Vous êtes sur la page 1sur 11

Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D.

, 5 Novembre 2009

Vaccination H1N1- 10 Questions cruciales


« Le microbe n’est rien, c’est le terrain qui est tout. » Claude Bernard

Le débat de l’heure concernant la campagne de vaccination massive contre le virus H1N1 n’est pas sans
rappeler la vieille controverse opposant Louis Pasteur et Claude Bernard. Selon Pasteur et autres
défenseurs de la vaccination, le virus représente l’ennemi à abattre alors que pour les naturalistes
comme Bernard, il faut plutôt renforcer le terrain qui saura alors faire face aux agresseurs en provenance
de l’extérieur incluant les fameux virus.

En raison de la propagande médiatique qui nous inonde en ce moment, je reçois de nombreuses


questions de la part de mes patients concernant ma position face au vaccin H1N1.

Cependant, la vaccination constitue un acte médical et en tant que naturopathe-clinicienne, je


ne peux pas me prononcer quant à la pertinence d’un acte médical posé par un médecin.

Par contre, je peux vous faire part de mes propres réflexions et questionnements suite à mes
nombreuses lectures sur le sujet.

1. Qu’est-ce que la nouvelle grippe A(H1N1) ? Il s’agit d’une grippe causée par un nouveau virus A
1
(H1N1) qui n’avait jamais circulé auparavant chez l’homme. Le virus est transmis de personne à
personne de la même façon que celui de la grippe saisonnière normale, lorsque des personnes
infectées toussent ou éternuent et que les gouttelettes infectées sont inhalées ou contaminent les
mains ou des surfaces.

2. Quelle est l’ampleur réelle de la « pandémie » de grippe H1N1 à l’heure actuelle et peut-on
vraiment parler de « pandémie » ? Au niveau planétaire, les statistiques obtenues sur le site de
l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) nous indiquent qu’au-delà de 375 000 cas de H1N1
avaient été répertoriés en date du 4 octobre 2009 et que de ce nombre, 4500 personnes en sont
2
décédés. Il est intéressant de noter que la définition du seuil d’atteinte d’une pandémie a été
3
fortement abaissée par l’OMS le 27 avril 2009. Plus près de nous, selon l’Agence de santé publique
du Canada, on comptait un total de 1 779 cas hospitalisés ainsi que 92 décès causés par le virus
4
pandémique (H1N1) au pays en date du 24 octobre 2009. Le total de décès pour le Québec se
5
chiffrait, pour sa part, à 27 depuis le début de la « pandémie ».

3. Quelle est la menace réelle posée par la grippe H1N1 ? On attribue donc le nombre de décès
causés par le virus H1N1 à 4500 à l’échelle planétaire pour une population mondiale de 6,8 milliards,
ce qui représente un risque réel de décès par H1N1 de 0.00007%. Je vous rappelle que la banale
6
grippe saisonnière réclame entre 250 000 et 500 000 vies dans le monde, bon an mal an. En se fiant
aux statistiques de l’OMS précédemment citées, nous pouvons établir le taux de décès des personnes
infectées par le virus à 1.2 % (4500 décès sur 375 000 cas déclarés).

4. Nos enfants sont-ils plus menacés par le virus? Depuis le début de la pandémie, 4 décès
attribuables au virus pandémique (H1N1) 2009 ont été signalés chez des enfants âgés de moins de
7
16 ans au Canada. Bien que dramatiques, ces décès ne représentent que 4 % des cas de mortalité
attribuables au H1N1. En comparaison, au Québec seulement, 207 enfants en moyenne sont décédé
8
annuellement de façon accidentelle entre 2000 et 2005.

1
Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D., 5 Novembre 2009

5. Pourquoi le message d’un virus « meurtrier » est-il véhiculé alors que :

a. Selon l’OMS : « La majorité des personnes qui contractent le virus sont atteintes de la forme
bénigne de la maladie et guérissent sans traitement antiviral ni soins médicaux. Parmi les cas
plus graves, plus de la moitié des personnes hospitalisées souffraient de pathologies sous-
9
jacentes ou avaient un système immunitaire affaibli. »

r
b. Dans un communiqué émis par l’Hôpital Ste-Justine le 27 octobre 2009, le D Harley
Eisman, directeur médical du département d’urgence à L’Hôpital de Montréal pour enfants
rappelle aux parents que : «la grippe H1N1 est une forme relativement bénigne de la grippe et
que du point de vue de la gravité elle est très similaire à la grippe saisonnière. La seule
différence, c’est que la saison de la grippe a commencé plus tôt et que plus de gens en sont
10
atteints ».

