipation de tout vrai depuis ses demiers jus­
qu'à ses pl'emiers; l'enfantement signifie ses del'll!el's, parce que
c'est ce qui est né; dès le venll'e et dès la conception signifie ce qui
est avant la naissance, ainsi toutes choses depuis les derniers jus­
qu'aux premiers, cal' lorsque les derlliel's périssent, les antérieurs
successivement sont aussi dispel'sés; (t 10l's même qu'ils élèveraient
Vers. 2. CHAPITRE DOUZIÈME. ')­
~I

leurs fils, encore les en priverai-je avant qu'ils sOient hommes, Il


signifie quaild bien même ils s'acquel'l'aient des vrais, ils seront
cependant sans intelligence; pal' les fils sont signifiés les vrais de
l'J<:glise, pal' les hommes l'intelligence; de là, pal' les en priver
avant qu'ils soient hommes, c'est qu'ils seront cependant sans in­
.. telligence; Il donne-leur, Jéhavah, une matrice qui avorte, et des
mamelles desséchées, Il signifie qu'ils n'ont plus les vrais d'après
aucun bien, mais qu'ils ont les faux d'après le mal; la matrice qui
avorte signifie le faux d'après le mal au lieu du vrai d'après le bien,
pareillement les mamelles desséchées, mais la matrice signifie les
vl'ais d'apl'ès le bien de l'amoUl', et les mamelles les vrais d'après
le bien de la charité, ici les faux d'après le mal opposés à ces vrais;
Il frappé a été Éphl'aïm, leur racine s'est desséchée, li signifie qu'il

n'y a plus àucun entendement du vrai à partir des premiers,


Éphraïm, ici comme ci-dessus, est l'entendement du vrai de l'É­
glise, et la racine en est le pl'emier; de fruit ils ne porteront
(1

point, Il signifie aucun bien, cal' où ne sont pas les vrais, là n'est
pas le bien; Il même quand ils engendreraient, je tuel'ai les désil's
de leur ventre, 1) signifie que s'ils s'acquerraient des vrais, néan­
moins ces vrais pél'iraient, les désirs du ventre signifient les vrais
acquis; il est dit le ventre au lieu de J'utér'us, d'après l'apparence
du ven.tre qui se gonfle chez les femmes enceintes, mais toulefois il
est dit le ventre quand il s'agit des vrais, et l'utérus quand il s'agit
du bien. Dans David: Il Car c'est Toi qui m'a.y tiré de l'utéru.y,
qui fais mon assurance dès les mamelles de ma mère; sur
Toi j'ai été jeté dès l'utérus, dès le ventre de ma mère, mon
Dieu, Toi. Il ­ Ps. ,XXII. 10,11; -là aussi la régénération spi­
rituelle de l'homme est décrite par des choses qui appartiennent il
la génération naturelle de la pal'! de la mèl'e; ainsi, pal' Il c'est Toi
qui m'as tiré de l'utérus, Il il est signifié que par le Seigneur il a été
régénéré el est devenu homme de l'Église; par li qui fais mon assu­
rance dè.<; les mamelles de ma mère, Il il esl signifié qu'il a été conduit
ensuite, et spirituellement élevé, les mamelles de la mère signifient
la nutrition spirituelle dans les choses qui sont de l'Église, la mère
est l'I~glise; pal' (1 sur Toi j'ai été jeté dès l'utérus, li il est signifié
que le Seigneur a tout fait d'après le bien de l'amour; et par « dès
le ventre de ma mère, mon Dieu, Toi, l) il est signifié qu'il a tout
28 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 710.

fait par les vrag; car, ainsi qu'il a été dit Ci-dessus, il est dit l'u­
térus quand il s'agit du bien de l'amour, et le ventre quand il s'a­
git des vrais d'après ce bien; de là, il est dit (1 mon Dieu, Toi, \1
car lorsqu'il s'agit du hien de l'amour, le Seigneur est appelé Jého­
vah, et lorsqu'ils'agit des vrais, il est appelé"Dieu. Dans les Évan~
gétistes : Cl Malheur à celles qui seront enceintes et il celles
qui allaiteront en. ces jou7"S-là! 1) - Mallh. XXIV. 19. Marc,
XIII. 17. Luc, XXI. 23; - dans ces Chapilt'es, il s'agit de la
consommation du siècle, par laquelle est entendue la fin de l'Église,
quand il y a Jugement Demie.'; de là, par celles qui sont enceintes
et par celles qui allaitent en ces joul's..;là, au sujet desquelles il y a
lamentation, il est entendu ceux qui alors reçoivent le "bien de l'a­
mour et les vrais de ce bien; celles qui sont enceintes signifient ceux
qui J'eçoivent le bien de l'amour, et celles qui allaitent signifient
ceux qui reçoivent les vrais de ce bien, car le lait qui allaite signifie
le vJ'ai d'après le bien de Tamoul'; s'il est dit «( malheur à elles! J)
c'est parce que ceux qui reçoivent ne peuvent garder les biens et
les vrais, car alol's l'enfel' pJ'évaut et les enlève, de là résulte la
profanation; si alors l'cnfel' prévaut, c'est parce qu'à la fin de l'É­
glise les faux du mal règnent et enlèvent les vrais du bien; en
effet, l'homme est tenu dans un milieu entre le Ciel et l'EnfeJ', et
avant le Jugement Del'l1ier ce qui s'élève de l'EnfeJ' prévaut sur ce
qui descend du Ciel; sur ce sujet, voir dans le Traité DU CIEL ET
DE L'ENFER, N°' 538, 5fJO, Mi, 546, 589 à 596, et dans l'O­
puscule DU JUGEMENT DERNIER, No' 73, 711. Dans Luc: Cl Voici,
viendr?nt les jours où l'on dira: Heureuses les stériles, et
les ventres qui n'ont point enfanté, et les mamelles qui n'ont
point allaité! 1) - XXIII. 29; - ces paroles signifient des choses
semblables, parce qu'elles ont aussi été dites du dernier temps de
l'Église, et par les stériles et les ventres qui n'ont point enfanté sont
signifiés ceux qui n'ont pas reçu les vrais réels, c'est-à-dire, les
vrais d'après le bien de l'amour, et par les mamelles qui n'ont point
allaité sont signifiés ceux qui n'ont pas reçu les vrais réels d'après
le bien de la charité; en effet, tous les vrais viennent du hien, et
les biens sont de deux genres, le bien céleste, qui est lé bien de
l'amour envers le Seigneur, et le bien spirituel, qui est le bien de
la charité il. l'égard du prochain; par les mamelles, il est signifié
Vers. 2. CHAPITRE DOUZIÈME. 29
la meme chose que par le lait, à savoir, le vrai d'après le bien.
Dans le Meme: (( Une femme d'entre le peuple, élevant la voix,
(lit à Jésus: Heureux le ventre qui t'a porté, et les mamelles
que tu as sucées! Mai,ç Jésus dit : Heureux plut6t ceux qui
écoutent la Parole de Dieu, et qui la gardent! 1) - Xl. 27,
28; - puisque porter dans le ventre et sucer les mamelles signifie
la régénération de l'homme, comme il a été dit ci-dessus, c'est pour
cela que le Seigneur répondit: Heureux ceux qui écoutent la Pa-
l'ole de Dieu, et qui la gardent 1 paroles pal' lesquelles est décrite
la régénération qui se fait par les vrais 'd'après la Parole et par la
vie selon ces vl'ais; pal' écouter la Parole de Dieu, il est signifié
apprendre les vrais d'après la Parole, et par la garder, il est signi-
fié vivre selon ces vrais. Dans Jean: Il Nicodème dit: Comment
un homme peut-il atre engendré étant vieux? peut-il dans
l'utérus de sa mère une ser.'onde fois entrer? Jésus T'épondit:
En 1Jérité, je te dis: Si quelqu'un n'est engendré d'eau et
d'esprit, il ne peut entrer dans le Royaume des Cieux. Ce qui
est né de la chair est chair, mais ce qui a été engendré de l'es-
prit est esprit.)) -1ll.lt,5,6;-que Nicodème, au lieu de la géné-
ration spil'ituelle dont le Seigneur pal'lait, ait entendu la génération
naturelle, cela est évident; c'est pourquoi le Seigneur lui enseigne,
au sujet de la régénél'ation, qu'elle se fait par les vrais d'apl'ès la
Parole, et pal' la vie selon ces vrais, ce qui est signifié par etl'e en-
gendré d'eau et d'esprit, cal' dans le sens spirituel l'eau est le vrai
d'après la Pal'ole, et l'esprit est la vie selon les vrais; que l'homme
naisse naturel, et devienne spil'ituel par la vie selon les vrais d'a-
près la Parole, cela est signifié par Il ce qui est né de la chail' est
chair, mais 'ce qui est engendré de l'esprit est esprit; Il que l'homme
natUl'el, il moins qu'il ne devienne spirituel, ne puisse etre sauvé,
cela est entendu par h si qnelqu'un n'èst engendré d'eau et d'esprit,
il ne peut entrel' dans le Royaume des Cieux. 1) Comme le SeigneUl'
Seul réforme et régénère l'homme, c'est pOUl' cela que dans la Pa.,
l'ole il est appelé Formateur dès l'utérus, comme dans Ésaïe :
Il Jéhovah, ton Facteur et ton Formateur dès t'utérus, qui

t'aide. 1) - XLIV. 2, 2lt. - Dans le Meme: (( Jéhovah dès


11utérlls m'a appelé, dès les ent/'ailles de ma mè1'e il s'est sou-
venu de mon nOIl1. Jéhovah, qui m'a Formé dès l'utérus, pOll1.'
30 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE, N" 710,

(être) son serviteur, pour ramener Jacob à Lui, et pour qu' Is­
raël soit rassemblé auprès de Lui. II - XLIX. 1, 5; - dans
beaucoup de passages de la Parole, Jéhovah est appelé Créateur,
Facteur et Formateur dés l'utérus, et aussi Rédempteul', pal'ce que
de
\
1I0uveau il crée l'homme, le ['éforme, le régénère et le rachète;
on peut croire que le Seigneur est appelé ainsi, parce qu'il a créé
l'homme, et qu'il le forme dans l'utérus., mais néanmoins c'est la
création et la formation spirjtuelles qui y sont entendues, cal' la Pa­
role est non-seulement naturelle, mais aussi spil'ituelle, naturelle
pour les hommes qui sont naturels, mais spirituelle pOUl' les Auges
qui sont spirituels, comme on peut aussi le voir en ce que ces choses
qui ont été dites ont été dites d'Israel, et, dans le sens suprême,
du Seigneu1'; pal' Israël, il est entendu l'Église, ainsi tout homme
de l' I~glise; et comme le Seigneur connait la qualité de chacun quant
au bien de l'amour et au vrai de la foi, c'est pour cela qu'il est dit
« Jéhovah dès ['utérus m'a appelé, dès les entl'ailles de ma mère il
s'est souvenu de mon nom; )) pat' appeler quelqu'un et savoir son
nom, il est signifié connaitre quel il est; quant au bien de l'amour,
c'est « dès l'utél'US, )) et quant aux vrais de ce bien, c'est « dès les
entrailles de ma mère; par Jacob qui sera ramené à Lui, et pal'
1)

Israël qui sera rassemblé aupr~ de Lui, il est signifié l'Église, par
Jacob l'~~glise extel'De, et pal' Israël l'Église interne; celle-ci est dans
J'homme spil'ituel, et celle-là dans l'homme naturel. Dans Jérémie:
Il Awnt qu~ je te formasse dans l'utérus, je te connaissais;

et avant qu.e tu sortisses de l'utérus, je te sanctifiais; pour


prophète aux luttions je te donnais. 1) - l. 5; - ces paroles,
il est vrai, ont été dites du Prophète Jérémie, mais toujours est-il
que par le prophète, dans le sens spirituel, il est entendu celui qui
enseigne le vrai, et dans le sens abstrait la doctriue du vrai; de là,
par formel' dans l'utérus, et connaltr'e avant qu'il SOl'Ut de l'utérus,
il est signifié la Prévoyance que pal' la régénération il peut être dans
les vrais d'après 'le bien, qu'ainsi il peut recevoir et enseignet' la
Parole; cela auss~ est sanctifiel' et donner pOUl' prophète aux Ila­
tion~, les nations sont ceux qui sont dans le bien et qui d'après le
bien reçoivent les vrais, Dans Da\'id : II Sur Toij'ai été appuyé
dès l'utérus; des entrailles de ma mère, Toi, tu m'as retiré, Il
- Ps. LXXI. {); - J)1Ir ces pal'oles, il esL signifié des choses sem­
Vers. 2, CHAPITRE DOUZIÈME. 3t
blables. Dans le Même: « Voici, héritage de J éhovalz, les fils;
récompense, les fruit,~ du -centre. Il - Ps. CXXVII. 3; - ici,
pal' les ms sont entendus ceux qui sont dans les vl'ais d'après le
bien, comme aussi ailleUl's dans)a Pal'ole; et par les fruits du ven­
tl'e sont entendr18 ceux qui par t~ vrais sont dans le bien, auxquels
.. appartient le Ciel, qui est l'héritage et aussi la récbmpense. Dans
Ésaïe: « Est-ce qu'unr: lemme oublie ,çon enfant, tellement
qu'elle n'ait pas pitié du fruit de son ventre? Quand bien
. méme celles-ci oublieraient, Moi cependant je ne t'oublierai
point.1) - XLIX. 15; - cela est dit, parce que dans le sens spi­
rituel il est entendu la l'égénél'ation, c'est pourquoi la comparaison
est fait.c avec une femme, et avec son amour pOUl' son enfant; la
même chose art'ive avec celui qui a été l'égénéré pal' le Seigneur.
Dans David: « Jéhovah a juré à David une l:érité: Du fruit
de ton ventre je placerai sur ton trône. Il - Ps. CXXXII. 11 ;
- [lar' David, ici comme ailleurs, il est entendu le Seigneul' quant
au Hoyaume spirituel, qui est sa Royauté; c'est pourquoi, pal' pla­
cel' SUI' le tl'One du fruit de son ventre, il est entendu celui qui est
régénéré par Lui, celui-là est appelé fruit de son ventre, parce qu'i!
est dans les vrais et dans la vie selon les vl'ais; pal' le Ir'One qui sera
à lui, il est entendu le Ciel: ce sont là les choses qui sont signifiées
dans le sens spil'ituel'par ces pal'oles, mais dans le sens suprême,
pal' eHes il est entendu le Seigneul' et sa glorification. Dans le
Même: l( Toi, tu posse.des mes reins; tu m'as enveloppé dans
le t'entre de ma mère. II - Ps. CXXXIX. 13; - pal' posséder
les reins, il est signifié purifier de faux les vrais; voir ci-dessus,
N° 167; et par envelopper dans le ventre de la mère, il est signifié
protéger contre les faux du mal qui proviennent de l'enfer, et cela,
depuis le commencement de la l'égénération, et ensuite continuelle­
ment. Dans le Même: « Les impies se sont détournés dès l'u­
térus, ils se fourvoknt dès le 1,entre, proférant le mensonge. Il
- Ps. LVIII. li; - ici, il n'Mt pas entendu que les impies se sont
. détournés dès l'utél'us, ni qu'ils se fourvoient dès le ventre, c'est­
à-dil'e, dès la pl'emière naissance, cal' personne à cette époque ne
se détourne de Dieu ni ne se fourvoie; mais se détourneI' dès l'uté­
rus signifie qu'ils se sont retirés du hien pour le mal dès le premier'
joUI' quand _ils ponvaiellt etre réfol'més; et se fourvoyer dès le ven­
32 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 7tO.

tre signifie qu'ils. se SOllt pareillement retil'és des vrais pour les
faux; proférer le mensonge signifie aussi croire des.faux : qu'ils se
soient retirés dès le pl'emier jour. quand ils pouvaient être l'éfor­
més, c'est parce que le Seigneur s'efforce de réfOl'mer tous les
hommes, quels qu'ils soient, en cbmmençant deputs l'enfance et en
continuant à tl'llvers l'adolescence dans la jeunesse, mais qu'eux se
sont lIussilût retirés, ne se laissant pas réformer. Dans Basée:
Cl Liée a été l'iniquité d'Éphraïm, caché a été son péché; les

douleurs de celle qui enfante viendront sur lui; lui, fils non
sage, parce que le temps (prescrit) il ne se tient pas dans l'u­
térus des fils. 1: - XIII. 12,13; - par Éphraïm est signifié l'en­
tendement du.vrai, ici l'entendement pel'verti, c'est-à-dire, du faux
au lieu du vrai; son faux est signifié pal' l'iniquité, et le mal du
faux par son péché; de là, il est appelé llls non sage; par u les dou·
leur!l de celle qui enfante viendront sur lui, 1) il est signifié 'lu'il ne
reçoit pas la l'éformalioJ;l; et'par u le lemps prescrit il ne se tient
pas dans l'utérus des fils, l) il est signifié qu'il ne reste pas dalis
l'état de réformation. Dans Ésaïe: J'ai connu que perfidement
(1

agissant, perfidement tu agirais, e-t du nom de prüaricateur


di:s l'utérus tu as été appelé. 1) - XLVIll. 8; - ces choses ont
été dites de la maison de Jacob, pal~ laquelle est entendue l'Église
pervel'lie; perfidement agir signifie'contl'e les vrais l'évélés, et être
appelé dès l'utél'us du nom de prévaricateur, signifie se relirer des
vrais dès le premier temps qu'on pouvait êlre réfol'mé; pal' être
appelé du nom, il est signifié sa qualité quant à ces choses. Dans
Basée: (( Jacob dans l'utérus a supplante son frère, et dans
sa force puissammertt il a Gombattu contre Dieu. 1) - XII, 1.1;
- ce qui est signifié par ces paroles dans le sens intel'ne, personne
ne le peut savoir, si ce n'est celui qui sait que Jacob et ses descen­
dants, à partir de leurs pèl'es, ont été entièrement naturels, ainsi
contl'a. le bien du Giel et de l'Église, car celai qui est natUl'el, et
non en même temps spiriluel, est cOnll'e ce bien; en effet, ce bien
n'est acquis que pal' la conjonction du vl'ai et du bien d'abord dans
l'homme spirituel, et ensuite dans l'homme naturel; or, par ltsaü
est signifié le bien naturel dails le spil'ituel; maintenant, comme'
Jacob et ses descendants ont été tels, et comme ils ont rejeté tout
bien qui est tel, et cela, dès le pl'emiel' temps, \'oilil. pourquoi il est
1
Vers. 2. CHAPITRE DOUZI~:ME, 33
dit de Jacob que dans l'utérus il a supplanté son frère: en outre,
par la lutte de Jacob avec l'Ange, - Gen. XXXII, 25 à 32, ­
est décrite l'opiniâtreté avec laquelle ils insistèrent pour possédel'
la terre de Canaan, ce par quoi il est entendu « afin que l'Église fat
instituée chez eux; Il cette opiniâtreté est décrite par cette lutte, et
aussi pal' les choses qui sont dites dans le Vel'set suivanl, dans Ho­
sée, à savoir, Il et puissamrnentil a combattu contre l'Ange,
et il a pleuré et il l'a imploré; Il mais que néanmoins ils seraient
sans aucun bien de l'amoul' eéleste et spirituel, cela est entendu en
ce que l'Ange toucha l'emboîture de la cuisse de Jacob, et que
l'emboîture de sa cuisse fut luxée pendant qu'il luttait avec l'Ange,
. - Ge~. XXXII. 25, 32; ,.- car, par la cuisse, il est signifié la
conjonction du bien et du vrai, et par la luxation de la cuisse, il
est signifié qu'il n'y aurait aucune conjonction du vrai avec le bien
pour Jacob ni pOUl' ses descendants; c'est là ce qui est entendu en
ce que Jacob a combattu puissamment contre Dieu; mais, sur ce su­
jet, voir les ARCANES CÉLESTES, N° !l281, où cela a été expliqué:
que la Nation ISl'aélite et Juive n'ait point été choisie, mais qu'elle
ait été admise pour représenter l'Église, à cause.de l'opiniâtreté avec
laquelle leurs pères et Moïse ont insisté, on le voit là, Np, 4290,
4293, 7051,7439, 10h30, 10535, 10632. Dans Moïse: « Les
fils s'entrehellrtaient dans le 1)entre de Rébecca; et Jéhovah
dit: Deux nations dans ton utérus, et deux peuples de tes
entrailles $eront séparés, et un peuple sur l'autre peuple pré­
1)audra, et le plus grand servira le moindre. El (urent "em­
plis ses Jours pour en(anter; et 1)oici, des Jumeaux dans son
utérus, et le premier sortit tout roux, comme une tunique de
poil, et ils appelèrent.son nom Ésaü : et après cela sortit son
(l'ère, et sa main tenait ~e talon d'Ésaü, et il ~ppela son nom
Jaco/). Il - Gen. XXV. 20 à 26; - c.es Historiques enveloppent
les choses qui viennent d'être dites de Jacob et de ses descendants,
à savoir, qu'ils étaient purement naturels, et par suite sans aucun
bien naturel d'après le spirituel, lequel bien est signifié par Ésaü;
que les descendants de Jacoh fussent sans ce bien, cela est signifié
en ce que Jacob en sortant de l'utérus de sa mèl'e tenait le talon
d'ÉSilü; par le talon est signifié le dernier naturel; mais ces choses
aussi onl été expliquées dans les ARCANES CÉLESTES. Dans le Même:
", 3,
311 L' APOCALYPSE, EXPLIQUÉE. N' 710.

(( Par le Dieu de ton père, et il t'aidera, et avec Sc"addai,


et il te bénira des bénédiction du ciel en haut, des bénédic­
tions de l'abîme qui git en bas, des bénédiçtions des mamelles
et de l'utérus. Il - Gen. XLIX. 20; - celle bénédiction est celle
.

de Joseph par son 'père Israël; elle a aussi été expliquée dans les
ARCANES CÉLESTES, N°' 61128 à 6la3la; et il y a été montré que les
bénédictions des mamelles signifient les sffec.tions du bi~n et du
vrai, et les bénédictions de ['utéms la conjonction du bien et du
vrai, par conséquent la régénération. Dans le Même: (( J éhoVllh
t'aimera, et il te bénira, et il te multl'pliera; il bénira le fruit
de ton ventre, et le fruit de ta terre, ton froment et ton moût, .
ton .huile, le produit de 'tes bœufs et des bêtes de ton menu
bttail. Il - Deutél'. VII. 13 :-- et ailleUl'S : « Béni (sera) le
fruit de ton ventre, et le fruit de ta terre, le produit de tes
bœufs et des bêtes de ton menu bétail. n - Deutér. XXVIII.
la; - ces choses ont été dites aux fils de Jacob, qui ne les ont pas
entendues aull'ement que naturellement; c'est-à-dil'e, selon le sens
de la lettre, parce qu'ils étaient entièrement naturels et nullement .
spil'ituels; mais par ces bénédictions sont signifiées des bénédic­
tions spirituelles, par'ce qu'elles appal'tiennent au Ciel et par suite
à la vie étel'nelle; car par le fruit du venll'e, il est signifié le bien
de l'amour et le -VI'ai de ce bien; pal' le fruit de la terre, le tout de
l'Église; par le fl'oment et le moat, tout bien et tout vrai dans
l'homme naturel; pal' le produit des bœufs et des bêtes du menu
bétail, leut's affections extérieures et leul's affections intérieul'es; en
général, par toutes ces choses, leur fl'uctification et leur multipli­
cation. Dans Ésaie : (( Voici, je vais exciter contre eux les Mè­
des, qui de l'argent ne feront aucune estime, et de l'or ne se
réjouiront point, dont les arcs les jeunes gens briseront, et
du fruit du ventre ils n'auront point pitié; les fils n'épm'­
gnera point leur œil. Il - XllI. 17, 18; - par les Mèdes sont­
entendus ceux qui l'egardent comme rien le vrai et le bien de l'É­
glise, et détruisent les choses qui par suite appartiennent à l'enten­
dement eL à ('amour; par "argent dont ils ne feront aucune estime,
et par 1'01' dont ils ne se réjouiront point, il est signifié le vrai et le
bien du Ciel et de l'Église, pal' l'argent le vrai, et pal' l'orle bien;
( leut's arcs les jeunes gens brisel'ont, et du fl'uit du ventre ils n'au­
Vers. 2. CHAPITRE DOUZlÈME. 35
ront point pitié, Il signifie que le~ faux de la doctrine détl'lliroiJt
tout entendement du vrai et tout bien de l'amoUl'; par l'arc, il est
signifié le faux <.le la doctrine, pal' les jeunes gens l'intelligence du
vrai, et pal' Ie"frnit du ventre le bien de l'amour; «( les fils n'épar'­
nel'a point leur œil, » signllie que leur entendement perverti et leUl'
folie dévasteront tout vrai de l'Église, les fils sont les nais, et l'œil
est l'entendement perverti qui est une folie: il faut qu'on sache que
pal' les Mèdes il est entendu, non les Mèdes, mais de tels hommes
et de telles choses dans l'Église, qui la dévastent. Dans Matthieu:
l( Le.y Pharisiens, disaient: Est-il permis .à un homme de

répudier son épouse pour quelque sufet que ce .soit? Jésus,


répondant, leur dit: N'avez-vous pas lu que Celui qui a {ait
au commencpnent mâle et {emelle les fit, et dit: A cause de
cela l' homméquittera son père et sa mère, et s'at,tachera à
son épouse, elles deux seront en une seule chair? C'est pour­
,. quoi ils ne sont plus deux, mais une seule chair; ce donc que
Dieu a uni, que l'homme. ne le sépare pqint. Moise li cause
de votre dureté de cœur vous a permis de répudier vos épou­
ses; au commencement il n'en était poitV ainsi. Je vous di,ç
que quiconque répudie son épouse, si ce n'est pour cau~e de
{ornication,' et se marie à une autre, commet adultère, et que
celui qûi se marie à une répudiée commet adultère. Les dis­
ciples dirent: Si telle est la condition de l' homme avec ~on
épouse, il ne convient pas de se marier~ mais Jésus dit: Non
pas tous comprennent cette parole, mais seulement ceux à
qui il a été doi/né; car il y a des eunuques qui de {'utér:us de
la mère sont nés téls; et il y a des eunuques qui eunuques ont
été {aits pm' les hommes; et il y a des eunuques qui eunuques
se sont {aits eux-mbnes pour le royaume de Dieu. Quipeut
comprendre, qu'il comprenne. Il-XIX. 3 à 12;-qu'il y ait là
des arcanes intérieurs, on peut le voir par ces expressions du Sei­
gneur, «( non pas' tous' comprennent celle parole, mais seulement
ceux à qui il a été donné: » l'arcane intér(eur renfel'mé dans ces·
choses dites par le Seigneur, les hommes le comprennent peu, mais
tous les anges dans le Ciel le comprennent, et cela, parce qu'eux
perçoivent spirituellement ces paroles du Seigneul', et que les al'­
canes qu'elles l'enferment sont des spirituels; voici ces spirituels:
36 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE, N° 710.

Dans les Cieux, il y a des mariages de même que dans les terres,
rpais dans les Cieux, mariages de semblables avec semhlables, car
l'homme est né pour agir d'apl'ès l'entendement, mais la femme
pour agir d'apl'ès l'affection, et l'entendement chez les hommes est
l'entendement du vl'ai et du bien, et l'a,ffection chez les femmes est
l'affection du Vl'ai et du bien, et comme tout entendement tire sa
. vie de l'affection, c'est pour cela qu'on y est uni selon que l'affec­
tion, qui appartient à la volonté, est unie avec la pensée conespon­
dante qui appartient·à l'entendement; en effet, l'entendement chez
chacun est différent, de même que les vl'ais, dont se compose l'en­
tendement, sont différents; en général, il y a les vrais célestes, il
ya les vrais spil'ituels, il y a les \Tais moraux, il y a les vrais ci­
vils, et de plus il y a les vrais naturels, et chaque Vl'ai a des espèces
et des variétés innombrables; et comme il résulte de là que jam~is
l'entendement de l'un n'est semblable à l'entendement de l'autre,
ni l'affection de l'une semblable à l'affection de l'autl'e; c'est pour- .
quoi, afin que cepen.dant ['affection et l'entendement fassent tou­
jours un, ils sont unis dans le Ciel de telle sorte que l'affection COl'­
l'espondante qui appartient à la femme soit conjointe avec l'enten­
dement corl'espondant qui appartient à l'homme, d'où il résulte que
]}Olll' l'un et pour l'autre il y a d'après la correspondance une vie
pleine d'amour. 01', comme deux affections différentes ne peuvent
correspondl'e à un même entendement, il s'ensuit que dans le Ciel
jamais il n'al'l'ive, et jamais il ne peut alTiver que plusieurs épouses
soient à un seul mari; d'apl'ès ces considérations, on peut voir et
conclure ce qui est entendu spirituellement aussi par ces paroles du
Seigneur; par exemple, ce qui est entendu par li l'homme quittel'a
son père et sa 'mère, et s'attachera à son épouse, et les deux seront
, en une seule chair, Il à saVOil', que l'homme laissera ce mal et ce
faux qu'il tient de religion, et qui souille son entendement, ainsi
qu'il tient du père et de [a mère, et que son entendement sépal'é de
ce mal et de ce faux sera conjoint av~ l'affection correspondante
qui appartient à 'l'épouse; de là, les deux deviendront une même
affection du vrai et rlu bien; cela est entendu pal' une seule chair,
dans laquelle seront les deux, cal' la chair, dans le sens spirituel,
signifie le bien qui appartient à l'amour ou à l'affection; c~est pour­
quoi ne plus être deux, mais une seule chair, signifie qu'ainsi l'en­
Vers. 2. CHAPITlŒ DOUZIÈME. 37
tendement du bien et du vrai et l'affection du bien et du vrai ne
sont point deux mais sont un, de même que la volonté et l'enten­
dement sont deux, il est vrai, mais néanmoins sont un, de même
que le vrai et le bien, puis aussi la foi et la charité, qui sont deux,
il est vrai, mais qui néanmoins sont un, à savoir, quand le vrai
appartient au bien et que le bien appaI'tient au vrai, et aussi quand
la foi appartient à la charité, et que la charité appal'tient à la foi;
de là aussi vient l'amour conjugal: que Moïse, à cause de la dureté
de leur cœur, leur ait permis de répudier leurs épouses, pour quel­
que sujet'que ce ffit, c'était parce que les Israélites eL les Juifs étaie~lt
naturels et non spirituels, et que ceux qui sont purement natUl'els
sont dms aussi de cœur? parce qu'ils ne sont dans aucun amour
conjugal, mais ils sont dans un amollI' lascif tel qu'est celui de l'a­
dultère : que quiconque répudie son épous~, si ce n'est pour cause
de fornication, et se marie à une autre, commette adultère, c'est
parce que la fornication signifie le faux, et chez la femme l'affection
du mal et du faux, ainsi une affection qui ne concorde en aucune
manière avec l'entendement du vrai et dU bien, et parce que d'apl'ès
cette discordance l'amour conjugal, qui est l'amour du vrai et du
bien, et par suite le Ciel et l'Église chez l'homme, est entièl'ement
détruit, car lorsque la conjonction intérieure, qui est celle des men­
tais (mente$) et des mentais (animi). est nulle, le mariage est
dissout : que celui qui se mal'Îe à une l'épudiée commette aussi
adultère, c'est parce que par la répudiée pour cause de fOI'nica­
tion, il est entendu l'affection du mal et du faux, comme ci-dessus,
laquelle ne doit être unie avec aucun entendement du vl'ai et du
bien, cal' par suite l'entendement est perverti, et même devient
l'entendement du faux et du mal, et la conjonction du faux et du
mal est un adullèl'e spirituel, comme la conjenction du vrai et dil
bien est un mariage spirituel. Si ensuite le Seigneur' a parlé des
eunuques, c'était parce que les disciples avaient dit « si telle est la
condition de l'homme avec son épouse, il ne com'ient pas de. se ma­
riel'; )l et comme les mariages chez la Nation Juive, qui était dure
de cœur par la raison que les Juifs étaient dans les faux d'après
le mal, n'étaient pas des mariages, mais étaient des adultères en­
tendus dans le sens spirituel, ce qui fit même que cette nation fut
appelée par le Seigneur nation adultère, c'est pOUl' cela que le Sei­
38 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 710.
gneur pal'la des eunuques, par lesquels ont été entendus ceux qui
ne veulent pas contracter mariage, c'est-à-dire, être conjoints avec
l'affection du mal, parce qu'ainsi llentendement du vl'ai et du bien
serait perverti et dissipé; ainsi pal' les eunuques sont entendus,
tant ceux qui sont ,mariés que ceux qui ne sont pas mariés, chez­
qui l'entendement du vrai et du bien,a été conjoint avec l'affection
du vrai et du bien; s'ils sont dits eunuques, c'est parce que chez
eux il n'y a pas le lascif, tel qu'il est chez ceux qui d'après la du­
relé de cœur, dans laquelle étaient les Juifs, ont pds plusienrs
épouses, et les ont répudiées pOUl' un sujet quelconque: il faut
d'abord savoir que le mal'iage de l'entendement du vrai et du bien
avec 1'1Iffection du vrai et du bien est en général d'une triple ori­
gine, et par suite dans un triple degré; le mal'iage de ceux qui sont
appelés célestes est dans le suprême degré; il est dans un degré
inférieur pal'mi ceu'x qiJi sont spirituels, et dans le degré le plus
bas parmi ceux qui sont naturels, car il y a tout autant de degrés
des intérieul's de l'homme; par suite, il y a trois Cieux; sont appe­
lés célestes ceux qui sont.(}ans le Ciel suprême, spil'ituels ceux qui
sent dans le Ciel inférieur, et naturels ceux qui sont dans le Ciel
le plus bas j le mariage de l'entendement du vrai et du bien avec
l'affection du vrai et du bien chez :les célestes est entendu par les
eunuques qui dans l'utérus de la mère sont nés eunuques; et cela,
parce que ceux-ci, quand ils sont régénérés, reçoivent à l'instant
les vrais dans la vie par l'amour des vrais; c'est de là qu'ils savent
les vrais d'après les vrais eux-mêmes;, leur l'égénél'ation par le
Seigneur au mOyen de l'amour envers Lui est signifiée par devenir
eunuque dans l'utérus, ainsi sans le lascif de l'adultère: le mariage
de l'entendement du vl~ai et du bien avec l'affection du vrai et du
bien chez les spirituels est entendu par les eunuques qui ont été
faits eunuques pal' les- hommes; car ceux-ci ne sont pas l'égénérés
dans l'utérus, c'est-à-dire, par l'amour, mais ils le sont par les
'vrais reçus d'abord dans la mémoire, et ensuite intellectUf~l\ement
dans la pensée, et enfin clans la vie pal' une certaine affection spi­
rituelle; ils sont dits être faits eunuques par les hommes, parce
qu'ils sont réformés pal' l'entendement d'apl'ès la mémoire, et que
l'hom~ne signifie cet entendement, comme aussi ci-dessus, où il est
dit l'homme et l'épouse: mais le mariage de l'entendement du vrai
Vers. 2. CHAPITRE DOUZIÈME. 3g
et du bien avec l'affection du vrai et du bien chez ffis naturels est
entendu par les eunuques qui se sont faits eunuques eux-mêmes;
car par les connaissances et par les sciences, les naturels s'acquiè-
rent une lueur naturelle, et par le bien de la vie selon ces connais-
sances et ces sciences ils s'acquièrent l'affection, et par suite la
conscience; et comme il~ ne savent autre chose, sinon qu'ils font cela
eux-mêmes, car l'homme naturel ne jouit pas de l'intelligence dont
jouit l'homme spirituel; ni de la perception dont jouit J'homme cé-
leste, de là vient qu'ils sont ceux qui se font eunuques eux-mêmes;
mais il est dit ainsi d'après l'apparence et d'après la foi obscure
chez eux, Ce sont donc là les choses qui sont entendues pal' être fait
eunuque pour le royaume de Dieu: et comme il en est peu qui com-
prennent ces choses, il est dit par le Seigneur: Il Qui peut compren-
dre, qu'il comprenne.» Mais, pour l'illustration de ce sujet, voir ùans
le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER, ce qui a été dit et montré sur les
deux Royaumes dans lesquels les Cieux ont été distingués; puis,
SUi' les trois Cieux selon les trois degrés des intérieUl's de l'homme,
N°' '20 à hO; et SUI' les mariages dans le Ciel, N°' 366 à 386. Il
est dit de Jean-Baptiste, qu'il (ut rempli d'esprit saint dans
(1

l'utérus de sa mère, et que l'embryon bondit dans l'utérus à


la salutation de 11'1([rie, ») - Luc, I. 15, ltt, ltlJ; - mais par là
il était signifié qu'il représenterait le Seigneur quant à la Parole,
comme Élie; 'Car dans la Pal'Ote, qui est le Divin Vrai, il y a partout
le mariage du Divin Bien et du Divin Vrai, et le Divin Bien uni au
Divin Vrai est le Divin pl'océdant du Seigneur, qui est appelé Esprit
Saint: le bondissement.·dans l'utérus à la salutation de Marie i re-
présentait la joie d'après l'amour de la conjonction du Bien et du
Vrai, ainsi la joie de l'amOllI' conjugal céleste, qui est dans chaque
, chose de la Parole: que Jean-Baptiste, eomme Élie, ait représenté
le Seigneur quant à la Parole, on le voit dans les ARCANES CÉLESTES,
N°' 76h3, 9372. Ce que signifie le mâle, qui OIlVJ'e le premier
l'utérus, va aussi êtl'e dit: On lit à ce sujet dans Moïse: (1 Quand
t'aura introduit Jéhovah dans la terre du Canmléen, passer
tu (eras toute ouverture d'utérus à Jéhovah, et toute ouver-
tw'e de portée de la bête, ce que tu auras de mâle, il Jéhovah;
mais Lout premier-né parmi tes fils tu 7'achètel·as. Que s'il
mTive que t'interroge ton fils demain, en disant: Qu'est-ce ~
tlO L'AFOCAL YPSE EXPLIQUÉE. N" no.
que ceci? tu lui diras: Par force de main nous a tirés J éltovah
de r Égypte, de la maison de serfs, quand il tua tout premier­
Ré dtms la terre d'Égypte, depuis le premitw-né de l'homme
jusqu'au premier-né de la bête; c'est pourquoi, moi, je sa­
cri(ie Il Jéhovah toule ouverture d'utérus, les mâles, et tout
premier-né de mes fils je rachète. » - Exod. XIII. 1.1 à 15.
:XXXIV. 19, 20. - Que les Lévites aient été acceptés à la place
des premiers-nés, on le voit dans le Même: Cl Voici, j'ai p";s les
Lévites du milieu des (ils d'Israël ù la place de tout premier­
né, OUt'ertllre d'utérus, d'entre les (ils d'Israël, a(in que soient
il Moi les Lérviles; parce qu'Il Moi tout premier-né; au jour
ollj'ai frappé tout premitr-né dans la terre d'Égypte, j'ai
sancti(ié pour Moi tout premier-né en Israël, depuis r homme
jusqu'à la bête à Moi ils seront. Il - ~omb .. III. 12, 13. VIII.
16, 17; -lé spirituel qui est caché dans ce statut n'est P?S évi­
dent, à moins qu'on ne sache que les génél'ations et les naissances
natul'elles signifient des générations et des naissances spirituelles;
puis aussi, que tous les memhres 'de la génél'ation correspondent à
l'amour céleste et à ses p'l'oduits, qui sont les usages, lesquels sont
appelés les nais de cet amour: puisqu'il en est ainsi, et puisque
le mal'iage dans le sens spirituel signifie' le mariage du bien et dl!
vrai, comme il a été dit ci-dessus, pal' suite on peut voil' ce qui est
signifié dans le même sens pal'l'ouverture d'utérus, ou le premier­
né, mâle: par l'ouverture d'utérus, ou par le premier-né, mâle,
est signifié ce qui d'abord nait de l'amour céleste et de la pel'ception
du bien et du vrai; que ce soit le nai d'après Je bien qui tient la
place de principe pour le reste, cela est évident; ce vrai dans son
essence est Je bien spirituel, car ce bien dans sa forme est le vrai
d'après le bien; ou, ce qui est la même chose, le vrai d'après le
bien dans son essence esUe bien spirituel; cela est signifié pal'l'ou­
verture d'utérus, le premier-né, mâle, par la raison que J'utérus
correspond à l'amom' conjugal intime, qui dans son essence est J'a­
mour céleste, et de cet amour est produit le bien spirituel quïdans
sa forme est le vrai d'après le bien, et spécialement ce vrai d'après le
bien qui tient la place de principe pour le l'este; ce qui tient la place
de principe est, pour les choses qui viennent à la suite, le tout quant à
leur essenliel, parce que c'est ce qui règne en elles: comme cela est
Vers. 2. CHAPITRE DOUZIÈME. !l1
signifié par l'ouverture d'utérus ou le premier-né, mâle, c'est pOUL'
cela que ce premier-né était sanctifié à Jéhovah, et que pal' lui
aussi étaien t sanctifiés tous les produits suivants, Il faut qu'on sa­
che que les biens du Ciel et de J'Église sont de trois degrés, le bien
du degré intime, par conséquent aussi du Ciel intime, est appelé
hien de l'amour céleste, Je bien du degré infél'ieur, qui est aussi le
bien du Ciel moyen, est appelé bien de l'amour spirituel, et le bien
du degl'é le pius bas, qui est aussi le bien du dernier Ciel, est ap­
pelé bien naturel; ces biens, de même qu'ils se suivent en ordre,
de même aussi naissent en ordre; le bien de l'amour naturel nait
du bien de l'amour spirituel, et le bien de l'amour Spil'ituel naît du
bien de l'amour céleste; c'est de là que pal' l'ouverture d'utérus, le
premier-né, mâle, est signifié le bien de l'amour spirituel né du
bien {le l'amour céleste. Comme pades bêtes il est signifié les af­
fections, pal' les bêles de gros bétail les affections extérieures, et
pal'Ies bêtes du menu bétail les affections intérieul'es, c'est pOUl' cela
aussi que leurs premiers-nés ont été sanctifiés, Que ce soit ainsi,
on peut le voil' aussi en ce que les Lévites ont été reçus à la place
de tous les premiers-nés, 'car par Lévi, et pal' suite par le Lévite,
il est signifié le bien spirituel d'apl'ès le bien céleste; de là aussi le
sacerdoce, par lequel est signifié le bien céleste, a étédonnéà Ahal'on
et à ses fils, et le minLtère de ce sacerdoce, par lequel est signifié
le vrai d'après ce bien, a été donné aux Lévites; que ces choses aient
été signifiées par [a Tribu de Lévi, on le voit ci-dessus, N° MfJ.
Si le statut sur les ,premiers-nés a été donné aux fi Is d'Israël, parce
que tous les premiers-nés avaient été tués en Égypte, c'est parce
que là pal' les premiers-n~$ il est signifié les faux d'apl'ès le mal
contraires ou opposés aux vrais d'après le bien, ainsi le malinfer­
nal contraire ou opposé au bien spil'ituel, et parce que quand ces
faux d'après le mal sont tués chez l'homme, c'est-à-dire, éloignés,
alol's pour la premièl'e fois les vrais d'après le bien, ou le bien spi­
rituel, influent du Seigneur et sont reçus par l'homme. D'après ces
considérations, on peut voir ce qui a été représenté par' ce statut,
et ce qui a été signifié dans le sens spirituel. Quant à ce qui a été
signifié en ce que « Dieu avait fermé tout utérus de ta maison
d'Abimétech, à cause de Sarah, épouse d'Abraham; et qu'a­
près qu'Abraham eut prié en leur faveur, Dieu guérit Abi­
!l2 L'APOc'AL y PSE EXPLIQUÉE. N' 710.

mélech, et son épouse, et ses servantes, .de sOt'te qu'ils enfan­


tèrent, )) - Gen. XX. 17, 18, - on le voit dans les ARCANES
CÉLESTES, OÙ ces choses ont été expliquées.
711. Elle criait, étant en travail d'enfant et tourmentée
pour enfanter, signifie 1a non-réCfption pal' ceux qui dan:; l' É­
glise sont natw'els et sensuels, et leur résistance: on le voit pal'
la signification de crier étnnt en travail d'en{ant et tot/rmen­
tée pour en{anter, lorsqu'il's'agit de la doctr'ine du vrai, laquelle
naît de l'amour céleste, et est entendue par le mâle qu'elle enfanta,
en ce .que c'est la non-réception de cette doctrine et aussi la résis­
tance; que ce soit par ceux qui dans l'Église sont natul'els et sen­
suels, c'est parce que ceux-ci sont entendus par le dragon, dont il
est ensuite parlé. QU'être en travail et enfanter, ce soit êtl'e en tra­
vail et enfanter des choses qui appartiennent à l'Église, ici qui ap­
partiennent à la doctrine du vrai et du bien, on peut le voir d'après
ce qui a été montré dans le précédent Article .SUl' l'utél'us et son ou­
verture et sur l'enfantement, et aussi dans la suite de ce Chapitre,
où il est dit enfanter. Pour le présent, il suffit de dire que par le
Mâle que la femme a enfanté, il est entendu la Doctl'ine de la Nou­
velle Jérusalem, qui a été donnée du Ciel pal' le Seigneur; que les
dragons se soient alol's tenus alentour, et se soient opposés avec vio­
• lence et effort, et cela jusqu'à faire crier et tourmenter ceux qui étaient
pour cette doctrine, c'est ce que je peux attester: que dans le Monde
aussi ceux qui leur ressemblent s'opposeront à ce qu'elle soit reçue, .
on peut par suite le voir: qui ils sont, cela sel'a dit dans ce qui suit,
lorsqu'il s'agira du dragon et de ses bêtes. Mais quant à ce qui, en
particulier, est signifié ailleurs, dans I~ Pal'ole, par crier étant en
travail d'enfant et tourmentée en enfahtant, on le verra plus bas
dans l'Article 721, où il est ex pliqué ce que signifie être en travail
d'enfant et enfanter.
71.2. Vel's. 3, !J, Et il {ut vu un autre signe dans le Ciel;
et voici, un Dragon grand, roux, ayant sept têtes, et dix cor­
nes, et sur ses têtes sept diadèmes. -Et sa queue entraina •
la trois.ième partie des étoiles du Ciel, et le,~ Jeta en la terre;
et le Dragon se tint devant la Femme qui allait enfanter,
afin que, quand elle aurait en{anté, i{dévorât son en{ant.­
Et il {ut Vil un autre signe dans le Ciel, signifie une révélation
Vers. 3. CHAPITRE DÜUZIBME. 43
Divine concernant l'attaque contre la doctrine qui est pour la Nou­
velle Église, et qui sont ceux qui attaqueront: et voici, un Dragon
grand, roux, signifie tous ceux qui, d'après l'amour de soi et du
monde, sont purement naturels et sensuels, et néanmoins savent
plus ou moins de choses d'apl'ès la Pal'ole, d'après la doctrine qUI
en est tirée, et d'après la prédication, et s'imaginent être sauvés par
la science seule saRS la vie: ayant sept têtés, signiJJe la science des
choses saintes de la Parole qu'ils ont adultérées: et dix cornes, si­
gnifie beaucoup de puis~ance: et sur ses t~tes sept diadèmes, si­
gnifie les Divins Vrais dans le del'niel' de l'ol'dre, qui sont les vrais
du sens de la lettre de la Parole, adultérés et profanés: et sa queue
entraina la troisième partie de.~ étoiles du Ciel, signilie la fal­
sification et l'adultération de toutes les vérités de la Parole: et les
jeta en la terre, signifie leur extinction et leur destruction: et le
Dragon se tint devant la Femme qui allait enfanter, signifie
la haine de ceux qui sont entendus par le Dl'agon, contre l'Ég)ise
chez ceux qui seront par le Seigneur dans la doctrine et par suite
dans la vie de l'amour et de la chari~é : afin que, quand elle au­
rait enfanté, il dévorât son enfant, signifie afin de détruire la
doctrine de cette Église à son premier lever.
713. Et il fut vu un autre sl'gne dans le Ciel, signifie une
révélation Divine concernant l'attaque contre la doctrine qui
est pour la Nouvelle Égli.~e, et qui sont ceux qui attaque­
ront: on levoit par la signification d'un .~igne grand, en ceque c'est
la révélation, la manifestation et l'attestation Divines, comme ci­
dessus, N° 706; que ce soit concernant l'attaque conUe la doctrine
qui est pOUl' la nouvelle Église, et qui sont ceux qui attaqueront,
on le voit d'après les paroles qui suivent, dans lesquelles ce signe
est décl'it; ceux qui attaqueront la doctrine sont entendus pal' (1 le
Dragon gl'and, roux, le serpent ancien,)l et l'attaque elle-même
est décrite en ce que ce Dragon (1 se tint devant la femme qui allait
enfanter, afin qu'il dévorât son enfant, Il et ensuite par le combat
du dragon contre Michaël, puis, en ce qu'il poursuivit la femme
dans le désert, et y jeta après elle de l'eau comme un fleuve, et en
outt'e <Ians ce qui suit. ,lVlais qui sont ceux qui sont entendus pal' le
dragon, cela sera mo.ntré dans l'Article suivant; ici, il sera sellle­
'ment dit que ce sont ceux qui ont communication a\1ec les Anges
lû! L'APOCALYPSE EXPLIQUI~E. N" 7i3.

du Ciel, mais seulement par les externes et non par les internes,
puisqu'il est dit que ce dragon fut vu dans le Ciel, car ceux qui n'ont
, aucune communication avec le Ciel ne peuvent y être vus, parce
qu'ils sont dans l'enfer; ceux-ci sont ceux qui nient Dieu, princi­
palement le Seigneur, (Jui ne font aucune estime de la Parole et la
blasphèment, et qui n'ont aucune-foi concernant la vie éternelle, en
un mot, tous ceux qui s'aiment eux-mêmes et aiment le monde par­
dessus toutes choses, et qui passent leur vie dans les inimitiés, les
haines, les vengeances et les fourberies, et sentent en elles du plaisir.
Ces choses ont été dites, afin qu'on sache que par le dragon ce ne
sont point ceux-ci qui sont entendus, mais que ce sont ceux qui,
pendant qu'ils vivent dans le Monde, ont une communication ex­
terne avec le Ciel, communication qui leur vient de la lecture de la
Parole, de la prédication qui en est tirée, et du culle ex terne selon
les statuls de leur t~glise, mais qui ne sont néanmoins dans aucune
vie sel~n les préceptes du Seigneur; c'est de là que de tels hommes
, ont, il est Hai, une communic3tion avec le Ciel, mais non une com­
munication intel'lle: dans ce qui suit, il sel'a aussi dit pourquoi ils
sont appelés le diable et satan.
71la. Et voici, un Dragon grand, roux, signifie tous ceux
qui, d'après l'amour de soi et du mo'nde, sont purement na­
turels etsensuels, et néanmoins savent plus ou moins de choses
d'aprés la Parole, d'après la doctrine qui en est tirée, et d'a­
près la prédication, et s'imaginent être sauvés par la science
seule sans la l>Ïe: on le voit par la signification du Dragon, en ce
que c'est l'homme purement naturel et sensuel, et cependant dans
la science" des choses en elles-mêmes spirj[uelles, soit qu'il ait cette
science d'api'ès la Parole, ou d'après la prédication, ou d'après la
religion, ainsi qu'il va être expliqué; et par la signification de grand,
roux, en ce que c'es,t être dans l'amour de soi et dans les maux de
cet amour, car le gl'and dans la Parole se dit du bien, et dans le sens
opposé il se dit du mal, de même que beaucoup se dit des vrais, et dans
le sens opposé se dit des faux j voir ci-dessus, N°' 336, 337, b2b ;
et l'OUX se dit de l'amour dans l'un et dans l'autre sens, à savoir,
de l'amour céleste qui est l'amour envers le Seigneur, et, dans le
sens opposé, de l'amour'diabolique qui est l'amour de soi; sur ce
~ujet, t'OÙ' aussi ci-dessus, N° 36b; d'après cela, 'on peut voir que
Vers. 3. CHAPiTRE DOUZiÈME. 45
par le dragon grand, roux, il est entendu tous ceux qui d'après l'a­
moul' de soi sont purement naturels et sensuels, et néanmoins savent
plus ou mo1ns de choses d'après la Rarole, ou d'après la doctrine
qui en est tirée, ou d'après la prédication, et s'imaginent être sauvés
par la science seule Sans la vie de la charité; si ces mêmes hommes
s'ima,ginent être sauvés par la science seule sans la vie de la cha­
rité, c'est parce que tous ceux-là, qui villent pOUl' le corps et pour
le monde, et no~ pour Dieu ni pOUl' lé Ciel, sont purement natu­
rels et sensuels, {laI' chacun est formé intérieurement selon savi~,
et vivre pour le corps et ·pour le monde, c'est vivre naturel et sen­
suel, tandis que vivl'e pOUl' Dieu et pour le Ciel, c'est vivl'e spil'i­
tuel : chaque homme d'après ses parents naît sensuel, et pal' la vie
dans le Monde il devient naturel de plus en plus intérieurement,
c'est-il-dire, ralionnel, selon la vie mOI'ale et civile et la luelll' que
par là il a acquise; mais plus tard cet homme devient spirituel par
les vrais d'après la Parole, ou d'après la doctrine tirée de la Parole,
et par [a vie selon ces vrais; de là, OlI"peut voir que celui qui sait
les choses que la Pal'ole, ou que la doctrine, ou que le prédicateur
enseigne, et ne vit pas selon ces choses, quelque savant et érudit
qu'il pal'aisse, n'est pas cependant spil'ituel, mais est naturel et même
sensuel, car la science et la faculté de l'aisonner ne font pas l'homme
spirituel, mais la vie elle-même le fait spil'ituel; s'il en est ainsi, c'est
par~ que la science, et pal' suite la faculté de raisonnel', sont seule­
ment naturelles, c'est même pOUl' cela qu'elles peuvent être chez tes
méchants, et même ch~z les plus méchant3, muis les vrais d'après
la Parole, conjointement avec Ijl vie selon ces vl'ais, font l'homme
spiritpel, car la vie est de v{lutoir Jes vrais et de les fail'e pal' amour
des vl'ais; cela ne peut pas avoir lieu d~après l'homme naturel seul,
mais vient du spirituel et de son influx dans l'homme naturel; car
aimer les vrais, et d'après l'amour les vouloir.~l et d'après cette vo­
lonté les faire, cela vient. du Ciel, c'est-à-dil'e, du Seigneur, par le
Ciel, et dans sa nature est céleste et Divin; cela ne peut pas in­
fluer immédiatement dans le mental naturel, mais influe médiaLe­
ment pal' le mental spil'i tuel, qui peut êtl'e ouvert et être formé pOUl'
la réception de la lumière et de la chaleur célestes, c'est-à-dire,
pOUl' la réception du Di\lin Vrai et du Divin Bien : la l'aison pour
laquelle ces choses ne peut'ent pas influel' immédiatement dans Je
J lit> L'APOCALYPSE }<~XPLIQUÉE. . N" 7:1.l!.

mental naturel, c'est que dans ce mental ['ésident les maux hél'édi..
taires de j'homme, qui sont les maux de l'amour de soi el du monde;
pal' suite l'homme natm'el, cQnsiMl'é en lili-même, n'âime que soi
et le monde, et d'apl'ès cet amour il veut ces maux, et d'après le
vouloir il les fait, et c'est là ce qui s'oppose à ce que quelque chose
y puisse influel' dn Ciel, et y être reçu; c'est pourquoi, il a été ppiJrvu
par le Seigneur à ce que ces maux puissent être él~ignés, et qu'ainsi
i1 puisse y avoil' de la place' pour les vrais et les biens de l'amour
spirituel, à savoir, par l'ouyertul'e et la fOl'mation du mental spiri­
tuel, qui est.a~-dessus do mental naturel, et par l'influx du Ciel
ç" venant du Seigneur à travel:s ce mental dans le mental naturel. Ces
choses ont été dites, afin qu'on sache que connalll'e les vrais qui
appartiennent à la Parole et à la dOCll'ine de l'église ne fail pas
l'homme spirituel, mais que la vie selon les choses que le Sr.igneur
a commandées dans la Parole le fait spirituel; que pal' conséquent,
, quoiqu'ils sachent beaucoup d'e choses d'après la Parole, néanmoins
ils restent naturels et sens.;J,ds, Ce sont donc ceux-là qui sont signi­
fiés pal' le dragon dans la Pa l'ole ; que ce soient eux qui sont signi­
fiés pal'Ie dl'agon, c'est parce que le dl'agon est un genre de sel'pent,
qui, non-seulement rampe sur l'humu'S', mais aussi vole, et pal'
suite apparalt dans le Ciel; c'est à cause de ce vol et de celte appa­
renee que ceux qui sont dans la science des vérités d'après la Pa­
role, et non dans la vie conforme à ces vérités, sont entendus pal'
le dragon: en effet, par Id serpents en général sont signifiés les
sensuels de l'homme; voir ci-dessus, N° 581; c'est aussi de là que
le dl'agon, dans le' Vers. 9 de ce Chapitre, et Chap. XX, Vers. 2,
est appelé le serpent ancien. Commé dans k1 suite de ce Chapitre,
et aussi plus loin, il s'agit du dl'agon, il sera dit qui sont èeux qui,
en général et en particulier, sont signifiés par lui: En général, par
lui sont signifiés cellX qui sont plus ou moins nal4Jrels, erqui sont
néanmoins dans la science des choses spirituelles d'après la Parole:
en pal'ticuliel', sont signifiés ceux qui, par la doctrine et par la vie,
se sont confirmés dans la foi séparée de la charité; ceux-ci consti­
tuent la tête du dragon; ceux qui pal' leur propl'c intelligence se sont
forgés des dogmes d'après la Parole fonlle COl'pS du dragon; et ceux
qui étudient la Parole sans doctrine forment les externes du dra­
gon; tous ceux-là aussi falsifient et adultèrent la Parole, puisqu'ils
.
Vers,3. CHAPI'rnE DOUZIÈME, !J7
sont dans l'amour de soi et pal' suite da;s le faste de la propre in­
telligence, ce qui les a rendus purement naturels et ~ême sensuels;
et l'nomme sensuel ne peut voir les vrais réels de la Pal'ole, à (lause
des illusions, à cause de l'obscurité de la perception, et à cause des
maux du corps qui y résident, car le sensuel est adhérent au corpc;,
d'où proviennent ces choses. I. Qlie par le dragon"en général soient
entendus ceux qui sont plus ou moins naturels, et néanmdins dans
la science des choses spirituelles d'après la Parol~, c'est parce q~e
par les serpents en général sont signifiés les sensuels de l'homme,
et pal' suite les hommes sensuels; c'est pourquoi pal' le dragon, qui
est un sel'pent volant, est signifié l'homme sensuel, qui néanmoins
vole du cOté du Ciel, par cela qu'il parle et pense d'après la Parole,
ou d'après une doctrine til'ée de la Parole, cal' la P-'I'ole elle-même
est spirituelle, parce qu'elle est en elle-même Divine, et que par
suite elle est dans le Ciel; mais comme ce n'est pas la science seule
des spirituels d'après la Parole qui fait l'homme spirituel, mais que
c'est la vie selon les choses qui sont dans la Parole, il en résulte que
tous ceux-là qui sont dans la science d'après la Parole, et non dans
la vie selon cette science, sont naturels et même sensuèls. ~s sen­
suels qui sont entendus par le dragon sont ceux qui ne voit:IlL rien
d'après la lumière du Ciel, mais qui voient seulement d'ap"rès la lu­
mière du Monde, et qui d'après cette lumière seule peuvent parler
des Divins, et même raisonner avec adresse et vivacité, excités qu'ils
sont par le feu de l'amour de soi et par le faste qui en provient; mais
néanmoins ils ne peuvent voil' si les choses qu'ils disent sont des
vrais ou ne sont point des vrais, appelant vrai ce que dès ['enfance
ils ont puisé chez le maître ou.le prédicateur, et ensuite, dans la
doctrine, et que plus tal'd ils ont confirmé par quelques passages de
la Parole non compris intérieurement: comme ceux-ci ne voient
rien d'après la lumière du Ciel, ils ne voient point les vrais, mais
au lieu des vrais ils voient des faux, qu'ils appellent des vrais, car
les vrais eux-mêmes ne peuvent être vus que dans la lumière du
Ciel, et non dans la lumière du monde, à moins que celle-ci n'ait
été illustrée par celle-là: ceux qui sont tels n'aiment pas une vie
autre que la vie corporelle et mondaine; et comme les voluptés et
les convoitises de cette vie-ci résident dans l'homme naturel, il eIl
résulte queleUl's intérieurs sont sales, et obstrués par des maux de
li8 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 7:14.

tout genre, qui ferment tout chemin à l'influx de la lumièl'e el de la


chaleul' du Ciel; pal' sui te ils sont intérieurement des diables el des
satans, quoique par leur langage et par leurs gestes simulés ils ap­
paraissent comme spirituels et comm.e chrétiens: de tels hommes
ne sont que sensuels, car extél'Îeurement ils peuvent parler des cho­
ses saintes <le l'Église, mais intérieurement ils ne cl'oient rien, et
ceux qui s'imaginent croire, croient à quelque chose d'histol'ique et
pa,I' suite à un persuasif provenant du maître ou de la propr'e intel­
I;gence, faux en soi, auquel cependant ils ont foi, parce qu'il sert
de moyen poul'Ia réputation, l'honneur et le lucre; de tels hommes
sont en général des dragons. Mais il y en a de plusieurs espèces
qui sont signifiés par le dragon; cal' il ya ceux qui ont pour rap­
port sa tête, ceux qui ont pour rapport son corps, et ceux qui ont
pOUl' rapport ses externes, II. Ceux qui en particulier ont pOUl' rap­
port la tête du dl'agon, sont ceux qui par la, doctl'ine et pal' la vie
se sont confirmé" dans la foi seille, qui est la foi séparée d'avec la
chal'ité; si ceux-là ont pour rappol't la tête du dragon, c'est parce
'que la plupart d'ent.'e eux sont des érudits et passent pOUl' savants;
car ils- se sont confirmés que pal' penser seulement les choses que
l'Église enseigne, ce qu'ils appellellt croir'e, ils sont sauvés: mais il
va être dit quelle est lellr doctl'ine, et quelle est leur vie: Leul' doc­
trine, c'est que Dieu le Père aill'ait l\O\'oyé dans le Monde son Fils,
né d'éternité, pour se fail'e homme, afin ct'accomplil' toutes les (',ho­
ses de la loi, de portel' les iniquités de tous, et de souffrir la cl'oix,
et que pal' là Dieu le Père serait récollcilié,--et touché de compas­
sion, et que dans le Ciel seraieiltreçus ceux qui SUI' ce sujet seraient
avec con'fiance dans la foi, el que la confiance de celte foi conjoin­
tement avec le Seigneur intercèdel'ait et sauver'ait; que par consé­
quent cette foi est donnée au genre humain, sépal'é de Dieu le Père,
comme moyen de réception et de salut, parce que l'homme, après
qu'Adam eut mangé de l'arbre de la science, n'était plus en état
de fail'e le bien par lui-même, car par suite il avait perdu avec l'i­
mage de Dieu le libre arbitre; qu'enfin les choses sus-mentionnées
sont le mél'ite âu Seigneur, par lequel l'homme peut uniquement
être sauvé: cc sont là les choses I)('incipales de la foi chez ceux qui
sont dans la foi seule, quant à la doctrine: que personne ne puisse,
par ancune vue spirituelle appartenant à l'entendement, rien per­
Vel'S. 3,
.' CHAPITRE DOUZIÈME. 49
cevoir de cela, ni par ,èonséquent CI'oire, mais puisse seulement de
mémoire, sans l'entendement, le. savoil' et en pal'ler, de Lelle sorte
que dans celle docLl'ine il n'y a rien de l'intelligence, c'est ce qui
sel'a exposé et illusLré ailleurs, selon la volonté du Se;gneur~ Mais
il va aussi êll'e dit quels sont ces mêmes hommes quant à la vie: Ils
enseignent que l'homme au moyen de la foi seule est conduit par Dieu
jusqu'à l'effort de faire le bien, et que,le bien même en acte ne fait
rien POUJl le salut, mais que c'est la foi seule; et qu'alors rien do
mal ne le condamne, pal'ce qu'il est dans la grâce et justifié; ils
ont aussi imaginé des degl'és, qu'ils appellent progressions de. la
foi seule jusqu'au demier point de la justification; le premier de-
gl'é est l'information dans les choses qui appal'tiennent à la foi,
pl'incipalement dans celles qui viennent d'êtl'e rapportées; le second
est la confirmation d'après la Parole ou d'après la prédicatiou; le
troisième. est la recherche mentale si la chose est ainsi, et comme
alo.rs influe le doute, et pal' suite le chancellement, qui est la tenta-
tion, l'homme doit se confirmel' d'après la Parole sur l'opérathm
de la foi, de là lui vient la confiance, qui est la victoÏl'e; ils ajou-
tent qu'il fall't bien prendre gal'de que l'entendement alors n'aille
au-delà des confirmations d'après la Parole sur la justification par
la foi seule; s'il va au-'delà, et si l'entendement n'est pas tenu oap-
tif so.us l'obéissance de la foi, l'homme succombe; le quatrième et
demier degré est l'effol't ,pOUl' faire le bien; cet effort est un influx
venant de Dieu, il n'en vient l'ien'de l'homme, et il est le fruit de la
foi; ils disent que, quand l'homme a été ainsi pleinement justifié,
rien de mal ensuite ne le condamne, et l'ien de bien ne le sauve,
mais que c'est seulement la foi qui le sauve: d'apt'ès cela, on peut
voir quels ils sont quant à la vie, à savoir, qu'ils vivent pour eux
el non pour Dieu, et pour le Monde et non pour le Ciel, cal' ceoi
résulte de la foi que Jesmaux ne condamnent pas et que les bieus
ne sau\'enLpas ; ils ne savent point que la foi sans la vie de la cha-
rité n'est point la ,foi, et que l'homme doit fuir les maux et faire
les biens 'comme par lui-même, et néanmoins croire que c'est par
le Seigneur, et qu'autrement les maux ne peuvent être dissipés, ni
les biens être appr'opriés; mais, sur ce sujet, il en sel'a dit davan-
tage a,illeurs. Celle ~octrine et cette vie sont chez ceux qui fol'rnent'
la tête du dragon, et qui pour la plus granrle partie sont des pré-
v, 4.
50 L'APOCAL YPSE EXPLIQUÉE. N" 7lu.

lats él'uqits, mais il ,yen a peu parmi le vulgaire; et cela,pal'ce


que l'on considèœ ces choses comme des profondeurs théologiques,
qui ne peuvent être comprises par le vulgaire, en l'aisOn de ses
affaires: que ceux-là soient le dragon qUllDt.a. la tête, c'est aussi
parce qu'ils pervel'tissent et falsifient toutes les choses de la Parole
qui enseignent l'amour, la charité et la vie, car la Parole considé­
rée en elle-même est seulement la doctrine' de l'amour envers le
Seigneul' et de la charité à "égard dll prochain, et n'e~t nulle part
la doctrine de la foi séparée; ils les falsifieht par cela qu'ils les ap­
pellent, ou Ill' foi, oule fruit de la: foi, fruit qu'ils ne mangent pas,
pal'ce qu'ils ne peuvent l'ien à l'égard de faire; ils ne se nourrissent
donc pas de ce fruit: en outl'e, i1sn'admeltent pas non plus ces
principes plus avant que dans la mémoire et pal';suite dans la pen­
sée qui en est le plus près, pensée qui est sensuelle, dans laquelle
il n'y a rren de spil'ituel; cette pensée n'examine point si la: chose
est un vrai; c'est pourquoi, ils prennent garde qu'il n'entre rien
dans la vue intérieure, qui est l'entendement, ne voulant point sa­
voil' que toutes ces choses, qui ont été dites de leur foi, sont contre
l'entendement illustré, com,me elles sout conll'e le sens réel de la
Parole. De là vient aussi que ceux qui conslituent la tête du dra­
gon n'ont aucun vrai 1'001, car d'un faux principe; qui est la foi
seule, il ne peut découler que des faux en série continue; la foi
seule ne peut pas être donnée, cal' la foi sans la charité n'est pas la
foi, puisque l'âme de la foi est la chal'ité; c'est pourquoi, dire la foi
seule, c'est dire une chose qui est sans âme, ainsi sans vie, ce qui
en soi est mort. Ill. Que ceux qui par leur propre intelligence se
sont forgés des.dogmes d'apl'ès la Parole constituent le corps du
dl'agon, on peutie voil' en ce.que tous ceux d'entre eux qui etudient
la Parole, et qui sont dans l'amour de soi, sont aussi dans le, faste
de la propre intelligence, ,et tous ceux qui sont dans ce faste, et qui
en même temps ont dela capacité d'apl'ès la lueur naturellel se fOI'­
gent de là des dogmes; de cette ol'igine viennent toutes les hérésies
et toutes les faussetés dans le MORde Chrétien: il faut dire ce que
c'est que l'intelligence d'après le propre, et ce que c'est que l'inlel­
lig~nce d'apl'ès le non-propl'e;.l'intelligence d'après le propre vient
de l'hem me, mais l'intelligence d'après le non-propre vient du Sei­
gneur; l'intelligence d'après le pl:opre est chez tous ceux qui sout
Vers. 3. CHAPITRE DOUZli~ME. 51
dans l'amoul' de soi, cal' l'amour de soi est le propre même de
l'homme, e.t dans l'amoul' de soi sont ceux l\.ui lisent' la Pal'ole et eh
recueillent des dogmes pour la réputation, la gloire et les honneurs;
et'comme ceux-là ne peuvent voir aucun vrai, mais vofent seulement
des f:lux, c'est pour cela qu'fls sont dans le cor'ps du dragon i; en
effet, ils recueillent et tirent de la Pli l'ole des choses qui sont favo­
l'ables- à leOl's amOU'fS et aux mau·x qui en jaillissent, ef.les choses
qui sout conU'aires 'à leurs dogmes, et qui sont des vrai,s d'après le
bien, ou ils ne·les voien~ point, ou ils les përvel'tissent :, mais l'ill_
l

telligence d'après le 'Seigneur ~st chez tous Ceux qui sont dans
l'affection spirituelle du vl'ai, c'est-à-dil'e, qui aiment le vrai parce
qulil est le vrai, et pat'ce qu'il sert à la vie éternelle et à la vie des
âmes des hommes; il est dit qqe leul' intelligence vient, Ron pas du
propl'e, mais du ,SeigneUl', parce qu'ils sont élevés hors de leur
propre quand ils lisent la Parole, et cela jusque dans la lumière
du. Ciel, et sont illustrés; dans cette lumière le vrai apparaît d'a­
ptès.levrai lui-même, parce que 1& lumière du Ciel est' le Divin
Vl'ai : mais ceux qui sont dans l'amour de lioi, et par suite dans le
faste de la propre intelligence, ne peuvent pas être élevés hors de \
leur propl'e, cal' ils se regardent contiuuellement, ainsi dans èha­
cune des choses qu'ils font: de là ~ient même que ceux..-ci placent
dans la foi de leul's dogmes le tonf du salut, ainsi dans savoir et
penser, et'Illon en même tempS' dans la vie, ainsi, non en même
temps dans \'ouloir et faire; ceux-là donc constituent le corps du
dragon, Le cœur de ce corps est l'amoul' de soi, et l'âme de sa
l'espiration' ou son esprit esl le. fast~de la pl'opre intelligence; ci'a­
près ces deux choses, le dragon a été appelé grand, roux; et roux
dans le texte original grec se dit de l'enflammé, pal' conséquent d.e
l'amour et du faste. IV. Ceux qui étudient la Pal'ole sans doctrine,
et sont en même.lemps dans l'amour de soi, constituent les ex ter...
neS du corps du dragon: les extel'nes sont les choses qui procèdent
des intérieurs et qui les enveloppent, les fer'ment et les contiennent,
comme sont les peaux, les écaill~, qui font saillie de tout côté;
si ces hommes font les externes du corps du dragon, c'est parce
qu'ils sont sans intelligence des spirituels de la Parole, cal' ils sa­
vent l~ Parole quant au sells de sa lettre, el ce sens est tel, que si
la doctrine ne l'éclaire pas, il cenduit dans des erreurs el des faux
.
52 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 7lft.

de tout geme, et qu'ainsi ceux qui étudient la Parole sans la doc­


trine peuvent confirmer des bérésies, autant qu'ils veulent, et aussi
les embrasser, et en o~tre prendl'e la défcn.se des amours de soi et
du monde, et des maux qui en découlent; cal' le sel,lS de la lettre
de la Parole est le demier sens du Divin Vrai, ainsi il est pour
l'homme naturel et sensuel, il est à sa portée, et souvent en sa fa­
veur; c'est pourquoi, s'il n'est pas lu et n'est pas considél'é d'après
la doctrine, comme d'après un flambeau, il entratne les mentais
dans des ténèbres SUl' beaucoup de cboses qui appartiennent au Ciel
et à l'Église: et néanmoins eux se croient plus sages que tous les
aull'es, lorsque cependant ils n'ont aucune sagesse. V. Que tous
ceux qui constituent le dl'agon adorent Dieu le Père, et voient le
Seigneur comme un bomme semblable à eux, et non comme un
Dieu, et que, s:ils le voient comme un Dieu, ils considèrent son Di­
vin au.,.dessus de son Humain, et non au dedans, cela sem ilIusll'é
dans les Articles suivants, où il s'agit du combat du dragon contre
Michaël. VI. Maintenant, d'ap;'ès ces explications, on peut voir q'ue
par la queue du dragon il est entendu la falsification et l'adultéra­
tion de la Parole par ceux qui constituent sa tête, son corps et ses
parties extrêmes, car la queue, comme sont les queues de cbaque
animal, est la continuation de I?épine, qui se prolonge à partir àes
cerveaux, et ainsi se meut, se tourne et s'agite selon les désirs, les
convoitises et les vohWtés de la tête et du corps, et pom' ainsi dire
les flatte: et comme tous ceux qui constituent le dragon falsifient
et adultèrent la Pal'ole, parce que d'apl'ès l'amour de soi ils sont
naturels et sensuels, et par suite dans le faste de la propl'e intelli­
gence, c'est pOUl' cela qu'il est dit que le dragon entraîna avec sa
queue la troisième pal'tie des étoiles du Ciel, et les jeta en la terre:
pal' les étoiles du Ciel, il est signifié les connaissances du vrai et
du bien d'après la Parole, par conséquent les vrais d'après le bien,
et par les jet.er en la terra, il est signifié les pervertir et les adulté­
rer, et ainsi les détruire. Que ceux dont il vient d'être· parlé con­
stituent le dragon, et que l'adultération et la destruction des véri,;.
tés de la Parole soient entendues par la queue du dragon, il m'a été
donné deux ou trois fois de le voir dans le Monde spirituel; caF
dans ce Monde toutes les cboses qui apparaissent sont des repré-:
senlatifs des spirituels; quand de telles personnes sont vues dans
Vers. 3. CHAPITRE DOUZIÈME. 53
la ,lumière du Ciel, elles sont vues comme .un dl'agon avec une
longue queue; eL quand elles sont en grand nombre, la queue est
vue s'étendant du midi par l'occident vers le septentrion; et cette
queue a aussi été vue entrainer du Ciel comme-des étolles, èt les
jeter en la terre. Puisque ceux dont il vient· d'être parlé sont en­
tendus par le 'dragon, et que la falsification et l'adultél'ationde la
Parole sont signifiées par la queue du dragoil, il s'ensuit que' par
habitacle et gite de dragons, dans la Parole, il est signifié· où il y
a purement le faux et le mal, comme dansdes' passages suivants;
dans Ésaie : « El sera le lieu aride en étang, et le deSseché en
sourcès d'eaux; dans l'habitacle de dragons (sera) sa couche;
l-e gazon au lieu de roseau et dejonc.Il ....... XXXV. 7;-cés cho­
ses ont été dites de l'avénement du Seigneur et de l'instauration de
la' nouvelle Église chez les nations pal' Lui'; et par ces pal'Oles,il
est entendu que les vrais et les biens de l'Église seront où ils n'é...
taient pas aupal'avanf, et mêmeoù il y avait des.faux et des maux;
où il y avait des faux et des mauX auparavant est signifié par le
lieu a,ride et le desséché, et par habitacle de dragons, 'puis aussi
par roseau et jonc; mais les 'vrais et les biens que les nations
auront sont signifiés par l'étang, parles sources d'eaux, par III
couche là où auparavant étaient· les dragr'ons, et par le gazon. Dans
Jérémiè: « Je réduirai Jérusalem en monceaux, habitacle de
dragons, et les villes de J ehudah je réduirai en dévastation,
tellement qu'i[ n'y ait pdint d'habitant.) -IX. 11: - et ~ans
le Même: «( Voix de bruit, voici, qui vient; tumulte grand de
la terre dUlseptent.rion, pour réduire les villes de J ekudah en
dévastation, habitacle de dragons. Il - X. 122; - par Jél'usa­
lem, il est entendu l'Église quant à ladoctriile, et par les villes d'e
Jehudahles, doctrinaux, qui sont les vrais d'après la Pal'Ole ; la
falsific,ation du vrai et ,l'adultération du bien, d'où proviennent de
purs faux et de' pUl'S màux, sont signifiées par réduire Jérusalem
en"monceaux et par réduire les villes de Jehudah en dévastation,
habitacle de dràgons, car le vrai falsifié est un pur faux, et le bien
adultéré est un piIr mal; «( voix de bruit et tUillulte grand de la
tene du septelitl'ion, 1)' sign ifie des faux combattant contlle les vrais,
et des maux èOntl'e les biens; la tem~·du septentrion, c'est oü il
y a ceux qui s~mt dans les faux du mal. Dans le M~me : « C'has'­

j''',
·

54 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. NQ 714.

sor deviendra en habitacle de dragons, désolation jusqu'au


siècle; là n'habitera point d'homme, et en elle ne demeurera
point de fils de l' homme. 1) - XLIX, 33; ~- pal' Chassoi' sont
signifiés les trésors. spirituels, qui sont les connaissances du vrai et
du bien d'après la Parole; leur tJévastation jusqu'à ce qu'il n'yen
ait point mais qU'à leur place il y ait des faux et des maux est
signifiée en ce que Chassor sera en habitacle de dragons, déso­
lation jusqu'au siècle; qu'il n'y aura de reste aucun vrai de'l'É­
glise, cela est signifié en ce que là n'habitera point d'homme. et
qu'en elle ne demeurera point de fils de l'hOmme; le .fils del'homme
est le vrai de l'Église. Dans Ésaie : « Dans ses pulais monteront
les épines, le chardon et la ronce dans ses forleres,çes,afin
qu'elle soit un habitacle de dragons, un parvis pour les filles·
de la chouette. li - XXXIV, 13; -'- ceci a été dit d'Édom" et
des nations pal' lesquelles sont entendus ceux qui sont <).ans les faux
et dans les maux; les faux et les màux, dans lesquels.ils SOllt,~SOiJt
signifiés par les épines, le chardon et la l'once; les dogmes qui les
protégent sont signifiés par les palais et par les fOI't8lleSSeS; la dé..,
vaslation de tout bien et de tout ~r~i est signifiée par le domicile
des dragons, et par. le parvis des filles de la chouetle, ,les chouelles
sont ceux qui ,au lieu des vrais voient les faox, et leurs filles, sont
les convoitises de falsifier les vrais. Dans le Même: « Des iimré­
pondront dan,~ ses palais, et dès dragons dans ses\ temples. )1
- XIII. 2.2-; - ceci a été dit de Babél, par laquelle il est signifié
l'adultération et la profailation du bien et do vrai; par ses .palais.
d;lns lesquels sont des iim, et pal' les temples dans lesquels sont des
dl'agons. il est signifié les biens et les vl'ais de la Parole et de J'É­
glise. qui ont été.aduUél'ése1 profanés; par les iim les vrais adul­
térés et profanés, et par les dragons les biens adultérés .et profanés.
Dans Michée: « Sur celaje me plaindrai et je gbnirai;j'imi
dépouillé et nu,je ferai un gémissement comme.ks drago71,ç,
",;':'
et un deuil comme les fiUes de la chouette. ) ~ I. 8;- ees.
choses sont dites de la vastation de Samal'ie. par laquelle est, si­
gnifiée rÉglise spirituelle quant à la doctrine. ici cette Égl·ise ,dé~
vastée; \.a dévastation quant. au vl'ai et .au. bien es~. signifiée par
aller' dépouillé et nu; la laJllentation sur cela est Slgni fiée par se
plaindre et gémir, la lamentation sur le bien dévasté, par fair·.e un
. 3.
V~rs. CHAPITRE DOUZIÈME. 55
gémissement comme les dragons, et sur le vrai d~vasté par faire
un deuil comme les filles de la chouette;. il est dit les dragons et
les filles de. la chouette d'une manière représentative en ce qu'il
. était semblable à eux quant au gémissem~nt etau deuil, comme
aussi el) ce qu'il allait ,dépouillé et nu, dépouillé signifie qu'il était
salis les biens, la même chose que le dragon, et nu signifie qu'il
étâit sans lesvl'ais, la ~même chose que la fille de la~chouette. Dans
Jérémie: Il Nébuchadnessar, roi de Babel, m'a rendJ.le vase
vi~, il m'a engloutie comme' une baleine, il il rempli son ven­
tre de mes délices,Jl m'a chassée: que Babel soit en mon­
ceaux, habitacle de-.dragons~ ,en sifflement et, en 'stupeur, et
point d'habitant; )l -'LI. :l'la, 37; - ici aussi, par Babel e~
plj.r Nébuèhadnessar, il estsignitié l'adultération et la profanation
du bien et du vrai; la dispersion .de tout vrai et la destl'Ucti,on de
.. . par II il m'a rendue vase vide, il
tout bien du vrai sont signifiées.
m'a engloutie comme une baleine, il a rempli son ventre de mes
délices, il m'a chassée; Il par· la haleine, il est signifié la même
chose que par. le dl'agon, c'est aussi .1e m~me mot pour l'une ~t
pour l'autre dans la Langue or!ginalé; la dévastation de tout vrai et
de tout bien, d'apl'ès leur adultération et leur profanation, est signi­
fiée par II que Babel soit en monceaux, habitacle de dragons, en sif­
flemerit et en stupeur, et point d',habitant; Il point d'habitant signifie
point de hien chez qui que ce soit. Dans Job: Il Sombre j'ai mar­
ché sans 'soleil, je me suis tenu dans l'assemblée, j'ai crié,
frère des dragons je suis devenu, et compagnon des filles de
la rhouette. )l - XXX. 28, 29. - Ceci concerne son état dans
lês tentations, dans lesquelles l'hoJJllt\e c\'oit qu'il est damné, c'est
p'ourquoi (1 somhre j'ai marché sans l~soleil, )l sig~ifie comme dia­
ble sans le bien de l'amour; se tenir dans l'assemblée et criél' signifie
parmi les vrais et né8nmoins'dansles faux; devenir'frère des dra­
gons, et. compagnon des filles de la chouette, stgnifie être. en cQn­
jonction et un avec ceux qui sont dan~ les maux, sans le bién,et qui
sont dans les fa'(lx sans les vrais; le~ drag~ns sont ceùx qui oiiJ;
lidulLéré les biens et les ont pervel'tis en maux, et les filles de la
chouette ceux qui ont fait de' même .pour les vrais. Dans David:
Il En an'ièr.e ne s'est pas retiré notre cœur, et notre marche

ne s'est' pa$ détournée de ton chemin; rar tu nous ~s foulés


56 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N' 714.

dans un lieu c(e dragons, et tu nous as couve7·ts d'une ombre


de mort, Il - Ps. XLIV. 19, 20; - ces choses aussi concernent
les tentations; par Dieu l'a foulé dans un lieu de dragops, et l'a
couvert d'une ombl'e de mort, il est signifié qu'alol's séparé de l'in';'
tluxdù Ciel, comme homme sensuel, il n'a pas "perçu ce que c'est
que ,le hien hi ce que c'est que le vrai; le lieu de dl'agons, c'est ou
sont dans l'enfer ceux qui sonL des dl'agons, à savoir, ceu~ qui ont
détruit tout bien chez eux; le faux, dans lequel ils sont, est appelé
ombre de mort. Dans le Même: a Sur le lion et l'aspic tii mar­
cheras, tu rouleras le lion et le dragon; parce qu'il me désire,
je le délivrerai; je l'exalterai, parce qu'il connait inon Nom.»
- Ps. XCI. 13, 1.h; - détl'uire les faux intél'ieurs et extérieurs
qui dévastent les vl'ais de l'Église est signifié pal' marcher sur le
lion ~t l'aspic, et détl'uil'e les faux intérieUl~ et extérieurs qui dé-,
vastent les biens de l'Église est signiflé. par fouler le lion et le dl'a­
gon ; détourner des faux, et conduire aux vrais et aux biens 'inté­
rieurs celui qui est dans la doctl'ine d'après la Parole; est signifié
par le délivrer, l'exalter, lui qui connalt mon Nom; délivrer,'c'est
détournel' des faux ; exalter, c'est conduire aux .vrais intérieLirs, et
connaltre mon Nom, c'est êtl'e dans la doctrine d'après la Parole.
Dans Malachie: «( Ésaü j'ai eu en haine et j'ai mfs ses monta­
gnes en déVastation, et son hérz'lage pour les dragons dudéJ!. '
sert. Il - 1.3; - par Ésaü sont ente'ndus ceux qui sont dans le
bien quant à l'homme naturel, ici ceux qui sont dans le mal quant
il cet homme, c'est pour cela qu'fi est dit (\ Ésaü j'ai eu en haine; 1)
par li j'ai mis ses montagnes en dévastation,) il est signifié que les
biens de l'amour de l'homme,naturel seront détruits; par Il,j'ai mis
son héritage pour les dra'gOÏls du désert, Il il est signifié que les
vrais de ce bien seront détruits par les faux de l'homme sensuel.
Dans Ézéchiel: Il Voici, Moi contre toi, Pharaon, roi d'É,gyp­
, grand dragon (ou baleine), qui couche au milieu. de ses
fleuves, qui dit: A moi, mon fleuve, et moije me suis/ait. j)
7" XXIX. 3, h. XXXII. 2; - ici est décrit le faste de ~a pl'Opre
intelligence, qui est chez l'homme naturel et sensuel; Phal'aon, roi
d'Égypte, signifie l'homme naturel et sensuel; le dragon ou la ba­
leine signifie le même homme quarit aux scientifiques qui sont des
faux ou des choses falsifiées d'après 1e faste ,de la propre intelli­
Vers. 3, CHAPITRE DOUZIÈME. 57
gence; mais ceci a été expliqué ci-dessus; voir N° 513. Dans
Morse: « Du cep de Sodome leur cep, el des champ.ç de Go­
morrhe; leurs raisins, raisins de fiel, grappes d'amèrtumes
thez eux; venin de dragons leur vin, el fiel d'aspics cruel. Il
- Denlél', XXXII, 32,33; - voir ci-dessus, N" 519, où ces
paroles ont été expliquées; là aussi il est dit Que leur vin, qui est
appelé venin de dragons et fiel cruel d'aspiès, signifie qU'e le vrai
de l'Église, chez les de3Cèndànls de Jacob, était ex terne et ,'enfel'­
mait intérieurement des maux' et dcli faux infernaux; les dragons
et les aspics signifient les sensuels, qui 'Sont les derniers de'l'homme
natOl'el pleins de math abominables et de faux qui confirment C6S
maux; et cela, parce q'ue le naturel ne reçoi~ l'ien du Seignèlil; pal'
le menl'al spirituel, c'est pourquoi ce qu'il lieçoit vient de l'enfer,
Qùe par le dragon soient signifiées ces choses qui ont été l'apl)Or..;
tées ci-dessus, on peut le voil' plus pleinenwnl pm' ce qui suit dans
ce Chapitre, à savoir, j1âl' son inilrlitié coutre la femme qui avait
enfanlé et qui s'enfuilda.ns le déslwt, puis pal' son combat contre
. Michaêl, et en oull'e dilns les Chap', XVI. 13, H, 15. Chap. XX.
2,7; 8, 10, 1lI, où il, est dit de.lui, qu'il fut lié mHte ans, etql1'a­
près avoir été 'délié il s()I'tit afin de séduire les nations, et de ras:"
sembler Gog etM'agog pour la guel'l'e contl'e les saints, ét qu'en­
suite îlfut jeté dans l'étang d.e feu et de soufre; d'après toutes ces
choses, on peut voil' que par le dragon sont entp.ndlJs ceux qui ne
possèdent auclJn bien de la chal'ité et de l'amour, pal' la mison
qu'ils n'ont pasreconnu ce bien comme un 'moyen servant' au sa­
lut, mais l'ont consldél'é comme un scientifique que d~apl'ès la per'­
suasion ils lippellent foi ~ et quand le bien de la charité et de l'amoUl'
n'a'pàs été implanté d'api'ès la vie de l'homme, à sa place il yale
mal, et où est le mal~' là est le faux, Comme plir les serpênts· sont
signifiés les selJsuels qui sont lesdel'niers de l'homme naturel, et
que ces sensuels ne sont mauvais que chez ceux qui sont méèbants,
et comine les dragons sont nommés dans la Langue Hébraïque par
le même mot que des serpents.non venimeux, de là vient que par
les dragons, quand par eux sont entendus de tels serpents, il est
signifié dans la Parole des sensuels non mauvais, ou par applica­
tion aux personnes, des hommes sensuels non méchants: que Ie.c;
dràgonsdans la Larrgue Hébrliïque soient lIommés pal' le même mot
58 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 714.

