Vous êtes sur la page 1sur 38

COURS DE COMPTABILITE

GENERALE

RESUME
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Le présent document vous permettra de comprendre les
Révisé- SYSCOHADA bases fondamentales de la comptabilité générale afin que
vous maitrisiez la logique comptable

Titulaire du cours : Y. Boris EDJOH;Junior en


Stratégie et Gestion des Organisations
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Table des matières

Chapitre 1 : Introduction à la comptabilité .......................................................................................... 2


1. Définition et rôle de la comptabilité ......................................................................................... 2
2. Les branches de la comptabilité ............................................................................................... 2
3. La comptabilité et les parties prenantes................................................................................... 3
4. Les principes comptables .......................................................................................................... 4
5. La comptabilité et les autres sciences de gestion .................................................................... 5
Chapitre 2 : L’entreprise et ses états financiers de synthèse............................................................... 7
1. Notion d’entreprise – et Classification ..................................................................................... 7
2. Les systèmes de présentation des états financiers .................................................................. 8
3. Régime fiscal au Togo ............................................................................................................... 9
Chapitre 3 : Le Bilan de l’entreprise ................................................................................................... 11
1. Définition et présentation........................................................................................................ 11
2. Le bilan d’ouverture ................................................................................................................. 12
3. Le bilan et ses variations ......................................................................................................... 13
4. Le bilan de clôture et la détermination du résultat................................................................ 13
Chapitre 4 : La méthode comptable ................................................................................................... 15
1. Les Flux de l’entreprise ........................................................................................................... 15
2. Enregistrement comptable ...................................................................................................... 15
3. Le compte de produits et de charges : le compte de résultat .............................................. 21
4. Les livres comptables............................................................................................................... 23
5. Le bilan et le compte de résultat ............................................................................................. 25
6. Du Bilan aux comptes- Des comptes au bilan ...................................................................... 26
Chapitre 4 : La comptabilisation des opérations ............................................................................... 27
1. Les opérations courantes ......................................................................................................... 27
2. Les opérations de fin d’exercice.............................................................................................. 34
3. La présentation des états financiers ....................................................................................... 36

1
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Chapitre 1 : Introduction à la comptabilité


1. Définition et rôle de la comptabilité
La comptabilité est la science qui a pour objet de saisir, de classer, et d’enregistrer au
jour le jour dans les livres comptables, toutes les opérations affectant la vie d’une entité
ou d’une organisation. Elle permet, entre autres, de regrouper les opérations, de les
classer et de les présenter sous une forme conventionnelle pour une lecture universelle.

La comptabilité répond à des besoins de plusieurs ordres

Juridique

La comptabilité permet d'en garder les traces et constitue ainsi un moyen de preuve des
opérations traitées avec les tiers (achats, ventes, paiements, encaissements....). Elle
permet en outre à l'entrepreneur d'être renseigné sur la situation financière vis-à-vis des
tiers.

Fiscal

La comptabilité fournit les éléments chiffrés nécessaires au calcul des impôts : Chiffre
d'affaires, loyers, rémunérations, bénéfice ou perte, autres revenus.

Economique

La comptabilité permet de dégager la richesse crée par l’entreprise et ainsi que la


répartition de cette richesse.

Social

Autrefois, les besoins de l'entrepreneur étaient les seuls éléments pris en compte. Depuis
quelques années, celui-ci voit son influence décroître et il doit de plus en plus accepter
les avis et même les décisions de nombreux groupements qui sont des partenaires
incontournables : l'Etat ; les syndicats, les consommateurs... La comptabilité est
l'instrument de gestion par excellence car elle constitue le meilleur moyen de dialogue
entre toutes les parties.

2. Les branches de la comptabilité

La comptabilité a quatre (04) branches :

La comptabilité générale

Elle traite les opérations de trésorerie, les opérations d’achat et de vente de biens et
services. Sa tenue est obligatoire pour toutes les entreprises selon leurs domaines
d’activités.

2
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

La comptabilité des sociétés


Celle-ci traite la constitution, le fonctionnement, la répartition du bénéfice, la
modification du statut juridique ou du capital, et la dissolution des sociétés
commerciales. Elle marche de pair avec la comptabilité générale.

La comptabilité analytique de gestion


Elle est facultative pour les entreprises commerciales, prestataires de services ; mais
obligatoire pour les entreprises industrielles pour le calcul des couts de leurs différents
produits.

La comptabilité budgétaire

Elle s’intéresse aux données prévisionnelles de l’entreprise. Son objectif est d’établir des
données prévisionnelles afin de faire des comparaisons avec les données réelles.

3. La comptabilité et les parties prenantes

Les comptes de l’entreprise consacrent une large part aux comptes de tiers. Il est
nécessaire de bien les connaître, car beaucoup d’entre eux sont intéressés par la
comptabilité de l’entreprise. Au titre de ces « tiers » figurent :

 L’administration fiscale, au premier rang des intéressés, puisqu’elle prélève


l’impôt sur les sociétés, la TVA, la taxe sur les salaires, la taxe sur les véhicules de
sociétés, etc. Les divers impôts et taxes sont calculés à partir de chiffres issus de
la comptabilité.

 Les organismes sociaux, comme l’Urssaf (Sécurité sociale), le Pôle Emploi


(assurance chômage), les caisses de retraite et les mutuelles
complémentaires…Ces organismes collectent en fonction des déclarations.

 Les financeurs, tels les banques qui accordent des prêts à l’entreprise, les
investisseurs, les apporteurs de capitaux et les actionnaires. Les financeurs ont
besoin d’analyser les comptes de l’entreprise avant d’accorder leur confiance et
d’apporter leur financement.

 Les salariés et les organismes qui les représentent, tels le comité d’entreprise, les
représentants du personnel, les syndicats… Ces salariés peuvent être concernés
par les résultats financiers, a fortiori quand la conjoncture est conflictuelle.
3
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

 Les autres entreprises

- Les clients veulent par exemple s’assurer de la bonne santé financière de leurs
fournisseurs afin de sécuriser leurs approvisionnements.

- Les fournisseurs veulent éviter le risque d’impayés de clients peu solvables.

- Les concurrents veulent pouvoir s’inspirer de bonnes méthodes pratiquées


par leurs rivaux (par exemple, s’ils gèrent un stock minimal, s’ils ont recours
à l’intérim…) et toutes leurs idées de gestion en général si elles sont bonnes à
copier.

 La justice, comme le tribunal de commerce, les avocats, les huissiers, Ces tiers,
dans le cadre d’un litige, peuvent demander toutes les pièces comptables pouvant
avoir valeur de preuve

Bien évidemment, excepté les tiers, les personnes qui sont normalement les plus
impliquées dans l’élaboration et le suivi de la comptabilité de l’entreprise en sont ses
dirigeants. Ces dirigeants doivent utiliser la comptabilité de leur entreprise comme un
outil de gestion. Savoir « lire » les comptes de leur entreprise est donc indispensable dès
lors que la pérennité de l’activité est en jeu. Et connaître la méthode comptable s’avère
bien sûr pour ces dirigeants un avantage indéniable dans le pilotage de leur entreprise.

4. Les principes comptables


La tenue de toute comptabilité utilise implicitement et explicitement, un certain nombre
de principes comptables : Ce sont les principes comptables de bases.

Le SYSCOHADA a retenu 10 principes subdivisé en 2 catégories de 5 principes chacun :

Les postulats et les conventions comptables.

