Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque

Retard mitotique et maintien de l’intégrité du génome

Par : Anis Hamine

4/7/12

Introduction :
L’intégrité du génome des organismes vivants est constamment menacée par différents facteurs extrinsèques ou intrinsèques aux cellules. Des systèmes de surveillance ou de contrôle (check points) contrôlent l’accomplissement de la réplication de l’ADN et la présence de lésions sur celui-ci. L’activation de ces voies aboutit à l’arrêt du cycle cellulaire en liaison avec l’induction de la réparation de l’ADN, l’inhibition de la réplication et l’activation des systèmes de récupération ( 1et 2 ) . En outre, le système de surveillance du fuseau mitotique assure à chaque cycle cellulaire la ségrégation correcte des chromatides sœurs dans les cellules filles . Il faut souligner que les voies de surveillance de l’intégrité du génome sont conservées des levures à l’homme. 4/7/12

Le cycle cellulaire
 

Définition : C’est l’intervalle de temps s’écoulant entre le moment ou la cellule vient de se former (âpre une mitose ) et le moment ou elle donne deux cellules filles à la suite d’une nouvelle division ;c’est donc une interphase et une mitose. C’est le temps d’une génération à l’échelle cellulaire

4/7/12

o

c y c l e c v e l
Ø

Le cycle cellulaire se subdivise en plusieurs phases : G1, S , G2 pour l’interphase et M pour la mitose : L ’ interphase : G1: survient à la fin de la

Ø

elle est subdivisé en quatre phases principales

: vProphase : chaque chromosome apparait sous forme dédoublée (chromatides sœurs ) cette dernière résulte de la duplication de l’ADN . v métaphase : l’apparition du fuseau mitotique ; les chromosomes se disposent sur la plaque équatoriale ;et toujours pas de division du centromère . v l’Anaphase : séparation complète des 2 chromatides de chaque chromosome ; et chacune des chromatides migre vers l’un des deux pôles opposées et division du centromère . v télophase : formation de le membrane nucléaire, division du cytoplasme( cytodierse ).

4/7/12

Les molécules intervenant dans la surveillance du cycle cellulaire

Les mécanismes de surveillance font intervenir des molécules différentes des cyclines/ CDK; différentes des molécules qui interviennent directement dans les événements du cycle. Parmi ces molécules on retrouve : Kinases: se lient à l’ADN Exemple: Kinase ATM (ataxia-télangiectasia mutée) Kinase ATR (ataxia-télangectasia Related)

  •

Ainsi que les protéines sérine-thréonine kinase; Chk1 et Chk2. La protéine Mad2: intervient lors du point de surveillance Métaphase-Anaphase.
4/7/12

Définition :

Les Cdk
Les Cdk sont des sérine-thréonine kinases, enzymes qui catalysent la phosphorylation de protéines cibles ( substrats) jouant un rôle dans les événements du cycle cellulaire (fragmentation de l’enveloppe nucléaire, compaction des chromosomes, réplication de l’ADN ….), ou dans l'avancement du cycle. La première CDK mise en évidence fut la CDK1 qui associée a la cycline B constitue le MPF ( Mitosis Promoting Factor )


Mode d’action :
Leur activité consiste à transférer le groupement γ-phosphate de l’ATP sur une sérine ou une thréonine, présentes dans les protéines cibles, à condition que ces acides aminés soient dans une séquence d'acides aminés caractéristique (séquence consensus) spécifiquement reconnue par la kinase .