que de tels serpents, on peut le' voir dans Moïse: (( Quand du


buisson il lU; fut commandé de jeter à t;rre son bâton, et que
le Mton (lut été ,chan!}é,en ~erpent, Moise,en pritla queue, et
le serpent redevint bât()n, 1) - Exod, IV. 3,4. - Et plus tard:
« Quan,d; Muiseprit le ;M~on, et le jeta devant Pharaon, il
dem'nt un serpent (Ulr dl'agon}; et les, mages firent de même
a,vec leur.s bâton.s, mais le bâton de Moise, alors serpent (dra­
gon), englO1,ltit, les bâtons, .serpents (dragons) des'mag(Js, )~.­
E~od. VII. 9, 10, 11, 12; -, dans le prem1er passage, le s.erpent
est nommé, dans, la Langue originale., par un ,autre mot qye dans.
li second passage;. dans le pr,emier passage, le serpent est nommé·
par·lemot;()rdinaire q·ui ailleurs dans la Parole désig~le\le serpeut,
mais dans le second passage, il est nommé par le même mot que
le dragon, tellement qu'il est permis d'intel~préler que le Ib~Jon de
Moïse jeté devant Phal'~on fut çhangé en dragon: il suit de là que
par le dl'agon, de même que par le" serpent, dans le sens bon, il est
signifié l~ sensuel, qui est le demier de l'homme naturel, non mau-.
vais ou non malicieux, Dans ce sens plus doux sout aussi nommés
I~s dragons da06 Ésaïe: « Il M"hon01'era, l'animaidrt chamP,
dragons et filles de la chouette, de ce que j'aurai donné, dans
le. désert, des eau:ç, des torrents da1l,s lfl- solitude, pour abreu~
ver mon peuplé, mon JIu. » - XLIII, 20• .,.,.;Dans Jérémie;:
« La biche dan,s le champ a. mis bas, mais·.en abr,mrionnant"
parce qu'il n"y avait pas d" herbe; et les onagres s.e sont te­
nus .sur les collines, Usant humé le vent comme.les dragons,
leurs yeux se sont consumés, parc.e quepfJint d'herbe. » ­
XIV, 5, 6; - dans ces 'p3ssages,.l.es dra~lls sont nommés par le
même mot que les serpents en général, et s.bnt aussi. Ilontmés' par
le même'hw! que les bateines dans lé;! mel',· par lesquell~ il est aussi

·,fi
. .
signifié la même éhose"à savo,ir,.re.n:,l.turel de l'homme en géné-­
rai, qui est le sensuel; c'est pourquoi, daosj le second pass1\ge, on
peut aussi interpréter.cc ils Qnt hUlIIé le v~nt comme,les baleines;»
pareillement, dans Ésaïe, Ll,9: da1l5 Jél'émie, LI. 3lJ; dans Ézé...•
, ehiel, XXIX. 3, b; et dnns Davi(I, Ps. LXXIV: 33, 3h, Il Ya
aussi des hommes purement sensuels, qui sont, bons.
715. Ayanl sepUêles, .sigJll'/it: la science des choses. s{dn~
fes de la Parole, qu'ils ont adultérées, et' par suite la (olie,
Vers. 3. CHAPITRE DOUZIÈME. 59
mais toujours l'astuce: on le voit par la signification de la,tête~
en ce qu'elle est Fintelligence et la sagesse, et dans le sens opposé
la sotti~e et la folie, comme ci-dessus, N°' 553, 577; et ausSrl'as-
tuce, N° 577; et par la signircation de sept, en ce que ce sont tous
et toutes choses, et qu'il se dit des choses saintes, comme ci-dessus,
N° 257, ici donc de~ choses saintes de la Parole, qu'ils ont adultérées;
sept, parce qu'il se dit des choses saintes; se dit aussi, da:ns le sens
opposé, de ces mêmes choses adulWées et profanées; chaque ex pres
sion dans la flarole a aussi un sens opposé, et l'opposé d~ saint est
le profane; d'ap~s cela, il est évident qu'epar les sept tetes, qui fu- ,.
re,nt vues SUI' redragon, il n'est (}otendu ni{\es têtes, ni sep~,Qlais la.
scie~ce des choses ,saintes de la Parole,qu'i1s Oll~ a4ultérée~,,~t par
suite la folie, mais toujours)'astuce. Si la foli,eest signifiéeparla.l~\e
du d,nllgon, c'est parce que l'homme de I:Église a,l'inte'ligence par
!'es vl'ais réels qu'iltir'e de la Parole; l'entend,ement yraiment h~main
est fOl'mé et perfectionné par les vrais na~urels, civils; mO,l'aux et
spirituels, l'entendement intérieur 1
par les vrais spil'iluels, mais l'en-
lendement extérieur par les vrais moraux, et civils; de là, tels sont
les vrais, tel est.. l'entendement qui el) est formé; tous les vrais spiri-
tuels viennent.'Ie la Parole, et font un avec le bien de l'amour et de
la charité: si donc l'homme pIace le tout de l'Église et, du Ciel dans
la foi, et qu'il en sépare le bien de la charité et de j'amour, comme
font ceux qui constituent la tête du dragon, ainsi qu'il ,vient d'être
dit, dans l'Article, qui préc.ède im,mé<:liatement" alors l'entendement
intérieur ne p.eut pas être formé; de là pOUl' eux, au,lieu de l'intel..'
ligence dans les choses spirituelles, il y a la folie, car d'un principe
faux découlent des faux .en série continue ; et, àC!luse rie la sépa-
ration du bien de la charité, il ne pellt leur être donné; aucol} vrai
réel, puisque tout vrai appartient au bien, et mê[l'\e ~stle hien dans
une forme; d'après cela, il est·évident que par 1" têl,e du dl'agon,
il est signifié la folie dans les-ehoses spirituelles. Si par la. tète du
d! agon il est aussi signi~é l~astuce,c'est parce que tous celJX qui
constituen~sa tête sont purement naturels et sensuels; si ceux-ci
en même temps ont ·étudié la Parole et la doctrine de l'Église, et
qu'au lieu des vrais ils aient saisi les faux, et les aient aussi cOllfir-
més scientifiquement, ·ils sont pIns astucieux que tous les autres;
mais cette astuce ne se manifeste pas dans, le Monde, de même
60 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. 1\' 715.

qu'eHese manifeste Illus tard qUllnd ils sont devenus esprits, car
dans le Monde ils ont voilé l'astuce par'une piété externe et une mo·
l'alité, feinte qui cachent l'astuce; mais comme ellé réside dans leur
esprit, elle est clairement mise en évidence quand les externes sont
éloignés, comme H arrive dans le Monde spirituel: toutefois, il faut
qu'on sache que l'astuce, qui est signifiée par'ia tête du dragon,
est l'astuce de perv6l'tir les vrais et les biens de la Parole par des
raisonnerrlents fondés sur des illusions et des subtilités, puis 'sur
des persuesifs par lesquels l'entende'ment est fascil)é, hinsi en revê­
tant de faux les appal'ences comme si elles étaiera des vrais: qu'il
en soit ainsi, on peut encol'e le voir d'après le serpent, par lequel
nos premiers parents orit 'été séduits, et de qui il est dit, (l,qu'il
était fin plus que Wilt miimatdu,champ,1l - Gen. lIt 1..;­
par ce serpent, il est entendu la rMme èhOse que par le dragon;
c'est pourquoi celui-ci est aussi appelé ièi le serpent ancien, qui sé­
duit tout le globe, Vers.. 9 de ce Cl1apifre. '
716. Et di:r: cornes, signifie b~aucoup de puissance: on le
voit par' la signification de la corne, en ce qu'elle est la puissance
du vrai contre le faux et le mal, et dans le sens 0Jlpo~é la puissance
du faux contre le vrai et le bien, comme ci-dessus,,No, 31.6, 567;
et par la signification de dix, en ce que c'est tous et toutes cho~est
puis aussi beaucoup de personnes et beaucoup"de choses, comme
aussi ci-dessus, N° 675; deià, on voit que par les 'dix cornes il
est signifié beaucoup de puissance. Que le dragon ait eu beaucoUp
de puissance, on le voit par ce qui est àit ensuite, à savoir, qU'à
caûse de cette puissance le fils, mâle, que la femme avait enfanté,
fut enlevé vers Dieu; que sa queue 'etltrll,tna du oiel la tl'oisièi1le
partie des étoiles; qu'il combattit Contre Michaël et contre ses An'­
ges, et qu'ensuite"pour la guerre contre lès saints Hexcita Gog 'et
Magog et,des nations en grand nombre. Si le dragon a eu line telle
puissance, c'est 'parce que par lui sont entendus ceux qui ont sé­
pal'é la foi d'avec les biens de la chal'ité, qui sont les œuvres, et ont
confirmé cela par le sens de la lettre de la Parole, qu'ils ont ainsi dé·
tourné de son sens réel et pour ainsi dire arraché du ciel; et comme
,à la On de l'Église, dont il s'agit dans le Livre de l'Apocalypse, il
n'y a aucune charité, par suite alors le dragon a de la puissance;
en effet, à la fin de l'Église, chacun veut vivre pOl1l' soi, pour le
~ll
Vers. 3. CHAPITRE DOUZIÈME. , 6i
monde et à sa guise, et peu de personnes veulent vivre pour le Sei.,..
gneur, pour.le Ciel et pOOl' la vie éternelle; or, le principe concerT"
nant la foi seule, qui est la foi sépal'ée d'avec la charité, est favo,..
rable à cetle vie, et, comme le courant d'un fleuve, il entraîne. tous
à cl'oire ainsi et à vivre ainsi: c'est de là que le dragon, par qui de
telles personnes et de telles choses sont entendues, apparut avec dix
cornes. Il a été dit précédemment que les faux d'après le mal n'ont
absolument aucune puissance, mais il faut qu'on sache que les faux
d'après les maux n'ont aucune puissance contl'e le vrai d'apl'ès le
bien, car le vl'ai.d'après le bien vient du Seigneur, et le Seigneur
a toute' puissance par son Divin Vrai; or, si les faux d'apl'ès le mal
ol\l une puissance, qui est signifiée par les dix cornes du dl'agon,
c'est pal'ce que les faux d'après le mal ont de la force contre ceux
qui sont dans les Jaux d'après le mal, car ils font un, et l'homme
est dans le ~al et 'pal' suite dans les faux par l'héréditaire .qu'il
tient des pal'ents, et ensuite pal' la vie actuelle, principalement à la
fin de l'Église; et ces faux d'après le mal ne peuvent être chassés
àe l'homme.en un moment, mais ils le sont peu à peu, car si c'é­
lait. en un moment, l'homme expirerait, pal'ce qu'ils constituent sa
vie; et comme lei est l'état de l'homme à la fin de l'Église, c'est
pour cela que les faux du mal ont de la force, quoiqu'ils ne puis­
sent absolument rien contre le, vrai d'apl'ès le bien: le Seigneur
par son Divin Vrai pourrait rejeter sur-le-champ les faux du mal
qui sont chez l'homme, mais ce serail jeter sur-le-champ l'homme
en enfer, car ils doivent êtl'e auparavant éloignés,.et autant ils sont
éloigilés, aulant il y a place pour implanter les vrais d'après le
bien, et l'hOmme est réformé. Les mêmes qui sont entendus ici par
le dragon, le sont aussi par le bouc, qtli combattit contre le bélier,
dans Daniel, Chap. VIII, et aussi pal' les boucs, dans Matthieu,
Chap. XXV; car là par, les boucs sont signifiés ceux qui sont dans
la foi séparée d'avec la charité, et" par le bélier et les brebis ceux
.
qui sont'dans la·chari.té.
,
717. Et sur ses têtes sept diadèmes, signifie les Divins.
Vrais dans le dernier de l'ordre, qui sont les t'rais dl/- sens
de Id lettre de la Pal'ole, ici ces vrais adultérés et profanés:
'on le voit par' la signification des têtes du dragon, en ce qu'eUes
sont les vrais scientifiques de la Parole, qui ont été adultérés et
62 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 717.

profanés, et en ce qu'elles signifient la folie dans les choses spiri­ "


tuelles, mais,toujours l'astuce pour tl'om~er et pOUl' séQuir&, comme
il a été mo~U'é ci-dessus"W 715; par la signification des ~ia­
dèmes, ou des pierres précieuses, en ce llué ce sont les Di\'ins
Vrais dans ledemier -de l'ordre, lesquels sont Iles vrais du sens
de'la lettre de la Parole, ainsi qu'il sel'a montl'é; et pal' la signit1­
cation de sept, en ce que 'c'est toutes choses, et qu'il se dit des
choses saintes, et dans le sens opposé des choses profanes, comme
il vient.d'êtt'e dit, N° 715, ici, des cbosesprofanes p:rce qu'il s'a~
gît des vrais de ta Parole adultél~és, et ainsi pl'ofanës; de là, il est
évident que les sept diadèmes-sur les têtes du 'dragon signifient les
Divins Vrais dans le démier de l'ol'dre, ici, ces nais adullél'és,et
profanés. Que les pierres précieuses, qui sont les diadèmes, signi­
fient leslDivins Vrais dans le, dernier de l'ordr.e, lesquels' sont les
vrais du sens dè la leUl'e de la Parole, c'est parce que la pierre si­
gnifi~ le Vl'ai, par suite les pierres préciéuses signifient les DÎ\'ins
Vrais; si ce sont les Divins,Vl'ais dans le rlernier de l'OI'dre, les­
quels sont' les vrais du sens littéral de la Parole, c'e~t parce que
ces vrais sont transparents, car en eux il yale sens spirituel, et
dans ce sens il y a la lumière du Ciel, d'après laquel~e toutes les
choses du sens de la leUl'c de la Pal'ole brillént·, et aussi. sont nuan­
cées selon les séries dans ,le sens spirituel; de là, les modificaLi0l.ls
de la lumière céleste, qui présentent les couleurs telles qu'elles ap­
l,
paraissent dans les Cieux, et par suite dans les pierl'es précieuses
de divers gemes. Si d~s diadèmes ont été vus sur les sept têtes du
dragon, c'est parce que les ,vrais 'du sens de la leUre de la PallOle
brillent, en, quelqu'endr(:)iL qu'ils soient, tant chez les ,méchants que
chez les hons; en etfet,lla lumière ,spiritueUe, qui est en eux, n'est
pas éteinte,p~rce qu'ils sont cqezdes méchants, cal' le Ciel influe
toujours dans ces vrais: cependant, comme les lnéchants les adul­
tèrent, et par suite ne voient en eux rien de la lumière du Ciel,
mais croient néanmoins qu'ils sont saints, en raison de ce qu'ils
les appliquent à confirmel' les faux de leur rel!gion, de rà, d'après
la foi \le la saintetê chez eux, ils bl'i1lent toujoUl's devant eux: et
pal'ce qu'il en est ainsi, et que par ces nais ils s'acquièrent une
communication avec les Cieux, c'est pour cela qu'ils en sont enfin
privés, et sont abandonnés'à leurs faux dans lesquels il n'y a aUCllne
Vers. 3. CHAi)ITRE DOUZIÈME. 63
lumière, ce qui'arrive quaudils sont envoyés dons l'enfer. Que les
vrais du sens de lai lettl'e de lx Parole appal'aissent comme des dia-
dènJes, on peut le voir {]'a[Jrèsles dial1èmes dans le Monde spiri~
tuel; dans les palais des Anges dans le Ciel, plusieurs objets ,ilril-
lent de pierres 'pl'écie~es; et IJarfois au&si des piel'l'es pl~écieuses
t
sont envoyées œ lildans les lieux infel'ieul's, et sont données eil
présent il ceux qui ont fait quelque oien; et même elles y sont ven-
dues comme dans le Monde spil'ituel, surtout par des Juifs qui en
font aussi' le commerce; s'il a él6 donné et accordé aux, Juifs de
faire le commel'cc de pie~res p~écieuses dans le M.onde spirituel
comme dans le Monde naturel, c'est pa1rcc qu'ils regal'dem comme
saillt le sens de la lettre de la Pal'ole : de là vient aussi que de
nobles femmes, au"'dessous des Cieux, se parent aussi avec des
diadèrpes, de même que dans le Monde: et comme OR a demandé
d'où ven~iellt .ces diadèmes dans le Ciel et par suite dans les lieux
au-dessous, il a été répondu qu'ils viennent du Seigneur et de la
lumière spirituelle qui procède de Lui, et qu'ils sont lès derniel's dé
cette lumièl'e, derniers qui sont appelés effets, et que ce sont les for-
mes représentatives des affections du vrai "après le bien, qu'ainsi ce
sQnt les Divins Vrais dans le demier de l'or'dre, tels que sont les vrais
du sens de hl lettre de la Parole. Puisque de là 'Viennent les pierres
précieuses, il a aussi par conséquent été permis à quelques-uns dans
le Monde des esprits de fdr'mer des diadèmes en gr'effant certaines
vérités d'après le sens de' la lettre de la Par'qle, mais ces diadèmes
ne sont point ,'éels, d'une dureté cotrlme les cr'istaux, parce qü'ils
ont été fails pal' art. Maintenant, d'après ces explications, on peut
voir ce qui est signifié pal' les diadèmes ou par les pierres précieu-'
ses dans les passages suivants, dans Ésaïe :u Affligée, et par les
tempêtes agitée, et de' consolation privée, voici, Moi, je dis-
po"e avec l'antimoine tes pierres, et tes fondements sur des sa-
phirs, et je poserai en agàthe tes soleils (fenêtres), et tes portes
·en pierres de rubis, et toute ton enceinte en pierres de désir,
et tous tes fils (seront) enseignés de Jéhovah. Il - UV. 1.1,12',
13; - ces choses ont été dites de la stérile qui n'avait pas enfanté
et allait avoir beaucoup de fils, par. laquelle sont signifiées les na""'
tions qui n'avaient pas les Divins Vrais, parce qu'elles n'avaient
pas la Parole; par suite elle est dite l( atlligée, et pal' les tempeles
Gll L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE.. N° 717.

agi'ée, et de consolation pJ:ivée; Il être aftligée, et par les tempêtes


être agitée, se dit,des faux par lesquels elle est infestée et portée de
côté et d'autre; que le Seigneur, à son avéneroent, l'évélel'ait les
Divins Vrais aux gentils, et les instruirait, cela est signifié en ce
qu'il disposera avec l'antimoine ses pierres, ses fondements sur des
saphirs, ses solens en aga the, ses portes en pierres.de rubis, et son
enGeinte en pie1'l'es de désir; que pal' ces pierres précieuses, qui
sont nommées, il soit entendu les Divins Vrais dans le dernier de
l'ordre, tels que sont les vrais du sens de la letU'e de la Parole,
dans lesquels il y a les vrais interues qui sont les vrais tels qu'ils
e)!:istent dans le sens spirituel de la Parole, cela évident; car par
les fondements, e~ Pal' les portes et l'enceinte, qu'il posera en pier:
l'es précieuses; sont signifiées les derniers, d'où. il slJit que là par
les pierres en g.énéral,oetpar les saphirs, les agathes et les ~ierres
de rubis, sont signifiés les vrais tels qu'ils sont dans le sens de la
lettre de la Parole, lesquels sont l,es dernier~, parce qu'ils sont pour
l'homme naturel et sensuel; comme l'instruction des gentils dans
les Divins Vrais esl entendue pal' ces cl!oses, c'est poUl' cela qu'il
est dil e'lsuile (1 et tous ,"",s fils seront· enseignés de Jéhovah; )l ce
que signillent en pal'liculicl' le saphir, l'agathe .el le rubis, ce n'es~
pas ici le lieu de le dil'e; qu'ou sa(lhc seulemenl que .les pierres
pl'é.cieuses en général signilienl le,s vrais ctel'Oiers. Coml,ne la ville
de la Nouvelle .Jérusalem signifie la docrtine de la Nouvelle Égli<;e,
et que les fondem~llts de sa Mll'aille signifient les Vi vins Vrais
d~rnjel's, et ses portes les Div'ns VT'ai:; qui, introduisent, c'est pOUl'
cela que ses fondements sont décrits pal' douze {lie!'rcs préeieuse~,
el ses portes pal' dèS perlps, dans i' Apol.alypse : Les /imdements
1{

dq la muraille d8 la Ville de la N olJ.velle J rrusalem de. toute


pierre prf:âeusfI élaJmt ornées: Le premier (on(ie.llzent, jas­
pe; ,le se(jond, saphir; le troùième, chril('é.doine; /e quatrième,
émeraude; le cinquième, sardonyx; le,si.rùlme, sardo.inc; le
septième, chrysolithe; le huitième, béril; le neuvième, to­
paze; le dixième, chrysoprase; le onziéme, hyacinthe; le
do~zième, améthyste. Et les douze portes, douze perles; cha­
cune des portes était. d'~me seule perl8; et la plaèe de la Ville,
or pur comme du ve,.,~e transparent. II - XXI. 18 à 21; - par
les dQuze pierres pl'écieuses, dont étaient ornés les fondeménts, et
Vers. 3. CHAPITRE DOUZIÈME. 6&
par les douze perles, dont étaient composées les porles, sont signi­
fiés les Divins Vrais derniel's, qui sont les vrais du sens de la lettre
de la Parole, sur lesquels la doctrine de cette Église est fondée,
et par lesquels l'homme est inll'oduit comme pal' des portes: si
les fondements sont dits de pierres précieuses, et si les portes
sont dites de pel'Ies, c'est parce que le sens de la lettre de la Pa­
role contient en soi le sens spirituel, ainsi la lumière au Ciel, de
laquelle brille le sens de la lettre de la Parole, comme ces pienes
brillent de lumière et de ~eu; mais il en sera parlé dans la suite,
où chacune de ces choses doit être expliquée. Des choses sembla­
bles sont signifiées pal' les pierl'8s précieuses qui formaient le Pec­
toral de Jugement, appelé Urim et Thumim, qui était sur l'Éphod
_d'Ahal'on, et aussi pal' celles qui avaient été placées SUI' les épaules
de l'Éphod, dans Moïse: (1 Ils feront l'Éphod d'or, d'hyacinthe
el de pourpre, d'écarlate double-teint, et de fin lin tissu, ou­
vrage d'imaginateur : tu prendras les deux piàres de Scho­
hdm, et tu graveras sùr elles les noms des fils d'Israël, ou­
vrage d'ouvrier en pierre, en gravul'es de sceau tu graveras
les deux pierres cl' après les noms des fils d'lsrad; entourées
fi/enchâssures d'or tu tes feras; et tu poseras les deux pie.rres
sur les épaules de l'Éphod. Et tu feras un Pectoral de Juge­
ment, ouvrage d'imaginateur; comme l'ouvrage d'Éphod tu
le feras. et tu le rempliras de remplage de pierres; quatre
rangs de pierres il y aura; premier rang, Rubis, Topaze,
Escarboucle: le second rang, ChnJsoprase. Saphir et Dia­
mant: le troisième rang, Lazuli, AgaJhe et Améthiste: et
le quatrième rang, Tharschish, Schoham et Jaspe: les pierres
seront sur les noms des fi~ d' Israël, douze sur leurs noms, à
gravll1'es de sceau, à chacun sur son nom, elles seront pour
les douze Tribus: c'est là le Pectoral de Jugement, Urim
et T humim. l) - Exod. XXVIII. 6 à 30; - ce que ces choses
enveloppent, personne ne le pçut savoir, à moins qu'on ne sache
ce que l'eprésentait Aharon, et ce que par suite signifiaient ses
habits, et spécialement l'Éphod; cal' ses habits, en raison d~ ce
qu'ils signifiaient, ont été appelés babits de sainteté; puis aussi,
ce que signifiait le Pectoral sur l'Éphod, qui est appelé Pectol'al de
Jugement, Urim et Thumim, et ce que signifiaient les douze Tl'i­
v. 5.
~

Go l'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 71.7.

bus d'Israel, et les douze pierres SUI' leurs noms: quant à ce qui
CODcerue Ahal'On lui-même, il représentait le Seigneur quant au
sacerdoce, qui est son Royaume céleste; mais ses habits en géné­
ral repl'ésentaient le Royaume spirituel, cal' ce l'oyaume dans les
Cieu! couvre de vêtements le Royaume céleste: en effet, il y a
deux Royaumes, dans lesquels les Cieux ont été distingués, le
Hoyaume céleste et le Royaume spirituel; est appelé Royaume cé­
leste celui où est reçu le Divin Bien pl'Océdant du Seigneul', et
Royaume spirituel celui où est reçu le Divin Vrai, c'est pourquoi
le Divin Vrai est signifié pal' les habits d'Ahal'on en général, et le
Divin Vrai'dans les derniers par l'Éphod, puisque c'était le vête­
ment dernier; que les vêtements en général signifient les vrais, et
que les vêtements du Seigneur, qui apparurent blancs comme la
lumière quand il fut transfiguré devant les trois disciples, aient si­
gnifié le Divin Vrai procédant de Lui, et qu'il en ait été de même
des vêtements du Seigneur partagés pal' les soldats, on le voit ci­
dessus, No' M, 65, 195, 27'l, 395, !J75, !J7ô, 637 : de là, il de­
vient évident que par les douze piel'l'es dans le Pectoral de l'Éphod
il a été signifié les Divins Vra.is dans les del'l1iers, de"même que pal'
les douze fils. d'Israel et par les douze Tribus; "que pal' les uns et
les autres dans la Pal'Ole il soit signifié les vrais de l'Église dans
" tout le complexe, on le voit ci-dessus, N.o, !J31, 657. Si ce Pec­
toral a été composé de pierres pl'écieuses sous 1esquelles étaient
les noms des ùouze fils d'Israël, c'était afin que pal' là on reçût
du Ciel des réponses, qui se présentaient dans le Pectoral et d'a­
près le Pectoral pal' les nuances des couleurs resplendissantes de
ces pierres; selon les l'eprésentations des Divins Vrais dans les
Cieux, où les Divins Vrais, qui' découlent du Seigneul' à tl'avers
les Cieux vers les lieux inférieurs, se présentent pal' les nuances
des couleurs; d'apl'ès ces considérations, on peut voil' que pal'
ces piel'l'es précleuses il a aussi été signifié les Divins Vrais dans
les derniel's; mais ces choses ont ~té pleinement expliquées dans
les ARCANES CÉLESTES; voir N°s 9856 à 9909; et, au sujet des
deu/( piel'fes de Schoham qui étaient sur les épaules de l'Éphod,
N°s 9~31 à 9855. Voir au~si, que l'Éphod signifiait l'externe
du Royaume Spil'ituel, qui est le Divin Vrai dans les derniers,
N° 982!J; puis, ce que signifiaient en particuliel' le Rubis, la To­
Vers. 3, CHAPlTIŒ DOUZIÈME. 67
paze et ('Escarboucle, N° 9865; la Chl'ysoprase, le Saphit' eL le
Diamant, N° 9868; le Lazo'li, l'Agathe eL l'Améthiste, N° 9870;
et la Thal'schisch, le Schoham et le Jaspe, N° 9872. Des choses
semblables sont aussi signifiées pal' les pienes pl'écieuses, pal' les­
quelles esL décl'ite la science des connaissances du vrai eL du bien,
eL pal' suite l'intelligence du Roi de Tyr, dans ÉZéchiel: (( Roi de
Tyr, toi, plein de sqgesse, et parfait en. beauté, en Éden le
jardin de Dieu tu as été, toute pien'e précieuse (était) ta cou­
verture, Rubis, Topaze tt Diamant, l'harschisch, Sardonyx
et Jaspe, Saphir, Chrysoprase et Émeraude, et Or. Toi, Ché­
rubin, expansion de qui protége, et je t'ai placé, en la mOn­
tagne de sainteté de Dieu tu as été, -au milieu des pierres de
feu tu as marché, )) - XXVIlI. 1.2, 1.3; - comme pal' le Roi
de Tyr sont signifiées les connaissances du vrai de l'Église d'apl'ès
la Parole, et même d'après son sens tillél'al, c'est pOUl' cela qu'il
est dit qu'il a été en Éden le jardin de Dieu, pal' Éden le jardin de
Dieu est signifiée 'l'intelligence pal' la Pal'Oie d'apl'ès le Seigneur,
, car Éden comme orienL est le Seigneur, et le jardin de Dieu est
l'intelligence qui vient de Lui; et comme la véritable intelligence
est uniquement acquise, c'est-à-dire, donnée pal' les connaissances
du vrai et du bien d'après la Parole comprises selon son sens réel,
c'est pour cela qu'il est dit (1 toute piel'l'e IJI'écieuse était ta couver­
ture; II toute pierre précieuse signifie les connaissances du vrai et
du bien, et la coul'ertlll'é signifie l'externe de la Pal'ole qui couvre
son inteme;l'externe de la Parole est le sens de s~ lettl'e protégeant
l'interne qui est son S01lS spirituel: comme la sagesse et l'intelli­
gence qui en provient sont il l'homme, c'est pour cela qu'il est dit
(\ Roi de Tyr, toi, plein de sagesse, et parfajt en beauté,» la beauté
,signifie l'intelligence, parce que toute beauté ùans les Cieux est se­
lon l'intelligence: le sens de la letll'e de la Parole est aussi entendu
pal' li le Chérubin, expansion de qui Iwotége,» cal' les Chérubins
signifienL la défense afin que le Seigneur ne soit app,'oché que pal'
le bien de l'amour, et le sens de la lettre de la Parole en dérend les
intérieurs, parce qu'il les cache: la montagne de sainteté signilie l'É­
glise quant à la docll'ine de l'amOlli' et de la charité, et les piel'l'es
de feu, au milieu desquelles il a marché, signilicnt les vrais d'après
le bien de l'amour selon lesquels est la vie: qu'ici pal' les piel'res
ü8 L'APOCALYPSE EXPLIQU~E. N" 'l7.
précieuses soient signifiés les vrais l'esplendissantspar la l~mière du
Ciel, qui est le Divin Vrai, on peut le voil' manifestement en ce que
par Tyr dans la Parole sont signifiées les connaissances du Vl'ai et du
bien, connaissances qui sont les vl'ais derniel's, tels que sont ceux du
sens de la lettre de la Parole; .que Ty,' signifie les connaissances du
vrai et du bien, on le voit ci-dessus, N° 5il1. Dans le Même: «( La
Syrie fut ta commerçante pour la multitude de tes ouvrages
avec chrysoprase, pourpre et broderie; et fin lin, et corail et
escarboucle, ils ont fourni à tes marchés: les négociants de
Schébah el de Raamah, eux tes' négociants dans le meilleur
de tout aromate, et en toute pierre précieu,se, et en or. Il ­
XXVII. 16,22; -ces.choses aussi sont dites de Tyr, par laquelle
sont signifiées les connaissances du vrai et du bien de l'Église-d'a­
près la Parole, comme ci- dessus; parce que pal'· la Syrie, par
Schébah et par Raamah sont pareillement signifiées les connais­
sances du vrai.et du bien, et que pal' les mal'chés sont signifiées
les acquisitions de ces connaissances, il est dit que ees régions ont .
rempli de pierres précieuses ses marchés; les connaissances du vrai
et du bien sont les vrais dans les derniel's, tels que sont les vrais du
sens littéral de la Parole. Dans Job: Cl Le lieu du saphir, ce sont
ses pierres, et les poudres d'or Y sont; la sagesse, où est-elle
trouvée, et quel est le lieu de l'intelligence? on ne donne pas
de l'or pour elle, et en argent n'est point pesé son prix; on
ne l'échange point avec l'or d'Ophir, ni avec l'onyx pré­
cieux, ni avec le saphù'; avec elle ne combatl1'a ni l'or, ni
le diamant; du .corail et du béril il ne sera point fait men­
tion, et le choix de la sagesse est préférable aux perles; avec
elle ne combattra point la topaze d'Éthiopie: voici, la crainte
du Seigneur est la sagesse, et se retirer du mal est l'intelli­
gence. Il - XXVlII. 6, 12, 13, 15 à 19, 28; - puisque par
les Divins Vrais derniers, spirituellement compris, il y a toute sa­
gesse el toute intelligence, et parce que par les pierres précieuses
nommées dans ce passage, onyx, saphir, diamant, topaze, et par
les' perles, ees Vl'ais sont signifiés, et que ces pierres, en tant que
pierres de matière terrestre et considérées comme précieus~:) dans
le Monde, 'Sont comme rien relativement à l'intelligence et à la sa­
,gesse, c'est pOUl' cela qu'il est dit que ces pierres ne doivent pas
Vers. 3. CHAPITRE DÜUZlÈME. 69 •
être comparées à l'intelligence et à la sagesse, et ni l'or ni l'argent
non plus; des comparaisons sont faites avec elles, parce qu'elles
signifient aussi, et qu'autrement elles ne sont rien relativement.
Dans David: Il Toi, Jéhovah, tu te lèver(l$, et tu auras ·com-
p(l$sion de Sion, parce que tes serviteurs désirent .~es pierres..ll
- Ps. cn. H, 15; - 'par les piel'res de Sion, que les serviteurs
de Jéhovah désirent, sont entendus les Divins Vrais; cal' par Sion,
dont Jéhovah aura compassion, il est entendu l'Église qui est dans
l'amour céleste. Dans Zacharie: Il Voici, la pierre que j'ai mise
devant le grand prêtre Jehoschua, sur une même pierre sept
yeux; voici, je vais graver sa gravure: en ce jour-là, vous
crierez, i'homme à son compagnon, sous le cep el sous le fi-
guier. Il - III. 9,10; - ces choses sont .dites de l'avénement du
Seigneur, et par la pierre mise devant le grand prêtre Jehoschua est
signifié le Divin Vrai, qui est la Parole; sept yeux sur une même
pierre signifient la Divine sagesse et la Divine intelligence, qui
appal'tiennent au Divin Vrai, ainsi à la Parole, sept se dit des cho-
ses saintes de la Parole et de l'Église, et lès yeux signifient l'intel-
ligence et la sagesse; gravel' sa gravure signifie son repl'ésentatif
et son significatir'; par le cep et par le figuier, sous lesquels ils vien-
dront, il est signifié l'Église et ta doctrine d'après les vrais internes
et d'après les vrais externes, les vrais internes sont les choses qui
sont'appel~es les spirituels, et les vrais extemes sont celles qui sont
appelées les naturels, ceux-ci sont signifiés par le figuier, et ceux-
là par le cep, Dans MoIse: Il Ils virent le Dieu d'Israël, et sous
ses pieds comme un ouvrage de 'pierre de saphir, comme la
substance du ciel quant à la pureté. Il - Exod. XXIV. 10; -
pal' le Dieu d'Israël, il est entendu le Seigneur; par l'ouvrage de
piel're de saphir sous ses pieds est entendu le Divin Vrai dans les
del'niers, tel qu'est la Pal'ole dans la lettre, car la plante du pied
signifie le derniel', que seulement la Nation Juive pouvait voir, car
les Juifs étaient dans les externes de la Parole, de l'Église et du
culte, et non dans les internes; le saphir .signille ce qui est tl'ans-
parent d'après les vrais intemes; Il comme la substance du ciel quant
à la pureté, )) signifie la tl'ansparence du Ciel Angélique; mais èes
choses ont été expliquées dans les ARCANES CÉLESTES, N°' 9lt06,
9ft 07 ,9ltOS. Comme ta pierl'e précieuse signifie le Divin Vl'ai dans

70 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 717.


les derniers', tl'anspal'ent d'après les vl'ais inlérielll's, c'est pOUl'
cela que le luminaire de la ville de la Nouvelle Jérusalem est décrit,
dans l'Apocalypse, en ce qu' « il était semblable t't une Pierre
très-'fJrécieuse, telle qu'une pierre de JaRpe resplendissant
comme du cristal. ) - XXI. 1.1. -Et comme par le cheval blanc
il y est signifié l'entendement de la Parole, et par celui qui était
monté sur ce cheval le Seigneur quant à la Parole, c'est pour cela
qu' (dl (ut vu que sur la tête de celui qui était monté sur ce
cheval il y avait beaucoup de diadèmes, et que Ron Nom
s'appelle la Parole de Dieu. )) - Apoc. XIX. 12, 13. - Ce
qui précède concerne les Pierres précieuses chez ceux qui sont
dans les Divins Vrais. Maintenant, il sera dit quelqu~ chose des
Pierres précieuses chez ceux qui sont dans les faux infernaux:
Chez ceux-ci, lorsqu'ils vivent dans le Monde, il y a également
des pierres précieuses, parce qu'il y a également les connaissances
du vrai et du bien d'après le sens naturel de la Parole, qui est le
sens de la lettre; c'est de là qu'i1leUl' est également attl'ibué des
pienes,précieuses ou des diadèmes, comme ici au d,ragon, sur la
tête duquel fUl'ent vus sept diadèmes; et cela, parce que la Parole
est toujours la Parole, et que ses vrais sont toujours des vrais en
eux-mêmes, soit qu'ils soient ohez les méchan.ts ou qu'ils soient
chez les bons; si les méchants pervertissent et falsifient les vl'ais de
la Parole, toujours est-il que cela n'en change pas l'essence. De
là vient que dans ce qui suit, dans l'Apocalypse, il en .fut vu de
semblables sur la femme assise SUI' la bête écarlate, par laquelle
Babylone est décrite; il est dit d'elle: (1 Une (emme assise sur
une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept
têtes et dix cornes; elle était revêtue de pourpre et d'h:ar­
late, et parée d'or et de pierres p,'écieuses et de perles; et
sur son front un nom écrit, Babylone la grande. )) - Apoc.
XVll. 3, h, fi; - mais ceci sera expliqué dans la suite: pareil­
lement ailleurs, dans l'Apocalypse: (1 Les marchands de la terre
pleureront et seront dans le deuil à cause de Babylone la
glYtnde, de ce que leurs marchandises personne n'achète plus,'
marchandises d'or et d'argent, et de pierres précie~lses, et de
i
. \
perles, et de fin lin, et de pourpre, et de soie, et d'écarlate:
et les marchand..~ diront: Malheur! malheur! cette 1Jille
Vers. 3. CHAPITRE DOUZIÈME. 71
grande, qui était revêtue de fin lin et de pourpre et d'écar- '
\.
)
late, et parée d'or et de pierres précieuses et de perles! Il ­
XVIII, 11, 12, 16. - Comme par les piùres précieuses, et par
la pourpre et le fin lin, sont signifiées les connaissances du vrai et
du bien d'après la Parole, c'est pour cela qu'il est dit de l'homme
riche à la porte duquel était étendu Lazare, qu' ( il était vêtu de
pourpre et de fin lin, Il - Luc, XVI. 19, 20; - par le riche,
il est entendu la nation Juive, et parce qu'elle avait la Parole, dans
laquelle sont les Divins VI'ais, il est dit de lui qu'il était Vêtu de
pourpre et de fin lin; et par Lazare le pauvre sont entendues les
Nations qui n'avaient pas la Parole, ni par cons~quent les vrais;
par là, il est évident que le riche, quoique méchant, .et jeté ensuite
dans l'enfer, avait des vêtements de pompre et de fin lin, Cela est
pareillement dit du RDi du septentrion qui fit la guene au Roi du
midi, dans Daniel: (( Le Roi du septentrion honorera, seule­
ment un Dieu, remparts sur .~on poste, un dieu que n'ont
point connu ses pfres, il l'honorera avec or, argent, pierres
précieuses Bt choses désirables; il fera des fortifications de
1'emparts avec un dieu étranger; celui qui le reconnaftra sera
comblé d'un grand honneur. )l -Xl. 38,39;- dans ce Chapitre,
il s'agit de la guerl'e du l'oi du septentrion contre le roi du midi, et
par le roi du septentrion il est entendu ceux qui sont dans la science
d'après la Parole, et cependant non dans la vie, par conséquent
aussi ceux qui sont dans la foi seule, ainsi nommée, et néanmoins
non dans la charité, rejetant celle-ci comme ne conduisant pas au
salut; mais par le roi du midi il est entendu ceux qui sont dans
l'intelligence d'après la Parole parce qu'ils sont dans la charité;
ceux-ci sont le roi du midi ou appartiennent au l'oi du midi, parce
que le midi signifie la lumière et que la lumière signifie l'intelli­
gènce, et il .y·a lumièl'e de l'intelligence d'aptlès la Parole pour
ceux qui sont dans la charité, laquelle est la vie de la foi; si, au
contraire, ceux dont il a été parlé ci-dessus sont le roi du septen­
trion, ou appartiennent au roi du septentrion, c'est parce que le
septentrion signifie la nuit, et aussi une lumière froide, telle qu'est
la lumière de l'hiver, d'après laquelle il n'y a atlcune fructification,
parce qu'en elle il n'y a pas de chaleur, car la chaleur spirituelle
est la charité, et toute germination vient de la chaleur au moyen
72 L'APOCALYPSE l'~XPLIQUÉE. N"717.

de la lumière, 11 s'agit d'une guerre entre ces l'ois, parce qu'il


s'agit du dernier temps de l'~glise, quand le tout du salut est
placé dans la science résultant de la Parole, et rien dans la vie,
chez la nation Juive dans les traditions, par .lesquelles les Juifs
avalent falsifié la Parole, et les vrais de la Parole deviennent des
traditions quand la vie de la charité est nulle; pareillement les vrais
de la Parole deviennent des faux quand la foi est séparée de la
charité: d'après cela, on peut voir que pal' le roi du septenLl'iop
il est aussi entendu ceux qui sont dans la foi seule, c'est-à-dire,
ceux qui sont dans la foi sans la charité. Les mêmes sont aussi
entendus dans IYaniel par le bouc qui combattit con~re le bélier:
les mêmes sont encore entendus par le dragon dans ce Chapitre,
avec cette différence que pal' le dragon sont parliculièl'ement en­
tendus les érudits' qui par, la doctrine et par la vie se sont confirmés
dans la foi séllarée d'avec la charité, car ceux-ci, de même que les
dragons, ont du venin qui tue la chal'ité; de là vient que dans Da­
niell'Ange Michaêl est aussi nommé, - XlI, 1. - Que ceux qui
placent le tout de l'Église dans la science des connaissances, et ne
placent riep dans la vie, pervertissent et falsifient les vrais de la
Parole, cela est entendu en ce que «( le roi du septentl'ion honorera
un dieu étrangel' que n'out poiut connu ses peres, II et qu' CI il l'ho­
norera avec or, argent, pierres précieuses et choses désirables; Il
par son dieu, il est entendu les vrais de la Par61e falsifiés; puisque
dans la' Pal'ole, lorsqu'il est dit Dieu, il est entendu le SeigneUl'
quant au Divin Vrai, par conséquent aussi le Divin Vrai procédant
du Seigneur, et que lorsqu'il est dit Jéhovah, il est entendu le Sei­
gneur quant au Divin Bien, par conséquent aussi le Divin' Bien
pl'océdant du 'Seigneur, c'est pour cela que par un dieu étranger,
que n'ont point connu les pères, il est entendu les vrais de la Pa­
role falsifiés, qui iD eux-mêmes sont des faux, et n'ont point été
reconnus par ceux qui précédemment étaient de l'Église: ces vl'ais
mêmes et ces biens mêmes de la Parole, quoique falsifiés, sont si­
gnifiés par les pierres pl'écieuses et par les choses désirables, puis
aussi pal' l'argent et pal' l'or, car les vrais de la Parole ne chan­
gent point d'essence par cela qu'ils sont chez les méchants; par
«remparts sor son poste, Il et par «fortifications de remparts, Il sont
signifiées des choses appartenant à la propl'e intelligence, confirmées
Ver~. 3. CHAPITRE DOUZiÈME. 73
par le sens de la lettre de la Parole, qui, s'il n'est pas entendu inté­
rieUl'ement, est tel, qu'il peut être entraîné à confil'mer ·toute es­
pèce d'hérésies. Maintenant', d'après ces' considérations, on peut
voir cequi est entendu par les sept diadèmes sur les têtes du dragon.
718. Et sa queue entraina la troisième pal'tie des étoiles
du Ciel, signifie la falsification et l'adultération de toutes les
vérités de·la Parole,' on le voit par la signification d'tmtrainer
avec la queue, quand il s'agit du dragon, en ce que c'est la falsi­
fication et l'adulté?ation, ainsi qu'il sera expliqué; par la significa­
tion de la troisième partie, en ce que c'est tout, et qu'elle se dit
des vrais, comme ci-dessus, N°' 38a, 506; et par la· signification
des étoiles du Ciel, en ce qu'elles sont les connaissances du vrai
et du bien d'après la Parole, comme aussi ci-dessus, No' 72, a02;
par conséquent aussi les vl'a's, car les connaissances du vrai et du
bien sont les vrais de l'homme naturel, d'après lesquels l'homme
rationnel et l'homme spirituel ont l'intelligence; d'après ces signi­
fications, on peut voir que par entrainer avec sa queue la troisième
partie des étoiles du Ciel, quand il s'agit du dragon, il est signifié
falsifier et adultérer' les vl'ais de la Parole; que cela soit sIgnifié"
c'est parce que pal' le dragon en général sont entendus tous ceux
qui reconnaissent la Parole et la lisent, et néanmoins n'y confor­
ment pas leUl' vie, et cela, pal'ce qu'ils séparent de la foi la vie qui
est la charité, et croient qu'il suffit de penser les choses qui sont
dans la Parole, et de se persuader qu'ils sont sauvés s'ils pensent
et prononcent certaines expressions avec assurance et conliance, et
qne c'est la foi seule qui justifie et sauve, et non aucune chose de
la vie ou de l'œuvre; que ce soient ceux-là qui sont entendus par
le dragon, on le voit ci-dessus, N° 71a. Comme pour confirmer
leurs dogmes d'\près la Parole, ceux-là rapportent des passages
où il est fail menlion de la foi et où il est dit la foi, tandis que ceux
où il est fait mention de la charité et de l'amour, et où il est dit
faire, ils les pervertissent par une application à la foi seule, et ainsi
falsifient la Parole, qui depuis le commencement jusqu'à la fin est
la doctrine de l'amour envers le Seigneur et de l'amour à l'égard
du prochain, c'est pour cela que ceLLe falsification et cette adulté­
ration des vérités de la Parole sont entendues par entrainer avec la
queue la troisième partie des étoiles du Ciel; que ce soit là ce qui
L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. ~. 7'18.
7!J
est entendu par ces paroles, c'est parce que la queue est la conti­
nuation du cerveau par l'épine dorsale, dont elle est un appendice,
et qu'ainsi la queue est il'gitée d'après 'a tête et le corps selon les
désirs et les appétits de l'homme naturet, c'est pourquoi les mouve­
ments de la queue sont des effets découlant des plaisil's des amoUl's
dans lesquels est l'homme sensuel, et les amours de l'homme sen­
suel falsifient et"adultèrent les vr~is d~ la Parole; qlTe la queue si­
gnifie le sensuel, qui est le dernier de l'homme naturel, on le v?it
ci-dessus, N° 559 : soit qu'on dise que les amours de l'homme
sensuel falsifient et adultèrent les vrais de la Parole, soit qu'on dise
que le sensuel le fait, c'est la même chose, cal' le sensuel aime vi­
ne pour le corps et pour le monde, ainsi à sa guise; et cetle vie,
il la sent, mais il ne sent pas la vie intérieul'e, c'est pourquoi il
la nie.
71.9. Il a été dit que le sensuel falsrfie et adulLère les vrais de
la Parole, mais il importe que l'on sache comment il pmt falsifier
et"adultérer les vrais de la Pal'ole; car celui 'qui ne sait pas com­
ment cela se fait, ni quelle est la Parole, peut croire que les vrais
de la Parole, parce que ce sont des vrais et qu'ils subsistent dans
le sens de sa lettre, ne peuvent pas devenir des faux; mais, pour
servi!' d'illustration, soit un exemple pris dans la nature, et par
conséquent perceptible pour l'homme naturel: Devant les yeux, il
semble que le soleil' soit porté chaque jour autoUl' de la tefl'e, et
aussi une fois chaque année; pal' suite, dans la Parole, il est dit
que le soleil se lève et se couche, qu'il faiL le JOUI', le midi, le soir
et la nuit, puis les saisons du printemps, de l'été, de l'automneetde
l'hiver, et ainsi les jours et les années, lorsque cependant le soleil
se tient immobile, et que la terre tourne sur elle-même chaque jour,
et autour de lui chaque année, et qu'il y a seulem~nt apparence et
par suite illusion que le soleil marche ainsi; quand donc cetle vé­
rité a été connue et acceptée, que c'est la terl'e qui se mèut, et non
le soleil, alors l'un et l'autre devient un vrai, à savoit', que le so­
leil se tient immobile au centre de son monde, et aussi qu'il mar'-·
che; il se tient immobile devient un vl'ai pour l'homme rationnel,
et il marche devient un vrai pour l'homme sensuel, ainsi l'un et
l'autl'e devient un vrai, en actualité pour l'homme rationnel, et
en apparence pour l'homme sensuel : mais si ce phénomène n'a
Vers. 4. CHAPITRJ!, DOUZIÈME. 75
pas été illustré par l'homme rat,ionnel, alol's on croit le faux, à sa­
voir, que le soleil en actualité marche, et ainsi est falsifié ce vrai,
que le soleil ne change pas de place~ mais que c'est la térre qui en
change, tandis qu'il n'est point falsifié quand le rationnel l'illus­
tre. Il en est de même pour chacune des choses de la Parole dans
le sens de sa lettre; ce sens, parce qu'il est le dernier, est natu- .
rel et adapté à la compréhension de l'homme sensuel, par consé­
quent à la compréhension des enfants et des simples; c'estpoUl'quoi,
la plupart des choses y sont des apparences du vrai, qui, si elles ne
sont pas en même temps perçues par l'entendement spirituel, c'est­
à-dire, par l'entendement "illustré, de\'iennent des faux, cal' on
les croit alors comme si elles étaient des vrais en actualité et non
en vpparence; il en est autrement quand elles sont en méme temps
perçues intellectuellement et spirituellement, alOl's toutes les choses
de la Parole deviennent des vrais; dans le sens réel, des vrais en
actualité; et dans le sens de la lettre, des vrais en apparence,
comme il vient d'être dit à l'égard du soleil: d'après cela, on peut
voir comment d'innombrahles choses dans la Parole sont falsifiées
et adnltél'ées; pal' exemple, que Dieu tente, qu'il se met en colère,
qu'il fait du mal, qu'il jette en enfer j pareilleme~t, qu'au jour du
Jugement Dernier le Seigneur viendra dans les nuées du Ciel,
qu'alors le soleil et la lune perdront leur lumière, que les étoiles
tomheront des Cieux, que le Monde avec la terre périra, et que de
nouveau il existera une création de toutes choses, sans parler des
autl'es choses qui sont des vrais du sens de la Lettre de la Parole,
lesquelles deviennent des faux si en même temps elles ne sont pas
perçues par l'entendement illustré: mais dans ce qui suit,·i1 sel'a
dit comment la foi seule, qui est la foi séparée d'avec la charité,
falsilie toutes les choses de la Parole.
720. Et le,s jeta. en la terre, signifie leur extinction et
leur destruction: on le voit par la signification de jeter en la
terre, quand il s'agit des étoiles, par lesquelles sont signifiées les
connaissances du vrai et du bien d'après la Parole, ainsi les véri­
tés, en ce que c'est les éteindre et les déll'uire, puisque les vrais
sont éteints et détruits quand ils sont falsifiés et adultérés; les vl'ais
faisifiés et adultérés sont d.es faux plus que les faux d'une autl'e
origine, car les faux d'une autre origine n'éteignent pas ainsi et ne
76 L'APOCALYPSg EXPLIQUÉE. N"720.

détruisent pas ainsi les vrais, parce. qu'en eux et près d'eux ils don­
pent quelque place aux vrais: par les faux d'une autre origine sont
entendus pl'incipalement les faux pl'Ovenant de l'ignOl'ance, des il­
lusions e~ de la religion chez ceux qui n'ont pas la Parole. 11 faut
qu'on sache que ceux qui vivent wal, et cependant disent qu'ils
sont sauvés parce qu'ils ont la foi, ont à peine quelque vrai réel,
quoiqu'ils sachent et tirent ungl'and nombre de vrais du sens de la
lettre; car le sens de la lettre de la Parole est tel, que s'il n'est pas
compris intérieul'ement il peut être expliqué de diverses manières, et
Iii ce sens n'est pas considéré d'après les vrais réels il est cru selon la
lettre et il est falsifié, ainsi qn'i1 a été montrédanS l'Articlepréeédent
par la comparaison sur la mal'che du soleil et sur son immobilité:
qu'ils aient à peine quelque vrai réel, cela a été découvert dans le
Monde spirituel chez quelques-uns, qui avaient confirmé la foi seule
pal' la doctrine et par la vie, en ce qu'ils n'avaient pas même su ni
reconnu un seul vrai' réel; 1es Anges en firent l'épreuve, et ils en
furent étonnés; par là, il fut évident qu'ils avaient éteint et détruit
chez eux les vrais de la Parole: cela donc'est signifié en ce que le
dragon .enh'aina avec sa queue la troisième partie des étoiles da
Ciel, et les jeta en la terre, comme fit aussi le bouc de chèvres, .
dans Daniel: (1 La corne du bouc de chèvres grandit jusqu'a
l'armée des cieux, et elle jeta li terre (une partie) de l'armée,
et des étoiles, et elle les l'oula; .et elle jeta la vérité à terre. Il
- VIIl. 10, i2; - par l'armée des cieux sont entendus tous les
vrais et tous les biens du Ciel et de l'Église. Il est signifié la même
chose par «les étoiles qui tomberont du Ciel, 1) -Matth. XXIV, 29.
721. Et le Dragon se tint devant la Femme qu.i allait en­
fanter, signifie la haine de ceux qui sont entendus par le
Dragon, contre l'Église chez ceux qui seront par le Seigneur
dans la doctrine et par suite dans la vie de l'amour et de la
charité: on le voit par la signification du Dragon, en ce que ce
sont ceux qui sont dans la science des connaissances du vrai d'a­
près le sens de la lettre de la Parole, et non dans la vie selon cette
science, comme ci-dessus, N° 71h; par la signification de la
Femme, en ce qu'elle est l'Église qui est dans la doctl'ine et par
suite dans la vie de l'amour env~rs le Seigneur et de la chal'ité à
l'égard du pl'ochain, comme ci-dessus, N° 707; la haine de ceux
Vers. 4, CHAPITRE DOUZIÈM}t~. 77
qui sont signifiés par le dragon contre celle Église, et contre sa
doctrine, est entendue par se tenir devant la femme qui allait en­
fanter, et vouloir dévorer son enfant; et par la signification d'en­
{anter, en ce que c'est produire des choses qui appartiennent à l'É­
glise, leSquelles sont les doctrinaux, ici sur l'amour envers le Sei­
gneur et sur la charité à l'égard du prochain; cal' par le fils mâle,
que la femme a enfanté, est signifiée la doctrine de cette Église:
que de telles choses soient signifiées par enfantel', c'est parce que
par les générations, les enfantements et les naissances dans la Pa­
role, il est entendu des générations, des enfantements et des nais­
sances spirituels qui ont lieu par les vrais et par la vie selon ces
vrais; de là vient que dans la Parole, lorsqu'il s'agit de la génél'a­
tion spiJ'ituelle, qui est appelée l'égénération, elle est décrite par
une génération et un enfantement naturels, comme dans Jean: Cl J é­
SilS dit à Nicodème:. Si quelqu'un n'est engendré de nouneau,
il ne peut'voir le royaume de Dieu, Nicodeme dit: Comment
un homme peut-il Ure _engendré, étant m'eux? peut-il dans
le ventre de sa mère une seconde fois entrer el ~t1'e engen­
dré? Jésus répondit: En vérité, en vérité,;"e te dis: Si quel­
qu'un n'est engen.dré d'eau et d'esprit, il ne peut entrer dam
le Royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, mais
ce qui a été engendré de l'esprit est esprit. Il - III, 3 à 6;­
comme Nicodème ne comprenait pas le sens spirituel de ces paro­
les du 8eigneUl', qu'il fallait que l'homme fOt engendl'é de nouveau,
le Seigneur expliqua que par être engendré il est entendu être en.. .
gendré d'eau et d'espl'it, ainsi être régénéré, à savoil', pal' les vrais
d'apr'ès la Parole et par la vie selon ces vrais, car l'eau signifie les
vrais, et l'esprit la vie selon les vl'ais, ~ais ailleurs, dans la Parole,
lorsqu'il est dit êtl'e en travail, enfanter, donner naissance et en­
gendrer, il n'y a pas d'explication, et néanmoins, par ces expres­
sions, il est entendu un tr'avail d'enfanl, un enfantement, une nais­
sance et une génération spirituels, puisque la Parole dans sa lettre
est natul'elle, inais que dans son sein elle est spirituelle; si enfan­
ter signifie enfanter spirituellement, c'est pal'ce que l'homme, qui
est régénéré, pOUl' ainsi dil'e est conçu, porté dans un utérus, naft
et est élevé, de la même manière que l'homme a été conçu de son
père, a été porté pal' sa mère, est né et a ensuite été élevé. POUl'
78 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 721.

confil'mer que, dans la Parole, par les enfantements et les naissances


il est entendu des enfantements et des naissances spirituels, je vais
en l'apportel' quelques passages; dans Ésaïe: (1 Rougis, Sidon;
cm' elle a dit, la mer, la (orteresse de la mer, disant: Je n'ai
point été en travail d'enfant, je n'ai point en(anté, et je n'ai
point élevé de jeune,~ gens, Iii {ait croître de vierges; quand
le bruit (en sera parvenu) à l'Égypte, de douleur ils serolit
saisis, comme au bruit de Tyr. )) - XXIII. ft, 5; - par Sidon
et Tyr sont signillées les connaissances du bien et du vrai d'.après
la Parole; par je n'ai point t\té en tl'avail d'enfant, je n'ai point
(1

enfanté, et je n'ai point élevé de jeunes gens, ni fail cro1tre de


vierges, )) il est signifié que l'I':glise ne s'est acquis pal' ces con­
naissances aucune chose d~intelligence et de sagesse, et n'a point
fait d'usages; les jeunes gens sont les vrais de l'Église, et les
vierges en sont les biens; mais ces passages ont été expliqués ci­
dessus; voir N° 275. Dans le Même: (1 Ton châtiment (a été)
sur eux; comme une (emme enceinte, qui est prête'ù en­
j'anter, crie dans ses douleurs, ainsi nous avons été devant
Toi, Jéhovah! Nous avons conçu, nous avons été en travail,
pour ainsi dire nous avons enfanté du vent; de .saluts nous
n'avons point (ait pour la terre, mais ils sont tombés, lés ha­
bitants du globe; ils vivront, tes morts. 1) - XXVI. 1.6 à 1.9;
- ces choses ont été dites des derniers temps de l'Églis,e, quand
les faux et les maux se sont tellement aCCI'US, qu'on ne peut êll'e
ni réformé ni régénéré; cet état .est entendu pal' le chlltiment de
Jéhoyah SUI' eux; par CI comme une femme enceinte, qui est prête
à enfante!', crie dans ses douleurs, )l il est signifie qu'alors avec
difficulté quelque vrai poufl'ait être perçu et acquis; par (1 nous
avons conçu, nous avons été en travail, et nous avons enfanté du
vent, l) il est signifié qu'au lieu des vérités ils puisent des vanités
dans lesquelles ne sont poiht les vrais; le vent signifie de telles va­
nités; pal' CI de saluts nous n'avons point fait pOUl' la terre, Il il est
signifié que pal' eux il n'y a rien de l'usage de la vie; par Cl ils vi­
vront, tes morts, et par les choses qui suivent, il est signifié que
1)

pal' le Seigneur, quand il viendra dans le monde,Hs seront ensei­


gnés et régénérés au moyen des vrais qui procéderont de Lui. Dans
le Même: CI Chante, stérile, qui 'n'avait pas en(anté, (al:~ re­
Vers. 4. CHAPITRE DOUZIÈME. 79
tentir tes chants et sois dans la jubilation, (toi) qui n'al'ais
pas été en travail; car nombreux (seront) les fils de la désolée
plus que les filli de celle qui était mariée. )1 - LIV. 1 ;-ces pa-
roles concernent l'arénement du Seigneur et la nouvelle Église qui
devait être instaurée par Lui chez les nations; les nations sont si-
gnifiées par la ,stél'ile qui n'avait pas enfanté, et pal' la désolée qui
aUl'a des fils en grand nombre; eUes sont dites stériles, parc.e qu'elles
ne connaissaient pas le Seignelll', et n'avaient pas la Pal'ole où sont
les vrais, et pal' conséquent n'avaient pu être régénérées; les fils
sont les vrais qui procèdent du Seigneur pal' la Parole; l'Église,
qui possède la Parolë pal' laquelle le Seigneur est connu, est en-
tendue par celle qui était mal'iée, et qui n'a pas de fils; la joie de
ceux qui sont de la nouvelle Église et qui aupal'avant n'avaient pas
les vrais, est signifiée par « fais l'etentir tes chants et sois dans la
jubilation, toi qui n'avais pas été en tl'avail; Il êtl'e en travail, c'est
être enceinte. Dans le Livre 1 de Samuel: Ceux qui étaient
(c

abattus ont été c{fints de force; les rassasiés pour du pain se


sont loués, et le;,; affamés ont cessé de l'êtl'e, teltenient que la
stérile en a enfanté sept, et celle qui avait de nombreux en-
fants a,. dé{ailli. 1) - II. 5; - c'est le prophétique de Hannah,
mère de Samuel; pal' « ceux qui étaient abattus ont été ceints de
force, Il sont entendues les nations chez lesquelles devait être l'É-
glise; elles sont dites abattues, pal'ce qu'elles manquaient de con-
naissances du vrai, et que par suite elles étaient l'cjetées par ceux
qui étaient de l'Église, alol's Juive; êtl'e ceint de force signifie
qu'elles auraient les vrais d'après le bien, et par suite la puissance;
par les rassasiés loués pOUl' du pain, et pal' les affamés cessant de
l'être, sont entendus ceux qui étaient de l'Église Juive; i.ls sont'dits
rassasiés, parce qu'ils avaient les vrais en abondance, et loués pOUl'
du pain, parce qu'ils ne pouvaient être amenés à les apprendre et
à les faire, si ce n'est comme des mercenaires; qu'ils ne désiraient
pas même les savoir est signifié en ce qu'ils avaient cessé d'être
affamés; la même Église est entendue aussi par Cl ceIle qui avait de
nombreux enfants a défailli; )l mais les nations qui devaient l'econ-
naîtl'e le SelgneUl' et recevoir la Parole, et par suite se laisser ré-
générel' dans l'Église, sont entendues par la stérile qui en a enfanté
sept; sept signifie toutes choses et beaucoup de choses, et se dit des
80 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 72i.

" cboses saintes de L'Église. Dans Jérémie: le Elle langul"tl, celle


qui en avait enfanté sept, elle rendra son âme; son soleil se
couchera tandis qu'il sera encore jour. Il-XV. 9;- par ces
paroles, il est signifié que l'Église, qui a tous les vrais parce qu'elle
a la Parole, doit pél'ir au point qu'il n'y reste l'ien du vl'ai ni rien
du bien; pal' enfanter sept, il est signifié être gratifié de tous les
vrais d'après la Parole; par languir et par le soleil qui se couche,
il est signifié péril' successivement et enfin tout à fait; par rendr'e
1'11me, il est signifié péril' quant à tous les vrais, et par le soleil qui
se couche périr quant à tous les biens de l'amour; (1 tandis qu'il sel'a
encore jour, Il signifie quand encol'e. est reconnue la Parole. Dans
Ésaïe: le Avant d'etre en ~ravail, elle a enfanté, avant que la
douleur lui vint, elle est accouchée d'un mille; qui a entendu
une telle chose? Qui en a vu une semblable? Est-ce que la
terre produit en un seuljour? est-ce qu'une nation sera en­
gendrée en une seule fois? en travail a été Sion, et meme elle
a. ert{anté ses fils. Est-ce que Moije briserai et n'engendre­
rai,s pas? dit Jéhovah. C'est moi qui fais engendrer et je fe,'­
merais (l'utér'us)! Réjouissez-vous avec Jérusalem, bondissez
de joie en elle, vous tous qui l'aimez, a(in que vous suciez et
que vous soyez rll8sasiés par la mamelle de ses consolations. Il
- LXVI. 7 à 1.0; - ces choses aussi 'Concernent l'avénement du
Seigneur et l'instauration de l'Église chez les nations; leur J'éfor­
mation et leU!' régénération sont décrites par être en travail, enfan­
ter, accoucher' d'un mAle,' et par bl'Ïser la matrice et engendreJ';
car, ainsi qu'il a été dit ci:dessus, l'homme qui est engendl'é de
nouveau'est pareillement, comme par un pér'e et une mèr'e, pour
ainsi dire COI1ÇU, porté dans un utél'us, naIt, est élevé, et gr'andit;
par Sion et par Jérusalem, il est entendu l'Église et sa doctrine, et
par sucel' et etre rassasié pal' la mamelle de ses consolations, il
est signifié être instruit pleinement dans les vrais d'apl'ès le. bien
provenant du plaisil' de l'amour selon ~e désir; pal' le seul jour où
ces choses se feront, il est signifié l'avénement du Seigneur. Dans
David: li Par devant le Sèigneur tu es en travail (d'enfant),
ô terre.! par devant le Dieu de Jacob. Il - Ps. CXIV. 7; ­
par II tu es en Il'avail d'enfant, 0 telTe! Il il est signifié l'instaura­
tion de l'Église, ou la r'éformation de ceux qui seront de l'Église;
Ven. 4. CHAPITRE DOUZIÈME. 81.
être en travail d'enfant, c'est recevoir les vrais et être réfol'mé, et
la terre est l'Église; il est dit pal' devant,le Seigneul' et par de\'ant
le Dieu de Jacob, paree qu'il est entendu la réformation quant au
bien et quant au vrai, car le Sèigneur est dit Seigneul' d'apl'ès le
bien, et il est dit Dieu d'après le vrai. Dans Jérémie: Il Voici, je
vais les ramener de la terre du septentrion, et je les rassem­
h.terai des flancs de la terre, parmi eux l'aveugle et le boi­
teux, la femme enceinte et celle qui enfante, ensemble; une
assemblée grande retournera ici. )1 - XXXI. 8; - ces choses
aussi sont dites de la restaUl'ation de l'Église chez les nations )Jar
le Seigneur; les nations qui sont dans les faux et qui sont dans les
apparences du vrai, telles que sont les vrais de la Parole dans le
sens de la lettre, sont entendues par la terl'e du septentrion et I)al'
les flanes de la terre, le septentrion signiCte les faux; et les flancs
de la terre signifient de tels derniers vrais; <.le là aussi il est dit
Il pal'mi eux l'aveugle et le boiteux, la femme enceinte.et eelle qui

enfante; 1) l'aveugle est eelui qui n'est pas dans les vrais, et le hoi­
teux celui qui n'est pas dans les biens, la femme eneeinte celui qui
reçoit les vrais, et la femme qui enfante est celui qui les fait; que
pal' eux doive êtl'e instaurée l'Eglise, cela est signifié par Cl' voici,
je vais les ra!R.~r, je les rassemblerai, et une assemblée gl'ande
retournel'a id:\II'Dans Ésaïe: Il Regardez. vers le roeller dont
vous trVez. été taillés, et vers la fouille de la fosse dont vous
avez. été tirés; regardez vers Abraham votre père, et vers
Sarah qui vou,~ a enfantés; car lui seul, je l'ai appelé, et je le
bénirai, et je le multiplierai;.car Jéhovah consolera Sion, il
consolera toutes ses dévastatiom, il transformera son dés.ert
en Éden, et sa solitude en jardin de Jéhovah. 11- LI. 1, 2, 3;
- ces choses aussi sont dites du SeigneUl' et de la· Nouvelle Église
par Lui; le Seigneur quant au Divin Vrai et quant à la doctrine
du vl'ai est entendu par le rocher dont ils ont été taillés, et par la
fosse dont ils o'Ot été tirés; voir ei-dessus, N° !lU; mais le Sei­
gneur quant au Divin, d'après leq,uel il y a réformatiotlj est en­
tendu par Ahraham ver;; lequel ils regardel'ont, et par Sarah qui
les a enfantés; car, dans laP.arole, par Abraham, Isaac eL,Jacob,
il est entendu, non pas Abraham, Isaae et Jacoh, mais le Seigneur
quant au Divin Mème et au Divin Humain, comme on le voit dans
v, Ô.
82 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 721.

les ARCANES CÉLESTES, NOl 1893, 2833, 2836., 32h5, 3251,


3305, M39, 3703, h615 1 6098, 6185; t'>276, 680h, 68h7;
mais 'le mariage céleste, qui ·est le mariage du Divin Bien et du
Divin Vrai, d'apl'ès lequel se fait to'ute réformation et pal' suite l'É­
glise, est signifié par Abraham et Sarah qui a enfanté; comme le
Seigneur est entendu par Abraham, c'est pour cela qu'il est dit
Il lui seul, je l'ai appelé, et je le bénirai, el je.le mull\plierai, Il et

ensuite, Il Jéhovah consolera Sion, il cônsolera toutes ses dévasta­


tions; Il par Sion est entendue la nouvelle Église, par les dévasta­
tions sont entendus les vrais entièrement détfuits, et pal' ètl'e con­
solé, il est ~ntendu l'estaurel' l'Église; que ceux qui seront de cette
Église reconnallront le SeigneUl', et recevl'ont l'amour envers Lui
et pal' suite la sagessè, cela est signifié en ce que le désert sera
transformé en Éden, et la solitude en jardin de Jéhovah, Éden si­
gnifie l'amour envers le SeigneUl', et le jardin de Jéhovah la sagesse
qui en prQ<:ède. Dans Michée: « c.oteau de la fiLLe de Si011, à toi
viendra et retournera la domination première, le royaume,
à· la fille de Jérusalem; maintenant, pourquoi cries-tu il
gmnds cris? un roi n'y a-t-il pas en toi? ton conseil/er a-t-il
péri, que la douleur (ait saisie comme celle qui enfante? En­
tre e;l travail et accouche; fille de Sion; bientôt tu sortirlU
de la ville, et tu habiteras dans le champ. »~V. 8,9,10;
-là, il s'agit de la captivité spirituelle, dans laquelle sont les fi­
dèles, quand ils demeurent dans une Église où il n'y a plus ni vrai
ni bien; pal' (1 pool'quoi cries-tu il gl'ands cris? Il puis, pal' (1 pOUl'~
quoi, la douleur' t'a-t-elle saisie comme celle qui enfante? Il est si­
gnifiée leU!' lamentation de ce qu'ils sont dans cette Église; paru un
roi n'y a-t-il pas en toi? ton conseiller a-t-il péri? Il il est signifié
lorsque cependant ils ont les vrais de la doctt'ine, et aussi l'enten­
dement de ce:; vrais; le roi signifie le Vl'ai de la doctrine d'après
la Parole, et le conseillel' l'entendement de ce vrai; par la fille de
Sion il laquelle \lÏendra le royaume, et par la fille de Jérusalem, il
est signifié qu"il y aUl'a l'ÉgliSf1 chez ceux qui sont dans le bien de
la chal'Î~ e~ pa,r suite dans les vrais de I~ doctrilte; le royaume
aussi signifie l'Eglise; par entl'e efttl'avail et accouche, fille de
(1

Sion, Il 'il est entendu l'instaura~ion de l'Église et la l'éfOl'mation de


ceux qui seront de l't~glise; pal' « bientôt tu sortiras de la ville, et tu
Vers. Û. CHAPITRE DOUZIÈME. 83
habiteras dans le champ,» il est signifié qu'ils se retirerontde la doc­
trine dans laquelle il n'y a plus ni vrai ni bien, el'qu'ils demeur,
ront où les vrais et les biéns sont en abondance; la ville est !;l. doc­
trine, de laquelle ils se retireront; le champ, c'est où les vl'ais et
les biens sont en abondance; et sortir, c'est se retirer, à savoir,
de cette doctrine, el ainsi- être déliné de la captivité spil-ituelle.
Dans David: « Jéhovah qui él~ve d8la poussière le froissé, et
du fumier relève l'indigent, pour (le) placer arec les prince.ç,
avec les princes de son peuple, qui fait habiter cellf: doni la
maison était s'térile, mère joyeuse de fils. »-Ps. CXIIl. 7,8,
'9; - par « Jéhovah qui élève de la poussière le froissé, et du fu­
miel' relève l'indigent, Il il ~t signifié' que ceux qril sont dans les
faux pal' ignorance, et par suite non dans les biens, sel'ont instruits
par le Seigneur dans les vrais;, les froissés et les indigents sont
ceux qui sont dans les faux par ignorance el par suite non dans les
biens; les principaux vrais de l'Église, dans lesquels ils seront ins­
truit', sont signifiés pal' les princes, les princes élu jleuple, avec
lesquels ils seront placés; pal' faire hahiter celle dont la m'aison
était stérile, mère joyeuse de fils, il est signifié que la vie d'après
le mariage du vrai et du bien sel'~ cMz ceux qui ne l'avaient pas
auparavant; habitel' signifie vivre, la maison stél'ile; c'est où il n'y
avait pas le mariage du vrai et du bien, la mère joyeuse de fils est
l'Église oùil ya les vrais qui naissent du bien. Dans Hosée :
« Quant ù Éphraïm, comme "oiseau s'envolera sa gloirej dès
tenfantement, et dès le ventre, et dès la conception. Il -IX.
1.1 ; -que pal' ces paroles il soit signifi~ que tout enteJldem'~nt du
vrai depuis le's derniers jusqu'aux premiers périra, on le voit ci­
. .
dessus, N° 710, où elles ont été expliquées. Dans Luc: «( Malhe~r
il celles qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces
jours-làJ car il y aura une grande détresse sw' la terre, et
colère. contre ce peuple. )r - XXI. 23; - et dans le Même 1:
« Voici, des J:ours 1lÏendront où ton dira: Heureuses les sté­
J

riles, et tes ventres qui n'ont point enfanté, et les mamelles


quin'ont point allaité!)l -XXlIl. 2g.-Pareillemen~-Matth.
XXIV. 19. 'Marc, XlII. 17; - que ces choses aient été dites ùe
ceux qui peuvent etre' reçus à la fin .de l'~glise, quand il ;l'y a .
aucun",'ai réel qui ne soit falsifié, on le voit aussi ci-dessus, N° 710.
8tl L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE, N· 721.

Dans Jérémie: « Comme une perdrix qui amasse et n~en{ante


int (est) celui qui {ait des richesses, et non avec jugement;
au milieu de ses jours il les laissera, et en sa fin il deviendra
insensé. II - XVII. 11; - par la perdrix sont entendus 'ceux qui
apprennent beaucoup de choses de la Parole et des doctrines de l'É!­
glise, mais non pour les usages de la vie; enfanter" c"est fah'e des
usages, pal' c~nséquent vivre, et ainsi être-réfol'mé; pal'les riches­
ses, qu'il ne fait pas avec jugem()nl, sont signifiées les l'ichesses
spiritùelles, qui sont les connaissances du vl'ai et du bien; se les
acquél'ir non pour les usages de la vie, c'est faÎl'e des richesses non
avec jugement; que ces connaissances, qui ne sont pas devenueS
choses de la tie, périssent, cela est signifié par cc au milieu de ses
jours il les laissel'a; Il qu'enfin elles ne soient pour eux que des
connaissances du vrai falsifiées, cela est srgnifié par « eu sa fin H
deviendra insensé. Il Comme la,mère signifiait, l'Église, et que les
fils et les filles en signifiaient les vrais et les biens, el comme dans
Jes Églises Anciennes, el ensuite dans l'Église Juive, tout€sles
choses étaient l'epl'ésentatives et par suite sigiJificatives, c'est pour
cela qu'il y avait opprobre et ignominie pOUl' les femmes à être sté­
riles; voilà pourquoi Rachel li se (dcha contre Jo.cob de ce qu'elle
n'en{antait pas, et dit, quand elle en{anta Joseph: Dieu a
retirt mon ignominie. Il-Gen. XXX. 1, 23.-Poul'la même
raison, lorsqu'Élisabeth eut conçu, elle dit : Il Ainsi envers moi
en a agi le Seiglleur aux jours qu:il m'a ,regar(1.ée pour ôter
mon ignominie parmi les hommes. Il - Luc, I. 2ft, 25;-'- de là,
il est' éncore évident que l-ar êlre en travail, enfanter et engendrer,
il est signifié procrée l' des choses qui appartiennent à l'Église. Dans
Ésaie: Cl Ma/lzB-ur à celui'qui dit au père: Qu'ellgendr'es-tu?
ou à la femme: Qu;çn{antes-tu?" ~XLV. 10; -ces choses
aussi ont été dites de la réformatiol) de l'homme, en ce qu'elle vieri~
du, Sei.~neUl' et lion de l'homme. Dans le Même: Quand le roi
(1

H izklàs eut entendu les paroles de Rabschakeh, il dit: Jour


d'an.goisse, et de reproche, et d'outrage, ce jour! Jt sont ve­
nus les fUs à la bouche de la matrice, et point de fonce pour
en{antel'.) - XXXVII. 3; -par li sont venus les fils à la bou­
che de la matrice, et poi.nt de force pour enfanter, " il est signifié
qu'on entend et qu'on sait des vrais d'après la Parole, et queocepen­
Vel's.·4. CHAPITHE DOUZIÈME. 85
dant· on ne se réforme pas par eux; enfanter signilie fructilier les
vrais en les faisant, d'où résulte la réformation;. pal' li jour d'an­
goisse, et de reproche, et d'outrage, II il est, signifié que cela était
une douleur du -cœur et du meutal(à!limus), et outl'ageux pOUl'
l'Église. Dans Ézéchiel: (1 Je répandrai ma futeur sur Sin, la
force de l'Égypte, et je retrancherai la multitude de No;
je mettrai le feu en Égypte. et en travail d'enfant sera Sin,
et il n'y aura pas pbur rompre. 11.- XXX, 15, 16; ~ par l't­
gypte, Sin et No, sont signifiés les scientifiques et les iUusions ap­
pal'lenant fi l'homme naturel, qui s'opposent à ce que l'homme soit
réformé pal' les vrais d'après la Parole; par (1 en travail d'flnfant
sera Sin, et il n'y aura pas pour rompl'e, Il à savoil', la matrice, il
est signifié qu'ils sauront les vrais, mais néanmoins he les rece­
vront pas par la vie, et ainsi ne pOUl'l'ont pas eh'e l'éfOl~més. Pùis­
que ,par être en tl'avail d'enfant il est signifié recevoit' pai' l'ouïe ou
parla lecture les vrais de la Parole; et que par enfanter il est si­
gniûé les fl'uctifier et les produire en acte, ce qui est vivre selon ces
vrais et ainsi êtreréformé, c'estpourcela que, quand cès choses sont
effectnées aveé angoisse et difliculté à cause des faux et des maux
qui règnent dans l'Église, lesquels en arretént et eDpervertissent
les vrais et les: biens, alors, il' ~t dit qu'ils sont saisis de douleur
comme celle qui est en travail Id'enfant : comme cela a lieu à la fin
de I~Église, voilà pourquoi dans la Parole cela est dit de ceux qui
vivent dans.ce temps'; pal' exemple, dans ce Chapitre de l'Apoca­
lypse, (1 la femme, qui était encei7ue, criait~ étant en travail
et toul"nlel1tée .pour enfanter, Il - Vel's. 2; -;:-ce qui signifie que
les vrais et les biens spil'itilels, qui prdcèdent dl mParole, ne pou­
vaient etre reçus qu'avec une lrè~gl'ande difficulté et&ivec angoisse,
a cause de l'opposinon des maux et des faux qui 'étaient alol'5 dans
l'Église" et qui s'élaient "em,p3lI'6g· 'des mentais (animi) attachés à
la religion. Cela aussi est signifié par les dOllleurs comme de celle
qui est en tl'avail d'enfant, dans, Jérémie : Il J'ai entcn'iitt une
voix comme de que/qu'un qui souffre, tomme de celle qui est
en tru:vail pour son premieN~é, la vm:x de la fille de Sion, qui
soupire, étend ses main,~·: Malheur, hélas à moi! car délail7
j

lante est mon dme à cause des tueürs. Il -'IV. 31; - par la
fille de Sion, il est entendu l'Église qui est dans les vrais de la doc­
86 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 721.
trine d'après le bien de l'amour; celle-ci est dite soupil'er, étendre
les mains, pal'ce que défaillante est son âme à cause des tueurs; les
tueurs sont ceux qui détruisent la vie spirituelle de l'homme par
les faux eL par les maux; et comme, à cause de cela, les vl'ais et
les biens spirittteis ne peuvent être-reçus qu'avec angoisse et dilfi­
cuité, voilà pourquoi il y a lamentation comme de qui souffre,' et
comme de celle qui est en travail pour sop premier-né; pa1"le pl'e­
mier-né est signifié le premier de l'Église d'où toutes les autres
choses découlent comme de leur principe. Dans le Même: (1 Nous
avons appris la renommée d'un peuple qui vient de ia'terre
du septentrion; lâches sont nos mains, une angoisse nous a
saisis, une douleur comme de celle qui est en travail: ne sor­
tez point dans le champ, et dans le chemin ne vous en allez
point, parce que épée de l'ennemi, terreur de tout c~té. l l ­
VI. 2h, 25; - par le peuple qui vient de la terre du septentl'ion
sont entendus ceux qui sont dans les faux du mal, et abstrllctive­
ment les faux du mal qui sont dans l'Église alors dévastée; par
«( lâches sont les mains, une angoisse nous a 'saisis" une douleur
comme de celle qui est en lI'avail, II il est signifié qU'li'lors les vrais
sont très-difficilement reçus par la foi et l'amou!' il cause 'de l'op­
position des faux du mal, et que par suite il y a tOUl'ment et dou-.
leur du mental ( animus) et du cœur; par (1 ne sortez point dans le
champ, et dans le chemin ne vous en allez point, )) il est signifié
qu'alors il ne faut pas consultel' les choses qui appartiennent à l'É­
glise ni celles qui appartiennent à la doctl'ine, le champ est l'Église,
et le chemin est la_ doctrine; la raison de cela, à savait', parce que
le faux de l'enfer;, Jar lequel le vrai est falsifié et éteint, a fait inva":
sion, est signifiée pal' « paree que épée de l'ennemi, terreul' de
tout côté; II l'épée est le faux qui détruit le vl'ai, l'ennemi est .1·~I1­
fer, et la teneur ~t la mort spirituelle. D~après ces explications,
on peut voir ce qui est entendu par les paroles du Seigneur, dans
Matth, )J. : (1 Alors que celui qui (sera) sur le toit ne descende
pas pour emporter quelque chose de la maison, et .que celui
qui (sera) dans le champ ne r>etourlIe pas en arrière: Mal­
heur à celles qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en
ces jours-là! Il y aura alors une affliction grande, telle que
point il n'yen eut depuis le commencement du monde jus­
\'el's.4. CHAPITRE DOUZIÈME. 8ï
qu'à présent. II-XXIV. 17, 1.8,19, 21;-ces choses aussi
ont été dites de l'état de l'Église vers sa fin, quand les faux du mal
et les maux du' faux règnent, et que les vrais de la Plirole ne sont
reçus que falsifiés et adultérés; cela est entendu, par II malheUI' à
celles qui seront enceintes et à cetles qui allaiter'ont en' ces jolll's­
là! JI et aussi pal' "affliction gl'ande; mais ces choses et toutes celles
de ce Chapitre ont été expliquées en ordre dans les ARCANES CÉ­ ,
LESTES. Dans Jérémie: (1 Interrogez et voy~z si UT~ mâle en­
fante; pourquoi vois-je tout hom:me ses maim sur ses reins
comme celle qui enfante? et changées ont été toutes les faces
en pilleur, parce que grand (est) ce jour, et il n'yen aura
point comme lui. ) - XXX. 6, 7; - cela aussi concerne le der­
nier état de l'Église; quand il y a jugement dernier; le grand jouI'
est l'avénement du Seigneur, et alors jugement par Lui; par inter­
l'oger et voir si un mâle enfante, il 'est signifié sUe vl'ai de la Pa­
role sans le bien de la vie peut pl'oduil'e quelque chose de l'Église,
puisque le tout de l'Église est produit par le mariage du bien et du
vrai, le mâle signifie le vl'ai de l'Église, et l'épouse le hien de l'É­
glise; l( pourquoi vois-je tout homme ses mains sur ses reins comme
celle qui enfante? » signifie pourquoi s'imagine-t-on que le vrai
sans le bien. produit des choses qui appal'tiennent à l'Église? les
l'eins signifient le mariage, dans le senS spirituelle mal'iage du
vl'ai et du bien, mais les reins d'un homme comme de celle qui en­
fante signifient comme serait le mariage du vl'ai seul sans le bien;
(1 changées ont été toutes les faces en pâleur, 1) signifie qu'il n'y a

rien dn bieu, pal'ce qu'il n'y a l'ien de l'amour ni de la charité, la


face signifie les affections qui appartiennent à l'âmour du bien, par
suite la pâleUl' signifie ces affections étouffées. Dans Ésaie : (( Mes
reins ont été remplis d'une douleur grande; des douleurs me
saisissent, comme les douleurs de celle qui est en travail d'en­
fant,) - XXI. 3; ......ces choses-aussi ont été dites du dernier état
de l'Église, quand ses vrais et ses biens ne peuvent êtl'e "eçùs qu'a­
\'ec le plus grand degré de douleur, à cause des maux et des faux:
qui alors font obstacle.; les l'eins, qui sont dits j'empliS de douleur,
signifient le mariage du bien et du vrai, d'après lequel il yale Ciel
et l'Église; ils sont dits remplis de douleur, quand le vrai ne peut
pas être conjoint avec le bien; c'est donc là cc qui: est signifié pat'
88 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 72:1..