6. Ou sont les preuves concernant l’efficacité de la vaccination contre la grippe en général ?


Même après 40 années de vaccination antigrippale, nous ne disposons d’aucune preuve satisfaisante
11
d’efficacité ni d’aucune donnée convaincante sur la tolérance. En révisant le site de la très crédible
Cochrane Database, à ce sujet, on peut trouver une série d’évaluations concernant les vaccins
antigrippaux effectuée par T. Jefferson, épidémiologiste. Les conclusions de ces évaluations par
groupes d’âges sont les suivantes :

a. Chez le sujet âgé (65 ans et plus) : « Sur la base des données fiables, l’utilité des vaccins
12
hors institution est modeste ».

b. Chez le jeune adulte : « Il n’y a pas assez de preuves permettant de déterminer si la


13
vaccination antigrippale est efficace pour prévenir la grippe chez l’adulte en bonne santé ».

c. Chez l’enfant : « S’il s’agit de recommander la vaccination des enfants comme mesure de
santé publique, il est urgent d’entreprendre des études à grande échelle pour en évaluer les
principaux impacts et opérer des comparaisons directes entre les différents types de
14
vaccins. » On note en effet qu’une seule étude a été effectuée sur la vaccination antigrippale
chez les enfants de moins de 2 ans alors qu’on la recommandée d’office au Canada.

7. Relativement à une pathologie pour l’instant assez bénigne (voir point 5) les effets indésirables
du vaccin ne risquent-ils pas, par leur fréquence ou leur gravité, de surpasser les risques de la
maladie que les vaccins sont censés prévenir ? Personne ne peut évidemment répondre à cette
question pourtant cruciale car il faut parfois plusieurs années de pharmacovigilance après un
développement vaccinal « normal » afin d’identifier une complication et que dans le cas du vaccin
antigrippal H1N1, les essais vont être conduits en quelques jours dans un climat de précipitation.
Pourtant, plusieurs experts reconnaissent que de quelque façon qu’on s’y prenne, la durée normale
d’une seule étude clinique de sa conception à la finalisation du rapport se chiffre en années. Lorsqu’un
médicament n’est pas totalement nouveau, mais qu’il appartient à une classe thérapeutique déjà en
usage, on se fonde habituellement sur les effets indésirables de la classe en général pour anticiper
15
sur les effets du nouveau produit en particulier. Mais au fait, quels sont les effets indésirables
connus dans la classe largement utilisée des vaccins antigrippaux ? Le potentiel des vaccins à
16
déclencher des maladies auto-immunes est parfaitement répertorié et ce risque se multiplie

2
Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D., 5 Novembre 2009

17
statistiquement à mesure que l’on augmente le nombre de vaccinations administrées. Pourtant, les
études consacrées aux risques potentiels des immunisations associées sont quasi inexistantes…
8. Quels seront les effets à plus ou moins long terme des adjuvants contenus dans ce nouveau
type de vaccin ? (Voir annexe en page 8) En diminuant les doses d’antigènes dans les vaccins, les
fabricants se voient forcés d’augmenter la quantité d’adjuvants (dont le squalène et le thimérosal et le
formaldéhyde !) et d’additifs, sans disposer d’aucun recul sur les conséquences de ce changement en
termes de santé et sécurité publique. Une étude publiée en octobre dernier nous rappelle que le
mercure, le cadmium, l’arsenic et le plomb ont été associés à l’autisme, aux troubles déficitaires de
l’attention (TDA) et même à la mort d’enfants et que le mercure contenu dans le thimérosal des
18
vaccins contribue à ce problème de manière significative. Cette étude recommande donc aux
femmes enceintes et aux enfants de minimiser leur exposition aux vaccins contenant du mercure.
Pourtant, il s’agît des populations qu’on vaccine contre le H1N1 en priorité
Le thimérosal est composé à 49.55 % de mercure et sa décomposition peut produire des substances
toxiques telles que le méthyléthylmercure ou le diéthylmercure dans l’organisme. Ces substances ont
un taux de toxicité similaire au diméthylmercure. Selon une autre étude, l’utilisation prépondérante et
largement non supervisée du thimérosal dans l’industrie pharmaceutique - alors que son inefficacité et
sa toxicité ont même été reconnus par l’hyper-conservatrice Food and Drug Administration américaine
19
dans les années 1980 - constitue une crise médicale. Quant au squalène, une étude Danoise
publiée en octobre dernier reconnaît sa dangerosité en tant qu’adjuvant entrant dans la composition
20
du vaccin contre la grippe porcine.

