Vous êtes sur la page 1sur 2

Offre et demande de monnaie

L’offre de monnaie est déterminée de 2 manières:

1) elle est prédéterminée par la banque centrale (BC) à travers des pièces et des billets
émis dans l’économie, mais il faut souligner que cette influence est fort limitée ;
2) c’est là l’influence indirecte de la BC qui est la plus forte, elle est effectuée par
l’encadrement des crédits, par le biais des réserves que les banques commerciales
doivent détenir auprès de la BC ainsi que les taux directeurs (sorte de taux d’intérêt
que la BC applique sur les billets et pièces émis par la BC et qu’elle prête aux banques
commerciales quand elles sont en manque de liquidités). Ces taux directeurs ont une
influence sur les dépôts que les banques commerciales pourront détenir et créer
surtout).

L’influence est donc indirecte et incertaine (dans quelle mesure la hausse du montant des
réserves que les banques commerciales doivent détenir auprès de la BC ou la hausse des taux
directeurs influera telle la création de dépôts ???).
Cependant, le modèle IS-LM partira de l’hypothèse très simplificatrice que la BC à un
contrôle total sur la masse monétaire (on ne considère en fait que les billets et les pièces émis
par la BC comme seule sorte de la masse monétaire)

(Ms/P) = Mo/P

Nous observons que l’on divise la masse monétaire par le prix (P) puisque l’on parle en
termes réels. (Le « s » signifie « supply » et donc l’offre).

En ce qui concerne la demande de monnaie, le modèle se réfère à la théorie quantitative de


la monnaie
MV=PY

Où « Y » est le montant des transactions réelles dans l’économie, « P » est l’indice général
des prix. « P.Y » représente donc le montant des transactions nominales réalisées dans
l’économie par période de temps. « M » est la masse monétaire et « V » est la vitesse de
circulation de la monnaie (si V=4, cela veut dire qu’une unité monétaire est employée quatre
fois par période de temps).

La demande de monnaie est donc déterminée ainsi :

(Md/P) = kY où k= 1/V

D’autre part « V » fluctue dans le temps, ce n’est pas un paramètre constant et il varie à court
terme en fonction du taux d’intérêt nominal. En effet, si les taux d’intérêt augmentent , le coût
d’opportunité lié à la détention de la monnaie augmente également, le rendement entre un
actif financier et la monnaie s’accroît d’autant plus. Conséquence, les gens mettrons de
l’argent en banque (épargne, obligations, …) et emploieront moins d’argent pour effectuer des
transactions et des dépenses, ce qui va forcément accroître la vitesse de circulation de la
monnaie (afin de respecter l’égalité de la théorie).
On dit donc que la demande de monnaie est une fonction négative du taux d’intérêt (on parle
bien de monnaie mais pas d’actifs financiers !!! on pourrait encore dire, mais c’est un peu
vague, « cash »). Et une fonction positive du revenu (plus on est riche, plus on veut des
liquidités pour faire face à ses dépenses :

(Md/P) = L(i -,Y+ )