Ildes ,douleurs me saisissent comme les douleurs de celle qui est en


travail d'enfant. Il Que la douleur, comme de celle qqi est en tra­
vail d'enfant, se dise aussi de ceux qui, à cause des faux conjoints
aux maux de la vie, ne peuvent plus recevoir les vrais 'que cepen..,
dant ils veulent l'ecevoir, 10l'sque la destruction est in;uriinente"sur­
tout dans le Monde spirituel quand il y a Jugement Del'nier, mais
qu'il y ait vainement effort, cela est signifié paoI: les douleurs de
celle qui est en travail d'enfant", dans les passages qui suivent; dans
Ésaïe: lt Lamentez-,vous, car il est proche, le jour de Jého­
vah; c'est pourquoi toutes les mains sont lâches, et tout cœur
d'homme se {ond, et ils sont éperd,!,s; des tranchées et des
douleurs les saisi.~sent; comme celle qui en{ante ils sont' en,
trm)ail; l'homme Il l'égard de son compagnon est dans ('éton­
nement; {aces de flammes leurs faces. 11- XIII. 6, 7, 8;­
le jour de Jéhovah, qui est procbe, signifie le Jug~ment Derniel',
qui a été fait quanrlle Seigneur était dans le Monde; ,leur tOI'l:eur
alors, à cause d'uné destruction imminente, est signifiée pal' lt toules
les mains sont lâches, et tout cœur d'homme se f~nd, et ils sont
épel'dus;, Il que vainement 11lors ils soient susceptibles de recevoir les
vrais et les biens du Ciel et de l'Église, à caqse des faux du mal
dans lesquels ils ont été et sont encore, cela est signiQé par Il des
tranchées et des douleurs les saisissent; comme celle q.ui -enfante ils
sont en travail; " qu'ils aient en eux les maux de la haine et de la
col~r~, cela est signifié par Il faces de flammes leurs faces. » Dans
Jérémie: Il Toi qui habites dans le Liban, quias ton nz(J dtms
les cèdres, combien d~ grâce trouveras-tu, quand tç serolit
venues des douleurs, une douleur comme, de celle qui est en
travail? je te livl'erai en la main de ceux qui cherchent ton
âme. II~XXIl. 23, 25;-ces choses ont ~é diles de ceux chez
qui il ya la Parole, et par suite les vrais et l'entendement des nais;
ce sont eux qui sont dits habiter dans le Liban et avoir leur nid
dans les cèdres; leur destruction quand arrive le Jugement Der­
nier, et alors l'effol'l pour recevoir les vrais, mais effortyain à cause
des faux du mal qui foTit obstacle, sont signifiés par Il combien de
gl'âce trouveras-tu, quand te seront venues des douleul's, une dou­
leur comme de celle qui est en trAvail? Il qu'alors les faux du mal
qui viennent de l'enfel' lesemportel'ont, cela' est signifi'é pal' « je le
Vers. 4. CHAPITRE DOUZIÈME. 89
livrerai en la main de ceux qui cherchent ton âme. Il Dans le Même:
Il Lâche est devenue Damas, elle s'est retournée pour {uit·, et

une horreur l'a saisie, une angoisse et des douleurs l'ont priSIJ
comme celle qui est en travail d'en{ant. Il - XLIX. 2h. -
Dans le Même : « Le Roi de Babel a appris la renommée du
peuple qui vient du septentrion; lâches en sont devenues ses
mains, une angoiss~ l'a saisi, une douleur comme de celle qui
est e1li travaild'en{ant. Il ~ L., h3. ~ Dans Moïse: li Lc,s peu-
ples l'ont entendu, la douleur de celles qui sont en travail
d'en{ant a saisi les habitants de la Philisthée. Il - Exod. XV.
th; - dans ces passages, par les douleurs de celle qui est en tra-
vail d'enfant sont signifiées les mêmes choses que çi-dessus.: Dans
Dosée: (( Les douleurs de celle qui est en travail d'en{ant vien-
dront sur Éphraïm ; lui, fils non sage. pal'ce 1 que le temps
(prescrit) il ne,se tient pas dans l'utérus des fils. Il -XIll'. 1.3;
- ces paroles ont été ,expliquées ci-dessus; voir N° 710. Dans
Moïse: Il Jéhovah Dieu dit il IAz {emme : MultipliantJe mul-
tiplie/'ai ta douleur et ta conception; dans la douleur tu en-
{anteras des fils, et à ton mari tu obéiras, et lui dominera sur
toi. Il - Gen. III. 16; - par ces pal'oles, il n'est pas entendu que
les femmes enfantel'ont des fils dans la douleur, mais par la femme
il est entendu l'Église qui de céleste est ,devenue naturelle, cela est
signifié par lI.voir mangé ne l'arbl'e de la- science; que l'homme de
l'Église puisse difficilement être régénéré par les vrais et par la vie
selon les vrais, et qu'il doive subir des tentations pour que les vrais
soient implantés et soient conjoints au bien, cela est signifié en ce
que la douleur et la conception Sel'ont multipliées, et en ce qu'elle en-
fantera des fils dans la douleur; la conception signifie la réception
du vrai qui provient du bien, et enfantel' des fils signifie produire les
vrais d'après le mariage du vrai et du bien; comme les convoitises
qui sont chez l'homme naturel viennent de l'amour de soi et du
monde, et qu'elles ne peuv~nt être éloignées que par les,vrais, c'est
pour cela,qu'i1 est dit (là ton mal'i tu obéiras, et.lui dominera sur
toi; Il pal' le mari il est signifié ici, comme ailleurs dans la, Parole,
le vl'ai de l'Église; ,que l'homme soit réformé et l'égénéré par les
vrais et, par, la vie selon les vrais, cela a été montré ci-dessus.
Maintenant, d'après ces considérations, on peut voil' que pal' les
90 L' APOCALYPSB EXPLIQUÉE. Nn 721.

conceptions, les enfantements, les naissances et les générations, dans


la Pal'ole, il est signifié des conceptions, des enfantements, des
saissances et des générations spirituels.·
722. Afin que, quand elle aurait enfanté, il dévorât son
enfant, signifie afin de détruire la doctrine de cette Église à
son premier lever,: on le voit par la signification de ('enfant
que la femme devait enfanter, en ce que c'est la doctrine de l'Église;
que cette doctrine soit entendue par lé fils mâle qu'elle enfanta, on
le verra dans l'Article qui va suivre; et par la signification de dé­
vorer, en ce que c'est détruire'; en effet, les attributs suivent leurs
sujets; quand le dragon est le sujet, dévorer est son aUI'ibut, mais
quand .la doctrine de l'Église est le sujet, détruil'e est son attribut;
de là vient que détruire est signifié ici pal' dévorer; s'il est signifié
détruire à son premier lever, c'est parce qu'il est dit que, quand la
femme aUl'ait enfanté, il dévol'erait son enfant. Que dévorer et man.
gel' signifient aussi ailleurs détruire, quand ils se disent des bêtes
féroces, par lesquelles sont signifiés les faux et les maux, on le voit
dans ÉZéchiel: «( Un des petits de lion s'est levé, lionceau il est
devenu, et il a appris à ravir la proie, l'homme il a dévoré, Il
-XIX, a, 6; -dévorer l'homme signifie détruire l'entendement
du vrai et l'intelligence. Dans Hosée : « J'accourrai sur eux
comme un ours prÏ1)é de ses petits; et je les mangerai, comme
un terrible lion; la bête féroce du champ les déchirera. 11-­
XIII, 8. -Dans Daniel: li Voici, une bUe semblable à un ours,
trois côtes dans sa bouche entre ses dents; et O1~,lui disait :
Lève-toi, dévol'e de la chair beaucoup. Il -VII. 5. - En outre,
dans la Langue Hébraïque, en beaucoup d'endroits, il est dit man­
ger au lieu de consümel', perdl'e et détruire; comme dan:) Jéremie:
(1 Elles ont mangé Jacob, elles l'ont mangé et l'ont consommé,

et ses habitations elles ont dévasté, Il - X. 25; et ailleurs.


723. Vers. 5. Et elle enfanta un fils mdle, qui doit paître
tOlites les nations avec llne verge de fer; et enlet'é fut son en­
fant vers Dieu et vers son Tnône. -Et elle enfanta un fils
mâle, signifia la doctrine du vrai,lliquelle est pour l'Église qui est
appelée la Nouvelle Jérusalem: ·qui doit paître les nations avec
une verge de fer, signifie laquelle, par la puissance du vl'ai naturel
\
d'après le vrai spirituel, convailtcra et reprendl'a ceux qui sont dans
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME.
91
les faux et dan:; les maux, et cèpendant da,ns l'Ég!iseoù est la IPa­

l'ole: et ènlevé (ut son'en(ant vers Dieu et vers son Trône, si­

gnifie la défense de la doctrine par le Seigneur, pal'ce qu'elle est

pOUl' la nouvelle Église.

72h. Et elle en(anta un fils mâle, signifie la doctrine du


tTai~ laquelle est pour l'Église quiest app~lée la Nouvelle Jé­
rusalem : on le voit pal' la signification du fils, en ce qu'il est le
vrai, .et du fils mâle, en cequ:H
,
est le vrai
\ ,
réel de l'Église, pal'
suite aussi la doctrine de l'Eglise, car le vrai de l'Eglise d'après. la
Parole est la: doctrine, puisque la doctrine"contient les vrais qui sont
ponr l'Église: toutefois, la doctrine réelle ~e l'Église est la doctl'ine
du bien, ainsi la doctrine de vie, qui est celle de l'amôur envers le
Seigneur etde la charité à l'égard du prochain; mais toujours est~
il qu'elle est la doctrine du vrai, car la doctrine enseigne la vie,
l'amour et la charité, et en tant,qu'elle enseigne elle est le vrai; en
effet, lorsque l'homme sait et comprend ce que c'est que le bien; ce
que c'est que la vie, ce que c'est que l'amour, et ce que c'est que
la charité, i~ sait et compl'end ces choses comme vrais, car il sait et
compl'end quel est le bien, comment il faut vivre, et ce que c'est
que l'amoUl' et la chaI'Ïté, et quel est l'homme qui aIa vie de l'a­
mour et de la charité; et, tant que ces choses sont de science et
d'entendement, elles ne. sont que des vrais, et par conséquent des
ùoctl'ines; mais dès que de la science et de l'entendement elles pas­
sent dans la volonté et pal' suite dans l'acte, elles ne sont plus des
vrais, mais elles sont des biens, car l'homme intérieurement ne veut
autre chose que ce qu'il aime, et ce qu'il aime est pour lui le bien:
d'après ces considél'ations, on peut voir que toute Ja doctrine de
l'Église est la doctrine du vrai, et que le vrai de la doctrine devient
le bien, et devient chose de l'amour el de la charité, lorsque de la
doctrine il passe' dans la vie. Cette doctrine, qui est signifiée ici
par. le fils mâle, est principalement la doctrine de l'amour envers
le S~igneur et de la charité à l'égjlTd du prochain, ainsi la doctrine
du bien de la vie, et cependant toujours la docthne du vrai: que
la doctrine du bien ~e l'amoUl', et par conséquellt la doctrine de
vie, soit signifiée ici par le fils mâle, on peut le voir en ce que la
femme, qui enfanta le fils, fut vue enveloppée du soleiL et· ayant
sur la tête une couronne de douze étoiles; et pal' le soleil, il est si­
92 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 724.

gnifié l'amour envers le Seigneur.. et pal' la couronne de douze


étoiles les connaissances du bien et du vrai; or, par une telle feJnme
et une relie mère, il ne peut être engendl'é que ce qui appal'tien\ à
l'amour et au bien, ainsi la docll'ine concernant. l'amolli' el le bien;
c'est donc là le fils mâle. Que cette doctrine SQit pOUl' la Nouvelle
Église, qui est· appelée la Nouvelle Jérusalem, c'est pal'ce que
cètte femme, dont il s'agit dans 'ce Chapitre, est celle qui est ap­
pelée la fiancée" de l'Agneau l'épouse,laquelleétait la cilé, la
sainte Jérusalem l 'descendant du Ciel, de Dieu, - Chap. XXI.
9, tO; - de là vient qu'elle fut vue enveloppée du Soleil, car par
le Soleil il est ~ntendu le Seigneur quant au Divin Amour; voir
ci -dessus, N°' fiOt, 525, 527, 708. Si le fils n'lâlesignifie Ill.
doctrine de l'Église, c'est aussi parce que le fils dans1la Parole &i­
gnifie le Vl'ai, et que la doctrine de l'Église est le y.I'ai dans tout le
complexe. Que le fils, dans la Parole, signifie le vrai, on peut le
voil' pal' les choses qui mit précéllemment été dites de ,la femme,
de l'utérus et d'enfanter, à savOil', que pal' la femme il est si­
gnifié l'Église, par l'utérus l'intime de l'amour et la réception du
vl'ai d'après le bien, et par enfanter en faire la production et la
fructification; sur la femme, voir ci-dessus',. N° 707; sur l'ulél'US,
N° 710, etsllr enfanter,. N°, 721; il suit de là que par les tils et
les filles, puisqu'il y a des enfantements, il est signifié des vrais
et des biens de l'Êglisè, par les fils Ie..~ vrais, et pal' les filles les
biens; et, qu'en un mot, pal' tous les noms, qui concernent le ma...
riage, et pal' suite la precl'éation sur la terre, il est signifié des
choses qui concernent le mariage du bien et du vrai; ainsi, pat le
père, la mère: Ie..c; fils, les, IUIes, les gendrès, les brus, les petitS­
fils, et par plusieurs autl'es noms, les biens et les vrais qui pro­
cl'éent, et les biens et les vrais qui ont été procréés, et ensuite les
biens et les vl'ais dérivéS en ol'dre; mais il faut qu'on sache que les
biens et les vrais qui procréent sont dans l'homme spirituel, et que
Ie..c; hiens et les vrais qui ont été procl'éés sont dans l'hoffi!Dt naturel;
que ceux qui sont dans l'homme spirituel sont comm6Je père et la
mère, et que ceux qui sont dans l'homme nalllrel, parce qu'ils pro­
viennent de ceux-là, sont comme les frètes et les sœurs; et Qu'en­
suite les biens et les vl'ais, qui de nouveau sont procréés comme de
nls mariés en dedans de l'affinilé.. et de filles données en mal'iage
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME. 93
en dedans aussi de l'affinité; sont dans l'homme DatUl'el, après que
ceux-là comme pères et comme mères ont été élevés dans l'homme
spirituel, car là se fait toute conception et tout travail ou gesta­
tion dans l'utérus, mais l'enfantement même se fait dans l'homme
natul'el; par suite l'homme spirituel est continuellement enrichi
par' l'élévation, hors de l'homme naturel, .des vrais et des biens
qui, comme pères et mères, procréeront de nouveau là, où toutes
choses sont consociées~ comme les sociétés du Ciel, selon les affec,.
tions du vmi et du bien, et selon les parentés et les affinités de ces
affections; de là, il est évident que ces pl'oèl'éations spirituellesi
de même que les Pl'ocl'éations naturelles venant d'un père et d'une
mère, sont multipliées comme les familles et les maisons sur la
terre, et comme,avec des semences sont fructifiés des al'bl'es d'(\ù
sont formés des jardins, qui sont appelés paradis dans l'homme
spirituel, mais bocages et bois dans l'homme natul'el, et forêts
ombreuses dans l'homme sensuel. Mais comme dans la Parole· il
est dit les fils en beaucoup d'endroits, et qu'on n'a pas encore su
que par eux sont signifiés les vrais de l'Église et de la doctrine, je
vais parmi un grand nombre de ces passages rappol'ter les suivants
pOUl' confirmation; dans les Évangélistes: Cl J'é.~U$ dit: Quicon­
que aura Ilu'ssé maisons ou frères. ou sœurs, ou père, ou mère,
ou épouse; au enfants, ou champs, It CaU$6 de mon Nom, rlM:C·
vra le centuple, et héritera de la l'ie éternelle. »'- Malth.
XIX. 29. Marc, X. 29, 30.-c(Quiconque,vient à Moi, et.ne
hait pas son père et sa mère, et son épouse et ses. enfants, et
ses frères et ses sœurs, et même aussi son âme, n'est point
mon disciple .. Il -Luc, XIV. 26; -qui est-ce, qui ne peut voÎi'
qu'ici il est entendu., non pas pMe' et mère, ni ~pouse et enfants,
ni frères et sœurs, ni maisons et champs, mais des choseS' qui appar­
tiennent à l'homme lui..même, et qui sont appelées ses propres? car
Fhomme doit laisser ces choses et les hair, s'il· veut adorer le Sei­
gneur et être son disciple, et s'il veut recevoir le centuple et hériter
de ·la vie éternelle; les propl'es de l'homme a~artiennent à son
amOlli', et par suite à sa vie dans laquelle il est né, pal' conséquent
sont c\es maux et des faux de tout genre; et parce qu'ils appar­
tiennent à son amour el il sa ~ie, c~est pour cela qu'il est dit qu'il
doit même haÎr son âme; ces maux et ces faux sont signifiés pal'
9ft L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 72fl.

lepèl'e et la mèl'e, l'épouse, les enfants, les frères et les sœUl'S,


cal' ,toutes les choses qui appartiennent à l'amour et à la· \'ie de
l'homme, ou à son affection et pal' suite à sa pensée, ou à sa vo­
lonté et pai' suite à son entendement, ont été formées~t eonjointes,
comme des génél'alions descendant d'un même père et d'une même
mère, et distinguées aussi comme en familles et en m~isons; l'a­
moUl' de soi et par suite l'amoul' du monde! en sont le père e~ la
mère, et les cupid.ilés qui litent de là leur ol'igioe, et les maux et
les faux de ces cupidités, sont les enfants qui sont ft'ères et sœurs;
que ces choses soient entendues, on peut le voir manifestement
en ce que le Seigneur ne veut p~s !lue qui que ce soil haïsse
son père et sa mère, ni son épouse, ni ses enfants, ni ses fl'ères,
ni ses sœurs, parce que ce serait contre l'amour spirituel insité
d'u Ciel 00 chacun, c'est-à-dil'e, contre l'amour des pal'ents à
l'égard de leurs enfabts, et des etlfanls'à l'égard de leurs parents;
puis aussi, contre l~amour conjugal qui est celui du mari à l'égard
de l'épo"use, et de l'épouse à l'égard du mari ;.comme aussi,.contre
l'amoUl' mutuel q'ui est celui des frères et des sœurs entre eux;
bien plus, 'le Seigneul' enseigne qu'on ne doit pas même hail' ses
ennemis; mais qu'il faut les 'aimel', D'après ces considérations, il
est évident que pal' les noms decons.anguins, d'alliés, -et de cou­
sins dans la Parole, il est entendu des consanguins, des alliés et
des cousins dans le sens spirituel. Dans les Mêmes: II Jésus dit
aux disciples: L"e {l'ère livrera le {l'ère iL la mort, et,le pJre
l'en{ant, et les en{ants se soulèveront contre les parentS, et
{es {eront mourir. JI -Matth. X. 21. Marc, XIIJ. 12. - (1 En di·
. 1)ision sera le père contre le (ils,. et le (ils contre le père, la
mère contre la (ille,. et la (iHé contre la 111ère, la belle-mè/'e
·contresa'bru, et la bru contre sa belle-mère. Il - Luc, XII.
53; - qu'il ne faille pas non plus entendre ces choses d'après la
lettre, on le voit d'apl'ès les Versets précédents, où Jésus dit qu~il
est venu pOUl' donner sur la terre, non pas la paix, ltIais la divi-'
sion, et qu'ils set:Qnt cinq, dans une même maison, divisés, trois
Gontre deux et ùeux conll'e trois, - Vel's. 51,52; _ par ces'
passages, il est signifié que les faux et les maux combattront
èontr~ les vrais el les biens, et vic'"e versâ, ce qui arrive quand
l'homme vient tians les tentattons et est réformé, cé combat est ,s!­
Vers, 5. CHAPITRE DOUZIÈ;~lE. 95
gnifié par la division et par l'insurrection; « en division sera le
père contre le fils, et le fils conLl'e le, pèl'e, 1) signifie que le mal com­
battra contre le vrai et le vl'ai.CGnLre)e mal; là, le père est le mal qui
~t le propre de l'homme, et le fils est le vrai qui est à l'homme
par le Seigneur ;-'1 la mère sera en division contre la fille, et la fille
contre la mèr.e, signifie que la cupidité du faux combattra contre
1)

l'affection du vl'ai, et l'affection du vrai contre la cupidité du faux;


là, la mère est la cupidité du faux, et la fille est l'affection du
vrai; et ainsi du reste: que cela soit ainsi, on peut aussi le voir
en ce que le Seigneur dit ailléurs, pal' exemple, - Jean, XIV,
27. XVI. 33, - qu'en Lui ils auront la paix, par co'nséquent
non la division. Dans Luc: «L'Ange dit à !-acharie. en par.:.
tant de Jean : 1lira devant .le Seigneur en esprit et puis­
sance d'Élie pour retournerles cœurs des pères vers les fils. 1)
- 1. 17. - Et dans Malachie: Il Je vous enverrai Élie le pro­
phète. avant que tienne le.jour de Jéhovah. grand et terri­
ble. pour tourner le cœur des pères t'ers les fils. et le cœur
des fils vers leurs pères. de peur que je ne vienne. et que je
ne frappe la terre d'anathème. »-111. 23, 24. - Si Jean­
Baptiste a été envoyé devant poUl' pl'éparer le peuple à la récep­
tion du Seigneur, c'était pour le baptême, car le baptême repl'é­
sentait et.signifiait la pUl'ification des maux et des faux, et aussi
la régénél'ation par la Parole d'après le Seignelll'; si cette l'epré­
sentation n'eût pas précédé, le Seigneur n'aurait pas pu, dans la
Judée et dans Jérusalem, se manifester, yenseignel' et y demeu­
rer,parce que le Seigneur, qui é.tait le Dieu du Ciel et le Dieu de la
terre sous une Forme Humaine, ne pouvait pas être en même temps

avec une nation qui était dans de purs faU'Xquant à la doctl'ine
et dans de purs maux quant à la vie; c'est .pourquoi, si le repré­
sentatif de la purification des faux et des maux par le baptême
n'eût pas préparé cette naLion à .Ia réception 4u Seigneur, cette
nation, par la présence du Divin, aurait péri par des maladies
de tout genre; c~est donc .là ce qui est signifié par Il de peur que
je ne vienne, et que je ne frappe. la terre d'anathème; qu'il, 1)

en sM ainsi,'cela esl bien connu dans le Monde spirituel, car là


ceux qui sont dans les faux el. dans les maux sont cl'Uellement
tortmés et meurent spirituellement à la pÎ'ésence du Seigneur.
96 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N· 72ft.

Si le baptême de Jean a pu produire cet effet, c'est parce que l'É­


glise Juive étli.it une Église représentative, et que toute conjonction
du Ciel avec les Juifs avait lieu par des l'epl'ésenLatifs, eomme on
peut aussi le ivoil' pal' les Ablutions qui y étaient commandées;
par exemple, en ce que tous ceux qui étaient-devenus impurs de­
vaient se lavel' eux' et' leurs Vêtements, et qu'ensuite ils étaient
considél'és comme purs; que pareillement les pl'êtres et les lévites
devaient se laver avant d'entrer dans la Tente, de convention, et,
du Lemps du Seigneur, dans le Temple, et avant de remplir des
fonctions saintes; que paœillement Naaman fut purifié de sa lèpl'e
en se lavant dans le Jourdain; l'Ablution elle-même et le Baptême
lui-même ne lespririfiaient pas, il est vrai, des faux et des maux;
mais-seulemel)t ils en représentaient et par suite ils en signifiaient
la purification, ce qui c'ependantétait accepté dans le Ciel comme
si eux~mêmes eussent été purifiés; ainsi, le Ciel a été conjoint
avec ,le peuple de cette Église par le baptême de Jean, et quand le
Ciel eut été ainsi conjoint avec eux, le Seigneur, qui éLaille Dieu
du Ciel, a pu- s'y manifester, y enseigner et y demeurer; que
Il lérusalem. et toute la ludée. et tous les emnroltS du lour­

dain. soient sortis vers 1ean, et aient été baptisés par lui
dans le lourdain. confessant leurs péchés. Il on peut le voir
,
dans Matthieu, Chap. Ill. 5,6; et en ce qu'il leur disait: Il Ra­
ces de vipères, qui vous a montré à fuir la colère à venir? 1)
- Luc, 1lI. 7; - que la conjonction du Ciel avec les Juifs et les
Israélites ait eu lieu par les représentatifs, on le voit dans la
DocTRINE DE LA NOUVELLE JÉRUSALEM, N° 2!l8. Ce fut donc là
la ,raison pour laquelle Jean fut envoyé devallt pOUl' pl'épare!' le
chemin au Seigneur, et pour Luipréparer un peuple. De ces ex­
plications on peut conclure ce qui est signifié par tourner le cœur
des pères vers les fils, et le cœur des fils vers les pères, à savoil',
que c'est revêtir la représentaLioJl de la conjonction des hiens spi­
rituels avec les vrais, et vice ver~â. ainsi la représentation de la
régénération par la Parole d'après le Seigneur, car la régénél'a­
tion en est la conjonction, et c'est le Seigneur qui régénèl'e, et la
Parole qui enseigne. S'il est dit de ce Jean~ qu'il irait devant le
Seigneur en esprit et en puissance d'Élie, et qu'il était Élie, c'é­
tait pal'ce que ce Jean, de même qu'Élie, représentait le Seignem'
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME. 97
quant à la Parole, el par suite signifiait la Parole qui procède du
Seigneur, et comme dans la Parole ily a la Divine sagesse et la
Divine puissance, ce sont elles qui sont entendues pal' l'esprit et la
puissance d'Éli"e; que telle soit la Parole, on le voit dans le Tl'aité
DU CIEL ET DE L'ENFER, Nos 303 à 310, et dans l'Opuscule ou
CHEVAL BLANC: Que les fils signifient les vrais d'après la Parole,
on peut aussi le voir par les passages suivants; dans David: « Voici,
héritage de J éh01Jah. les fils; récompense, le/rl/il du ventl'e;
comme des flèches dans la main d'un puissant, de même les
fils de la jeunesse; heureux /'homme qui en a rempli son car­
qzwis! Ils ne seront point confus. lor'sqz(i.ls parler.ont avec des
ennemis à la porte. Il - Ps. CXXVII. 3, h, 1); - par les lits
qui sont l'héritage de Jéhovah, et pal',ie fl'uit du ventre qui est la
récompense, il est entendu les vrais et les biens de l'Église, par les
fils les vrais. et par le fruit du ventre les biens, cal' les biens et les
vrais sont la l'écompense et l'héritage de Jéhovah, c'est-à-dire, Je
Ciel, qui consiste en vrais et en biens. à savoir, dans la réception
des vrais et des biens; par les fils de la jeunesse, qui sont comme
des flèches dans la main d'un puissant, sont signifiés les vrais de
l'Église ancienne, qui étaient les vrais naturels d'après le spiri­
tuel, celle Église est entendue par la jeunesse; et comme toute
puissance est à ces vl'ais cOlltl'e les faux et les maux, c'est pour
cela qu'il est dit (1 comme des fièGhes dans la main d'un puissant, Il
les flèches signifient les vrais qui détl'uisen~ les faux; la doctrine
d'apl'ès les vl'ais est signifiée pal'le cllrquois, parce qu'elle est si­
gnifiée par l'arc; et comme ceux qui sont dans.la doctrine d'après
ces nais ne cl'aignent rien de la part des faux, il est dit «(heureux
l'homme qui en a rempli son carquois! Ils ne seront point confbs,
lorsqu'ils parleront avec des ennemis à la porte; Il ne point" être
confus, c'est ne point étl'e vaincu, et les enn.emis à la porte sont les
faux du mal qui proviennent de l'enfer. Dans le Même: «' Déli­
vre-moi lte la main des fils de l'étranger, dont la bouche
prononce la 1Jani(é, et dont la droite. (est) une çiroite de men­
songe; car nos fils (sont) Comme des plants devenus grands
dans lell1'jeunesse; nos filles, comnie des angles taillés en fi­
gure de palais.)) - Ps. CXLIV. H, 12; - qu'ici par les lils
de ('étranger il ~oit entendu des faux; cela est évident, car il est .
v. 7.
98 L'APOCALYPSE EXPLlQUJ~.E. N· 724.
dit Il dont la bouche prononce la vanité, et dont la droite est une
dl'oHe de menlionge; Il et que par nos fils il soit signifié des vrais,
cela est enCOl'e évident, car il est dit Il ils sont comme des plants
devenus grands dans lepr. jeunesse; )1 les plants sont aussi des
vl'ais, et la jeunesse est ici, comme ci-dessus, l'Église ancienne
qui avait les vl'ais réels; par nos filles sont signiûées les affections
du vrai, et pOUl' cela elles sont comparées à des angles taillés en
figure de palais, parce que le palais est le représentatif de l'enten­
dement, dans lequel les vérités sont dans un~ forme belle, etelles
sont dans une forme belle quand elles viennent de l'affection du
V1'ai. Dans Michée: Il A la calvitie réduis-toi. et tonds-toi,
.à cause des fils de tes délices; élargis ta calvitie. comme
l'aigle. parce qu'ils ont émigré loin de toi. )1 - I. l.ô; ­
le deuil il cause des vrais de l'Église perdus e...t décrit pal' s.e
l'éduire à la calvitie et l'élal'gir, et par se tondl'e, cal' les che­
veux signifient les vrais dans les derniers, et ceux qui sont sans
les vrais dans les derniers sont aussi sans les vrais i.nternes; c'est
de là que dans le Monde spÏl'ituel ceux qui ne sont dans aucun
vl'ai d'après le bien apparaissent chauves; que les vrais soient
perdus, cela est signifié pal' Il les fils de tes délices ont émigré loin
de toi;)) ils sont dits fils des délices d'apl'ès l'amour qu'on a pour
eux, et d'apl'ès les plaisirs qui en proviennent. Dans Zacharie:
Cl Il vit deux oliviers près de la droitl/ du chandelier et près

de la gauche, et il dit: Ce sont les deux fils de l'olivier qui


se tiennent pres du Seigneur de toute la terre.)) -IV. 11,
1.4; - Pal' les deux oliviers sont signifiées les deux Églises, l'É­
glise céleste el l'Église 'spirituelle, la prem,ière il la dl'oite du chan­
deliel', et la seconde à la gauche; pal' les fils de l'olivier sont si­
gniliés les vrais de ces -Églises, qui sont les doctrinaux. Dans le
Même : Il Je tendrai pour Moi J ehudah, d'arc je rempl~"rr.li
Éphraïm, et j'exciterai tes fi/$. ô Sion! contre tes fils, ô J a­
van! et je te disposerai comme l'épée d'un puissant. Il -lX.
1~; - pal' les fils de Sion et pal' les fils de Ja,van sont signifiés
les vrais intemes et externes de la Parole, pal' les fils de Sion les
vl'ais internes, et par les fils de Javan les vrais externes; ce que
signilient les aHtres expressions, on le voi,t ci-dessus, N°' 357,633,
où elles ont été expliquées: parce que par les fils sont signifiés les
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIJ~ME. 99
vrais, il est dit qu'ils seront disposés comme l'épée d'un poissant;
l'épée du puissant signiliele vrai qui détl'Uit avec puissance le faux.
Dans Ésare: (e J'exciterai contre eux les Medes, dont les arcs
les jeunes gens briseront, et du fruit du ventre ils n'auront
point pitié; les fils n'épargnera point leul' œil. II - XIll. :l ï ,
18; - comme par les Mèdes sont entendus ceux qui l'egardent
comme rien les vrais et les hiens de l'Église, c'est pour cela même
qu'il est dit que leUl' œil n'épargnera point les fils, c~r les fils sont
les vl'ais de la Parole et de l'Église; mais ce passage a été expli­
qué ci-dessus; voir N° 710. Dans Jérémie: (1 Ma tente a été
dévastée, et tous mes cordages ont été rompus; mes fils sont
sortis d'avec Moi, et ils ne sont plus. II - X. 20; - par la
lente, qui a été dévastée, est ,signifiée l'Église quant au bien de
l'amour' et au culte d'après ce bien, car tout culte anciennement
était fait dans des tentes; puis il fut fait dans la Tente de con­
vention, et en mémoire des tentes fut' instituée la fête des
lentes ou des label'Dacles; « tous mes cordages ont été rompus, Il
signifie qu'il il'y a point de conjonction du vrai avec le bien,
ni des vél'ités entre elles, lesquelles ont ainsi été dispersées,
et par suite il n'y a point eu conjonction du Ciel avec l'j~gli­
se; Il mes fils sont sOl'lis d'avec Moi, et ils ne sont plus, Il signi­
fie que les vrais de l'Église d'après la Pal'ole ont été dissipés,
et qu'ainsi l'homme s'est éloigné du Seigueul'. pans le Même:
« Voici, je vais ramener la captÏ1Jité des tentes de Jacob, et
dè ses habitacles j'aurai compassion, afin que. soit IJâtie la
ville sur son monceau, et le palais selon sa coutume sera ha­
bité; et ses fils seront comme autrefois, et son assemblée de­
vant Moi sera affermie. 1 I - XXX. 18, 20; -pal' les tentes de
Jacob'el par ses habitacles, il est signifié toutes les choses de l'É­
glise et de sa doctl'ine, par les tentes ses biens, et par les habita­
cles 'ses vrais; par leur captivité est signifiée la captivité spil'i­
tuelle, qui a lieu quand, à.cause des faux qui règnent, les vrais et
]~s biens de la P'arole ne peuvent êUe perçus ; dissiper les fauK et
enseignel: les vrais est Sig.lifié pal' ramener la captivité; (1 afin que
soit bâtie la ville sur son monceau, II signifie relevel' la doctrine
d'après les \ll'ais, qui était tombée par les faux, la ville est la
doctrine; (\ ct le palais selon sa coutume sera habité,)) signifi~
100 L'APOCA~YPSE EXPLIQU(~E. N° 724.

J'entendement spirituel des vérités, comme chez les Anciens; le


palais est l'entendement des vérités spirituelles, car dans l'enten­
dement sont les vérités spirituelles dans leurs fOI'mes, lesquelles,
lorsqu'elles se présentent ainsi à la vue, apparaissent' comm.e des
palais; li ses fils seront comme autrefois, et son assemblée devint
Moi sera affermie, Il signifie que les vrais de l'Église seront comme
chez les Ancieps, et que lem's formes l'esteront, comme chez eux,
dans une conjonctioll l'épal'ée; lesJils y sont les vrais, et l'assem­
blée est leul' conjonction et leul' disposition dans des fOl'mes, telle
qu'elle est chez l'homme de l'Église dans l'entendement, d'où lui
vient l'intelligence; Il selon la coutume Il et Il autrefois, Il c'est
comme chez les Anciens. Dans les Lamentations: nMon œil des­
cend en eaux, car it est loin de moi, le conseil/el' qui recl'ée­
rait mon âme; mes fils ont été dévastés parce que t'ennemi
a été le plus (ort. Il - I. 16'; - le dèuil, pal'ce que l'Église a
été, dé\'astée, est entendu pal,'n mon œil de~cend en eaux; J) sa dé- '
vastation quant aux vrais est signifiée par mes fils ont été dé­
(1

Yastés; Il que ce soit par les faux du mat, cela est signifié pal'
n parce que l'ennemi a été le plus fort; Il l'ennemi est le faux du
mal et l'enfer d'où vient le mal. Dans Ésaie : Réveille-toi, ré­
(1

veille-toi, lève-toi, Jérusalem, qui as bu de la main de J ého­


vah le calice de sa colère; les lies du calice de tremblement
tu as sucé; il n'yen a pas un qui la conduise, de tous lès fils
qu'el/ea en(antés; ni qui saisisse sa main, de tous les fils
qu'elle a élevés. Tes fils ont dé(ailli, ils sont gisants à la tete
de toutes les rues. Il -LI. 11, 18, 20; ":-la restaul'ation de l'É­
glise, qui est tombée dans les pUI'S faux du mal, est signifiée pal'
« réveille-toi, réveille-toi, lève-toi, Jél'usalem, qui as bu de la
main de Jéhovah 'le calice de sa colèl'e; les lies du calice de trem­
blement tu as sucé; Il Jél'usalem est l'Église quant à la doctrine;
se r~veiller et se.level', c'est s'a l'estauration; boil'e le calice de la
colère, c'est le faux; les lies du calice sont de pUl'S faux d'où
viennent les Iilaux; les attil'el' est signifié par boire et suce!'; i1
(1

n'yen a pas un qui la conduise, de tous les fils qu'elle a en­


fantés; ni qui saisisse sa main, de tous les fils qu'elle a élevés, Il
signifie qu'aucun des "l'ais d'après la Parole qu'elle a appris et
qu'elle a puisés ne la détQul'rle des faux, les fils y sont les vrais;
Vers, 5, CHAPITRE DOUZIÈME, 101
(1 tes fils ont défailli, ils sont gisants il la tête de toules les l'Ues, Il
signifie que les vl'ais ont été dissipés par les faux dè tout genre,
parce que les ms sont les vl'ais; pal' défaillir, il est signifié étl'e
dissipé, et pal' étre gisant à la tête de toutes les rues, il est signifié
par les faux de tout genre, car les rues de la ville signifient les
,doctrinaux vrais, ici les doCtrinaux faux, Dans le Meme :. « Ne
crains point, Jacob, de l'orient j'amènerai ta semence, et de
l'occident fe te rassemblerai; je' dirai au septentrion: Donne;
et au midz:: Ne retiens point; amène mes fils de loin, et mes
fi!les de l'extrémité de la te'n'e, Il - XLIII, 5, 6; - ces
choses ont été dites, non des descen-dants de Jacob, mais des na-
tions dont l'Église devait être formée; par .Tacob et pal' sa semence
sont entendus ceux qui devatent étl'e de celte Égiise; ,par (( de l'oc-
cident je te l'assemblera1, je dirai au septentrion: Donne, II il est
signifié qu'elle doit être formée de ceux qui sont dans les faux par
ignorance, \et par suite dans l'obscur quant aux vrais; et pal' Cl ~e
l'orient j'amènel'ai ta semence, et je dirai au midi: Ne reliens
point, » il est signifié qu'ils ne dOÏ\'ent point être repoussés par
ceux qui sont dans le bien de l'amour 'et dans les vl'ais de la doc-
trine d'après la clarté, mais'qu'ils doivent étre acceptés, cal' l'orient
signifie \e bien de l'amour dans la clarté, le midi le vl'ai de la doc-
trine dans la clarté, l'occident le bi~n de l'amoul' dans l'obscurité,
et le septentrion le vrai de la doctrine dans l'obscur'ité, tel qu'il est
pour ceux qui sont dans les faul', par ignorance du vrai, et qui
néanmoins' désirent les vrais; car èes choses sont signifiées par ces
plages,. parce que dans le Monde spirituel tous habitent distinè-
lement dans ces plages selon la lumière du vrai et l'affection du
bien; pal' tllles sont signifiées des choses semblables à celles-ci;
daus Matthieu: Ils rassembleront ses élus des quatre vents,
(1

depuis les extrémités des Cieux· jusqu'il. leurs extrémités, II


- XXIV: 31; - que tou~ ceux qui sont·dans les faux par igno-
,'ance, et cependant dans le désir.. du vrai, doivent être a:menés à
cette Église, cela est signifié par (1 amène mes fils de loin, et mes
filles de l'extrémité-de la terre; ll'Ies fils signifient ceux qui sont
dans les vrais, et les filles ceux qui sont dansJ'atfection des vrais,
et pal' sui-te aussi, en faisant abstraction des personnes, les vrais
et les affections des vrais; et de loin et l'exlrémité de la terl'e si-
102 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N 724.
6

gnifient loin de la lumière du "l'ai, parce qu'ils sont dans les faux
pal' ignorance, en ce qu'ils n'ont flas eu la Parole, ou pal'ce que le
sens de la Parole n'a point été compris. Dans le Même: Il Ils ren·
ve'Tont promptement tes fils; tes dest,.,,,cteurs et tes dévas­
tateurs de toi s'en iront; voici, ie lèverai vers les nations ma
main, et vers les peuples j'élèverai mon enseigne, afin qu'ils
apportent tes fils dans leur sein, et que tes filles sur l'épaule
ils transportent. Il - XLIX. 17, 22; - ces cboses aussi ollt
été dites de l'instauration de La Nouvelle Église par le Seigneur,
ct par les fils qu'ils renverront promptement, et qu'ils apportel'ont
dans leul' sein, et par les filles qu'ils transporteront sur l'épaule, il
est entendu tous ceux qui sont dans les vrais et dans l'a,ffection des
vrais, et en faisant abstraction des pevsonnes les ,vrais eux-mêmes
et les affections des vrais chez ceux qui seront de la Nouvelle Égli.;.
se; les destructeurs et les dévastateurs signifient les faux du mal;
qùe ces faux doi\'ent être éloignés, cela est signifié par « de toi ils
s'en il'ont. Il Dans le Même: Il A Moi les t'les se confieront, et
les navires de Tharschisch en premier lieu, pOUT' amener tes
fils de loin, leur argent et leur or Ot'ec eux. Il - LX. 9; ­
ces choses aussi concernent l'Église des nations, et par les fils
qui seront amenés sont signifiés ceux qui l'ecevront les vrais; le
reste a été expliqué ci-dessus;'voir N°" 50, aOô, SU. Dans Ro­
sée : (1 Je ne détruirai point Éphraïm; après Jéhovah' ils
, t'rant, qui comme un lion rugira, car Lui rugira, et avec
honneur s'approcheront des 'fils (venus) de la mer; tiJvec hon­
neur "IlS arriveront, comme l'oiseau de l'Égypte, et comme
la colombe,·de la terre d'Assyrie, et ie les ferai habit"er dans
leurs maisons. II - XI. 9, 1$>, 1.1 ; ~ pal' les fils venus de la
mer sont signifiés les vrais scientifiques et les vrais rationnels;
c'est pourquoi il est dit qu'ils arriveront, comme l'oiseau, de l'É­
gypte, et comme ln colombe, de. la tene' d'Assyrie; par l'Égypte
est signifié le natul-el, et par l'Assyrie le rationnel, l'un et Fau,f,re
quant aux vrais; mais ces cboses aussi ont été expliquées ci-des­
dessus, N°' 275, 601., 6M. Dans Da~id :J « ÉcOtttez ceci, (vous)
tous, peuples! par l'oreille percevez, (vous) tous, habitan~s
du siècle! tant fils der homme (bominis) que' fils d' homme
(viri), ensemble le riche et le paUVTi'e.· Ma bouche pronOllctra
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME. :\:03
des sagesses, et la méditation de mon l'œur, de.~ intelligen-
ces. Il - Ps. XLIX. 2, 3, h; - par les fils de l'homme (homi-
nz's) sont signifiés les vrais spil'ituels qui pl'ocèdent du Seigneur
par la Pal'ole, ce sontles doctl'inaux, et pa,r les fils d'homme' (l'iri)
sont signifiéS les vrais rationnels et naturels, qui viennent de l'en-
tendement, ainsi l'ente"ndement de la Parole; par le l'iche et pal' le
pauvre sorit signifiés ceux qui en goû.tent beaucoup, eL ceux qui
en goo.tenl peu. Dans le Même: l( Jéhovah! reviens, 1'egarde
des Cieux, el" vois, et visite ce cep, et le plant qu'a planté
ta4roite, et le fils sur lequel tu t'étais (ortifié; que ta main
soit pour l'homme de ta droite, pour le fils de l'homme sur
lequel tu t'es (ol·tifié. li - Ps. LXXX. t6, :1.6, 1.8; - David a
dit ces choses de ['Église et de [u"i.. même, ce qui est le sens de la
lettre, car il s'entendait lui-même par le plant et par le fils; ma,is,
dans le sens spirituel, par le cep et par le plant que Jéhovah a
planté, il est signifié l'Église spirituelle représentée pal' les fils
d'Israël j par le fils, sur lequel il s'étaitforlifié, il est signi fié le
vrai de la doctrine d'après [a Parole;, par l'homme de la droite
. pour leque[ est sa main, et par [e fils de l'homme sur lequel il
s'est fortifié, il est signifié le vrai- de la Rarole dans le sens naturel
qui est le sens de la leul'e" et là vrai de la Parole dalls le sens
spirituel qui est le sens iniel'ne.. Dans Ézéchiel,: l( Voici, je vais
pro(aner .mon sanctuaire, la magnificence de ma (oree, le
désir de vos yeuœ et l'indulgence de votre ûme; et vos fils et
vos filles, que "Vous avez délaissés, par l'épée" tomberont, Il -
XXIV, 21, 25; - ainsi est décl'ile la dévastation de tout vrai;,
qui est chez ceux de I~Église j paf le sanctuaire qu'il profanera est
signifiée la Parole par laquelle existe'11Église, cal' elle est lé sanc-
tuaire même, parce qu'elle est le Divin Vrai; d'après.sa puissance
contre les faux et les maux qui viennent' de )'enfer, elle est appelée
la magnificence de la· force' de Jéhovah j d'apl'ès l'intelligèil~e et la
vie céleste qui an provient, elle est appelée le déSir de vos yeux
et l'indulg~nce de votl'e âme; que' tous les vrais a'vée lMt a'tfeelion'
dOÏ\'ent êtredéll'uits plfr les faux, cela est signilié par le vas fils et
vos fiUes par l'épée tombel'ont; li les fils Sont les vl'ais, les filles
les affections du vI'ai" et l'épée le faux qui détl'uit le Vl'ai, Dans
MoIse: l( Lorsque le Trés-Rau't donna l' héritage aux nations',
f04 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N' 724.
lorsqu'iL sépara les fils de l'homme, il établit les bornes des
peuples seLcm le 1l0mb,'e des fiLs d'IsraëL. )1 - Deutér. XXXIJ.
8; - ces choses ont été di~s des Anciennes Églises, qui ont
existé avant l'Église Israélite,' et de leU!' instauration par le Sei­
gneUl' ;.par ~es nations sont entendus ceux qui étaient dans le bien
de l'amour, et pal' les fils de l'homme ceux qui étaient dans les
vrais de la doctl'.ne d'après ce bien; pal' li il établit les bornes des
peuples selon le nombre des lils d'Israel,» il est signifié qu'elles
onreu tous les vl'ais et tous les biens; que les douze fils d'Israel,
ou les douze Tribus, aient représenté et pal' suite signifié l'Église
quant 4 tous les vrais et à tous les biens, on le- voit ci-dessus,
NOl 39, !t30, 657, Dans Jérémi&: li La' honte a consumé Le
travail de nos pères. dh notre jeunesse, leur menu bétail
et leur gro,~ bétail, leurs fils et ~eurs filles; nous sommes cou­
chés dans notre hante, et notre ignominie nI/us couvre. » , ­
I1I.-2!t,25; - et dans le Même: li Voici, je vais amener sur
vous une nation de Loin, maison d'Israël, qui 1'J:iangera ta
moisson et ton pain; elle mangera tes fils et tes filles, elle
mangera ton menu bétail et. ton gros bétail, elle mangera
ton cep et ton figuier, epe apP(luvrira"tes villes de rempq.rts,
sur lesquels tu te confies, par l'épée. » - V. 15, 17; - par
ces paroles, dans le' sens spirituel, est' décrite la dévastation de
toute!: les choses de l'Église chez les Israélites; par la nation de
loin, il est entendu .Ie faux du mal, qqi est le faux de l'homme
sensuel, détruisant le Hai; par la moisson" le pain, les fils, les
filles, le menu bétail, le gros bétail, le cep et le figuier, que cette
nation mangera, il e,st signifié toutes les choses de l'Église; par
la moisson et le pain, ses vrais et ses biens quant à la nutrition;
par les fils et les filles, ses vrais et ses biens quant à la généra­
lion; par le "menu bétail et ~e gros bélJiil, les vrais et les oiens
spirituels et naturels; par le cep et le figuier, l'Église spirituelle
interne et externe d'après ces choses, Dans Ézéchiel: Quand (1

seraient ces trois hommes, lVoa.ch, Daniel et J ob,.au milieu


d'elle-, vivant Moi (je suis) que ni fils ni filles ils ne délivre­
raient, eux seuls se1'llient délivrés; et la terre deviendra une,
désolation; j'amènerai l'épée sur la ten'e, et pen retranche­
rai homme et bête. 1) -XIV, 14,16, 17, 18,20; - par ces "

,J
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME. 105
pal'oles aussi est décrite. la dévastation de l'Église quant à tous les'
vrais du bien et à tous les biens du vrai, excepté chez ceux qui sont
réformés par les vrais d'après la Parole et par les tentatiolYS, ceux­
ci sont signifiés par Noach, Daniel et Job; que chez les autres tous
les vrais du bien et t.gus les biens du vrai doivent être détruits,
cela est signifié en ce que ni fils ni filles ils ne délivrel'aient, mais
qu'eux seuls seraient délivrés; la dévastation de l'Église pa~ les
faux est signifiée par « la terre deviendra, une désolation, et par
1)

(1 j'amènerai l'épée sur la terre" Il la terre est l'Église, et l'épée est'

le faux détruisant le vrai; par « j'en l'etrancherai homme et tiête, Il


il est 'signifié que tout vrai spÏI'ituel et naturel sera détruit; et que
,pal' suite toute intelligence et toute science du vrai pél'iront. Dans
le Même: (1 Les p~es mangeront Les fiLs au milieu de toi, et
les {ds mangeront Leurs pères; fe ferai contre toi des fuge­
metlts, et fe disperserai tous tes restes à tout vent. Il - V. '10.
- Dans Moise: Il Parmi Les maLédictions, iL y avait qu'iLs
mangeraient La chair de Leurs fiLs et de Leurs fiLLes. Il ----' Lévit.
XXVI. 29; - par « les pèl~es mangeront les fils, eL les fils man­
geront leurs eères, Il il est signifié que les maux détl'uiront his
vrais, et que les faux détruiront les biens, les pères sont.. les maux
et les biens, et les fils sont les faux et les vrais, er parce qu'ainsi
le tou't de la vie spirituelle périt chez l'homme, il est dit qu'il fera
des jugements, et qU:il dispersera les restes à Lout vent, les restes
sont les vrais et les biens cachés chez l'homme dès l'enfance et dès
la jeunesse pal' le Sp.igneur. On lit aussi qu'ils ont livré leurs fils
aux idolès pour être dévorés, pour servir de noul'l'ilUI'e, el qu'ils
les ont fai~ passel' par le fell, dans les passages suivants; dans ~zé­
chiel : (1 Toi, tu as pris te,~ fiLs que tu M'avais eri{antés, et tu
Les Leur as sacrifiés pour être déIJorés; est-ce· peu de choses
q.Uè ceci de tes scortations? tli as immoLé mes fiLs, et tu Les as
Livrés, au point que tu Les Leur as {ait 'passer (par le feu), Fille
de ta mère, toi, et sœur de leI sœurs, qui ont mépri.~é Leurs
'maris ,el Leurs fiLs. Il - XVI. ~O, 21, uS. - Ces choses orit
été dites des ahominations de JérusaleOJ, et par sacrifier les fils et
les filles aux idoles flOur être dévorés, il est signifié détruire et
consumer tous les vrais et tous les biens de l'Église; pareillement
les vl'ais d'après la Parole, par immoler les fils, eL les lem' faire
106 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 724.

'passer par le feu; par les scortations, là -et ailleurs dans ce Cba­
pitl'e, il est signifié qu'ils ont détruit les vrais et les biens de la
Parole par les falsifications et'lJar les adultérations. Dans le Mê­
me: Cl Je les souillerai avec leurs dons, parce qu'r'ls ont fait
passer (par le feu) toute ouvertul'e d'utJrus, afin que je le,ç
dévaste; pourquoi 0ffteZ-tIOlts de.ç dons, quand vous faites
passer vos fils przr le feu, vous, souillés par toutes vos idoles?"
- XX. 26, 31; - détruire les vrais par les maux de l'amour
de soi, et parles cupidités d'après le .propl'e, est signifié pal' faire
passer les fils par le feu; et les détruil'e par les faux est signifié
par êtl'e souil~ par les idoles: que les idoles signifient les faux de
la doctrine et ~u culte qui proviennent de la pl'opl'e iDteliigenoo,
on le voit ci-dessus, N° 587. Dans le Même: li Oholah et Oholi·
bah ont commis scortation, et,. il Y a du sang dans leurs
mains, et avec leurs idoles elles ont commis scortation; et
mime leurs fils, qu'elles M'ont engendrés, elles les leur ont·
donnés en nourriture. II - XXIII. 37; - pal' Oholab et Obo­
Iibab, il est entendu Samarie et Jérusalem, et par Samal'ie l'É­
glise spirituelle, et par Jérusalem l'Église céleste" l'une et l'autre
quant à la doctJ'in~; les falsifications et les adultérations de la Pa­
l'ole sont signiltées en ce qu'elles ,ont commis scortatiollj et qu'il y,'
a GU sang dans leurs mains; par suite les faux d'apl'ès la propre intel­
ligence sont signifiéS en ce qu'elles ont eommi~ scortation avec leurs
idoles; de là, on voit clairement ce qui est signifié en ce qu'elles
ont livré leurs fils en nourriture aux idoles, à savoil', qu'elles ont
détruit par les faux les \Tais pl16Venant de la Parole. Comme les
fils signifiént les vrais, c'est pour cela que les semenc~ qui sont
tombées dans une bonne terr~ sont 81lPelées par le Seigneur FIlS
DU ROYAUME, et que l'ivraie, qui est le faux, est appelée FILS DU
MÉCHANT, - Mallb, XIII. 38; - puis âussi, ceux qui s'ont dans
les vrais sont appelés FILS DE LUMLÈ'RE, - . Jean, XlI. 36; ­
ceux qui sont par le Seigneur dafts le mariage du vrai el du bien,
FILS DES NOCES, - Marc, n. 19; -:- et ceux qui ont été .-égéné­
rés, FLLS DE DIEU, - Jeal\, I. 1'1,. 12, 13. - Parce que par les
pierrtes dans la Parole sont signifiéS les vrais, Jean-Baptiste dit que
fC Dieu peut, de ces pierres, susci~er des fils à A,braham. )1

,.... Luc, Ul. 8; - que par les pierres soient signifiés les vl'ais,
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME•. 107
sur lesq,uels sont fondés les vrais inté~ieurs, on le voit dans les
ARGANES CÉLESTES, N°s 6l&3, 1298, 3720, 6lt26·, 8609~, 10376,
. De même que par les fils sont signifiés les vrais, de même aussi
pal' eux dans le sens opposé sont signifiés les faux, cornnie dans
certains passages l'apportés plus haut; dans Ésaie: (( PréfX11rez
pour ses fils ltl tuerie, à cause de l'iniquité de leU1's peres;
que P9inl ils ne se relèvent et ne possèdent la terre, et que
,~oient remplies les faces de la terre de villes, Je me lèverai
contre eux, et je l'etranche7rai à Babel nom et reste, et fils
et petit-fils, et je la réduirai en héritage du canard, et en
étangs d'eaux, et jf/ la balaierai avec un balai en détrui­
sant~;)l - XIV, 21 ~ 22, 23; - ces choses ont été dites de :Ba.~
bel, par laquelle il est signifié l'adultération de la Pal'ole et la
profanation ; ici, il s'agit de la déVastation totale du vrai chez ceux
qui sont entendus pal' Babel j pal' If plléparez pour ses fils la tue­
rie; que point ils ne se I~elèvent et ne possèdent la terre, et que
soient remplies les faces de la terre de villes, )l il. est signifié que
pal' l'adultération de la Parole les vrais chez eux ont été entière­
ment détmÎlsj plU' la terre est ent€ndue l'Église dans laquelle Sont
les vrais, et par les villes sont entendus les doctrinaux d'apl'ès de
pUl's faux; que tous les vrais doivent périr depuis les premiers
jusqu'aux derniers, cela est signifié eg, ce qu'il sera: retranché à
Babel nom et l'este, fils ~t petit-fils; qu'il ne restel'a absolument
rien du vrai est signifié pal' (( je la balaierai avec un balai eD dé­
truisant. Il II faut qu'on sache. que par les fils, dans les passages
ci-dessus rapportés, il est signifié ceux qui spnt dans les vrais ou
ceux qui sont dans les faux; mais comme· le sens spil'ituel de la
Parole n'a rien de commun av~c les personnes, c'est pour cela que
dans ce sens par les fils sont signiliésdes vrais ou les faux absttac"
tivement de l'idée de la personne;· si tel est le sens spirituel de la
\ Parole, c'est parce que l'idée de la personne,lil'nite la: pensée et l'ex­
tension de la pensée dam le Ciel. de tout côté j cal' [toute pensée, qui
1
procède de l'affection du vrai, va par le Ciel de tout côté,'et n'est tel'+
1nin~e que comme la lumière dans l'ombre; ma,is quand on pense
en même temps à la personne, alors l'idée est terminée là où esllia
pe(~sonne, et a,vec elle aussi l'intelligence: c'est pour cetteI:lliSOn
que par les, fils, dans le sens spirituel, il est signifi~ lesl vrais QU
les faux abstt'activement,
108 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 725.

725. Si le fils mâle signifie la doctrine du vrai pour l'Église,


qui est' appelée la Nouvelle Jél'usalem, c'est parce que par le 6,Is il
est signifié 'le Vrai, comme il vient d'être montré, et par le fils,
mâle le Vrai de la doctdqe d'après la Parole, par conséquent la
doctrine du vrai réel qui est pour l'Église; que ce soit la doctrine
pour l'Église qui est appelée la Nouvelle Jérusalem, ,c'est parce que
par la femme, qui enfanta UR fils mâle, il est entendu cette ~glise,
comme il a aussi été montl'é ci-dessus. La doctrine du Vrai qui est
pour l'Église eat aussi signifiée par mâle dans les passages suivants;
dans Moise :11 Dieu créa l'homme à son image, il l'image de
Dieu itle créa, mâle et femelle il les créa. ,).- Gen. I. 27.­
n.Mâle et femelle il les créa, et il les béyu,'t, et il appel~ leur.
nom Homme, au jour qù'ils{urent créés, ll-Gen. V. 2;- '
ce qu'enveloppent les choses qui tont rapportées de la cl'éation du
Ciel et de la Terre, du Par~dis, de l'action de manger de l'Arbre
de la science, dans les Premiers Chapitres de la Genèse, personne
ne peut le savoir que d'après le sens spirituel, cal' ces Historiques
sont des Histol'iques factices, mais néanmoins saints, pal'ce que, en
dedans. ou dans leur sein, ils sont tous spirituels; par eux est dé­
crite l'instaul'ation de l'Église très=-Ancienne, qui a été la plus ex­
cellente de toutes les Églises sur eette Terre, par la création du Ciel
et de la Terre son instauration, pal' le Jardin en Éden SOD' intel­
ligence et sa sagesse, et par l'action d~ manger de l'arbl'e de la
science, sa décroissance et sa chute; de là, il est évident que par
l'Homme, qui a été appelé Adam et Chavah, il est entendu cette
Église,cal' il est dit Il mâle et femelle il les créa, et il appela leur
~
nom Homme; ) et comme cette Eglise est entendue pal' l'un et
-
l'autre, il s'ensuit que par le mâle il est entendu son vrai, et par la
femelle son bien, par conséquen.t aussi par le mâle la dotLrine, et
par la femelle la vie, puisque la doctrme ùu vrai est aussi la doctrine
de l'amour et de la charité, pal' conséquent la doctrine de la vie, et,
que la vie du bien est aussi la vie de l'amour et de la charité, pal'
conséquent la vie de la doctrint, ,c'est-à-dire, la vie selon la doc­
trine; ces deux choses sontentendues'paç le mâle et la femelle, et"
prises ensemble et conjointes par mariage elles sont appelées
l'homme, et aussi constituent l'Église qui est entendue par l'Hom­
n~e, comme il a été dit ci-ùessus : c'est aussi pour cela qu'Adam­
Vers. 5. CHAPITRk DÜUZIÈMB. 109
tient son nom de l'humus, et l'humus, pal'ce qu'il reçoit les se­
mences, signifie l'Église quant aux vrais de la doctrine, car les
semences dans la Parole signifient les vl'ais; et Chavah Lient son
nom de la vie, (c parce qu'elle devait ~tre la mère de tout tJi­
vant. )l comme il est dit - Gen. Ill. 20. - Si ces deux choses, ,à
savoir, la doctrine et la vie, prises ensemble et comme conjointes
par mal'ïage, sont appelées l'Homme, et aussi constituent l'Église,
c'est parce que l'h'omme est homme d'après rentendement du vrai
et.d'après la volonté du bien, par conséquent d'ap(ès la doctrine de
là vie, parce que ceLLe doctl'ine appartient à l'entendement, et d'a­
près la vie de la docp'ine, parce que cette vie appartient à la volonté;
il en est de même de l'Église, car l'Église ~t dalts l'homme et est
l'homme lui-même. Que ces deux, qui sont signifiés pal' màle et
femelle, doivent être. non pas deux, mais un, le Seigneur l'enseigne
dans, les Évangélistes: Cl,Jésus dit: ]V' avez-vou,r pas lu que ce­
lui qui il fait au commencement de la création, mâle et fe­
melle les fit; et ils seront en une seule chair, c'est pourquoi
ils ne sont plus deux, mais une seule chair,) - Matlh. XIX,
!J, 6, 6. Mal'c, X. 6, 8; - ces choses aussi, comme,.toutes celles
de la Pâl'ole"ydoivent êlre' entendues, non-seulement naturellement,
mais encore spirituelle.'1lent; et si elles nè le sont pas spil"iluelle­
ment aussi, personne ne sait ce que cela ,signifie, que le mâle et la
femelle, ou le mari et l'épouse, ne sont plus deux.,. mais une seule
chail', comme il est dit aussi - Gen. II. 2lt; - par le mâle et la fe­
melle, dans le sens s'pil'ituel, il est signifié ici, con1me ci-dessus, le
vrai et le bien, par conséquent aussi la doctrine du vrai, qui est la
doctrine de la vie, et la vie du vrai, qui est la vie de la doctrine; ces
deux. ne seront plus deux, mais un, pllisque le vrai ne devient pas
le vrai chez l'homme sans le bien M la vie, el que le bien ne devient
pas le bien chez quelqu'nn sans lè vrai de la doctrine, cal' le bien ne
devient le bien spirituel que pal' les vrais, et le hien Spirituel est le
bien, mais le bien naturel ne l'est point sans lui; quand le: deux sont
un, alors le vl'ai appartient au bien, et le bien appartient a.l vl'ai, cet
un est entenctù pal' une seule chair; il en est de même de la doctrine
et de la vie; ciles-ci aussi font un seul homme de l'Église, quand la
doctrine de la vie et la vie de la doctrine chez lui ont été conjointes,
cal' la docll'ine ellseigne comment il faut vivre et fai1'C J et la vie vit
HO L' APOCALYPSE~EXPLlQUÉE. N° 725.

et fait conformément à la doctrine: d'après ces considél'ations aussi,


on peut voir que par le fils mâle il est signifié la doctrine de ~:a­
mour et de la charité, plU' conséquent la doctrine de la vie. Comme
le vrai de la doctrine, ou la doctrine du vrai, est signifiée pal' le
mâle, c'est pour cela qu'il a été pOI'té cette Loi, « que tout mâle
ouvrant l'utérus serait saint à Jéhovah, II - Exod. XIll. 12,
15. Deutér. XV. 19. Luc, II. 23; - en effet, pal' le mariage du
vl'ai et du bien, qui dans le sens spirituel est entendu par le ma­
riage de l'homme et de la femme, comme il a été dit ci-dessus, il
nait des vrais et des biens, qui pal' suite dans ce sens sont signifiés
par des fils et LIes filles, les vl'ais par les fils, et les biens pal' les
filles; et comme tout bomme est l'éfor~é et régénéré pal' les vrais,
car sans les vrais l'bomme ne sait pas ce que c'est que le bien, ni
quel est le bien, pal' conséquent ne sait pas le chemin du Ciel, c'est
pOUl' cela que lè Vrai premièl'ement né du mariage du vrai et du
bien a été sanctifié à Jéhovah; le vrai premièrement né est aussi la
doCtl'ine du vrai, cal' ce qui est le premier est le tout dans les sui­
vants; ainsi, c'est tout le vrai; et tout le vrai, c'est la doctrine: mais
il faut qU'on·sache bien que pal' le premiel'.né il est si6"nifié le vrai
qui appartient au bien de la chal'ité, pal' conséquent le bien de la
charité dans sa fOl'me et dans sa qualité, ainsi le vrai, cal' la forme
du bien et la qualité du bien, c'est le vrai; si cela est signifié par
le premier-né, c'est parce que du bien de l'amour, qui est signifié
pal' l'utérus et pal' l'enfant dans l'utérus, il ne peut nattre autre
chose que le bien de la charité, et ce bien ne devient le bien que
quand il a été fOl'mé et qualifié, ainsi seulement quand il est dans
une forme dans laquelle il a sa qualité, et sa forme est appelée le
vrai, mais toujours est-il que c'est le bien dans une forme. D'apl'ès
ce qui vient d'être dit, on peùt voir aussi pourquoi ,il a été com·
mandé que li tout mdle compdraitrait trois fois dans l'année
devant la face du Seigneur, de J élwvah,) - Exod. XXIll. 17.
XXXIV. 23. Deutér. XVI. 16; - à sa\'oir, aux trois fêtes pal'
lesquelles était signifié le tout de la régénération depuis son 'pre­
miel' jusqu'à son dernier, et comme le tout de la régénél'alion se
fait pal' les vrais de la doctrine devenlls choses de la vie pal' le Sei­
gneur, c'est pour cela que tous les mâles, pal' lesquels étaient si­
gnifiés les vrais, ifevaient se présenter devant le Seigneul', afin que
Vers, 5. CHAPITRE DOUZIÈME. Hi
pal' Lui ils fussent pUl'ifiés et ensuite conduits; par trois fois dans
l'année, il est aussi signifié continuellement, et par la face de Jého-
vah le Divin Amour, d'après lequel l'homme est conduit: cela
missi a été fait, pal'ce que par Jérusalem était signifiée l'Église quant
à la doctrine, et par suite aussi la doctrine de l'Église. Comme les
Holocaustes et les Sacrifices signifiaient les célestes et les spil'ituels,
les Holocaustes les célestes, et les Sacrifi~s les spil'ituels, c'est
pour cela qu'avait été portée cette Loi, « que les Holocaustes se
feraient de mâles sans défaut, ou du menu bétail ou du gros
bétail; mais que les Sacrifices se feraient ou de mûles ou de
femelles. Il -Lévit. I. 2, 3. Ill. 1,6 ;-les raisons de cela, c'est
que les célestes sont les choses qui appartiennent à l'amoul' envers
le Seigneur, ainsi au mal'iage du bien et du vrai, et que les spil'i-
tuels sont les choses qui appal'tiennent à la charité à l'égard du pro-
chain, ainsi lion au mal'iage, mais à la consanguinité du vrai avec le
bien; dans la consanguinité sont les vrais et les bie'ns comme sœurs
et fl'ères, mais dans le mariage sont les vrais et les biens comme mal'i
et épouse; de là venait que les Hol9caustes étaient de mâles sans
défaut, par qui sont signifiés les vrais réels d'après la Parole, ou
d'après la doctl'ine tirée de la Parole, lesquels avaient été con-
joints au bien de l'amour envers l~'$eigneur, bien qui était signi-
fié pal' l'Autel et pal' le feu de l'autel. Si les Sacrifices se faisaient
ou de mâles ou de femelles, c'était parce que par les mâles étaient
signifiés les vrais, et par les femelles les biens, mais conjoints pm'
consanguinité et non par mariage; et par cela que les uns et les au-
tl'es, comme frères et sœurs, sont d'un même père, le culte était
accepté d'apl'ès les vrais de même que d'après les biens, c'est-a-
dire, soiL. qu'il fClt fait de mâles ou qu'il fClt fait de femelles. Comme
toute nutrition spirituelle se fait dt vrais qui pl'ocèdent du bien,
c'est aussi pOUl' cela que fu·t portée cette Loi, li que le Mâle par-
mi les prêtres mangerait des choses saintes, Il - Lévil. VI. 11, /'
22. VII. 6; - cela a été statué parce que pal' les mâles étaient
signifiés les vrais de la doctrine qui sont les docl\'inaux, comme
ci-dessus, et par les prêtl'es les biens de l'amour, qui sont les biens
de la vie, et que par les l'epas fai,ts avec les choses saintes, qui ap-
partenaienL à Ahal'On et à ses fils, était signifiée la nutrition
spil'ituelle. Dans Moïse: Quand tu t'approcheras d'une ville
(1
112 l'APOCALYPSE }<~XPLlQUÉE. N° 725.

pour l'attaquer, tu l'inviteras à la przix; si elle n'accepte pas,


tu f,'apperas tout mâle par la bOllche de l'épée; mais les
femmes, les petits enfants, et les bêles et le butin, tu les
prendras. Il - Deutél'. XX. 10 à 1h; - .si tout mâle, dans une
ville qui n'acceptait pas la paix, devait êlre frappé pal' la bouche
de l'épée, mais non le:; femmes, ni lés petits ellfanls, ni les bêtes,
c'était pal'e,e ljue pal' la ville il était signiné la doclrine, et pal' une
ville de nations dans la terre de Canaan, la·doctrine du faux, pa­
reillement par les mâles de cette ville, et que pal' ne pas accepter
la paix il est signifié ne pas eoncol'àer avec les vrais et les biens
de l'Église, qui étaient signifiés pal' les fils d'Israêl; par la bouche
de l'épée, dont les -mâles devaient être frappés, il est signifié le
vl'ai détruisant le fau~; ct comme les faux seulement comblluen.t
contre les vrais et les biens, et les détruisent, et qu'il n'en est pas
ainsi· des maux sans les faux, c'est pour cela que .les femmes, les
petits enfants er les bêtes, par qui chez lf'.$ nations étaient signi­
fiés les maux, n'étaient. pas fl'appés, car les maax peuvent être
domptés, corrigés et réformés pa,' les vrais. Dans Jérémie: Il Mau­
dit (soit) l'homme qui an7(0nça comme bonne nouvelle à mon
père, disant: Il (est né un /ils mâle; quz' en réjouissant l'a
ttéioui; qu'il soit, cet homntp. comme les villes qu'a détruites
Jéhovah. Il - XX. 15, 16; - ceci a été dit des choses qui ont
été dévastées dans l'Église, dans laquelle ne règnent et ne sont
acceptés que d~s faux; de là, pal' « maudit soit l'homme qui an­
nonça comme bonne nouvelle à mon père, en disant: Il t'est né un
fils mâle,» il est signiné qui reconnall et déclare pounrai le faux,
ainsi pour doctrine du vrai la doctrine du faux; par IC qui en \'é­
jouissant l'a réjoui, Il est signi6ée l'acceptation d'après l'affection
du faux.; (( qu'il soit,. cet homme, comme les villes qu'a détruites
Jéhovah, Il signifie que ce soit comme avec les doctrines qui pro­
viennent de'purs tàux, et que le Seigneur a exterminées de l'Église,
ct a détruites comme les villes dans la nation Cananéenne; la corn·
p8l'aison est faite avec des villes, parce que les villes aussi signi­
néot les doctrines. Dans Ézéchiel: Il Tu as pn's tes vases de ta
paru,'e de mon or, et de mon argent, que je t'avais donnés;
et tu. t'en BS fait des images de mâle, avec lesquelles tu as
commis s('orlation. » - XVI. 17; - ces choses concel'Ocnt les
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME. 113
abominations de Jérusalem, par lesquelles sont signifiées les falsi-
fications etles adultél'atïons de la Parole, qui sont faites par des
applications aux cupidités des amours corporels et tenestres; les
vases de parure d'or et d'argent du Seigneur signifient les con-
naissances du bien et du vl'ai, qui sont les biens et les vrais du
sens de la lettre de la Pai'ole; ils sont appelés vases, parce qu'ils
contiennent en eux les vl'ais et les biens spil'ituels, et vases de pa-
rure, parce qu'ils sont les apparences et ainsi les formes des inté-
rieurs; ceux qui proviennent d~ l'or sigtlifient les connaissances
qui procèdent du bien, et ceux. qui proviennent de l'argent signi-
fient celles qui procèdent du vrai; « tu t'en es faitdes images de mille,
avec lesquelles tu as commis scortation, 1) signifie les faux qui appa-
raissent comme des vrais de la doctrine, lesquels ont été falsifiés, les
images de ma.Ie sont les apparences du vrai, et cependant des faux,
et commettl'e scortation, c'est falsifier. Dans Malachie: l( Maudit
(soit) le trompeur qui a dans son troupeau un mâle, et qui
fait un vœu et sacrifie au Seigneur ce qui est gâté. Il - I. 1ft;
- pal' le mâle dans le tl'oupeau est signifié le \'l'ai réel de la doc-
trine d'après. la Pal'ole; pal' ce qui est gâté, il est signifié ce qui est
falsifié; et par faire un vœu:.et sacrifier, il est signifié rendre un
culte, ainsi d'apl~ès les vrais falsifi~, quand on sait le vrai; par
« maudit soit le tromtJeUl', Il il est signifié que ce culte, pal'ce qu'il
est frauduleux, est infe1'Oai. Par toutes ces choses qui ont été mon-
trées d'après la Pal'ole sur la signification du mâle et sur la significa-
tion du fils, on peut voir que par le fils mâle, qu'enfanta la femme en-
veloppée du soleil, et sur la tête de laquelle il y avait une couronne
de douze étoiles, il est signifié la doctrine du Vl'ai, ainsi la doctl'ine
de l'amour et de la chal'it'é, pour fÉglise qui est appelée la Nou-
velle Jérusalem, dont il est parlé dans le Chapitre XXI de ce
Li'vre.
726~ Qui doit paitte toutes les nations avec un,e verge de fer,
signifie laquelle, par la puissance du vrai natutel d'après le
vrai spirituel, convaincm et reprendra ceux qui sont dans les
faux et dans les maux, et cependant dans l'Église où est la
Parole: on le voit pal' la signirr'cation de jJaftre, en ce que c'est
en~eigner 1 aïnsi qu'il a été mOntré ci-dessus, N° h82, mais ici
convaincre et l'eprendre, parce qu'il est dit qu'il doit paître avec
v. 8.
114 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE, Nu 726.

une vel'ge de fer; pal' la signification de toutes les nations, en ce


que ce sont ceux. qui sont dans les faux et dans les maux, comme
aussi ci-dessus, N°s 175, 331, 625; et pal' la signification de la
verge de fer, en ce que c'est la puissance du vrai naturel d'après
le spirituel, car pal' la verge, ou le bâton, il est signifié la puis­
sance, et elle se dit du Divin Vrai spil'ituel, et par le fer, le vrai
daM l'homme naturel; que ce soit la puissance du vl'ai de l'homme
natm'el d'après le spirituel qui est signiliée par la vel'ge de fer, c'est
parce que toute puissance, qui appul'tient aux vrais dans l'homme
naturel, vient de l'influx. du vrai et du bien Pl'6cédant de l'homme
spirituel, c'est-a-dil'e, de l'influx du Divin Vrai procédant du Sei­
gneur par l'homme spil'ituel.dans l'homme naturel; car le Sei­
gneur Seul a la puissance, et il l'exerce par le Divin Vrai qui
pl'ocMe de Lui. Mais polir que ces choses soient perçues 'plus clai­
rement, il va être inonll'é : I. Que.le Seigneul' a la Puissance In­
finie. II. Que le Seigneur a cette Puissance d'après Sqi pal' son
Divin Vrai. 111. Que toute puissance est en même temps dan~
les del'Diers, et que pal' suite lè Seigneur a la Puissance Infinie
"d'apl'ès les premiers par les derniel's. IV. Que autant les Anges
et les hommes sont des réceptions.du Divin Vrai pl'océdant du
Seigneur, autant ils sont des puissances. V. Que la puissance
réside dans les vrais de l'homme naturel, en tant que celui-ci re­
çoit l'influx procédan't du Seigneur par l'holllme spirituel, VI~ Que
les vrais de l'homme naturel n'ont rien de la puissance sans cet
influx. I. Le Seigneu.r a la Puissance Infinie: on peut le voÏl'
en considérant qu'il est ie Dieu du Ciel et de la ten'e; qu'il a créé
l'univel's plein de tant d'innombrables étoiles, qui sont des soleils,
et dans cet univers tant de mondes, et dans ces mondes, des tel'l'eS,
mondes et tert'es qui excèdent en nombl'e plusieurs centaines de
milliers; que Seul, parce qu'il les a cl'éés, il les coIiserve et -les
soutient continuellement; que, de même qu'il a créé les mondes
naturels, de même aussi'il a créé au-dessus d'eux les mondes spi­
rituels, et les remplit" perpétuellement d'anges et d'esprits, au
nombre de mYl'iades de mYI'iades; que sous eux il a caché les en­
fers, en aussi grand nombre qu'il ya de Cieux; que Seul il donne
la vie à tous ceux qui sont dans les mondes de la nature, et dans
les mondes au-dessus de la nature, ct que comme Seul il donne la vie,
Vers, 5.' CHAPITRE DOUZIÈME. Hi>
aucun ange, aucun esprit, ni aucutl homme ne peut mou\'oir la main
et le pied que par Lui. Quelle Puissance infinie le Seigneul' possede,
on peut surtout le voil', en considérant que Seul j1reçoit tous ceux
qui viennent de tant de tel'l'es dans les mondes spirituels, et qui,
seulement pour noue tel're, sont au nombl'e de quelques myriades
chaque semaine, et par conséquent de tant de myriades venues de
tant de milliers de terres dans l'univers, et qu'il les conduit au
moyen de milliers d'arcanes de la Divine Sagesse, chacun à la
place de sa vie, les fidèles à leurs places dans les Cieux, et les non
fidèles à leurs places dans les enfers; qu'en tous lieux il dirige les
pensées, les intentions et les volontés de tous dans le singulier de
mêm~ que dans l'univel'sel, et fait que tous et chacun dans les Cieux
jouissent de leur félicité, et que tous et chatun dans les enfers
soient dans leurs liens de telle sorte que pas même,uu seul d'entre
eux u'ose lever la main, ni à plus forte raison s'élever et causer
du dommage à aucun Ange; et que tous sont ainsi tenus dans
l'ordre et dans les liens, quoique les Cieux et les eufers soient mul­
tipliés à éternité; ces choses, et beaucoup d'autres qui ne peu­
vent être énumérées en raison de leur quantité, ne peuvent avoir
lieu, à moins que le Seigneur n'ait la Puissance Infinie, Que le
SeigneuI' Seul gouverne toutes choses, Lui-Même l'enseigne dans
:MatLhieu : tl Il m'a été donné tout pouvoir dans le Ciel et SUI'
terre. Il ' - XXVIll. 18; - et dans Jean, il dit Il qu'il est la
vie. Il - V. 26. Xl. 25, 26. XIV. 6. - II. Le Seigneur a
la Puissane-e Infinie éaprès Soi par son Divin Vrai: c'est
parce que le Divin Vrai est le Divin pl'océdant, et que c'est du
Divin qui procède du Seigneur que se font toutes les choses qui
viennent d'être dites de la Puissance Infinie du Seigneur; le Divin
Vrai, considéré en lui-même, est la Divine Sagesse, qui s'étend
de tout cOté de même que dans notl'e Monde la lumière et la cha­
leur du soleil; car dans le Monde spirituel, où sont les Anges et
les esprits, le Seigneu~ appal'alt comme Soleil d'après le. Divin
Amour; tout ce qui procède de ce Soleil est appelé Divin VI'ai,
et ce qui proc'ède produit; ce qui procède est aussi Lui-Même,
pal'ce que cela vient de Lui; c'est pourqqoi, le Seigneur dans les
Cieux est le Divin Vrai. Afin, cependant, que l'on sache que le
Seigneur a la Puissance Infinie par le DÏ\'in Vrai, il sera dit qu~l-
1'16 l' APOCAL YPS~ EXPLIQUÉE. N° 726.

que chose de l'essence et de l'existence de ce vl'ai; cela, d'après


j'homme naturel ella lueur de cet homme, ne peut être saisi qu'au
moyen des choses qui procèdent du soleil du Monde, d'après les­
quelles et par lesquelles ce soleil a toute puissance dans son Monde,
et dans les terres qui sont sous sa lumière et sous sa chaleur; du
soleil du Monde, comme de leur SOUt'ce, sont sorties les aures et
les atmosphèl'es qui sont appelées éthel's et airs, d'où il suit que
le plus près autour de lui il y' a le pUt' éthel', et plus loin de lui
les éthers moins purs, et enfin les airs; m~is ceux-ci et ceux·là
autour des terres: ces éthel's et ces airs mis en action en commun
(volumatim actœ) donnent la chaleur, mais modifiés séparément
(s.ingillatim mOdificatœ) ils donnent la lumière; par là, ce soleil
exerce toute sa puissance, et produit tout son effet hors de lui,
ainsi par les éthers et par les airs au moyen de la chaleur et en
même temps au moyen de la lumière. D'après cela, on peut se
former quelque idée de la Puissance Infinie du Seigneur par le Di­
vin Vrai; de Lui-Même comme Soleil ont pareillement émané des
Aures et des Atmosphères, mais spil'ituelles, parce qu'elles éma­
naient du Divin Amour qui constitue ce Soleil; qu'il y ait-de
telles Atmosphères dans le Monde spirituel, on peut le voir d'apl'ès
la respil'ation des Anges et des esprits; ces aures et ces atmo­
sphères spirituelles, qui sont le plus près du Seiglleur comme So­
leil, sont très-pures, mais éloigllées par degrés elles sont par de­
grés de moins en moins pUt'es; de là vient qu'ill,y a trois Cieux,
le Ciel intime dans une aure plus pure, le Ciel moyen dans une
aure. moins pure, et le dernier Ciel dans une aure encore moins
pure; ces aures, ou atmosphères, qui sont spirituelles parce qu'elles
ont existé d'après le SeigneUt' comme Soleil, mises en action en
commun présentent la chaleUt', et modifiées séparément présen­
tent la lumière; cette chaleur qui dans son essence est l'amour, et
celle lumièl'e qui dans son essence est la sagesse, sont spéciale­
ment appelées le Divin Vrai, et prises ensemble avec les aures qui
aussi sont spil'ituelles, elles sont appelées le Divin procédant.
D'après clles donc les Cieux ont été créés et aussi les Mondes; car
toûtes les choses qui existent dans le Monde naturel ont été pro­
duites d'après le Monde spirituel, comme les effets d'apl'ès leurs
causes efficientes. Maintenant, d'apl'ès ces considérations, on peut
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME, Hi
regarder, comme dans unmiroÎl' natul'el, la création du Ciel et de
la terre pal' le Divin Vrai procédant du SeigneUr comme Soleil,
lequel est au-de:5slls des Cieux Angéliques; et l'oU peut aussi en
quelque sorte comprendre que le Seigneur a la Puissance Infinie
par le Divin Procédant qui, en général, est appelé Divin Vl'ai : cela
aussi est entendu par ces pal'oles : (1 Au commencement était la
Parole, et la Parole était chez Dieu, et Dieu elle était, la Pal'Ole!
Toutes choses par Elle ont été faites, et silns Elle n'a été fait rien
de ce qui a été fait, et le monde par Elle a été fait. Il - Jean I. '1,
3, 10;-et dans,David : (1 Par la Parole de Jéhovah les Cieux ont
été faits. ) - Ps. XXXIII. 6; - la Parole siguifie le Divin Vrai.
Ill. Toute puissance est en même temps dans les derniers, et
par suite le Seigneur a laPu~'ssancel nfinie d'après les premiers
par les derniers: il sera d'abol'd dit ce qui est entendu pal' les der­
niers : Les premiel's sont les choses qui sont dans le Seigneur, et
qui le plus près procèdent de Lui; les derniers sont celles qui sont
le plus loin de Lui, lesquelles sont dans la nature, et les dernièl'es là;
celles~ci sont appelées les derniers, paree que les spiritùels, qui sont
antérieUl's, se terminent en elles, et qu'ils subsistent et se reposent
sur elles comme sur leurs bases, c"est pourquoi elles sont immo­
biles; de là, elles SOl1t appelées les derniers de l'ordre Divin. Si toute
puissance est dans les derniel's, c'est parce que les antérieurs sont
ensemble en eux, car ils y coexistent dans un ordre qui est appelé
Ol'dre simuUané~ en effet, il y a un enchaînement de toutes choses
depuis le Seigneur Lui-Meme au moyen de celles qui sont du Ciel
et de cellesqui sont 'du Monde jusqu'à ces derniers, et comme dans
les derniers, ainsi qu'il a été dit, sont ensemble les antérieurs qui
pl'ocèdent successivement, il s'ensuit que la puissance elle-même
est dans les derniers d'après les premiers; mais la puissance Di­
vine est la puissance pal' le Divin procédant qui est appelé le
Divin Vrai, comme il vient d'être montré dans l'Article précédent.
e'est de là que pour les Cieux le Geme Humain est comme une
base pour une colonne, ou comme un fondement pour un palais,
et que pal' conséquent les Cieux en ordre subsistent SUI' les choses
qui apparÙennent à, l'Ëglise chez les hommes dans le Monde, ainsi
sur les Divins Vrais dans les derniers, qui sont les Divins Vl'ais
tels que sont ceux de la Parole dans le sens de sa lettre: quelle est
11~ L'APOCALYPSE EXPL1QUl~E. r;" 726.