9. Quelles conséquences cette vaccination risquent-elles d’entraîne sur l’efficacité du système


immunitaire en général face aux infections futures ? Une étude qui vient à peine d’être publiée
dans le prestigieux (et très conservateur) journal médical Lancet nous informe que la vaccination
systématique contre la grippe saisonnière de type Influenza A pourrait nous priver de notre immunité
naturelle nous permettant de faire face à d’autres types de virus Influenza A comme le virus H1N1 ou
21
le H5N5 (grippe aviaire). La vaccination contre le H1N1 ne risque-t-elle pas, elle aussi de nous priver
d’une forme d’immunité qui nous permettrait de faire face à des virus potentiellement encore plus
virulents ? Cette question mérite qu’on s’y attarde sérieusement.

10. Pourquoi une telle propagande en faveur d’une vaccination préventive de masse alors qu’on
dispose de médicaments antiviraux approuvés dans le traitement d’infection de type
influenza ? Selon l’OMS, les médicaments antiviraux oseltamivir (Tamiflu) et zanamivir (Relenza)
22
sont approuvés pour le traitement de l’infection H1N1. Le Canada dispose de 55.7 millions de
doses de ces antiviraux, soit de quoi traiter 5.6 millions de personnes. Le Tamiflu (vendu par
Hoffman-La Roche) compte pour 90 % de ce nombre et le Relenza (GlaxoSmithKline) pour les 10 %
23
restants. Pourquoi alors risquer de vacciner des populations entières avec un vaccin dont on ne
connaît pas encore les risques potentiels ? Lorsqu’on pense que le Tamiflu qui est présentement
utilisé pour la vaccination contre le H1N1 a initialement été fabriqué il y a trois ans dans le
cadre d’une autre hystérie collective face aux pseudo-danger encourus en raison de la grippe
aviaire (H5N1) et que la durée de vie du Tamiflu est également de trois ans, on peut
effectivement se demander si cette politique de vaccination massive ne serait pas motivée par
des intérêts économiques plutôt qu’humanitaires ? Les États-Unis à eux seuls avaient fait
provision de 20 millions de doses du vaccin…

3
Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D., 5 Novembre 2009

La décision de se faire vacciner ou non est une question individuelle à laquelle chacun doit répondre
en fonction de ses propres valeurs. Cependant, afin de pouvoir poser un choix éclairé, nous devons
disposer d’information objective qui, selon moi, fait cruellement défaut dans le cas du l’H1N1.
Vaccination H1N1- Les alternatives
En raison de la récente émergence du virus influenza de type H1N1, nous ne disposons pas encore
d’études cliniques nous permettant de valider spécifiquement l’efficacité de suppléments ou de
substances d’origine naturelle contre le virus. De plus, puisque l’industrie pharmaceutique ne peut
breveter ces substances naturelles, il est peu probable que ces études voient le jour.

Par contre, comme cela est pratique courante avec les médicaments et les vaccins existants contre le
H1N1, nous allons présumer de l’efficacité de notre intervention en extrapolant les résultats obtenus dans
le cadre d’autres infections de type influenza.

1. Agir sur les facteurs prédisposants

La sévérité d’une infection de type influenza et la durée de la maladie dépendent de plusieurs facteurs
dont :

 Le statut nutritionnel global et l’état général de santé. La nutrition a été identifiée comme
24
étant le principal facteur dans la résistance aux infections de type influenza ;
25 26 27
 L’état général du système immunitaire de la personne ;
28
 Le statut antioxydant ;
 La résistance des voies respiratoires face au stress oxydatif associé aux infections de type
influenza ainsi que sa capacité à générer une réponse immunitaire locale / inflammatoire et sa
29 30 31 32
capacité à fabriquer et à sécréter des anticorps ;
33
 Le taux d’immunité contre cette souche particulière d’influenza.

Nous pouvons donc raisonnablement présumer que l’optimisation du statut nutritionnel, de


l’état du système immunitaire, du statut antioxydant, de la résistance des voies respiratoires
par l’alimentation ou les suppléments appropriés constitue une mesure de prévention
efficace.

Quant au taux d’immunité contre cette souche particulière d’influenza, nous savons désormais
que la vaccination systématique contre la grippe saisonnière de type Influenza A pourrait nous priver
de notre immunité naturelle nous permettant de faire face à d’autres types de virus Influenza A
34
comme le virus H1N1 ou le H5N5 (grippe aviaire). Selon cette information, le fait d’éviter les
vaccinations saisonnières contre la grippe pourrait favoriser l’immunité contre le H1N1.