Les postulats comptables


- Le postulat de l’entité
- Le postulat de la comptabilité d’engagement
- Le postulat de spécialisation des exercices
- Le postulat de la permanence des méthodes
- Le postulat de la prééminence de la réalité économique sur l’apparence juridique

Les conventions comptables


- La convention du cout historique
- La convention de prudence
- La convention de l’intangibilité du bilan
- La convention de régularité et de transparence
- La convention de l’importance significative

4
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

5. La comptabilité et les autres sciences de gestion


La comptabilité et l'économie

La comptabilité est le reflet des relations économiques de l'entreprise avec ses


partenaires :

Institutions financières
Actionnaires/ Propriétaire

Fournisseurs Entreprise Clients

Etat et Administration Salariés


fiscale

La comptabilité est donc une source d'informations sur différents marchés, par
exemple :

 le marché des biens et services : informations comptables sur les achats et ventes
de biens et données sur les prestations de services ;
 le marché financier : information sur une introduction en bourse ou une
augmentation
 de capital ;
 le marché du travail : information sur les salaires versés.

La comptabilité et le droit

La comptabilité est réglementée. Il existe un droit comptable uniforme à toutes les


entreprises de l’espace OHADA. Ce droit comptable nommé AUDCIF &
SYSCOHADA est adopté par le Conseil des Ministres de l'OHADA le 26 janvier 2017
à Brazzaville (Congo), et publié au Journal Officiel de l'Organisation le 15 février 2017.

Il est entré en vigueur dès le 1ier janvier 2018 pour les comptes personnels des entités
et le 1ier janvier 2019 pour les comptes consolidés, les états financiers produits en
normes IFRS, et les comptes combinés.

5
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Son but est de permettre aux entreprises de produire des informations financières
fiables, transparentes et comprise par tous les utilisateurs sur toutes les places boursières
du monde.

Le droit comptable nourrit et se nourrit d'autres droits.

Droit comptable

Droit fiscal Droit du Droit des


Exemple:
Travail Sociétés
Exemple: Exemple:
TVA calculé à partir
D’informations -informations comptables -définition de l'affectation
Comptables nécessaires au calcul des du résultat des sociétés
charges sociales selon le droit des sociétés
TVA calculée selon -définition d'une entreprise
des dispositions -salaires calculés selon en difficulté selon les états
Fiscales Le droit du travail financiers

6
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Chapitre 2 : L’entreprise et ses états financiers de synthèse


1. Notion d’entreprise – et Classification
Depuis l’entrée en vigueur du nouveau référentiel (SYSCOHADA révisé), le terme
“Entreprise” a été remplacé par “ Entité”

Dorénavant le terme « Entité » est plus étendu que le terme « entreprise ».

Il définit l’ensemble organisé d’une ou plusieurs personnes physiques ou morales et


d’éléments corporels ou incorporels permettant l’exercice d’une activité économique qui
poursuit un objectif propre. Cette définition réveille trois(3) aspects essentiels:

 L’entité est organisée d’une ou plusieurs personnes physiques ou morales

 L’entité exerce une activité économique; Par activité économique il faut entendre
toute activité produisant des biens ou des services marchands ou non
marchands.

 L’entité poursuit un objectif propre: Quelle que ce soit l’activité de l’entité


(Marchands, et non marchands), l’objectif doit être mesurable. Les premiers sont
qualifiés d’objectifs à but lucratif ; et les second en tant que non lucratif

Les entités peuvent être classées sur la base des critères ci-dessus:

 Critère juridique
 Critère du domaine d’activité
 Critère de la taille ou de la dimension

a. Critère juridique

Cette classification est faite d’abord sur la base de la propriété et ensuite par rapport à
la forme juridique.

Selon la propriété, on distingue :

 Les entités privées

 Les entités publiques

 Les entités parapubliques ou semi-publiques

Selon la forme juridique, on distingue:

 Les entités commerciales qui peuvent être soit des entités de personnes
physiques (SCS, SNC), soit des entités de personnes morales sous
l’appellation des sociétés de capitaux (SARL, SARLU, SA, SAU, SAS, SP)

7
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

 Les groupements d’intérêts économiques (GIE), il s’agit des coopérations, les


unions des commerçants, les associations et les sociétés civiles.

b. Critère du domaine d’activité

Nous distinguons :

 Les entités commerciales : Leurs activités se résument à l’achat et la revente en


l’état des biens achetés. Exemple : les pharmacies ; les cliniques ; les stations
d’essence ; etc.…

 Les entités industrielles : Elles sont spécialisées dans la production des biens à
base des matières premières achetés dans le pays ou hors du pays. Exemple :
CIMTOGO, BRASSERIE DE LOME, etc.…

 Les entités de services : Elles concernent les activités intellectuelles, les services
mis en disposition de la population, les activités physiques etc.… Exemple :
SOGEA SATOM, CECO, les Cabinets médicaux ; les cliniques en raison de leur
activité principale (consultation, traitement, etc.…)

 Les entités agricoles

c. Critère de la taille et de la dimension

La taille de l’entreprise est généralement mesurée par son chiffre d’affaire, son capital et
l’effectif du personnel. On distingue :

 Les grandes entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 60 Millions

 Les petites entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur ou égal à 60 Millions

Le critère de dimension et de taille est très fondamental dans la comparaison des entités
de même secteurs d’activités et également le choix sur le système de comptabilité à tenir
et à mettre en place

2. Les systèmes de présentation des états financiers


Les présentations des états financiers annuels et de tenue de comptes admises par l’Acte
uniforme sont le Système normal et le Système minimal de trésorerie. Ces deux systèmes
sont appréciés selon la taille de l’entité en fonction du chiffre d’affaires annuel réalisé.

 Sont tenues de présenter les états financiers en Système normale, les entités qui
ont un chiffre d’affaire supérieur à 60.000.000 de francs CFA.

 Sont éligibles au Système minimal de trésorerie, les entités dont le chiffre


d’affaires hors taxes annuel est inférieur aux seuils suivants :

8
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

- soixante (60) millions de F CFA ou l’équivalent dans l'unité monétaire


ayant cours légal dans l’Etat partie, pour les entités de négoce ;

- quarante (40) millions de F CFA ou l’équivalent dans l'unité monétaire


ayant cours légal dans l’Etat partie, pour les entités artisanales et
assimilées ;

- trente (30) millions de F CFA ou l’équivalent dans l'unité monétaire


ayant cours légal dans l’Etat partie, pour les entités de services.

Composition des états financiers selon le système normal

Les états financiers en système normal comprennent :

 Un bilan
 Un compte de résultat
 Un tableau des flux de trésorerie
 Les notes annexes

Composition des états financiers selon le système minimal de trésorerie

 Un bilan simplifié
 Un compte de résultat simplifié
 Les notes annexes

3. Régime fiscal au Togo

Quels que soient, leur statut juridique, leur domaine d’activité, les entités installées au
Togo ont la possibilité de choisir selon leur taille ou dimension deux régimes fiscaux :
Le régime du réel et le régime synthétique

Le régime du réel

Les entreprises dont le chiffre d'affaires hors taxe est supérieur à soixante millions
(60.000.000) de francs CFA et tenant leur comptabilité selon le système normal édicté
conformément au SYSCOHADA révisé sont soumises à ce régime.

Il en est de même pour les entreprises qui optent pour leur assujettissement à la TVA
sans que la loi ne leur impose étant donné les avantages lié à l’option de la TVA.

Cette option d’assujettissement à la TVA fait éclatée le régime en 2 parties :

 Le régime du bénéfice réel avec TVA pour les assujettis à la TVA

9
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

 Le régime du bénéfice réel sans TVA pour les non-assujettis à la TVA

Notons que les personnes physiques ou morales exerçant des professions


libérales et titulaires de charges et offices sont au régime du réel avec TVA quel
que soit le Chiffre d’affaires hors tva réalisé

Le régime synthétique/ TPU

Les entreprises dont le chiffre d'affaires hors taxe est compris entre 0 et 60.000.000 de
francs CFA et tenant leur comptabilité selon le système minimal de trésorerie édicté
conformément au SYSCOHADA révisé sont soumises à ce régime. Ce régime est scindé
en deux (02) parties :

 Le régime synthétique forfaitaire pour les entreprises dont le chiffre d'affaires


hors taxe est compris entre 0 et 30.000.000 de francs CFA.