la fOl'ce qu'il y aen eu)', on ne peut le décril'e en peu de mots; dans


ces demiers chez l'homme~ le Seigneur influe par Soi, ainsi pal' les
pl'emiers, et U~ouyerne et contient en ordl'e et in connexion toutes
les. choses quisont dans le"Monde spirituel. Or, comme la Divine
Puissance elle-même réside dans ces derniers, c'est pou~ cela que le
Seigneur est venu dans le Monde, et a été f~it Homme, pour étre
en même temps (lan~ les derniers comme il est dans les premier~, afin
que pal' les derniers d'aUI'ès les premiers il p'llt remeltre en ordre
toutes choses, qui étaient en désordre, à savoir, toutes choses dans
les enfers et aussi dans les C,ieux; ce fut là la cause de l'avénement
du SeigneUl'; car immédiatement avant l'avénement du Seigneur,
~ .
il n'y avait aucun Divin Vrai dans les derniers chez les hommes
dans le Monde, ni ahsolument aucun dans l'Eglise, qui était alol's
chez la Nation Juive, sans qu'il fat falsifié et perverti, et par suite
il n'y avait non plus aucune base pour les Cieux ;,c'est pourquoi,
si le Seigneur ne f'lll venu dans le Monde, et n'e'llt ainsi pris Lui­
MêRle le demier, les Cieux qui étaient composés des ha1.>itants de
celte Terl'e ·eussent été transférés ailleurs, et tout le Genre humain
SUI' celte TelTe aurait péri de mOl'l éternelle: mais maintenant le
Seigneur est dans sa plénitude, et ainsi dans sa Toute-Puissance
dans les terres comme il l'est dans les Cieux, parce ~l'il esl dans
les demiers et dans les premiers : ainsi le SeigneUI' peut sauver
tous ceux qui sont dus les Divins Vl'ais d'après la Parole et dans
la vie selon ces vrais, car il peut être présent cf,habiter chez eux
dans les derniers Vrais d'après la Pal'Ole, puisque les derniers Vrais
Lui appal'liennent aussi, et sont Lui-Méme parce qu'ils viennent
de Lui, seJon ses llropres paroles dans Jean: « Qui a mes com­
mandements et les fait, c'est celui-là qui M'aime; et mon Père
l'aime. el vers lui nous viendrons, et demeure chez lui nou~ fe­
rons.ll-XIV. 21, 23.-IV. Autant les Anges et les hommes
sont des récep~ions du lJivin Vrai procédant du Seigneur. au- ,
tant ils S'Ont des puissances: on peut le voir d'après ce qui vient
d'être dit, à savoir, que le Seigneur a la Puissance Infinie, et que la
Puissance est à Lui Seul-par son Divin Vrai, et en ce'que les Anges
ne sont que des formes récipientes du Divin Vrai, pareillement les
hommes; de là vient que par les Anges dans la Parole, il est signi­
fié les Divins VI'ais, et qu'ils sont appelés dieux: il suit (le là que,
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME. H9
aut311t et·de telle manière ils reçoivent le Divin Vrai, autant et de
la même ,manière ils sont des puissances. V. La pui,~so:nce résfde
dans les vrais de l'homme naturel. en tant que celui-ci reçoit
l'influx procédant du Seigneur par l'homme spin'tuel: c'est
une conséquence de ce qui précède, à savoir, que toute puissance est
aux Divins Vrais dans les del'niel's d'après les premiers, et que
l'homme 'naturel est le réceptacle des derniel's, Mais pOUI' le mental
naturel de l'homme il y a deux chemins, l'un du Ciel, et l'autre du
Monde, le chemin du Ciel va par le mental spiritnel dans Je mental
rationnel! et par celui-ci dans le D'atUl'el, et le chemin du monde va
par le mental sensuel, qui est le plus près du monde et est adhér'ent
au corps: pal' là, on peut voir que le Seigneur avec le Divin 'Vrai
n'influe d'anS l'homme naturel que pal' l'homme spirituel, et qu'Q.u-
tant l'homme naturel par suite reçoit l'influx, autant ell lui il ya
la puissance. Par la puissance là, il est entendu la puissance contre
les enfers: c'est-à-dire, la puiss~ce de résister aux maux et aux
faux et de les éloigner; autant l'homme y l'ésiste et les éloigne,
autant il v!ënt dans la puissance angélique, et aussi dans l'intelli-
gence, et devient fils du l'oyaume : sur la puissance des Anges,
voi,' dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER, No' 228 à 233; et SUI'
leur intelligence et lem sagesse, N°' 265 à 275. VI. Les vrais de
l'homme naturel n'ont rien de la puissance sans cet influx:
cela suit comme conséquence de ce qui vient d'être dit; les vrais
de l'homme naturel, sans l'influx pal' l'homme spirituel, n'ont en
eux rien.du Sei~ueur, ni par conséquent rien de la vie, et les vrais
sans la vie ne sont point des vl'ais; et même, considérés intérieu-
rement, ils sont des faux; et les faux n'ont absolument rien de la
puissance, parce qu'ils sont opposés aux vrais qui ont toute la puis-
sance. Ces choses Ollt donc été l'apportées, afin qu'on sache ce qui
est entendu par la puissance du-vrai natur'el d'apl'ès le spirituel"
puissanr.e signifiée par la verge de fer avec laquelle le fils mâle né
de la femme doit paître toutes les nations,
727. -Si la Verge et le Bâton.signifient la puissance, et même
Ja puissance du fiivin VI'ai, c'est principalement pal'ce qu'ils étaient
des branches ou rameaux- d'arw'es, qui signifiaient les connais-
sances du vrai et du bien, lesquelles sont les vrais de "homme na-
tUl'el j et comme ils étaient aussi un soutien pOUl' le COl'pS, ils si-
120 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 727.

gnifiaieI1t la puissance: et à plus forle raison encore la, verge de


fer, parce que le fer signifie pareillement le vrai de l'homme natu­
rel, et d'après sa dureté la puissance à laquelle on ne peut résister.
Que les Verges et les Bâtons tirent de là la signification de la puis.
sance du Divin Vrai, c'est d'après 'la correspondance; de là vient
que dans le Monde spirituel, où toutes les choses qui appal'aissent
sont des correspondances, l'usage des bàtons est l'epl'ésentatif de
fil puissance de ceux qui en porlent; pal'eillement dans l'Église
Juive, qui était, comme les Anciennes Églises. une Église repré­
sentative; c'est de là qu'en Égypte, et ensuite dans ,le désel't, des
mil'ac1es et des signes ont été faits par Moïse au moyen du bâton
qu'il.étendait; pal' exemple: CI Les eaux {rappées par son bâton
tilrent changées en t;ang. Il - Exode, VII. 1 à 21. -'- (1 Des
fleiLVes et det; étangs. sur lesquels son bâton {u,t l étendu. il
monta des grenouilles. Il - Exod. VIII. 1, et sui\'. - Il La
poussière {rappée par son bâUm devint des poux. Il : - Exod.
VIII. 12, et suiv. - « Par son bâton étendu vers le Ciel. il y
eut des tonnerret; et de la gl·êle. Il - Exod. .IX. 23, et suiv.;­
CI il monta des sauterelles. II - Exod. X. 12, et suiv. - « Par
son bâton étendu sur la Mer de Suph elle {ut séparée en
deux. et ensuite elle revint. Il - Exod. XIV. 16, 21,26. ­
C( Du rocher, de Choreb {rappé du bâton U sortit des eaux. )1

- Exod. XVII. 5, et suiv. Nomb. XX, 7 à 13. - CI Josué pré­


va/ait sur Amalek qUllnd Moise élevait la main avec le bâton,
et Amalek pré/Jalait quand Moi$e l'abaissait. Il - Exod. XVII.
9 à 12. - Pareillement, (Ile {eu sortit du l'oeller. et consuma
lu. chair et les azymes que Guidéon avait oU'crts, quand
l'Ange de Jéhovah lf/s eut touchés du bout de son bflton. 11_
Jug. VI. 21. - Si ces miracles ont été faits au moyen d'un bâton
étendu, c'est parce que le bâton d'après la correspondance signi­
fiait la puissance du Seigneur pal' le Divin Vrai, puissance dont il
a été tl'aité dans l'Article précédent. Que le Divin Vl'ai quant à la
puissance soit aussi signifié aillcUl's dans la Parole pal' les verges
et pal' les bâtons, on peut le voil' pal' les passages suivants; dans
Daviq: li Même quand je marcherais dans la vallée de l'om­
bre,l je ne craindrai point pour moi de mal; ta 1)erge et ton
bâton me consoleront; tu dresseras deL'anl moi la table en
Vers. 5. CH4PITRE DOUZlÈME. 121
présence de mes ennemis, et tu oindras d'huile ma tête, ma
coupe aura aboRdance. 1) - Ps. XXIII. !J, 5; - mal'cher dans la
vaUée de l'ombre signifie dans le sens spirituel l'entendement obs­
CUI', devant lequel les vrais ne se montrent point d'après la lumière;
(1 ta verge ct ton bâton me consoleront, Il signifie que le Divin Vrai

spirituel conjointement avec le Divin Vrai naturel protégeront; parce


qu'en eux il y a la puissance; la verge est le Di,vin Vrai srirituel, le
bâton le Divin Vrai naturel, l'un et l'autre en même temps quant à
la puissance de protégel'; car consolel', c'est protéger: comme la
verge et le bâton signifient le Divin Vrai quant à la puissance, c'est
pOUl' cela ,qu'il est dit ensuite Il tu dressel'as devant moi la table, tll
oindras d'huile ma tête, et ma coupe aura abondance, Il ce qui si­
gnifie la nutrition spirituelle par Je Divin VI'ai, car pal' dresser la:
table il est signifié être noul'l'i spirituellement, par oindre d'huile
la tête il est signifié par le bien de l'amour, et par'la coupe il est
signifié par le vl'ai de la doctrine d'après la Parole; la coupe est' là
pour le vin. Dans ÉZéchiel: (1 Ta mère comme un Cep planté
près des eaux; elle en a eu des verges de (orce pour les scep­
tres de ceux qui dominent; mais sa taille s'est élevée au­
dessus d'entre 'tes branches touffues; c'est pourquoi il a été
arraché dans la colère, li terre i-i a été jeté, et le vent d'orient
li séché son (ruit; elles ont été rompues, et elles ont séché,
ses verges de (orce; le (eu les a consumées : maintenant il a
Ut! planté dans le désert, datts une ten'e d'al'idité et de soi(;
un (eu est sorti d'une 1!erge de ses rameaux, zia dévoré sa
(ruit, tellement qu'il n'y a pas en lui une verge de (oree,
un sceptre pour dominer. )l - XIX. 10 à 16; - par ces pa­
l'oIes est décrite la désolation de tout vrai dans l'Église Juive; les
princes, contl'e lesquels a été faite celle lamentation, signifient' les
vrais, et la mère qui est devenue une lionne signifie i'Églisè; ces
choses ont été dites de celle-ci et de ceux-là; (1 ta mèl'e comme
un cep planté près, des eaux, 1) signifie que dès l'instauration il 'y a
eu une Église spirituel1e instl'uite par les vl'ais; la ;Mère est l'É­
glise en général, le Cep est l'Église spirituelle en particuliel', les
eaux sont les vrais, être planté, c'est être instaUl'é; «( elle en a eu
des verges de force pour les sceptres de c.euxqui domine"', Il si­
gnifie qu'elle a eu le ,Divin Vrai en sa ruissance, et pal' $uite la
122 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 727.

domination sur les faux du mal qui viennent de l'enfer; les verges
de fOl'ce signifient le Divin Vrai quant à la puissance, et les scep­
tres le Divin Vrai quant à la domination; en effet, les sceptl'es des
rois étaient de courts bâtons provenant d'un arbre significatif, ici
d'un cep; (( mais sa taille s'est élevée au-dessus d'entre les bl"an­
ches touffues, Il signifie le faste de la propre intelligence d'après les
scien\ifiques de l'homme naturel, ce faste est signifié par Il sa taille
s'est élevée, Il et les.scienti,fiques de l'homme naturel sont signifiés
par les branches touffues; (( il a été arraché dans la colère, à terre
il a été jeté, Il signifie sa destruction par les faux du mal; Cl le vent
'~

d'orient a séchYé son fruit, Il signifie la,destruction de son bien, le


vent d'orient signifie la destruction, et le fruit le bien; il est en­
tendu ce bien qu'ont ceux qui sont dans les faux du mal, el qui est
demeuré de reste de la Parole, sa destruction est signifiée par le
fruit que le vent d'ol'ient a séché; Il elles ont été rompues, et elles
ont séché, ses verges de force, Il signifie que tout Divin Vrai a été
diSsipé, de là celte Église n'a auéune puissance contre res enfers;
Il le feu les a consumées, Il signifie le faste d'après l'amour de 'soi,

qui a détruit; (( maintenant il a-éLé planté dans le désert, dans une


terre d'aridité et de soif, Il signifie qu'elle a été désolée au point
qu'il n'y a aucun bien du vrai Ri aucun vrai .du bien; Il un feu est
sorti d'une verge de ses rameaux, Il signifie le faste dans chacunè
de ses choses; (c il a dévoré son fruit, signifie la consomption du
1)

bien; Il tellement qu'il n'y a pas en lut une verge de force, un scep­
lte pour dominer, Il signifie la désolation du Divin Vrai quant à la
puissance et quant à la domination, comme ci-dessus. Dans Jéré­
mie: (1 Dites: Comment a-t-il été brisé, le bâton de forre, le
. bâton d~honneur? Descends de la gloire, et assieds-toi dans
la soif, habitante fille de Dibon, parce que le dévastateur de
Moab est monté contre toi, et ila détruit tes '·emparts. Il ­
XLVIll. 17, 18; - par la fille de Dibon, il est signifié l'externe.

de l'Église, et par suite l'cxterne de la Parole, qui en est le sens

, de la lettre, et le dévastateur de Moab signifie son adultération; de

là, on voît clail'ement ce que signifie le_hâton de force, le bâton

d'honneur, qui a' été bl'isé, à savoir, qu'ils n'ont point le Divin

Vrai dlms sa puissance; le bâton de force est ce vrai dans le >sens

Mturel•. et le Mton d'honneur' est ce vrai dans le sens spil'Ùuel;

Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME. 1.23


\
(1 desr..ends de la gloire, et assieds-toi dans la soif, habitante fille
de Dibon, Il signifie la privation et le manque de Divin Vrai; des­
cendl'e de la gloire, c'est en être privé, la gloire est le DMn Vrai
dans la -Iumièl'e, et la soif est le manque de Divin Vrai; (1 pal'ce
que le dévastateur de Moab est monté contre toi, Il signifie l'adul­
tération de la Parole quant à son sens littéral; Il et il a détruit tes
rempal'ls, l> signifie l'action d'enlever la défense; le rempart est la
défense contre lei faux et les maux, et le sen~ de la lettre \le la
Parole est cette défense. Dans David: (t Le bt1ton de ta {orce,
Jéhovah l'enverra de Sion. Il - PS, CX. 2; - ici aussi par le
bâton de force est sjgnifié le Divin Vrài dans sa puissance, et pal'
Sion est signifiée l'Église qui est dans l'amour envers le Seigneul',
et est par suite appelée Église célestè. Dans Michée: (1 Pais ton
peuple avec ta verge, le troupeau de ton héritage; qu'ils pais­
sent e1t .}3aschan et ell Giléad comme aux Jours du siècle. 1)
- VII. 1lJ; - « pais ton. peuple a\'ec ta verge, » signifie l'ins­
truction de ceux de l'F~glise qui sont dans les Divins Vrais d'apl'ès
la Pal'ole; pattre signifie instruire; le peuple, ce' sont ceux de l'É­
glise qui sont dans les vrais, et la verge y est la Par'ole, parce qu'elle
est le Divin VI'ai; par le troupeau de l'héritage sont signifiés ceux
de l'Église qui sont dans les sp'irituels de la Parole, c'est-à-dil'e,
dans lès vrais de son sens interne; (1 ~u'ils paissent en Baschan et
en Giléad, 1) signifie l'instruction dans les biens de ['Église et dans
ses vrais d'après le sens natul'el dft, la Parole. Dans Ésaïe: Il Il
(rappera la terre de la verge de sa bouche, et par l'esprit de
ses lèvtes il tuera l'impie. » - XI. 4; - ici aussi par la verge
de la bouche de Jého\'ah est signi'fié le Divin Vrai ou la Parole
dans le sens natur-el; et par l'esprit de ses lèvl'es est signifié le Di­
vin Vrai ou la Parole dans le sens spirituel, l'un et J'autre dél1'ui­
saijt les faux du mal dans l'Église, ce qlIi est signifié par frappel'
la terre, et par tuer l'impie. II est signifié semblable- chose par
(1 {rappel' de la verge, JI dans le Même, Chap. X. 2lJ; et par

(1 percer avec des bâtons la tête des infideles, » - Habak. III.


1.4. -l)ans MOïie : '( Israël chanta ce cantique sur la {on­
taine en Béer.' (C'est) la {ontaine qu'ont (ouie les princes,
qu'ont creusée les principaux du peuple, par le Législateur,
alJee leurs bâtons, 1) - Nomb. XXI. 1.7,18; - Pal' la fontaine
12ft l' APaCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 727.

en Béér, il est signit1é ici la doctl'ine d'après la Pa.role, Béer dans


la langue originale signifie aussi fontaine; par' les princes qui ont
foui, e,l par les principaux. du peuple qui ont creusé, sont signifiés
les intelligents et les sages d'après le Seigneur', qui là est le Légis­
lateur; pal' les Mtons, avec lesquels ils ont foui et cl'eusé, est signi­
fié l'entendement dans les Divins Vrais illustrés. Dans Zacharie:
(1 Encore habiteront des vieillards, hommes et femmes, dans

les places de Jérusalem, et l'homme qui a son bâton dans sa


main à cause de la multitude des jours, )l - VIII. Il; - par
les vieillards, hommes et femmes, sont signifiés les intelligents d'a­
près la doctrine et d'après j'affection du vrai; par l'homme, qui a
SOn bâton dans sa main à cause de la multitude des jours, sont si­
gnifiés les sages qui se fient non à eux-mêmes mais au Seigneur
Seul; par « dans les places de Jél'usalem, il est signifié qu'ils sont
J)

dans l'Église où il y a la doctrine du vrai réel; Jél'Usalero est l'É­


glise quant à la doctrine, et les places sont les vrais de la doctrine,
ici les vrais réels. Dans Jérémie :' (1 Insensé est devenu tout
homme par la science, de honte a été couvert tout fondeur
par l'image taillée; non pas comme cela, (Celui:qui est) la
portion de Jacob, mais Formateur de toutes choses, Lui; et
1staël (est) le bâton de son héritage ; Jéhovah Sébaoth (est)
son nom. )l - X. 11l, 16. LI. 19; - (1 insensé est devenu tout
homme pal' la science, )l signifie par les scientifiques de l'homme
naturel séparé de l'homme spirituel; « de honte a été couvert tout
fondeur par l'image taillée, )l signifie par les faux qui proviennent
de la propre intelligence; « mais Formateur de toutes choses, Lui, Il
signifie le Seigneur de qui procède toute intelligence du vrai; « Is­
raël est le bâton de son héritage, » signifie l'Église dans laquelle
est le Divin Vrai, et sa puissance contl'e les faux; et comme ici il
s'agit de l'intelligence par le Divin Vrai, il est àjouté « Jéhoyah
Séhaoth est son nom; )) le SeigneUl' est appelé Jéhovah Sébaoth
d'après les Divins Vrais dans tout le complexe, cal' Sébaoth signi­
fie les Armées, et les Armées signifient tous les vrais 'et tous les
biens de l'Église et du Ciel. Quand les fils d'Israël dans le désert
murmUl'èrent contre Moïse et Aharon, parce que Korach, Dathan
(
et Abiram avaient été engloutis par la terre, il fut commandé que
1 Il les princes des douze Tribus missent leurs bâtons dans la

~.

'\
1\
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME. 125
Tente de convention de1)ant le Témoignage, ce qui ayant éd
fait, le bâton d'Aharon fleurit et produisit des amandes, Il
- Nomb. XVII. 17 à 25; - cela est al'rivé, parce qu'ils avaient
murmuré coutre Jéhovah, c'est-à-dire, contre le Seigneur, et
même contre le Divin VI'ai qui procède de Lui, car Moïse et
Ahal'on représentaient le Seigneur quant à la Loi, qui est la
Parole; c'est pour cela qn'i1 fut commandé que les princes des
douze Tribus missent leurs bâtons dans la Tente de convention
devant le Témoignage; car pal' les douze Tribus, et spéciale­
ment par leurs princes, étaient signifiés les vrais de l'Église dans
tout le com plexe, parelllemen t par leurs douze bâtons; et par
la Tente de convention il a été repl'ésenté et par suUe signifié le
Ciel, d'ob proviennent les vrais de l'Église, et pal' le Témoignage
le Seigneur Lui-Même: si le bâton d'Aharon a fleuri et pl'Oduit des
amandes, c'est 'pal'ce que son bâton r'eprésentait.et par suite signi­
fiait le vrai d'après le bien de l'amour; et comme le vl'ai d'après le
bien de l'amour produit uniquement le fruit qui est le bien de la
charité, c'est pOUl' cela que son bâton fleurit et produisit des aman­
des,' les amandes signifient ce bien, pareillement la Tribu de Lévi;
?)@ir ci-dessus, N° hM. Il faut qu'on sache que la Tribu est dési­
gnée par le même mot que le bâton; par exemple,- Nomb. I. 16.
II. 5, 7;--de là, par les douze bâtons, il est signifié les mêmes cho­
ses que par les douze Tribus, à savoir, les Divins Vrais de .l'Église
dans tout le complexe; sur les douze Trihus, voir ci-dessus, Nos 39,
430, 431, 657. Puisque le bâton signifie la puissance du Divin
Vrai, il signifie aus~i la puissance de résister aux faux el aux maux;
dans Ésare : « Voici, le Seigneur, Jéhovah Séhaoth, va éloigner
de Jérusalem et de.Jehudah hâton et bâton Yi'appui, tout bâ­
ton de pain, et tout bâton d'eau, hé~'os et homme de guerre,
juge et prop/zete. li-Ill. i, 2;-ici, par éloignel' tout bâton ùe
pain et tout bâton d'eau, il est signifié enlever tout hien et tout vl'ai
de l'Église, lesquels étant enlevés il n'y a plus aucune puissance de
résister aux maux et aux faux ni d'empêcher qu'ils n'entrent libre­
ment, le pain signifie le bien de l'Église~ l'eau son· vrai, et le bâton
ce bien et ce vl'ai quant à la puissance de résister aux maux et aux
faux; pal' conséquent il est dit ensuite li hél'oS et homme de guel'l'e,
juge et pl'Ophète, » qui aussi seront éloignés; pal' héros ct homme
126 L' APOCALYPSE EXPLiQUÉE. N' 727.

de guerl'e, il est signifié ce vrai combatLant contre le mal et le faux,


et pal' juge et prophète la doctl'ine du bien et du Vl'ai. Dans Ézé­
chiel : (1 Voici, je romps le bâton du pain dans Jérusalem.
afin qu'ils mangent le pain au poids et avec inquiétude. et
que les eaux par mesure et avec stupeùr ils boivent. ) -IV.
1.6; - par rornpr:le bâton du pain, il est signifié que le bien et le
vrai manqueront dans l'Église, cal' ici le pain signifie l'un et l'au­
tl'e, c'est pourquoi il est ajout~ ( afin qu'ils mangent le pain au
poids' et a\'ec inquiétude, et que les eaux pal' meslll'e et avec stupeur
ils boivent, Il ce -qui signifie le manque de qien et de vrai, et par
suite le manque de puissance pour l'ésistel' aux maux et aux faux.
Semblables choses sont signifiées par rompre le bâton du pain
et de l'eau,-Ézéch. V.16. XIV. 13. Ps. CV. 16. Lévrt. XXVI.
26.- Comme la Verge et,le Bâton signifient la puissance du Divin
Vrai, et par suite le Divin Vrai quant à la puissance, c'est pOUl'
cela que, dans le sens opposé, la vè'rge et le bâton ~ignifient aussi
la puissance du faux infernal, et pal' suite le faux infernal quant à
la puissance; dans ce sens sont nommés la verge et le bâton dans
les passages suivants; dans Ésaïe : (1 Jéhovah a brisé le bâton
.... des impies. la verge d~s dominateurs. Il-XIV. 5; -pal' brisel'
le bâton des impies, il est signifié détl'uire la puissance du faux
d'apl'ès le mal; et pal' bl'isel' la vel'ge des dominateurs, il est si­
gnifié détruire la domination du faux. Dans David :l( Le bâton de
l'impiété ne repost1'a point sur le lot des justes, afin que les
, justes ne mettent pas leurs mains dans la per?)ersité. Il ~ Ps.
CXXV. 3; -le bâton de l'impiété signifie la puissance du faux
d'après le mal; sur le lot des justes signifie SUI' les vrais d'après le
bien, qui sont chez les fidèles, spécialement chez ceux qui sont dans
l'amour envers le SeigneU;I', cal' ceux-ci dans la Pal'ole sont dilS
justes; li atin que les justes ne mettent pas leurs mains dans la pel'­
versité, signifie afin que ceux-ci ne falsifient pas les Vl'ais. Dans
1)

les Lamentations: (1 Moi (je suis) l'homme qui a vu la misère


par la verge de sa fureur; il m'a conduit et amené dans les
ténèbres. et non dans la lumière. '» -Ill. 1, 2; .....:- ces chos~
ont été dites de la dévastation 1ie l'Église, et par la vel'ge de la fu­
reur est signitiée la domination du faux infernal; li il m'a conduit
et amené dans les ténèhres, et non dans la lumière, Il signifie dans
Vers. 5. CHAPITRE DOUZIÈME. 127
de pUl'S faux, et ainsi non vers les vrais. Dans Ésaie :. le Le joug
de son fardeau et Le bâton de son épauLe, La verge de ceLui qui
Le c07ltraignait, tu les as brisés. 1) -IX. 3; - ceci concerne
les naLions qui éLaienL dans les faux pal' ignorance, pal'ce qu'elles
n'avaient pas la Parole, eL que pal' suite elles ne connaissaienL pas
le Seigneur; le mal dont elles étaienL chargées, et le faux dont elles
étaient infesLées, sont signifiés par le joug du fardeau, par'le bâton
de f-épaule, et par la verge de.celui qui contraint; les détl'Uil'e est
signifié pal' bl'iser, car bl'iser se dit du joug, du bâton et de la
verge, et déll'uire se diL du mal et du faux, qui pèsenL lourdement,
persuadent puissamment, et forcent à obéir. Dans le Même: (1 Par
la 'voix de Jéhovah sera consiemé Aschur, avet le bâton il
sera frappé, aLors iL y aura tout passllge de La verge du fon­
dement, sur lequeL fera reposer Jéhovah, avec tambourins et '
harpes. J)-XXX. 31, 32; -ceci concel'De le temps du Juge­
ment Dernier, quand aussi il y a nom'elle 'Église; par Aschul',
qui sera consterné par la voix de Jéhovah, et fl'appé avec le bâton,
il est signifié le raisonnemenL d'apl'ès les faux qui seront dissipés
par le Divin Vrai;' pal' (1 alors il y aUl'a tout passage par la vel'ge
du fondemenL avec tambourins eL harpes, 1) il est signifié qu'alol's
, on comprendl'aiL et l'on l'eceVl'ait avec joie les vrais du sens littéral
de là Pal'ole, le passage signifie l'ouvel'Lure et la libl'e réception, et
les tambourins et les harpes signifient'Ies plaisirs de l'affection du
Hai; si les vrais au sens littéral de la Parole ~ont entendus par la
verge du fondement, c'est paree que ce sens est un fondement pour
les vrais de son sens spil'ituel, e(comme celui-ci repose sur celui­
là, il est dit li sur lequel fera l'eposel' Jéhovah. )) Dans Zachal'ie :
« Abatlu sera L'orgueiL d'Aschur, et Le bâton de L'Égypte se
1'etirera. Il - X. 11; - pal' l'orgueil d'Aschul' est signifié le faste
de la pl'opre intelligence, et par le bâton de l'ÉgypLe est signifiée
la puiisance d'après la confil'mation de ses faux par les saientitiques
de l'homl1le nâtUl'el. Dans Ésaïe: (\ MaLheur à Aschur, verge
de ma coLère, et bâton de mOrt indignation, qui est dans lew'
main! ne crains point, mon peuple, habitant de Sion, de la
part d'Aschur, que de La 1)erge iL ne te trappe, et que son
bâton iL ne lève sur toi dans le chemin de l' Égypte. Il ­ X.
[), 2A, 26; - ici aussi par Aschur il est signifié des raisonnements
\
128 L'APOCALYPSE. EXPLIQUÉE, N" 727,

d'après la propre intelligence, par lesquels les vrais sont pel'vel'lis


~t falsifiés; les faux qui en proviennent et les perversions du vrai
sont sig~ifiés par Icve~ge de ma. colère Il et par (\ balon de mon indi­
gn~tion qui est dans leur main; 1) par Il ne crain,s point, habitant de
Sion, )1 il ~st signifié que les vrais ne sont point pervertis chez ceux.
de l'Église qui sont dans l'amour célesle et par suite dans les vrais;
par Il que de la verge il ne te frappe, et que son bâton il ne lève SUI'
toi dans le chemin de l'Égypte, Il il est signifié que le faux presse
et excite et s'efforce de pervertir par des choses qui appartiennent à
l'homme naturel; le chemin de l'Égypte signifie les scientifiques de
l.'homme naturel, d'apl'ès lesquels se font les raisonnements. Comme
l'Égypte signifie J'homme naturei avec les choses qui sont en lui,
et que cet homme séparé de l'homme spirituel est dans de purs
faux, c'est pOUl' cela que Il l'Égypte a été. appelée bâton de ro­
seau b7'isé qui entre dans la main et la perce, quand quelqu'un
s'appuie dessus, Il-Ézéch. XXIX. 6, i. Ésaïe, XXXVI. 6;
- ce qui a été expliqué ci-dessus, N° 627. Dans Ésaïe: li Ne te
réjouis pas, Philisthée, de ce qu'a été brisée la verge de celui
qui te frappait, car de la racine du serpent sortira un ba...
sÙic, dont le fruit sera un serpent volant. Il-XIV. 29 ;-que
par la Philislhée il soit signil1é la religion concernant la foi sépa­
rée d'ilvec la charité, ,par,la racine du serpent ce principe faux; par
l~ basilic la desll'uction du bien et du vrai de l'Église, et pal' le
serpent volant, le raisonnement d'apl'ès les faux du mal, on le voit
çi-4,essus, N° 386; ainsi, pal' ces sel'penls, il est signifié de sem­
blables choses que par le dl'agon dans ce Chapitre de l'Apocalypse;
que la Philislhée ne devait pas se réjouil' de ce qu'avait été brisée
la verge de celui qui la frappait, cela signifie qu'elle ne devait pas
se glorifiel' de ce que la domination de ce faux n'avait pas encore
été dtstruile. Dans Hosée : II Mon peuple interroge son bois, et
son bâton lui répond, car un esprit de scortation (les). a sé­
duits, et ils ont commis scortation de dessous leur Dieu. 11­

IV. 12;-ceci concerne la falsification de la Parole; et· par inter­


rogel' un bois, ou une idole de bois, il est signifié consulter l'intel­
ligence d'après le propre, qui esl favorable à ses amoUl's; pal' Il son
bâton lui répond, 1) 11 eS,t signifié le faux, auquel il a foi,' cal' lors­
que le propl'(} esl consulté, il lui donne pour réponse le faux; le
Vers. 5, CH,·ü.')'l'lm DOUZIÈMK 12}!
pl'opre appartient à la VU:0':: pal' conséquent à ramour, et le fau~
par suite appartient à l't7ritlHl~ment, pal' conséquent à la pensée;
pal' l'esprit de scortations qui il séduit est signifiée la cupidité de
falsifier; par commettre scorwtion sous son Dieu, il est signifié fal-
sifier les nais de la Parole. Maintenant, d'après ces explications,
on peut vOÏl' ce qui est signifié par la verge et par le bâton dans
l'un et dans l'autre sens; de là donc on peut savoil' ce qui est si-
gniOê pal' Il la verge de fer avec laquelle le fils male doit paitre
toutes les nations: li pareillement par ces p8'roles dans l'Apoca-
lypse: Il De la bouche de Celui qui est assis sur le Cheval blanc
sort tlIte épée tranchante, pour qu'il en frappe les nations, et
Lui les lJaitra avec une verge de fer. Il - XIX. 15; - puis
aussi ce qui est signifié par ces paroles ci-dessus: Il Celui qui vain-
cra, je lui donnerai pouvoir sur les nations, et il les gouver-
nera avec une verge de fer; comme des VrMes d'argile elles
seront brisées, II -IL ~6, 27, - dont l'explication a été donnée
ci-dessus; voir N° 1.76 : - de semblables cboses sont donc signi-
fiées par ces paroles, dans David: II Tu les écraseras sous une
l'el'ge de fer, comme un VrMe de potie1' tu les briseras. 1 ) -
Ps. 11. 9.
728. Et enlevé fut son enfant vers Dieu et vers son TI'ôlte,
signifie la défense de la doctrine par le Seigneur, parce
qu'elle est pow'la Nouvelle Église: on le voit pal' la significa-
tion de l'e~fant ou du fils mâle qu'enfanta la femme enveloppée du
soleil, ayant sous ses pieds la lune, et sur sa tête une couronne de
douze étoiles, en ce qu'il est la doctl'ine d'apl'ès la Parole, et même
la doctrine du vrai, c'est-à-dire, la doctrine de l'amour envers le
Seigneur et de la,charité à l'égard du prochain, et enfin de la foi;
et par la signification d'itre enlevé vers Dieu et vers son Trône,
en ce que c'est la défense par le Seigneur à cause du dl'agon qui se
tenait devant la .femme qui allait enfanter, avec l'intention et la cu-
pidité de le dévorel'; cette défense par le Seigneur, à cause de ceux.
qui sont entendus par le dragon, est signifiée ici par ce.~ paroles;
et comme cetle doctrine devait être la,doctrine de l'Église qui est
appelée la Nouvelle Jérusalem, c'est pour cela qu'il est dit (c parce
qu'elle est pOUl' la Nouvelle Église; Il il est ,dit (( enlevé vers Dieu
et vers son TrOne, Il et pal' Dieu il est entendu le Seigneur, et pal'
v. 9.
130 L'APOCALYRSE EXPLIQUÉE. N· 728.

son 'frOne le Ciel; que ce soit vers le Seigneur et vel's le Ciel, c'est
parce que cette doctrine vient du Seigneur. et qUA le Ciel est dans
cette doctrine, La même chose qui est dite ici de l'enfant engendré
par la femme, il. savoil', qu'il fut enlevé vers Dieu, est dite aussi de
Chanoch, fils de Jared, mais en ces termes: ft C/zanoch marcha
avec Dieu, et pLus iL ne fut, pm'ce-que Dieu le prit. Il - Gen.
V. 2ft. - Qui étaient ceux qui sont enténdus par ce Chanoch, et
ce qui a été sig'nifié par ces pal'oles, cela m'a été dévoilé du· Ciel,
à savoir, que c'étaient ceux d'entre les hommes de la Très-An­
cienne Église qui avaient fait une collection des l'eprésentatifs et des
correspondances des choses naturelles avec les choses spil'i\uelles;
car les hommes de la TI'ès-Ancienne Église étaient dans l'entende­
ment et la perception spirituels de toutes les choses qu'ils voyaient
des yeux, et par suite d'apl'ès les objets dans le Monde ils voyaient
clail'ement les spil'ituels qui cOITe~pondaient à ces objets; et comme le
Seigneul' pl'évoyaitque celle perception spirituelle pél'irait chez leurs
descendants, et qu'avec cette perception pél'irait aussi la connais­
sance des correspondances par lesquelles il y a pOUl' le genre hu­
main conjonction avec le Ciel, c'est pour cela que le SeigneuI' POUI'­
vut à ce que quelques-uns de ceux qui vivaient chez les TI'ès-Anciens
fissent une collection des correspondances,et en formassent un Code;
ce sont ceux-là qui sont entendus par Chanoch, et c'est ce Code qui
est signifié: comme ce Code devait servir de science et de connais,..
, J<:glises futur'es
sance des choses spiriluelles dans les naturelles.aux
qui devaient êtrè instaurées par le Seigneul' après le déluge, il a été
conservé pour leur usage pal' le SeigneuI', et aussi mis en süreté.
afin que la del'nièl'e postérité de la Très-Ancienne Ég~ise, qui était
mauvaise, ne porlât aucun dommllge à ce Code: c'est donc là ce
qui, dans le sens spirituel, est signifié pal' ces mots (1 Chanoch plus
ne fut, parce que Dieu le pl'it. II D'après cela, on peut voir ce qui
est signifié par (1 l'enfant de la femme fut enlevé vers Dieu et vers
son TrOne. Il
729. Vers, 6, Et la Femme s'enfuit dans le désert, où elle
a Urt lieu préparé par Dieu, afin qu'on l'y nourrisse mille
deux cent soixante jours. - Et la Femme s' en fuit dans le
désert, signifie l'Église parmi un petit nombre, parce qu'elle est
chez ceux qui ne sont pas clan~ le hien, et par suite ne sonl pas


Vers. 6, CHAPITRE DOUZIJ~ME. i3t
non plus dans les vrais: ou elle a un lieu préparé par Dieu,
signifie son état afin que, pendant ce temps, il soit POUI'VU à ce
qu'elle soit parmi un plus grand nombre: afin qu'on l'y 1l0Ul'­
~isse mille deux cent soixante jours, signifie jusqu'à ce qu'elle
Croisse à plénitude, 01

730, Et la Femme s'enfuit dans le désert, signifie l'E;­


!Jlise parmi un lJetit nombre, parce qu'elle est chez ceux qui
ne sont pas dans le bien, et par suite ne sont lJas non plus
dans les v1'ais: on le voit par la signification de la Femme, en ce
qu'elle est l'Église, ainsi qu'il a été montré ci-dessus, N° 707; et
par la signification.du désert, en ce que c'est oil il n'y a point les
vrais, parce qu'il n'y a point le bien, ainsi qu'il va être expliqué;
et par la signification de s'y enfuir, en ce que c'est demeurer chez
ceux qui ne sont pas dans les vl'ais, parce qu'ils nI' sont pas dans
le hien; et comme à la fin d'une Église il en est pen qui soienl dans
les vl'ais d'après le bien, il est signifié pal'mi un petit nomhre :
d'après ces significations, on peut \loil' ce qu'em"cloppent ces Pa­
roles, à savoir, que la Nouvelle Église, qui esl appelée"la Sainte
Jérusalem, et q\li est signifiée pal' la femme, /Je pouvait encore être
instituée Clue ch~z un petit nombl'e, par celle raison que la pl'écé­
dente Itglise était devenue un désel't; et l']<~glise est appelée désert;
quand il n'y a plus le bien. et QÙ n'est point le bien, là non plus
ne sont point les vrais; et quand l'i~glise esC telle, alors règnent
les maux et les faux qui empêchent que sa doetrine, qui est la· doc­
trine de l'amolli' envers le Seigneur e~ de la charité à l'égard du
prochain, ne soit reçue avec ses vrais; et quand la docll'ine n'-est
pas l'eçue, il n'y a pas Église, car c'est d'après la doctrine qu'il ya
Église, Il sera d'abord dit quelque chose sur ce qu'il n'y a pas les
vrais là oà il n'y a p.as le hien : Pal' le bien, il est entendu le hien
de la vie selon les vrais de la docll'ine ti"ée de la Parole; et cela,
parce que le Seigneur n'influe jamais immédiatement dans les vl'ais
chez ['homme, mais il influe médialcment par le hien de ['homme;
car le bien appartient à la volonté de l'homme, et la volonté est
l'homme lui-même; l'entendement est proùuit et fOI'mé d'après la
volonté, cal' l'entendement a été adjoint à la volonté, anll que ce
qu'aime la volon lé l'entendement le yoie, et anssi le produise il la
lumièl'e: si rlonr la voll)nl.é n'pst fi:!" dan<: I~ hil'n,. mais (~~t dans
132 L'APOCALYPSE EXPLlQUltE. N" 730.

Ic,mal, alol's l'infJ'fix du vrai par le SeigneuI' dans l'entendement


n'est d'aucun avantage, car il est dissipé, parce qu'il n'est pas ai­
mé, et même il est perverti, et le. vl'ai est falsifié, ù'où l'on voit
clairement pourquoi le SeigneuI' n'influe pas immédiatement dans
l'tfutendement de l'homme, si ce n'est qu'en tant que la volonté
est dans le bien: le Seigneul' peut illustl'er l'entendement chez
chaque homme, et ainsi inlluel' avec les Divins Vrais, puisqu'il a
été donné à tout homme la faculté de comprendl'e le vl'ai, et cela à
cause de sa réformation, mai~ toujours est-il qu'il n'influe pas,·
puisque les vrais ne restent qu'autant que la volonté a été réf?I'­
mée; illustrer l'entendement par des vl'ais jusqu'à la foi, si ce n'est
qu'aulant que la \'olonté fail un, ('st même périlleux, cal' l'homme
ileut alol's pel'vertil' les vrais, les adultél'er et les pl'ofaner, ce qui
est très-ùangereux : outre cela, les vrais, en LanL qu'on les sait et
comprend, et qu'en même temps on n'y confol'me pas sa vie, ne
, sont que des vrais inanimés, et les vrais inanimés sont comme des
statues qui sont sans vie: d'apl'ès ces considérations, on peuL voir
d'où vient que là on il n'y a pas le bien, il1J'Y a pas les vrais, si­
non quant il la forme, du moins quant à l'essence. Que Lei soit
l'homme de l'Église quand elle est à sa fin, c'est parce qu'alol's
il aime pal' dessus tout les choses qui sont du corps et celles qui
sont du monde, et quand ces choses sont aimées rai' dessus tout, 1

celles qui sont du Seigneur et celles qui so~t du Ciel ne sont


pas jlimées, cal' pel'sonne ne peut en même temps servir deux
Matll'es, sans qu'il aime l'un et sans qu'il haïsse l'antre; ell effet,
ce sont ùes opposés, cal' de l'amOlli' du COI'pS, qui est l'amoUl'
de soi, et de l'amour du monde, qui est l'amour des richesses,
quand ils sont aimés par dessus Lout, découlent Lous les maux, et
d'apl'ès les maux les faux, lesquels sont opposés aux biens et
aux vl'ais qui proviennent de l'amour envers le Seigneur et de l'a­
mour à l'égal'd du pl'o~hain : d'après ces quelques observations,
on peul voir d'où \'ient qu'il est dit que la femme s'est enfuie dans
le désert, c'est-à-diI'e, pal'lni un petit nombre, parce que l'Eglise
est chez ceux qui Ile sont pas dans le bien, eL pal' suite ne sont pas
non plus dans les nais. Dans la Parole, ell beaucoup d'endroits,
il est dit le Désert, et aussi la solitude et la dévastaLion, et par ces
mois il est signifié l'état de l'Eglise, quand en elle il n'y a plus au­
Vers, 6. , CHAPITHE OOUZIÈMK 13:\
cun vrai pal'ce qu'il n'y a pas le bien; si cet élal de l'Église est
appelé le désert, c'est parce que, dans le Monde spirituel, le lieu
où demeurent ceux qui ne sout pas dans les vrais parce qu'ils ne
SOllt pas dans le bien est comme un désel't, où il n'y a ni \'erdure
dans des campagnes, ni moissons dans des champs, ni al'bl'e fl'ui­
tier dans des jardins, mais où la tene est stérile, al'ide et sèche:
outre cela, par le désert dans la PtH'ole il est signifié l'état de l'É­
glise chez les nations qui sont dans l'ignomnce du vrai et néan­
moins dans le bien de la vie selon leul' l:eligiosité et par suite dési­
J'ent les vrais; et aussi par le désert dans la Parole il est signifié
l'état de ceux qui sont dans les tentations, parce qu'en eux les
biens et les vrais ont été converts par les maux et les faux qui SUI'·
nagent et obsèdent le men lai (animus J. Que toutes ces choses
soient signifiées pal' le désert dans la Parole, 011 peut l'y voir pal'
les passages où il est dit le désert. Quant au PREMIER POINT, à
savoir, que par le désert il est entendu l'état de l'Église,
quand en elle il n'y a plus aucun vrai parce qu'il n'y pas le
bien, on le voit par les passages sUivants; darls Ésaïe: E.~t-ce(1

là cet If omme qui ébranlait la terre, qui faisait trembler les


'royaumes, qui a réduit le globe en désert, et en a détruit les
villes? Il -XIV. 16,1.7; - ceci a été dit de Lucife,r, pal' qui est
, entendue Babel, et par ébranler la terre, fait'e tremble!' les royau­
mes, et J'éduire le globe en désert, il est signifié détruire tous Le!;
vrais et tous les biells de l'Église, la terre est. l'Église, les l'O'yau­
mes en sont les vrais, le globe les biens, et le désert, c'est. quand
il n'y a ni vl'ais ni biens; pal' en détru.ire les villes, sont signi­
fiés les doctJ'inaux, la ville signifie la doctrine; l'adultération de
la Parole, par laquelle est détJ'uite la doctrine et par suite l'Église,
est signifiée ici par Babel. Dans le Même: Il Sur la terre de
mon peuple l'épine de la ronce monte, même sur toutes les
maisons d'allégresse dan,ç la ville joyeuse, rar le palais sera
désert, la multitude de la, ville se1'a abandonnée; coteau et
éminence il y aura sur les cavernes il éternité, joie des ona­
gres, pâturage des troupeaux. li - XXXII. 13, 1ll; - (1 SUI'
la tene de mon peuple l'épine de la l'once mon'te, Il signifie le fllltX
du mal dans l'Église, l'épine de la l'once est le faux du mal, la
ICITe est l'I~glise; ( SUI' toutes.les maisons d'allégressr dans la ville
1311 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. l'i" 730.'

joyeuse, Il signifie où les biens et les vrais de la doctrine d'après la


Parole ont été reçus avec affection; quant à ce qui est signifié par
« le palais sera désert, la multitude de la ville sel'a abandonnée;
coteau et éminence il y aura sur les cavel'nes, joie des onagres,
, pâturage des troupeaux, 1) voir ci-dessœ, N° HO, où ces paroles
ont été expliquées. Dans le Même: Par ma réprimande je taris
(1

la mer, je réduis Les fleuves en désert, puant deviendra Leur


poisson, parce qu'iL n'y a point d'eau, et qu'iL meurt par La
soif. Il - L. 2; - par.réduire les fleuves en désert, il est signifié
priver de vl'ais l'entendement 1 ainsi d'intelligence l'homme; le
reste a été expliqué ci-dessus; voir N° 342. Dans Jérémie: «( J'ai
vu,
1
et void, Le CarmeL est Urt désert, et toutes ses viLLes ont
été désolées devant Jéhovah; en dévastation sera toute La
terre. Il - IV. 26, 27; - par le Carmel est signifiée l'Église
spirîtuelle qui est dans les vrais d'après le bien; elle est un désCl't
signifie que là il n'y a pas les vrais d'après le bien; pal' les villes
qui ont été cMsolées sont signifiés les doctrinaux sans les vrais; pàr
toute la tel'l'e qui sera en dévastation, il es~ signifié que l'Église
sera sans le bien et par suite sans les vrais. Dans le Même: Il Des
bergers nombreux ont détruit· ma vigne, iLs ont foulé mon
champ, ils ont réduit le champ de mon désir en désert de so­
litude; sur 'toutes les collines dans le désert sont venus des
dévastateurs, parce qu'une épée de Jéhovah dévore depuis
une extrémité de La terre jusqu'à l'extrémité de la ten'e. Il
- XII. 10, 12; - que les vrais et les biens de l'Église aient été
entièl'ement détruits par les faux d'apl'ès le mal, cela est signifié
par Il ils ont détruit ma vigne, ils ont foulé mon champ, ils ont ré­
duit lé champ de mon désir en désert de'solitude, Il et par « sur
toutes les collines dans le désert sont venus des dévastateUl's, parce
qu'une épée de Jéhovah dévore; Il la vigne et le champ signifient
l'Église quant au vrai et quant. au bien, le cham[) de désil' l'Église
quant à la doctrine, le désert de solitude signifie où ces choses ne
sont point; les dévastateurs dans le désert signilient les maux d'a~
près des non vl'ais, une épée de Jéhovah qui dévore signifie un faux
qui détruit; Il depuis lIne extrémité. de la terre jusqu'à l'extrémité
de la terre, ) signifie toutes les choses de l'Église. Dans les La­
mentations : (1 Ail périL de nos âmes nous nous procurons no·­
Vers. 6. CHAPIT.RE DOUZJi~ME, 135
tre pain il cause de l'épée du désert, )1 - V, 9; - au péril des
arnes se procurer du pain :;ignifie la difficulté et Je dangel' de s'ac­
quérir les vrais de la vie d'apl'ès la Parole: « à cause de l'épéf. du
désert, Il signifh~ à canse du faux du malt'égnant dans l'Église, lequel
falsine les vrais et ainsi les détruit. Dans Ézéchiel: (( Un cep main­
tenant a été planté dans le désert, dans une terre d'aridité
et de soif. Il - XIX. 13; - pal' le cep est signi~ée l'Église qui,
au commencement du Chapitre, est appelée mère, devenue lionne;
ce cep est dit planté dans le désel'!, quand dans l'Église il n'y a
plus le vrai parce qu'il n~y a pas le bien; une telTe d'aridité, c'est
où il y a, non le bien, mais à sa place le mal; et une tel:I'e de soif,
c'est où il y a, non le vrai, mais à sa place le faux. Dans Hosée :
Il Pldidez contre 7lotre mère, afin qu'elle éloigne ses scorta­

tions de ses faces, de peur que je ne la dépouille nue, et ne la


remette comme al/jour de sa naissance, et que je Ile la réduise
comme le désert, et ne la rende comme une terre de séthe­
"esse, et ne la tue par la soif. )1 - II. 2, 3; - ceci concerne
l'Église qui a falsifié les vrais d,e la Parole; la mère est l'Église. et
les scol'lations sont les falsifications du vrai; la priver de lout vrai,
comme elle était avanl d'être l'éformée, e-~t signilié pal' la dépouiller
nue et la l'emetll'e comme au jour de sa naissance; l'Église ~ans
le bien est signifiée pal' le désert et pal' une terre de sécheresse;
et la pl'ivation du vrai est signifiée par tuer pal" la soif, la soif sc
dit des nais., pal'ce Que l'eau dont on a soif est le vr'ai, el la s~che­
re-<;se se dit du. manque de hien, parce qu'elle est pl'oduile pal' le
Mie. Dans le Même: (( Celui-là parmi ses frères est féroce; il
m'endra, l'em'us, le vent de Jéhovah, montant du désert, et
,~a source séchera, et sa fontaine .tarira. Il-XIII. 15;-ceci
concerne Éphl'aïm pal' qui est enlendu l'entendement de la Pal'ole;
il est oit fél'oce parmi ses Mwes, quand l'entendement défend avec
animosité les faux, etcomhat pom eux contre les vl'ais; pal' l'eul'Us,
le vent de Jéhovah, est signifiée ('ardeur de la c/lpidit.é d'après l'a­
moU!' et le faste de détruire les vrais; il est dit monter du désert,
quand c'est d'après l'entendement dans lequel il y a, non pas les
vrais d'après. le bien, mais des faux d'apl'ès Ir. mal, un tel ent.en­
dement cst un désert parce Qu'il est ~reux et vide; pal' li sa source
séchera, et sa fontaine tal'ira, il est signifié que d'apres l'ardeur'
1)
136 ~'APOCALYPSE EXPLIQUÉE, N"730.

et d'après ce faste le tout de la doctrine et le tout de la Pal'ole sont


détruits, Ja source est la dOCl1'ine, et la fontaine est la Pal'ole.
Dans Joël: « A Toi, Jéhovah, ie crie; CUJ" un feu a dévoré les
habitae/es du désert, et une flamme a embrasé tous les arbres
du champ; car la bête du champ glousse après Toi, parce que
taris ont été les éouraTits d'eaux, et le feu a dévoré les habi­
tacles du désert. )) - 1. 19, 20; - (1 un feu a dévoré les .. habi­
tacles du désert, et. une flamme a embl'asé tous les arbres du
champ, 1) signifie que l'amour de soi et le faste de la propre intelli­
gence ont consumé toute perception du bien et tout entendement
du vrai de' la doctrine d'après le sens littél'al de la Pal'ole, le feu
signifie l'amoul' de soi, et la flamme le faste de la propre intelli­
gence, les habitacles du désert signifient les biens de la doctrine
d'après le sens de la lettre de la Pal'ole, et les arbres du champ les
connaissances du vrai; ce sens est appelé désert quand les choses
ne sont entendues que naturell~~ent, ainsi selon les apparences~
et non en même temps spirituellement, c'est-à-dire, selon le sens
réel; (1 les bêtes du champ glouss~nt après Toi, Il signifie les la­
mentations de ceux qui sont naturels et néanmoins désirent les
vrais; que les bêtes signifient les affections de l'homme naturel, on
Il} voit ci-dessus, N° 650; Il pal'ce que taris ont été les coul'ants
d'eaux, et le feu a dévoré les habitacles du désel't, Il signifie que
par suite les vrais et les biens de la vie n'y' sont plus. Dans le'
Même: (1 l/vient, leiour de Jého1Jah; devant lut un feu dé­
vore, et après lui une flamme embrase; comme un iardin
d'Éden la terre devant lui, mais après lui, désert de dél!asta­
lion, et il n'y a rien qui lui échappe. Il ' - II. 3; - par le jour
de Jéhovah, il est entendu la fin de l'Église, qui est appelée con~
sommation du siècle, et alors il y a avénement du Seigneu1'; (1 de­
vant lui un feu dévore, et après lui une flamme embrase, )) signifie
qu'à la fin de l'Église, l'amour de soi et par suite le faste de la
propre intelligence consument tous les biens et tous les vrais de
l'Église; le feu signifie l'amour de soi, la flamme le faste de la
propre intelligence, comme ci-dessus; Il comme un jardin d'Éden
la terre devant lui, mais apl'ès lui, désert de dévastation, )) signifie
que dans le commencement, quand cette Église a été instaurée chez
. . l'entendement du vrai d'apI~ès le hien, mais
les llnciens, il v avait
Vers. 6. CHAPITRE DOUZIÈME. 137
qU'à la Iln il y eut le faux d'après le mal; le jardin d'Éden signifie
l'entendement du vrai d'apl'ès le bien et par suite la sagesse, et le
désert de dévastation signifie nul entendement du vrai d'après le
bien, et par suite la folie d'après les faux qui proviennent du mal;
(e il n'y a rien qui lui échappe, 1) signifie qu'il n'y a rien du vl'ai

d'après le bien. Dans Ésaie : II Elle est dam le deuil, elle lan­
guit, la terre; il a été confus, le Liban, il s'est flétri; Scha­
l'on est devenu comme un désert; secoués ont été Baschan et
Carmel. Il - XXXIII. 9; - par ces pal'oles aussi sont décrites
la dévastation du bien et la désolation du vrai dans l'Église; par le
Liban est signifiée l'Église quant à l'entendement rationnel du
bien et du vrai; par Scharon, Baschan et Carmel est signifiée la
même chose quant aux connaissances du bien et du vrai d'après le
sens naturel de la Parole; leur dévastation et leur désolation sont
signifiées par être dans le deuil, languir, se flétril' et devenircom­
me un déser't; le désert, c'est où il n'y a pas le vrai, parce qu'il
n'y a pas le bien. Dans Jérémie: li Parce que d'adultères pleine
est la terre, parce que, à cause de la malédiction, dans le
deuil est la terre, desséchés ont été les pâturages du désert. li
- XXIII. 10; - pal' la terre pleine d'adultères est signifiée l'É­
. glise, dans laquelle ses biens et ses vrais d'après la Par91e ont été
adultérés; par la malédiction, à caU3e de laquelle la terre est dans
le deuil, il est signifié tout mal de la vie et tout faux de la doc­
trine; et par les pâturages du désert, qui ont été desséchés, sont si­
gnifiées les connaissances du hien et du vrai d'après la Parole, les
pâturages sont ces connaissances parce qu'elles nourl'Ïssent le men­
tal (animus), et le désert est la Par'ole quand elle a été adultérée.
Dans David: II Jéhovah réduit les fleuves en désert, et les sour­
ces d'eaux en sécheresse, la terre à fruit en salin~, à cause
de la malice de ceux qui y habitent. 1) - Ps. ~VII. 33, 3h; ­
par les fleuves qui sont réduils en désert, il est signifié l'intelli­
gence d'après l'entendement du vrai, et aussi de la Parole qual)t à
son s~ns intérieur, intelligence dévastée pal' les faux d'après le
mal; les fleuves sont des choses qui appartiennent à l'intelligence,
et le désert, c'est où ne sont pas ces choses, mais où, à leur place,
il y a des faux d'après le mal; par les sources d'eauX qui sont ré­
duites en sécher'csse, il est signifié que les derniers de l'entende··
138 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE, N° 730,

ment, qui sont appelés les connaissances du vrai et du bien, sont


sans aucune lumière ni aucune affeclion spirituelle du vr'ai, les
eaux signifient les Vl'ais, la sécheresse la privation des vrais pal'
défaut de lumière et d'affection, et les sOUl'ces sont les \'rais der­
nier's, tels que sont ceux du sens de la lettre de 13 Parole; par la
terre à fl'uit qui sel'a réduite en saline, il est signifié le bien de l'a­
moU/' et de la vie profondément dévasté par' les faux, la saline est
I~ dévastation du vrai' par les faux; et comme toute dévastation
par les faux vfent du mal de la vie, c'est pOUl' cela qu'il est 'ajouté
« à cause de la malice de ceux qui y habilent. II Dans Jérémie:
Il Uu tes yeux urs les collines, et vois où. tu n'aies pas été

souillée; sur les chemins tu t'es assise pour eux comme l'A­
rabe dans le désert, et tu as profané la terre par te,s scorta­
tions et par ta malice, Il - III. 2; - pal' ces paroles aussi sont
décrites l'adultération et la falsification de la Parole, elles sont si­
gnifiées pal' être souillée et commetlre scortation; pa~' suite Il lè\'e
tes yeux vers les collines, et vois où tu n'aie... pas été souillée, si­
J)

gnifie remarquer que les connaissances du vrai et du bien dans la


Parole ont été adultérées; lever les yeux signifie remarquer', les
collines signifient ces connaissances, à cause des bocages et des ar­
bres qui sont SUI' elles, et par lesquels ces connaissances sont si­
.gnifiées; ét même par les collines sont signifiés les hiens de la
charité, qui ainsi ont été détl'Uits; Il SUl' les chemins tu t'es assise
POU! eux comme l' Mabe dans le désel't, » signifie tendl'e des piéges
afin qu'ancun vrai ne se montl'e et ne soit l'eçu; les chemins sont
les vrais de l'Église; être assis sur eux, c'est tendre des piéges; et
l'Arabe dans le désel't, c'est celui qui, comme un larl'on dans le
désert, tue et dépouille; Cl tu as profané la tene par tes scortations
et par ta malice, Il signifie la falsification des vérités de la Parole
d'après les maux qui sont devenus choses de la vie. Dans le même:
I( 0 génération! vOlls-mêmes vo.yez la Parole de Jéhovah;

ai-Je été un désert à lsraël, ou une terre de ténébres?


J) ­

II. 31; - que tout bien de la vie et tout vrai de la doctrine soient
enseignés dans la .Pal'ole, et non le mal de la vie ni le faux, c'est
ce qui' est entendu pal' Il voyez la Parole de Jéhovah; ai-je été un
désert à Israël, ou une terre de ténèbl'es? Il Dans JOêl: Il L'É- :.i
gypte sera en dévastation, et Édom en désert de dérastation,
Vers. 6. CHAPITRE DOUZIÈME. 139
ft cause de la violence envers les fils de J ehudah, dont ils ont
répandu le sang innocent dans leur terre. 1) - IV. 19; -
par l'Égypte et pal' t:;dom est signifié l'homme naturel, qui avait
pel'vel'li les Hais et les biens de la PUI'ole; par l'Égypte sera en
dévastation"et Édom endésert de dévastation, Il il est signifié que
cet homme doit être détruit, afin qu'on ne voie que d'es choses par
lesquelles on confirme les vl'ais et les biens; par « à cause de la
violence envers les fils de Jehudah, dont ils ont l'épandu le sang
innocent, II il est signifié à cause de l'adultél'ation de tout bien et
de tout VI'ai dans la Parole, par la violence envel's les fils de Jehu-
dah est signifiée l'adultél'ation de la Parole quant au bien, et pal'
l'effusion du sang innocent est signifiée l'adultération de la Parole
quant à ses vrais;' que Jehudah signifie l'Église céleste, et aussi la
Parole, on le voit ci-dessus, N°' 211,1133 j et que répandre le sang
innocent signifie faire violence lJ.U Di'vin Vrai, ainsi adultérer le Vrai
de la Parole, on le voit, N° 329 j l'adultération de la Parole se fait
par les scientiliques de l'homme naturel, quand ils sont appliqués à
confirmer les faux èt les maux, et cet homme devient une dévasta-
tion et un dësert, tluand ses scientifiques deviennent des confirma-
tions du faux et du mal, l'Égypte signifie ces scientifiques, et Édom
le faste qui pal' eux falsifie. Dans Malachie: « Pour Ésaüj'ai eu
de la haine, et j'ai mis ses montagnes endéva.~tation, et son
héritage pour les dragons du désert. II - L 3; - par Ésaü est
signifié l'amolli' de l'homme naturel, par ses montagnes sontsigni-
fiés les maux d'après cet amOUI" par l'héritage les faux d'apl'ès ces
maux, et par les dragons du désert les pures falsifications d'où
pl'oviennent ces choses. Comme chez la Nation Juive toutes les
choses de la Parole avaient été adultérées, et qu'il n'y avait plus
le, vrai parce qu'il n'y avait pas le hien, voilà pourquoi Jean-Bap-
tiste a été dans un désert, ce qui représentait l'état de cette église;'
il en est parlé aiusi dans lesJ~vangélistes : « Jean-Baptiste (ut
dans les désertsjusqu'l1ujour de sa mani/estation à Israël. JI
- Luc, J. 80. - « li prêcha dans le désert de Judée. Il -
Matth. Ill. 1, 2, 3. Mam, I. 2, 3, h. Luc, Ill. 2, h, 5 : - et
dans Ésaïe: « Voix de qui crie dans Le désert: Préparez le
chemin à Jéhovah, aplanissez dans la solitude un chemin à
notre Dieu. 1) - XL. 3. - ç'est meme,poul' cela que le Sei-
HO L' APOCALYPSE EXPLlQIJÉE. N· 730.

gneur a dit de Jérusalem, par laquelle est entendue l'Église quant


à la doctrine: (1 Votre maison sera laissée déserte. ») - Luc,
XIII. 35; - la maison déserte signifie l'Église sans les vrais
parce qu'elle sera sans le bien. Quant à ce qui es' signifié par ces
paroles dans Mallhieu : « Si on ?'OUS dit: Voici, dans le désert
est le Christ; ne sortez pas: voici, dans les appattements se­
crets; ne le croyez pas, )) - XXIV. 26, -- on le voit expliqué
dans les ARCANES CÉŒSTES, N° 3900; cal' par le Christ· est en­
tendu le SeigneUl' quant au Divin Vrai, par conséquent quant à la
Pal'ole et qlJant à la doctrine d'après la Pal'ole, et par les faux
Christs, de qui ces choses sont dites, il est signifié les faux de la
doctrine d'après les vl'ais de la Parole falsifiés. ~ar les passages de
la Par'ole qui ont été rapportés, on peut vOÏl' que par le désert il
est entendu l'Égtise où ï't n'y a pas les vrais parce qu'il n'y a pas
le bien, par conséquent où il yale faux parce qu'il yale mal, car
où il n'y a ni le vrai ni le bien, il yale faux et le mal, les uns et les
autl'es n'existent pas ensemble, ce qui est entendu par les paroles
du Seigneur, que personne ne peut servir deux maUres. Il. Par
le d,éscrt, il est aussi signifié l'état de l'Église chez les N a­
tions qui sont dans l'ignorance du vrai, e.t néanmoins dans
le bien de la vie selon leur religiosité, et par suite désirent les
vrais: on peut aussi le voir par les passages de la Parole où il
s'agit de l'Église à instaurer chez les nations; dans Ésaïe: « Sur
vous sera "épandu un esprit d'en haut; alors le désert sera en
champ cultivé, et le champ cultivé sera réputé en foret; dans
le dbiert habitera le jugement, et la justice dans le champ
culti?,é reposera. Il - XXXII. 15, 16; - ici, il s'agit de ceux
qui sont dans le bien naturel et sont réformés; pal' (1 SUI' vous sera
. répandu un esprit d'en haut, Il il est signifié l'influx du Ciel en
eux; par (1 le désert sel'a en champ cultivé, » il est signifié qu'alors
le vrai d'origine spirituelle sera implanté en eux, le désel't est
l'homme naturel dépourvu de vrais, et le champ cultivé, ou terre de
moisson, est l'homme naturel fructi:tié par les vrais; par (c le champ
cultivé sera répulé en forêt,) il est signifié que pal' suite il aura
la scieh~ des connaissances du vrai et du bien, la forêt se dit de
l'homme naturel, de même que le jardin se dit-de l'homme. spiri­
luel, c'est pourquoi pal' la forêt est signifiée la science, et par le
\'ers.6, CHAPITHE DOUZIÈME. lAt
jal'din l'intelligence; par (1 dans le désert habitera le jugemem, et
la justice dans le champ cultivé reposera, Il il est signifié que par
suite il y aura en lui le droit et le juste; le jugement et la justice
dans le sens spirituel signifient le vl'ai et le bien, et dans le sens
naturel le dl'oit et le juste. Dans le Même: (1 J'ouvrirai sur les
coteaux des tor1"ents, et au mi{ieu des vallées des fontaines;
je mettrai le désert en étang d' eaux, et la terre ,çèche eli
sources d'eaux: je mettrai dans le désert le cedre de Schit- \
tah, le myrthe et r arbre cl huile; je placerai dans la solitude
le sapin, le. pin et le buis. 1) - XLI. 18,19; - ces choses con­
cernent aussi la l'éformation et l'illustration des nations, et par 011­
vrir sur les coteaux des torrents, et au milieu des vallées mettre
des fontaines, il est sigllifié donnel' l'intelligence d'après les vl'ais
spirituels et d'après les vrais naturels, les torrents sur les coteaux
signifient l'intelligence d'après les vrais spil'ituels, et les fontaines
au milieu des vallées l'intelligence d'après les vrais naturels;l pal'
mettre le désert en étang d'eaux, et la terre sèche en sources
d'eaux, il est signifié remplil' de vrais l'homme spirituel et l'hom­
me nature~, chez lesquels auparavant il n'y avait aucun vl'ai,
l'homme spirituel dans lequel il n'y avait pas de vrais est entendu
par le désel't, puisqu'auparavant il n'y avait aUClln vrai, et l'homme
naturel dans lequel il n'y avait pas de vrai est entendu pal' la terre
sèche, parce qu'aupamvant il n'y avait pas d'influx spirituel en lui;
les vrais en abondance dans l'homme spirituel sont entendus pal'
l'étang d'eaux, et les vl'ais en abondance dans l'homme natul'el
sont entendus pal' les sources d'eaax; par mettre dans le désel't le
cèdre de Schittah, le mYl'the et l'arbre à huile, il est signifié don­
ner les Vl'ais rationnels et la pel'ception de ces vrais; et pal' placer
dans la solitude le sapin, le pin et le buis, il est signifié pareille­
ment les vrais na~urels, qui sont les scientifiques ct les connais­
sances, avec leur entendement, le cèdl'e est le vrai rationnel supé­
rieur, le mYl'the le \Tai rationnel infél'ieur, l'arbre à l'huile est la
perception du bien el par suite celle du vrai; le sapin est le vl'ai
naturel supérieur, le pin le Hai naturel inférieur, et le buis l'en­
tendement du bien et du V1'ai dans le naturel, Dans David: (Ill met
Le désert en étang d'eaux, et la ten"e sèche en sources d' caux,
et il y fait habiter Ifs affamh, afin (JI/'ils élè'Cent ~.lTte 7)l'lle
162 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 730;

d'habitation. )l - - Ps. cvn. 35,36; - ces choses pareillement


concernent" l'iIlusll'ation des nations, et par mettl'e le désert en
étang d'eaux, il est signifié les mêmes choses que ci-dessus; «( et il \
Y fait habiter les affamés, II signifie pour ceux qui désirent les vl'ais,
ceux-ci sont entendus dans la Parole par les affamés et par les alté­
rés; « afin qu'ils élèvent une vilJe d'habitation, li signifie alin que
d'après les vrais ils se fassent une doctrine de vie; la ville est la
doctrine, et habiter, c'est vivre. Dans Ésaïe: « Voici, JI oi, je
fais du nouneau qui maintenant t'a se produire; même je
mett7'tli dans te désert un chemin; dans la solitude, des fleu­
t'es. M' honorera l'animal du r/wmp, dragon.~ et filles de la
cltouette, de ce que p aurai donné dan.ç le désert des eaux,
des fleuves dans la solitude, pour abreuver mon peuple, mon
élu. Il - XLIII. '19, 2,); - ces choses aussi concel'nent la nou­
velle Église à inslaut'e,· pal' le Seigneur chez les nations, et pal' le
désel't est signilié l'état de l'Église chez ceux qui sont dans l'igno­
rance du vrai, et cepelldant dans le (lésir de cbnnaitre les vrais;
quant à ce qne les autl'es choses signilient dans le sens spirituel, on
le voit ci-dessus, N° 518, où ces paroles ont été ex pliquées. Dans
le Même: (( Jti/zovah ('o1t,~olera Sion; il'consolera taules ses dé­
7)(lMations; il transformera son désert en Éden, et sa solitude
en jardin de J éh01,alt; allégresse et joie il sera trouvé en elle,
confession et voix de chant. Il - LI. 3; - ces choses aussi ont
6té dites de la Nouvelle Église chez les nalions, qui reconnaîtront
le Seigneur; cette Église est entendue par Sion, et son instauration
et leur réformation sont entendllcs par être consolé; par le désert
qui sera transformé en Éden, et par la solitude qui sel'a transformée
eR jardin de Jéhovah, il est signifié la sagesse et l'intelligence d'a­
près l'amour envers le SeigneUl', chez ceux qui auparavant n'étaient
dans aucun entendement du vrai ni dans aucune pel'ception du hien;
mais ces choses ont déjà été expliquées; 'Voir ci-dessus, N° 721.
Dans David: « Ils distillent, les habitacles du désert, et de
bondissement les collines s'entourent; les prairies sont revê­
tues de troupeaux, et les vallées sont couvertes de blé. i l ­
Ps. LXV. 13, 1lJ; -ces choses aussi ont été dites de "l'Église chez
les nations, et par I( ils distillent, les hahitacles du désert, li il est
signifié que les mentaIs de ceux qui auparavant étaient dans l'igno­
Vers, 6. .CHAPITRE DOUZIÈME. 1fJS
rance du vl'ai reconnaissent et reçoivent les vrais; distiller 'se dit
de l'influx, de la reconnaissance et de la réception du VI'ai, les ha­
bitacles se disent des intérieul's de l'homme, qui appartiennent à
son mental, et le désert se tlit de l'état de l'iguol'ance du vrai; les
collines qui s'entourent de bondissement signifient que les biens
chez eux reçoivent les vrais avec la joie du cœur; les prairies qui
sont revêtues de tI'oupeaux, et les vallées qui sont couvertes de blé,
signifient que l'un et l'autre mental, le spirituel et le naturel, reçoit
les Vl'ais qui lui conviennent; les prairies signifient les choses qui
appartiennel't au mental spirituel et par suite au rationnel, et les
vallées celles qui appartiennent au mental naturel; le troupeau si­
gnifie le vrai spirituel, et le blé le vrai natUl'el. Dans Ésaïe:
Il Chantez sa louange, e:I.~tré111ité de la telTe, descendant à la

me;', et sa plénit,ude. iles et leurs habitants; qu'ils é/evellt la


voix. le désert et us villes. les villages qu' habite l'Arabie!
qu'ils chantent. les habitants du rocher! que du sommet des
montagnes ils crient! Il - XLII. 10, 11 ; - ces choses ont été
dites de l'Église chez ceux qtlÏ étaient éloignés des vrais de l'Église,
pal'ce qu'ils étaient natUl'els et sensuels; leur état d'ignol'ance est
entendu par le désert; et leur joie à cause de la prédication et de la
connaissance du vrai est signifiée par chantel' la louange, et élever
la voix; ce que les autres choses signifient a été expliqué ci-dessus,
N° ft06. Comme l'état d'ignorance du vl'ai, dans lequel on'! été les
nations, est signifié pal' le désert, et le ùésir du vrai pal' la falm,
et l'instruction d'après le Seigneur par l'action de manger et de
boire, c'est pour cela qu'il est al'rivé que le Seigneur s'est retiré
dans le désert et y a enseigné la foule qui le cher'chait, et ensuite
['a nourrie; que cela ait eu lieu ùans un désel't, on peut le voir dans
- Matthieu, XIV. 13 à 22. XV. 32 à. 38~ Marc, VI. 31 à 3ft.
VIII. 1 à 9. Luc, IX. 12 à 17; - en effet, toutes les choses q~i
ont été faites par le Seigneur, et aussi celles qui ont été faites avec
le Seigneur, étaient des représentatifs, parce qu'elles étaient des
correspondances, celles-là aussi par conséquent; d'après ces choses,
CO(llme d'après les passages de la Parole l'apportés ci-dessus, il est
évident que le désert signifie ce qui chez l'homme n'a pas été cultivé
et n'a pas été habité, ainsi ce qui n'est pas enCOl'e devenu vital par
le spirituel, pal' conséquent en en fa,isant application à l'Église, ce
HIa L'APOCALYPSF; EXPLIQUÉE. N" 730.

qui n'a pas été vivifié par les vrais, ainsi chez les nations la reli­
giosité qui était presque vide et vague, parce qu'elles n'avaient pas
la Parole où sont les vrais, èt pal' suite ne connaissaient pas le Sei­
gneur qui les enseigne; et comme elles n'avaient pas les vrais,
c'est pOUl' cela que leur bien ne pouvait être que comme était le
vrai chez elles, car le bien est semblable à son vrai, paree que l'un
appartient à l'autre. D'après ces considérations, on peut voir ce
qui est signiOé par le désert, lorsqu'il s'agit des nations, à savoil',
leur ignol'ance du vrai, et cependant le désir de le connattre pour
vivifiel' leur bien. Ill. Par le dise1·t est aussi signifié L'état de
ceux qui sont dans les tentations. parce qu'en eu:r: les.vrais
et les biem ont été couperts par les faux et les maux qui sur­
nagent et obsMent le mental (animus) : on peut le voir pal' la
mal'che errante des fils d'lsr'aël dans le désel't pendant quarante ans;
pal' elle a été l'eprésenté tout état des tentations dans lequel vien­
nent ceux qui sont régénérés, et dont l'Église doit êtl'e composée:
tout homme naît naturel, et aussi vit naturel jusqu'à ce qu'il de­
vienne rationnel, et quand il est devenu rationnel, il peut alors être
conduit par le Seigneur et devenir spÏl'ituel, ce qui a lieu pal'l'im­
plantation des connaissances du vrai d'apl'ès la Parole, ct en même
temps alors par l'ouverture du mental spirituel qui reçoit les choses
qui sont du ciel, et par l'évocation et l'élévation de ces connais­
sances hOl'S de l'homme natul'el et .Ia conjonction avec l'affection
spirituelle du vrai: cette ouverture elle-même et la conjonction ne
peuven~ être données qu'au moyen des tentations, parce que dans
les tentations l'homme combat intél'ieurement contl'e les faux et les
maux qui son't dans l'homme naturel: en un mot, l'homme est in­
troduit ùans l'Église, et devient Église par les tentations. Ces choses
ont été représentées par la marche errante et les tOUl'S et détours
d:ls fils d'Israël dans le désert: l'état de l'homme naturel, avant
qu'il soit régénéré, a été représenté pal' leur demeure dans la telTe
d'Égypte, car la terre d'Égypte signifiait l'homme natOl'el avec les
scientifiques et les connaissances, conjointement avec les cupidités
et les appétits qui résident en lui, comme on peut le voir d'après
ce qui a été dit et montré sur l'Égypte, ci-dessus, N° 65la : mais
l'état spirituel, qui est l'état de l'Église chez l'homme, a été repl'é­
. senté par l'introduction ùes fils d'Israël dans la terre de Canaan,

l' t.
Vers. 6. CHAPITRE DOUZIÈME. 1.!J5
car la terre de Canaan signifiait l'Église avec ses vl'ais et ses Iliens
conjointement avec ses affections et ses plaisirs, qui résident en lui;
mais la réformation et la r-égénération· de l'homme, avant que de
naturel il devienne spirituel, et ainsi Église, fUl'ent représenlées
pal' leurs détours et leurs marches errantes dans le désert pendant
quaranle ans. Qu'i! en soit ainsi, et que ce désert ait signifié l'état
des tentations, on peut le voir dans Moise: ( Tu te souviendras
de tout le chemin par lequel t'a conduit Jéhovah ton Dieu
pendant ces quarante ans dans le désert, afin de t'affliger, et
de te tenter, et de connaître ce qui était dans ton cœur, si tu
garderais ses préceptes, ou non; et il t'a affligé, et il t'a {ait
lWO!:r {aim, et il t'a nourri de la manne, que tu ne connais­
sais pas, et que ne connurent point tes pères, afin de t'ap:'
prendre' que non pas de pain seulement vit l'homme, mais que
de tout énoncé de la bouche de J ~hovah vit l'homme: ton
vêtement ne s'est point usé sur toi, et ton pied ne s'est point
gonflé pendant ces quarante ans. 11:"'- Deutér. VIII. 2, 3, h.
- Dans le Ménie: (1 Dans le désert, tu as vu que t'avait porté
Jéhovah ton Dieu, çomme pOl'te un homme son fils; il allait
devant vous dans le chemin, pour l'OUS chercher un lieu où
vous campiez, dans le feu, de nuit, pour vous montrer le che­
min, et dans la nuée, dejow,,·»-Deulér. I. 31, 33. -Dans
le Même : « Jéhovah qui t'a conduit par le désert grand et
formidable, de serpent, de dipsade et de scorpion et de soif,
où point d'eaux, qui a tiré pour toi des eaux du rocher de
caillou, el t'a nourri de manne dans le désert, afin de t'affli­
ger et de te tenter, pour te faù'e du bien dans ta postérité. Il
- Deutél', VIII. 15, 16. - Dans le Même: (( Jéhovah a trouvé
Jacob dans une terre de désert, dans l'inanité, la lamenta­
tion, la solitude; il l'a conduit de tout c6té, il l'a instruit, il
l'a gardé comme la pupille de son œil. »- Deutél'. XXXII.
1.0; - par chacune des choses qui sont dites ici, puis pal' chacune
de celles qui sont rapportées dans le Livre de l'Exode SUl' les mar­
ches des fils d'Israël dans le désel't, depuis leur sortie d'Égypte jus­
qU'à leUl' entrée dans la terre de Canaan, sont décrites les tentations
dans lesquelles sont les fidèles avant qu'ils deviennent spirituels,
ainsi avant que soient implantés les biens de l'amour et de la cha­
v. 1.0.
1lI6 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 730.

fité avec leurs vrais, qui font l'Église chez l'homme. Celui qui con­
nait quelles sont les Tentations spirituelles, celui-là sait que l'homme,
quand il est dans, ces tentations, est infesté pal' les maux et les faux,
tellement qu'il sait à peine autre chose, sinon qu'il est dans l'enfer;
puis aussi, que le Seigneur chez l'homme combat contre les maux
et ~es l'aux par l'intérieuI'; comme encore, que pendant ce temps-là
jlle nOUl'i'it d'aliment et de breuvage spirituels, qui sonlles biens
Cl les vrais du Ciel; que l'homme naturelles dédaigne; que l'homme
naturel néanmoins est ainsi dompté et meurt pOUl' ainsi dire avec
ses convoitises, et de celte manièl'e cet homme est soumis à
l'homme Spil'ituel; et que l'homme e~t ainsi réformé et régénéré,
el intl'Oduit dans l'Église: ce sont là les choses qu'enveloppent
toutes celles qui sont l'apportées SUI' les !ils d'Israel dans le désert.
Que de telles choses soient enveloppées, c'est ce que je vais exposer
CD pal'ticu\ier d'après les pa,ssages ci-dessus cités. 1° L'homme
dans les tentations est infesté par les maux et les faux, tel­
lement qu'il sait il peine autre ChOM, sinon qu'il est dalls
l'enfer: cela est entendu pal' Il Jéhovah t'a conduit par le déscl't
grand et formJJl;lble, de serpent, de dipsade, de scorpion, et de soif,
oi! point d'eatrx'; 1) par le désert,gl'and et fOl'luidahle ,sont signifiées
de graves tentations; pal' le serpent, le dipsade, le sCOl'pion, sont
,signifiés les maux et les faux avec leurs pél'suasions sortant de
l'homme sensuel et naturel, les serpents sont les maux, les dipsades
sont les faux, et les scorpions SOllt les persuasions; par la soif, là
où point d'eaux, il est signifié le manque et l'emprehement du vl'ai.
Ces choses aussi sont entenùues pal' Il Jéhovah t'a alfligé et t'a tenté,
afin de connaitre ce qui était dans ton cœur. )12° Le Seigneur chez
l' homme combat contre les maux et les faux qui proviennent
de l'en fer: cela est signifié pal' Il Jéhovah a trouvé Jacob dans le dé­
sert, dans l'inanité, la lamentation, la solilude; il l'a gardé comme
la pupille de son œil; il l'a pOl'té comme porte un homme son fils;
il allait devant eux dans le feu, de nuit, et dans la nuée, de jour. Il
3° Le Seigneur, pendant èe temps-là, nourrit l'homme d'a­
liment el de breuvage .~pirituels. qui sont les biens et les?)rais
du Ciel: cela est signifié pal' il les a nourris de manne; il a til'é
(1

pOul' eux des eaux du l'ocher de caillou; il les a conduits et ins­


tl'uits; 1) pal' la manne est entendu le bien de l'amour céleste, et
Vers. 6. CHAPITRE DOUZIÈME. 1la7
par les eaux du l'ochel' de caillou sont entendus les vrais de ce
bien par le SeigneUl'. !Jo L'homme naturel les dédaigne dans
les tentations: cela est entendu en ce que si souvent les ms d'Is­
raël se sont plaints de la manne, et ont désil'é la nourriture d'É­
gypte; c'est pourquoi il est dit ici l( Jéhovah t'a affligé, il L'a fait
avoir faim, et il t'a nourri de la manne. Il 5° Néanmoins l' hom­
me naturel est dompté, et meurt pour ainsi dire avec ses
convoitises, et il est soumis à l'homme spirituel: cela a été re­
pl'ésenté en ce que tous ceux qui étaient sortis d'Égypte, eL avaient
désiré y retourner, et qui avaient refusé d'entl'er dans la tel'fe de
Canaan, moururent dans le désert, et que leurs enfants furent in­
u'oduits dans celte terre: que ces choses aient été repl'ésentées et
signifiées par là, ce n'est que d'après le sens spirituel qu'on peut le
savoir et le voir. 6° L'homme aprtls les tentll,tions devient spi­
rituel, et est introduit dans ['Égliae, et par l'Église dans le
Ciel: cela a été repl'ésenté pal' leur introduction dans la terre de
Canaan, cal' la tene de Canaan signifiait l'Église et aussi le Ciel; ,
et cela est signifié par « Jéhovah t'a affligé, et il t'a tente, pour
te faire du bien dans ta postérité; II leu!', vie spirituelle est décrite
pal: Il Jéhovah leur a appris que non pas de paid' seulemenL vit
l'homme, mais que de tout énoncé de la bouche de Jéhovah vit
l'homme. Il Que leur 'vêtement ne se soit point usé, et que leur pied
ne se soit point gonflé, cela signifie que l'homme naturel n'a point
été lésé pnr ces afflictions, cal' les vêtements signifient les vrais de
l'homJ!le naturel, et le pied l'homme naturel lui-même. Outre cela,
pal' quarante, soit années, soit jours, est signifiée la durée entière
des tentalions; voir ci-dessus, ,N° '633. De semblables choses sont
enveloppées par ces paroles, dans David: Il Ils ont erré dans le
désert, dans une solitude de chemin; de ville d'habitation ils
11' ont point trouvé, affamés et altérés (ils étaient); quand leur

lÎme dans le chemin défaillait, ils ont crié à Jéhovah; il les a


conduits par un chemin dl'oit pour aller vers une ville d' ha­
bitation. li - Ps. CVIl. 4 à 7; -- ces choses ont été dites en géné­
rai des l'achetés, en particulier des fils d'Israël dans le désert, et par
ces ,paroles sont décrites les tentations de ceux qui SOllt régénérés pal'
le Seigneur; par « de ville d'habitation ils n'ont point trouvé, Il esL si­
gnifiée la doctrine de vie, qui chez l'homme fait l'Église; et comme
U8 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 730.
l'Église est formée chez l'bomme par la vie selon la doctrine,. lors­
que les tentations sont ·passées il est dit que Jéhovah les a conduits
par un chemin droit pour allel' vers une ville d'habitation; le man­
que de vl'ai jusqu'au désespoir, et néanmoins le désir du vrai, sont
signifiés en ce qu'ils étaient affamés et altérés, de sorte que leur âme
défaillait dans le chemin. Dans Jérémie: Cl Je me suis souvenu de
tafeunesse, de l'amour de tes fiançailles, quand tu allais après
Moi dans le désert. Ils n'ont point dit: Oz~ (est) Jéhovah,
qui nou~ a fait monter de la terre d'Éqypte, qui nous a con­
duits dans le désert, dans une terre de solitude et de fosse,
dans une terre de sécheresse et d'ombre 'épaisse, dans une
lerre par laquelle il n'avait point passé d'homme (vir), et ozi
n'avait point habité l'homme (homo)? et le vous ai conduits
dans une terre de production, pOUl' en manger le fruit et le
. bon. JI - II. 2,6,7; - pal' la jeunesse et pal' l'amOlli' des fiançail­
les, dont Jéhovah s'est souvenu, est signifié l'état de réformation
et de régénération de l'homme, lorsque de naturel il devient spi­
rituel; comme l'homme est conjoint pal' là au Seigneur, et lui est
pour ainSi dil'~ fiancé, c'est là ce qui est entcnr\u par l'amour des
fiançailles; con1me' cela a lieu par les tentations, il est dit C( quand
tu allais après Moi dans le désert; 1) l'état des tentations est décrit
pal' Cl il nous a conduits dans le désert, dans Ulle terre de solitude et
de fosse, dans une terre de sécheresse et d'ombre épaisse; » le désert
signifie cet état, la terre de solitude et de fosse le signifie quant
aux maux et aux faux qui sOI'tent, la terre de sécheresse et d'om­
bre épaisse signifie la perception du bien et l'entendement du vrai
obscurcis; l'état de l'homme après ~es tentations est décrit par Cl je
vous ai conduits dans une terre de production, pour en manger le
fmit et le bon, JI ce qui signifie qu'ils ont éte introduits dans l'E­
glise, où sont les vrais de la doctrine pal' lesquels il y a appro­
priation du bien de l'amour et cIe la charité, la terre signi6e l'É­
glise, la tene de production l'Église quant aux vrais de la doctrine,
mangel' signifie s'appropriel', le fl'uit le bien de ['amour, et le bon
le bien de la chal'ité et de la vie. Dans Ézéchiel: li Je vous reti­
l'erai d'entre les peuples, et le vous rassemblerllÏ des terres,
et le vous conduirai au désert des peuples, et J'y plaiderai
avec vous faces il faces, comme lai plaidé avec vos pères dans
Vers. 6., CHAPITRE DÜUZIÈM.E. HO
te désert de la terre d'Égypte; alors i~ vous ferai passer sous
ta verge, et ie vous ramènerai dans le lien de l'alliance. 1) -
XX. 3ft à 37; - ici aussi le déselt est l'état des tentations, état
qui est appelé ici désert des peuples, et aussi désert de la terre
d'Égypte, parce qu'il est entendu l'état de l'homme naturel avant
la régénération, lequel, pal'ce qu'il n'y a alors l~ ni les biens ni les
vrais mais les maux et les faux, est appelé désert et solitude i
mais quand les maux et les faux en ont été exterminés, et qu'à leur
place les biens et les vrais ont été implantés, cet homme alors de
désert devient un Liban et un Jardin; plaidel' avec eux dans le
désert faces à faces signifie leur montrer jusqu'au vif et jusqu'à
la reconnaissance quels ifs sont, car dans les tentations les maux
et les faux de l'homme sortent et se mettent en évidence; faces à
faces, c'est jusqu'au vif et jusqu'à la reconnaissance; par c( alors je
vous ferai passer sous la verge, et je vous ramènerai dans le lien
de l'alliance, !li! est signifié qu'après que l'homme a souffert des
choses dures, i! se fait avec le Seignenr une conjonction, qui est la
réformation; faire passer sous la vel'ge, c'est souffrir des choses
dUl'es, et le bien de l'alliance est la conjonction avec le Seigneur.
Dans Bosée : cc Je visiterai sur elle les iours dês Baals, dans
lesquels elle est allÜ après ses amants; c'est pourquoi, voici,
je la conduirai dans te désert, et ensuite ie parlerai sur son
cœur, et je lui donnerai ses vignes de là, et la vallée d'A-
chor pour ouverture d'espérance; et elle répondra là comme
aux jours de son adolescence, et éomme aux iours qu'elle
monta de la terre d'Égypte; et en ceiour-là tu M'appelleras;
Illon Mari; et tu ne M'appelleras plus: Mon Baal. 1) - II.
1.3 à 16; - par les baals et par les o.mants après lesquels elle est
allée, sont signifiées les choses qui appartiennent à l'homme natu-
rel et qui sont aimées, à savoil', les cupidités et par ~uite les faus-
setés; que ces choses seront éloignées par les tentations, cela est
signifié par « je la conduirai dans le désert; 1) par (1 ensuite je par-
lel'ai sur son cœur, Il il est signifié qu'ensuite ils seront oonsolés;
par «( je lui donnerai ses vignes de là, et la vallée d'Achor, Il il
est signifié qu'alors ils auront les vrais spirituels et naturels; pal'
(1 elle répondra, ou chantel'a, là comme aux jours de son adoles-

cence, et comme aux jours qu'elle monta de la terre d'Égypte, ))


