Vous êtes sur la page 1sur 64

Les bonnes pratiques

de fabrication

Pharmacie galénique
PLAN
Objectifs
Introduction

I. Définition des Bonnes Pratiques de Fabrication


II. Les Différentes Familles BPF
III. Guide des bpf des médicaments
1.Guide des BPF industrielles
a. Les éléments à maitriser les 5M
b. Les différents chapitre des BPF
2. Les Bonnes Pratiques De Préparation (BPP)

Conclusion
• bpf industrielles
OBJECTIFS

 Connaitre les bonnes pratiques de


fabrication(BPF) des médicaments.
 Donner les notions des BPF dans l’industrie
pharmaceutique.
 Connaitre les Bonnes Pratiques de Préparation
(BPP) préparations hospitalières (PH) ET
préparations officinales (PO).
INTRODUCTION

Le succès dans n’importe quel secteur


industriel a toujours reposé sur la qualité des
produits, c’est-à-dire, sur leur « capacité à
satisfaire les souhaits des clients ».
INTRODUCTION
Le secteur pharmaceutique, bien sûr,
n’échappe pas à cette règle, mais par sa
finalité : production de médicament, le
besoin de qualité est particulièrement critique
car c’est la vie qui est mise en jeu.
INTRODUCTION
En conséquence, l’industrie pharmaceutique
possède donc des traits particuliers, par rapport à
d’autres secteurs :

 Les médicaments sont étroitement contrôlés par


les autorités sanitaires grâce à un système
d’Autorisations de Mise sur le Marché (AMM).
INTRODUCTION

  L’établissement producteur doit se soumettre


à un haut niveau de réglementation
spécifique, en l’occurrence les « Bonnes
Pratiques de Fabrication » (BPF) qui donnent
des lignes directrices à suivre pour garantir la
qualité du médicament.
I. DÉFINITION DES BONNES PRATIQUES
DE FABRICATION (BPF)

Les BPF constituent une sorte de « code de


conduite pharmaceutique », imposé à tout
fabricant de produits pharmaceutiques par les
autorités du pays. Leur mise en œuvre répond à
un souci de garantir la qualité du médicament
et donc la préservation de la santé du citoyen.
II. LES DIFFÉRENTES FAMILLES BPF

 Nous disposons de plusieurs textes des BPF.


 Ils partagent tous la même philosophie et
objectifs.
 Si bien que la tendance actuelle soit à
L’harmonisation à l’échelle internationale.
 Malgré les efforts, il n’existe pas à ce jour de
texte BPF unifié, mais de nombreux textes
agrées par l’ État ou un groupe d’ États.
1. BPF DES ÉTATS UNIS
 Elles sont couramment appelées
« Current Good Manufacturing
Practice » c’est-à-dire « BPF en
vigueur ».
 Les cGMP font partie du code
législatif fédéral (CFR).
 les BPF des États Unis sont publiés
par « Food and Drug
Administration-FDA » qui constitue
le bureau de l’Administration
Américaine chargé du contrôle des
aliments et médicaments.
2. BPF EUROPÉENNES
La Commission Européenne a
adopté en 1991 la Directive
91/356/CEE établissant les principes
et lignes directrices des bonnes
pratiques de fabrication pour les
médicaments à usage humain.

Cette directive a été abrogée et


remplacée par la directive
2003/94/CE.
2. BPF EUROPÉENNES
Puis peu à peu, la responsabilité de rédaction du

guide a été transférée vers un autre groupe dans

l’ Agence Européenne des Médicaments (EMA).