2. Les substances susceptibles de nous prémunir contre l’influenza et/ou d’en atténuer les
symptômes.

Ces recommandations sont à titre indicatif seulement. Ils ne constituent pas un traitement médical et
ne devraient aucunement se substituer à l’avis de votre professionnel de la santé. La prise de
suppléments nutritionnels devrait toujours se faire de façon personnalisée sous la supervision d’un(e)
naturopathe qualifié(e).

 La vitamine C administrée en méga-dosage (1000 mg par heure durant les 6 premières heures
et 3 fois par jour par la suite) durant ou après une infection de type influenza à permis d’en
35
diminuer les symptômes chez un groupe d’étudiants.

4
Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D., 5 Novembre 2009

Dosage adulte suggéré : 2000 mg par jour en prévention. En cas d’infection, 6000 mg en doses
fractionnées durant le premier jour puis 3000 mg par jour en doses fractionnées par la suite.
Je suggère la vitamine C sous forme d’ascorbate de calcium (pH neutre) plutôt que d’acide
ascorbique (forme acidifiante).

Dosage enfant suggéré : 500 mg par jour en prévention.

 La vitamine D sous forme active (1,25-OH D2) possède un effet modulateur du système
immunitaire. Elle stimule de façon marquée l’expression de puissants peptides antimicrobiens qui
se trouvent dans les neutrophiles, les monocytes, les cellules tueuses naturelles NK et dans les
cellules épithéliales qui tapissent les voies respiratoires ou ils participent à la protection des
poumons faces aux infections. Les rayons ultra-violets (du soleil ou de sources artificielles) et
l’huile de foie de morue (naturellement riche en vitamine D) réduisent l’incidence d’infections
36
respiratoires d’origine virale.

Dosage adulte suggéré : 1000 UI par jour en prévention, sous forme émulsionnée si possible.

Dosage enfant suggéré : 400 UI par jour en prévention.

 La vitamine E. Il a été démontré que ce puissant antioxydant peut combattre les infections de
type influenza en stimulant le système immunitaire lors d’études effectuées chez les humains et
37 38
chez les animaux. Les études effectuées sur les animaux ont révélé que la vitamine E
conjuguée à d’autres antioxydants peut offrir une protection contre la grippe en réduisant le
stress oxydatif associé au virus.

Dosage adulte suggéré : 400 UI par jour de tocophérols complets (alpha et gamma-
tocophérols) en prévention.

Dosage enfant suggéré : 200 UI par jour en prévention.

 Mise en garde : la vitamine E possède des propriétés fluidifiantes sanguines et


anticoagulantes. Interactions possibles avec la warfarine (coumadin), etc. Cesser les
suppléments une semaine avant une intervention chirurgicale.

 Le sélénium. Les souris carencées en sélénium sont plus sujettes aux infections de type
39
influenza. Leurs réactions inflammatoires face au virus sont plus fortes et leur réponse
40
immunitaire est plus faible que celles des souris dont le niveau de sélénium est suffisant.

Dosage adulte suggéré : 55 mcg par jour en prévention. Si infection : 220 mcg par jour durant
une semaine. Préférer le sélénium sous forme de Se-Méthylsélénocystéine.

Dosage enfant suggéré : 25 mcg par jour en prévention. Si infection : 110 mcg par jour durant
une semaine.

 Mise en garde : il est recommandé de ne pas excéder des dosages de 400 mcg de
sélénium par jour.

5
Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D., 5 Novembre 2009

 Le zinc a fait l’objet de plusieurs études en raison de sa capacité à inhiber les virus tels que le
41 42 43 44
rhinovirus qui cause la grippe commune.
Dosage adulte suggéré : 2 pastilles de 24 mg à chaque 2 heures durant le jour pour quelques
jours.
Dosage enfant suggéré : 1 pastille de 24 mg à chaque 2 heures durant le jour pour quelques
jours.

 Mise en garde : des doses de zinc supérieures à 30 mg par jour durant de longues
périodes (quelques mois) peuvent causer des effets secondaires.

 Le Lactobacillus acidophilus, appertenant à la grande famille des probiotiques a démontré ses


propriétés immunostimulantes et sa cpacité à favoriser la résistance aux infections dans le cadre
45 46 47
de nombreuses études cliniques.

Dosage adulte suggéré : Un supplément de probiotiques d’origine humaine (pas de souche L.b.
car le b = origine bovine) ne contenant pas moins de 6 milliards de bactéries de type
Lactobacillus acidophilus par capsule deux fois par jour après les repas en prévention et jusqu’à
6 fois par jour durant une infection. Choisir de préférence un produit dont les souches de
probiotiques ont été étudiées chez les humains.