150 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 730.

il est signifié qu'ensuite il y aura l'influx du bien d'après le Ciel,


et par suite la joie, comme chez ceux qui étaient des Églises An­
ciennes, et qui de naturels étaient devenus spirituels; les jours de
l'adolescence signifient les temps de ('Ancienne Église; Il comme
aux jours qu'elle monta de la terre d'Égypte, Il signifie quand de
naturels ils furent devenus spirituels; la conjonction alors avec le
Seigneur par les affections du vrai, apl'ès que les cupidités ont été
rejetées de l'homme naturel, est sign,ifiée par Cl en ce jour-là, tu
M'appelleras: Mon Mari~ et tu ne M'appelleras plus: Mon Baal.1l
Comme le désert signifie l'état des tentation~, et que quarante, soit
années, soit jours, signifient la durée entière depuis le commence­
ment jusqu'à la fin, c'est pour cela que les tentations du Seignelll',
qu'il a supportées plus cruelles que tous autres, depuis la jeunesse
jusqu'à la passsion de la croix, sont entendues pal' les Tentations
de quarante jours dans le désert; il en est parlé ainsi dans les
Évangélistes : Il Jésus {ut emmené dans le désert par i' esprit
pour être tenté par le diable; et, ayant jeûné quarante jours
et quarante nuits, ensuite il eut faim; et vers Lui s'appro­
cha le Tentateur. 1) - Matth. IV. 1, 2, 3. Luc, IV. 1,2,3.­
li L'esprit poussant Jésus le fit sortir dans le désert; et il{ut

là dans le désert, quarante jours, tenté; et il était avec les


Mtes. Il - Mal'c, I. 12, 13; - par là, il est entendu, non pas
que le Seigneur a seulement été tenté pendant quarante jours, et
à la fin de ces jours, par le diable, mais qu'il l'a été pendant toute
sa vie jusqu'au dernier moment quand dans Gethsémané il a eu
une cruelle angoisse de cœur, et quand ensuite il a souffert cruel­
lement sur la croix; car par les Tentations admises dans l'Hu­
main qu'il tenait d'une mère, le Seigneur a subjugué tous les en­
fers, et a glorifié en même temps son Humain' ; mais, au sujet de
ces Tentations du Seigneur, voir ce qui en a été écrit dans les Al~­
CANES CÉLESTES, et a été réuni en Collection dans la DOCTRINE DE
LA NOUVELLE JÉRUSALEM, N° 201; toutes ces Tentations du Sei­
gneur ~ont signifiées par les Tentations dans le Désert pendant
quarante jours et qnarante nuits, puisque le désert signifie l'état des
tentations, et que quarante jours et quarante nuits signifient toute
leur durée. S'il n'en a pas été écrit davantage dans ·Ies l~vallgélii:­
tes, c'est parce qu'il n'en a pas été révélé davantage, mais \011-'
Vers. 6, CHAPITRE DOUZIÈME. 151
jours est·il que dans les Pl'ophètes, et surtout dans les Psaumes de
David, elles sont lal'gement décl'ites: pal' les llêtes, avec lesquelles
le Seigneur est dit avoir été, sont signifiées les sociétés infernales;
et par le jeûne, là, est signifiée l'atlliction telle qu'elle est dans les
combats des tentations. IV. Par le Désert aussi esi signifié
['En(er: c'est parce qu'il est dit désert, là où il n'y a ni moisson
ni hallitation; puis aussi, où il y a des bêtes féroces, des serpents,
des dragons, par lesquels il est signifié où il n'y a ni le vrai de la
doctrine ni le bien de la vie, par conséquent où il y a les convoiti­
ses d'apl'ès les amours mauvais, et par suite les faussetés de tout
genre; et comme ces choses-ci sont dans l'enfer, et celles-là dans le
désert, c'est pour cela que d'après la correspondance le Désert aussi
signifie l'enfel', En outre, l'homme natUI'el· chez chacun, tant que
cet homme est séparé du spirituel, comme il l'est avant la régéné~
l'atioll, est un enfer; et cela, parce que tout mal hél'éditaire, dans
lequel l'homme nait, réside dans son homme naturel, et il n'en est
rejeté, c'est-à-dire, éloigné, que par l'influx du Divin Vrai procé­
dant du Seigneul' par le Ciel, et cet influx n'est domlé dans
l'homme naturel qu'au moyen de l'homme spirituel, cal' l'homme
. naturel est dans le Monde, et l'homllie spirituel dans le Ciel; c'est
. pourquoi, l'homme spil'ïtuel doit d'abord être ouvert, avant que du
Ciel par le Seignéul' puisse êtl'e éloigné l'enfer qui est dans l'hom­
me naturel. La manière dont l'enfer est éloigné a été l'eprésentée
par le Bouc, appelé Azazel, jeté dans le désert; en effet, pal' le
Bouc, d'après la conespondance , est signifié l'homme naturel
quant à ses affections et à s~s connaissances, et dans le sens oppo­
sé, quant à ses cupidités et à ses fausse.tés : il est parlé ainsi de cc
Bouc dans Moïse: « Aharon pl'endra deux boucs, et iljettera
sur eux des sorts, l'un pour bouc li sacrifier, et l'autre pow'
Azazel; et après que par le sang du taureau sacrifié, et du
bouc sacrifié, il aura (ait expiation pourla Tente de Conven­
tion et pour l'Autel, il mettra ses mains sur la tête du bouc
A zazel, ct il con(essera les iniquités e.t les péchés des fils .
d'Israël, qu'il mettra sur la tête du bouc, et ensuite ill'en­
verra, par la main d'un hOl~Jme désigné, dans le désert. Ainsi
[e bOllC rJorl cra su,. [ui tout C8 {es iniquités des fils cl' 1smU en
me lerrr. de .~ép((ratirm ct au désert; ct Ilussi dllllS Ir: dlsrrt
152 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 730.

on brûlera la peau, la chair et la fiente du taureau et du


bouc sacrifiés; maÏ$ ils auront [ait expiation, et ils seront
purifiés de tous leurs péchés. » - Lévit. XVI. 5 à 29; - ces
choses ont été commandées, afin que par elles fllt représentée l'ex­
piation, c'est-à-dire, la purification des maux et des faux; si deux
boucs étaient pris. pour la représenter, c'est parce que le bouc d'a­
près la correspondance signifiait l'homme naturel, le bouc qui de­
vait être sacrifié l'homme naturel purifié en partie, et le bouc qui
devait êtl'e envoyé dallS le désert l'homme naturel non purifié; et
comme celui-ci regorge de cupidités et d'impuretés de tout genre,
ainsi qu'il a été dit ci-dessus, c'est pOUl' cela qu'il était envoyé du
camp dans une terre de séparation et au désert, pour emporter de­
hors les iniquités et les péchés de tous ceux qui étaient dans celte
Église; par la terre de séparation et le désert est signifié l'enfer;
l'imposition des mains par Aharon sur la tête du bouc et la con­
fession des péchés représentaient la communication et la transla­
tion; en effet, il en afl'ive ainsi, quand l'homme est purifié des pé­
chés bu fait expiation, cal' les péchés alors sont J~envoyés à l'erifer,
et à leur place sont implantées les affections du bien et du vrai;
celles-ci en partie étaientreprésentées par les gl'aisses du taureau
et de l'autre houc, qui étaient sacrifiées, et par leur sang, et prin­
cipalement par l'Holocauste fait avec le Bélier dont il est parlé là, .
Vers. 5 et 2b, car le bélier d'après la cOl'respondance signitle
l'homme naturel quant au bien de la charité. Mais il faut qu'on
sache que par ces choses le peuple Israélite n'était en rien purifié
de ses péchés, mais que seulement la purification de l'homme na­
turel, lorsqu'il est régénéré, a été ainsi représentée; toutes les
choses de la régénération de l'homme étaient représentées par de
tels externes, surtout par les sacrifices, et cela à cause de la con­
jonction du Ciel avec cette Église par les externes du ,cuUe, dont
les internes, qui étaient représentés, étaient contemplés dans les
Cieux: qui est-c~ qui ne peut voir que les péchés ùe toute une as­
semblée ne peuvent pas être transportés sur un bouc, ni être {)ar
lui portés dans l'enfer? D~après ces explications, on peut voir ce
que signifie le désCl't dans divers sens.
ï31. Où elle a un lieu préparé par Dieu, sign;ifie son état
fl(in que pendan! Dt;, temps il soit pourVZf li. ('e qu'elle soit
Vers. 6. CHAPITRE DOUZIÈME. 153
parmi un 7Jlus grand nombre; on le voit par la signification du
lieu, en ce que c'est l'état, ainsi qu'il va être montré; et par la si­
gnification d'être préparé par Dieu, en ce que c'est qu'il ya été
pourvu par le Seigneur, car ce qui est fait par l'homme, cela est
préparé, mais ce qui est fait par le Seigneur, il ya été pourvu; au
sujet de l'état, qui est signifié par le lieu, il est dit au~si qu'il y a
été pOUl'VU, lorsqu'au s':ljet du lieu il est dit qu'il a été préparé:
s'il est signifié afin que pendant ce temps il soit pourvu à ce qu'elle
soit pal'mi un plus grand nombre, c'est parce que par la femme
qui s'enfuit dans le désert, il est signifié l'Église parmi un petit
nombre, parce qu'eUe est chez ceux qui ne sont pas dans le bien,
et qui par suite ne sont pas non plus dans les vrais; voir l'Article
précédent, N° 730; de là, il suit que par ces paroles (1 où la femme
a un lieu préparé par Dieu, » il est signifié l'état de l'Église, afin
que pendant ce temps il soit pourvu à ce qu'elle soit parmi un plus
grand nombre, et que par les paroles qui suivent, à savoir, « afin
qu'on l'y nourrisse mill~ deux cent soixante jours, )) il est signifié
jusqu'à ce qu'elle croisse à plén,itude, ainsi qu'il est montré plus
bas, N° 732. M.ais, dans la suite de ce Chapitre, il est davantage
traité de cet état de l'Église, qui est entendu par le lieu de la femme
, dans le désert, car il est dit qU'à la femme furent données deux
ailes de l'aigle grand, afin qu'elle s'envolât dans le désert, en son
lieu, où elle ~erait nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un
temps, hors de la face du serpent, outre plusieurs autœs choses.
Si le Lieu signifie l'état, c'est parce que dans le Monde spirituel
les espaces, les lieux, les distances sont, dans leur origine, des états
,de la vie; ils apparaissent, il est vrai, ahsolument comme dans ce
Monde·ci, mais néanmoins ils diffèrent en ce que l'on connait quel
est chacun d'après le lieu où il habite, et d'après la qualité de cha­
cun l'on connaît où il habite; ainsi, dans le commun, quant aux lieux
de tous les habitants selol) les plages; et ainsi, dans le particulier,
quant aux lieux dans les sociétés; et aussi dans le singulier, quant
aux lieux dans les maisons, et même dans les chambres, d'où il
est évident que le lieu et la qualité de l'état font un, et cela pal' la
raison que toutes les choses qui sont dans le Monde spil'Îtuel, les­
quelles apPUl'aissent devant les yeux, et même les tencs, sont dcs
correspondances des spirituels; c'est de là que le lieu signilic l'é-
15ft L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 731.

lat; que les espaces, les lieux et les distances, dans leur origine,
soient des états, et que par suite dans la Parole ils signifient des
, états, on le voit dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER, N0119!
à 199, où il est question de l'espace dans le Ciel: c'est de là aussi
que dans notre monde il est reçu d'appeler lieu (ou situation) l'état,
par exempte, de dire qu'on a été constitué dans une situation éle­
vée, dans une situation éminente, et dans une situation iIlustl'e,
pOUl' dire dans un état élevé, éminent, et illustre. D'après ces con­
sidérations, on peut voir ce qui est entendu en ce que le Seigneur
a dit à ses disciples, cc que dans la maison de son Père il y a
beaucoup de demeures, et qu'il va p1'éparer un lie!/. pour eux,
et que, quand il s'en sera allé et aura préparé pour eux un
lieu, il viendra de nouveau et les prendra près de Lui. Il ­
Jean, XIV. 2, 3; - par préparer pOUl' eux un lieu, il est signi­
fié pourvoil' pour chacun à ce qu'il ait le Ciel selon l'état de sa vie,
cal' pal" les disciples sont entendus tous ceux qui sel'ont de son
Église. Et dans Luc: cc Quand l'esprit immonde sort de
l'homme, il parcourt des lieux arides, cherchant du repos. li
- XI. 2!1; - par l'esprit immonde sortant de l'homme, il est
entendu les maux et par suite les faux éloignés de l'homme qui
fait pénitence; par les lieux arides qu'il parcourt chel'chant du re­
pos so~t signifiés les états du mal et d'u faux qui appartiennent à
sa vie. Et en outre ailleurs dans la Parole, où il est dit le lieu et
les lieux.
732. Afin qu'on 'l'y nourrisse mille deux cent soixante
jours, signifie jusqu'à ce qu'elle croi'sse à plénitude : on le
voit par la signification de mille deux cent soixante jours, en
ce que c'est depuis le commencement jusqu'à la fin, et ainsi la plé­
nitude, comme ci-dessus, N° 636; en effet, ce nombre enveloppe
trois années et demie, et trois et demi, soit années, soit jours, si­
gnifient le plein; voir ci-dessus, Nol 53f, 658; si la nourrir tant
de jours signifie jusqu'à ce qu'elle croisse à plénitude, c'est parce
que cela résulte des choses pl'écédentes, qui sont, que la femme
s'enfuit dans le désert où elle a un lieu préparé par Dieu, par les­
quelles' il est signifié que la Nouvelle Église, qui est entendue pal'
la femmej est d'abOl'd chez un pelit nomhre, afin que pendant ce
temps il soit pourvu à cc qu'clle soit [larmi un plus grand nombre,
Vers. 6. CHAPITRE DOUZIÈME. 155
d'où il suit maintenant, Il jusqu'à ce qu'elle croisse à plénitude; Il
et, outre cela, par nourrir il e$t signifié sustenter la vie et croitre.
Si celte Nouvelle Église, qui est appelée la Sainte Jél'usalem, doit
d'abord commencer ohez un petit nombre, puis être chez un plus
grand nombre, et enfin venir à plénitude, il ya pour cela plusielll's
causes; la premièPe, c'est que sa doctrine, qui est la d0ctrine de
l'amour envel'S le Seigneur et de la charité à l'égard du pl'ochain,
ne peut être reconnue, ni par suite être reçue, que par ceux qui
sont intérieurement affectés des vrais, lesquels ne sont autres que
ceux qui peuvent les voir, et ceux-là seulement voient, qui ont
cultivé leur faculté intellectuelle, et ne l'ont pas détl'uite chèz eux
pal' les amours de soi CL Liu mOIlJe. Une seconde cause, c'est que
la doctrine de cette Église ne peut être reconnue, ni par suite être
l'eçue, que par ceux qui par la doctrine et en même temps pal' la
vie ne se sont pas confil'més dans la foi seule; si c'est seulement
par la doctrine, il n'y a pas obstacle, mais si c'est en même temps
pal' la vie, il y a~sta~le, car ceux-ci ne savent pas ce que c'est
que l'amOlli' envers le Seigneur, ni ce que c'est que la charité il l'é­
gal'd du prochain, et ils ne veulent pas le savoir. Une tl'oisièmc
cause, c'est que la Nouvelle Église dans les terres s'accl'oH selon
son accroissement dans le Alonde des esprits, car des espl'ils de
là sont chez les hommes, et ils sont de ceux qui ont été dans la foi
de leur Église quand ils vivaient dans les terres, et il n'yen a point
d'autres qui reç.oivent la doctrine, que ceux qui ont été dans l'af­
feotion spirituelle du vrai; ceux-ci :;eulement ont été conjoints au
Ciel, où est cette doctrine, et conjoignent le Ciel à l'homme: leul'
nombre dans(e Monde des esprits s'accroit maintenant de jour en
jour; c'est pourquoi, selon leur accroissement s'accroit dans les
tems cette Église, qui est appelée la Nouvelle Jérusalem. Ce fu­
l'ent aussI là les causes pour lesquelles l'Église Cill'étrenne, après
que le Seigneür eut quitté le l\'londe, s'accro.t si lentement dans le
Monde Européell, et n'est venue à sa pléniludo qu'après un sièr,le.
733. Vers. 7,8. Et ily eut une guerre dans le Ciel; iJ.li­
chaël et ses anges combattirent contre le Dragon, et le Dra­
gon combattit el us anges. - Et ils ne {urent pas les plus
{ort,y, et leui' lieu ne {ut plus trouvé dan.y le Ciel. - Et il Y
eulunc (jueI'I'e dans te Cicl, signilie un colIllJal du faux r.OllII'C
156 LiAPOCALYPSE EXPLIQUÉE. N· 733.

Je vrai, et du vrai contre le faux: Michaël et ses angés combat­


tirent contre le Dragon, et le Dragon combattit et ses anges,
signifie le combat de ceux qui sont pour la vie de l'amour et de la
charité, et pour le Divin du Séigneur dans son Humain, contre
ceux qui sont pour la foi seule ou séparée, et qu~ sont contre le
Divin du Seigneur dans so~ Humain: et ils -ne furent pas les
plus forts, et leur lieu ne fu.t plus trouvé dans le Ciel, si­
gnifie qu'ils succombèrent, et que nulle pal't dans les Cieux, après
cela, il n'y eut de lieu correspondant à l'état de leur vie qui appar­
tient à la pensée seule, et non à aucune affection du bien et du Vl'ai.
. na. Et il Y eut une guerre dans le Ciel, signifie un com­
bat du faux contre le vrai, et du vrai contre le faux: on le
voit par la signification d'une guerre dans le Ciel, en ce que
c'est le combat du faux :contre le vrai; et du vl'ai contre le faux,
ainsi qu'il va être expliqué; pal'le faux, ici, il est entendu le faux
Id'après le mal, et par le vrai il est entendu le vrai d'après le bien;
en effet, il y a plusieurs genres de faux, mais ces faùx qui vien­
nent du mal combattent seuls contre les vrais d'après le bien, et
cela, parce que le mal est contre ie bien, et que tout vrai appar­
tient au bien. Dans le faux du mal sont tous ceux qui dans leur
vie n'ont rien pensé du. Ciel ni du Seigneur, mais ont pensé seu­
lement à eux-mêmes et au monde; penser au Ciel et au Seigneur
dans la vie, c'est penser qu'il faut agir de telle manière, parce que
la Parole l'enseigne et l'ordonne; comme ceux-ci vivent d'après
la Parole, ils vivent d'après le Seigneur et d'après le Ciel; au con­
traire, penser seulement à soi~même et au monde, c'est pensCl'
qu'il faut agir de telle manière à cause des lois du' royaume, et à
cause de la réputation, des honneurs et des profits, ceux-ci ne vi­
vent pas pour le seigneur ni pOUl' le Cicl, mais ils vivent pour
eux-mêmes et pour le monde; ce sont ceux qui sont dans le mal
quant à la vie,. et d'apl'ès le mal dans les faux; ceux qui sont dans
les faux d'après cette origine combattent contre les vrais. Toutefois,
leUl' combat n'est pas contre la Parole, car ils l'appellent Sainte et
Divine; mais leur combat est contre les vrais réels de la Parole,
car ils confirment leurs faux par la Parole, m,ais ce n'est que pal'
le sens de sa lettre, qui dans certains endroits est tel, qu'il peut
ùtJ'e entrainé à confirmer des principes souverainement hérétiques,
Vers. 7. CHAPITRE DOUZIÈME. 157
et cela, parce que la Parole dans ce sens est mise à la pOl'tée des
enfants et des simples, dont la plupart sont sensuels, et ceux-ci ne
reçoivent que des choses qui apparaissent devant les yeux; et com­
me telle est la Parole dans la lettre, c'est pour cela que ceux;qui
sont dans les faux d'après le mal de la vie confirment leurs faux
par la Parole, et ainsi falsifient la Parole: bien plus, ceux qui sé­
parent la foi d'avec la charité falsifient la Parole au point que,
partout 011 il est dit faire et où les faits et les œuvres sont nommés,
ils expliquent ces passages, qui sont par milliers, comme s'i! était
.entendu, non pas faire et non pas le fait ou l'œuvre, mais croire et
la foi; de même pour tout le l'este. Ces choses ont été dites, afin qu'on
sache qui sont ceux qu'on doit entendre par ceux qui sont dans les
faux d'après le mal, lesquels ont fait la guerre contre Michaël et
ses Anges, dont il est tl'aité dans l'Article suivant. Que la guerre
dans la Parole signifie la guene spirituelle, qui est celle du faux
d'après le mal contre le Vl'ai d'après le bien, et réciproquement,
ou, ce qui est la même chose, la guerre faite par ceux qui sont
dans les faux d'après le mal contre ceux qui sont dans les vrais
d'après le bien, on le voit dans la Parole pal' un grand nombre de
passages, dontje vais seulement rapporter les suivants; dans Ésaïe:
Il Des peuplts nombreux iront et diront: Allez, et montons

à la montagne de Jéhovah, à la maison du DirJtl de Jacob,


qui nous instruira de ses chemins, pour que nous allions dans
ses sentiers; car de Sion sortira la Loi, et la Parole de J ého­
vah, de Jérusalem, afin qu'il juge parmi les nations, et qu'il
réprime les peuples, qui forgeront leurs épées en hoyaux, et
leurs lances en serpes; on ne lèvera point l'épée nation con­
tre nation, et on n'apprendra plus la guerre. 111aison de J a­
cob, allez, et nous irons à la lumière de Jéhovah. l) - II. 3,
a, 5. Michée, IV. 3; - ces choses ont été dites de l'avénement
du Seigneur, et signifient que ceux qui seront de sa Nouvelle Église
doivent être enseignés dans les vrais, pal' lesquels ils seront con­
duits au Ciel; par la montagne de Jéhovah et pal' la maison du
Dieu de Jacob est signifiée l'Église où il y a l'amour envers le Sei­
gneur, et le culte d'après cet amour; la convocation vers cette
Église, et ainsi vers le Seigneur, est signifiée par Il des l)euples
nombreux iront et diront: Allez, et montons à cette montagne; )
158 L' APOCALYPSEEXPLlQUÉE. N" 734.

.par « il nous instruira de ses chemins, pour que nous allions dans
ses sentiers, )) il est signifié qu'ils doivent être enseignés dans les
Vl'ais, par lesquels ils s~ront: conduits, les chemins sont les vrais,
et les sentiers sont les préceptes de la vie; par Cl de Sion sortira la
Loi, et la Parole, de Jél'Usalem, Il il est signifié par la doctrine du
bien de l'amour et par la doctrine du vrai d'après ce bien, qui sont
pour l'Église d'apl'ès le Ciel par le Seigneur, la Loi est la doc­
tl'ine du bien de l'amour, et la Parole est le vrai d'après ce bien;
par (1 il jugera parmi les' naÜons et il réprimera les peuples, li il est
signifié qu'alors seront dissipés les maux de la vie et les faux de la
doctrine, par les nations sont signifiés ceux qui sont dans les maux,
ct pal' les peuples ceux qui sont dans les faux, ainsi abstractive­
ment les maux de la vie et les faux de la doctrine; par « ils fOl'ge­
l'ont leurs épées en hoyaux, et leurs lances en serpes, Il il est si­
gnifié qu'alors du consentement de tous devront cesser les combats,
l'épée et la lance sont les faux d'après le m'al qui combattent contre
les vrais d'après le bien, et vice verslÎ; les hoyaux sont les biens
de l'Église qui sont cultivés par les vl'ais, car le champ qui est cul­
tivé par les hoyaux est l'Église quant aux biens de la vie, et les
sel'pes sont les vrais de la doctrine, parce que les arbres dans
les jal'dins signifient les perceptions et les connaissances du vrai;
de semblàbles choses sont signifiées par «·on ne lèvera point l'é­
pée nation contre nation, et on n'apprendra plus la guelTe; Il la
guerre signrtie les combats dans tout le complexe; par « allez, et
nous irons à la lumière de Jéhovah, Il il est signifié qu'ils mène-
i l'ont la vie de la sagesse, la lumière de Jéhovah est te Divin Vrai,

et aller à cette lumière, c'est vivre selon ce vrai, ainsi dans la vie
de la sagesse : qu'ici la guerre signifie la guerre spirituelle, qui est
celle des faux contre les vrais et les biens, et vir.e versd, et que les
épées et les lances, qui sont des armes de guerre, .signifient des
choses par lesquelles se font les combats spirituels, on le voit ma­
nifestement, cal' là il s'agit du Séigneur et de l'Église qui doit être
instaurée par Lui, et aussi de la doctrine pour cette Église, et il
est dit « il nom~ instruira de ses chemins, pour que nous allions
dans ses sentiers; Il puis, « allez, et nous irons à la lumière de
J~hovah. Il Dans Bosée : «Je traiterai pour eux alliance, en ce
jour-M, avec l'anima! du champ, et avec l'oiseau des cie'l-lx,
Vel's.7. CHAPITRE DOUZIÈME. 159
et le reptile de la terre; et arc, épée ct guerre je briserai de
dessus la terre, et je les ferai coucher en sécurité. J ) - II. 18;
-ce qui est signifié par l'animal du champ, l'oiseau des cieux et
le l'eptile de la tùre, avec lesquels Jéhovah en ce jOUl'-là traitera
alliance, on le voit expliqué ci-dessus, No' 388, 70'1; et pal' briser
arc, épée et guelTe, il est signifié faire cesser tout comhat du faux
ct du vl'ai; c'est même pour cela qu'il est ajouté «( et je les ferai
coucher en sécurité, Il à savoir, à l'abri des infestations des maux
et dcs faux qui viennent de l'cnfel'. Dans Zacharie: 1\ Je retran-
dwrai le char hors d'Éphraïm, et le cheval hors de J érusa-
lem, et sera 7"etranché l'arc de guerre; au contraire, il par-
lera de paix au.x nations. ») -IX. 10; - ces choses aussi out
été expliquées ci-dessus, N° 357; d'après elles, il est évident que
par l'arc de guelTe est signifiée la doctrine du vrai combattant'
conh'e les faux, cal' elles onl été dites du Seigneur. Dans David:
Jéfto'vaft qui met des solitudes dans la terre; il fait cesser les
guerres jusqu'à t'extrémité de la terre, t'arc il brise, et il
coupe Ul lançe, les chars il brûle au feu. JI - PSt XLVI. g,
10;-ici aussi pal'Jéhovah qui féra cesser les guerres jusqu'à l'ex-
trémité de la terre, il est signifié qu'il fera cessel' les combats en-
tendus daus uu sens spirituel, c'est-à-dire, les combats .des faux
contl'e les vrais et les biens de l'Église; voir ci-dessus, N° 357.
Dans le M.ême : (l Dieu brise les étincelles de l'arc, le bouclier,
et t'épée et la guerre. )) - Ps. LXXVI. li; - de semblables
choses sont signifiées ici; voir ci-dessus, N°s 357 et 365. Dans
Ésaïe: «Devant des épées ils seront errants, devant épée le-
vée, et devant arc tendu, à cause du poids de la guerre. ) 1 -
XXI. 15 ô-ce qui est signifié par ces pal'oles, on le voit ci-dessus,
N°' 131, 357; «( à cause du poids de la guerre, )\ c'est à· cause de
la Jorle attaque lies faussetés contre les connaissances du bien, qui
sont signili6es là par l'Arabie ou Kédar. Dans David: « Jéhovah
qui enseigne à mes mains la guerre, pour mettre un arc d'ai-
rain en mes bras. )) - Ps. XVIII. 35; - par enseigner aux
mains la guerre, il est entendu la guerre, non contre des ennemis
dans le monde, mais contre les ennemis dans l;enfcr, ce qui a lieu
par les comhats du vl'ai colltl'e les faux et contre les maux; il sem- ,
ble, il est vl'ai, que là pal' la guerre il soit entendu une guerre telle
160 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 734,

que David en faisait conh'e ses ennemis, ct qli'ainsi Jéhovah lui en­
seignait UDe telle guel'l'e, et commellt il mettrait un arc d'airain en
ses bras; mais néanmoins il est entendu une guel'l'e spirituelle, et
aussi un arc spirituel, qui est la doctrine du Vl'ai, et l'arc d'airain
est la doctrine du bien de la vie; et cela, parce que la Pal'ole, con­
sidérée dans son essence, est spirituelle; mais, SUI' ce sujet, voir
aussi ci-dessus, N° 357. Dans le Même: (1 Jéhovah! plltide con·
tre ceux qui plaident contre moi; combats contre ceux qui
m'at taquent; prends l'écu et le bouclier~ et lève-toi à mon se­
cours; mets en avant la lance~ et oppose-toi à ceux quime
poursuivent; dis à mon âme: Ton salut~ Moi. J) - Ps. XXXV.
1, 2, 3; - qu'ici par combattre, prendre l'écu et le bouclier, et
mettre en avant la lance, il ne soit pas signifié prendl'e ces armes
de guerre, puisque ces choses sont dites de Jéhovah, cela est évi­
dent; mais il est dit ainsi, parce que toutes ~es armes de guel'l'e si­
gnifient des choses qui appartiennent à la guel'l'e spirituelle; par
l'écu, patce qu'ri protége la tête, il est signifié la défense contre les
faux qui détruisent l'entendement" 'du vrai; pal' le ~ouclier, parce
qu'il protége la poitl'ine, il est'signifié la défense contre les faux
qui détl'Uisent la chal'ité, laquelle est la volonté du bien; et par la
lance, parce qu'elle protége toutes les parties du corps, il est si­
gnifié la défense dans le commun. Comme de telles choses sont si­
gnifiées, c'est pour cela qu'il est ajouté (1 dis à mon âme: Ton
salut, Moi. )1 Puisque Jéhovah, .c'est-à-dire, le Seigneur, protége
l'homme contre les enfers, c'est-à-dire, contre les maux et les faux
qui s'en élèvent continuellement, voilà pomquoi le Seigneur est ap­
pelé Jéhovah Sébaoth~ c'est-à-dire, Jéhovah des Armées; ct par
les Armées sont signifiés les vrais et les biens du Ciel, et pal' suite
aussi de l'Église, dans tout le complexe, pal' lesquels le Seigneur
éloigne les enfers dans le commun, et chez chacun dans le particu­
liel'; c'est de là ~'il est dit de Jéhovah qu'il combat et fait la
guerre Lui-Même comme un héros et un homme de guerre dans
les hatailles, ainsi qu'on peut le voir pal' les passages suivants; dans
Ésaïe : (.Jéhovah Sébaoth descend pour soutenir la guerre
sur la montagne de Sion et sur sa colline. Il - XXXI. h. ­
Dans Zacharie: (( Jéhovah sortira et combattra contre ces na­
tions~ comme lejow' de son combat au jour de la bataille. Il
Vers. 7. CHAPITRE DOUZIÈME. 161
XIV. 3. - Dans Ésaïe: Il Jéhovah comme un Héros S(n'lira,
comme un homme de guerres il éveillera son zèle; sur ces en­
nemis ill'emporlera. II-XLII. 13.-Dans Moïse: l( GUC1re
(sera) li Jéhovah contre Arnaleek de génération en généra­
. lion. II-Exod. XVlI. 16; -cela a été dit,'parce que pal' Ama­
lek sont signifiés ces faux du mal,qui infestent continuellement les
vrais et les biens de l'Église. En outre, pal' les guerres dans .Ies
Historiques de la Parole, lant celles ql.li sont l'apportées dans les Li­
vres de Moïse que celles qui le sont dans les Livres de Josué, des
.Jtiges, de Samuel et des Rois, il Post signifié aussi (Je!; guerres spiri­
tuelles; pal' exemple, les guerres contre les Assyriens, les SYI'iens,
les f;gyptiens, les Philistins, et au commencement Ie.~ guen'es
contre les nations idolâtl'es dans' la terre de Canaan au-delà et eo
deçà du Jourdain; quant à ce qu'elles signillent, on le voit claire­
ment, 10l'squ'on sait ce qui est signifié, et quel faux et quel mal
sont signifiés parles ASSYI'iet'ls, les:Bahyloniens el les Chaldéens;
puis aussi, par, les Égyptiens, les Syriens, Ie.c; Philistins, et t011S les
autres; œl' toutes le'\ nations et'tous les peuples, qui ont fait la
guerre contre les fils d'Israël, repl~ésentaient les enfel's qui voulaient
faire .violence à l'Église représentée' par les fils d'Ismël : les
guel'res, cependant, ont été failes en actualité comme elles ont été
d~,criles, mais néanmoins elles représentaient et pal' suite signi­
fiaient des guerres spirituelles; paisque dans la Parole il n'est l'ien
dit qui ne soit intél'ieUl'ement spirituel, cal' elle est Divine, et ce
qui procède du Divin estspirïtllel et se tel'mine dans le naturel.
~ue' les Anciens aient eu aussi une Pal'ole, tant Prophétique
qu'Historique, aujourd'hui perdue, on le voit dans ~oïse,-Nomb.
XXI, - où il est rapporté des Prophétiques qui y sont appe­
lés ÉNONCÉS, et des Histol'iques qui y sont appelés GUERRES DE
JÉHOVAH, -.:.... Vers. 1.h et 27; --:- ces Historiques ont, été 'appelés
Guerl'es de Jéhovah, parce que les guerres du Seignelll' conlre les
enfers sont signifiées pal' elles, comme aussi par les guerres dans
les Historiques de notre Parole. C'est donc de là que les enne­
mis, les' advel'saires, ceux qui altaquenl~ ceux qui poursuivent,
ceux qui s'insurgent, et de plus, les armes de guerre, comme
lance , bouclier, écu, épée ,arc, flèches, chal', signifient dans
la Parole les choses qui appartiennent au combat et à la déftlDse
v. H.
162 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE, N" 73h.

contre les infernaux. Dans Morse: Il Quand tu sortiras pour la


guerre contre tes ennemis, et que tu verras r.hevalet c!lar,
peuple rwmbreux: , plus que toi, tu n'auras point crainte
d'eux, parce que Jého'L'a-k ton Dieu (est) avec toi. Le pretre
leur dirq, quand ils s'approcheront ,pour, le combat: Vous,
vous approc/lez aujour.d~hui,pour le. combat contre vos enne­
mis; que ne s'amollisse point 'Natre cœur, ,et ne vous effrayez
point, et ne tremblez point, et,:ne,soyez. point troublés,devant
eux, car Jéhovah votre Dieu va avec vous pour combatlre
pour vous contre vos ennemif,. a{iltdetJoussauver.1l - Deutér.
XX, 1,2, 3,4;- celui qui ne sait pas qu'il ya un sens spirituel
dans chaque chose de la Parole peut cl'oire que, dans ce passage, il
n'est pas entendu intérieurement autre chose que ce qui est entendu
dans la lellre; .mais néanmoins par la .guene, ici comme ailleurs,
il ,est signifié une guelTe spirituelle, et par suite pal' le cheval, le
chal' ,et le peuple nombreux slflit signifiés les faux de l'eJigion aux­
quels, on se fie, et d'après lesquels on combat contre les vrais de
1"ÉgU'se, par le cheval les faux de l'entendement el les l'aisonne­
menLS qui en pl'oviennent, pal' le char les {aux de la doctrine, et
par le peuple nombl'eux les faux en ,général; soit qU.'on dise les
faux< ou ceux qui sont dans les faux, cela revienL au même: comme
ils ne doivent pas avoir crainte d'eux, ni tremblel', parce qu'ils
spnt danS"les vrais de l'Église d'apl'ès le Seigneur, et'parce que le
Seigneul' est dans ces vrais chez l'homme et ainsi combat d'après
les v,rais pour l'homme contre. les enfers qui sont dans le sens spi­
rituelles ennemis, c'est pour cela qu'il est dit Il parce que Jéhovah
LOU' Dieu esti,avec tai, ,et va avec vous pour combaLLre pour vous
contre vos ennèmis, afin de v,ous sauver: Il ces deux sens, à sa­
VOil', ,le naturel eUe spirituel, font un par les correspondances qui
existent entre toutes les choses du monde et toutes celles du Ciel;
de là vient la conjonction du Ciel avec l'homme par la Parole: le
vrai du sens spirituel! qui est caché dans les Histol'iques de la Pa­
l'ole, est plus difficHe à voir que celui qui est caché dans les Pro­
pMtiques; et cela, pal'ce que les Historiques tiennent le mental fixé
en eux, et pal' suiLe détournent de pensel' autre chose que ce qui se
présente dans la lellre; mais, toujours est-il que tous les Histori­
ques de la Pal'ole sont des l'epréscnLatifs des célestes, et que les
Vers, 7.· CHAPITRE DOUZIl~ME. 163
mots sont des significatifs. Que tons ceux-là ùevllitmt corouattre,
qui étaient dans .les vrais de la doct1'Ïne, et étaient par suite deve­
nus hommes de l'Église, et non ceullt qui ne l'étaient pas encore
devenus, cela êSt signifié par les choses qui suivent dans ce Cha­
pitre: Il Ensuite parleront les officiers au peuple, en disant:
Qui est l'homme qui a bâti une maison neuve, et ne l'fl point
inaugurée? qu'.il s'en aille ,et retourne à sa maison" de peur
que peut-être il ne meure dtlTlS la gwerre, et, qu'un aut.re
homme ne l'Î11augure. Ou, qui est l'homme quia p'ant~ une
vign,e, et ne l'a point ache1)ée ni vendangée.? q.u'il s'en aille et
retourne li sa maison, .de peur que peut-être il ne meure dam
la guerre, et qu'un autre homme ne l'achêve et ne la ven­
d4nge. Ou, quiesll'homme Qui s'est fiancéà uTtcIemme, et
Tte. l'a point épousée? qu'il s'en aille et r.etourneà sa maison,
de peur que peut-ét.re -il ne meure dans la guerre, et qu'un
autre !tomme ne l'épouse. Qui estl'ltamme timide et mou de
cœli1'? qu'il s'en aille et retourne il sa maison, et qu'il ne {asse
pas fondre· le cœur de ses frères comme. .~on cœur, Jl - Deul.
XX. 5, 6, 7, 8; - ceux qui avaient bâti des maisons neuves et
ne les avaient pas enCOI'e inaugurées, ou ceux qui avaient planlé
des vignes et ne les av.aient pas encore vendangées, ou cellX qui
s'étaient fiancés à une femme et ne l'avaient pas encore épousée,
devaient ,rester à lal maison, de peul' qu'ils. ne mourussent dans la
guen'e, et que d'autres hommes n'inaugul'3ssen t les. maisons, ne
vendangeassent les vignes et ne prissent les· femmes pOUl' épouses;
cela avait été commandé et établi d'après des causes existant dans
le'Mondespiritucl, et quepel'sonne ne peut voir, à moins de sa­
voil' ce qui est signifié pal' bâti!' une maison, plan leI' une vigne, et
~pouser une femme, puisee qui est signifié par mOUl'ir dans la
guel'l'e; pal' uâlil' une maisen, il est signifié instaurer l'f:glise, pal'
plalltel' une vigne, il est ~ignifié la même chose; mais pal' la mai­
SOIl, il est signifié l'Église quant ~u bien, ct pal' la vigne l'Église
quant au vrai, cal' l'un et l'aull'e, tant le hien que If. .vrai, doit être
implanté chez l'homme pour qu'en lui il y ait Église; la conjonc­
tiou de l'un et de l'autre, à savoir, du bien el du vrai, est signifiée
pal' se fiancer à une femme et l'épousel'; fiaI' la guelTe esl signifiée
·la guen'c spirituelle, qui est un combat conll'C les maux et les faux
1"6l1 l'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 734.

qui viennent de l'enfer, et pal' mOUl'ir dans la guerre, il est signifié


succomber avant que l'Église ait été implantée :par ces choses, ce
qui même arrive par les tentations, qui aussi sont signirtées par les
guerres dans la Parole: de là, on peUL conclure ce qui est signiOé
par ces statuts dans le sens spirituel, à saveir, que les hommes de
l'Église, c'est-à-dire, les hommes en qui est l'Église, lesquels sont
signifiés pal' les fils d'Isl'ael sortant pour la guel're, doivent com­
battre contre les ennemjg qui sont les enfers, mais non ceux qui
ne sont pas encore devenus hommes de l'Église, c'est-à-dil'e, hom­
mes en qui est l'Église; c'est pourquoi il est dit qne ne sortiraient
pas pour la guerre ceux qui a\'aient bâti des maisons et ne les
avaient pas encore inaugurées, ni ceux qui avaient planté des vignes
et ne les avaient pas encore vendangées, ni ceux qui s'étaient fian­
cés à des femmes et ne les avaient pas encore épousées, cal' par
tous ceux-ci sont signifiés ceux -en qui l'Église n'a pas encol'e été
implantée, ainsi ceux qui ne sont pas encore devenuS' hommes de
l'Église, et il est dit qu'ils devaient s'en aller et retourner à leur
maiSOn, de peur qu'ils ne mourussent dans la guerre, ce paI' quoi
il est 'entendu que ceux-là ne prévaudraient pas sur les ennemis,
mais que les ennemis prévaudraient sur eux, car sur les ennemis
spirituels prévalent seulement ceux qui sont dans les vrais d'après
le bien, ou chez- qui le vrai a été conjoint au bien; il est dit aussi
li de peUl' qu'un autre homme n'inaugure la' maison, ne vendange

la vigne, et n'épouse la femme, Il ce qui signifie de peUl' que les


faux et les maux ne se conjoignent avec le bien, ou un vrai d'un
autre genre avec~'alfeclion du bien; pal' un autre homme est signi­
fié le faux, et aussi un autre nai, ainsi un vrai non 'COncordant:
les timides et les mous de cœUI', qui devaient aussi retournel' à la
maison, signifiaient ceux qui n'élaient pas encore dans les vrais et
les. biens de l'Église, ni pal' conséquent dans la confiance au Sei­
gneur, car ceux-ci craignent les méchants, et font aussi que les
aulres out de la crainte,' ce qui est sigilifié par (1 qu'ils ne fassent
pas fondre le cœur de leurs frères: II ce sont donc là les causes in­
térieures, ou les causes d'après le Monde spirituel, pour lesquelles
ces choses out été commandées. Que la Guerre signifie ln Guerre
spil'ituellc, c'est-à-dire, contre les infernaux, on le voit manifes­
tement en ce que les offices et les ministèl'es des Léviles autour de
Vers. 7. CHAPITRE DOUZIÈME. 165
la Tente de Convention sont appelés Milice, comme il est é)'ident
pal' ces passages dans Moïse: <c Il a été commandé à Moise de
compter les Lévites depuis le fils (l'âge) de t"ente ans jus­
qu'au fils de cinqumtte ans, pour ea:ercer la milice, afin de
{aire l'ouvrage dans la Tentt de Convention. 1 1 - Nomb. IV.
23, 35, 39, U, lI7.-Et ailleurs: c( Voici l'office des Lévites :
Depuis le lils (l'âge) de vingt-cinq ans et au-dessus, il (le Lé­
vite) ea:ercera (a milice pour le sen)ice de la Tente de Con­
vention; mais depuis le filsderinquante ans, il se retirera de
la milice dU' service, et il ne servira plu•• Il - Nomb. VIII.
24, 25; -i. si les offices et les ministères des Lévites autour de la
Tente de Convention sont appelés milice, c'est parce que les Lévites
représentaient les vrais de l'Église, et que Aharon, à qui les Lévites
avaient été donnés et attachés pour le service, représentait le· Sei­
gneur quant au bien de l'amour et quant à l'œuvre de la salvatioll;
et comme le Seigneur d'après le bien de l'amour régénère et sauve
les hommes par les vrais de la Parole, et aussi .éloigne les maux et
les faux qui sont de ('enfer, contre lesquels il combat continuelle­
ment, voilà pourquoi les offices et les ministères des Lévites ont été
appelés milice: cela est encore évident en ce que leurs ministères
ont été appelés milice, quoiqu'eux-mêmes n'aient point combattu
contre les ennemis terrestres: de là, il est évident que le sacerdoce
est une milice, mais milice contre les faux et les maux. C'est de là
que, même aujoUl'd'hui, l'Église est appelée Église militante. Dans
Ésaie: « Voia: de multitude dans les montagnes, image de
peuple grand, voia: de tumulte des royaumes des nations flS­
semblées, Jéltovah Sébaoth compte l'armée de guerre. I l ' ­
XIII. li; - ces paroles ont été expliquées ci-dessus; voir N~ 463;
et pal' compter l'armée de guerre, il est signifié mettre en ordre les
vrais d'après le bien contre les faux d'après le mal 'qui sont signi­
fiés par les royaumes des nations assemblées. Dans le Même: cc En
ce jour-là, 1 éhovah sera en esp"it de jugement pour celui qui
est assis sur le iugement, et en {oree pour ceua: qui repous­
sent la guerre de. la porte.Il-XXVIII. 6; -dans ce'khapitl'e,
il s'agit de ceux qui sont dans le-faste de la propre intelligence,
lesquels sont entendus pal·la.coUl'onne d'orgueil, les enivrés d'l~­
phl'aïm, - Vers. 1; - mais ces paroles-ci sont dites de ceux qui
166 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 73!J.

n~ sant l'as dans cc faste; pal' (( Jéhovah sera en esprit de juge­


ment pOUl' celui qui est assis SUl' le jugement, )) il est signifié que
d'après le SeigneUl' ils ont l'intelligent'e; le jugement signifie l'en­
tendement du vrai, ainsi l'Intelligence; « Jéhovah sera en fOl'Ce
pOUl' ceux qui repoussent la' guerl'e de la POI'te' )) signifie que le
Seignem' donne La puissance à ceux qui "défendent la Pal'ole et lu
doctI'ine tirée de la Parole; et empoohentqu'on y fasse violence, la
ville est la doctl'ine, ct la pOl'te qui y donne l'enh'ée signilie les vrllis
natul'els; de là venait que les anciens rendaient leurs jugements
aux portes de la ville; Dans Jél'émie : (( Sanctifiez lh. guerre CO>l­
tre la fille de Sion; levez-7)ouS, et montons à midi; levez-1)ouS,
et montons dans la nuit, et détr'uisons ses palais; étendez
contre Jérusalem le retranchement. Voz'ci, un peuple vient
de/a terre du septentrion; cruel, lui'; et ils n'ont point de
compassion; lew' 'VOl'X, comme /a mer, retenû"t; sur des l'he­
vaux ils chevauchent; préparé (il est), .comme un IUfmme pour
,la giterre, contre. toi, fille de Sion. II ~ VI'. 3, li, 5, 6'i22,23;
- là, ri s'agit de la falsilication de la Pal'ole par ceux qui sont
dans la propre intelligence, ceux-ci sont entendll~ par le' p~uple
qui vient de la terre du septentrion; 'car 'ceu~: qui SOllt tels habi.:.
tent dans le M'onde spil'ituel au septentrion, pal'cc qu'ils sont dans
les choses falsifiées d'après lesquelles les vrais ne sont point' vus;
mais l'Église; qui est dans les vrais l'éels, est entendue par la Iille
de Sion; l'attaque contre le vl'ai et la destruction de-l'Église pal'
eux sont signifiées pal' « sanctifiez la guerl'e contre la fille de Sion,
ct étendez contre Jél'usalem le l'etl'anchement; Il Jérusalem est 1'.':­
glise quant à-la doctrine, et par suilela doctrine de .l'Église ~ Per­
fort pour détruire ouvertement les vrais est signifié pal' 'cc levci­
vous, montons à midi; » JoIetrol't 1pOUl' 'détruil'e secl'étement les
vl'ais est signifi6 par «( levez-vous, montons dans la nuit,; 'l l'elfol't
pOUl'détl'uil'e l'ëntendement du vrili est signilié par Cl détl'llisons
ses palais; 11 pal' iice peuple est'cruel, et ils n'ont point de conipas­
sion, )) il est signifié qu'ils ne sont nullement dans l'amoul'du- V1'ai,
mais qu'ils sont dans l'amOlli' du faux; pal' « leur voix, comme la
mel', l'etentit; SUI' dCi chevaux ils ehevauchenl, Il il est signilil~
qu'ils l'àisOllncnt d'apl'ès les sciences et d'alll'ès la propl'e intelli ..
gence; pal' {{ il e:-t prépare ,',ommc un homme pOUl' la guen'c, Il il
,

Vers. 7. 'CHAPITRE DOUZ(ÈME~ i6ï


est signilié qu'ils sont assaillants du vrai. Dans David: (1 DMit're­
moi de fhomme méchant, et de l'homme' de ,violences préser.
ve-moi, lesquels pensent dest'1laux dans le cœur;' tout le jour
ils se rassemblent pour des guerres; ils Ont aiguisé leur Ion"::
gue comme des serpents.:)) - PSt CXL.2, S, li ;-par l'homme
(homo) mécbant et rhomme (m'r) de violences sont signifiés ceux
qui pervertissent les vrais de la Parole; est dit homme de vio­
lences celui qui d'après une intention maUvaise fai' violence aux

vrais de, la Parole en les pervertissant; l'intention mauvaise est en
outre déel'ite pal' pensel' des maux dans lecœur;et"petvel'Urles
vrais de la' Parole est décrit par Cl tout le jour' ils se rasseIIiblelù
poUl' des 'guerres;'l1 les raisonnements par,'lesquels ils préviil\ent
sont ~ignifiés par les 'guerres, c'est pourquoi il est aussi ajout~
CI ils ont ~iguisé leur langue comme 1Ies sel'peuts. Dans Zacharic':

Cl Ils seront com'm(! des puissants qùi (oule'nUa houe dès 'rItes
dans la guerre, et Us combattront, parce que Jéhovah avec
eux sera, ·et CO'1lfus seront oeux quz"ch~vauchent sur des che~
lXlUX.' II - - X. 1); -'là, il s'agit tle l'avénement du Seigneur'et
de ceux qui sont par Lui dans les \Irais d'après'le bien;' il est :dit
de ceux-ci qu'ils seront comme des puissants qui foulent la boùe
des rues dans la guerre,'ce qui signifie qu'ils dissiperont et détrui­
ront entièrement les faux' de la doctrine; la boue des l'Ues signifie
ces fau'X, parce que,la ville signifie, la doctrine, les rues d'ùne ville
en sont· les vrais, et hi boue y est le faux d'apl'ès le vrài fa!siM;
(1 et ils comhattrollt"parce que-Jéhovah avec eux sera, signifie
)1

que d'après le Seigneur ils attaquel'ont etsurm'ontel'O'At ces faux;


CI et confus ~eron't, ceux qui chevaucberit"sur des chevaux; II signi­

fie que le tont de: la propre '\htel\igence: succombera; être confus,


c'est SUCCombel', parce que cela est dit de·ceux qui sont vaincus,;
ct chevauchel' sur des chevau/(, signi6e se fier àla propre intelli­
gence. Dans Hosée : li De la maison de Jehudah;"'aurai com­
passion, et je les sauverai par. leur Diiu J éholJah, et je ne les
sauverai point par arc, ni par Jpée~ ni par guerre, ni pat
chevaux, ni parcavaliers, 11-1. j-;-par la maison de Jehudah
est signifiée l'It~lise céleste, pal' avoir compassion et les sauver par
leul"Dieu Jéhovab est signifiée r., stllvatiolJ pal' le ScigncUI'; Il je
ne les sauverai poinl par al'l~;Tli 'par épee, ni fI"l' gucrl'l~, ni PlIr
168 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 734.
chevaux, ni par cavaliers, Il signifie non pal' des choses qQi appar­
tiennent à la pl'opre intelligence; ce que signifie l'arc, ce que si­
gllifie l'épée, et.ce que signifient les cheva"x et les cavaliers, cela
a été montré ci-dessus en: son lieu; la guerre signifie le combat
d'apl'ès ces choses. Dans Ézéchiel: u Vous n'êtes p(Jillt montés
aux brèches. ni n'avez regarni {'enceinte pour /0. maison d'Is­
raël afin de vOus mainttnir dans. la guerre au jour de ,Jélto­
vah. Il - XIll. 5. - Ceci est dit des Prophètes insensés, 'par qui
sont signifiés l~ faux de la doctrine d',après la Parole falsifiée;
pal' (1 vous ,u'êtes point monlés aux brèches, ni 'n'avez regarüi
l'.enceinte pour la maison d'Israel, Il il est signifié qu'ils ne. pou­
vaient pas répal'el' les 'erreurs. de I:Église, ni en corrigel' rien ~ les
brèches.de la maison d'Isr.ael sont l~ err.eurs de I;ÉgUse, son en­
ceinte est ,ce qui défend.contre-l'irruption du fau,x.l et ainsi cOI'J'ige;
Cl afin 4e "ou,s maintenir dans la guel'I'o au JOIll de JébQvah, Il si­

gnifie De point com~attl'e,colltre les faux du mal qui vrocèdent de


l'enfel', aujoUl' du,Jugement DerDieJ'. Dans,Jél'émie: ~c Comment
n'a-t-elle pas' éM délaissée! la ville de gloire. la ville de ma
joie? c'est pourquoi. ses jeuRes gens tomberont dalJsses rues.
et, tous 188 homm.es de guerre seT'ont ret~anchés'6n, ce jour­
là. II - XLIX. 25, 26. L; 30; - la doctrine du vrai d'aprèS
la·Parole est entendue pal' la ville de gloire, et par la ville de. ~a
joie de Jéhovah; que cette doctrine ait été changée' en doctrine du
faux pal' les falsificaUons du vrai,· cela est signifié par Il n'a-t-elle
P/lsété délaissée 0U abandonnée? )) pal' u c'est pourquoI, ses jeuoes
~ens tomberont dans ses l'Ues, ~il est· signifié'que tout entendement
1 du vrai et ainsi toute ·intelÙgence ont péri; les jeunes gens sont
l'entendement d.lI vrai, et les rues de la ville sont les faax, de la doc·
trine; par ct tousles hommes de guelTe sel'oot 'l'etrancbés, Il il est
signifié qu'il ne. reste plus aucun vrai qui combatte contra les faux;
les hommes de gllerre~ont ceux qui son t dan! les vraiS' et qui -d'a­
près les vrais combattent contre les faux, et abstl'activeruent, les
vrais qui combattent contre lé.., faux. Dans Ésare : ct Tes trans­
percés ne sont point des transpercés par épte. 11i des.' tués Ott
guerre. Il - XXII. 2 ;-ces choses ont été dites de la vallée de'lll
vision, par laquelle est signifié l'homme sensuel, qui voit toutes
choses d'après les illusions des sens du corps; .et comme ilue com­
Vers. 7. CHAPIl'RE DOUZIÈME. 169
prend pas les vl'ais, et que par suite à leur place il saisit les faux,
il est dit que ses tpanspercés ne sont point des transpercés par épée,
ni des tués en guerre, ce qui signifie que les vl'ais n'ont point été
détruits par des l'aisonnements d'apl'ès les faux, ni par certains
combats du faux contre les vrais, mais qu'ils l'ont ·été par eux-
mêmes, pal'oo qu'ils l'ont été pal' des illusions, d'après lesquelles
les vrais, ne se montrent point. Dans le Meme: (1 Je meltraïaux
prises l'Égypte avec l'Égypte, de telle sorte que combatte
l'homme contre son frère, et l'homme contre son compagnon,
ville contre ville. royaume contre royaume. Il - XIX. 2;-
ces choses ont été dites de l'homme naturel séparé de l'homme spi-
rituel; il est signifié pal' l'Égypte; la foule de ses faux, qui raison-
Dent et combattent contre les vrais et les biens de l'homme spil'i-
rituel, est signifiée pal' «( je mettrai aux 'prises l'Égypte avec l'É-
gypte, de telle sorte que CùmbalLe l'homme coptre son fl'ère, et
l'homme conll'e son compagnon; "l'homme et le frère signifient le
vrai et le bien, et dans le sens opposé le faux et le mal; l'homme
et le compagnon signifient les vrais entre eux, et dans le sens, op-
Ilosé les faux enlllc eux; cette dissension et ce combat ont lien quand
Jes faux règnent, puisque des faux sont continuellement en débat
avec des faux,. mais non les vrais avec les vrais; pal' «ville com-
battra contre ville, et royaume contr'e royaume, Il il est signifié
qu'il y aura de semblables contestations des doctrines entre elles,
ou· des f;g~ises entre elles; la viUe est la doctrine, et le royaume
est ,l'Église qui en dérive. D'apl'èS ces considérations, on peut voir'
ee 'quiest :signifié pal' les paroles du Seigneur dans les Évangé-
liStes: « Plusieurs viendront sous 'mon 'Nom, disant: Moi, je
sùis le Christ; et ils (en) séduiront plusieurs: or, vous allez;
entendre des guerrB6 'et des bruits de guerres, prenez garde
que vous ne soyez troublés: car se levera naeion contre na-
tion. et rayaume contre royaume; et il y aura des famines,
et des pesfes, et des tremblements de tel're. Il - Matth. X:XIVJ
5,6,7. Marc, XIII. i, 8,9. 1uc,XXI. 8,,9, tO; -ces choses
ont été dites" par le Seigneur aux "disciples SUl' la consommation du
siècle, par laquelle est signifié l'état de l'Église quant à son der.,.
niel' état qui estdécl'it dans (',Cs Chapitl'es; c'est pourquoi il est
aussi entendu la pel'vel'sion et la falsification successives du vrai el
1iO L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE, N· 73h,

du bien de la Parole, jusqu'à ce qu'i! n'y ait que le faux.ct pal' suite
le mal; pal' ceux qui viendront sous son Nom, et qui se di­
ront le Christ et en séduit'ont plusieurs, il est signifié qu'il en vien­
dra qui dit'o~t,que telle chose est un:Divin Vrai, lorsque cependant
c'est un vrai falsifié, qui en soi est un' faux; car par Cht'ist il est ell­
tendu le Seigneur quant au Div.n Vrai" mais là dans le,sens opposé
le falsifié; II vous allez entendre'des guerl'es et' des lll'uits de guel'~
l'es, Il signifie qu'i! y, aura des discussions et ·des contestations sur
les vrais, et de là des falsifications; lise lèvera nation contl'e nation,
et royaume contre royaume, Il signifie que le mal combattra contre
le mal, et le faux contre le faux, cal' enll'e eux les maux ne sont
jamais.d'ar"cOlid, ni les fanx non,plus ; c'est ce qui fait que les Églises
entre .elles-sont divisées~ et qu~i1 en est sorti tant d'hérésies; la na­
tion signifie ceux qui sont dans les maux, et le royaume ceux qui
sont dans les fau~ et dont eSt composée l'Église; Il il yaUl'a des fa­
mines;' et des pestes, et des tremblements de terre, Il signifie, qu'il
n'y aur.a plus ~lUcune connaissance du vrai et du bien, et qu'en rai.
S01\ de l'infection 'que pro<!uiront les faùx, fétat de l'Église sera
changé; la famine est la privation des connaissances du vrai et du
bien, les pestes sont les infections prGduites par l(Os faux, et les
lI'emhlements de tert'e sont les changements de l'Église, Comme
les. guel'res dans la Pal'ote signifient les guerres spirituelles, qui
sont des combats du faux contl'e le vrai, et du vl'ai contre le faux;
c'est poUl' cela que ces combats sont décrits, par II la Guerre du
Roi du septentrion contre le Roi du' midi; Il et par Il le combat
du Bouc de enèvres contre le Bélier, Il dans Daniel; la Guerre
entre le Roi du septentrion et le Roi du midi, Chap. XI; et le
combat du Bouc de chè,'res' con~re le Bélier, Chap. 'VIII; etià
par le roi du septentrion sont entendus ceux qui 'sont dans les faux"
et pal' ,le l'Qi du'midi ceux qui sont dans les vl'ais; pal' le noue, SOllt
signifiés çcux qui SQlJt dans les faux de la doctrine parce qu'ils.sont
dans le mal de la vie, el pal'le Béli6l' ceux qui sont dans ,les VRais
de la doctrine parcequ'i/s sont dans le bien de la vie; D'après ces
eX(1'licalions, on peUl voil'ce qui esl signifié pal' la Guerre aussi ail·
leurs dans l'Apocalypse, par exemple, dans les passages sQivants:
Il Lorsque les témoins lluront ru:hem: Imr tbnoignage, la Bête

qui mon'tc de l'abiml' lera la (;uel'I'c l'ontre (?tU, et les vain­


Vers. 7. CHAPITRE DOUZIÈME. '17:1
rra, et les tuera. 1) - XI. 7.-Ailleurs: «Ce sonldes' e.çprits
de démon.~, qui {ont des signes poiJ.r s'cn aller vers les rois de
la terre et de tout le globe, afin de, les assembler pour ln
Guerre de ce jour grand du Dieu Tout-Puissant. Il - XVb
H. - Et aillem's: «Satan sortira pour séduire les nations,
Gog el Magog, afin de les assembler en guerre. Il - XX. 8;
-J par la'Guerre aussi, dans ces passages, il est signifié la guerrè
spil'Îtuelle', qui lest celle du faux contre le vrai, et du vrai conll'e le
faux: il est dit la guerre du faux contre le vrai et du vrai contre le
faux; mais il faut qu'on sache que ceux qui sont dans, les faux com-
hattent contl'e les vrais, mais non de même ceux qui sont dans les
vrais con1l'e les faux, cal' ceux qui sont dans les faux attaquent
10ujQlll'S, mais ceux qui sont dans les vrais défendent seulement;
quant au 8eigneur, Lui ne fait pas méme de résistance, mais 'seu-
lement il défend les Vl'ais : toutefois, sur cc sujet,· il en, sera dit cIa-
van tageailleurs.
7'35'. Michaël et ses aTlges combattirent contre le D~agon;
et le Dragon combattit et ses anges, signifie' le combat di:
ceux quz' sOnlifJour ta'vie,de l'amour et de la charité, el pour
le Divin du Seigneur dans son Humain, contre ceux qui sont
. pOlir la roi seule ou séparée, et qui sont contre le Divin dit
Seigneur dœnsson Humain: on le voit par la signification de
Michaël et de ses anges, en ce que ce sont ceux qui sont poul"le
Divin du Seigneur dans son Humain, et pOUl' la vie de l'amol:ll' et
de la charité, ainsi qu'il va étl'e expliqué; et par la signification
du Dragon, en ce que cc sont ceux qui sont POUl' la foi seule 'ct
sépal'ée d'avec la vic de·l'amoUl' et de la charité, et aussi contl'e le
Divin du Seigneur dans son Humain; qu'c ceux qui sont dans la
foi sépal'ée d'livec la chal'ité, foi qui cst appelée la .foi seule, soient
entendus pal' le dl'agon, cela a été montré ci-dessus, NOl 7th, 715,
716; que les mêmes soient aussi conU'e le Divin du Seigneur dans
son Humain, c'est-à-dirc, contre le Divin Humain; c'est parce
que la plupart de ceux qui sc sont confil'més dans la foi seule sont
purement naturels et sensuels, èt ·que l'homme naturel"et sensuel
séparé de l'homme spirituel ne peut avoil' aucune idée du Divin
dans l'Humain, CUl' (',eux-là pensenluaturellement et sensuellerncnt
de "Humain du Seigneur, duon en même temps rl'lIprèsfJuelquc
"
172 L'APOCALYPSE EXPLIQU ~E. N° 735.

idée spÏl"ituelle; de là vient qu'ils pensent du Seigneur comme


d'un homme ordinaire absolument semblable à eux-mêmes, ce
que même ils enseignent; c'est de là que, dans l'idée de leur pen­
sée, ils placent le Divin du SCigneut' au-dessus de son Humain, et
ainsi ils séparent absolument ces deux, à savoir, le Divin et l'iju­
main du Seigneur; et ils font cela, quoique leur doctrine, qui est
la Doctrine d'Athanase sur la Trinité, enseigne autl'cment; cal' elle
enseigne que le Divin el l'Humain sont unis en une Personne, et que
l'un et l'autre sont un conime l'Ame et le Corps; que chacun d'eux
se consulte lui-même, ,et il pel'cevra que leul' idée du Seigneur est
comme il vient d'être décrit, D'après ces,~D6idé~alioDs, on peut
voil' ce qui est entendu pal' Michaël et ses anges qui comballirent
contre le Dt'agon, à savoir, que ce sont ceux qui reconnaissent Di­
vin l'Humain du Seigneur, et qui sont pour la "ie de l'amour et
de la charité, car ceux qui sont pour celle 1vie ne peuvenl que
reconnaHre le Divin Humain du Seigneut'; et cela, pal'ce qu'autre­
ment ils ne peuvent pas être dans l'amour envers le Seigneur, ni
par suite dans la charité à l'égard du prochain, cat' cette charité et
cet amour viennent uniquement du Divin Humain.pu Seigneur, et
non du Divin sépat'é de son Humain, ni de l'Humain séparé de son
Divin; c'est même pour cela qu'après que le dragon eut été pl'écipilé
en la terre avec ses Anges, une voix dit dans le Ciel: Il M(linte­
nant'a été fait le salut~ et l(j puissal1ce~ et le royaume de
notre Dieu, et le pouvoir de 80n Ckrist~ »~ Vers. 10.- D'a­
près cela, on 'peut voil' ce qui est entendu par Michael et ses anges.
Quant à ce qui concerne Michaêl en Jlarticulier, on croit, d'après
le sens de la lettre, que c'est un des Archanges, mais H n'y a au­
cun Archange dans les Cieux; il Ya, il est vrai, des Anges supé­
rieurs et des Anges inférieurs; puis, des Anges plus sages et des
Anges moins sages; et aussi, dans les société des Anges, des
chefs pour y goul'el'ner les autres; mais toujours esl-il qu:i1I1'Y a
pas d'A.l'chatlges qui exercent une autorité arhitraire sur d'autl'es
Anges;.un tel gouvel'Oement n'existe pas dans les Cieux, car tous
n'y reconnaissent de cœul' au·dessus d'eux nul autre que le Sei­
gneut' Seul, ce qui est entendu par les paroles du Seigneut' dans
Matthieu: « Vous, ne soyez point appelés docteur! car un
seul est t10trç Docteur, le Ch.rist; 't1Ulis tous~ VOllS, {l'ères, vous
Vers. 7. CHAPITRE DOUZIÈME. 173
êtes. El votre pèl'e n'appelez qui que ce SOil sur la terre, car
un seul est votre Pè're, (celui) qui est dans les Cieux, Ne
soyez point non plus àppelés maUres, car un seul est votre
MaUre, le Christ, Le plus grand d'entre vous sera à votre
service. » - XXIII. 8, 9, 10, 11 ; - mais }laI' ces Anges, qui
sont nommés dans la Parole, par exemple, par Michaël et par Ra­
phaël, il est entendu des administrations et. des fonctions, et en
général desparties déterminées et cel'taines de l'administration et
de la fonction de tous les Anges; c'est pOUl'quoi, ici, par Michaêl il
est entendù cette chose de la fonction des Anges, dont il a été pal'Ié
ci-dessus, à savoir,:.Ia défense de cette partie de la doctrine til'ée
de la Pal'ole, que l'Humain du Seigneur est Divin, et aussi que
l'homme doit vivl'e la vie de l'amour envers le Seigneur et de la
charité à l'égal'd du prochain, pour obtenir du Seigneur le salut,
par conséquent celte chose de la fonètion consistant à combattre
contre ceux qui gépal'ent de l'Humain le Divin du SeigneUl', et qui
séparent la foi d'avec la vie de l'amour et de la chal'ilé, et même
qui pl'ofessent la chal'ité de bouche et non par la vie; Outl'e cela,
par les Anges dans la Parole, dans le sens spirituel, il est entendu,
non les Anges, mais les Divins Vrais procédant du Seigneur; voir
ci-dessus, N°' 130, 302; et cela, parce que les Anges 'sont Anges,
non d'apl'ès leur propre, mais d'après la réception du Divin Vrai
qui pl'ocède du Seigneur; pareillement les Archanges qui signifient
. ce Divin Vl'ai dont il vient d'être parlé. Et même les Anges dans
les Cieux n'ont pas des noms comme les hommes dans les terres,
mais ils ont les noms de leurs fonctions, et en général chacun a
un nom d'après sa qualité; c'est de là que le nom, dans la Parole,
signifie la qualité de la chose et de l'état : 'le nom de Michaël,
d'après sa dérivation dans la Langue Hébraïque, signifie qui est
comme Dieu; c'est pourquoi, par Michaël il est signifié le Seigneur
quant à ce Divin Vrai, que le Seigneul' est Dieu aussi quant à
l'Humain, et qu'il faut vivre d'après Lui, ainsi dans .1'Amour en­
vers Lui procédaut de Lui, et dans l'amour à l'égard· du prochain.
Michaël est aussi nommé dans Daniel, - X. 1.3, 21. XII. 1; ­
et pal' lui il y est signifié le vrai réel d'après la Parole, lequel sera
pOUl' ceux qui seront de l'Église que le Seigneur instaurera, pa..
reHlement comme ici; car pal' Michaël sont entendus ceux qui se­
17& L'APOCALYPSE EXPLIQUÉ!':. N° 735.

fQnt pour, la Doctl'ine de la Nouvelle Jél'usalem, doctl'ine dont les


deux. points essenLiels sont, à savoir, que l'Humain du Seigneur
est, Divin, et qu'il faut vivre la vie de l'amour et de la charité.
MichaQI est encore nommé dans l'ÉpUre de l'Apôu'e Jude, dans
ces paroles': (1 Michaël l'Archange, lo~qu'il'c,ontestait avec
le diable au sujet d~ corps de Moise, n'osa pas porter une
sentence de blasphème 1 il dit: Que le Seigneur terépri­
ma1lde! li - Vers. 9; - l'Apôtre Jùde a rappOl'Lé ces choses
d'apl'ès d'anciens Livl'es, qui avaient été écrits 'an moyen des COl'­
l'espondances; ct, dans ces livres, pal' Moïse il était'enLendu la Pa­
l'Ole, et pal' son COl'pS le sens de la leUl'e de la Parole; eL comme
par le diable il étaiL entendu ceux qui ici dans l'Apocalypse sont
entendus par le dl'agon, lequel aussi est appelé satan et diable, on
voit clairement ce qui est signili& par «,Michaël cour.eslant avec le ,
,

dil!-ble ~u sujeL du COl'pS de Moïse, li à savoÏl', qu'ils ayaient falsifié


le sens de la lettre de la Parole; et comme la Pal'oledans la lettre
est telle, qu'elle peut être détournée de son sens réel par les mé­
chants" et cependant être reçue pal' les bons selon qu'elle doit être
enteadue, c'est pour cela qu'il a été dit pal' les Anciens, de qui ces
paroles de Jude ont, été prises, que Michaël n'osa pas porter une
senLence de blasphème, Que Moïse dans le sens spirituel signifie
la Loi, ainsi la Parole, on le voit dans les ARCANES CÉLESTES,
No~ &859, f., 5922, 6723, 6752, 6827, 7010, 701fJ, 7089,
i382, 8787,8805,9372,9414, 9419~9435, 10234, 10563,
10571,10607,10614.
736. Et ils ne {urent pilS les plus {orts, el./eur lieu ne {ut
plus trouvé dans, le Ciel, signifie qu'ils succombèrent, et que
nulle part dans les Cieux, après cela, il n'y eut de lieu cor,res­
pondant cl l'état de leur vie, qui appartient cl la pensée seule
et non à aucune affettion'du bien et du vrai .. on le voit pal' la
signification de ils ne {urent pas les plus {orts, en ce que c'est
qù'ilssuccombèl'ent dans le combaL; eL par la signification de leUl"
lieu ne {ut plus trouvé dans le Ciel, en ce que. c'est que dans les
Cieux, après cela, il n'y eut plus de lieu cOfl'espondant à l'état de
leur vie, ainsi qu'il va être expliqué; s'il n'yen a (loint après cela,
c'est pal'ce que l'état de leul' vie, qui est entendu par le dragon et
par ses anges, apparlient à la pensée seule el non à aucune affection
Vers. 8. , CHAPITRE DOUZIÈME. 175
du bien et du vrai; cal' ceux qui placent dans la foi seule le tout de
l'i:glise, et par suite le tout du salut, ne peuvent-etre dans,aucune
affection du bien et du vrai, puisque celle-ci appartient il. la· vie:
en effet, chaque homme a deux facultés de la vie, qui sont appelées
l'entendement et la volonté, et c'est l'entendement qui pen~ et la
volonté qui est affectée; par conséquent la pensée appartient à
l'entendement, et l'affection ~.ppartient à la voLonté; ceux donc qui
séparent la foi d'avec la vie pensent seulement qu'une chose est
de. telle man,ière, et ils disent que par ce qu'ils pensent et à cause
de ee qu'ils pensent ils sont sauvés: et: comme. ils séparent la vie
d'avec la ,foi ils ne peuvent pas etre. une affection autl'e que l'affec­
tion naturelle qui appal'lient à l'amour de soi et du monde, de là
vient qu'ils conjoignent les affections de ces amours aux choses
qui appartiennent à leUl' foi; cette conjonction ne fait pas le ma­
riage céleste .qui est le Ciel, mais elle fait un adultère qui est un
enfer, car c'est la conjonction 911 vrai avec l'affection du mal, et
cet adullèl'e cOl'I'espond à l'adultère d'un fils avccsa mère" comme
il est évident par les correspondances connues dans le Moude spi­
rituel: mais, cependant, pOUf qu'il n'y ait pas conjonction du vrai
avec le mal, il y est pourvu par le Seigneur, en ce qu'ils n'ont au­
cun VI'ai réel, mais ils ont des vrais falsifiés qui en eux"-memes
sont des faux; cl comme celte conjonction, à savoir, du faux avec
le mal, appartient à III foi séparée, c'est pour cela qile le dl'agon,
par qui ceux-là sont entendus, est appel~ salan et diable, satan à
cause du faux, et diable à cause du mal; car, ainsi qu'i! a été
dit Ci-dessus, la conjonction du vl'ai et du bien fait le Ciel chez
'l'homme, mais la conjonction ,du faux et du -malfait l'enfer chez
lui. S'ils n'ont aucun vrai réel, c'est parce que toutes les choses de
leur foi sont tirées du sens de la lettre de la Pal'ole; et qu'ils ne
considèrent pas que ces VI'ais, qui sont dans ce sens de la Parole,
sont des apparences du vrai; et prendre ces apparences pour les
vra~s eux-memes et les défendl'e, c'est falsifier la Parole, selon ce
qui a été dit ci.,.dessus, N°' 71.5, 719, 720. De là vient donc que
le Dragon avec ses auges a été. précipité du Ciel en la terre. Si par
. Il leUl' lieu ne fut plus trouvé dans le €iel, » il est signifié que dans

les Cieux, après cela, il n'y a pas:de lieu correspondant.à l'état de


leur vie, c'est parce que tous les lieux dans les Cieux corl'espon­
176 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 736.

dent à la vie des Anges; de là vient que le lieu signifie l'état de la


vic,' comme il a été dit ci-dessus, N° 731; et comme la viéHle
tous'tcs Anges dans les Cieux est la vie de l'affection du bien et du
vrai, ,et que ceux qui sont dans la foi seule, lesquels sont entendus
par le dragon et par ses anges, n'ont aucune affection du bien et
du l'rai, c'est pour cela qu'il n'y a pas de lieu dans les Cieux 'cor­
respondant à leur vie•.Outre cela, tous les Anges dans les Cieux
sont des affections spirituelles, et chacun d'eurpense d'après son
affection, et selon ,son affection, d'où il suit que ceux qui placent le
tout de l'Église, et pal' suite le tout du Ciel, dans le penser et'non
dans le vivl'e, pensent, lorsqu'ils deviennent esprits, d'après leurs
affections qui sont les affections du mal et du faux, comme il a
été dit ci-dessus, et que par conséquent leur foi, qu'ils ont faite
seulement foi de la pensée et non de la vie, est extel'lllinée et dis­
sipée. En un mot, qui que ce soit n'a l'affection spil'ituelle, qui est
celle du bien el du vrai, que d'après la vie de la foi, qui est la
charité; la charité elle-même est l'affection du bien, et la foi est
l'affection du vrai, et l'une et l'autre conjointes en un sont l'affec­
tion du bien et du vrai.
737. 11 est dit qu'un Dragon fut \'u dans le Ciel,.- Vers. 3;
- et maintenant il est dit qu'il Y eut une guerre avec lui dans le
Ciel; ct ensuiti, que le lieu de ce dragon et de ses anges ne fut
plus trouvé dans le Ciel; et toutefois, cependant, dans le Verset 9,
'qui suit, il est ,appelé serpent. ancien, puis diable et satan; et l'on
peut s'étonner comment un dragon, qui est le diable, a pu être
dans le Ciel, et y avoÎl' un lieu avant d'en avoir été précipité,
lorsque cependant le lieu pour le diable est dans l'enfer, et n'est
jamais dans le Ciel; mais voici ce qui an est : Par le dragon, il
n'est pas entendu ceux qui' ont nié Dieu et le Seigneur, et <{ui ont
rejeté la Parole et n'ont fait aucun cas de l'Église et de sa doc­
trine, ceux qui sont tels et ont agi ainsi sont jetés, dans l'enfer'
aussitôt après la mort, et n'apparaissent jamais dans, le Ciel, et à
plus forte raison n'y ,ont aucun lieu; c'est pourquoi' par le dragon
et ses anges, ii est entendu cellX qui connaissent Dieu et le Sei­
gneur, et qui disent la Parole sainte et tiennent aùssi pour l'Église
et pOUl' sa doctrine, mais seulement de bouche et non de cœur;
que ce soit non de cœur, c'est parce qu'ils considèrent comme rien
Vers. 8. CHAPITRE DOUZIÈME. 177
la vie, et que ceux qui considèrent connue l'ien la vie sont inté­
rieurement des diables, quoiqu'extérieurement ils puissent appa­
raill'e comme des Anges: de là, on peut voil'que par la l'econnais·
sance de Dieu et du Seigneur, et par la lecture et la prédication
de la Pal'ole, ils ont été conjoints extérieurement au Ciel, mais
que, comme ~ls n'ont nullement vécu selon quelque pl'écepte du Sei­
gneUl' dans la Parole, ils ont été conjoints intérieUl'ernent à l'enfel';
ceux-ci 'Sont appelés diable et satan, parce qu'ils ont, souille les
vrais de la Parole par la vie de l'amour de soi et de l'amour du
monde, et par les maux 4ui ont découlé de ces amoUl's comme des
courants qui découlent de leurs sources, et pal'ce qu'ils ont appli­
qué le sens littéral de la Pal'ole à confirmcr 'une telle vie; et ceux
qui sont tels sont plus que tous les autres des serpents, parce
qu'ils sont plus nuisibles que les autres; cal' ils peuvent entrainel'
dans leur parti les bons simples qui sont dans le demier Ciel, sur­
tout par ces choses qu'ils tirent du sens de la lettre de la Parole,
et qu'ils pervertissent. S'il est dit qu'ils furent vus dans le Ciel, et
qu'ils y combaLlil'ent contre Michaël et contre ses Anges, c'est
parce que.la Parole les avait conjoints aux Cieux, car la conjonction
des hommes avec les Cieux existe par la Pa1101e; mais lorsqu'il fut
découvert qu'ils étaient dans des affections autres que les affections
célestes, ils furent précipités ·du Ciel; car apl'ès que le Jugement
Demier eut été achevé, le Seigneur pourvut et mit ol'd.'e à ce
que, dans la suite, il n'y eiJ.t de conjonction avec le Cier pOUl' nul
autre que.celui qui serait dans la foi spil'ituelle; et la foi spirituelle
est acquise par la vie selon les vl'ais de la Parole, vie qui est ap­
pelée Charité.. C'est donc là ce qui est signifié en ce que le dragon
fut précipité avec ses anges en la Lene, et que leur lieu ne fut plus
trouvé dans le Ciel.
738. Vers. 9. Et précipité fut ce Dragon grand, ce Sel'­
pent ancien, appelé Diable et Satan, qui séduit tout le globe;
précipité il fut en la tel're, et ses anges avec lui furent p,'éd­
pilés. -Et précipité fut ce Dragon gmnd, ce Serpent ancien,
signifie que furent séparés du Ciel et jetés dans l'enfer ceux qui
sont dans les maux de la vie, et par suite sont devcnus sensuels,
pal' lesquels toutes les choses de la Pal'ole et par conséquent de
j'Église ont été pervél'ties : appelé Diable et Satan, signifie parce
v. 12.
178 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 738,

qu'intériCUl'ement ils sont dans les maux et dans les faux qui pro­
viennent ùe l'enfer: qui séduit tout le globe, siguilic qui perver­
tissent toutes les choses de l'Église: précipité il (ut en la terre,
el ses anges avec luz'furent p"écipilé$, sig..wlie que ces maux et
les fa~ qui en dérivent furent condamnés à l'enfer.
739, Et précipité fut ce Dragon grand, ce Sèrllent ancien,
signifie que furent sépares du Ciel el jetés dans l'en(er ecu;!;
qui sont dans les tnaux de la vie, et par suit_e sont tlevenu,~
sensuels, par lesquels toutes les ChOSfS ~e la Pm:ole et par
conséquent de l'Église ont été perverties: on le voit par la si­
gnification d'être précipité, quand il s'agit du dragon, eu ce que
c'est être séparé du Ciel et jeté dans l'enfer; qu'ils aient été con­
joints au Ciel, mais ensuite sépal'és, cèla vient d'être montré dans
l'Article précédent, N° 737; qu'ils aient été chassés et condamnés
à l'enfer, cela esl entendu par (1 précipité il fut en la terre, Il ainsi
qu'il est dit ~Ius loin; par la signification du D1'agon g1'and, en
ce que ce sont ceux qui sont dans les maux de la vie, el cependant
qui confessenl de bouche Dieu et le Seigneul', disent que la Parole
est sainte, et parlent en faveul' de l'Église; que ce soient ccux­
ci qui sont entendus pal' le dragon, cela a été montré ci-dessus,
N°' 71LJ, 7i5, 7i6, 718, 737; de là aus."i il est dit (1 ce Dl'agon
grand, Il car grand dans la Parole se dit du bien, et dans le sens
opposé, comme ici, il se dit du mal, mais leurs faux sont sigl1iti~s
par ses Anges \iont il est ensuite parlé; et pal' la signification de Ser­
pent &ncien, en ce que ce sont les sensuels, ici ceux qui par suite
sonldevenus sensuels, par lesquels toutes les choses de laPat'ole et de
l' F.glise ont étépel'verties; que par le serpent il soit signifié le sensuol,
on le voit ci-dessus, N°'58i,715, f.; il est appelé Ancien, parte qu'il
y avait cu aussi autrefois de tels hommes, pal' qui toutes les choses
ùe la Parole et de l'Église avaient été Ilel'vel'ties. Selon le sens his­
torique de la lelLl'e, pal' le serpent Ancien il-est entendu le serpent
qui séduisit Chaivah et Adam dans' le parad'is, mais par 'ce ser­
pent, comme par celui-ci, sont entendus tous ceux qui sont tels et
qui séduisent tout le globe, comme on pel.l,t le voil' par ce qui suil
ùans ce Paragraphe, D'après ces explications, on peut voir que par
« lll'écipité fut ce Dl'agon grand, ce Serpent ancien, Il il est signifié
que fUl'ent séparés du Ciel et jelés dans l'cnfel' ceux qui sont dans
Vers. 9. CHAPITRE DOUZIÈME. 179
les maux de la vie, et par lest/uels toutes les choses de la Parole ct
par conséquent de l'Église ont 'été pervepties. Que tous ceux qui sont
dans les maux de la vie devien.nent sensuels, et que ceux qui par
suite sont devenus sensuels pel'vertissent toutes les choses de l'É-
,glise, on peut le voir en ce que chez les hommes il y a trois degrés
de la vie, l'intime, le moyen et le,dernier, et que ces degrés chez
l'homme sont ~uccessivement ouverts, à mesure qu'il devient sage:
tout homme nait entièrement sénsuel,. au point que même les cinq
sens de son corps doivent ~tre ouverts pal' l'usage, ensuite il de-
vient sensuel.quant à la pensée, car il pense d'après les objets qui
sont entrés par les sens de son (,orps, puis il devient intérieure-
ment sensuel; mais autant il s'acquiert la lueUf naturelle pal' les
expériences "isuelles et par les sciences, principalement pal.' les
usages de la vie morale, autant il devient homme intérieure-
ment natul'el; c'est là le pl'emier· ou del'nier degré de la vie de
l'homme. Comme alol's d'après les parents et d'après les maH,es
et les pl'édicateurs, puis aussi d'après la lecture de la Parole et des
livres qui en traitent, il puise Jcs connaissance du vrai et du bien
spil'ituels, et res confie à la mémoire- comme les auUes scientifi-
ques; il fonde l'Église chez lui; mais toutefois s'il ne va pas plus
loin, il reste naturel; cependant, s'il va plus loin, à savoir, s'il
vit selon ces connaissances d'après la Pal'ole, le degré intél'ieur
est ouvert chez lui, et il devient spirituel, l!1ais non pas plus
qu'il n'est affecté des vrais, ne les cQmprend, ne .Ies veut et ne les
fail; et cela, parce qu'ainsi, et non autrement, sont éloignés.et
}lOUr ainsi dire dissipés les maux et pal' suite les faux qui l'ési-
dent d'après l'hél'éditaire dâns l'homme naturel et dans l'homme
sensuel; cal' l'homme spil'Huel est dans le Ciel, et l'homme na-
turel dans le monde, et autant le Ciel, c'est-à-dil'e, le Seigneur
par le Ciel, peut inOuer au moyen de l'homme spirituèl dans
l'homme naturel, autant sont éloignés lés maux et pal' suite les
faux qui résident, comme il a été dit, dans l'homme naturel; le
SeigneUl' les éloigne comme il éloigne du Ciel l'enfe!'; ·si le degré
intérieur chez l'homme ne pellt être ouvert ault'ement, c'est parce
que les maux et les faux qui sont (Jans l'homme naturel le tiennent
fermé; car le degré spirituel, ou le mental spirituel, se contracte à
chaque mal et à chaqtle faux dn mal, comme une Iibrille du COI'pS
180 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. Nn 739,

au contact d'une pointe, car les fibres du corps se contractent à


chaque touchel'un peu dm'; au .toucher ou au souille,du mal et du
faux du mal, la même chose arl'i've au mentallintél'ieur de l'hom­
, me, mental qui est appelé spirituel; mais quand les homogènes,
qui sont les Divins Vrais d'apl'ès ·Ia Pal'ole, lesquels tirent du bien
leur essence, approchent ,vers ce .mental, alors il S'ouvre; mais
rouvertuœ ne se fait que ,par la réception du bien de l'amour qui
influe du Seigneur à ;travers le Ciel, et par sa conjonction avec les
vrais que l'homme avait confiés à sa mémoh'e; cela n'a lieu que
par la vie selon les Vrais Divins dans la Pal'ole, car quand ces
vrais deviennent choses de la Vi6, ils sont alol'S appelés biens: par
là, on peut l'oÏl' comment le second ou moyen degré est ouvert.
Quant au troisième ,degr.é, 10U au degré intime, il est ouvert chez
ceux qui appliquent les Vrais Divins aussitôt à la "'ie, et ne rai­
sonnent pas d'abord sur eux d'après la 'mémoire et. pal' là ne les
meHent pas en doute: ce degré est appelé céleste. Comme ,ces trois
degrés de la vie sont chez chaque homme, mais cependant sont ou­
verts de div.erses manières, il y a pal' conséquent trois,Cieux; dans
le troisième Ciel, ou Ciel intime, sont ceux cbez qui le troisième de­
gré a été ouvel't; dans le second ou moyen Ciel, ceux chez qui le
second degré seulement a été Guvert; et ,dans le premier ou derniel'
Ciel, ceux chez {lui l'homme int,érieur naturel, qui est ,aussi appelé
homme rationnel, a été .ouvel't, car celui-ci, s'il est vraiment ra­
tionnel, l'eçoit du SeigneuI' nnflux pal' le Ciel: tous ceux-là vien­
nent,dans le ,Ciel : ~nais ceux quireçoi,vent les Di,vins Vra,is seu­
lement pal' la mémoire, et non en même temps par ·la vie, l'estent
naturels, et même deviennent sensuels; la raison de cela, c'est que
les maux, dans lesquels ,l',homme est né, résident dans l'homme
naturel el sensuel, comme il a été dit ci-dessus, et n'ont pas été
éloignés et comme dissipés par l'influx du bien venant du Seigneur,
ni par sal'éception de la pal't de l'homme, d'o,ùil réSulte que chez
eux règoe'1t les amours du ,cor~s, qui en génél'al sont l'amour de
soi et l'amour dUlmonde, et par suite l'amoUl' et le faste de lapro­
pre intelligence; -ces amours et.les maux qui en découlent et les
faux de ces ·maux remplissen.t lesintérieUl's de .leur mental naturel,
qui cependant sont couvents pa,r les choses honnêtes et décentes de
111 vie morale il cause du monde et des 'lois élabliespour l'homme
Vers. 9. CHAPITHE DOUZIÈME, 181
externe: quoique ceux-ci aient rempli leur mémoil'edc connaissances
tirées de la Pal~ole, de dogmes de plusieul's religions, et de sciences,
ils sont néanmoins natUl'els, et' même sensuels; car les intél'ieurs
du mental naturel, qui sont le plus près ,du mental spirituel, ils les
ont fermés chez eU'l' par des confir.mations, même a'après la Pa­
role, contl'e là. vie spiritueJ.le, qui est la vie seloll les Divins Vrais,
et est appel~e' charité à l'égard du'prochain,; comme ces hommes
sont sensuels, ils sont le dragon, et sont appelés serpents, cal' le
serpent signifie- le sensueh et cela, parce que le sensuel est l'infime
de la vie de l'homme, et que pOUl' aInsi dire il rampe sur l'humus
et lèche la poussière comme le serpent. Pour illustration de ce su­
jet, je vais rapporter ce qui est écrit d~nS la Genèse concernant le
Serpent Ancien qui séduisit Chaivah' et Adam, et expliquer ce que
cela signifie dans le sens spirituel; voici les pal'oles : II J éhovali
Dieu fit' germer de [''humus tout arbre rfésirable l~ la vue et
bon pour la ·nourritu're, et l'arbre de vie dans le milieu du
jardin, el l'arbre de la science du bien et du mal. Et cdm­
manda Jéhovah Dieu lll'homme, en disant: De tou't arbre
du jardin en mangeant' tu manger-as, mais de ['ar/h'e de la
science du bien et du mal lu ?te mangeras point, parce qu'au
jour que tu en mangeraà, 'en mourant tu mourras. Et le ser­
PeTtt était fin pins que tout anrmal du champ, qu'{rtJait {ait'
J ého"all Dieu; et it di't' il la fbnme : Quoi! a dit Dieu': Vous
ne mangerez point de fout- arbre dujardin? Et dit la {emme
•au serpent .o' Du (ruii de l'arbre duijardin nous mangerdns;
mais du· fruit de t'àrlh'e~ qui (est) dans le 'milieu du jardih,
Dieu a dit: fV;' en mangez point', et l n'y touchez point, de
peur que vbus, nie mow'ie.z. Et dit le setpent : Mourant vous
ne mourrez poi'nt; parce que connat't Dieu qu'au jour où
l'OUS en mangerez, ouverts' senont 'Vds yeux, et que 1JOUS serez
comme Dieu, sachant le bien et te mal. Et vÜ la {emme que
bon (était) l'arbre à manger, et qu'agréable z1l (était) lluxyeux,
et que désirable, (était) l~ at'bre pOUT' donner l'int'elligenc'e, et
elle en prit du {tU'it, el mangea, et donna aussi cl son mari
avec elle, et il mangea. Et ouverts {urent les yeux des deux,
et ils connurent qUe nus eux '(ils étaient), et ils cousirent de ta
{euille de figuier, et se firellt des ceintures, Et dit J éhovaft
182 l L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 739,