Les BPF Européennes ne sont disponibles qu’ en

format PDF téléchargeables sur le site internet de

la Commission Européenne (absence de

publication d’un document papier).

http://ec.europa.eu/health/documents/eudralex/vol-4/index_en.htm
3. BPF EUROPÉENNES /BPF FRANÇAISES
• En France, les industries
pharmaceutiques doivent se
conformer au guide des Bonnes
Pratiques de Fabrication
français publié au Bulletin
Officiel N°2011/8 bis.
• Les BPF Françaises sont
opposables (obligatoires et
soumises à inspection de la part
des autorités de tutelle (ANSM),
les BPF Européennes ne sont
qu’une recommandations.
4. BPF ALGÉRIENNES
1995:
Promulgation du 1er texte
fixant les bonnes pratiques
de fabrication. (le guide
vert)
1996:
Promulgation des autres
textes fixant les règles BPF
des liquides, crèmes
pommades et des
médicaments stériles.
LES BPF Algérie se sont largement inspirées du 1er guide
Européen des BPF (1992).
4. AUTRES BPF (S)
• De Nombreuses organisations
internationales publient des textes
BPF (en général orientés sur les
BPF Européennes) mais ces textes
ne possèdent aucun caractère légal
et doivent être considérés comme
recommandations .
• Toutefois, souvent les orientations
qu’ils fournissent sont si utiles
qu’elles sont adoptées dans la
pratique courante.
4. AUTRES BPF (S)
International Conference on
Harmonisation a établi des GMP pour
les principes actifs (Q7A) et donne
une vision globale des systèmes
qualité (Q10).

Pharmaceutical Inspection
Cooperation Scheme maintient des
GMP compatibles avec les EU-GMP. 
III. GUIDE DES BPF DES MÉDICAMENTS
1. GUIDE DES BPF INDUSTRIELLES
a. LES ÉLÉMENTS À MAITRISER
LES 5M
Le guide de bonnes pratiques de fabrication des médicaments
donnent les lignes directrices à suivre pour la maîtrise des cinq
éléments essentiels, les « 5M » susceptibles d’influencer la qualité
du produit médicament :
 Main-d’œuvre : ensemble du personnel (directeur, cadres,
personnel technique).
 Machine : équipements de production, de contrôle, de transport,
installations techniques .
 Milieu : environnement intérieur et extérieur.
 Méthode : procédés et procédures.
 Matière : matières premières, articles de conditionnement et
fournitures.
a. LES ÉLÉMENTS À MAITRISER
LES 5M

Main-d’œuvre Milieu Matières

EFFET

Machines Méthodes

Diagramme d’ISHIKAWA
b. DIFFERENTS CHAPITRES
Gestion de la
DES BPF
qualité
Auto-
Personnel
inspection

Réclamations Locaux et
et rappels des
médicaments
BPF matériel

Fabrication
et analyse en
sous- Documentation
traitance
Contrôle de
la qualité Production
CHAPITRE 1 : GESTION DE LA QUALITÉ

Dans ce chapitre figure un rappel des concepts de


base de gestion de la qualité.
• Assurance Qualité = ensemble des mesures prises
pour s'assurer que les médicaments sont de la
qualité requise pour l'usage auquel ils sont destinés.
• Contrôle Qualité = échantillonnage, spécifications,
contrôle, procédures d'organisation, de
documentation et de libération des lots.
GESTION DE LA QUALITÉ

ASSURANCE QUALITÉ Contrôle Qualité

La qualité se fabrique avant d’ être contrôlée


CHAPITRE 2 : PERSONNEL
Dans un système d’assurance de la qualité,
tout repose sur la compétence et la
disponibilité du personnel. Ce qui suppose :
 Une répartition rigoureuse des responsabilités
individuelles,
 Une bonne définition des tâches,
 Une formation appropriée.
CHAPITRE 2 : PERSONNEL
1- Répartition des tâches et responsabilités:

 Un organigramme de l’entreprise fixant les


positions hiérarchiques doit être établi.
Organigramme validé
Direction technique
Pharmacien directeur technique
resp de production Responsable CQ

Pesée des matières


premières
Granulation
Compression
Conditionnement

=> Cela permet de savoir qui dépend de qui, qui a


autorité sur qui et, aussi, qui fait quoi.
L’organigramme établi, signé et daté par la DT/AQ.
CHAPITRE 2 : PERSONNEL

1- Répartition des taches et responsabilités:


Les BPF définissent les postes clés:
 Pharmacien responsable.
 Chef de département de production.
 Chef de département de contrôle qualité.
Tout ce qui concerne la répartition des tâches et
responsabilités doit être documenté , parfaitement
compris par l’intéressé et ça servira de base pour
l’établissement des programmes de formation.
Fiche de poste
Toutes les fonctions
(d’exécution et d’encadrement)

Des fiches de poste


L’organigramme doit être correctement relayé par des
fiches de postes détaillées et signées de leurs titulaires..
spécifiques
• Gestion du personnel et ressources humaines Formations
• Titulaire d’un diplôme de pharmacien
Compétences
• 02 d’expérience dans le domaine
• La gestion des dossiers de contrôle de la qualité. Tâches
• La validation des techniques de contrôle……..
postes occupés
• Pharmacien chargé du contrôle de la qualité l’intitulé du
Contenu de fiche de poste
CHAPITRE 2 : PERSONNEL
2- Formation du personnel
Elle est une obligation réglementaire pour la
maitrise de la qualité.

L’entreprise doit assurer la formation de tout le


personnel appelé à pénétrer dans les zones de
production ou dans les laboratoires de contrôle ;
personnel technique, d'entretien et de nettoyage
inclus.
CHAPITRE 2 : PERSONNEL
2- Formation du personnel
En plus de la formation de base théorique et
pratique sur le poste de travail, il est exigé
que le personnel reçoive une formation sur les
BPF mais aussi règles d’hygiène et de sécurité.
Une Formation spécifique doit être faite pour
les personnes travaillant dans des zones
à risque.
CHAPITRE 2 : PERSONNEL

2- Formation du personnel
Pour chacun, un plan de formation initiale puis
continue doit être établi par écrit.

L’efficacité pratique de la formation doit être


évaluée périodiquement.
CHAPITRE 2 : PERSONNEL
3- Hygiène
Des programmes détaillés consacrés à
l'hygiène doivent être établis et adaptés aux
différents besoins de l'entreprise. Ils doivent
comporter des procédures relatives à la santé,
à l'hygiène et à l'habillage du personnel
CHAPITRE 2 : PERSONNEL
la formation  partie intégrante de la mise en
œuvre des BPF.

Personne : activités
influence sur la qualité
des produits

Formation continue
concept d’AQ +BPF
CHAPITRE 2 : PERSONNEL

Formations
 Une formation appropriée. BPF
Formation spécifiques
tâches qui
Formation initiale et continue,
leurs sont
en interne et en externe, attribuées
NOUVEAU
RECRU
formation sur la qualité,
Programm formation
l'hygiène, les zones à risques… e annuel de la
de Évaluation
formation
CHAPITRE 2 : PERSONNEL
Hygiène du personnel
Programme d’hygiène adapté
aux besoins de l'entreprise

Procédures Procédures Procédures


relatives relatives relatives
Santé hygiène habillement
CHAPITRE 3 : LOCAUX ET MATÉRIELS

Les locaux et le matériel doivent être situés,


conçus, construits, adaptés et entretenus de
façon à garantir la qualité des opérations
effectuées.

 
CHAPITRE 3 : LOCAUX ET MATÉRIELS
Les locaux

Ils doivent être suffisamment clairs et bien ordonnés. Ils ne doivent pas être encombrés
et être parfaitement adaptés à l’usage que l’on veut en faire.

Ils doivent être faciles à nettoyer : éviter les recoins difficiles à nettoyer et à chaque fois
que cela sera possible encastrer les accessoires et dissimiler les câbles et canalisations.

Il faut établir des flux logiques tant pour personnel que pour le produit.

 
CHAPITRE 3 : LOCAUX ET MATÉRIELS
Le matériel

Il doit être adapté aux fonctions requises c’est-à-dire


qualifié.

Il doit permettre un nettoyage facile, un entretien et une


maintenance sans risque.