Dosage enfant suggéré : Un supplément ne contenant pas moins de 6 milliards de bactéries de


type Lactobacillus acidophilus par capsule une fois par jour après le repas en prévention et
jusqu’à 4 fois par jour durant une infection.

Enfant de moins de 2 ans : probiotique de type Bifidobacterium lactis ne contenant pas moins
de 15 milliards de bactéries par  cuillère à thé (1.5 gr) mélangé dans de l’eau ou du jus 1 fois
par jour en prévention et 2 fois par jour en présence d’infection.

 L’ail (Allium sativa) est apprécié en raison de ses propriétés médicinales depuis des milliers
d’années. L’un de ses principes actifs, l’allicine, possède un large éventail de propriétés
antivirales, antibactériennes et antifongiques. L’ail est bénéfique pour le système immunitaire car
48 49
il accroît le nombre de cellules tueuses naturelles et l’action mortelle des cellules de la rate
Dans le cadre d’une étude impliquant 146 volontaires, on a testé un supplément d’ail contenant
de l’allicine entre les mois de novembre et février. La moitié du groupe a pris une capsule d’ail
par jour et l’autre moitié a reçu un placebo. Le groupe ayant reçu le placebo a présenté 63 % plus
d’infections que le groupe qui prenait des suppléments d’ail. De plus, parmi ceux ayant reçu le
supplément d’ail et ayant tout de même attrapé la grippe, les symptômes n’ont duré en moyenne
50
que 1.52 jours comparativement à 5.01 jours pour le groupe placebo.

Dosage adulte suggéré : 1 comprimé d’ail à enrobage gastro-résistant ne contenant pas moins
de 6000 mcg d’allicine par jour, soit l’équivalent de 2 à 3 gousses d’ail frais par jour à l’extérieur
des repas en prévention.

Dosage enfant suggéré : Idem, si l’enfant peut avaler un comprimé sans le croquer. Sinon, on
peut avoir recours à la teinture-mère d’ail frais.

 Mise en garde : l’ail possède des propriétés fluidifiantes sanguines et anticoagulantes.


Interactions possibles avec la warfarine (coumadin), etc. Cesser les suppléments une
semaine avant une intervention chirurgicale.

6
Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D., 5 Novembre 2009

 Le champignon Shitake (Lentinus edodes) est utilisé depuis des millénaires en Chine en raison
de ses propriétés médicinales. Il fait aujourd’hui partie de l’arsenal thérapeutique des praticiens
occidentaux autant sous forme nutritionnelle que de suppléments. Dans le cadre d’une étude
clinique, le shitaké s’est avéré efficace contre le virus de l’influenza A2 (H2N2).51

Dosage suggéré : 4 à 5 champignons frais par jour ou selon les recommandations du fabricant
si pris sous forme de supplément.

 L’huile d’origan (Origanum compactum) est utilisée traditionnellement pour ses propriétés
antivirales, antibiotiques et antifongiques. Dans le cadre d’une étude in vitro effectuée sur des
cellules infectées par le virus de la grippe aviaire (H5N1), il a été a été démontré qu’un produit
spécifique contenant une concentration de 25 % d’huile essentielle d’origan pouvait inactiver le
52
virus proportionnellement à la durée de contact.

Dosage adulte suggéré : 1-2 gouttes sous la langue matin et soir d’un mélange de 25 % d’huile
essentielle d’origan sauvage pressée à froid, extraite par distillation à vapeur sans alcool et
renfermant 64 % ou plus de carvacrol et 5 % ou moins de thymol en suspension dans de l’huile
d’olive extra-vierge. En prévention ou dans le cas d’infection.

Dosage enfant suggéré : on peut diluer la goutte d’huile essentielle dans une cuillère à thé
d’huile végétale et on peut même lappliquer en massage sous les pieds plusieurs fois par jour si
l’enfant ne peut consommer le produit directement sous la langue.

 Mise en garde : toujours manipuler les huiles essentielles avec précaution en évitant
tout contact avec les yeux.

 La lactoferrine est une sous-fraction du petit-lait qui possède des propriétés antivirales,
antimicrobiennes, anticancéreuses et immunostimulantes. La lactoferrine pourrait stimuler les
53
macrophages qui pourraient, à leur tour, induire l’immunité à médiation cellulaire. Une étude
démontre que la lactoferrine bloque les infections virales en interférant avec la capacité de
54
certains virus de se fixer aux sites récepteurs.