Dieu au serpent: Parce que ru as {ait cela, m'audit, ~toi, (tu


seras) plus que toute bête, et plus que tout animal du champ;
sur ton 1Jèntre tu marcheras, et la poussière tu mangeras
tous les jours de ta vie .. et inimitié je mett1"ai entre toi et la
{emme, 'et ent're ta semence et sa semence; Lui t'écrasera la
tête; et toi, tu le blesseras au talon. Et chassa Jéhovah Dieu
l' homme hors dlf jardin d'Éden "et il fit habiter du côté de
l'orient, vers le jardin cf Éden, les chérubins, et la flamme
d'une épée se tournant de côté et d'autre, pour garder le che­
min de l'arbre de vies. Il - Gen. II. 8,9, 1.6, 1.7. III. 1. à 7,
1lI, 1.5, 2!l; - comment doivent êll'e entendus les Historiques sur
la création du Ciel et de la Terre 2 depuis le 'Premier Chapitre de
la Genèse jusqu'à celui où il s'agit du Déluge, pel'sonne ne peut
le savoir, si ce n'est d'après le sens spirituel qui est dans chacune
des choses ~u sens de la lettre de la Parole: en effet, ces His­
toriques sur la cl'éation du Ciel et 'de la Terre, puis SUI' le 'Jardin
d'Éden et SUI' les descendants d'Adam, jusqu'au déluge, sont des
Histol'iques factices, mais' néanmoins très-saints, parce que tous
les sens et tous les mots y sont des correspondances, et par suite
signifient des spirituels; quiconqu~ est doué de perspicacité peut le
voir clairement dans le Premier Chapitre d'apl'ès l'histoire de la
création qui a commencé par la lumière, quand 'le soleilll:existltj~
pas encore, et d'après plusieurs autres particularités dans ce Cha­
pitre; puis, d'après la création de Chaivah, épouse d'Adam, faite
d'une de ses cOte$, comme aussi d'après les deux arbres dans le
Paradis, e,l d'après la. défense de manger de l'adll'e de la science
du hien et du mal, dont ~pendant, séduits pal' le sel'pent, ils man­
gèl'ent, 9uoiqu'ils fussent les plus sages.de tous; puis aussi, en ce
que Jéhovah mit de tels arbres dana le milieu du Ja.r,din, et souf­
frit qu'ils fussent séduits par le serpent pour manger de l'ar'bre dé­
fendu, lorsque ce~nda~t il aurait pu les en détourner; et enfin, en
ce que pour cela seul qu'ils mangèrent de cet arbl'e le genI'e hu­
main tout entiel' fut cobdamné à une mort éternelle; qui est-ce qui
ne voit que ces choses seraient contre le Divin Amour, et contre
la Divine Providence et la Diyine PI'évoyance, outre plusieurs au­
tr~s choses qu'un ent.endement aveuglé croil'ait avec simplicité?
Cependant toujours est-il qu'il n'est pas préjudiciable aux enfants

,,\
\ ~rs, 9. CHAPITRE DOUZIÈME. 183
et aux. sim pics de cl'oir'e ces eh oses selon la lellre historique, puis­
qu'elles conjoignent, cOl}lme toutes les autl'es choses de la Parole,
les mentais humains aux mentais angéliques, cal' les Anges sont
dans le sens spirituel q,lIand,les hommes sont dans le sens natul'el.
Quant à ce que ces Historiques enveloppent dans le sens spirituel,
cela va être dit en -peu de mots: Dans le Premier Chapitre, il s'a­
git dé la nouvelle création ou de l'instaUl'ation de l'Église, qui a été
la Tl'ès-Anèienne Église SUI' cette Terre, et aussi la ,plus excellente
de toutes, car c'était une Église céleste, parce qu'elle était dans
l'amour envers le Seigneur; par., suite les. hommes de cette Église
étaient très-sages, ayant une communication presqu'immédiate
avec les Anges du Ciel, pal' lesquels ils recevaient du Seigneur la
sagesse; et comme ils étaient dans l'amolli' envel's le SeigneUl', et
avaient des révélations venant du Ciel, et qu'ils confiaient immé­
diatement à la vie les Vl'ais Divins révélés', ils étaient par suite
dans un état semblable à celui dans lequel sont les Anges du tl'oi­
sième Ciel; c'est pourquoi ce Ciel fut principalement composé
d'hommes de cette Église, Par Adam et SOIl épouse, il'est entendu
cette Église; mais par le jardin en Éden,ïl est signifié l'intelligence
et la sagesse des hommes de' l'Église, et elles sont aussi décrites
par toutes les choses qui sont dites' de ce jal'diu, entendues dans le
sellS spil'ituel; et pal' l'action de mange!' de l'arbl'e de la science, il
est décrit comment la sagesse a été entièrement perdue chez leUl's
descendants: en effet, pal' les deux. arl.ll'es mis dans le milieu du
jardin, il est entendu la per~l~ption vellant ~u SeigneuJ' et la percep­
tion vena~t du Monde, par l'arbl'e de vies la perception venant du
Seignem', et pal'l'arbre de la science du bien et du mal la per'ception
venant du Monde, laquelle cependant n'est en elle-même qu'une
connaissance et une science; par le serpent qui les séduisit, il est si­
gnifié le sensuel de l'homme, qui communique immédiatement avec
le Monde, c'est pourquoi leur séduction par le sêrpent signifie la sé­
duction pal' le sens.uelqlli til'e du Monde tout ce qui lui appartient,
et ne tire rientlu Ciel: en effet, les hommes de l'Église céleste sont
tels, qu'ils pel'çoivent par le SeigneUl' tous les vrais,et to';s les hiens
du Ciel au moyen d'un influx dans leurs intérieUl's; par sui te i 15 l'oien t
les l'l'ais et les biens comme insilés inlél'iclll'cmènt en eux ,ct ils n'ont
pas heseill de l'cs'apprellC!re fiai' le chi'lIlin poslérieur, ni d'I~n eilll­
18h L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N"739.

chir leur mémoire; par conséquent ils ne raisonnent pas non plus
sur les vl'ais pour savoit' s'ils sout des vrais ou s'ils n'en sont pas;
cn effet, celui qui voit les vrais en soi ne raisonne pas, cal' raison­
ner enveloppe le doute si la chose est. ainsi; celà fait aussi qu'Us
ne nomment jamais la foi, car la foi enveloppe quelque chose d'in­
connu, qu'il faut néanmoins croire quoiqu'on ne le voie pas. Que
teis aient été les hommes de la Très-Ancienne Église, cela m'a été
révélé du Ciel, car il m'a été donné de pal'ler avec eux, et d'en
être informé, comme on peut le voir par plusieurs particularités
qui ont été rapportées sur les hommes de cette Église, dans les
ARCANES CÉLESTES. Toutefois, il faut qu'on sache qu'il ne leur,a
jamais été défendu d'acquél'il' du Ciel les connaissances du bien et
du mal, car par elles étaient perfectionnéis leul' intelligence et leur
sagesse; et il ne leur a pas été défendu d'acquérir du Monde l~s
connaissances du bien et du mal, car par là leur homme naturel
availla science; mais il leur a été défendu d'examiner les connais­
sances pal' le chemin postérieur, parce qu'il leur avait été donn~ de
voir par le chemin antérieur toutes les choses qui, dans le Monde,
apparaissaient devant leurs yeux; examiner par le chemin anté­
rieur le Monde et toutes les choses qui y sont, et par suite puiser
des connaissances, c'est examinel' ces connaissances d'après la lu­
mière du Ciel, et ainsi en connattre la qualité; c'est pourquoi ils
ont pu aussi par les connaissances puisées dans le Monde confirmer
les célestes, et ainsi corl'oborer leur sagesse; mais il leur a été dé­
fendu d'examinel' par le cherJin postérieur les connaissances pui­
sées dans le Monde, ce qui ,arl'ive quana d'après elles on conclut au
sujet des célestes, ainsi en ordre inveI'se, tll'dre qui est appelé par
les Érudits Ordre de l'influx physique, ou de l'influx naturel, qui n'a
lieu en aucune manière dans les célestes: tels devinrent les hommes
~e la TI'ès-Ancienne Église, quand ils eurenl commencé à aimer
les choses mondaines plus que les célestes, et à s'enol'gueillir et
se glorifiel' de leur sagesse; pal' suite leul's descendanls devinrent
sensuels, et alors leUl' sensuel, qui est entendu par le serpent, les
séduisit; el le sensuel ne veut pas marcher par un autre chemin
que le chemin postérieur: t'est donc là ce qui esl signifié pal' l'ar­
hre de la science du bien el du mal, dont il leur avait été défendu
de manger. Qu'illeul' ait été permis d'acquérir dès connaissances
· Vers. 9. CHAPITRE DOUZIÈME. 185
venant du Monde, et de les examiner par le chemin antérieur, cela
est signifié par « Jéhovah Dieu fit germer de l'humus tout arbre
désirable à la vue et'bon.pour la nourriture,; li car par les arbres
sont signifiées les connaissances et les perceptions, par désirable" à
la vue est signifié ce que l'entendement désire, et par bon pour la
nOUl'riture est signifié ce qui convient à la nutrition du mental: les
connaissances du bien et du mal venant du Seigneul', par lesquelles
il y a la sagesse, et'Ies connaissances du bien et du mal venant du
Monde, par lesquelles il y a la science, étaient représentées pal'
l'arbre de vies et par l'al'ilre dè la science du bien et du mal dans
le milieu du jardin,: qu'il lem' ait été pel'mis de s'approprier les
connaissances.de l'un et de l'autre côté, tant du Ciel que du Monde,
pourvu qu'ils ne procédassent pas dans rordre inverse, en raison­
nant d'après elles sU\' les célestes, et en ne pensant pas d'apl'ès les
célestes sur les choses mondaines, eela est signifié en ce que Jého­
vah Dieu commanda de manger de tout arbre du jardin, mais de
ne pas mangel' de l'arbre de la science du bien et du mal; par «( au
jour que tu en mangeras, en mourant tu mourras, il est signifié
)1

qu'alors chez eux péri,raient la sagesse céleste. et l'Église; manger,


dans le sens spirituel, signifie s'approprier; pal' le serflent, il est
signifié que le sensuel les a séduils, pal'ce qu'il est le plus près du
Monde, et que pal' suite il sent d'après le Monde tout agrément et tout
plaisir par lesquels il est dans des illusions, et qu'il ignol'e et aussi
rejette les célestes; I~ serpent est le sensuel, et n'est pas un autl'e
sensuel que le leur; si le seJ'i}ent est diable et satan, c'est parce
que le sensuel communique avec l'enfer et fait un avec lui, car en
lui réside tout le mal de l'homme dans le complexe; et comme par
le sensuel l'homme raisonne d'après des illusions et d'après les
plaisirs des amours du monde et du corps, et même avec hàbileté
et finesse, c'est pour cela qu'il est dit que le serpent était ,fin plu~
que tout animal du champ, qu'avait fait Jéhovah Dieu, l'anilrial
du champ dans le sens spirituel signifie l'affection de l'homme lia­
turel : comme le sensuel s'imagine que la sagesse est acquise par
les connaissances venant du Monde et par les sciences naturelles, et
non par quelque inllux "'enant du Seigneur par le Ciel, c'est pOUl'
cela que, d'après cette ignorance et 'cette illusion, le serpent dit il:
la femme Il vous ne mourrez poin~, parce que C0DlHIit Dieu qu'au
:186 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 739.

joUI' où vous en mangm'ez, ouverts seront \'os yeux, et 'que vous


serez comme Dieu, sachant le bien et le mal; 1) en effet, l'homme
sensjJel s'imagine qu'il sait tout et que riep ne lui est caché; il en est
a"utrement de l'hor,nme célest~ il sait que par'lui-même il ne sait
rien, mais qu'il sait pal' le Seigneur et que ce qu'il connaît est si
peu, que c'est à peine.quelque chose relativement à ce qu'il ne con­
nall pas; bien plus, leurs des~endants ont Cl'U qu'ils étaient des
dieux et qu'ils savaient tout Ilien et tout mal; mais d'après le mal
ils ne pouvaient pas savoir le bien céleste, mais seulement ils sa­
vaient le bien tel'l'estl'e et corporet, qui cependant en lui-même
n'est pas le bien, tandis que d'apl'ès le Ilien céleste l'homme peut
sa,'oir ce qui est mal : que l'affection de l'homme nafJ.1rel, pel'sua­
déc pal' ,son' sensuel, se soit imagiqée acquérir' l'intelligence dans
les choses du Ciel et de l'Église par la science des connaissances
venant du Monde, cela est si~nifié en ce que la femme vit que l'ar­
bl'e etait bon à manger, et qu'il était agréable aux yeux, et désil'a~
ble pOUl' donner l'intelligence; ici, pal' la femme est signifiée l'af­
fection de, l'homme naturel, qui tire ses désil'S du sensuel, et cette
affection est telle: que celle affection aussi ait séduit le l'ationnel,
cela est signifié par l( la femme prit du fruit de cetarbl'e, et man­
'gea, et donna aussi à son mal'i avec elle, et il mangea; II pal' le
mari de la femme est signifié le l'ationnel; qu'alors ils se virent
sans vrais et sans biens, cela est signifié par Il alol's ouverts furent les
yeux, des deux, et ils connurent que nus il~ 6taient; )l la nudité
dont ils rougirent signifie la privatioo lotale de l'amoUl' céleste eL'
du• bien et du vrai qui en dérivent; et qu'al(\l'~ ils se l'evêtil'ent de
vrais natul'els, afin de ne point pal'aître privés de vrais célestes, cela
est signifié par Il ils cousirent de la feuille de figuier, et ils sc fil'ent
des ceintures; Il le figuier signifie l'homme naturel, et sa feuille signi..:
fie le vrai scientifique: ensuite, par la malédiction du serpent est dé­
crit leur sensuel tel qu'il est devenu, à savoir, qu'il ~est entière­
ment détourné du Ciel; et s'est tourné ~el's le Monde, et ainsi n'a reçu
aucun Divin, car le sensuel chez l'homme ne peut êtl'C réformé,
c'est pOUl'quoi il cst seulement éloigné quand l'homme est l'éfOl'mé,
pt!isque le sensuel est adhél'ent au cor'ps('et s'élève du Monde, et
c'est pour cela que les plaisirs qui en pl'Oviennent, il les appelle bicns,
uinsi flu'il les sen~ : de lil rient qu'j', I)SI dil flue la sc~elJec rie ln
Vers. 9. CHAPITRE DOUZIÈME. 187
femme lui écrasel'a la tête, et que lui le blessel'a au tal8n; par la
semence de la femme, il est entendu Je Seigneur, par la tête du
serpent tout mal, et par J~ talon du Seigneur le Divin Vrai da~ les
derniers, qui chez nous estle sens de la lellre de la Parole; l'homme
sensuel, ou le sensuel de l'homme, pervel't1t et falsifie ce sens, et
ainsi le blesse :.que le sens de la lettl'e soit une défense, afin que
le Seigneur ne soit approch~ qu'au moyen des appal'ences du vl'ai,
et non au moyen des vrais réels, par ceux qui sont dans les maux,
cela est signifié par les Chél'ubins qui ont été placés dans Je jardin
d'Éden avec la flamme d'une épée se tournant de cOté.et d'autre
pOUl' garder le chemin de l'arbre de vies ": mais ces choses, et .tou­
tes celles qui sont dans ces Chapitres, on peut les voir expliquées
dans les ARCANES CÉLESTES.
no. Appelé Diable et Satan, signifie parce qu'intériem'e­
ment ils sont dans les maux et dans les {aux qui proviennent
de l'en{er: on le voit pal' la signification de Diable et Satan, en
ce que c'est l'enfer quant aux maux et quant aux faux, ainsi qu'il
va êtr~ exp,liqué; que cc sO\ent ceux ,qui sont dans les maux et par'
• suite dans les faux, c'est parce que ceux qui, ici,sont entendus pal'
le dragon, et sont appelés diabl~ et salan, ne sont pas tels exté­
l'ieurement, mais le sont intérieurement; car extél'ieurement ils
parlent comme les hommes de l'Église, et quelques-uns comme les
Anges du·Ciel•.au sujet de Dieu, duSeigneu,r, de la foret de l'a­
mour envel'& Lui, et du Ciel"et de l'Enfer, et ils tirent de la Pm'ole
beaucoup de choses par lesquelles ils confirment leurs dogmes; de
là vient que pal' ces extérieus ils ont été conjoints ah Ciel, mais ilil­
térieurement ils ne sont point affe~tés par ces choses, ÜS en sont en­
core moins délectés, mais ils sont ~eulement affectés et délectés pal'
les choses cOI'pol'elles et mondaines, au point que 'les célestes sont
respectivement regardées comme rien j en un mot, ils aiment les COI'­
porels et les moudains par dessus toutes cl)oses, mais les célestes
seulement comme choses de service, de so.te qu'ils fom de cc qui
appar'tient afJ corps et au monde la tête, et des célestes les pieds; ils
sont tels, parce qu'ils ne fon t aucun compte de la vie, disant que c'eslJ
la foi seule qui sauve, et non aucun bien de la vie; c'est ~e là qu'ils
sont des diables et des salans, cal' l'homme est tel ((u'il est il rioté­
ricUl', ct non tcl qu'il est seuleRwnl à l'ex tél'iclIl', il moins qu'il l'ex té­
188 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. 1"" 740.

rieur il ne Ilarle et n'agisse d'après l'intérieUl'; tel aussi il reste après


la mort, cal' tel est l'homme à l'intérieul', tel aussi il est quant à
l'esprit, et l'esprit de l'homme'est l'affection, de laquelle procède
la volon[é~ et par suite la vie; de là résulte que ceux qui ne font
aucun' compte de la vie sont intérieurement des diables et des sa­
tans, et' qu'après la vie pasSée dll,fls le Monde, quand ils deviennent
esprits, ils deviennent aussi des diables et des satans. S'ils sont
appelés diable et salan, c'est parce que par le diable est signifié
l'enfer, pareillement par salan, mais pal' le diable est signifié l'enfel'
d'où proviennent les maux, et par satan l'enfer d'où proviennent
les faux; cet enfer-ci est appelé satan, parce que tous ceux qui sont
là sont appelés des satans, et cet enfer-la est appelé le diable, parce
que tous ceux qui sont là sont appelés diables: qu'il n'y aa eu
avant la création du Monde,aucun diable ni aucun satan, qui ait été
Ange de' lumière et. précipité plus tal'd avec sa' tr@upe dans l'enfer,
on peut le voir d'après ce qui a été, montl'é dans le Traité DU CIEL
ET DE L'ENFER, N°' 3H à 316" à l'Article Le Ciel et l'Enfel'
(1

proviennent du Genre Humain. Il n fauLqu'on sache qu'il ya deux


Royaumes, dans lesquels ont' été distingués les' Cieux, à sa:voil', le
Royaume céleste et le Royaume spirituel; voir aussi le Traité DU
ClEL ET DE L'ENFER, Nol 20 à 28; à ees deux Royaumes corIles­
pondent d'après l'opposé les, deux Royaumes dans lesquels ont été
distingués les enfers;, au Royaume eéleste correspond d'après 1'01)­
posé le Royaume infernal, qui est composé de diables et est par
suite appelé le Diable; et au Royaume'spirituel correspond d'après
l'opposé le Royaume infernal, qui est composé desatans et est par
suite appelé Satan; et comme le Royaume eéleste est composé
ù' Anges qui sont dans l''amour envers le Seigneur, et qu'ainsi le
Royaume infernal, q,ui', d'après l'opposé, corrl'espond' au Royaume
céleste, est. composé' de diables qui s~mt dans 'l"amour de soi:, de III
vient que de cet enfer découlent les maux de tout genre; et comme
le Royaume spirituel est composé d'Anges qui sont danS' ta charité
à l'égard du prochain, et qu'ainsi le Royaume infernal qui, d'après
l'opposé, correspund au Royaume spil'ituel, est composé de satans
qui sont dans les faux d'ap,:ès l'a1110U\' du' monde, de là vient que'
de cet enfel' découlent les faux d~ tout"geme. D'après ces explica­
tions, on pellt voit' ce que signilie le diable et c,c que signilie satan
Vers. 9; CHAPITRE DOUZIÈME. 1.89
dans lès passages suivants; dans les Évangélistes: Il,Jésus fut
amené dans le désert pou,r 8tre tenté par le diable. )) - Matth.
IY. 1 et suiv. Luc, IV•. 2 à 1.3; - il a été montré ci - dessus,
N° 730, ce qui est signifié par le désert, et ce qui est signifié
par les tentations du Seigneur pendant qual'ante joUl's et qua-
rante nuits: s'il est dit tenté pal' le diable, cela signifie que c'est
par les enfers d'où proviennent les maux, ainsi ;par les plus mau-
vais, carces enfers pr.incipalement combattaienl. contre le Divin
Amour du Seigneur'; en effet, ramourrégnant dans ces enfers est
l'amOlli' de soi, et cet amour est :opposé à l'amour du Seigneur,
ainsi 'à l'amour qui procède du Seigneur. Dans ,Matthieu: (1 L'i-
vraie, ce sont les fils du méchant, et l'ennemi qui l'a .çemée
est le diable. Il - XIII. 38" 39; - l'ivraie signifie les faux de
la doctrine, de la religion ,et du culte, qui proviennent du mal, c'est
pour cela aussi qu'il est dit (1 ce soni les fils du méchant; )1 et
comme le mal produit ces faux, il est dit que c'est le diable qui l'a
semée. Dans Luc: 'l( Ceux sur le chemin sont ceux qui enten-
dent; puis vlent le diable, ,et ,il enlroela parole de leur: cœur,
de peur qu'ils ne croient et 'ne soient sauvés. II . - VIII. 12 :
-et dans Marc': « Ceux qui sont le long du chemin sont ceux
en qui est semée.la parole; et quand ils ont entendu, aussitôt
'vient satan, et il enlève la parole semée dans leurs cœurs. )1
-,-IV. 1.0'; - sur ce sujel dans Luc ,il est dit le diable, el dans
Marc satan; la raison de cela, c'est que par la semence' tombée SUI'
le chemin est signifié le ,vrai d'après la 'Parole, lequel est reçu seu-
lement par la mémoire et!non par la vie; comme ce vrai est enlevé
tant par le mal que par le faux, IC'est pour cela qU'li,1 est dit le dia-
ble et satan ; de là .vient que ,dans ILuc il est dit que le diable vient
ct enlève la parole de leur cœul', de pem' Iqu'ils ne croient et ne
soient sauvés; et que dans Marc il est dit que salan vient et enlève
la parole semée dans leurs cœurs. Dans Matthieu: (1 Le Roi [dira
à ceux de ,gauche: Allez loin de Moi, maudits, dans le
fcu éternel, préparé pour le d~'able et pour ses anges. 1 1 -
XXV. hi; - s'il est dit ici le diable, c'est parce que ces cho~
ses ont été dites de ceux qui In'ont pas fait les biens, 'et par consé-
quent ont fait les maux, car ceUj qui n'ont 'pas fail de !Jonnes œu-
vres ont fait de mauvaises œuvres, et les œllvres qu'ils n'ont pas
1.90 L' AP0CALYPSE EXPLIQUÉE. 'N" 740.

faites sont recensées dans les Versets pI:écédents, cal' 10l'sque les
bonnes sont méprisées, les mauvaises sont aimées. (( Judas 1sella:.
rioth est appelé diable pm'le Seigneur, )l -Jean, VI. 70;­
et il est dit Il que le diable avait mis dans son (ŒUr, 1) - Jean~
XlIl. 2; - et cc qu'après qu'il put pris le morceau, satan e1i­
tra en lui, ))---'-Jean,Xlll. 27. Luc, XXIl. 3; -s'il est dit ainsi,
c'est parce que-par Judas Ischarioth ont été repl:ésentés les Juifs;
et comnle ils étaient dans les faux d'après le mal, il est appelé dia­
ble' d'après le mal, et satan d'après les fa Ill' ; c'est pOUFquoi, il est
dit que l~_ diable avait mi? dans son cœur, mettre dans lè" cœur,
c'est dans l'anlour qui appartenait à sa volonté; el, qu'après qu'il eut
l)l'is le mOl'ceau satan entra en lui, entrel' en lui avec le morceau,
c'est entrel' dans le ventre, et entrel' dans le ventre, c'est dans la pe;:}­
sée, et les faux d'apl'ès le mal appal:tiennentà la pensée. Dans Jean:
(( Jésus dit aux Juifs: Vous, du pére (qui est) le diable, vous
êtes; et les désirs de votre pére vous voulez faire;llli, homicide
il a été dès le comnîencement, et dans la vél"ité il ne s'est point
tenu, parce qu'il n'y a poittt vérité en lui; quand il énon(:p.le
menson,qe, de son propre il énonce. » -VlII. h!J; - ici est dé­
crite la nation Juive, telle qu'elle avait été. dès le comJl1~ncement,
à savoir, dans le mal et pal' suite dans les faux; par le père qui est
le diable, il est entendu le mal d'après l'enfer, dans lequel avaient
été-lems pères en Égyptç et plus tard dans le désert; par (( les dé­
sil's de votre père.voos voulez faire, II il est entendu qu'ils voulaient'
êtl'e dans les maux de leurs cupIdités, par (( homicide il a été dès
le commencement, et dans la vérité il ne s'est point tenu, parce
qu'il n'y a point vérité en lui, )l il est signifié qu'ils ont détruit tout
1 vrai de l'entendement; l'homme signifie le ''l'ai ·de l'intelligence,
par suite l'hoRli~ide signifie la destruction de ce vrai; les fau.x de
leur mal sont signifiés par Ct quand il énonce le mensonge, de son
propre il énonce, » le prolll'e ~gnifie le mal de la volonté, et le
. mensonge signifie le faux.qui en provient. Dans Matthieu: IC Les
Pllarisiens dirent de Jésus: Il ne chasse les démons que par
B éelzébub prince des démons ; Jésus, connaissant leurs pen­
sées, lew' dit: Si satan chasse satan, contre-lui-même il est
divisé, comment son, royau'1!ll<C subsistera'- t - il? Si, Moi,.
par esprit de Vieuje chasse (es démons, cel'tesjllsqu't'L vous
Vers. 9. CHAPITRE ,DOUZn~ME, 191.
est venu le Royaume de, Dieu. 1) - XII. '2", 26, 28; - s'il
est dit ici satan et non le diable, c'est parce que par Béelzébub,
qui avait été le dieu d'Ékron, ii est' entendu le dieu de tous les
faux, car Béelzébub, si on en fait la tl'aduclion, est le seigneur des
mouches, et les mouches si80i~ent les faux de ['homme sensuel,
ainsi les faux dc Cout genre; de là vient qué Béelzébub est appelé
satan; c'est pourqu'oi le Seigncor a dit aussi Cl si, Moi, par esprit de
Dieu je chasse les démons, certes jusqu'à vous est venu le Royaume
de Dieu; Il par l'esprit de Dieu, il est entendu le Divin Vrai pro­
cédant du Seigneur, et par le Royaume de Dieu, il est pal' suite
signifié le Ciel et l'Église qui sont dans les Di~ins Vrais. Dans les
Évangélistes: (l Pierre réprimandait Jésus de ce qu'il voulait
souffrir, et Jésus s'étant retourné dit à Pierre: Retire-loi
en arrière de Moi~ satan, tu es p(mr Moi un scandale, parce
que tu as rintelligence, non des choses de Dieu, mais de celles
des hommes. Il - Matth. XV I. 22, 23. Marc, VII1. 33; - si
ces paroles ont éié dites à Piel'lt par le Seigneur', c'est parce que
Pierre dans le sens repl't~sentatif signifiait la foi; et comme la foi
appal'tientau vrai, et aussi au faux, comme ici, c'esl pOUl' cela que
Piel'l'c.est appelé salan; ca'.., ainsi qu'il a été dit, satan est l'enfer ­
d'où dél'ivent les faux: Pierre représentail la foi dans l'un ct dans
1),1 l'autre sens, à savaiI', la foi d'après la charité et la foi sans la cha­
l'ité, et la foi sans )a chal'ilé est.la fot du faux;, ceux-là aussi qui
sont dans la foi sans la charité se scandalisent de ce que le Seigneur
s'est laissé crucifier, pOUl' cette raison aussi Cela est appelé un scan­
dale; conlme la passion, de la croix a élé la dernière len.tation du
SeigneUl', el la pleine victoiro sur tous les .enfers, et aussi la pleine
union du Diwin Même avec le Drvin Humain, et quc'ceux,qui sont
dans la foi du faux ignorent cela, voilà pourquoi le Seigneur a dit
Il tu as l'intelligence, non des ehoses de Dieu, nlais dc celles des

hommes. 1) Dans Luc: (1 Jésus dit li Simon: Voici, salau v()Us


a deman~és 1Jour VallS cribler comme le blé; mais Moi j'ai
prié pour toi, afin que ta. foi ne défaille pas; toi donc~ quand
tu seras converti, affermis tes frères. II - XXII. 31, 32; ­
ici aussi, Pierre représente la foi sans ·Ia charité, foi qui est la foi
du faux, cal' ces choses lui 'ont été qites par le SeigneUl' peu aVant
qu'il ['et!t renié trois fois j comme il représentait la foi, c'est pour
L' APOGALYPSE EXPLIQUÉE. N 740.
Q

192
cela que le Seigneur dit « Moi, j'ai prié pOUl' toi, afin que ta foI
Ile défaille pas; ») qu'il ait repl'ésenté la foi du faux, on le voit en
ce que le Seigneur a dit (1 toi donc, quand Itu seras converti, affer­
mis tes frères; la foi du faux étant comme de la paille devant le
1)

yent, c'est pour cela qu'il est dit que. satan les a demandés pour •
,1 •
, les cllibler comme le blé; le blé est le bien de hl charité séparé de
la paille; ;de là, on voit clail'ement pourquoi il est dit satan. Dans
le Même: (1 J'ai vu satan,' comme un éclair, tombant du
Ciel. ) - X. 18; - pal' satan, iCi,.il est signilié la même chose
que pal' le dragon, qui aussi fut vu dans le Ciel et t'récipité du Ciel;
mais le dragon est çelui qui est pl'oprement entendu par le diable,
et ses anges ceux qui sont entendus par satan; que par les anges
ùu dmgon il soit entendp. les faux du mal, on le verra dans le Pa­
ragraphe subséquent; par s.atan, qui est tombé du Ciel, il est si­
gnifié que le Seigneur pal' le Divin Vrai, qui alors était Lui-Même,
a chassé du' Ciel tous les faux, et a subjugué ces enfers qui sont
appelés satan, comme lorsque Miehaêl a précipité le dragon et ses
anges, ainsi qu'il a été montré ci-dessus, N° 737. Dans Job ,:«( Il
arriva un jour que vinrent les fils de Dieu pour se tenir de­
vant Jéhovah, et vint salan au milieu d' eux; et dit J élwvah
à salan: D'où viens-tu? et répondit salan à Jéhovah, et fi
dit: De parcourir la terre~ et de m'y promener. Et donna
Jéhovah à satan en sa main t~utes lçs choses de Job, mais de
de ne point mettre sur luila,main; et plus tard, de" toucher
ses os et sa chair.:ll-I. 6à1.2.1I.1. à 7;-que ces choses soient
des Historiques factices, on peut le voir par plusieurs particulari­
tés de ce Livre; le Livre de Job est un Livre de l'Église Ancienne,
plein de corrèspondances selon la manière d'écrire de ce temps,
mais toujours est-il que c'est un Iivl'e excellent et utile: les Anges
dans ce temps étaient appelés fils de Dieu, parce que par les fils de
Dieu, de même que par les Anges, il était entendu les Divins Vrais,
et par satan les faux ,infernaux; et comme les enfers ':entent les
hommes par les faux, de même que plus tardi!s ont tenté Job, et
comme les faux infernaux sont dissipés pal' les Divins 'Vrais, c'est
pour cela qu'il est dit que satan se tint au milieu ,des fils de Dieu:
ce que signifient les autres pa'ttïes du passage ne saurait être ex­
pliqué ici, par~e qu'il faudrait les examiner dans leur série. Dans
Vers. 9. CHAPITRE DOUZIÈME. lÇ13
David: Il Ils mettent sm' moi le mal pour le bien, et la haine
pour mon amour; établis sur lui le méchant, et que satan se
tienne à sa droite, 1) - Ps. CIX. 5, 6; - ceci, comme la plu­
part des choses, dans les Psaumes de David, est un prophétique sur
le Seigneur, et SUi' ses tentations qui, en c0m~araison de toutes les
antres, ont ét-é les plus cruelles; et comme ,le Seigneurj dans ses
tentations, a combattu d'après le Divin Amour contre les enfers
qui étaient tllès - achamés contre Lui, il est dit l( ils mettent sur
moi le mal pour le bien, et la haine pour mon amoul'; )) et comme
le mal infernal et le faux internaI ont de la fOl'ce chez eux, ,jJ est
dit l( établis sur lui le méchant, et que satan se tienne àsa droite; Il
se tenir à la droite signifie être entièrement envahi, et satan signi.
fie le faux infernat pal' lequel il serait envahi. 'Dans Zacharie:
Il Ensuite il me montra J ehoschua le grand prftre qui 'se

tenait devant l'Ange de Jéhovah, et satan qui se tenait à


sa droite pour s'opposer à lui; et dit Jéhovah à satan:
Que te rép"imande Jéhovah, qui choisit'Jérusalem; n'est-elle
pas un tison arl'aché du feu? et J ehoschua était vetu d'habits
souillés, Ct il se tenait ainsi devant l'Ange. Il j III. 1,'2,3;­
ce que ces paroles enveloppent, on ne peutie voir que d'après la
série des choses qui précèdènt et qui suivent; d'après cette série, on
peut voir que par elles il a été représenté comment la Parole a été
falsifiée; par Jehoschua le. grand prêtre il y est sig~,ifié la Loi ou
la Parole, et la falsification de la Parole est· signifiée en ce qU"ilse
tenait,vêtu d'habits souillés devant l'Ange; de là, il est évident que
par satan il y 'est·entendu le faux de la doctrine d'après la Pal~ole
falsifiée; et comme dans ce temps-là c~ faux commençait à préva­
loir, Zacharie vit que satan se tenait à sa rdroite, se tenir à lardr.oite
signifie combath'e contre le Divin VI'ai; comme'le sens de la lettre
de la Parole seulement peut être falsifié, .et cela, pa:rce que dans ce
sens il y a seulement les vrais en apparence, et que ceux qui inter.
prètent la Parole selon la lettre peüvent difficilement être cO[lvain­
cus de faux, c'est pour cela que Jéhov.ah dit Il que te réprimande
Jéhovah, Il comme ci-dessus, N° 735, où il est expliqué ce qui est
signifié par Michaël disputant avec le diahle au sujet du COl'pS de
MoIse, et d,isallt au diable Il que te l'éprimande le Seigneur, JII-­
Jude, Vers. 9. - Comme il est entendu le vrai de la doctrine d'a­
v. 13.
t9!! L' APOCALYPSE EXPLIQUEE. N' 74Q.

pl'ès la Parole, qui a 6té falsifié, it est dit (( Jéhovah qui choisit
.Jérusalem; n'est-elle pas un tison arraché du feu? ) pal' Jérusa­
lem est signifiée la doctrine de l'Église, ct par le tison arraché du
feu !l est signifié qu'il ya peu de vrai de l'este, Dans ces passages,
dans l'Ancien. TestaRlent, satan seule!llent est nommé, et il n'est
dit nulle part le diable, mais au lieu du diable il est dit l'ennemi
(hostis j,l'ennemi (inimicus j, celui qui ~ait, l'advel'saire, l'accu­
sateur, le démon, puis aussi la mort et l'enfer. D'après ces expli­
cations, onpeut'voir que par le Diable est signifié l'enfer d'où pro­
viennent les maux, et par Satan l'cofer d'où proviennent les faux,
comme aussi dans les passages suivants de l'Apocalypse: Il En­
.~uite ie vis un Ange descendant du Ciel, ayant la clef de l'a­
bf1ne. et une chaîne grande sur sa main; et il saisit le dra­
gon, ,le serpent ancien. qui est diable et satan, et il le lia
pour mille ans. Quand seront accomplis les mille an,ç, satan
sera délié de sa'pnison, et il séduira les nat i07lY; et le çiiable."
qui les séduisait, lut 'jeté dans l'étang de feu et de soufre. JI
'- t'x. 1., 2, 7, 8, 1.0. - Quant à ce que signifient le démon,
les démons et les esprits de démons, voir ci-dessus, N° 5'136.
7fl1.. Qui séduit tout le globe, signifie qui pervertissent
tout;s les choses de l'Église: on le "oit pal' la signification de
tout le globe, en ëe que c'est toutes les choses de l'Église, ainsi
qu'li va être montré; et comme toutes.)es.choses de l'Église sont
signifiées par tout le globe, par le séduire il est signifié les pel'­
vertil'; car toutes les choses de l'Église sont perverties, qBandl le
bien de la charité, qui est le bien de la vie, est séparé do la foi et
éloigné comme ne contribuant en rien au salut et ne faisant rien
p~Ul' le salut, par là sont falsifiées' toutes les choseS' de la Pal'ole, et
pal' suite toules ce!~ de l'Église; en elfet, 11 est dit pal' le Sei­
gneur que la Loi et les Prophètes dépendent de deux commande­
ments, qui sont: Aimer Dieu par dessus toutes choses, et aimer le
prochain comme soi-même; ces deux commanùements signifient
vivre et faire selon les préceptes de la Parole; cal' aimer, c'est vou­
loil' et faire, puisque' ce que l'homme aime intérieurement il le veut,
et ce qu'il veut Hie fait; pal' la Loi et les Pl'ophètes sont signifiées
Loures les choses de la Parole. Il y a deux principes du mal et du
faux, dans lesquels tombe successivemehtl'Églisc, il savoil', clans

{
Vers. 9, CHAPITlm ])OUZll~MK H)5
la domination SUI' toutes les choses ùe l'Église et du Ciel, domina­
.I.ion. qui est entendue dans la Parole par Babel QU la Babylonie,
dans ce princirre tombe I~Église d'après le mal; l'a,utre principe est
la sé(1aration c1è la foi d'avec la charité, séparation par laquelle
périt tout bien de la 'vic, ce principe est entendu dans la Parole par
la Phili~thée, et est signiUé par le bouc dans Danietl et llar le dra­
gon dan~ "Apocalypse; dans cc pl1ncipe tombe l'É~lise d'apl'èS le
faux. Mais comme dans cc.Chapitre il s'agit du dl'agon, par lequel
est prinoipalement signifiée la religion de la foi' sépal'ée d'avec la
charité;.je 'vais rapporter quelques passages, au moyen desquels les
défensCliI:~ de la foi séparée séduiseflt le globe : Ils séduisent prin­
Ci(lalement en ce qu'ils enseignent que, personnè Ile po,uvant faire
pal' soi-même le bien qui en soi est le lolien sans y placer le mél:ite,
les bonnes œuvrés' ne peuvent contribuer en rien au salut, mais que
néanm<Jins il faut faire de bonnes œuvres pour les usages de la chose
publique; et que ce sont çes bonnes œuvres qui sont entendues dans
la Parole, et par suite dans les prédications et dans quelques prièl'es
·de l'Église; maiS"combien ils se trompent, c'est ce qui sera dit
.maintenant: L'homme fàit le bien, non par lui-même mais d'après
le Seigneur, quand il fait le bien d'après 'I~ Parole, c'est-à-dil'e,
parce qu'il a étéconimandé pal' le Seigneur dans la Parole, car le
:Seigneur est la Parole,-Jean, J. 1, 1"4,"':""etle Seigneul' est dans
les choses qui d~après la Par.ole sont ·chez l'homme~ COTBme le Sei­
gneUl'l'enseigne aussi dans Jean: «·Celui qui gm-de ma ParOle,
vers lui Je viendrai, et demeure citez, lui le ferai. )1....,.. XIV.
23; ~de là vient que leSeignew'commande si SalIvent de faire
ses paroles et ses préCeptes, et dit que·ceux qui les feront aUl'ont la
'vil} éternelle; puis aussi, que chacun sera jugé selon s~ œuvres; il
s'enstiit donc que ceux qui font 16 bien d'aprèi la Parole font le bien
<l'après le 'Seigneur, et le· bien' d'après le Seigneur est véritable­
e.
mentie bien~. autant il vient du Seigneur, autant en lui il n'y a
pvint le mérite. Que le bien d'apIlès la Parole, 'ainsi d'après le Sei­
gneur, soit véritablemenlle bien, on le'voit même pal' ces paroles
dans l'Apocalypse: «( Je me tiens à la porte, el le fleuru; si
quelqu'v,n enlend ma tJoi:.c et ouvre la.porte, j' entl"crai citez
lui, el je souperui avec lui el lui avec Aloi. )) -11 r. 20;:­
de là, il est ~viùen~ qwc le SeigneuT est. perpétuellement et conli­
1
196 L' APOCALYPSE EXIlLlQUÉE. N" 741.

nuellement présent, et donne l'effort de faire le bien, mais que


l'homme doit ouvrir la porte, c'est-à,-dire. recevoir le Seigneur, et
il Le reçoit alors qu'il fait le bien d'après sa Pal'Ole : quoiqu'il
semble à l'homme que cela soit fait comme par lui"même, toujours
est-il, çependant, que cela appal'lient, non à l'homme, mais au Sei.
gneur chez l'homme: s'il semble ainsi à,1'homme, c'est parce qu'il
ne sent pas aull·ement. sinon qu'il peose d'après lui-Ulême et fait
d'après Jui-même, lorsque cependant quand il pense~t fait d'après
la Parole, c'est comme par lui-même, c'est pourquoi aussi il croit
alol's que c'est d'après le Seigneul'. D'apl'ès ces considél'atïons, on
peut voir que le bien que l'homme fait d'après la Parole est le bien
spirituel, et que ce bien œnjoint l'homme au Seigneur et au Ciel;
mais le bien que J'homme fait pour le monde et pOUl' les sociétés
dans le monde, bien qui est appelé bien civil et hien mOI'al, le con·
joint au monde et non au Ciel: et en outre la conjonction du vrai
de la foi est avec le bien spirituel, qui est le bien de la charité à l'é­
gard du pl'ochain; et cela, parce que la foi en elle-même est spirl-­
tuelle, et que le spirituel ne peut être conjoint avec un autre 'bien
que celui qui est également spirituel; mais le bien civil et moral,
sépal'é du bien spirituel, n'est pas le bien en lui-même, parce qu'il
vient de l'homme, et même autant il y a de l'homme et du monde
de caché en lui, autant il eSt le mal; c'est pourquoi ce bien ne peut
être conjoint avec -li!. foi, et niême s'il était conjoint, il dissiperait
la foi. Si séduire tout le globe signifie. pervertir toutes les choses
de l'Église, c'est parce que par le globe en général est signillée
l'Église quant à tout ce qui lui Ippartient, tant les biens que les
vrais, mais eo particulier il est signifié l'Église quant au bien, et
cela est signiflé.par le globe, quand aussi il est dit la.'terre; que
par la telTe dans 131 Varole il soit signifié l'Église, cela a été mon­
tré ci-dessus, Nos SOli, 697; mais quand ~n même temps il est
dit le globe. par la terre il est signifié l'Église quall$.i au vrai: en
effet, il Y a deux choses qui constituent l'Église. à savoir, le vrai
et le bien, ces deux choses soot signifiées par la terre et par le globe
d~ns les passages suivants; dans Ésare : Il De mon dme je T'ai
dç$iré dans la nuit, rn~me de mon esprit au milieu de moije
T'ai attendu le matin; car lorsque tes jugeme1lts à la terre
tu e11seignes, la iusticl! il.ç apprel1118f1t, les llabitaTlt.~ du
Vers. 9. CHAPITRE DOUZIÈME, 1.97
glohe. 1) - XXVI. 9; - par la nuit esl signifié l'état quand il n'y
a point la lumière du vrai, et pal' le malin est signifié l'état'quand
il y li' la lumièl'e du vrai; cet état-ci existe d'après l'amour, mais
l'autre quand il n'y a ~as éAcore l'amour; c'est pourquoi pal'l'âme,
ayec laquelle il désiraiWénovah la nuit, il est signifié la vie qui n'est
pas encore dans la lumière du Vl'ai, et par l'esprit au milieu de lui,
avec lequel il tUendait Jéhonh le matin, il est signifié ra vie qui
est dans la lumière dul vrai; de là suivent ces paroles, (, car lors­
que tes jugements à la t~rre 'tu enseignes, la justièe ils apprennent,
les habitants dw globe, Il par lesquelles il est signifié que l'Église
est par. le SeigneUl~ dans les vrais, et par les vrais dans le bien; lill
terre signifie l'Église quant. aux, vrais, et le globe l'Église quant
au bien, car le jugement dans la Parole se dit dO' vrai, et la jusliee
se dit du bien, et aussi les habitants signifient les hommes de l'É­
, glise qui sont dans. les biens de la doch'ine et par suite: dans les
biens de la vie; que le jugement dans la Parole se dise du vl'ai,
et que la justice se dise du bien, on le voit dans les ARCANES CÉ­
LESTES, NOl 2235, 985,7; et qu'habitel' signifie vivre, et que les
habil.ants signifient ceux qui. sont dans le bien de la doctrine et par
suite dans le bien de la vie" on le voit ci-dessus, Nol 13'3, 117g,
662. Dans les Lamentations: Il Ils n'ont point cru, lts. rois de
la terre, to'us les hahitants du glohe, que viendraient l'ad­
versaire et l'ennemi dam tes portes de Jérusalem. Il - IV,
1.2; - pal'les rois de la 'terre sont signifiés les hommcsde l'Églisl
qui sont dans les 'lLrais, et par lesl habitantS du globe les hommes
de l'~lise qui sont"dans le bien; que tes rois signifient ceux
qui sont dan~ les'vl'ais, on le voit ci.dessus,. Np, 31:, AOS, 625; et
que les, habitants signifient eeux qu~\ sont dans Ic\bien, on vient
de le voir; d8J là, il est évident que ra terre signifie'ltÉglise quant
aux vl'ais" et' le gl·obe.l'Église quant au bien; et comme par les
faux et les m~mc: 6nt -été dét'ruites toutes les choses de la doctrine
de l'Église, il, est dit' qu'ils nront poinôcru que l'adversaire et l'im~
nemi \tiendruielitdans ' tes portesIde Jérusalem, lradversa'il'c signifie
les faux qui· ont détruit, les.. Vl'ais' de l'Église, lesquels sont enten­
dus par les' fois: de la terl'e, el! l!ennemi'signifie les maux qui'onl!
détroit les biens de lIlÉglise, lesquels sont> entendus; pal' les halii­
taots du globe; Jéliusalem est, JlÉglise quant à la ductrine. Dans
l,
1\;)8 L'APOÇALYPSE EXPLIQUÉE. N" 7fl1.

Da'{id : (1 'Qu'ils craignent Jëhovalt, loule la lerre! que de


Lui aienl crainte, tous les habitants du globe! li .--Ps.XXXIlI.
8 j - ici aussi, par la tene, il est signifié ceux qui sont dans les
vl'ais de l'~glise, et pal' les babitants d~ glone ceux qui sont dans
res piens de l'Église. Dans le ,Même: (( A Jaho.wn la terre el sa
plénitudé, le globe et ceux qui y habitent;, Llti,lsur les mers
l'a {onde, et sur les fleuves l'a établi. II - Ps. XXIV. 1,2;
- par la tetTe, encore ici, est signifiée l'Église quant au vl'ai, sa,
plénitude signifie tous les vrais ùans le complexe; et pal' le globe
est signifiée l'Église quant au llien, les habitants signifient les biens
ùans le complexe; ce.qui eSL'Signifié par le fonder sur les mers et
l'établi~.sur les fleul{es, Oille voit, ci-dessus, 'Nos 275,5.18. Dans
Ésaïe: Cl Nous a;/)ons conçu, nous avonsl été en travail,1lOus.
avons qUà.sl' enfan,té du 'tient ;.. de saluts nous n'avons pas {ait
pour la terre, et ils sont tombés, les habz''tants du. globe. Il - ,
XXVI,'i8; 1er aussi la terre, c'est l'Église quant aux vrais, et ,le
globe l'Église quant aux biens; le reste·a été expliqué ci-dessus,
..
N° 721. Dans ,le Même: (( Approchez, nations, pour entendre;
et (voU$) ,peuples, écOutez; qu'ils entendent, la terre etisa
plénitude, le globe et tousses enfants! )1-XXXIV.1.;-quc
par les nations il soit entendu ceux qui sont )dans leS'bjens,!·~t pal)
les peuples. ceux qui sont· dans ,les vrais, on le
voit d:·dessus,
N°' 175, 331.,'626; c'est aussi pourquoi il est dit,cl qu'ils~tenT
dent, la tene et sa plénitude, le globe et tous ses en~ants! JI cal' pal'
la tel'fe et Sil plénitude ilesb signifié l'Église quant à tous les vl:ais,
et par le globe et tous ses enfants l'Église quant à tous les biens,l
Dans le Même: (( (Vous) tou~ habitant~ du glo~~·et (,VOU&),
qui demeûrez en la terre, quandsera élevé l'étendard des mon­
tagnes, 'regal'dez; et quand sonnera la trompette, écoutez. II .
- XVIll. 3; - par les habitants du globe ct ceulqui demeurent
en la terre, il est signifié' tous ceux qûiç dans l'Église, sont dans
'il'
les biens et dans les vr~is, comme ci-dessus; l'avénement du Sei­
gneur est signifié par « quand sera élevé l'étendard des montagnes,
regal'dez, et quand sonnera la trori1l>ette. ,écoutez; » l'étendal'd
sur les mon~agnes signifie la convocation il 1'.Église, j1al'eillemell&
la trompette dont on sonnait. Dans David: « Devant Jéh(J/)(lh,
parce qu'il vielll~ JJClr('() 'lu' il oient pOlir juger la lc/"t'c; il
Vers. 9. CHAPITRE nOUZIÈMK 199
jugera le globe en just ù:c ct le& peuples ef/. sa 1Jérité. Il - Ps: Il
XCVI. 13. Ps. XCVlII, 9;-ces'choSl:S concernent l'avénement
du Seigneur, et le Jugèment dm'nier alors; comme pâl' le globe il
'/
,t signifié ceux de l'Église qui sont dans 'le bien, et pal' les peuples
ceux qui sont dans les vrais, c~est pour cela qu'il est dit q~i1
jugel'a letglobe en justice, et les peuples en sa vé~ité; la justice, de
même que.le globe, se dit du bien. Dans le Mêllle : « Avant que
les mon.tagnes fussent nées, et qu'ait été formée laterr~, et
le globe d'éternité et jusqu'à éternité, Toi, (tu es) Dieu. 1 1 ­
Ps. XC~/ 2; - par les montagnes sont signifiés ceux qui habitent
sur des montagnes dans leS'Ciemr, ce sont ceux qui sont dans le
bien céleste, mais par la terre et le glohe'e~t signifiée l'Églisecom­
posée de ceux qui sont dans les vrais et dants les biens, Dans le
Même: (( Jéhovah règne, de majesté il est revl1tu; J éltovah
s'est revêtu de force, il s'en est ceint; aussi stable sera l'endu
le globe, et il ne sera point ébranlé; affermi a été ton trOne
dès lors; de toute éternité, Toi. Il - Ps. XCIII. 1, 2; - ces
choses c~ncern~nt le SeigneUl' qui devait venir dans le Monde; et
comme il. a eu la gloire et le pouvoir d'après l'Humai!}, qu'il a uni
à son Divin, il 'est dit E1U'il est revêtu de majesté et de force, et
qu'il s'en est ceint; en effet, le Seigneur a pris l'Humain pour avoir
le pouvoir de subjuguer les enfers; l'Église, qu'il devait instaul'er et
défendl'e à étcl'Oité, est signifiée par le globe qui sera rendu stable
at ne sera pas ébranlé, et par son' trône qui sera affermi; car par le
globe il est signifié le Ciel et l'Église quant à la réception db Divin
Bien, ct par le trône le Ciel et l'Église quant à la l'éception du Divin
Vrai, Dans le Même: Il Dites parmi les nations: J éhovall règne;
aussi le globe sera affe;'-mi et ne sera point ébranlé; il jugera
les peuples avec droiture, dans t'allégresse seront les Cieux,
et dans ta joie sera ta terre. Il . . . Ps. XCVI. 10, 14.; - ces
choses aussi sont-dites ~u Seigneur qui devait venil',et de l'Église
qu'il devait instaurer et défendre à éternité; 1'.Église est signifiée
pat' le globe qui sera affermi et ne sera point ébranlé, comme
ci-dessus; et comme par le globe 'est signifiéè l'Église quant au
bien, c'est pOUl' cela qu'il est aussi d.it des pel1ples, qu'il les ju­
gera avec droiture) car par les peuples il esl signifié ceux qui sont
dans les vrais de l'Église, de même quc pal' la terre; c'esl pour­
200 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 74!.

quoi ,1 est dit les peuples de la,Jel'l'e ct les habitanls du globe, et


la droiture signifie Les vi'llis; la joie de ceux qui sout dans l'Église
dans les Cieux, et dans l'Église dans les tel'res, est signifiée pal'
Cl dans l'aUégresse seront les Cieux; et dans la joie sCl'a lil tel're. Il
Dans le ~iéme: u J éhov(tlt jugera le globe afJeC justice, il jl~­
gera les peuples avec droiture. Il - Ps. IX. 9; - comme par
le glo~e il est entendu l'Église quant au bien, et que la justice se
dit du bien, c'est pOUl' cela qu'il est dit que Jéhovah jugel'a le globe
avec juslice; et· comme sont appelés peuples ceux qui sont dans les
vrais, et que la droitUl'e ce sont les VI'ais, comme ci-dessus, c'est
pour cela qu'il est dit qu'il jugera les peuples avec dl'oiture. Dans
Jérémie: Il J éltovalt {art la terre par sa vertu, et dispose le globe
par sa sagesse, et par son intelligence il étend les Cieux. Il ­
X. 12, LI, 1.5; - Il Jéhovah fait la tel're par sa vertu, Il signifie
que le Seigneur établit l'Église, par la puissance du Divin VI'ai,; II il
dispose' le globe par sa sagesse, Il signifie que d'après le Divin Bien
par le Divin Vrai i1forme l'Église quiest dans le, bien; upal' SOn in­
telligence il éten<tles Cieux, Il signifie qu"ainsi il agrandit \es Cieux.
Dans David: uA Toi les Cieux, et à Toi la terre; le globe et sa
plénitude, Toi, tu les as {ondés. 11- PSt LXXXIX. 12;- pal'les
Cieux et la terre, il est signifié I~Église dans les Cieux et l'Église
dans les tel'l'es, l,'une et l'autre quant aux vrais; et par le globe et sa
plénitude, il est signifié l'Église dans les Cieux et l'Église dans les
terres, de, part et d'autre quant aux biens,; la plénitude, ce sont les
biens ee les vrais dans tout le complexe. Dans le Même: u Si j'.a­
vais faim, je ne te le dirais pas, car à !tIoi le globe et sa plé­
nitude.Il-Ps. L. 12;-ces choses ont élé dites des sacl'i fices , en
ce que le Seigneur ne s'en délecte pas, mais prend son plaisir dans la
confession et dans les œuvl'es, cal' il est dit à la suite: Il Mangel'ai-je
la chail' des robustes, ou le sang des boucs boirai-je? Sacrifie à Dieu
la confession, et rends au Très-Haut tes vœux, II (Vel's. 13, 14;)
c'est pourquoi parclsiJ'avais faim, Il il est signifié si je désil'ais des
sacrifices; mais comme le Seigneur veut un culte ~'après les biens
et les vrais, il est dit Il car à Moi le globe et sa plénitude; Il la plé­
nitude signifie les biens et les vl'ais dans lout le complexe, comme
ci-dessus; cela, il est vrai, est dit des Mtes qui devaient être sa­
cl'ifiées, mais par clles, dans le sens spiriluel, son~ signifiés les ,di··
Vers. 9. CHAPITR~ DOUZIÈME. 201
vers geOl'es tIu bien et du vl'ai. Dans Matthieu:
le Cette bonne
nouvelle du Royaume sera prêchée dans tout le globe, en té-
moignage il toutes les nations; et alors viendra la fin. Il -
XXIV. U; - comme par le globe est signifiée l'Église quant au
bien, ~'est pOUl' cela qu'il est dit que cette bonne nouvelle sel'a prê-
chée à toutes ,les nations, car par les nations qui devaient entendre
et recevoil' sont signifiés tous celIX qui sont dans le hien; puis
aussi, pal' les nations sont signifiés UJ.us ceux qui sont dans les
maux, et qui a~ssi cntendl'àienl ; mais alors par le globe est si-
gnifiée toute l'Église déjà depuis, longtempg dans les maux; pal'
suite aussi il est dit Il alors viendra la fin. Il Dans le Livre 1 de Sa,..
muel,: Il Jéhovah élève de la poussière le chétif, du fumier. il
relève l'indigent, pour les faire asseoir avec les principaux,
et'tll'l. trône de gloire il leur fera hériter, car à Jéhovah les
hases de la terre, et il a disposé sur elles le globe. 1) - II. 8;
-clest le prophétique de Channah, mère de Samuel, et par élever
de la poussière le chétif, et du fumier l'indigent, il est signifié Fins-
tructi<1D des nations, et l'illustration dans les vrais intérieuI's qui
sel'aient Irévélés par le'Seigpeur, par conséquent aussi l'éloignement
des maux· et des faux; par les bases de la tel're i sont signi,fJés les
vl'ais extérieurs, tels que sont les vrais du sens de la lettre de la
Parole, cal' sur eux sont, fondés les vrais intérieurs ;' c'est pourquoi
par le globe, qu'il a disposé sur elles, il est signifié l'Église quant
à tous ses biens et à tous ses nais; mais sur ce sujet, 'voir ci-des-
sus, N°' 25S, SOh. Dans Ésaïe:' Il A e,eux qui viendront {era
prendre racine Jacob; il s'épanouira et fleurira, Israël, en
sorte que soient remplies les faces du globe de produit. » -
XXVII. 6;-- pal' Jacob, il est entendu l'Église externe; ct pal'
Isralill'Église intel'De; et comme l'interne de l'Église est fondé sur
les externes, et que les internes par suite sontmullipliés et sont
fructifiés, il est dit que Jacob fera prendre racine à ceux. qui vien-
dront, et qu'Isl'aël s'épanouira et tleurira; la fructifiCation de l'É-
glise pal' suite est signifiée pal' Il en sorte que s@ilmt rempliès les
faces du globe de produit. Il Dans, le Même : « Est - ce lit. t'et
hô:mme qui ébranlait la terre, qui faisait trembler les royaw·
mes, qui a réduit le globe en d~sert, et en a détruit les vat~s?
Préparez 1)OW' ses {tl,~ la tuerie à cause de l'iniquité de lem',~
202 i,. L'APOCALYPSE EXPLIQU I~E. N" 7111­
p~res; que point ils ne se relèvent, el n'e possèdent la terre,
et que soient remplies les [fLees du globe de villes. » - XIV.
16, 17, 21; - ces choses ont ·été dites de Lucifer, par qui il est
entendu Babel, 'c'est-à-dil'e, l'amour de domin6l' sur ·Ie Ciel et SUl'
la terre; c'est pourquoi, par ébranler la te.ne, faire tremqler les
royaumes.. réduire le globe en désert, et en détruh'!l les villes, il '
cst.signitié détruire toutes les choses de l'Église; la terre est l'É­
glise qua~i au vrai, les royaumes sont les Églises ~istinguées selon
les Vl'ais, le globe est l'Église quant llu hien\ et les viJIes sont les
doctrinaux; par préparer pour les fils la tuerie à cause de l'ini­
quité de leurs pères, il est signifié la .destruction des faut qui ont
leUl' origine dans leurs maux; Il que point ils ne possèdent la terre,
et que soient remplies les faces du gloh~ de villes, ) signifie que les
faux et les maux, et les, doctrinaux qui en prQviennent, ne s'em_
parent pas, de toute l'Église. Dans le Même: Il Elle sera dans le
deuil, et elle ser,a confondue, la terre; il languira, et il sera
confondu, le globe; ils languiront, là hauteur du 'fI8uple de
la terre, et la te1"re elle-même sera profanée sous ses~habi­
tants. Il - XXIV. a, 5; - la désola~ion de l'Église quant à ses
vrais et à ses hiens, à cause du faste' de la propre intelligence, et
la profa.nation des vérités qui proviennent du bien, sont ainsi de­
Cl'ites; la désolation est décrite par être dans le deihl, être confondu
et languir; l'Église 'quant aux vI'!lis et quant aux biens est signinée
l)al' la ~erre ét,par le globe; 'le faste de la propre intelligence, pal'
la hauteUl' du peup1e de la, terre;:et la profanation des vérités qui
proviennent du bien, pal' Il la telTe sera profanée sous ses habi­
tants. » Dans Nahum : l( Les montagnes trembleront devartt
Lui, et les coUines se fondront; brû.lée sera la terre devant
Lui, et '/910be et tous ceux qui y habitent. )l - 1. 5; - ee
qui est signit1é par les montagrres qui tl'emblCl'ont, et par les col­
lines gui se fondl'ort. on lé voit ci-dessus, N°' MO, a05; pal' la
terre, et pal:îe globe et ceux qui y habitent, qui seront brillés, il
est signifié que l'Église quant à tons ses vrais et à tous ses biens
perira par l'amour infernal. Dans David: Il Alors apparurent-les
lits des eaux, et fU1'(Jnt découverts les fondements. du globe,
li cause de ta menace. J ého1Hlll; il cause du souffle de l'esprit
de tim 1Iez, )l - Ps. XVlJI. 16. II'Sam. XXII. 16; - pal' Il 1I-IOl'S
Vers. 9. CHAPITllE DOUZIÈME. 20;\
appar'U1'ent les lits des eaux, et furent découverts les fondements
du globe, Il il cst signifié que-toutes les choses de l'Église quant il
ses vrais et quant à ses biens ont été enLièrement renversées; les lits
des eaux sont ses Vi'ais, et les fondements du globe sont ses biens;
apparàftre el, être découve"'t signifie ,être entièrement renversé;
par «( à causè de ta menace, Jéhovah, à cause du soume de l'esprit
de ton nez,. li il est signifié que cette destrUcKon vient de la haine et
de la fUl'eur des méchants contre les Divins; par la menace et l'es­
prit du nez de Jéhovah, il est signifié la même chose que par sa
colèl'e et son emportement, ailleurs, dans la Parole; mais comme
le Seigneur n'a aucuÎ1e colère ni aucun'llemportement contre les
méchants,' mais que les méchants en ont contre le Seigneul; et
qu'il leur semble que le SeiglleUl' en a contre eux quand ils pé­
rissent, c'est pour cela qu'il est dit ainsi selon l'apparence ; par 'le
souille de l'esprit du nez de Jéhovah il 'est aussi entendu le vent
oriental quildétl'Uit en de~séchant, et qui renverse en pénétrant.
Dans le Même 1«( La voix de ton tonnerre sur le globe; des
éclairs ont illuminé li: ·'.globe; elle a été ébranlée, et elle a ,
tremblé, la terre. 1) -,-Ps. LXXVII. 19. -- l( Se,ç éclairs mu­
mineront le globe; elle verra, et elle tremblera, la terre; les
montagnes comme la cire se fondront det'ant J éh01;ah, de­
vant le Seigneur de toute la terre. ») ......; Ps.' XCVII. h, 5; ­
pal'tces pal'oles est dOOl'it l'état des' impies à la pl'ésence du Sei­
gneur dans son Divin Vrai, état qui est semblable à celui des fils
d'Israël, quand le Seigneul' leur apparuf SUl' la MO)ltagne'de Sinaï;
qu'alors ils aient entendu des tonneI'fes, vu des éclail's, que la mon­
tagne leur,ait appal'U dans un feu quj',consumait Cl)mme celui d'une
fournaise, et qu'ils aient tremblé, ,on le ·sait d'apl'ès laParole,et
cela parce gue de cœUI' ils étaient méchants, cal' le Seigneur ap­
pal'a1L~à' chacun selon la qualité de chacun, aux bons comme un
feu l'éjouissaut, et aux méchants comme un feu consumant; d'nprès
cela; on voit clairement CCi qui est signifié pal' (e la voix de ton ton­
nenc SUl' le globe; des éclairh>nt illuminé le globe; elle a été
éhl'anlée, et elle il tremblé, la tene, 1) et par Il les montagnes se
fondront devant Jého.vah le· Seigneur de toute, la: teVi'e; » pal' le
globe sont entendus tous cGux"de l'Église qui sont dans les Hiens,
lit tous r,cux qui suul. daus les maLlx, et pal la tCl'iC tous œux do
206 L'APOCALYPSE EXPLIQU (.;E. N° 741.

l'Église qui sont dans les vrais, là tous cellX qui sont dans les faux.
Dans Ésaïe: l( Je visiterai sur le globe la malice, et sur les
impies leur iniquité. Il - XIII. il; - ici aussi, par le globe
sont entendus ceux de l'Église qui sonf dans les maux, et par les
impies. cool qui sont dans(J~ faux; c~t pourquoi 11 est dit (cje
visiterai sur le globe la malice, et sur les illl>ies leur iniquité; Il lai
malice est le mal, et l'iniquité se dit des faux. Dans Job: « On le
chassera de la lumière dans les ~én;bres, et du globe on l'ex­
terminera. .Il - XVIlI. 18 ;1- comme par la lumière il est si­
gni6é le vrai, et par le globe le bien de l'Église, et que l'impie,
quand il se Jeue du vrai' dans le faux, Se jette aussi da bien dans
le mal, c'est pour cela qu'il est dit (\1 on le chassera de la lumière
dans les'ténèbres, et du globe on l'exterminera; Il les ténèbres sont
les faux, et exterminer du globe, c'est chasser hors du bieu de
l'Église. l])alDs,L~ :~ll Des hommes expirant de crainte et d'at­
tente des choses qui arriveront sur le, globe, cap lei puissances
des Cieux seront ébranlées; et alors on verra le Fils de
l'homme venant dans. une nuée des Cieux avec puissance et
beaucoup. de gloire. II - XXI. 26, 27; - ces choses ont été
dites de la consommation du siècle, qui est le dernier temps de
l'Église, quand il n'y a plus aucun vrai, parce qu'il n'y a pas ie
hien; l'élat àu Ciel alors est déctit pal' ces paroles, à sa·\IOir, que
des hommes expireront de crainte et dlattente des ehoses qui al:ri­
veront sur le globe; par elles est décrite la crainte de ceux qui sont
dans les Cieux, de ce que doit peril' Je tout de l'Église quant à son
bien et paI' suite quant à ses vrais, et est décl'ite, aussi l'attente du
secours de la part du Seigneur; par ~'ébranlemeDt des puissances'
des Cieux, il est signilié que la puissanee du Divin Vrai a été
ébl'anlée; les puissances des Cieux sont les Divins Vrais quant à
la puissance; paru,alo~ on vel'raJe Fils de l'homme venant dans
une DUée des Cieux a'Vec puissance. et beaucoup de gloire, Il il est
signifié qu~aIOl'S le Seign,eur dQit manifester le Divin Vra~, qui am'a
la puissance, et d'oo procédera l'intelligence. Des choses sembla­
bles sont signifiées par la terl'e et par le globe dans les passages
suivants, dans l'Apocalypse :' Il Ce 80n~ des'esprits de démons,
qui {mil des signes pour s'en ,tl/el' vers les rois de la terre et
de tout le globe, afin de les assembler pour la (Juen'c. Il ­
Vers. 9. CIIA.PITRE 'nOUZn~ME. ,.,., 205
XVL i4; - il est ditvel's les rois de la Len'e ct de tout le globe,
pal'ce que autre chose de l'Église <85t signifiée pal' la terre, et autre
chose par le globe. Gomme pal' le globe il est signifié l'Église qumt
au liten, c'est pour cela que par lui sont signifiées toutes les choses
de l'Église, car l'esse,nHel de l'Égrise est le bien; c'est pourquoi
où est le bien, là ausSi est le vrai, ear tout bien dffih'e le vrai, et
veut être conjoint au vrai, et en &l1'e spil'ituellement nourri, par
conséquent alssi réciproquement. .
7&2. Précipité il fut en la terre, et ses anges avec lui fu­
rent précipités, signifi~ que ces maux et les faux qui déri­ en
vent furent ('Qndllmné~ à l'enfer: on le voit par la signification
d'être précipité en la terre, en ce que c'est être séparé du Ciel,
et être Condamné à l'enfer, ainsi qu'il va être montré ;-et pal' la si­
gnification des anges du dl'agon, en ce qu'ils sont les faux d'après
le mal qui est signifIé parle dragon ; car, dans la Parole, par les
anges du Ciel sont signifiés le9 Divins Vrais, parce qu'ils en sont
les réceptions; voir ci-dessus, N"" 1:30, 302; de là, par les anges
lIu dragon sont signifiés les fanx infernaux procédant du mal qui
est signifié par le dragon; ces faux qui sont signifiés par les anges
du dragon sont, pour la plupart, des Ivrais falsifiés, Qui en eux­
mêmes sont des faux, comme il a été dit- cI-dessus. Si être préci­
pité en terre signifie être condamné à l'enfer, c'est parce que cela
est signifié" quand il est dit être précipité du Ciel; dans le Monde
spirituel, il y a., comme dans le Monde naturel, des terres pleines de
montagnes et de collines, puis de vallées, et aussi de fleuves; quand
ces choses, prises ensémhle, sont appelées la terre, alol'5 par la
terre est signifiée l'Église; mais quand les parties basses de la terre
sont entendues, ainsi qu'il est entendu par ~tre -précipité du Ciel en
la teI're, alors par la terre est signifié ce qui est damné, parce que
sous ces parties basses sont les enfers; et aussi dans les enfers il y
a des terres, mais des terres damnées; c'est pour cette raison qu'au­
cun ange n'a coutume d'aller la tête penchée ou illclinée et de re­
garder la terre, ni de s'étendre sur la terre dans ses parties basses,
ct d'en prendre de la pOl1s&ière; de là vient que ceux qui dans le'
monde ont conda.né les autres à l'enfer, ont coutume de jeter de
/1
la pousslèl'c prise de ceUe terre contre autrui, car cela cotrespond
à cette damnation; 'bien plus, il n'est permis il personne de mar­
206 L'APOCAL YPS\~ l~XPLIQUÉE. N; 7[12.

cher nu-pietls sur ces terres: ces terrcs,.qui ont été damnées, sont
très-bien discernées des terres qui n'ont pas été damnées, en cc
qu'une teITe damnée est abselument stél'ilè. et: n'a que de la pous··
sière, 'Ct est couverte çà et. là d'épines et de bui~sons épiI1CUX 1
tandis qu'une tel'fe non damnée est fertile, pleine d;herbcs, d'al'­
bl'is.seaux, d'arbres, e~ ausside champs' de ftlé. De:lù" dans l'Église
-représentative·Juive, c'étiiit un rite cômmun de se jeter sur la
terre, de s'y rouler, et de se répandre de la poussièlle sur·la tête,
quand ils étaient dans une grande douleur pour une défaite par les
. ennemis, et pOUl' une violence ·faite à IÇJ.lrs sanctuaires; par là ils
représentaient qu'ils se reconnaissilient damnés d'apl'ès eux-mêmes,
sollicitant ain:li par une attitude très-humble la rémission de leurs
péchés. Que ceux qui sont entendus par le dragon ,et par ses anges
aient été sépal'éspu Ciel, et condamnés à l'enfer, lorsque le J uge­
ment Dernier se faisait, et aussi ,plus tard, il m'a été donM de le
voir de mes propres yeux; sur 00 sujet, cependant, il sera dit
heaucoup de choses à la fin de ce 'fi'ailé. D'après ces explications,
on peut voiI' que par être précipité ùu Ciel en la tene, il est si­
gnifié être condamné à l'enfer.
74S. Vers. 1~, 1:\" 12. Et j'entendis une vm:x grande qui
disait dans le ~"iel : Maintenant a été {ait le salut, et la puis­
sance, et le royaume de notre Dieu, et le pou'I)oir de son
Chl"ist, parce que précipz'té a été ,l'accusateur de nos {rères,
qui les accusait devant nol1'e Dieujour et nz${t. - Et eua;
l'ont vaincu par le sang de l'Agneau, et par La parole de leu l'
témoig'IUlge, et ils n'ont point aimé leui'âmejusqu'à la mort.
- C'est pourquoi, réjouissez-vous, Cieux, 'et céux qui y ha­
bitent. MaLheur à (vous) qui habitez La ter.re et la mer, parce
qu'es,t descendu le diable vers vous, ayant une colère grande,
fiaclumt que peu de temps il al - Et i'ente~dis une voix
grande qui, disait dans le Ciel, signifie la joie des Anges dupel
d'après la !umièl'e et la sagesse alors chez eux: maintenant a été
{ail le salut, et la puis$ance, et le royaume de notre Dieu, et
li p.ouvoir de son Christ, signifie que maintenant le Seigneul' a
la puissance, par son Divin Vrai, de sauver qiOx qui, sont de,soD
JJ;glise, 'Ct qui de cœul' et d'flme reçoivent ce vrai: parce que pré­
d'pité a été l'accustlt('ul' de nOS frère.s, signifie après qu'ont été
Vers. 10. CHAPITHE DOUZIÈME. 207
séparés du Ciel et condamnés à l'enrel' ceux qui avaient impç.ouv~
la vie de la foi, qui est la charité: qui le.~ accusait devant notre
Dieujow;. et nuit, signifie et les avaient réprimandés et avaient
continuellement discuté avec eux d'après la Parole: et eux l'ont
vaincu par le sang de l'Agneau, signifie la r4sistance et la vic­
Loire pal' le Divin Vrai procédapt du Divin Humain du Seigneur:
ct par la parole de leur témo;gnage,. sig~-ifie et par la confes­
sion et la reconnaissance du Divin dans son Humain: et ils n'ont
1Joint aimé leur /lme jusqu'à la mort, signifie les fidèles qui, à
cause de ce~ vrais, ont supporté les tentations, et ont considéré
comme rien la vie du monde en comparaison de la vie du Ciel: c'est
pourquoi, réjouissez-vous, Cieux, et ceux qui y habitent, si­
gnifie la salvation, et par suite la joie de ceux qui deviennent spi­
rituels pal' la réception du Divin Vrai: malheur à (vous) qui ha­
bitez la terre et la mer, signifie la lamentation sur ceux qui
deviennent purement naturels et sensuels: parce qu'est descendu
le diable vers vous, signifie parce qu'ils re,çoivent de l'enfer les
maux: ayant une colère grande, signifie la haine contre les vrais
et l~s biens 'spirituels, qui appartiennent à la foi et à la vie d'après
la Parole, par conséquent contre ceux qui sont dans ces vrais et
dans' ces biens: sachant que peu dé temps il a, signifie parce
que l'état a été'changé.
744. Et j:entendis une voix grande qui disait( dan.~ le
" Ciel, signifie lajoie des Anges du Ciel d'apr'br la lumière et
,1 la sagesse alors chez eux: on le voit par la signification d'une
voix grande qui disait, en ~e que c'est l'attestation de' la joie du
cœur, ainsi qu'il va êtl'e montl'é;et par la signification de dans
le Ciel, en ce que c'est chez lès Angès du Ciel; que ce soit d'a­
près la lumière et la sagesse alors chèz eux, c'en est, la consé­
quence; car lorsque les dl'agons, -:- par lesquels ont été entendus
ceux qui, il est vrai, sont dans quelque science des connaissances
du vrai et du bien d~près la Parole, mais n~'iimoins ne sont ni
dans les vrais ni dans les biens, parce qu'ils ne sont pas ùans la vle
de ces vrais et de ces biens, - eurent été précipités, et ainsi ne fu­
rent plus en conjonction avec le Ciel, alors les Allges vinrent dans
'Ia lumièl'e et dans la sagesse; de là leur joie: si les Anges vinrent
alol's dans la lumière et clans la sagesse, cc fut parœ que dans les
208 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉB. N° 744,