 Le régime synthétique déclaratif pour les entreprises dont le chiffre d'affaires hors
taxe est compris entre 30.000.000 et 60.000.000 de francs CFA.

Les états financiers sus- mentionnés sont la synthèse des flux réalisés par l’entreprise
au-cours d’une période appelée « exercice Comptable » et enregistrés suivant une
méthode comptable.

10
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Chapitre 3 : Le Bilan de l’entreprise


1. Définition et présentation
Le bilan est un document comptable que chaque entreprise doit produire au moins une
fois par an, il doit obéir à des normes de présentation légales

Le bilan fait le point sur la situation du patrimoine de l’entreprise à un moment donné,


il résume ce que possède l’entreprise et ce qui constitue l’origine de ce qu’elle possède

Cependant le bilan doit être présenté en distinguant les actifs et les passifs de l’entité et
faire apparaitre de façon distincte les capitaux propres :

A l’actif du bilan on retrouve :

 L’actif immobilisé
 L’actif circulant
 La trésorerie actif
 Les écarts de conversion actif

Au passif du bilan on retrouve :

 Les capitaux propres et ressources assimilées


 Les dettes financières et ressources assimilées
 Passif circulant
 La trésorerie passif
 Les écarts de conversion –passif

Le bilan est représenté de la façon suivante :

11
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Actif Passif
Postes Montant Postes Montant
Immobilisations incorporelles Capital
Réserves
Immobilisations corporelles Report à nouveau
Résultat
Immobilisations financières Subvention d’investissement
Provisions réglementées
Total actif immobilisé Total CAPRORA
Stocks et en-cours Emprunts et dettes financières
Clients Dettes de location-acquisition
Fournisseurs, avance versé Autres dettes financières
Autres créances Total DEFIRA
Total ressources stables
Total actif circulant Dettes circulantes HAO
Titre de placement Dettes fournisseurs
Banque Dettes fiscales et sociales
CCP Autres Dettes
Caisse Total passif circulant
Total trésorerie actif Crédit de trésorerie
Découvert bancaire
Total trésorerie passif
Total actif Total passif

ACTIF = PASSIF
2. Le bilan d’ouverture

Application 1

Le 1/1/99 Dhimane décide de créer son entreprise, il apporte une somme globale de
400 000 dont 280 000 déposée en caisse et le reste en banque

Présenter le bilan au 1/1/99

Les éléments constituants une maison de commerce se présentent ainsi au 1/1/98

Ressources : Emprunt auprès des établissements de crédit : 200 000 Capital ?


Emplois : Matériel : 3000 000 ; Marchandises : 200 000 En banque : 1 800 000 En
caisse : 300 000

Présenter le Bilan de cette maison de commerce et calculer le montant de son capital ?

12
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

3. Le bilan et ses variations

Application 2

Le 15/10/92 un commerçant a créé son entreprise en apportant 100.000 de fond


propre et en empruntant 60.000 supplémentaire, il a déposé 140.000 en banque et le
reste en caisse.
T.A.F : Présenter le Bilan au 15/10/92 de ce commerçant

Le 15/11/92 ce commerçant achète un fond commercial à 60000, du mobilier à 8000,


des marchandises à 30000 pour payer tous ces achats, le commerçant retire l’argent de
la banque
Travail demandé :
Présenter le Bilan au 15/11/92

4. Le bilan de clôture et la détermination du résultat

Le résultat de l'exercice est égal au total d'actif – total du passif


Le résultat est bénéfice : si le total d'actif est supérieur au total du passif en d'autres
termes le total des biens est supérieur au total des dettes
Le résultat est perte si le total de passif est supérieur au total d'actif ou le total du
capital et des dettes est supérieur au total des biens
Si le résultat est bénéfice il s'ajoute au total du financement permanent (sous le capital)
Si le résultat est négatif il se retranche du total du financement permanent(-) sous le
capital

Application 3 :
Le 1/1/93 le bilan d’une entreprise comprend les éléments suivants :
Matériel : 30000, mobilier : 4000, marchandises : 3000, banque : 2000, caisse : 5000,
capital ? , fournisseur : 10000 Présenter le bilan au 1/1/93
Le 31/12/93 le bilan de cette même entreprise comporte les éléments suivants :
Matériel : 25000, mobilier : 3800, marchandises : 5000 clients : 4000, banque : 2000,
caisse : 34000, fournisseurs : 9000, emprunt : 8000
Présenter le bilan de clôture au 31/12/93

13
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Application 4
Le 31 décembre N, les comptes de l’entreprise MONTEIL se présentent ainsi :

 Matériel industriel : 118 200


 Banque (solde débiteur) : 92 800
 Dettes fiscales et sociales : 14 720
 Caisse : 10 550
 Créances clients : 115 762
 Dettes fournisseurs : 54 000
 Capital : 160 000
 Stock de matières premières : 14 850
 Mobilier de bureau et d’informatique : 9 372
 Stock de produits finis : 118 000
 Emprunt bancaire : 127 000

Présenter le bilan (actif ou passif) de l’entreprise à la fin de l'exercice N soit le 31


décembre N. Quel est le montant du résultat de l’exercice de cette entreprise ?

Application 5

Les comptes de l’entreprise REY se présentent ainsi le 30 juin N, date de fin d’exercice
en millier de franc :

Terrains 4 800 - Créances diverses 800 - Banque (solde débiteur) 840 - Dettes fiscales
950 - Caisse 4 - Dettes sociales 461 - Constructions 1 760 - Avances et acomptes versés
aux fournisseurs 10 - Matériel et outillage industriel 2 710 - Matériel de transport 1 160
- Dettes fournisseurs 2 440 - Prêts 6 - Emprunts divers 800 - Emprunt 2 800 - Dépôts
et cautionnements reçus 15 - Mobilier de bureau 36 - Valeurs mobilières de placement
18 - Capital 12 000 - Stock de marchandises 225 - Stock de matières premières 3 200 -
Réserves 756 - Dépôts et cautionnements versés 4 - Avances et acomptes reçus des
clients 80 - Créances clients 4 180 – Amortissement du matériel et mobilier : 1 024 –
Amortissement du matériel de transport 460 – Dépréciation des stocks de
marchandises :11
Présenter le bilan (actif ou passif) de l’entreprise à la fin de l'exercice N soit le 30 juin
N. Quel est le montant du résultat de l’exercice de cette entreprise ?

14
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Chapitre 4 : La méthode comptable


La comptabilité en tant que technique quantitative propose une méthode permettant de
traduire les flux de l'entreprise afin de fournir des documents comptables reflétant la
situation et la performance de l'entreprise.

Les flux comptables représentent les échanges réalisés par l'entreprise avec ses
partenaires. Se distinguent les flux réels - échanges de biens et services -, les flux
monétaires - contrepartie monétaire des flux réels-, les flux financiers
L'enregistrement comptable consiste à traduire ces flux, à partir d'une pièce comptable.
Pour chacun des enregistrements, sont comptabilisées l'origine et la finalité du flux. Les
enregistrements comptables sont transcrits dans des livres comptables (livre journal et
grand livre). Ils donnent lieu à la réalisation de documents de synthèse : le bilan et le
compte de résultat.