Des fiches de vie permettent de suivre l’utilisation du


matériel.
CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION

 Une règle d’or : Toute transmission doit se faire


obligatoirement et exclusivement par écrit
jamais oralement.
 Ces documents retracent l'histoire de chaque
lot.
CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION
Les principaux documents nécessaires:
 Ceux qui indiquent ce qu’il faut faire:
-Les spécifications, fiches descriptives des MP, AC, P vrac, P
intermédiaire et PF
-Les formules de fabrication, les instructions de fabrication et de
conditionnement
-Les procédures et les protocoles

 Ceux qui enregistrent ce qui a été fait:


-Dossier de lot
-Relevés, compte rendus, enregistrements, les cahiers de laboratoire

DOCUMENTATION
Les principaux documents nécessaires:
 Ceux qui indiquent ce qu’il faut faire:
-Les spécifications, fiches descriptives des MP, AC, P vrac, P
intermédiaire et PF
-Les formules de fabrication, les instructions de fabrication et de
conditionnement
-Les procédures et les protocoles

 Ceux qui enregistrent ce qui a été fait:


-Dossier de lot
-Relevés, compte rendus, enregistrements, les cahiers de laboratoire

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION

 Des systèmes de traitement électroniques


peuvent remplacer les documents écrits. Ces
systèmes doivent être validés et d’accès
contrôlé.
CHAPITRE 5 : PRODUCTION

 La production doit être effectuée dans le


respect des bonnes pratiques de fabrication
afin d’éviter toute dérive par rapport aux
exigences du dossier d’AMM.
CHAPITRE 5 : PRODUCTION
Afin d'éviter les contaminations croisées, il est
nécessaire de prendre des mesures à
caractère technique et/ou organisationnel :
 Zones séparées
 Flux gérés
 Procédures appropriées
 Procédés de fabrication validées
CHAPITRE 5 : PRODUCTION

les matières premières doivent être


achetées auprès de fournisseurs agrées,
identifiées, contrôlées, stockées puis mises
en oeuvre selon les règles FIFO (first in first
out) voire FEFO (first expire first out).
CHAPITRE 5 : PRODUCTION
Les articles de conditionnement
imprimés doivent être stockés dans
des zones convenablement protégées.
Ils ne peuvent être sortis du magasin
que par du personnel autorisé et
conformément à une procédure agréée
et détaillée.
CHAPITRE 5 : PRODUCTION
 les Opérations de fabrication et de
conditionnement doivent être réalisées dans des
ateliers où :
-le vide de ligne ou vide de chaine a été vérifié.
-l’efficacité du nettoyage contrôlée .
-Les conditions d’ambiance et le bon état du
matériel sont vérifiés.
-Le dossier de lot est constitué au fur et à mesure
des opérations réalisées.
CHAPITRE 6 : CONTRÔLE QUALITÉ
Le fabricant doit mettre en place un système
de contrôle de la qualité.
Ce système est placé sous l'autorité d'une
personne indépendante de la production qui
possède les qualifications requises.

Responsable de CQ Responsable de production


CHAPITRE 6 : CONTRÔLE QUALITÉ

CONTRÔLE QUALITÉ =
L’ÉCHANTILLONNAGE, ,Les matières premières
 LES SPÉCIFICATIONS, ,Les articles de conditionnement
 LE CONTRÔLE, Les médicaments.
 LES PROCÉDURES DE
CONTRÔLE QUALITÉ.
CHAPITRE 7 : FABRICATION ET ANALYSE
EN SOUS-TRAITANCE

Les contrats de sous traitance doivent être écrits.

Le donneur d’ordre doit évaluer la capacité du sous traitant.

Le sous-traitant doit informer le donneur d’ordre de tout

changement susceptible d’influer sur la qualité du produit.


 
CHAPITRE 8 : RÉCLAMATIONS
ET RAPPELS DE MÉDICAMENTS
Tout fabricant doit mettre en place:
une procédure d’enregistrement et de traitement des
réclamations
un système de rappel de lots permettant de retirer
rapidement et efficacement du marché tout médicament
défectueux ou suspecté de l’ être ou tout médicament
présentant un risque pour la santé public.
Tout défaut de fabrication doit être signalé aux autorités
compétentes.
 GESTION DES RÉCLAMATIONS

 GESTION DES RAPPELS

Client insatisfait
CHAPITRE 9 : AUTO- INSPECTION

Il s’agit d’une inspection interne qui a pour objectifs :


 De s’assurer du respect des BPF et du bon
fonctionnement du système qualité.
 De mettre en place des mesures correctives en
cas de dérive.

Les auto-inspections doivent être pratiquées


périodiquement ou décidées dans des circonstances
particulières (réclamations, incidents…).
2. les Bonnes Pratiques de Préparation (BPP)
préparations hospitalières (PH)
préparations officinales (PO)
a. GUIDE DES BONNES PRATIQUES DE
PRÉPARATIONS
Les préparations pharmaceutiques regroupent :
 les préparations réalisées dans les pharmacies
hospitalières (PH),
 et les officines de ville (PO).
Elles sont destinées à un ou plusieurs malades
lorsqu’il n’existe pas de médicament adapté ou
que le médicament est indisponible.
a. GUIDE DES BONNES PRATIQUES DE
PRÉPARATIONS

Les préparations
pharmaceutiques
les préparations Les préparations
hospitalières officinales
(PH) (PO)
a. GUIDE DES BONNES PRATIQUES DE
PRÉPARATIONS
 EN 2007 ont été publiées en France les
Bonnes Pratiques de Préparation (BPP)  
 Ce texte de référence est opposable,
pour garantir la qualité de leurs
préparations pharmaceutiques.
a. GUIDE DES BONNES PRATIQUES DE
PRÉPARATIONS
Les directives sont rédigées dans le même
esprit que les BPF,

L’accent est mis sur la sécurisation des


approvisionnements en matières premières
qui doivent être de qualité pharmaceutique,
notamment par un système de traçabilité à
partir du fournisseur.
b. LES DIFFÉRENTS CHAPITRES DES BONNES
PRATIQUES DE PRÉPARATIONS
.
Préparation
Conditions
de sous traitance, Contrôles
des contrôles BPP :
et du transport
généralités
Gestion des anomalies, Gestion de qualité
retours, réclamations Et documentation
et rappels de lot
b. LES DIFFÉRENTS CHAPITRES DES
BONNES PRATIQUES DE PRÉPARATIONS

BPP : les lignes


directrices particulières
Préparation de
médicaments contenant Préparation des
des substances
dangereuses pour le
médicaments
personnel et stériles.
l’environnement.
b. LES DIFFÉRENTS CHAPITRES DES
BONNES PRATIQUES DE PRÉPARATIONS

BPP : les lignes directrices


réservées aux pharmacies à usage
intérieur

Préparations rendues
nécessaires par les recherches Préparations
biomédicales, y compris des médicaments
préparations de médicaments radiopharmaceutiques.
expérimentaux.
LES DIFFÉRENTS CHAPITRES DES BONNES
PRATIQUES DE PRÉPARATIONS

La quatrième partie contient des recommandations


destinées au fabricant ne pouvant plus se procurer
les matières premières, ce qui l’oblige à avoir
recours à des spécialités pharmaceutiques dont il
doit détruire la forme galénique afin de les utiliser
comme nouvelles matières premières.
LES DIFFÉRENTS CHAPITRES DES BONNES
PRATIQUES DE PRÉPARATIONS

Comprimés Comprimés broyés Excipient(s)

gélules Fabrication des gélules


CONCLUSION
Les guide des BPF et BPP sont des documents en
perpétuelle évolution.
De nombreux projets sont en cours pour renforcer la
sécurité des patients en termes de qualité de la fabrication
des médicaments.
Ces projets tiennent compte à la fois des évolutions
réglementaires mais aussi scientifiques et techniques. Ils
s’adaptent aux nouvelles pratiques mises en place par les
industriels. Ils tiennent compte aussi des retours
d’expérience acquis durant les inspections et le traitement
des signalements de défauts qualité.