Cieux il Ya une connexion de tous depuis leurs premiers jusqu'à


leurs derniers, c'est-à-dil'e, depuis les premiers, qui sont dans le
Giel intime ou troisième Ciel, jusqu'aux derniers- qui sont dans le
dernier ou Ilremiel' Ciel; car le Seigneur influe par le troisième
Ciel dans le dernier, et par l'infiux il conjoint les Cieux; <le là
vient que tout le Ciel en préseoce du Seigneur est comme un seul
Homme; c'est pourquoi, quand les del'niel's 'des Cieux ont con­
nexion avec de tels gens qui ont été conjoints avec l'enfer, ainsi
avec ceUI qui sont signifiés pal' le dragon et par ses anges, alors
la lumièœ et l'intelligence des Anges du Ciel sont diminuées .dans
le même degré, dans lequel il y a conjonction du dernier Ciel avec
de tels gens: il en est de même des derniers dans l'homme, à S3­
. voir, des peaux t3xtrêmes, qui couvrent le corps dans le commun
et dans la partie, puis des muscles au dedans de ces peaux, et aussi
des nerfs dans les derniers, d'après lesquels les ligatures et les
memhranes sont étendues sur les intérieurs; si ces extrêmes ont
été lésés ou infectés 4'une manière quelconque, ou s'ils sont deve­
nus trop tendus, dans le même degré périt la vie d'agir et de sen­
tir pour les intérieurs qui ont été couverts et renfel'.més pal' ces ex­
trêmes; de là, il est évident que le salut du corps dépend de l'étal
des extrêmes, comme une maison dépend de ses fondements; cela
se fait principalement voir chez les hommes accablés de vieillesse,
cbez qui les extrêmes s'endurcissent d'abord, et par suite ils 5.,ont
privés de la faculté d'agir el de sentir, et peu à peu les intérieurs
en sont pl'ivés, d'où résulte leur mort. Pareille raison existe pour
les Cieux, qui sont comme un seul Homme en pl'ésence du Sei­
gneur, quand leurs derniers sont pour ainsi dire endurcis, ce qui
arrive quand ces derniers ont conjontion a"cc les enfers: il en a
été ainsi pOUl' les Cieux, tant que les dragons y ont été vus,cae
les dl'agons, comme il a été d,it précédemment, avaient conjonction
avec les derniers du Ciel qu~.n.t aux extel'Oes, et avec les enfers
quant à leurs internes: c'est de là qu'il a été dit qu'uB dragon fut
vu Mns le Ciel, et qu'il y eut une guerre entre lui et Michaël dans
le Ciel, et qu'enfin il fut pl'écipité du Ciel, ce qui signifie qu'il en
fut séparé. C'est <Ionc de là que par une voix gJ1'dnde entendue dU"
Ciel, il est signifié l'attestation de la joie du cœur chez les Anges
du Giel'; que cette joie venait de ce qu'ils avaient alors la lumière
Vers. 10, CHAPITRE J)OUZ(i~MK . 209
et la sagesse, c'cst la conséquence de ce qui pl'écède, à savoir, que
de même que l'homme est dans sa vie active et sensitive pal' leS in-
térieurs, lorsque les extrêmes sont dans leUl' intégl'iLé, de même
aussi les Cieux infériew's et les Cieux supél'ieurssonl dans leUl' in-
telligence et dans leUl' sagesse, ·etpal' suite dans la joie de leur
cœuI'; c'est aussi pour cela que par ces mêmes paroles il est entendu
que la joie des Anges venait de· ce qu'ils avaient alol's chez eux la
lumière et la sagesse.
7115, Maintenant a été fait le satut, et la puissance, el le
royaume de not1'e Dieu, et te pouvoir de son· Christ, signifie
que maintenant, te Seigneur a ta puissance, par son Divin
Vrai, de sauver ceux qui 'sont de son Église, et qui de cœur
et d'dme reçoivent ce· vrai: on le voit par la signification du sa-
lut, en ce que c'est la salvation; pal' la signification de la puis-
sance, en ce que c'est qu'il peut, ainsi la possibilite', comme il va
être montl'é; par la signification du royaume; en ce que c'est le
Ciel et l'Église, comme ci-dessus, Nos 118, 6811; par la significa-
tion de notre Dieu, en ce que c'est le Seigneur quant à son Divin;
et par la signification du pou1,oir tle son Christ, en ce que c'est
l'efficace du Divin Vrai, ainsi par le Divin Vrai; que par le Christ
il soit entendu le Seigneur quant au Di\'in VI'ai, on le voit ci-des-
sus, N°s 6811,685; que le pouvoiI', qual'ld il s'agit du·SeigneuI', si-
gnifie la salvation du gem'e humain, on le voit ci-dessus, N° 293;
et que le Seigneur ait le pouvoir de sauver par son Divin Vrai,. on
le voit aussi ci-dessus, N°' 333, 726; et comme le SeigneUl' ne
peut sauvel' que ceux qui reçou'eIlt d'âme et de creUl' le Divin Vl'ai
qui pI'ocMe de Lui, voilà pourquoi cela aussi est signifié; de là, on
peut voil' que par l( maintenant a été fait le salut, et la pUissance,
et le l'oyaume de notre Dieu, et' le pouvoil' de son Chl'Îst, 1) ï'I est
signifié que maintenant le Seigneur a la puissancel par..aon Divin
Vrai, de sauvel' ceux qui sont de son 'Église, et qui de cœuI' et
d'lime reçoivent ce vl'ai; il est dit qui l'eçQivent de CroUI' et d'lime,
et par là il est entendu d'amour et de foi, puis aussi de volonté et
d'entendement; cal' par l'âme, dans la PUl'ole, lorsqu'il est dit l'âme
et le cœur, il est signifié la foi, puis aussi l'entendement, et pal' le
cœU!' l'amour, puis aussi la volonté, car là pal' l'âme dans le der-
nier sens il est entendu la rcspÎl'ation de l'homme, laquelle aussi est
v, 1lI.
210 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 7!J5,

appelée son esprit, c'est pourquoi il est dit animel' pour respit'el',
puis' aussi rendre l'âme el l'esprit, quand l'homme meurt; si l'âme
signifie pal'eillement la foi, comme aussi rentendement, et si le
cœursignifie l'amour, comme aussi la \"OIO~ilé, c'est d'apl'ès la cor­
respondance, cal' la foi et l'enlendement correspondent à l'anima­
tion ou à la respiration des poumons, et l'amoul' et la volonté cor­
respondent au mouvement et au pouls du cœut'; sur celle corres­
pondance, voir ci-dessus, N° 167, et dans les ARCANES CÉLESTES,
No' 2930, 3883 à 3896, 9050. Si (c maintenant a été fait le salut,
ct la puissance de notre Dieu, Il signifie que le Seigneur peut main­
tenant sauver, de sorte que la puissance y signifie qu'il peut, ainsi
la possibilité, c'est parce que le Seigneur n'aurait pas pu sauver
ceux qui étaient de son Église, avant que le dragon avec ses anges
etH été chassé, c'est-à-dire, séparé du Ciel: celui qui ne connait
pas les lois de"l'ordl'e Divin peut croil'e que le Seigneur peut sau­
ver qui il lui plaU, ainsi les méchants de même que les bons; de là
vient l'opinion de quelques-uns, qu'à la fin tous ceux qui sont dans
l'enfel' sel'ont aussi sauvés; mais que personne ne puisse élt'e sauvé
par Miséricorde immédiate, mais qu'on soit salivé par une Misél'i­
corde médiate; et que ce soit néanmoins par pU,re Misél'icorde que
sont sauvés ceux qui d'âme et de cœur reçoivent du Seigneur le
Divin VI'ai, on le voit dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER,
NOl 521 à 527 : cela au~i est entenpu par ces paroles dans Jean:
Cl Les siens ne L'ont point reçue, mais il tous ceux qui L'ont
l'eçue, elle leur II donné pouvoir de devenir enfants de Dieu,
li ceux qui croient en son Nom; 'Qui, non de S{mgs, ni de vo­
(onU de chair, ni de volonté d'homme, mais de Dieu, sont
nés. 1) - 1. H, 12, 13 j - pal' les siens qui n'ont point reçu, il
est entendu ceux qui ,sont de l'Église où ~t la Parole, et où pal'
elle le SQ~neur a pu êtI'e connu d'eux; c'est pourquoi, ceux qui
étaient de l'Église Juive sont entendus là par les siens; le Seigneur
a donné à ceux qui croient en son Nom pouvoit' de devenir enfants
de Dieu, signifie qu'il a donné le Ciel à ceux qui, d'âme et de
cœlU', ou par la foi et par la vie, ont reçu de Lui les Divins Vrais;
pal' croire en son Nom, il est signifié recevoir le Seigneur pal' la
foi et par la vie, CéH' pal' le nom du Seigneut' est signifié tout ce pal'
quoi il est adol'éj pal' enfants de Dieu sont en~endus ceux qui sont
Vers. '\.0. CHAPITRE DOUZIÈME. 2H
régénérés pal' le Seigneu1'; II qui non de sangs, Il signifie qui n'ont
ni falsifié ni adultéré la Parole; II qui non de volonté de chail', Il
signifie qui ne sont pas dans les maux de leur propre; (1 qui non de
volonté d'homme, Il signifie qui ne sont pas dans les faux de leur
propre; car la volonté signifie le propre de l'homme, la chair si­
gnifie le mal, et ·Jlhomme (vir) signifie le faux; « mais de Dieu
sont nés, )l signifie qui ont été régénél'és par les vl'ais d'après la
Parole et par la vie selon ces vrais. D'après ces considérations,. on
peut aussi voil' que ceux qui ne veulent pas être réformés et régé­
néréspar "le Seigneur ne peuvent être sauvés, ce qui est'etfectué par
la réception du Divin Vrai par la foi et par la vie.
766. Parce que précipité a été l'accusateur de nos {l'èl'es,
signifie après qu'ont été séparés du Ciel et condamnéS li l'en­
fer ceux qui avaient improuvé la vie de la roi, qui est la cha­
rité: on le voit par la signification d'avoir été précipité, quand
il s'agit du dragon, en ce que c'est, que ceux qui sont entendus par
le dragon ont été séparés du Ciel et condamnés à l'enfer, comme
ci-dessus, N°' 739, 7!l2; par la signification de l'accusateur de
nOs frères, en ce que ce sont ceux qui ont improuvé la vie de la
foi, qui est la charité; en effet, pal' l'accusateUl', il est signifié ce­
lui qui improuve, qui réprimande, qui blâme, cal' celui qui accuse
improuve, réprimande et blâme; cemême mot dans la Langue ori­
ginale signifie l'adversaire et celui qui blâme; et, ce qui est étoA­
nanl, ceux qui sont des dragons, quoiqu'ils regardent comme l'ien
la vie, accusent néanmoins les fidèles dans le Monde spi1'Ïtuel, s'ils
remarquent quelque mal d'ignorance, car ils s'enquièrent de leur vie,
alin de déshonorer et de condamner, de là ils sont appelés accusa·
teurs; mais pa~ les frères, qu'ils accusent, sont entendus tous ceux
qui sont dans les Cieux, puis aussi tous ceux qui dans les terl'eS sont
dans le bien de la charité; s'ils. sont appelés frères, c'est parce que
pOUl' eux lous il y a un seul Père, à savoir, le Seigneur, et que
ceux qui sont dans le bien de l'amour envel's le Seigneur, et dans
le bien de la charité à l'égard du p,'ochain, sont ses fils, et aussi
sont appelés fils de Dieu, fils du royaume, et héritiers, d'où il suit
que, comme ils sont fils d'ul1 m~me Père. ils sont aussi frères; et
même le principal commandement du Seigneur leur Pèl'e, c'est
qu'ils s'aiment mutuellement, c'est donc d'apl'ès l'amour qu'ils
21.2 L' APOCALYPSE EXPLlQU ÉE. NQ 7f1G.

sont fl'ère.'I; l'amour aussi est la conjonction spirituelle: de là il es{


advenu que chez les Anciens, dans les Églises dans lesquefles la cha·
"ilé était l'essentiel, tous· étaient appelés fl'ères; pal'eillement dans
notre Égiise Chrétienne à son commencement; c'est donc de là que
frère dans le sens spirituel signifie la chal'ité. Que tous ceux qui
autrefois étaient d!une même Église se soient al'Jpelés frères, el que
le Seigneur nomme frères ceux qui sont dans l'amour envers Lui
et dans la charité à l'égard du prochain, on peut le voir pal' beau­
coup de passages dans la Parole; mais pour qu'il soit perçu dis­
tinctement ce que signifie le fl'ère, cela va être illustré d'apl'ès la
Parole: 1. Tous- ceux qui étaient de /'Église 1sraélite ,~e sont
appelés (l'ères: on le voit par les passages suivants; dans'Ésaïe:
(1 Alors on amènera tous t'OS (l'ères, d'entre taules let; na­

tions, en offrande il .Jéh01;an. Il - LXVI. 20. - Dans Jéré­


mie: « Que qui que ce soit ne (erait servir un J ui(son (l'ère. 1)

- XXXIV. 9. - Dans Ézéchiel: «( Fils de l'homme, tes (rè­


r('s, tes (l'ères, les fils de ta parenté, et toute la maison d'Is­
raël. 1) - XI. 15. - Dans Michée: (1 Jusqu'à ce que le reste
de ses (l'ères retourne aux fils d'Israël. )) '-- V. 2. - Dans
Moïse: (1 Moise sortit t'ers ses (l'ères, et i/vit leurs (ardeaux. 1)
- Exode, II. H. - (1 Moise dit à Jéthro son beau-père: Je
retournerai vers mes (l'ères qui (sont) en Égypte. II - Exode,
IV. 18. -:.. (1 Quand sera deve1}u pauvre ton (l'ère. )) - Lévit.
XXV. 25, 3.5; 47. - II Quant à vos (l'ères, les fils d' lsrilël, ,
l'homme sur son (l'ère ne dominera pas avec cruauté. ) 1 ­
Lévit. XXV. 66. '- « Puissions-nous avoir expiré, quand ex­
pirèrent nos (l'ères devant Jéhovah! Il - Nomb. XX. 3. ­
Il Voici, un homme des fils d' Israël vint, et amenà à ses fl'è­

l'es une Midianite. Il - Nomb. XXV. G. - (1 Tu ouvriras ta


main à ton (l'ère; quand te sera "Vendu ton (rèl'e, Hébreu ou.
llébreuse, il te servira six ans. )) - Deutér. XV. 11,12. ­
« Si quelqu'un a volé une âme d'entre ses, (l'ères, et qu'il en
ait tiré profit. li - Deutél', XXIV. 7, - « Quarante (ois il
le (rappera, ct il n'ajoutera point, de peur. que me ne devienne
ton (l'ère à tes yeux. )) - Deutér. XXV. 3; - et ailleurs; par
ces passages on peut voil' que tous les fils d'Israel entre eux se sont
appelés frèl'es; s'ils se sont ainsi appelés il y eut pOUl' cause pro­
Vers. 10. CHAPITHE OOUZIÈMI~. 21;~

chaine, qu'ils descendaient tous de Jacob, qui était leul' père com­
mun, et pour cause' éloignée, que le frèl'e signrtle te bien de la
charité, lequel bien, étant l'essentiel de l'Église, conjoint spirituel­
lement tous les hommes., et qu'en outre Israël dans le sens su­
prême signifie le Seigneur, et que par suite les fils d'Israël signi­
fient l'Église. II. Ils se .~ont dits homme 'et frère, puis aussi
compagnon et frère, comme dans les passages suivants; dans
Ésaie : (1 Obscurcie a été la terre, et est devenu le peuple
comme.un aliment du feu; l'hom~e son frère, ils n'épargne­
~ont point; l'homme la Chail' de son bras, ils ma,!geront;
Ménascheh Éphraïm, 'et Éphraïm Ménaschelt. Il -IX. 18,
20; - pal' l'homme et son frèl'e, il est signifié le vrai et le bien, et
dans le sens opposé le faux et le mal; c'est aussi pour cela qll'il
,est dit: Ménascheh mangera ÉphraïRl, et Éphraïm mangera Mé­
nascheh; car par Ménascheh il est signifié le bien- volontaire, et par
Éphraïm le vrai intellectuel, l'un et l'autl'e de l'Église externe, et
dans le stms opposé fe mal et le faux; mais ces paroles.ont été ex­
pliquées ci-dessus; voir NOl 386, AllO, 600, 617. Dans le Même:
(,Je mettrai aux prises l'Égypte avec l'Égypte, en sorte
qu'ils combattent, l' homme contre son frère, et l'homme
contre son compagnon, ville contre ville, et royaume (,:ontre
royaume. 11- XIX. 2; - ici, par l'Égypte est signifié l'homme
naturel séparé de l'homme spirituel; et comme cet homme Il'est
dans aucune lumièl'e du vrai, il conteste continuellement sur le
, bien et le mal, et sur le vrai et le faux; cette contestation est signi­
fiée par (1 je mettrai aux pl'ises l'Égypte avec l'Égypte, en sorte
qu'ils combattent, l'homm~ contl'e son frèl'e, et l'homme contre son
compagnon; Il par le frère et le compagnon il est signifié le bien
d'où procède le vrai, et le vrai d'après le bien, et dans le sens op­
posé le mal d'où procède le faux, et le faux d'après le mal; c'est
aussi pour cela qu'il est dit (1 ville contre ville, et royaume contre
l'oyaume; Il par la ville est signifiée la docll'ine, et par le royaume
l'Église d'après la doctrine, lesquelles pareillement doivent com­
battre. Dans le Même: « L'homme son compagnon ils aident,
et à son frère il dit: Fortifie-toi. Il ~XLI. 6; ~ ici, par le
compagnon et le fl'ère sont signiliées les mêmes choses que ci-des­
sus. Dan~ Jél'émie : Il L' fWJrtme de SOli r:ompagnon fJflrdc~-
21ft L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. NU 746.

vous, et It aucun frère ne 'Vous fiez; car tout frère supplante,


et tout compagnon calomnie. Il - IX. 3. - Dans le Même: .
Il Je les disperserai, l'homme avec son frère. Il - XIII. U.
. - Dans le Même: (( Vous direz; ainsi, J.' homme à son compa­
gnon, et l'homme à son frère: Qu'a répondu Jéhovah? Il ­
XXlII. 35. - Dans le Même: u Vous ne M'avez point obéi,
pour proclamer la liberté, l'homme à son frère, et l'homme
à son compagnon. )) - XXXIV. 9, 17. - Dans Ézéchiel:
(( Épée de l'homme contre son frèreilyaura. Il-XXXVIII.
21. - Dans Joël : Cl L'homme son frère, ils ne pre.sseront
point. Il - II. 8. - Dans Michée: Il Tous de sangs tendent
des piéges; l'homme son frère~ ils chassent au filet. Il -VII.
2. - Dans Zacharie: Il Exercez la bonté et la miséricorde,
l'homme avec son frère. Il - VII. 9. - Dans Malachie:
li Pourquoi perfidement agissons-nous, l' homme contre son
frère? Il - Il. 10. - Dans Moise: u Il y eut une obscurité
épaisse dans toute la terre d'Égypte, et ils ne virent point,
l' homme son frère. Il - Exod. X. '22, 23. - Dans le Même:
Il A la fin des sept années, tout créancier reiâchèra sa main,

quand il aura prUé quelque"chose à son compagnon; et qu'il


rte presse point son compagnon, ni son frère. Il - Deutél'.
XV. 1,2; - et ailleurs; dans le sens le plus proche, pal' l'homme
il est entendu chacun, par le frère celui qui est de la même tribu,
parce qu'il est dans la parenté, et par le compagnon 'celui qui est
d'une autre lI'ibu, parce qu'il est seulement dans l'affinité; mais,
dans le sens spirituel, pal' l'homme il est signifié quiconque est dans
les vrais, puis aussi quiconque est dans les faux, pal' le frère qui­
cOlique est dans le bien de la charité, et abstractivement ce bien
lui-même, et par le compagnon quiconque est dans le vrai d'après
ce bien, et abstractivement ce vl'ai lui-même; et dans le sens op­
posé le mal opposé au bien de la charilé, et le faux opposé au vrai
d'après ce bien: s'il est dit le frèl'e et le compagnon, c'est parce
qu'il y a deux choses qui font l'Église, à savoir, la chal'ité et la foi,
comme il y en deux qui font la vie de l'homme, la volonté et l'en­
tendement; pal' suite aussi il y a deux choses qUI agissent comme
une seule, pal' exemple, deux yeux, deux oreilles, deux nal'ines,
deux mains, deux pieds, deux lobes des poumons, deux chambres
Vers. 10. CHAPITltE DOUZIÈME. 215
dll cœm', deux hémisphères du cerveau, et ainsi du reste, dont
l'une se réfère au bien d'où procède le vrai, et l'autl'e au vl'ai d'a­
près le bien; c'est de là qu'il cgt dit le frère et le compagnon, et
que le frère signine le bien, et le compagnon le vl'ai de ce bien.
III, Le Seigneur nomme (rères ceux de son É'glise qui .sont
dari); le bien de la charité: on le voit par ces passages dans les
Évangélistes: CI J éSlls, étendant sa main sur ses disciples, dit:
VQici ma mère et mes {rères; q1}.iconque {era .la l:olonté de
mon Pb'e, celui-là est mon {rère, et ma sœur, et ma mère. II
- Matth. XII. h9,. 50. Marc, Ill. 33, M, 35; - pal'.les dis­
ciples; SUI' lesquels le Seignem' étendit ta main, sont signifiés tous
ceux qui sont de son Église; par ses frèl'es sont signifiés ceux qui
sont dans le hien de la charité d'a~rès Lui; par ses sœurs ceux
qui sont dans les vrais d'après ce hien; et pal' sa mère est signinée
l'Église d'après ce bien et ces vrais. Dans Matthieu :. Cl Jésus dit
à Marie la magdalé,enne et à l'autre Marie: Ne craignez
point; allez, annoncez à mes {rère,~ qu'ils .~' en aillerlt dans la
Galilée, et là ils Me verront., Il - XXVIII. 10; - ici aussi,
pal' les frèl'es sont entendus les disciples, pal' lesquels sont signi­
nés tous' ceux de l'Église qui sont dans le bien de la chal'ité. Dans.
Jean: Cl Jésus dit à Marie: Va vers mes {rères, et dis-ieur:
Je monte vers mon Père. Il -"XX. 17;-pareillement ici les dis­
ciples sont appelés frères, parce que par les disciples, de même que
Jlar les frères, sont signifiés tous ceux de son Église qui sont dans
le bien de la charité. Dans Matthieu: « Répondant, le Roi leur
dira: Il Je vous dis: En tant que vous l'avez {ait à l'un de
ces 1Jlus petits de mes {rères, à Moi vous l'avez {ait. Il ­
XXV. hO; - que ceux qui ont fait tes biens de la charité soient
appelés iet fI'ères pal' le Seigneur, on le voit d'après ce qui pl'é­
cède ce passage; mais il est à remal'quer que le Seigneur, quoi'­
qu'il soit leU!' Père, les nomme néanmoins frères; mais il est lem'
Père d'apl'ès le Divin Amour, et il est leUl' fl~èl'e d'après le Divin
qui procède de Lui; et cela parce que tous dans les Cieux sont les
('éceptions du Divin qui procède de Lui ;el que le Divin qui pro­
cède du Seigneur, dont ils sont les réceptions, est le Seigneur dans
le Ciel, et aussi dans l'Église, et ce Divin appal'tient, non il l'ange
ni il l'homme, mais au SeigneUl' r:hez eux; c'eSI pourquoi le Sei­
216 L' APOCALYPSE BXPLlQU}i;E. N" 7lJG.

gnem' appelle f.'èl'e le bien même de la charité chez eux, lequel est le
sien, pal'conséquent aussi les anges et les hommes, parce qu'i[s.
sont [es sujets récipients de ce bien: en un mot, [e Divin procé­
dant, qui est le Divin du Seigneur dans [es Cieux, est [e Divin né
du Seigneul dans le Cie[; c'est pOUl'quoi, d'après ce Divin, les
i

Anges qui en sont [es récipients sont appelés fils de Dieu, et parce
. que ceux-ci, d'après ce Divin reçu chez eux, sont frères, c'est [e
SeigneUl' en eux qui est appelé frère, car c'est d'après [e Seigneur
et non d'après eux-mêmes que parlent les Anges, quand c'est d'a­
pl'ès [e bien de [a charité; de là vient donc que [e ~igneur dit (( en
tant que vous l'avez l'ail à ['un de ces plus petits de mes frères, à
Moi vous l'avez fait; II ce sont donc les biens de [a charité, énumérés
dans les Versets précédents, qui dans le sens spirituel sont [es frèl'cs
du Seigneur, et qui pOUl' le motif précédemment -donné sont appe­
lés frèl'es par le Seigneur: pal' le -Roi aussi, qui les appelle ainsi,
est signifié [e Divin procédant qui d'un mot est appelé Divin Vrai
ou Divin spirituel, lequel dans son essence eslle bien de [a chat'Hé.
11 faut donc tenir pOUl' certain que [e SeigneUl' ne les a pas appelés
frères par celte raison que Lui-Mêm~ a été Homme comme eux,
selon l'opinion reçue dans [e Monde chrétien; il suit de là qu'il n'est
pel'mis pOUl' cela à aucun homme d'appeler le Seigneur l'l'ère, car
il est Dieu aussi quant à l'Humain, et Dieu n'est point notre frèl'e,
mais il est notre Père: si [e Seigneur est appelé frère dans les
Églises dans les terres, c'est parce que de son Humain on n'a pas
saisi d'autl'e idée que celle de ['Humain d'un autre homme, lorsque
cependant ['Humain du Seigneur est Divin. Comme autrefois les
Rois représentaient [e Seigneur quant au Divin Vrai, et comme le
Divin Vrai reçu par les Anges dans le Royaume spirituel du Sei­
gneUl' est le même que [e Divin Bien spirituel, et que le Bien spi­
rituel est le Bien de la charité, c'est auSsi pour ce[a que [es Rois
mis SUI' [es fils d'Israël appe[a1ent leurs sujets frères, quoiqu'il ne
fût pas réciproquement permis aux sujets d'appeler frère leur Roi,
à plus forte raison le Seigneur, qui est [e Roi des rois et [e Sei­
gneul' des seigneurs 1 par exemple, dans David: Il Je dirai ton
IVom li mes {rcl'es, au ml.tieu de t'assemblée je Te louerai. JI
- ·Ps. XXII. 23. - Dans [e Même: (cb'tranger je suis de­
l'I'IW' li mes li-ères., et de de/lOrs au:): /ils de ma mère.f'I!I--· Ps.
Vel's.10. CHAPITRE DOUZIÈME. 217
LXIX. 9~ - Dans le Même ~ Il A cause de mes frères, et de meS
compagnons, je proclamerai la paix en Toi. )-Ps.CXXII.8;
- David a prononcé ces paroles comme de lui:-même, mais néan­
moins par David, là, dans le sens représentatif spil'ituel, il est en­
tendu le Seigneur. Dans Moïse: (1 Du milieu. de tes frères tu
mettras sur toi un Roi; tu ne pourras pas mettre sur toi un
homme étranger, qui ne soit paS ton frère: mais que ne s'é­
lb)c point son cœur au-dessus de ses frères.) -Deutér. XVII.
1.5,20; - par les frères, du milieu desquels serait mis le Roi,
sont signifiés tous ceux qui sont de l'Église, car il est dit II tu ne
pourras pas mettre sur toi un homme étranger; » par un homme
étl'anger et par l'étranger il est signifié celui qui n'est pas d.e l'É­
glise. Dans le Même: (1 Un Prophète du milieu c(e toi, d'entre
tes frères, comme moi, te suscitera Jéhavah. ton Dieu; vous
Lui obéirez,. ) - Deutér. XVIII. 15, 18; - c'est une ~I'ophé­
tie SUl' le Seigneur, qui est entendu pal'le Prophète, que Jéhovah
Dieu suscitera d'entre les frères, qui sont appelés tes frères, ainsi
les frères de Moïse, en raison de ce que par Moïse -dans le sens re­
présentatif il est entendu le Seigneur quant à la Parole, et par le
Prophète celui qui enseigne la Parole, par conséquent aussi la Pa­
role 'et ladoctrine d'après la Parole; c'est de làf qu'il est dit « un
Pl'ophète comme moi il to suscitera. »' Que Moïse ait représenté le
Seigneur quant, à la Loi, ainsi quant.à la Parole, on ·le voit dans
Jes ARCANES CÉLESTES, N°' !l859, {., 5922, 6723, 6752, 6771,
6827, 7010, 701!l, 7089, 7382, 9372, i023!l. IV. Sont ap­
pelés frères par le Seigneur tous ceux qui Le reconnaissent
et qui sont dans le bien de la charité d'après Lui: c'est une
suite de ce que le Seigneur est le Père de Lous, et le Docteur de
tous, et que de Lui comme Père vient tout Bien de la charité, et
de Lui comme Docteur tout Vrai d.e ce bien; c'est pourquoi le Sei­
gneur dit dans Matthieu: Il Vous, ne soyez, poz:nt appelés doc­
teur, car un seul e.~t votre Docteur, le Christ; mais tous,
vous, frères vous etes;· et votre père n'appelez, qui què ce
soit sur la terre, car un ~eut est votre Père, Celui qui est
dans les Cieux. " - XXIII. 8, 0; - d'apl'ès cela, il est bien
évident que les pal'oles du Seignel\l' doivent être entendues spil'i­
1uellement; cal' e:lt-ee que eelui qui est docteur ne peut pas ~tl'C ap­
218 L'APOCALYPSg EXPLIQUÉE, N" 746,

pelé docteUl'? et est-ce que celui qui est père ne peut pas être ap­
pelé pèl'e? mais comme par le père il est signifié le bien, et par le
Père dans les Cieux le Divin Bien, et que par docteUl', ou rabbi, il
est signifié le vrai, et par DocteUl' Christ, le Divin Vrai, c'est pour
cela qu'en vue du sens spil'ituel, dans toutes les choses de la Parole,
il est dit de n'appeler père qui que ce soit SUI' la tel're, ni personne
docteur, à savoir, dans le sens spirituel, mais non dans le sens na­
tlirel; dans le sens naturel ils peuvent êtfe appelés docteurs et pères,
mais repl'ésentativement, c'est-à-dire, que les docteurs du monde
doivent enseigner le vrai, mais d'après le Seigneur et non d'après
eux-mêmes, et que les pères du monde doivént être bons et conduire
les enfants au bien, mais d'après le Seigneur et non d'apl'ès eux­
mêmes; d'où il, suit que, quoiqu'ils soient appelés docteurs et pè­
res, cependant eux ne sont ni docteurs ni pères~ mais le Seigneul'
seulement; appelel' et appeler par le nom quelqu'un signifie aussi,
dans la Parole, reconnaître la qualité de quelqu'un: comme tous,
dans le Ciel et dans l'Église, sont disciples et fils du SeigneUl'
comme Docteur et comme Père, c'est pour cela que le Seigneur'
dit Il tous, vous, frères vous êtes; ) cal' tous, dans le Ciel et dans
l'Église, le Seigneur les appelle fils et héritiers, d'après la consocia­
tion par l'amourfl,rocMant de Lui et pal' suite par l'amour mutuel
qui est la charité; de là vient qu'ils ont été appelés frères par le
Seigneur; ainsi doit être entendu ce qui est ordinairement dit, que
tous sont fl'ères dans le Seigneur, D'après ces considérations, bn
l)eut encore voir qui sont ceux qui sont entendus pal' frèl'es pal'
le Seigneur, à savoir, tous ceux qui Le reconnaissent et sont dans
le bien de la charité d'après Lui, p~l' conséquent qui son t de
son Église, Ceux-ci aussi sont entendus par frères par le SeigneUl'
dans les passages suivants; dans Luc': Il Jésus dit à Pierre:
Toi, quand tu seras converti, affermis tes frères, » - XXII.'
32;- par les frères, ici, ne sont pas entendus les Juifs, mais il est
entendu tous ceux qui reconnaissent le Seigneul' et sont dans le
bien ù'après la chal'ité et la foi, ainsi tous ceux qui par Pierre l'e­
cevront l'Évangile, tant les Juifs que les gentils; car par Pierre,
dans la Parole des Évangélistes, il est entendu le vrai d'après le
bien, par conséquent aussi la foi d'apl'ès la chal'ité; mais là pal'
Pierre il est entendu la foi séparée d'avec la chal'ité, ear peu aupa­
vera, iD, CHAPITRE DOUZIÈME, 219
ravant il es,t dit de lui: Il Simon, voici, satan vous a demandés pOUl'
vous cribler comme le blé, mais Moi j'ai prié pour toi, afin que ne
défaille point ta foi; et ensuite ililli est dit: ([ Je te dis, Piene,
1)

le coq ne chantera pas aujourd'hui, qu'auparavant trois fois tu


n'aies renié de me connaftre; 1) telle est aussi la foi sans la charité:
mais pal' Piel'l'e converti il est signifié le vrai d'apl'ès le bien qui'
pl'ocède du Seigneur, ou la foi d'après la charité qui procède du
Seigneur'; c'est pourquoi il est dit l( toi donc, qua:nd tu seras con-
verti, affermis tes frèl'es, 1) Dans Matthieu: Il Pierre dit: Sei-
gnew', combien de {oz's péchera contre moi mon {l'ère, et lui
pardonnerai-}e?ll-XVIII. 21, ·-Dans le Même: ([De même
aussi mon Père céleste vous {era, si vous ne pardonnez, cha-
cun à son {l'ère, du {ond de vos cœurs ses (autes, 1) - XVIII.
35, - Dans le Même: Il Si contre toi a péché ton {l'ère, va et
reprends-le entre toi et lui seul; s'il t'écoute, tu as gagné
ton {l'ère. Il -"XVIII. 15; - id,'pal' le frèl'e, il est entendu en
général le prochain, ainsi tout homme, mais en particulier celui
qui est dans le bien de la chal'ité et par suite dans la foi d'après le
Seigneur, quel qu'il soit; en effet,dans ces passages, ils'agit du bien
de la charité, car pardonneI' à quelqu'un qui pèche contre lui, cela
est de la charité; puis il est dit Il s'il t'écoute, tu as gagné ton frère, Il
cequi signifie s'ill'econnatt ses fautes et se convertit. Dans le Même:
l( Pourquoi régardes-tù la paille qui est dans l'œil de tOrt

{rere, tandis que de cette poutre qui est dans ton œil tu ne
t'aperçois pas? ou commelîl diras-tu à ton {l'ère: Laisse,
que i' ôte la paille de ton œil, quand cependant la poutre est
dans ton œil? Hypocrite! ôte premièrement la poutre de ton
œil, et alors tu aViseras à ôter la paille de l'œil de ton (l'ère. 1)
- VII. '3, 4, 5; - ici aussi, parce qu'il s'agit de la 'charité, il est
dit le frère, car par ôter la paille de l'œil du frère~ il est signifié
donner des informations sur le faux et le mal, et l'éformer : s'il est
.dit par le Seigneur «( la paille de l'œil de ton frèl'e, et la poutre
dans ton œil, l) c'est à cause du sens spirituel dans chacune des
choses que le Seigneur a prononcées, cal' sans ce sens qu'est-ce
que ce serait de voir une paille dans l'œil d'un autre et de ne pas
s'apercevoil' de la poutl'e dans son œil; puis, d'ôter la poutre de
son œil avant d'Olel' la paille de l'œil de ['autre? car par la pai,lIe il
220 L'APOCALYPSE EXPLlQUl~E. ~o 746;

est signifié un .faible faux du mal, et pal' la poutre un grps 'faux du


mal, et par l'œil il est signifié l'entendement et aussi la foi; si par
la paille et par la poutre il est signifié le faux du!.'mal, c'est parce
que par le bois il est signifié le bien, et par suite par la poutre le
vrai du bien, et dans le sens opposé le faux du mal, et pal' l'œil
l'entendement et la foi, de là se manifeste clairement ce qui est
signifié par voir la paille et la poutre et les ôter de l'œil; que le
bois signifie le bien, et dans le sens opposâle mal, on le voit dans
les ARCANES CÉLESTES, N°' 643, 3720, 4943, 8354, 8740;
puis aussi, que l'œil signifie l'entendemént et la foi, N°' 2ïOi,
M03 à 4!l21, 4523 à 4534, 9051, 10569, et aussi ci-dessus,
N°' 37,'15.2 : 1a ·poutl'e est nommée aussi dans quelques autres
passages, et par elle est signifié le faux du mal, p~l' exemple, ­
Gen. XIX. 8. II Rois, VI. 2,5,6. Habak. Il. H. Canto 1. 17.
- Dans le Même: li Quiconque fait et enseigne, celui-là sera
appelé grand dans le Royaltme des Cieux; je vous dis: Si
votre justice ne surpasse celle des Scribes et des Pharisiens,
vous n'entrerez pointdanl> le'Royaume des Cieux. Vous'avez
entendu qu'il a été dit par les anciens: Tu ne tueras point,
mais celui qui tuera sera sujet au jugement; mais Moi je
vous dis que quiconque se met en colère contre son frère té­
mérairement sera sujet au jugement; et celui qui aura dit à
son frère: Raka, sera sujet) au conseil; et celui qui lui aura
dit: Fou, sera sujet à la géhenne du feu. Si tu présentes ton
...
offrande sur l'Autel, et que llL tu te souvienne$ que ton frère
Cl quelque chol>e contre toi, laisse li" ton offrande devant l'Âu­
tel, et va-t'en; réconcilie-toi premièrement avec ton frère,
et alors viens, présente ton offrande. Il - V. 19 à 24; ­
dans tout ce Chapitre, il s'agit de la vie intérieure de l'homme,
laquelle appartient à·son âme, par conséquent à sa volonté eL par
suite à sa pensée, ainsi il s'agit, de la vie de la charité, qui est la
vie spirituelle-morale; cette vie, les fils de Jacob ne la connais­
saient nullemenL,et cela, pal'ce qu'ils avaient ét~ des hommes ex­
ternes à partir de leul's pères;' c'est même pour cela qu'ils étaient
tenus de vivre dans le culte extel'ne selon les statuts qui étaient
les externes représentant les internes du enlie et de l'Église; mai~
dans cc C.hapitre le Seigneu\' enseigne que, non-seulement les in­
Vers. 10. CHAPITRE DOUZIÈME. 221
térieUl'S de l'Église devaient être l'epl'ésentés pal' des actes externes,
mais qu'ils devaient aussi être aimés et faits d'âme et de cŒml';
c'est poürquoi par (1 quiconque fait et enseigne, celui-là sera ap­
pelé grand dans le Royaume des Cieux, Il il est signifié que sera
sauvé celui qui d'après la vie intérieure fait et enseigne les exter­
nes de l'Église; par « si voti'e justice ne surpasse celle des Scri­
bes et.des Pharisiens, vous n'entrerez point dans le Royaume des
Cieux,)) il est signifié que s'il n'y a pas vie interne et par suite vie
externe, le Ciel n'est pas 'dans l'homme, et que par suite l'hOmme
n'est pas reçu dans le Ciel; par la justice est signifié le bien de la
vie d'après le hien de la charité, et par surpasser celle dl:!'s Scribes
et des Pharisiens, il est signifié qu'il doit y avoir une vie interne,
et. non une vie exteme sans la vie interne; les Sdribes et les Pha­
risiens étaient seulement dans les externes l'eprésentatifs et non
dans les internes; la vie exteme d'après la vie interne est ensei­
gnée dans le Précepte du DéCalogue «( tu ne tueras point; Il mais
ils ignoraient que vouloil' tuer un homme, c'est le tuer; c'est pour­
quoi, il est d'abord dit «( vous avez entendu qu'il a été dit par les
anciens: Tu ne tueras point, mais celui qui tuera sel'a sujet au juge­
menq Il car chez les Juifs dès le temps ancien prévalait l'opinion,
qu'il leUl' était permis de tuer pour des injures qui leUl' avaient
été faites, spécialement les gentils, et que pour cela on êtait puni
ou légèrement 9u grièvement selon ,les circonstances quant aux ini­
mitiés, par conséquent seulement quant au corps, et non quant à
me; cela est entendu par il «sera sujet au jugement: JI par «qui­
conque se inet en colère contre son fl'ère témérairement sera sujet
au jugement, Il il est signifié que celui qui' sans· cause conscien­
cieuse pense. mal du prochain, et se détoume du hien de la charité,
\
sera puni légèl'ement quant à l'âme; se mettre en colère signifie
mal penser, car cela est distingué de dire raka. et de dire fou, le
frère est le prochain et aussi le bien de la charité, et soumis au ju­
gement, c'est être l'echel'ché et puni selon les circonstances ; par
« celui qui aura dit à son f"ère: Raka, sera sujet au conseil, Il il
est signifié que celui qui, d'après une pensée perverse, outrage le
prochain, ainsi qui méprise comme ville bien de la charité, sera
plus grièvement puni; pal' dire raka, il est signifié outrager le pro­
chain d'après une pensée perverse, ainsi tenir pOul' vil Je bien de la
222 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 74G,

charité, car dire raka signifie tenir pour vide, ainsi pOUl' vil, et le
fl'èl'e est le bien de la chal'ité;par Il celui qui lui aUl'a dit: Fou, sel'a
sujet à la géhenne du feu, Il il est signifié que celui qui a de la
haine contre le prochain, ainsi celui qui a absolument en aversion
le bien de la charité, est condamné à l'enfer; dil'e fou, c'est avoir
absolument en aversion, le frère est le bien de la charité, et la
géhenne du feu est l'enfel', où sont ceux qui ont de la haine contre
ce bien, et par suite contre le prochain: trois degrés de haine sont
décrits par ces trois choses; le premier appartient à la pensée per­
verse, c'est se mettre en colèl'e; le second à l'intention perverse
qui en résulte, c'est dil'e raka; et le troisième à la volonté perverse,
c'est dire fou; tous ces degrés sont les degl'és de la haine contre le
bien de la charité, car la haine es! opposée au bien de la charité;
et les trois degrés de punition sont signifiés par le jugement, le
conseil et la géhenne du feu; les punitions pOUl" les, maux légers
sont signifiées par le jugement; les punitions pour les maux plus
graves, par le conseil; et les punitions pOUl~ les maux très-gl'aves,
par la géhenne du feu. Comme le Ciel tout entier est dans le hien
de la charité à l'égard du prochain, et l'enfer tout entier dans la
colère, l'inimitié et la haine contre le pl'ochain, et que par suite ces
choses sont opposées à ce bien, et comme le culle du Seigneur est
le culte d'après le Ciel, ,culte qui est interne, et qu'il n'y a point
de culte si quelque chose du culte vient de l'enfer, et cependant de
l'enfer vient le culte externe sans le culte intel'lle; c'est pour cela
qu'il est dit (1 si tu présentes ton offrande SUl' l'Autel, et que là f+l
te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, va-t'en; ré­
concilie-toi premièrement avec ton frère, et alors viens, présente
ton offrande; )1 pal' l'offrande sur l'autel, il est signifié le culte du
Seigneur d'après l'amour et la chaloité; par le frère, il est entendU
le prochain, et abstractivement il est signifié le hien de la charité;
par avoir quelque chose contre toi, il est signifié la colère, l'inimi­
tié ou-la haine; et par se réconcilier, il est signifié leur dissipation,
et pal' suite la conjonction par l'amour, D'après ces explications,
on peut VOir que par le frère, il est entendu pal' le Seigneur Ja
même chose que par le prochain, et par le prochain, dans le sens
spirituel, il est signifié le biep dans tout le complexe, et le bien
dans tout le complexe est le bien de la charité. La même chose est
\
Vers. :10. CHAPITRE DOUZIÈME. 223
entendue dans le sens spirituel par le frère' dans "Ancien Testa­
ment en beaucoup d'endroits, par exemple, dans Morse: Il Tu ne
haïras point ton frère en ton cœur. Il - Lévit. XIX. 1.7. ­
Dans David: Il Voici, qu'il est bon et qu'il est agréable d' ha­
biter, les frères, ensemble! 1) - PSt CXXXIII. 1.. - Dans ce
sens aussi « Loth appela frères les habitants de Sodome, Il - .

Gen. XIX. 7,-et cela aussi est entendu pal'l'alliance de frères


entre les /ils d'Israël et Édom, Il - Amos, I. 9; - et pal' l( la
fraternité entre J ehudah et Israël, l l - Zach. XI. 1.4; - car
par les fils.d'Israêl et Édom, et par,Jehudah et Isr/l~l, dans le sens
spirituel, ce ne sont pas eux qui sont entendus, mais ce sont les
biens et les vrais du Ciel et de l'Église, qui tous ont été conjoints
entre eux.
7!J7. Qui les accusait du'ant notre Dieu jour et nuit, si­
gnifie et les avaient réprimandés et avaient continuellement
discuté avec eux d'après la Par.ole : on le voit par la significa­
tion d'accuser, en ce que c'est improuver, N° 746, d'où il suit
que c'est aussi réprimander et discutel', cal' celui qui accuse ré­
primande aussi et discute; pal' la signification de det'ant Dieu,
en ce que c'est d'apl'ès la Parole, ainsi qu'il va êll'e montré; et pal'
la signification de Jour et nuit, en ce que c'est continuellement et
sans interruption; car par les joUl's et les nuits sont signifiés tous
les états de la vie, par le joUI' l'état de.1a vie quand le mental est
dans une idée claire, et par la nuit quand le mental est dans une
idée obscure; si par ces deux états de la vie il es.t signifié conti­
nuellement, c'est parce que dans le Monde spirituel il n'y a aueune
distinction des temps en années, mois, semaines, jours et heUl'es,
mai~ au lieu de ces divisions il y a des changements d'état, car là
les Anges et les espl'its sont tantat dans l'idée claire, et tan lat
dans l'idée obscure; que les Anges et les Esprits soient alternati­
vement dans l'état de perception ,claire et dans l'état de perception
obscure, on le' voit dans le Tl'aité DU CIEL ET DE L'ENFER, N°' 154
à 161.: mais, dans le particulie,r, leurs états se succèdent l'un à
l'autre diversement, comme d'une affection dans une autre; ce sont
là les états, d'après lesquels les Anges et les Esprits comptent leurs
temps, ainsi qui remplacent les temps dans le Monde, c'est-à-dil'e,
les années, les mois, les semaines, les jOUl'S, les nuits, les heures;
22ft L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N"747.

or, comme les états de leur vie en général sont changés quant à
l'entendement clair et à l'entendement obscur, et ainsi succèdent
l'un,à l'autre continuellement, de là par ,jour et nuit il est signifié .
continuellement. Si accuser devant Diel1 signifie réprimander et
discuter d'après la Parole, c'est parce· que ceux qui sont entendus
parle dragon, lesquels sont ceux qui séparent'la foi d'avec la vie,
raisonnent et discutent d'après la Pllrole, et que discuter d'après
la Parole, c'est devant Dieu, car Dieu est dans la Parole, parce
que la Parole est de Dieu, et est le' Divin Vrai procédant du Sei­
gneur; o'est d~ là qu'il est dit dans Jea!\.,: «( Au commencemen't
était la Parole, et la Parole était chez Dieu, et Dieu elle
était, la Parole! 1) - 1.1 : - s'ils discutent sur la foi séparée
d'avec la vie de la c~arité, c'est parce qu'ils confirment leur héré­
sie par quelques passages de la Parole entendus seulement selon la
lettre, et quand ils l'ont confirmée ils croient que c'est le vrai
même de l'Église, quoique ce soit le faux. En général, par accliser
jour et nuit' il est signifié l'influx continuel du faux venant de c'éux
qui sont entendus par le dragon, et comme leurs faux vie~nent de
la Parole falsifiée, cela est par suite signifié par accusel' devant
Diel1.
7!l8. Et eux l'ont vaincu par le sang de l'Agneau, signi­
fie la résistante et la victoire par le Divin Vrai procMant du
Divin Humain du Seigneur: on le voit pal' la signification dl1
sang, quand il s'agit du Seigneur, en ce que c'est le Divin Vrai
procédant, comme ci-dessus, N°' 328, 329; par la signification
de rAgneau, en ce qu'il est le Seigneur quant au Divin Humain,
comme ci-dessus, N° 3U; d'après cela, on peut voir que par vaincre
le dragon par le sang de l'Agneau, il est signifié le vaincre, c'-est­
àt.dil'e, vaincre par le Divin Vrai pl'océdant du Divi'n Humain dl1
SeigneUl' ceux qui sont signifiés par le dragon et ses anges. Il est
dit le Divin Vrai procédant du Di\'in Humain dl1 Seigneur, et cela,
parce que tout Divin VI'ai, qui remplit les Cieux et fait la sagesse
des Anges dans les Cieux, procède du Divin Humain du Seigneur,
car le Divin Humain dl1 Seignel1r a été uni au Divin Même qui
était en Lui par conception, tellement" qu'ils sont un; le Divin
Même qui était en Lui par conception est ce qu'il a appelé le Père,
ce Divin a élé uni avec son Humain comme l'âmé avec le corps;
Vers. U. CIlAPITHE DOUZIÈME. 225
c'est de là que le Seigneur dit qu'il est un avec le Pèl'e, - Jean,
X. 30, 38; - et que Lui est dans le Père et le Père en Lui, ­
Jean, XIV. 7 à 11; - et comme telle est l'union, c'est pOUl' cela ­
que depuis la glorification de son HumaiIlle Divin Vrai pl'ocède de
son Divin Humain; le Divin Vrai procédant du Divin Humain du
Seigneur est ce qui est appelé l'Espl'it Saint; que l'Esprit Saint pro­
cède de l'Humain glorifié du Seigneur, Lui-Même l'enseigne dans
Jean; (Ill n'y avait pas e'ncore Esprit Saint, parce que Jhus
n'était pas encore glorifié. II - VII. 39; - l'Humain glorifié
est le Divin Humain: mais, sur ce sujet, voir de plus grands d~­
l'ails dans la DOCTRINE DE LA NOUVELLE JÉRUSALEM, No' 280 à
SiO; et aussi, dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER, du com­
mencement à la fin : que par le sang de l'Agneau il soit entendu
le Divin procédant du Divin Humain du Seigneur, on le voit ci­
dessus, N° fJ76. D'après ces considérations, on peut voir combien le
sens de la lettre de la Pal'ole diffèl'e de son sens spirituel, .et aussi
comment est falsifiée la Parole, si on la considère seulement ex té­
rieurement 'et non en même temps intérieurement: combien diffè­
l'en t les deux sens, on peut le voir en ce que par le sallg de l'A­
gneau, dans le sens de la lettre, il est entendu la Passion de la
croix du Seigneur, landis que dans le sens spirituel il est entendu
le Divin Vrai procédant du Divin Humain du Seignem; c'est pOUl'.
quoi, si au lieu de ce vrai, on prend que Michaël a vaincu le dra­
gon par la passion de la croix du SeigneUl', il s'ensuit que le Sei­
gneur par celle passioo a Oté tous les péchés du Monde, et a aussi
par elle porté son Père à la miséricorde pour le Genre Humain,
lorsque cependant ces deux points ne conc(,)rdent pas avec le Divin
Vrai qui est chez les Anges dans le Ciel, et sont aussi en désac­
cord avec l'en,tendement réel du Vrai; qui est-ce qui peut jamais
comprendre que le Seigneur par la passion de la cl'oix ait Oté tous les
péchés du Monde, lorsque cependant chaque homme après la mort
devient lei qu'a été sa vie daQs le Monde, et que dans l'Enfer vien­
nent ceux qui font \.es maux, et dans le Ciel ceux qui font les biens?
Qui est-ce qui peut comprendre que Dieu le Père ait été porlé à la
miséricorde par le sang du Fils sur la croi~, et qu'il ait eu besoin
d'un tel moyen, lorsque cependant il est en Soi la Miséricorde
Même, l'Amoul' Même et le Bien Même? D'apl'ès ces considéra-·
v. 15.
226 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 768.

tions, il est évident que la Parole, ici et en mille autres endroits,


est falsifiée, si elle est examinée seulement extérieurement et non
en même temps intél'ieurement; l'examiner extél'ieurement, c'est
d'après la lettre, mais l'examiner intérieUl'ement, c'est d'après la
doctrine du Vrai réel: si d'après la docll'ine ou croit que le Sei­
gneur a subjugué les enfel's, et en même temps glol'ifié son Hu­
main par les tentations, et que la passion de la croix a été la der­
nière Tentation et la pleine victoire par laquelle il a subjugué les
enfers et glol'ilié son Humain, alors il tombe dans l'entendement et
par suite dans la foi, que ce vrai, que Michaêl a vaincu par la pas­
sion de la croix, est un vrai apparent, mais que ce vrai, qu'il a
vaincu par le Divin Vrai procédant du Divin Humain du Seigneur,
est un vrai réel: mais si le nai apparent est pris pour le vrai réel
et est confirmé, alors la Patole 'est falsifiée selon ce qui, ci-dessus,
N° 719, a été l'apporté pour illustl'ation,
769. Et par la parole de leur témoignage, signifie et par
la confe,~sion et la reconnaissance du Divin dans son Hu­
main: on le voit pal' la signification de la parole du témoignage,
en ce que c'est la confession du Seigneur et la reconnaissance du
Divin dan~ son Humain, comme il a été montré ci-dessus, No' 392,
635, 669; que cela soit 1a parole du témoignage, c'est évident par
les passages suivants dans l'Apocalypse: (1 L'Ange dit à Jean:
Ton compagnon de serm'ce je suis, et celui de tes frères qui
ont le témoignage de Jésus; adore Dieu, car le témoignage
de Jbus e.~t l'esprit de la prophétie. Il - XIX. 10;,- et,
après que l'Ange eut dit ces choses, il appa~t un cheval blanc, et
celui qui était monté dessus était appelé la Parole de Dieu et aussi
Roi des rois flt Seigneur des seigneurs, - Vers. 13, 16 ;c_ de là,
on peut voir que par la pal'ole de leur témoignage il est SigRifié la
confession et la: l'econnaissance du Divin dans l'Humain du Sei­
gneur; ceux qui sont dans cette reconnaissance sont aussi dans la
reconnaissance que l'Humain dll Seigneur est Divin, cal' le Divin
Même ne peut habiter ailleurs que dans le Divin qui vient de Lui:
mais comme les Érudits de notre temps peuvent difficilement com­
prendre cela, voilà poul'quoi dans leur pensée ils séparent de l'Hu­
main du Seigneur le Divin, et placent le Divin hors de l'Humain
ou au-dessus dt~ l'Humain, ee qui cependant est contraire à la Doc­
Vers, t L CHAPITRE DUUZIÈMK 227
trine Chl'étienne sur' la Trinité, appelée Confession Athanasienne
ou de Nicée, qui déclare que le Divin a pris SUI' soi l'Humain, et
qu'ils ne sont pas deux, mais qu'ils sQnt une seule Personne unis
absolument comme l'âme et le corps.
750. Et ils n'ont point aimé leur amejusqu't't la mort, si­
gnifie les fidèles qui, à cause de ces vrais, ont supporté les
tentations, et ont considéré comme rien la vie du monde en
comparaison de la vie du Ciel: on le voit par la signification de
ne point aimer son lime, en ce que c'est considérer comme rien
la vie du monde en comparaison de la vie du Ciel, ainsi qu'il va
êtl'e montré; et par la signification de jusqu/à la mort, en ce que
c'est supporter les tentations, cal' ceux qui sont dans les combats
des tentations considèrent comme rien la vie du monde en compa­
raison de la vie du Ciel, par conséquent cons.idèrent comme rien la
mOl't du corps en compal'aison de la vie de lem' âme, comme on
peut le voir par les martyrs; la raison de cela, c'est qu'ils savent
que la vie dans le Monde, qui est de quelques années, n'est rien
respectivement à la vie dans te Ciel, qui est la vie étel'Oclle, et que
même il n'existe aucun rapport entre les temps de la vie des hom­
mes dans le Monde et la vie qans le Ciel, qui dure élel'Oellement;
que celui qui le peut pense s'il existe quelq.ue rappol't entre cent
mille années et l'éternité, et il découVl'ira qu'il n'en existe point;
<de telles rétIexions avec beaucoup d'autres influent du Ciel chez
ceux qui souffrent les tentation9 spirituelles, c'est pOUl'quoi ils n'ai­
ment point jusqu'a la mort leur âme, c'est-a-dire, la vie dans le
monde. Ce qui est entendu pal' l'Ame, cela est peu counu dans le
MOllde, pal' cette l'aison que le9' Érudits ont donné plusieurs hypo­
thèses sur le siége cie l'Ame dans le corps, puis sur son essence, et
aussi sur son influx et son opération dans le corps, et, d'après les
idées qu'ils en ont tirées, SUI' son immortalité; il a découlé de là
qu'on croit que 11.me est quelque chose de cogiLatif, éthéré dans son
essence, et que, séparée du corps, elle n'li ni les ol'ganes des mou­
vements ni ceux des sens, tels qu'ils sont dans le monde, a\'ant d'ê­
tre de nouveau conjointe au COl'pS, ce qui doit arriver, dit~on, au
temps du Jugement Dernier: comme par suite, dans le Monde sa­
vant, on a conçu de,I'Ame de l'homme une idée impropre, il est im­
portant d'illustrel' d'apl'ès la Parole ce qui est entendu par l'Ame,
228 L' APOCALYPSE EXPLlQUI~E. ~. 750.
En général par l'Ame il est entendu l'homme et spécialement la vie
de l'homme, et comme dans chaque homme il y a trois degrés de la
vie, il y a aussi pal' conséquent autant de degl'és de l'âme. Mais
comme toute la vie de l'homme réside dans ses deux, facultés, qui
sont appelées la volonté et l'entendement, c'est pOUl' cela que dans
la Parole il est ·dit quelquefois les vies au pluriel; et comme pal'
l'ame il est entendu la vie, il s'ensuit qu'il y a l'âme de la volonté
et l'âme de l'entendement, et que l'âme de la volonté.est l'affection
qui appal'tient à l'amoul', et l'ame de l'entendement la pensée qui
'en provient. Mais proprement par l'âme, dans la Parole, il est en-
tendu,la vie de l'entendement de l'homme, qui est la pensée, et par
le cœur la vie de la volonté qui est l'affection. Et comme la Respi­
ration des poumons col'respoud à la vie de ['entendement qui est la
pensée, et que le pouls du cœur correspond à la vie de la volonté
qui est l'affection, c'est pour cela que parJ'âme dans le sens natti­
rel dernier il est entendu la vie de la respiration; de là vient que
l'on dit des mourants qu'ils rendent leur âme ou lem' esprit; puis
aussi, qu'ils ne sont pl~s animés, ou qu'aucun souille (spiritus) ,
n'est senti de leur bouche, Que de telles choses soient entendues par
l'Anu! dans.la Parole, on peut le voir par les passages où elle y est
nommée. 1. 1'.' Arne en général signifie l'hpmme : on le voit par les
passages suivants; dans Moïse: Il Abram prit to~te dme qu'ils
,ç'étaient procurée dans Charan, et ils s'en allèrent dans la
te7-re de Cannan. J) - Gen. XII. 5. - « Le ,'oi de Sodome dit à
Abram: Donne-moi les âmes, prends pour toi la substance. 1)

- Gen. XIV. 21.. - «Toutes les ,âmes des fils et 'des fille., de
LtJah, trente-trois. )1 - Gen. XLVI. 15. - Il Les fils de Jo­
sep'h, deux f1mes; toutes le.ç âmes de la maison de Jacob, qui
vinrent en Égypte, soixante-dix. J) - Gen. XLVI. 27. ­
Il TOllte âme, qui aura mangé cadavre ou déchiré, impure

sera jusqu'au $oir.ll-Lévit. XVII, 15.-«Des villes de ces


peuples tu ne laz'sseras lJivre aucune âme. 1) - Deutér. XX.
16. - (1 Si quelqu'un a volé une âme d'ent1'e .çes frères, et
-qu'il en ait tiré profit. Il - Deutér, XXIV. ï. - «( L'âme qui
mange de ta graisse et du. liang sera ret1'a1'îchée. Il - Lévit.
VII. 25, 27. ~ Il L'ûme qui ne .•era point cirroncise .,cra re­
tranrfde de se8 pelll)l('.~. l) - Gen. XVII. 16 , - et ailleurs ~
Vers. 11. CHAPlT·RE DOUZIÈME. 229
1

dans ces passages, il est dit l'âme au lieu de l'homme. H. [.. Ame
spécialement signifie la vie du corps: on le voit pal' ces passages ;
dans Luc: c( Le "iche pensait en lui-même: Je dirai à mon
âme: Ame, tu as beaucoup de biens en résn've pour beau-
coup d'années, rep9se-toi, mange, bois, réjouis-toi. 11:1 ais
Dieu lui dit: Insensé, cette nuit ton âme on te l'edeman-
dera. JI -XII. 19,20. -Dans Moïse: Cl Comme sortait l'âme
de Rachel, elle appela son nom Bénoni: 1) -Gen. XXXV. 18.
- (c Ils sont 1ilOrts, tous les hommes qui cherchaient ton

âme. )1 - Exod. IV. 19. - (( Par la main de ceux qui cher-


chentleur âme. -Jél'ém~ XIX. 7,8. llXIV. 21. - c( Ce-
l)

lui qui se rendra aux Chaldéens, vivra; et sa1'/. âme lui sera
en butin. Il - Jérém. XXI. 9. - ce Je te donnerai ton âme
en butin. » - Jét'ém. XLV. 5. - <1 Sera-ce là le jeûne que je
... , (

choisirai, le jour où l'homme affligera son âme.? ) - Ésaïe,


LVII1. 5. - « Ruben dit de Joseph à ses (rères : Ne le (rap-
pons pas, lui, âme. Il - Gen. XXXVII. 21. - <1 Ame pour
âme, œil pour œil, dent pour dent. Il - Deutér. XIX. 21. -
« En gage tu ne prendras point le moulin, ni la meule de
dessus, car l'âme celui-là pr.end en gagë.ll - Deutér. XXIV.
6. - (1 Schimson dit :Que meure mon âme avec les Philis-
tins. » - Jug. XVI. 30. - ce lzabel dit Il Étie que lelende-
main elle mettrait son âme comme l'âme de l'un d'eux; et
Élie s'en alla Il cause de son- âme. Il ~ 1 Rois, XIX. 2,3.-
«( Pierre dit: Mon âme pour Toije déposerai; Jésus répon-
dit: Ton âme pour Moi tu déposeras! en verité, je te dis:
Le coq ne chantera point, que tu Tle M'aies· renié trois (ois. l~
- Jean, XIII., 37, 38. -'- Dans ces passages il est dit l'âme au
lieu de la vie du corps: pareillement le Seigneur dit de la vie de son
corps, dans les Évangélistes: «De même que le Fils'de l'homme
est venu non pour être servi, mais POll1' servù', et pOUl' don-
ner son âme en rachat pour un grand nombre. l) - Matth.
XX. 28. Mal'C, X. 45. - t( Voici, M'oi, je T'aime; c'est POUf'-
quoi'je donnerai homme au lieu' de toi, et des peuples pour'
ton âme. Il " - Ésaïe, XLIII.' h. - l( Jésus dit: Personnt: n'a
un amour plus g"and que celui-CI' .. Quand quelqu'un dépose
son âme pour ses amis. Il - Jean, XV. 13. - « Jéfus dit :
230 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N° 750.

Moi, je suis le bon Berger; le bon Berger dépose son tîme pou,'
les brebis. Moi, je dépose mon Ome afin que de nouveau je la
reprenne; personne ne me la ravit, mais Moi je la dépose de
Moi-Mlme; pouvoir j'ai de la déposer, et pouvoir j'ai de la
reprendre de nouveau. J) - Jean, X. H. 1.2, t5, t7, 1.8. ­
Ill. L'Ame signifie la vie de l'esprit de l'homme, qui est appelée
sa vie spirituelle: on le voit par ces passages; dans les Évangé­
listes: Jésus dit: N'ayez point de crainte de ceux qui peu­
(1

·vent tuer le cor'ps, mais ne peuvent tuer l'dme; craignez; plu­


tôt Celui qui peut perdre et l'dme et le corps dans la géhen­
ne. Il - Matth. X. 28. Luc, XII. h, 5. - « Qui lJeUt trouver'
son âme, la perdra; et qui aura perdu son âme à cause de
Jésus, la t,·ouvera. Il-MaUh. X. 39. Luc, XVII. 33.-«Qui
aime son âme, la perdra; mais qui hait ,çon dme dans ce monde,
pour la vie éternelle la conservera. Il -Jean, XII. 25. - « J é­
sus dit: Si quelqu'un veut venir après Moi, qu'il "monce li
soi-même, et qu'il porte sa croix, et Me suive: quiconque
l,oudra sauver son âme, la perdra; mais quiconque perdra
son âme à cause de Moi, la trouvera. Que servirait-il li un
homme, s'il gagnait le monde entier, mais qu'il fit la perte
de son tlme? ou que donnera un homme en échange de son
âme? Il - Matlh. XVI. 2!1, 25, 26. Marc, VIII. 35,36, 3ï.
Luc, IX. 2!1, 25. - (1 J ésus·dit : Je suis venu, non pour per­
dre des âmes d'hommes, mais pour sauver. II - Luc, IX. 56.
- (1 Marie dit à Élisabeth: Mon dme magnifie leSeigneur.ll

- Luc, 1. !l6. - Il Siméon dit de l'enfant Jésus à Marie:


Une épée aussi te transpercera l'dme, afin que soient dévoi­
lées les pensées de beaucoup de cœurs. Il - Luc, II. 35. ­
(1 Jésus dit des derniers temps: Dans votre patience possé­

dez vos âmes. 1) - Luc, XXI. 19. - « Ses fondements seront


sappés, tous ceux qui font salaire d'étangs d~ l'dme. 1) ­
Ésaïe, XIX. 9,10. - (1 Au péril de nos âmes nous nous pro­
curons notre pain li cause de l'épée du désert. l) - Lament.
V. 9.-1I Ils ont creusé une fosse pour mon dme. l) - Jél'ém.
XVIII. 20. - (1 Leur ûme deviendra comme un jardin ar­
l'osé. 1 ) _ Jél'ém. XXXI. 12. -« J'arroserai toute âme fati­
guée; ft toute âme, qui souffre, je l'emplirai. )1 - Jérém.
\ Vers. :1.1. CHAPiTlΠDOUZll~ME. 231
~XI. 25. - u Alalheur li celles qui COllsellt des coulis.ins
~ur toutes les jointures de mes mains, et qui font des 'Voiles
lur la tête à chacun selon sa taille, pour chasser aux âmes!
.vous chassez aux âmes de mon peuple, afin de vivifie,' pour
, vous les âmes. Vous m'avez profané chez mon peuple, pour
tuer des Ilmes qui ne doivent point mourir, et pour vivifier
des âmes qui ne doivent point vivre. Il -Ézéch. Xlll. 18,19.
- (1 Voici, toutes les âmes sont à moi; de même que l'âme

du père, de même l'âme du fils, elles sont à moi; l'ame qui


aura péché, celle-là mourra. JI - Ézéch. XVIII .. !J, 20. ­
I( Je m'en irai à cause de l'amertume de mon dme.Il-Ésaïe,

XXXVIII. 15. - I( Les eaux m'avaient enveloppé ;'usqu'à


{'Ilme. JI - Jon. II. 6. - Il Des eaux me sont venues jusqu'à
{'âme; j'ai été submergé dans un timo.Y! profond. Il - PSt
LXIX. 2. - Il Ils froissèrent dans des entraves son pied,
dans le fer vint son âme. Il - PSt CV. 18. - Il Tire de pri­
son mon âme. Il - PSt CXLlI. 8. - Il Tu as délivré mon
âme de la mort. Il -·Ps. LVI. U. - Il Pour arracher de la
mort lellr dme, et pour les vÙJi/ier pendant la famine. Il ­
PSt XXXIII. 19. - Il Ne me livre point à l'âme de mes en­
nemis. Il - PSt XXVII. 12. PSt XLI. 3. - Il J'.ai affligé de
faim mon âme; qu'ils ne disent point dans leur cœur: Ah!.
rl'fJtre clme! Il - Ps. XXXV. 13, 25. - u Tu ne laissems
point mon âme dans l'enfer, et tu ne permettras pas que ton
saint l:oie la corruption. Il - PSt XVi. 10. - u L'homme qui
craint Jéhovah; il lui enseignera le chemin qu'il doit choi­
sir; son âme dans le bien peruuitera. Il - PSt Xt"XV. 12, 13.
- It Celui qui est net de mains et pur de cœur, qui ne porte

point li la vanité son âme. Il - PSt XXiV. 4. - I( Les âmes


des indigents il sauvera, de la fraude et de la violence il ra­
chètera leur âme. Il - Ps. LXXII. 13, '14. - u Bénis, ô
mon âme, Jéhovah! Il - Ps. CIII. 1, 22. - Il Que toute âme
loue Jah! Il - PSt CL. 6. - It lis demandel'ont de la nour­
riture pow' leur dme. 1) ~ PSt LXXVIlI. 18. - (( Jéhovah
souffla dans les narines de l' homme un souffle de vies, et f1~t
fait l'homme en âme m·vante. Il - Gen. Il. 7; -- dans ces
,
\ passages, il est dit l'âme au lieu de la vie de l'esprit de l'homme,
232 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N·750.

qui est appelée sa vie spirituelle. IV. Comll1e l'homme a deux fa


culLés de la vie, à savoil', la faculté de comprendl'e et la faculté de 1

vouloir, et que l'une et l'autre faculté constitue la vie spirituelle d~


l'homme, on peut voir par certains passages ci-dessus rapport~
et pal' les suivants, que l'âme signifie cette faculté qui est appelée
la vie de l'entendement de l'!tomme; par exemple, dans ~loïse:
Cl Tu aimeras Jéhovah ton Dieu de tout' ton cœur, de toute

ton âme et de toutes tes forces. Il - Deutér. VI. 5. X. 12.


XI. 13. XXVI. 16; - et dans les Évangélistes: (C Jésus dit:
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute
ton âme et de tout ton mental. Il - Matth. XXII. 35. Mare,
XII. 30, 33. Luc, X.27;-par aimer Jéhovah Dieu de tout cœur
et de toute âme, il est entendu de toute volonté et de tout enten­
dement, et allssi de tout amour et de toute foi, car le cœur signifie
l'amour et la volonté, et l'âme signifie la foi et l'entendement; si
le cœur sigmfie ces deux choses, à savoir, l'amour et la volonté,
.c'est parce que l'amour de l'homme appartient à sa volonté; si
l'âme aussi signifie ces deux choses, à savoir, la foi et l'entende-=­
ment, c'est parce que la foi appaltient à l'entendement; si le cœur
et l'âme ont ces significations, c'est parce que le cœur de l'homme
correspond au bien de l'amoul' qui appartient à sa volonté, et que
l'âme, ou la respiration des poumons, correspond au vrai de la foi
qui appartient à l'entendement de l'homme; de toutes tes forces~t
de tout· ton mentalsignilie par dessus toutes choses. Dans Ézéchiel:
Cl Leur argent et leur or ne pourront les délivrer au jour de

la colère de Jéhovah; leur âme ils ne rassasieront point, 'et


lell1's entrailles ils ne rempliront point. )1 - VII. 19; - ici
aussi J'âme est au lieu de l'entendement du vrai; elle est dite ne
point être rassasiée, quand il n'y a point le vrai dans l'ltgllse; et
les entrailles sont au lieu de la volonté du bien; elles sont dites ne
point être remplies, quand il n'y a point le bien dans l'Église:
comme l'argent d'après la c~rl'espondance signifie le vl'ai, et dans
le sens opposé :e faux, et que l'or signifie le bien, et dans le sens
opposé le mal, c'est pour cela qu'il est dit (1 leur argent el leuI' or
ne pourront les délivrel' au jour de la colère de Jéhovah; Il l'argent
ct l'or', c'est le non vrai et le non bien, et aussi le faux et le mal;
Je jour de la colère est le jour du jugement. Dans Ésaïe: La T,u­
(l
Vers. i1. CHAPITRE DOUZIÈME. 233
mière d' Israël sera en (eu, et son Saint en flamme, qui em­
brasera et dévorera la gloire de sa {orêt et son Carmel; de­
puis l'âme jusqu' cl la chair il consumera. )l - X. 17, 18;­
par la Lumière d'Israël et par son Saint, qui seront en feu et eo
flamme; il est entendu le SeigneUl' quant au Jugement dernier;
par le feu et la flamme il est signifié la ruine de ceux qui sont dans
les faux du mal; par la gloÎl'e de la forét et par le Carmel, que le
feu et la tramme dévoreront et consumeront, il est signifié le vl'ai
et le bien du vrai de l'Église, qui, parce qu'ils ont été changés en,
faux et en maux du faux, seront. détruits; depuis l'âme jusqu'à la:-'
chail' signifie à partil' de son entendemen~ et jusqu'à sa volonté,'
l'âme est l'entendement du vrai et la chair est la volonté du bien.
Dans le Méme: (1 L'insensé prononce la {olie pour épuiser
l'âme de l'affamé, et celle de l'alt:éré de boisson il {era dé­
{aillir. )1 - XXXU. G; - ici aussi pal' l'âme est signifié l'homme
quant à l'entendement du bien et du vrai, par l'âme de l'affamé
l'entendement du bien, et par l'âme de l'altéré de boisson l'enten­
dement du vrai; pal' (1 l'insensé prononce la folie pOUl' épuiser et
pour faire défaillir l'âme,» il est signifié que l'homme, qui est dans
les faux du mal, s'efforce de priver de cet entendement l'homme
qui est dans le vrai d'après le bien. Dans le Même: ( Il arrivera
de même que quand songe l'affamé comme s'il 'mangeait~
mais quand il se réveille, àjeun est son âme, ,et quand songe
i' altéré comme s'il buvait, mais quand il se réveille, 7Joici.
(il est) (atigué. et son âme est avide; ainsi sera la multitude
de toutes les nations qui combattent contre la montagne de
Sion. )) - XXIX. 8; - ces choses ont étél dites de ceux qui
sont dans les faux d'après le mal, et qui s'imaginent néanmoins
que ce sont des vrais d'après le bien; les faux du 'mal qui combat­
tent contre les biens de l'Église sont signifiés par la multitude de
toutes les nations qui combattent contre la montagne de Sion, la
multitnde se dit des vrais, les nations signifient les maux, et la
montagne de Sion signifie l'Église quant au bien de l'amoUl'; les
maux qu'on croit être des biens, quand cependant ce sont des maux
du faux, sont signifiés pal' « il arrivera de même que quand songe
l'affamé comme s'il mangeait ,,'"JJ]ais quaud il se réveille, à jeun est
son âme; » pal'I'affaméqui s~nge ct>mme s'il mangeait, il est si­
234 L'A.POCALYPSE EXPLIQUÉE. ",. 750,

gnifié l'opinion et la foi erronée concernant le bien, songer signifie


l'opinion et la foi erronée, affamé et comme s'il mangeait signifie
une sorte de désir pour le bien dont on doit se nourrir; « quand il
se réveille, Il signifie quand il est découvert'ce que c'est que le bien;
Il à jeun est son âme, )) signifie le non entendement du bien: il est

dit du vl'ai de semblables choses, qui sont signifiées pal' <1 quand
songe l'Çl.ltéré comme s'il buvait, mais quand il se réveille, voici, il
est fatigué, et son âme est avide; Il par l'altéré et comme s'il bu­
vait quand il songe, il est signifié l'opinion et la foi.. comme du
;vrai; Il mais quand il se réveille, voici, il est fatigué, et son âme
est avide, 1) signifie que néanmoins ce n'est point le vrai, mais c'est
le faux; là, pal' l'âme est signifiée la foi du faux d'après le vrai
non compris, car le mal et le faux, de même que le bien et le vrai,
appartiennent à la foi 'et à ('.entendement quand ils appartiennent
à la pensée seule; car l'homme peut penser, comme il peut com~
pl'endre et par 'suite croire, que le mal est le bien, et que le faux
est le vrai; tels sont tous ceux qui sont dans les faux de la doc­
trine et ont seulement foi aux maUres et aux livres, et qui ne
pensent pas si ce sont des faux et des maux, croyant que ce sont
des vrais et des biens parce qu'ils peuvent être confirmés, ne sa­
chant pas que le faux et le mal peuvent être également confirmés
comme le vrai et le hien. Dans le Même: <1 Si tu déploies devant
l'affamé ton âme, et que l'âme aflligée tu rassasies, se lèvera
dans les ténèbres ta lumière, et ton obscurité (sera) comme le
midi. )) - LVIII. 10; - déployer devant ;l'affamé son âme, et
rassasier l'âme affiigée, signifie enseigner ce que c'est qne le bien,
et ce que c'est que le vl'ai à celui qui désire; par l'affamé est signi­
fié celui qui désire le bien, et pal' l'affiigé celui qui désire le nai,
et pal' déployer l~me, il est signifié enseigner le bien et le vrai,
ainsi d'après l'entendement, la doctrine et ,la foi; pal' Il se lèvera
dans les ténèhres ta lumière, et ton obscurité sera comme le midi,1)
il est signifié qU'à ceux qui sont dans l'ignorance, mais cependant
dans le désir, il sera donné l'entendement du vl'ai et du bien; les
ténèbres et l'obscurité sont l'ignorance du vrai et du bien, la lu­
mière et midi sont l'entendement du vrai et du bien, Dans les La­
mentations : '(( Tout le peuple, ' . gémissent, cherchant du
pain; ils ont donné leurs choses dhirab!cs POUf' de. ta nourri­
Vers. H. CHAPITRE DOUZIÈME. 235
ture, afin de restaurer leur âme. Il est loin de moi, celui qui
console, celui qui restaure mon dme; mes fils sont désolés,
parce que l'ennemi a été le plus (ort. Mes pr~tres et mes an­
ciens dans la ville ont expiré, car ils ont cherché de la nour­
riture pour eux, afin-de restaurer leur âme. Il - I. 11, 16,
19; - ces choses ont été dites de l'Église dans laquelle il n'y a
plus ni le vl'ai ni le bien de la doctrine; par suite les hommes qui les
désirent sont défaillants; le manque de hien et de vrai dans la doc·
trine, et le désir de ce bien et de ce vrai pour nourrir la vie de la
foi et de l'entendement, sont signifiés par Il tout le peuple, ils gé­
missent, cherchant du pain; ils ont donné leurs choses désirables
pour de la nourl'iture, afin de restaurer leur Ame; Il le manque est
signifié par ils gémissent; le désir du bien, pal' cherchant du pain;
le désir du \Tai, par donner les choses désil'ables pour la nourri­
ture; la nutrition de la foi et de l'entendement, par pour restaureJ,'
l'âme; par « il est loin de moi, celui qui console, celui qui restaure
mon âme; mes fils sont désolés, parce que l'ennemi a été le plus
fOI't, Il il est signifié qu'il n'y a aucune nutrition de la foi et de
l'entendement, parce qu'il n'y a plus de vrais à cause des maux de
la vie; les fils désolés signifient qu'il n'y a plus de vrais, l'ennemi
qui a été le plus fort signifie le mal pro~enant de l'enfer, ainsi le
mal de la vie; par li mes prêtres et mes anciens dans la ville onl
expiré, Il il est signifié qu'il n'y a plus personne qui enseigne le
bien et le vrai, les prêtres signifient ceux qui enseignent le bien,
les. anciens ceux qui enseignent le vrai, la ville signifie la doctrine,
et expirer signifie qu'il n'yen a plus; par li car ils ont cherché de
la nourriture pour eux, afin de restaurer leur âme, Il il est signifié
qu'il n'y a plus pOUl' eux aucune nutrition spirituelle. Dans les La­
mentations : (1 A leurs mères il.~ disent: Où y a-t-il du blé .et
du vin, quand ils tombent en défaiLlance comme un trans­
percé dans la place de la ville, q.uand Us rendent leur lÎme
sur le sein de leurs mères? Il - II. 12; - par ces paroles sont
signifiées les mêmes choses que ci-dessus, à savoir, que par le
manque de bien "et de vrai dans la doctrine il y a une telle désola­
tion de l'Église, que la vic spirituelle y tombe en défaillance et pé­
-rit; par les mères sont signitiés les vrais de l'Église; Il ils leur di­
sent: Où y a-t-il du blé et dn "in? Il signifie où est maintenant le
236 L' APOCALYPSE EXPLIQUI~E. N" 750.

bien de la doctrine et son vrai 7 Il SUi' le sein de leUl's mères ils


rendent leur âme, Il signifie qu'à cause de la désolation par le man­
que de vérités la vie spirituelle est en défaillance et péril; comme
par l'âme il est entendu la vie de la' foi et de l'entendement du bien
et du vrai, laquelle est la vie spirituelle de l'homme, il est dit qu'ils
tombent en défaillance comme.ùn transpercé dans la place de la
ville; par le transpercé est signifié- celui qui pél'it par les faux, et
par la place de la ville est signifié le vrai de la doètrine. Dans Jo­
nas : l( Quand défaillait s,~r moi mon âme. Il - Il. 8; - là,
il s'agit des tentations, et par son âme qui défaillait SUI' lui, il est
signifié que le vrai par la foi et par l'entendement manquait. Dans
David: (1 En langueur sont tombés à cause de l'indignité mon
œil, mon dme et mon ventre. Il - Ps. XXXI. 1.0. - Dans le
Même: «(Courbée jusqu'à la poussiêre a été mon dme, attaché
àla terre a été notre lJentre. Il - Ps. XLIV. 26; - l'état des
tentations est aussi décl'it par ces paroles; par l'œil il est signifié
l'entendement, par l'âme la foi et l'entendement du vrai, par le
ventre. la foi et l'entendement du bien; si cela est signifié pal' le
ventl'e, c'est pal'ce que le ventre reçoit la nourriture, et que pal' la
nourriture et le pain il est signifié le bien qui nolirrit, ici l'enten­
dement et la foi; le manque de ces choses dans la tentation est si­
gnifié par tombel' en lar:JgueUl' à cause de l'indignité, et pal' êtl'e
courbé jusqu'à la poussière et être attaché à la terre. Dans Moise:
Il Ils ont dit : Maintenant notre âme e~t desséchée; rien que

de la manne à nos yeux. II - Nomb. XI. 6; - comme. la


manne signifie la nutrition spirituelle, elle signifie aussi la foi et
l'entendement ou l'intelligence de l'homme, qui sont nourl'is spiri­
tuellement; et comme les ~Is d'Israël n'avaient pas la nourriture
naturelle, que c~pendant ils désiraient, c'est po lU' cela qu'ils ont dit
(1 notre âme est desséchée, Fien que de la manne à nos yeux; Il par

l'âme desséchée est signifiée la vie de la foi et de l'entendement qui


est défaiHante, quand il n'y a !las en même temps la nutrition na­
tur'eIle; par Il rien que de la manne à nos yeux, Il il est signifié
qu'il y a seulement une nutrition spirituelle; et, parce qu'ils la dé­
daignaient, il leur fut donné de la chair de cailles, ou de selav, chair.
par laquelle 'estsigllifiée la nutl'ilion natureHe~ Dans le Livl'e 1 de
Samuel: Il Channalt dit<à ';li: J'ai répandu mon d,ne devant
Vers. 11. CHAPITRE DûUZIÈMK 23ï
Jéhovah. Il - r. ta; - pa.' répandre' l'âme devimt Jéhovah, il
est signifié déclarer les pensées de son mental (animus) et de son
cœur. Dans les Évangélistes: Cl Ne soyez pas en souci pour vo­
tre âme sur ce que vous mangerez, et sur ce que vous boirez;
ni pour votre corps, sur ce dont vous serez vitus. L'âme
n'est-elle pas plus que la tlourritUl'e, et le corps plus que le
vêtement? ll-M,atth. VI. 25. Luc, XII. 22, 23;-quoique ces
paroles aient été dites de la vie du corps, elles signifient néanmoins
des choses qui appartiennent à la vie de l'esprit, car toutes les cho­
ses du sens de la lettre de la Parole, qui est naturel, contiennent
en elles un sens interne qui est spirituel; dans ce sens,par mangel',
boire, et par la nourriture, il est signifié la nutl'ilion spirituelle,
qui est la nutrition de la foi et avec elle la nutrition de l'entende­
ment, d'où procède l'inlelligence dans les, choses spirituelles; de là
il est dit Cl ne soyez pas mi souci pour votre âme sur, ce que vous
mangerez, et sur ce que vous boirez; l'âme n'est-elle pas plus que
la nourriture? Il mange.', c'est percevoir le bien intellectuellement,
ainsi spirituellement; boire, c'est percevoir le vrai intellectuelle­
ment, ainsi spirituellement; et la nourrit,\"e est le bien et le vrai
d'après lesquels il y, a nutrition; pal' vêtir le COl'pS et par le vête­
. ment il est signifié le vrai qui revêt le bien de l'amour et de la vo':'
tonté, pal' le vêtement est signilié ce vrai, et pal' le corps est si­
,
gnifié le bien de l'amour qui est le bien de la volonté, Dans David:
le Par mon âme au milieu de fions je couche, enflammés sont
les fils de l'homme. II-;-PS. LVII. 5; - ici aussi, par l'âme est
signifiée la vie spirituelle, qui est la vie de la foi, par conséquent
aussi la vie de l'entendement, car l'entendement est formé de vrais
et en est composé, comme aussi la foi; comme ces choses sont si­
gnifiées par l'âme, et que là il s'agit dElla vastation du vrai, c'est
pour cela qu'il est dit « au milieu de lions je couche; II par les lions
sont signifiés les faux qui détruisent les vrais de l'Eglise; il est dit
aussi Cl enflammés sont les fils de l'homme; Il par les fils de l'homme
sont signifiés les vrais de la doctrine et de l'Église, qui sont dits être
enflammés, lorsque l'amour cOl'porel s'en est emparé, et qu'ainsi ils
périssent. Dans Moise: (( Abraharn.P(lrla avec les fils de Cheth:
S'jl est selon votre âme que j'ensevelisse mon mort. II - Gen.
. 8; - ùans ce passage, l'âme, signifie la pensp..e d'après le
XXIII,
238 L'APOCALl'l>SE EXPLIQUÉE. N° 750.

vrai; mais ce passage a été expliqué dans les ARCANES CÉLESTES,


N° 2930. Dans Jél'émie : « En horreur t'auront les amants,
ton âme ils chercheront. Il - IV. 30; --' par les amants sont
entendus ceux qui sont dans l'amour du mal; par chercher l'âme
il est signifié vouloir détruire la foi et l'entendement du vrai pal'
l~s faux du mal. Dans Ézéchiel: Il Javan et Thubal avec âme
d'homme et vases d'airain ils ont (oumi ton commerce. I l ­
XXVII. 13; - ceci concerne TYI', pal' laquelle est signifiée l'É­
glise quant aux connaissances du Vl'ai et du bien; par le commerce
il est signifié l'acquisition et la communication de ces connjlissances,
par Javan et Thubal est signifié le culte extel'ne représentatif, par
l'âme d'homme est signifiée la science du \Tai dans l'h6rnrne natu­
rel, et par les vases d'airain la science du bien dans l'homme natu­
rel: la science du V1'ai naturel est aussi signifiée par âmes d'hom·
mes,-Apoc. XVIII. 13 ;-par âmes d'hommes sont proprement
entèndus les esclaves ou serfs, par lesquels aussi dans le sens spi­
rituel sont signifiés les vrais scientifiques de l'homme naturel ser­
vant à l'homme spirituel. V. Comme la vie de La foi et aussi la vie
de l'entendement de l'homme viennent du Divin Vrai, c'est pOUl'
cela que le Divin Vrai est aussi signifié par l'Arne, comme on peut
le voir par le:; .Jassages suivants; dans Jérémie: li Je les plante­
rai dans cette terre, en vérité, en tout mon cœur, et en toute
mon âme. Il - XXXII. hi; - comme il y a deux choses quj
procèdent du Seigneur, le Divin Bien et le Divin VI'ai, et que, re­
çues par les Anges du Ciel et par les pommes de l'Église, ~lIes
font la vie céléste chez eltX, on peut voir par là ce qui est signifié
par les planter en tout cœur et en toute âme, à savoir, que c'est
dans son Divin Bien et dans son Divin Vrai, car le cœu.r signifie
le Divin Bien du Divin Amour, et l'âme le Divin Vrai. Dans le
Même: Il Jéhovah a-iuré par son âme. Il - LI. 1lI. Amos, VI.
8; - Jéhovah est dit jurel' pal' ~on âme, quand il confirme pal'
son Divin Vrai, car jurer signifie confil'mel', et l'âme de Jéhovah
signifie le Divin Vrai. Dans David: li Jéhovah sonf/.e le juste,
son âme hait l'impie et celui qui aime la violence. Il - Ps. XI.
5; - ici aussi, par l'âme de Jéhovah il est signifié le Divin VI'ai,
car pal' le violent dans la Parole il est signifié celui qui fait violence
au Divin Vrai; comme celle violence est faite pal' le faux du_mal,
Vel'S, H. CHAPITIŒ DOUZIÈME. 239
,
vo_ilà poUl'quoi cela est signifié pal' l'impie et celui qui aime la vio-
lence. Dans Ésaïe: (1 JI{ on Élu, en qui se complait mon âme;
j'ai mis mon esprit sur Lui. ) - XLII. 1; - ces choses ont été
dites du Seigneur, qui est entendu pal' l'Élu de Jéhovah; et comme
par l'esprit de Jéhovah, qui a été mis sur Lui, il est signifié le Di-
vin procédant, c'est pour cela que par l'âme de Jéhovah qui se
complaît en Lui, il est signifié le Divin Vrai, cal' le Seigneur quant
il son Humain dans le Monde était dans ce Divin. Dans Jérémie:
« Jéhovah dit: Quand se tiendraient Moise et Samuel devant
Moi, mon âme ne serait point pOUl' ce peuple. ) - XV. 1;
- par Moïse et Samuel dans le sens représenlatif est signifiée la
Parole; et comme la Parole est le Divin Vrai, et que là par le peu-
ple sont entendus les fils d'Israël, chez lesquels il n'y avait aucun
Divin Vrai qui ne fût falsifié et adultéré, il est dit « mon âme ne
serait point pour ce4>euple. )) Dans le Même: « Est-ce que ne se
vengera point mon âme?)) -V. 9, 29; ~ ici aussi, par l'âme de
Jéhovah est entendu le Divin Vrai; quand le Seigneul' fait le juge-
ment, il est dit de ce vrai que l'ame du Seigneur se vengera. Sem-
blahle chose est signifiée pal' le Fils de l'homme qui doit faire le
jugement; le Fils de l'homme est aussi le Seigneur quant au Divin
Vrai. Dans le Même: (1 Endure la correction, Jérusalem, de
peur que ne se détache mon âme de toi, èt que je ne te réduise
en dlvastation. )-VI. 8;-par Jérusalem est signifiée l'Église·
quant à la doctrine; pal' endurer la correction il est signifié rece-
voir l'instruction; par (1 de peur que ne sé détache mon âme de
toi, )) il est signifié de peur que le'Divin Vrai ne se retil'e d'eux; et
pal' réduire en dévastation, il est signifié de peur que l'Église ne
soit désolée ~uant à tout vrai. Dans Ësale: « Jéhovah qui donne
une âme au peuple sur la terre, et un ,esprit à ceux qui y
marchent. ) - , XLII. 5; - par l'ame, que Jéhovah donne au
peuple sur la terre, est signifié le Divin Vrai par le SeigneUl' pOUl'
ceux qui seront de son Église; pal' l'esprit, que Jéhovah donnera
à ceux qui marchent sur la terre, est signifiée la vie selon le Divin
Vrai; marcher signifie vivre. VI. C'Omme par l'Ame, lorsqu'il s'a-
git du Seigneur] il est signifié le Divin Vl'ai, il en résulte que par
l'Ame aussi il est signifié la Vie spirituelle d'après le Vrai; dans
Moïse: « L'lÎme de tOlite chail', SOI1 san,q, lui. ) - Lévi!.
240 I.' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 750.