Dosage adulte suggéré : Un supplément de petit-lait de haute qualité renfermant un minimum


de 400 mg de lactoferrine par portion pour un dosage minimal total de 1200 mg de lactoferrine
par jour en prévention ou durant l’infection.

Dosage enfant suggéré : viser l’obtention de 600 mg de lactoferrine ou plus par jour.

3. En résumé

Le recours quotidien à une multivitamines de bonne qualité incluant les vitamines C, D, E, le zinc et le
sélénium en quantité suffisante assortie de la prise d’un bon probiotique et d’un antiviral naturel (ail,
origan, shitaké ou lactoferrine) devrait constituer une pratique suffisante pour nous prémunir contre
l’infection de type H1N1. Si une infection devait toutefois survenir optimiser les dosages en attendant de
consultez votre professionnel de la santé. Rappelez-vous que l’infection est relativement bénigne dans
plus de 99 % des cas (voir question 3).

4. On se lave les mains !

7
Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D., 5 Novembre 2009

La simple pratique du lavage de main à l’eau et au savon vivement recommandée par les instances
publiques s’est en effet avérée encore plus efficace contre le virus H1N1 que le lavage des mains avec
55
des savons à base d’alcool dans le cadre d’une étude clinique effectuée sur des volontaires.

ANNEXE

Composition du vaccin (selon le site de Santé Canada)

Référence : http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodpharma/legislation/interimorders-
arretesurgence/prodinfo-vaccin-fra.php#a2

2.0 Composition qualitative et quantitative

Une fois que le vaccin a été reconstitué à partir de ses 2 composants et mélangé, on retire 0,5
mL de l'émulsion obtenue dans une seringue destinée à l'injection intramusculaire. La
composition finale de chaque composant du vaccin par dose de 0,5 mL est la suivante :

Antigène
Virus grippal fragmenté, inactivé, contenant un antigène* équivalant à 3,75 g d'hémagglutinine
d'une souche analogue à la variante A/California/7/2009 (H1N1) (X-179A) par dose de 0,5 mL.
* isolé à partir de virus cultivés dans des œufs (NDLR = risque d’allergie !)

Comme agent de conservation, le vaccin contient 5 g de thimérosal USP par dose de 0,5 mL ou
2,5 g de mercure (Hg) organique par dose de 0,5 mL.

Adjuvant
DL--tocophérol : 11,86 mg par dose de 0,5 mL
Squalène : 10,69 mg par dose de 0,5 mL
Polysorbate 80 : 4,86 mg par dose de 0,5 mL

Une fois les contenus des flacons de suspension et d'émulsion mélangés, on obtient un flacon
multidose. Voir la rubrique Conditionnement pour connaître le nombre de doses par flacon.

Pour connaître la liste complète des excipients, voir la rubrique Liste des excipients de la section
5.0.

Liste des excipients

Flacon de suspension (antigène) : thimérosal, chlorure de sodium, hydrogénophosphate de


disodium, dihydrogénophosphate de potassium, chlorure de potassium, eau pour préparations
injectables. La substance médicamenteuse contient des quantités infimes de protéines d'oeufs,
de formaldéhyde,(!!!) de désoxycholate de sodium et de sucrose.

Flacon d'émulsion (adjuvant) : chlorure de sodium, hydrogénophosphate de disodium,


dihydrogénophosphate de potassium, chlorure de potassium, eau pour préparations injectables.

Durée de conservation

La suspension d'antigène est stable durant 18 mois.

L'émulsion d'adjuvant est stable durant 3 ans.