1. Les Flux de l’entreprise

Un flux représente un échange réalisé par l'entreprise. Pour comprendre cela nous
allons nous servir de cet exemple :

L’entreprise Carla a acheté 1060 FCFA de chaussures en Italie réglé par virement
bancaire de 1 000 et chèque de 60.

Dans notre illustration, on constate pour l'entreprise Carla :

 Des flux réels (achat de chaussures) à 1060 FCFA


 Et des flux monétaires (virement bancaire de 1 000 et chèque de 60)

A part les deux Flux cités, nous avons également les flux physique (Entrant et sortant)

En reprenant notre exemple le flux physique est la chaussure.

L’achat des chaussures par l'entreprise Carla lui entrainent des flux physique entrant
car elle va constater l’entrée des chaussures achetées dans son magasin

Le flux physique sortant sera donc la sortie des chaussures en magasin pour la vente,
et encore pour d’autres motifs

Les quatre flux énumérés font l’objet d’enregistrement comptable dans toutes
entreprises

2. Enregistrement comptable

L'enregistrement comptable correspond à la traduction d'un point de vue comptable des


flux de l'entreprise. Les flux sont analysés d’abord, en emploi - ressources en respectant

15
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

la règle de partie double ensuite, enfin en spécifiant le compte de l’emploi et de la


ressource correspondant aux flux analysées.

a. La notion d'emploi et de ressource

Un flux a une origine et une finalité :

 L'origine du flux correspond comptablement à une ressource. La ressource


précise ce qui permet la réalisation de l'opération ;
 La finalité du flux correspond comptablement à un emploi. L'emploi précise
l'utilisation du flux faite par l'entreprise ou son impact sur l'entreprise

Spécifions les emplois et les ressources dans notre illustration pour l'entreprise Carla:
Flux réel et monétaires

Emploi Ressources

Désignation Montant Désignation Montant

Achat de Chaussures 1060 Fournisseurs 1060

Virement bancaire 1000

Fournisseurs 1060 Chèque 60

Flux physique – entrant

Emploi Ressources

Désignation Montant Désignation Montant

Chaussures 1060 Stockage 1060

APPLICATION
Pour commencer son activité commerciale, le commerçant HILAL a effectué les
opérations suivantes :
a) Apport d’un local commercial d’une valeur de 200000 et d’une somme déposée
en banque de 130000
b) Acquisition par chèque bancaire un matériel de transport et un matériel de
bureau pour des valeurs respectives de 80000 et 6000
c) Retrait de la banque pour alimenter la caisse 20000
d) Achat de marchandises pour une valeur de 17000 dont 10000 par chèque le
reste en espèce
16
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

e) Vente de marchandises ayant coûté 5000, pour une valeur de 6000 réglée
comme suit : 4000 par chèque bancaire le reste en espèce
f) Ventes de marchandises ayant coûté 3000, pour un montant de 2500 réglées
1500 au comptant par chèque le reste à crédit
g) Recouvrement de la créance relative à l’opération(f) en recevant un chèque de
600 et le reste en espèce
Travail demandé
1. Analyser toutes les opérations effectuées par l’entreprise HILAL en
terme de ressources et emplois (sous forme de tableau R-Emplois)
2. Commentaire du tableau

b. Le principe de la partie double

Le principe de la partie double induit que pour chaque enregistrement, sont constatés
conjointement la ou les emplois et ressources correspondants à l'élément constaté. Pour
chaque écriture, la somme des emplois = la somme des ressources

Dans notre exemple :

Pour l'échange entre le fournisseur italien et l'entreprise Carla, on constate un emploi


(achat de bottes) et une ressource (Fournisseurs) de 1 060 euros

c. Le compte

Le compte est un instrument permettant de spécifier les emplois et les ressources.


C'est un tableau synthétique caractérisé par :

 un numéro de compte ;
 un intitulé de compte ;
 la valeur de l'opération ;
 la date de l'opération ;
 le libellé de l'opération ;
 une partie où sont inscrites les opérations débitrices et une autre les opérations
créditrices

Exemple : Reprenons notre exemple de départ


6011 « Achat de chaussures »
Débit Crédit
« Date » Achat de chaussures en Italie » 1060
Solde du compte (Créditeurs)
Solde du compte (Débiteurs)
Total débit Total crédit
17
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Le solde d'un compte est la différence entre le total des sommes inscrites au débit et le
total des sommes inscrites au crédit

 Si le total du débit est supérieur au total du crédit le solde est débiteur (SD) ce
solde doit être inscrit au crédit du compte pour égaliser le compte (débit =crédit)

 Si le total du débit est inférieur au total du crédit le solde est créditeur (SC) il doit
être inscrit au débit du compte pour égaliser (DEBIT + CREDIT).

Application
Les opérations suivantes ont été réalisées en espèce.
1.10 Avoir en caisse : 500
2.10 Achat de marchandise : 2000
8.10 Ventes de marchandises : 1000
9.10 Achats de fournitures de bureau : 800
10.10 Ventes de marchandises : 2000
11.10 Règlement électricité : 200

20.10 Régler les salaires du mois : 500

Présenter le compte caisse

Exemple : Le compte fournisseur


Au 1/1/2000 La dette de l’entreprise envers le fournisseur est de 13000
Au 2/1/2000 L’entreprise achète à crédit chez le même fournisseur des marchandises
pour 12000
Au 5/1/2000 L’entreprise retourne sur le dernier achat des marchandises aux
fournisseurs : 500 défectueuses
Au 14/1/2000 L’entreprise verse au fournisseur en espèces : 4000
Au 20/1/2000 L’entreprise verse au fournisseur une somme par chèque de 10000
Présenter le compte fournisseur

Fonctionnement des comptes du bilan


Les comptes de l’actif du bilan

18
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Les comptes de l’actif du bilan augmentent à gauche c’est à dire lorsqu’ils sont débités,
et diminuent à droite c’est à dire lorsqu’ils sont crédités

Comptes d’actif :
Débit Crédit
(+) (--)
Augmentent Diminuent
des valeurs des valeurs de
d’entrée sortie

Les comptes du passif


Les comptes du passif augmentent à droite c’est à dire lorsqu’ils sont crédités et
diminuent à gauche lorsqu’ils sont débités

COMPTES DU PASSIF
Débit Crédit
(-) (+)
Diminution des Augmentation
valeurs de valeurs

EXERCICE
Le commerçant « TAZARI » a crée une entreprise le 15/3/98 en apportant :
- Construction : 175000
- Matériel de transport : 45000
- Fonds commercial : 80000
- Banque : 60000
- Caisse : 40000

Au cours des 15 jours du mois de MARS 98, elle a effectué les opérations suivantes :
16/3/98 Achat d’un mobilier de bureau par chèque : 25000
17/3/98 Achat d’un micro-ordinateur PC par chèque : 7000
18/3/98 Achat d’un lot de marchandise payable : 1/2 en espèce le reste à crédit : 8000
19/3/98 Ventes de marchandises pour 3750 en espèce

19
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

20/3/98 Ventes de marchandises à crédit pour 2640


22/3/98 Achat de marchandises réglées par chèque 9500
23/3/98 Ventes de marchandises à 3320 payables 2000 en espèce le reste à crédit
26/3/98 Recouvrement d’une créance d’un client en espèce : 1640
27/3/98 Verser en espèces à la banque : 43500
28/3/98 Contracter un emprunt de la CIH et verser à la banque
29/3/98 Achat d’une nouvelle camionnette pour 95000 ½ réglée par chèque et l’autre
½ à crédit
30/3/98Vente d’un lot de marchandise pour 5290 à régler 1290 en espèce le reste à
crédit
31/3/98 Vente de marchandises pour 4000 à régler en espèce pour 3250 le reste à crédit

Travail demandé
1. Présenter le BILAN de constitution de l’entreprise au 15/3/98
2. Analyser dans un tableau détaillé les opérations effectuées jusqu’au 31/3/98 en
terme ressources –emplois et en terme débit-crédit
3. Présenter toutes les opérations dans des comptes schématiques correspondants
en calculant le solde de chaque compte
4. Présenter le bilan de clôtures

d. Le plan comptable

Le Plan comptable général définit des classes de comptes pour catégoriser les comptes.