Caractéristiques es Cdk:
elles ne sont pas présentes durant tt le cycle . elles apparaissent et disparaissent brusquement à des moments précis du cycle ;de façon périodique . Les cyclines n’ont pas d’activité enzymatique, ce sont des protéines régulatrices nécessaires aux Cdk pour qu’elles soient enzymatiquement actives .
Complexe actif

Ø

Ø

Ø

Phosphorylation des protéines cibles

4/7/12

Structure en 3D d’une Cdk : Cdk 2

Site ATP
Ct

Forme inactive :
Nt

 Forme Nt

active :

Hélice PSTAIR E
Cycline A

Ct
T160

Cdk 2

Boucl eT

Site Subst rat

Complex e Cycline A/Cdk2
4/7/12

des moment très précis du cycle

Abondance des complexes Cycline / Cdk au cours du cycle cellulaire. si dessous les cyclines ne sont exprimé qu’a comme le montre le graphe

L’axe donne la succession des complexes en fonction des phases du cycle. Seuls les principaux complexes sont indiqués

L'entrée en mitose, ou transition G2 / M, est sous le contrôle du complexe Cycline B / Cdk1, et se réalise de manière brutale. Or, on peut constater que la Cycline B est synthétisée pendant une longue période du cycle, et que le complexe Cycline B / Cdk1 se forme progressivement au cours des phases S et G2.

4/7/12

La disparition d’une cycline donnée est la conséquence de :
1)

l’arrêt de la synthèse d’ADN du fait de l’inactivation rapide de l’activateur de transcription du gène de la cycline . la diminution rapide de la réserve d’ARNm L’instabilité de la protéine cycline

2) 3)

4/7/12

Tableau illustrant l’activité de chacune des CDK
Moment Complexe du cycle Cycline / Cdk

Effets du complexe

G1

Cycline D / Cdk4 • Phosphorylent et inactivent la protéine Rb ("Rétinoblastoma et protein"), ce qui a pour effet de libérer les facteurs de Cycline D / Cdk transcription E2F qui contrôlent l’expression de gènes 6 nécessaires pour la transition G1/S et pour la progression de S (synthèse des cyclines E et A, entre autres). Cycline E / Cdk 2 •Responsable de la transition G1/S. Phosphoryle la protéine Rb. •Induit la duplication du centrosome dans certains cas (xénope)

G1/S

S

Cycline A / Cdk •Phosphoryle des substrats qui déclenchent et entretiennent la 2 réplication de l’ADN et l’inactivation de facteurs de transcription de la phase G1. •induit la duplication du centrosome chez les mammifères. •arrêt de la dégradation de la cycline B qui s'accumule. Cycline B / Cdk •Dirige la transition G2/M par phosphorylation de nombreux 1 substrats et conduit la progression de la mitose.

G2/M

Comme l'illustre ce tableau, l'activité de chacune des Cdk n'est pas constante au cours du cycle cellulaire : les Cdk peuvent donc être activées ou inhibées.

4/7/12

Action des Cdk durant le cycle :
Le cycle cellulaire est contrôlé par au moins 6 complexes Cycline / Cdk différents qui interviennent à des moments précis du cycle cellulaire. (Chaque Cdk agit sur des substrats définis)

4/7/12

Activation des Cdk
  

Les Cdk sont activées, par : Des phosphatases : Cdc 25 A
Déphosphorylations "activatrices") (responsables de

Des kinases : CAK ("Cdk Activating Kinase" = Cycline H / Cdk 7), (Polo K, indirect), [Phosphorylations "activatrices"]

4/7/12

Inhibition des CDK

4/7/12
Ø Les Cdk sont inhibées par : • des protéines inhibitrices (inhibiteurs physiologiques), les CKI (Cdk Inhibitor) : p16, p21, p27, qui agissent sur les complexes Cycline / Cdk • une kinase : Wee 1 [responsable de Phosphorylations "inhibitrices"] qui agit sur la Cdk1 en phosphorylant les sites tyrosine 15 et thréonine 14.

Contrôle et régulation du cycle cellulaire

Le cycle cellulaire est régulé par l’environnement de la cellule qui évite la prolifération de cellules endommagées . Les points de contrôle sont des étapes ou le cycle cellulaire peut être arrêté si les circonstances ne sont pas bonnes pour la division cellulaire . les principaux points de contrôle se localisent à la fin de G1 et G2 ; et au point R de la phase G1 .