8
Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D., 5 Novembre 2009

RÉFÉRENCES

1
http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/about_disease/fr/index.html
2
http://www.who.int/csr/don/2009_10_09/en/index.html
3
http://www.euro.who.int/influenza/AH1N1/20090428_7?language=German
4
http://www.phac-aspc.gc.ca/fluwatch/09-10/w42_09/index-fra.php
5
http://www.phac-aspc.gc.ca/fluwatch/09-10/w42_09/index-fra.php
6
http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs211/fr/)
7
http://www.phac-aspc.gc.ca/fluwatch/09-10/w42_09/index-fra.php
8
Institut national de santé publique du Québec, 2009
;http://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/934_TraumaEnfants.pdf
9
http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/about_disease/fr/index.html
10
Communiqué de Presse : Les urgences du CHU Sainte-Justine et de L’Hôpital de Montréal pour enfants observent
une forte augmentation du nombre d’enfants en demande de soins.
11
Girard, M. Dr - Grippe « porcine » : vacciner ou pas ? http://www.rolandsimion.org/IMG/pdf/Vacciner_ou_pas.pdf
12
Rivetti D, Jefferson T, Thomas RE, Rudin M, Rivetti A, Di Pietrantonj C, Demicheli V. Vaccines for preventing
influenza in the elderly. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 3. Art. No.: CD004876. DOI:
10.1002/14651858.CD004876.pub2.
13
Demicheli V, Di Pietrantonj C, Jefferson T, Rivetti A, Rivetti D. Vaccines for preventing influenza in healthy adults.
Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 2. Art. No.: CD001269.
DOI:10.1002/14651858.CD001269.pub3.
14
Jefferson T, Rivetti A, Harnden A, Di Pietrantonj C, Demicheli V. Vaccines for preventing influenza in healthy
children. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 2. Art. No.: CD004879. DOI:
10.1002/14651858.CD004879.pub3
15
Girard, M. Dr - Grippe « porcine » : vacciner ou pas ? http://www.rolandsimion.org/IMG/pdf/Vacciner_ou_pas.pdf
16
Shoenfeld Y, Aharon-Maor A, Sherer Y. Vaccination as an additional player in the mosaic of autoimmunity. Clin
Exp Rheumatol 2000; 18:181-4.
17
Girard, M. Dr - Grippe « porcine » : vacciner ou pas ? http://www.rolandsimion.org/IMG/pdf/Vacciner_ou_pas.pdf
18
Drum DA. Are toxic biometals destroying your children's future? Biometals. 2009 Oct;22(5):697-700. Epub 2009
Feb 11.PMID: 19205900
19
Geier DA, Sykes LK, Geier MR. A review of Thimerosal (Merthiolate) and its ethylmercury breakdown product:
specific historical considerations regarding safety and effectiveness. J Toxicol Environ Health B Crit Rev. 2007
Dec;10(8):575-96. Review.PMID: 18049924
20
Laursen AB. Dangerous adjuvant in swine influenza vaccine Ugeskr Laeger. 2009 Oct 19;171(43):3122; author
reply 3122. Danish. No abstract available. PMID: 19866499
21
Bodewes R, Kreijtz JH, Rimmelzwaan GF. Yearly influenza vaccinations: a double-edged sword? Lancet Infect Dis.
2009 Oct 29. [Epub ahead of print]PMID: 19879807
22
http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/swineflu_faq_antivirals/en/index.html
23
Tamiflu resistance prompts Canada to change drugs in pandemic stockpile. The Canadian Press. April 20, 2009.
24
Beck MA, Handy J, et al. Host nutritional status: the neglected virulence factor. Trends Microbiol. 2004
Sep;12(9):417-23.
25
Brandtzaeg P. Role of mucosal immunity in influenza. Dev Biol (Basel). 2003;115:39-48.
26
Chandra S, Chandra RK. Nutrition, immune response, and outcome. Prog Food Nutr Sci. 1986;10(1-2):1-65.
27
Nicholson KG, Wood JM, et al. Influenza. Lancet. 2003 Nov 22;362(9397):1733-45.
28
Hennet T, Peterhans E, et al. Alterations in antioxidant defences in lung and liver of mice infected with influenza A
virus. J Gen Virol. 1992 Jan;73(pt 1):39-46.
29
Beck MA, Levander OA. Dietary oxidative stress and the potentiation of viral infection. Annu Rev Nutr. 1998;18:93-
116.

9
Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D., 5 Novembre 2009

30
Mileva M, Bakalova R, et al. Effect of vitamin E supplementation on lipid peroxidation in blood and lung of influenza
virus infected mice. Comp Immunol Microbiol Infect Dis. 2002 Jan;25(1):1-11.
31
Muller F, Svardal AM, et al. Virological and immunological effects of antioxidant treatment in patients with HIV
infection. Eur J Clin Invest. 2000 Oct;30(10):905-14.
32
Nicholson KG, Wood JM, et al. Influenza. Lancet. 2003 Nov 22;362(9397):1733-45.
33
Dolin R. Influenza. In: Kasper DL, Braunwald E, et al, eds. Harrison's Principles of Internal Medicine. 16th ed. New
York, NY: McGraw-Hill; 2004:1125-30.
34
Bodewes R, Kreijtz JH, Rimmelzwaan GF. Yearly influenza vaccinations: a double-edged sword? Lancet Infect Dis.
2009 Oct 29. [Epub ahead of print]PMID: 19879807
35
Gorton HC, Jarvis K. The effectiveness of vitamin C in preventing and relieving the symptoms of virus-induced
respiratory infections. J Manipulative Physiol Ther. 1999 Oct;22(8):530-3.