Les comptes sont répartis en 9 classes

- Les classes de 1 à 8 sont réservées à la comptabilité générale

- La classe 9 est réservée à la comptabilité analytique

Les classes réservées à la comptabilité générale

Classes réservées au BILAN


o Classe 1 : Comptes du financement permanent
o Classe 2 : Compte d’actif immobilisé
o Classe 3 : Compte d’actif circulant hors trésorerie
o Classe4 : Comptes de passif circulant hors trésorerie
o Classe 5 : comptes de trésorerie

Classes réservées au C.R :

o Classe 6 : Comptes de charges


o Classe 7 : Comptes de produits
o Classe 8 : Comptes de charges et produis exceptionnels

20
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

La codification des comptes


Le classement des comptes est fait selon une codification décimale

Un compte comporte au moins 4 chiffres

- Le 1er chiffre permet d’identifier la classe


- Le 2ème chiffre permet d’identifier la rubrique
- Le 3ème chiffre permet d’identifier le compte général
- Le 4ème chiffre permet d’identifier le sous-compte ou compte
divisionnaire

Tableau de codification

Niveau Objet Code d’identification

1. Classe/ masse Le 1er chiffre indique la classe


12 Rubrique Les 2 1ers chiffres indiquent la rubrique

123 Compte général Les 3 1ers chiffres indiquent le compte

1234 Sous- compte Les 4 1ers chiffres indiquent le sous- compte

3. Le compte de produits et de charges : le compte de résultat

Définition

Le CPC est un état de synthèse comme le bilan qui décrit en termes de produits et de
charges les composantes du résultat final. Le C.P.C constitue en quelque sorte le film de
l’activité de l’entreprise pendant une période donnée : l’exercice comptable

Les comptes de produits sont en 3 types

- Produits d’exploitation : ventes de marchandises ; ventes de biens et services ;


immobilisations produites par l’entreprise elle-même ; subventions d’exploitation
reçues ; autres produits d’exploitation

- Produits financiers : Produit des titres ; gain de change ; escomptes obtenus ; intérêts
reçus ; autres produits financiers

- Produits non courants : Produits de cession des immobilisations ; Dons reçus ;


autres produits non courants

21
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Les comptes de charges sont en 3 catégories


- Charges d’exploitation : Achats revendus de marchandises ; achats consommés de
matières et fournitures ; location et charges locatives ; prime d’assurance ; entretien
et réparation ; impôts et taxes ; charges de personnel ; achat non stockés (eau, gaz,
électricité) ; transport et déplacement, frais postaux ; autres charges d’exploitation

- Charges financières : intérêts des emprunts ; pertes de change ; escomptes accordés ;


autres charges financières

- Charges non courantes : Subventions accordées par l’entreprise ; dons accordés :


pénalités et infractions ; autres charges non courantes

Structure du CPC

N° Produits et charges MONTANTS

I Produits d’exploitation

II Charges d’exploitation

III Résultat d’exploitation I-II

IV Produits financiers

V Charges financières

VI Résultat financier (iv-v)

VII Résultat courant III+VI

VIII Produits non courants

IX Charges non courantes

X Résultat non courant VIII-IX

XI Résultat avant impôts VII+X

XII Impôt sur le résultat

XIII Résultat net d’impôts XI-XIII

22
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Application
L’entreprise de négoce de BENSALIM a réalisé les opérations suivantes :
1) Ventes de marchandises : 8000
2) Achat de marchandises : 6200
3) Charges de personnel : 400
4) Impôts et taxes : 40
5) Autres charges externes : 130
6) Charges financières : 90
7) Stocks de marchandises au début de l’exercice : 0
8) Stocks de marchandises à la fin de l’exercice : 500
9) Produits exceptionnels (cession d’un matériel) : 660
10) Charges exceptionnelles : 300

4. Les livres comptables

a. Le livre-journal

Le livre-journal ou journal est un livre comptable présentant de manière chronologique


les enregistrements comptables.

A Chaque écriture dans le journal est présentée comme suit :

Date de l’opération

Compte Libellé des comptes à débiter Montant à


à débiter débiter

Compte
à
créditer Libellé des comptes à créditer Montant
à
créditer
Libellé de l’opération

Avec dans notre exemple :

23
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Date de l’opération
6011 Achat de marchandises 1060

4011 Fournisseurs

Achat de chaussures

Date de l’opération 1060

4011 Fournisseurs 1060

5211 Banque 1060

Règlement du fournisseur

EXERCICE

Le commerçant « TAZARI » a crée une entreprise le 15/3/98 en apportant :

- Construction : 175000
- Matériel de transport : 45000
- Fonds commercial : 80000
- Banque : 60000
- Caisse : 40000

Au cours des 15 jours du mois de MARS 98, elle a effectué les opérations suivantes :
16/3/98 Achat d’un mobilier de bureau par chèque : 25000
17/3/98 Achat d’un micro-ordinateur PC par chèque : 7000
18/3/98 Achat d’un lot de marchandise payable : 1/2 en espèce le reste à crédit : 8000
19/3/98 Ventes de marchandises pour 3750 en espèce
20/3/98 Ventes de marchandises à crédit pour 2640
22/3/98 Achat de marchandises réglées par chèque 9500
23/3/98 Ventes de marchandises à 3320 payables 2000 en espèce le reste à crédit
26/3/98 Recouvrement d’une créance d’un client en espèce : 1640
27/3/98 Verser en espèces à la banque : 43500
28/3/98 Contracter un emprunt de la CIH et verser à la banque
29/3/98 Achat d’une nouvelle camionnette pour 95000 ½ réglée par chèque et l’autre
½ à crédit
30/3/98Vente d’un lot de marchandise pour 5290 à régler 1290 en espèce le reste à
crédit
31/3/98 Vente de marchandises pour 4000 à régler en espèce pour 3250 le reste à crédit

24
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Travail demandé

1. Présenter le BILAN de constitution de l’entreprise au 15/3/98


2. Enregistrer au journal de TAZARI les opérations réalisées
3. Présenter le grand- livre et la balance des comptes
5. Présenter le bilan de clôtures et le compte de résultat

b. Le grand livre et la balance

L'ensemble des comptes mobilisés lors des enregistrements comptables est présenté
dans le grand livre. À partir du grand livre, est extraite la balance, soit un tableau qui
récapitule le total des mouvements et les soldes de chacun des comptes du grand livre.
Les balances peuvent se présenter de différentes manières (balance à 2, 4 ou 6 colonnes).

Par exemple :

Balance de l’entreprise xxxxx au ………

Numéro Intitulés Bilan d’ouverture Journal Solde de clôture


des des
comptes comptes Solde Solde Débit Crédit Débiteur Créditeur
débiteur créditeur

Totaux de la Balance

5. Le bilan et le compte de résultat

À partir de la balance, se définissent les deux documents de synthèse : le bilan et le


compte de résultat.

Le bilan regroupe les comptes de la classe 1 à 5. C'est un document comptable


fournissant une image de la situation patrimoniale de l'entreprise. Il présente les
éléments d'actif et de passif de l'entreprise

25
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Le compte de résultat regroupe les comptes de la classe 6 et 7. C'est un document


comptable informant sur la formation du bénéfice ou de la perte réalisé par l'entreprise.