4/7/12

Le point de restriction R

l’initiation du cycle cellulaire nécessite la présence de facteurs de croissance extra –cellulaires ou mitogènes .en l’absence de ces derniers ;les cellules quittent le cycle en G1 et entrent en G0 . le point dans G1 ou la cellule décide d’entrer ou non dans un autre cycle de division est nommé  Point de restriction . or ; les cellules privée de mitogènes au point R entrent en G0 ; elles ne s’orientent pas vers une division cellulaire , au contraire des cellules qui sont pourvues de mitogènes après le passage du point R poursuivent leur division cellulaire . Dans la plupart des cellules le point R survient quelques heurs après la mitose . Le point R est donc d’importance cruciale pour comprendre l’engagement des cellules dans le cycle de 4/7/12 division .

ce pt est contrôlé par 1 protéine Rb ; E2F et par des complexes cyclines –Cdk . Le passage par le point critique R de la phase G1 dépend de l’activation d’un facteur de transcription E2F . E2F stimule la transcription et l’expression des gènes codant pour les protéines nécessaires à la réplication de l’ADN , à la synthèse des désoxyribonucléotides ;mais également pour les cyclines et les Cdk requises lors des phases tardives du cycle cellulaire . L’activité de E2F est inhibée par liaison de la protéine RB ( Protéine rétinoblastome suppressive de tumeur ) et autres protéines associées . Quand la Rb est hypophosphorylé (sous-phosphorylé), l’activité E2F est inhibée . La phosphorylation de Rb par les complexes cycline-Cdk ,au milieu et vers la phase G1 , libère E2F qui peut aussi activer la transcription .
4/7/12

Le contrôle du Point R

Shémas montrant la régulation de E2F par Rb et les complexes Cdk

.
ATP Signal Mitogéniqu e Rb Activation de G1 Cycline-Cdk E2F E2 F P ADP

R b

4/7/12

Activation transcriptionel le et entrée

Activation des Chk :

Il semble donc exister deux voies parallèles dans les cellules de mammifères: La voie ATR-Chk1: qui répond principalement aux blocages des fourches de réplication et aux lésions produites par les rayons ultraviolets. la voie ATM-Chk2 : qui répond aux cassures double-brin de l’ADN
4/7/12

e
 Si

S u r v e i l l a

l'ADN est endommagé, la transition G1-S est bloquée par les mécanismes de surveillance de l'état de l'ADN (DDCP). Ces mécanismes aboutissent d'une part à la dégradation de Cdc25A, ce qui arrête le cycle puisque les complexes Cycline D / Cdk4 et Si Cyclines E, A / Cdk2 ne peuvent plus l'A être activés par Cdc 25A, d'autre part DN à l'accumulation dans la cellule de p est 53 qui induit l'expression de p 21, lés inhibiteur des complexes Cyclines E, A é, / Cdk2. La p 53 induit également la l'ac transcription d'enzymes de réparation tiva
4/7/12

e S l'A DN u est r lés é, v ou e si D a la n i s rép l licac e l tio n c a n'e a

 Si

s

4/7/12

Point de surveillance de l'attachement correct des chromosomes au fuseau : transition métaphase / anaphase

L'attachement correct des chromosomes au fuseau mitotique en plaque métaphasique est indispensable au déclenchement de l'anaphase. Le contrôle de cet attachement représente un point de surveillance important, au cour de la mitose. Un mécanisme opère pour s’assurer 4/7/12 que tous les chromosomes sont

transition métaphase / anaphase Normalement, à l'anaphase, les
chromatides-sœurs se séparent lorsque la séparase (une protéase) détruit par protéolyse spécifique la cohésine qui les maintient rassemblées. Or, tant que les chromosomes métaphasiques ne sont pas correctement attachés au fuseau par leurs kinétochores (et, il suffit qu'un seul ne le soit pas), la séparase est inhibée par la sécurine. La destruction de la sécurine est sous la dépendance de l'APC-Cdc20 (APC = Anaphase Promoting Complex, ubiquitine ligase active lorsqu'elle est 4/7/12 associée à la protéine Cdc20) qui reste