36
Epidemic influenza and vitamin D. Epidemiol Infect. 2006 Dec;134(6):1129-40 http://search.lef.org/cgi-src-
bin/MsmGo.exe?grab_id=0&page_id=3578&query=H1N1&hiword=H1N1%20

37
Gay R, Han SN, et al. The effect of vitamin E on secondary bacterial infection after influenza infection in young and
old mice. Ann N Y Acad Sci. 2004 Dec;1031:418-21.
38
Hara M, Tanaka K, et al. Immune response to influenza vaccine in healthy adults and the elderly: association with
nutritional status. Vaccine. 2005 Feb 10;23(12):1457-63.
39
Beck MA. Antioxidants and viral infections: host immune response and viral pathogenicity. J Am Coll Nutr. 2001
Oct;20(suppl 5):384S-8S.
40
Beck MA, Levander OA, et al. Selenium deficiency and viral infection. J Nutr. 2003 May;133(suppl 1):1463S-7S.
41
Hulisz D. Efficacy of zinc against common cold viruses: an overview. J Am Pharm Assoc (Wash DC). 2004 Sep-
Oct;44(5):594-603.
42
Marshall S. Zinc gluconate and the common cold: review of randomized controlled trials. Can Fam Physician. 1998
May;44:1037-42.
43
Mossad SB, Macknin ML, et al. Zinc gluconate lozenges for treating the common cold: a randomized, double-blind,
placebo-controlled study. Ann Intern Med. 1996 Jul 15;125(2):81-8.
44
Prasad AS, Fitzgerald JT, et al. Duration of symptoms and plasma cytokine levels in patients with the common cold
treated with zinc acetate: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Ann Intern Med. 2000
Aug5;133(4):245-52.
45
H. S. Gill et al. Enhancement of natural and acquired immunity by Lactobacillus rhamnosus (HN001), Lactobacillus
acidophilus (HN017) and Bifidobacterium lactis (HN019) British Journal of Nutrition (2000), 83, 167–176
46
Gill HS (1998) Stimulation of the immune system by lactic cultures. International Dairy Journal 8, 535–544.
47
Sanders ME, Klaenhammer TR: Invited review: the scientific basis of Lactobacillus acidophilus NCFM functionality
as a probiotic. J Dairy Sci 2001, 84:319-331
48
Harris JC, Cottrell SL, et al. Antimicrobial properties of Allium sativum (garlic). Appl Microbiol Biotechnol. 2001
Oct;57(3):282-6.
49
Kyo E, Uda N, et al. Immunomodulatory effects of aged garlic extract. J Nutr. 2001 Mar;131(suppl 3):1075S-9S.
50
Josling P. Preventing the common cold with a garlic supplement: a double-blind, placebo-controlled survey. Adv
Ther. 2001 Jul-Aug;18(4):189-93.
51
Suzuki F; Suzuki C; Shimomura E; Maeda H; et al. Antiviral and interferon-inducing activities of a new
peptidomannan, KS- 2, extracted from culture mycelia of Lentinus edodes. J Antibiot (Tokyo) 1979 Dec;32(12):1336-
45
52
Ijaz, K. VIRUCIDAL EFFECTIVENESS TEST Avian Influenza virus Test Agents: Oreganol P73 Extra Strength
Formula and Oregacyn. Performing Laboratory MICROBIOTEST, INC.105B Carpenter Drive Sterling, Virginia 20164

53
Zimecki M, Kocieba M, et al. Immunoregulatory activities of lactoferrin in the delayed-type hypersensitivity in mice
are mediated by a receptor with affinity to mannose. Immunobiology. 2002 Mar;205(1):120-31.

54
Waarts BL, Aneke OJ, et al. Antiviral activity of human lactoferrin: inhibition of alphavirus interaction with heparan
sulfate. Virology. 2005 Mar 15;333(2):284-92.

10
Auteure: Chantal Ann Dumas, N.D., 5 Novembre 2009

55
Grayson ML, Melvani S, Druce J, Barr IG, Ballard SA, Johnson PD, Mastorakos T, Birch C. Efficacy of soap and
water and alcohol-based hand-rub preparations against live H1N1 influenza virus on the hands of human volunteers.
Clin Infect Dis. 2009 Feb 1;48(3):285-91.PMID: 19115974
Crèvecoeur, J.-J. - Voici mon sixième courriel consacré à cette pandémie de la honte et du mensonge. Courriel
circulant sur internet.

11