Il présente les produits et les charges participant à la formation du résultat de l'entreprise

6. Du Bilan aux comptes- Des comptes au bilan

Passage du Bilan aux comptes

Pour passer du bilan aux comptes, il faut ouvrir pour chaque poste de bilan un compte,
puis inscrire le montant correspondant à chaque compte du même coté ou ce poste
figure au bilan
Les comptes d’actif sont à reportés au débit et les comptes du passif au crédit

Passage des comptes au Bilan

Pour passer des comptes au Bilan, on détermine les soldes des comptes, les comptes à
soldes créditeurs sont portés au passif du bilan par cotre les comptes à soldes débiteurs
sont portés à l’actif du bilan

26
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Chapitre 4 : La comptabilisation des opérations


En règle générale, les flux sont enregistrés en deux temps :

 Le flux juridique, lors de la réception (classe 6 au débit et classe 4 au crédit) ou


de l’émission de la pièce comptable (débit classe 4, crédit classe 7).

 Le flux financier, lors de l’émission du titre de paiement (débit classe 4, crédit


classe 5) ou de réception de l’avis de paiement (débit classe 5 et classe 4 au crédit).

Le SYSCOHADA autorise cependant la contraction des deux écritures en une seule,


dans une opération traitée au comptant. Mais il la déconseille dans ce cas, car les entités
ont davantage à conserver dans les comptes de tiers la trace de toutes les opérations
quelle que soit la modalité de paiement.

1. Les opérations courantes

Il s’agira d’apprendre comment les opérations suivantes sont comptabilisées :

 Les opérations d’achat et de ventes de biens et services


 L’inventaire en comptabilité financière
 Impôts et Taxes
 Charges de personnel
 Les opérations de virements de fonds
 Les opérations d’achats d’immobilisation

a. Les achats de biens

Les Acquisitions de biens consommables, crédités au compte 401 « Fournisseurs


d’exploitation » ; elles sont inscrites au débit du compte 60 pour le montant net de taxes
récupérables et auxquels on peut ajouter les frais accessoires liés à l’achat. Ces frais
peuvent être enregistrés au sous compte achats concernés pour le montant net de taxes
récupérables : Comme compte support on a :

 601 « Achat de marchandises » 6015 pour frais accessoires


 602 « Achat de matières premières » 6025 pour frais accessoires
 604 « Achats stockés de matières et fournitures » 6045 pour frais
 605 « Autres Achats » N’existent pas, mais enregistrer dans les comptes
de charges par nature.
 608 « Achat d’emballages » 6085 pour les frais accessoires.

27
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

b. Les Achats de services


Les Achats de Services, constituent également des charges enregistrées en 61, 62, 63
 61 « Services de transport de biens vendus, transport administratif, des tiers et les
déplacements sauf les courriers de télécommunications.
 62 « Les services extérieurs »
 63 « Les autres services extérieurs »

Application : Au cours de l’année, la société TOGOVI SARL a réalisé les opérations


suivantes :
- Achats des MP du fournisseur ADIL 25.00 000: ½ réglé par la banque et le reste
à crédit. Facture n°20
- Achats de marchandises du fournisseur ABEL 6 000. 000, ½ par la banque et le
reste à crédit. Facture A10; Frais de transport payé en espèces : 80.000
- Achat à crédit d’emballages perdu du fournisseur ALUOIS pour le
conditionnement des PF : 2000 000
- Déplacement administratif payé en espèces : 10.000 Bon de caisse N°1
- Règlement loyer de 3mois par chèque bancaire : 300.000
- Facture des honoraires d’assistance comptable : 200.000 réglé par chèque
bancaire ; Facture 44
- Achat de fourniture de Bureau Chez SOTIMEX : 90. 000 réglé en espèces
- Achat de souris et de clé USB chez un occasionnel : 15.000 en caisse (Sans TVA)
- Facture de CEET et TDE d’un montant respective de 12.000 et 4.000 réglé en
espèces.

NB : Les achats sont en Hors taxes


TAF : Comptabilisez ces opérations dans les livres de TOGOVI SARL

c. Les ventes de biens


Les ventes sont enregistrées au crédit du compte principal 70 et au débit d’un compte
de client. A cet effet, le SYSCOHADA distingue :
 701 « Vente de marchandises » ; elles concernent les biens revendus sans
transformation.
 Les ventes de produits finis, stockés en magasin en fin de cycle de traitement ou
de fabrication et vendus sur le marché ; elles sont comptabilisées en compte
702 « Vente de produits finis »
 Les ventes de produits intermédiaires, stockés en magasin après un premier
traitement et normalement destiné à une nouvelle phase de production ; mais
parfois vendu séparément, elles sont enregistrées en 703.
 Les Ventes de produits résiduels, chute, déchet ou rebut récupéré en atelier à
n’importe quel stade de traitement ou de fabrication du produit principal et ayant
une valeur marchand. Le compte support est 704.

28
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

d. Les Ventes de services


Les ventes sont enregistrées au crédit du compte principal 70 et au débit d’un compte
de client. A cet effet, le SYSCOHADA distingue :

 Les Ventes de Travaux, qui occupent dans le secteur du bâtiment et des travaux
publics, une place intermédiaire entre les catégories de biens et services. Le
compte support est 705.
 Les Services vendus, comptabilisés dans le compte 706
 Les Produits accessoires, qui sont enfin repris par le SYSCOHADA révisé en 707
et ne correspondant pas à l’objet principal de l’entité ; mais un caractère
accessoire.

Certains produits ont toujours dans les diverses entités un caractère accessoire. D’autres
accessoires dans la majorité des entités, peuvent constituer l’activité principale
(commissions et courtage …….) ; dans ce cas, ils sont à classer dans le compte 706.

Application : Au cours de l’année, la société TOGOVI SARL a réalisé les opérations


suivantes :
- Vente de marchandises au client AZ : 2000.000
- Vente des produits finis au client AB : 3.200.000
- Transport facturé au client AZ : 200.000
- Prestation de Services facturé au client KAIEL : 12.000.000

TAF : Comptabilisez ces opérations dans les livres de TOGOVI SARL

NB : Les ventes sont en HT

e. L’inventaire en comptabilité financière : la variation des stocks

En pure logique comptable, les achats entrainent une entrée en stock dans les comptes
de la classe 3 à leur cout d’acquisition ; et les ventes une sortie de stock valorisée selon
l’une des quatre méthodes de valorisation.
Le SYSCOHADA admet donc cependant deux méthodes pour le suivi des stocks :

 L’inventaire permanent

Le SYSCOHADA prévoit également la tenue des comptes en inventaire permanent. Il


reconnaît ainsi la conception de base qui justifie l’existence de la classe 3 : des comptes
à part entière qui enregistrent toutes les entrées et toutes les sorties, donc les flux bruts.

L’inventaire permanent permet à l’entité de connaitre à chaque instant :


 Le montant de ses stocks

29
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

 Le cout d’achat des marchandises vendues


 Le cout des matières premières et fournitures liées engagées dans le processus de
fabrication

Dans cette conception, les achats seraient enregistrés directement en classe 3, et les
comptes 603 et 73 serviraient normalement à enregistrer les différences d’inventaires
constatées en fin de période ou d’exercice

 L’inventaire intermittent

Le SYSCOHADA reconnait, comme les autres plans comptables la tenue de


comptabilité en inventaire intermittent. Les stocks de fin de période ou d’exercice sont
constatés par un inventaire physique, et substitués aux stocks de début de période par
l’intermédiaire d’un compte de variation de stocks.

- 603 pour les biens provenant d’une opération située en amont dans le circuit de
l’entité : marchandises, matières premières et consommables etc. …..

- 73 pour les biens et services provenant d’une opération située en aval dans le
circuit : produits finis, produits intermédiaires, service en cours etc. . …..

Application : Au cours de l’année, la société TOGOVI SARL a réalisé les opérations


suivantes :
- Achats des MP du fournisseur ADIL 25.00 000: ½ réglé par la banque et le reste
à crédit. Facture n°20
- Achats de marchandises du fournisseur ABEL 6 000. 000, ½ par la banque et le
reste à crédit. Facture A10; Frais de transport payé en espèces : 80.000
- Vente de marchandises au client AZ : 2000.000 (Cout de sortie : 1 800 000)
- Vente des produits finis au client AB : 3.200.000 (Cout de sortie : 2 800 000)
- Consommation de matières premières : 3500 000
- Consommation des emballages perdus : 1.000.000

TAF : Comptabilisez ces opérations dans les livres de TOGOVI SARL

f. La comptabilisation des impôts et taxes


 Les charges d’impôts et taxes

Les impôts, directs ou indirects, à la charge de l’entité, ainsi que les droits
d’enregistrement sont enregistrés selon leur nature au débit des comptes de charges 641 ;
645 ; 646, et 648 et selon leur bénéficiaire au crédit des comptes de tiers 442 et 446.
Chaque compte doit détailler selon les différents impôts et taxes en vigueur dans la
législation fiscale du pays.

30
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Les pénalités, amendes et même les intérêts de retard sont enregistrées dans 647
« Pénalités et amendes fiscales.

Application : Au cours de l’année, la société TOGOVI SARL a réalisé les opérations


suivantes :

Déclaration et Paiement des impôts et taxes suivants :


- Droit de Patente (1ière acompte) : 250.000
- Taxe d’habitation : 30.000
- Droit d’enregistrement : 15.000
- Retenue sur loyer à la charge de l’entreprise : 40.000
- Pénalités de recouvrement : 40.000

TAF : Comptabilisez ces opérations dans les livres de TOGOVI SARL

 La Taxe sur la valeur ajoutée (pour les entreprises assujettis)

Chez le fournisseur, les taxes sur le chiffre d’affaires facturées au client ne constituent
pas un produit, car le vendeur est censé se substituer au pour percevoir ces taxes. Elles
sont enregistrées, dès l’émission de la facture dans un compte de dette envers l’Etat. –
 443, s’il s’agit de la taxe sur la TVA
 446, s’il s’agit d’une autres taxes sur le CA.

Chez le client, les taxes supportées à l’achat sont traitées comme suit :
 - S’il s’agit d’une taxe sur la valeur ajoutée déductible, elle est enregistrée au débit
de 445 Etat, TVA récupérable
 - Si la TVA n’est pas déductible ou s’il s’agit d’une autre taxe sur chiffre d’Affaire,
elle est en principe incorporée dans le coût d’achat d’un bien ou service acheté.
Si la ventilation ne s’avère pas possible, elle est enregistrée par nature en 645 «
impôt et taxes indirectes »

En fin de période d’imposition, les comptes 443 et 445 sont virés à 444 Etat, TVA due
ou crédit de TVA, dont le solde :
- Créditeur représente la TVA due compte 4441
- Débiteur représente le crédit éventuel compte 4449

Application : Liquider la TVA de la société TOGOVI SARL en tenant comptes des


opérations réalisées

 Impôt sur les bénéfices

Parmi les impôts directs, les prélèvements sur le résultat de l’entité ne sont pas
considérés comme un impôt, mais comme une participation au bénéfice.

31
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

- Ils sont donc enregistrés en fin d’exercice, au compte 891 ou 895 impôt sur les
bénéfices de l’exercice.
- En revanche, les acomptes versés en cours d’année représentent une créance sur
l’Etat et sont portés au débit du compte 441 Etat, impôt sur les bénéfices
Ces comptes peuvent être millésimés (subdivisés par année fiscale), lorsque les
échéances de l’année n et son reliquat de l’année (n-1) s’enchevêtrent.

Application : Au cours de l’année, la société TOGOVI SARL a réalisé les opérations


suivantes :

Paiement 1ière et 2ième acompte IS de l’exercice par chèque bancaire : 150.000

TAF : Passez les écritures de règlements dans le journal de TOGOVI SARL

g. La comptabilisation des charges de personnel

Sur la base des bulletins de salaires et des décomptes de commissions, les rémunérations
versés aux salariés (Salaires, appointements, traitements, solde, commissions, primes et
indemnités forfaitaires) sont enregistrées pour leur montant brut au crédit de 422 «
Personnel ; rémunérations dues » par le crédit des comptes 661 à 663.

Les retenues salariales pratiquées sont ensuite virées de 422


- aux Comptes des organismes sociaux intéressés, 431 à 433
- 422 ; s’il s’agit d’avances ou acomptes : L’avance est consentie avant la prestation
; alors que l’acompte l’est après avoir accompli une partie de la prestation.
- 423 ; s’il s’agit d’oppositions ou de saisies arrêts.
- 447 ; s’il s’agit d’impôts retenues à la source de sorte que le 422 fasse finalement
le net à payer au salarié.
Sur la base des bordereaux déclaratifs mensuels, trimestriels, ou annuels ; les
rémunérations indirectes ou cotisations patronales sont débités en 6641 et 6642 et
créditées selon leur bénéficiaire dans les comptes d’organismes sociaux 431 à 433.

Application : Le livre de paie de la société MALEKPO se présente comme suit :

N° Nom et prénoms Salaire de base Prime et IRPP CNSS CPS


ordre gratification

1 ABALO Koffi 200.000 30.000 A calculer A calculer A calculer

2 DOBE Ali 150.000 10.000 A calculer A calculer A calculer

3 AKAI Jérôme 80.000 5.000 A calculer A calculer A calculer

4 AZIZ Robert 70.000 5.000 A calculer A calculer A calculer

TOTAL

32
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

TAF : On vous demande de faire les traitements qui s’imposent


CAS DES REMUNERATIONS DE L’EXPLOTANT

Le SYSCOHADA prévoit également un compte de rémunération pour l’entrepreneur


individuel (6661 « Rémunération du travail de l’exploitant »). Son emploi demeure
facultatif si le patrimoine de l’entité se confond avec celui de l’exploitant. En revanche,
ses charges sociales sont obligatoirement enregistrées en 6662.

h. Les opérations de trésorerie et de virements de fonds


Les opérations de virement interne effectuées par l’entité vers un autre compte au nom
de la même entité sont enregistrées dans un compte transitoire « 585 Virement de
fonds »

Application : Au cours de l’année, la société TOGOVI SARL a réalisé les opérations


suivantes :
- Règlement du client KAIEL par chèque bancaire : 10.000.000
- Retrait d’espèces de la banque pour alimenter la caisse : 1000.000
- Règlement de la moitié de la dette du fournisseur ALUOIS
- Règlement du client AZ : 2000.000 en espèces
- Dépôt d’espèces en banque : 1000.000
- Règlement du client AB : 1.200.000 en espèces et le reste par chèque bancaire

i. Les opérations d’investissement (Achat des Immobilisations)

Les immobilisations sont enregistrées en classe 2 « comptes d’actif »à savoir :


- Les immobilisations incorporelles en 21
- Les immobilisations corporelles dans les comptes 22à 24
- Les immobilisations financières dans les comptes 25 à 27

Application : Au cours de l’année, la société TOGOVI SARL a acquis les


immobilisations à crédit suivantes :

- Achat à crédit de table bureau du fournisseur DODO : 120.000


- Acquisition d’un climatiseur du fournisseur NASCO : 290.000
- Achat d’un TOYOTA COROLLA pour le département commercial : 4500.000
frais de douane : 800.000
- Paiement des cautions de loyer de 600. 000 en espèces
-

33
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

2. Les opérations de fin d’exercice


Les écritures d’inventaire ou de régularisations périodiques sont passées :
- A l’issue de chaque période dans le cas où l’entité établit des situations
intermédiaires ;
- Au plus tard la fin d’un exercice comptable assimilé par le SYSCOHADA à
l’année civile.

Elles consistent à :
- Enregistrer les dotations aux amortissements sur la base des plans
d’amortissement et
- Régulariser les stocks
- Etablir les rapprochements bancaires et les PV de caisse
- Régulariser les charges et les produits de l’exercice.

a. Les dotations aux amortissements

L’article 45 de l’AUDCIF définit l’amortissement comme la répartition du montant


amortissable du cout du bien sur sa durée d’utilité probable d’utilisation selon le plan
défini.

Cet amortissement est constaté :


- Sur les biens qui ont une durée d’utilisation limité. Les actifs qui n’ont pas de
durée limité ne sont pas amortissables. (Terrains, marque, Fonds de
commerce ……)
- Par une dotation, charge non suivie d’une dépense, à l’opposé d’un frais ;
émanant d’un plan d’amortissement.
- Par une diminution de valeur de l’immobilisation correspondante.

La dotation de l’exercice est enregistrée, selon son caractère, au débit de :


- 681 «Dotations aux amortissements d’exploitation, s’il s’agit d’une
immobilisation incorporelle ou corporelles destinées à l’activité courante.

- La contrepartie est enregistrée au crédit d’un compte 281 à 284 pour la pratique
de l’amortissement indirecte. Les comptes 28 présenteront un solde créditeur et
figureront à l’actif du bilan en soustraction des valeurs historiques des biens.

b. La régularisation des stocks

Malgré les deux méthodes retenues par le SYSCOHADA révise (Méthode permanant
et intermittent) pour le tenue de la comptabilité financière ; il existe toutefois une
régularisation en fin d’exercice à faire :
- Faire l’inventaire physique des stocks (Solde physique)
- Rapprocher le solde physique au solde comptable

34
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

En inventaire permanent
- Si stock physique > Stock comptable : il y a un surplus de stocks, le compte
constate une entrées dans ses livres comptables comme vu précédemment.
- Si stock physique <Stock comptable : Il y a un manquant de stocks ; on enregistre
une sortie de stocks.

En inventaire Intermittent
- On annule le stock initial en enregistrant une sortie de stocks
- On constate maintenant le stock physique par une entrée de stocks.

c. Le rapprochement bancaire et le contrôle de la caisse

A la date d’inventaire le solde du compte banque ne correspond pas généralement au


solde figurant sur le relevé envoyé par la banque (les 2 comptes étant des comptes
réciproques), ils doivent en principe présenter le même solde mais en sens contraire ; la
divergence tient au fait que :
 Certaines opérations ont été omises ou mal enregistrées chez nous ou à la banque,
 D’autres par contre n’ont pas été enregistrées faut de documents de base ou
d’information,

Les banques envoient régulièrement à leurs clients un relevé des opérations qu’elles ont
effectuées avec eux au cours d’une période. Ce document appelé « le relevé bancaire »
permet au comptable de rapprocher les deux comptes et de faire les régularisations qui
s’imposent.

La caisse doit être contrôlée au même titre que la banque. Les différences issues du
contrôle doivent être régularisées en comptabilité

d. Autres régularisations de charges et produits

L’article 59 de l’AUDCIF dispose que « le résultat de chaque exercice est indépendant


de celui qui le précède et de celui qui le suit » et qu’il convient « de lui rattacher et de lui
imputer les évènements et opérations qui lui sont propres et ceux-là seulement ».

Il convient en conséquence de corriger les comptes de charges et de produits, de manière


qu’ils n’incluent que les montants intéressant l’exercice, mais sans aucune omission.

Les charges et produits constatées d’avance seront contre-passés au cours de l’exercice


suivant dans le cadre :
- Soit des écritures d’ouverture (extourne immédiate)
- Soit des nouvelles écritures de régularisation de fin d’exercice
- Ou encore au fur et à mesure de l’arrivée des pièces comptables
correspondantes (extourne progressive)

35
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

Pour le contrôle et l’analyse des flux de l’exercice, la contre-passation à l’ouverture de


l’exercice suivant est vivement recommandée.

3. La présentation des états financiers

Application générale :

La situation comptable de l'entreprise EL MELLALI crée le 1/1/2015 est la suivante:


 Installations techniques 50 200
 Fonds commercial 600 000
 Constructions 2 150 000
 Matériel de transport 750 000
 Matières premières (M.P) 80 000
 Banque (BMCE) 120 000
 C. C. P 50 000

Durant l’exercice 2015, elle a effectué les opérations suivantes :


- 02/01/15 : Achats des MP du fournisseur ADIL 25 000 ½ réglé par la banque et le
reste à crédit. Facture n°20

- 13/02/15 : Achats de 10 ordinateurs à 3 500dh/unité, 20 000 réglé par la banque et le


reste à crédit (18mois). Facture n°05

- 22/02/15 : Ventes à crédit de produits finis (P.F) au client OMAR, facture N°19, 38
000

- 07/03/15 : Alimentation de la caisse par la banque 40 000. Chèque bancaire n°2540

- 18/03/15 : Paiement en espèces les frais d’entretien: 2 500, et le loyer commercial du


magasin: 8 500. Pièce de caisse n°10

- 05/04/15 : Retour de produits par le client OMAR : 1 300, Avoir n°02

- 11/05/15 : Paiement en espèces des timbres de la poste: 1 500, et des timbres fiscaux
: 1 800. Pièce de caisse n°11

- 20/05/15 : Ordre de virement bancaire n° 1205 à notre fournisseur ADIL5 000

- 10/06/15 : Paiement par chèque la cotisation de la CNSS des employés : 3 000, chèque
bancaire n° 2545

36
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA
COURS DE COMPTABILITE GENERALE

- 30/07/15 : Paiement des salaires par virement n° V253 du C.C.P 30 000

- 08/08/15 : Paiement par chèque bancaire n°45 les honoraires d’un expert-comptable
15 000

- 15/09/15 : Le client OMAR a viré dans notre compte de BMCE 9 800, virement
N°3512

- 21/09/15 : L’entreprise a emprunté 400 000 à la banque, qu’elle a déposé au BMCE.


Contrat n°256

- 11/10/15 : Règlement par la banque (chèque n° 2550) de deux Mois de loyer d’avance:
12 000

19/10/15 : Acquisition d’une imprimante-laser 12 500 contre la banque (chèque n°


2555)

- 05/11/15 : Reçu une avance du client OMAR par chèque bancaire n° 7250, Montant
12 000

- 14/11/15 : Paiement d’une amende fiscale 5 000 par chèque bancaire n° 2560

- 18/12/15 : Reçu un avis de débit n°1250 relatif au remboursement d’une partie de


l’emprunt 25 000

- 31/12/15 : Paiement en espèces des dédommages et intérêts à un salarié licencié


abusivement 3 000. Pièce de caisse n°12

Travail à faire :

1- Etablir le bilan au 01/01/2015, déterminer le montant du capital et enregistrer le


bilan d’ouverture
2- Enregistrer l’ensemble des opérations dans le journal de l’entreprise sachant que
le taux de l’I/S est à 30%)
3- Analyser les comptes et établir la balance des comptes généraux et des comptes
tiers
4- Présenter les états financiers de la société au 31/12/2015

NB. Les montants sont en millier de franc

37
Les bases de la comptabilité générale conforme au Référentiel Révisé- SYSCOHADA