Vous êtes sur la page 1sur 17

Pétrophysique

des réservoirs
La pérmeabilité
M. BODIAN
Introduction
• Les premières expériences connues sur la perméabilité ont été
réalisées par Henry Darcy en 1856.

• Un filtre poreux homogène est placé dans un tube de section (S),


en introduisant un fluide incompressible de viscosité (ƞ) et en
mesurant le débit (Q) ainsi que la pression du fluide par deux
manomètres latéraux placés à l’entrée (P1) et à la sortie du tube
(P2); Darcy a constaté qu'il y a une relation entre les pressions
(P1) et (P2) indiquées par les manomètres, les caractéristiques
géométriques du tube (section S et longueur L) et le débit Q
Définition
• La permeabilité d’une roche correspond a son aptitude à se
laisser traverser par un fluide sous l’effet d’un gradient de
pression. Elle est dessigné par le symbole k et communément
exprimée en Darcy (D).

Q ΔL
• K = --- . ----. μ
S ΔP

Avec Q le débit, S la section du carotte, k la perméabilité, μ ou ɳ la viscosité


dynamique du fluide et ∆P/∆L , le gradient de pression.
Définition
• Le Darcy (D). C'est par définition la perméabilité qui fournit
une vitesse de Darcy de 1 cm/s pour un gradient de pression
d'une atmosphère par cm. La viscosité dynamique de l'eau
-3
valant 10 Pa.s = 1 cP.
Définition
• K = permeabilité en Darcy
• Q = débit en cm3/sec
• S = surface de la section transversale de l’échantillon en cm2
• ΔP = pression différentielle à travers l’échantillon, en
atmosphère
• μ = viscosité en
centpoise
• ∆L = longueur de
l’échantillon en cm
Typiquement, les grés ont des perméabilités qui vont de quelques milliémes de
Darcy ou plus. Pour des raisons pratiques la perméabilité est exprimé en
-3
millidarcy = 10 Darcy
Comparaison de la perméabilité de deux roches :

• La perméabilité correspond à la vitesse à laquelle l'eau circule au


sein de la roche.

• Il est possible de comparer la perméabilité de deux roches


sédimentaires. Il s'agit de mettre dans deux entonnoirs deux
mêmes volumes de roche et de verser le même volume d'eau,
enfin de comparer après un temps donné le volume d'eau ayant
traversé ces roches.
Comparaison de la perméabilité de deux roches :
Généralités
• La perméabilité est fonction de la taille des grains et de leur
classement. En effet, il est communément admis que la
perméabilité augmente avec la taille des grains et diminue avec
l’augmentation d’un coefficient de classement des grains.

• Elle est donc principalement contrôlée par la morphologie du


milieu poreux.
Généralités

Paramètre de Quelques formation sédimentaire


Généralités
Généralités

Perméabilité (mD) Qualité


1 à 10 Assez bonne

10 - 100 Bonne

100 - 1000 Très bonne


Généralités

• L’aspect le plus important pouvant influencer la perméabilité est


sans doute le type de connexions entre les pores et de leur
texture. C’est donc cet élément qui va être à la base de la
classification des types de porosité d’un point de vue
pétrophysique.

• Une relation exponentielle entre la porosité et la perméabilité


est généralement constatée.
Types de perméabilités

• Perméabilité spécifique ou absolue : c’est la perméabilité


mesurée avec un seul fluide présent, par exemple : la perméabilité à
l’air, la perméabilité à l’eau, la perméabilité à l’huile.

• Perméabilité effective : quand un fluide existe dans la porosité


de la roche (à une saturation différente de la saturation irréductible
minimale), le résultat de la mesure de la perméabilité à l’aide d’un
deuxième fluide est appelé perméabilité effective pour ce fluide.
Types de perméabilités
• Perméabilité relative : c’est le rapport de la perméabilité
effective sur la perméabilité spécifique. La perméabilité relative à un
fluide donné varie en fonction directe de la saturation de ce fluide
dans la roche et s’exprime en pourcentage de déplacement d’un
fluide par rapport à l’autre.

• Cependant, dans le cas de formation pétrolifère, il y a souvent deux


fluides présents : gaz et huile, et même trois : gaz, huile et eau.
La tortuosité et le facteur de formation

• En assimilant l'échantillon poreux à un faisceau de


tubes capillaires non rectilignes, le chemin de
parcours (Le) dans ces capillaires est supérieur à la
longueur de l'échantillon (L). La tortuosité (Ʈ) est le
carré du rapport Le/L.
• Quantité adimensionnelle qui rend compte du
cheminement tortueux des capillaires, dans un milieu
poreux solide.
La tortuosité et le facteur de formation

Modèle de capillaire tortueux.


La longueur effective Le du capillaire est repliée sur une longueur L
2
Ʈ = (F.Ø) Facteur de formation
(Ʈ) est la tortuosité qui est en relation directe avec le facteur de formation.
D'autre part, il semble que ce facteur (F) soit directement lié (par une relation
simple) à la porosité.