XVII. 14; - comme la vie dernière de l'homme, c'est-à-dire. la


vie de son corps, consiste dans le skng, c'est pour cela qu'il est dit
que l'âme de toute chair, c'est-à-dire, sa vie, est son sang; mais
comme dans chacune des choses de la Parole il y a un sens spiri-
tuel, et que dans ce sens par le sang est signifié le vrai de la doc-
trine d'apl'ès la Parole, c'est pour cela,que ce vrai aussi est signifié
par l'âme de la chair: que le sang signifie le vrai de la doctrine
d'après la Parole, qui est le Divin Vrai, on le voit ci-dessus, N°' 328,
329, 476 : comme le sang signifiait ce vrai, voilà pourquoi il fut
défendu aux fils d'Israël de manger du sang, et pourquoi aussi le
sang des llOlocaustes et des sacrifices était répandu autoUl' de l'Au-
tel, et c'est pOUl' cela que par le sang se faisaient les sanctifications
et aussi les inaugurations, et que, par le sang était contractée l'al-
liance du Dieu d'Israël, c'est-à-dire, du Seigneur, avec le peuple,
et qu'aussi a été contractée par le Seigneur la nouvelle alliance avec
l'Église d'aujourd'hui; c'est pourquoi le sang du Seigneur a été
appelé le sang de l'alliance, c'est-à-dire, de la conjonction avec le
Seigneur, et cela, parce que le Diyin Vrai procédant du Seigneur
conjoint: d'après ces considérations, on voit clairement ,pourquoi
le. sang est appelé âme: c'est à cause de celle signification du sang,
que dans le· temps très-ancien il avait été défendu de mangel' du
sang, comme on peut le voir dans Moïse: Il Tout ce qui rampe
(et) qui est vivant vous sera pour nourritw'e; cepentlant La
chair avec son âme, son sang, vous ne mangerez point. Il -
Gen. IX. 3, 4; - ici aussi il est dit que le sang est l'âme de la
chair, qu'il était défendu de manger, parce que par l'action de
manger du sang il était signifié la profanation du vrai, Dans le
Même: (( Quiconque mangera quelque sang, je mettraz' mes
(aces contrç L'âf!le qui mangera Le sang, ,afin que je La re-
tranche du mz'Lieu de son peuple; car L'âme de La chair, dans
Le sang, elle; c'est pourquoi je L'ai mis sur l'auteL afin qu'iL
(asse expiatz'on pour vos âmes, parce que Le sang, Lui, pOUl'
L'âme (era expiatz'on. lI-c-Lévil. XVII. 10, 11 ;---,comme l'âme,
de même que le sang, signifie le vrai d'après le Parole, qui est le
Divin Vrai pl'océdant ùu Seigeur, et comme tout culte du Seigneur
se fait pal' le Divin Vrai, c'est pour cela qu'il est dit Il car l'âme
de la chail' est dans le sang; c'est pourquoi je l'ai mis sur l'autel;"
Vers. U. CHAPITRE DOUZIÈME, , 2la1
mellre le sang sur .l'autel signifie le culle d'après le"Divin Vrai;
et puisque toute délivrance des maux et des fau~, \lui est l'ex-
piat ion , se fait pa~ le Divin Vrai et par la vie selon ee V1'ai,
c'est pour cela qu'il est dit Cl afin qu'il fasse ex piation pOUl' vos
Ames, 'parce que le sang, lui, pOUl' l'âme fera expiation. ) Dans
Je Même: «( Principalement votre sang il vos âmes je deman-
derai; d~ la main de tout animalje le demanderai, sw'tout
de la main de l'homme; de la main de l'homme son (l'ère Je
. demanderai l'âme de l'homme. )-Gen. IX. 5;-qu'ici par le
sang et aussi par l'Amr. il soit entendu la vie spirituelle de l'homme,
laquelle est la vie ~elon le Divin Vrai, on peut le voir en ce que ce·
lui qui"éteint celle vie périt de la mort. éternelle, cal' llul autre n'é-
teint celle vie, que celui qui est dans le mal et le faux infernal; voir
ces choses expliquées dans les ARCANES CÉLESTES. VII. Par't'Ame
vivante, il est signifié la vie dans le commun: on peut le voir par
les passages où les bêtes, les oiseaux, les, reptiles et les pQissons
sont appelês âmes vivantes, comme dans les suivants: «(Dieu dl't :
Que (assent ramper les eaux reptile, ûme vivante. Dieu créa
les grandes baleines, et toute âme vivante qui rampe, que, fi-
rent ramper les eaux. »-Gen. 1. 20, 21.-ClDieu dit: Que
produise la ten'e âme vivante, selon son espèce, bête et ani-
mal. » - Gen.·], 24. - Cl Jéhovah amena il r homme toute
bêle du champ, et tout oiseau des cieux pour qu'il vit com-
ment il l'appellerait, et selon que l'homme appelait une âme
vivante, cela (élait) son nom.)) ....,.,.,Gen. Il. Hl. - «( Toute
dme vivante qui nage, partout où seront venus (es tOr/'cnts,
vivra, et le poisson de1)iendra nombreux. » - Ézéch. XLVII.
9. - Cl Toute âme vivante mourut dans la me". )) - Apoc.
XVI. 3;-par tous les animal.1x, da~s le sens spirituel, sont signi-
fiées des choses qui appartiennent à l'homme naturel et à sa vie;
ct comme par hl vie de l'homme naturel, qui est la vie dans les ,
derniers, e.st signifiée la vie dans tout le complexe, de là vient
qu'ils sont appelés âmes vivantes. Maintenant, d'apl'ès ces expli-
cations, on peut voir ce qui est signifié dans la Parole par l'Ame,
à savoir, que c'èst la vie de l'homme, tant sa vie naturelle que sa
vie spirituelle, ainsi tant la vie de son corps que la vie de son es-
pl'il; pal' là on peut remarquer corn hir.n est corrompue l'idée qne se
". 16.
262 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE, N" 750.

sont faite d'abord les érudits, et par suite le vulgaire, SUI' I~Arue
de l'homme, à savoil', que c'est quelque être (ens) indivisible, l'é­
sidant dans quelque lieu du COl'PS; soit dans le cerveau, soit dans
le cœur, soit ailleul's, et qui est séparé de l'homme par la mort;
qu'elle est sans un C01'PS, et sans des organes de sens et de mou­
vement tels qu'il y en a pour le corps, et que ces choses lui seront
données comme acc.essoires ail jouI' du Jugement Derniel'; que jus­
qU'à ce jour-là elle est une sorte d'être voltigeant dans l'éther', ou
résidant dans un On ne sait où, allendant son accessoït'e, qui est le
corps: c'est là maintenant l'id6e du Monde sur l'Ame de l'homme,
et cependant par l'Ame dans la Parole il n'est entendu rien de
tel, mais il est entendu la vic de l'homme, laquelle n'existe ja­
mais séparée d'un corps, mais est dans un corps, car le corps est
la forme extel'lle de celle vie qui est appelée l'âme, exécutant ses
décisions et ses capl'ices dans l'un et dans l'autre Monde, lant dans
le Monde naturel où vivent les hommes que dans le Monde spirituel
où vivent les Espl'its et les Anges: et comme le Divin pl'océdant
du Seigneul' fait la vie de tous, c'est pour cela que dans le sens cé­
leste ce nai est signifié par j'Ame. Puisque le Divin Procédant,
partout où il vient, forme une image du Seigneur, ainsi forme des
Anges et des ESJll'Ïts, pOUl' qu'ils soient des formes humaines selon
la réception, il suit donc de là que par l'Ame vivante après la mort
il faut entendre l'esprit de l'homme, qui est un homme tant avec
une Ame qu'avec un COI'pS, a\'ec une âme pal' laquelle il domine SUI'
le corps, et avec un COl'pS par lequel l'âme exécute ses décisions
dans le Monde où elle est.
751. C'est pourquoi, réjouissez-vous, Cieux, et ceux qui
y habitent, signifie la salvation, et par suite lajoie de ceux
qui deviennent spirituels par la réception du Divin Vrai: on
le voit pal' la signification de se réjouir, en ce que c'est la joie à
cause de la salvation; par la signification des Cieux, en ce que ce
sont les spirituels, ainsi qu'il va être expliqué; et par lasignification
de ceux qui habitent, en ce que ce sont ceux qui vivent, ici spiri­
tuellement; qu'habiler signifie v'vre; on le voit ci-dessus, Nu'133,
1179,662. Si les Cieux signilient les spil'ituels, c'est pa l'ce que tous
ceux qbi sont dans les Cieux sont spirituels, el parce que les hom­
mes, qui sonl clè\'tlllUS spirituels, sonl pareillemenl dans les Cieux,
Vers. i2. CHAPITHE DOUZIÈME. 2h3
quoique quant au corps ils soient dans le Monde; c'est pOUl' cela
que par ceux qui habitent dans les Cieux il est entendu, non-seu­
lement les Anges, mais aussi les hommes: en effet, tout homnle
chez qui le mental intérieur, qui est appelé menlal spirituel, a été
ouvert, est dans les Cieux, et même parfois il apparail parmi les
Anges dans les Cieux; qu'il en soit ainsi, cela est encore ignol'é
dans le Monde; c'est poul'quoi, il faut qu'on sache que l'bomme,
quant à son esprit, est parmi les Esprits et les Anges, et même
dans celte société d'Esprits ou d'Anges, dans laquelle il doit venir'
après la RlOl't; la raison de cela, c'est que' le mental spirituel de
l'homme a été ahsolument formé il l'image du Ciel, au point que
c'est un Ciel dans la pins petite forme, c'est pourquoi il n'est pas
ailleurs qu'où est sa forme, et cela, quoique ce mental soit encore
dans le COI'pS; mais ce sujet a été plus complètement illustré dans
le Traité DU ClEL ET DE L'ENFER, N°' 51 à 58, où il a été montl'é
que chaque Ange et aussi chaque homme, quant à ses intél'ieurs,
s'il est spil'ituel, est un Ciel dans la plus petite forme, correspon­
dant au Ciel dans la forme la plus grande. C'est de là que, dans la
Parole, lorsqu'il s'agit de la création du Ciel et de la tene, il est
entendu dans le commun l'Église interne et l'Église externe, puis
dans le particulier l'homme intel'l1e et l'homme extel'l1e, ou l'homme
spirituel et l'homme naturel. D'après ces explications, on peut VOil'
que par les Cieux et ceux qui y habitent il est signifié tons ceux
qui y sont, puis aussi les hommes qui deviennent spirituels pal' la
récePtion du Divin Vrai pal' la doctrine et par la vie,
752. Malheur à vous qui habitez la terre et la mer, sig'H.i­
fie la lamentation sur ceux qui d(miennent purement naturels
et sensuels: on le voit par la signification, de malheur! en ce que
c'est la lamentation, .N° 53'1; par la signification de ceux qui ha­
bitent la terre et la mer~ en ce que ce sont ceux qui sont pure­
ment naturels et sensuels, car lorsque pal' ceux qui hahitent dans
les Cieux il est signifié lC$ spirituels, pal' ceux qui habitent la terre
et la mer il est signifié les naturels et les sensuels, p'uisque le men­
tal naturel et sensuel est au-dessous du mental spil'ituel, comme la
terre et la mer' sont au-dessous des Cieux; et aussi, dans le Monde
spirituel, les Cieux apparaissent dans les lieux élevés, et loin au­
dessous d'eux apparaissent les terl'es et les mers, et dans les Cieux.
2MJ L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. l.'l' 752.
habitent les spil'ituels, et SUI' les tert'es loin au-dessous d'eux ha­
bitent les naturels, et dans les mers les sensuels; cal' chacun ha­
bite des lieux hauts ou bas, selon que ses intérieUl's, qui sont ap­
pelés les intél'ienrs du mental, ont été ouvel'ts ou ant été fel'més :
c'est de là que, dans la Pal'ole, pal' le Ciel et la terre dans quelques
passages il est signifié l'Église interne et l'Église externe, ou l'É­
glise spirituelle et l'Église natUJ'elle; puis.aussi, dans l'homme en
particulieJ', ['homme spirituel et l'homme naturel; et cela, pal'ce que
l'Égl~e es~ dans l'homme, et que par suire l'homme qui est sp}ri­
tuel est Église. Si par la terre et la mer il e~t signifié ici ceux qui
sont pUl'ement natlll'eis et sensuels, c'est parce qu'ici par la ter/'e
il est entendu cet./.e terr'e'sur laquelle le dragon a èté précipité et
SUI' laquelle le diable est descendu, comme il est dit plus loin, et
parce que là ~st l'homme purement naturel ou exteme, car l'homme
naturel sans l'homme spirituel, ou l'homme externe sans l'homme
interne, est sur la terre damnée, sous laquelle est l'enfer; en effet,
l'homme naU sensuel et naturel, ainsi comme dans l'enfer, parce
qu'il nait dans les maux de tout genre; mais par la régénération il
devient spirituel, et par elle l'homme est retiré de l'enfer et élevé
dans le Ciel pal' III SeigneUl'; de là vient que celte lamentation est
faite SUI' ceux qui sont purement naturels et sensuels. Que la lamen­
tation soit faite sur eux, c'est parce qu'il est entendu ceux qui sont
dans hi foi séparée d'avec lâ charité, ainsi ceux qui disent être dans la
foi, quoiqu'ils Ile soient dans :l"ocllne vie de la foi; que ceux-là de­
viennent purement natul'els et sefJsuels, on le voit expliqué ci-des·
sus, N°' i1lt, 739 j ceux-là aussi sont entendus par le dragon et
ses anges, et pal' le serpent ancien, mais ici ce sont ceux qui se
lais~nt facilement séduil'e par le dragon et par ses anges: c'est
donc de ceux-ci' qu'il est dit (1 malheur à ceux qui habiten't la terre
ct ia mer! ., Que pal' le Çiel et la terre .\ soit signifié r:f~glise in­
teme qui est spirituelle et l'ltglise ex terne qui est naturelle, on
le \'oil èi-dessus, N° 30lt ; 1.loi,. aussi que p,a/' la terre il est signi­
fié la damnatiôn, N° 7lt2; pal' les mers les extrêmes de la vie de
l'homme, qllÎ sont appelés les sensuels, N°' 275, 3!J2, 51.1.; et
aussi les enfers, N°s 537', 538.
753. Pm'ce qu'e,st deSl!cndu le diable ver,~ vous, signifie
'!Jarre 'lu'ifs reçoi7'fllt dt! l'enfer lu maux " on le voit par III
Vers. 12. CHAPITIŒ DOUZIÈME. 2115
signification du diable, en ce (lue c'est l'enfer d'où \'iennéul les
maux, comme ci-d~ssus, N° i!JO; pal' la signification de descendre
('l! '\

vers ettÎc, quand il s'agit du diable, en cc que c'est êlre parmi


eux, les séduire et être reçu par eux; par c~ux vers lesquels est
descendu le diable sont entendus ceux qU'i habitenl la tcrre el la
mer, par lesquels sont signifiés les purement naturels el sensuels,
qui sont devenus tels pal'ce qu'ils ont rejeté la vie de la foi, qui est
appelée la charité; et ceux qui la rejettent pal' religion, cn croyant
et en disant dans leur creU!' que les faits ne font rien pour le salut,
mais que c'est seulement la foi et la piété dans le culte, ceux-là
restent naturels, et même deviennent sensuels, en taut qu'ils l'e~
jettent les biens en acte ou les faits, et qu'ils se liVl'ent aux voluptés
qui ont leur source dans les amours de soi et du monde; comme
ceux-là l'estent naturels, et même deviennent sensuels, ils l'eçoi­
vent avec plaisir les maux qui montent de l'enfer, car l'homme na­
turel est dans ces maux pal' nai1;sance, et à moins qu'aussi il ne
devienn'è'spirituel il y reste; en effet, quand l'homme devient spi­
rituel, il communique avec les. Cieux, et par suite il reçoit les
biens, et les biens communiqllés par le Seigneur à travers le Ciel
éloignent les maux, ce qui se fait uniquement par la vie selon les
préceptes puisés dans la ·Pal'ole.
i54. Ayant une colère g1'ande, signifje la haine cOn'tre le.~
vrais et les biens spirituels, qui appartiennent à la foi et à Id.
vie' d'après la parole, par conséquent contre ceux qui sont
.
dans ces vrais et dans ces biens: on le voit pal' la signHication
d"une colère grande, quand il s'agit du diable, en ce que c'est la
haine; car la colère, lorsqu'il s'agildu Seigneur, signifie le zèle,
dans lequel cependant il y a intél'ienl'ement le Ciel; mais, quand
il s'agit du diable, c'est la haihe, dans laquelle il y a k1tél'ieurè­
ment l'enfel'; que ces choses et plusieurs autres soient signifiées
pal' la colère et par l'emportement, on le voit ci-dessus, N°' 413,
!J81, (.,647, 693. Qu~ la haine du diable soit contre les vrais et
les biens spirituels, c'est parce que res vrais et les biens pmemeBt
naturels y sont absolument opposés; en effet, les vrais ~t les 'biens
purement naturels sont, dans leur eSsence, des faux et des ma'ux,
quoique devant ceux qui sont purement natut'els et sensuels ils ap­
paraissent comme des vrais el des biens, parce què leur's biens

.,.
266 l' APOCALYPSE EXPLlQUf:E. N" 754.

so~t des \'oluptés et des plàisirs qui découlent des-amoUl's'de soi et


dn monde, et que leurs \'l'ais sont ce qui est favol'able à ces biens;
et com me les amours de soi et du monde viennent de l'enÎer, t'est
pOUl' cela que dans leur essence ce sont des maux et des faux: au
contrail'c, les vrais et les biens spirituels sont, dans leur essence,
des vl'ais et des biens, parce que les biens sont des plaisirs qui dé­
coulent de l'amour envers le Seigneur et de l'amour à l'égard du
prochain, et que les vrais sont ce qui enseigne ces hiens; et comme
ces vrais et ces biens viennent du Seigneul' par le Ciel, ç'est pOUl'
cela qu'ils sont appelés spirituels, car tout ce qui procède du Sei­
gneur' est appelé spil'ituel : et comme l'homme ne peut pas rece­
voil' ces vrais et ces hiens, s'l ne les croit pas et ne les fait pas,
c'est pour cela qu'il est ajouté « qui appartiennent à la foi et à la
vie d'après la Parole; vine d'après la Pal'ole, c'est vine d'après
1)

Je Seigneur, car le Seigneur est dans la Parole, et même il est la


Parole. 0", comme les vrais. et les biens purement naturels, qui
dans leUl' essence sont des faux et des maux, son t ahsollHllent op­
posés aux vrais et aux biens. spirituels qui dans leur essence sont
des nais et des biens, Voilà pourquoi le diable, par qui est entendu
l'enfer, est dans une haine continuelle contl'e eux; de là vient que
des enfers montent continuellement des haines <le tout genre, et
que, vice t'e7'slÎ, des Cieux des~endent des amours spil'ituels aussi
de tout genre, et qu'entre les haines des enfers et les amours des
Cieux il y a un équilibre dans lequel sont tenus les hommes dans
le Monde, arJn qu'ils puissent agiI' d'après le libre selon la raison;
c'est poUl'quoi, comme ceux qui vivent non d'après la Parole, mais
d'après le Monde, l'estent naturels, ils reçoivent de l'enfel' les maux
et pal' suite les faux, et pal' là ils conçoivent,de la haine contre les
vrais et les biens spirituels: leur haine, il est vrai, ne se montre
pas dans le Monde, parce qu'elle sc tient intérieurement cachée
dans leur esprit, mais elle est manifestée après la mort, quand ils
deviennent esprits; alol'S ils sont enflammés d'une si grande haine
c,ontre ceux qui sont dans les vrais et les biens sp'irituels, que cette
haine ne peut êtl'c décrite, c'est une haine mortelle; en effet, dès
qu'ils voient un ange qui est dans ces \'l'ais et dans ces biens, et même
s'ils entendent seulement nommel' le Seigneur de qui viennent ce!l
\Tais et ces hiens, aussitôt ils entrent dans des ftlreurs de haine, et
Vers. i2. CHAPITHE DOUZll~ME. 2!J7

ils ne sentent rien de plus agréable que de les pouI'suivl'e et de


leur faiI'e du mal; et comme ils ne peuvent pas tuel' leur' corps, ils
s'efforcent avec ardeur de cœur de tuer leur âme. S'il est dit «( mal­
heur à vous qui habitez la terre et la mer, pal'ce qu'est descendu
le diable vers vous, ayant Hne colère gl'ande, c'est parce que,
1)

après le Jugement Dernier, l'état du Monde spirituel a été eutière­


ment changé; avant ce Jugement, il avait été permis à ceux qui
avaient pu mener une vie civile et morale dans les externes, quoi­
qu'ils ne fussent pas spirituels, de formel' pour eux une sorte de
Cieux, et d'y jouir des voluptés dont ils avaient joui dans le Monde;
mais après que le Jugement Dernier eut été fait, cela ne leUl' fut
plus permis; car maintenant chacun est porté selon sa vie, celui
qui est purement natnrel, vers l'enfel', et celui qui est spirituel,
vers le Ciel: c'est aussi cela qui est signifié en ce que le dragon et ses
anges ont été précipités du Ciel en la te\'l'e, à. savoir, qu'aupara­
vant il leur avait été donné d'avoir une conjonction avec les anges
qui étaient dans les Cieux derniers, et qu'en raison de cela ils s'é­
taient fait des C.ieux de cette sorte; maintenant cela n'est plus ac­
cordé, C'est donc là ce qui est spécialement entendu pal' la haine
contre ceux qui sont dans les vrais et les biens spil'ituels, haine qui
est signifiée par la colère grande que le diable a contre ceux qui
habitent la terre et la mer.
755. Sachant que peu de temps il a, signifie parce que
l'état a été changé: on le voit par la signification du temps, en
ce que c'est le pl'écédant état de la vie, ci-dessus, N°' 571, 610,
66l!, 673; de là, par peu de temps il a, il est signifié que l'état
antél'ieur a été changé; en effet, l'état ,antérieui' est décrit en ce
que le dl'agon et ses anges furent VilS dans le Ciel, mais l'état pos­
térieur est décrit en ce que, après le comhat contre Michaël et ses
Anges, 'ils ont été pl'écipilés en la terre; quel est cet état postérieur,
cela vient d'être dit en peu de mots dans l'Article précédent; mais
à la fiu de ce Traité il sera donné une plus complète description de
cet état.
756. Vel's. 13, il!. Et quand eut Vit le Dragol/ qu'il al'ait
été précipité en lq..terre, il poursuivit la Femme qui avait en­
fanté le (ils. -Et furent données il la Femme les deux ailes de
['aigle grand, afin 'Ill' elle $' Cllvolât d.rm,ç le désqrt en son fi('ll~
248 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N· 756.

où elle serm't nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un


temp,~, hors de la face du serpent. -Et quand eut vu le Dra­
gon qu'il avait été préCipité en la terre, signifie comme la reli­
gion de la foi seule séparée 'd'ave~ la vie de la charité n'était pas
reconnue, mais passait pour vile: il poursuivit la Femme qui
avait enfanté le fils, signifie que ·pal' haine et inimitié ceux qui
sont entendus pal' le dragon rejetaient et calomniaient l'Église qui
est la Nouvelle J'él'Usalem, parce qu'elle avait la doctrine de la vie:
et furent données il la Fe1mne les deux ailes de t'aigle grand,
signifie l'intelligence et la circonspection spirit~elles, lesquelles sont
don Mes pal' le Seigneur à ceux qui sont de ceHe Église : afin
qu'elle s'envolât dans le désert, en son lieu, signifie jusqu'a­
lors chez un petit nombre, parce qu'elle est parmi ceux qui ne
sont pas dans la vie de la chal'ilé, ni par conséquent'dans les vrais:
où elle serait nourrie un temps, des temps, et la moitié'd'un
te'f(lps, hors de la face du serpent, signifie jusqu'à ce que l'É­
glise s'accroisse et parvienne à son plein.
757. Et quand eut vu le Dragon qu'U avait été p1'éci'piié
en la terre, signifie comme la religion de la foi seule séparée.
d'avec la l)ie de la charité n'était pas reconnue, mais passait
pour vile: cela est conslant d'après la :;ignificatioil de voir, en ce
que c;est remarquel' et percevoÎl'; d'après la signification du dra­
gon, en ce que ce sont ceux qui regardent comme rien, la vie dans
l'Église; et comme ceux qui font principalement cela sont ceux
qui ont pour doctrine que la foi seule justifie, et nullement la vie
'de la foi, qui est la charité, ainsi qu'il a été montré ci-dessus,
Nol 71lt, 71.5, 716,7:1:8,737, de là vient que par le dl'agon, ici,
il 'est signifié la religion de la foi seule sépal'ée d'avec la vie de la
charité; et d'après la lliguification de précipité en la terre, en ce
que c'cstl qu'il a été séparé d'avec le eiel et condamné à ('enfer,
comme ci-dessus, No' 739, 7!t'2, 746; si, ici, par être précipité en
la terre il est signilié que cette l'eligion n'était pas reconnue, mais
passait pour vile, c'est parce que quand quelque chose de la reli­
gion ou de la doctrine ne concorde pas avec le vrai et le bien, alors
elle est séparée d'a\'cc le Ciel, et elle n'est plus reconnue, mais elle
passe pour vile; cela arrive d'abord dans le Monde- spil'ituel, et
plus ta!'(1 dans le M.onde naturel, car dans les choses qui ap,pal'­
Vers, 1.3. CHAPITRE DOUZIÈME. 249
tiennent au Ciel et à l'ltglise, l'un et l'autre Monde font un, parce
que l'homme qui vit dans le Monde naturel ne peut, au sujet des
cboses spirituelles, pensel' que comme pensent chez lui les anges, et
les esprits, puisque les choses spirituelles sont au-dessus de la pen-
sée natUl'elle de l'homme, et les choses qui sont au-dessus dépen-
dent de l'influx; cet influx, 'cependant, n'est reçu que pal' ceux.
qui sont intérieurement spil'ituels; ce sont ceux qtli sont dans l'af-
fection du vrai pour le vrai, ~esquels aussi sont ceux qui vivent se-
lon les Hais; par eux la religion de la foi séparée d'avec la vie de
la charité n'est pas reconnue, mais elle passe à leurs yeux pour
vile; il en est autrement de ceux qui ne sont affectés des vrais que
pOUl' la l'épuration, les honneurs et les profits, par conséquent qui
regardent comme rien la vie de la charité, ceux-ci ne reçoivent
aucun influx du Ciel, c'est pourquoi ils font un avec l'enfer; ce
sont eux qui sont signifiés par le dragon.
758. Il poursuivit la Femme qui avait enfanté le {ils, si-
gnifie que par haine et inimitié ceux qui sont entendus par
le dragon rejetaient et calomniaient l'Église, qui est la Nou-
velle J él'usalem, parce qu'elle avait la doctrine de la vie:
on le voit pal' la signification de pOZlr~uivre, quand il s'agit de
ceux qui sont entendus pal' ~e dragon, en ce <fue c'est par haine et
inimitié rejeter et calomnier, ainsi qu'il va être expliqué; pal' la sil
gnification de ta Femme, en ce qU'elle .est l'Église, qui .est appelée
la Noùvelle Jérusalem ,.ainsi qu'il a été, montré ci-dessas, No' 707,
721, 730; et par la signification du {ils, en ce que c'est la doc-
trine de cette Églisé, qui est la doctrine de la vie, comme ci-dessus,
N°' 72la, 725; de là on toit que nar (Ile dragon poursuivit la femme
qui avait enfanté le fils,)1 il est signifié que par haine et inimitié ceux
qui sont entendus par le dragon rejetteront et calomnieront l'Église,
qui est la Nouvelle Jél'usalem, parce qu'elle a la doctrine de la vie.'
Si, ici, poursuivre signifie rejeter et calomnier par haine et inimi-
tié, c'est la conséquence de ce qui a été précédemment dit, que le
dragon se tint devant la femme qui allait enfantel', afin de dévorel'
son enfant; puis aussi, qu'il combattit contre Michaël et ses Anges,
et que quand il eut été précipi té en la terre, il eut une colère grande,
et que d'après celle colère, pal' laquelle est signifiée la Qaine, il
poursuivit la femme; que pal' sa colèl'e il soit signifié la haine, on
250 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 758,

le voit ci-dessus, N° 75lJ; et de plus, sa haine est. décrite dans les


Vel'sets sui vants, en ce que de sa bouche il jeta de l'eau comme un
fleuve après la femme, afin de la faire emporter, et qu'enlin, après
qu'il eut tout tenté en vain, irrité, il s'en alla faire la guerre aux
J'estes de sa semence. Que chez ceux qui sont entendus par le dl'a­
gon il y ait une telle haine contre ceux qui sont entendus pal' la
femme, c'est parce que chez ceux qui sont dans la foi séparée il y
a une telle haine contre ceux qui son! dans la chal'lté, et comme
ceux qui sont dans la foi séparée ont conjonction avec les enfeflS,
il y a cher eux une haine telle qu'est celle des enfers contre les
Cieux; il sera dit en peu de mots d'où vient ceUe haine: Tous ceux
qui sont dans les enfers sont dans les amours de soi et du monde,
mais tous ceux qui sont dans les Cieux sont dans les amours envers
le Seigneur et à l'égard du prochain, et ces amOUI's-ci sont abso­
lument opposés à ceux-là; ceux qui sont dans les amours de soi et
du monde, n'aiment que leur pl'opl'e, et le pl'opre de l'homme n'est
que mal; mais ceux qui sont dans les amours"e,nvers le Seigneur
et à l'égard du prochain n'aiment pas leur pl'Opl'e, car ils aiment
le Seigneur par dessus eux, et le pl'ochain en dehors d'eux; et
même ils sont détoul'nés de leur propre, et tenus dans le propre du
Seigneur, qUI est Divin: outre cela, tous les, plaisirs de la vie sont
les plaisil's des amours; les plaisirs des amoul's de soi et du monde
sont des plaisil's de haine de divers genres, mais les plaisir's des
amours en~rs le SeigneUl' et à l'égard du pl'ochain sont des plai­
sil's de charité de divers genres, et ceux-ci sont diamétralement
opposés à :ceux-Îà; et comme toutes les choses que font ceux qui
sont dans les enfers, HIes font d'après les plaisirs de leurs amours,
qui, ainsi qu'il a été dit, sont de~ plaisirs de haine de divers gen­
res, on voit clairement par là d'où vient chez le dragon une telle
haine contre la femme, car par le dragon sont entendus ceux qui
sont dans l'amour de soi, c'est poUl'quoi il est appelé dragon grand,
J'oux; par grand, l'OUX, est signifié cet amour; il est aussi appelé
diable et satan, pal' diable il est entendu tout mal qui dérive de
l'enfer, et par satan tout faux Qe ce mal; et le mal a de la haine
contre le bien, et le faux a de la haine contre le vrai; il est encore
appelé serpent ancien, par quoi est entendu le sensuel, qui est le
dernier de la vie de l'homme, ct dans cc sensuel l'éside tout cc qni
Vers. 13. CHAPITRE DOUZIÈME. 251
est tel. Chez ceux qui sont dans la foi séparée il y a tlne semblable
haine contre ceux qui sont dans la chal'ité;cette haine se manifeste
non pas dans ce Monde, mais dans le Monde spirituel, quand ils
sont devenus esprits; que cette haine soit mortelle, et qu'elle soit
le plaisir même des mauvais esprits, on le voit ci-dessus, N° 75ft;
mais qu'un tel plaisir soit changé en un tourment infernal aff.'eux,
on le voit dans le Traité DU CIEL ET DE L'ENFER, N°' lt85 à lt90.
759. Et furent dormées à la Femme les deux ailes de
l'aigle grand, signifie l'intelligence et la circonspection spi­
rituelles, lesquelles sont données par le Seigneur à ceu.x qui
,wnl de cette Église: on le voit pal' la signification de la Femme,
en ce qu'elle est l'Église, qui est appelée la Nouvelle Jérusalem,
ainsi qu'il a été montré ci-dessus, par COnséqllent, en ce que ce
sont les hommes de cette Église; par la signification des ailes, en
ce que ce sont les spirituels, comme ci-dessus, N'\I 282, 283,
529; et pal' la signification de l'aigle, en ce que c'est l'intelligence
et la circonspection, comme aussi ci-dessus, N° 282 : de là il suit
que par Il furent données à la femme les deux ailes de l'aigle grand,
il est signifié l'intelligence spirituelle et la circonspection, lesquel­
les sont données par le Seigneur à ceux qui sont de cette Église. 11
sera dit aussi ce qui est entendu par là : Comme tous ceux qlli sont
entendus par le dragon et par ses anges sont ~aturels, et même
sensuels, comme il a été montré ci-dessus, et qu'eux raisonnent
d'après les apparences qui, pour la plus grande partie, sont des il­
lusions, el par là séduisent les simples, c'est pourql,1oi il a été donné
aux hommes de la Nouvelle Église, qui est appelée la Sainte Jét'u­
salem, de considérer les vrais qui sont dans la Parole, non pas sen­
suellement, c'est-à-dire, selon les apparences, mais spiritu~llement,
c'est-à-dire, selon les essences; c'est pour cela qu'a été dévoilé le
sens interne de la I?a:,ole, qui est spirituel, ct seulement pour ceux
qui ser'ont de cette Église; d'après ce sens apparatt le Divin Vrai tel
qu'il est dans sa lumièl'e spirituelle, et d'après cette lumière on
voit quel est le Divin Vrai dans sa lu,mière naturelle; le Divin Vrai
est la Parole, et ceux qui sont de celte Église sont illustrés d'après
la lumièl'e spirituelle de la Parole au moyen de l'influx procédant du
t Seigneur par le Ciel; et cela, parce qu'ils reconnaissent le Divin
dans l'Humain du Seigneur, et sont. par Lui dans l'affection spi ri­
252 L' APOCALYPSE E~PLlQUÉE. N° 759,

luelle du vl'ai; par ceux-la et non pal' d'autres est reçue la lumière
spirituelle, qui influe continuellement du SeigneUJ' pal' le Ciel chez
lous ceux qui lisent la Parole; de là leur illustl'ation. Il sera dit
aussi comment se fait l'illustration: Chaque homme est dans· le
Monde spirituel quant à ses pensées et ii ses affections, par consé­
quent quant à son esprit, car c'est l'esprit de l'homme qui pense
et qui est affecté; l'homme qui est devenu spirituel au moyen de la
l'égénération par le Seig~elll' est quant à ~on espl'it dans une soci~té .
céleste; mais l'homme naturel, c'est-à-dil'e, qui n'a pas été- régé­
néré, est quant à son esprit dans une société infel'nale; chez celui...
ci influent continuellement de l'enfer les maux, et aussi avec plai­
sir ils sont reçus, mais chez celui-là influent continuellement du
Ciel les biens, et aussi ils sont reçus; et comme les biens influent
dans son affection, et pal' l'affection dans la pensée, de là lui vient
l'illustraliot'J; c'esi celle illustl'ation qui est entendue par l'intelli­
gence et la circonspection spirituelles, qui sont signifiées pal' les
ailes de l'aigle, qui ont été données à la femme, afin qu'elle' s'en­
voHl.! dans le désert; ceux-ci, à savoir, les spirituels, sont aussi
pal' comparaison comme des aigles qui volent haut, tandis que ceux
qui sont purement naturels sont par comparaison comme des sel'­
pents, qui rampent sur le sol, et voient au-dessus d'eux les aigles;
c'est aussi pOUl' cela que dans le Verset qui va suivl'e le dl'agon est
appelé ·sel'pent. Outre cela, par les ailes de l'aigle, qui ont été
données à la femme, il est signifié l'entendement du vl'ai, car teus
ceux qui sont de ceIJe Église ont un entendement illustré, par le­
quel ils peuvent voir le vrai 'd'après la lumièl'e dU\'I'ai, c'est-à­
dire, voil' si c'est le vrai ou si ce n'est pas le vrai, et comme ils
voient· ainsi le vl'ai, ils le reconnaissent, et ils le reçoivent avec
l'affection qui appal'tient il la volonté; par là les vl'ais cbez eux
deviennent spirituels, conséquemment le mental spi\'ituel, qui 'est
au-dessus du' hlental natlll'el, est chez eux ouvert; et, ouvert,.il
reçoit la vue angélique, qui est la vue du vrai lui-même d'après
sa lumière; au contraire', ceux lIui ne sont pas de cette Église,
et ce sonl ceux qui ne reconnaissent pas le Divin dans l'Humain
du SeigneUl', et qui n'aiment pas le vrai pal'ce qù'i! est le vl'ai,
ainsi spirituellement, ceux-là ne peuvent pas avoir un entende­
lnentillust'I'é, pal' lequel ils puissent voir si une chose est un vrai
vel's,'i4, CHAPITRE DOUZIÈME. 253
ou non, mais ils voient les appal'ences du V1'ai comme des n'ais
réels, et ils les 'confirment comme des vrais réels d'apl'ès le sens
de la lettre de la Parole, dans lequel sens cependant la plupart des
choses de la Parole sont des apparences du vrai, qui, si elles s'ont
confil'méHs comme vl'ais réels, sont falsifi.ées, et les vrais falsifiés
sont des faux; comme ceux-là ne peuvent voir les vrais d'après la
lumière du vrai, ni pal' conséquent les saisir par l'entendement, ils
sont, au sUJet des choses qu'ils faut cl'oire, dans une foi obscul'e et
même dans nne foi aveugle, et la foi ,aveugle est comme un œil qui
voil peu ou qui ne voit rien; bien plus, la foi aveugle n'est point la
foi, mais elle est seulement une persuasion, et cOijlme cette persua­
sion vient d'un autre, soit d'un maître, soit d'un prédicateur, soit
de la Parole non comprise, elle est une foi historique, qui es~ natu­
l'elle et non spirituelle; ceux-ci aussi, parce qu'ils ne voient pas les
vrais, pl'étendent et veulent que les doctrinaux de l'Église ne soient
pas parcourus et examinés par Fentendement, mais qu'ils soient
reçus avec une obéissance qui est appelée foi, et les choses qui SOllt
reçues avec l'obéissance aveugle de la foi, on ne sait p8~~3i ce sont
des vrais ou si ce sont des faux, et ces choses ne peuvent pas ou­
vril' un chemin vers le Ciel; car dans le Ciel aucune chose n'est re­
connue comme un V1'ai, si on ne la voit pas~ c'est-à-dire, si on ne
la compl'end pas; et même la lumièl'e du Ciel est telle, que d'apl'ès
elle les vl'ais appal'aissent devant ['entendement du mental comme
IlPP3l'aissent les objets du Monde devant la vue de l'œil; c'est POUI'­
qui ceux qui dans le Monde n'ont vu les vl'ais que d'après la vue
aveugle de la foi, ceux-là, quand ils sont transpOI'lés dans le Ciel
vers les Anges, ne voient absolument rien, pas même les Anges
qui ~ sont, ni à plus forte raison lès magnillcences du Ciel, et alOl'S
Us SOlll dans l'engoUl'dissement quant à l'entendement, et dans les
ténèy.res quant aux yeux, et par conséquent ils se retil'ent. Mais il
faut qu'on sache que tels sont tous ceux qui ont sépal'é la cbal'ité
d'avec la foi, tandis que ceux qui ne l'.ont pas séparée, mais ont vécu
la vie de la foi, qui est appelée charité, sont tous dans le désir de
voir' les vrais; c'ést pourquoi, 10l'squ'il& viennent dans le Monde
spirituel, ce qui arrive après la mOI't, il ieur est donné de les voi!',
et cela pal'ce que chez eux le mental spirituel a élé ouvert, et que
par suite ils sont dans la lumière uu Ciel, dans laquelle après la
254 L' APOCAL YPSE EXPLIQUÉE. 1\. 7511.

sortie du Monde naturel ils sont mis en actualité. D'après ces con­
sidérations, on peut voir ce qui est signifié par les ailes de l'aigle, à
savoir, l'entendement du vrai, et que, comme pal' la femme il est
entendu la Nou~elle Jérusalem, il est signifié que l'entendement du
vrai a été donné, et qu'il sel'a donné à ceux qui seront de celle
Église.
760. Afin qu'elle s'envolât dans le désert, en son lieu, si­
gnifie jusqu'il présent chez un petit nombre, parce qu'elle est
parmi ceux qui ne sont pas dans la vie de la charité, afin que
pendant ce temps il soit pourvu il ce que l' Église soit chez
un plus grand nombre: on le voit d'après ce qui a été expliqué
ci-dessus, N°' 730, 731, où il est dit la même chose, avec cette
senle différence, que là il est dit de la femme, qu'elle s'enfuit dans
le désert, où elle a un lieu préRare pal' Dieu, tandis qu'ici il est dit
qu'elle s'envola dans le désel'l en son lieu.
761. Où elle serait nourrie un temps, des temps, et la
moitié d'un temps, hors de la {'ace du serpent, signifie jus­
qu'à ce que l' Église s'acC1"oisse et parvienne à son plein: on
le voit pal' la signification de un temps, des temps, et la moi­
tié d'un temps, en ce que c'est l'état d'accroissement de l'Église
jusqu'à son plein, cal' par là il est signifié la même chose que ci­
dessus, Vers. 6, pal' mille deux cent soixante JOUl'S, car là il est
dit la même chose de la femme, à savoir, qu'elle s'enfuit dans le
désel't, où elle aun lieu préparé I)al' Dieu, afin qu'on l'y nourl'isse
mille deux cent soixante jours; que pal' ce nombre il soit signifté
la même chose que pal' le nombre trois et demi et par le nombre
sept, à savoit', jusqu'à ce qu'elle s'accroisse dans son plein, on le
voit 'ci-dessus, N° 732; mais S'il' est dit ici un temps; des temps,
et la moitié d'un temps, c'est parce que ces nombres ci-dessus
nommés, dans leul's places, signifient aussi des temps, et que pal'
les temps sont signifiés les états de la vie qui procèdent; voù' ci­
dessus, N°' 571,610,664,673, 7h7, ici donc qui procèdent el
croissent jusqu'au plein: s'il est dit un temps, des temps, et la
moitié d'un temps, c'est pal'ce que le temps au singulier signifie
l'état du bien, que les temps au pluriel signifient l'état du vrai,
l'un et l'autre quant à leul' implantation, et que la moitié d'un
temps signifie le Saint de l'Itglise; la raison de ces significations,
,\,ers. ifl. CHAPITRE DOUZIÈME. 255
c'est qu'une chose au singulier' enveloppe le bien, au pluriel Je VI'ai,
ct à la moitié, le saint; si la moitié enveloppe le saint, c'est par'cc
que trois signifie le plein, pareillement trois et demi et sept; mais
sept signifie le plein lorsqu'il s'agit des choses saintes, et. cette
moitié après trois l'emplit et fait le nombl'e sept, car trois et demi
étant dotlblé fait sept, et le 1I0mbre doublé ou mulliplié signifie la
même chose que le nombre qui a été doublé ou multiplié, comme
ici trois et demi la même chose que sept: que sept signifie le plein
et le tout, et se dise des cho~es saintes, on le voit ci-dessus, N°' 20,
2ll, 257. Que pal' (1 un temps, des temps, et la moitié d'un temps,))
il soit sIgnifié de telles choses, on peut levoir par ces paroles, dans
Daniel: « L'Homme vêtu de lin éleva sa droite et sa gauche
l)erS les Cieux, et jura pm- Celui qui vit il éternité, qu'à un
temps fixé, des ternps fixés et une moitié, et quand ils au­
raient achet'é la dispersion de main du peuple de sainteté,
toutes ces choses-là .çeraient consommées. 1) - XII. 7; - d'a­
près ces pal'oles il est évident que pal' ces temps il est signifié la
consommation, car il est dit jusqu'à ce que toules ces choses soient
consommées; par la consommation il est entendu l'emplition, ainsi
jusqu'au plein.
762. Vers. 15, 16. Et jeta le serpent après la Femme, de
sa bouche, de l'eau comme un fleuve, afin que par le fle;.tve
il la (it emporter. - Et la terre secoU/'ut la Femme; et la
terre ouvrit sa bouche, et elle engloutit le fleuve que le dra­
gon avait jeté de sa bouche. - Et jeta le serpent apri:s la
Femme, de sa bouche, de l'eau comme un fleuve, signifie des
raisonnements astucieux en abondance sur la justification pal' la foi
seule de la part de ceux qui pensent sensuellement et non spiri­
tuellement : afin que par le fleuve il la (it emporter, signiHe
afin que cette Église fnt aveuglée et dissipée par les raisollnements :
et la terre secourut la Femme, et la te1Te ouvrit sa bouche,
et fille engloutit le fleuve que le dragon avait jeté de sa bou­
che, signifie que ceux de l'Église qui n'est pas dans les vrais ont
prêté assist;nce, et n'ont pas reçu les \'aisonnements astucieux de
ceux qui étaient de la foi séparée.
763, Et jeta le serpent après la Femme, de sa bouche, de
l'eau cO/l/me un fleuve, si,qllifie deI> raisc.mllelllell{s astucieux
25.6 L' APOCALYPSE EXPLIQU1<~E. NU 763.

en, abondatlce sur la justification par la foi seule de la part


de ceux qui pensent sensuellement et '~on spirituellement:
on le voit'par la signification du serpent. en ce que ce sont les
hommes sensuels, et abstractivement le sensuel, qui est le del'llie~'
du naturel chez l'homme, comme ci-dessus, N°' 70, 581, 739;
les dragons aussi signifient les homn\es sensuels, ci-dessus, N' 7ill:
par la signification de la Femme. en. ce qu'elle est l'J<:glise, qui sera
la Nouvelle Jérusalem, dont il a été parlé plusieurs fois dans ce
Chapitre; pal' la signification de la bouclze, en ce qu'elle. est la
pensée, d'où provient le langage, comme aussi ci-dessus, N° 580;
par la signification de l'eau, en ce qu'elle est le vl'ai de la foi, et
dans le sens o,pposé le faux, ci-dessus, N°' a83, 518, 537, 538 ;
et pal' la signification ùu fleuve, eR ce qu'il est l'intelligence d'a­
près, l'entendement du vrai, et dans le sens .opposé le raisonnement
d'apl'ès les faux, aussi ci-dessus, N° 518; de là, pal' l'eau jetée
comme un fleuve est signifié le raisonnement d'après les faux en
abondance; que ce soient des raisonnements subtils SUI' la justili­
palion par la foi seule de la part de ceux qui pensent sensuellemeut
et non spil'iluellement, c'est parce que 11al' le dragon sont enten­
dus. ceux qui défendent la justification d'apl'ès la fdi seule, et qui
sont sensuels, et par suite pensent et raisonnent sensuellement et
nOll spiriluellement; que pal' le dragon soient signiliés ceux qui
défendent la justification pal' la foi seule, on le voit ci-dessus,
N° 714, et aussi parce que pal' les dragons et pal' les serpents sont
signifiés les sensuels, et que les hommes sensuels sont auss,i plus
astucieux que les autres, et raisonnent avec rigueur d'après les
faux et les illusions; que pal' le dragon, de même que pal' le ser­
pent, dans le sens abstrai~ il soit signifié l'astuce, Ol) le voit ci­
dessus, No' 581, 7U, 739: maintenant, d'après ces explications,
on voit clairement ce qui est signiHé en ce que le dragon jeta après
la femme, de S,l bouche, de l'eau comme un fleuve. Puisque de
telles choses sont signifiées, il sera aussi dit quelque chose de leurs
raisonnements astucieux sur la justification pal' la foi seule: Leut'
dogme est, que l'homme est justifié et sau.vé pal' la foi seule sans
les œuvres de la loi, qui sont les biens de la charité. mais comme,
dans la Parole de l'un et de l'autre Testament, ils voient qu'il est
pal'Ié tant de fois des rennes et des action:;;, puis aussi, tle faire et
Vers. 15. CHAPITRE DOUZIÈME. 257
d'aimer, ils ne peuvent fail'e autl'ement que d'affirmel' qu'il faut
,"ivre bien; mais comme ils ont sépal'é d'avec la foi les œuvl'es ou
les actions comme ne justifiant et ne sauvant pas, ils conjoignent
astucieusement ces choses et la foi, mais toujoul's de telle manière,
qu'ils les séparent plutôt qu'ils ne les conj~ignent: or, comme
leurs raisonnements sonten une telle abondance et d'une telle astuce,
qu'ils ne peuvent être exposés en peu de mots, ils seront pal' con­
séquent dévotlés dans un Opuscule spécial SUR LA FOI SPIiUTUEJ.LE,
el présentés à la vue de manière à être saisis, même par les sim­
ples. On croit vulgairement que ceux qui défendent la justification
pal' la foi seule pensent et raisonnent spirituellement, parce qu'ils
Je font avec adresse et astuce, et eux-mêmes le croient aussi; mais
il faut qu'on s~che que nul autre ne pense et !je J'aisonne spirituel­
lement,.que celui qui est dans l'illustration pal' le Seigneur, et par
suite dans l'affection spirituelle du vrai; car ceux-ci sont dans la
lumière du vrai, et la lumière du vrai est la lumière du Ciel, d'a­
près laquell!lles Anges ont l'intelligence et la sagesse; celle lumière
est celle qui est appelée spirituelle, et par conséquent ceux qui
sont dans celle lumièl'e sont spirituels: ceux, au contraire, qui
sont dans les faux, quoiqu'ils pensent et raisonnent avec adresse et
astuce, ne sont pas spirituels, mais ils sont naturels, et même
sensuels; cal' leUl's pensées et par suite leurs raisonnements vien­
nent pOUl' la plupart des illusions des sens, que quelques-uns or­
nent avec éloqûence et embellissent de fleurs de rhétorique, et
conlil'ment pal' des apparences tirées de la nature seule; d'autres
ajoutent et adaptent des scientifiques aux raisonnements, et ils les
déclament avec nn feu d'amour de soi, et par suite avec un faste
de propre intelligence, ainsi avec un ton de voix comme celui de
l'affection du vrai; c'est en de telles choses que consiste lem" as­
tuce, qui appal aît comme sagesse devant ceux qui ne peuvent ou
1

n'osent entl'er pal' l'entendement dans les choses qui appartiennent


à l'Église et à la Parole: si les hommes sensuels peuvent penser,
parler et agir avec astuce, c'est parce que tout mal réside dans le
sensuel de l'hOl~lIne, et que la malice y est à tin aussi haut point
que l'intelligence chez l'homme spirituel, comme j'ai pu le voil'
par la malice des infel'Daux, qui est telle et si grande, qu'elle ne
peut être décrite, et tous dans les enfer's sont sensuels: cela est en-
v. 17.
258 L'APOCALYPSE EXPLlQuf:E. N" 763.

tendu pal' les pal'oles du Seigneul' dans Luc: (1 Les filli de ce siè­
de sont plus prudents que les fils de la lumière pour leur
propre génération. Il - XVI: 8; - et par celles-ci sur le se~­
pent, dans Moïse: (1 Le serpent était fia plus que tout animal
dit champ qu'm'ait (ait Jéhovah Dieu. ') - Gen. Ul. 1; ­
pal' le serpent est signifié le sensuel de l'homme.
7G!1. Et la terre secourut la Femme et la terre ouvrit sa
J

bouche et elle engloutit le fleuve, que le dragon avait jeté de


J

sa bouche, ,~ignifie que ceux de l'Église qui n'est pas dan.~ les
vrais ont prêté assistance, et n'ont pas reçu les raisonne­
ments astucieux de ceux qui étaient de la l'oi séparée: on le
voit par la signification de la terre qui secourut la {emme en ce J

que c'es~ l'Église qui n'est pas dans les \rl'ais, car pô,lr la terre, ici,
il est entendu la terre du désert, dans· laquelle la femme s'enfuit,
et où elle avait un lieu prépal'é par Dieu, et la tel're du déser~ si­
gnifie l'Église qui n'est pas dans les vrais parce qu'elle n'est pas
dans le hien, ainsi qu'il résulte de la signification de la terre, en ce
qu'elle est l'Église, comme il a été montré ci-dessus, No' 29, SOh,
H7, 697, lM., 7!12, 752; et de la signification du désert, en ce
que c'est oü il n'y a pas le vrai, comme aussi ci-dessus, N° 7S0;
par la signification de secourir la Femme, en ce que c'est IJI'êteI'
assistance à la Nouvelle Église, qui est appelée la Sainte Jérusalem;
et pal' la signification d'ouvrir labouche et engloutir le fleuve
J

que le dragon avait'jelé de sa bouche, en ce que c'est Ile pas


recevoir les raisonnements astucieux de ceux qui étaient de la foi
, séparée, car le neuve d'eaux, que le dragon jeta de sa bouche, si­
gnifie les raisonnements astucien:< d'après les faux, comme n est
évident pal' les deux Al'ticles qui précèdent (*), et oUVI'ir la bouche
et eng1outlr, 100'squ'il s'agit de l'Église, qui est signifiée par' la
terre, c'est enlever; et comme il y a enlèvement quand il n'y a pas
(*) Ces mots, les deux Articles qui précédent, indiquent l'Article 763 et celui où
était expliqué" cc membre de phrase, «afin que par le fleuve Il la fit emporte!', »
qu'on ne tr<lUve pas dans l'Édition latine. Il est il présumer, puisque l'Auteur l'envoie
;\ ces deux Artides, que le second portait le N0 764, et que le présent Article avait le
N0 765, puisque l'Article qui suit a te N° 766, Il cst évident que cet Article oublié
aura, par inadvertance, échappé au compositeur typographe, sans que les Éditeurs se
.nient aperl'us de l'onhli ; qnant à sa signification, l'OÙ' ri-dessus, N° 762.
(Nol" du TralltlcttJ/l'.)
Vers. 1.6. CHAPITRE DOUZIÈME. 259
réception, c'est ne pas recevoir. Ces choses doivent être ainsi en-
tendues; dans ce qui précède il est dit que la femme s'enfuit dans
le désert, où elle a un lieu préparé par Dieu, et qu'ensuite il lui
fut donné les ailes de l'aigle, et qu'elle s'envola en son lieu, ce qui
a signifié que l'Église, qui est appelée la Nouvelle Jél'usalem, doit
demeurer parmi ceux qui sont dans la doctrine de la foi sépal'ée,
tandis qu'elle s'accroIt dans le plein, jusqu'à ce qu'il soit pOU l'VU à
ce qu'elle soit parmi un plus grand nombre; mais dans celle Église
les dragons sont ceux qui séparent la foi d'avec les bonnes œuvres,
non-seulement pal' la doctrine, mais aussi pada vie, tandis que dans
celle même Église les autl'es qui vivent la vie de la foi, vie qui est
la chal'ité, ne sont point des dragons, bien qu'ils soienL parmi eux,
car ils ne savent autre chose, sinon qu'il est de doctrine que la foi
produit des fruits qui sont les bonnes œuvres, et que la foi qui jus-
tifie et sauve est de croil'e les choses qui sont dans la Parole et de
les faire; mais les d.ragons sont d'un sentiment tout autre; quant
au sentiment dont ceux-ci sont animés, ceux-là ne le saisissent
pas, et parce qu'ils ne le saisissent pas, ils ne le reçoi\'ent pas non
plus: d'après ces explications, il est é\'ident que l'Église, d'apr'ès
ceux qui ne sont pas des dragons, est entendue pâ,' la telTe qui se-
courut la femme, et engloutit le fleuve que le dl'agon jeta de sa
bouche. Mais quels sont et combien sont astucieux, et en même temps
pernicieux, les raisonnements de ceux qui sont entendus pal'le dra-
gon, sur la séparation de la foi d'avec les bonnes œuvres, et sur leur
conjonction, cela sera révélé ailleurs, selon la volonté du Seigneur;
puis aussi, que ces raisonnements sont seulement chez les Chefs
érudits, et ne SOllt pas connus du peuple de l'Église parce qu'il
ne les comprend pas, et qu'il résulte de là que la Nouvelle Église,
qui est appelée la Sainte Jérusalem, est secourue pal' lui, et aussi
s'accroIt.
7(jô. Vers. 17. Et irrité fut le Dragon contre la Femme,
el il s'en alla faire la guerre aux restes de sa semence, qui
gardent les commandements de Dieu, et ont le témoignage
de J ésus- Chri.~t. -Et irrité l'ut le Dragon contre la Femme,
signifie que la haine de ceux qui sont entendus par le dragon con-
tre l'Église, qui est la Nouvelle Jérusalem, fut enflammée par la
perception qu'un gl'aml nombre était favorable à celle Église: et
260 L'APOCALYPSE EXPLlQui~E. N" 766.

il s'en alta {aire la guel're (fUX restes de sa semence, signifie


et par suite, d'après la ~ie du mal, un ardent effort d'attaquer les
vrais de la doctrine de celle Église: qui gardent les commande­
ments de Dieu, signifie chez ceux qui vivent la vie de la foi, qui
est la charité: et ont le témoignage de Jésus-Christ, signifie
et reconnaissent le Divin dans l'Humain du Seigneul'.
767. Et irrité {üt le Dragon contre la Femme, signifie
que la haine de ceux qui sont entendus par te dragon contre
l'E'{Jlise, qui est la Nouvelte Jérusalem, {ut enflammée par
la perception qu'un grand nombre était {av01'abte il cette
Église: on le voit pal' la signification de la colère, quand il s'agit
du dragon, en ce que c'est la haine, comme ci-dessus, No' 75a,
758; de là, être il'rilé ou en colère, c'est avoil' de la haine; que
celle haine soit une forte haine enflammée par la perception qu'un
grand nombre était favol'able à cette Église, cela résulte de ce qui
précède et de ce qui suit; de ce qui précède, en ce que la tene ou­
vrit sa houche, et secourut la femme, et engloutit le fleuve que le
dragon jeta de sa bouche, ce qui signifie que l'Église, dans laquelle
sont aussi les dragons, prêta assistance, et ne reçut pas leurs rai­
sonnements astœieux sur la foi seule; et de ce qui suit, en ce que
le dragon s'en alla faire la guel'l'e aux l'estes de sa semence, ce qui
signifie un ardent effort, d'après cette haine, d'attaquer les vrais
de la doctrine de cette Égli~'? : de là vient que par la colèl'e du
dragon il est signifié ici la haine enflammée par la perception qu'un
grand nombre était favorable; car, ainsi qu'il a été dit ci-dessus,
par (( la femme s'enfuit dans le désert en un lieu préparé pal'
Dieu, ) il est signifié que l'Église, qui est la Nouvelle Jérusalem,
est parmi un petit nombre, jusqu'à ce qu'il soit pOUl'VU à ce qu'elle
soit parmi un grand nomhre, et qu'elle croisse dans le plein.
768. Et il s'en aUa {aire la guerre aux restes de sa .çe­
mence, signifie et par suite, d'après la vie du mal, un ar­
dent effort d'attaquer les vrais de la doctrine de cette Égli­
se: on le voit par la signification de s'en alter, en ce que c'estlln
ardent effort d'après la vie du mal, ainsi qu'il va être montré ; p~r
la signification de {aire la guerre, en ee que c'est attaquer et v.ou­
loir détl'llire, comme ci-dessus, N°> 573, 73b; et pal' la significa­
tion de su semflllf, ~II ce qne ('c ~onl Ii~s vl'ai~dt~ la doctrine de
l'crs. 17. CHAPiTRE DOUZIÈME. 26i
cettef~g~e, ainsi qu'il va aussi êlre montr'é; s'il est dit les l'estes
de sa semence, c'est parce qu'il est entendu ceux qui sont dans ces
vrais, et dans le sens abstrait les vrais de celle Église, qu'ils
croieut pouvoil' aUaquel' et déll'Uire. Si s'en allel' signifie s'efforCel'
ardemment d'après la vie du mal, c'est parce qu'aller, dans le sens
spirituel, ;;ignifie vivre; de là, dans la Parole, il est dit aller avec
le Seigneur, et mal'cher avec Lui et après Lui, ce qui signifie vivl'c
pal' le Seil;neur; mais quand allel' se dit du dragon, dont la vie est
la vie du mal, il est signifié fail"e un effort d;après cette vie, et
comme cet effort est un effort venant de la haine, qui est signifiée
})ar sa.colère, ci-dessus, Not 75lJ, 758, il est par suite signifié un
ardent effort~ car celui qui s'efforce d'apl'ès la haine, celui-là s'ef­
force avec ardeur. Comme la haine de ceux qui sont entendus pal'
le dragon est une haine contre ceux qui sont dans les vrais de la
doctrine de l'Église, qui est la Nouvelle Jérusalem,'c'est pour cel~
qu'elle est une haine conU'e les vrais de la do_ctrine, qui sont chez
eux; car ceux qui sont dans l'amour à ['égal'd de quelqu'un, et
aussi ceux qui sont (lans la haine contre quelqu'un, sont certaine­
ment dans l'amour à l'égard de la personne ou dans la haine contl'C
la personne, chez laquelle sont les choses qu'ils "aiment ou qu'ils
haïssent; et. ces choses, ici, sont les vi'ais de la doctrine cliez eux;
ce sont donc les vrais de la doctrine qui sont signifiés val' les restes
de sa semence: de là, on peut voir que, dans le sens spirituel de la
Parole, ce n'est pas la personne qui est considérée, mais que c'est
la chose, abstraction faite de la personne, ici la chose chez la per­
SOnne: cela peut encore êll'e illustré pal' celle ohsel'valion : Il est
dit dans la Parole qu'il faut aimer le pl'ochain comme soi-même;
mais dans le sens spirituel, il est entendu que ce n'est pas le pro­
chain, quant à la personne, qui doit être aimé ainsi, mais que ce
sont les choses qui sont par le Seigneul' chez la personne; car une
personne n'est pas en actualité aimée pal'ee qu'elle est une personne
ou un homme, mais parce qu'elle est telle ou telle, ainsi une per­
sonne est aimée d'après sa qualité; c'est pourquoi cette qualité est
ce qui est entendu par le prochain; cela est donc le prochain spiri­
tuel, ou le pl'ochain dans le sens spirituel qui doit êlre aimé; et
(',6la, chez ceux qui sont de l'Église du Seigneur, est toutvœ qui
procède du Seigneur, ct qui en général se réfère il tout bien lant


~ô2 L'APOCALYPSE EXPLIQUt<:E. N" 768.

spil'Îtllel que moral et civil; c'es! pourquoi ceux qui sont d~!l.~ces
biens aimeut ceux qui sont dans ces mêmes biens; c'est donc là ai­
mer le prochain comme soi-même. D'apl'ès ces considél'ations, 011
peut voir que par les restes de sa semence, à savoir, de la semence
de la femme, par laqueile est signifiée l'Église, il est entendu ceux
qui sont dans les vrais de la docll'ine de cette Église, et dans le
sens abstl'ait des personnes, qui est le sens spiriluel réel, les Vl'ais
de la doctrine de celle Église :pal'eillement dans la Paroie ailleurs,
comme dans les passages suivants; dans Moïse: li Inimitié je
mettrai entre toi el la femme, et entre ta semence et la 'se-,
mence de la femme; Lui t'écrasera la tête; et tOI~ tu le bles­
seras au talon, li - Gen. Ill. 15; - prophétie sur le Seigneur;
là, par le serpent est signifié le sensuel de l'homme, où est le pro­
pl'e de l'homme, qui en soi n'est que mal, et par la femme est si­
gnifiée l'Église spirituelle, ou l'Église qui est dans les Divins Vrais;
et comme le sensuel de l'homme a été corrompu, et que l'homme
de l'Église est élevé du sensuel, quand il devient spirituel, c'est
pOUl' cela'qu'il est dit (1 inimitié il y aura entl'e toi et la femme; Il
pal' la semence du serpent il est signifié tout faux d'apl'ès le_ mal,
et par la semence de la femme tout vrai d'après le bien, et dans le
suprême degl'é le D:vin Vrai; et comme tout Divin VI'ai vient du
Seigneur, etque le Seigneur pal' ce vrai détruit le faux d'apl'ès le
mal, c'est pour cela qu'il est dit « Lui t'écrasera l,a tête; )) !:?J3.i,­
gnifie le Seigll~ur_, et 1~.~~t~)OU~ faux d'après le mal; par « toi,
tu le blesseras au talon, )) il est signifié que néanmoins le sensuel
nuira au Divin Vrai dans ses derniers, qui est la Pal'ole dans le
sens de I~ lettre, le talon signifie ce derniel' et ce sens; qu'ils bles­
sent et aient blessé, on peut le voir par ce seu\-.exemple, que !~~
<';~holiques-R~.ains pal' la femme entendent Made, et le cuIle de
Marie, c'est pourquoi dans leurs Bibles on lit, n~n pas Lui, mais
cela et elle; de même dans mille autl'es passages. Dans Jérémie:
« Voici, les jours viendront, où j'ensemenarai la maison
d'Israël et la maison de Jehudah de semence d'homme et de
semence de bête. }) - XXXI. 27; ,- ceci concerne le Seigneur
et la Nouvelle Église qui vient de Lui; son avénement est signifié
par li voici, les jours viendront;)) par j'ensemencerai la maison
(1

d'Israël et la maison cie Jehudah, )1 il est signifie reformer ceux qui


"ers. 17. CHAPITRE DOUZIÈME, 2ô3
sel'ont de cette ~glise; par la maison d'Israël il est signifié l'ltglise
spirituelle, et pm' la maison de Jehudah l'Église céleste; et comme
la réfol'mation se fait par les vrais spirituels et pal' les vrais natu­
rels qui en dérivent, il est dit (1 de semence d'homme et de semence
de hête; » par lasemence d'homme est signifié le vrai spil'ituel d'où
l'homme a l'intelligence, et par la semence de bête est signifié le
vrai natul'el d'où l'homme a la science et une vie selon ce vrai,
l'un et l'autre d'apl'ès l'affection du bien; que l'homme signifie l'af­
fection du vl'ai et du bien spirituels, on le voit ci-dessus, N°' 280;
et ia bête l'affeetion naturelle, N° 650; ainsi « semence d'homme et'
semence de bête, Il signifie les vrais de ces a:ffections. Dans Mala­
chie: (1 Pas un ne (ait (cela) en qui esprit; quoi! en est-ilull
,çeul qui chel'che la se,mence de Dieu? 1) - n. 15; - li quoi,
cn est-il un seul qui cherche la semence de Dieu? Il signifie que
personne ne chel'che le Divin Vrai; qu'ici la semence de Dieu si­
gnifie le Divin Vrai, cela est évident; de là, par les nés de Dieu
sont entendus ceux qui ont été l'égénérés par le SeigneUl' au moyen
du Divin Vl'ai et ùe la vie selon ce vl'ai. Dans Ésaïe: (1 Jéhovah
a voulllle {l'oissel', il l'a {ait faible; {J-1Jf!~'!fJJiJJJl1·a.Jniu.WJ../'
J!uiélit so!!-A!~e, il ,verra de ,la semence, il prolongera (ses)
jours, et la volonté de Jéhovah par sa main prospérera. Il ­
'LIll. 10; - ces choses ont été dites du Seigneur et ùe ses ten­
tations, par lesquelles il a subjugué les enfers; dans tout Ie-Chapi­
tre, il en est question; la gravité croissante des tentations est dé­
crite en ce que Jéhovah a voulu le fl'oisser, et qu'il ('a fait faible;
III tentation la plus grave, qui1fut la passion de la croix, est siguifié
pal' « quand il allr~mi; pOUl' le délit son âme; II par melll'e pour
le délit son Ame, il est signifié la dernièl'c tentation, pal' laquelle il
a pleinement subjugué les enfers, et pleinement glorifié son hu­
main, d'où est venue la rédemption: le Divin Vl'ai qui ensuite a
procédé de son Divin Humain, et la salvation de tOI1S ceux qui j:è-'
çoivent de Lui le DiVIn Vrai, sont signifiés pal' « il verra de la se­
mence; Il la du\réeéternelle de cela est signifiée par « il prolongera
ses jours; JI prolonger, quand il s'agjt du SeigneUl', signifie une
dUl'ée à étemité, et les joUl's signifient les étaLs de Inmièl'c, qui
sont les états d'illustraLion de tous par le Divin Vrai; pèlr cr la vo­
lonté de ,Jéhovah par sa main pr'ospérera, Il il est si3nili(: que cela
264 L' APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 768.

vient de SOfl Divin pOUl' sauver le genr'e humain. Dans le Même:


(( Ne crains point, car avec Toi, Moi; de l'orient j'amène­
rai ta semence,'et de l'occident je te rassemblerai; je dirai
au septentrion : Donne; et au midi : Ne l'etiens point;
amène mes fils de loin, et mes filles de l'exti'émité de la
terre. Il - XLIII. 5, 6; - on croit que par ces paroles il est si~
gnifié la rentrée des fils d'Israël dans la terre de Canaan; tOlltefois,
ce n'est point là ce qui est entendu, mais il est entendu la salvation
par le Seigneut' ùe tous ceux qui l'eçoivent de Lui le Divin VI'ai, et
dont sel'a composée la Nouvelle Église; cette salvation est signifiée
pal' sa semence, qui sera amenée de l'orient, rassemblée de l'occi­
dent, que le septentl'ion donnel'a, et que le midi ne retiendra point;
c'est pOU l'quoi il est dit à la suite « amène mes fils ùe loin, et mes
filles de l'extrémité de la terre;)) par les fils sont signifiés ceux qui
sont dans les vrais de l'Église, et par les filles ceux qui sont dans
les biens de l'Église; mais ces choses ont été ex pliquées ci-dessus;
voir N°' !t22, ï24. Dans le Même: «( A droite et à gauche tu
te répandras, et ta semence les nations en héritage possé­
dera, et {es villes désolées ils rendront habitées. Il - UV. 3;
-ces choses concernent l'Église instaut'ée par le Seigneur chez les
nalions, Église qui fà est entendue par la stérile, qui n'avait pas
enfanté, et qui eut beaucoup de fils,- Vers. 1.; - par la semence
qui possédera en héritage les nations, il est signifié le Divin Vrai
qui sera donné aux nations; par se répandre à droite et à gauche,
il est signifié l'extension et la multiplication, par la droite est si­
gnifié le vrai qui est dans la lumièl'e, et par la gauche le vrai qui
est daps l'ombre, et cela pal'ce que dans le Monde spirituel à droite
est le midi où sont ceux qui sont dans une lumièl'e claire du vrai,
et il gauche le septentrion où sont ceux qui sont dans une lu­
mière obscure du vrai; par rendre habitées les villes désolées est
signifiée leur vie selon les Divins Vrais, qui avant cela avaient été
entièrement perdus; les villes sont les vrais de la'doctrine d'après
la Parole; êtr~ habité signifie vivre selon ces vrais, les villes dé­
solées signifient ces vl'ais avant, cela, entièrement pel'dus, à savoil',
chez la nation Juive: Dans le Même: ce Connue sera parmi les
nations leur semence, et leurs descendants. au milieu des
peuples; tous ceua: qui {e,~ ,)en'ont "econnaitrol1t qu'ils sont,
Vers, 17, CHAPITRE DOUZl1~ME. 2ti5
eux, la semence qu'a bénie Jéhovah. »- LXI. 9; - ces choses
aussi concernent l'Église qui doit être instaurée par le Seigneul';
et par la semence, qui sera connue parmi les nations, il est signifié
le Divin Vrai qne recevront ceux qui sont dans le bien de la vie; et
pal' leurs descendants, au milieu des peuples, il est signifié la vie se­
lon ce \'l'ai; pal' Il ceux qui les verront reconnaitront qu'ils sont, eux,
la semence, 1) il est signifié l'illustration que c'est le vrai réel qu'ils
reçoivellt;- (1 qu'a bénie Jéhovah, 1) signifie qui vient du Seigneur:
toutefois, ces choses sont celles qui sont signifiées dans le sens où il
est fait abstraction des personnes, mais dans le sens strict il est en­
tendu ceux qui doivent recevoir du Seigneur le Divin Vr'ai. Dans
le Méme : Il Semence des bénis de Jéhovah, eux et leurs des­
cendants avec eux. Il - LXV. 23; - ici aussi il s'agit de l'É­
glise qui doit étre instaurée par le Seigneur; et par la semence des
bénis de Jéhovah sont entendus ceux qui doivent recevoir du Sei­
gneul' le Divin Vrai; et par leurs descendants sont entendus ceux
qui vivent selon ce vrai; mais dans le sens où il est fait abstraction
des personnes, et qui est le sens spirituel réel, par la semence il est
entendu le Divin Vrai, et par les descendants la vie selon ce vrai,
comme ci·dessus ; si pal' les descendants il est entendu ceux qui vi­
vent selon le Divin VI'ai, et dans le sens ahstrait la vie selon ce vrai,
c'est parce que dans la Langue Originale le mot descendant (pro­
gnatus) est dél'ivé d'un mot qui signifie sortir' et pr'océder', et ce qui
sort et procède du Divin Vl'ai reçu est la vie selon ce vrai. Dans le
Même: (1 De rnême que les Cieux nouveau.x el la terre nouvelle,
queje vais (aire, se maintiendront devant if{ oi, ainsi se main­
tiendra votre semence, et votre nom. Il - LXVI. 22. - Ces cho­
ses aussi concernent le Seigneur et la salvation des fidèles pal' Lui;
l'Église nouvelle pal' Lui est entendue par les Cieux nouveaux et par
la terre nouvelle j par les Cieux nouv,eaux l'Église interne, et par la
terre nouvelle l'Église externe j par Il se maintiendra votre se­
mence, et .~tre nom, 1) il est signifié que le Divin Vrai et sa qua·
lité persisteront; par la semence est signifié le Divin Vrai, qui est
aussi le vrai de la doctrine d'après la Parole, et par le nom est si­
gnifiée la qualité de ce vrai; q.ue par le nom il soit signifié la qua­
lité de la chose et la qualité de l'état, on le voit ci-ùessus, N° 148.
Dans David: Il La terre lu m: {ondé, el œuvre dl? les mains
266 L'APOCALYPSE EXPLIQUÉE. N" 768.

(sont) les Cieux; eux périront, et Toi, tu. subsisteras, et tous


comme des vêtements t1ieilliront, comme un vêtement tu les
changeras, et ils seront clzangés. Mais Toi, le mêmè, et tes
années ne se consommeront point; les fils de tes _serviteurs
habiteront, et leur semence devant Toi sera affermie. » ­
Ps. CIl. 26, 2ï, 28, 29 ;-par la terre que Dieu a formée, et par
les Cieux, œuvl'es de ses mains, qui pél'iront, il est signifié la même
chose que par la précédente terre et le précédent Cier qui avaiènt
passé,-Apoc. XXI. 1;- et comme la face de la tene et des Cieux
dans le M.onde spirituel, au jour du Jugement DernieI', sera entiè­
rement changée, et qu'à la place des précédents il y aura une nou­
velle terre et de nouveaux Cieux, c'est pOUl' cela qu'il est ditlltous
comme des vêtements vieilliront, comme un vêtement tu les chan-,
gel'as, et ils seront changés; li ils sont comparés à des vêtements,
parce que les vêtements signifient les vrais ex ternes, qu'ont ceux
qui sont dans le précédent Ciel et dans la précédente terre, lesquels
ne restent pas, pal'ce qu'eux ne sont pas dans les vrais internes;
l'état du Divin Vrai, qui par le Seigneur doit rester à étemité, est
signifié par Il Toi, tu subsisteras; et Toi, le même, et tes années
ne se consommeront point; 1) pal' les années de Dieu sont signifiés
les états du Divin Vrai; par Il les fils de tes serviteurs habiteront, et
leUl' semence devant toi sera affermie, li il est signifié que les anges
et les hommes, qui sont des l'éceptions du Divin VI-ai, auront la. vie
éternelle, et que les vl'ais de la doctr'ine restel'ont chez eux à étel'­
nité; les fils des serviteurs de Dieu sont les anges et les hommes,
qui sont des l'éceptions du Divin Vrai; et leur semence, ce sont les
vrais de la doctrine. Dans le Même: CI La semence qui le servira
sera comptée au Seigneur à génération. » - Ps. XXII. 31;
- ici aussi, il s'agit du Seigneur, et par la semence qui Le ser­
vira sont entendus ceux qui sont dans les vrais de la doctrine d'a­
près la Parole; et pal' Il sera comptée au SeigneUl' à génération, )l
il est signifié gu'ils Lui appartiendront à éternité; être compté si­
gnifie êll'e mis en ordre et être disposé, ici êtl'e mis au nombre
ou être ajouté, ainsi Lui appartenir. Dans la Parole, en beaucoup
d'endl'Oits, il est dit semence d'Abl-aham, d'Isae et de Jacob, et
lIussi semence d'Israël, et par là dans le sens historique de la Pa­
role il est entendu leur postërité, mais dans le sens spirituel il est
Vers. 1.7. CHAPITRE DOUZIÈM.E.
267
entendu le Divin VI'ai, et le Vrai de la doctrine d'apl'ès la Pal'ole, et

cela, parce que pal' Abraham, Isac, Jacob et Israël, dans ce sens,

il est entendu le Seigneul', comme on peut le voir par Les passages


dans la Parole où ils sont nommés, par exemple, par celui-ci, Il que
beaucoup vièndront d'orient et d'occident, et s'assiéront à
table avec Abraham, Isac et Jacob dans le Royaume des
Cieux, Il - Matth, VIII. 11, - par lequel il est entendu qu'ils
jouil'ont du bien céleste par le Seigneur; de même aussi ailleUI's;
et comme le Seigneur est entendu pal' eux dans le sens intel'Oe,
c'est pour cela que par lem semence il est signifié le Divin Vrai
qui procède du·Seigneur, par conséquent aussi le vl'ai de la doctrine
qui procède de la Parole; par exemple, dans ces passages; dans
Moise: Cl Jéhovah dit il Abram: Toute la terre que tu voi.~,
ù toi je la donnerai, et ri ta semence ri perpétuité; et je' ren­
drai ta semence comme la poussière de la terre. II - Gen.
XIlI. 15, 16. - Cl Regarde vers les ci(Jux, et compte les étoi­
les; ainsi sera ta semence. Il - Gen. XV. 5. - Il Seront bé­
nies en ta semence toutes les nations. Il - Gen. XXII. 18. ­
A lsac: Cl A toi et il ta semence je donnerai toutes ces terres;
et je multiplierai ta semence comme les étoiles du ciel, et
seront bénies en ta semence toutes les nations de la terre. II
-Gen. XXVI. 3, ft. - AJacob: Il A ta semence après toi je
donnerai cette terre. Il - Gen. XXXV. 12. ----:.. (1 La terre
donnée il Abraham, il Isac et cl Jacob, et à leur semence
aprè.~ eux. 1) - Deutér. 1. 8. - Il La semence de vos pères,
d'Abraham, d'Isac et de Jacob. II - Deutér. IV. 37. X. 15.
XI. 9; - comme par Abraham, Isac et Jacob, il est entendu le
Seigneur, ainsi qu'il a été dit, par Abraham le Seigneur quant au
Divin céleste de l'Église, par Isac quant au Divin spirituel de l'É­
glise, par Jacob quant au Divin naturel de l'Église, c'est pour cela
que par leur semence il est signifié le Divin Vrai procédant du
Seigneur, par la semence d'Abraham le Divin Vrai céleste, pal'
celle d'Isac le Divin Vrai spirituel, et par celle de Jacob le Divin
Vrai naturel, par conséquent aussi sont entendus ceux qui sont par
le Seignelll' dans le Divin Vrai: mais par la terre que le SeigneuI'
doit leur donner, il est entendu l'Église, qui est par Lui dans le
Divin Vrai; de là, 011 peut savoir œ qui est signifié cn ce que rlans
268 L' APOCALYPSE }~XPLIQUÉE. N" 768.

leUl' semence seront bénies toutes les nations; car elles n'ont pas
pu être bénies dans leUl' postérité, à savoir, dans la nation Juive et
ISI'aélite, mais elles le seront dans le Seigneur et par le Seigneur
au moyen de la réception du Divin Vrai pl'océdant de Lui. Que
pal' la semence d'Abraham il n'ait pas été entendu les Juifs, on le
. voit-pal' les paroles du Seigneur dans Jean: Il Les hUIs répon­
dirent: Semence d' Abraham nOll,~ sommes, et à personne
nous n'avons été asservis jamais. Jésus répondit: Je sais que
semence d'Abraham vous ête.~; mais vous cherchez li Me
tuer, parce que ma parole n'a point de place en l)OUS; vous
du père, (qui est) le diable, vous êtes. Il - Jean, VIII. 33,37,
hh; -d'après ces paroles, il est évident que ce ne sont pas eux qui
ont été entendus par la semence d'Abraham, mais que pal' Abraham
il est entendu le Seigneur, et par la semence d'Abraham le Divin
Vrai par le Seigneur, qui est la Parole, car' il est dit (( je sais que
semence d'Abraham vous êtes, mais vous cherchez il Me tuer,
parce que ma parole n'a point de place en vous; 1) de ce que le Sei­
gneur a dit (( je sais que semence d'Abraham vous êtes, Il cela si­
gnifie qu'il savait que le vrai de l'Église, qui est la Parole, était
chez eux; mais .par Il vous chèr'chez à Me tuel', )) il est signifié que
néanmoins ils l'ejelaient le Seignèlll'; pal' (( pal'ce que ma parole n'a
p'oint de place en vous, Il il est signifié qu'ils n'étaient pas dans les
Divins. Vrais d'après le Seigneur; et pal' ( vous, du père, qui est le
diable, vous êtes, et il n'y a point vél'ité en lui, 1) et plus loin Il quand
il énonce le mensonge, de son propre il énonce, il est signifié
1)

qu'il n'y avait chez eux que mal et que faux; par le mensonge il
est signifié le Divin Vrai, ou la Parole, adultéré: si. le Seigneul'
a dit: Il Je sais que semence d'Abraham vous êtes, l~ c'était aussi
parce que par Jehudah est signifié le Seigneur quant à la Parole;
t'ail' ci-dessus, No, 119, h33. Dans David: «Pour les (aire tom­
ber dans le désert, et pour (aire tmnbel' leur semence parmi
les nations, et pour les disperser dans les terres, )l -Ps. CVI.
26, 27; - par f2.:I'e tomber leUl' semence parmi les nations, et les
disperser dans les terres, il est signifié que le Di\',in Vrai chez eux
périrait par les mau~ et par les faux. Semblable chose est signifiée
par la semence d'Israêl, dans ces passages: l( Toi, Israël, mon
.serviteur, Jacob que j'ai élu., semence d'Abmham mon ami,
l ,
Vers, i7. CHAPITIŒ DüUZlEME. 269
que j'ai prÏ$ des extl'émités de La terre. JI - Ésaïe, XLI. 8,9.
- « Je répandrai mon esprit sur La semence d'u1YIëL et de
Jacob, et ma bénédiction sur Leur.~ enfants. ) - Ésaie, XLIV.
3. - « En Jéhovah iLs seront justifiés et seront gLorifiés,
toule semence d'IsraëL. 1) - Ésaie, XLV. 25. -«Jéhovah quia
fait monter, et a ramené La semence de La mai,~on d'IsraëL,
de La terre du septentrion, et de toutes Les terres où je Les
avais chassés, afin qu'iLs habitent sur Leur terre. Il - Jél'ém.
XXIll. 8; - pal' ISI'aël, dans le sens supl'eme, il est entendu le
Seigneur quant à l'interne de l'Église, c'est pourquoi par sa se-
mence il est pareillemen't entendu le Divin Vrai, lequel est chez
ceux qui sont de l'Église signifiée pal' ISI'ael; pal' Israel est enten-
due l'Église chez ceux qui sont intérieurement natul'els et dans les
vrais, là, d'origine Spil'ituelle; c'est pourquoi par Israel est signifiée
l'Église spil'ituelle-natureUe. Comme par David, dans la Parole, il
est entendu le Seigneur quant à la royauté, et que pal' la royauté du
Seigneur il est signifié le Divin Vrai dans l'Église, de là aussi pal'
sa semence sont entendus ceux qui sont dans les vrais de l'Église
d'apl'ès la Parole, lesquels aussi sont appelés fils du roi et fils du
royaume, pal' conséquent aussi ce Divin Vrai chez eux, dans ces
passages sui\'ants : De m~me que ne sera point comptée L'ar-
(1

mée des cieux, et que ne sera point mesuré Le sabLe de La


mer, de ~l1le je multipLierai La semence de David, et Les Lé-
vites mes ministres. Il - Jérém. XXXIII. 22. - ((J'ai traité
aLLiance avec mon ÉLu, j'az'juré ri David mon serviteur: A
éternité j'affermirai ta semence, et je bâtirai pour généra-
tion et génération tOH trône. J'étabLirai à éternité sa se-
mence, et .~on trône comme Les jow',ç des cieux. Sa semence
il ét ernité sera, et son trône comme Le soLeil devant Moi. Il - .
Ps. LXXXIX. A, 5, 30, 3i; - que par David, dans la Parole,
il soit entendu le Seigneul' quant à la toyauté, qui est le Divin
Vrai dans