Mutation des protéines régulatrices

Les molécules intervenant aux points de surveillance du cycle sont aussi souvent mutées ; il en résulte

:

Ø

des sur-expressions de protéines qui normalement sont des stimulatrices de la prolifération : Cyclines (Cycline D dans le cancer du sein) ou Cdk (Cdk4 par exemple). des pertes d’expression ou des inactivations de protéines qui normalement sont des freins du cycle (CKI, pRb).
Il faut remarquer que ces changements dans le taux d’expression de 4/7/12 molécules peuvent

Ø

Ø

Mutation du gène TP53

Le gène TP53 est situé sur le chromosome 17p13.1 La protéine p53 est une phosphoprotéine de 393 acides aminés de poids moléculaire 53 kDa.

surnommé « Gardien du génome » Elle est exprimée tout au long du cycle cellulaire, mais son taux d'expression reste bas du fait de sa dégradation rapide. C'est une protéine nucléaire qui possède plusieurs fonctions. C'est un facteur de transcription, mais c'est aussi une exonucléase qui participe directement à la réparation de l'ADN. les mutations du gène TP53 sont associées à de trés nombreux types de tumeurs et les chercheurs ont estimé à 50 % les tumeurs humaines dont les cellules sont dépourvues de protéine P53 . la protéine P53 est activé notamment en réponse à des lésions de l’ADN En conditions normales ; Si l’arrêt en un des deux point principaux de contrôle du cycle se prolonge en raison de lésions de l’ADN ou trop nombreuses ( la réparation est alors impossible ) alors la P53 va déclencher le mécanisme d’apoptose . maintenant si en raisons de mutations la P53 n’est pas fonctionnelle alors le cycle cellulaire n’est pas bloqué , l’apoptose n’est pas induite 4/7/12

L'inactivation de p53 entraîne une augmentation du taux de mutations, de recombinaisons, et d'amplifications géniques dans les cellules tumorales et explique donc en partie l'accumulation des lésions génétiques et des aberrations chromosomiques caractéristiques de l'instabilité génétique de ces tumeurs. Les individus porteurs de façon congénitale d'une mutation germinale inactivatrice mono-allélique de p53 présentent un syndrome de prédisposition familiale au cancer très grave, le syndrome de Li et Fraumeni caractérisé par une propension accrue aux tumeurs cérébrales, aux sarcomes des tissus mous, aux cancers du sein, de la surrénale et aux leucémies.

Suppression des “checkpoints” et instabilité génétique

La plupart (>90 %) des mutations de p53 rencontrées dans les cancers sont des mutations faux-sens responsables de la substitution d'un seul acide aminé dans la protéine produite. L'inactivation de p53 est souvent corrélée avec l'agressivité tumorale et un mauvais pronostic

4/7/12

Altérati on de l’ADN Transcription du gène P53 Protéine P53 Autres effets

Activation de la transcription de P21 Protéine P21 Inhibition des : CdK2 ; Cdk4; Cdk6 Arrêt du cycle cellulai

Apoptos e
4/7/12

Régulation des cyclines durant le cycle cellulaire

G1

M

G2

4/7/12

S

Conclusion :

Grâce à la grande précision de la régulation du cycle, le taux d’erreurs dans le déroulement du cycle est très faible. Cependant, l’apparition de cellules transformées dont la prolifération incontrôlée aboutit à un cancer s'observe encore malheureusement trop fréquemment. Comme nous l'avons vu, la régulation du cycle cellulaire et les différents processus de surveillance du cycle font intervenir de très nombreuses 4/7/12 protéines qui, soit stimulent la

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful