SOMMAIRE 

INTRODUCTION 

I­  PRESENTATION DE LA DIRECTION GENERALE 
DU BUDGET ET DES FINANCES 

II­ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA DIRECTION 
GENERALE DU BUDGET ET DES FINANCES
·  ORGANIGRAMME
·  FONCTIONNEMENT 
1­  CONCEPTION­ ELABORATION DU BUDGET :
·  Direction des Politiques et Synthèses Budgétaires
·  Direction du Budget de l’Etat 
2­ CONTROLE­ EXECUTION DU BUDGET :
·  Direction de la Base SIGFIP
·  Direction du Contrôle Financier
·  Direction du Contrôle Budgétaire
·  Direction des Opérations des Collectivités Décentralisées
·  Direction des Marchés Publics
·  Direction de la Solde
·  Direction du Patrimoine de l’Etat 

3­ EVALUATION­ AUDIT :
·  Cellule de Revue des Dépenses Publiques. 

CONLUSION
INTRODUCTION
INTRODUCTION 

Depuis une dizaine d’années, la Côte d’Ivoire est confrontée à une crise socio politique 
qui a des effets néfastes sur le fonctionnement de l’Administration, en particulier sur les 
procédures  des finances  publiques ;  cette  situation  a  conduit  à  une  désorganisation  des 
règles et procédures de gestion. 

Aussi, Monsieur le Ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie 
et des Finances a­t­il instruit ses collaborateurs, au sortir du séminaire sur l’optimisation 
de la dépense publique, tenu à YAMOUSSOUKRO du 23 au 26 août 2006, de procéder 
à l’élaboration de Guides de Procédures en vue, non seulement de rétablir l’ordre, mais 
aussi de pouvoir situer les responsabilités en cas de dérapage. 

Le  Guide  de  Procédures  de  la  DIRECTION  GENERALE  DU  BUDGET  ET  DES 
FINANCES qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de cette volonté du Ministre, 
répond  au  souci  d’assurer  une  bonne  compréhension  et  une  meilleure  accessibilité  des 
procédures d’exécution de ses activités. 

La  mise  en  œuvre  d’un  tel  Guide  requiert,  de  toute  évidence,  la  présentation  de  la 
structure, son organisation et son fonctionnement. 
En raison de la spécificité de sa mission et la diversité des tâches dévolues aux services 
qui la  composent , l’articulation du présent guide de procédures impose le regroupement 
des services par fonctions.
PRESENTATION  DE  LA  DIRECTION 
GENERALE  DU  BUDGET  ET  DES  FINANCES
PRESENTATION DE LA DIRECTION GENERALE DU BUDGET 
ET DES FINANCES 

Régie  par  le    décret  2006­118  du  07  juin  2006,  portant  organisation  du  Ministère 
Délégué auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie et des Finances (article 71), 
la  Direction  Générale  du  Budget  et  des  Finances  est  chargée,  des  trois  fonctions 
principales, ci­dessous : 
1.  La fonction Budget de l’Etat, qui se rapporte :
·  A la programmation pluriannuelle des ressources et des emplois ;
·  Au  cadrage  macro­  financier  des  projets  de  lois  de  Finances  initiales  et 
rectificatives ;
·  A la préparation des lois de Finances de l’année ;
·  Au suivi de l’exécution du Budget ;
·  A la reddition des comptes dans le cadre de la loi de règlement. 
2.  La fonction Contrôle Budgétaire, qui se rapporte :
·  Au  Contrôle  Financier  et  budgétaire  des  opérations  de  l’Etat  et  des 
Etablissements Publics Nationaux ;
·  Au contrôle a posteriori de la gestion des Collectivités Décentralisées. 
3.  La fonction Evaluation des dépenses, qui se rapporte :
·  Au suivi de la réalisation effective des actions faisant l’objet d’inscriptions 
budgétaires ;
·  A l’appréciation des montants exécutés par rapport aux besoins réels ;
·  A  l’analyse  de  l’efficacité  des  dépenses  et  leur  impact  sur  les  populations 
cibles 

La  Direction  Générale  du  Budget  et  des  Finances  est  placée  sous  l’autorité  d’un 
Directeur  Général,  assisté  de  deux  (2)  Directeurs  Généraux  Adjoints  chargés 
respectivement  des  services  d’élaboration  et  d’exécution  du  budget,  des  services  de 
contrôle,  et  d’un  Inspecteur  Auditeur  Général  en  charge  des  activités  d’évaluation  des 
dépenses publiques. 
Pour l’accomplissement de sa mission, la Direction Générale du Budget et des finances 
dispose  d’une  Cellule  de  Revue  des  Dépenses  Publiques  et  de  onze  (11)  Directions 
centrales :
·  La Direction des Politiques et Synthèses Budgétaires ;
·  La Direction du Budget de l’Etat ;
·  La Direction de l’Administration de la Base SIGFIP ;
·  La Direction du Contrôle Budgétaire ;
·  La Direction des Opérations des Collectivités Décentralisées ;
·  La Direction du Contrôle Financier ;
·  La Direction de la Solde ;
·  La Direction des Marchés Publics ;
·  La Direction du Patrimoine de l’Etat ;
·  La Direction des Ressources Humaines et des Moyens Généraux ;
·  La Direction des Traitements Informatiques. 

Le  Directeur  Général  du  Budget  et  des  Finances  est  assisté  dans  sa  tâche  par  des 
Services rattachés, dont les rôles sont déterminés à l’article 84 du décret précité comme 
suit : 

1.  La  cellule  de  Réfor me  Budgétair e  et  de  Moder nisation  de  la  Gestion 
Publique, chargée :
·  d’élaborer  les  réformes  relatives  aux  dispositions  et  aux  traitements 
budgétaires ;
·  de proposer les améliorations des outils de gestion publique dans le sens 
de leur modernisation ;
·  d’améliorer et suivre la qualité des procédures de gestion publique. 

2.  La Cellule des Conseiller s et Assistants, chargée de :
·  donner des avis techniques au Directeur Général sur toutes les questions 
relevant du champ de compétence de la Direction Générale du Budget et 
des Finances ;
·  le seconder dans l’animation et la gestion courante de cette structure. 

3.  Le  Ser vice  de  Communication,  chargé  de  l’élaboration  et  de  la  mise  en 
œuvre  de  la  politique  de  communication  de  la  Direction  Générale  du 
Budget et des Finances. 

4.  Le Ser vice Centr al du Cour r ier , chargé de l’envoi, de la réception et de la 
décharge du courrier de l’ensemble des services de la Direction Générale du 
Budget  et  des  Finances,  de  sa  distribution  physique  et  électronique,  et  du 
suivi de son traitement. 

Enfin,    la  Direction  Générale  du  Budget  et  des  Finances  connaît  une 
déconcentration  à  travers    la  création  de  services  extérieurs  constitués  par  le 
Contrôle  Financier  en  Région  et  les  Directions  Régionales  de  la  Solde,  des 
Marchés Publics et du Budget de l’Etat. (cf art. 85)
ORGANISATION  ET  FONCTIONNEMENT  DE 
LA  DIRECTION  GENERALE  DU  BUDGET  ET 
DES  FINANCES
ORGANIGRAMME  DE  LA  DIRECTION 
GENERALE  DU  BUDGET  ET  DES  FINANCES

D ii rre 
D  ee 
  c 
cc t 
tt e 
ee u 
uu rr  G 
G é 
G éé n 
nn é 
éé rra 
 aa 
  ll  

M. KOUASSI Kouamé 

Dir ecteur  Génér al 
Cellule de Revue, des  Dir ecteur  Général  Adjoint 
Dépenses Publiques  Adjoint 

M. K AMAGATE Bamoriffi  M. TAHI Michel Martial 
M. TRAORE Seydou 


D ii rre 
D  e e c 
cc t 
tt e 
ee u 
uu rr  

G é 
G éé n 
nn é 
éé rr a   ll  
aa 


D ii rr e 
D e e c 
cc t 
tt e 
ee u 
uu rr  G 
GG é 
éé n 
nn é 
éé rr a 
  ll  
aa  C 
C e 
C ee ll ll u 
uu ll e 
e d 
dd e 
e R 
R e 
R ee v 
vv u 
uu e 
ee ,,  d 
dd e 
ee s s  D 
D ii rr e 
D   c 
ee cc t tt e 
ee u 
uu rr  G 
G G é éé n 
nn é 
éé rra 
 aa 
  ll  

AA d dd j 
jj o 
oo ii n 
nn t t  D 
D éé pp ee nn ss ee s PP uu bb l i qq uu ee s s 
D é  p  e n  s  e s  P 
u  b  l iq  u  e  A 
AA d  dd j jj o 
oo ii n 
nn t t 


C e 
C ee ll ll u 
uu ll e 
e d 
dd e 
ee s s 

Co 
on 
n s 
s e 
e il l e 
e
C o n s e i l l e r s r s 
   e 
ee t t 

A s  s  i s  t a  n t s 
A ss ss i ss tt aa nn tt s 


SS e 
ee rrv 
 vv 
  ii c 
cc e e d 
dd e 
e F  FF o 
oo rrm 
 m m a  aa t tt ii o 
oo n 
n  S 
SS e 
ee rrv 
 vv 
  ii c 
cc e 
e C 
C o 
C oo u 
uu rr r ri i 
 e 
ee rr  

ee t t d 
dd e 
ee s s R 
R e 
R ee f ff o 
oo n 
nn d 
dd a aa t tt ii o 
oo n nn s s  C 
CC e  ee n 
nn t tt rra 
 aa 
  ll  

BB u uu d 
dd g 
gg é 
éé t tt a 
aa ii rre  e e s s 

D  D 
DD ii rre 
 ee 
  c 
cc t tt ii o 
oo n  n d  dd e  e 
D ii rr e 
D e e c 
cc t 
tt ii o 
oo n 
n d 
dd e 
ee s s P  PP o oo ll ii t 
tt ii q 
qq u 
uu e 
ee s s  D 
D ii rr e 
D e e c 
cc t 
tt ii o 
oo n 
n d  dd u 
u B  B u 
B uu d 
dd g 
gg e 
ee t t 
e  ll ’ ’’ A 
AA d 
dd m 
m ii n 
m nn ii s 
ss t tt rr a 
a a t tt ii o 
oo n  n d 
dd e 

ee t t S 
SS y 
yy n 
nn t tt h 
hh è 
èè s 
ss e 
ee s s  d 
dd e  e ll ’ ’’ E 
E t tt a 
E aa t t 
B  ll a 
a b 
bb a 
aa s 
ss e 
e S  SS ii g 
gg f  ff ii p 

B u 
B uu d 
dd g 
gg é 
éé rrt  tt 
 a 
aa ii rre 
 ee 
  s s 

D  D 
D ii rre 
D  ee 
  c 
cc t tt ii o 
oo n 
n d dd e 
ee s s O  O p 
O pp é éé rra 
 aa 
  t tt ii o 
oo n 
nn s s 
D ii rre 
D  ee 
  c 
cc t tt ii o 
oo n 
n d dd u 
u C  C o 
C oo n 
nn t tt rrô 
 ôô 
  ll e 
e  D 
D ii rre 
D  e e c 
cc t tt ii o 
oo n 
n d 
dd e 
e ll a 

B  d  e 
dd ee s Cs  C  o  l l e c  t  i v  i t 
é 
C oo l l ee cc tt i vv i tt éé s  s 
BB u  uu d 
dd g 
gg é 
éé t tt a 
aa ii rre 
 e 
  S SS o oo ll d 
dd e 


DD é  éé c 
cc e 
ee n 
nn t tt rr a 
  ll ii s 
aa  ss é 
éé e 
ee s s 


DD ii rr e 
e e c 
cc t 
tt ii o 
oo n 
n d 
dd u 
u  D 
D ii rre 
D  e e c 
cc t tt ii o 
oo n 
n d 
dd e 
ee s s  D 
D ii rre 
D  ee 
  c 
cc t tt ii o 
oo n 
n d 
dd u 


Co 
on 
nt 
tr ô 
 
ô
C o n t r ô   l e F i n a n c 
le  F 
F i n 
na 
a n 
n cc ii e 
ee rr   M 
Ma 
ar  

c
M a r c   h é s P u b ll ii c 

h é 
é s  P 
P u 
u b 
b cc s s  P 
PP a 
aa t tt rri  i m 
m o 
m oo ii n 
nn e  e d 
dd e 
e ll ’ ’’ E 
EE t 
tt a 
aa t t 


DD ii rre   e e c 
cc t tt ii o 
oo n 
n d  dd e 
ee s s  D 
D ii rr e 
D e e c 
cc t tt ii o 
oo n 
n d 
dd e 
ee s 

T T rra 
T  a a ii t 
tt e 
ee m  m m e 
ee n 
nn t 
tt s s  R 
R e 
R ee s 
ss s 
ss o 
oo u 
uu rr c   e 
cc ee s s H  H u 
H uu m 
mm a aa ii n 
nn e 
ee s s 

II n 
nn f ff o 
oo rrm   m
  a t i q u e 
m  a 
a t 
ti q 
q u 
u ee s s  e 
ee t t M 
M o 
o y y e e n 
n s 
M o y e n s g é n é r a  g 
g é 
é n 
n é 
é r a 
 
a u 
u
  u x x 
x
LEGENDE 
DG  : Directeur Général 

DGA  : Direction Général Adjoint 

DGA  : Direction Général Adjoint 

CRDP  : Cellule des Revues, des dépenses Publiques 

CCA  : Cellule des Conseillers et Assistants 

SI  Service Informatique 

SRHMG  : Service des Ressources Humaines et Moyens généraux 

SRFB  : Service de la Formation et des Reformes Budgétaires 

SCC  : Service Courrier Central 

DPSB  : Direction des Politiques et Synthèses Budgétaires 

DBE  : Direction du Budget de l’Etat 

DABS  : Direction de l’Administration de la Base SIGFiP 

DCB  : Direction du Contrôle Budgétaire 

DODC  : Direction des Opérations des  Collectivités  Décentralisées 

DS  : Direction de la Solde 

DCF  : Direction du Contrôle Financier 

DMP  : Direction des Marchés Publics 

DPE  : Direction  du Patrimoine de l’Etat
L’Equipe Dirigeante de la Direction
Générale du Budget et des Finances 

KOUASSI  Kouamé  C ITE  FINANCIERE  T OUR  F, 
DIRECTEUR GENERAL 22 EME  E TAGE 
DU BUDGET ET DES F INANCES  TEL  : 20 21 63 61 
FAX  : 20 21 26 18 

IMMEUBLE  RESIDENCE 
LAGUNAIRE 
TRAORE  Seydou  REZ DE CHAUSSE 
INSPECTEUR AUDITEUR 1 ER  ET  2 EME  ETAGES 
GENERAL  TEL  :  20 21 48 46 
20 21 48 47 
FAX  : 20 21 48 71 

KAMAGATE  Bamoriffi  C ITE  FINANCIERE  T OUR  F, 
11 EME  E TAGE 
DIRECTEUR GENERAL ADJOINT TEL  : 20 21 56 23 
DU BUDGET ET DES F INANCES 
FAX  : 20 21 80 33 

TAHI  Michel  C ITE  FINANCIERE  T OUR  F, 
18 EME  E TAGE 
DIRECTEUR GENERAL ADJOINT TEL  : 20 22 03 38 
DU BUDGET ET DES F INANCES 
FAX  : 20 21 26 18
FOFANA  Mariame  C ITE  F INANCIERE  T OUR  F, 
10 EME  E TAGE 
DIRECTRICE DES POLITIQUES T EL  : 20 21 96 72 
ET S YNTHESES BUDGETAIRES
FAX  : 20 21 07 65 
(DPSB) 

BAH  Ezéchiel  C ITE  F INANCIERE  T OUR  F, 
13 EME  E TAGE 
DIRECTEUR DU BUDGET DE T EL  : 20 21 61 64 
L’ETAT
(DBE) 

BEUGRE  Diringbin  Casimir  C ITE  F INANCIERE  T OUR  F, 
17 EME  E TAGE 
DIRECTEUR DE T EL  : 20 21 58 40 
L’ADMINISTRATION DE LA
FAX  : 20 21 31 29 
BASE SIGFIP
(DABS) 

TRAORE  Tiédié  C ITE  F INANCIERE  T OUR  F, 
9 EME  ETAGE 
DIRECTEUR DU CONTROLE T EL  : 20 21 59 89 
BUDGETAIRE FAX  : 20 21 28 16
(DCB) 
NAMBOUE  Bi  Tra 
C ITE  F INANCIERE  T OUR  F, 
DIRECTION DES OPERATIONS DES 8 EME  ETAGE 
COLLECTIVITES DECENTRALISEES T EL  : 20 21 94 28 
(DOCD) 

OULAI  G.  Yvon  C ITE  F INANCIERE  T OUR  F, 
2 EME  ETAGE 
DIRECTEUR DE LA SOLDE T EL  : 20 21 75 86 
(DS)  FAX  : 20 21 35 14 

POKOU  ABO  Guillaume  IMMEUBLE  PYRAMIDE 
12 EME  ETAGE 
DIRECTEUR DU CONTROLE T EL  : 20 22 75 41 
FINANCIER 20 21 42 49 
(DCF) 

EBROTTIE  Yomanfo  C ITE  F INANCIERE  T OUR  F, 
21 EME  E TAGE 
DIRECTEUR DES MARCHES T EL  : 20 21 15 19 
PUBLICS FAX  : 20 21 53 90 
(DMP) 

BOUBLI  GOREDJE  Benoît  C ITE  F INANCIERE  T OUR  G, 
6 EME  ETAGE 
DIRECTEUR DU PATRIMOINE DE T EL  : 20 21 20 05 
L ’ETAT
FAX  : 20 21 96 37
(DPE) 
FONCTIONNEMENT  DE  LA  DIRECTIONN 
GENERALE  DU  BUDGET  ET  DES  FINANCES
CONCEPTION – ELABORATION  DU  BUDGET
DIRECTION  DES  POLITIQUES  ET  SYNTHESES 
BUDGETAIRES
MINISTERE DELEGUE AUPRES DU PREMIER MINISTRE,  REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE 
CHARGE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES  Union – Discipline – Travail 
------------ 
Direction Générale du Budget 
Et des Finances 
------------
Direction des Politiques et
Synthèses Budgétaires
------------ Abidjan, le

GUIDE DE PROCEDURE

septembre 2006
MANUEL DE PROCEDURES DES
ACTIVITES DE LA DIRECTION DES
POLITIQUES ET SYNTHESES
BUDGETAIRES

INTRODUCTION GENERALE
Conformément aux dispositions de l’article 73 du décret n° 2006-118 du 7 juin 2006
portant organisation du Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, chargé de
l’Economie et des Finances, la Direction des Politiques et Synthèses Budgétaires est
chargée de : 
­ définir les orientations générales en matière de politique budgétaire et
d’élaboration du budget ; 
­ fixer le cadrage budgétaire en fonction des contraintes socio-économique,
financière et politique d’une part, et d’autre part de déterminer les
enveloppes budgétaires compatibles avec ce cadrage ; 
­ conduire avec la Direction du Budget de l’Etat, les travaux relatifs à
l’élaboration des projets de Loi de Finances Initiales, et éventuellement, des
projets de Lois de Finances Rectificatives ; 
­ élaborer les projets de Loi de Règlement ; 
­ assurer la synthèse des statistiques et de l’information budgétaires ; 
­ conduire les études budgétaires ; 
­ définir et mettre en œuvre les plans de formation des acteurs du circuit de la
dépense publique et du personnel de la Direction Générale ; 
­ réaliser des études juridiques, budgétaires et techniques nécessaires à la
conduite de sa mission. A ce titre, elle assure le suivi des travaux de
l’UEMOA touchant au domaine budgétaire ; 
­ veiller à la mise en application de la réglementation communautaire par les
Services de la Direction Générale du Budget et des Finances; 
­ gérer les activités de documentation et d’archivage.
Elle comprend deux sous directions que sont :
Ü la Sous Direction des Politiques Budgétaires et des Lois de Finances;
Ü la Sous Direction des Etudes Budgétaires, de la Formation et de la
Documentation.
A- LA SOUS-DIRECTION DES POLITIQUES BUDGETAIRES ET
DES LOIS DE FINANCES
Elle comprend deux (2) services :
Ü Le Service des Lois de Finances et Synthèses Budgétaires ;
Ü Le Service des Aides Extérieures et Suivi du Programme.

Quelles sont les activités conduites par le Service des Lois de Finances et
Synthèses Budgétaires ?

I.-ELABORATION DES LOIS DE FINANCES

I-1 : Loi de Finances de l’année

Conformément aux dispositions de l’article 4 de la directive N°
05/97/CM/UEMOA, la Loi de Finances de l’année prévoit et autorise, pour chaque
année civile, l’ensemble des ressources et des charges de l’Etat. A cet effet, l’Assemblée
Nationale est saisie du projet de Loi de Finances dès l’ouverture de la session ordinaire
d’octobre selon l’article 80 de la Constitution Ivoirienne.
La Loi de Finances, portant budget de l’Etat, étant un état prévisionnel des ressources
et des charges, son processus d’élaboration comporte plusieurs opérations qui
concourent toutes à assurer sa sincérité et à minimiser les écarts avec les réalisations.
Ces opérations peuvent être regroupées en deux phases essentielles à savoir : 

­ la phase de la préparation du budget ; 
­ et celle de l’élaboration proprement dite.
I-1.1 - Phase préparatoire du budget
Cette phase permet d’évaluer les besoins à court et moyen terme de l’Etat et
d’identifier les sources de financement potentielles. Ces travaux préliminaires sont
exécutés en trois étapes.
I-1.1.1 -Cadrage budgétaire
L’élaboration du cadrage budgétaire est l’opération qui permet de déterminer de
manière optimale les ressources et les dépenses à court et moyen terme. Reposant
essentiellement sur les projections macro-économiques, le tableau de cadrage met en
cohérence les engagements du Gouvernement et les ressources mobilisables pour
assurer leur réalisation.
Jusqu’à ce jour, son élaboration ne repose pas sur un modèle de projection précis.
Mais les travaux s’appuient sur des méthodes de programmation couramment utilisées
dans ce type d’analyse. Ainsi, la démarche consiste à : 
­ prendre en compte le passé récent ; 
­ et internaliser les perspectives économiques et financières de la période de la
gestion envisagée.
Le processus d’élaboration du cadrage budgétaire comporte : 

­ la détermination des ressources réalisables ; 
­ et le choix des dépenses possibles.
· Détermination des ressources
Les ressources sont constituées de recettes fiscales, d’autres recettes intérieures et de
financements extérieurs. La contrainte majeure de cet exercice réside dans le fait
d’arrêter un montant de ressources réalisables pour les recettes intérieures et les dons,
et un niveau d’emprunts soutenable c’est-à-dire sans endettement excessif.
§ ressources intérieures
Les ressources intérieures comprennent les recettes fiscales et les autres ressources
intérieures. 
­ Les recettes fiscales sont déterminées en se fondant sur les projections macro-
économiques. Cependant, des ajustements peuvent s’opérer en fonction de
certains paramètres entre autres les mesures nouvelles de renforcement des
capacités de recouvrement des régies financières, les mesures fiscales
spécifiques. 
­ Pour les autres recettes intérieures, il n’existe pas de technique particulière de
projection. L’on s’en tient aux prévisions communiquées par les services qui
ont en charge la gestion de ces recettes. Il s’agit de :
ü la DGTCP, pour les versements des entreprises au titre du
remboursement des dettes rétrocédées ou avalisées, les recettes des
services (recettes non fiscales du Trésor), les emprunts sur le marché
financier, les redevances dont celles de la téléphonie mobile ;
ü la PETROCI, pour les revenus du pétrole et gaz en ce qui concerne la
part de l’Etat dans la production pétrolière ;
ü et le Comité de Privatisation, pour les recettes de privatisation.
§ ressources extérieures
Les ressources extérieures sont constituées des appuis budgétaires, des dons et des
emprunts.
­ La programmation des appuis budgétaires et dons se fait en principe sur la
base d’un accord ou dans le cadre d’un programme économique et financier
avec les partenaires au développement. Cependant, ces concours peuvent être
inscrits dans le cadrage lorsque des intentions de financement sont affirmées
dans des correspondances ou des documents officiels. 
­ Le niveau des emprunts projets est fonction des accords de financement
conclus et inscrits au Programme d’Investissements Publics (PIP).
· Le choix des dépenses
La pratique est de distinguer les mesures acquises et les mesures nouvelles.
Les mesures acquises qui découlent des engagements de l’Etat, concernent les charges
incontournables qui par principe ne sont pas remises en cause. Par contre, les mesures
nouvelles font l’objet d’analyse et de sélection.
Les principales composantes du cadrage budgétaire au niveau des dépenses se
présentent comme suit :
§ Le service de la dette publique
Le montant du service de la Dette Publique est communiqué par la Direction
Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique conformément à l’échéancier signé
avec les créanciers. Cependant, les choix stratégiques tenant compte des avantages et
inconvénients du respect de ces échéanciers sur l’économie sont également pris en cas
de besoin.
§ Les dépenses ordinaires
Elles regroupent les dépenses de personnel, les dépenses d’abonnement et les autres
dépenses de fonctionnement. 
­ Les dépenses de personnel sont déterminées en collaboration avec la
Direction de la Solde en fonction des mesures acquises et des mesures
nouvelles qui découlent généralement des dispositions légales et
réglementaires régissant le statut du personnel concerné. 
­ Les dépenses d’abonnement sont projetées par la Direction du Patrimoine de
l’Etat sur la base des niveaux de consommation réelle. 
­ Les autres dépenses ordinaires sont projetées en tenant compte des actions et
opérations pérennes, des mesures et actions nouvelles et des engagements
antérieurs non dénoués.
§ Les dépenses d’investissement
L’élément déterminant de la sélection des dépenses est principalement l’inscription des
projets dans le PIP.
· Les ressources et dépenses des comptes spéciaux
En application du principe de l’unicité de caisse, il est fait recettes du montant intégral
des produits sans contraction entre les recettes et les dépenses c’est-à-dire que
l’ensemble des recettes assure l’exécution de l’ensemble des dépenses. Et toutes les
recettes et les dépenses sont imputées à un compte unique intitulé Budget Général.
Cependant, pour le besoin de suivi de certaines opérations, des recettes peuvent être
directement affectées à certaines dépenses dans des comptes ouverts auprès du Trésor
appelés Comptes Spéciaux du Trésor (CST). La caractéristique essentielle de ces
comptes est qu’ils s’équilibrent en ressources et en charges.
Le cadrage arrêté fait l’objet d’une présentation en conseil des Ministres.
· Note d’accompagnement
Le cadrage est accompagné d’une note retraçant les hypothèses qui sous-tendent les
niveaux de projection retenus.
I-1.1.2 -Enveloppes budgétaires
Les méthodes utilisées dans le cadre de la détermination des enveloppes budgétaires
doivent permettre le passage le plus rationnel possible des grandes masses de crédits
arrêtées dans le cadrage budgétaire à des enveloppes individuelles allouées aux
ministères, institutions et collectivités. Cette opération ne repose pas sur des méthodes
prédéfinies dans une réglementation. Elle s’appui sur des raisonnements logiques.
Certaines catégories de dépenses dont la gestion est centralisée au niveau du Ministère
de l’Economie et des Finances ne font pas l’objet de répartition au cours de la
détermination des Enveloppes Budgétaires. Il s’agit du service de la dette publique, des
dépenses de personnel et des dépenses d’abonnement.
S’agissant des dépenses de fonctionnement hors personnel et abonnement, il faut
noter que outre les opérations antérieures pérennes, les opérations nouvelles intégrant
les priorités du gouvernement et ayant fait l’objet de décisions sont prises en compte.
Pour les dépenses d’investissement, l’élément déterminant pour la prise en compte des
projets est l’inscription dans le Programme d’Investissements Publics (PIP), dont
l’élaboration intègre les méthodes de rationalisation des actions de l'Etat qui donne au
Gouvernement la possibilité de : 
­ retenir dans le budget des projets qui ont fait l’objet d’une étude de
faisabilité ; 
­ et, mener une articulation ou une liaison efficace entre les objectifs et les
moyens.
En d’autres termes, le PIP sert de référence pour retenir les projets dans le budget mais
pour déterminer le montant des crédits à inscrire, il reste indicatif.
I-1.1.3 -Lettre de cadrage du Premier Ministre
Une lettre de cadrage, à la signature du Premier Ministre est élaborée. Elle indique les
orientations de l’action gouvernementale au titre de la gestion concernée et notifie les
enveloppes aux ministères, institutions et collectivités.
I-1.1.4 -Phase Budgétisation
C’est la phase qui consiste à analyser les propositions de ventilation du budget des
ministères, faites sur la base des enveloppes budgétaires communiquées.
Dans cette phase, la Direction des Politiques et Synthèses Budgétaires exécute les
tâches suivantes : 
­ saisie dans le SIGBUD des ressources intérieures, des appuis budgétaires, du
service de la dette publique et des recettes et dépenses des Comptes Spéciaux
du Trésor ; 
­ élaboration de la Loi de Finances portant budget de l’Etat, de son Rapport
de Présentation et de la Communication en Conseil des Ministres
l’accompagnant.
I-1.1.5 -Phase présentation à l’Assemblée Nationale
Dans le cadre de la préparation des séances de présentation du projet de budget, à la
Commission des Affaires Economiques et Financières de l’Assemblée Nationale, la
DPSB élabore des fiches techniques expliquant ou justifiant certaines actions ou
dotations du projet de budget.
Comme précédemment rappelé, l’Assemblée Nationale est saisie du projet de Loi de
Finances dès l’ouverture de la session ordinaire d’octobre. Deux cas de figures peuvent
se présenter : 
­ soit le projet de budget est adopté dans les délais requis ; 
­ soit il ne l’est pas et dans ce cas, l’article 80 de la Constitution prévoit que le
projet de budget peut être mis en vigueur par ordonnance du Président de la
République dans un délai de 70 jours après la saisine du Parlement.
Par ailleurs, l’on peut se trouver dans l’hypothèse où pour diverses raisons, le projet
de budget n’a pu être déposé dans les délais légaux et, dans ce cas selon les dispositions
du même article, le Président de la République demande d’urgence à l’Assemblée
Nationale l’autorisation de reprendre le budget de l’année précédente par douzième
provisoire.
A cette occasion, la DPSB élabore la lettre de saisine de l’Assemblée Nationale, la Loi
d’Autorisation, l’Ordonnance et la Loi de ratification.
Après l’adoption du budget à l’Assemblée Nationale, une fiche synthétique de
présentation du budget est élaborée dans le cadre de la campagne budgétaire du
Directeur Général du Budget et des Finances qui consiste à expliquer au public, le
budget dans ses grandes lignes.

I-2 : Loi de Finances Rectificative

La Loi de Finances Rectificative tire son fondement de la Directive n°
05/97/CM/UEMOA relative aux Lois de Finances et du décret 98-716 du 16
décembre 1998, portant reforme des circuits et des procédures d’exécution des
dépenses et des recettes du Budget Général de l’Etat, des comptes spéciaux du Trésor
et mise en œuvre du Système Intégré de Gestion des Finances Publiques (SIGFiP).
Selon l’article 40 du décret précité, les modifications de mise à disposition initiale des
crédits donnent lieu à l’élaboration d’une Loi de Finances Rectificative dans les deux
cas de figures suivants : 
­ lorsqu’elles entraînent un changement dans la répartition des crédits par
titre ; 
­ ou lorsqu’il y a ouverture de crédits complémentaires.
Cependant, toutes les ouvertures de crédits complémentaires ne donnent pas lieu à la
prise d’une Loi de Finances Rectificative. Selon les dispositions de la Directive N°
05/97/CM/UEMOA, les conditions d’exceptions dans lesquelles l’ouverture de
crédits complémentaires peut se faire en dehors d’une Loi de Finances Rectificative
sont : 
­ les circonstances exceptionnelles ou accidentelles ; 
­ l’urgence ou les calamités ; 
­ la nécessité impérieuse d’intérêt national.
L’élaboration de la Loi de Finances Rectificative comporte plusieurs étapes :
I-2.1- Cadrage du budget modificatif
C’est un tableau qui retrace en ressources et en dépenses, toutes les modifications
apportées au cadrage budgétaire initial afin d’aboutir à un nouvel équilibre.
I-2.2- Elaboration du tableau récapitulatif des ressources et des charges
Il s’agit d’un tableau de synthèse comportant une colonne qui met en exergue les
modifications intervenues tant au niveau des ressources que des charges.
I.2.3- Rédaction de la Loi de Finances Rectificative
La DPSB élabore la Loi de Finances Rectificative et la communication en Conseil des
Ministres l’accompagnant.

I-3 : Elaboration de la Loi de Règlement

La Loi de Règlement trouve son fondement juridique dans les dispositions
communautaires, constitutionnelles et légales, à savoir la Directive
n°05 /97/CM /UEMOA relative aux lois de finances, la Constitution ivoirienne et la
loi organique de 1959.
La Directive n°05 /97/CM /UEMOA précitée en ses articles 4 et 36 nouveau ainsi
que l’article 81 de la Constitution déterminent la fonction et le rôle de la Loi de
Règlement. Elle constitue un moyen de règlement des comptes de la nation c’est-à-
dire l’acte juridique par lequel il est procédé à la constatation des résultats définitifs
d’une gestion budgétaire. A cet effet, la Loi de Règlement permet un contrôle à
posteriori qui s’exerce lors de son examen. Le processus de son élaboration requiert
plusieurs étapes.
I.3.1- Collecte des données
Les données consignées dans la Loi de Règlement proviennent : 
­ du SIGFIP ; 
­ du Compte Général de l’Administration des Finances (CGAF) produit par le
Trésor Public.
Ces sources sont complétées par différents états produits par les postes comptables en
ce qui concerne les opérations exécutées en dehors du circuit réglementaire.
I.3.2- Analyse des données
L’analyse des données s’effectue par le rapprochement de plusieurs états (tableaux de
synthèse du CGAF en ressources et en dépenses et situation d’exécution SIGFIP). Il
s’agit à ce niveau, de faire le tri pour retenir les chiffres qui rendent réellement compte
de la situation d’exécution du budget de l’Etat.
Pour assurer la cohérence interne des données du SIGFIP, il est procédé au
recoupement de plusieurs types d’états produits à la même date pour assurer leur
comparabilité. Par exemple, la situation d’exécution cumulée présentée par grandes
rubriques de dépenses est comparée aux états détaillés.
A l’issue de ces travaux, un tableau de comparaison mettant en rapport les données
provenant de diverses sources notamment du SIGFIP, du CGAF, du TOFE et divers
autres états comptables est élaboré.
Il faut retenir que le module recettes du SIGFIP n’étant pas encore opérationnel, les
informations sur le montant des recettes recouvrées proviennent essentiellement du
CGAF.
I.3.3- Elaboration de la loi et des documents l’accompagnant
I.3.3.1- Elaboration de la loi
L’élaboration de la Loi de Règlement consiste à : 
­ déterminer les montants définitifs des encaissements de recettes et des
ordonnancements de dépenses et dégager les résultats du Budget Général ; 
­ ratifier, le cas échéant, les ouvertures de crédits complémentaires et autres
aménagements du Budget si elles n’ont pu l’être par une Loi de Finances
Rectificative ; 
­ affecter la reprise des excédents ou des déficits à la prochaine Loi de
Finances ;
Le processus de comptabilisation du résultat budgétaire s’effectue conformément aux
règles édictées par l’annexe à la directive n°05/98/CM/UEMOA relative au plan
comptable de l’Etat et se présente comme suit :
Le résultat de l’exécution de la loi de finances est déterminé par virement au compte
98 « Résultats d’exécution de la Loi de Finances », des soldes des comptes suivants : 
­ compte 90 « Dépenses du Budget Général de l’Etat » ; 
­ compte 91 « Ressources du Budget Général de l’Etat » ; 
­ compte 96 « Comptes Spéciaux du Trésor ».
Pour obtenir le résultat de l’exécution du budget au sens de la loi de règlement, il
est procédé à deux opérations : 
­ l’ajustement, le cas échéant, du solde du compte 98 par l’alignement du
montant des dépenses exécutées sur emprunts et dons projets, sur le niveau
des recettes correspondantes en cas de différence entre le niveau des
ressources et des dépenses ; ceci en application de la réglementation en
vigueur suivant laquelle les dépenses des projets d’investissement financées
sur ressources extérieures ne peuvent être engagées et ordonnancées que si les
financements sont mobilisés; 
­ la consolidation du solde du compte 98 ajusté avec celui du compte 97
« Différences à incorporer au découvert du Trésor » retraçant les dépenses
payées sans ordonnancement préalable.
Le résultat de cette consolidation est inscrit en partie simple au compte 01
« Résultats des budgets non réglés ».
Après le vote de la Loi de Règlement, ce résultat est ensuite transporté au
compte 02 «Découverts du Trésor et Réserves ».
I.3.3.2- Rédaction du rapport de présentation
Le rapport de présentation de la Loi de règlement explique de manière détaillée, les
écarts éventuels entre les prévisions et les réalisations. Il explique l’origine des écarts
aussi bien au niveau des recettes que des dépenses.
I- 3.4- Processus d’adoption de la loi de règlement
I.3.4.1- Transmission à la Chambre des comptes
Il est élaboré une lettre transmettant la loi à la Chambre des Comptes afin que cette
institution de contrôle juridictionnelle dresse son rapport sur l’exécution du budget et
donne sa déclaration générale de conformité.
I.3.4.2- Adoption par le Gouvernement
Après l’approbation de ce projet de loi par la Chambre des Comptes, il est préparé
une Communication en Conseil des Ministres le présentant au Gouvernement en vue
de son adoption à l’Assemblée Nationale.

Quelles sont les activités conduites par le Service des Aides Extérieures et Suivi
du Programme ?

I- SUIVI DE L’EXECUTION DES LOIS DE FINANCES
Dans le cadre de la mise en place du budget et du suivi de son exécution, des états
statistiques sont produits à l’attention des partenaires extérieurs et à l’occasion de
différents comités dont la DPSB est membre.
I-1 : Régulation budgétaire
Après adoption de la Loi de Finances Initiale à l’Assemblée Nationale, des seuils
prévisionnels maxima de consommation des crédits budgétaires mensuels pour les
dépenses de fonctionnement (hors personnel et abonnement) et trimestriels pour les
dépenses d’investissement sont déterminés afin de réguler le rythme de consommation
des crédits. En cours de gestion, ces plafonds de consommation de crédits budgétaires
peuvent être revus pour tenir compte du rythme de recouvrement des ressources.

I-2 : Elaboration des états statistiques

Le suivi de l’évolution de certains agrégats et postes de dépenses sensibles, nécessite la
tenue d’états statistiques. Il s’agit notamment de :
I.2.1- Dépenses Engagées Non Ordonnancées (DENO)
Les statistiques sur les DENO sont faits mensuellement à partir de la situation
d’exécution produite par le SIGFIP. Ils concernent les dépenses du titre 2 hors
personnel et du titre 3.
I.2.2- Masse salariale
Dans le souci de respecter la norme communautaire en matière de masse salariale et
des engagements vis-à-vis de nos partenaires au développement, les dépenses de
personnel représentent un poste sensible. Leur évolution fait l’objet d’un suivi
mensuel auprès des différents services gestionnaires, à travers la tenue d’un tableau
synthétique.
La base d’enregistrement des données diffère suivant les rubriques : 
­ pour le personnel géré par la Direction de la Solde (civils et police) et la
Défense (militaires), ce sont les paiements réels qui sont pris en compte ; 
­ pour les EPN et les Institutions Nationales, les données retenues sont les
montants transférés par le Trésor ; 
­ pour les SODE, le personnel local des ambassades et les collectivités
décentralisées, le montant retenu est le plus élevé entre le douzième de la
dotation et le montant ordonnancé dans le SIGFIP.
I.2.3- Secteurs sociaux et prioritaires
Les statistiques à ce niveau tirées du SIGFIP, concernent principalement les secteurs
de l’Education, de la Santé et les Infrastructures Economiques de base.

I.3 : Participation au comité TOFE

Dans le cadre de la consolidation des informations financières de l’Etat, la Direction
participe aux travaux du secrétariat technique et au Comité TOFE. Elle fournit dans
ce cadre, les situations d’exécution sur la masse salariale, les autres dépenses ordinaires,
les DENO, les abonnements, les dépenses d’investissement et d’autres états.

I.4 : Participation au comité de Trésorerie

La Direction participe aux travaux du groupe technique du Comité de Trésorerie et
aux réunions du Comité lui-même afin d’améliorer la régulation budgétaire à travers
une bonne corrélation entre le rythme d’exécution des dépenses et celui du
recouvrement des recettes.
II- SUIVI DES AIDES EXTERIEURS ET DU PROGRAMME ECONOMIQUE
ET FINANCIER

La Direction des Politiques et Synthèses Budgétaires a initié la constitution d’une base
de données sur les dons et emprunts exécutés dans le circuit budgétaire. A cet effet, les
activités suivantes sont menées : 
­ la classification des dépenses d’investissements par bailleurs ; 
­ le recoupement de cette base de données avec les informations fournies par le
Comité de Mobilisation des Financements Extérieurs et de Suivi des
Investissements Publics (COMFESIP) et la Direction de la Dette Publique
sur les paiements directs par bailleurs.
Par ailleurs, elle participe aux réunions du COMFESIP, aux missions des bailleurs de
fonds et élabore un rapport de synthèse de ces réunions. Dans ce dernier cas, elle
coordonne la mise en œuvre des diligences qui relèvent de la Direction Générale du
Budget et des Finances (DGBF) dans le cadre du suivi des programmes et élabore des
états statistiques demandés dans le cadre de ces missions.

B- LA SOUS-DIRECTION DES ETUDES BUDGETAIRES, DE LA
FORMATION ET DE LA DOCUMENTATION
Elle comprend deux (2) services :
Ü Le Service des Etudes et de la Formation ;
Ü Le Service de la Réglementation Communautaire et Documentation.

Quelles sont les activités conduites par le Service des Etudes et de la Formation ?

I- ETUDES
Les études visent essentiellement à soutenir le processus de budgétisation. Elles
consistent à diagnostiquer le processus budgétaire et à analyser tout sujet en relation
avec les finances publiques.
Les études réalisées sont publiées dans les documents que sont : 
­ les « Notes du Budget » ; 
­ les « Indicateurs Budgétaires ».
En plus de ces publications, des notes sont élaborées et insérées dans l’agenda de la
Direction Générale du Budget et des Finances.

I.1 : Les Notes du Budget
C’est une publication semestrielle organisée autour de deux parties. La première fait
une analyse détaillée de l’exécution du budget à travers une présentation des objectifs
et leurs niveaux de réalisation. La seconde aborde plusieurs autres sujets afin
d’informer les différents opérateurs économiques et les Partenaires au
Développement.
D’où proviennent les informations relatives à l’exécution du budget ?
Les informations proviennent : 
­ des Lois de Finances, du Cadrage Budgétaire et des Etats issus du Système
Intégré de Gestion des Finances Publiques (SIGFiP) qui sont des documents
produits par la Direction Générale du Budget et des Finances
(DGBF/DPSB) ; 
­ du Tableau des Opérations Financières de l’Etat (TOFE) produit par la
Direction Générale de l’Economie (DGE/DCPE) ; 
­ de la Situation détaillée de la dette publique produite par la Direction
Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP/DDP).
Comment s’opère le choix des thèmes ? 
­ les propositions de thèmes sont faites par la DPSB ou proviennent d’autres
Directions ayant des préoccupations sur des sujets précis. 
­ les thèmes sélectionnés servent à élaborer un guide de rédaction (le plan avec
des indications sur le contenu de chaque partie). 
­ le projet de publication rédigé, est soumis à la validation du Directeur
Général. Ce n’est qu’après cette étape que le document peut être publié.

I.2 : Les Indicateurs Budgétaires

C’est un tableau produit trimestriellement qui présente un résumé chiffré de
l’évolution des indicateurs clés de l’exécution du budget ainsi qu’une projection
annuelle de ceux-ci.
Il contient des informations mensuelles sur les niveaux d’évolution de la dette
publique, des dépenses ordinaires (personnel, abonnements…), des dépenses
d’investissements, des Dépenses Engagés Non Ordonnancées (DENO) et des dépenses
des secteurs dits prioritaires (santé, éducation…).
Quelles sont les sources d’information ?
Les informations proviennent :
­ de la situation détaillée de la dette publique produite par la Direction
Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) ; 
­ des états issus du Système Intégré de Gestion des Finances Publiques
(SIGFiP) et produits par la Direction Générale du Budget et des Finances
(DGBF) pour ce qui est des dépenses ordinaires (personnels,
abonnements…), des dépenses d’investissements, des Dépenses Engagées Non
Ordonnancées (DENO) et des dépenses des secteurs dits prioritaires (santé,
éducation…) ; 
­ des projections faites à partir des informations recueillies.
II- FORMATION
L’objectif de la formation est de renforcer les capacités du personnel de la Direction
Générale du Budget et des Finances et des acteurs du circuit de la dépense publique
(Administrateurs de Crédits, DAAF, Contrôleurs Financiers et Budgétaires, Agents
Comptables, etc.).
Quelle est la procédure pour chacune de ces formations ?

II.1 : Formation du personnel (formation continue)

La procédure comprend sept (7) étapes :
II.1.1- Elaboration du programme de formation
L’élaboration des programmes de formation est basée sur deux informations
essentielles : 
­ les données issues du recensement des besoins de formation exprimés par les
directions ; 
­ les offres de formation collectées auprès des institutions et centres de
formation.
Une fois le programme élaboré et validé par la hiérarchie, il est transmis aux
différentes directions.
II.1.2- Recensement des candidatures
Les Directions diffusent auprès de leur personnel le programme de formation reçu.
Les fiches de candidatures remplies par les intéressés sont transmises à la DPSB qui,
après analyse, fait une présélection basée sur les critères suivants : 
­ la fonction occupée (les thèmes de formation retenus pour un agent doivent
être en rapport avec ses responsabilités ou ses tâches accomplies);
­ la date de prise de service à la DGBF (avoir fait au moins deux ans de
service) ; 
­ le diplôme (il permet de s’assurer que le candidat proposé a le niveau requis
pour participer à la formation) ; 
­ les formations continues déjà reçues (n’avoir pas participé à une formation
au cours des douze derniers mois).
La liste des présélectionnés est transmise au Directeur Général pour sélection
définitive des candidats.
II.1.3-Information des candidats et des Centres de formation
La liste définitive arrêtée par le Directeur Général est communiquée à l’ensemble des
Directions pour information. A cette étape, les candidats sont informés ainsi que les
Centres de formation devant les accueillir.

II.1.4- Démarche administrative
Elle consiste à préparer les documents et à mener toutes les démarches nécessaires
pour permettre au candidat de participer effectivement à la formation. Il s’agit de : 
­ l’établissement des prises en charge des frais de mission par l’introduction
d’une communication en Conseil des Ministres puis d’une lettre d’avance
auprès du Ministre de l’Economie et des Finances à l’attention du Trésor
Public pour le décaissement des sommes nécessaires ; 
­ la conduite des démarches auprès des ambassades pour l’obtention du visa.
NB : à cette étape, le candidat est tenu de réunir les pièces personnelles devant servir
à l’obtention du visa. Il s’agit notamment de la détention d’un passeport à jour.
II.1.5- Règlement des frais de formation
Une fois les ressources dégagées par le Trésor Public, les dépenses sont effectuées par
le comptable de la Direction Générale du Budget et des Finances comme suit : 
­ achat du titre de transport ; 
­ règlement des frais pédagogiques par virement sur le compte du Centre de
formation ; 
­ paiement des frais de séjour au candidat.
II.1.6- Suivi du stagiaire
Une fois en formation, le stagiaire fait l’objet d’un suivi à distance portant sur les
conditions de séjour, le déroulement de la formation et la participation effective aux
séances de formation.
II.1.7- Rédaction d’un rapport de formation
De retour de formation, le stagiaire est tenu de produire un rapport à la Direction
Générale dans un délai maximum de deux semaines.
II.1.8- Constitution d’une base de données des formations
Une base de données est constituée pour le suivi des bénéficiaires des formations.

II.2 : Formation des acteurs du circuit de la dépense publique

Elle se fait à travers les séminaires.
Comment détermine-t-on les acteurs à former ?
Le choix des acteurs à former s’inscrit dans le cadre de l’exécution du programme de
déconcentration de la gestion des dépenses publiques élaboré par la Direction
Générale du Budget et des Finances. Par ailleurs, des séminaires de formation peuvent
être organisés à la demande de certaines structures.

Quelle démarche suivre pour organiser la formation des acteurs du circuit de la
dépense ?
L’organisation des sessions de formation se déroule en deux grandes phases :
II.2.1- Phase préparatoire
Elle comprend :
(1) l’élaboration des termes de référence faisant ressortir les objectifs, les résultats
attendus, les modules de formation, le profil des formateurs, le public cible de la
formation, ainsi que la date et le lieu de la formation;
(2) les réunions préparatoires ayant pour but de mettre au même niveau
d’information tous les acteurs impliqués dans les préparatifs de la formation;
(3) la préparation du budget de la formation : le budget adopté fait l’objet d’une
lettre d’avance soumise à la signature du Ministre de l’Economie et des Finances
et adressée au Trésor Public afin de mettre les fonds nécessaires à la disposition
de la Direction Générale du Budget et des Finances.
(4) l’élaboration des documents de formation
ü Rédaction des supports de communications
Conformément aux thèmes de référence, les intervenants élaborent leur
communication. Pour la présentation, une synthèse est faite sur support
PowerPoint.
ü Elaboration du questionnaire d’évaluation du séminaire
Un questionnaire est élaboré pour servir à l’évaluation de la formation.
(5) les missions de prospection
Des missions de prospection sont organisées dans les villes devant abriter les
formations afin d’informer les autorités administratives et de mettre en place la
logistique nécessaire à l’organisation.
II.2.2- le déroulement de la formation
Il obéit à trois étapes :
(1) La cérémonie d’ouverture au cours de laquelle sont annoncés le programme de
l’atelier et les principaux thèmes qui seront débattus ;
(2) Le déroulement des modules qui se fait en ateliers constitués d’acteurs
regroupés par catégories professionnelles. A cette étape, les supports didactiques
sont distribués aux participants ;
(3) La cérémonie de clôture pendant laquelle sont présentés les résultats de
l’évaluation aux officiels et aux participants ainsi qu’un rapport de formation
relatif aux conclusions et recommandations des ateliers.

Quelles sont les activités conduites par le Service de la réglementation
communautaire et documentation?

I. REGLEMENTATION COMMUNAUTAIRE
Le volet réglementation communautaire couvre les travaux de suivi de la mise en
application des actes et la surveillance multilatérale.
I.1- Suivi de la mise en application des actes communautaires1
L’activité ici consiste en l’évaluation du degré d’internalisation des Directives relatives
aux lois de finances, à la nomenclature budgétaire, aux marchés publics et au code de
transparence dans la gestion des finances publiques.
En l’état actuel, deux principales Directives sont suivies au sein de la Direction
Générale du Budget et des Finances. Il s’agit de : 

Dans la hiérarchisation des actes communautaires, nous distinguons les Décisions, les Directives, les Règlements et les 
actes additionnels.
- la Directive N° 05/97/CM/UEMOA relative aux lois de Finances ;
- et la Directive N°04/98/CM/UEMOA portant nomenclature
budgétaire.
Ce suivi fait l’objet de la production d’un rapport qui rend compte de l’état
d’application des Directives permettant d’apprécier leur degré d’internalisation.
I.2- Surveillance multilatérale
Dans le cadre de la surveillance multilatérale, la DPSB, en collaboration avec le
Secrétariat Permanent du Comité National de Politique Economique (CNPE) et la
Direction des Affaires Economiques Extérieures et de l’Intégration Sous-régionale
(DAFEXIS), participe :
- au suivi du respect des critères de convergence ;
- à l’élaboration du Programme Minimum de Convergence de la Côte
d’Ivoire ;
- à la validation des études soumises par la commission UEMOA ;
- à la rédaction des rapports trimestriels de surveillance ;
- et à la participation au comité des experts de l’UEMOA.
II. DOCUMENTATION ET LES ARCHIVES
Pour assurer une bonne conduite de ces activités, la Direction Générale du Budget et
des Finances s’est dotée d’un Centre de Documentation et d’Archives (CDA) dont les
travaux sont en phase de finalisation.
II.1 : Gestion documentaire
La gestion documentaire porte sur les activités d’acquisition, de traitement, de
classement, de diffusion, de communication et d’évaluation.
II.1.1- Procédure d’acquisition
La procédure d’acquisition est un ensemble d’opérations qui vise à constituer et
accroître un fonds documentaire. Elle se fait selon trois modes distincts :
- Acquisition par échanges ;
- Acquisition par dons ou legs ;
- Acquisition par achats.
II.1.1.1- Acquisition par échanges
Le Centre de Documentation et d’Archives (CDA) échange des documents
disponibles en plusieurs exemplaires avec des structures collaboratrices.
II.1.1.2- Acquisition par dons et legs
Des ouvrages peuvent faire l’objet de dons et de legs au CDA. Un tri est fait selon la
pertinence de l’information contenue dans ces documents.
II.1.1.3 - Acquisition par achats
- La liste des documents à acquérir est arrêtée par les documentalistes,
éventuellement aidés par d’autres compétences, en tenant compte des
besoins des usagers, des domaines couverts et à couvrir, et du budget
alloué au CDA ;
- Les achats se font en prenant attache avec les librairies et les maisons
d’édition.
- A la réception des documents sollicités, un contrôle portant sur la qualité
et l’identité des documents est effectué pour s’assurer de la conformité
des livraisons avec les commandes passées.
II.1.2- Procédure de traitement des documents
Les documents acquis (ouvrages, usuels, revues, périodiques, etc.) sont soumis aux
étapes de traitement suivantes :
- l’estampilla ge qui consiste à apposer sur tous les documents reçus le
cachet du centre de documentation ;
- le catalogage qui fait ressortir les caractéristiques physiques d’un
document pour en faciliter le repérage. Il s’agit de remplir les bordereaux
documentaires qui contiennent les différents champs ou zones ;
- l’enregistrement qui consiste à inscrire les références des ouvrages dans les
registres d’inventaire qui permettent de connaître exactement le fonds
documentaire existant ;
- l’indexation qui permet de décrire le contenu d’un document par des
termes précis et normalisés, appelés des descripteurs ;
- la cotation qui consiste à attribuer une cote (ensemble de symboles :
lettres, signes et/ou chiffres) servant à localiser un document dans un
centre de documentation ;
- l’étiquetage qui consiste à apposer des étiquettes sur les ouvrages ;
- la saisie qui consiste à faire entrer dans une base de données les références
des ouvrages traités ;
- le rangement qui consiste à disposer les documents sur les rayonnages
selon le mode de classement retenu.
Ces tâches définies ci-dessus nécessitent la confection de formulaires devant servir de
support aux opérations de traitement.
Quel est le mode de classement des documents utilisé au CDA ?
Le classement adopté au centre de documentation de la Direction Générale du Budget
et des Finances, obéit à la classification alphanumérique (classement à partir de chiffres
et de lettres) pour ce qui est des ouvrages.
Quant aux périodiques, la classification se fait par ordre chronologique de réception.
II.1.3- Procédure de diffusion et de communication
La communication et la diffusion de l’information sont les étapes de la chaîne
documentaire qui justifient toutes les autres tâches exécutées.
Il s’agit de faire circuler l’information par des prêts, des consultations sur place, des
transmissions orales (communications téléphoniques) et visuelles (séances de
projection).
La diffusion et la communication de l’information se font à travers des formulaires
élaborés à cet effet et mis à la disposition des usagers.
II.1.4- Procédure d’évaluation des usages du fonds documentaire
Cette opération permet aux gestionnaires de s’imprégner des réalités liées à la gestion
de leurs fonds.
Elle est basée sur les résultats obtenus à partir d’éléments ou de données statistiques,
permettant de vérifier si les objectifs recherchés sont atteints.
Ces statistiques permettent d’appréhender l’utilisation qui est faite des fonds
communiqués aux usagers (prêt, acquisition, consultation sur place…).
Afin d’évaluer les résultats atteints, les statistiques sont analysées et intégrées au
rapport d’activité du CDA.
II.2 : La Gestion archivistique
Les archives se définissent comme l’ensemble des documents produits ou reçus dans le
cadre du fonctionnement d’une structure.
Compte tenu de leur importance (mémoire de la structure), leur gestion qui
commence dès leur naissance nécessite une méthodologie qui se décline comme suit :
II.2.1-Classement des archives dans les services producteurs et dans le CDA
II.2.1.1- Au niveau des services producteurs
Une assistance est apportée aux structures administratives en leur proposant un plan
de classement tenant compte de leurs attributions. Ce classement se fait selon les types
de dossiers et les pièces constitutives.
II.2.1.2- Au niveau du CDA
Un cadre de classement est élaboré pour le classement futur des documents dans les
dépôts d’archives. Il s’agit cette fois d’établir un schéma rationnel pour le classement
de l’ensemble des archives par séries suivant les fonctions administratives.
II.2.2- Conservation légale des archives
Un tableau de gestion servant de référentiel de conservation des archives (la durée
d’utilité administrative et le sort final des documents) est élaboré sur la base de la
nature des documents, leur fréquence d’utilisation, leur flux de production et les
prescriptions légales.
En l’absence de prescriptions légales de délai, il est élaboré en accord avec les services
producteurs un tableau de gestion.
II.2.3- Versement au CDA
Le versement est l’opération matérielle et administrative par laquelle les documents
qu’un service a acquis lors de ses activités sont transférés au CDA pour y être
conservés.
- Sur la base des procédures de versement, les services producteurs
préparent eux-mêmes les dossiers à verser et rédigent un bordereau
descriptif de versement.
- Ce bordereau identifie le service versant et décrit précisément les dossiers
à verser.
- Les versements sont acceptés après la vérification de leur conformité avec
le bordereau.
- Il est ensuite procédé au stockage des dossiers dans la salle de tri et de
traitement.
II.2.4-Tri et élimination des documents
Le tri constitue un travail d’analyse de tous les dossiers en vue d’une mise en ordre.
Cette opération consiste à expurger des dossiers toute pièce n’ayant pas un intérêt
réel.
Avant toute opération de destruction de documents, l’avis d’un comité d’élimination
qui doit comprendre au moins un membre issu du Service Producteur et des
responsables du CDA est requis.
II.2.5-Traitement des documents
Les documents collectés par le CDA seront soumis aux opérations de traitement
suivantes : 
­  le classement qui permet de mettre de l’ordre dans les documents triés et
sélectionnés en les regroupant selon le cadre de classement défini et en les
rangeant dans un ordre chronologique ; 
­  la cotation qui consiste à attribuer une cote servant à identifier chaque article
dans le dépôt d’archives ; 
­  l’analyse qui conduit à élaborer une fiche d’identification du document ; 
­  le rangement matériel des dossiers qui consiste à conditionner les dossiers pour
ensuite les disposer sur des rayonnages ou dans des armoires selon l’ordre
chronologique ; 
­  la saisie qui consiste à faire entrer dans une base de données les références des
archives traitées.
II.2.6- Communication des documents d’archives
Le CDA conserve sous sa responsabilité les documents qui lui ont été versés.
Les archives sont accessibles à tous les usagers. A ce titre, des formulaires sont mis à
leur disposition pour les consultations et les prêts.
DIRECTION  DU  BUDGET  DE  L’ETAT
MINISTERE DELEGUE AUPRES DU REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
PREMIER MINISTRE, CHARGE DE  Union – Discipline- Travail 

L’ECONOMIE ET DES FINANCES  ­­­­­­­­­­­­­­­­­ 
________
Direction Générale du Budget
Et des Finances
-------------

DIRECTION DU BUDGET DE L’ETAT

MANUEL DE PROCEDURE
D‛ELABORATION DU BUDGET DE L‛ETAT

Septembre 2006
INTRODUCTION

La Direction Générale du Budget et des Finances est chargée d‛assurer la fonction
« Budget » de l‛Etat à travers l‛élaboration des lois de Finances ( loi de finances initiale,
loi de finances rectificative, loi de règlement) et le suivi de l‛exécution du Budget.

Cette fonction est assurée par plusieurs directions dont la Direction du Budget de l‛Etat
(DBE). Cette dernière est chargée en ce qui la concerne de :
- Préparer le budget de l‛Etat de l‛année à venir en liaison avec la Direction des
Politiques et Synthèses Budgétaires (DPSB), dans le cadre de l‛élaboration des lois
de finances;
- Exécuter et suivre physiquement l‛utilisation de l‛ensemble des crédits
budgétaires mis à la disposition des structures bénéficiaires.

Si ces missions ont toujours été précisées par les décrets d‛organisation du Ministère
chargé de l‛Economie et des Finances, leurs modalités de mise en œuvre n‛ont jamais été
déterminées par un document. C‛est dans le but de combler ce vide que ce manuel de
procédure est rédigé pour servir de cadre de référence dans l‛élaboration du budget.
I)- les Principes généraux d‛élaboration du budget

1 - Définition

Le budget est un acte de prévision des ressources et des charges de l‛Etat pour une
année donnée. Il est un instrument dans les mains des Pouvoirs Publics pour prendre en
compte les besoins des populations.

Compte tenu du caractère particulièrement important qu‛il revêt, le budget obéit à
certaines règles dont le but est de lutter contre la mauvaise gestion, le gaspillage et les
détournements. Ces règles régissent les grandes phases de la procédure budgétaire :

2- Les principes budgétaires:

L‛élaboration du budget doit respecter les principes suivants :
- la légalité ;
- l‛unité ;
- l‛annualité ;
- l‛universalité ;
- la spécialité des crédits ;
- l‛équilibre.

a- Le principe de la légalité :

L‛article 1er, alinéa 3 de la loi organique de 1959 stipule que « aucune recette, aucune
dépense ne peut être ordonnée ou ordonnancée pour le compte de l‛état sans être
autorisée par la loi ».

Cette règle a pour but d‛éviter les abus des agents ou services de l‛Etat vis à vis des
citoyens. Il convient de relever aussi que cette règle est née après la révolution
française pour freiner les abus de la royauté.

b- Le principe de l‛unité budgétaire

« Le budget englobe la totalité des charges et des ressources de l‛Etat dans un compte
unique intitulé budget général » art. 3 de la loi organique de 1959.
Ce principe permet d‛éviter l‛éparpillement du budget et favorise sa lisibilité. L‛unité
budgétaire fait appel à l‛unité comptable et l‛unité de trésorerie, gages fondamentaux de
l‛unité de l‛Etat.
c- Le principe de l‛annualité

« Les ressources et les charges du budget s‛exécutent sur douze mois du 1er
janvier au 31 décembre de l‛année concernée ».
Toutefois des dépenses d‛investissement peuvent avoir un caractère pluriannuel.
Par ailleurs il est prévu une période complémentaire du 1er janvier au 28 février de
l‛année suivante pour permettre la prise en charge comptable des dernières
opérations.
Cette règle a l‛avantage de permettre la clôture de la gestion dans un délai
raisonnable.
Il faut préciser que le système retenu pour la Côte d‛Ivoire est le système de la
gestion.

d- Le principe de l‛universalité

« Le budget doit contenir toutes les dépenses et toutes les recettes, chacune
d‛entre elles étant inscrite de façon séparée et y figurant pour son montant
intégral ».
Ce principe comporte deux règles : la règle du produit brut et la règle de la non
affection des recettes aux dépenses.

e- Le principe de la spécialité des crédits :

« L‛autorisation d‛engager un crédit n‛est pas donnée de façon globale, mais elle
porte à la fois sur un montant et sur un objet. On dit que les crédit sont
spécialisés ».
Ainsi les crédits sont repartis par titres. On distingue aujourd‛hui 5 titres dans le
budget de l‛Etat :

- le titre 0 = les ressources
- le titre 1 = la dette publique
- le titre 2 = les dépenses ordinaires
- le titre 3 = les dépenses d‛investissement
- le titre 4 = les comptes spéciaux du Trésor et les budgets annexes

f - Principe de l‛équilibre

« Le budget de l‛Etat soumis au vote de l‛Assemblée Nationale doit être voté en
équilibre économique et financier » directive 05/97/CM/UEMOA.
II/- LA PREPARATION DU BUDGET DE L‛ETAT

Au terme de la Constitution du 1er août 2000, le projet de loi de finances de l‛année doit
être déposé sur le bureau de l‛Assemblée Nationale en vue de son examen et de son
adoption lors de sa deuxième session ordinaire. Cette session qui s‛ouvre le 1er mercredi
du mois d‛octobre, est consacrée essentiellement à l‛examen et au vote de la loi de
finances.
Les différentes étapes de cette activité se présentent synthétiquement conformément
au tableau ci-après.

Principales Structures
Description des tâches Périodes Observations
étapes responsables
Elaboration

Le cadrage Budgétaire est un tableau
Mars La DPSB élabore le
d‛équilibre qui met en cohérence les Direction des
Politiques et
cadrage budgétaire
engagements de l‛Etat et les ressources
Synthèses en liaison avec la
mobilisables. Il est la représentation
Budgétaires DBE
synthétique du budget qui se compose
(DPSB/DBE)
1°) Cadrage
de dépenses et de ressources publiques.
budgétaire

Adoption par le Conseil des Ministres
Cabinet du Avril
Ministère chargé de
Le cadrage budgétaire est adopté en
l’Economie et des
Conseil des Ministres Finances

2) Le Le P.I.P. est une programmation
Direction Générale Avril de
triennale réactualisée chaque année La Direction
Programme du Plan & DBE l’année n-1
pour tenir compte des réalisations Générale du Plan &
d’Investisse effectives et de l'évolution des moyens DBE élabore le PIP
ment et des priorités. Il assure la liaison en liaison avec la
entre les stratégies de développement DBE
Public (PIP)
définies par l'Etat et la loi de finances
qui indique les moyens que le
Gouvernement prévoit dégager pour
chaque exercice budgétaire.
Il est élaboré par la Direction Générale
du Plan en collaboration avec la
Direction Générale du Budget et des
Finances et d‛autres structures
technique .

Les Chargés d‛Etudes de la Direction du
Budget de l‛Etat sont tenus de
participer aux réunions du PIP à l‛issue
desquelles la liste des projets pour
l‛année budgétaire suivante est arrêtée
par la Direction Générale du Plan

1 - La détermination des enveloppes
budgétaires Avril

3°) La DBE, sur la base du plafond global du Les enveloppes ne
Communicat
cadrage budgétaire et des orientations concernent pas les
ion aux dépenses de
Ministères
de politique économique du
Gouvernement, détermine par une personnel et
des DBE
projection, les crédits affectés aux d‛abonnement
enveloppes
budgétaires.  ministères, institutions de l‛Etat et
collectivités décentralisées, en
ventilant ces crédits par grandes .
masses de dépenses.

Les crédits budgétaires sont alloués
aux structures dépensières en tenant
compte :

• du niveau des crédits mis à leur
disposition au cours de la gestion
précédente ;
• du niveau de consommation de ces
crédits ;
• des opérations ponctuelles réalisés sur
l‛année précédente ;
3°) • nouvelles mises à leur charge par
Communicat décisions du Conseil des Ministres, par
ion aux d‛autres organes de décisions ou des
Ministères engagements pris avec les partenaires
des
au développement.
enveloppes
budgétaires. 
2- La lettre de cadrage du Premier Mai
Ministre Cabinet du Premier
Ministre en liaison
La lettre de cadrage du Premier avec la DPSB
Ministre permet de communiquer aux
ministères, institutions et collectivités
décentralisées les enveloppes
budgétaires qui leur sont allouées. Elle
rappelle également les grandes
orientations de la politique budgétaire
ainsi que les indicateurs à retenir pour
l‛élaboration du budget de leur
département ministériel. Les
responsables financiers desdites
structures de l‛Etat, sont appelés à
proposer des répartitions de crédits
dans les limites de l‛enveloppe globale
allouée.

1 - Ventilation des enveloppes
budgétaires
Mai - Juin
En fonction des orientations fixées par L‛appui des chargés
les autorités de tutelle, des réunions d‛études de la DBE,
internes présidées par les cabinets du BNETD et de la
et/ou DAAF sont organisées afin de Direction du Plan
répartir de manière objective les aux DAAF des
4°)
Confection enveloppes octroyées aux différentes ministères
par les structures DAAF et techniques est
Administrateurs de constante pendant
ministères
Crédits délégués
de leurs 2- La saisie des répartitions des cette période
propositions crédits dans le SIGBUD Mai – Juin
budgétaires.
Les choix de répartition, effectués
pour chaque unité administrative, sont
saisis par les DAAF dans le Système
Intégré de Gestion Budgétaire
(SIGBUD - Applicatif informatique pour
l‛élaboration du budget)
DAAF et
En ce qui concerne les collectivités Administrateurs de
décentralisées, non encore reliées au Crédits délégués
réseau SIGBUD, les répartitions sont
transmises sur supports papiers et la
saisie est faite par les Chargés
d‛Etudes de la DBE

Après cette transmission, les
ministères et institutions techniques
n‛ont plus accès au module SIGBUD

5°) Retour DAAF
des Les choix de répartition effectués pour
propositions chaque unité administrative sont Les délais indiqués
budgétaires Juillet
des transmis à la Direction du Budget de (1ère sont des délais
ministères l‛Etat par la voie électronique du quinzaine) impératifs
Système Intégré de Gestion Budgétaire
(SIGBUD)
III/- L‛ELABORATION DU BUDGET DE L‛ETAT

Après la transmission des résultats des
répartitions des ministères, un Il conviendra de
calendrier des conférences veiller à ce que
budgétaires est établi. Ces toutes les dépenses
conférences sont présidées par le incompressibles ou
Directeur Général du Budget et des ayant fait l‛objet de
Finances et réunissent d‛un côté les courrier entre la
représentants de la Direction Générale DGBF et les
du Budget et des Finances (Directeurs, ministères soient
Sous-directeurs et Chargés d‛Etudes), DGBF Juillet – prises en compte
6°) Août avant l‛inscription de
de la Direction Générale du Plan (DGP),
Conférences
et de l‛autre, les Responsables des nouvelles dépenses.
budgétaires
structures dépensières (DAAF,
Directeurs Centraux, Directeurs
d‛EPN, Responsables d‛Institutions,
etc.).
Elles visent en règle générale à :
Ø vérifier le respect des orientations
données dans la lettre de cadrage
du Premier Ministre ;
Ø s‛assurer que toutes les unités
administratives sont dotées (y
compris les structures
nouvellement créées) ;
Ø s‛assurer que les opérations
ponctuelles de la gestion
précédente ne sont pas
systématiquement reconduites ;
Ø analyser les justifications des
demandes éventuelles de crédits
complémentaires.
Ø Faire des recommandations quant
6°)
Conférences à la bonne articulation des Juillet –
DGBF
budgétaires propositions de budget faites par Août
les ministères.

Ainsi, la Conférence budgétaire est non
seulement un cadre de discussion et
d‛arbitrage, mais surtout l‛occasion
pour les ministères dépensiers de
défendre les demandes
complémentaires suivant leurs priorités
et la répartition des crédits octroyés.

Pour y participer efficacement, le
chargé d‛études du ministère doit :
- faire des copies des différentes
propositions et des justificatifs qu‛il
distribuera aux participants;
- faire une analyse de la pertinence des
répartitions du Ministère ou
institutions qu‛il présentera aux
participants à la conférence.

Au terme du passage de chacun des
ministères ou institutions le Directeur
Général du Budget et des Finances
arrête les premiers équilibres.
2- La Conférence de
Programmation des Effectifs.

Présidée par le Directeur Général du
Budget et des Finances, cette DGBF
6°) conférence regroupe les DAAF des Juillet –
Conférences Août
ministères, les Directeurs d‛EPN, le
budgétaires
Directeur de la Solde, le Ministère de
la Fonction Publique,et le Ministère du
Plan et du Développement. Il s‛agit au
cours de ces réunions d‛examiner les
effectifs dressés par le Ministère en
charge de la Fonction Publique et
d‛arrêter les effectifs à retenir en vue
de l‛élaboration du catalogue des
mesures nouvelles.
3- Les arbitrages internes.
DGBF
A l‛issue des Conférences Budgétaires, Juillet -
le Directeur Général du Budget et des Août
Finances se retrouve avec ses
principaux collaborateurs et les
Chargés d‛Etudes pour procéder aux
arbitrages internes. Ces arbitrages
tiennent compte des recommandations
de la conférence budgétaire et
consistent en l‛analyse des justificatifs
produits et des besoins
complémentaires exprimés par les
DAAF, et les administrateurs de
crédits.

4- La Conférence ministérielle :

Les demandes complémentaires non
satisfaites à l‛issue des arbitrages
internes, présentant un intérêt
stratégique sont soumises à l‛arbitrage
du Ministre de l‛Economie et des
Finances et ses collègues des
ministères. Techniques. En de
nécessité, ils recourent à l‛arbitrage du
Premier Ministre.. Cette ultime étape
d‛arbitrage conduit à l‛arrêt définitif
des montants des crédits budgétaires.

Les documents budgétaires approuvés
par le Ministre de l‛Economie et des
Finances sont déposés au Secrétariat
Général du Gouvernement pour examen
par le Conseil des Ministres. A travers
cet examen, le Gouvernement s‛assure :
- que le projet de loi de Finances Cabinet du
Septembre
7°) Examen Ministère chargé de
poursuit des objectifs (1ère
du projet de l’Economie et des
fondamentaux de la politique quinzaine)
budget par Finances
le Conseil économique (maîtrise des
des prélèvements obligatoires,
Ministres politique de limitation du
rythme de progression des
dépenses, etc…),
- qu‛il intègre les priorités
dégagées par le Gouvernement
et prend en compte
effectivement toutes les
dépenses incompressibles.

A l‛issue de cette étape, des
ajustements peuvent être effectués
pour tenir compte des orientations sus
indiquées. Dans ce cas, le projet de loi
de finances est retourné à la DGBF
pour correction, rédaction et
confection des documents budgétaires
A l‛issue de l‛adoption du projet de loi
de Finances par le Gouvernements, les
travaux de rédaction, de finalisation et
8°)
d‛édition des différents documents
Finalisation Septembre
des sont engagés. Ces documents formant DGBF (2ème
documents le projet de loi de finances sont : quinzaine)
budgétaires.
-le Budget de l‛Etat ;
- l‛Annexe fiscale ;
- le Rapport de présentation du Budget
de l‛Etat ;
- l‛Annexe 1 (Partie Comptable) ;
- l‛Annexe 2a (Commentaires des
dépenses de Fonctionnement et
DGBF Septembre
d‛Equipement -hors projets) ;
9°) Edition (2ème
des - l‛Annexe 2b (Commentaires des Ministère de la quinzaine)
documents dépenses d‛Investissement sur Fonction Publique
budgétaires. projets) ; (Direction de la
Programmation et
- le Catalogue des mesures nouvelles ; du Contrôle des
effectifs)
- le Catalogue des Ambassades ;
- le Catalogue des opérations et
dotations transférées ou transférables
aux collectivités territoriales ; Direction de la
- le Catalogue des COGES ; Conjoncture et de
la Prévision
- le Budget des EPN ; Economique
- le Rapport Economique et Financier ;
- les lois de règlement accompagnées
de leurs rapports de présentation.

10°) Dépôt Il faudra veiller à ce
des Sur le plan constitutionnel, l‛ensemble
Cabinet du Octobre que tous les
documents des documents doit être déposé dès le
Ministère chargé de (1ere documents soient
budgétaires premier mercredi du mois d‛octobre sur
l’Economie et des quinzaine) déposés au plus tard
à le Bureau de l‛Assemblée Nationale Finances le 15 octobre
l’Assemblée
CONTROLE – EXECUTION  DU  BUDGET
DIRECTION  DE  LA  BASE  SIGFIP
MINISTERE DELEGUE AUPRES DU PREMIER MINISTRE REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
CHARGE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES Union – Discipline – Travail
------------------------- -------------------------
DIRECTION GENERALE DU BUDGET
ET DES FINANCES
-------------------------
DIRECTION DE L’ADMINISTRATION
DU SIGFiP
--------------------------

MANUEL DE PROCEDURES
DE LA DIRECTION DE
L’ADMINISTRATION DU SIGFiP*
*SIGFiP (Système Intégré de Gestion des Finances Publiques)

La Direction de l’Administration du SIGFiP 2 (DAS) a été créée par le décret n°
2004-97 du 29 janvier 2004 portant organisation du Ministère d’Etat, Ministère de
l’Economie et des Finances, sous la dénomination initiale de Direction de
l’Administration de la Base SIGFiP. La dénomination actuelle émane du dernier décret
d’organisation du ministère (décret n° 2006-118 du 07 juin 2006).
La Direction de l’Administration du SIGFiP a pour activités principales la mise en place
du budget, en collaboration avec la Direction du Budget de l’Etat, le suivi de l’exécution
du budget à travers le SIGFiP, la conduite des opérations de fin de gestion et la
déconcentration du système auprès des services extérieurs de l’Administration dans les
principales localités.

La Direction de l’Administration du SIGFiP (DAS) comprend deux (2) Sous-Directions : 
­  La Sous-Direction des Services Centraux ; 
­  La Sous-Direction des Services Déconcentrés.

Ces sous-directions ne sont pas encore opérationnelles. Le présent guide se contentera
d’indiquer les activités coordonnées par la direction.

Les principales activités de la Direction de l’Administration du SIGFiP regroupent
chacune un ensemble de sous activités dont l’exécution des tâches est décrite dans la
suite du présent document. 


Le SIGFiP est un applicatif informatique qui relie les différents acteurs des finances publiques et qui leur permet
d’exécuter en temps réel des dépenses et des recettes du Budget Général de l’Etat et des Comptes Spéciaux du Trésor. Il
est entré en application en 1999 sur la base du décret n° 98‐716 du 16 décembre 1998 portant réforme des circuits et des
procédures d’exécution des dépenses et des recettes du Budget Général de l’Etat, des Comptes Spéciaux du Trésor et
mise en œuvre du Système Intégré de Gestion des Finances Publiques.
La conception informatique du SIGFiP a été réalisée par la Société Nationale de Développement Informatique.
I. La mise en place du Budget
Après le vote et la promulgation de la Loi de Finances, la Direction de l’Administration
du SIGFiP accomplit les différentes tâches indiquées ci-après :
§ Suivre le transfert effectif des données budgétaires du SIGBUD (Système Intégré
de Gestion Budgétaire) au SIGFiP
La DAS s’assure du déversement des données du budget adopté de l’année contenu dans
le SIGBUD vers le serveur central du SIGFiP.
§ Informer les acteurs du circuit à travers une note circulaire de la mise en place
du budget
La DAS diffuse auprès des acteurs ci-dessous, pour information, la note circulaire de la
Direction Générale du Budget et des Finances indiquant la mise en place du budget de
l’année et le début de son exécution. Ce sont :
- La Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique
- La Société Nationale de Développement Informatique (SNDI)
- La Direction du Budget de l’Etat
- La Direction des Marchés Publics
- La Direction du Contrôle Financier
- Les Ordonnateurs de crédits délégués
- Les Administrateurs de crédits délégués
- L’Inspection Générale des Finances
- La Direction de la Solde
§ Notifier le budget aux acteurs du système et mettre à leur disposition les fiches
de renseignements et de dépôts de signature
La DAS édite à partir du SIGFiP les notifications de crédits autorisés au profit des
différentes unités administratives.
Elle édite également les fiches de renseignements et de dépôts de signature à l’attention
des chefs d’unités administratives pour leur identification dans la base SIGFiP et auprès
des principaux acteurs du circuit de la dépense (Ordonnateur de crédits délégué,
Contrôleur Financier et Comptable assignataire).
§ Etablir, en collaboration avec la Direction des Politiques et Synthèses Budgétaires
(DPSB), les plafonds mensuels et trimestriels de consommation des crédits dans le
cadre de la régulation budgétaire
Afin de réduire les tensions sur la trésorerie de l’Etat, il est introduit dans le SIGFiP un
système de régulation budgétaire caractérisé par la mise en place de plafonds mensuels et
trimestriels de consommation des crédits budgétaires alloués aux services.
Ce mode de gestion permet de mettre en adéquation le niveau des dépenses à effectuer
et les prévisions de ressources à recouvrer.
§ Mettre à la disposition des services déconcentrés, pour information, les plafonds
mensuels de consommation de crédits budgétaires
La DAS communique pour information, par le biais de ses services à l’intérieur, les
plafonds mensuels de consommation de crédits budgétaires aux administrations
déconcentrées de l’Etat.
Les services déconcentrés sont tenus de respecter les niveaux de plafonds mensuels
indiqués dans l’exécution des crédits qui leur sont alloués. Les niveaux mensuels sont
cumulatifs d’un mois à l‘autre.
II. Suivi de l’exécution du Budget
Le suivi de l’exécution du Budget constitue l’une des tâches majeures de la DAS. Il
repose sur les actions suivantes :
§ Prendre en compte les actes modificatifs dans le SIGFiP
Tous les actes pris en cours de gestion budgétaire (décrets, arrêtés, décisions, etc.) ayant
pour effet de modifier le projet initial de budget sont pris en compte et introduits dans la
base SIGFiP en vue de permettre leur exécution dans le système.
§ Assister les acteurs du SIGFiP (Ordonnateurs de crédits délégués, Administrateurs
de crédits délégués, Contrôleurs Financiers et Comptables Assignataires) et
répondre aux problèmes rencontrés
La DAS suit les acteurs de la dépense publique dans l’exécution de leurs crédits
budgétaires à travers le SIGFiP.
En cas de difficultés rencontrées par ceux-ci, la DAS recense les problèmes posés afin de
les résoudre à son niveau quand ils sont d’ordre administratif ou de les transmettre à la
SNDI quand ils sont d’ordre purement technique et veille au suivi de leur résolution dans
les meilleurs délais.
§ Assigner des codes SIGFiP aux nouveaux acteurs pour l’exécution du
budget
Tout nouvel acteur devant intervenir dans le SIGFiP a besoin d’un code d’accès afin
d’effectuer les opérations que lui confèrent sa fonction. Pour ce faire, l’intéressé adresse
un courrier à la DAS en y joignant l’acte légal ou réglementaire qui le nomme à cette
fonction.
Ainsi, la DAS en collaboration avec la SNDI crée un code SIGFiP, personnel et
confidentiel, à l’acteur qui le reçoit sous pli fermé.
Sont concernés par ces codes, les acteurs principaux qui interviennent dans l’outil
informatique, à savoir les Ordonnateurs de crédits délégués ainsi que leurs collaborateurs
désignés, les Contrôleurs Financiers, les Comptables assignataires et leurs Fondés de
Pouvoirs, les agents de la Direction du Budget de l’Etat et ceux de la DAS.
§ Participer aux diverses séances de travail relatives à l’exécution du
Budget avec la Société Nationale de Développement Informatique, les services de
la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (PGT, ACDP,
ACCT, TPA, etc.), les ordonnateurs délégués, les administrateurs de crédits, …
La DAS doit participer à toutes les séances de travail traitant de l’exécution du budget de
l’Etat en sa qualité de garante de la fiabilité de la base et de fidélité des données
produites.
§ Tenir à jour les différentes tables du système
La DAS est chargée de veiller à la mise à jour régulière des différentes tables du système
par l’introduction de toute modification de statut, de dénomination, de création ou de
suppression d’entité dans la base.
§ Assurer le suivi du fonctionnement du système (réseau, matériel informatique,
agents, …)
La DAS est chargée du suivi du bon fonctionnement du système à tous les niveaux.
- Au niveau du réseau : la DAS veille à la fluidité et à la convivialité dans le
fonctionnement du système. En cas de problème, elle en informe la SNDI et
suit en permanence sa résolution.
- Au niveau du matériel informatique : la DAS est chargée de l’équipement en
matériel informatique des acteurs principaux intervenant dans le circuit de la
dépense publique.
A cet effet, elle assure la maintenance du matériel par le biais de la SNDI
qu’elle informe de la survenance des pannes après avoir été saisie par l’acteur.
Aussi, un matériel ne peut être déclaré hors d’usage qu’après inspection et
avis de la SNDI. Dans ce cas il peut être remplacé par la DAS.
- Au niveau des fournitures et consommables : la DAS fournit aux acteurs du
système les fournitures, consommables et matériels nécessaires à l’exécution
de leurs tâches après avoir reçu de leur part des demandes mentionnant leurs
besoins adressées au Directeur de l’Administration du SIGFiP.
Les fournitures et matériels concernés par rapport aux besoins des acteurs sont
: les carnets de demande d’engagement, les papiers sécurisés, les rouleaux
d’étiquettes de validation, les matériels et produits d’entretien, les cartouches
d’encre, etc.
Pour les localités déconcentrées, les demandes sont faites par l’Ordonnateur
de crédits délégués de la circonscription.
§ Veiller à la fluidité dans le traitement des dossiers par les acteurs principaux et
s’assurer que les délais règlementaires ne constituent pas un obstacle à
l’exécution du budget
Sur information reçue des acteurs, la DAS peut interpeller les principaux acteurs pour
l’exécution diligente des tâches relevant de leur compétence.
Dans les localités déconcentrées, la DAS met à la disposition des principaux acteurs des
agents chargés de la transmission des dossiers physiques d’un acteur à un autre.
§ S’assurer de la maîtrise du circuit des dépenses par les acteurs
En collaboration avec la Direction des Politiques et Synthèses Budgétaires (DPSB) et la
Direction du Budget de l’Etat (DBE), la DAS assure la formation des différents acteurs à la
maîtrise du circuit de la dépense publique.
En ce qui concerne les localités connectées au réseau du SIGFiP, les Directeurs
Régionaux du Budget (quand il en existe dans la région) sont chargés d’assurer le suivi
des acteurs de la dépense publique. En cas d’absence de ceux-ci, la DAS est chargée
d’assurer l’encadrement des acteurs par l’entremise de ses agents présents dans les
localités déconcentrées.
III. La conduite des opérations de fin de gestion
Ces opérations consistent à :

§ Editer les états d’exécution budgétaire
Ces états permettent d’identifier les statuts des engagements et des mandats, les
disponibles en engagement et en ordonnancement ainsi que les DENO (Dépenses
Engagées Non Ordonnancées).
§ Rédiger un projet de lettre circulaire de clôture des opérations de fin de gestion
et informer les acteurs du circuit des différentes dates de clôture budgétaire

§ S’assurer du respect des dates de clôture

§ Evaluer le système pour apporter les solutions adéquates aux problèmes survenus
au cours de l’exécution
IV. La mise en œuvre du Programme de déconcentration
Le programme consiste chaque année à :

§ Poursuivre la connexion au SIGFiP des localités non encore mises en gestion
directe
Chaque année, la DAS propose au Directeur Général du Budget et des Finances, les
localités devant faire l’objet de mise en gestion directe au cours de la gestion budgétaire
prochaine. Des missions de prospection sont ensuite organisées, avec la DPSB, dans les
localités retenues. Ce, à l’effet d’identifier les locaux à réhabiliter ou à construire pour
abriter les services du SIGFiP. Le suivi des travaux de réhabilitation, de construction, des
abonnements (eau, électricité, téléphone) des locaux sont assurés par la DAS. La SNDI se
charge en dernier lieu de la connexion des locaux au SIGFiP.
A ce jour, trente trois (33) circonscriptions sont déjà connectées au réseau central dont
trente deux (32) sont opérationnelles.
§ Participer en collaboration avec la DPSB à l’organisation de la formation des
acteurs de la dépense publique en régions
§ Faire systématiquement le bilan dans les régions n’ayant pas de Directeur
Régional du Budget et y prévoir des missions semestrielles
§ Proposer en collaboration avec la Direction du Budget de l’Etat la création de
nouvelles Directions Régionales
A ce jour, cinq (5) Directions Régionales du Budget ont été créées dans les localités
suivantes : Abengourou, Agboville, Bondoukou, Daloa et Yamoussoukro. D’autres
directions régionales verront le jour au cours des exercices budgétaires à venir.
DIRECTION  DU  CONTROLE  FINANCIER
DIRECTION DU CONTRÔLE FINANCIER 

GUIDE PRATIQUE DU 
CONTRÔLEUR FINANCIER 

1 LES MOYENS D’ACTION DU CONTROLEUR FINANCIER 

Première Édition 

Abidjan  
DIRECTION DU CONTRÔLE FINANCIER 
2006
PREFACE 

Le  présent  Guide  du  Contrôleur  Financier  nourrit  l'ambition  d'être 
un  document  de  référence  ayant  les  caractéristiques  d’un  creuset 
d’informations et d’un outil pratique de contrôle des dépenses publiques. 

Il  traite,  avec  pertinence,  le  mécanisme  de  fonctionnement  du 
Contrôle  Financier  en  Côte  d’Ivoire,  de  la  phase  d’engagement  des 
dépenses  publiques  jusqu’à  leur  ordonnancement.  Il  fait  également  un 
clin d'œil aux conditions de visa des actes de gestion de la carrière des 
fonctionnaires et agents de l'Etat. 

Ce manuel  vise à rassembler  le maximum  d’informations  relatives 
à  l’activité  du  contrôle  financier,  à  transmettre  des  conseils  pratiques 
indispensables  au  Contrôleur  Financier  et  à  rendre  les  mécanismes  du 
contrôle plus accessibles aux usagers. 

Ce  triple  défi  fait  de  ce  guide  un  document  didactique  qui 
sensibilise,  informe  le  Contrôleur  Financier  tout  en  lui  rappelant  les 
responsabilités qui sont les siennes dans l’exercice de ses fonctions. En 
effet, le contrôle n’est pas uniquement l’apposition d’un simple visa. Au­ 
delà  du  sceau  «fait»,  le  Contrôleur  pose  un  acte  de  foi,  marqué  d’une 
conscience  professionnelle,  conduisant,  in  fine,  à  ne  faire  payer  que  la 
bonne dépense, la juste dépense et la vraie dépense. 

Je salue  donc  l’initiative de ce manuel  qui  est  appelé  à constituer 
une référence pour la bonne exécution de la dépense publique et à être 
un instrument de discipline budgétaire. 

Aussi, voudrais­je adresser mes vives félicitations à la Direction du 
Contrôle  Financier  pour  ce  précieux  «bréviaire»  dont  l’utilisation  à  bon 
escient  permettra  au  Contrôleur  Financier  d’inscrire ses actions  dans  la 
transparence  et  par  conséquent  dans  le  respect  des  exigences  de  la 
bonne gouvernance. 

Le Ministre délégué auprès du Premier Ministre 
chargé de l’Économie et des Finances 

CHARLES DIBY KOFFI
SOMMAIRE 
Notes liminaires  6 
1  Les moyens d’action du Contrôleur Financier  7 

2  Le domaine d’action du Contrôleur Financier  13 

3  Les modalités d’action du Contrôleur Financier  15 
3.1  16 
Le contrôle à la phase de l’engagement de la dépense 
3.1.1  La qualité de l’administrateur de crédits et de l’ordonnateur 
(principal, délégué ou secondaire)  16 
3.1.2  La disponibilité des crédits  16 
3.1.3  L’exacte imputation budgétaire  17 
3.1.4  L’utilité de la dépense  17 
3.1.5  Le coût de la dépense  18 
3.1.6  Les pièces justificatives de la dépense  19 
3.2  20 
Le contrôle à la phase de la liquidation et de 
l’ordonnancement de la dépense 
3.2.1  21 
Le contrôle sur pièces de la liquidation de la dépense 
3.2.2  22 
Le contrôle de la réalité du service fait  
3.2.2.1  Le contrôle concomitant  22 
3.2.2.2  Le contrôle non concomitant  22 

4  Le Contrôleur Financier, acteur du circuit des dépenses  24 
publiques 
4.1  25 
Le choix de la procédure proposée 
4.1.1  La procédure normale  25 
4.1.2  La procédure simplifiée  25 
4.2  Le respect de l’application des procédures dans le circuit des  25 
dépenses publiques 
4.2.1  La phase de l’engagement  25 
4.2.2  La phase de l’ordonnancement  26
5  Le contrôle des actes administratifs  28 

5.1  29 
Les conditions de visa des actes de recrutement 
5.1.1  Pour un fonctionnaire  29 
5.1.2  Pour un non fonctionnaire  29 
5.2  Les conditions de visa des actes de gestion de la carrière du  30 
fonctionnaire 
5.2.1  La nomination dans une fonction  30 
5.2.2  31 
La titularisation 
5.2.3  L’avancement  31 
5.2.4  La  mise à disposition du fonctionnement  31 
5.2.5  Le changement d’identité du fonctionnaire  31 
5.2.6  Les congés annuels  32 
5.2.7  Les congés de longue durée  32 
5.2.8  Les congés pour couches et allaitement  32 
5.2.9  La disponibilité du fonctionnaire  32 
5.2.10  Le détachement du fonctionnaire  33 
5.2.11  La validation des services temporaires  33 
5.2.12  Les mesures disciplinaires  33 
5.2.13  La radiation pour cause de décès  34 
5.2.14  L’attribution du capital décès et la réversion de pension  34 
5.2.15  L’admission à la retraite  35 
5.2.16  La concession de pension  35 
5.2.17  L’allocation viagère et la pension d’invalidité  35 
5.2.18  Le départ volontaire à la retraite  36 
5.2.19  L’allocation temporaire d’infirmité  36 
5.3  Les conditions de visa des ordres de mission  36 
5.3.1  Les déplacements temporaires  37 
5.3.2  Les déplacements définitifs  38 

6  39
L’exercice du rôle de Conseiller 
6.1  Le Contrôleur Financier pour un meilleur emploi des crédits  40 
6.2  Le Contrôleur Financier pour la conformité des textes en  41 
élaboration 

7  Les dispositions à observer à la session de la commission  43 
d’ouverture et de jugement des offres des marchés publics 
7.1  Les dispositions à l’ouverture des plis  44 
7.2  Les dispositions au jugement des offres  44 
7.2.1  Les marchés de fournitures  44 
7.2.2  Les marchés de travaux  44 
7.2.3  Les marchés de prestations  45 

8  47 
Les principaux motifs de visa différé et de rejet 
8.1  Le visa différé  48 
8.1.1  Au niveau du bon de commande  48 
8.1.2  Au niveau du mandat de paiement  48 
8.1.3  Au niveau des actes administratifs  48 
8.2  Au niveau du rejet  49 
8.2.1  Au niveau du bon de commande  49 
8.2.2  Au niveau du mandat de paiement  49 
8.2.3  Au niveau des actes administratifs  49 

Annexes  51 
Annexe 1 : Les mentions indispensables à une facture de fournitures  52 
Annexe 2 : Les mentions indispensables à une facture d'entretien  55 
Annexe 3 : Les mentions indispensables à une facture d'entretien de  59 
véhicule 
Annexe 4 : Les mentions indispensables à une facture de travaux    ou un  60 
devis 
Annexe 5 : Les mentions indispensables à un marché public  61 
Annexe 6 : Les mentions indispensables à un contrat  de prestations  62 
Annexe 7 : Les régimes d’imposition  63 
Annexe 8 : Les dépenses éligibles à la procédure simplifiée  65 
Annexe 9 : Les dix commandements du Contrôleur Financier  67
Annexe 10 : Les  textes de référence  74 

INDEX ALPHABETIQUE  78
Notes liminaires 

Assurer  le  contrôle  et  le  suivi  de  l’exécution  des  dépenses 
publiques  en  signalant  toutes  infractions  aux  principes  budgétaires, 
toutes  inobservations  des  règles  de  la  comptabilité  publique,  tous 
manquements à l’application des textes législatifs et réglementaires; 

Rechercher  l’équilibre  budgétaire  dans  la  gestion  en  veillant  au 
maintien des dépenses dans les limites absolues des crédits autorisés; 

Proposer  les améliorations à apporter dans l’exécution des crédits 
des institutions, des départements ministériels, des projets cofinancés et 
des services déconcentrés. 

Tel est l’essentiel  des  missions assignées au Contrôleur Financier 
dans l’exercice de sa fonction. 

Pour que son action soit dynamique et lui permette de se faire une 
réputation  accrue  de  sa  fonction,  le  Contrôleur  Financier  doit,  dans  la 
rigueur et de façon quotidienne donner la preuve de ses compétences. 

Ayant entre autres missions, celle qui consiste à veiller à la bonne 
application des procédures, le Contrôleur Financier doit être à même de 
répondre  avec  célérité  à  toute  interrogation  afin  de  crédibiliser  l’action 
administrative. 

Le  présent  Guide  apparaît  alors  comme  un  manuel  didactique  de 
référence.  Il  vise  non  seulement  à  donner  une  réponse  positive  à  cette 
préoccupation  de  compétence  nécessaire,  mais  aussi  à  favoriser  un 
accroissement continu de son influence et de son autorité. 

C’est donc un support infaillible de l'action de contrôle, et pour tout 
dire,  un  précieux outil  de travail  par  lequel  chaque  Contrôleur  Financier 
devrait  acquérir  rapidement  la  compétence  qui  fera  le  succès  et 
l'agrément de notre fonction. 

Le Directeur du Contrôle Financier  
Abo Guillaume  POKOU
1 – LES MOYENS D'ACTION DU CONTROLEUR FINANCIER
Le  Contrôleur  Financier  dirige  le  service de contrôle  institué  auprès 
des  institutions,  des  ministères,  des  projets  cofinancés,  des  régions  ou 
des départements. 

Il  est  chargé,  de  veiller  à  la  bonne  exécution  du  budget  de  l’Etat 
conformément aux lois et règlements qui régissent l'Administration. 

A cet effet, dans l’exercice de ses fonctions, le Contrôleur Financier 

procède par:
Formalité  obligatoire  et  préalable  à  l’acte 
LE VISA  de  dépense;  la  délivrance  du  visa  vaut 
approbation  de  la  dépense  par  le 
Contrôleur Financier. 
Le  Contrôleur  Financier  utilise  le  visa 
différé pour accéder à des informations ou 
LE VISA DIFFERE  des  renseignements  qui  font  défaut  au 
dossier. Le visa différé de ce fait, suspend 
(sans rompre) la procédure. 
Le  visa avec observation  est  délivré avec 
des  réserves  d’ordre  financier  que  le 
Contrôleur  Financier  a  le  devoir  de 
LE VISA AVEC  formuler.  Il  ne  pourra  par  principe  être 
OBSERVATION  procédé  au  paiement  d’une  dépense 
visée  avec  observation  qu’après 
autorisation  du  Ministre  de  l’Économie  et 
des Finances. 
Le Contrôleur Financier donne du point de 
vue  financier  son  avis  motivé  sur  les 
projets de  lois, décrets et autres mesures 
pris  en  Conseil  des  Ministres.  L’avis 
L’AVIS MOTIVE  motivé  a  pour  objet  essentiel  d’éclairer 
l’autorité  financière  ou  technique  sur  les 
besoins  des  services  contrôlés  et  la 
régularité  des  actes  qu’elle  envisage  de 
prendre. 
Le  Contrôleur  Financier  utilise  le  refus  de 
visa  pour  manifester  sa  désapprobation. 
LE REFUS DE VISA (OU 
Le  rejet  rompt  la  procédure  en  cours 
REJET) 
d’exécution  rendant  de  ce  fait  impossible 
le traitement ultérieur de la dépense 
LE RAPPORT DE SUIVI ET  Le  rapport  de  suivi  et  de  contrôle  expose 
DE CONTROLE DE  les  résultats  des  opérations  de  contrôle 
L’EXECUTION DU  effectuées  et  les  propositions 
BUDGET DE LA GESTION  d’amélioration de l’exécution du budget. 
ECOULEE 

Pour donner son avis ou accorder son visa, le Contrôleur Financier 
doit recevoir tous documents ou renseignements utiles (cf. : annexe 1 à 
annexe 6).
CE QU’IL FAUT RETENIR 

1­ DU VISA PREALABLE DU CONTROLEUR FINANCIER 

1.1 ­Les actes administratifs  

Le  visa  préalable  ne  s’applique  qu’aux  actes  administratifs  qui 
engagent l’État directement ou indirectement à payer une dépense à un 
tiers. 

Aussi,  le  Contrôleur  Financier  ne  peut­il  viser  un  quelconque  acte 
avec  une  présomption  d'exactitude  du  dossier.  Il  doit  en  conséquence 
éviter : 

­  d’  accorder  des  visas  pour  service  fait  fondés  seulement  sur  des 
signes  d’apparences  fournis  par  des  photos,  des  enregistrements 
vidéo et bien d’autres moyens artificiels qui  ne peuvent, en aucun 
cas affiner son intime conviction; 
­  de  viser  des  documents  d’information  (compte  rendu,  rapport, 
mémoire…..)  ou  des  documents  faisant  foi  tels  les  certificats 
administratifs et les  attestations. 

En  effet,  le  certificat  administratif  est  un  document  destiné  à  faire 
foi.  Il    n’engage,  de  ce  fait,  que  la  seule  responsabilité  de  l’autorité 
signataire.  En  conséquence  le  certificat  administratif  n’a  pas  de  force 
juridique particulière qui pourrait s’imposer au Contrôleur Financier. 

Il  en  est  de  même  pour  l'attestation  administrative  dont  la  seule 
différence d’avec le certificat réside dans l’appellation. 
En  tout  état  de  cause,  le  Contrôleur  Financier,  dans  l'exercice  de 
ses  attributions,  ne  doit,  pour  accorder  son  visa,  tenir  compte  que  des 
certificats dont la compétence de celui qui les délivre est liée, c'est­ 
à­dire,      lorsqu'  il  est  tenu  par  les  textes  réglementaires  de  les 
délivrer chaque fois que les conditions requises sont remplies. 

Ex : la certification du service fait. 

1.2­ L’exécution des crédits budgétaires  

Le visa ne  peut être accordé à une dépense que  lorsque  les conditions 
requises ci­ après  sont remplies:
1]  concernant  les  bons  de  livraison,  les  procès­verbaux  de 
réception  des  travaux,  les  décomptes  des  travaux  exécutés  et 
les  fiches  d’exécution  des  prestations  dont  la  bonne 
appréciation motive la délivrance du visa, deux conditions sont à 
observer: 

­  le contrôle doit être concomitant sur le lieu des opérations; 
­  le  résultat  des  vérifications  effectuées  sur  les  lieux  doit  être 
confirmé  (s’il  est  concluant)  par  la  signature  du  Contrôleur 
Financier  ou  de  son  représentant  précédée  de  la  mention  “Vu  et 
vérifié le service fait”. 

2]  quant  aux  fiches  de  contrôle  de  la  réalité  du  service  fait 
produites au Contrôleur Financier par un agent vérificateur à la 
suite d'un contrôle non concomitant, il faut: 
­  que  l’agent  mandaté  se  rende  effectivement  sur  les  lieux,  qu’il 
vérifie  les  opérations  de  livraison  ou  de  réception  des  travaux 
auprès des services bénéficiaires; 
­  et  qu’il  présente  au  Contrôleur  Financier  un  rapport  de  contrôle 
établi à cet effet. 

3]  les feuilles de déplacement doivent: 

­  correspondre à un ordre de mission visé au départ de la mission le 
Contrôleur Financier; 
­  être  revêtues  nécessairement  du  sceau  et  de  la  signature  des 
autorités  administratives  (Préfets  ou  Sous­préfets  des  localités 
d’accueil) au retour de la mission; 
­  être,  au  retour  de  la  mission,  soumises  au  visa  du  Contrôleur 
Financier avant paiement. 

2 ­ DE L’APPROBATION DES PIECES JUSTIFICATIVES 

Les  pièces  justificatives  constituent  les  documents  de  base  du 
contrôle. Elles servent à prouver la régularité des actes ou à légitimer, en 
bien des cas, une dépense en rendant exigible la dette qui en découle. 
Pour  leur  prise  en  compte  lors  du  paiement  de  la  dépense,  certaines 
pièces  justificatives  requièrent  des  vérifications  dont  l’approbation  est 
matérialisée  par  la signature du  Contrôleur Financier. Ce sont: les bons 
de  livraison,  les  procès­verbaux  de  réception  des  travaux,  les  fiches 
d'exécution des prestations, les fiches de contrôle de la réalité du service
fait,  les  décomptes  de  travaux  exécutés,  les  états  récapitulatifs  des 
salaires, les feuilles de déplacement… 

3 ­ DES AVIS MOTIVES 

Renseigné  sur  les  tâches,  les  besoins  et  les  préoccupations  de 
l’institution,  du  ministère,  des  projets  cofinancés,  des  régions  ou  des 
départements auprès duquel il est placé, le Contrôleur Financier doit:

- apprécier l’importance ou le fondement des mesures nouvelles 
dont les administrations demandent l’inscription dans le budget;
- donner,  du  point  de  vue  financier,  son  avis  motivé  sur  les 
projets  de  loi,  de  décrets  et  autres  mesures  prises  en  Conseil 
des Ministres.
2 – LE DOMAINE D'ACTION DU CONTROLEUR FINANCIER
L’exécution des dépenses publiques obéit à quatre opérations distinctes 

L’engagement  est  la  conséquence  d’une 
décision  prise  par  une  autorité  administrative  de 
faire une opération entraînant une dépense pour 
L’ENGAGEMENT  l’Etat. 

Ex. : Commande de matériel ou de prestation de 
service… 
La  liquidation  consiste  à  vérifier  la  réalité  de  la 
dette  (à  mettre  à  la  charge  de  l’Etat)  et  à 
déterminer  avec  exactitude  le  montant  de  la 
dépense déjà engagée. 
LA LIQUIDATION 
La  liquidation  est  nécessaire  de  par  le  principe 
selon lequel l’Etat ne paie qu’après service fait. 
La  liquidation  n’intervient  en  conséquence 
qu’après l’exécution de la commande. 
L’ordonnancement  est  l’ordre  de  payer  donné 
par  l’ordonnateur  au  comptable  public.  Dans  le 
système ivoirien le Ministre de l’Économie et des 
Finances est l’ordonnateur unique des dépenses 
L’ORDONNANCEMENT  publiques.  Toutefois,  il  existe  des  ordonnateurs 
délégués  (les  D.A.A.F)  et  des  ordonnateurs 
secondaires  (les  Préfets).  Ceux­ci  exercent  la 
fonction d’ordonnateur par délégation de pouvoir 
du Ministre. 
Le  paiement  est  le  versement  des  fonds 
(l’argent) entre les mains du créancier de l’Etat. Il 
est fait par un comptable public, autorité distincte 
LE PAIEMENT 
de  celle  qui  ordonnance  la  dépense  selon  le 
sacro­saint  principe  de  la  séparation  des 
fonctions d’ordonnateurs et de comptables.

Les  trois  premières  opérations  (l’engagement,  la  liquidation, 
l’ordonnancement) sont accomplies par la même autorité administrative: 
l’ordonnateur.  La  quatrième  opération  (le  paiement)  relève  de  la 
compétence du comptable du Trésor. 

L’intervention du Contrôleur Financier porte sur les trois premières 
opérations  (l’engagement,  la  liquidation  et  l’ordonnancement)  pour 
lesquelles,  il  appose,  diffère  ou  refuse  son  visa  selon  les  résultats  des 
contrôles effectués. 
3 – LES MODALITES D'ACTION DU CONTROLEUR FINANCIER
3­1 – LE CONTROLE A LA PHASE DE L'ENGAGEMENT DE LA 
DEPENSE 

Tout  décret,  arrêté,  décision,  contrat,  commande  et,  en  général, 
toute mesure qui entraîne directement ou indirectement une création ou 
une  augmentation  de  dépenses,  exécutées  immédiatement  ou  à  venir, 
constitue un engagement de dépense. 

En  conséquence,  tout  acte  d’un  Ministre  ou  d’un  fonctionnaire  de 
l’Administration  ayant  pour  effet  d’engager  une  dépense  est  soumis  au 
visa  préalable  ou  à  l’avis  motivé  (en  ce  qui  concerne  les  projets  de  loi 
et/ou de décrets) du Contrôleur Financier. 

Exemples:

- création  d’une  dépense:  l’acquisition  d’un  matériel  de  bureau,  le 
recrutement  ou  la  nomination  d’un  agent,  l’organisation  d’un 
séminaire, etc...
- augmentation  d’une  dépense:  demande  de  crédits 
complémentaires, révision à la hausse des taux d'indemnité. 

Le contrôle porte essentiellement sur: 

3.1.1  La qualité de l’administrateur de crédits et de l’ordonnateur 
(principal, délégué ou secondaire) 

Le Contrôleur Financier apprécie la qualité par rapport:

- aux actes de nomination;
- aux spécimens de signature préalablement déposés au Contrôle 
Financier;
- à la conformité du cachet apposé sur les documents. 

3.1.2  La disponibilité des crédits  

La  discipline  budgétaire  interdit  l’exécution  de  toute  dépense  non 
prévue  au  budget.  Le  visa ne  peut par  conséquent  être donné à défaut 
de crédits. 

Le Contrôleur Financier s’assure, en tenant compte des régulations 
opérées,  qu’il  existe  des  crédits  suffisants  sur  la  ligne  budgétaire  au 
moment de l’engagement.
3.1.3  L’exacte imputation budgétaire 

L’exécution des dépenses s’effectue par les lignes budgétaires qui 
correspondent aux natures de dépenses. 

Le Contrôleur Financier s’assure que la nomenclature des comptes 
a été respectée et que la dépense s’inscrit, de ce fait, dans le cadre des 
crédits votés par le Parlement. 

3.1.4   L’utilité de la dépense 

Le Contrôleur Financier vérifie l’utilité de la dépense par rapport:

- à la mission  du service bénéficiaire de  la dépense : le Ministre de 
la Défense peut logiquement passer commande de chars d’assaut 
ou  de  munitions.  Par  contre  celui  de  la  Santé  ne  peut  se  le 
permettre.
- à  la qualité  de  l'objet  de  la commande: est­il  utile  à un service de 
l'Administration  de  préférer,  pour  son  fonctionnement,  des  stylos 
de marque (cher à l'achat) aux stylos à billes cristal?
- à la quantité (ou au caractère répétitif) des livraisons pour le même 
service: est­il nécessaire de commander  le même mobilier pour  le 
même service plusieurs fois dans l’année? 

Si  les  réponses  à  ces  questions  ne  démontrent  pas  l’utilité  de  la 
dépense,  le  Contrôleur  Financier  fait  un  rejet  et  le  signifie  à 
l'ordonnateur.
3.1.5  Le coût de la dépense 

Le Contrôleur Financier procède par deux types d'opérations:

- une  vérification  comptable  pour  s’assurer  que  toutes  les  pièces 
justificatives  sont  jointes  au  dossier  et  qu’aucune  erreur  de  calcul 
n’existe  dans  les  factures  pro  forma;  que  les  désignations  des 
articles,  travaux  ou  prestations  comportent  des  références, 
marques  et/ou  spécifications  permettant  d’apporter  une 
appréciation sur le coût de la commande ;
- le deuxième type d’opération permet de garantir la conformité de la 
valeur  des  articles  ou  des  prestations  de  services  facturées  avec 
les  tarifs  administratifs  en  vigueur  (pain,  carburant…)  et  ceux  du 
marché. 

A cet effet, le Contrôleur Financier procède à des enquêtes auprès 
d’autres  fournisseurs  ou  toute  administration  compétente  en  la  matière 
(Ministère  du  Commerce,  de  l’Industrie…)  pour  empêcher,  s’il  y  a  lieu, 
des surfacturations et des fraudes éventuelles. 

Si  les  coûts  sont  élevés,  le  Contrôleur  Financier  invite 
l’administrateur de crédits à demander à son  fournisseur une révision à 
la  baisse  des  prix  facturés  afin  de  rendre  le  coût  de  cette  dépense 
conforme à celui du marché.
3.1.6  Les pièces justificatives de la dépense 

Le Contrôleur Financier s’assure que les pièces justificatives de la 
dépense sont conformes aux lois et règlements en vigueur. 

S’agissant, par exemple des factures pro forma, le Contrôleur 
Financier vérifie qu’elles sont originales, datées, enregistrées sous un 
numéro apparent et signées du fournisseur ou du prestataire de service. 

La date permet de s’assurer que la dépense est bel et bien celle de 
l’exercice en cours d’exécution et qu’en conséquence la règle de 
l’annualité budgétaire a été respectée. 

Les demandes d’engagement, les bons de commande et les 
pièces s’y rattachant (facture pro forma, devis, contrat, conventions…) 
qui présentent des surcharges, ratures, grattages ou altérations de 
toutes sortes sont rejetées par le Contrôleur Financier. 
Le Contrôleur Financier, après avoir examiné chaque proposition de 
dépense  et  réclamé  le  cas  échéant  des  justifications  supplémentaires 
appose,  s'il  y  a  lieu,  son  visa  sur  le  document  devant  entraîner 
l'engagement de la dépense. 

CE QU’IL FAUT RETENIR 

La  facture  pro  forma  ou  le  devis  constitue  la  pièce  comptable 
indispensable  à  l'engagement  d'une  dépense.  Elle  a  une  durée 
provisoire et ne saurait de ce fait se confondre à la facture définitive qui 
sert à l'ordonnancement et au paiement de la dépense. 

La  facture  pro  forma  ou  le  devis  détaille  et  précise  les  prix  des 
fournitures ou des services exécutés. A cet effet, elle doit être exhaustive 
dans  son  contenu  (cf.  circuit  d’exécution  des  dépenses  publiques; 
annexes n° 1, 2, 3 et 4). 

Si  les dépenses  dont  l’engagement lui est soumis sont entachées 
d’irrégularités, le Contrôleur Financier doit refuser son visa. 

Il  doit,  en  cas  de  désaccord  persistant  avec  les  services 
concernés,  en  référer  au  Ministre  chargé  des  Finances  après  avis  du 
Directeur du Contrôle Financier.
Le  refus  de  visa  est  une  abstention  de  viser  que  le  Contrôleur 
Financier  manifeste  au  service  qui  propose  la  dépense.  Il  doit  être 
formellement exprimé et motivé. 

Le Contrôleur Financier peut avoir recours au refus de visa dans les 
cas suivants:

- imputation irrégulière de la dépense;
- absence ou insuffisance de crédits;
- inexactitude de l’évaluation de la dépense;
- violation  des  dispositions  d’ordre  financier  des  lois  et 
règlements en vigueur;
- non  conformité  des  mesures  prises  par  le  Ministère  de 
l’Économie  et  des  Finances  pour  la  bonne  gestion  des 
dépenses publiques;
- projet  de  dépenses  comportant  des  répercussions 
financières non prévues au budget. 

3­2 – LE CONTROLE A LA PHASE DE LA LIQUIDATION ET A 
L'ORDONNANCEMENT DE LA DEPENSE 

Le Contrôleur Financier, au stade des opérations de la liquidation 
et de l'ordonnancement, s'assure que :
- les  actes  de  dépenses,  notamment  le  mandat  de  paiement  édité 
l'ordonnateur,  se  rapportent  aux  actes  d'engagement  déjà  visés 
par lui;
- ceux­ci n’ont subi aucune modification à son insu;
- les  paiements  prescrits  sont  bel  et  bien  la  conséquence  des 
engagements enregistrés et notifiés au fournisseur. 

Pour rendre possible cet examen de régularité, le Contrôleur 
Financier effectue son contrôle en deux phases. 

3.2.1  Le Contrôle sur pièces de la liquidation de la dépense 

Le Contrôleur Financier fait un rapprochement entre les éléments 
constitutifs du mandat de paiement et  ceux du bon de commande 
initialement visé par lui pour s'assurer que:

- la notification de la dépense au fournisseur par l’ordonnateur a été 
faite en bonne et due forme;
- la certification  donnée par  l’administrateur de crédits est  conforme
à  la  réglementation  en  vigueur  et  que  le  montant  de  la  dette  de 
l’État rendu  "iquide"  au  sens  financier  du  terme  n'a  pas  connu  de 
modification;
- le motif de la modification, dans le cas contraire, est justifié. 

Le contrôle peut, à ce stade déjà, donner lieu à des visas différés ou 
des  refus  de  visa  s’il  est  constaté  des  distorsions  aux  résultats  des 
rapprochements. 

Si au contraire, ceux­ci ne laissent apparaître aucune irrégularité, le 
Contrôleur  Financier  peut  alors  effectuer  un  contrôle  de  la  réalité    du 
service fait à défaut d'un contrôle concomitant préalablement réalisé. 

3.2.2  Le Contrôle de la réalité du service fait  

3.2.2.1 Le contrôle concomitant 

En vue de s’assurer de la réalité du service fait et de la conformité 
de  la  certification  donnée,  le  Contrôleur  Financier  participe  au  contrôle 
exercé en équipe. 
Cette  équipe  composée  par  l’ensemble  des  partenaires  du 
service  bénéficiaire  de  la  dépense,  réceptionne  les  travaux  ou  les 
articles  livrés  afin  de  rendre  bien  exigible  la  dette  mise  à  la  charge  de 
l’État. C'est la forme dite concomitante du contrôle. 

Le  mandat  ne  peut  être  visé  qu'ultérieurement  si  le  Contrôleur 
Financier a marqué son accord en signant le procès­verbal de réception 
des  travaux,  le  bon de  livraison  ou  la  fiche  de  prestation  de service qui 
sanctionne le contrôle concomitant. 

3.2.2.2 Le contrôle non concomitant 

Le  Contrôleur  Financier  ou  son  représentant,  en  possession  du 
mandat  de  paiement  certifié  service  fait  et  de  toutes  les  pièces 
justificatives  (vérifiées  à  la  liquidation),  se  rend  sur  le  terrain  pour 
constater le service fait. C’est la forme de contrôle dite non concomitante 
ou contrôle après coup. 

Le  Contrôleur  Financier  ou  son  représentant  produit  alors  un 
rapport  de  contrôle  dans  lequel  il  manifeste  son  accord  de  visa  si  le 
contrôle  est  concluant  ou  au  contraire  son  refus  de  visa  en  cas 
d’irrégularités dûment constatées.
CE QU’IL FAUT RETENIR 

Le mandat édité par l’ordonnateur est la pièce principale 
indispensable à l’ordonnancement de la dépense. 

Le mandat doit comporter outre les mentions permettant d’identifier 
l’objet de la dépense et le bénéficiaire de celle­ci, la référence des 
pièces justificatives notamment la date et le numéro d’enregistrement. 

Les pièces justificatives: marché, facture définitive certifiée, bon 
de livraison, procès verbal de réception, fiche de travail (ou de prestation 
de service) et décision ministérielle doivent nécessairement figurer au 
dossier soumis au visa.
4 – LE CONTROLEUR FINANCIER, ACTEUR DU CIRCUIT DES 
DEPENSES PUBLIQUES
Dans le circuit des dépenses publiques, le Contrôleur Financier 
vérifie le type de procédure proposée et veille au respect de l’application 
de celle­ci. 

4­1 – LE CHOIX DE LA PROCEDURE PROPOSEE 

Le Contrôleur Financier s’assure de la régularité de la procédure 
proposée par l’ordonnateur. 

4.1.1  La procédure normale 

Le Contrôleur Financier veillera à ce que, avant le paiement de la 
dépense, les opérations de l’engagement et de l’ordonnancement  soient 
exécutées de façon distincte. 

4.1.2  La procédure simplifiée 

Le Contrôleur Financier s’assure d’abord que la dépense proposée, 
de par sa nature est éligible à cette procédure conformément à la liste 
limitative arrêtée par l’article 68 du décret n° 98­716 du 16 Déc. 1998 
(cf. annexe n° 8) 

Si les conditions prévues par le décret sont remplies, le Contrôleur 
Financier accepte que les opérations de l’engagement et de 
l’ordonnancement s’exécutent de façon simultanée dans le circuit. 

Dès lors, il effectuera, en une seule fois, sur la base des pièces 
justificatives de paiement, les contrôles sur pièces et sur le terrain pour 
s’assurer de l’effectivité du service fait avant l’ordonnancement de la 
dépense. 

Dans le cas contraire, il refuse son visa. 

4­2 – LE RESPECT DE L'APPLICATION DES PROCEDURES DANS 
LE CIRCUIT DES DEPENSES PUBLIQUES 

4.2.1  La phase de l’engagement  

Le  Contrôleur  Financier  reçoit,  de  l'ordonnateur  et  par  bordereau 
de  transmission,  le  projet  de  bon  de  commande  émis  par  ce  dernier, 
accompagné  de  la  demande  d'engagement  dûment  signé  par 
l'administrateur  de  crédits,  la  ou  les  factures  pro  forma  régulièrement
présentées  par  le  fournisseur  ou  le  prestataire  de  service  et  toutes 
autres  pièces  justificatives  afférentes  à  la  dépense  (contrats,  décisions, 
décomptes, convention) etc. 

Au  terme  des  contrôles  qui  relèvent  de  sa  compétence  (cf.  le 
contrôle à  l’engagement, pages  16 à 20), le Contrôleur Financier, selon 
les cas, accorde, diffère ou refuse son visa. 

Dans  la  situation  du  refus  de  visa  ou  du  visa  différé,  le  Contrôleur 
Financier  notifie  la  décision  à  l’ordonnateur  en  y  précisant  le  ou  les 
motifs. 

Le  Contrôleur  Financier  peut  viser  le  dossier  ayant  fait  l’objet  d’un 
différé satisfait à condition que les crédits correspondants soient rétablis 
à la base des autorisations. 

Par contre, devant les cas de rejet, le visa ne peut être accordé que 
dans le cadre d’un engagement autre que celui qui a été rejeté. 

La  dépense  approuvée,  le  Contrôleur  Financier  retransmet  par 
bordereau à l’ordonnateur, le bon de commande visé, accompagné des 
mêmes  pièces  justificatives  pour  la  notification  de  la  dépense  au 
fournisseur ou au prestataire de service. 
Il  conserve,  à  toutes  fins  utiles,  les  feuillets  doubles  qui  lui  sont 
destinés. 

4.2.2   La phase de l’ordonnancement
Le Contrôleur Financier reçoit de l’ordonnateur et par bordereau de 
transmission,  les  mandats  de  paiement  qu’il  a  édités  à  l'issue  de  ses 
vérifications, accompagnés des pièces justificatives, à savoir :

- la demande d’engagement de l’administrateur de crédits;
- les  factures  ou  décomptes  (marché)  certifiés  par 
l’administrateur de crédits;
- le procès­verbal de réception des travaux ou le bordereau 
de  livraison  des  fournitures  dûment  réceptionnées  par 
l'administrateur  de  crédits,  ou  la  fiche  d’exécution  des 
travaux d’entretien;
- le  marché  signé  et  enregistré  par  les  autorités 
compétentes, le contrat, la convention, etc. 

Le Contrôleur Financier effectue le contrôle de l’ordonnancement 
conformément au mandat de paiement édité et à la certification du 
service fait donnée par l’administrateur de crédits. Ce contrôle consiste 
en l'examen des pièces justificatives du dossier et en la vérification sur le 
terrain de l'effectivité du service fait auprès des services bénéficiaires de 
la dépense. 

Si à l’issue de ces vérifications, Contrôleur Financier ne constate 
aucune irrégularité, il vise le mandat de paiement après avoir confirmé la 
réalité du service fait sur le terrain par sa signature précédée de la 
mention “Vu et Vérifié” sur les pièces de contrôle: bordereau de livraison, 
procès verbal de réception, décompte, fiche de travail, etc. 

Le  Contrôleur  Financier  transmet,  par  bordereau  à  l'ordonnateur,  les 
mandats  de  paiement  visés,  les  factures  définitives  certifiées  et  toutes 
les pièces justificatives, pour l’ordonnancement des dépenses.
5 –  LE CONTROLE DES ACTES ADMINISTRATIFS
Le Contrôleur Financier, dans le cadre de la gestion des dépenses de 
personnel, vise:
- les actes de recrutement toute autre décision à incidence 
financière intervenant dans la gestion du personnel;
- les  actes  de  gestion  de  la  carrière  du  fonctionnaire  de 
l’agent contractuel;
- les ordres de mission. 

5­1­ LES CONDITIONS DE VISA DES ACTES DE RECRUTEMENT 
Le Contrôleur Financier s’assure: 
5.1.1  Pour un fonctionnaire :
- de  l’existence  d’un  emploi  régulièrement  ouvert  et  non 
pourvu.  A  cet  effet,  le  catalogue  des  mesures  nouvelles 
constitue le document essentiel auquel il a recours;
- du  respect  des  conditions  de  recrutement:  nature  de 
l’emploi,  identité  du  fonctionnaire,  diplôme,  niveau  de 
qualification,  classification  catégorielle,  échelon  de  début, 
indice de rémunération. 
Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté de nomination dans l’emploi;
- décisions  du  Conseil  des  Ministres  en  cas  de  recrutement  à  titre 
exceptionnel;
- arrêté d’admission au concours visé par le Contrôleur Financier ou 
à défaut, le procès verbal de délibération des membres du jury;
- décision de fin de formation pour les agents   issus des écoles de 
formations (ex: INFAS, INFS  etc…)
- dossier de candidature. 

5.1.2  Pour un non fonctionnaire 
du respect des dispositions de l’article 15 de la loi n°92 – 570 du 11 
septembre  1992  portant  Statut  Général  de  la  Fonction  Publique  et 
du  décret  n°  2000  –  396  du  24  mai  2000  fixant  les  modalités 
d’engagement des contractuels. 
Pièces indispensables au dossier :
- projet de contrat;
- demande motivée de l’administration bénéficiaire;
- diplômes acquis;
- curriculum vitae de l’intéressé;
- certificat de nationalité.
5­2  LES CONDITIONS DE VISA DES ACTES RELATIFS A LA 
GESTION DE LA CARRIERE DU FONCTIONNAIRE 

Concernant les actes de gestion intervenant dans la carrière du 
fonctionnaire, le Contrôleur Financier conformément aux textes en 
vigueur s’assure selon les cas : 

5.2.1  La nomination dans une fonction :  

de la nature et de la conformité de l’acte avec l’emploi et le grade 
de  l’agent  (cf.  décret  n°98­740  du  22  décembre  1998  fixant  les 
grades minima d’accès à certaines fonctions de l’Etat). 

Pièces indispensables  au dossier :
- projet d’arrêté de nomination;
- décision  de  nomination  dans  l’emploi  ou  dernière    décision 
d’avancement;
- décret organique du ministère pour s’assurer de  l’existence du poste 
à pourvoir.
5.2.2  La titularisation :  

du  respect  de  la  période  de  stage  et  de  l’appréciation  du  résultat 
du stage (cf. art. 15 à 18 décret n°93­607 du 02 juillet 1993 portant 
modalités communes d'application du statut général de la Fonction 
Publique). 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté de titularisation;
- attestation de première prise de service;
- bulletin de notation;
- rapport du supérieur hiérarchique. 

5.2.3  L'avancement :  

du  respect  de  l’ancienneté  (deux  années  d’ancienneté  dans 
l’échelon  précédent)  et  de  l’obtention  d’une  note  supérieure  ou 
égale à trois (3) (cf. art. 43 et 44 du décret n° 93­607 du 02 juillet 
1993). 

Pièces indispensables au dossier :
- projet de décision d’avancement;
- dernière décision d’avancement (ancien fonctionnaire);
- certificat de première prise de service (nouveau fonctionnaire);
- décision de nomination dans l’emploi (nouveau fonctionnaire);
- deux derniers bulletins de notation. 

5.2.4  La mise à disposition du fonctionnaire :  

de  l’existence  d’un  poste  disponible  et  de  l’avis  favorable  du 
ministère d’accueil et de celui du ministère d’origine. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet de décision de mise à disposition;
- demande formulée par le fonctionnaire;
- avis favorable du service d’origine;
- avis favorable du service d’accueil. 

5.2.5 Le changement d’identité du fonctionnaire :  

de l’existence de documents attestant ce changement. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté portant changement de nom ou de prénom;
- copie  de  la  décision  de  justice  (changement  de  nom  ou  de  prénom 
suite à une ordonnance judiciaire);
- copie de l’acte de mariage (changement de nom suite à un mariage);
- demande formulée par le fonctionnaire. 

5.2.6  Les congés annuels :  

du temps de service accompli (une année de service effectif). 

Pièces indispensables au dossier :
- projet de décision de congé annuel;
- attestation  de  première  prise  de  service  pour  le  nouveau 
fonctionnaire;
- dernière décision de congé et dernier certificat de reprise de service;
- demande de congé du fonctionnaire. 

5.2.7 Les congés de longue durée :  

de l’existence d’une décision du conseil de santé. 
Pièces indispensables au dossier :

- projet d’arrêté de congé de maladie de longue durée;
- rapport médical du conseil de santé. 

5.2.8 Les congés pour couches et allaitement :  

de  l’existence  d’un  certificat  médical  délivré  par  un  médecin 
agréé. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet de décision de congés pour couches et allaitement;
- demande du fonctionnaire;
- certificat d’un médecin de l’Administration. 

5.2.9   La disponibilité du fonctionnaire :  

du respect des conditions prévues par  le décret  n°  93­607 du  02 
juillet 1993 en ses articles 34 à 40. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté de mise en disponibilité;
- demande du fonctionnaire;
- avis favorable du service employeur.
5.2.10   Le détachement du fonctionnaire :  

du respect des conditions prévues par  le décret  n°  93­607 du  02 
juillet 1993 (cf. art. 21 à 33 et 40). 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté de détachement ;
- demande de détachement formulée par le fonctionnaire;
- attestation du Secrétariat Général du Gouvernement comportant 
l’accord du Conseil des Ministres (détachement auprès d’une 
entreprise privée ou d’un organisme international);
- avis favorable du ministère employeur (détachement auprès d’une 
administration, entreprise publique ou une collectivité territoriale). 

5.2.11   La validation des services temporaires :  

de la durée du service et de l’exactitude des calculs. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté de validation;
- relevé des services;
- demande manuscrite de validation des services temporaires et 
d’engagement à verser les 6% du salaire;
- décision d’engagement en qualité d’agent temporaire;
- photocopie de la carte nationale d’identité de l’agent;
- bulletin de salaire;
- arrêté de nomination en qualité de fonctionnaire. 

5.2.12 Les mesures disciplinaires :  

du respect  de  la procédure, telle que  prévue par  le décret  n°  93­ 
607 du 02 juillet 1993 (cf. art. 79 à 83). 

Sanction du premier degré 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté de sanction;
- réponse  de  l’agent  à  la  demande  d’explications  écrite  de  son 
supérieur hiérarchique ;
- rapport du supérieur hiérarchique.
Sanction du deuxième degré 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté de sanction;
- réponse  de  l’agent  à  la  demande  d’explications  écrite  de  son 
supérieur hiérarchique;
- rapport du supérieur hiérarchique;
- avis motivé du Conseil de Discipline. 

5.2.13  La radiation pour cause de décès :  

de  l’existence  d’un  extrait  d’acte  de  décès  délivré  par  l’autorité 
administrative compétente. 

Pièces indispensables à joindre au dossier :
- projet d’arrêté de radiation;
- certificat de décès;
- arrêté de nomination ou d’avancement du défunt. 

5.2.14  L'attribution d’un capital décès et de réversion de pension :  

du  respect  des  dispositions  de  la  loi  n°62­  405  du  07  novembre 
1962 portant organisation des pensions civiles. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté portant attribution d’un capital décès;
- projet d’arrêté portant réversion de pension;
- demande de réversion de pension;
- demande de capital décès;
- certificat de cessation de paiement;
- arrêté portant radiation pour cause décès;
- bulletin de salaire de l’année en cours;
- photocopie de la carte nationale d’identité (veuve);
- acte de mariage (en cas de décès de l’époux);
- certificat de non remariage (en cas de décès de l’époux);
- certificat de non divorce (en cas de décès de l’époux);
- acte de justice désignant les ayants droit du défunt;
- certificat d’administration légale (éventuellement).
5.2.15  L'admission à la retraite :  

du respect des conditions de mise à la retraite prévues par la loi n° 
92­570  du  11  septembre  1992  portant  statut  général  de  la 
Fonction Publique en ses art. 84 et 86. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’admission à la retraite;
- certificat  de  première  prise  de  service  pour  le  départ  à  la  retraite 
après 30 années de service effectif;
- extrait  d’acte  de  naissance  ou  la  carte  nationale  d’identité  dans  le 
cadre d’un départ à la retraite pour limite d'âge;
- arrêté d’avancement. 

5.2.16  La concession de pension :  

du  respect  des  dispositions  de  la  loi  n°62­  405  du  07  novembre 
1962. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté de concession de pension;
- arrêté d’admission à la retraite;
- demande de liquidation de la pension;
- photocopie de la carte nationale d’identité;
- certificat de cessation de paiement;
- relevé général des services;
- décision de validation ou attestation de paiement de la validation des 
services temporaires (le cas échéant). 

5.2.17  L'allocation  viagère  et  l’allocation  de  pension  d’invalidité  en 
faveur  des  anciens  Présidents  de  la  République,  Chefs  ou 
Présidents  d’institutions,  membres  du  Gouvernement  et 
certaines hautes personnalités :  

des  conditions  d’octroi  prévues  par  les  décrets  n°  97­210  du  10 
avril  1997,  n°  89­965  du  6  septembre  1989,  n°  69­537  du  22 
décembre 1969 et le décret n° 98­740 du 22 décembre 1998. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêter d’allocation viagère ou de pension d’invalidité;
- demande de liquidation d’allocation viagère ou de pension d’invalidité;
- photocopie de la carte nationale d’identité;
- certificat  de  cessation  de  paiement  délivré  par  la  Présidence  de  la 
République;
- extrait d’acte de naissance du bénéficiaire;
- certificat médical (pension d’invalidité). 

5.2.18 Le départ volontaire à la retraite :  

du  respect  des  conditions  du  décret  n°  94­  94  du  02  mars  1994 
relatif  au  départ  volontaire  à  la  retraite  des  Fonctionnaires  et 
Agents temporaires de l'Etat. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté de départ volontaire;
- demande manuscrite datée et signée;
- décision de nomination ou 1 er  certificat de prise de service;
- dernière décision d’avancement;
- photocopie de la carte nationale d’identité;
- extrait d’acte de naissance;
- avis favorable du ministère employeur. 

5.2.19 L'allocation temporaire d’infirmité :  

du  respect  des  dispositions  de  la  loi  n°  62­405  du  7  novembre 
1962. 

Pièces indispensables au dossier :
- projet d’arrêté d’allocation temporaire d’infirmité;
- demande d’allocation pour infirmité;
- expertise médicale délivrée par un médecin agréé par l’Etat;
- copie du rapport sur  les circonstances de  l’accident de travail signée 
par le supérieur hiérarchique du fonctionnaire;
- tous documents justifiant la responsabilité de l’Etat (titre de voyage, 
ordre de mission);
- certificat médical du médecin traitant;
- dernière décision d’avancement. 

5­3  LES CONDITIONS DE VISA DES ORDRES DE MISSION 

Dans le cadre de leurs activités, les fonctionnaires se déplacent 
occasionnellement sur ordre et pour les besoins de service. Ces 
déplacements sont soient temporaires, soient définitifs et donnent lieu à 
l’établissement d’un ordre de mission soumis au visa préalable du 
Contrôleur Financier (cf. décret n° 87­36 du 14 janvier 1987).
L’ordre de mission délivré et signé par l’autorité  compétente 
doit recevoir le visa du Contrôleur Financier au départ et non au 
retour de la mission. 

5.3.1.  Les déplacements temporaires  

5.3.1.1.  Les missions en Côte d’Ivoire 

Doivent être soumises au visa préalable du Contrôleur Financier:

- les  ordres  de  missions  délivrés  et  signés  par  l’autorité  compétente 
(Ministre, Préfet ou Sous Préfet) avant le départ en mission;
- la feuille de déplacement au retour de la mission. 

NB  :  la  feuille  de  déplacement  enregistre  le  détail  des  visas  des 
autorités d'accueil pendant la mission. 

Sauf  les  cas  d'exception  prévus  par  la  correspondance  n° 
385/MB/CAB/743 du 13 juillet 1988 du Ministre chargé des Finances,  la 
mission à l’intérieur du pays ne peut excéder dix (10) jours dans le mois 
(cf. circulaire n° 00089 du 02 avril 1987). 

Les  missions  effectuées  par  voie  aérienne  sont  autorisées  par 
le  Ministre  ou  son  Directeur  de  cabinet  à  l’exclusion  de  toute  autre 
autorité (cf. Instruction n° 2658/MEFP/CAB­16 du 03 juillet 1980). 

5.3.1.2.  Les missions à l’étranger  

L’ordre  de  mission  signé  par  le  Ministre  compétent, 
conformément à la communication de ladite mission en Conseil des 
Ministres,  est  soumis  au  visa  préalable  du  Directeur  de  Cabinet  du 
Président  de  la  République et  du  Directeur du  Contrôle  Financier  avant 
exécution de la mission.
5.3.2.  Les déplacements définitifs 

Le Contrôleur Financier au départ :

- les  ordres  de  missions  délivrés  et  signés  par  l’autorité 
compétente au bénéfice des fonctionnaires affectés à leur 
premier  poste  de  travail, mutés  ou  cessant  définitivement 
leur fonction;
- les  feuilles  de  déplacements  signées  par  l'autorité 
compétente  du  lieu  d'affectation  ou  de  résidence 
définitive. 

N.B.  :  Les  déplacements  définitifs  effectués  à  la  demande  du 
fonctionnaire ou agent de l'Etat ne sont pas assortis de paiement 
d'indemnités.
6­ L'EXERCICE DU ROLE DE CONSEILLER
Le rôle de Conseiller confié au Contrôleur Financier ressort non 
seulement des textes régissant le Contrôle Financier mais aussi des 
notes d'instructions relatives aux mesures d'assainissement des finances 
publiques et à la bonne gouvernance. 

Comment  le Contrôleur Financier doit­il jouer ce rôle? 

6­1 LE  CONTROLEUR  FINANCIER  POUR  UN  MEILLEUR  EMPLOI 
DES CREDITS 

Il  revient  au  Contrôleur  Financier  d’œuvrer  à  réaliser  le  meilleur 
emploi des crédits dont l’administration contrôlée est dotée. A cet effet, il 
doit:

- communiquer  au  service  ordonnateur,  tous  les  renseignements  ou 
informations qu'il possède ou qu'il est à même de se procurer auprès 
de ses collègues ou à d'autres sources sur l'état des marchés, sur les 
prix,  les  entrepreneurs  et  fournisseurs  avec  lesquels  les 
administrations ont l'habitude de traiter;
- éclairer  l’ordonnateur  en  indiquant  la  bonne  façon  de  procéder, 
lorsque  l’action  des  services  et  l’exécution  du  budget  soulèvent  des 
problèmes  d’ordre  financier  dont  il  n’aperçoit  pas  du  tout  ou  pas 
nettement la solution;
- montrer comment on peut arriver à améliorer la situation d’un chapitre 
ou d’une ligne dont les crédits se révèle insuffisants;
- montrer  quelles  mesures  exceptionnelles  doivent  être  prises  pour 
créer les moyens de faire face à des besoins nouveaux de caractère 
impérieux apparus brusquement en cours d’année;
- signaler,  en  les  commentant,  les  infractions    aux  principes 
budgétaires, les inobservations aux règles de la comptabilité publique, 
les  manquements  dans  l’ordre  financier  aux  textes  législatifs  ou 
réglementaires (constitution de passifs par exemple);
- relever  les  erreurs  que,  de  bonne  foi,  des  services  pourraient  être 
amenés  à  commettre  en  montrant  la  façon  dont  on  estime  qu’ils 
devraient procéder;
- mettre en garde, le cas échéant, les responsables des services contre 
les conséquences de certaines décisions en attirant leur attention sur 
les situations où leur responsabilité peut se trouver mise en cause;
- apprécier  l’importance  des  mesures  nouvelles  dont  les 
administrateurs de crédits demandent l’inscription au budget; entendu 
que le Contrôleur Financier est renseigné sur  les tâches, les besoins 
et les préoccupations des administrations contrôlées;
- proposer,  en  cas  de  besoin,  des  réformes  de  structures  ou  des
aménagements  propres  à  améliorer  l’organisation  et  l’efficacité  des 
services  ou  à  procurer  des  économies  sur  leurs  frais  de 
fonctionnement;
- faire  respecter  les  instructions  du  Ministre  chargé  de 
l'Économie  et  des  Finances  dont  il  est  le  représentant 
auprès des administrations contrôlées. 

6­2  ­ LE CONTROLEUR FINANCIER POUR LA CONFORMITE DES 
TEXTES EN ELABORATION 

Le  Contrôleur  Financier  est  appelé  à  jouer  son  rôle  de  Conseiller 
par:

- une  contribution  nécessaire  à  l’étude  des  projets  de  décret,  d’arrêté, 
de contrat, de convention, de décisions élaborés pour la réalisation de 
mesures nouvelles. L’avis motivé du Contrôleur utilisé comme moyen 
d’action en la matière, doit porter sur le fond et/ou la forme. 

A  cet  égard,  lorsque  l’administration  concernée  reconnaît  la 
justesse des observations formulées, elle établit alors un nouveau projet 
en  tenant  compte  de  l'avis  du  Contrôleur  Financier,  ou  simplement  se 
rapproche  de  ce  dernier  pour  savoir  exactement  de  quelle  façon  il  doit 
modifier son texte initial;

- des  suggestions  visant  à  insérer  dans  un  contrat  dont  il  connaît 
l’objet,  toute  clause  qui  lui  paraît  indispensable  pour  la  sauvegarde 
des  intérêts  de  l’Etat  et  que  le  service  responsable  n'aurait  pas  eu 
l'idée de prévoir;
- des  recherches  avec  les  administrateurs  de  crédits  (tenant  compte 
des résultats de la gestion en cours) de modifications à apporter dans 
le  prochain  projet  de  budget  pour  un  meilleur  aménagement  de  la 
répartition des crédits entre les lignes budgétaires. 

CE QU’IL FAUT RETENIR 

Le  rôle  de  Conseiller  exercé  dans  toute  sa  plénitude,  est  très 
étendu.  Toutefois,  il  comporte  des  limites  que  le  Contrôleur  Financier 
doit éviter de franchir, à savoir:

- s’immiscer  dans  la  direction  des  services  et  dans  la  gestion  des 
crédits  dont  les  administrations  ont    la  charge.  A  titre  d'exemple:  il
convient de rappeler que le Contrôleur Financier n'a pas à s'intéresser 
à  l'opportunité  mais  plutôt  à  la  régularité  des  dépenses  qui  sont 
soumises à son visa;
- imposer sa façon de voir les choses car les administrateurs de crédits 
et  les  ordonnateurs  sont  maîtres  de  leurs  actions  et  seules  juges de 
l’opportunité de leurs décisions. 
Comme le recommande Monsieur ZULKE ancien chef du Contrôle 
Financier  de  France,  "c’est  grâce  à  l’autorité  que  l’on  peut  acquérir 
dans ce  rôle qu’il est ensuite possible d’être considéré comme un 
Conseiller. Mais il ne faut pas essayer de s’imposer en tant que tel, 
ce  serait  vain.  Les  services  ordonnateurs,  s’ils  ont  su  apprécier  la 
compétence  de  leur  Contrôleur,  viennent  d’eux­mêmes  chercher 
conseil auprès de lui”.
7­ LES DISPOSITONS A OBSERVER A LA SESSION DE LA 
COMMISSION     D’OUVERTURE ET DE JUGEMENT DES 
OFFRES DES MARCHES           PUBLICS
7.1  LES DISPOSITIONS A L’OUVERTURE DES PLIS 

Les  plis  contenant  les  offres  doivent  être  déposés  à  la  Commission 
séance tenante. A défaut, le pli doit être refusé. Il en est de même pour 
des plis présentés après l’ouverture des offres. 

La soumission doit être présentée dans deux enveloppes distinctes :

- l’une contenant l’offre technique;
- l’autre, l’offre financière. 

Le Contrôleur Financier s’assure:

- de  l’existence  d’une  ligne  budgétaire  soumise  à  marché,  de 
l'exactitude de son inscription au budget et de son montant;
- que l’entreprise a fourni au dossier une caution provisoire de garantie 
des travaux à réaliser;
- qu’elle est à jour de ses cotisations sociales à la CNPS;
- qu’elle est à jour de ses obligations fiscales. 

Pour ce faire, il doit œuvrer à la vérification des périodes et dates 
de  validité  des  attestations  fiscales  délivrées  par  la  Direction  Générale 
des Impôts et celles de la CNPS :

- du délai de validité des offres (120 jours);
- du  délai  d’exécution  du  marché  consigné  dans  le  dossier  d’appel 
d’offres (DAO). 

7.2  LES DISPOSITIONS AU JUGEMENT DES OFFRES 

Elles sont plus ou moins liées à la nature des offres du marché. 

7.2.1 Les marchés de fournitures  

L’offre  retenue  doit  être  celle  qui  est  conforme  aux  spécifications 
techniques  du  dossier  d’appel  d’offres  et  moins  disante  (ou  la  mieux 
disante comme le prescrit le nouveau code des marchés). 

7.2.2 Les marchés de travaux 

C’est le règlement particulier de  l’appel d’offres (RPAO) qui fixe le 
seuil  de  la  note  éliminatoire.  Celle­ci  est  fonction  de  la  nature  des 
travaux à réaliser et de leur montant. 
Lorsque  la  note  est  au­dessus  du  seuil  fixé,  des  points 
supplémentaires sont affectés  aux rubriques suivantes:
- clauses  de  conformité  non  éliminatoires,  à  savoir:  le  registre  de 
commerce    (on  tiendra  compte  de  la  corrélation  entre  la  nature  des 
travaux  à  réaliser  et    l’activité  principale  du  soumissionnaire),  le 
compte contribuable, les pouvoirs du soumissionnaire notamment les 
engagements  particuliers  tels  le  délai  d’exécution  des  travaux,  la 
garantie financière;
- la  situation  financière  examinée  conformément  aux  bancaires 
fournies au dossier: l'appréciation des attestations tient compte de la 
qualité  ou  de  la  sincérité  des  bilans  (qui  doivent  être  certifiés  par  la 
Direction  Générale  des  Impôts)  mais  aussi  de  ce  que  le 
soumissionnaire dispose de moyens suffisants pour la réalisation des 
travaux (au moins la moitié du chiffre d'affaires du montant de l'offre à 
laquelle il postule);
- la qualification du personnel et du matériel disponible, à savoir: le 
nombre  d’ingénieurs  qualifiés,  les  engins  en  présence  pour 
l’exécution des travaux;
- les références  du  soumissionnaire,  à savoir  l’expérience  dans des 
projets  similaires  déjà  réalisés,  les  attestations  de  bonne  exécution 
délivrées;
- le  planning  d’exécution:  il    faut  un  plan  d’exécution  qui  tienne  la 
route;
- la  connaissance  des  lieux:  pour  certains  travaux,  demander 
l’attestation  de  visite;  la  connaissance  du  terrain  étant  nécessaire 
pour limiter le nombre des avenants. 

7.2.3 Les marchés de prestations 

La  prestation  intellectuelle:  en  général  on  procède  par  un  appel 
d’offres  restreint,  entendu  qu’en  la  matière,  il  faut  mettre  l’accent  sur  la 
garantie de la technicité intellectuelle. 

Particularité: absence de caution provisoire. 

Les prestations courantes, il convient de retenir que:

- en  matière  de  gardiennage,  la  non  production  de  l'agrément 
autorisant  l'exercice de  la profession  est éliminatoire.  Cette condition 
s'ajoute à celle relative à la caution de garantie, aux attestations de la 
Direction Générale des Impôts (DGI) et de la  CNPS;
- concernant particulièrement les ressources humaines, lorsqu'il s'agit 
d'une  location  de  main  d'œuvre,  la  totalité  du  personnel  doit  être 
évaluée en quantité et en qualité;
- dans le cadre  des prestations pour le gardiennage, la restauration 
et  l’entretien  (locaux,    matériels..),  le  personnel  d’encadrement  est
évalué dans l’offre;
- la rubrique  “charges sociales” qui  permet  d’apprécier entre autres le 
montant  des  salaires  du  personnel  existe  en  prestation  de 
gardiennage, en  restauration,  en  location  de main d’œuvre mais pas 
en entretien;
- l’expérience  de  l’entreprise:  si  en  entretien  et  en  gardiennage 
l'expérience  de  l'entreprise  est  évaluée  sans  spécificités,  en 
restauration  et  en  location  de  main  d'œuvre,  il  existe  des 
particularités dont il faut tenir compte. Celles­ci s'apprécient selon qu'il 
s'agit  d’une  restauration  simple,  collective,  universitaire  ou 
hospitalière, etc. 

N.B. :  Conformément aux dispositions du nouveau code des marchés, le 
Contrôle  Financier,  en  plus  de  sa  qualité  de  membre  de  la 
Commission d'Ouverture et de Jugement  des Offres (COJO), est 
également  membre  de  la  Commission  Consultative  des  Marchés 
Publics qui a pour mission:

- de donner un avis sur toutes les requêtes relatives à l’utilisation des 
procédures  dérogatoires  et  les  décisions  soumises  à  l’autorisation 
préalable du Ministre chargé des Marchés Publics notamment le gré à 
gré,  l’avenant,  la  consultation  sur  la  liste  restreinte  d’entreprises,  la 
dispense  de  cautionnement,  la  révocation  de  la  caution  et  la 
résiliation du marché;
- de  donner  un  avis  sur  les  demandes  d’annulation  d’appel  d’offres  et 
les cas de réhabilitation des entreprises frappées d’exclusion;
- d’examiner  les  conséquences  techniques  des  manquements  aux 
obligations.
8 – LES PRINCIPAUX MOTIFS DE VISA DIFFERE ET DE REJET
8.1 LE  VISA DIFFERE 

8.1.1   Au niveau du bon de commande :

- pièces justificatives non originales (photocopies)
- facture  pro  forma  sans  références  (numéro  d’enregistrement,  date, 
numéro  de  compte  contribuable,  régime  d’imposition,  numéro  du 
registre de commerce…);
- pièces justificatives insuffisantes;
- situation des crédits erronée;
- références des pièces justificatives erronées;
- absence du nom, du cachet et de la signature de l’administrateur de 
crédits (demande d’engagement);
- contradiction entre les pièces justificatives;
- non dépôt de spécimen de signature. 

8.1.2  Au niveau du mandat de paiement :

- omission de la certification du service fait;
- erreur de calcul (sur la facture) sans incidence sur le mandat;
- contradiction entre les pièces justificatives (engagement / 
ordonnancement);
- mode de règlement erroné;
- références de la facture erronées sur le mandat de paiement;
- absence de pièces justificatives;
- omission de la date de notification du bon de commande. 

8.1.3  Au niveau des actes administratifs 

Projets d’actes:
- non conformité des textes visés dans la formule décisoire;
- pièces justificatives insuffisantes ou inexistantes. 

Exemples : 
1] Congés: absence au dossier :
- du certificat de grossesse;
- de la décision de congé de l’année précédente;
- de la demande de congé formulée par le fonctionnaire;
- du certificat de reprise de service; 

2] Mise à disposition :
- absence au dossier de l’avis du service d’origine;
- absence de l’avis du service d’accueil.
8.2  LE REJET 

8.2.1  Au niveau du bon de commande :

- crédits non disponibles;
- objet de la dépense mal défini;
- imputation budgétaire erronée;
- montant de la dépense erroné;
- pièces justificatives non conformes;
- qualité de l’ordonnateur délégué ou secondaire, de l'administrateur 
de crédits non conforme;
- signature de l’ordonnateur délégué ou secondaire, de 
l'administrateur de crédits non conforme;
- visa différé non satisfait;
- dépense non utile au service;
- coût excessif de la dépense;
- rythme de consommation anormalement élevé;
- erreur sur l’identité du créancier;
- anachronisme (date de la facture définitive antérieure à la date de 
notification du bon de commande…);
- utilisation anormale des procédures. 

8.2.2  Au niveau du mandat de paiement :

- absence patente ou insuffisance de service fait;
- utilisation non conforme de la procédure simplifiée;
- objet de la livraison non conforme à la commande;
- montant de la dépense liquidé erroné;
- objet du mandat non conforme à l’objet de l’engagement ou 
détournement de l’objet de la dépense;
- visa différé non satisfait. 

8.2.3  Au niveau des actes administratifs 

8.2.3.1 Nomination:

- conditions d’accès à la fonction ou à l’emploi non conformes à la 
réglementation en vigueur ;
- absence de poste au catalogue des mesures nouvelles;
- poste ou fonction non prévu par le décret organique du ministère;
- projet d’arrêter ou de décision soumis au visa du Contrôleur Financier 
après signature de l’autorité compétente.
8.2.3.2 Déplacements:

- ordre de mission délivré par une autorité non compétente;
- ordre de mission à l’extérieur du pays non revêtu du visa du Directeur 
de  Cabinet  de  la  Présidence  de  la  République  et  du  Directeur  du 
Contrôle Financier;
- mission à l’intérieur excédant dix (10) jours sans justification;
- ordre de mission soumis au visa du Contrôleur Financier au retour de 
la mission;
- ordre  de  mission  dont  l’objet  n’est  pas  conforme  aux  missions  de 
l’Etat;
- ordre de mission dont l’objet est forclos;
- feuille  de  déplacement  non  revêtue  des  signatures  des  autorités 
administratives des  localités d’accueil (Préfets, Sous ­Préfets);
- feuille  de  déplacement  non  soumise  au  visa  du  Contrôleur  Financier 
au retour de la mission. 

8.2.3.3 Concession de pension, attribution du capital décès 

Erreurs de calcul sur les montants et le taux indiciaire. 

8.2.3.4 Attribution d’indemnités, de primes 

Projet  d’acte  de  rémunération  de  personnel  non  justifiée  par  un 
décret  ou  une  décision  prise  à  titre  exceptionnel  par  l’autorité 
budgétaire.
ANNEXES 

«Mentions  ci­après  indiquées  sont  celles  qui  doivent 
nécessairement  figurer  sur  les  documents  et  pièces  justificatives 
présentés au Contrôleur Financier à l’exécution de la dépense».
ANNEXE  1  :  LES  MENTIONS  INDISPENSABLES  A  UNE  FACTURE 
DE FOURNITURES 

­  Raison sociale (dénomination, adresse, téléphone) 
­  Numéro du registre de commerce 
­  Régime d’imposition 
­  Centre des impôts 
­  Numéro du compte contribuable 
FACTURE DE  ­  Numéro de la facture 
FOURNITURES  ­  Date de la facture 
­  Objet de la dépense 
(mentions obligatoires) 
­  Désignation de chaque article avec sa référence 
­  Quantité 
­  Prix unitaire 
­  Montant total hors taxe 
­  TVA à 18% si l’entreprise est assujettie à la taxe 
­  Montant TTC (en chiffres et en lettres) 
­  Cachet et signature du fournisseur ou prestataire
Exemple 1 : 

TYPE DE FACTURE D’UN CONTRIBUABLE 
ASSUJETTI AU REGIME REEL NORMAL 

ETABLISSEMENT KALOA: 

BUREAUTIQUE­COMMERCE GENERAL 

Centre des Impôts  :  Treichville 
Régime d’imposition  :  Réel normal 
BP 0245 Abidjan – Tel :  20 24 30 54 
Registre de commerce:  n° 125689 
Compte Contribuable  :  n° 9560123 G 
Banque Agricole de Bouboury Compte: n° 20 211 147 31 
Treichville Avenue 18 Rue18 

Abidjan, le 15 avril 2004 

Objet: Fournitures de bureau 
FACTURE N° 045 

Prix Unitaire 
Désignation  Prix Total 
Qté  HT  H T 

2  ­ Agrafeuse PRIMULA 8/4  7 350  14 700 
2  ­ Machine a calculé CASIO FR 2650 A  63 000  126 000 
5  ­ Paquet de bics bleu REYNOLDS  6 300  31 500 

Total Hors Taxe  172 200 

T.V.A  18%  30 996 

Montant Total T.T.C  203 196

Arrêté  la  présente  facture  à  la  somme  de  deux  cent  trois  mille  cent 
quatre vingt seize francs CFA. 
Exemple 2 : 

TYPE DE FACTURE D’UN CONTRIBUABLE 
ASSUJETTI A L’IMPOT SYNTHETIQUE 

ETS FANAN 

FOURNITURES DE BUREAU­INFORMATIQUES 

Centre des Impôts  :  Plateau 
Régime d’imposition  :  Synthétique 
BP 0451 Abidjan – Tel  :  20 21 63 55 
Registre de Commerce  :  n°257823 
Compte Contribuable  :  n°89 035 42 P 
Banque  du  Commerce  du  Plateau    Compte:    n°  11  2005  563  85  / 
Plateau­ rue des avocatiers 

Abidjan, le 17 avril 2004 

Objet: Fournitures de bureau 

FACTURE N° 033 

Qté  Désignation  Prix Unitaire  Montant 
Total HT 
HT 

2  ­ Agrafeuse PRIMULA 8/4  7 350  14 700 
2  ­ Machine a calculé CASIO FR 2650 A  63 000  126 000 
5  ­ Paquet de bics bleu REYNOLDS  6 300  31 500 

Total à payer  172 200

Arrêté  la  présente  facture  à  la  somme  de  soixante  douze    mille  deux 
cents francs CFA. 
ANNEXE  2  :  LES  MENTIONS  INDISPENSABLES  A  UNE  FACTURE 
D’ENTRETIEN 

­  Raison sociale (dénomination, adresse, téléphone) 
­  Numéro du registre de commerce 
­  Régime d’imposition 
­  Centre des Impôts 
­  Numéro du compte contribuable 
­  Numéro de la facture 
­  Date de la facture 
­  Objet de la dépense 
FACTURE  ­  Désignation de l’article ou de l’appareil à réparer ou à 
D’ENTRETIEN  entretenir avec sa référence et les pannes relevées 
(mentions obligatoires)  ­  Fournitures 
­  Quantité 
­  Prix unitaire 
­  Main d’œuvre : taux horaire et temps de travail consacré à 
la prestation 
­  Montant total hors taxe 
­  TVA 18% si l’entreprise est assujettie à la taxe 
­  Montant total TTC (en chiffres et en lettres) 
­  Cachet et signature du fournisseur ou prestataire 

N.B. :  Mentions  indispensables  à  la  présentation  d'une  facture 
d'entretien
I­ IDENTIFICATION ET LOCALISATION DU MATERIEL A 
ENTRETENIR 

Exemple : Micro–ordinateur IBM ­ G 54 installé au bureau du Contrôleur 
Financier  

II­ RESUME DES PANNES ET ANOMALIES CONSTATEES 

Exemple: Touche du clavier bloqué, écran brisé etc. 

III­ FOURNITURE DE PIECES DE REMPLACEMENT 

Exemple : 

­ 1 clavier neuf  prix  HT 

­ 1 nouvel écran  prix  HT 

NB. : Pour chaque pièce, indiquez les références commerciales 

IV­ LA MAIN­D'ŒUVRE 

Le  temps  et  le  coût  de  la  main  d’œuvre  doivent  être  évalués  par 
rapport à la nature des travaux à effectuer. 

V­ APPLICATION DE LA TVA 

Pour les entreprises assujetties à la taxe.
Exemples : 

TYPE DE FACTURE D’ENTRETIEN D’UN CONTRIBUABLE 
ASSUJETTI AU REGIME REEL D’IMPOSITION 
Exemple 1 : 
ETS CHAMEL 

MATERIELS TECHNIQUES – INFORMATIQUES ­ BUREAUTIQUE 
Centre des Impôts  :  Cocody 
Régime d’imposition  :  Réel Simplifié 
BP 35248 ABIDJAN – TEL  :  93 45 31 73 
Registre de commerce  :  n°422238 
Compte contribuable  :  n°00349969 L 
Banque  Populaire  de  Bouboury    Compte:  n°  60  48  11  147  31  Cocody­ 
Sogefiha 

Abidjan, le 13 mai 2004 

Objet: Entretien et réparation d’un ordinateur HP Compaq 7540 installé 
dans le bureau du DRH à la Tour H 24° étage 
Panne constatée : Pas d’image à l’écran, disque dur défaillant 
FACTURE PRO FORMA  N° 050 

Qté  Désignation  Prix Unit. HT  Prix T. HT 
Travaux à effectuer 
­ Réparation de l’écran 
­ Entretien de PC 
­ Remplacement du disque dur 

Fournitures 
01  THT  25 000  25 000 
01  Disque dur  80 000  80 000 
Main d'œuvre 
4  Heures  5000  20 000 

Total H. T.  125 000 

TVA 18%  22 500 

Montant total TTC  147 500

Arrêté la présente facture à la somme de cent quarante sept mille cinq 
cents francs CFA. 
Exemple 2 : 
ETS AMYRO 

Entretien – Réparation Auto ­ Matériel de froid 

Centre des Impôts  :  Yopougon 
Registre de commerce  :  Réel Simplifié 
BP 3248 Abidjan – Tél  :  23 45 31 73 
Registre de commerce  :  n°425638 
Compte contribuable  :  n°0345569 L 
Banque  Agricole  de  Bouboury  Compte:  n°  20  211  147  31,  Yopougon  ­ 
Sopim Villa : n° 2 

Abidjan, le 18 juin 2004 

Objet : Entretien véhicule Peugeot 605 N° D 92 856 de la Direction 
du contentieux  
Panne constatée :  Système de freinage défectueux 
FACTURE PRO FORMA N°08 

Prix  Prix Total 
Qté  Désignation 
Unitaire HT  HT 
Travaux à effectuer 
­ Démontage des plaquettes défectueuses 
­ Remontage des plaquettes de remplacement 
Fournitures 
01  ­ Jeu de plaquette avant réf. W VA 21507  55 200  55 200 
01  ­ Jeu de plaquette arrière réf. W V27846  46 800  46 800 
Main d'œuvre 
02  ­ Heures  2 800  5 600 

Total HT  107 600 

TVA 18%  19 368 
Montant total TTC  126  968 

Arrêté la présente facture à la somme de vingt six mille neuf cent 
soixante huit francs CFA.
ANNEXE  3  :  LES  MENTIONS  INDISPENSABLES  A  UNE  FACTURE 
D’ENTRETIEN DE VEHICULE 

­  Raison sociale (dénomination, adresse, 
téléphone) 
­  Numéro du registre de commerce 
­  Régime d’imposition 
­  Centre des Impôts 
­  Numéro du compte contribuable 
­  Numéro de la facture 
­  Date de la facture 
­  Objet de la dépense 
FACTURE D’ENTRETIEN  ­  Marque du véhicule et numéro d’immatriculation 
DE VEHICULE  ­  Désignation des pièces à fournir avec leur 
(mentions obligatoires)  référence et les pannes relevées 
­  Quantité 
­  Prix unitaire 
­  Main d’œuvre : taux horaire et temps de travail 
consacré à la prestation 
­  Montant hors taxe 
­  TVA 18% si l’entreprise est assujettie à la taxe 
­  Montant total TTC (en chiffres et en lettres) 
­  Cachet et signature du fournisseur ou 
prestataire
ANNEXE  4  :  LES  MENTIONS  INDISPENSABLES  A  UNE  FACTURE 
DE TRAVAUX OU UN DEVIS 

­  Raison sociale (dénomination, adresse, 
téléphone) 
­  Numéro du registre de commerce 
­  Régime d’imposition 
­  Centre des Impôts 
Numéro du compte contribuable 
Numéro de la facture 
­  Date de la facture 
FACTURE DE TRAVAUX  ­  Objet de la dépense 
OU UN DEVIS 
­  Localisation des travaux à effectuer 
(mentions obligatoires) 
­  Désignation  de la nature des travaux 
­  Quantité 
­  Prix unitaire 
­  Montant HT 
­  TVA 18% si l’entreprise est assujettie à la taxe 
­  Montant total TTC (en chiffres et en lettres) 
­  Cachet et signature du fournisseur ou 
prestataire
ANNEXE  5  :  LES  MENTIONS  INDISPENSABLES  A  UN  MARCHE 
PUBLIC 

­  Titulaire du marché (raison sociale) 
­  Régime fiscal d’imposition 
­  Centre des Impôts 
­  Numéro de compte contribuable 
­  Mode de passation du marché 
­  Objet du marché 
­  Numéro et date d’enregistrement du marché 
MARCHE  ­  Cachet et Signature du titulaire du marché 
(mentions obligatoires)  ­  Imputation budgétaire 
­  TVA 18% si l’entreprise est assujettie à la 
taxe 
­  Montant TTC 
­  Délai d’exécution 
­  Mode de règlement 
­  Montant du cautionnement définitif 
­  Montant de la retenue de garantie 
­  Signature des autorités compétentes
ANNEXE  6  :  LES  Mentions  indispensables  à  un  contrat  DE 
PRESTATIONS DE TRAVAUX OU DE FOURNITURES 

­  Identité des parties contractantes 
­  Régime fiscal d’imposition 
­  Centre des Impôts 
­  Objet du contrat 
­  Description des prestations 
­  Numéro de compte contribuable 
­  Mode de règlement 
CONTRAT  ­  Durée du contrat conforme à l’exercice budgétaire (la 
(mentions  validité ne peut excéder l’année budgétaire. La mention 
obligatoires)  “ tacite reconduction ” n’est pas admise) 
­  Obligation des parties 
­  Périodicité d’intervention du prestataire 
­  Montant H T 
­  TVA 18% si l’entreprise est assujettie à la taxe 
­  Montant TTC 
­  Imputation budgétaire 
­  Visa du Contrôleur Financier
ANNEXE 7 : LES REGIMES D’IMPOSITION 

Conformément au Code Général des Impôts, il existe deux régimes 
d’imposition en Côte d’Ivoire, à savoir: 

1.  Les régimes forfaitaires: 
on y distingue: 

­  la  taxe  forfaitaire  des  petits  commerçants  et  artisans  dont  le 
chiffre d’affaires (CA) est inférieur ou égal à 5 millions de F CFA; 

­  le  régime  de  l’impôt  synthétique  qui  s’applique  aux 
commerçants  dont  le  chiffre d’affaires  TTC annuel  est supérieur  à 
5 millions  de  francs  et inférieur  ou  égal  à  50  millions  de  francs  et 
aux prestataires de service dont le chiffre d’affaires TTC annuel est 
supérieur à 5 millions et inférieur ou égal à 25 millions de francs. 

2.  Les régimes du réel: 
Dans cette catégorie, figurent: 

­  le  régime  du  réel  simplifié  d’imposition   (RSI)  qui  s'applique 
d'une  part  aux  commerçants  dont  le  chiffre  d'affaires  TTC  annuel 
est  supérieur  à  50  millions  de  francs  et  inférieur  ou  égal  à  150 
millions  et  d'autre  part  aux  prestataires  de  service  dont  le  chiffre 
d'affaires  annuel  est  supérieur  à  25  millions  et  inférieur  ou  égal  à 
75 millions. 

­  le régime du réel normal d’imposition  (RNI) qui s'applique d'une 
part  aux  commerçants  dont  le  chiffre  d'affaires  TTC  annuel  est 
supérieur  à  150  millions  de francs  et  d'autre part aux  prestataires 
de  services  dont  le  chiffre  d'affaires  annuel  est  supérieur  à  75 
millions. 
QUI EST HABILITE A FACTURER LA TVA? 

1.  Les régimes de type forfaitaire: 
les  contribuables  relevant  des  régimes  de  type  forfaitaire  ne  sont 
pas autorisés à facturer la TVA. 

2.  les régimes du réel: 
seuls  les contribuables relevant d’un régime réel d’imposition sont 
autorisés à facturer la TVA.
Le Contrôleur Financier doit:

- vérifier  dans  la  facture,  le  type  de  régime  fiscal  auquel 
l’entreprise dont le dossier est soumis à son visa est assujettie.
- opposer  son  refus  de  visa  à  tous  dossiers  dont  la  TVA 
facturée est entachée d’irrégularités: 

Exemple  :  Facturer  la  TVA  alors  que  l’entreprise  relève  d’un  régime 
forfaitaire.
ANNEXE  8 

LES DEPENSES ELIGIBLES  A LA PROCEDURE 
SIMPLIFIEE (ARTICLE 68 DU DECRET N°98­716 
DU 16 DECEMBRE 1998). 

1.  Le versement des traitements, primes et indemnités du personnel; 
2.  Les indemnités de formation du personnel, frais et indemnités de 
mission  du  personnel  et  des  autorités  politiques,  la  participation 
aux abonnements payés aux transporteurs pour le personnel, ainsi 
que les frais d’hospitalisation d’urgence et d’évacuation sanitaire à 
l’étranger; 
3.  Les frais d’actes et de contentieux et les frais de justice; 
4.  Les assurances, sauf le contrat initial et ses avenants; 
5.  Les dépenses d’eau, d’électricité, gaz et autres sources d’énergie, 
à  l’exception  des  branchements  et  raccordements,  les  dépenses 
de communication; 
6.  Les abonnements de presse; 
7.  Les frais de transport et de mission; 
8.  L’achat  de  carburant  et  de  lubrifiants  centralisé  par  la  Direction 
des Marchés Publics; 
9.  Les impôts, les taxes et versements assimilés; 
10.  Les  dépenses  sur  fonds  spéciaux,  et  les  actions  et  interventions 
urgentes engagées par les organes de souveraineté; 
11.  Les  subventions  d’exploitation  et  les  autres  transferts  courants, 
dont les bourses et les pécules des stagiaires; 
12.  L’amortissement et la charge de la dette publique; 
13.  Les  charges  exceptionnelles  énumérées  dans  la  nomenclature 
budgétaire de l’Etat à l'exception des redevances SGS; 
14.  Les  prises  de  participation,  placements,  cautionnements  et 
souscription; 
15.  Les transferts en capital; 
16.  Les prêts et avances; 
17.  Le renouvellement des avances aux régisseurs; 
18.  Les ordonnances de délégation au profit des ambassades et des 
services techniques à l’étranger; 
19.  Les  décisions  expresses  du  Ministre  chargé  des  finances 
autorisant le recours à la procédure simplifiée;
20.  La  régularisation  des  dépenses  payées  sans  ordonnancement 
préalable; 
21.  L’enregistrement  des  dépenses  réalisées  directement  par  des 
bailleurs de fonds lorsque l’Etat leur a confié la maîtrise d'ouvrage, 
dans les conditions fixées par l'article 81 du présent décret; 
22.  Les marchés et les lettres valant marchés.
ANNEXE  9 

LES DIX COMMANDEMENTS DU 
CONTROLEUR FINANCIER 

Par le Ministre EMILE KEI BOGUINARD
Pour que son action soit plus féconde, le Contrôleur Financier doit obéir 
à un certain nombre de règles, de commandements dont les principaux 
pourraient être les suivants : 

1.     LE CONTRÔLEUR FINANCIER NE DOIT CRAINDRE PERSONNE 
(C'est le commandement le plus important) 

Le  préjudice  que  peuvent  subir  les  finances  publiques  du  fait 
d’engagements irréguliers de dépenses ou plus généralement de fautes 
de  gestion  est  aussi  redoutable  que  celui  qui  peut  résulter  d’erreurs 
commises dans la tenue des caisses. 

«’Hui,  disait  LABEYRIE,  l'action  des  administrateurs,  dans  la 
réglementation et l'exécution, est devenue si vaste et si complexe, leurs 
erreurs  et  leurs  fautes  peuvent  avoir  de  telles  conséquences,  et  par  la 
suite l'économie nationale, qu'un contrôle de cette action, indépendant et 
puissamment organisé, est devenu indispensable». 

Ces paroles qu’Émile LABEYRIE, alors chef du parquet, prononçait à 
la  séance  solennelle  de  rentrée  de  la  Cour  des  Comptes  françaises,  le 
30 octobre 1936, méritent d’être rappelées aujourd'hui. 

Il paraît, en effet, conforme à l'éthique que dans un système général 
de  protection  des  finances  publiques,  le  comptable  ne  demeure  pas  le 
seul  assujetti  aux  lourdes  charges  que  lui  imposent  la  vérification  de  la 
régularité  des  dépenses  et  la  sauvegarde  des  patrimoines,  charges  qui 
s'ajoutent  pour  lui  à  l'obligation  fondamentale  de  la  conservation 
matérielle des fonds. 

Le Contrôleur Financier doit donc porter une attention particulière aux 
négligences  des  ordonnateurs  et  des  administrateurs  afin  d'établir  une 
sorte d'équilibre entre leur responsabilité et celle du comptable. Sa tâche 
est donc  lourde: il  doit rejeter  les dossiers d'engagements irréguliers de 
dépenses de certaines hautes personnalités de l'État, de celles­là même 
qui  dirigent  notre  pays.  S'il  est  craintif,  s'il  hésite  à  faire  respecter  les 
textes pris pour assurer la bonne gestion des deniers publics, ce sera la 
gabegie, la ruine de l’État, la démoralisation générale des citoyens. 

La  véritable  indépendance,  le  Contrôleur  la  puise  en  lui­même,  il 
n’attend pas qu’on la lui donne, elle ne se sollicite pas, elle se prend. Les 
dispositions  légales  ou  réglementaires  les  plus judicieuses  et  les  mieux 
intentionnées  n’assurent  l’indépendance  que  de  celui  qui  s’est  résolu 
d’abord à être indépendant, c’est­à­dire à ne jamais craindre de déplaire,
à  ne  jamais  chercher  à  plaire,  à  n’obéir  à  aucun  intérêt  matériel  ou 
moral: à ses amitiés, à son amour­propre, à ses passions. 

Le  Contrôleur  doit  être  un  homme  de  caractère.  Les  hommes  de 
caractère,  écrit  Maurice  Rolland  dans  "Le  Monde"  du  19  février  1966, 
sont  des  hommes  difficiles  dont  le  maniement  n’est  pas  toujours 
commode par ceux qui exercent l’autorité… Les caractères souples sont 
d’un  commerce  tellement  plus  agréable!  Mais  dans  les  circonstances 
graves  ce  sont  les  premiers  qu’on  est  heureux  de  retrouver,  leur 
indépendance reconnue les fait respecter… 

2.  LE CONTROLEUR FINANCIER NE DOIT PAS SE PLACER AU­ 
DESSUS DE LA LOI ET DES REGLEMENTS 

Chargé d’appliquer la loi et les règlements, il doit être le premier à les 
respecter.  En  substituant  son  jugement  à  celui  du  législateur  et  du 
pouvoir réglementaire, il se rebelle contre la loi et le règlement. 
Le Contrôleur ne doit se livrer à aucune fantaisie interprétative. Il doit 
appliquer  strictement  les  textes  sans  tenir  compte,  ni  des  travaux 
préparatoires, ni de  l'objectif du législateur ou du pouvoir  réglementaire. 
Même s'il  est patent  que le  législateur ou  le pouvoir réglementaire s'est 
trompé,  que  l'expression  qu'il  a  donnée  à  sa  pensée  a  trahi  ses 
intentions,  la  lettre  du  texte,  lorsqu'elle  ne  permet  pas  de  controverse, 
doit prévaloir sur son esprit. 

3.  LE CONTROLEUR FINANCIER DOIT POSSEDER UNE FORTE 
COMPETENCE TECHNIQUE 

Le  Contrôleur  Financier  doit  posséder  une  forte  compétence 
technique  car  les  recherches  qu’il  doit  mener  sont  difficiles  à  conduire. 
Une  étourdissante  avalanche  de  problèmes  disparates  s’abat  sur  lui: 
problème  d’ordre  juridique,  administratif,  financier,  comptable, 
économique. Il ne faut pas oublier que le Contrôleur doit bien se garder 
de  porter  un  jugement  rapide  et  irréfléchi  car  son  partenaire  sera 
toujours  un  spécialiste  bénéficiant  d’une  longue,  parfois  très  longue 
expérience dans le domaine en question. 

Ce  qui  complique  sa  tâche,  c'est  que  notre  législation  et  nos 
règlements sont soumis à de fréquentes modifications.  Le Contrôleur ne 
peut  donc  se  satisfaire  de  ce  qu’il  a  appris  autrefois  et  renoncer  à  se 
perfectionner  dans  son  métier.  L’efficacité  du  travail  de  contrôle  exige 
impérieusement  qu’il  se  tienne  au  courant  de  toutes  les  modifications
intervenues dans son champ d’action. Il  doit  déployer un effort constant 
pour actualiser et étendre son information. 

L’ardeur au travail, le talent, le souci de l’efficacité et du détail, le goût 
de  la  discussion  juridique,  la  recherche  constante  de  la  cohésion  du 
raisonnement  et  des  rédactions  irréprochables,  la  rigueur  du  caractère, 
la volonté obstinée de servir amènent toujours d’éclatantes réussites, car 
ce sont des éléments favorables à l’acquisition et à la pratique du métier 
de Contrôleur. 

4.  LE  CONTROLEUR  FINANCIER  DOIT  ETRE  HONNETE,  CAR  UN 
HOMME  INDEPENDANT  ET  COMPETENT  N’EST  PAS 
NECESSAIREMENT HONNETE. 

Le Contrôleur Financier choisit seul et les points sur lesquels portent 
ses  investigations  et  les  méthodes  les  plus  adéquates  pour  aboutir  au 
résultat, puis vise ou rejette l'acte soumis à son examen. Il est réellement 
indépendant dans l'exercice de ses fonctions. 

S’il  laisse  passer  des  erreurs,  il  sait  qu’elles  ne  seront  pas 
nécessairement  découvertes  et  si  elles  le  sont  par  la  suite,  il  prétendra 
qu’il n’a rien remarqué d’anormal et arguera de sa bonne foi. 

Le  Contrôleur qui concourt à  la rectification des erreurs, au maintien 
de  la régularité dans  la marche de  tous  les services, doit  lui­même agir 
conformément aux règles de raison, de sincérité, d’équité, qu’il a le beau 
et lourd devoir de faire respecter. 

Il  ne  doit  jamais  chercher  dans  la  voie  des  concessions,  des 
ajustements, la solution des problèmes qui se posent à lui. Même à notre 
époque  les  familiarités,  les  complaisances  et  à  plus  forte  raison  les 
faiblesses, sont rarement compatibles avec sa fonction. 

Le  comportement  du  Contrôleur  ne  doit  permettre  aucun  doute  ni 
faire  l’objet  de  la  moindre  présomption;  son  attitude  doit  toujours  être 
nette, marquer la droiture, la franchise. 

5.  LE CONTROLEUR FINANCIER DOIT ETRE PATIENT ET 
TENACE 

Il  doit  souvent  s’armer  de  patience  pour  accomplir  minutieusement, 
jour après jour, un travail non seulement routinier, monotone, sans attrait 
spécial,  pas  même  celui  de  découvrir  fréquemment  des  erreurs,  mais
très  ingrat,  un  travail  dont  l’accomplissement  scrupuleux  lui  fera  plus 
d’ennemis que d’amis. 

Le 27 octobre 1937, lors de son installation comme premier président 
de  la  Cour  des  Comptes  française,  Émile  Labeyrie  traça,  dans  le 
discours  qu’il  prononça  à  cette  occasion,  la  voie  dans  laquelle  il 
entendait engager l’action du corps dont la direction lui était confiée:
"Veiller à ce que la chose publique ne soit pas exploitée au profit de 
quelques­uns et aussi à ce que l'Etat s'acquitte de sa lourde tâche pour 
le plus grand bien de tous.  Lutter contre les intérêts particuliers de tous 
ordres, contre l'esprit de lucre, la corruption, la paresse, la routine, qui se 
dressent toujours contre l'intérêt général". Mais à la fin de son discours, 
un  alinéa  soulignait  brièvement  les  difficultés  qu’il  allait  rencontrer.  Il 
disait en effet : 

"Sans  doute,  à  ceux  qui  mènent  cette  lutte  sans  faiblesse,  arrive­t­il 
souvent que les injures et  les calomnies ne soient pas ménagées.  Mais 
qu'importe sans parler de l'honneur qui est attaché à nos fonctions, elles 
nous  permettent  de  servir  utilement  la  République  menacée  de  toute 
part. Est­il plus haute récompense?’’ 

Contrairement  à  la  plupart  des  travaux,  les  résultats  du  contrôle  ne 
sont  généralement  pas  visibles,  du  moins  directement,  et  cela  peut 
amener le Contrôleur à relâcher son zèle et même à douter de l’utilité de 
ses  travaux.  La  ténacité  sera,  par  conséquent,  l’une  de  ses  qualités 
cardinales. Il ne doit pas se contenter de signaler une seule fois un fait, 
une  irrégularité,  une  lacune  de  la  réglementation,  une  insuffisance  de 
l'organisation administrative. Il doit y revenir jusqu'à ce que les mesures 
nécessaires aient été prises. 

6.  LE CONTROLEUR DOIT POUVOIR AGIR AVEC TACT ET ETRE A 
MEME DE DIRE LA VERITE AVEC DISCRETION ET 
DELICATESSE 

Ce  n'est  que  par  une  juste  compréhension  des  hommes  au  contact 
desquels  il  est  appelé  à  travailler  qu'il  pourra  acquérir  leur  confiance  et 
leur  collaboration.  Sans  cette  confiance  et  cette  collaboration,  les 
dossiers fournis risquent d'être expurgés. 

7.  LE CONTROLEUR DOIT AVOIR DE LA MEMOIRE ET DE 

L’IMAGINATION 

La mémoire lui permettra de se rappeler vivement, de voir en quelque 
sorte les objets qui ne sont plus sous ses yeux, d’intégrer le passé dans 
le présent, car la mémoire exprime la continuité de l’homme. 

Quant  à  l’imagination,  elle  lui  est  indispensable  pour  découvrir  plus 
facilement les erreurs ou les procédures vicieuses et tortueuses utilisées
par les fraudeurs et de trouver plus rapidement les procédés de contrôle 
appropriés aux circonstances. Le Contrôleur doit pouvoir déceler sous la 
régularité apparente la fraude profonde.
8.     LE CONTROLEUR DOIT FAIRE PREUVE D’ESPRIT CRITIQUE 

"Le  double  effet  de  moteur  et  de  frein  de  l’imagination,  nous  le 
retrouvons, dit le procureur général à la Cour des Comptes Bourrel, dans 
l'esprit  critique,  qualité  irremplaçable  du  vérificateur  financier,  qualité 
faite  de  curiosité,  de  faculté  de  s’étonner,  d’aptitude  à  analyser  et  à 
comparer d’attention à la fois diffuse et concentrée”. 

Ce  doit  être  pour  le  Contrôleur  un  réflexe  que  de  comparer  le 
document,  la  décision,  le  calcul,  aux  règles  juridiques,  administratives, 
comptables,  voire  arithmétiques  qui  en  conditionnent  la  validité  et 
l’exactitude. 

Cette qualité deviendrait vite un défaut insupportable si le Contrôleur 
ne  l’appliquait  pas  à  son  propre  travail  pour  exercer  sans  cesse  un 
contrôle  sur  les  analyses  et  encore  plus  sur  les  déductions  et  les 
synthèses  auxquelles  il  serait  conduit.  Vous  apprendrez  qu’en  matière 
de  contrôle,  il  est  fréquent  que  telle  découverte,  apparue  un  instant 
sensationnelle, se réduise en l’espace d’une nuit à peu de chose sinon à 
rien. 

9.  LE CONTROLEUR NE DEVRAIT PAS ETRE SURCHARGE 

Si  le  Contrôleur est surchargé, il  est évident que  la qualité  du  travail 
en  souffrira,  car  tout  contrôle  perdrait  son  sens  si  le  Contrôleur  ne 
dispose que du temps nécessaire pour «expédier à la va vite» les pièces 
soumises à son examen. 

Le  métier  de  Contrôleur  requiert  également  un  solide  équilibre  qu’il 
convient  d’entretenir  par  une  organisation  rationnelle  du  travail  et  des 
loisirs par une sollicitude marquée à l’être physique, ennemi des abus et 
des poisons de toutes sortes. L’intimité familiale ou l’ambiance affective, 
les  exercices  physiques,  les  exercices  intellectuels,  les  temps  de 
méditation, ne doivent pas être sacrifiés par le Contrôleur. 

Il  doit  avoir  le  temps  et  la  possibilité  de  s’informer,  d’observer,  de 
réfléchir, de méditer, de se renouveler, de s’adapter, bref, de progresser 
sans cesse en vue de dominer les problèmes et soi­même.
10. LE CONTROLEUR DOIT PORTER SON REGARD SUR SA 

PROPRE INSTITUTION 

Une  bonne  entente  doit  exister  entre  ses  collègues,  ses 
collaborateurs et lui. 

Il doit suivre méthodiquement les effets du contrôle qu'il exerce. Il doit 
chercher  à  savoir  si  les  solutions  qu'il  propose,  les  réformes  qu'il 
suggère,  les  rejets  qu'il  prononce  contribuent  au  perfectionnement  des 
ordonnateurs et des administrateurs. 

Il doit penser à l’avenir de son institution. Le sentiment d’appartenir à 
un corps voué à la protection du bien de tous, ne doit que mieux lui faire 
sentir  l’importance  sociale  de  sa  tâche  et  l’inciter  à  éviter  toute 
manifestation  de  passion  personnelle,  tout  acharnement  aveugle  qui, 
autant  qu’une  mansuétude  sans  courage,  compromettrait  l’autorité  du 
contrôle. 

Il  doit  répandre  autour  de  lui  une  atmosphère  de  bonne  humeur, 
travailler dans l’amour et dans la joie, ce qui lui permettra de vaincre les 
difficultés quotidiennes. 

C’est donc  par  un sourire que dans  ses travaux  les  plus  austères, il 
doit affirmer son talent.
ANNEXE  10: 

LES TEXTES DE REFERENCE 

LOIS 

Loi organique n° 59­249 du 31 décembre 1959 relative aux lois de 
finances. 

Loi n° 62­405 du 7 novembre 1962  portant organisation du régime 
des pensions civiles. 

Loi  n° 92­570 du 11 septembre 1992  portant Statut Général  de  la 
Fonction Publique. 

DECRETS 

Décret  n°  52­557  du  16  mai  1952  portant  réorganisation  de  la 
Caisse Locale de Retraites de L’Afrique Occidentale Française. 

Décret  n°  63­163  du  11  avril  1963  portant  institution  d’une 
indemnité représentative de frais en faveur des fonctionnaires et agents 
occupant certains emplois. 

Décret  n°  66­165  du  26  avril  1966,  portant  application  des 
dispositions de la loi 62­405 du 7 novembre 1962, relative au régime des 
pensions civiles aux militaires et gendarmes. 

Décret  n°  71­159  du  25  mars  1971,  portant  institution  d’une 
indemnité  forfaitaire  pour  travaux  supplémentaires  et  sujétions 
particulières en faveur de certains personnels des cabinets ministériels. 

Décret  n°  71­669  du  19  décembre  1971  portant  mesures 
d’assainissement financier. 

Décret  n°  76­22  du  09  janvier  1976  portant  institution  d’échelles 
particulières  de  traitement  en  faveur  des  corps  de  personnels 
enseignants. 

Décret n° 76­494  du  24 juillet  1976  portant institution d’un régime 
d’allocation  viagère  en  faveur  de  certaines  hautes  personnalités  et  des 
membres du gouvernement.
Décret  n°  78­286  du  25  mars  1978,  instituant  des  indemnités  au 
profit de certains membres des cabinets ministériels. 

Décret  n°  78­287  du  25  mars  1978,  allouant  une  indemnité 
supplémentaire de sujétion aux secrétaires particulières des ministres. 

Décret  n°  81­642  du  5  août  1981  modifiant  les  articles  2  et  3  du 
décret  n°  63­163  du  11  avril  1963,  portant  institution  d’une  indemnité 
représentative de frais  en  faveur  des fonctionnaires  et  agents  occupant 
certains emplois. 

Décret  n°  87­36  du  14  janvier  1987  fixant  le  régime    des 
déplacements  des  membres  du  Gouvernement,  des  Fonctionnaires  et 
Agents  en  service  dans  les  administrations  et  Établissements  Publics 
Nationaux. 

Décret  n°  89­965  du  06  septembre  1989  portant  institution  d’un 
régime d’allocation viagère au bénéfice des ambassadeurs. 

Décret  n°  93­607  du  02  juillet  1993  portant  modalités  communes 
d’application du Statut Général de la Fonction Publique. 

Décret  n°  93­608  du  02  juillet  1993  portant  classification  des 
grades  et  emplois  dans  l’administration  de  l’Etat  et  dans  les 
Établissements publics Nationaux. 

Décret  n° 94­94  du  02  mars  1994 relatif au départ volontaire des 
Fonctionnaires et Agents temporaires de l’Etat. 

Décret  n°  95­121  du  22  février  1995  portant  attribution, 
organisation et fonctionnement du Contrôle Financier. 

Décret  n°  95­122  du  22  février  1995  déterminant  les  conditions 
d’accès aux fonctions de Contrôleurs Financiers. 

Décret  n°  95­123  du  22  février  1995,  modifiant  le  décret  n°80­12 
du  03  février  1980  portant  règlement  sur  la  comptabilité  des  dépenses 
publiques  en  ce  qui  concerne  les  dépenses    de  matériel  de  l’Etat  à 
l’échelon central. 

Décret  n°  97­210  du  10  avril  1997  portant  institution  d’une 
allocation  viagère,  d’une  pension  d’invalidité  en  faveur  des  anciens 
Présidents de la République, Chefs ou Présidents d’institutions membres 
du Gouvernement et certaines hautes personnalités de l’Etat.
Décret  n°  97­372  du  2  juillet  1997  instituant  en  faveur  des 
fonctionnaires  et  agents  de  l’Etat  occupant  certaines  fonctions  une 
indemnité mensuelle contributive aux frais d’utilisation de leurs véhicules 
personnels pour besoins du service. 

Décret n° 98­445 du  4 août  1998 portant modalité de nomination et 
attributions  des  Directeurs  des    Affaires  Administratives  et  Financières 
en qualité d’ordonnateurs délégués 

Décret n° 98­716 du 16 décembre 1998 portant réforme de circuit 
et  des  procédures  d’exécution  des  dépenses et des recettes du budget 
général  de  l’Etat et des comptes spéciaux du  trésor  et mise en œuvre 
du système intégré de gestion des finances publiques. 

Décret  n°  2000­396  du  24  mai  2000  fixant  les  modalités 
d’engagement  des  contractuels  à  l’exception  des  enseignants  du 
Supérieur    et  des  chercheurs  dans  l’Administration  ivoirienne  et  les 
Établissements Publics Nationaux ainsi que  leurs rémunérations. 

Décret n° 2000­860 du13 décembre 2000, portant fixation du taux 
de vacation de l’indemnité de vacation, et des frais de déplacement des 
membres du Conseil Supérieur de la Magistrature 

ARRETES 

Arrêté n° 003 du 14 janvier 1987 portant fixation des taux 
journaliers de l’indemnité de mission et de l’indemnité de déplacement 

Arrêté n° 09/CAB/PM du 2juillet 1999 portant attributions du 
Directeur du Contrôle Financier 

Arrêté n° 23 du 06 novembre 1995 portant application des décrets 
95­121,  95­122  et  95­123  du  22  février  1995  portant  respectivement 
attributions,  organisation  et  fonctionnement  du  Contrôle  Financier  et 
modification du décret 80­12 du 03 janvier 1980 portant règlement sur la 
comptabilité des dépenses publique en ce qui concerne les dépenses de 
matériel de l’Etat à l’échelon central.
INSTRUCTIONS 

Instruction interministérielle n° 2658/MEFP/CAB­16 du 03 juillet 
1980  relative  à  l’utilisation  de  titre  de  transport  aérien  pour  les 
fonctionnaires et agents de l’Etat en déplacement temporaire à l’intérieur 
du territoire. 

Instruction  n°  399/MEF/CAB  du  18  octobre  2000  relative  à 
l’application du décret n°98­716 du 16 décembre 1998, portant institution 
du SIGFIP. 

CIRCULAIRES 

Note  circulaire  n°  00089  du  02  avril  1987  relative  aux 
déplacements temporaires à l’intérieur du territoire national. 

Circulaire  n°  1365/MEMEF/DGBF  du  10  juin  2004  relative  aux 
modalités d’exécution des projets co­financés. 

LETTRE 

Lettre  n°  4060/PR  du  6  octobre  1998  relative  au  contrôle  de  la 
réalité du service fait. 

DECISION D’ATTENTE 

Décision  d’attente n° 034  du  10  juin 2004 autorisant  la  Direction 
du Contrôle Financier à assurer le contrôle des opérations de dépenses 
sur les projets co­financés.
INDEX ALPHABETIQUE 

Pages 

1.  Actes administratifs  10, 28, 48, 49 

2.  Administrateur de crédits délégué  16 

3.  Administrateur de crédits secondaire  16 

4.  Accident de travail  36 

5.  Avancement  30, 31, 34, 35 

6.  Bon de commande  21, 25, 26, 48, 49 

7.  Bordereau de livraison  27 

8.  Contrôle concomitant  22 

9.  Contrôle de la réalité du service fait  11, 22, 77 

10.  Changement d’identité  31 

11.  Congé  32, 48 

12.  Décès  34, 50 

13.  Dépenses de matériel  76 

14.  Disponibilité des crédits  16 

36, 37, 38, 50, 75, 
15.  Déplacements 
77 

16.  Détachement  33 

14, 16, 19, 21, 25, 
17.  Engagement  26, 27, 29, 33, 45, 
48, 49, 68, 76 

18.  Facture définitive  19, 23, 49 

19.  Facture pro forma  19, 48, 57, 58 

20.  Fiche de travaux  27 

21.  Imputation budgétaire  17, 49, 61, 62 

22.  Mandat de paiement  21, 22, 27, 48, 49 

23.  Marché public  61
24.  Mise à disposition  31, 48 

25.  Mise en disponibilité  32 

26.  Mesures disciplinaires  33 

27.  Ordonnateur délégué  14, 49 

28.  Ordonnateurs secondaires  14, 49 

14, 19, 20, 23, 25, 
29.  Ordonnancement 
26, 27, 48, 66 

30.  Procédure normale  25 

31.  Procédure simplifiée  25, 49, 66 

32.  Pension  34, 35, 50, 74, 75 

33.  Rejet  9, 17, 26, 47, 49, 73 

34.  Recrutement  16, 29 

35.  Retraite  35, 36, 74 

36.  Utilité de la dépense  17 

37.  Visa avec observations  9 

9, 10, 11, 14, 16, 19, 
20, 22, 23, 25, 26, 
38.  Visa 
30, 36, 37, 41, 19, 
50, 62, 64 

39.  Visa différé  9, 26, 49
Achevé d’imprimer en Septembre 2006 par ICS ­ Edition 
Tél. /Fax : (225) 20 374 520
DIRECTION  DU  CONTROLE  BUDGETAIRE
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE 
Union­Discipline­Travail 
­­­­­­­­­­ 

MANUEL DE PROCEDURES 
DU CONTROLEUR 
BUDGETAIRE

DIRECTION GENERALE 
DU BUDGET ET DES FINANCES 

(Dir ection du Contr ôle Budgétair e) 
INTRODUCTION 

L’exécution  des  dépenses  publiques  s’exécute  dans  un  cadre 
légal  et  réglementaire  qui  donne  souvent  lieu  à  différentes 
interprétations  d’un  Contrôle  Budgétaire  à  un  autre  et  d’un 
Etablissement Public National à un autre. 

Cette situation est de nature à mettre en cause la crédibilité des 
Contrôleurs  Budgétaires  nommés  auprès  des  établissements 
publics nationaux. 

Dans  le  souci  d’harmoniser  l’interprétation  des  textes  et  des 
procédures  qui  régissent  les  dépenses  publiques  dans  les 
établissements publics nationaux, ce manuel est élaboré. 

Il vise les objectifs suivants : 

­  uniformiser  l’application  des  règles  d’exécution  des 
dépenses  publiques  au  niveau  de  tous  les  contrôleurs 
budgétaires ; 

­  mettre  à  la  disposition  des  contrôleurs  budgétaires,  la 
nomenclature des dépenses et de leurs pièces justificatives à 
l’engagement et à l’ordonnancement ; 

­  améliorer  le  contrôle  de  l’exécution  du  budget  des 
établissements publics nationaux ; 

­  favoriser  la  maîtrise  des  procédures  d’exécution  des 
dépenses publiques par les Contrôleurs Budgétaires ; 

­  réduire  les  rejets  dus  aux  dossiers  et  pièces  justificatives 
incomplets ou non conformes ;
­  renforcer  le  climat  de  confiance  entre  le  Contrôleur 
Budgétaire, l’Ordonnateur et l’Agent Comptable. 

Le  présent  manuel  traitera,  d’une  part  du  rôle  du  Contrôleur 
Budgétaire,  et  d’autre  part  des  procédures  d’exécution  des 
dépenses publiques ainsi que de la nomenclature des dépenses 
publiques et de leurs pièces justificatives. 

I.  ROLE DU CONTROLEUR BUDGETAIRE 

Le Contrôleur Budgétaire est une personne physique, ayant la 
qualité de fonctionnaire ou agent de l’Etat, seule habilitée sous 
sa responsabilité à effectuer ou à faire effectuer des opérations 
de  contrôle  de  l’exécution  du  budget,  en  engagement  et  en 
ordonnancement, initiées par l’ordonnateur ou ses délégués. 

A la différence du Contrôleur Financier qui exerce ses missions 
de  contrôle  au  niveau  de  l’Etat  Central  et  de  ses  structures 
déconcentrées, le Contrôleur Budgétaire exerce son contrôle au 
niveau  des  établissements  publics  nationaux,  structures 
décentralisées de l’Etat dotées de la personnalité  morale et de 
l’autonomie financière. 

Le Contrôleur Budgétaire est nommé auprès des établissements 
publics  nationaux  par  arrêté  du  Ministre  en  charge  de 
l’Economie et des Finances. 
Quel rôle joue­t­il dans les établissements publics nationaux ? 

Le Contrôleur Budgétaire joue un double rôle : 

­  Rôle de Conseiller 
­  Rôle de Contrôleur
§  Rôle de Conseiller 

Le Contrôleur Budgétaire participe : 

à  titre  consultatif,  à  toutes  les  phases  d’élaboration  du 
projet de budget de l’établissement public (il joint son avis écrit 
au projet du budget) 

avec  voix  consultative,  aux  délibérations  du  Conseil  de 
Gestion lorsqu’il traite de questions budgétaires ; 
(Il  peut  être  appelé  à  participer  à  toute  autre  délibération  du 
Conseil de Gestion avec voix consultative). 

Les  nécessités  de  la  gestion  peuvent  conduire  à  modifier,  en 
cours de gestion, les inscriptions budgétaires de façon à mieux 
les adapter aux besoins. 

Pour  ces  modifications  budgétaires,  le  Contrôleur  Budgétaire 
est appelé à joindre au dossier un avis motivé justifiant celles­ 
ci.

2.1.  Rôle de Contrôleur 

Le  Contrôleur  Budgétaire  exerce  un  contrôle  a  priori  sur 
l’exécution  du  budget  des  établissements  publics  nationaux  et 
éventuellement sur les dépenses hors­budget. 

Ce contrôle qui exclut toute appréciation sur l’opportunité des 
dépenses,  est  d’une  part,  d’ordre  budgétaire  et  porte  d’autre 
part, sur la dépense proprement dite.
2.1.1  Contrôle d’ordre budgétaire 

Le contrôle d’ordre budgétaire porte sur : 

­  la régularité de l’imputation de la dépense, 
­  la  disponibilité  des  crédits  au  chapitre  budgétaire  devant 
supporter la dépense, 
­  le  rythme  de  consommation  des  crédits  inscrits  sur  le 
chapitre budgétaire concerné. 

2.1.2  Contrôle de la dépense 

Ce contrôle porte sur : 

­  l’utilité de la dépense ; 
­  le coût de la dépense ; 
­  la  conformité  de  l’ordre  de  paiement  (OP)  avec 
l’engagement ; 
­  le montant de la liquidation ; 
­  la régularité de la dépense au regard des lois et règlements. 

Outre les éléments susvisés, le Contrôleur Budgétaire procède 
également aux contrôles suivants : 

­  la qualité de l’ordonnateur 
­  la réalité du « service fait » 
­  les mentions obligatoires sur la facture
La  facture,  pièce  justificative  de  la  dépense,  doit  revêtir  les 
mentions suivantes : 

Pour le vendeur (fournisseur) : 

.  les noms et prénoms ou la raison sociale ; 
.  l’adresse ; 
.    le numéro du registre de commerce ; 
.    les références bancaires ; 
.    le numéro de compte contribuable ; 
.    le régime d’imposition ; 
.   le service des Impôts dont dépend le vendeur (fournisseur) 
pour ses obligations fiscales professionnelles. 

Pour le client 

.  les noms et prénoms ou la raison sociale ; 
.  l’adresse ; 
.  le  numéro  de  compte  contribuable  (s’il  s’agit  d’une 
entreprise) 

Les  factures  doivent  également  comporter  outre  les  mentions 
ci­dessus : 

.  les mentions détaillées relatives à la quantité et au prix 
unitaire des biens livrés ou des services rendus ; 
.     un numéro (dans une série ininterrompue) ; 
.     l’arrêté en chiffres et en lettre du montant de la facture ; 
.     la date et le cachet du fournisseur ;
.     la certification du service fait au dos de la facture.
Lorsqu’il  s’agit  de  la  facture  normalisée,  les  mentions 
suivantes doivent également y figurer : 

Les noms et prénoms ou la raison sociale de l’imprimeur ; 
Le numéro de compte contribuable de l’imprimeur ; 
Un sticker ou un hologramme marqué à chaud. 
(Hologramme = image obtenue par laser) 

NB :     la pr oduction de toutes pièces justificatives sous 
for me de photocopie est pr oscr ite ; 

Les r ectifications sur  les pièces justificatives par  
sur char ges, r atur es, gr attages, «  blanco » sont 
inter dites. 

Cas des marchés publics 

Le  Contrôleur  Budgétaire,  conformément  au  décret  n°  2005­ 
110 du 24 février 2005 portant Code des Marchés Publics, doit 
exiger  le  marché  à  l’appui  des  autres  pièces  justificatives  dès 
lors que le montant de la dépense ou le montant cumulé en cas 
de  fractionnement  atteint  le  seuil  fixé  par  arrêté  du  Ministre 
chargé des Marchés Publics. 

Cette obligation n’est pas valable si le cumul por te sur  des 
dépenses différ entes dans leur  natur e (sans autr e lien entr e 
elles que leur  imputation budgétair e).
II ­  PROCEDURES D’EXECUTION DES DEPENSES 
PUBLIQUES 

A.  PRINCIPES GENERAUX 

Les  dépenses  des  Etablissements  Publics  Nationaux  (EPN) 
ne  peuvent  être  engagées,  ordonnancées  et  payées  que 
lorsqu’elles ont fait l’objet d’une ouverture de crédits par la loi 
de finances. 
Le s opérations du budget des EPN sont soumises aux règles 
de  la  comptabilité  publique  et  obéissent  à  la  procédure 
d’engagement préalable. 

La période d’exécution du budget des Etablissements Publics 
Nationaux (EPN) est l’année civile. 

Toutes  les  dépenses  payables  après  engagement  et 
ordonnancement sont réalisées soit selon la procédure normale 
soit selon la procédure simplifiée. 

B.  EXECUTION DES DEPENSES PUBLIQUES SELON LA 
PROCEDURE NORMALE 

La procédure normale comporte trois (3) phases : 

.  engagement 
.    ordonnancement 
.    paiement
1.  Engagement 

L’engagement  est  l’acte  par  lequel  l’ordonnateur  crée  ou 
constate à l’encontre de l’établissement public national, une 
obligation de laquelle résultera une charge. 
L’engagement  doit  rester  dans  la  limite  des  autorisations 
budgétaires  et  demeurer  subordonné  aux  autorisations  et 
visas prévus par la réglementation en vigueur. 

L’engagement  est  matérialisé  par  la  fiche  d’engagement 
visée par l’Ordonnateur et par le Contrôleur Budgétaire. 

2.  Ordonnancement 

L’ordonnancement est l’acte par lequel l’ordonnateur donne 
l’ordre à l’Agent Comptable, conformément aux résultats de 
la  liquidation,  de  payer  la  dette  de  l’établissement  public 
national. 

La liquidation a pour objet de vérifier la réalité de la dette et 
d’arrêter son montant au vu des pièces justificatives. 
L’ordonnancement  est  matérialisé  par  l’ordre  de  paiement 
(OP) visé par l’Ordonnateur et par le Contrôleur Budgétaire. 

3.  Paiement 

Le  paiement  est  l’acte  par  lequel  l’Agent  Comptable  se 
libère de la dette de l’établissement public national.
C.  EXECUTION DES DEPENSES PUBLIQUES SELON LA 
PROCEDURE SIMPLIFIEE 

En procédure simplifiée, l’engagement et l’ordonnancement se 
réalisent de façon concomitante. 

Conformément  au  décret  n°  98­716  du  16  décembre  1998 
portant réforme des circuits et des procédures d’exécution des 
dépenses  et  des  recettes  du  Budget  de  l’Etat,  la  procédure 
simplifiée est limitée aux opérations de dépenses suivantes : 

­  le  versement  des  traitements,  primes  et  indemnités  du 
personnel, les cotisations sociales, les prestations familiales, 
les frais de scolarité du personnel des ambassades ; 

­  les  indemnités  de  formation  du  personnel,  les  frais  et 
indemnités  de  mission  du  personnel  et  des  autorités 
politiques,  la  participation  aux  abonnements  payés  aux 
transporteurs  pour  le  personnel,  ainsi  que  les  frais 
d’hospitalisation  d’urgence  et  les  frais  d’évacuation 
sanitaire à l’étranger ; 

­  les frais d’actes et de contentieux et les frais de justice ; 

­  les assurances, sauf  le contrat initial et ses avenants ; 

­  les  dépenses  d’eau,  d’électricité,  de  gaz  et  autres  sources 
d’énergie, à l’exception des branchements et 

­  raccordements ;
­  les dépenses de communication ; 

­  les abonnements de presse ; 

­  les frais de transport et de mission ; 

­  l’achat  de  carburant  et  de  lubrifiants  centralisé  par  la 
Direction des Marchés Publics ; 

­  les impôts, taxes et versements assimilés ; 

­  les  dépenses  sur  fonds  spéciaux,  et  les  actions  et 
interventions  urgentes  engagées  par  les  organes  de 
souveraineté ; 

­  les  subventions  et  les  autres  transferts  courants,  dont  les 
bourses et les pécules aux stagiaires ; 

­  l’amortissement et la charge de la dette publique ; 

­  les  prises  de  participation,  les  placements,  les 
cautionnements et souscriptions ; 

­  les prêts et avances ; 

­  le renouvellement des avances aux régisseurs ; 

­  les décisions expresses du Ministre chargé de l’Economie et 
des Finances autorisant le recours à la procédure simplifiée ; 

­  la réglementation des dépenses payées sans ordonnancement 
préalable ;
­  l’enregistrement  de  dépenses  réalisées  directement  par  des 
bailleurs  de  fonds  lorsqu’il  leur  a  été  confié  par  l’Etat  la 
maîtrise d’ouvrage par convention financière. 

III.  NOMENCLATURE DES DEPENSES PUBLIQUES ET 
DES PIECES JUSTIFICATIVES. 

Ce  chapitre  traite  de  la  nature  des  dépenses  et  des  pièces 
justificatives qui accompagnent ces dépenses à l’engagement et 
à l’ordonnancement. 

NATURE  PIECES  PIECES 
DE LA DEPENSE  JUSTIFICATIVES  JUSTIFICATIVES A 
A L’ENGAGEMENT  L’ORDONNANCEMENT 
Abonnements 
(eau, électricité,  ­  Facture (originale) 
téléphone, poste, gaz  ­  Fiche d’engagement 
etc…)  ­  L’ordre de paiement 

Carburant  ­  Fiche d’engagement  ­  Fiche d’engagement 
­  l’ordre de paiement 
­  Facture pro­ forma  ­  la facture (originale) 
(originale)  ­  le bon de livraison 
­  le marché éventuelle­ 
ment
NATURE  PIECES  PIECES 
DE LA DEPENSE  JUSTIFICATIVES  JUSTIFICATIVES A 
A L’ENGAGEMENT  L’ORDONNANCEMENT 
Fournitures (bureau)  ­  Fiche d’engagement  ­ Fiche d’engagement 
­  Facture pro­ forma  ­ Facture définitive 
(originale)  (originale) 
­  l’ordre de paiement 
­  bordereau de livraison 
­  bon de commande 
­  marché éventuellement 

Bail de location  ­  copie contrat de bail 
­  fiche d’engagement 
­  ordre de paiement 
­  facture (originale) 

Entretien et  ­ Devis  ­ Contrat d’entretien 
réparation (immeubles  ­ Fiche d’engagement  ­  bon  de  commande  (en    s  de 
espaces verts,  absence de contrat) 
machines véhiculées)  ­  Facture définitive 
(originale) 
­  Fiche des travaux 
­  Ordre de paiement 
­  Marché éventuellement 
(dépenses d’entretien 
et réparations des 
bâtiments et espaces 
verts)
NATURE  PIECES  PIECES 
DE LA DEPENSE  JUSTIFICATIVES  JUSTIFICATIVES A 
A L’ENGAGEMENT  L’ORDONNANCEMENT 
Fêtes et réception  ­  Facture pro­ forma ou  ­  Fiche d’engagement 
devis (originale)  ­  Bon de commande 
­  Fiche d’engagement  ­  Ordre de paiement 
­  Facture définitive 
(originale) 
­  Certificat administratif de 
l’ordonnateur précisant 
l’objet de la réception 
­ Liste des convives 

Gardiennage  ­  Facture pro­ forma ou  ­  Contrat 
devis  ­  Bon de commande (en 
­  Fiche d’engagement  absence de  commande 
ou marché) 
­ Marché   éventuellement 
­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Facture définitive 
(originale) 
Assurances  ­  Facture pro­ forma ou  ­  Contrat d’assurance 
(Véhicules, bâtiments  devis  ­  Facture définitive 
matériels et mobiliers)  ­  Fiche d’engagement  (originale) 
­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Etat du parc et carte grise 
(véhicules)
NATURE  PIECES  PIECES 
DE LA DEPENSE  JUSTIFICATIVES  JUSTIFICATIVES A 
A L’ENGAGEMENT  L’ORDONNANCEMENT 
Subventions et dons  ­ Fiche d’engagement 
­ Ordre de paiement 
­  décision de 
l’ordonnateur précisant 
l’objet de la subvention 
ou du don et 
le bénéficiaire 

Salaires  ­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Bordereau général 
d’émission des salaires 
­  Décision d’engagement 
(premier salaire) 
­  Certificat de prise de 
service (premier salaire) 
­  Bulletin de solde (si 
nécessaire) 

Rémunération des  ­  Fiche d’engagement 
Techniciens, Experts  ­  Ordre de paiement 
et Consultants  ­  Convention ou contrat 
­  Facture définitive 
(originale) 
­ Rapport partiel ( paiement 
partiel) 
­ Rapport définitif 
Frais de bagages  ­  Fiche d’engagement 
(affectation ou départ à  ­  Ordre de paiement 
la retraite)  ­  Décision d’affectation 
­  Décision de départ à la 
retraite 
­  Photocopie CNI 
­  Extrait de mariage 
­  Extrait de naissance des 
enfants mineurs
­  Attestation de transport 
délivrée par le transporteur 
­  Facture définitive du 
transporteur (originale) 

Frais funéraires  ­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Acte de décès 
­  Facture (le cercueil et 
le transport de la dépouil­ 
le mortelle) 

Capital décès  ­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Actes de naissance des 
orphelins mineurs 
­  Extrait de l’acte de décès 
­  Acte de mariage 
­  Certificat de non divorce 
et de non séparation de 
corps 
­Certificat de non remariage 
­  Acte de notoriété 
délivré par le Juge de 
Tutelle ou le Notaire 
­  Photocopie de la CNI 
(veuve ou tuteur) 
­Extrait d’acte de naissance 
ou jugement supplétif 
(défunt) 
­  Bulletin de solde de 
l’année en cours (défunt)
NATURE  PIECES  PIECES 
DE LA DEPENSE  JUSTIFICATIVES  JUSTIFICATIVES A 
A L’ENGAGEMENT  L’ORDONNANCEMENT 
Primes et indemnités  ­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Textes de base octroyant 
ces indemnités et primes 

Mission à l’intérieur  ­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Ordre de mission (visé 
par le Ministère de tutelle 
Administrative  et Techni­ 
que pour l’Ordonnateur) 
­  Ordre de mission (visé 
par le Directeur de l’EPN 
pour les autres agents) 
­  Feuille de déplacement 
(donnant le détail des 
visas à l’arrivée et au 
départ, le nombre de jours 
le taux de l’indemnité 
journalière et les 
décomptes) 
Mission à l’extérieur  ­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Ordre de mission 
­  Communication en 
Conseil des Ministres 
­  Attestation du Secrétaire 
Général du Gouvernement
­  Feuille de déplacement 
­  Facture (billet d’avion) 
­  Copie du billet d’avion 
­  Copie du passeport 
faisant ressortir les 
cachets à l’arrivée et au 
départ des aéroports 

Charges sociales  ­  Fiche d’engagement 
(CGRAE, CNPS)  ­  Ordre de paiement 
­  Etat des charges sociales : 
*  CGRAE 
12 %  (part EPN) 
6 % (part Employé) 

*  CNPS 
5,75 % (part EPN) 
(prestations familiales) 
2 % (part EPN) 
(accidents de travail) 
4,8 % (part EPN 
(régime de retraite) 
3,2 % (part Employé 
(régime de retraite
NATURE  PIECES  PIECES 
DE LA DEPENSE  JUSTIFICATIVES  JUSTIFICATIVES A 
A L’ENGAGEMENT  L’ORDONNANCEMENT 
Impôt sur salaire  ­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Etat des retenues 
Part  EPN : 
­ IS : 1,2 % x masse salar. 
­ Taxe d’apprentissage : 
0,4 % (au profit 
du FDFP) 
­ Taxe à la formation 
professionnelle continue 
0,6 % (au profit du 
FDFP) 
Bourses  ­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Décision d’attribution de 
la bourse 
­  Etat nominal 
­  Carte d’étudiant ou 
certificat d’inscription 
délivré par l’établissement 
d’accueil 
Formation à l’étranger  ­  Fiche d’engagement 
­  Ordre de paiement 
­  Communication en 
Conseil des Ministres 
­  Attestation du Secrétaire 
Général du Gouvernement 
­  Ordre de mission 
­  Facture relative aux frais 
de formation (éventuelle­ 
ment)
Etudes, Recherches,  ­ Fiche d’engagement  ­  Fiche d’engagement 
Missions de Conseil  ­ Termes de références  ­  Ordre de paiement 
et d’Assistance  ou convention ou contrat  ­  Termes de référence 
de prestation de service  ou convention ou contrat 
ou marché  de prestation de service 
­  Devis  ­  Facture définitive 
­  Bon de commande ou 
lettre de commande 
­ Copie marché éventuel­ 
lement 
­ Rapport à mi­parcours 
(paiement partiel) 
­ Rapport final 
Fournitures et prestations ­  Fiche d’engagement  ­  Fiche d’engagement 
de service faisant objet  ­  Copie de marché  ­  Ordre de paiement 
de passation d’un  ­  Facture pro­ forma ou  ­  Décompte (visé  par le 
marché  Devis  Maître d’œuvre s’il existe) 
­  Facture (originale) 
­  Certificat pour paiement 
(visé par le maître 
d’œuvre s’il existe) 
­  Procès­verbal de 
réception visé par le 
maître d’œuvre (s’il 
existe), le bénéficiaire, le 
fournisseur
NATURE  PIECES  PIECES 
DE LA DEPENSE  JUSTIFICATIVES  JUSTIFICATIVES A 
A L’ENGAGEMENT  L’ORDONNANCEMENT 
Construction  ­  Fiche d’engagement  ­  Fiche d’engagement 
­  Devis approuvé par le  ­  Ordre de paiement 
Ministère en charge  ­  Copie de marché 
de la Construction ou le  (éventuellement) 
maître d’œuvre  (s’il  ­  Facture (originale) 
existe)  ­  Décompte (visé par le 
­  Copie de marché  maître d’œuvre s’il existe) 
(éventuellement)  ­  Certificat pour paiement 
(visé par le maître 
­ Caution d’avance  d’œuvre s’il existe) 
­  Bon de commande 
­  Procès­verbal de 
réception visé par le 
maître d’œuvre (s’il 
existe), le bénéficiaire, 
l’entrepreneur 
Equipements  ­  Fiche d’engagement  ­  Fiche d’engagement 
­  Facture pro­ forma  ­  Ordre de paiement 
­  Bon de commande 
­  Facture définitive 
(originale) 
­  Bordereau de livraison 
visé par le bénéficiaire et le 
fournisseur 
­  Marché (éventuellement) 
Achats de véhicules  ­  Fiche d’engagement  ­  Fiche d’engagement 
­  Lettre de commande  ­  Ordre de paiement 
valant marché  ­  Lettre de commande 
­  Facture pro­ forma  valant marché 
­  Bon de commande 
­  Bon de livraison visé par 
le bénéficiaire et le 
fournisseur
MANUEL DE PROCEDURES 
DU CONTROLEUR BUDGETAIRE 
­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ 

A  N   N   E   X   E 

Direction Générale du Budget et des Finances 
(Direction du Contrôle Budgétaire)
LISTE DES TEXTES 
QUI REGISSENT LES ETABLISSEMENTS 
PUBLICS NATIONAUX 

­  Loi  n°  98­388  du 2  juillet  1998,  fixant  les  générales  relatives 
aux établissements publics nationaux et abrogeant la loi n° 80­ 
1070 du 13 septembre 1980 fixant les règles générales relatives 
aux  EPN  et  portant  création  de  catégories  d’établissements 
publics. 

­  Loi n° 92­570 du 11 septembre 1992, portant statut général de 
la Fonction Publique. 

­  Décret n° 81­137 du 18 février 1981, portant régime financier 
et comptable des EPN. 

­  Instruction n° 98/MEF du 5 juillet 1990 relative aux modalités 
d’application du décret n° 81­137 du 18 février 1981. 

­  Décret  n°  96­728  du  19  septembre  1996  portant  modification 
du  décret  n°  81­137  du  18  février  1981,  portant  régime 
financier et comptable des établissements publics nationaux. 

­  Arrêté  n°  002/MEF  du  2 janvier  1997  portant  application  des 
dispositions du décret n° 96­728 du 19 septembre 1996 portant 
modification  du  décret  n°  81­137  du18  février  1981  portant 
régime  financier  et  comptable  des  établissements  publics 
nationaux. 

­  Décret n° 81­642 du 5 août 1981 modifiant les articles 2 et 3 
du décret n° 63­163 du 11 avril 1963 portant institution d’une 
indemnité  représentative  de  frais  en faveur  des  fonctionnaires 
et agents occupant certains emplois.
­  Décret n° 93­880 du 17 novembre 1993 déterminant le droit au 
logement  ou  à  une  indemnité  contributive  au  logement  en 
faveur de certains fonctionnaires et agents de l’Etat. 

­  Décret  n°  2000­483  du 12  juillet  2000  portant  réglementation 
de l’acquisition, de l’utilisation et de la réforme des véhicules 
administratifs. 

­  Décret  n°  87­36  du  14  janvier  1987  fixant  le  régime  des 
Déplacements  des  Membres  du  Gouvernement,  des 
Fonctionnaires et Agents en service dans les Administrations et 
Etablissements Publics Nationaux. 

­  Attestation n° 172 du Secrétaire Général du Gouvernement du 
29  janvier  1997  relative  à  la  revalorisation  des  indemnités  de 
mission au titre des réunions et missions à l’Etranger. 

­  Décret  n°  2005­110  du  24  février  2005  portant  Code  des 
Marchés Publics.
DIRECTION  DES  OPERATIONS 
DES  COLLECTIVITES  DECENTRALISEES
MINISTERE DELEGUE AUPRES DU PREMEIER MINISTRE REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
CHARGE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES. --------------------
--------------------- Union – Discipline - Travail 
Direction Générale du Budget et des Finances.  ­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ 
­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ 
DIRECTION DES OPERATIONS DES
COLLECTIVITES DECENTRALISEES

DIRECTION DES OPERATIONS DES COLLECTIVITES DECENTRALISEES
(DOCD)

MANUEL DE PROCEDURES

INTRODUCTION :

Depuis le début des années 2000, la politique de décentralisation est entrée dans
une phase active avec une accélération matérialisée par l’adoption de nouveaux textes
législatifs et réglementaires. Pour mieux répondre aux objectifs essentiels de l’Etat, le
Ministère Délégué Auprès du Premier Ministre, Chargé de l’Economie et des Finances, a
procédé à la restructuration de ses services, en vue de renforcer l’efficacité de la
puissance publique auprès de l’Administration et particulièrement celle des Collectivités
Décentralisées.

I – LES ATTRIBUTIONS DE LA DIRECTION DES OPERATIONS DES
COLLECTIVITES DECENTRALISEES (DOCD) :

Le Décret n° 2006-118 du 17 juin 2006, portant Organisation du Ministère
Délégué Auprès du Premier Ministère, Chargé de l’Economie et des Finances, précise en
son Article 77 les attributions de la Direction des 0pérations des Collectivités
Décentralisées (D.O.C.D):

1 – Assister les Collectivités Décentralisées (Communes, Départements, Districts,
Régions) dans l’élaboration de leur programme budgétaire devant sous-tendre les
transferts des ressources du Budget de l’Etat ;

2 – Veiller à la cohérence des programmes budgétaires des Collectivités
Décentralisées avec le cadre macro-économique et le cadre budgétaire de l’Etat ;
3 – Suivre l’exécution des opérations des collectivités décentralisées
conformément aux programmes budgétaires définis ;

4 – Assurer la consolidation de l’exécution des dépenses des collectivités
décentralisées avec celles de l’Etat ;

5 – Exploiter les divers rapports portant sur la gestion des collectivités
décentralisées ;

6 – Exécuter la mission de contrôle a posteriori auprès des entités décentralisées
afin, d’une part, de s’assurer que les dotations transférées ont été utilisées à bon
escient et d’autre part, de permettre l’évaluation rationnelle des dotations futures
à transférer ;

7 – Participer à l’élaboration du cadre législatif et règlementaire, en matière
financière ;

8 – Instruire les demandes d’aval de l’Etat pour les emprunts sollicités par les
collectivités décentralisées ;

9 – Elaborer les projets de textes en matière financière et donner tout avis
technique sur les questions relatives aux Collectivités Décentralisées.

II - LA STRUCTURE DE LA DIRECTION :

Dans le cadre de ses attributions, la Direction des Opérations des Collectivités
Décentralisées (DOCD) comprend deux Sous- Directions :

- La Sous Direction des Opérations des Collectivités Décentralisées ;

- La Sous Direction de la Réglementation et du Contrôle des Collectivités
Décentralisées.

La Direction des Opérations des Collectivités Décentralisées (DOCD) comprend
également des Services Extérieures, dirigés par des Directeurs Régionaux (cf. le Décret
n° 2006 – 118 du 17 juin 2006).

III - LES INTERVENTIONS DE LA DIRECTION DES OPERATIONS DES
COLLECTIVITES DECENTRALISEES (DOCD) :

Les opérations menées par la Direction des Opérations des Collectivités
Décentralisées (DOCD) sont déterminées par les dispositions législatives et
réglementaires (cf. annexe), qui régissent la politique de décentralisation voulue par
l’Etat. C’est donc dans ce contexte que les procédures suivantes sont rédigées pour lui
permettre d’être plus opérationnelle.

1. Assister les collectivités décentralisées (Communes,
Départements, Villes, les Districts et Régions) dans
l’élaboration de leur programme budgétaire :

Cette activité nécessite l’organisation des conférences budgétaires
spécifiques aux collectivités décentralisées :

- Participation au cadrage budgétaire et à la détermination des
enveloppes à allouer à chaque collectivité en collaboration avec la
DPSB et la DBE ;

- Communication des enveloppes par la DOCD à chaque collectivité
pour leur répartition ;

- Organisation de conférences budgétaires proprement dites pilotées
par la DOCD sous la supervision du DGBF ;

- Suivi des arbitrages et validation des dotations sous la supervision
du DGBF ;

- Réception par la DOCD des documents budgétaires en provenance
des Collectivités.

Aussi, il faut noter que la Direction des Opérations des Collectivités
Décentralisées (DOCD) représente la Direction Générale du Budget
et des Finances (DGBF) au sein de la Commission de Coordination
du Développement Communal (CCDC) (cf. le Décret n° 86-495 du
11 juillet 1986) pour donner un avis technique sur les documents
budgétaires des collectivités décentralisées (le Budget Primitif, le
Programme Triennal, le Compte Administratif, la Délibération des
Taxes, le Budget Modificatif, le Compte de Gestion et le Cadre
Organique de l’Emploi).

Par ailleurs, dans le cadre de cette assistance-conseil aux entités
décentralisées et tenant compte de leurs problèmes spécifiques, la
DOCD participe également au renforcement des capacités des agents
techniques des Collectivités à travers des modules de formation dans
les domaines divers concernant :

§ L’élaboration et l’exécution du Budget ;

§ La procédure de décaissement des ressources publiques ;

§ La méthodologie de mise en place d’une économie locale.
2. Suivre et consolider les opérations budgétaires des
Collectivité Décentralisées avec celles de l’Etat :

Cette activité consiste à mettre en place une base de données
statistique pour le suivi des différentes opérations financières des
Collectivités Décentralisées (états d’exécution des dépenses, des
recettes et les comptes administratifs).

Ces travaux statistiques permettent d’obtenir des états de synthèse
sur la gestion des collectivités nécessaires à la consolidation des
opérations budgétaires de celles-ci d’une part, et leur mise en
harmonie avec celles de l’Etat, d’autre part.

3. Procéder au contrôle a posteriori de l’utilisation à bon escient
des dotations transférées :

Afin de s’assurer que les dotations allouées ont été utilisées à bon
escient et pour tenir compte des facteurs humains, temporels et
financiers, des missions de contrôle a posteriori sont entreprises par
la DOCD selon une périodicité de deux (02) ans.

Au cours de ces missions d’inspection des Collectivités
Décentralisées, il est établi :

· L’état des lieux en Fonctionnement et en Investissement ;
· L’évaluation de la gestion ;
· La visite des réalisations physiques sur le terrain.

4. Instruire des demandes d’aval de l’Etat pour les emprunts
sollicités par les Collectivités Décentralisées :

L’obtention de l’aval de l’Etat est soumise aux dispositions du
Décret n° 85 – 08 du 04 janvier 1985, fixant les Limites et
Conditions dans lesquelles les Communes et la Ville d’Abidjan
peuvent contracter des emprunts.

5. Traite les différents dossiers imputés à la Direction par le
Directeur Général du Budget et des Finances (DGBF).
IV – ANNEXES : LES TEXTES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES

Tous les grands axes d’opérations de la DOCD sont déterminés
conformément aux dispositions des lois suivantes :

· Loi n°80-1180 du 17 octobre 1980, relative à l’Organisation Municipale,
modifiée par les lois n°85-578 du 29 juillet 1985 et 95-608 ainsi que la loi
n° 95-611 du 03 août 1995 ;

· Loi n°2001-476 du 09 août 2001, d’Orientation sur l’Organisation Générale
de l’Administration Territoriale ;

· Loi n°2001-477 du 09 août 2001, relative à l’Organisation du Département ;

· Loi n°2001-478 du 09 août 2001, portant Statut du District d’Abidjan ;

· Loi n°2002-44 du 21 janvier 2002, portant Statut du District de
Yamoussoukro ;

· Loi n°2003-208 du 07 juillet 2003 portant Transfert et Répartition de
Compétences de l’Etat aux Collectivités Territoriales ;

· Loi n°2003-489 du 26 décembre 2003, portant Régime Financier, Fiscal et
Domanial des Collectivités Territoriales ;

· Le Décret n° 86-495 du 11juillet 1986, portant Institution d’une Commission
de Coordination du Développement Communal et de Commissions
Départementales des Programmes et des Budgets des Communes et de la Ville
d’Abidjan.

· Le Décret n° 2006-118 du 07 juin 2006 portant Organisation du Ministère
Délégué Auprès du Premier Ministre Chargé de l’Economie et des Finances.
DIRECTION  DES  MARCHES  PUBLICS
MINISTERE DE L’ECONOMIE  REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE 
ET DES FINANCES  Union – Discipline – Travail 

DIRECTION GENERALE DU BUDGET 
ET DES FINANCES 

DIRECTION DES MARCHES PUBLICS 

FASCICULE N° 1 

Dispositions générales

Référence doc : DMP/PROC/N° 1 
Version imprimée le 03/04/2007 
SOMMAIRE 
1.  INTRODUCTION ______________________________________________  187 
2.  OBJECTIFS DU MANUEL ______________________________________  187 
3.  RESULTATS ATTENDUS  ______________________________________  188 
4.  PRINCIPES GENERAUX DU MANUEL ____________________________  188 
4.1  Motifs de la mise à jour ____________________________________________189 
4.2  Responsabilité de la tenue et de la mise à jour _________________________189 
4.3  Méthodologie de mise à jour________________________________________189 
4.4  Distribution des procédures modifiées _______________________________189 
4.5  Identification de chaque procédure __________________________________190 
4.6  Personnes ciblées par le manuel de procédure  ________________________190 
5.  PRESENTATION DES DIFFERENTS ACTEURS ET LEURS RÔLES 
RESPECTIFS ____________________________________________________  191 
5.1  Acteurs publics __________________________________________________191 
5.1.1  Structure chargée des marchés publics  ___________________________________  191 
5.1.2  Directions Régionales des marchés publics ________________________________  191 
5.1.3  Autorité contractante __________________________________________________  192 
5.1.4  Autorité délégante ou délégant __________________________________________  192 
5.1.5  Maître d’ouvrage  _____________________________________________________  192 
5.1.6  Maître d’ouvrage délégué  ___________________________ Erreur ! Signet non défini. 
5.1.7  Maître d’œuvre____________________________________ Erreur ! Signet non défini. 
5.1.8  Ingénieur  ________________________________________ Erreur ! Signet non défini. 
5.1.9  Point focal  _______________________________________ Erreur ! Signet non défini. 
5.1.10  Personne Responsable du Marché (PRM) ______________ Erreur ! Signet non défini. 
5.1.11  Signataires du marché_________________________________________________  194 
5.1.12  Autorité approbatrice __________________________________________________  195 
5.1.13  Commissions déconcentrées ou décentralisées d’Ouverture et de Jugement des Offres 
(COJO) 196 
5.1.14  Organes de recours ___________________________________________________  198 
5.1.15  Commissions consultatives des marchés publics ____________________________  199 
5.1.16  Organes de contrôle  _______________________________ Erreur ! Signet non défini. 
5.1.17  Payeurs ____________________________________________________________  201 
5.2  Partenaires ou cocontractants aux marchés publics ____________________201 
5.2.1  Partenaires__________________________________________________________  202 
5.2.2  Cocontractants_______________________________________________________  202 
6.  DISPOSITIONS GENERALES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS 203 
6.1  Champ d’application des marchés publics ____________________________203 
6.2  Différents types de marchés ________________________________________203 
6.3  Obligation de passer marché _______________________________________204 
6.4  Seuils de passation et de contrôle des marchés publics _________________204 
6.5  Nécessité d’une définition précise des besoins  ______  Erreur ! Signet non défini. 
6.6  Obligation de recourir à un maître d’œuvre____________________________205 
6.7  Obligation de publicité  ____________________________________________205 
6.8  Modes de passation_______________________________________________206 
6.9  Caractère exécutoire du marché_____________________________________206
6.10  Principes de sanction  ___________________________________________206 
6.11  Principes de recours ____________________________________________207 
7.  OPERATIONS PREALABLES AU LANCEMENT D’UNE COMMANDE ___  208 
7.1  Planification de la commande publique _______________________________208 
7.1.1  Objet de l’étape ______________________________________________________  208 
7.1.2  Généralités et cadre d’application ________________________________________  208 
7.1.3  Principaux intervenants ________________________________________________  209 
7.1.4  Description des tâches_________________________________________________  209 
7.1.5  Diagramme de l’étape _________________________________________________  210 
7.2  Préparation des dossiers de la commande ____________________________211 
7.2.1  Objet de l’étape ______________________________________________________  211 
7.2.2  Généralités et cadre d’application ________________________________________  211 
7.2.3  Principaux intervenants ________________________________________________  213 
7.2.4  Description des tâches_________________________________________________  213 
7.2.5  Diagramme de l’étape _________________________________________________  214 
7.3  Réception, Analyse et Validation des dossiers de la commande___________214 
7.3.1  Objet de l’étape ______________________________________________________  214 
7.3.2  Généralités et cadre d’application ________________________________________  215 
7.3.3  Principaux intervenants ________________________________________________  215 
7.3.4  Description des tâches_________________________________________________  215 
7.3.5  Diagramme de l’étape _________________________________________________  216
1.  INTRODUCTION 

La procédure 3  est : 
ð  un enchaînement de tâches élémentaires 
ð  déclenchées en amont par l’expression d’un besoin 
ð  et limitées en aval par l’obtention d’un résultat. 
Une  procédure  spécifie  donc  la  manière  d'accomplir  une  activité  en  précisant 
généralement : l'objet de l'activité ? Ce qui doit être fait ? Qui doit le faire ? Quand et 
comment  cela  doit  être  fait  ?  Quels  équipements,  matériels  et  documents  doivent 
être utilisés éventuellement ?. 
Le manuel de procédure se définit comme un recueil de référence qui déroule dans 
un ordre logique ce qui précède. 
C’est  une  approche  « Démarche  qualité »  qui  vise  avant  tout  à  améliorer  les 
méthodes  de  gestion  pour  plus  de  transparence  et  d’efficacité.  En  effet,  toute 
démarche qualité impose dans de nombreux cas, de mettre en place des documents 
pour décrire le fonctionnement interne de l’organisme. Elle consiste à : 
­  écrire ce que l’on fait ; 
­  faire ce que l’on a écrit ; 
­  vérifier la conformité du résultat ; 
­  améliorer le système. 
Pour chaque étape d’une procédure, il s’agit de définir : 
§  les données d’entrée (matières, informations) 
§  les actions de transformation (qui fait quoi et comment) 
§  les données de sortie 

2.  OBJECTIFS DU MANUEL 

Il  s’agit  de  fournir  aux  acteurs  intervenant  dans  le  processus,  les  informations 
pratiques  dont  ils  ont  besoin  pour  exécuter  leur  travail  au  quotidien  et  assurer 
l’harmonisation dans le temps et l’espace du traitement des dossiers. 

La nécessité de formaliser et de mettre en place les procédures répond aux besoins 
de : i) définir un cadre de travail adapté et uniforme à l’ensemble des utilisateurs ; ii) 
disposer  d’un  système  d’information  fiable  répondant  aux  attentes  des  utilisateurs ; 
iii)  définir  un  environnement  de  contrôle  interne  efficace  pour  les  opérations 
d’évaluation ultérieure. 


Rédiger les procédures de l’entreprise, éditons d’organisation, octobre 1994 de Alain Henry.
Le manuel de procédure va donc jouer un triple rôle : 

a)  d’abord, celui de la mémoire de la Direction des Marchés Publics; 
b)  ensuite, celui d’outil de formation ; 
c)  enfin, celui d’une base de contrôle. 
Ils constituent de ce fait, les principaux résultats attendus 

3.  RESULTATS ATTENDUS 
Les principaux résultats attendus de l’élaboration et de la mise en œuvre des 
manuels de procédures sont les suivants : 

q  Il permet de capitaliser les savoir­faire individuels et collectifs, il en facilite, 
en outre, le stockage et la mise en ordre par : 

­  l’existence  de  procédures  formalisées  qui  vont  corriger  les 
dysfonctionnements éventuellement observés auparavant ; 

­  l’utilisation effective du manuel par les utilisateurs constituant pour ceux­ci une 
référence, ils ne perdent pas de temps à la recherche du traitement approprié 
à telle ou telle opération ; 

q  Il  permet  la  vulgarisation  des  pratiques,  des  connaissances  et  du  savoir­ 
faire : le manuel de procédures constitue toujours un outil de formation de choix. 
C’est en effet, le support pédagogique le plus adapté qui soit pour inculquer aux 
agents et utilisateurs les spécificités des règles de fonctionnement du cadre social 
dans lequel ils exercent leur activité professionnelle ; 
q  Il permet la facilitation des opérations de contrôle : le manuel de procédures 
représente  un  outil indispensable  d’appui  au contrôle de la gestion  des  dossiers 
d’appels  d’offres.  Il  constitue  de  ce  fait  un  élément  de  limitation  des  risques 
d’irrégularités. 

4.  PRINCIPES GENERAUX DU MANUEL 

Il faut signaler qu'une procédure écrite, avec la participation de tous les acteurs 
concernés, ne remet pas en cause leur travail de réflexion, ni leur autonomie d'action 
et d'organisation. Elle est là pour les guider et les aider à prendre leur décision en 
leur donnant la marche à suivre et la conduite à tenir dans chacun des cas traités 
pour une meilleure atteinte des objectifs. 

Les principes généraux qui régissent le manuel de procédures sont les suivants : i) 
les motifs de la mise à jour du manuel ; ii) la responsabilité de la tenue et de la mise 
à jour du manuel ; iii) la méthodologie de mise à jour ; la distribution des procédures 
modifiées ; iv) les personnes ciblées par le manuel de procédure ; v) Identification de 
chaque procédure.
4.1  Motifs de la mise à jour 

Le  manuel  de  procédures  mis  en  place  et  servant  de  système  de  gestion  au 
processus  de  passation  des  marchés  publics  pourrait  enregistrer  des  modifications 
pour les raisons suivantes : 

­  l’amélioration  des  procédures  existantes  décidées  par  le  Directeur  des  Marchés 
Publics et le groupe de rédacteurs ; 
­  la modification des procédures décidées par le Directeur des Marchés Publics et 
le  groupe  de  rédacteurs  en  collaboration  avec  les  utilisateurs  du  manuel  de 
procédures pour répondre à des besoins d’informations nouveaux . 
La bonne pratique consiste à préciser sur chaque procédure la nature des 
modifications apportées pour en faciliter la prise de connaissance par les utilisateurs. 

4.2  Responsabilité de la tenue et de la mise à jour 

La  responsabilité  de  la  tenue  et  de  la  mise  à  jour  du  manuel  d’exécution  des 
procédures  incombe  aux  Sous/Directeurs  des  marchés  publics  et  aux  Directeurs 
Régionaux qui décident en accord avec le Directeur des Marchés Publics de ce qui 
suit : 

­  modifier  les  procédures  existantes,  sur  leurs  propres  initiatives  ou  celles 
du groupe de rédacteurs, ou encore suite à une demande déposée par les 
utilisateurs ; 
­  mettre des copies à jour à la disposition des utilisateurs. 
4.3  Méthodologie de mise à jour 
Après l’arrêt d’une décision de modification des procédures existantes, le Directeur 
des Marchés Publics convoque tous les responsables susceptibles d’être concernés 
par les modifications envisagées à une réunion, à l’effet de débattre de l’opportunité 
de ces modifications et des solutions à adopter. Un procès verbal sanctionne cette 
réunion et indique : 
­  la procédure existante devant être modifiée ; 
­  les raisons pour lesquelles la modification est demandée ; 
­  les principes de la modification retenue lors de la réunion ; 
­  la  personne  chargée  de  rédiger la  nouvelle procédure  à inclure  dans le  manuel 
de procédures. 
La  personne  chargée  de  la  rédaction  de  la  nouvelle  procédure  appartenant  au 
groupe  de  rédacteurs,  la  soumet  aux  Sous/Directeurs  des  marchés  publics  qui  y 
apportent les éventuelles modifications qu’ils jugent nécessaires pour arrêter le texte 
définitif. 
4.4  Distribution des procédures modifiées 
Après l’adoption du texte définitif portant sur les modifications apportées au manuel, 
le  groupe  des  rédacteurs  se  charge  de  distribuer  les  nouvelles  sections  du  manuel 
aux utilisateurs concernés.
Le  groupe  des  rédacteurs  tient  un  registre  qui  permet  de  suivre  la  mise  à  jour  de 
chaque copie du Manuel. Il note dans le même registre la date de transmission de la 
nouvelle section aux utilisateurs ainsi que ses références dans le manuel. 

Au moment de la réception de la nouvelle section, les utilisateurs apposent leur visa 
rendant  ainsi  caduques  les  pages  anciennes  qu’ils  sont  tenus  de  Identification  de 
chaque procédure 

4.5  Identification de chaque procédure 
Chaque procédure sera identifiée par un moyen efficace et unique. A une procédure 
correspondra une identification spécifique. Il est donc nécessaire d’en décrire la 
codification, ainsi que le responsable de cette gestion. 

4.6  Personnes ciblées par le manuel de procédure 

Le  manuel  de  procédures  s’adresse  à  l’ensemble  des  acteurs  intervenants  dans  la 
chaîne  de  passation  des  marchés  publics.  Tous  ceux  qui  sont  impliqués  dans  le 
processus de passation des marchés publics au niveau central ou en région doivent 
disposer de ce manuel complet et à jour. Il s’agit notamment de (s):

· La Structure chargée des marchés publics / Direction des Marchés Publics
· Les Directions Régionales des marchés publics
· L’Autorité contractante
· L’Autorité délégante ou délégant
· Le Maître d’ouvrage
· Le Maître d’ouvrage délégué
· Le Maître d’œuvre
· Le Point focal
· La Personne Responsable du Marché (PRM)
· Les Signataires du marché
· L’Autorité approbatrice
· Les Commissions déconcentrées ou décentralisées d’Ouverture et de 
Jugement des Offres (COJO)
· Les Organes de recours
· Les Commissions consultatives des marchés publics
· Les Organes de contrôle
· Les Payeurs.
5.  PRESENTATION  DES  DIFFERENTS  ACTEURS  ET  LEURS 
RÔLES RESPECTIFS 

Les  acteurs  sont  les  personnes  morales,  physiques  ou  les  organes  qui  ont  une 
responsabilité directe conférée par le code des marchés publics dans la gestion des 
opérations sur les marchés publics. 
Ils interviennent dans les différentes étapes du processus de passation des marchés, 
agissent sur le processus de passation des marchés, animent, font vivre et impulsent 
une dynamique à celui­ci. 
Les principaux acteurs et leurs rôles permettent de mettre en évidence les objectifs 
de  transparence,  de  responsabilisation,  d’efficacité,  et  de  maîtrise  des  délais 
appréhendés  à  travers  les  fonctions  de  conseil,  de  coordination,  de  gestion  des 
procédures, d’exécution, de contrôle, de règlement, de recours et d’audit. 
On distingue deux (2) catégories d’acteurs : les acteurs publics et les partenaires ou 
cocontractants aux marchés publics. 
Pour  chacun  des  acteurs,  cette  présentation  vise  à  faire  ressortir  les  missions 
essentielles.  Les  activités  et  tâches  effectives  de  ces  acteurs  dans  le  cadre  de  la 
passation et de l’exécution des marchés publics seront présentées dans les chaînes 
de procédures correspondantes. 

5.1  Acteurs publics 

5.1.1  Structure chargée des marchés publics 
Au  sens  du  code  des  marchés  publics,  c’est  la  Direction  des  Marchés  Publics  en 
abrégé D.M.P. La première mission de cette structure est de veiller au respect de la 
réglementation  des  marchés  publics  dans  le  cadre  de  l’exécution  des  crédits 
budgétaires  qui  sont  alloués  aux  personnes  morales  ou  physiques  assujetties  à  la 
réglementation  des  marchés  publics  et  de  veiller  également,  au  respect  de 
l’obligation de passer marché. 
La  Direction  des  Marchés  Publics  a  une  compétence  générale  de  conseil,  de 
diffusion  de  l’information,  de  contrôle  et  d’évaluation  en  matière  de  marché  public. 
Elle anime le système des marchés publics au niveau central et dans son ensemble. 
Elle  recueille,  centralise  et  diffuse  l’information  relative  aux  marchés  à  tous  les 
acteurs  du  système.  Elle  évalue  les  performances  du  système  (délais,  coût, 
résultats.). Elle assure enfin, le contrôle de régularité des opérations. 

5.1.2  Directions Régionales des marchés publics 

Ce  sont  des  services  extérieurs  de  la  Direction  des  Marchés  Publics  dans  les 
différentes  régions  où  elles  sont  installées.  Elles  exercent  les  compétences  de  la 
Direction des Marchés Publics pour les activités relevant de leur ressort territoriale.
Elles assurent notamment, la représentation de la Direction des Marchés Publics au 
sein des commissions d’ouverture des plis et de jugement des offres, ainsi que dans 
la Commission consultative régionale des marchés publics. 

5.1.3  Autorité contractante 

C’est la personne morale de droit public ou privé signataire du marché. A ce titre, elle 
initie  les  procédures  de  passation  des  marchés  publics  en  liaison  avec  la  Direction 
des Marchés Publics ou sa représentation régionale. 

Les autorités contractantes prévues par le code sont les suivantes. 

§  l’État au sens de l’Administration centrale ou déconcentrée ; 
§  les Etablissements Publics Nationaux (EPN) ; 
§  les Collectivités Territoriales ; 
§  les Sociétés d’Etat (SODE) ; 
§  les Sociétés à Participation Financière Publique Majoritaire (SPFPM) ; 
§  les  personnes  de  droit  privé  agissant  pour  le  compte  de  l’État  ou  d’une 
personne morale de droit public ou d’une Société d’État ; 
§  les  personnes  de  droit  privé  bénéficiant  du  concours  financier  ou  de  la 
garantie  de l’État  ou  d’une personne  morale de  droit public  ou  d’une  Société 
d’État. 

L’obligation de passer marché pèse à titre principal sur l’autorité contractante. 

5.1.4  Autorité délégante ou délégant 

C’est  l’autorité  contractante  ci­dessus  définie,  en  qualité  de  cocontractant  d’une 
convention de délégation de service public. 

5.1.5  Maître d’ouvrage 

Dans  le  cas  du  ministère  assurant  la  tutelle  du  domaine  objet  de  la  passation  du 
marché,  le  Maître  d’ouvrage désigne la personne  morale  de droit  public  ou  de  droit 
privé  qui  est  le  titulaire  de  la  commande  et,  par  ailleurs,  le  propriétaire  final  de 
l’ouvrage ou de l’équipement technique, objet du marché. 

Dans  le  cas  des  collectivités  territoriales,  la  compétence  en  matière  de  maîtrise 
d’ouvrage  découle  de  la  loi  n°  2003/208  du  07/07/2003  portant  délégation  des 
compétences de l’Etat aux collectivités. 

5.1.6  Maître d’ouvrage délégué 

Le Maître d’ouvrage délégué désigne la personne morale de droit public ou de droit 
privé  qui  n’est  pas  le  destinataire  et  le  propriétaire  final  de  l’ouvrage  ou  de 
l’équipement  technique.  Sous  l’autorité  et  le  contrôle  de  ce  dernier,  le  maître
d’ouvrage délégué assure les différents rôles du maître d’ouvrage, dont le pouvoir de 
décision,  et  supporte  les  responsabilités  qui  en  découlent,  jusqu’à  la  réception  de 
l’ouvrage  ou  de  l’équipement  technique  qui  est  alors  remis  à  son  destinataire  et 
propriétaire. 

Cette  opération  est  constatée  par  un  procès­verbal  qui  transfère  les  rôles  et 
responsabilités du maître d’ouvrage délégué à l’entité publique propriétaire et met fin 
à la délégation. 

Il est souhaitable que le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage délégué soient liés 
par une convention dûment approuvée, conformément au code des marchés publics. 

Dans le cadre de projets dont les études ont été effectuées par le maître d’ouvrage 
délégué, ce dernier peut assurer en même temps le rôle de Maître d’œuvre. 

On peut citer comme maîtres d’ouvrage délégués, les structures suivantes : 

­  Pour les travaux d’infrastructures relatifs à la Santé (DIEM) ; 
­  Pour les travaux relatifs à l’Hydraulique (DHH) ; 
­  Pour les travaux de routes (AGEROUTE). 

5.1.7  Maître d’œuvre 

C’est la personne morale de droit public ou privé dont les attributions s’attachent aux 
aspects  architectural,  technique  et  économique  de  la  réalisation  d'un  ouvrage  de 
bâtiment, d'infrastructure ou d’équipement technique. 

Il assure les fonctions de conception et d'assistance aux autorités contractantes dans 
la passation, la direction de l'exécution des contrats, le pilotage et la coordination du 
chantier,  dans  les  opérations  de  réception  et  pendant  la  période  de  garantie  de 
parfait achèvement. 

Il est souhaitable que le maître d’œuvre soit choisi en dehors des services du maître 
d’ouvrage. Les différents maîtres d’œuvre publics sont entre autres : 

­  Pour tous les travaux de bâtiment (BNETD et DCM) ; 
­  Pour tous les travaux de routes (BNETD et AGEROUTE) ; 
­  Pour tous les travaux d’électrification (SOPIE) ; 
­  Pour les fournitures, travaux, prestations informatiques (SNDI et BNETD). 

On  peut  également  recourir  à  un  maître  d’œuvre  privé,  notamment  les  bureaux 
d’études, les cabinets d’architecture, ou des personnes physiques.
5.1.8  Ingénieur 

C’est la personne physique dûment accréditée par le maître d’œuvre pour le contrôle 
et la surveillance dans le cas de prestations de travaux. 

5.1.9  Point focal 

Il  s’agit  d’un  organe  de  coordination  créé  dans  le  cadre  de  la  déconcentration  des 
marchés  publics  au  sein  des  Directions  des  Affaires  Administratives  et  Financières 
(DAAF) des ministères. 

La mission de coordination du Point focal consiste à : 
­  assister  les  administrateurs  de  crédits  dans  les  activités  de  planification  des 
opérations de passation des marchés publics ; 
­  assurer la présidence de la Commission d’Ouverture des plis et de Jugement 
des Offres (COJO) ; 
­  examiner les projets de marchés avant approbation ; 
­  suivre l’exécution du marché. 

Le  Point  focal  est  également  chargé  de  gérer  le  Système  Intégré  de  Gestion  des 
Marchés Publics (SIGMAP), afin d’assurer la traçabilité des opérations. 

Ces  mêmes  missions  doivent  être  organisées  aux  seins  des  Collectivités 
décentralisées  et  des  autres  démembrement  de  l’Etat,  à  travers  leurs  structures 
financières ou l’organe de gestion compétent. 

5.1.10 Personne Responsable du Marché (PRM) 

C’est la personne physique désignée par l’autorité contractante ou selon le cas par le 
maître d’ouvrage délégué ou le maître d’œuvre pour assurer le suivi de la passation 
et de l’exécution d’un marché donné. 

5.1.11 Signataires du marché 4 

Après sa mise au point, le marché est signé par l'attributaire ou par son représentant 
légal, ou dans le cas d'un groupement d'attributaires cotraitants, par leur mandataire. 
Il  est  ensuite  signé  par  l'autorité  contractante.  Les  marchés  sont  signés  en  autant 
d'originaux que de besoin. 


Article 76 du code des marchés publics relatif à la Signature des marchés.
Le pouvoir de signer un marché public appartient à l’autorité qui a le titre requis pour 
représenter la personne morale pour le compte de laquelle le marché est conclu. Ce 
pouvoir  peut  être  délégué  dans  les  conditions  fixées  par  les  textes  d’application  du 
code des marchés publics 

Pour ce qui concerne les marchés de l’Etat , les ministres techniques, à l’échelon 
central ont le pouvoir de signature, lorsque le marchés est d’un montant supérieur au 
seuil du contrôle de validation de la Direction des Marchés Publics 

En  dessous  de  ce  seuil,  la  signature  du  ministre  technique  doit  être  déléguée  aux 
administrateurs de crédits délégués du ministère, conformément à la réglementation 
applicable. 

Pour  ce  qui  concerne  les  services  extérieurs  de  l’Etat,  y  compris  les  projets 
gérés  en  région ,  le  gestionnaire  de  crédits  du  service  acheteur  a  pouvoir  de 
signature, quel que soit le seuil. 

Pour ce qui concerne les établissements publics , les marchés sont signés par le 
directeur quel que soit le montant. 

Pour ce qui concerne les sociétés d’Etat et autres personnes morales privées 
assujetties  au  code  des  marchés  publics,  les  marchés  sont  signés  par  les 
directeurs généraux et directeurs, quel que soit le montant 

Cette signature est requise avant l’approbation 

5.1.12 Autorité approbatrice 

L’approbation  est définie  comme  une  formalité  obligatoire  qui  aboutit  à la  validation 
du projet de contrat matérialisé par la signature de l’autorité compétente ou l’acte de 
l’organe compétent. 

§  Le Ministre chargé des marchés publics est l’autorité approbatrice pour tous 
les  marchés  de  l’Etat  ou  des  établissements  publics  d’un  montant  égal  ou 
supérieur au seuil de contrôle de validation de la Direction des marchés publics. 

§  Le  Ministre  de  tutelle  de  l’autorité  contractante  est  l’autorité  approbatrice 
pour  les    marchés  des  services  centraux,  ou  des  établissements  publics,  d’un 
montant inférieur au seuil de contrôle de validation de la Direction des marchés 
publics 

§  Le  Préfet  du  département  concerné  est  l’autorité  approbatrice  pour  les 
marchés  des  services  extérieurs  des  administrations  centrales  ainsi  que  ceux 
des Etablissements publics et des projets situés en région
§  Le  Conseil  d’administration  ou  l’organe  équivalent  est  l’autorité  approbatrice 
quel  que  soit  le  montant  du  marché  pour  les  Sociétés  d’Etat,  les  Sociétés  à 
Participation Financière Publique Majoritaire (SPFPM), les personnes de droit 
privé  agissant  pour  le  compte  de  l’État  ou  d’une  personne  morale  de  droit 
public  ou  d’une  Société  d’État et  les  personnes  de  droit  privé  bénéficiant  du 
concours  financier  ou  de  la  garantie  de  l’État  ou  d’une  personne  morale  de 
droit public ou d’une Société d’État. 

L’approbation  peut  être  délégué  dans  les  conditions  prévues  dans  les  textes 
d’application du code 

La signature et l’approbation des marchés publics ne peuvent jamais être le fait de la 
même autorité quelle que soit la personne morale publique ou privée en cause 

5.1.13 Commissions  déconcentrées  ou  décentralisées  d’Ouverture  et  de  Jugement 
des Offres (COJO) 

C’est l’organe collégial de gestion des opérations en matière d’ouverture des offres, 
d’évaluation et d’attribution des marchés publics. 

La composition de la Commission d'ouverture des plis et de jugement des offres est 
déterminée  de  façon  précise  par  le  code  des  marchés  publics.  Sur  cette  base, 
chaque Dossier d’Appels d’Offres (DAO) doit donner la composition exacte de cette 
commission. 

§  Si  l’autorité  contractante  est  une  administration  centrale  de  l’Etat,  un 
service à compétence nationale de l’Etat ou un établissement public ou 
un projet, la Commission est composée de la façon suivante 

Participants  Qualité 
le directeur des affaires administratives et financières du ministère exerçant la  président 
tutelle administrative sur l’autorité contractante ou son représentant 

un représentant de l’autorité contractante ou du maître d’ouvrage, ou du maître  rapporteur(*) 
d’ouvrage délégué s’il existe 

un représentant du maître d’œuvre s’il existe  rapporteur 

un représentant du ou de chacun des services utilisateurs  membre 

un représentant du ministre exerçant une tutelle sur l’objet de la dépense, le cas  membre 
échéant 
le contrôleur financier ou le contrôleur budgétaire compétent de l’autorité  membre
contractante ou son représentant 
§  Si  l’autorité  contractante  est  un  service  déconcentré  de  l’Etat,  un 
établissement public national ou un projet localisé ou opérant en région, 
la Commission est composée comme suit 

Participants  Qualité 
un représentant du préfet du département concerné,  président 
un représentant de l’autorité contractante ou du maître d’ouvrage, ou  rapporteur 
du maître d’ouvrage délégué s’il existe, 
un représentant du maître d’œuvre s’il existe.  rapporteur(*) 
un représentant de la Direction des marchés publics.  membre 
un représentant du ou de chacun des services utilisateurs.  membre 
un  représentant  du  ministre  exerçant  une  tutelle  sur  l’objet  de  la  membre 
dépense. 
le contrôleur financier ou le contrôleur budgétaire compétent .  membre 

§  Si l’autorité contractante est une société d’Etat, une Société à Participation 
Financière  Publique  Majoritaire  (SPFPM), une  personne  de  droit  privé 
agissant pour le compte de l’État ou d’une personne morale de droit public ou 
d’une  Société  d’État,  une  personne  de  droit  privé  bénéficiant  du 
concours financier ou de la garantie de l’État ou d’une personne morale 
de  droit  public  ou  d’une  Société  d’État  la  Commission  visée  est 
composée comme suit :  

Participants  Qualité 
le  Directeur  des  Participations  et  de  la  Privatisation  ou  son  président 
représentant 
le Directeur Général ou son représentant  membre 
un représentant du service technique concerné par le marché  rapporteur 
le  responsable  financier  de  l’autorité  contractante  ou  son  membre 
représentant 
un représentant du maître d’œuvre s’il existe.  rapporteur(*) 
un représentant de la Direction des marchés publics.  membre 
un  représentant  du  Ministre  exerçant  la  tutelle  administrative  sur  membre 
l’autorité contractante. 
un représentant du ou de chacun des services utilisateurs  membre 

§  Pour  les  collectivités  territoriales  et  les  associations,  sociétés,  organismes 
divers  rattachés  à  ces  collectivités,  la  Commission  décentralisée 
d’ouverture  des  plis  et  de  jugement  des  offres  est  composée  des 
membres suivants :
Participants  Qualité 
l’autorité  légalement  compétente  pour  représenter  la  collectivité  président 
ou son représentant. 
le responsable financier de la collectivité  membre 
le responsable du service technique, ou son représentant.  Rapporteur* 
un représentant du maître d’œuvre, s’il existe.  Rapporteur(*) 
un représentant de la Direction des marchés publics.  membre 
le trésorier ou le payeur de la collectivité concernée.  membre 
un représentant du Ministre exerçant la tutelle administrative sur la  membre 
collectivité territoriale. 
un  représentant  du  Ministre  exerçant  le  cas  échéant,  une  tutelle  membre 
sur l’objet de la dépense. 

(*)  Pour  toutes  ces  commissions  d’ouverture  et  de  jugement  des  offres,  lorsqu’il 
existe un maître d’oeuvre, celui­ci assure les fonctions de rapporteur 

5.1.14 ­ Organes de recours 

Ce sont les organes administratifs créés sous la forme de commissions chargées de 
la  gestion  des  litiges  et  des  différends  nés  à  l’occasion  de  la  passation  et  de 
l’exécution des marchés publics. 

Les  organes  de  recours  reçoivent  les  plaintes,  les  instruisent  et  rendent  un  avis 
concernant la validité de la décision contestée. Cet avis est soumis à la validation du 
Ministre chargé des marchés publics 

Les organes créés à cet effet, sont les suivants : 

i) la Commission administrative de conciliation ; 
ii) la Commission paritaire de conciliation. 

§  la  Commission  administrative  de  conciliation :  placée  auprès  du  Premier 
Ministre  est  compétente  pour  la  gestion  des  différends  internes  à 
l’administration. La composition de cette commission est la suivante 

Participants  Qualité 
le représentant du Premier Ministre  président 
l’Agent Judiciaire du Trésor ou son représentant  rapporteur 
un représentant de l’Inspection Générale des Finances  membre 
un représentant du ministère technique concerné  membre
§  la  Commission  paritaire  de  conciliation :  rattachée  à  l'Inspection  Générale 
d'Etat  (IGE)  elle  est  chargée  du  règlement  des  différends,  opposant 
l’administration à un tiers privé, dans le cadre des marchés publics. Elle a une 
composition paritaire qui est la suivante 

Participants  Qualité 
l’Inspecteur Général d’Etat  ou son représentant  président 
l’Agent Judiciaire du Trésor ou son représentant  rapporteur 
un représentant du ministère exerçant la tutelle administrative  membre 
trois représentants désignés par le secteur privé parmi les organisations  membre 
professionnelles 

Il  faut  préciser  que  les  fonctions  de  membre  des  présentes  commissions  sont 
incompatibles  avec  celles  de  membre  des  commissions  d’ouverture  des  plis  et  de 
jugement des offres 

5.1.15 Commissions consultatives des Marchés Publics 

Il s’agit d’organes consultatifs d’instruction des demandes de recours aux procédures 
dérogatoires ou exceptionnelles 

A  cet  titre,  ils  sont  chargés  de  donner  un  avis  obligatoire  sur  toutes  les  requêtes 
relatives  à  l’utilisation  de  procédures  dérogatoires  ou  exceptionnelles  ainsi  que  sur 
les  décisions  soumises  à  l’autorisation  préalable  du  Ministre  chargé  des  marchés 
publics 

Les  procédures  dérogatoires  sont  celles  qui  s’écartent  des  règles  de  principe  en 
matière  de  passation  des  marchés  publics  ou  qui  les  restreignent.  Il  s’agit 
notamment : 

­  de la consultation sur liste restreinte d’entreprises ; 
­  du gré à gré ; 
­  de la dispense de cautionnement 

Les  procédures  exceptionnelles  sont  celles  qui  sont  mises  en  œuvre  en  vue  de 
mettre fin à une procédure en cours ou d’apporter une modification à l’exécution d’un 
contrat. Il s’agit des procédures suivantes : 

­  l’annulation d’appel d’offres ; 
­  la révocation de la caution ; 
­  la résiliation de marché ; 
­  l’avenant ; 
­  les constats de nullité des marchés publics ; 
­  la réhabilitation des entreprises frappées d’exclusion
On  distingue  la  Commission  Consultative  Centrale  des  Marchés  Publics  de  la 
Commission  Consultative  Régionale  des  Marchés  Publics,  toutes  les  deux  (2)  sont 
placées auprès du Ministre chargé des marchés publics. 

§  la  Commission  consultative  centrale  des  marchés  publics  est  composée  comme 
suit : 

Participants  Qualité 
un représentant de la Direction des Marchés Publics  président 
un représentant de la Direction du Contrôle Financier  membre 
un représentant du Contrôle Budgétaire 
un  représentant  de  la  Direction  des  Participations  et  de  la  membre 
Privatisation 
un représentant de la Direction Générale de la Décentralisation et du  membre 
Développement Locale 
un  représentant  de  la  direction  chargée  de  la  concurrence  du  membre 
ministère en charge du commerce 
l’ordonnateur délégué du ministère de tutelle concerné s’il n’est pas  membre 
l’autorité contractante 

Le secrétariat de la commission est assuré par la Direction des Marchés Publics. Le 
cas échéant, la Commission peut recourir à l’expertise de personnes ressources de 
son choix. 

La  Commission  consultative  régionale  des  marchés  publics  est  composée  comme 
suit : 

Participants  Qualité 
le représentant du préfet de région  président 
le responsable régionale de la Direction des marchés publics  membre 
le responsable régionale de la Direction du Budget de l’Etat  membre 
le responsable du contrôle financier régional  membre 
le responsable régional de la structure chargée de la concurrence  membre 
le Trésorier général  membre 

Le  secrétariat  de  la  commission  est  assuré  par  la  Direction  régionale  des  marchés 
publics. 

5.1.16 Organes de contrôle 

Il s’agit de structures administratives ou juridictionnelles responsables  du contrôle de 
la  régularité  de  la  passation  des  marchés  publics  ou  de  contrôle  de  gestion  des 
entités  administratives  prenant  en  compte  le  respect  des  procédures  de  passation 
des  marchés  publics.  L’exercice  de  cette  mission  relève,  selon  le  cas,  des 
compétences des structures ou institutions, ci­après :
§  La  Direction  du  Contrôle  Financier :  les  contrôleurs  financiers  sont  des 
acteurs  nommés  par  décret  et  qui  sont  chargés  de  contrôler  la  légalité  et  la 
régularité des recettes et dépenses publiques. Ils effectuent au plan central ou 
local, le contrôle administratif a priori des dépenses du budget général et des 
comptes spéciaux du Trésor, 

§  La  Direction  du  Contrôle  Budgétaire :  elle  effectue  au  niveau  des 
Etablissements  Publics  Nationaux  (EPN),  le  contrôle  administratif  du  budget 
notamment, la légalité et la régularité des dépenses publiques 
§  la Direction des Marchés Publics : elle intervient pour le contrôle procédural, 
a priori et a posteriori 
§  l’Inspection Générale des Finances  intervient au titre de l’audit et du contrôle 
de gestion ; 
§  l’Inspection Générale d’Etat intervient au titre de l’audit et du contrôle général ; 
§  la Chambre des Comptes de la Cour Suprême intervient au titre du contrôle de 
gestion : 

Les contrôles peuvent s’exercer sous la forme : 
­  de contrôles a priori, concomitant et a posteriori ; 
­  d’audit ponctuel ; 
­  de contrôle de gestion. 
Les modalités de l’audit sont définies par un arrêté du Ministre chargé des marchés 
publics 

5.1.17 Payeurs 
Ils sont chargés de la prise en charge des mandats ordonnancés et du paiement de 
la dépense. Il s’agit notamment 

­  du Trésorier Payeur Général (TPG) ; 
­  de l’Agent Comptable de la Dette Publique (ACDP) ; 
­  des trésoriers généraux ou départementaux ; 
­  des trésoriers principaux (communes) 
­  des payeurs des districts et conseils généraux ; 
­  des agents comptables auprès des EPN 

5.2  Partenaires ou cocontractants aux marchés publics 

Ce  sont  les  personnes  morales  ou  physiques  qui  interviennent  comme  acteurs  du 
système  de  passation  des  marchés  publics  ou  de  délégation  de  service  public.  Ils 
participent successivement en qualité de candidats, soumissionnaires, attributaires et 
titulaires tout au long du processus de passation et d’exécution des marchés publics 
ou de la délégation de service public
On distingue les partenaires des cocontractants aux marchés publics. 

5.2.1  Partenaires 
Les  partenaires  sont  les  personnes  morales  ou  physiques  qui  souhaitent  entrer  en 
relation  d’affaires  avec  l’acheteur  public  et  le  manifestent  en  retirant  le  Dossier 
d’Appel  d’Offres  auprès  de  celui­ci,  le  préparent,  font  connaître  leurs  conditions  et 
s'engagent à respecter les cahiers des charges applicables. 

§  Candidat : c’est la personne physique ou morale qui manifeste par ses actes 
une prétention à être attributaire du marché  objet de l’appel d’offres ou de la 
consultation.  Le  candidat  n’est  ainsi  véritablement  candidat  que  lorsqu’il 
dépose une offre. 

§  Soumissionnaire : c’est le candidat qui peut faire la preuve du dépôt de son 
offre  et  de  sa  réception  par  la  structure  désignée  dans  le  Règlement 
Particulier  d’Appel  d’Offres  (RPAO).  L’expression  renvoie  ainsi  plus 
particulièrement à la personne qui peut se prévaloir du respect des conditions 
établies  pour  faire  l’offre  proposée  dans  l’avis  d’appel  d’offres.  Le 
soumissionnaire est celui pour le compte de qui est signé la soumission 

§  Attributaire :  c’est  celui  des  soumissionnaires  dont  l’offre  a  été  déclarée  la 
meilleure.  L’attributaire  d’un  marché  public  est  désigné,  sous  réserve  des 
dispositions  pertinentes  du  code  relatives  à  l’attribution  provisoire,  à  l’issue 
des  opérations  d’ouverture  et  de  jugement  des  offres,  par  la  Commission 
d’ouverture des plis et de jugement des offres. Il n’ y a aucun attributaire avant 
ces opérations et en dehors de cette procédure, sauf en ce qui concerne les 
marchés de gré à gré (qui font l’objet d’une attribution directe). L’attributaire ne 
peut jouir de ses droits qu’à compter de leur notification 

5.2.2  Cocontractants 

Il  s’agit  des  personnes  morales  ou  physiques  qui  sont  déclarées  titulaires  d’un 
marché  public  ou  délégataires  d’une  convention  de  service  public  et  qui  de  ce  fait 
entrent en relation contractuelle avec l’autorité contractante 

§  Titulaire :  c’est  l’attributaire  dont  le  projet  de  marché,  mis  au  point  et  signé 
avec le maître d’ouvrage a été approuvé par l’autorité compétente. Le titulaire 
n’acquiert ce titre que dès la notification d’approbation qui l’en informe. C’est 
cet  acte  qu’il  peut  opposer  éventuellement  au  maître  d’ouvrage  et  plus 
généralement dans toute procédure 

§  Délégataire :  désigne  la  personne  morale  de  droit  privé  signataire  d’une 
convention  de  délégation  de  service  public  et  à  laquelle  l’autorité  délégante 
confie,  conformément  au  code  des  marchés  publics  l’organisation  et/ou 
l’exploitation d’un service public avec ou sans prestations complémentaires
6.  DISPOSITIONS  GENERALES  DE  PASSATION  DES  MARCHES 
PUBLICS 

6.1  Champ d’application des marchés publics 

Il  s’agit  de  toutes  les  acquisitions  de  biens,  services  ou  travaux  par  l’Etat  ou  par 
chacun  des  acteurs  assujettis  aux  dispositions  du  code  des  marchés  publics,  à 
l’exception de ceux qui en sont expressément exemptés. 

En effet, certaines natures de dépenses ne se prêtant pas aisément au processus de 
mise en concurrence bénéficient d’une exemption de l’obligation de passer marché. 

Elles  sont  listées  dans  l’arrêté  250/MEF/DGBF/DMP  du  13  août  2002  relatif  à 
l’exécution des crédits budgétaires au regard du Code des marchés publics. 

Les dispositions applicables aux  marchés des ambassades et postes diplomatiques 
feront l’objet d’un arrêté conjointement signé par les ministres chargés des marchés 
publics, des finances et des affaires étrangères. 

Les  dispositions  du  Code  des  marchés  publics  sont  également  applicables  aux 
conventions  de  délégation  de  service  public,  sauf  dans  le  cas  où  celles­ci  sont 
soumises à un régime particulier de nature législative ou réglementaire. 

6.2  Différents types de marchés 

Les marchés peuvent être des marchés de travaux, de fournitures ou de prestations 
de services. 

§  Le  marché  de  travaux a  pour  objet  principal les  prestations liées à la  réalisation 
de tout ou partie d’un ouvrage. Il porte essentiellement sur les travaux relatifs aux 
constructions  ou  la  réhabilitation  de  bâtiments,  de  routes,  ou  d’ouvrages 
(barrages,  ponts  et  chaussées,  etc.),    à  la  reconstruction,  à  la  démolition,  à  la 
réparation  ou  à  la  rénovation  d’un  bâtiment  ou  d’un  ouvrage,  telles  que  la 
préparation du  chantier, les  travaux  de  terrassement,  l’érection  de tout ou  partie 
d'un  ouvrage,  l’installation  d’équipements  ou  de  matériels,  la  décoration  et  la 
finition, ainsi que les services accessoires ou connexes. 
§  Le  marché  de  fournitures a  pour  objet  principal  la  livraison  de  biens  de  toute 
nature  y  compris  des  matières  premières,  produits,  équipements  et  objets  sous 
forme  solide,  liquide  ou  gazeuse,  ainsi  que  les  services  accessoires  à  la 
fourniture de ces biens. Il peut porter par exemple, sur les achats de fournitures 
de bureau, de fournitures techniques, informatiques ou d’équipement divers. 
§  Le  marché  de  prestations  de  services a  pour  objet  principal,  les  prestations  de 
services  courants  ou  de  prestations  intellectuelles.  Dans  cette  typologie,  l’on 
classe dans les prestations intellectuelles les études, les audits et la formation, et 
dans  les  prestations  courantes  le  gardiennage,  la  restauration,  l’entretien  de 
locaux, etc. ).
6.3  Obligation de passer marché 5 

Les  personnes  morales  de  droit  public  ou  de  droit  privé  assujetties  au  code  des 
marchés  publics  sont  tenues  de  passer  un marché,  dans  les  conditions  prévues au 
code pour toute dépense de travaux, de fournitures ou de prestations dont la valeur 
est  égale  ou  excède  les  seuils  fixés  par  arrêté  du  ministre  chargé  des  marchés 
publics 

Il  y  a  obligation  de  passer  marché  même  s’il  est  fait  appel  à  plusieurs  titulaires  et 
même si le  montant de chaque commande n’excède pas les seuils, dès lors que le 
montant cumulé desdites commandes excède, pour une période annuelle, ledit seuil 

L’obligation de passer marché concerne principalement les rubriques suivantes : 

­  Immobilisations incorporelles 
­  Sols­ sous­sols –cessions 
­  Immeubles – cessions 
­  Meubles – cessions 
­  Équipements militaires 
­  Achats de biens et services 

6.4  Seuils de passation et de contrôle des marchés publics 

Conformément aux dispositions de l’article 2 de l’arrêté 250 du 13 août 2002 relatif à 
l’exécution  des  crédits  budgétaires  au  regard  du  Code  des  marchés  publics, 
l’appréciation du seuil de passation des marchés publics se fait : 

§  Pour  le  budget  de  l’État,  au  niveau  de  chaque  ligne  budgétaire  (nature  de 
dépenses) telle que définie par la nomenclature du budget de l’État ; 
§  Pour  le  budget  des  EPN,  au  niveau  de  chaque  article  tel  que  défini  par  le  plan 
comptable des EPN ; 
§  Pour le  budget  des  collectivités territoriales, les  natures  de  dépenses  contenues 
dans les barres 4, 5 et 7. 

Le  seuil  de  passation  est  le  seuil  à  partir  duquel  s’applique  l’obligation  de  passer 
marché et seuil de contrôle, celui à partir duquel, l’avis de la Direction des Marchés 
Publics est requis. 

Le  tableau  ci­après,  présente  les  seuils  de  passation  et  de  contrôle  pour  les 
structures concernées qui sont : 


l’Article 3 du code des marchés publics et l’arrêté 250 du 13 août 2002 relatif à l’exécution des crédits 
budgétaires au regard du Code des marchés publics.
Structures  Seuils de passation  Seuils de contrôle 
ETAT  30 millions F. CFA  100 millions F. CFA 
EPA  30 millions F. CFA  100 millions F. CFA 
EPIC  40 millions F. CFA  100 millions F. CFA 
Collectivités territoriales60 millions F. CFA  100  millions F. CFA 
SODE  120 millions F. CFA  100 millions F. CFA 

Entre  trente  (30)  millions  F.  CFA  et  cent  (100)  millions  F.  CFA,  les  décisions  de  la 
Commission d’Ouverture des plis et de Jugement des Offres (COJO) sont définitives. 

Au  delà  des  cent  (100)  millions  F.  CFA,  toutes  les  décisions  de  la  Commission 
d’Ouverture des plis et de Jugement des Offres  (COJO) sont soumises à l’avis de la 
Direction des Marchés Publics. 

L’autorité contractante peut au besoin, se faire assister d’un maître d’œuvre. 

6.6  Obligation de recourir à un maître d’œuvre 

L’article  4 de  l’arrêté  250/MEF/DGBF/DMP  du  13  Août  2002,  fixe  l’obligation  de 
recourir  à  un  maître  d'œuvre  pour  la  réalisation  de  travaux  de  constructions  et  la 
réhabilitation  de  bâtiments  ou  d’infrastructures  ou  l'acquisition  d'équipements 
techniques complexes. 

L’objectif  visé  est  de  s’assurer  que  la  procédure  d’achat  repose  sur  une  base 
technique  consistante  pour  garantir les intérêts  de  l’acheteur  public  de la  passation 
des marchés publics jusqu’à la validation et la réception des ouvrages. 

6.7  Obligation de publicité 6 

§  S'il s'agit d'un appel d'offres national, les avis d'appel à la concurrence doivent 
être portés à la connaissance du public par une insertion obligatoirement faite 
dans  le  « Bulletin  Officiel  des  Marchés  Publics  de  la  République  de  Côte 
d'Ivoire » 

§  S'il s'agit d'un appel d'offres international, deux (2) options s'offrent à l'autorité 
contractante. Elle doit publier l'avis. 

­  au  « Bulletin  Officiel  des  Marchés  Publics  de  la  République  de  Côte 
d’Ivoire », et dans un journal d'annonces internationales qui fait foi ; 

­  au  « Bulletin  Officiel  des  Marchés  Publics  de  la  République  de  Côte 
d’Ivoire » et sur l’Internet 


Article 19 du code des marchés publics.
§  S’il s’agit d’un projet, les avis d'appel à la concurrence doivent être portés à 
la  connaissance  du  public  par  une  insertion  dans  le  journal  des  marchés 
publics et dans un quotidien national 
6.8  Modes de passation 7 
Les marchés publics sont passés par la procédure de l’appel d’offres ouvert, avec ou 
sans  présélection.  Toutefois,  conformément  aux  règles  prescrites  par  le  présent 
code, ils peuvent être aussi passés soit par la procédure de l’appel d’offres restreint, 
soit par la procédure de gré à gré 

L’appel  d'offres  avec  ou  sans  présélection  est  une  procédure  d’attribution  non 
négociée d’un marché au soumissionnaire. C’est la procédure de droit commun. Il y 
a  également,  l’appel  d’offres  en  deux  étapes  avec  ou  sans  présélection 8 ,  et  l’appel 
d’offres  avec  concours 9 .  L’appel  d’offres  restreint  et  le  gré  à  gré 10  sont  des 
procédures exceptionnelles soumises à des conditions particulières 
6.9  Caractère exécutoire du marché 11 
Le début des travaux, des fournitures ou des prestations de service ne peut précéder 
la fin de la procédure. La date du début d’exécution, quelle que soit la situation, ne 
peut être antérieure à la date du dernier acte de la procédure des marchés publics, 
c’est à dire la notification 

L’approbation est réputée certes, donner l’engagement au sens du SIGFIP, mais, en 
pratique, les attributaires, pour plus de sécurité juridique, devront attendre l’ordre de 
commencer les travaux délivré par le maître d’ouvrage ou ses délégués éventuels, le 
maître  d’ouvrage  délégué  ou  le  maître  d’œuvre,  quant  ils  ont  reçu  les  mandats 
pertinents 

Un  marché  qui  n’a  pas  été  approuvé  n’engage  pas  financièrement  l’autorité 
contractante. Celui qui exécute un marché qui n’a pas été approuvé ne pourra exiger 
aucun  paiement.  Aucune  imputation  budgétaire  ne  pouvant  être  réalisée,  aucune 
procédure de paiement ne pourra être mise en œuvre 

6.10  Principes de sanction 
Des  sanctions  peuvent  être  prononcées  contre  toute  personne,  quel  que  soit  son 
statut  juridique  ou  sa  qualité,  qui  intervient  dans  une  procédure  de  marché  public, 
pour  le  compte  de  l’administration  ou  les  personnes  morales  assimilées  à 
l’administration par le Code des marchés publics 

La  violation  des  dispositions  du  code  des  marchés  publics  peut  entraîner  les 
sanctions suivantes : 


Article 18 du code des marchés publics. 

Article 28 du code des marchés publics. 

Article 29 du code des marchés publics. 
10 
Respectivement article 27 et 31 du code des marchés publics. 
11 
Article 5 relatif à la validité des marchés.
­  les  sanctions  pénales  dans  la  mesure  où  la  faute  commise  constitue  une 
infraction pénale 

­  l’exclusion  temporaire  ou  définitive  de  toute  procédure  de  marché  public.  Cela 
implique  de  fait,  l’interdiction  d’exercer  des  fonctions  qui  conduisent  à 
l’intervention dans une procédure de marché public comme celui de Directeur des 
Affaires  Administratives  et  Financières  d’un  ministère,  administrateur  de  crédits 
publics, ordonnateur  ou  ordonnateurs délégués  des  dépenses  publics,  Directeur 
Général  ou  membre  du  Conseil  d’administration  d’une  Société  d’Etat  ou  d’une 
société à participation financière publique etc., ou d’être désigné comme membre 
de l’un des organes de la procédure des marchés publics. 

­  les sanctions disciplinaires, conformément au statut de l’agent fautif. 

­  les sanctions pécuniaires, conformément au statut de l’agent fautif, notamment en 
ce  qui  concerne les  comptables  publics.  A  ce  titre, l’énumération  de l’article  134 
du code des marchés publics n’est pas limitative. 
Ces sanctions sont applicables non seulement pour violation du code lui­même, mais 
aussi pour violation des décrets ou arrêtés pris pour son application. 

6.11  Principes de recours 

Tous les acteurs du système de passation des marchés publics peuvent saisir à tout 
moment  les  organes  de recours  définis  dans  les  dispositions  du  code  des  marchés 
publics
7.  OPERATIONS  PREALABLES  AU  LANCEMENT  D’UNE 
COMMANDE 

7.1  Planification de la commande publique 12 

7.1.1  Objet de l’étape 
Pour  chaque  budget  soumis  aux  procédures  de  passation  des  marchés  publics,  il 
s’agit d’élaborer  un programme  de  travail  qui décrit les  diverses  tâches et  activités, 
leur  date  avant  la  réalisation  de  chaque  opération.  Le  programme  a  la  forme  d’un 
tableau  précisant,  l’enchaînement  des  dates  successives,  les  responsables 
sectoriels  et  la  manière  dont  chaque  opération  sera  accompli  et  géré  compte  tenu 
des  contraintes  budgétaires.  Le  programme  précise  également  la  coordination  des 
activités et leur suivi jusqu’à la fin du processus, c’est à dire la disponibilité du bien 
ou du service 

7.1.2  Généralités et cadre d’application 
L’élaboration d’un bon plan de passation des marchés et sa publication favorisent 
une large concurrence. 

La planification de la commande publique nécessite d’effectuer deux (2) opérations : 
la préparation du programme prévisionnel annuel de passation des marchés et la 
publication de ce programme prévisionnel annuel. 

q  Préparation du programme prévisionnel annuel de passation des marchés publics 
Toutes  les  structures  assujetties  au  code  des  marchés  publics  sont  tenues,  dès 
l'approbation  de  leur  budget,  de  préparer,  si  possible  avant  la  passation  de  tout 
nouveau marché, un programme prévisionnel et révisable de passation des marchés 
en  cohérence  avec  les  crédits  qui  leur  sont  alloués  et  leur  programme  d'activité 
annuel. 

q  Publication du programme prévisionnel annuel de passation des marchés publics 
Le  programme  prévisionnel  annuel  de  passation  des  marchés  est  publié  dans  le 
Bulletin  officiel  des  marchés  publics  de  la  République  de  Côte  d'Ivoire,  sur  le  site 
WEB de la  Direction  des  Marchés  Publics et  si  possible  dans un  journal à  diffusion 
nationale. 

Le Ministère chargé de la Défense nationale et le Ministère chargé de la sécurité en 
sont dispensés pour les raisons liées à la sécurité et à la défense nationales. Cette 
exemption s’étend dans les mêmes conditions à toutes les administrations exerçant 
directement des activités liées à la défense et à la sécurité nationales. 

12 
Article 4 relatif à la Planification de la passation des marchés publics.
7.1.3  Principaux intervenants 
§  la Direction du Budget de l’Etat 
§  la Direction des Marchés Publics (DMP) 
§  le Point focal 
§  l’autorité contractante / le Maître d’ouvrage délégué / le Maître d’œuvre 

7.1.4  Description des tâches  
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Direction du  1.  La  Direction  du  Budget  de  l’Etat  met  à  la  disposition  de  la 
Budget de l’Etat  Direction des marchés publics, le budget général via le SIGFIP. 

2.  extrait les lignes à marchés selon les critères bien définis. 

Direction des  3.  notifie aux DMP régionales les extraits de lignes pour leur suivi. 
Marchés Publics 
4.  notifie au Point focal,  les  extraits de  lignes des  structures  sous 
sa coordination. 
5.  notifie  aux  autorités  contractantes  les  extraits  de  lignes  les 
concernant. 
Point focal 
6.  élabore  le  projet  consensuel  de  programme  prévisionnel  de 
passation des marchés en liaison avec les bénéficiaires (AC) et 
le  maître  d’œuvre.  Le  projet  de  programme  prévisionnel  se 
présente sous la forme d’un tableau et contient les informations 
suivantes : 
­  Objet du Marché 
­  Type de marché 
­  Lieu d’exécution du marché 
­  Délai d’exécution 
­  Imputation  budgétaire  /  Référence  de  la  convention  de 
financement 
­  Mode de passation 
­  Montant du budget 
­  Délai d’exécution 
­  Date d'ouverture des offres 

7.  transmet  le  projet  de  programme  prévisionnel  à  l’avis  de  la 
Direction des Marchés Publics, puis au bailleur de fonds, le cas 
échéant. 

Direction des  8.  tiennent  des  séances  communes  d’examen  et  de  validation  du 
Marchés Publics  programme prévisionnel définitif. 
et Point focal 
Direction des  9.  procède à la saisie dans le système du programme prévisionnel 
Marchés Publics  définitif validé du Point focal. 

10. publie  le  programme prévisionnel définitif  dans  le  BOMP  et  sur 
le WEB.
7.1.5  Diagramme de l’étape 
Direc tio n  d u  B u d g et  Direc tio n  d es  March és  Direc tio n  d es March és  Directio n  d es March és 
Po in t fo c al 
d e l’Etat  Pu b lics  Pu b lics  et Po in t fo cal  Pu b lics 

Opératio n n° 1 
Opératio n n° 1 
Op ération  n °5  Op ération n °8  Opération n °9 
Met à la disposition de  Opératio n n° 1  Opératio n n° 1  Opératio n n° 1 
la DMP, le budget  notifie aux autorités  procède à la saisie 
tiennent des séances 
général via le SIGFIP.  contractantes les  dans le système du 
com munes d’examen 
Opératio n n° 2  extraits de lignes les  et de validation du  programme 
Opératio n n° 1  concernant.  programme  prévisionnel définitif 
extrait les lignes à  prév isionnel définitif.  validé du Point focal. 
marchés selon les 
critères bien définis. 
Op ération  n °6 
Opératio n n° 1 
élabore le projet  Op ération  n °10 
Opératio n n° 3  consensuel de  Opératio n n° 1 
Opératio n n° 1  programme 
notifie aux DMP  publie le programm e 
prév isionnel de 
régionales les extraits  prévisionnel définitif 
passation des marchés 
de lignes pour leur  dans le BOMP et sur le 
en liaison avec l'AC et 
suiv i.  W EB.
le Maître d'oeuv re 

Opératio n n° 4 
Opératio n n° 1  Op ératio n  n °7 
notifie au Point focal,  Op ératio n  n ° 1 
transmet le projet de 
les extraits de lignes 
programme 
des structures sous sa 
prév isionnel à l’avis de 
coordination. 
la DMP, puis au 
bailleur de fonds, le 
cas échéant. 
7.2  Préparation des dossiers de la commande 13 

7.2.1  Objet de l’étape 
Cette étape vise l’élaboration du dossier de la commande également appelé Dossier 
d’Appel d’Offres (DAO) ou dossier de consultation. Il s’agit d’un document rédigé par 
l’autorité contractante, le Maître d’ouvrage ou par le Maître d’œuvre s’il existe et qui 
précise les  conditions  administratives,  juridiques,  techniques  et  financières  relatives 
au marché. 

7.2.2  Généralités et cadre d’application 
La préparation du dossier de la commande nécessite les opérations suivantes : i) 
l’identification des besoins et la détermination des spécifications techniques, et ii) la 
confection du Dossier d’Appel d’Offres (DAO) 

q  Elaboration des cahiers des charges 
Les  Cahiers  des  charges  énoncent  les  obligations  administratives  ou  techniques, 
générales  ou  particulières  des  parties  au  marché.  Les  Cahiers  des  charges 
comprennent quatre (4) types de documents : 
­  Le  cahier  des  clauses  administratives  générales  (CCAG) :  fixe  les 
dispositions juridiques, administratives et financières applicables à chaque 
type de marché. 
­  Le  cahier  des  clauses  administratives  particulières  (CCAP) :  fixe  les 
clauses juridiques administratives et financières propres à chaque marché 
­  Le cahier des clauses techniques générales (CCTG) : fixe les dispositions 
techniques applicables à chaque type de marché 
­  Le  cahier  des  clauses  techniques  particulières  (CCTP) :  fixe  les  clauses 
techniques propres à chaque marché. 

q  Montage des Dossiers d’Appels d’Offres (DAO) 14 
Le  Dossier  d’Appel  d’Offres  (DAO)  comprend  les  documents  de  mise  en 
concurrence ;  et  les  documents  destinés  à  devenir  les  pièces  constitutives  du  futur 
marché. 

§  Les documents de mise en concurrence : 
Les  documents  suivants  sont  considérés  comme  des  documents  de  mise  en 
concurrence 
­  l’Avis d’Appel d’Offres (AAO). Il est destiné à informer le public en général 
et  les  entreprises  en  particulier  de  l’intention  de  l’Etat  de  procéder  à  des 
commandes  de  biens,  services  ou  travaux.  Cet  avis  doit  obligatoirement 
être publié conformément à l’article 19 du code des marchés publics. 

13 
Article 2 relatif à l’Objet des marchés, types de marchés, conventions, définitions. 
14 
Article 17 relatif au Dossier d'appel à la concurrence.
­  le  Règlement  Particulier  d’Appel  d’Offres (RPAO).  Il  indique  le  mode  de 
présentation  des  offres  des  soumissionnaires,  les  règles  de  mise  en 
concurrence  des  candidats,  la  nature  des  prix  (prix  unitaire,  prix  global 
forfaitaire), définit les critères d’appréciation pris en compte pour l’analyse 
des offres, précise le mode d’évaluation et arrête la méthode utilisée pour 
le  classement  des  offres.  Il  n’a  pas  un  caractère  contractuel,  mais  son 
respect conditionne la régularité de l’appel d’offres et l’égalité de traitement 
des candidats. 
­  Les  documents  particuliers.  Il  s’agit  des  Cahiers  des  Clauses 
Administratives  Particulières  (CCAP),  Cahiers  des  Clauses  Techniques 
Particulières  (CCTP),  Cahier  des  Clauses  Particulières  (CTP).  L’acheteur 
doit traduire ces désirs d’acquisition dans ces documents. 
§  Les documents destinés à devenir les pièces constitutives du futur marché : 

Parmi ces documents destinés à devenir des pièces constitutives du marché, il faut 
citer : 
­  la soumission : c’est l'acte écrit par lequel un candidat à un marché ou à 
une  convention  fait  connaître  ses  conditions  et  s'engage  à  respecter  les 
cahiers  des  charges  applicables.  La  soumission  du  candidat  est  un 
élément  obligatoire  de  l'offre  et  deviendra,  si  le  candidat  est  retenu,  une 
pièce constitutive du marché ; 
­  les  cahiers  des  charges :  sont  des  éléments  constitutifs  des  marchés 
publics.  Ils  déterminent  les  conditions  contractuelles  dans  lesquelles  ces 
marchés sont exécutés. Il s’agit éléments suivants : le Cahier des Clauses 
Administratives  Particulières  (CCAP),  le  Cahier  des  Clauses  Techniques 
Particulières  (CCTP),  le  Cahier  des  Clauses  Administratives  Générales 
(CCAG) et le Cahier des Clauses Techniques Générales(CCTG) ; 
­  Le  Devis  Quantitatif  Estimatif  (DQE) et  le  Devis  Quantitatif  Détaillé 
(DQD) sont des compléments au CCTP. 
Avec le dossier d’appel à la concurrence (DAO), l’autorité contractante s’engage et 
ne peut changer les termes de la concurrence, ni de la compétition sans en aviser 
les candidats. Les candidats ne peuvent être jugés que sur les règles et exigences 
qui leur auront été communiquées. C’est la raison pour laquelle les formalités de 
publicité de l’appel à la concurrence doivent être soigneusement respectées. 
q  Dossiers d’Appel d’Offres de référence (DAOR) 
Des Dossiers d’Appel d’Offres de Référence ont été élaborés par la Direction des 
Marchés Publics (DMP) en collaboration avec ses partenaires institutionnels 
(acheteurs publics et maîtres d’œuvre), afin d’alléger la charge des maîtres 
d’ouvrage et des maîtres d’œuvre lors des appels d’offres. 
Ces dossiers consensuels garantissent un traitement équitable des soumissionnaires 
et œuvrent pour une plus grande transparence lors de l’analyse et de la comparaison 
des offres. Il existe actuellement 21 DAO de référence disponibles à la Direction 
centrale ou régionale et dans les points focaux. Il s’agit des DAO suivants :
N°  Désignation  N°  Désignation  
1  Fournitures d’équipements  12  Entretien des locaux et des espaces verts 
2  Matériels bio­médicaux  13  Gardiennage 
3  Fournitures techniques  14  Location de main­d’œuvre 
4  Fournitures de Bureau  15  Restauration 
5  Fournitures informatiques (allégé)  16  Signalisation routière 
6  Fournitures informatiques (complexe)  17  Construction et réhabilitation 
7  Fournitures de carburants  18  Electrification villageoise 
8  Matériel roulant  19  Routes 
9  Gestion des ordures ménagères  20  Fournitures de pompes villageoises 
10  Recrutement d’experts  21  Hydraulique 
11  Blanchisserie 

7.2.3  Principaux intervenants 
§  l’autorité contractante / le Maître d’ouvrage / le Maître d’ouvrage délégué / le 
Maître d’œuvre 
§  le Point focal. 

7.2.4  Description des tâches 

Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  11. Définit en liaison avec le Maître d’ouvrage délégué ou le Maître 
contractante /  d’œuvre  s’il  existe,  les  besoins  avec  précision  ainsi  que  leurs 
Maître  spécifications. 
d’ouvrage / 
Maître  12. retire le DAO de référence s’il existe ou alors le confectionne. 
d’ouvrage 
délégué / Maître  13. prépare  le  projet  de  dossier  d’appel  d’offres  spécifique  sur  la 
d’œuvre  base du DAO de référence. 

14. transmet le projet de DAO au Point focal pour correction. 

Point focal  15. notifie la réception du DAO transmis par l’autorité contractante. 

16. examine  sur  le  fonds  et  la  forme  le  dossier  spécifique  élaboré 
par  l’autorité  contractante  et  suggère  le  cas  échéant,  les 
amendements nécessaires. 

17. transmet  à  la  Direction  des  Marchés  Publics  le  projet  de  DAO 
pour validation. 

18. en cas de financement extérieur, le projet de DAO est transmis 
d’abord  à  la  Direction  des  Marchés  Publics  (DMP),  pour  avis 
avant  de  le  soumettre  à  l’avis  de  non  objection  du  bailleur  de 
fonds.
7.2.5  Diagramme de l’étape 
Autorité contractante / 
Maître d'ouvrage / Maître 
Point focal 
d'ouvrage délégué / Maître 
d'œuvre 

Opération n° 11  Opération n° 15 

Définit  en  liaison  avec  le  notifie  la  réception  du  DAO 
Maître d’ouvrage délégué ou  transmis  par  l’Autorité 
le Maître d’œuvre s’il existe,  contractante. 
les  besoins  avec  précision 
ainsi  que  leurs 
Opération n° 16 
spécifications. 
examine  sur  le  fonds  et  la 
forme  le  dossier  spécifique 
Opération n° 12  élaboré  par  l’Autorité 
contractante  et  suggère  le 
retire  le  DAO  de  référence 
cas  échéant,  les 
s’il  existe  ou  alors  le 
amendements nécessaires. 
confectionne. 

Opération n° 17 
Opération n° 13 

prépare  le  projet  de  dossier  transmet  à  la  DMP  le  projet 
d’appel  d’offres  spécifique  de DAO pour validation. 
sur  la  base  du  DAO  de 
référence. 
Opération n° 18 

en  cas  de  financement 
Opération n° 14  extérieur,  le  projet  de  DAO 
est  transmis  d’abord  à  la 
transmet le projet de DAO  Direction  des  Marchés 
au Point focal pour  Publics,  pour  avis  avant  de 
correction.  le  soumettre  à  l’avis  de  non 
objection  du  bailleur  de 
fonds. 

7.3  Réception, Analyse et Validation des dossiers de la commande 

7.3.1  Objet de l’étape 15 
Cette étape concerne la réception, l’analyse et la validation des dossiers de la 
commande par la Direction des Marchés Publics. 

15 
L’article 71 du code relatif aux compétences spécifiques.
7.3.2  Généralités et cadre d’application 
Tous les dossiers de présélection et d’appel d’offres sont validés par la Direction des 
Marchés Publics avant le lancement de l’appel d’offres ou de la consultation. 
q  Examen du projet de DAO et validation 
La Direction des Marchés Publics exerce un contrôle de conformité du dossier 
d’appel à la concurrence conformément à la réglementation en vigueur. 
A cette occasion, elle s’assure que les dossiers de référence sont correctement 
utilisés, que les cahiers des charges et les spécifications techniques sont clairement 
définis et que les critères d’évaluation et de sélection permettent de garantir la 
transparence et l’égalité de chance de tous les candidats . 
q  Rejet du projet de DAO 
Les rejets formels prononcés par la Direction des Marchés Publics sont toujours 
motivés. En l’absence d’une réponse dans le délai imparti, les dossiers sont 
considérés comme étant rejetés par la Direction des marchés publics.² Il s’agit alors 
d’un rejet tacite. Dans ce cas, l’autorité contractante est en droit d’obtenir de la 
Direction des Marchés Publics toutes explications et justifications requises. Les 
contestations sont soumises à la Commission administrative de conciliation. 

7.3.3  Principaux intervenants 
§  La Direction des Marchés Publics 
§  le Point focal 
§  l’autorité contractante / le Maître d’ouvrage / le Maître d’ouvrage délégué / le 
Maître d’œuvre 

7.3.4  Description des tâches 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Direction des  19. Réceptionne  le  DAO  et  effectue  les  contrôles  de  conformité 
Marchés  nécessaires. 
Publics/ DMP 
20. établit un procès verbal d’examen : 
– si le DAO est conforme
· transmet le procès verbal d’examen au Point focal et 
procède au traitement informatique de l’avis d’appel 
d’offres pour la publication 
– si le DAO est non­conforme
· transmet  le  procès  verbal  d’examen  au  Point  focal 
pour corrections. 
– Si aucune réponse n’est donnée dans le délai imparti, les 
dossiers sont considérés comme étant rejetés par la Direction 
des Marchés Publics (rejet tacite).
Point focal  21. reçoit  le  procès  verbal  d’examen  transmis  par  la  Direction  des 
Marchés Publics. 

22. notifie  la  transmission  du  procès  verbal  d’examen  à  l’autorité 
contractante. 
–  si le DAO non rejeté
· attend  le  retour  du  DAO  corrigé  par  l’autorité 
contractante. 
–  si le DAO rejeté
· le  rejet  formel  prononcé  par  la  Direction  des  Marchés 
Publics doit toujours être motivé. 
Autorité  23. l’autorité  contractante  reçoit  le  DAO  et  le  procès  verbal 
contractante /  d’examen  et  procède  aux  corrections  spécifiées  et  transmet  le 
Maître  DAO corrigé au Point focal. 
d’ouvrage / 
Maître  24. en  cas  de  rejet  tacite,  l’autorité  contractante  est  en  droit 
d’ouvrage  d’obtenir de la Direction des Marchés Publics toutes explications 
délégué / Maître  et  justifications  requises.  Les  contestations  sont  soumises  à  la 
d’œuvre  Commission administrative de conciliation 

7.3.5  Diagramme de l’étape 
Autorité contractante / 
Direction des Marchés  Maître d'ouvrage / Maître 
Point focal 
Publics  d'ouvrage délégué / Maître 
d'œuvre 

Opération n° 19  Opération n° 21  Opération n° 23 

Réceptionne  le  DAO  et  reçoit  le  PV  d’examen  reçoit  le  DAO  et  le  PV 
effectue  les  contrôles  de  transmis par la DMP.  d’examen  et  procède  aux 
conformité nécessaires.  corrections  spécifiées  et 
transmet le DAO corrigé au 
Opération n° 20  Opération n° 22  Point focal. 

établit  un  procès  verbal  notifie  la  transmission  du 
(PV) d’examen du DAO.  PV  d’examen  à  l’Autorité 
contractante.  Opération n° 24 
Si DAO conforme  : 
transmet  le  PV  d’examen  au  en  cas  de  rejet  tacite,  est 
Point  focal  et  procède  au  Si  DAO  non  rejeté:  en  droit  d’obtenir  de  la 
traitement  informatique de l’avis  attend  le  retour  du  DAO  DMP  toutes  explications  et 
d’appel  d’offres  pour  la  corrigé  par  l’Autorité  justifications  requises.  Les 
publication.  contractante.  contestations  sont 
soumises à  la  Commission 
Si DAO rejeté :  administrative  de 
Si  DAO  non  conforme  :  conciliation. 
le  rejet  formel  prononcé 
transmet  le  PV  d’examen  au 
par  la  DMP  doit  être 
Point focal pour corrections. 
motivé.

Si  aucune  réponse  n’est 
donnée dans le délai imparti : 
les  dossiers  sont  considérés 
comme étant rejetés par la DMP 
(rejet tacite). 
MINISTERE DE L’ECONOMIE  REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE 
ET DES FINANCES  Union – Discipline – Travail 

DIRECTION GENERALE DU BUDGET 
ET DES FINANCES 

DIRECTION DES MARCHES PUBLICS 

FASCICULE  N° 2 

Appel d’Offres Ouvert

Référence doc : DMP/PROC/N° 2 
Version imprimée le 03/04/2007 
SOMMAIRE  

1.  DEFINITION DE L’APPEL D’OF FRES OUVERT_________________________ 220 
2.  OBJ ECTIFS DE LA PROCEDURE ______________________________________ 220 
3.  DESCRIPTION DE LA PROCEDURE  ___________________________________ 220 
3.1  Publicité obligatoir e des appels d’offr es  _________________  Erreur ! Signet non défini. 
3.1.1  Objet de l’étape __________________________________________ Er reur  ! Signet non défini. 
3.1.2  Généralités – Champ d’application ___________________________ Er reur  ! Signet non défini. 
3.1.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  221 
3.1.4  Description de l’étape ________________________________________________________  221 
3.1.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  222 
3.2  Pr épar ation des offr es __________________________________________________  222 
3.2.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  222 
3.2.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  222 
3.2.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  223 
3.2.4  Description de l’étape ________________________________________________________  224 
3.2.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  225 
3.3  Réception et ouver tur e des offr es _________________________________________  225 
3.3.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  225 
3.3.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  225 
3.3.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  228 
3.3.4  Description de l’étape ________________________________________________________  228 
3.3.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  229 
3.4  Analyse des offr es______________________________________________________  230 
3.4.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  230 
3.4.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  230 
3.4.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  232 
3.4.4  Description de l’étape ________________________________________________________  232 
3.4.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  232 
3.5  J ugement des offr es (Analyse et validation)  ________________________________  233 
3.5.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  233 
3.5.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  233 
3.5.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  234 
3.5.4  Description de l’étape ________________________________________________________  234 
3.5.5  Diagramme des étapes de l’analyse et du jugement des offres _________________________  234 
3.6  Validation des pr opositions d’attr ibution __________________________________  235 
3.6.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  235 
3.6.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  235 
3.6.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  236 
3.6.4  Description de l’étape ________________________________________________________  236 
3.6.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  237 
1.1  Infor mation des soumissionnair es  ________________________________________  237 
3.6.6  Objet de l’étape _____________________________________________________________  237 
3.6.7  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  237 
3.6.8  Principaux intervenants _______________________________________________________  238 
3.6.9  Description de l’étape ________________________________________________________  238 
3.6.10  Diagramme de l’étape______________________________________________________  239 
3.7  Signatur e et appr obation des mar chés_____________________________________  239 
3.7.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  239 
3.7.2  Généralités et champ d’application ______________________________________________  239
3.7.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  241 
3.7.4  Description de l’étape dont le montant du marché est inférieur au seuil de dépense fixé par arrêté 
du ministre________________________________________________________________________  241 
3.7.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  242 
3.7.6  Description de l’étape dont le montant du marché est supérieur au seuil de dépense fixé par arrêté 
du ministre________________________________________________________________________  243 
3.7.7  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  243 
3.8  Notification d’appr obation au titulair e ____________________________________  244 
3.8.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  244 
3.8.2  Généralités et champ d’application ______________________________________________  244 
3.8.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  245 
3.8.4  Description de l’étape ________________________________________________________  245 
3.8.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  245
1.  DEFINITION DE L’APPEL D’OFFRES OUVERT 

L’appel  d’offres  est  une  procédure  d’attribution  non  négociée  d’un  marché  au 
soumissionnaire. 
L'appel d'offres est dit ouvert, lorsque tout candidat répondant aux conditions fixées 
par le Code des marchés publics et préciser dans le Dossier d’Appel d’Offres (DAO) 
peut déposer une offre. 
La  procédure  d'appel  d'offres  ouvert 16  est  la  norme  en  matière  de  passation  des 
marchés publics. On distingue deux (2) modes d’appels d’offres ouverts : 
­  l’appel d’offres ouvert sans présélection ; 
­  l’appel d’offres ouvert avec présélection. 

2.  OBJECTIFS DE LA PROCEDURE 

Cette procédure permet de mettre en œuvre les principes qui encadrent la passation 
des  marchés  publics  à  savoir  la  liberté  d’accès  des  candidats,  l’égalité  des 
traitements  et  la  transparence  des  procédures.  Sa  bonne  application  devrait 
permettre  de  générer  des  économies  tout  en  optimisant  les  délais  liés  aux 
procédures et l’exécution des prestations. 

3.  DESCRIPTION DE LA PROCEDURE 

Les différentes étapes de cette procédure sont les suivantes : 

§  Elaboration du dossier de la commande (à titre de rappel, l’appel d’offres est 
lancé à partir de ce dossier traité dans le Fascicule n° 1) 
§  Publicité obligatoire des appels d’offres 
§  Préparation des offres 
§  Réception et ouverture des offres 
§  Analyse des offres 
§  Jugement des offres (Analyse et validation) 
§  Information de l’attributaire 
§  Approbation des marchés 
§  Notification d’approbation à l’attributaire 
La procédure décrite ci­après, déroule les différentes étapes de l’appel d’offres 
ouvert. 

q  Avis d’appel d’offres National 

16 
Article 20 du code des marchés publics.
Les  avis  d'appel  à  la  concurrence  doivent  être  obligatoirement  portés  à  la 
connaissance  du  public  par  une  insertion  dans  le  Bulletin  Officiel  des  Marchés 
Publics  de  la  République  de  Côte  d'Ivoire  (BOMP),  qui  fait  foi  en  matière  de 
décompte du délai minimum. 
Le  délai  minimum  de  publication  est  de  trente  (30)  jours.  La  vocation  première  du 
BOMP  est  de  mettre  à  la  disposition  de  tous  des  informations  relatives  aux  appels 
d’offres. 
q  Publicité dans tout autre support 
Les  avis  d’appel  à  la  concurrence  peuvent  également  faire  l'objet  d'une  insertion 
parallèle, au choix de l'autorité contractante, dans une publication habilitée à recevoir 
des  annonces  légales  ou  par  affichage  ou  par  tout  autre  moyen  approprié  (radio, 
télé). 
q  Avis d’appel d’offres International 
L’avis  d’appel  d’offres  ou  d’appel  public  de  candidatures  doit  être  publié  dans  le 
BOMP et dans un journal d’annonces international, ce dernier faisant foi en matière 
de  décompte  du  délai  minimum.  Le  délai  minimum  de  publication  est  de  quarante 
cinq (45) jours. 

3.1.3 Principaux intervenants 
§  La Direction des Marchés Publics (DMP) 
§  Le Point focal 
§  L’autorité contractante / le Maître d’ouvrage / le Maître d’ouvrage délégué / le 
Maître d’œuvre. 

3.1.4 Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Direction des  25. Finalisent l’avis d'appel d’offres. 
Marchés Publics 
/ Point focal 
Direction des  26. attribue un numéro à  l’avis  d’appel d’offres  et  le publie  dans  le 
Marchés Publics  Journal des marchés. 

Autorité  27. procède  à  la  publication  des  avis  par  toute  autre  voie  légale 
contractante /  (quotidien de large diffusion, affichages à la Sous­Préfecture ou 
Maître  à la Mairie etc.) et fournit les preuves de la publication. 
d’ouvrage / 
Maître  28. notifie l’effectivité de la décision de publicité. 
d’ouvrage 
délégué / 
Maître d’œuvre 
Point focal  29. notifie la publication des avis par toute autre voie légale.
3.1.5 Diagramme de l’étape 
Autorité contractante / 
Direction des Marchés  Direction des Marchés 
Maître d'ouvrage délégué / 
Publics et Point focal  Publics 
Maître d'œuvre 

Opération n° 1  Opération n° 2  Opération n° 3 

Finalisent  l’avis  d'appel  attribue  un  numéro  à  l’avis  procède à la  publication des 
d’offres.  d’appel  d’offres  et  le  publie  avis  par  toute  autre  voie 
dans le Journal des marchés.  légale  (quotidien  de  large 
diffusion,  affichages  à  la 
Sous­Préfecture  ou  à  la 
Mairie  etc.)  et  fournit  les 
preuves de la publication. 

Opération n° 4 

Opération n° 5 
notifie  l’effectivité  de  la 
notifie  la  publication  des  décision de publicité. 
avis  par  toute  autre  voie 
légale. 

3.2  Préparation des offres  
3.2.1  Objet de l’étape 
Cette étape est relative à la préparation et à la présentation des offres après le retrait 
du Dossier d’Appel d’Offres (DAO) auprès des services et personnes indiqués dans 
l’avis d’appel d’offres. 
3.2.2  Généralités – champ d’application 

§  Retrait du DAO 
Chaque avis d'appel d’offres ouvert doit comporter un certain nombre d’informations 
parmi lesquelles le ou les lieux où il peut être pris connaissance du dossier d'appel à 
la concurrence, ainsi que ses modalités d'obtention. 

§  Clarification / Modification 
L'autorité  contractante  peut  décider  de  modifier  certaines  dispositions  du  dossier 
d'appel  à  la  concurrence  ou  les  délais  de  dépôt  des  candidatures.  Toutefois,  les 
conditions suivantes doivent être respectées : 
a)  les modifications apportées doivent être publiées dans les mêmes conditions 
et selon les mêmes modalités que l'appel à la concurrence lui même ; 
b)  les  soumissionnaires  doivent  disposer  d'au  moins  quinze  (15)  jours  pour 
remettre leur offre. Si la modification est intervenue moins de quinze (15) jours 
avant la date limite de remise des offres, cette date doit être repoussée d'une 
durée  permettant  de  laisser  un  délai  de  quinze  (15)  jours  aux 
soumissionnaires pour déposer leurs offres. Le report doit être publié dans les
mêmes conditions que précédemment. 
En  cas  de  modification  des  conditions  de  participation,  du  dossier  d'appel  à  la 
concurrence ou de la date limite de dépôt des offres, les candidats qui ont déjà remis 
leurs offres peuvent se retirer de la compétition, ou modifier leurs offres en ajoutant 
des compléments ou en remplaçant l'offre initiale par une nouvelle offre. 
Les éléments de réponse aux demandes de clarification ne doivent pas porter 
mention du candidat qui est à l’origine des modifications. Ces éléments de réponse 
objet d’un additif sont diffusés auprès de tous les candidats qui ont retiré le dossier. 
Des copies doivent être également joint au dossier mis à la disposition de nouveaux 
candidats. 
§  Présentation des offres 
Chaque offre doit être présentée dans trois enveloppes dont deux (2) sont placées à 
l'intérieure de la principale. L'une des enveloppes intérieures contient l'offre 
technique et l'autre contient l'offre financière. Chacune de ces deux (2) enveloppes 
porte le nom du soumissionnaire et la mention de son contenu. 

L'enveloppe extérieure dans laquelle sont placées les deux (2) autres, est anonyme. 
Elle doit permettre de dissimuler l'identité du soumissionnaire. L'ensemble des 
éléments de l'offre doit rester anonyme jusqu'à la séance d'ouverture afin d’assurer 
les objectifs recherchés de transparence, d'égalité des chances et de traitement 
entre les soumissionnaires. 
§  Délai et lieu de dépôt des offres 
Chaque soumissionnaire doit respecter la date et l'heure limite de dépôt des offres 
ainsi que le lieu prescrit par le règlement particulier d'appel d'offres. L'autorité qui 
reçoit l'offre en délivre un récépissé qui fera la preuve de la date et de l'heure du 
dépôt entre ses mains. 
En cas d'impossibilité de recevoir les offres à la date et à l'heure indiquée, le délai 
doit être reportée d'au moins un jour. Ce report doit être affiché dans les lieux du 
dépôt. 
Le jour de l’ouverture, les offres sont recevables au lieu indiqué dans le DAO jusqu’à 
l’ouverture de la première enveloppe. 
§  Annulation de l'appel à concurrence : 
L'autorité contractante peut à tout moment faire une demande motivée d'annulation 
de l'appel à la concurrence au Ministre chargé des marchés publics ou à ses 
services compétents. 
La décision d'annulation est prise par le Ministre chargé des marchés publics, ou son 
délégué après avis de la commission consultative des marchés publics. 

3.2.3  Principaux intervenants 
§  Les candidats 
§  L’autorité contractante / le Maître d’ouvrage / le Maître d’ouvrage délégué / le 
Maître d’œuvre
§  Le Point focal 
§  La Direction des Marchés Publics / DMP 
§  La Commission consultative des marchés publics (CCMP). 

3.2.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Candidat  30. Retire  le  dossier  d’appel  d’offres  (DAO)  aux  conditions 
précisées dans l’avis d’appel d’offres chez l’autorité désigné à 
cet effet. 

Autorité  31. inscrit dans un registre prévu à cet effet, ou notifie la vente du 
contractante /  dossier d’appel d’offres. 
Maître d’ouvrage 
/ Maître 
d’ouvrage 
délégué / Maître 
d’œuvre 
Candidat  32. prépare  son  offre  dans  les  délais  précisés  dans  l’avis  d’appel 
d’offres  ou  le  RPAO.  Durant  cette  période,  il  peut  à  tout 
moment, demander des clarifications à l’autorité contractante. 

Autorité  33. traite en liaison avec la DMP les demandes de clarification. 
contractante / 
Maître d’ouvrage  34. notifie au candidat ayant formulé la demande les éléments de 
délégué / Maître  réponses. 
d’oeuvre 
/ Direction des  35. informe  les  autres  candidats  et  diffuse  l’information  par  les 
Marchés Publics  mêmes  moyens  appropriés  prévus  à  l’article  19  du  code  des 
marchés publics. 

Direction des  36. reçoit les avis de modification et les publie. 
Marchés Publics 
Candidat  37. dépose les offres aux lieu et date indiqués dans l’avis d’appel 
d’offres.
3.2.4  Diagramme de l’étape 
Autorité contractante / 
Maître d'ouvrage / Maître  Direction des Marchés 
Candidat 
d'ouvrage délégué / Maître  Publics 
d'œuvre 

Opération n° 6  Opération n° 7  Opération n° 12 

Retire  le  DAO  aux 
inscrit dans un registre prévu  reçoit  les  avis  de 
conditions  précisées  dans 
à cet effet ou notifie la vente  modification et les publie. 
l’avis  d’appel  d’offres  chez 
du dossier d’appel d’offres. 
l’Autorité désigné. 

Opération n° 8  Opération n° 9 

prépare  son  offre  dans  les  traite en liaison avec la DMP 
délais  précisés  dans  l’avis  les  demandes  de 
d’appel  d’offres  ou  dans  le  clarification. 
RPAO.  Durant  cette 
période,  il  peut  à  tout 
moment,  demander  des  Opération n° 10 
clarifications  à  l’Autorité  notifie  au  candidat  ayant 
contractante.  formulé  la  demande  les 
éléments de réponses. 

Opération n° 13  Opération n° 11 
informe  les  autres candidats 
dépose  les  offres  aux  lieu  et  diffuse  l’information  par 
et date indiqués dans l’avis  les  mêmes  moyens 
d’appel d’offres.  appropriés  prévus  à  l’article 
19  du  code  des  marchés 
publics. 

3.3 Réception et ouverture des offres  

3.3.1  Objet de l’étape 

Cette étape couvre les actions de réception et d’ouverture des offres 

3.3.2  Généralités – champ d’application 

§  Réception des offres 
Les plis des candidats déposés auprès de l’autorité contractante sont réceptionnés, 
c’est à dire répertoriés (enregistrés) contre émargement à la date limite de dépôt des
offres, aux date, heure et lieu indiqués dans l’avis d’appel d’offres. A la date limite de 
réception, une liste des entreprises candidates est dressée par l’autorité 
contractante. 

§  Nombre de plis exigé 

Les  membres  de  la  Commission  d’Ouverture  des  plis  et  de  Jugement  des  Offres 
(COJO) sont convoqués par l’autorité contractante. 

Les  plis  contenant  les  offres  des  soumissionnaires  en  réponse  à  l’avis  d’appel 
d’offres  sont  ouverts  par  la  COJO.  Si  aux  date  et  heure  limites  de  réception  des 
offres,  il  n’a  pas  été  reçu  un  minimum  de  trois  plis,  la  COJO  restitue  les  offres 
éventuellement  reçues  aux  candidats  et  ouvre  un  nouveau  délai  pour  le  dépôt  des 
offres. Ce délai ne peut être inférieur à quinze jours. 

L’autorité contractante, le Maître d’ouvrage délégué ou le Maître d’œuvre, s’il existe, 
porte  alors  ce  nouveau  délai  à  la  connaissance  du  public  et  des  candidats  par  les 
moyens  de  publicité  habituels.  A  l’issue  de  ce  nouveau  délai,  la  Commission  peut 
procéder aux opérations de dépouillement, même en présence d’un pli unique. 

§  Composition de la COJO 17 

La composition des différentes commissions sont présentées dans le fascicule n°1 
relatif aux dispositions générales du Manuel de procédures aux pages 13 à 14. 

§  Mandat et quorum 
Les membres de la Commission, intervenant en qualité de représentant, doivent être 
dûment mandatés 18  par les autorités qu'ils représentent. Le président de la 
Commission vérifie la validité des mandats. Les membres de la Commission ne 
peuvent valablement délibérer que s'ils ont été désignés conformément à l’article 40 
du code des marchés publics relatif au Mandat des membres de la Commission. 

Le  quorum  est  égal  à  la  totalité  des  membres  de  la  Commission  tel  que  énuméré 
dans  le  RPAO  et  le  DAO  en  application  des  dispositions  du  code  relatives  à  la 
Commission d’Ouverture des Plis et de Jugement des Offres. A cet effet : 

­  Si trois (3) membres ou plus de la commission sont absents, la commission ne 
peut statuer. 
­  Si  le  Président  ou  l’autorité  contractante  ou  le  rapporteur  est  absent,  la 
commission ne peut pas statuer. 
­  S’il y a 1 ou 2 absent(s) en dehors du Président , de l’autorité contractante ou 
du rapporteur, la décision est prise à l’unanimité des membres présents. 

17 
Article 38 relatif à la composition de la commission déconcentrée d’ouverture des plis et de jugement des 
offres. 
18 
Article 40 relatif aux mandat des membres de la Commission.
Le  quorum  doit  être  atteint  non  seulement  pour les  débats,  mais  également  lors  du 
vote de la commission. Les membres à voix consultative ne sont pas inclus dans le 
calcul  du  quorum.  Leur  absence,  s’ils  ont  été  également  convoqués, n’empêche  en 
aucune façon la tenue de la commission 

§  Décisions de la Commission 

La décision de rejeter une offre lors de l'ouverture des plis, pour non conformité de la 
forme  de  présentation  est  prise  à  la  majorité  absolue.  La  majorité  absolue  est 
obtenue lorsque plus de la moitié des membres qui ont pris part au vote ont exprimé 
un avis favorable pour le rejet. On compte parmi les personnes qui ont voté celles qui 
se sont abstenues. 

Lors de la séance de jugement la décision d'attribution est prise à la majorité absolue 
lors de la première séance. Si cette majorité n'est pas obtenue une deuxième séance 
doit être organisée dans un délai de huit jours. Lors de cette séance, la décision est 
prise à la majorité relative et en cas d'égalité la voix du président est prépondérante. 
La décision est prise dans ce cas conformément au vote du Président 

§  Opérations d’ouverture des offres 
Après la date et l’heure limites fixées pour le dépôt des offres, seuls sont ouverts les 
plis reçus dans les conditions définies à la présentation des offres 19 , en présence des 
soumissionnaires ou de leurs représentants. 

Sauf l’irrecevabilité des dossiers et offres déposés hors délai et sans aucun respect 
des  règles  relatives  à  la  forme  de  présentation,  l’application  des  conditions 
d’admissibilité 20  aux  marchés  publics  ne  peut conduire  au  rejet  d’une  offre  lors  des 
opérations  d’ouverture  des  enveloppes  extérieures  et  intérieures.  Seule  l’analyse 
technique de l’offre pourra conduire à un rejet ultérieurement 

1. Lors de la séance d’ouverture des plis, la commission réalise les opérations 
suivantes : 
­  désignation  d’un  rapporteur  (le  rapporteur  est  l’autorité  contractante,  le 
Maître  d’ouvrage  délégué  ou  le  Maître  d’œuvre  de  l’opération,  s’il  existe, 
ou un comité ad hoc mis en place par la commission) ; 
­  ouverture des enveloppes extérieures ; 
­  constatation de l’existence des deux enveloppes intérieures ; 
­  ouverture des deux enveloppes intérieures ; 
­  lecture à haute voix des pièces justificatives et des offres financières qui se 
trouvent à l’intérieur de chacune des enveloppes ; 
­  établissement de la liste des soumissionnaires ; 
19 
Article 33 relatif à la présentation des offres. 
20 
Article 11 relatif aux conditions d’admissibilité aux marchés publics.
­  fixation  de  la  date limite  à  laquelle le  rapporteur  ou  le  comité  ad  hoc  doit 
déposer son rapport. 

L’ensemble  de  ces  opérations  doit  être  réalisées  au  cours  d’une  même  séance  qui 
ne peut pas être interrompue. 

2. Après l’ouverture des offres les opérations suivantes sont effectuées : 
­  remise des offres au rapporteur seul qui en devient le dépositaire ; 
­  conservation des cautions par l’autorité contractante ou ses représentants 
désignés ; 
­  rédaction par la Commission du procès­verbal des opérations d’ouverture. 
Ce procès verbal est conjointement signé par le Président et le rapporteur 
de la commission. 

3.3.3  Principaux intervenants 
§  Le candidat 
§  Le Point focal 
§  L’autorité contractante / le Maître d’ouvrage / le Maître d’ouvrage délégué / le 
Maître d’œuvre 
§  Le Président de la COJO 
§  La Commission d’Ouverture et de Jugement des Offres. 

3.3.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Point focal  38. Programme la tenue des séances de la COJO. 

39. désigne les Présidents. 

Autorité  40. adresse  une  convocation  écrite  aux  différents  membres  de  la 
contractante  commission  y  compris  au  responsable du Point focal  au  moins 
une semaine avant la tenue de la séance d’ouverture des plis. 

Président de la  41. vérifie le mandat ou la qualité des membres de la commission. 
COJO 
COJO  42. délibère sur le quorum et désigne le rapporteur. 

43. décide du  report de  l’ouverture  et  de  la  date  et  restitue  les  plis 
aux soumissionnaires si le nombre de plis est inférieur ou égale 
à deux (2), lors de la première séance d’ouverture. 

Autorité  44.  porte  le  nouveau  délai  à  la  connaissance  du  public  et  des 
contractante  candidats  par  les  moyens  de  publicité  habituels.  Ce  délai  ne 
peut être inférieur à quinze (15) jours. 

COJO  45. Si l’ouverture est unique :
­  reçoit les offres des candidats 
­  vérifie les conditions de forme 
­  procède à l’ouverture des enveloppes extérieures 
­  procède à l’ouverture des deux enveloppes intérieures 
­  lit  à  haute  voix  la  soumission  y  compris  les  rabais  et 
variantes 
­  constate l’existence des pièces administratives 
­  constate l’existence du cautionnement provisoire 
­  constate l’existence des autres pièces dont elle établit la liste 
­  établit la liste des soumissionnaires 
­  fixe la date de dépôt du rapport par le rapporteur 
­  rédige le procès verbal de séance. 

46. Si l’ouverture est en deux (2) temps : 
­  constate l’existence distincte de l’enveloppe technique et de 
l’enveloppe financière 
­  paraphe l’enveloppe financière 
­  rédige le procès verbal de séance. 

Autorité  47. conserve  toutes  les  pièces  originales  des  dossiers  et  informe 
contractante /  officiellement  la  Direction  des  Marchés  Publics  de  la 
Maître  confirmation de l’ouverture (procès verbal). 
d’ouvrage / 
Maître 
d’ouvrage 
délégué / Maître 
d’oeuvre 

3.3.5  Diagramme de l’étape
Point focal  Autorité contractante  Président de la COJO  COJO 

Opération n° 14  Opération n° 16  Opération n° 17  Opération n° 18 

programme  la  tenue  des  adresse  une  convocation  vérifie  le  mandat  ou  la  délibère sur le quorum  et désigne 
séances de la COJO.  écrite  aux  différents  qualité  des  membres  de  le rapporteur. 
membres  de  la  COJO  y  la commission. 
compris  au  responsable  du  Opération n° 19 
Opération n° 15 
Point focal au moins une (1) 
semaine  avant  la  tenue  de  décide du report de l’ouverture et 
désigne les Présidents.  la  séance  d’ouverture  des  de la date  et restitue les plis aux 
plis.  soumissionnaires si le nombre de 
plis est inférieur ou  égale à  deux 
(2),  lors  de  la  première  séance 
d’ouverture. 
Opération n° 20 

porte  le  nouveau  délai  à  la 
connaissance  du  public  et 
Opération n° 21 
des  candidats  par  les 
moyens  de  publicité  Si l’ouverture est  unique  : 
habituels.  Ce  délai  ne  peut  reçoit  les  offres  des  candidats,  vérifie 
être  inférieur  à  quinze  (15)  les  conditions  de  forme,  procède  à 
jours.  l’ouverture  des  enveloppes 
extérieures,  ....,  fixe  la  date  de  dépôt 
du rapport par le rapporteur, rédige le 
PV de séance. 
Opération n° 23 

conserve  toutes  les  pièces 
Opération n° 22 
originales  des  dossiers  et 
informe  officiellement  la  Si l’ouverture  est  en  deux  (2) temps 
Direction  des  Marchés  : 
Publics  de  la  confirmation  constate  l’existence  distincte  de 
de  l’ouverture  (procès  l’enveloppe  technique  et  de 
verbal).  l’enveloppe  financière,…..  paraphe 
l’enveloppe  financière,  rédige  le 
procès verbal de séance. 

3.4  Analyse des offres 21 

3.4.1  Objet de l’étape 
Cette étape est relative à l’analyse et à l’évaluation des offres. 

3.4.2  Généralités – champ d’application 
Suite  à  l’examen  des  pièces  justificatives,  une  analyse  technique  et  financière  est 
effectuée  et  un  classement  est  arrêté.  Pour  affiner  son  analyse,  le  rapporteur  peut 
demander des clarifications par écrit. 

§  Examen des pièces justificatives 

En  tout  premier  lieu,  le  rapporteur  vérifie  l’effectivité  et  la  validité  des  pièces 
administratives  notamment,  l’attestation  de  la  CNPS  et  celle  des  Impôts  ainsi  que 
des autres pièces mentionnées dans le RPAO et le mentionne dans le rapport 
Il vérifie toutes les autres pièces entrant dans l’évaluation de la capacité technique et 
financière des soumissionnaires. 
Le  cas  échéant,  il  peut  vérifier  l’authenticité  des  documents  produits  auprès  des 
sources.  La  COJO  peut  si  elle  le  juge  opportun,  procéder  à  la  visite  de  sites  et  de 
matériels 

21 
Article 35 du code des marchés publics relatif à l’analyse et l’évaluation des offres.
§  Analyse technique 
C’est la satisfaction aux critères du RPAO pour les éléments techniques fournis par 
les soumissionnaires. Il s’agit entre autres de : 

­  la conformité aux spécifications techniques ; 
­  l’existence et la qualification des ressources humaines ; 
­  l’existence du matériel ; 
­  l’existence des références techniques ; 
­  la consistance de la méthodologie proposée ; 
­  le délai d’achèvement des travaux, de livraison des biens, ou de fourniture 
des services ; 
­  les caractéristiques fonctionnelles des travaux ou des biens ainsi que leur 
adaptation aux conditions locales ; 
­  les  garanties  professionnelles  présentées  par  chacun  des 
soumissionnaires. 

§  Analyse financière 
Il  s’agit  pour  le  rapporteur  d’analyser  l’exhaustivité  des  postes  de  coûts  et  de 
s’assurer qu’il n’y a pas d’erreurs arithmétiques dans les calculs. 
Il  doit  procéder  également,  aux  ajustements  financiers  en  application  des  règles 
prévues  dans  le  RPAO  et  arrêter  le  montant  définitif  de  la  soumission  en  tenant 
compte des rabais éventuels. 
Une variante dans une offre ne peut être prise en considération pour le classement 
des  offres  que  si  une  telle  faculté  a  été  expressément  mentionnée  dans  le  dossier 
d'appel à la concurrence. 
L’évaluation  en  terme  monétaire  consiste  à  prendre  en  compte  aux  fins  du 
classement  des  offres  financières  d’autres  postes  de  charge  générés  par  les 
équipements  concernés  dont  les  paramètres  et  les  bases  d’appréciation  sont 
précisées dans le RPAO. Il s’agit notamment : 
­  du prix soumissionné éventuellement corrigé, sous réserve de toute marge 
de préférence 22 ; 
­  du coût de l’utilisation, de l’entretien et de la réparation des travaux ou des 
biens. 
L’application  le  cas  échéant,  de  la  marge  de  préférence  en  vue  de  déterminer  le 
montant  à  prendre  en  compte  pour  les  soumissionnaires  qui  en  bénéficient  pour  le 
classement. 

§  Demande de clarification 
Le  rapporteur  ne  peut interroger,  par  écrit, les  soumissionnaires  que  pour leur  faire 
préciser  ou  compléter  la  teneur  de  leurs  offres.  Pour  être  analysées,  les  réponses 
écrites  faites  par  les  soumissionnaires  ne  peuvent  modifier  les  éléments 
précédemment  fournis  se  rapportant  au  prix  ou  rendre  conforme  une  offre  non 
conforme. 

22 
Articles 15 et 16 du code des marchés publics.
Les informations demandées doivent simplement clarifier davantage ce qui est déjà 
déclaré et qui ne peut être exploité efficacement en l’état. 
Par  exemple,  une  attestation  de  bonne  exécution  délivrée  sans  précisions  de 
quelques mentions utiles pour la décision telle que le montant, la date de réalisation, 
la  nature  précise  de  prestations  peut  faire  l’objet  de  demande  portant  sur  ces 
éléments. 
En  revanche,  une  simple  liste  de  référence  produite  ne  peut  remplacer  une 
attestation  de  bonne  exécution lorsqu’elle  est  requise,  dans  ce  cas, la  demande  de 
l’attestation  de  bonne  exécution  en  complément  de  l’offre  conduirait  à  une 
modification substantielle. 
L’analyse des offres faite par le rapporteur doit se fonder sur une grille d’évaluation 
dont les critères auront nécessairement été exposés, de manière précise et détaillée, 
dans le règlement particulier d'appel d'offres. 

3.4.3  Principaux intervenants 
§  Le  rapporteur  de  la  Commission  d’Ouverture  des  plis  et  de  Jugement  des 
Offres. 

3.4.4  Description de l’étape 

Intervenants  Description des tâches  Délais  
COJO  48. Procède aux opérations suivantes : 
(Rapporteur)  ­  vérifie  de  manière  approfondie  les pièces administratives  et 
techniques de l’offre. 
­  demande le cas échéant des clarifications aux candidats qui 
doivent  répondre  sous  délai.  Les  vérifications  et  demandes 
de clarification doivent obligatoirement se faire par écrit. 
­  évalue  la  valeur  technique  de  l’offre  (conformité  technique, 
normes, adaptation aux conditions locales etc.), 
­  procède  à  la  vérification  arithmétique  et  comptable  des 
offres. 
­  établit  un  classement  des  offres  selon  les  seuls  critères 
définis dans le RPAO. 
­  rédige le rapport d’analyse. 
­  transmet  le  rapport  d’analyse  à  chaque  membre  de  la 
Commission. 

3.4.5  Diagramme de l’étape 
Ce diagramme est combiné avec celui du jugement des offres.
3.5  Jugement des offres (Analyse et validation) 23 

3.5.1  Objet de l’étape 
Cette étape concerne le processus de décision réunissant l’ensemble des membres 
de  la  Commission  d’Ouverture  des  plis  et  de  Jugement  des  Offres  (COJO),  pour 
statuer sur le rapport d’analyse et procéder à l’attribution 

3.5.2  Généralités – champ d’application 

§  Examen et validation du rapport d’analyse 

La Commission examine le rapport d’analyse fournit par le rapporteur et le valide sur 
chaque point. Il résulte de cet examen, le rapport adopté par la Commission après la 
prise en compte des amendements et remarques faits par la Commission. 

§  Attribution du marché 
L’attribution  est  l’étape  de  décision  de  la  séance  de  la  COJO.  Cette  décision  est 
fondée  sur  le  contenu  du  rapport  d’analyse  adopté  par  cette  Commission  et 
notamment, la qualification des candidats et le classement des offres. La séance de 
jugement conduit aux décisions suivantes : 

­  attribution des différents lots aux candidats déclarés les mieux disant ; 
­  choix  des  combinaisons  économiquement  les  plus  avantageuse  pour 
l’acheteur en cas d’attribution de plusieurs lots ; 
­  déclaration éventuelle de lots infructueux ou de l’appel d’offres infructueux ; 
§  Classement 
Le  classement  consiste  pour  les  offres  techniquement  conformes  ou  qualifiées  à 
établir un ordre allant de l'offre la plus basse à la plus élevée. 
Les montants pris en compte pour ce classement sont ceux qui résultent des offres 
financières  corrigées  ainsi  que  de l’application  des  rabais  éventuels  et  de la  marge 
de préférence. 
§  Rédaction du procès verbal de jugement 
La  Commission  dresse  un  procès­verbal  qui  arrête  sa  décision  et  qui  est  signé 
séance  tenante.  Ce  procès­verbal  est  un  procès­verbal  d’attribution  provisoire  ou 
définitive  selon  que  le  seuil  est  inférieur  ou  supérieur  au  seuil  fixé  par  arrêté  du 
Ministre chargé des marchés publics. 

23 
Article 36 : Jugement des offres et attribution des marchés.
Tout procès­verbal dressé à cette étape doit contenir les informations suivantes : le 
nom  de(s)  soumissionnaire(s)  retenu(s) ;  les  principales  dispositions  permettant 
l'établissement  du  ou  des  marchés,  en  particulier  les  prix,  les  délais  et,  le  cas 
échéant,  les  variantes  prises  en  compte.  Il  est  notifié  immédiatement  à  l'autorité 
contractante, le Maître d'ouvrage délégué ou le Maître d'œuvre le cas échéant. 

3.5.3  Principaux intervenants 
§  Le Point focal 
§  La Commission d’Ouverture et de Jugement des Offres (COJO) 
§  Le Président de la COJO 
§  Le rapporteur de la Commission d’Ouverture et de Jugement des Offres 
§  La Direction des Marchés Publics 
§  L’autorité contractante / le Maître d’ouvrage / le Maître d’ouvrage délégué. 

3.5.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  49. Convoque la COJO. 
contractante 
Président COJO  50. Vérifie les mandats 

COJO  51. procède aux opérations suivantes : 
­  délibère sur le quorum. 
­  examine, amande et adopte le rapport d’analyse. 
­  arrête le classement définitif des offres. 
­  décide de l’attribution des différents lots ou du marché. 
­  dresse et signe le PV de la séance de jugement. 

Autorité  52. transmet une copie du procès verbal à la Direction des Marchés 
contractante  Publics pour information. 

NB  :  Pour  les  commandes  dont  les  montants  sont  inférieurs  au  seuil  de  validation 
fixé  par  arrêté  du  Ministre  chargé  des  marchés  publics  l’attribution  est  définitive  et 
l’autorité  contractante  doit  conserver  toutes  les  soumissions  et  la  documentation 
relative  à  l’attribution  en  vue  du  contrôle  a  posteriori  de  la  Direction  des  Marchés 
Publics. 

Pour  les  marchés  dont  les  montants  sont  supérieurs  au  seuil  de  validation  de  la 
Direction  Marchés  Publics,  la  procédure  se poursuit  conformément  aux  dispositions 
du point 3 .6 décrit ci­dessous. 
3.5.5  Diagramme des étapes de l’analyse et du jugement des offres
Autorité contractante / 
Rapporteur COJO  Maître d'ouvrage délégué  Président COJO  COJO 
/ Maître d'œuvre 

Opération n° 24  Opération n° 25  Opération n° 26  Opération n° 27 

Procède aux opérations suivantes :  Convoque  la COJO  Vérifie les mandats  Procède  aux  opérations 
­  vérifie  de  manière  approfondie  les  pièces  suivantes : 
administratives et techniques de l’offre.  ­ délibère sur le quorum. 
­  demande  le  cas  échéant,  par  écrit  des  ­  examine,  amande  et  adopte 
clarifications  aux  candidats  qui  doivent  le rapport d’analyse. 
répondre sous délai.  ­  arrête  le  classement  définitif 
­  évalue  la  valeur  technique  de  l’offre  des offres. 
(conformité  technique,  normes,  adaptation  ­  décide  de  l’attribution  des 
aux onditions locales etc.).  différents lots ou du marché. 
­  procède  à  la  vérification  arithmétique  et  ­  dresse  et  signe  le  PV  de  la 
comptable des offres.  séance de jugement. 
­  établit  un  classement  des  offres  selon  les  Opération n° 28 
seuls critères définis dans le RPAO. 
­ rédige le rapport d’analyse.  transmet  une  copie  du 
­  transmet  le  rapport  d’analyse  à  chaque  procès  verbal  à  la 
membre de la Commission.  Direction  des  Marchés 
Publics pour information. 

3.6  Validation des propositions d’attribution  

3.6.1  Objet de l’étape 
Cette étape concerne la validation par la Direction des Marchés Publics au niveau 
central ou par ses Directions Régionales compétentes des propositions d’attribution 
provisoires des appels d’offres dont le montant dépasse les seuils de validation. 

3.6.2  Généralités – champ d’application 
La validation vise à faire une revue de la procédure d’attribution des marchés en vue 
de s’assurer de la régularité des opérations. Cette revue comprend les étapes 
suivantes : 
§  respect des date et heures d’ouverture ; 
§  régularité de la constitution de la Commission (convocation, mandat, quorum); 
§  validité des pièces administratives et du cautionnement provisoire ; 
§  exhaustivité  du  rapport au  regard  de  toutes  les  étapes  du  processus 
d’évaluation : 
­  qualification administrative 
­  conformité ou qualification technique 
­  analyse et classement des offres financières ; 
§  conformité  de  l’analyse  et  de  l’évaluation  des  offres  aux  dispositions  du 
RPAO ; 
§  cohérence des décisions avec l’évaluation corrigée ; 
§  existence des procès verbaux ; 
§  Avis de la DMP 
A  l’issue  de  l’examen,  la  Direction  des  Marchés  Publics  prend  une  décision  de 
validation  ou  de  rejet  motivée  des  propositions  d’attribution.  Cet  avis  est  notifié  à 
l’autorité contractante en précisant le cas échéant toutes les observations permettant 
à la Commission de réexaminer le dossier. 
§  Contentieux
La Commission doit tenir compte de l’avis de la Direction Marchés Publics et de ses 
observations  et  remarques  pour  le  réexamen  le  cas  échéant  des  décisions 
d’attribution.  En  cas  de  désaccord  entre  la  Commission  et  la  Direction  Marchés 
Publics, le contentieux ainsi constatés est porté devant la Commission Administrative 
de Conciliation par la partie la plus diligente. Dans tous les cas l’autorité contractante 
ou la  Commission  ne peut ignorer l’avis de la  Direction  Marchés  Publics  et  ne  peut 
engager la suite des procédures. 

NB  :  Dans le  cadre  des  projets,  l’autorité  contractante  transmet  le  cas échéant, les 
propositions  dûment  validés  par  la  Direction  des  marchés  Publics  aux  bailleurs  de 
fonds avec les documents requis pour avis de non objection. 
3.6.3  Principaux intervenants 
§  L’autorité contractante 
§  La Direction des marchés Publics 
§  La Commission d’Ouverture des plis et de jugement des Offres (COJO). 
3.6.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  53. Transmet  à  la  Direction  des  Marchés  Publics,  le  procès  verbal 
contractante /  d’ouverture des offres,  le  rapport d’analyse,  le  PV  de  jugement 
Maître  et  une  copie  des  offres  (original),  pour  avis  sur  la  proposition 
d’ouvrage  d’attribution provisoire. 
délégué / Maître 
d’œuvre 
Direction des  54. Examine les documents reçus et donne un avis écrit. 
Marchés Publics 
(DMP)  55. Notifie  l’avis  à  l’autorité  contractante  avec  une  copie  au  Point 
focal. 
Autorité  56. En cas d’avis favorable l’autorité contractante notifie cet avis aux 
contractante /  membres  de  la  Commission.  Le  procès  verbal  d’attribution 
Maître  provisoire devient définitif. 
d’ouvrage / 
Maître  57. transmet  le  cas  échéant,  dans  le  cadre  des  projets,  les 
d’ouvrage  propositions  d’attribution  dûment  validées  par  la  DMP  aux 
délégué / Maître  bailleurs de fonds pour avis de non objection. 
d’œuvre 
58. en cas d’avis de rejet, l’autorité contractante convoque la COJO. 
COJO  59. se réunit pour examen des motifs de rejet, prises en compte ou 
réaction. 
60. dresse un procès verbal. 
61. transmet  le  procès  verbal  et  le  rapport  corrigé  et  tout  autre 
document nécessaire en réponse aux observations de la DMP.
3.6.5  Diagramme de l’étape 
Autorité contractante / 
Direction des Marchés 
Maître d'ouvrage délégué /  COJO 
Publics (DMP) 
Maître d'œuvre 

Opération n° 29  Opération n° 30 

Transmet  à  la  DMP,  le  PV 
examine  les  documents 
d’ouverture  des  offres,  le  reçus et donne un avis écrit. 
rapport  d’analyse,  le  PV  de 
jugement  et  une  copie  des 
offres  (original),  pour  avis 
Opération n° 31 
sur  la  proposition 
d’attribution provisoire.  notifie  l’avis  à  l’Autorité  Opération n° 35 
contractante avec une copie 
au Point focal.  se  réunit  pour  examen  des 
motifs  de  rejet,  prises  en 
Opération n° 32 
compte ou réaction. 
en cas d’avis favorable, 
l’Autorité  contractante  Opération n° 36 
notifie  cet  avis  aux 
membres  de  la  dresse un PV. 
Commission.  Le  PV 
d’attribution  provisoire  Opération n° 37 
devient définitif. 
transmet le PV et le rapport 
corrigé  et  tout  autre 
Opération n° 33 
document  nécessaire  en 
réponse  aux  observations 
transmet  le  cas  échéant,  de la DMP. 
dans  le  cadre  des  projets, 
les propositions d’attribution 
dûment  validées  par  la 
DMP aux  bailleurs de fonds 
pour avis de non objection. 

Opération n° 34 

en  cas  d’avis  de  rejet, 
l’Autorité  contractante 
convoque la COJO. 

1.1.  Information des soumissionnaires  

3.6.6.  Objet de l’étape 

Cette  étape  vise  a  porté  la  décision  de  la  Commission  à  la  connaissance  des 
soumissionnaires.  La  disponibilité  et  l’accessibilité  de  l’information  participent  à  la 
recherche de la transparence. 

3.6.7  Généralités – champ d’application
§  Consultation des résultats 
La  décision  d'attribution  est  publiée  dans  le  Bulletin  officiel  des  marchés  publics  et 
par voie d'affichage dans les locaux de l'autorité contractante 
Le  rapport  d'analyse  est  tenu  à  la  disposition  des  soumissionnaires  par  l’autorité 
contractante.  C’est  à  dire  que  l’autorité  contractante  a  l’obligation,  en  cas  de 
réclamation,  de  porter  à  la  connaissance  du  réclamant,  les  éléments  du  rapport 
d’analyse qui expliquent et justifient la décision le concernant 

§  Information des attributaires 
Après  la  décision d’attribution  définitive, l’affichage  des résultats  et  à l’expiration du 
délai  de  réaction  de  cinq  (5)  jours  accordés  aux  soumissionnaires,  l’autorité 
contractante notifie la décision d’attribution au soumissionnaire retenu. 
A  l’occasion  de  cette  notification,  l’autorité  contractante  invite  l’attributaire  à  la 
signature  du  marché  et  à la  production  du  cautionnement  définitif en  remplacement 
du cautionnement provisoire. 
§  Information des soumissionnaires non retenus 24 
Après  la  décision d’attribution  définitive, l’affichage  des résultats  et  à l’expiration du 
délai  de  réaction  de  cinq  (5)  jours  accordés  aux  soumissionnaires,  l’autorité 
contractante notifie aux soumissionnaires non retenus le rejet de l’offre et les invite à 
retirer leur cautionnement provisoire 

3.6.8  Principaux intervenants 
§  Autorité  contractante  /  Maître  d’ouvrage  /  Maître  d’ouvrage  délégué  /  Maître 
d’œuvre 
§  Direction des Marchés Publics 
§  Soumissionnaires 

3.6.9  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  62. Affiche  l’extrait  du  procès  verbal  d'attribution  au  lieu  indiqué 
contractante /  dans  l’avis  d’appel  d’offres  et  met  les  rapports  d’analyse  à  la 
Maître d’ouvrage /  disposition des soumissionnaires. 
Maître d’ouvrage 
délégué / Maître 
d’œuvre 
Direction des  63. publie les résultats dans le journal des marchés et sur Internet. 
Marchés Publics 
Soumissionnaires  64. prennent  connaissance  des  résultats  et  formulent  les 
réclamations éventuelles. 
Autorité  65. notifie  la  décision  d’attribution  au  soumissionnaire  retenu  et 
contractante /  l’invite à prendre contact en vue de la signature du marché et à 
Maître d’ouvrage  produire le cautionnement définitif. 
délégué / Maître  66. notifie aux soumissionnaires non retenus le rejet de leurs offres 

24 
Article 36 relatif au Jugement des offres et attribution des marchés.
d’œuvre  et les invite à retirer leur cautionnement provisoire. 

3.6.10  Diagramme de l’étape 
Autorité contractante / 
Direction des Marchés 
Maître d'ouvrage délégué /  Soumissionnaires 
Publics (DMP) 
Maître d'œuvre 

Opération n° 38  Opération n° 39  Opération n° 40 

Affiche  l’extrait  du  PV  publie  les  résultats  dans  le  prennent  connaissance  des 
d'attribution  au  lieu  indiqué  journal  des  marchés  et  sur  résultats  et  formulent  les 
dans  l’avis  d’appel  d’offres  Internet.  réclamations éventuelles. 
et  met  les  rapports 
d’analyse  à  la  disposition 
des soumissionnaires. 

Opération n° 41 

notifie  la  décision 
d’attribution  au 
soumissionnaire  retenu  et 
l’invite  à  prendre  contact 
en  vue  de  la  signature  du 
marché  et  à  produire  le 
cautionnement définitif. 

Opération n° 42 

notifie aux soumissionnaires 
non retenus le rejet  de leurs 
offres  et  les  invite  à  retirer 
leur  cautionnement 
provisoire. 

3.7  Signature et approbation des marchés  

3.7.1  Objet de l’étape 
Cette  étape  consiste  à  formaliser  l’engagement  des  parties  à  travers  le  contrat  et 
d’accomplir  la  formalité  d’approbation  qui  conditionne  le  caractère  exécutoire  du 
marché 

3.7.2  Généralités et champ d’application 

§  Mise au point du projet de marché 

L’autorité contractante, le Maître d’ouvrage délégué ou le Maître d'œuvre s’il existe, 
après  l’attribution  définitive  du  marché,  procède  à  la  mise  au  point  du  projet  de 
marché  en  vue  de  sa  signature.  A  cet  effet, il  complète le  CCAP  avec  les  données 
d’attribution contenues dans le PV de jugement.
Les données d’attribution sont le nom de l’attributaire, les renseignements utiles, 
montant de la soumission, le délai d’exécution, etc. Les pièces constitutives du 
marché tels qu’indiqué dans le RPAO sont (le CCTP, le bordereau des prix unitaires, 
le DQE , DQDescriptif). 

§  Signature par les parties contractantes 

Le  marché  est  d’abord  signé  par  la  personne  habilitée  à  agir  au  nom  et  pour  le 
compte  de  l'attributaire  ou  par  son  représentant  légal.  Les  marchés  sont  signés  en 
autant d'originaux que de besoin 

Le  marché  est  ensuite  signé  par  l’autorité  contractante.  Si  les  personnes 
compétentes  pour  signer  le  marché  sont  les  mêmes  que  celles  qui  doivent  les 
approuver,  celle­ci  doivent  déléguer leur  signature à  des  subordonnés.  Dans le  cas 
de  l’Etat,  si  les  ministères  techniques  restent  compétents,  ils  doivent  déléguer  leur 
compétence  à  leurs  chefs  de  département  lorsque  le  montant  du  marché  est  en 
dessous du seuil de validation de la structure chargée des marchés publics. 

Les  directeurs  des  EPN,  les  chefs  des  services  extérieurs,  les  chefs  des  postes 
diplomatiques  et  consulaires,  les  directeurs  généraux  des  sociétés  publiques,  para 
publiques  et  des  sociétés  privées  signent  seuls,  sous  réserve  de  l’obligation  de 
déléguer quand l’approbation leur incombe. 

§  Réservation de crédits 

Elle  consiste  à  prendre  un  acte  qui  confirme  la  disponibilité  du  crédit,  au  titre  de 
l’exercice  budgétaire  courant,  à  concurrence  du  montant  du  marché,  en  vue  du 
paiement des prestations après leur exécution. La forme de l’acte ainsi que la qualité 
de son émetteur et de ses signataires dépendent de la nature juridique de l’autorité 
contractante (cf. modèle attestation de réservation de crédits). 

§  Préparation de l’approbation 25 

La responsabilité de préparer le dossier d’approbation et de le transmettre à l’autorité 
compétente incombe à l’autorité contractante. Elle doit faire en sorte que la décision 
relative à l’approbation puisse intervenir dans le délai de validité de l’offre et que le 
dossier comporte toutes le pièces requises pour identifier et justifier complètement le 
marché  au  plan  juridique  et  administratif.  Chaque  exemplaire  du  marché  doit  porter 
une numérotation correspondant à la codification définie 

§  Approbation du marché 
L’approbation des marchés est donnée selon le cas par l’autorité approbatrice ou 
l’organe habilité. 
Dans le cas d’une autorité, l’approbation est matérialisée par la signature de celle­ci 
sur chaque exemplaire du marché. 

25 
L’article 78 relatif au Dossier d'approbation.
Dans le cas d’un organe, il s’agit d’un acte de délibération ou de décision collégiale 
joint  à  chaque  exemplaire  du  marché.  L’autorité  compétente  ou  l’organe  compétent 
pour  l’approbation  peut  prendre  une  décision  de  refus  d’approbation.  Dans  ce  cas, 
cette décision doit être accompagnée de recommandations qui permettent à l’autorité 
contractante  de  corriger  le  marché  pour  le  rendre  acceptable  en  vue  de  son 
approbation. 

3.7.3  Principaux intervenants 
§  L’autorité contractante / le Maître d’ouvrage délégué / le Maître d’œuvre 
§  L’attributaire 
§  Point focal 
§  L’autorité approbatrice 
§  La Direction des Marchés Publics 

3.7.4  Description  de  l’étape  dont  le  montant  du  marché  est  inférieur  au  seuil  de 
dépense fixé par arrêté du ministre 

Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  67. Complète  le  CCAP  ou  le  projet  de  contrat  avec  les  données 
contractante /  d’attribution contenues dans le PV de jugement et dans l’offre. 
Maître 
d’ouvrage  68. transmet  le  projet  de  marché  à  l’attributaire  pour  observation 
délégué / Maître  éventuelle et signature. 
d’œuvre 
Attributaire  69. signe  les  exemplaires  du  projet  de  marché  et  les  transmet  à 
l’autorité contractante. 

Autorité  70. signe les exemplaires du projet de marché. 
contractante / 
Maître  71. réserve  les  crédits  et  produit  l’attestation  de  réservation  de 
d’ouvrage /  crédits. 
Maître 
d’ouvrage  72. réunit les pièces requises pour l’approbation du marché. 
délégué / Maître 
d’œuvre  73. rédige la note de présentation du marché. 

74. transmet le dossier ainsi constitué au Point focal. 
Point focal  75. vérifie l’exhaustivité du contenu du dossier d’approbation. 

76. numérote le marché. 

77. transmet le dossier pour approbation à l’autorité approbatrice. 
Autorité  78. le  Ministre  de  la  tutelle  administrative  approuve  le  marché 
approbatrice  (signature) ou prend une décision de refus d’approbation. 
Point focal  79. retire  le  marché  approuvé  et  établit  l’acte  de  notification 
d’approbation. 

80. en cas de refus d’approbation, corrige le marché pour le rendre 
acceptable pour approbation. 

81. transmet le marché à l’autorité contractante.
3.7.5  Diagramme de l’étape 
Autorité contractante / 
Maître d'ouvrage délégué /  Attributaire  Point focal  Autorité approbatrice 
Maître d 'œuvre 

Opération n° 43  Opération n° 45  Opération n° 51  Opération n° 54 
Complète  le  CCAP  ou  le  signe  les  exemplaires  du  vérifie  l’exhaustivité  du  le  Ministre  de  la  tutelle 
projet  de  contrat  avec  les  marché  et  les  transmet  à  contenu  du  dossier  administrative  approuve  le 
données  d’attribution  l’autorité contractante.  d’approbation.  marché (signature) ou prend 
contenues  dans  le  PV  de 
une  décision  de  refus 
jugement et dans l’offre.  Opération n° 52  d’approbation. 

numérote le marché. 
Opération n° 44 

transmet  le  projet  de  Opération n° 53 
marché  à  l’attributaire  pour 
observation  éventuelle  et  transmet  le  dossier  pour 
signature.  approbation  à  l’autorité 
approbatrice. 

Opération n° 46 

signe  les  exemplaires  du  Opération n° 55 
marché. 
retire le marché approuvé et 
établit  l’acte  de  notification 
Opération n° 47 
d’approbation. 
réserve les crédits et produit 
l’attestation  de  réservation 
Opération n° 56 
de crédits. 

en  cas  de  refus 
Opération n° 48 
d'approbation  corrige  le 
réunit  les  pièces  requises  marché  pour  le  rendre 
pour  l’approbation  du  acceptable pour approbation
marché. 

Opération n° 49 
Opération n° 57 
rédige  la  note  de 
transmet  le  marché  à 
présentation du marché. 
l’autorité contractante. 

Opération n° 50 

transmet  le  dossier  ainsi 
constitué au Point focal. 
3.7.6  Description  de  l’étape  dont  le  montant  du  marché  est  supérieur  au  seuil  de 
dépense fixé par arrêté du ministre 

Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  82. Complète  le  CCAP  ou  le  projet  de  contrat  avec  les  données 
contractante /  d’attribution contenues dans le PV de jugement et dans l’offre. 
Maître 
d’ouvrage  83. transmet  le  projet  de  marché  à  l’attributaire  pour  observation 
délégué / Maître  éventuelle et signature. 
d’œuvre 
Attributaire  84. signe  les  exemplaires  du  marché  et  les  transmet  à  l’autorité 
contractante. 
Autorité  85. signe les exemplaires du marché. 
contractante / 
Maître  86. réserve  les  crédits  et  produit  l’attestation  de  réservation  de 
d’ouvrage  crédits. 
délégué / Maître 
d’œuvre  87. réunit les pièces requises pour l’approbation du marché. 

88. rédige la note de présentation du marché. 

89. transmet le dossier ainsi constitué au Point focal 
Point focal  90. vérifie l’exhaustivité du contenu du dossier d’approbation. 

91. transmet le dossier pour approbation à l’autorité approbatrice, la 
Direction des Marchés Publics. 
Autorité  92. approuve le marché (signature) ou prend une décision de refus 
approbatrice  d’approbation. 
Point focal  93. retire  le  marché  approuvé  et  établit  l’acte  de  notification 
d’approbation. 

94. en cas de refus d’approbation, corrige le marché pour le rendre 
acceptable pour approbation. 

95. transmet le marché à l’autorité contractante. 

3.7.7  Diagramme de l’étape
Autorité contractante / 
Maître d'ouvrage délégué /  Attributaire  Point focal  Autorité approbatrice 
Maître d 'œuvre 

Opération n° 58  Opération n° 60  Opération n° 66  Opération n° 68 
Complète  le  CCAP  ou  le  signe  les  exemplaires  du  vérifie  l’exhaustivité  du  le  Ministre  de  la  tutelle 
projet  de  contrat  avec  les  marché  et  les  transmet  à  contenu  du  dossier  administrative  approuve  le 
données  d’attribution  l’autorité contractante.  d’approbation.  marché (signature) ou prend 
contenues  dans  le  PV  de 
une  décision  de  refus 
jugement et dans l’offre.  Opération n° 67  d’approbation. 

numérote le marché. 
Opération n° 59 

transmet  le  projet  de  Opération n° 68 
marché  à  l’attributaire  pour 
observation  éventuelle  et  transmet  le  dossier  pour 
signature.  approbation  à  l’autorité 
approbatrice. 

Opération n° 61 

signe  les  exemplaires  du  Opération n° 69 
marché. 
retire le marché approuvé et 
établit  l’acte  de  notification 
Opération n° 62 
d’approbation. 
réserve les crédits et produit 
l’attestation  de  réservation 
Opération n° 70 
de crédits. 

en  cas  de  refus 
Opération n° 63 
d'approbation  corrige  le 
réunit  les  pièces  requises  marché  pour  le  rendre 
pour  l’approbation  du  acceptable pour approbation 
marché. 

Opération n° 64 
Opération n° 71 
rédige  la  note  de 
transmet  le  marché  à 
présentation du marché. 
l’autorité contractante. 

Opération n° 65 

transmet  le  dossier  ainsi 
constitué au Point focal. 

3.8  Notification d’approbation au titulaire 

3.8.1  Objet de l’étape 
La notification du marché permet au titulaire d'avoir connaissance de la décision 
d'approbation. Il est important que la notification se fasse de manière à constituer la 
preuve de sa date de réception par le titulaire du marché. 

3.8.2  Généralités et champ d’application 

§  Portée de la notification au titulaire 26 

Conformément  au  code  des  marchés  publics,  le  marché  n’est  exécutoire  qu’après 
notification de l’approbation. Le marché prend effet le premier jour suivant la date de 
sa notification 

§  Forme de la notification au titulaire 27 

26 
L’article 83 du code des marchés publics relatif à la notification du marché. 
27 
L’article 83 du code des marchés publics relatif à la notification du marché.
Le  marché  est  notifié  par  l’autorité  contractante.  A  cet  effet,  elle  transmet  des 
exemplaires  du  marché  accompagné  de  l’acte  de  notification  au  titulaire  par  lettre 
recommandée avec demande d’avis de réception ou par remise contre émargement 

3.8.3  Principaux intervenants 
§  L’autorité contractante / le Maître d’ouvrage délégué / le Maître d’œuvre 
§  Le titulaire 

3.8.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais 
Autorité  96. Transmet des exemplaires du marché avec l’acte de notification 
contractante /  au titulaire. 
Maître d’ouvrage 
délégué / Maître 
d’œuvre 
Titulaire  97. reçois la notification. 

3.8.5  Diagramme de l’étape 

Autorité contractante / 
Maître d'ouvrage délégué /  Titulaire 
Maître d'œuvre 

Opération n° 72  Opération n° 73

Transmet  des  exemplaires 
reçoit la notification. 
du  marché  avec  l’acte  de 
notification au titulaire. 
MINISTERE DE L’ECONOMIE  REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE 
ET DES FINANCES  Union – Discipline – Travail 

DIRECTION GENERALE DU BUDGET 
ET DES FINANCES 

DIRECTION DES MARCHES PUBLICS 

FASCICULE N° 3 

Appel d’Offres Restreint

Référence doc : DMP/PROC/N° 3 
Version imprimée le 03/04/2007 
SOMMAIRE 

1.  DEFINITION DE L’APPEL D’OF FRES RESTREINT_____________________ 249 
2.  GENERALITES ­ DOMAINE D’APPLICATION__________________________ 249 
3.  OBJ ECTIF DE LA PROCEDURE ______________________________________ 249 
4.  DESCRIPTION DE LA PROCEDURE  __________________________________ 249 
4.1  Demande d’appel d’offres restreint______________________________________  250 
4.1.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  250 
4.1.2  Généralités – Cadre d’application _______________________________________________  250 
4.1.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  251 
4.1.4  Description de l’étape ________________________________________________________  251 
4.2  Instruction et décision _________________________________________________  251 
4.2.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  251 
4.2.2  Généralités – Cadre d’application _______________________________________________  251 
4.2.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  252 
4.2.4  Description de l’étape ________________________________________________________  252 
4.3  Invitation à soumissionner _____________________________________________  252 
4.3.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  252 
4.3.2  Généralités – Cadre d’application _______________________________________________  252 
4.3.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  253 
4.3.4  Description de l’étape ________________________________________________________  253 
4.3.5  Diagramme des étapes de la demande appel d’offres restreint _________________________  254 
4.4  Préparation des offres _________________________________________________  255 
4.4.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  255 
4.4.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  255 
4.4.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  256 
4.4.4  Description de l’étape ________________________________________________________  257 
4.4.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  258 
4.5  Réception et ouverture des offres _______________________________________  258 
4.5.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  258 
4.5.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  258 
4.5.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  261 
4.5.4  Description de l’étape ________________________________________________________  261 
4.5.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  262 
4.6  Analyse des offres _____________________________________________________  263 
4.6.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  263 
4.6.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  263 
4.6.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  264 
4.6.4  Description de l’étape ________________________________________________________  265 
4.6.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  265 
4.7  Jugement des offres (Analyse et validation)  _____________________________  265 
4.7.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  265 
4.7.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  265 
4.7.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  266 
4.7.4  Description de l’étape ________________________________________________________  266 
4.7.5  Diagramme des étapes de l’analyse et du jugement des offres _________________________  267 
4.8  Validation des propositions d’attribution ________________________________  267 
4.8.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  267 
4.8.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  267 
4.8.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  268
4.8.4  Description de l’étape ________________________________________________________  268 
4.8.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  269 
4.9  Information des candidats retenus ______________________________________  269 
4.9.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  269 
4.9.2  Généralités – champ d’application  ______________________________________________  269 
4.9.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  270 
4.9.4  Description de l’étape ________________________________________________________  270 
4.9.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  271 
4.10  Signature et approbation des marchés  ________________________________  271 
4.10.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  271 
4.10.2  Généralités et champ d’application ______________________________________________  271 
4.10.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  273 
4.10.4  Description du cas où le montant du marché est inférieur au seuil de dépense fixé par arrêté du 
ministre 273 
4.10.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  274 
4.10.6  Description du cas où le montant du marché est supérieur au seuil de dépense fixé par arrêté du 
ministre 275 
4.10.7  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  276 
4.11  Notification d’approbation au titulaire  _________________________________  277 
4.11.1  Objet de l’étape _____________________________________________________________  277 
4.11.2  Généralités et champ d’application ______________________________________________  277 
4.11.3  Principaux intervenants _______________________________________________________  277 
4.11.4  Description de l’étape ________________________________________________________  277 
4.11.5  Diagramme de l’étape ________________________________________________________  278
1.  DEFINITION DE L’APPEL D’OFFRES RESTREINT 

C’est  la  procédure  appliquée lorsque  seuls  certains  candidats  après  sélection  dans 
les conditions prévues au Code des Marchés Publics, sont autorisés à déposer une 
offre. 

2.  GENERALITES ­ DOMAINE D’APPLICATION 

Le  recours  à  la  procédure  d’Appel  d’offres  restreint  se  justifie  lorsque  les  besoins 
d’une  commande  à  satisfaire  relèvent  de  travaux,  de  fournitures  ou  de  prestations 
spécialisés  ou  requérant  une  technique  particulière,  ou  auxquels  peu  de  candidats 
sont capables de répondre. L'autorité contractante, le maître d’ouvrage délégué ou le 
maître d'œuvre s'il existe, établit alors la liste des candidats pressentis pour répondre 
à cette commande. 
Le  recours  à  cette  procédure  dérogatoire  est  soumis  à  l'autorisation  préalable  du 
Ministre  chargé  des  marchés  publics  ou  de  son  délégué,  qui  approuve  la  liste  des 
candidats agréés. 
Toute consultation restreinte non autorisée préalablement par le Ministre chargé des 
marchés  publics  est  irrégulière  au  regard  des  dispositions  du  code  des  marchés 
publics. Toute attribution faite sur cette base est nulle. 

3.  OBJECTIF DE LA PROCEDURE 

L’objectif est de rationaliser le recours à la procédure d’appel d’offres restreint par le 
strict respect des conditions et dispositions prévues par le code des marchés publics. 
Il s’agit également, de permettre au terme de la procédure, d’opérer le meilleur choix 
du  cocontractant  de  l’Etat  du  point  de  vue  du  rapport  qualité  prix  en  assurant  la 
transparence des opérations. 

4.  DESCRIPTION DE LA PROCEDURE 
Les étapes de cette procédure sont les suivantes : 
§  Demande d’appel d’offres restreint 
§  Instruction et décision 
§  Invitation à soumissionner 
§  Préparation des offres 
§  Réception et ouverture des offres 
§  Analyse des offres 
§  Jugement des offres (Analyse et validation) 
§  Approbation des marchés 
§  Notification d’approbation à l’attributaire 
§  Information des candidats retenus
4.1  Demande d’appel d’offres restreint  

4.1.1  Objet de l’étape 
Il  s’agit  de  préciser  dans  quelles  conditions  une  requête  est  élaborée  et  introduite 
auprès du Ministre chargé des marchés publics pour son autorisation. 

4.1.2  Généralités – Cadre d’application 

L’élaboration  de la requête  doit prendre  en  compte  les  exigences  prévues dans les 
dispositions du code des marchés publics et comprend les étapes suivantes : 
§  l’initiative de la procédure 
§  la justification de la procédure 
§  la constitution de la liste restreinte 

q  Initiative de la procédure 

Cette  initiative  au  plan  technique  revient  à  l’autorité  contractante,  au  maître 
d’ouvrage délégué ou au maître d’œuvre s’il existe. La demande qui en découle est 
adressée  au  Ministre  chargé  des  marchés  publics  seule  autorité  de  décision  en  la 
matière. Dans ces conditions, les principes administratifs veulent que le Ministre de 
tutelle du demandeur lui même introduise la demande. 

q  Justification de la procédure 

Le recours à cette procédure doit être spécialement justifiée en apportant la preuve 
d’au moins l’une des conditions suivantes : 

­  travaux, fournitures ou prestations requérant une technicité spécialisé ; 
­  travaux, fournitures ou prestations requérant une technique particulière ; 
­  peu de candidats sont capables de répondre. 
A cet effet, le DAO et en particulier le Cahier des Clauses Techniques Particulières 
(CCTP)  doivent  être  fournis  en  appui  de  la  requête  pour  permettre  d’apprécier  les 
justes motifs. 

q  Constitution de la liste restreinte 

L'autorité  contractante  joint  une  liste  des  candidats  pressentis.  Cette  liste  peut 
prendre  en  compte,  soit  la  liste  catégorisée  d’entreprises  établie  par  l’autorité 
chargée des marchés publics, soit la liste interne propre à l’autorité contractante. 

La  liste  doit  prendre  en  compte  les  exigences  de  technicité  et  de  spécialisation 
prouvées par des références ou le registre de commerce des entreprises proposées 
en la matière.
Cette  liste  peut  être  modifiée  sur  proposition  de  la  Commission  Consultative  des 
Marchés Publics (CCMP) au Ministre chargé des marchés publics. 

4.1.3  Principaux intervenants 

Les principaux intervenants dans la passation des marchés publics par la procédure 
d’appel d’offres restreint sont : 

§  L'autorité contractante, le maître d’ouvrage délégué ou le maître d’œuvre 
§  Le Ministre de tutelle 
§  Le Ministre chargé des marchés publics 

4.1.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  1.  Elabore  le  dossier  et  prépare  les  éléments  techniques  de  la 
contractante,  requête à soumettre à la signature du Ministre de la tutelle. 
maître 
d’ouvrage 
délégué ou 
maître d’œuvre 
Ministre de  2.  transmet la requête au Ministre chargé des marchés publics. 
tutelle 
Ministre chargé  3.  reçoit la requête et saisit le secrétariat technique de la CCMP. 
des marchés 
publics 
4.2  Instruction et décision  

4.2.1  Objet de l’étape 
Il  s’agit  d’apprécier  l’opportunité  du  recours  à  cette  procédure  sur  la  base  des 
justificatifs techniques produits et de prendre la décision appropriée. 

4.2.2  Généralités – Cadre d’application 

q  Avis de la CCMP 

Le  secrétariat  technique  de  la  Commission  Consultative  des  Marchés  Publics 
(CCMP)  rassemble  tous les  éléments  du dossier  dans  un  canevas  type,  afin  de les 
soumettre  à  l’appréciation  et  à  la  décision  de  la  Commission  Consultative  des 
Marchés Publics (CCMP). 

Sur  la  base  des  délibérations  de  la  Commission  Consultative  des  Marchés  Publics 
(CCMP),  le  secrétariat  technique  élabore  les  supports  de  décision  qu’il  soumet  au 
Ministre chargé des marchés publics ou à son délégué.
q  Décision du Ministre chargé des marchés publics ou son délégué 

Considérant  l’avis  de  la  Commission  Consultative  des  Marchés  Publics  (CCMP),  le 
Ministre  chargé  des  marchés  publics  prend  une  décision  d’autorisation  de  la 
procédure ou de rejet de celle­ci. La décision de rejet doit comporter des indications 
permettant  à  la  Commission  Consultative  des  Marchés  Publics  (CCMP)  ou  à 
l’autorité contractante de prendre les dispositions qui s’imposent 

4.2.3  Principaux intervenants 
Les principaux intervenants dans la passation des marchés publics par la procédure 
d’appel d’offres restreint sont 
§  Le secrétariat technique de la CCMP 
§  La Commission Consultative des Marchés Publics (CCMP) 
§  Le Ministre chargé des marchés publics 
§  L'autorité contractante, le maître d’ouvrage délégué ou le maître d’œuvre 

4.2.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Secrétariat  4.  Prépare les fiches d’instruction de la requête, 
technique de la  5.  établit l’ordre du jour et convoque la CCMP. 
CCMP 
CCMP  6.  se réunit et délibère sur l’ordre du jour qui lui est soumis. 
7.  dresse un PV signé séance tenante. 
Secrétariat  8.  Elabore  les  supports  de  décision  et  les  transmet  au  Ministre 
technique de la  chargé des marchés publics ou à son délégué accompagné de 
CCMP  l’avis de la CCMP et du dossier technique. 
Ministre chargé  9.  sur  la  base  de  l’avis  de  la  CCMP,  le  Ministre  décide  en 
des marchés  entérinant  ou  non  les  propositions  de  la  CCMP.  En  cas  d’avis 
publics  contraire, il donne des indications nécessaires ou utiles pour le 
réexamen du dossier. 
Direction des  10. publie  la  liste  des  candidats  autorisés  et  les  références  de 
Marchés Publics  l’autorisation. 

4.3  Invitation à soumissionner  
4.3.1  Objet de l’étape 
Cette étape vise à s’assurer que les candidats ont été dûment informés et disposent 
du même délai pour la préparation de leurs offres 

4.3.2  Généralités – Cadre d’application 

q  Transmission et preuve de la réception 

L’autorité contractante transmet à tous les candidats agréés, une lettre d’invitation à 
soumissionner accompagnée éventuellement du dossier de consultation.
Ce courrier précise le délai d’élaboration de préparation des offres, ainsi que le point 
de  départ  de  ce  délai  qui  prend  en  compte  les  contraintes  de  distribution  ou 
d'acheminement. 

L’autorité contractante prend toutes les dispositions pour que les candidats reçoivent 
cette invitation avant le point de départ mentionné plus haut. 

L’autorité  contractante  doit  réunir  les  preuves  matérielles  de  cette  information  à 
produire  devant  la  Commission  d’Ouverture  des  Plis  et  de  Jugement  des  Offres 
(COJO). 

4.3.3  Principaux intervenants 
§  L'autorité contractante, le maître d’ouvrage délégué ou le maître d’œuvre 

4.3.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  11. transmet  à  tous  les  candidats  agréés,  la  lettre  d’invitation  à 
contractante, le  soumissionner  accompagnée  éventuellement  du  dossier  de 
maître  consultation. 
d’ouvrage  12. recueille les preuves de transmission et de réception.
délégué ou le 
maître d’œuvre 
4.3.5  Diagramme des étapes de la demande appel d’offres restreint 

Autorité contractante / 
Ministre chargé des  Secrétariat technique de  Direction  des Marchés 
Maître d 'o uvrage délég ué  Ministre d e tutelle  CCMP 
marchés publics  la CCMP  Publics 
/ Maître d'œuvre 

Opération n° 1  Opération n° 2  Opération n° 3  Opération n° 4  Opération n° 6 

Elabore  le  dossier  et  transmet  la  requête  au  reçoit la requête et saisit le  prépare  les  fiches  se  réunit  et  délibère  sur 
prépare  les  éléments  Ministre  chargé  des  secrétariat  technique  de  la  d’instruction de la requête.  l’ordre  du  jour  qui  lui  est 
techniques de la requête à  marchés publics.  CCMP.  soumis. 
soumettre  à  la  signature  Opération n° 5 
du Ministre de la tutelle. 
établit  l’ordre  du  jour  et 
convoque la CCMP. 
Opération n° 11  Opération n° 7 

transmet  à  tous  les  Opération n° 9  Opération n° 8  dresse un PV signé séance 
candidats  agréés,  la  lettre  tenante. 
d’invitation  à  sur  la  base  de  l’avis  de  la  élabore  les  supports  de 
soumissionner  CCMP,  le  Ministre  décide  décision et les  transmet au 
accompagnée  en  entérinant  ou  non  les  Ministre  chargé  des  Opération n° 10 
éventuellement  du  dossier  propositions  de  la  CCMP.  marchés  publics  ou  à  son 
En  cas  d’avis  contraire,  il  délégué  accompagné  de  publie  la  liste  des 
de consultation. 
donne  des  indications  l’avis  de  la  CCMP  et  du  candidats  autorisés  et  les 
nécessaires  ou  utiles  pour  dossier technique.  références  de 
le réexamen du dossier.  l’autorisation. 
Opération n° 12

recueille  les  preuves  de 
transmission  et  de 
réception. 
4.4  Préparation des offres  

4.4.1  Objet de l’étape 
Cette  étape  est  relative  à  la  préparation  et  à  la  présentation  des  offres  auprès  des 
services et personnes indiqués dans la lettre d’invitation à soumissionner. 
4.4.2  Généralités – champ d’application 

q  Retrait du DAO 
La lettre d’invitation à soumissionner doit comporter un certain nombre d’informations parmi lesquelles 
le  ou  les  lieux  où  il  peut  être  pris  connaissance  du  dossier  de  consultation,  ainsi  que  ses  modalités 
d'obtention. 

q  Clarification / Modification 
L'autorité  contractante  peut  décider  de  modifier  certaines  dispositions  du  dossier 
d'appel  d’offres  ou  les  délais  de  dépôt  des  candidatures.  Toutefois,  les  conditions 
suivantes doivent être respectées : 
c)  les modifications apportées doivent être portées à la connaissance de tous les 
candidats retenus sur la liste restreinte ; 
d)  les  soumissionnaires  doivent  disposer  d'au  moins  quinze  (15)  jours  pour 
remettre leur offre. Si la modification est intervenue moins de quinze (15) jours 
avant la date limite de remise des offres, cette date doit être repoussée d'une 
durée  permettant  de  laisser  un  délai  de  quinze  (15)  jours  aux 
soumissionnaires pour déposer leurs offres. Le report doit être notifié dans les 
mêmes conditions que précédemment. 
En cas de modification des conditions de participation, du dossier d'appel d’offres ou 
de  la  date  limite  de  dépôt  des  offres,  les  candidats  qui  ont  déjà  remis  leurs  offres 
peuvent  se  retirer  de  la  compétition,  ou  modifier  leurs  offres  en  ajoutant  des 
compléments ou en remplaçant l'offre initiale par une nouvelle offre. 

Les  éléments  de  réponse  ne  doivent  pas  porter  mention  du  candidat  qui  est  à 
l’origine des modifications. Ces éléments de réponse objet d’un additif sont diffusés 
auprès  de  tous  les  candidats  qui  ont  retiré  le  dossier.  Des  copies  doivent  être 
également joint au dossier mis à la disposition de nouveaux candidats. 

q  Présentation des offres 
Chaque offre doit être présentée dans trois enveloppes dont deux (2) sont placées à 
l'intérieure  de  la  principale.  L'une  des  enveloppes  intérieures  contient  l'offre 
technique  et l'autre  contient l'offre  financière.  Chacune  de  ces  deux  (2)  enveloppes 
porte le nom du soumissionnaire et la mention de son contenu. 
L'enveloppe extérieure dans laquelle sont placées les deux (2) autres, est anonyme. 
Elle  doit  permettre  de  dissimuler  l'identité  du  soumissionnaire.  L'ensemble  des 
éléments  de l'offre  doit  rester anonyme  jusqu'à la  séance  d'ouverture  afin  d’assurer 
les  objectifs  recherchés  de  transparence,  d'égalité  des  chances  et  de  traitement 
entre les soumissionnaires. 

q  Délai et lieu de dépôt des offres 
Chaque  soumissionnaire  doit  respecter  la  date  et  l'heure  limite  de  dépôt  des  offres 
ainsi  que  le  lieu  prescrit  par  le  règlement  particulier  d'appel  d'offres.  L'autorité  qui
reçoit  l'offre  en  délivre  un  récépissé  qui  fera  la  preuve  de  la  date  et  de  l'heure  du 
dépôt entre ses mains. 
En  cas  d'impossibilité  de  recevoir les  offres à  la  date  et  à l'heure  indiquée, le  délai 
doit  être  reportée  d'au  moins  un  jour.  Ce  report  doit  être  affiché  dans  les  lieux  du 
dépôt. 
Le jour de l’ouverture, les offres sont recevables au lieu indiqué dans le DAO jusqu’à 
l’ouverture de la première enveloppe. 

q  Annulation de l'appel à concurrence : 
L'autorité  contractante  peut  à  tout  moment  faire  une  demande  motivée  d'annulation 
de  l'appel  à  la  concurrence  au  Ministre  chargé  des  marchés  publics  ou  à  ses 
services compétents. 
La décision d'annulation est prise par le Ministre chargé des marchés publics, ou son 
délégué après avis de la commission consultative des marchés publics. 

4.4.3  Principaux intervenants 
§  Les candidats 
§  L’autorité contractante / le Maître d’ouvrage / le Maître d’ouvrage délégué / le 
Maître d’œuvre 
§  Le Point focal 
§  La Direction des Marchés Publics / DMP 
§  La Commission consultative des marchés publics (CCMP).
4.4.4  Description de l’étape 

Intervenants  Description des tâches  Délais  
Candidat  13. Retire  la  lettre  d’invitation  à  soumissionner  chez  l’autorité 
désigné à cet effet. 

Autorité  14. inscrit  dans un  registre prévu  à cet effet,  ou  notifie  la  vente du 
contractante /  dossier d’appel d’offres. 
Maître 
d’ouvrage / 
Maître 
d’ouvrage 
délégué / Maître 
d’œuvre 
Candidat  15. prépare  son  offre  dans  les  délais  précisés  dans  la  lettre 
d’invitation.  Durant  cette  période,  il  peut  à  tout  moment, 
demander des clarifications à l’autorité contractante. 

Autorité  16. traite en liaison avec la DMP les demandes de clarification. 
contractante / 
Maître  17. notifie  au  candidat  ayant  formulé  la  demande  les  éléments  de 
d’ouvrage  réponses. 
délégué / Maître 
d’œuvre  18. informe  les  autres  candidats  et  diffuse  l’information  par  les 
/ Direction des  mêmes  moyens  appropriés  prévus  à  l’article  19  du  code  des 
Marchés Publics  marchés publics. 

Direction des  19. reçoit les avis de modification et les notifie. 
Marchés Publics 
Candidat  20. dépose  les  offres  aux  lieu  et  date  indiqués  dans  l’avis  d’appel 
d’offres.
4.4.5  Diagramme de l’étape 

AUTORITE CONTRACTANTE/MAITRE 
CANDIDAT  D'OUVRAGE/MAITRE D'OUVRAGE  DIRECTION DES MARCHES PUBLICS 
DELEGUE/MAITRE D'ŒUVRE 

Opération n° 13  Opération n° 14  Opération n° 19 

Retire  la  lettre  d’invitation  à  inscrit  dans  un  registre  reçoit  les  avis  de 
soumissionner  chez  prévu  à  cet  effet,  ou  notifie  modification et les notifie 
l’autorité  désigné  à  cet  la  vente  du  dossier  d’appel 
effet.  d’offres. 

Opération n° 15  Opération n° 16 

prépare  son  offre  dans  les  traite  en  liaison  avec  la 
délais  précisés  dans  la  DMP  les  demandes  de 
lettre  d’invitation.  Durant  clarification. 
cette  période,  il  peut  à  tout 
moment,  demander  des  Opération n° 17 
clarifications  à  l’autorité 
contractante.  notifie  au  candidat  ayant 
formulé  la  demande  les 
éléments de réponses. 

Opération n° 20 
Opération n° 18 
dépose les offres aux lieu et 
date  indiqués  dans  l’avis  informe  les  autres 
d’appel d’offres.  candidats  et  diffuse 
l’information par  les mêmes 
moyens  appropriés  prévus 
à  l’article  19  du  code  des 
marchés publics.

4.5  Réception et ouverture des offres  

4.5.1  Objet de l’étape 
Cette étape couvre les actions de réception et d’ouverture des offres. 

4.5.2  Généralités – champ d’application 

q  Réception des offres 
Les plis des candidats déposés auprès de l’autorité contractante sont réceptionnés, 
c’est à dire répertoriés (enregistrés) contre émargement à la date limite de dépôt des 
offres, aux date, heure et lieu indiqués dans l’avis d’appel d’offres. A la date limite de 
réception,  une  liste  des  entreprises  candidates  est  dressée  par  l’autorité 
contractante. 

q  Nombre de plis exigé 
Les  membres  de  la  Commission  d’Ouverture  des  plis  et  de  Jugement  des  Offres 
(COJO) sont convoqués par l’autorité contractante. 

Les  plis  contenant  les  offres  des  soumissionnaires  en  réponse  à  l’avis  d’appel 
d’offres  sont  ouverts  par  la  COJO.  Si  aux  date  et  heure  limites  de  réception  des 
offres,  il  n’a  pas  été  reçu  un  minimum  de  trois  plis,  la  COJO  restitue  les  offres 
éventuellement  reçues  aux  candidats  et  ouvre  un  nouveau  délai  pour  le  dépôt  des 
offres. Ce délai ne peut être inférieur à quinze jours. 

L’autorité contractante, le Maître d’ouvrage délégué ou le Maître d’œuvre, s’il existe, 
porte  alors  ce  nouveau  délai  à  la  connaissance  du  public  et  des  candidats  par  les 
moyens de publicité habituels. 

A  l’issue  de  ce  nouveau  délai,  la  Commission  peut  procéder  aux  opérations  de 
dépouillement, même en présence d’un pli unique 

q  Composition de la COJO 1 

La composition des différentes commissions sont présentées dans le fascicule 
n°1 relatif aux dispositions générales du Manuel de procédures aux pages 13 
à 14. 

q  Mandat et quorum 
Les membres de la Commission, intervenant en qualité de représentant, doivent être 
dûment mandatés 2  par les autorités qu'ils représentent. 
Le  président  de  la  Commission  vérifie  la  validité  des  mandats.  Les  membres  de  la 
Commission  ne  peuvent  valablement  délibérer  que  s'ils  ont  été  désignés 
conformément  à  l’article  40  du  code  des  marchés  publics  relatif  au  Mandat  des 
membres de la Commission. 
Le  quorum  est  égal  à  la  totalité  des  membres  de  la  Commission  tel  que  énuméré 
dans  le  RPAO  et  le  DAO  en  application  des  dispositions  du  code  relatives  à  la 
Commission d’Ouverture des Plis et de Jugement des Offres. A cet effet : 
­  Si  trois  (3)  membres  ou  plus  de  la  commission  sont  absents,  la  commission  ne 
peut statuer. 
­  Si  le  Président  ou  l’autorité  contractante  ou  le  rapporteur  est  absent,  la 
commission ne peut pas statuer. 
­  S’il y a 1 ou 2 absent(s) en dehors du Président, de l’autorité contractante ou du 
rapporteur, la décision est prise à l’unanimité des membres présents. 


Article 38 relatif à la composition de la commission déconcentrée d’ouverture des plis et de jugement 
des offres. 

Article 40 relatif aux mandat des membres de la Commission.
Le  quorum  doit  être  atteint  non  seulement  pour les  débats,  mais  également  lors  du 
vote de la commission. Les membres à voix consultative ne sont pas inclus dans le 
calcul  du  quorum.  Leur  absence,  s’ils ont  été  également  convoqués,  n’empêche  en 
aucune façon la tenue de la commission 

q  Décisions de la Commission 

La décision de rejeter une offre lors de l'ouverture des plis, pour non conformité de la 
forme  de  présentation  est  prise  à  la  majorité  absolue.  La  majorité  absolue  est 
obtenue lorsque plus de la moitié des membres qui ont pris part au vote ont exprimé 
un avis favorable pour le rejet. On compte parmi les personnes qui ont voté celles qui 
se sont abstenues. 

Lors de la séance de jugement la décision d'attribution est prise à la majorité absolue 
lors de la première séance. Si cette majorité n'est pas obtenue une deuxième séance 
doit être organisée dans un délai de huit jours. Lors de cette séance, la décision est 
prise à la majorité relative et en cas d'égalité la voix du président est prépondérante. 
La décision est prise dans ce cas conformément au vote du Président. 

q  Opérations d’ouverture des offres 

Après la date et l’heure limites fixées pour le dépôt des offres, seuls sont ouverts les 
plis reçus dans les conditions définies à la présentation des offres 3 , en présence des 
soumissionnaires ou de leurs représentants 

Sauf l’irrecevabilité des dossiers et offres déposés hors délai et sans aucun respect 
des  règles  relatives  à  la  forme  de  présentation,  l’application  des  conditions 
d’admissibilité 4  aux  marchés  publics  ne  peut  conduire  au  rejet  d’une  offre  lors  des 
opérations  d’ouverture  des  enveloppes  extérieures  et  intérieures.  Seule  l’analyse 
technique de l’offre pourra conduire à un rejet ultérieurement. 

1.  Lors de la séance d’ouverture des plis, la commission réalise les opérations 
suivantes : 
­  désignation  d’un  rapporteur  (le  rapporteur  est  l’autorité  contractante,  le 
maître  d’ouvrage  délégué  ou  le  Maître  d’œuvre  de  l’opération,  s’il  existe, 
ou un comité ad hoc mis en place par la commission) ; 
­  ouverture des enveloppes extérieures ; 
­  constatation de l’existence des deux enveloppes intérieures ; 
­  ouverture des deux enveloppes intérieures ; 
­  lecture à haute voix des pièces justificatives et des offres financières qui se 
trouvent à l’intérieur de chacune des enveloppes ; 
­  établissement de la liste des soumissionnaires ; 


Article 33 relatif à la présentation des offres. 

Article 11 relatif aux conditions d’admissibilité aux marchés publics.
­  fixation  de  la  date limite  à  laquelle le  rapporteur  ou  le  comité  ad  hoc  doit 
déposer son rapport. 

L’ensemble  de  ces  opérations  doivent  être  réalisées  au  cours  d’une  même  séance 
qui ne peut pas être interrompue 

2.  Après l’ouverture des offres les opérations suivantes sont effectuées : 
­  remise des offres au rapporteur seul qui en devient le dépositaire ; 
­  conservation des cautions par l’autorité contractante ou ses représentants 
désignés ; 
­  rédaction par la Commission du procès­verbal des opérations d’ouverture. 
Ce procès verbal est conjointement signé par le Président et le rapporteur 
de la commission. 

4.5.3  Principaux intervenants 
§  Le candidat 
§  Le Point focal 
§  L’autorité contractante / le Maître d’ouvrage / le Maître d’ouvrage délégué / le 
Maître d’œuvre 
§  Le Président de la COJO 
§  La Commission d’Ouverture et de Jugement des Offres. 

4.5.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Point focal  21. Programme la tenue des séances de la COJO. 

22. désigne les Présidents. 

autorité  23. adresse  une  convocation  écrite  aux  différents  membres  de  la 
contractante  commission  y  compris  au  responsable du Point focal  au  moins 
une semaine avant la tenue de la séance d’ouverture des plis. 

Président de la  24. vérifie le mandat ou la qualité des membres de la commission. 
COJO 
COJO  25. délibère sur le quorum et désigne le rapporteur. 

26. décide du  report de  l’ouverture  et  de  la  date  et  restitue  les  plis 
aux soumissionnaires si le nombre de plis est inférieur ou égale 
à deux (2), lors de la première séance d’ouverture. 

Autorité  27. porte  le  nouveau  délai  à  la  connaissance  du  public  et  des 
contractante  candidats  par  les  moyens  de  publicité  habituels.  Ce  délai  ne 
peut être inférieur à quinze (15) jours. 

COJO  28. Si l’ouverture est unique : 
­  reçoit les offres des candidats 
­  vérifie les conditions de forme 
­  procède à l’ouverture des enveloppes extérieures
­  procède à l’ouverture des deux enveloppes intérieures 
­  lit à haute voix la soumission y compris les rabais et variantes 
­  constate l’existence des pièces administratives 
­  constate l’existence du cautionnement provisoire 
­  constate l’existence des autres pièces dont elle établit la liste 
­  établit la liste des soumissionnaires 
­  fixe la date de dépôt du rapport par le rapporteur 
­  rédige le procès verbal de séance. 

29. Si l’ouverture est en deux (2) temps : 
­  constate l’existence distincte de l’enveloppe technique et de 
l’enveloppe financière 
­  paraphe l’enveloppe financière 
­  rédige le procès verbal de séance. 

Autorité  30. conserve  toutes  les  pièces  originales  des  dossiers  et  informe 
contractante /  officiellement  la  Direction  des  Marchés  Publics  de  la 
Maître  confirmation de l’ouverture (procès verbal). 
d’ouvrage / 
Maître 
d’ouvrage 
délégué / Maître 
d’oeuvre 

4.5.5  Diagramme de l’étape 

Point focal  Autorité contractante  Président de la COJO  COJO 

Opération n° 21  Opération n° 23  Opération n° 24  Opération n° 25 

programme  la  tenue  des  adresse  une  convocation  vérifie  le  mandat  ou  la  délibère sur le quorum  et désigne 
séances de la COJO.  écrite  aux  différents  qualité  des  membres  de  le rapporteur. 
membres  de  la  COJO  y  la commission. 
compris  au  responsable  du  Opération n° 26 
Opération n° 22 
Point focal au moins une (1) 
semaine  avant  la  tenue  de  décide du report de l’ouverture et 
désigne les Présidents.  la  séance  d’ouverture  des  de la date  et restitue les plis aux 
plis.  soumissionnaires si le nombre de 
plis est inférieur ou  égale à  deux 
(2),  lors  de  la  première  séance 
d’ouverture. 
Opération n° 27 

porte  le  nouveau  délai  à  la 
connaissance  du  public  et 
Opération n° 28 
des  candidats  par  les 
moyens  de  publicité  Si l’ouverture est  unique  : 
habituels.  Ce  délai  ne  peut  reçoit  les  offres  des  candidats,  vérifie 
être  inférieur  à  quinze  (15)  les  conditions  de  forme,  procède  à 
jours.  l’ouverture  des  enveloppes 
extérieures,  ....,  fixe  la  date  de  dépôt 
du rapport par le rapporteur, rédige le 
PV de séance. 
Opération n° 30 

conserve  toutes  les  pièces 
Opération n° 29 
originales  des  dossiers  et 
informe  officiellement  la  Si l’ouverture  est  en  deux  (2) temps 
Direction  des  Marchés  : 
Publics  de  la  confirmation  constate  l’existence  distincte  de 
de  l’ouverture  (procès  l’enveloppe  technique  et  de 
verbal).  l’enveloppe  financière,…..  paraphe 
l’enveloppe  financière,  rédige  le 
procès verbal de séance.
4.6 Analyse des offres 5 

4.6.1  Objet de l’étape 
Cette étape est relative à l’analyse et à l’évaluation des offres. 

4.6.2  Généralités – champ d’application 
Suite à l’examen des pièces justificatives, une analyse technique et financière est 
effectuée et un classement est arrêté. Pour affiner son analyse, le rapporteur peut 
demander des clarifications par écrit. 

q  Examen des pièces justificatives 
En  tout  premier  lieu,  le  rapporteur  vérifie  l’effectivité  et  la  validité  des  pièces 
administratives  notamment,  l’attestation  de  la  CNPS  et  celle  des  Impôts  ainsi  que 
des autres pièces mentionnées dans le RPAO et le mentionne dans le rapport. 
Il vérifie toutes les autres pièces entrant dans l’évaluation de la capacité technique et 
financière des soumissionnaires. 
Le  cas  échéant,  il  peut  vérifier  l’authenticité  des  documents  produits  auprès  des 
sources.  La  COJO  peut  si  elle  le  juge  opportun,  procéder  à  la  visite  de  sites  et  de 
matériels. 

q  Analyse technique 
C’est la satisfaction aux critères du RPAO pour les éléments techniques fournis par 
les soumissionnaires. Il s’agit entre autres de : 
­  la conformité aux spécifications techniques ; 
­  l’existence et la qualification des ressources humaines ; 
­  l’existence du matériel ; 
­  l’existence des références techniques ; 
­  la consistance de la méthodologie proposée ; 
­  le délai d’achèvement des travaux, de livraison des biens, ou de fourniture 
des services ; 
­  les caractéristiques fonctionnelles des travaux ou des biens ainsi que leur 
adaptation aux conditions locales ; 
­  les  garanties  professionnelles  présentées  par  chacun  des 
soumissionnaires. 

q  Analyse financière 
Il  s’agit  pour  le  rapporteur  d’analyser  l’exhaustivité  des  postes  de  coûts  et  de 
s’assurer qu’il n’y a pas d’erreurs arithmétiques dans les calculs. 
Il  doit  procéder  également,  aux  ajustements  financiers  en  application  des  règles 
prévues  dans  le  RPAO  et  arrêter  le  montant  définitif  de  la  soumission  en  tenant 
compte des rabais éventuels. 
Une variante dans une offre ne peut être prise en considération pour le classement 
des  offres  que  si  une  telle  faculté  a  été  expressément  mentionnée  dans  le  dossier 
d'appel à la concurrence. 


Article 35 du code des marchés publics relatif à l’analyse et l’évaluation des offres.
L’évaluation  en  terme  monétaire  consiste  à  prendre  en  compte  aux  fins  du 
classement  des  offres  financières  d’autres  postes  de  charge  générés  par  les 
équipements  concernés  dont  les  paramètres  et  les  bases  d’appréciation  sont 
précisées dans le RPAO. Il s’agit notamment : 
­  du prix soumissionné éventuellement corrigé, sous réserve de toute marge 
de préférence 6 ; 
­  du coût de l’utilisation, de l’entretien et de la réparation des travaux ou des 
biens. 
L’application  le  cas  échéant,  de  la  marge  de  préférence  en  vue  de  déterminer  le 
montant  à  prendre  en  compte  pour  les  soumissionnaires  qui  en  bénéficient  pour  le 
classement. 

q  Demande de clarification 
Le  rapporteur  ne  peut interroger,  par  écrit,  les  soumissionnaires  que pour leur  faire 
préciser  ou  compléter  la  teneur  de  leurs  offres.  Pour  être  analysées,  les  réponses 
écrites  faites  par  les  soumissionnaires  ne  peuvent  modifier  les  éléments 
précédemment  fournis  se  rapportant  au  prix  ou  rendre  conforme  une  offre  non 
conforme. 
Les informations demandées doivent simplement clarifier davantage ce qui est déjà 
déclaré et qui ne peut être exploité efficacement en l’état. 
Par  exemple,  une  attestation  de  bonne  exécution  délivrée  sans  précisions  de 
quelques mentions utiles pour la décision telle que le montant, la date de réalisation, 
la  nature  précise  de  prestations  peut  faire  l’objet  de  demande  portant  sur  ces 
éléments. 
En  revanche,  une  simple  liste  de  référence  produite  ne  peut  remplacer  une 
attestation  de  bonne  exécution lorsqu’elle  est  requise,  dans  ce  cas, la  demande  de 
l’attestation  de  bonne  exécution  en  complément  de  l’offre  conduirait  à  une 
modification substantielle. 
L’analyse des offres faite par le rapporteur doit se fonder sur une grille d’évaluation 
dont les critères auront nécessairement été exposés, de manière précise et détaillée, 
dans le règlement particulier d'appel d'offres. 

4.6.3  Principaux intervenants 
§  Le rapporteur de la Commission d’Ouverture des plis et de Jugement des 
Offres. 


Articles 15 et 16 du code des marchés publics.
4.6.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Rapporteur de la  31. Procède aux opérations suivantes : 
COJO  ­  vérifie  de  manière  approfondie  les  pièces  administratives  et 
techniques de l’offre. 
­  demande  le  cas  échéant  des  clarifications  aux  candidats  qui 
doivent  répondre  sous  délai.  Les  vérifications  et  demandes  de 
clarification doivent obligatoirement se faire par écrit. 
­  évalue  la  valeur  technique  de  l’offre  (conformité  technique, 
normes, adaptation aux conditions locales etc.), 
­  procède à la vérification arithmétique et comptable des offres. 
­  établit  un  classement des offres  selon  les  seuls critères  définis 
dans le RPAO. 
­  rédige le rapport d’analyse. 
­  transmet  le  rapport  d’analyse  à  chaque  membre  de  la 
Commission. 

4.6.5  Diagramme de l’étape 
Ce diagramme est combiné avec celui du jugement des offres. 
4.7  Jugement des offres (Analyse et validation) 7 
4.7.1  Objet de l’étape 
Cette étape concerne le processus de décision réunissant l’ensemble des membres 
de  la  Commission  d’Ouverture  des  plis  et  de  Jugement  des  Offres  (COJO),  pour 
statuer sur le rapport d’analyse et procéder à l’attribution 

4.7.2  Généralités – champ d’application 

q  Examen et validation du rapport d’analyse 
La Commission examine le rapport d’analyse fournit par le rapporteur et le valide sur 
chaque point. Il résulte de cet examen, le rapport adopté par la Commission après la 
prise en compte des amendements et remarques faits par la Commission. 

q  Attribution du marché 

L’attribution  est  l’étape  de  décision  de  la  séance  de  la  COJO.  Cette  décision  est 
fondée  sur  le  contenu  du  rapport  d’analyse  adopté  par  cette  Commission  et 
notamment, la qualification des candidats et le classement des offres. La séance de 
jugement conduit aux décisions suivantes : 
­  attribution des différents lots aux candidats déclarés les mieux disant ; 
­  choix  des  combinaisons  économiquement  les  plus  avantageuse  pour  l’acheteur 
en cas d’attribution de plusieurs lots ; 


Article 36 : Jugement des offres et attribution des marchés.
­  déclaration éventuelle de lots infructueux ou de l’appel d’offres infructueux ; 
q  Classement 

Le  classement  consiste  pour  les  offres  techniquement  conformes  ou  qualifiées  à 
établir un ordre allant de l'offre la plus basse à la plus élevée. 

Les  montants  pris  en  compte  pour  ce  classement  sont  ceux  qui  résultes  des  offres 
financières  corrigées  ainsi  que  de l’application  des  rabais  éventuels  et  de la  marge 
de préférence. 
q  Rédaction du procès verbal de jugement 

La  Commission  dresse  un  procès­verbal  qui  arrête  sa  décision  et  qui  est  signé 
séance  tenante.  Ce  procès­verbal  est  un  procès­verbal  d’attribution  provisoire  ou 
définitive  selon  que  le  seuil  est  inférieur  ou  supérieur  au  seuil  fixé  par  arrêté  du 
Ministre chargé des marchés publics. 

Tout procès­verbal dressé à cette étape doit contenir les informations suivantes : le 
nom  de(s)  soumissionnaire(s)  retenu(s) ;  les  principales  dispositions  permettant 
l'établissement  du  ou  des  marchés,  en  particulier  les  prix,  les  délais  et,  le  cas 
échéant,  les  variantes  prises  en  compte.  Il  est  notifié  immédiatement  à  l'autorité 
contractante, le Maître d'ouvrage délégué ou le Maître d'œuvre le cas échéant. 

4.7.3  Principaux intervenants 
§  Le Point focal 
§  La Commission d’Ouverture et de Jugement des Offres (COJO) 
§  Le Président de la COJO 
§  Le rapporteur de la Commission d’Ouverture et de Jugement des Offres 
§  La Direction des Marchés Publics 
§  L’autorité contractante / le Maître d’ouvrage / le Maître d’ouvrage délégué. 

4.7.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  32. Convoque la COJO. 
contractante 
Président COJO  33. Vérifie les mandats 

COJO  34. procède aux opérations suivantes : 
­  délibère sur le quorum. 
­  examine, amande et adopte le rapport d’analyse. 
­  arrête le classement définitif des offres. 
­  décide de l’attribution des différents lots ou du marché. 
­  dresse et signe le PV de la séance de jugement. 
Autorité  35. transmet une copie du procès verbal à la Direction des Marchés 
contractante  Publics pour information. 

NB  :  Pour  les  commandes  dont  les  montants  sont  inférieurs  au  seuil  de  validation  du 
Ministre  chargé  des  marchés  publics  l’attribution est définitive et  l’autorité contractante doit 
conserver  toutes  les  soumissions  et  la  documentation  relative  à  l’attribution  en  vue  du 
contrôle a posteriori de la Direction des Marchés Publics.
Pour  les  marchés  dont  les  montants  sont  supérieurs  au  seuil  de  validation  de  la  Direction 
Marchés Publics, la procédure se poursuit conformément aux dispositions du point 4.8 décrit 
ci­dessous. 

4.7.5  Diagramme des étapes de l’analyse et du jugement des offres 
Autorité contractante / 
Rapporteur COJO  Maître d'ouvrage délégué  Président COJO  COJO 
/ Maître d'œuvre 

Opération n° 31  Opération n° 32  Opération n° 33  Opération n° 34 

Procède aux opérations suivantes :  Convoque  la COJO  Vérifie les mandats  Procède  aux  opérations 
­  vérifie  de  manière  approfondie  les  pièces  suivantes : 
administratives et techniques de l’offre.  ­ délibère sur le quorum. 
­  demande  le  cas  échéant,  par  écrit  des  ­  examine,  amande  et  adopte 
clarifications  aux  candidats  qui  doivent  le rapport d’analyse. 
répondre sous délai.  ­  arrête  le  classement  définitif 
­  évalue  la  valeur  technique  de  l’offre  des offres. 
(conformité  technique,  normes,  adaptation  ­  décide  de  l’attribution  des 
aux onditions locales etc.).  différents lots ou du marché. 
­  procède  à  la  vérification  arithmétique  et  ­  dresse  et  signe  le  PV  de  la 
comptable des offres.  séance de jugement. 
­  établit  un  classement  des  offres  selon  les  Opération n° 35 
seuls critères définis dans le RPAO. 
­ rédige le rapport d’analyse.  transmet  une  copie  du 
­  transmet  le  rapport  d’analyse  à  chaque  procès  verbal  à  la 
membre de la Commission.  Direction  des  Marchés 
Publics pour information. 

4.8  Validation des propositions d’attribution  
4.8.1  Objet de l’étape 

Cette étape concerne la validation par la Direction des Marchés Publics au niveau 
central ou par ses Directions Régionales compétentes des propositions d’attribution 
provisoires des appels d’offres dont le montant dépasse les seuils de validation. 

4.8.2  Généralités – champ d’application 
La validation vise à faire une revue de la procédure d’attribution des marchés en vue 
de  s’assurer  de  la  régularité  des  opérations.  Cette  revue  comprend  les  étapes 
suivantes : 
§  respect des date et heures d’ouverture ; 
§  régularité de la constitution de la Commission (convocation, mandat, quorum); 
§  validité des pièces administratives et du cautionnement provisoire ; 
§  exhaustivité  du  rapport au  regard  de  toutes  les  étapes  du  processus 
d’évaluation : 
­  qualification administrative 
­  conformité ou qualification technique 
­  analyse et classement des offres financières ; 
§  conformité  de  l’analyse  et  de  l’évaluation  des  offres  aux  dispositions  du 
RPAO ; 
§  cohérence des décisions avec l’évaluation corrigée ; 
§  existence des procès verbaux.
q  Avis de la DMP 

A  l’issue  de  l’examen,  la  Direction  des  Marchés  Publics  prend  une  décision  de 
validation  ou  de  rejet  motivée  des  propositions  d’attribution.  Cet  avis  est  notifié  à 
l’autorité contractante en précisant le cas échéant toutes les observations permettant 
à la Commission de réexaminer le dossier. 
q  Contentieux 

La Commission doit tenir compte de l’avis de la Direction Marchés Publics et de ses 
observations  et  remarques  pour  le  réexamen  le  cas  échéant  des  décisions 
d’attribution.  En  cas  de  désaccord  entre  la  Commission  et  la  Direction  Marchés 
Publics, le contentieux ainsi constatés est porté devant la Commission Administrative 
de Conciliation par la partie la plus diligente. Dans tous les cas l’autorité contractante 
ou la  Commission  ne  peut ignorer l’avis  de la  Direction  Marchés  Publics et  ne  peut 
engager la suite des procédures. 

NB  :  Dans  le  cadre  des  projets,  l’autorité  contractante  transmet  le  cas  échéant,  les 
propositions  dûment  validés  par  la  Direction  des  marchés  Publics  aux  bailleurs  de  fonds 
avec les documents requis pour avis de non objection. 

4.8.3  Principaux intervenants 
§  L’autorité contractante 
§  La Direction des marchés Publics 
§  La Commission d’Ouverture des plis et de jugement des Offres (COJO). 

4.8.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  36. Transmet  à  la  Direction  des  Marchés  Publics,  le  procès  verbal 
contractante /  d’ouverture des offres,  le  rapport d’analyse,  le  PV  de  jugement 
Maître  et  une  copie  des  offres  (original),  pour  avis  sur  la  proposition 
d’ouvrage  d’attribution provisoire. 
délégué / Maître 
d’œuvre 
Direction des  37. Examine les documents reçus et donne un avis écrit. 
Marchés Publics 
38. Notifie  l’avis  à  l’autorité  contractante  avec  une  copie  au  Point 
focal. 
Autorité  39. En cas d’avis favorable l’autorité contractante notifie cet avis aux 
contractante /  membres  de  la  Commission.  Le  procès  verbal  d’attribution 
Maître  provisoire devient définitif. 
d’ouvrage / 
Maître  40. transmet  le  cas  échéant,  dans  le  cadre  des  projets,  les 
d’ouvrage  propositions  d’attribution  dûment  validées  par  la  DMP  aux 
délégué / Maître  bailleurs de fonds pour avis de non objection. 
d’œuvre 
41. en cas d’avis de rejet, l’autorité contractante convoque la COJO. 
COJO  42. Se réunit pour examen des motifs de rejet, prises en compte ou 
réaction. 
43. dresse un procès verbal. 
44. transmet  le  procès  verbal  et  le  rapport  corrigé  et  tout  autre 
document nécessaire en réponse aux observations de la DMP.
4.8.5  Diagramme de l’étape 
Autorité contractante / 
Direction des Marchés 
Maître d'ouvrage délégué /  COJO 
Publics (DMP) 
Maître d'œuvre 

Opération n° 36  Opération n° 37 

Transmet  à  la  DMP,  le  PV 
examine  les  documents 
d’ouverture  des  offres,  le  reçus et donne un avis écrit. 
rapport  d’analyse,  le  PV  de 
jugement  et  une  copie  des 
offres  (original),  pour  avis 
Opération n° 38 
sur  la  proposition 
d’attribution provisoire.  notifie  l’avis  à  l’Autorité  Opération n° 42 
contractante avec une copie 
au Point focal.  se  réunit  pour  examen  des 
motifs  de  rejet,  prises  en 
Opération n° 39 
compte ou réaction. 
en cas d’avis favorable, 
l’Autorité  contractante  Opération n° 43 
notifie  cet  avis  aux 
membres  de  la  dresse un PV. 
Commission.  Le  PV 
d’attribution  provisoire  Opération n° 44 
devient définitif. 
transmet  le  PV  et  le  rapport 
corrigé  et  tout  autre 
Opération n° 40  document  nécessaire  en 
réponse  aux  observations 
transmet  le  cas  échéant,  de la DMP. 
dans  le  cadre  des  projets, 
les propositions d’attribution 
dûment  validées  par  la 
DMP aux  bailleurs de fonds 
pour avis de non objection. 

Opération n° 41 

en  cas  d’avis  de  rejet, 
l’Autorité  contractante 
convoque la COJO. 

4.9  Information des candidats retenus  
4.9.1  Objet de l’étape 
Cette  étape  vise  a  porté  la  décision  de  la  Commission  à  la  connaissance  des 
soumissionnaires.  La  disponibilité  et  l’accessibilité  de  l’information  participent  à  la 
recherche de la transparence 
4.9.2  Généralités – champ d’application 
q  Consultation des résultats 

La  décision  d'attribution  est  publiée  dans  le  Bulletin  officiel  des  marchés  publics  et 
par voie d'affichage dans les locaux de l'autorité contractante. 

Le  rapport  d'analyse  est  tenu  à  la  disposition  des  soumissionnaires  par  l’autorité
contractante 
q  Information des attributaires 

Après  la  décision  d’attribution  définitive, l’affichage  des résultats et  à l’expiration  du 
délai  de  réaction  de  cinq  (5)  jours  accordés  aux  soumissionnaires,  l’autorité 
contractante notifie la décision d’attribution au soumissionnaire retenu 

A  l’occasion  de  cette  notification,  l’autorité  contractante  invite  l’attributaire  à  la 
signature  du  marché  et  à la  production du  cautionnement  définitif en  remplacement 
du cautionnement provisoire 

q  Information des soumissionnaires non retenus 8 

Après  la  décision  d’attribution  définitive, l’affichage  des résultats et  à l’expiration  du 
délai  de  réaction  de  cinq  (5)  jours  accordés  aux  soumissionnaires,  l’autorité 
contractante notifie aux soumissionnaires non retenus le rejet de l’offre et les invite à 
retirer leur cautionnement provisoire. 

4.9.3  Principaux intervenants 
§  Autorité contractante / Maître d’ouvrage / Maître d’ouvrage délégué / Maître 
d’œuvre 
§  Direction des Marchés Publics 
§  Soumissionnaires 

4.9.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  45. Affiche  l’extrait  du  procès  verbal  d'attribution  au  lieu  indiqué 
contractante /  dans  l’avis  d’appel  d’offres  et  met  les  rapports  d’analyse  à  la 
Maître d’ouvrage /  disposition des soumissionnaires. 
Maître d’ouvrage 
délégué / Maître 
d’œuvre 
Direction des  46. publie les résultats dans le journal des marchés et sur Internet. 
Marchés Publics 
Soumissionnaires  47. prennent  connaissance  des  résultats  et  formulent  les 
réclamations éventuelles. 
Autorité  48. notifie  la  décision  d’attribution  au  soumissionnaire  retenu  et 
contractante /  l’invite à prendre contact en vue de la signature du marché et à 
Maître d’ouvrage  produire le cautionnement définitif. 
délégué / Maître 
d’œuvre  49. notifie aux soumissionnaires non retenus le rejet de leurs offres 
et les invite à retirer leur cautionnement provisoire. 


Article 36 relatif au Jugement des offres et attribution des marchés.
4.9.5  Diagramme de l’étape 
Autorité contractante / 
Direction des Marchés 
Maître d'ouvrage délégué /  Soumissionnaires 
Publics (DMP) 
Maître d'œuvre 

Opération n° 45  Opération n° 46  Opération n° 47 

Affiche  l’extrait  du  PV  publie  les  résultats  dans  le  prennent  connaissance  des 
d'attribution  au  lieu  indiqué  journal  des  marchés  et  sur  résultats  et  formulent  les 
dans  l’avis  d’appel  d’offres  Internet.  réclamations éventuelles. 
et  met  les  rapports 
d’analyse  à  la  disposition 
des soumissionnaires. 

Opération n° 48 

notifie  la  décision 
d’attribution  au 
soumissionnaire  retenu  et 
l’invite  à  prendre  contact 
en  vue  de  la  signature  du 
marché  et  à  produire  le 
cautionnement définitif. 

Opération n° 49 

notifie aux soumissionnaires 
non retenus le rejet  de leurs 
offres  et  les  invite  à  retirer 
leur  cautionnement 
provisoire. 

4.10  Signature et approbation des marchés  
4.10.1 Objet de l’étape 
Cette  étape  consiste  à  formaliser  l’engagement  des  parties  à  travers  le  contrat  et 
d’accomplir  la  formalité  d’approbation  qui  conditionne  le  caractère  exécutoire  du 
marché 
4.10.2 Généralités et champ d’application 

q  Mise au point du projet de marché 

L’autorité contractante, le Maître d’ouvrage délégué ou le Maître d'œuvre s’il existe, 
après  l’attribution  définitive  du  marché,  procède  à  la  mise  au  point  du  projet  de 
marché  en  vue  de  sa  signature.  A  cet  effet, il  complète le  CCAP  avec les données 
d’attribution contenues dans le PV de jugement 

Les  données  d’attribution  sont  le  nom  de  l’attributaire,  les  renseignements  utiles, 
montant  de  la  soumission,  le  délai  d’exécution,  etc.  Les  pièces  constitutives  du 
marché tels qu’indiqué dans le RPAO sont (le CCTP, le bordereau des prix unitaires, 
le DQE, DQDescriptif).
q  Signature par les parties contractantes 

Le  marché  est  d’abord  signé  par  la  personne  habilitée  à  agir  au  nom  et  pour  le 
compte  de  l'attributaire  ou  par  son  représentant  légal.  Les  marchés  sont  signés  en 
autant d'originaux que de besoin 

Le  marché  est  ensuite  signé  par  l’autorité  contractante.  Si  les  personnes 
compétentes  pour  signer  le  marché  sont  les  mêmes  que  celles  qui  doivent  les 
approuver,  celle­ci  doivent  déléguer leur  signature à  des  subordonnés.  Dans le  cas 
de  l’Etat,  si  les  ministères  techniques  restent  compétents,  ils  doivent  déléguer  leur 
compétence  à  leurs  chefs  de  département  lorsque  le  montant  du  marché  est  en 
dessous du seuil de validation de la structure chargée des marchés publics 

Les  directeurs  des  EPN,  les  chefs  des  services  extérieurs,  les  chefs  des  postes 
diplomatiques  et  consulaires,  les  directeurs  généraux  des  sociétés  publiques,  para 
publiques  et  des  sociétés  privées  signent  seuls,  sous  réserve  de  l’obligation  de 
déléguer quand l’approbation leur incombe 
q  Réservation de crédits 

Elle  consiste  à  prendre  un  acte  qui  confirme  la  disponibilité  du  crédit,  au  titre  de 
l’exercice  budgétaire  courant,  à  concurrence  du  montant  du  marché,  en  vue  du 
paiement des prestations après leur exécution. La forme de l’acte ainsi que la qualité 
de son émetteur et de ses signataires dépendent de la nature juridique de l’autorité 
contractante (cf. modèle attestation de réservation de crédits). 
q  Préparation de l’approbation 9 

La responsabilité de préparer le dossier d’approbation et de le transmettre à l’autorité 
compétente incombe à l’autorité contractante. Elle doit faire en sorte que la décision 
relative à l’approbation puisse intervenir dans le délai de validité de l’offre et que le 
dossier comporte toutes le pièces requises pour identifier et justifier complètement le 
marché  au  plan  juridique et  administratif.  Chaque  exemplaire  du  marché  doit  porter 
une numérotation correspondant à la codification définie 
q  Approbation du marché 

L’approbation  des  marchés  est  donnée  selon  le  cas  par  l’autorité  approbatrice  ou 
l’organe habilité. 

Dans le cas d’une autorité, l’approbation est matérialisée par la signature de celle­ci 
sur chaque exemplaire du marché. 

Dans le cas d’un organe, il s’agit d’un acte de délibération ou de décision collégiale 
joint  à  chaque  exemplaire  du  marché.  L’autorité  compétente  ou  l’organe  compétent 
pour  l’approbation  peut  prendre  une  décision  de  refus  d’approbation.  Dans  ce  cas, 
cette décision doit être accompagnée de recommandations qui permettent à l’autorité 
contractante  de  corriger  le  marché  pour  le  rendre  acceptable  en  vue  de  son 
approbation 


L’article 78 relatif au Dossier d'approbation.
4.10.3 Principaux intervenants 
§  L’autorité contractante / le maître d’ouvrage délégué / le maître d’œuvre 
§  L’attributaire 
§  Point focal 
§  L’autorité approbatrice 
§  La Direction des Marchés Publics 

4.10.4 Description du cas où le montant du marché est inférieur au seuil de dépense 
fixé par arrêté du ministre 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  50. Complète  le  CCAP  ou  le  projet  de  contrat  avec  les  données 
contractante /  d’attribution contenues dans le PV de jugement et dans l’offre. 
Maître 
d’ouvrage  51. transmet  le  projet  de  marché  à  l’attributaire  pour  observation 
délégué / Maître  éventuelle et signature. 
d’œuvre 
Attributaire  52. signe  les  exemplaires  du  projet  de  marché  et  les  transmet  à 
l’autorité contractante. 

Autorité  53. signe les exemplaires du projet de marché. 
contractante / 
Maître  54. réserve  les  crédits  et  produit  l’attestation  de  réservation  de 
d’ouvrage /  crédits. 
Maître 
d’ouvrage  55. réunit les pièces requises pour l’approbation du marché. 
délégué / Maître 
d’œuvre  56. rédige la note de présentation du marché. 

57. transmet le dossier ainsi constitué au Point focal. 
Point focal  58. vérifie l’exhaustivité du contenu du dossier d’approbation. 

59. numérote le marché. 

60. transmet le dossier pour approbation à l’autorité approbatrice. 
Autorité  61. le  Ministre  de  la  tutelle  administrative  approuve  le  marché 
approbatrice  (signature) ou prend une décision de refus d’approbation. 
Point focal  62. retire  le  marché  approuvé  et  établit  l’acte  de  notification 
d’approbation. 

63. en cas de refus d’approbation, corrige le marché pour le rendre 
acceptable pour approbation. 

64. transmet le marché à l’autorité contractante.
4.10.5 Diagramme de l’étape 

A u t o r i t é  c o n t r a c t a n t e  / 
M a ît r e   d 'o u v r a g e  d é l é g u é  /  A t t r i b u t a i r e  P o i n t   f o c a l  A u t o r i t é  a p p r o b a t r i c e 
M a ît r e  d ' œ u v r e 

O p é r a t io n  n ° 5 0  O p é r a t io n  n ° 5 2  O p é r a t i o n  n ° 5 8  O p é r a t i o n  n ° 6 1 
C o m p lè t e  le  C C A P  o u  le  s ig n e  le s  e x e m p la ire s  d u  v é rif ie  l’e x h a u s t iv ité  d u  le  M in is tre  d e  la  tu te lle 
p ro je t  d e  c o n t ra t  a v e c  le s  m a rc h é  e t  le s  tra n s m e t  à  c o n te n u  d u  d o s s ie r  a d m in is tra t iv e  a p p ro u v e  le 
d o n n é e s  d ’a ttrib u tio n  l’a u to rité   c o n tra c ta n te .  d ’a p p ro b a tio n .  m a rc h é  (s ig n a tu re )  o u  p re n d 
c o n te n u e s  d a n s  le  P V  d e 
u n e  d é c is io n  d e  re f u s 
ju g e m e n t  e t  d a n s  l’o f f re .  O p é r a t i o n  n ° 5 9  d ’a p p ro b a tio n . 

n u m é ro te  le   m a rc h é . 
O p é r a t io n  n ° 5 1 

tra n s m e t  le  p ro je t  d e  O p é r a t i o n  n ° 6 0 
m a rc h é  à  l’a ttrib u ta ire  p o u r 
o b s e rv a tio n  é v e n tu e lle  e t 
tra n s m e t  le  d o s s ie r  p o u r 
s ig n a tu re . 
a p p ro b a tio n  à  l’a u to rit é 
a p p ro b a tric e . 
O p é r a t io n  n ° 5 3 
O p é r a t i o n  n ° 6 2 
s ig n e  le s  e x e m p la ire s  d u 
m a rc h é .  re t ire  le  m a rc h é  a p p ro u v é  e t 
é t a b lit  l’a c te  d e  n o tif ic a tio n 
O p é r a t io n  n ° 5 4  d ’a p p ro b a tio n . 
ré s e rv e  le s  c ré d it s  e t  p ro d u it 
l’a t te s ta tio n  d e  ré s e rv a tio n  O p é r a t i o n  n ° 6 3 
d e  c ré d its . 
e n  c a s  d e  re f u s 
O p é r a t io n  n ° 5 5  d 'a p p ro b a tio n  c o rrig e  le 
m a rc h é  p o u r  le  re n d re 
ré u n it  le s  p iè c e s  re q u is e s  a c c e p ta b le  p o u r  a p p ro b a t io n
p o u r  l’a p p ro b a tio n  d u 
m a rc h é . 

O p é r a t i o n  n ° 6 4 
O p é r a t io n  n ° 5 6 
tra n s m e t  le  m a rc h é  à 
ré d ig e  la  n o t e  d e 
l’a u to rité  c o n tra c ta n t e . 
p ré s e n ta tio n  d u  m a rc h é . 

O p é r a t io n  n ° 5 7 

tra n s m e t  le  d o s s ie r  a in s i 
c o n s titu é  a u  P o in t f o c a l. 
4.10.6 Description  du  cas  où  le  montant  du  marché  est  supérieur  au  seuil  de 
dépense fixé par arrêté du ministre 

Intervenants  Description des tâches  Délais  
Autorité  65. Complète  le  CCAP  ou  le  projet  de  contrat  avec  les  données 
contractante /  d’attribution contenues dans le PV de jugement et dans l’offre. 
Maître 
d’ouvrage  66. transmet  le  projet  de  marché  à  l’attributaire  pour  observation 
délégué / Maître  éventuelle et signature. 
d’œuvre 
Attributaire  67. signe  les  exemplaires  du  marché  et  les  transmet  à  l’autorité 
contractante. 
Autorité  68. signe les exemplaires du marché. 
contractante / 
Maître  69. réserve  les  crédits  et  produit  l’attestation  de  réservation  de 
d’ouvrage  crédits. 
délégué / Maître 
d’œuvre  70. réunit les pièces requises pour l’approbation du marché. 

71. rédige la note de présentation du marché. 

72. transmet le dossier ainsi constitué au Point focal 
Point focal  73. vérifie l’exhaustivité du contenu du dossier d’approbation. 

74. transmet le dossier pour approbation à l’autorité approbatrice, la 
Direction des Marchés Publics. 
Autorité  75. approuve le marché (signature) ou prend une décision de refus 
approbatrice  d’approbation. 

Point focal  76. retire  le  marché  approuvé  et  établit  l’acte  de  notification 
d’approbation. 

77. en cas de refus d’approbation, corrige le marché pour le rendre 
acceptable pour approbation. 

78. transmet le marché à l’autorité contractante.
4.10.7 Diagramme de l’étape 

A u t o r i t é  c o n t r a c t a n t e / 
M a ît r e  d 'o u v r a g e  d él é g u é  /  A t t r i b u t a ir e  P o in t  f o c a l  A u t o r i t é  a p p r o b a t r ic e 
M aît r e d 'œ u v r e 

O p é r a t io n  n ° 6 5  O p é r a t io n  n °  6 7  O p é r a t i o n  n ° 7 3  O p é r a t io n  n ° 7 5 
C om p lète  le  C C A P  o u  le  sign e  le s  e x em plaire s  d u  v érifie  l’e x h au stiv ité  d u  le  M inis tre  d e  la  tute lle 
p ro je t  d e  c o n trat  a v e c  le s  m a rc hé  e t  le s  tra ns m e t  à  c o nte n u  d u  d o ssie r  a d m in istrativ e  a p prou v e  le 
d o n né e s  d ’attrib u tio n  l’au to rité  c on tra c ta nte .  d ’a pp ro b a tion .  m arc h é  (s ig na tu re )  ou  pre nd 
c o n ten u e s  d an s  le  P V  d e 
u n e  d é c isio n  d e  ref u s 
ju g e m e nt e t d a n s l’o ff re . 
O p é r a t i o n  n ° 7 4  d ’a p p ro b atio n . 

n um érote  le  m a rc h é . 
O p é r a t io n  n ° 6 6 

tra n sm et  le  p ro je t  d e  O p é r a t i o n  n ° 6 8 
m arc h é  à  l’a ttrib u ta ire  po u r 
o b se rv a tion  év e n tu e lle  e t  tra ns m e t  le  do ss ie r  p ou r 
s ign a ture .  a pp ro b a tion  à  l’a u torité 
a pp ro b a tric e . 

O p é r a t io n  n ° 6 8 

s ign e  le s  e x em plaire s  d u  O p é r a t i o n  n ° 7 6 
m arc h é. 
re tire  le  m a rc hé  a pp ro u v é  e t 
é ta b lit  l’a c te  d e  n o tif ic a tio n 
O p é r a t io n  n ° 6 9 
d ’a pp ro b a tion . 
ré se rv e  le s  c réd its  e t  p ro d uit 
l’a tte sta tio n  d e  ré se rv a tio n 
de  c ré d its.  O p é r a t i o n  n ° 7 7 

e n  c a s  de  re fu s 
O p é r a t io n  n ° 7 0 
d 'a p prob a tio n  c o rrig e  le 
ré un it  le s  p iè c e s  req u ise s  m a rc h é  p o ur  le  re n dre 
po u r  l’ap p ro b atio n  d u  a c c ep ta ble p o ur ap p ro b atio n
m a rc h é . 

O p é r a t io n  n ° 7 1 
O p é r a t io n  n °  7 8 
ré dige  la  no te  d e 
tra ns m e t  le  m arc h é  à 
prés e nta tion  d u m arc h é. 
l’a u torité c o n tra c tan te . 

O p é r a t io n  n ° 7 2 

tra ns m e t  le  d os sie r  a in si 
c on stitu é  a u  P oin t fo c a l. 
4.11  Notification d’approbation au titulaire 
4.11.1  Objet de l’étape 
La  notification  du  marché  permet  au  titulaire  d'avoir  connaissance  de  la  décision 
d'approbation. Il est important que la notification se fasse de manière à constituer la 
preuve de sa date de réception par le titulaire du marché. 

4.11.2  Généralités et champ d’application 

q  Portée de la notification au titulaire 37 

Conformément  au  code  des  marchés  publics,  le  marché  n’est  exécutoire  qu’après 
notification de l’approbation. Le marché prend effet le premier jour suivant la date de 
sa notification. 

q  Forme de la notification au titulaire 38 

Le  marché  est  notifié  par  l’autorité  contractante.  A  cet  effet,  elle  transmet  des 
exemplaires  du  marché  accompagné  de  l’acte  de  notification  au  titulaire  par  lettre 
recommandée avec demande d’avis de réception ou par remise contre émargement. 

4.11.3  Principaux intervenants 
§  L’autorité contractante / le maître d’ouvrage délégué / le maître d’œuvre 
§  Le titulaire 

4.11.4  Description de l’étape 
Intervenants  Description des tâches  Délais  
L’autorité  79. Transmet des exemplaires du marché avec l’acte de notification 
contractante /  au titulaire. 
Maître 
d’ouvrage 
délégué / Maître 
d’œuvre 
Titulaire  80. reçoit la notification. 

37 
L’article 83 du code des marchés publics relatif à la notification du marché. 
38 
L’article 83 du code des marchés publics relatif à la notification du marché.
4.11.5  Diagramme de l’étape 
Autorité contractante / 
Maître d'ouvrage délégué /  Titulaire 
Maître d'œuvre 

Opération n° 79  Opération n° 80

Transmet  des  exemplaires 
reçoit la notification. 
du  marché  avec  l’acte  de 
notification au titulaire. 
MINISTERE DE L’ECONOMIE  REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE 
ET DES FINANCES  Union – Discipline – Travail 

DIRECTION GENERALE DU BUDGET 
ET DES FINANCES 

DIRECTION DES MARCHES PUBLICS 

FASCICULE N° 4 

Gré à gré 
Avenant

Référence doc : DMP/PROC/N° 4 
Version imprimée le 03/04/2007 
SOMMAIRE 

1.  PROCEDURE DE RECOURS AU GRE A GRE_______________________  281 
1.1  Définition de la procédure du Gré à Gré ______________________________281 
1.2  Généralités ­ domaine d’application _________________________________281 
1.3  Cas de recours à cette procédure ___________________________________281 
1.3.1  Appels d’offres infructueux  _____________________________________________  281 
1.3.2  Lieux de production ou de stockage unique  ________________________________  281 
1.3.3  Urgence impérieuse___________________________________________________  282 
1.3.4  Protection de l’intérêt supérieur de l’Etat___________________________________  282 
1.3.5  Transport de fonds____________________________________________________  282 
1.3.6  Travaux complémentaires ou supplémentaires______________________________  282 
1.3.7  Situation de monopole _________________________________________________  282 
1.3.8  Contraintes ou exigences techniques _____________________________________  283 
2.  PROCEDURE DE RECOURS AUX AVENANTS______________________  284 
2.1  Définition de l’avenant ____________________________________________284 
2.2  Généralités ­ domaine d’application _________________________________284 
3.  COMMISSION CONSULTATIVE DES MARCHES PUBLICS ____________  285 
3.1  Nature des organes et ancrage institutionnel  _________________________285 
3.2  Compétence de la Commission consultative centrale et régionale ________285 
3.3  Composition des Commissions consultatives _________________________285 
3.3.1  Commission consultative centrale ________________________________________  285 
4.  PROCEDURE DEVANT LA COMMISSION CONSULTATIVE  ___________  286 
4.1  Description de la procédure  _______________________________________286 
4.1.1  Saisine de la Commission ______________________________________________  286 
4.1.2  Séances de la commission  _____________________________________________  286 
4.1.3  Avis de la Commission consultative  ______________________________________  287 
4.1.4  Décision du Ministre ou son délégué______________________________________  287 
4.2  Principaux intervenants ___________________________________________287 
4.3  Description des étapes  ___________________________________________287 
4.4  Diagramme de la procédure________________________________________289
1.  PROCEDURE DE RECOURS AU GRE A GRE 

1.1  Définition de la procédure du Gré à Gré 
Un  marché  est  dit  de  gré  à  gré  lorsque  l’autorité  contractante,  le  maître  d’ouvrage 
délégué  ou  le  maître  d’œuvre,  s’il  existe,  engage  les  négociations  appropriées  et 
attribue ensuite le marché au candidat retenu. 
L’autorité contractante ne peut recourir à la procédure de gré à gré qu’après y avoir 
été préalablement autorisée par le Ministre chargé des marchés publics. 

1.2  Généralités ­ domaine d’application 
Le  recours  à  la  procédure  de  gré  à  gré  se  justifie  lorsque  l'autorité  contractante,  le 
maître d'ouvrage délégué ou le maître d'œuvre s'il existe, dans l'un des cas prévus 
par  l’article  31  du  code  des  marchés  publics,  engage  les  négociations  ou 
consultations  appropriées  et  attribue  ensuite  le  marché  au  candidat  qu'il  a  retenu. 
Cette procédure fait l’objet d’une attribution directe du marché à un attributaire. 
Cette  procédure  dérogatoire  doit  être  soumise  à  l'autorisation  préalable  du  Ministre 
chargé  des  marchés  publics  ou  de  son  délégué,  après  avis  de  la  Commission 
consultative  des  marchés  publics,  dans  le  délai  fixé  par  les  textes  d'application  du 
code des marchés publics. 
Le  Ministre  chargé  des  marchés  publics  peut  fixer,  sur  proposition  éventuelle  de 
l'autorité contractante, du maître d'ouvrage délégué ou du maître d'œuvre s'il existe, 
les conditions des négociations ou consultations appropriées. 
Tout recours au gré à gré non autorisée par le Ministre chargé des marchés publics 
est  irrégulière  au  regard  des  dispositions  du  code  des  marchés  publics.  Toute 
attribution faite sur cette base est nulle. 

1.3  Cas de recours à cette procédure 
Le recours à cette procédure ne peut se faire que dans les huit (8) cas suivants : 

1.3.1  Appels d’offres infructueux 
q  Premier cas : l’appel d’offres lancé régulièrement n’a donné lieu à aucune offre 
après une période de publicité complémentaire. 
q  Deuxième  cas :  aucune  des  offres  reçues  n’est  acceptable,  ni  techniquement 
conformes ou qualifiées. 
q  Troisième  cas :  les  offres  techniquement  conformes  ou  qualifiées  présentent 
une soumission excessivement élevée par rapport à l’estimation de la dépense. 
Les  supports  de  décision  des  cas  d’appels  d’offres  infructueux  sont :  le  rapport 
d’analyse et le procès verbal de jugement des offres déclarant l’appel d’offres ou le 
lot infructueux. 
1.3.2  Lieux de production ou de stockage unique 
q  Cas  où  le  lieu  de  production  est  unique :  dans  ce  cas,  avant  le  recours  au 
marché  de  gré  à  gré,  il  doit  être  envisagé  en  fonction  du  montant  de  la 
commande concernée, la possibilité de faire une consultation internationale.
q  Cas  du  lieu  de  stockage  unique :  le lieu  de  stockage  unique  doit  être  vu  du 
côté  du  fournisseur  et  l’objet  de  la  commande  doit  être  tel  que  seul  le 
fournisseur en est capable. 
Les  supports  de  décision  sont apportés  par  le  demandeur  sur  la  base  des  avis 
motivés de Groupements professionnels ou Consulaires. 

1.3.3  Urgence impérieuse 
Elle doit être motivée par des circonstances imprévisibles. A cet effet, la rentrée des 
classes, la clôture budgétaire, l’organisation des examens et concours, ne sont pas 
des circonstances imprévisibles. 
Par  contre,  les  écoles  décoiffées  à  la  suite  d’une  intempérie,  les  menaces 
d’épidémies  nécessitant  l’acquisition  urgente  de  vaccins,  constituent  des  urgences 
impérieuses. 
Les  supports  de  décision  dans  ces  cas  sont :  les  rapports  circonstanciées  avec 
éventuellement des photographies à l’appui. 

1.3.4  Protection de l’intérêt supérieur de l’Etat 
Dans  ce  cas,  seules  sont  prises  en  compte,  les  activités  directement  liées  à  la 
Sécurité et à la Défense Nationale. 
Les supports de décision dans cette hypothèse sont les rapports circonstanciées de 
l’autorité contractante. 

1.3.5  Transport de fonds 
Il s’agit de cas où, le transport de fonds constitue l’objet principal de la dépense. 
Le support de décision est la présentation détaillée des besoins. 

1.3.6  Travaux complémentaires ou supplémentaires 
Dans  cette  hypothèse,  le  recours  au  marché  de  gré  à  gré  est  justifié  dans  les 
conditions suivantes : 
§  les  besoins  correspondent  à  des  travaux,  fournitures  ou  prestations 
indissociables du marché de base ; 
§  ils ne pouvaient être prévus au départ ; 
§  le montant dépasse le seuil de passation d’un avenant. 
Le  support  de  décision  est  le  rapport  d’expertise  d’un  maître  d’œuvre  public 
indépendant du demandeur. 

1.3.7  Situation de monopole 
Le  monopole doit  être  justifié  par la  détention  d’un  brevet  d’invention,  d’une licence 
ou  d’un  droit  exclusif  par  un  seul  entrepreneur,  un  seul  fournisseur  ou  un  seul 
prestataire de services. 
Le support de décision est le titre de propriété représenté par le brevet d’invention, la 
licence ou le droit exclusif.
1.3.8.  Contraintes ou exigences techniques 
Le prestataire dispose de capacité technique propre et unique. De ce fait, les besoins 
ne peuvent être satisfaits que par celui­ci. 
Le support de décision est le rapport d’expert établissant la capacité technique, les 
investissements, les installations spéciales ou de savoir faire du prestataire.
2.  PROCEDURE DE RECOURS AUX AVENANTS 

2.1  Définition de l’avenant 
L’avenant est une modification des clauses contractuelles apportée à un marché 
approuvé. L’avenant donne lieu à la conclusion d’un contrat additif signé et approuvé 
dans les mêmes conditions que le marché de base. 
2.2  Généralités ­ domaine d’application 
On distingue deux (2) types d’avenants : l’avenant avec incidence financière et 
l’avenant sans incidence financière. 
q  Avenant avec incidence financière 
C’est un avenant qui entraîne une variation du coût du marché de base à la hausse 
ou à la baisse. 
L’avenant  est  notamment  nécessaire,  chaque  fois  que  le  montant  du  marché  est 
modifié,  en  augmentation  comme  en  diminution.  Par  contre,  la  mise  en  œuvre  des 
révisions  de  prix,  en  application  des  clauses  contractuelles,  ne  donne  pas  lieu  à  la 
passation d’avenant. 
Le montant total de l'avenant ou des avenants successifs ne doit pas dépasser 30% 
du montant du marché initial. 
Le recours à cette procédure exceptionnelle est soumise à l'autorisation préalable du 
Ministre  chargé  des  marchés  publics  ou  son délégué,  après  avis  de  la  Commission 
Consultative des Marchés Publics. 
En  conséquence,  tout  recours  à  un  avenant  non  autorisé  préalablement  par  le 
Ministre chargé des marchés publics ou de son délégué est irrégulier au regard des 
dispositions du Code des marchés publics. 

q  Avenant sans incidence financière 
L’avenant est dit sans incidence financière lorsque les modifications n’entraînent pas 
une  variation  du  coût  du  marché  de  base.  Il  ne  requiert  aucune  autorisation 
préalable.  Cependant,  selon les  cas,  certains  justificatifs  sont  exigés  pour  sécuriser 
les parties au contrat. 
Pour  les  deux  cas,  le  recours  à  la  procédure  de  l’avenant  s’impose  lorsque  de 
nouveaux facteurs viennent modifier les conditions d’exécution d'un marché. 
Les  avenants  sont  signés  et  approuvés  dans  les  mêmes  conditions  que  le  marché 
initial. 
L’avenant  est  passé  dans  les  conditions  prévues  par  l’article  87  du  Code  des 
marchés publics et ne doit pas avoir pour effet de modifier l’objet du marché de base.
3.  COMMISSION CONSULTATIVE DES MARCHES PUBLICS 

Conformément  à  l’article  72  du  code  des  marchés  publics,  la  commission 
consultative  des  marchés  publics  est  l’organe  consultatif  chargé  d’instruire 
préalablement  et  à  titre  exclusif,  toutes  les  requêtes  diligentées  dans  le  cadre  des 
procédures dérogatoires et mesures exceptionnelles. 

3.1  Nature des organes et ancrage institutionnel 
La  Commission  consultative  des  marchés  publics,  se  subdivise  en  une  commission 
centrale  et  des  commissions  régionales.  L’organisation  et  le  fonctionnement  des 
commissions font l’objet d’un arrêté du Ministre chargé des marchés publics. 

3.2  Compétence de la Commission consultative centrale et régionale 
La commission consultative centrale des marchés publics a pour mission de donner 
un avis sur toutes les requêtes relatives à l’utilisation de procédures dérogatoires et 
mesures exceptionnelles soumises à l'autorisation préalable du Ministre chargé des 
marchés publics. 
La  commission  consultative  régionale  des  marchés  publics  est  chargée  d’examiner 
toutes les requêtes des acteurs locaux relatives à l’utilisation de procédures visées à 
l’article 72 du code des marchés publics. 

3.3  Composition des Commissions consultatives  

3.3.1  Commission consultative centrale 
Elle est composée des représentants des structures ci après : 

Participants  Qualité 
Deux (2) représentants de la Direction des Marchés  Assurent  la  présidence  de 
Publics ;  la  Commission  et  le 
secrétariat technique 
un représentant de la structure chargée du contrôle  Membre 
financier  ou  du  contrôle  budgétaire  de  l’autorité 
contractante ; 
l’ordonnateur  délégué  du  ministère  de  tutelle  Membre 
concerné s’il n’est pas l’autorité contractante ; 
un  représentant  de  la  direction  chargée  de  la  Membre 
concurrence du ministère en charge du commerce ; 
un  expert  désigné  pour  ses  compétences  en  Membre 
matière  de  marchés  publics  par  le  Ministre  chargé 
des marchés publics sur proposition de la Direction 
des marchés publics. 

Le cas échéant, la Commission peut recourir à l’expertise de personnes ressources 
de son choix avec la qualité de membre.
3.3.2  Commission consultative régionale 
La  Commission  consultative  régionale  des  marchés  publics  est  composée  comme 
suit : 

Participants  Qualité 
Deux  (2)  délégués  de  la  représentation  régionale  de  la  assurent  la  présidence  de  la 
Direction des Marchés Publics ;  Commission  et  le  secrétariat 
technique 

le délégué du préfet du département concerné ;  membre 
le responsable du contrôle financier régional ou du  membre 
contrôle budgétaire ou son représentant ; 
le  responsable  régional  de  la  structure  chargée  de  membre 
la concurrence ou son représentant. 

4.  PROCEDURE DEVANT LA COMMISSION CONSULTATIVE 

4.1  Description de la procédure 
La description de la procédure comprend les étapes suivantes : 
§  la saisine de la commission 
§  le quorum 
§  l’avis de la commission consultative 
§  la décision du Ministre ou son délégué. 

4.1.1  Saisine de la Commission 
La Commission est saisie sur demande écrite adressée au secrétariat technique tenu 
par  la  Direction  des  Marchés  Publics  au  niveau  centrale  ou  régionale,  par l’autorité 
contractante  ou  le  maître  d’œuvre,  s’il  existe.  La  requête  est  accompagnée  des 
documents  et  pièces  justificatives.  Le  secrétariat  technique informe  le  président  qui 
convoque la Commission. 

4.1.2  Séances de la Commission 
Les  commissions  consultatives  tiennent  des réunions  ordinaires  toutes les  deux  (2) 
semaines  et  des  réunions  extraordinaires  selon  les  nécessités,  sur  convocation  du 
président. 
Le  Secrétariat  technique  de  la  Commission  consultative  prépare  son  ordre  du  jour, 
lequel  est  communiqué  à  chaque  membre  au  moins  deux  (2)  jours  avant  la  date 
prévue pour la tenue des réunions. 
La  réunion  ne  peut  valablement  se  tenir  que  si  au  moins  les  deux  tiers  (2/3)  des 
membres délibérants sont présents, y compris nécessairement le président. 

Toutefois, lorsque le quorum  n’est  pas  atteint,  la  réunion peut  valablement  se  tenir, 
au  minimum  quarante  huit  (48)  heures  après,  sur  une  deuxième  convocation,  sans 
autre exigence que la présence de la moitié des membres délibérants, y compris, le 
président et le représentant de la DMP, s’ils sont distincts.
4.1.3  Avis de la Commission consultative 
Les décisions sont prises à la majorité des membres délibérants. A défaut, la requête 
est  réputée  rejetée.  Un  procès  verbal  sanctionne  les  décisions  prises  par  la 
commission. 
Le  secrétariat  technique  élabore  les  supports  de  décision  à  soumettre  au  Ministre 
chargé  des  marchés  publics  ou  son  délégué.  Ceux­ci  sont  ensuite  transmis  par  le 
président au Ministre chargé des marchés publics ou son délégué 

4.1.4  Décision du Ministre ou son délégué 
Le  Ministre  chargé  des  marchés  publics  ou  son  délégué  prend  une  décision 
d’autorisation  ou  de  rejet  du  recours  à  la  procédure  dérogatoire  ou  mesure 
exceptionnelle  sur  la  base  de  l’avis  de  la  Commission  Consultative  des  Marchés 
Publics.  La  décision  de  rejet  doit  comporter  des  indications  permettant  à  la 
Commission  Consultative  des  Marchés  Publics  (CCMP)  ou  à  l’autorité  contractante 
de  prendre  les  dispositions  qui  s’imposent.  Les  décisions  prises  par  le  Ministre  à 
l’issue de l’instruction faite par la  Commission, le  sont  en  dernier ressort  et  ne  sont 
donc pas susceptibles de recours. 

4.2  Principaux intervenants 
Les  principaux  intervenants  dans  la  procédure  de  recours  à  la  commission 
consultative des marchés sont les suivants : 
­  Autorité contractante / maître d’ouvrage délégué / maître d’œuvre 
­  Ministre chargé des marchés publics 
­  Secrétariat technique de la CCMP 
­  CCMP 
­  Direction des Marchés Publics 

4.3  Description des étapes
Intervenants  Description des tâches  Délais  
L'autorité  81. Elabore  le  dossier  et  prépare  les  éléments  techniques  de  la 
contractante,  requête. 
maître  82. transmet  les  éléments  techniques  de  la  requête  au  Ministre 
d’ouvrage  chargé  des  marchés  publics  ou  à  la  Direction  des  Marchés 
délégué ou  Publics au niveau centrale ou régionale. 
maître d’œuvre 

Le Ministre  83. reçoit  la  requête  et  saisit  le  secrétariat  technique  de  la 
chargé des  Commission consultative (CCMP). 
marchés publics 
/ DMP centrale 
ou régionale 
Secrétariat  84. Prépare les fiches d’instruction de la requête. 
technique de la  85. établit l’ordre du jour et convoque la Commission consultative. 
CCMP 
CCMP  86. se réunit et délibère sur l’ordre du jour qui lui est soumis. 
87. dresse un PV signé séance tenante. 
Secrétariat  88. élabore  les  supports  de  décision  et  les  transmet  au  Ministre 
technique de la  chargé  des  marchés  publics  ou  son  délégué,  accompagné  de 
CCMP  l’avis de la Commission consultative et du dossier technique. 
Ministre chargé  89. sur la base de l’avis de la Commission consultative, le Ministre 
des marchés  décide  en  entérinant  ou  non  les  propositions  de  la  CCMP.  En 
publics  cas  d’avis  contraire,  il  donne  des  indications  nécessaires  ou 
utiles pour le réexamen du dossier. 
l'autorité  90. informe  les  candidats,  les  soumissionnaires  ou  le  titulaire  du 
contractante /  marché concerné de la décision prise par le Ministre chargé des 
maître  marchés publics. 
d’ouvrage 
délégué / maître 
d’œuvre 
Direction des  91. publie  la  décision  prise  à  l’issue  du  recours  à  cette  procédure 
Marchés Publics  exceptionnelle ainsi que les références de cette décision.
4.4 Diagramme de la procédure 

Autorité contractante /  Ministre chargé des 
Secrétariat technique de  Direction des Marchés 
Maître d'ouvrage délégué  marchés publics / DMP  CCMP 
la CCMP  Publics 
/ Maître d'œuvre  centrale ou régionale 

Opération n° 1  Opération n° 3  Opération n° 4  Opération n° 6 

reçoit la requête et saisit le  prépare  les  fiches  se  réunit  et  délibère  sur 
Elabore  le  dossier  et 
secrétariat  technique  de  la  d’instruction de la requête.  l’ordre  du  jour  qui  lui  est 
prépare  les  éléments 
Commission  consultative  soumis. 
techniques de la requête. 
(CCMP).  Opération n° 5 

établit  l’ordre  du  jour  et 
Opération n° 2 convoque la CCMP. 
Opération n° 7 
transmet  les  éléments 
Opération n° 8  dresse un PV signé séance 
techniques  de  la  requête 
tenante. 
au  Ministre  chargé  des  Opération n° 11 
Opération n° 9  élabore  les  supports  de 
marchés  publics  ou  à  la 
décision et les transmet au 
DMP  centrale  ou  sur  la  base  de  l’avis  de  la  Ministre  chargé  des  publie la décision prise à 
régionale.  CCMP,  le  Ministre  décide  marchés  publics  ou  son  l’issue du recours à cette 
en  entérinant  ou  non  les  délégué,  accompagné  de  procédure exceptionnelle 
propositions  de  la  CCMP.  l’avis  de  la  Commission  ainsi  que  les  références 
En  cas  d’avis  contraire,  il  consultative  et  du  dossier  de cette décision. 
Opération n° 10 
donne  des  indications  technique. 
nécessaires  ou  utiles  pour 
informe  les  candidats,  les  le réexamen du dossier. 
soumissionnaires  ou  le 
titulaire  du  marché 
concerné  de  la  décision 
prise  par  le  Ministre 
chargé  des  marchés 
publics. 
MINISTERE DE L’ECONOMIE  REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE 
ET DES FINANCES  Union – Discipline – Travail 

DIRECTION GENERALE DU BUDGET 
ET DES FINANCES 

DIRECTION DES MARCHES PUBLICS 

FASCICULE N° 5 

Procédures spéciales

Référence doc : DMP/PROC/N° 5 
Version imprimée le 03/04/2007 
SOMMAIRE 

1.  PROCEDURE DE PASSATION DE MARCHE DE ''PRESTATIONS 
INTELLECTUELLES'' _____________________________________________________ 292 
1.1  Définition des marchés de prestations intellectuelles _______________________ 292 
1.2  Généralités ­ domaine d’application _______________________________________ 292 
1.3  Objectif de la procédure__________________________________________________ 295 
1.4  Description de la procédure ______________________________________________ 295 
1.4.1  Présélection __________________________________________________________________ 295 
1.4.2  Sélection de l’attributaire  _______________________________________________________ 296 
2.  PROCEDURE D’APPEL D’OFFRES OUVERT ''AVEC PRESELECTION''  _____ 298 
2.1  Définition de l'appel d'offres ouvert avec présélection ______________________ 298 
2.2  Généralités ­ domaine d’application _______________________________________ 298 
2.3  Objectif de la procédure__________________________________________________ 299 
2.4  Description de la procédure ______________________________________________ 299 
2.4.1  Phase de présélection  __________________________________________________________ 299 
2.4.2  Phase de sélection _____________________________________________________________ 300 
3.  PROCEDURE DE RECOURS AUX ''MARCHES A COMMANDES'' ____________ 301 
3.1  Définition du marché a commandes _______________________________________ 301 
3.2  Généralités ­ domaine d’application _______________________________________ 301 
3.3  Objectif de la procédure__________________________________________________ 302 
3.4  Description de la procédure ______________________________________________ 302 
4.  PROCEDURE D’APPEL D’OFFRES ''AVEC CONCOURS''  __________________ 303 
4.1  Définition de l’appel d’offres avec concours _______________________________ 303 
4.2  Généralités ­ domaine d’application _______________________________________ 303 
4.3  Objectif de la procédure__________________________________________________ 304 
4.4  Description de la procédure ______________________________________________ 304 
4.4.1  Initiative et programme du concours_______________________________________________ 304 
4.4.2  Phase de présélection et de sélection des candidats____________________________________ 304 
5.  PROCEDURE D’APPEL D’OFFRES ''EN DEUX ETAPES'' __________________ 306 
5.1  Définition de l’appel d’offres en deux étapes _______________________________ 306 
5.2  Généralités ­ domaine d’application _______________________________________ 306 
5.3  Objectif de la procédure__________________________________________________ 306 
5.4  Description de la procédure ______________________________________________ 307 
5.4.1  Première étape________________________________________________________________ 307 
5.4.2  Deuxième étape_______________________________________________________________ 308
1.  PROCEDURE DE PASSATION DE MARCHE DE ''PRESTATIONS 
INTELLECTUELLES'' 

1.1  Définition des marchés de prestations intellectuelles 
Les  marchés  de  prestations  intellectuelles  sont  des  marchés  de  services,  qui 
comportent nécessairement des obligations spécifiques significatives, liées à la notion 
de propriété intellectuelle. 
Ce  sont  des  marchés  où  les  facteurs  « compétence  et  qualité »  des  ressources 
humaines prédominent 

1.2  Généralités ­ domaine d’application 
Le recours à cette procédure se justifie lorsqu’il s’agit de 
prestations de services dont la nature est par essence 
intellectuelle, et portent entre autres, sur : 
­  les missions d’audit ; 
­  les missions d’assistance et conseil ; 
­  les études ; 
­  la formation. 
La procédure de passation de ces marchés se caractérise par : 
­  la définition des Termes De Référence (TDR) ; 
­  l’appel à manifestation d’intérêt ou à candidature ; 
­  la liste restreinte ; 
­  le dossier de consultation ; 
­  les modes de décision d’attribution ; 
­  la consultation et l’ouverture des plis en deux (2) temps. 

q  Définition des Termes De Référence (TDR) 

Les Termes de référence sont établis par l’autorité contractante ou par une personne 
spécialisée  dans  le  domaine  dont  relève  la  mission  ou  l’étude.  Ces  termes  de 
référence doivent définir clairement le contexte, les objectifs, les buts et l’ampleur de 
la  mission,  et  ils  doivent  fournir  également  des  informations  d’ordre  général  afin  de 
faciliter aux candidats, la préparation de leurs propositions. 

Les  Termes  de  référence  énuméreront  les  services  et  enquêtes  éventuelles, 
nécessaires  à  l’accomplissement  de  la  mission  ou  de  l’étude  et  les  résultats 
escomptés (par exemple, les rapports, les données, les cartes, les relevés, etc.). 

Toutefois,  les  Termes  de  référence  doivent  être  rédigés  de  manière  à  ce  que  les 
candidats  en  concurrence  soient  en  mesure  de  proposer  la  méthodologie  la  plus 
appropriée ainsi que le personnel qui corresponde le mieux à la mission ou à l’étude. 
Les  responsabilités  respectives  de  l’autorité  contractante  doivent  être  clairement 
définies dans les Termes de référence.
q  Appel à manifestation d’intérêt ou à candidature 
L’autorité contractante qui en a l’initiative va publier par voie de presse nationale et/ou 
internationale selon le cas, un appel à manifestation d’intérêt ou à candidature. 
L’information  demandée  dans  les  annonces  doit  être  limitée  au  minimum  nécessaire 
pour  juger  des  qualifications  des  candidats  pour  la  mission  en  cause  et  ne  doit  pas, 
par sa complexité, dissuader les candidats à manifester leur intérêt. 
Les  candidats  intéressés  vont  retirer  les  termes  de  référence  et  répondre  en 
fournissant des références démontrant leurs capacités à réaliser la mission ou l’étude 
objet du marché. 
Sur  la  base  des  références  fournies  par  les  candidats,  l’autorité  contractante  établit 
une  liste  restreinte  comprenant  au  minimum  trois  (3)  candidats.  Si  à  l’issue  de  cette 
présélection  moins  de  trois  (3)  candidats  sont  reconnus  aptes  à  participer  à  la 
consultation,  l’appel  à  manifestation  d’intérêt  ou  à  candidature  est  relancé.  La 
présélection peut également se faire par cooptation. 
q  Liste restreinte ou cooptée 

L’initiative  du  recours  à  la  liste  restreinte,  au  plan  technique  revient  à  l’autorité 
contractante, au maître d’ouvrage délégué ou au maître d’œuvre s’il existe. 

La  demande  qui  en  découle  est  adressée  au  Ministre  chargé  des  marchés  publics, 
seule  autorité  de  décision  en  la  matière.  Dans  ces  conditions,  les  principes 
administratifs  veulent  que le  Ministre  de  tutelle du  demandeur  lui  même  introduise la 
demande. 

L'autorité contractante joint une liste des candidats pressentis. Cette liste peut prendre 
en  compte,  soit  la  liste  catégorisée  d’entreprises  établie  par  l’autorité  chargée  des 
marchés publics, soit la liste interne propre à l’autorité contractante 

La  liste  doit  considérer les  exigences  de  technicité et  de  spécialisation  prouvées  par 
des  références  ou  le  registre  de  commerce  des  candidats  proposés  en  la  matière. 
Cette  liste  peut  être  modifiée  sur  proposition  de  la  Commission  Consultative  des 
Marchés Publics (CCMP) au Ministre chargé des marchés publics. 

q  Dossier de consultation 

Le  dossier  de  consultation  est  élaboré  par  l'autorité  contractante  et  comprend  les 
pièces suivantes:
· une lettre d'invitation
· une note d'information aux candidats
· un  modèle  de  la  proposition  technique  ­  tableaux  types  (références,  CV, 
calendrier)
· un modèle de la proposition financière, tableaux types (soumission, coûts)
· les Termes de référence
· un contrat type
q  Modes de décision d’attribution  
1.  Mode de sélection basé sur la qualité et le coût 
Cette méthode est plus fréquemment utilisée pour les prestations courantes d'études 
et/ou de contrôle des travaux. 
La  sélection  fondée  sur  la  qualité  et  le  coût  consiste  à  mettre  en  concurrence  les 
candidats  figurant  sur  une  liste  restreinte  en  prenant  en  compte  la  qualité  de  la 
proposition et le coût des services pour choisir le candidat à retenir. 
Les critères de sélection des candidats sont définis en fonction du type de prestation 
demandée.  D'une  manière  générale,  l’évaluation  de  la  qualité  est  faite,  entre  autres, 
sur la base des critères suivants :
· l’expérience des candidats applicable à la mission en cause ;
· la  qualité  de  la  méthodologie  proposée  (elle  revêtira  une  importance  d’autant 
plus grande que la mission sera complexe) ;
· les qualifications du personnel clé proposé ;
· le transfert de connaissance, s’il est prévu dans les Termes de référence. 
Le  nombre  de  points  à  attribuer  à  chaque  critère  et  les  pondérations  entre  les 
propositions  technique  et  financière  sont  à  préciser  dans  la  ‘’Note  d’Information  aux 
candidats‘’. 
Le  candidat  ayant  obtenu  la  note  pondérée  la  plus  élevée  sera  retenu  en  vue  de 
négocier un contrat conforme au modèle fourni dans le dossier de la consultation. 

2.  Mode de sélection basé sur le moindre coût 

Cette  méthode  s’applique  plus  particulièrement  à  la  sélection  de  candidats  pour  des 
missions standards ou courantes (audits, préparation de dossiers techniques simples, 
etc.),  pour  lesquelles,  il  existe  des  pratiques  et  des  normes  bien  établies  et  dont  le 
montant du contrat est faible. Les candidats sont invités, sur la base d’un dossier de 
consultation. 
La  proposition  dont le  prix  évalué  est le  plus  bas  est  retenue  en  vue  de négocier  un 
contrat conforme au modèle fourni dans le dossier de la consultation. 

3.  Mode de sélection basé sur un Budget déterminé 

Cette  méthode  est  applicable  dans le  cas  de  mission  simple  qui peut  être  définie  de 
manière précise et pour lequel un budget déterminé est arrêté et ne pourrait pas être 
augmenté.  Le  dossier  de  consultation  doit  indiquer  le  budget  disponible  pour  la 
mission. 

Le processus d’évaluation technique se fait comme dans le cas de la procédure basée 
sur  la  qualité  technique  et  le  coût.  La  proposition  ayant  reçue  la  meilleure  note 
technique  sera  retenue  en vue de  négocier un  contrat,  à la  condition  que le  montant 
de l’offre financière évaluée soit inférieur ou égal au budget fixé.
q  Consultation et ouverture des plis en deux (2) temps 
Quel  que  soit  le  mode  de  sélection  des  candidats,  ceux­ci  sont  invités  à  fournir  une 
proposition  technique  et  une  proposition  financière  sous  enveloppes  séparées,  dans 
les  limites  du  budget  disponible,  lorsqu’il  s’agit  d’une  sélection  basée  sur  un  budget 
déterminé. L’évaluation des offres se fait en deux temps : 
Le 1er temps, consiste à ouvrir les propositions techniques et à les évaluer sur la base 
de notation définie dans le dossier de consultation. Les candidats n’ayant pas obtenu 
le minimum de note technique requis sont éliminés et leurs offres financières leur sont 
retournées non­ouvertes. 
Le  2ème  temps,  consiste  à  ouvrir  les  enveloppes  financières  des  candidats  qui  ont 
obtenu au minimum la note technique requise, selon les dispositions convenues dans 
le dossier de consultation. 
1.3  Objectif de la procédure 
Il  s’agit  de  formaliser  le  processus  de  passation  des  marchés  de  prestations 
intellectuelles et d’amener les autorités contractantes à l’utiliser dans le strict respect 
des dispositions du Code des marchés publics 
1.4  Description de la procédure 
Elle  s’articule  autour  de  la  manifestation  d’intérêt  et  de  l’établissement  de  la  liste 
restreinte  ou  cooptée  en  vue  de  la  présélection  des  candidats  et  de  la  sélection  de 
l’attributaire. 

1.4.1  Présélection 

q  Manifestation d’intérêt  

Objet de l’étape 
Il  s’agit  de  décrire  le  mode  d’utilisation  d’une  demande  à  manifestation  d’intérêt  qui 
obéit  aux  règles  de  publicité,  telles  que  définies  par  les  dispositions  du  code  des 
marchés publics. 

Généralités – Cadre d’application  
L’autorité  contractante  va  publier  par  voie  de  presse  nationale  et/ou  internationale 
selon le cas, une demande à manifestation d’intérêt ou à candidature. 
Les  candidats  sont  appelés  à  manifester  leur  intérêt  par  rapport  aux  termes  de 
référence qui leur sont remis. 
Les  candidats  intéressés  vont  répondre  en  fournissant  des  références  démontrant 
leurs capacités à réaliser la mission ou l’étude objet du marché.
Sur  cette  base,  l’autorité  contractante  établit  une  liste  comprenant  les  candidats 
s’étant  manifestés.  Elle  établit  une  liste  restreinte  comprenant  au  minimum  trois  (3) 
candidats. 
Si  à l’issue  de  cette  présélection  moins  de trois  (3)  candidats  sont  reconnus  aptes  à 
participer  à  la  consultation,  l’appel  à  manifestation  d’intérêt  ou  à  candidature  est 
relancé. La présélection peut également se faire par cooptation. 

q  Liste restreinte ou cooptée 
Objet de l’étape 
Il s’agit de décrire dans quelles conditions, il est fait appel à la constitution d’une liste 
restreinte. 

Généralités – Cadre d’application  

Les  conditions  de  recours  à  la  constitution  d’une  liste  restreinte  s’établissent 
conformément  aux  dispositions  du  code  relatives  au  recours  à  la  procédure  d’appel 
d’offres restreint traitée dans la Fascicule DMP/PROC/N° 3. 

1.4.2  Sélection de l’attributaire 
Objet de l’étape 
Il  s’agit  de  décrire  comment  les  candidats  présélectionnés  à  l’issue  de  la  première 
phase  vont  participer  à  la  seconde.  Cette  étape  vise  à  sélectionner  l’attributaire  du 
marché. 

Généralités – Cadre d’application  
L’étape se déroule comme suit : 
­  invitation  des  candidats  présélectionnés à  soumissionner  par lettre recommandée 
avec  avis  de  réception  ou  remise  contre  émargement.  Cette  lettre  précise  les 
modalités d’obtention du dossier d'appel à la concurrence, à moins que le dossier 
n'y soit joint. Cette lettre invite également, les candidats à déposer leurs offres ; 
­  réception, ouverture et analyse des offres par la Commission d’Ouverture des plis 
et de Jugement des Offres ; 
­  désignation de l’attributaire pour la réalisation des prestations objet du marché ; 
­  publication des résultats et information des soumissionnaires. 
L’une  des  spécificités  des  marchés  de  prestations  intellectuelles  est  l’ouverture  des 
offres en deux (2) temps. 
Le 1er temps consiste à ouvrir les propositions techniques et à les évaluer sur la base 
de notation définie dans le dossier de consultation. Les candidats n’ayant pas obtenu 
le minimum de note technique requis sont éliminés et leurs offres financières leur sont 
retournées non­ouvertes. 
Le 2ème temps consiste à ouvrir les enveloppes financières des candidats qui ont 
obtenu au minimum la note technique requise, selon les dispositions convenues dans 
le dossier de consultation.
Cette phase se met en œuvre conformément à la procédure d’appel d’offres 
restreint et comprend les points suivants : 
§  Invitation à soumissionner 
§  Préparation des offres 
§  Réception des offres 
§  Ouverture des plis techniques 
§  Analyse et jugement 
§  Ouverture  des  plis  financiers  des  offres  techniques  qualifiées  selon les  modes 
de  décision  d’attribution  basée  sur  la  qualité  et  le  coût,  le  moindre  coût  ou  le 
budget déterminé. 

Pour le détail de ces étapes, veuillez consulter le Fascicule DMP/PROC/N° 3, relatif à 
‘’L’acquisition de Travaux, de Fournitures ou de Prestations par la procédure d’Appel 
d’Offres restreint''.
2.  PROCEDURE  D’APPEL  D’OFFRES  OUVERT  ''AVEC 
PRESELECTION'' 

2.1  Définition de l'appel d'offres ouvert avec présélection 
L'appel d'offres est dit ouvert avec présélection lorsque seuls certains candidats sont, 
après  sélection  dans  les  conditions  prévues  aux  articles  24  et  25  du  code  des 
marchés  publics  relatifs  respectivement  à  l’Avis  de  présélection  et  à  la  Présélection, 
autorisés à déposer une offre. 

2.2  Généralités ­ domaine d’application 

q  Justification de recours à cette procédure 
L’autorité contractante peut recourir à cette procédure lorsque la passation du marché 
concerne des besoins complexes dont l'exécution nécessite des compétences ou des 
qualités particulières. 
Cette procédure consiste à opérer sur la base de critères objectifs simplifiés, un tri des 
candidats  afin  de  soumettre  le  dossier  d’appel  d’offres  final  à  ceux  qui  seront  jugés 
aptes. 
q  Dossier de présélection 
Tout appel d'offres  avec  présélection  fait l'objet  d'un règlement  de  présélection  établi 
par l’autorité contractante et comprend : 
­  la liste des pièces à fournir par les candidats ; 
­  les critères de présélection. 
q  Avis de présélection 
L’avis de présélection 1  doit être porté à la connaissance du public dans les conditions 
de  publicité  prévues  par  les  dispositions  du  Code  des  marchés  publics,  notamment, 
les articles 19 et 24. 
Chaque avis de présélection doit comporter au minimum les mentions suivantes : 
1.  la désignation de l'autorité contractante ; 
2.  la forme de la consultation ; 
3.  l'objet du ou des marchés ; 
4.  la ou les sources de financement de l’opération envisagée ; 
5.  les justifications à produire conformément aux dispositions des articles 11 à 14 
du Code des marchés publics ; 
6.  le  cas  échéant,  la  mise  en  œuvre  d'une  marge  de  préférence  prévue  par 
l’article 15 du Code des marchés publics. 
7.  le ou les lieux où il peut être pris connaissance du dossier de présélection, ainsi 
que ses modalités d'obtention ; 
8.  le ou les lieux et la date limite de réception des candidatures ; 


Article 24 du code des marchés publics.
9.  le ou les lieux où les candidats pourront consulter les résultats. 
2.3  Objectif de la procédure 
Il  s’agit  de  faire  ressortir  les  particularités  de  cette  procédure  dans  les  phases  de 
présélection  et  de  sélection  et  d’amener  les  autorités  contractantes  à  formaliser  la 
phase de présélection. 

2.4  Description de la procédure 

La  mise  en  œuvre  de  cette  procédure  se  fait  en  deux  (2)  phases :  une  phase  de 
présélection et une phase de sélection. 

2.4.1  Phase de présélection 

Objet de l’étape 
Cette  phase  a  pour  objet  de  procéder  à  une  présélection  des  candidats  sur  la  base 
d’un dossier de présélection qui définit la nature particulière des prestations attendues 
et  les  critères  d’appréciation  des  propositions  des  soumissionnaires  en  terme  de 
capacités. 

Généralités – Cadre d’application
¨ La phase de présélection comprend les opérations suivantes : 
­  lancement de la consultation sur la base d’un dossier de présélection définissant la 
nature particulière des prestations attendues et les critères d’appréciation simplifiés 
des candidatures ; 
­  ouverture par la Commission d’Ouverture des plis et de Jugement des Offres des 
propositions contenant les candidatures, en réponse aux avis de présélection qui, 
après  analyse  et  délibération,  arrête  par  procès­verbal,  la  liste  des  candidats 
présélectionnés ; 
­  publication des résultats et information des candidats. 
Cette phase se met en œuvre conformément à la procédure d’appel d’offres ouvert et 
comprend les points suivants : 
§  Publicité obligatoire de l’avis de présélection 
§  Préparation des offres 
§  Réception et ouverture des offres 
§  Analyse des offres 
§  Jugement des offres (Analyse et validation) 
§  Information des candidats 

Pour le détail de ces étapes, veuillez consulter le Fascicule DMP/PROC/N° 2, relatif à 
‘’L’acquisition de Travaux, de Fournitures ou de Prestations par la procédure d’Appel 
d’Offres Ouvert''.
2.4.2  Phase de sélection 

Objet de l’étape 
Les candidats présélectionnés à l’issue de la première phase vont participer à la 
seconde. Celle­ci vise à sélectionner l’attributaire du marché. 

Généralités – Cadre d’application
¨ La phase de sélection comprend les opérations suivantes : 
­  invitation  des  candidats  présélectionnés à  soumissionner  par lettre recommandée 
avec  avis  de  réception  ou  remise  contre  émargement.  Cette  lettre  précise  les 
modalités d’obtention du dossier d'appel à la concurrence, à moins que le dossier 
n'y soit joint. Cette lettre invite également, les candidats à déposer leurs offres ; 
­  réception, ouverture et analyse des offres par la Commission d’Ouverture des plis 
et de Jugement des Offres ; 
­  désignation de l’attributaire pour la réalisation des prestations objet du marché ; 
­  publication des résultats et information des soumissionnaires. 
Cette  phase  se  met  en  œuvre  conformément  à  la  procédure  d’appel  d’offres 
restreint et comprend les points suivants : 
§  Invitation à soumissionner 
§  Préparation des offres 
§  Réception et ouverture des offres 
§  Analyse des offres 
§  Jugement des offres (Analyse et validation) 
§  Information des soumissionnaires 

Pour le détail de ces étapes, veuillez consulter le Fascicule DMP/PROC/N° 3, relatif à 
‘’L’acquisition de Travaux, de Fournitures ou de Prestations par la procédure d’Appel 
d’Offres restreint'' à l’exception de l’autorisation préalable.
3.  PROCEDURE DE RECOURS AUX ''MARCHES A 
COMMANDES'' 
3.1  Définition du marché a commandes 
Les  marchés  à  commandes  sont  des  marchés  passés  après  appel  d’offres  de  prix 
unitaires  ouvert  ou  restreint,  destinés  à  permettre  à  l’autorité  contractante  de  passer 
des commandes pour ses besoins courants annuels dont il n’est pas toujours possible, 
au  début  de  l’année,  de  prévoir  l’importance  exacte  ou  bien  qui  excèdent  ses 
possibilités de stockage. 

3.2  Généralités ­ domaine d’application 

q  Justification de la procédure 

Les marchés à commande se justifient lorsqu’il s’agit de besoins : 

§  qu’on peut fractionner ; 
§  qui font l’objet d’une définition précise des quantités pouvant donner lieu à une 
consultation sur prix unitaires. 
Le  recours  à  cette  procédure  s’impose  également  lorsqu’il  y  a  une  incertitude  sur  la 
prévision  des  besoins  courants.  Cependant,  les  données  disponibles  permettent  de 
déterminer les besoins minimum exprimés en quantité et en valeur 

q  Objet des marchés à commande 
Il s’agit notamment : 
§  des besoins en pièces de rechange ; 
§  des besoins en fournitures pour l’organisation des concours et examens ; 
§  de certains besoins en produits pharmaceutiques ; 
§  de denrées alimentaires destinés aux établissements pénitentiaires. 
Cependant, le recours à cette forme de marché n’est pas adapté pour les prestations 
intellectuelles, les travaux de construction ou les fournitures non courantes 
La  formule  du  marché  à  commande  présente  l’avantage  de  permettre  à  l’autorité 
contractante  de  ne  pas  avoir  à  préparer  chaque  année,  un  nouveau  dossier  de 
passation de marché 

q  Caractéristiques des marchés à commande 

Les caractéristiques des marchés à commande sont les suivantes : 
§  Les marchés doivent être passés sur prix unitaires ; 
§  Les quantités minimales et maximales doivent être fixées ou déterminées ; 
§  La durée doit être d’une année renouvelable une fois ; 
§  L’exécution doit être faite par émission de bons de commande.
3.3  Objectif de la procédure 
Il  s’agit  de  présenter  les  spécificités  du  recours  aux  marchés  à  commande  et 
d’exposer  les  modalités  pratiques  du  déroulement  de  cette  procédure  dans  le  strict 
respect des conditions prévues par le code des marchés publics. 

3.4  Description de la procédure 
q  Mise en œuvre 
La mise en œuvre de cette procédure consiste pour l’autorité contractante à passer un 
marché  tout  en  se  réservant  la  possibilité  de  déclencher  son  exécution  par  des 
commandes successives, au fur et à mesure des besoins. 
Au  lieu  de  passer  plusieurs  petits  marchés,  l'autorité  contractante  passe  un  seul 
marché  pour  l'ensemble  de  ses  besoins  sur  une  certaine  période.  L'exécution  du 
marché est alors subordonnée à des commandes qui seront émises à temps voulu par 
l'autorité contractante. 

q  Détermination du rythme de la commande 

Lorsque  cela  est  possible,  relativement  aux  modalités  d'émissions  des  commandes, 
l'autorité  contractante  à  tout  intérêt  à  déterminer  son  rythme  de  commande  (par 
exemple  :  livraison  de  papeterie  par  trimestre).  Cet  élément  permet  aux  candidats 
d'apprécier  quelles  seront  leurs  contraintes  d'organisation  qui  pèseront  directement 
sur leurs coûts. 
L'autorité  contractante  s'engage  à  faire  des  commandes  pour  un  montant  et  une 
quantité minimums déterminés dans le marché. Le titulaire du marché s'engage quant 
à lui, à satisfaire les commandes  jusqu'à un montant ou une quantité maximum fixée 
par le marché. 
Le  marché fixe également le prix des fournitures ou prestations ou fixe les modalités 
de détermination du prix sans qu'un nouvel accord ne soit nécessaire 
Les marchés à commandes sont passés après appel d’offres de prix unitaires ouvert 
ou restreint. 
Pour  le  détail  de  ces  étapes,  consulter  le  Fascicule  DMP/PROC/N°  2  relatif  à 
‘’L’acquisition de Travaux, de Fournitures ou de Prestations par la procédure d’Appel 
d’Offres Ouvert'' et le Fascicule DMP/PROC/N° 3, relatif ‘’L’acquisition de Travaux, de 
Fournitures ou de Prestations par la procédure Appel d’offres restreint.''
4.  PROCEDURE D’APPEL D’OFFRES ''AVEC CONCOURS'' 
4.1  Définition de l’appel d’offres avec concours 
L’appel  d’offres  avec  concours  est  une  procédure  d’attribution  de  marché  basée 
essentiellement  sur  des  motifs  d'ordre  technique,  esthétique  ou  financier  nécessitant 
des études ou des recherches particulières. 
L'objet du concours est de faire des études et de proposer à l'autorité contractante un 
projet. Il convient particulièrement aux marchés informatiques et architecturaux. 

4.2  Généralités ­ domaine d’application 
q  Justification de cette procédure 
L’appel  d’offres  avec  concours  permet  à  l’autorité  contractante  d’acquérir 
principalement  dans  le  domaine  de  l’aménagement  du  territoire,  de  l’urbanisme,  de 
l’architecture et de l’ingénierie ou des traitements de données, un plan ou un projet qui 
est choisi par un jury après mise en concurrence avec attribution de primes. 
q  Programme du concours 
Le concours est organisé sur la base d'un programme établi par l'autorité contractante 
ou  le  maître  d'ouvrage  délégué.  Le  programme  indique  les  besoins  auxquels  les 
soumissionnaires  doivent  répondre  ainsi  que  la  méthodologie  et  les  critères 
d’évaluation des offres et fixe, le cas échéant, le maximum de la dépense prévu pour 
l’exécution du projet objet du concours. 
q  Jury 
Il  est  institué  un  jury  dans  le  cadre  du  concours.  Le  jury  est  désigné  par  l'autorité 
contractante  et  présidé  par  son  représentant.  Le  jury  comprend  en  outre,  un 
représentant du maître d’ouvrage délégué s'il existe, qui est membre de droit du jury et 
assure  les  fonctions  de  rapporteur  devant  la  Commission,  ainsi  que  trois  (3)  autres 
membres au minimum désignés par le maître d’ouvrage. 
Le rôle du jury dans le déroulement de cette procédure est d'assister la Commission 
d’Ouverture des plis et de Jugement des Offres dans les opérations de présélection et 
de sélection des candidats. 
Il établit à cet effet, un rapport qui sert de fondement à la décision de la Commission 
d’Ouverture  des  plis  et  de  Jugement  des  Offres  pour  arrêter  la  liste  des  candidats 
admis à concourir, ainsi que celle des lauréats. La décision finale ne peut être fondée 
que sur le rapport du jury. 
q  Résultat du concours 

Sur la base du rapport du jury la Commission d’Ouverture des plis et de Jugement des 
Offres  proclame  les  résultats  définitifs  du  concours  et  désigne  le  cas  échéant  les 
lauréats. 
Toutefois,  la  Commission  d’Ouverture  des  plis  et  de  Jugement  des  Offres  peut 
déclarer le concours infructueux si aucun des projets présentés n'est jugé satisfaisant 
par le jury et la Commission d’Ouverture des plis et de Jugement des Offres.
4.3  Objectif de la procédure 
Il s’agit de présenter les spécificités du recours au marché avec concours et d’exposer 
les modalités de mise en œuvre de cette procédure. 

4.4  Description de la procédure 

Les étapes de cette procédure sont les suivantes : 
§  L’initiative et le programme du concours 
§  La présélection et la sélection des candidats 

4.4.1  Initiative et programme du concours 

Objet de l’étape 
Il s’agit de préciser qui a l’initiative de cette procédure et dans quelles conditions elle 
est réalisée. 

Généralités – Cadre d’application  
C’est  l'autorité  contractante  ou  le  maître  d'ouvrage  délégué  qui  a  l’initiative  de  cette 
procédure. Elle indique les besoins auxquels les soumissionnaires doivent répondre et 
détermine le programme du concours. 
Le  programme  du  concours  doit indiquer  si  les  auteurs  des  projets  seront  appelés  à 
coopérer à l’exécution de leurs projets primés et dans quelles conditions. 
Le programme peut également  mentionner le coût maximum du projet à imposer aux 
concurrents. Le programme du concours contient au moins les éléments suivants : 
§  présentation  du  projet  objet  du  concours (élaboration  d’un  avant  projet 
sommaire) ; 
§  présentation des prix qui seront attribués aux lauréats du concours ; 
§  précision  sur  le  sort  des  droits  attachés  aux  projets  qui  ont  été  primés.  A  cet 
effet, l’autorité contractante a deux possibilités : 
­ la  première  est  qu'elle  devient  propriétaire  des  projets  primés  du  seul  fait  de 
l'attribution des prix ; 
­ la seconde est que les lauréats conservent la propriété des droits attachés à 
leurs  projets,  mais  l'autorité  contractante  acquiert le  droit  de les  faire  réaliser 
dans le cadre d'un marché public dans les conditions fixées par le programme. 
Quelle que soit l'option choisie, le programme peut prévoir que l'autorité contractante 
peut se faire assister par le lauréat dans la réalisation du projet. 

4.4.2 Phase de présélection et de sélection des candidats 

Objet de l’étape 
Cette étape concerne la présélection et la sélection des candidats par la Commission 
d’Ouverture  des  Plis  et  de  Jugement  des  Offres  sur  la  base  d’un  dossier  de 
présélection qui  définit la  nature  particulière  des  prestations  attendues  et les  critères 
d’appréciation des propositions des soumissionnaires en terme de capacités.
Généralités – Cadre d’application
¨ La phase de présélection comprend les opérations suivantes : 
­  élaboration de l’Avant Projet Sommaire (APS) ; 
­  mise en place du jury ; 
­  lancement de l’avis de présélection ou invitation à manifestation d’intérêt ; 
­  ouverture  des  plis  de  présélection  par  la  Commission  d’Ouverture  des  plis  et  de 
Jugement des Offres ; 
­  analyse des candidatures par le jury ; 
­  arrêt de la liste des candidats présélectionnés par la Commission d’Ouverture des 
plis et de Jugement des Offres. 
Cette phase se met en œuvre conformément à la procédure d’appel d’offres ouvert et 
comprend les points suivants : 
§  Publicité obligatoire de l’avis de présélection 
§  Préparation des offres 
§  Réception et ouverture des offres 
§  Analyse des offres 
§  Jugement des offres (Analyse et validation) 
§  Information des candidats 

Pour le détail de ces étapes, veuillez consulter le Fascicule DMP/PROC/N° 2, relatif à 
‘’L’acquisition de Travaux, de Fournitures ou de Prestations par la procédure d’Appel 
d’Offres Ouvert''.

¨ La phase de sélection comprend les opérations suivantes : 
­  invitation des candidats présélectionnés à faire des propositions ; 
­  réception  et  ouverture  des  offres  par  la  Commission  d’Ouverture  des  plis  et  de 
Jugement des Offres ; 
­  analyse des propositions par le jury ; 
­  désignation du lauréat par la Commission d’Ouverture des plis et de Jugement des 
Offres ; 
­  proclamation et publication des résultats ; 
­  information des soumissionnaires. 
Cette phase se met en œuvre conformément à la procédure d’appel d’offres 
restreint et comprend les points suivants : 
§  Invitation à soumissionner 
§  Préparation des offres 
§  Réception et ouverture des offres 
§  Analyse des offres 
§  Jugement des offres (Analyse et validation) 
§  Information des soumissionnaires
Pour le détail de ces étapes, veuillez consulter le fascicule DMP/PROC/N° 3, relatif a 
‘’L’acquisition de Travaux, de Fournitures ou de Prestations par la procédure d’Appel 
d’Offres Restreint'' à l’exception de l’autorisation préalable. 

5.  PROCEDURE D’APPEL D’OFFRES ''EN DEUX ETAPES'' 
5.1 Définition de l’appel d’offres en deux étapes 

C’est  une  procédure  particulière  de  passation  des  marchés  publics.  Elle  peut  être 
utilisée lorsque l’autorité  contractante  décide  de  solliciter  par  consultation ouverte  ou 
restreinte, le savoir faire de professionnels, pour participer à la compétition relative à 
la conception (1 ère  étape) et à la réalisation (2 ème  étape) d’un projet. 

5.2  Généralités ­ domaine d’application 

Le choix de ce mode d’appel d’offres se justifie lorsqu’il est impossible pour l’autorité 
contractante de déterminer de manière précise les spécifications techniques détaillées 
pour  des  travaux  et  fournitures  ou  dans  le  cas  des  services,  de  déterminer  les 
caractéristiques  ou  la  nature  de  ceux  ci.  Dans  ce  cas,  le  Maître  d’ouvrage  écarte  la 
solution  alternative  de  recours  à  une  étude  séparée  pour  la  définition  détaillée  du 
projet. 

§  La 1 ère  étape, comprend les opérations suivantes : 

­  lancement de la consultation sur la base d’un dossier définissant le projet dans les 
grandes lignes et les critères d’appréciation des propositions des soumissionnaires 
en terme de définition détaillée du projet ; 
­  sélection  des  propositions  de  définition  et  formulation  définitive  du  projet  détaillé. 
Le projet définitif peut résulter de la combinaison de plusieurs propositions ; 
­  sélection des candidats jugés aptes à faire des propositions pour la réalisation du 
projet . 

§  La 2 ème  étape, comprend les opérations suivantes : 

­  organisation  de  la  consultation  des  candidats  qualifiés  sur  la  base  d’un  dossier 
comportant les critères de qualifications techniques et financières ; 
­  désignation de l’attributaire pour la réalisation du projet . 
Les entreprises qui y participent peuvent se constituer en groupement en cas de 

besoin pour pouvoir répondre aux deux (2) phases. 

5.3  Objectif de la procédure 

Il s’agit de présenter les particularités du recours à l’appel d’offres en deux (2) étapes 
et d’exposer les modalités pratiques de mise en œuvre de cette procédure.
5.4  Description de la procédure 

5.4.1  Première étape 

Objet de l’étape 
La  première  étape  a  pour  objet  de  définir  le  projet  détaillé  en  exploitant  les 
propositions techniques des candidats. 

Généralités – Cadre d’application  
La  première  étape  se  met  en  œuvre  conformément  à  la  procédure  d’appel  d’offres 
ouvert ou restreint selon le cas. 
En cas d’appel d’offres ouvert, il s’agit des étapes suivantes : 
§  Publicité obligatoire des appels d’offres 
§  Préparation des offres 
§  Réception et ouverture des offres 
§  Analyse des offres 
§  Jugement des offres (Analyse et validation) 
§  Information des candidats retenus 
En cas d’appel d’offres restreint, il s’agit des étapes suivantes : 

§  Demande d’autorisation de l’appel d’offres restreint 
§  Instruction et décision 
§  Invitation à soumissionner 
§  Préparation des offres 
§  Réception et ouverture des offres 
§  Analyse des offres 
§  Jugement des offres (Analyse et validation) 
§  Information des candidats retenus 

Pour le détail de ces étapes, veuillez consulter le Fascicule DMP/PROC/N° 2, relatif à 
‘’L’acquisition de Travaux, de Fournitures ou de Prestations par la procédure d’Appel 
d’Offres Ouvert'' et le Fascicule DMP/PROC/N° 3, relatif ‘’L’acquisition de Travaux, de 
Fournitures ou de Prestations par la procédure Appel d’offres restreint.'' 

Il s’agit d’élaborer le dossier de consultation sur la base du descriptif détaillé résultant 
de la première étape.
5.4.2  Deuxième étape 

Objet de l’étape 
Cette étape vise à sélectionner l’attributaire définitif pour la réalisation du projet. 

Généralités – Cadre d’application  
La  deuxième  étape  se  met  en  œuvre  conformément  à  la  procédure  d’appel  d’offres 
restreint à l’exclusion de la phase d’autorisation. 
Elle comprend les étapes suivantes : 
§  Invitation à soumissionner 
§  Préparation des offres 
§  Réception et ouverture des offres 
§  Analyse des offres 
§  Jugement des offres (Analyse et validation) 
§  Information des soumissionnaires 
§  Approbation du marché 
§  Notification d’approbation au titulaire 

Pour  le détail  de  ces  étapes,  veuillez  consulter  le  Fascicule  DMP/PROC/N°  3,  relatif 
‘’L’acquisition  de  Travaux,  de  Fournitures  ou  de  Prestations  par  la  procédure  Appel 
d’offres restreint.''
MINISTERE DE L’ECONOMIE  REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE 
ET DES FINANCES  Union – Discipline – Travail 

DIRECTION GENERALE DU BUDGET 
ET DES FINANCES 

DIRECTION DES MARCHES PUBLICS 

FASCICULE N° 6 

Exécution 
Contrôle 
Paiement

Référence doc : DMP/PROC/N°6 
Version imprimée le 03/04/2007 
SOMMAIRE 

1.  EXECUTION DU MARCHE________________________________________311 
1.1  Définition  ________________________________________________________311 
1.2  Généralités et cadre d’application  ____________________________________311 
1.2.1  Validité des marchés ____________________________________________________311 
1.2.2  Cautionnement définitif  __________________________________________________311 
1.2.3  Ordre de service de commencer les prestations _______________________________312 
1.3  Dispositions en vue du démarrage des prestations ______________________312 
1.3.1  Sous­traitance _________________________________________________________313 
1.3.2  Avances de démarrage __________________________________________________314 
1.3.3  Acompte______________________________________________________________314 
1.3.4  Décompte_____________________________________________________________315 
1.3.5  Révisions des prix ______________________________________________________316 
1.4  Développements en cours d’exécution du marché _______________________317 
1.4.1  Modifications en cours d’exécution du marché ________________________________317 
1.4.2  Exécution du marché sans incident _________________________________________319 
1.5  Contrôle de l’exécution du marché____________________________________319 
1.5.1  Conformité des prestations _______________________________________________319 
1.5.2  Réception des prestations ________________________________________________320 
2.  PAIEMENT DU MARCHE _________________________________________321 
2.1  Définition  ________________________________________________________321 
2.2  Généralités et cadre d’application  ____________________________________321 
2.2.1  Délai de paiement ______________________________________________________321 
2.2.2  Nantissement des marchés publics_________________________________________322 
2.2.3  Suspension du délai de paiement __________________________________________322 
2.2.4  Intérêts moratoires______________________________________________________322 
2.2.5  Retenue de garantie  ____________________________________________________323 
2.2.6  Règlement pour solde ___________________________________________________323 
2.3  Procédure de paiement _____________________________________________324 
2.3.1  Réception des prestations ou travaux _______________________________________324 
2.3.2  Engagement et ordonnancement  __________________________________________324 
2.3.3  Prise en charge ________________________________________________________324 
2.3.4  Paiement _____________________________________________________________324 
3.  DESCRIPTION DES ETAPES  _____________________________________325 
4.  DIAGRAMME DE LA PROCEDURE  ________________________________327
1.  EXECUTION DU MARCHE 

1.1  Définition 
C’est  la  réalisation  effective  de  l’objet  du  marché  par  le  titulaire  dans  le  respect  des 
clauses  prévues  par  les  cahiers  des  charges.  Elle  est  déclenchée  par  l’ordre  de 
service de commencer les prestations, délivré par l’autorité contractante ou le maître 
d’œuvre s’il existe. 
Cette exécution donne droit au paiement de la contrepartie financière du marché par 
l’autorité contractante au bénéfice du titulaire. 

1.2  Généralités et cadre d’application  

1.2.1 Validité des marchés 
Le principe de la validité des marchés est évoqué par l’article 5 du code des marchés 
publics. Il précise que les marchés publics doivent être passés, approuvés, engagés et 
notifiés avant tout commencement d’exécution. 
Tout  marché  attribué  en  violation  de  ce  principe  est nul  de  plein droit  et  tout  marché 
non  approuvé  par  l’Autorité  compétente  ne  saurait  engager  financièrement  l’autorité 
contractante. 
A  ce  titre,  l’entrepreneur,  le  fournisseur  ou  le  prestataire  de  service  qui,  nonobstant 
cette absence d’approbation, exécute un tel marché, le fait à ses risques et périls. 

1.2.2  Cautionnement définitif 1 
Tout titulaire d'un marché est tenu de fournir un cautionnement définitif en garantie de 
la bonne exécution du marché et du recouvrement des sommes dont il serait reconnu 
débiteur envers l'autorité contractante au titre du marché, sauf exception prévue par le 
code des marchés publics. 
La  production  du  cautionnement  définitif  est  préalable  à  la  restitution  du 
cautionnement provisoire. 
Le montant du cautionnement définitif est indiqué dans le marché. Ce montant ne peut 
être  inférieur  à  deux  pour  cent  (2%)  ni  supérieur  à  cinq  pour  cent  (5%)  du  montant 
initial du marché augmenté ou diminué, le cas échéant, de ses avenants. Le taux est 
fixé par l'autorité contractante dans le dossier d’appel d’offres 
Les  modalités  de  constitution  du  cautionnement  définitif  sont  définies  dans  chaque 
marché.  Le  cautionnement  définitif  est  toujours  exigible  dès  la  notification  de 
l'approbation  du  marché,  et  sa  constitution  doit  intervenir  préalablement  à  la 
notification de l'ordre de service de démarrer les prestations. 


Article 58 du code des marchés publics relatif au Cautionnement définitif.
1.2.3  Ordre de service de commencer les prestations 
L'ordre  de  service  de  commencer  les  prestations  est  un  acte  administratif  par  lequel 
l'autorité  contractante,  le  maître  d'ouvrage  délégué  ou  le  maître  d'œuvre  s'il  existe, 
s'adresse  au  titulaire  pour  lui  signifier  ses  instructions  et  ses  décisions  sur  les 
modalités d'exécution du marché, ses rappels à l'ordre et ses mises en demeure. 

L’ordre de service est immédiatement exécutoire et le titulaire est tenu d’en respecter 
les prescriptions. 

Le  titulaire  du  marché  doit  accuser  réception  de  l’ordre  de  service  de  démarrer  les 
prestations.  C’est  à  partir  de  la  réception  de  cet  ordre  que  le  titulaire  est  habilité  à 
exécuter les prestations faisant l’objet du marché. 

Le  délai  de  réalisation  des  prestations  court  à  partir  de  la  date  fixée  par  l’ordre  de 
service  de  commencer  les  prestations,  à  défaut, le lendemain  de  sa  réception  par le 
titulaire du marché. 

La  réalisation  du  marché  se  fait  sous  la  supervision  de  l’autorité  contractante  ou  du 
maître d’œuvre, s’il existe, conformément au cahier des Charges, plus spécialement, 
le Cahier des clauses techniques particulières (CCTP). 

Durant  le  suivi  de  l’exécution  du  marché,  l’autorité  contractante,  le  maître  d’ouvrage 
délégué,  le  maître  d’œuvre  s’il  existe,  peut  donner  des  directives  pour  la  bonne 
exécution  du  marché.  Ces  directives  doivent  être  données  par  écrit  avec  accusé  de 
réception du titulaire du marché. 

1.3  Dispositions en vue du démarrage des prestations 

Avant  l’exécution  des  prestations,  le  titulaire  du  marché  soumet  à  l’autorité 
contractante  ou  au  maître  d’œuvre  s’il  existe,  ses  conditions  de  travail  qui  peuvent 
porter sur : 

­  la liste des sous­traitants qui peut être acceptée ou refusée, si ceux­ci n’avaient 
pas  été  évalués  au  moment  de  l’attribution  du  marché.  En  cas  de  refus, 
l’autorité  contractante  ou  le  maître  d’œuvre,  le  cas  échéant,  doit  motiver  son 
refus ; 
­  le cautionnement définitif ; 
­  la demande d’avance de démarrage, si elle est prévue au CCAP ; 
­  le planning d’exécution des prestations ; 
­  la présentation éventuelle du personnel clé.
1.3.1  Sous­traitance 1 

La sous­traitance consiste à faire exécuter certaines parties du marché par une ou 
plusieurs entreprise(s) appelée(s) sous­traitant(s) 

Le  recours  à la  sous­traitance  peut  se  faire à  condition d'avoir  obtenu  préalablement 
de  l'autorité  contractante  ou  du  maître  d'ouvrage  délégué,  ou  du  maître  d’œuvre  s'il 
existe,  selon  les  modalités  définies  dans  les  cahiers  des  charges,  l'acceptation  de 
chaque  sous­traitant  et l’agrément  des  conditions de  paiement  de  chaque  contrat  de 
sous­traitance.  A  cet  effet,  on  peut  prévoir  dans  le  marché  (CCAP)  ou  par  avenant, 
d’effectuer  directement  aux  sous  traitants  les  paiements  et  versements  relatifs  à  la 
partie des prestations qu'ils ont exécutée, comme s'ils étaient eux mêmes titulaires de 
cette partie du marché. Ils ont vis à vis de l'autorité contractante les mêmes droits que 
le titulaire lui même sous les réserves suivantes : 
­  dans le cas des avances, ils ne peuvent recevoir des avances que si le titulaire a 
constitué  les  garanties  visées  par  les  articles  90  relatif  au  cautionnement 
personnel et solidaire et 91 relatif au cautionnement définitif. 
­  dans  tous  les  cas, il  faut  que  le  sous­traitant  concerné  ait  bénéficié  d'une  partie 
des travaux dont le montant est supérieur à 10% du montant total du marché. 
Le  titulaire  est  et  demeure  seul  responsable  de  la  bonne  exécution  de  la  totalité  du 
marché. 
La  sous­traitance  peut  être  autorisée  dans  les  conditions  et  selon  les  hypothèses 
suivantes : 
­  cas  où  la  demande  de  sous­traitance  intervient  au  moment  de  la  constitution  de 
l’offre :  le  candidat  doit,  dans  ladite  offre,  fournir  à  l’autorité  contractante  une 
déclaration mentionnant : 
§  la nature des prestations objet de la sous­traitance ; 
§  le nom, la raison ou la dénomination sociale et l’adresse du sous­traitant ; 
§  la  qualification  professionnelle  et  les  références  techniques  du  sous­traitant 
proposé ; 
§  les obligations fiscales et sociales à jour du sous­traitant ; 
§  le montant prévisionnel des sommes à payer au sous­traitant ; 
§  les  modalités  de  règlement  de  ces  sommes  y  compris,  le  cas  échéant,  les 
paiements directs au sous­traitant ; 
§  les conditions de paiement prévues par le projet de contrat de sous­traitance et, 
le cas échéant, celles de révision des prix. 
­  cas où la demande est présentée après la conclusion du marché : le titulaire, soit 
remet  contre  récépissé  à  l’autorité  contractante,  au  maître  d’ouvrage  délégué  ou 
au  maître  d'œuvre  s’il  existe,  soit  lui  adresse,  par  lettre  recommandée  avec  avis 
de  réception,  une  déclaration  spéciale  contenant  les  renseignements 
susmentionnés. 


Article 13 du code des marchés publics relatif à la sous­traitance.
1.3.2  Avances de démarrage 
Si  le  marché  l’a  prévue  (CCAP),  dès  la  notification  de  l’ordre  de  service,  l’autorité 
contractante  doit  prendre  les  dispositions  nécessaires  pour  le  paiement  de  l’avance. 
Cette avance est soit forfaitaire soit facultative, selon le cas : 
­  l’avance  forfaitaire est  toute  somme  versée  avant  l’exécution  des  prestations  et 
sans  contrepartie  d’une  exécution  matérielle  de  la  prestation.  Elle  est  fixée  par  les 
cahiers des charges et ne peut dépasser 15% du montant initial du marché ; 
­  l’avance  facultative  est  toute  somme  qui  peut  être  accorder  également  au  titulaire 
du  marché  par  l’autorité  contractante,  en  raison  d’opérations  préparatoires 
nécessaires  à  l’exécution  du  marché  et  appelant  l’engagement  de  dépenses 
préalables à cette exécution. 

Le  paiement  de  l’avance  facultative  doit  être  soumis  à  la  production  de  justificatifs 
nécessaires. 
Le  montant  cumulé  des  avances  forfaitaires  et  facultatives  ne  peut  en  aucun  cas 
excéder  25%  du  montant  du  marché  et  des  avenants  éventuels  sauf  dérogation 
accordée par le Ministre chargé des marchés publics. 
L’octroi des avances doit être subordonné à la constitution par le titulaire d’une caution 
personnelle  et  solidaire  d’une  banque  ou  d’un  établissement  financier  agréé, 
garantissant le remboursement de la totalité du montant de ces avances. 
Le paiement de l’avance ne conditionne pas le démarrage de l’exécution du marché. 

1.3.3  Acompte 1 
L’acompte est tout paiement consenti par l’autorité contractante correspondant à une 
exécution partielle du marché au titulaire ou au sous­traitant autorisé. 
Les travaux, fournitures ou prestations qui ont reçu un commencement d'exécution du 
marché, ouvrent droit à des acomptes, même lorsqu'ils ne sont accompagnés d'aucun 
transfert de propriété au profit de l'autorité contractante. 
Pour  les  fournitures  et les  approvisionnements,  il  est  recommandé  de  procéder  à  un 
transfert de propriété dès lors que l’acompte correspondant est considéré comme bon 
pour  paiement.  Cette  précaution  permet  en  cas  de  saisie  des  biens  du  titulaire  du 
marché de sauvegarder les intérêts de l’Etat. 
L’acompte ne doit pas dépasser le montant des travaux effectués. Un décompte précis 
des  travaux,  prestations  ou  fournitures  doit  nécessairement  accompagner 
l’ordonnancement du paiement. 
L'autorité contractante ne peut pas refuser de payer les acomptes. 


Article 95 du code des marchés publics relatif aux Acomptes.
Le droit aux acomptes appartient aussi bien au titulaire qu’aux sous­traitants qui sont 
admis au bénéfice du paiement direct. Toutefois, le Cahier des clauses administratives 
particulières  (CCAP),  doit  établir  le  niveau  d’exécution  minimum  qui  ouvre  droit  au 
paiement d’acompte. 

1.3.4  Décompte 
C’est l’évaluation financière par le titulaire des prestations exécutées durant une 
certaine période, en vue de l’émission des factures correspondantes. Le paiement de 
l’acompte donne lieu à l’établissement d’un décompte soumis à l’acceptation de 
l’autorité contractante ou du maître d’œuvre s’il existe. 

Le paiement de l’avance s’effectue également au moyen d’un décompte généralement 
appelé décompte zéro qui n’est assis sur aucune réalisation effective 

Le décompte est fait selon des conditions très précises, prévues dans les cahiers des 
charges (périodicité, niveau d’exécution du marché, etc.). Le décompte peut être soit 
provisoire soit définitif 

q  Décompte provisoire 

Il  s’agit  d’une  évaluation  financière  intermédiaire  effectuée  lors  de  l’exécution  d’un 
marché. Elle se fait selon une certaine périodicité et prend en compte les travaux ou 
prestations exécutées durant cette période. Le décompte provisoire fait le point exact 
de  la  situation  comprenant  les  prestations  exécutées,  les  paiements  à  prendre  en 
considération et toutes autres situations qui auraient une influence sur les paiements, 
telles  que  les  approvisionnements,  les  révisions  des  prix,  les  pénalités,  les  retenues 
de garantie, etc. 

q  Décompte final ou définitif 

Il  s’agit  du  dernier  décompte  d’une  opération  donnée.  C’est  le  montant  dû  à 
l’entreprise  ou  au  fournisseur  au  terme  de  la  réalisation  des  travaux  ou  des 
prestations. Le montant dû à l’entreprise ou au fournisseur est égal au montant global 
du  marché,  tout  ajustement  effectué 1 ,  déduction  faite  de  l’ensemble  des  décomptes 
provisoires déjà validés. Le décompte final ou définitif permet le règlement pour solde. 

q  Décompte général 
C’est le décompte établi à partir du décompte final ou définitif par le maître d’œuvre et 
arrêté par l’autorité contractante. Il récapitule les acomptes et le solde. Il est notifié par 
ordre  de  service  à l’entrepreneur.  Le  décompte  général  devient le  décompte  général 
définitif après acceptation par l’entrepreneur. 


Comprend entre autres, les retenues de garanties, la révision des prix,
q  Décompte général définitif 

Dans la pratique, lorsqu’il y a une retenue de garantie prélevée sur les paiements, le 
maître  d’œuvre  doit  prévoir  un  décompte  appelé  décompte  général  définitif  pour 
prévoir son remboursement 

1.3.5  Révisions des prix 1 
La révision des prix consiste à réajuster les prix du marché en fonction des variations 
des  conditions  économiques  entre  la  date  de  commencement  d'exécution  des 
prestations  et  celle  de  leur  achèvement.  Il  s’agit  d’une  opération  dont  le  principe  est 
prévu au marché 

q  Les conditions d'application des formules de révision de prix 
Les prix révisables sont révisés lorsque leur taux de variation est supérieur à cinq pour 
cent (5%) et à condition que le marché contienne les éléments nécessaires à cette 
révision. 
La structure et les conditions d'application des formules de révision de prix sont 
définies, pour chaque type de marché, dans les Cahiers des Clauses Administratives 
Générales (CCAG) et précisées dans le détail par le Cahier des Clauses 
Administratives Particulières (CCAP) de chaque marché, notamment, en ce qui 
concerne : 
­  la date de référence du ou des prix convenus ; 
­  la ou les formules de révision de prix ; 
­  le seuil de déclenchement ; 
­  la marge de neutralisation et son mode d'application ; 
­  toutes conditions particulières d'application. 
En pratique, chaque acompte est révisé jusqu’à ce qu’on arrive au terme du marché à 
la hausse comme à la baisse selon la périodicité des décomptes. 
La révision des prix s'effectue en appliquant des coefficients établis à partir d'indices 
de référence fixés par le marché. La valeur initiale du ou des indices à prendre en 
compte est : 
­  soit celle du mois d'établissement des prix qui est précisé dans le marché ou, à 
défaut  d'une  telle  précision,  du  mois  de  calendrier  qui  précède  celui  de  la 
signature de l'acte d'engagement ou de la soumission par l'entrepreneur ; 
­  soit celle des derniers indices publiés. 

q  Assiette de la révision des prix 2 

Lorsque il  y  a  lieu  à  révision  des  prix,  dans  les  conditions  précisées  précédemment, 
les  coefficients  de  révision  s'appliquent  à  la  différence  entre  le  montant  initial  de 
l'acompte ou du solde et le montant des avances à déduire. 


L’article 99 du code des marchés publics relatif à la révision des prix. 

L’article 95  du  Cahier des clauses administratives générales relatif à l’assiette de la révision des prix.
A l'expiration du délai contractuel d'exécution du marché, les formules de révision de 
prix ne peuvent plus s'appliquer dans le sens de la hausse. Elles restent applicables 
dans le sens de la baisse. 

1.4  Développements en cours d’exécution du marché 

L’exécution  du  marché  peut  être  soit  soumise  à  des  difficultés  diverses  et  entraîner 
des modifications en cours d’exécution du marché soit évoluer sans incident 

1.4.1  Modifications en cours d’exécution du marché 
Lors  de  l’exécution  du  marché,  des  circonstances  particulières  peuvent  survenir. 
Celles­ci  sont  susceptibles  soit  de  mettre  fin  à  la  procédure  en  cours  soit  d’apporter 
une modification à l’exécution du marché. Il s’agit, notamment des cas d’avenant, de 
résiliation, d’ajournement, de pénalités de retard et d’actualisation 

q  Avenant 
C’est  une  modification  apportée  aux  clauses  contractuelles  d’un  marché  approuvé. 
L’avenant  donne  lieu  à  la  conclusion  d’un  contrat  additif  signé  et  approuvé  dans  les 
mêmes conditions que le marché de base. (Ce point est traité dans le Fascicule Réf. 
DMP/PROC/N° 4) 

q  Résiliation 

C’est l’interruption de l’exécution du marché, suite à une difficulté constatée par l’une 
des  parties.  L’initiative  de  la  résiliation  appartient  à  chaque  partie  au  contrat.  La 
demande,  quant  à  elle,  est  introduite  par  l’autorité  contractante  ou  par  le  maître 
d’œuvre,  s’il  existe,  auprès  de  la  Commission  consultative  des  marchés  publics.  La 
demande de résiliation doit obéir à des conditions de recevabilité. (Ce point est traité 
dans le Fascicule Réf. : DMP/PROC/N° 7) 

q  Ajournement 1 

C’est  une  suspension  de  l’exécution  du  marché  ordonnée  par  l’autorité  contractante 
par  ordre  de  service  adressé  au  titulaire  du  marché  avec  accusé  de  réception. 
L'ajournement consiste à retarder volontairement l'exécution d'un marché en reportant 
les  délais  d'exécution.  L’ajournement  peut  intervenir  à  l’initiative  du  maître  de 
l’ouvrage,  du  fait  du  titulaire  ou  en  cas  de  force  majeure.  Dans  le  premier  cas,  le 
titulaire  peut  être  indemnisé.  Dans les deux  (2)  cas, le décompte  est  suspendu  ainsi 
que les pénalités de retard. 
Avec  l’ajournement,  les  parties  sont  déliées  pour  la  période  concernée  de  leurs 
obligations  principales  respectives  liées  à  l’exécution  du  marché.  En  application  de 
l’ordre de service lui notifiant l’ajournement, le titulaire arrête donc les prestations. 
Toutefois,  il  est  à  noter,  que  certaines  obligations  demeurent  exigibles,  tant  que  le 
marché n’est pas résilié. Il s’agit notamment, de la mise en œuvre de moyens en vue 
de la sauvegarde des travaux ou prestations déjà réalisés pour assurer le gardiennage 
des entrepôts ou des chantiers par exemple. 

L’article 113 et 114 du code des marchés publics relatif aux Ajournements.
La  prise  en  compte  de  ces  charges  complémentaires  se  fait  par  voie  de 
remboursement. 
La  décision d'ajournement  est  prise  par l'autorité  contractante  et  celle­ci  s'impose  au 
titulaire du marché dans le cas où la durée de l'ajournement est inférieure à six mois. 
Par  contre,  si  la  durée  de  l'ajournement  est  supérieure  à  six  mois  et  inférieure  ou 
égale  à  douze  mois, le titulaire  peut,  en  principe  et  sauf  clause  contraire  du  marché, 
refuser l'ajournement et demander la résiliation. 
La  clause  faisant  obstacle  au  droit  de  résiliation  ne  peut  être  insérée  que  dans  des 
marchés de plus de douze mois et comportant éventuellement des clauses de révision 
des prix. 

q  Pénalités de retard 

Ce  sont  des  sanctions  pécuniaires  infligées  automatiquement  au  titulaire  du  marché 
défaillant.  Les  marchés  publics  comportent  obligatoirement  des  pénalités  de retard  à 
la  charge  du  titulaire.  Celles­ci  sont  exigibles  dès  le  premier  jour  de  retard  et  sans 
mise en demeure préalable. 
Les  sommes  à  déduire  du  montant  dû  au  titulaire  du  marché  public  sont  déterminés 
par des règles fixées au Cahier des clauses administratives particulières (CCAP), ou à 
défaut,  dans  le  Cahier  des  clauses  administratives  générales  (CCAG),  auquel  le 
marché se réfère. 
Les  différents  CCAG  fixent  l’intervalle  des  taux  applicables  entre  1/1000 ème  et 
1/3000 ème. 
Le  taux  retenu  s’applique  au  montant  non  révisé  du  marché  et  de  ses  avenants 
éventuels par jour de calendrier de retard. 
En pratique, le taux des pénalités de retard est fixé à 1/1000 ième  pour les marchés de 
fournitures et à 1/2000 ième pour les marchés de travaux ou de services. 
Le  montant  des  pénalités  de  retard  est retenu  sur le  paiement  du  décompte.  En  cas 
d’insuffisance, l’autorité contractante ou le maître d’œuvre fera un appel de caution ou 
même émettra un ordre de recette. 
L'accumulation des pénalités de retard peut avoir des conséquences, sur le maintien 
du marché, qui sont les suivantes : 
­  lorsque le montant cumulé des pénalités atteint dix pour cent (10%) du montant 
initial du  marché  et  de  ses  avenants, l'autorité  contractante,  peut  demander la 
résiliation du marché ; 
­  lorsque le montant cumulé des pénalités atteint le montant du marché, l'autorité 
contractante doit demander la résiliation du marché et cette résiliation ne peut 
pas être refusée. 
Pour éviter ces conséquences, il est recommandé que l’autorité contractante agisse à 
partir d’un seuil critique déterminé, même si le seuil des dix pour cent (10%) peut être 
considéré comme révisable à la hausse. Par ailleurs, il incombe au  maître d’ouvrage 
délégué et au maître d’œuvre, s’il existe, de faire fréquemment le calcul des pénalités 
et établir des seuils de productivité critiques à ne pas dépasser.
Toutefois,  si  les  retards  entraînant  des  pénalités  sont  dus  à  des  empêchements 
résultant d’un cas de force majeure, le titulaire à qui incombe l’obligation d’en apporter 
la preuve, peut invoquer ces empêchements avant l’expiration des délais contractuels. 
L’autorité  contractante  apprécie  la  valeur  des  allégations  formulées  par  le  titulaire  et 
prononce l’exonération totale ou partielle des pénalités de retard. 
q  Actualisation 
C’est une opération de réajustement des coûts du marché. Elle consiste à transformer 
un  prix  ferme  du  marché  initial  en  un  nouveau  prix  ferme  avant  le  démarrage  ou  en 
cours  d'exécution  des  prestations.  Il  s’agit  de  la  prise  en  compte  des  évènements 
imprévus  pour  maintenir  l’équilibre  financier  du  marché.  A  titre  d’exemples, 
l’actualisation à la hausse, intervenue après l’augmentation du prix du pétrole et celle 
faisant suite à la dévaluation du Franc CFA en 1994. 
Les  nouveaux  prix  s’obtiennent  par  une  entente  entre  les  parties  contractantes  en 
s’appuyant soit sur les résultats de l’application des formules de révisions des prix, soit 
sur les résultats de l’analyse de l’évolution des sous détails de prix. 

1.4.2  Exécution du marché sans incident 

L’exécution  du  marché  est  considérée  comme  tel,  lorsque  chaque  partie  au  contrat 
respecte ses obligations 
Pour  le  titulaire,  il  s’agit  essentiellement  de  respecter  les  cahiers  des  charges  et 
notamment, les normes techniques exigées ainsi que les délais prescrits 
Pour l’acheteur, le traitement diligent des décomptes prévus. 
Durant  toute  la  phase  d’exécution  du  marché,  il  est  important  pour  chaque  partie  ­ 
autorité  contractante,  titulaire  ­ de faire  savoir  ses  positions  par  écrit.  Cette  évolution 
normale aboutit à une réception des prestations sanctionnée par des procès­verbaux. 

1.5  Contrôle de l’exécution du marché 1 

1.5.1  Conformité des prestations 

Le contrôle de l’exécution d’un marché consiste à vérifier la conformité des prestations 
exécutées  par  le  titulaire  avec  les  diverses  prescriptions  énoncées  dans  les  cahiers 
des charges et à en tirer toutes les conséquences. 

Tout  marché  public  fait  l’objet  de  supervision,  de  contrôle  y  compris  les  tests, 
épreuves,  essais,  analyses ;  de  suivi  et  de  surveillance  de  son  exécution  technique, 
administrative et financière 

Ces  missions  sont  exercées,  selon  les  cas,  par  l’autorité  contractante ;  le  maître 
d’ouvrage ; le maître d’ouvrage délégué ou le maître d'œuvre, s’il existe ; la Direction 
des Marchés Publics ; la structure chargée de l’élaboration et du contrôle du budget ; 
la  structure  chargée  du  contrôle  financier ;  la  structure  chargée  de  la  comptabilité 
exerçant les fonctions de paiement. (Pour le détail des missions de ces acteurs, voir le 
fascicule relatif aux ‘’Dispositions générales’’ Réf. : DMP/PROC/N° 1). 


L’article 88 du code des marchés publics relatif au contrôle de l’exécution.
Les cahiers des clauses administratives générales fixent les conditions et modalités de 
supervision,  de  contrôle,  de  suivi  et  de  surveillance  de  l’exécution  des  marchés 
publics. 
Dans  le  cas  des  collectivités  territoriales,  le  contrôle  de  l’exécution  du  marché  est 
assuré  par  le  service  technique  de  la  collectivité  territoriale,  assisté  du  maître 
d’ouvrage délégué ou du maître d'œuvre s’il existe. 
En  terme  de  décision,  les  contrôles  effectués  sont  sanctionnés  par  les  décisions  ci­ 
après. 
­  acceptation : pour conformité en tous points, en quantité et en qualité ; 
­  acceptation sous réserve : la réserve doit être clairement formulée et consignée 
dans un PV ; 
­  refus :  lorsque  les  prestations  sont  jugées  globalement  non  conformes  aux 
spécifications. 
Toutefois, si les résultats des vérifications prévues dans le marché ou par les normes 
homologuées  pour  une  fourniture  de  matériaux,  produits  ou  composants  de 
construction  ne  permettent  pas  l'acceptation  de  cette  fourniture,  le  maître  d’œuvre 
peut  prescrire, en  accord  avec  l'entrepreneur,  des  vérifications  supplémentaires  pour 
permettre  d'accepter  éventuellement  tout  ou  partie  de  la  fourniture,  avec  ou  sans 
réfaction 1  sur les prix. Les dépenses correspondant à ces dernières vérifications sont 
à la charge de l'entrepreneur 

1.5.2  Réception des prestations 
La réception consiste à constater la fin de l’exécution des prestations. Cette opération 
conduit à vérifier la bonne exécution du marché et aboutit à la rédaction des procès 
verbaux de réception provisoire, de réception partielle et de réception définitive. Les 
procès verbaux consacrent la prise de possession des prestations par le maître de 
l’ouvrage 

q  Réception provisoire 

Il  est  procédé  par  l’autorité  contractante  ou  le  maître  d’œuvre  s’il  existe  à  une 
réception provisoire, lorsqu’il y a un délai de garantie prévu par le marché 
A  l’expiration de  cette  période, la  réception  devient  définitive,  si  toutes les  conditions 
contractuelles ont été remplies 

q  Réception provisoire partielle 

La  fixation  par  le  marché,  pour  des  tranches  de  travaux,  ouvrages  ou  parties 
d'ouvrages,  de  délais  d'exécution  distincts  du  délai  global  d'exécution  de  l'ensemble 
des  travaux  implique,  sauf  dérogation  par  le  Cahier  des  clauses  administratives 
particulières (CCAP), une réception provisoire partielle de chaque tranche de travaux, 
d'ouvrages ou de parties d'ouvrages 


Correspond à la réduction sur les prix, des fournitures, produits ou composants de construction, au moment de la 
livraison lorsqu’ils ne présentent pas la qualité ou les conditions convenues.
Toute  prise  de  possession  anticipée,  et  constatée  sur  le  champ,  des  ouvrages  ou 
parties  ou  tronçons  d'ouvrages  par  le  maître  d'ouvrage,  équivaut  à  une  réception 
provisoire partielle 

q  Réception définitive 

S’il  n’est  pas  prévu  de  période  de  garantie  dans  le  marché,  la  réception  est  réputée 
définitive.  Il  en  est  de  même,  à  l’expiration  du  délai  de  garantie.  Le  cautionnement 
définitif est libéré trente (3O) jours au plus tard après la réception définitive 

2.  PAIEMENT DU MARCHE 

2.1  Définition 
Le  paiement  d’un  marché  public est  l’acte  par  lequel  l’autorité  contractante  se  libère 
vis  à  vis  du  titulaire  ou  du  sous­traitant  en  cas  de  paiement  direct  de  sa  dette 
correspondant  à  la  contrepartie  financière  du  marché.  L’acte  de  payer  relève  de  la 
seule compétence du comptable assignataire 

2.2  Généralités et cadre d’application  
2.2.1  Délai de paiement 1 
Le  marché  doit  préciser  le  délai  de  paiement  des  sommes  dues  par  l'autorité 
contractante. Pour tout paiement autre que celui de l'avance forfaitaire et de l'avance 
facultative, le délai de paiement court, soit à partir du dernier jour de constatation de la 
livraison des fournitures ou de l'exécution des prestations ou travaux faisant l'objet du 
paiement  en  cause,  soit  du  jour  fixé  par  les  stipulations  particulières  du  marché.  Ce 
délai ne peut excéder quatre­vingt­dix (90) jours. 
§  Le  délai de  paiement  de  l'avance  forfaitaire est  de quarante  cinq  (45)  jours.  Il est 
décompté à partir de la dernière des trois dates suivantes: 
­  la date de notification de l'ordre de commencer les travaux ; 
­  la date de constitution du cautionnement définitif ; 
­  la  date  de  présentation  du  cautionnement  de  remboursement  de  l'avance 
forfaitaire. 
§  Le délai de paiement de l’avance facultative doit intervenir dans un délai maximum 
de  quarante  cinq  (45)  jours,  à  compter  de  la  réception  de  la  dernière  des  deux 
garanties. 
Les  délais  de  paiements  à  la  charge  de  l’autorité  contractante  doivent  être  stipulés 
dans  le  marché.  Cette  stipulation  peut  résulter  d’un  renvoi  aux  clauses  et  conditions 
générales,  si  celle­ci  ont  prévu  les  différents  délais  de  paiement,  ce  qui  est 
souhaitable. A défaut, de toute stipulation de délai, le marché ne peut être approuvé. 


Article 101 du code des marchés publics relatif au délai de paiement.
2.2.2  Nantissement des marchés publics 
Le nantissement est défini comme un contrat par lequel un débiteur s'oblige à remettre 
un  bien  à  son  créancier  en  vue  de  garantir  le  paiement  de  la  dette  qu'il  aura 
contractée. 

Les  créances  nées  ou  à  naître  d’un  marché  peuvent  être  affectées  en  nantissement 
par une convention conclue entre le titulaire et un tiers bénéficiaire du nantissement. 

Cette  convention  donne  ainsi,  la  possibilité  au  titulaire  de  mettre  en  gage  le  marché 
auprès  d’une  institution  financière,  ce  qui  lui  permet  d’obtenir  des  moyens  de 
financement dudit marché. 

Le nantissement ne peut être effectué qu’auprès d’une banque ou d’un établissement 
financier  domicilié  en  Côte  d'Ivoire  agréé  par  le  Ministre  chargé  des  finances. 
L’autorité  contractante  doit  remettre  au  titulaire  sur  sa  demande  une  copie  certifiée 
conforme  à  l’original  du  marché,  revêtue  d’une  mention  signée  par  elle  et  indiquant 
que cette pièce est délivrée en exemplaire unique. 
Ce  nantissement  est  notifié  par  le  bénéficiaire  au  comptable  assignataire,  désigné 
dans  les  pièces  constitutives  du  marché.  Cette  notification  est  effectuée  par  pli 
recommandé avec accusé de réception ou remise contre émargement 

Suspension du délai de paiement 1 
Les délais prévus pour le paiement des marchés peuvent être suspendus par l'autorité 
contractante lorsque des causes imputables au titulaire s'opposent au paiement 

Dans ce cas, l'autorité contractante fait connaître au titulaire les raisons qui s'opposent 
à ce paiement. L’autorité contractante va réclamer, par bordereau de rejet adressé par 
lettre  recommandée  avec  avis  de  réception  ou  remise  contre  émargement,  huit  (8) 
jours  au  moins  avant  l'expiration  du  délai  de  paiement,  les  pièces  à  fournir  ou  à 
compléter.  Ces  dernières  (pièces  à  fournir)  ne  devront  concerner  que  les  éléments 
dont le titulaire a la responsabilité 

Ce  rejet  suspend  le  délai  de  paiement  jusqu'à  la  remise  par  le  titulaire,  par  lettre 
recommandée avec avis de réception ou remise contre émargement, des justifications 
ou pièces qui lui sont réclamées. Si cette suspension se révèle non fondée ou résulte 
de  la  carence  de  l'autorité  contractante,  le  titulaire  a  le  droit  de  se  prévaloir  des 
dispositions relatives aux intérêts moratoires. 

2.2.4  Intérêts moratoires 
Il s’agit de sanctions pécuniaires infligées à l’autorité contractante à la demande 
motivée du titulaire, en cas de retard des paiements, imputables à l’autorité 
contractante (l’Etat). 
Le titulaire a droit à des intérêts moratoires pour tout retard de paiement, sauf pour les 
retards de paiement des avances. 
Le taux d'intérêt est le taux d'escompte de la Banque Centrale, en vigueur au cours de 
la période considérée. Les parties ne peuvent pas convenir d'un taux plus élevé. En 

Article 102 du code des marchés publics relatif à la Suspension du délai de paiement.
revanche, rien ne s'oppose à ce qu’ils fixent un taux plus faible. On doit considérer le 
taux fixé par le code comme un taux maximum. Les intérêts moratoires sont payés 
selon les règles suivantes : 
­  le titulaire doit faire une demande motivée et chiffrée ; 
­  les impôts  et  taxes  qui  ne  sont  exigibles  qu'au  moment  où  le  titulaire  reçoit le 
paiement doivent être déduits du montant des paiements en retard ; 
­  le taux d'intérêt en vigueur au montant restant est appliqué ; 
­  le paiement des intérêts se fait dans un délai de soixante (60) jours à compter 
de la demande ; 
­  les  intérêts  sur  les  intérêts  dus,  s'ils  ne  sont  pas  payés  après  un  an,  doivent 
être payés. 
Seules sont affectées, d’intérêts moratoires, les sommes qui restent dues au titulaire 
du marché. Les sommes payées avant le terme du délai de paiement doivent être 
déduites du calcul. 

2.2.5  Retenue de garantie 
La  retenue  de  garantie  est  une  retenue  que  l’administration  peut  opérer  sur  le 
règlement  des  prestations  effectuées  pour  garantir  le  parfait  achèvement  de  ces 
prestations 

C’est  l’un  des  moyens  de  pression  dont  dispose  l’administration  pour  contraindre  le 
titulaire à réparer les défaillances constatées dans la période de garantie 

Elle est constituée par des sommes que l’autorité contractante retient sur le prix au 
moment du paiement. Elle n’est due que si un délai de garantie de la qualité de ces 
prestations a été stipulé au marché. Elle peut être remplacée par l’engagement d’une 
caution de payer ces indemnités en lieu et place du titulaire 

2.2.6  Règlement pour solde 1 
Le  règlement  pour  solde  est  le  versement  au  titulaire  des  sommes  dues  au  titre  de 
l'exécution des  travaux,  fournitures  ou prestations,  objet  du  marché,  après  déduction 
des  versements  effectués  au titre  des  avances  et des acomptes  de  toute  nature  non 
encore  récupérés  par  l'autorité  contractante  et  de  toutes  sommes  dont  le  titulaire 
serait, le cas échéant, redevable au titre du marché. 


L’article 97 du code des marchés publics relatif au règlement pour solde.
Le marché peut prévoir des réceptions définitives partielles, donnant lieu, chacune 
pour ce qui la concerne, à un règlement pour solde. Ce délai de paiement ne peut 
excéder quatre­vingt­dix (90) jours. 

2.3  Procédure de paiement 

La procédure de paiement comprend les étapes suivantes : 
­  la réception des prestations ou travaux ; 
­  l’engagement et l’ordonnancement ; 
­  la prise en charge ; 
­  le paiement. 

2.3.1 Réception des prestations ou travaux 
Il  s’agit  de  vérifier  l’effectivité  des  prestations  ou  travaux  réalisés  qui  abouti  à  la 
certification  du  ‘’service  fait’’.  La  preuve  est  faite  avec  les  bordereaux  visés  par  les 
personnes  habilitées  (autorité  contractante,  maître  d’œuvre,  contrôleur  financier, 
contrôleur  budgétaire),  accompagnés  du  bon  de  livraison  ou  du  procès  verbal  de 
réception. La réception est le point de départ des différents délais de garantie 

2.3.2  Engagement et ordonnancement 
L’engagement  permet  sur  la  base  du  service  fait,  d’arrêter  le  montant  précis  dû  aux 
prestataires  de  services.  Quand  à  l’ordonnancement  de  la  dépense  il  consiste  à 
liquider et à donner l’ordre aux comptables assignataires de payer la prestation ou la 
commande.  L’ordonnateur  en  se  fondant  sur  les  documents  qui  lui  ont  été  transmis, 
rédige le mandat de paiement 

2.3.3  Prise en charge 
Après  vérification  de  la  régularité  juridique  du  mandat  et  des  pièces  afférentes  au 
marché,  ainsi  qu’à  son  exécution,  le  comptable  assignataire  procède  à  la  prise  en 
charge du mandat. 
Lorsque les contrôles opérés ne sont pas concluants, le comptable assignataire rejette 
la dépense et notifie ce rejet motivé à l’ordonnateur 

2.3.4  Paiement 
A l’issue des contrôles qu’il effectue, le comptable assignataire procède au paiement 
du mandat pris en charge selon le mode de règlement convenu.
3.  DESCRIPTION DES ETAPES 
Intervenants  Description des tâches  Délais 
Titulaire  1.  Accuse  réception  de  l’ordre  de  service  de  commencer  les 
prestations émis par l’autorité contractante. 
2.  transmet  ses  modalités  de  travail  à  l’autorité  contractante  qui 
portent sur : 
§  la liste des sous­traitants ; 
§  le cautionnement définitif ; 
§  l’avance de démarrage, si elle est prévue au CCAP ; 
§  le planning d’exécution des prestations ; 
§  la présentation éventuelle du personnel clé. 
Autorité  3.  apprécie les modalités proposées par le titulaire du marché. 
contractante, 
Maître d’ouvrage 
délégué, Maître 
d’œuvre 
Titulaire  4.  réalise les prestations objet du marché sur la base de ce qui a 
été approuvé par l’autorité contractante ; 
5.  émet  le  décompte  ou  la  facture  définitive  qu’il  transmet  à 
l’autorité contractante avec accusé de réception. 
Autorité  6.  procède à la réception provisoire des prestations de fournitures, 
contractante,  de services ou de travaux selon les modalités suivantes : 
Maître d’ouvrage  §  lorsque les prestations sont en tout point conforme, appose 
délégué, Maître  son  cachet  sur  le  bon  de  livraison  ou  le  décompte  et 
d’œuvre  transmet  le  décompte  ou  la  facture  à  la  DAAF  pour 
engagement ; 
§  lorsque les prestations ne sont pas en tout point conformes, 
l’acceptation  est  faite  sous  réserve  et  celle­ci  doit  être 
clairement formulée dans un PV ; 
§  lorsque  les  prestations  sont  jugées  globalement  non 
conforme aux spécifications celles­ci sont refusées ; 
§  en  cas de défaillance dûment  constatée du titulaire  dans  la 
livraison  des  prestations,  des  pénalités  de  retard  sont 
appliquées et peuvent entraîner une suspension du délai de 
paiement. 
DAAF  7.  reçoit  le  dossier  d’engagement  (mandatement) et  vérifie  que 
toutes les pièces sont fournies ; 
8.  transmet le dossier d’engagement au Contrôleur financier. 
Contrôleur  9.  reçoit  le  dossier  d’engagement  et  procède  à  la  validation,  au 
financier  refus ou à l’acceptation du dossier d’engagement. 
10. transmet le dossier au DAAF.
DAAF  11. reçoit  le  dossier  validé  du  Contrôleur  financier  pour 
l’ordonnancement : 
­  si le dossier est conforme : 
§  transmet  le  dossier  au  comptable  assignataire  pour  sa 
prise en compte 
­  si le dossier est non conforme : 
§  contacte l’autorité contractante pour satisfaire au rejet. 
Comptable  12. effectue un contrôle de forme et de fond du dossier ; 
assignataire  13. procède à la prise en charge du mandat et effectue le paiement 
au titulaire. 
Titulaire  14. peut  demander  des  intérêts  moratoires  pour  tout  retard  de 
paiement passé le délai de paiement fixé à quatre­vingt­dix (90) 
jours. 
AC/MO  15. procède à la réception définitive, libère le cautionnement définitif 
et  transmet  ces  informations  au  point  focal  pour  la  clôture  du 
marché. 
Point focal  16. constate  la  réception  définitive  et  le  paiement  du  dernier 
décompte  ou  de  la facture  définitive  et  procède à  la  clôture  du 
marché.
4.  DIAGRAMME DE LA PROCEDURE 
A u to r i té c o n t rac tan te , M aîtr e  D i r ec teu r d es  A ffai r es 
C o m p tab l e 
T i tu l ai r e  d ’ o u v r ag e, M a ît re d ’o u v r ag e  A d m i n i s tr ati v e s  et  C o n tr ô l eu r  fi n an c i er  P o i n t fo c al 
as s ig n atai r e 
d él ég u é, M aîtr e d ’ œ u v re  F in an c i èr es 

O pér ation  n ° 1  Op ér at ion  n ° 3  O pér at io n  n ° 7  O pér atio n  n ° 9  O pér ation  n ° 12 

Accuse réception de l’ordre de  apprécie les m odalités de travail  reçoit le d ossier  effectue un contrôle de 
reçoit le dossier d’engage­m ent 
service de com m encer les  proposées par le titulaire du  d’enga gem ent et  form e et de fond du 
(m andatem ent) et vérifie que 
prestations ém is par l’autorité  m arché.  procèd e à la  v alidation,  dossier. 
toutes les pièces sont fournies. 
contractante.  au refus ou à l’acce ­ 
O p ér at ion  n ° 6  ptation du do ssier  O pér ation  n ° 13 
O pér at io n  n ° 2  O pér ation  n ° 8  d’en gagem ent. 
procède à la réception des  procède à la prise en 
prestations de fournitures, de  charge du m andat et 
soum et ses m odalités de  services ou de travaux selon les  transm et le dossier d’enga­ 
gem ent au Contrôleur financier.  O pér at io n  n ° 10  effectue le paiem ent au 
travail à l’autorité contractante.  m odalités suivantes :  titulaire. 
transm et le dossier au 
O p ér at io n  n ° 6.1  DA AF. 
O pér at io n  n ° 4 
si les prestations sont en tout 
réalise les prestations objet du 
point conform e, appose son  O pér atio n  n ° 11 
m arché sur la base de ce qui a  cachet sur le bon de livraison ou 
été approuvé par l’autorité  O pér atio n  n ° 16
le décom pte et transm et le  reçoit le dossier validé du 
contractante.  décom pte ou la facture à la DAA F  Contrôleur financier pour 
pour engagem ent.  l’ordonnancem ent :  constate la réception 
­ si le dossier est conform e, le  définitive et le paiem ent 
O pér at io n  n ° 5  O pér atio n  n ° 6.2  transm et au com ptable  du dernier décom pte ou 
assignataire pour sa prise en  de la facture définitive et 
si les prestations ne sont pas en 
ém et le décom pte ou la facture  com pte  procède à la clôture du 
tout point conform e, l’acce­ptation 
définitive qu’il trans­m et à  ­ si le dossier est non conform e,  m arché. 
et faite sous réserve et celle­ci 
l’autorité contractante avec  doit être clairem ent form ulée dans  contacte l’autorité contractante 
accusé de réception.  un PV .  pour satisfaire au rejet. 

O pér atio n  n ° 6.3 

si les prestations sont jugées 
globalem ent non conform e aux 
spécifications celles­ci sont 
refusées. 

O pér atio n  n ° 6.4 

en cas de défaillance du titulaire 
dans la livraison des prestations 
dûm ent constatée, des pénalités 
de retard sont appliquées et 
peuvent entraîner une suspension 
du délai de paiem ent. 

O pér atio n  n ° 14 

peut dem ander des intérêts  O pér ation  n ° 15 
m oratoires pour tout retard de 
paiem ent passé le délai de  procède à la réception défini­ 
tive, libère le cautionnem ent 
paiem ent fixé à quatre­vingt­ 
définitif et transm et ces infor­ 
dix (90) jours. 
m ations au point focal pour la 
clôture du m arché. 
MINISTERE DE L’ECONOMIE  REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE 
ET DES FINANCES  Union – Discipline – Travail 

DIRECTION GENERALE DU BUDGET 
ET DES FINANCES 

DIRECTION DES MARCHES PUBLICS 

FASCICULE N° 7 

Mesures exceptionnelles

Référence doc : DMP/PROC/N° 7 
Version imprimée le 03/04/2007 
SOMMAIRE 

1.  OBJ ET DU MANUEL__________________________________________________ 331 
2.  MESURES EXCEPTIONNELLES CONCERNEES  _________________________ 331 
2.1  Annulation d’un appel d’offres __________________________________________  331 
2.1.1  Définition  _________________________________________________________________  331 
2.1.2  Cas d’annulation d’un appel d’offres  ____________________________________________  331 
2.1.3  Initiative de la demande  ______________________________________________________  331 
2.1.4  Autorité de décision  _________________________________________________________  332 
2.1.5  Publicité obligatoire  _________________________________________________________  332 
2.1.6  Effets de l’annulation  ________________________________________________________  332 
2.2  Dispense de cautionnement ____________________________________________  332 
2.2.1  Définition  _________________________________________________________________  332 
2.2.2  Affirmation du principe_______________________________________________________  332 
2.2.3  Initiative de la demande  ______________________________________________________  333 
2.2.4  Autorité de décision  _________________________________________________________  333 
2.2.5  Effets de la dispense de cautionnement___________________________________________  333 
2.3  Révocation de la caution _______________________________________________  333 
2.3.1  Définition  _________________________________________________________________  333 
2.3.2  Cas  de révocation de la caution  ________________________________________________  334 
2.3.3  Initiative de la révocation de la caution___________________________________________  334 
2.3.4  Autorité de décision  _________________________________________________________  334 
2.3.5  Notification de la révocation ___________________________________________________  334 
2.3.6  Substitution des garanties émises par la caution ____________________________________  334 
2.3.7  Effets de la révocation de caution _______________________________________________  335 
2.4  Résiliation de marché __________________________________________________  335 
2.4.1  Définition  _________________________________________________________________  335 
2.4.2  Initiative de la résiliation______________________________________________________  335 
2.4.3  Différents cas de résiliation____________________________________________________  335 
2.4.4  Conditions de recevabilité_____________________________________________________  336 
2.4.5  Autorité de décision  _________________________________________________________  336 
2.4.6  Effets de la résiliation ________________________________________________________  336 
2.5  Constat de nullité ______________________________________________________  337 
2.5.1  Définition  _________________________________________________________________  337 
2.5.2  Cas de constats de nullité  _____________________________________________________  337 
2.5.3  Initiative de la demande  ______________________________________________________  337 
2.5.4  Autorités de décision_________________________________________________________  338 
2.5.5  Effets de constats de nullité____________________________________________________  338 
2.6  Réhabilitation d’entreprises frappées d’exclusion ________________________  338 
2.6.1  Définition  _________________________________________________________________  338 
2.6.2  Initiative de la demande  ______________________________________________________  338 
2.6.3  Autorité de décision  _________________________________________________________  338 
2.6.4  Effets de la réhabilitation  _____________________________________________________  338 
3.  COMMISSION CONSULTATIVE DES MARCHES PUBLICS ________________ 339 
3.1  Nature des organes et ancrage institutionnel  ____________________________  339 
3.2  Compétence de la Commission consultative centrale et régionale _________  339 
3.3  Composition des Commissions consultatives  ___________________________  339 
3.3.1  Commission consultative centrale_______________________________________________  339 
3.3.2  Commission consultative régionale______________________________________________  339
4.  PROCEDURE DEVANT LA COMMISSION CONSULTATIVE  _______________ 340 
4.1  Description de la procédure ____________________________________________  340 
4.1.1  Saisine de la Commission _____________________________________________________  340 
4.1.2  Séances de la commission _____________________________________________________  340 
4.1.3  Avis de la Commission consultative _____________________________________________  340 
4.1.4  Décision du Ministre ou son délégué  ____________________________________________  341 
4.2  Principaux intervenants ________________________________________________  341 
4.3  Description des étapes_________________________________________________  341 
4.4  Diagramme de la procédure ____________________________________________  343
1. OBJET DU MANUEL 

Le  présent  manuel  décrit  les  mesures  de  recours  aux  procédures  exceptionnelles 
prévues par le code des marchés publics en dérogation à certains principes de base. 

2. MESURES EXCEPTIONNELLES CONCERNEES 

L’article 72 du code des marchés publics relatif aux compétences de la Commission 
consultative  des  marchés  publics,  organe  d’instruction  collégiale  de  demande  de 
recours aux procédures exceptionnelles, énumère les cas concernés. Ceux qui sont 
traités par le présent manuel, sont les suivants : 
­  l’annulation d’un appel d’offres ; 
­  la dispense de cautionnement ; 
­  la révocation de caution ; 
­  la résiliation de marché ; 
­  les constats de nullité des marchés publics ; 
­  la réhabilitation des entreprises frappées d’exclusion. 

2.1  Annulation d’un appel d’offres  

2.1.1  Définition 

L’annulation d’un appel d’offres consiste à mettre fin à la procédure de l’appel 
d’offres concerné, avant l’approbation du marché qui aurait pu en résulter. 

2.1.2  Cas d’annulation d’un appel d’offres 

D’une  manière  générale,  un  appel  d’offres  peut  être  annulé,  pour  non  respect  des 
principes, des règles et des procédures de passation des marchés publics ou en cas 
de force majeure. On peut citer entre autres : 
­  l’absence ou l’insuffisance d’allocation budgétaire pour le marché objet de 
l’appel d’offres ; 
­  le non respect des obligations de publicité ; 
­  la description imprécise ou orientée des besoins à satisfaire ; 
­  la subjectivité des règles d’attribution ; 
­  l’irrégularité de la constitution de la Commission d’Ouverture des plis et de 
Jugement des Offres ; 
­  l’extinction de l’objet de l’appel d’offres. 

2.1.3  Initiative de la demande 

En  cas  de  nécessité  dûment  motivée,  l'autorité  contractante  peut  demander 
l'annulation de l'appel à la concurrence.
L’initiative peut également être prise par l’autorité de tutelle de l’autorité contractante, 
ainsi que par le Ministre chargé des marchés publics ou tout autre acteur concerné 
ou intéressé, apportant une preuve irréfutable d’irrégularité. 
Les supports d’instruction sont les documents produits par l’initiateur de la demande 
d’annulation apportant une preuve irréfutable d’irrégularité. 

2.1.4  Autorité de décision 

La décision d'annulation est prise par le Ministre chargé des marchés publics ou son 
délégué, après avis de la Commission consultative compétente des marchés publics. 
Cette décision d’annulation constitue le support de décision. 
2.1.5  Publicité obligatoire 
L'autorité  contractante  notifie  la  décision  d’annulation  aux  acteurs  directement 
impliqués  dans  la  procédure  de  passation  de  l’appel  d’offres.  Ces  décisions  sont 
également  publiées  aux  lieux  indiqués  dans  l’avis  d’appel  d’offres,  dans  le  journal 
des  marchés  publics  ainsi  que  sur  le  site  internet  de  la  Direction  des  Marchés 
Publics. 
2.1.6  Effets de l’annulation 
La  décision  d’annulation  met  fin  à  la  procédure  en  cours  à  compter  de  la  date  de 
signature de ladite décision. 
Les  candidats ayant  déjà  remis  leurs  offres ainsi  que leurs  cautions,  sont  déliés  de 
tout engagement. 
L'autorité  dépositaire  des  offres  remet,  le  cas  échéant,  celles­ci,  à  la  Commission 
d’Ouverture  des  plis  et  de  Jugement  des  Offres,  qui  procède  à  l'ouverture  des 
enveloppes et des contenants extérieurs aux seules fins de retourner les offres aux 
candidats, les enveloppes et contenants intérieurs restant fermés. 

2.2  Dispense de cautionnement  
2.2.1  Définition 
La  dispense  de  cautionnement  consiste  à  exonérer  le  soumissionnaire  à  un  appel 
d’offres  ou  le  titulaire  d’un  marché  de  l’obligation  de  cautionnement  prévue  par  le 
code des marchés publics. 
Les  obligations  de  cautionnement  sont  des  garanties  financières  exigées  des 
soumissionnaires à un appel d’offres, ainsi que des titulaires des marchés publics. 
Le montant de ces garanties est déterminé par application des taux fixés par le code 
des marchés publics. 
Le cautionnement est destiné à protéger l’autorité contractante contre les risques de 
défaillance  éventuelle  du  soumissionnaire  et  de  l’attributaire  pendant  la  phase  de 
passation du marché ainsi que du titulaire pendant l'exécution du marché. 

2.2.2  Affirmation du principe 

Tout  soumissionnaire  à  un  appel  d’offres  est  tenu  de  fournir  un  cautionnement 
provisoire, dont le montant, fixé dans le dossier d’appel d’offres, représente 1 à 2,5% 
du montant estimatif du marché.
De  même,  tout  titulaire  d'un  marché  est  tenu  de  fournir  un  cautionnement  définitif, 
dont le montant représente 2 à 5% du montant du marché. 
Ce  principe  ne  s'applique  pas  aux  marchés  de  prestations  intellectuelles  si  les 
paiements sont conditionnés par la validation des rapports d'étape. 

2.2.3  Initiative de la demande 

En  cas  de  nécessité  dûment  justifiée,  tout  acheteur  public  peut  demander  une 
dispense de cautionnement pour les opérations relevant de sa compétence. En cas 
d’autorisation,  le  Règlement  particulier  d’appels  d’offres  (RPAO)  doit  mentionner 
cette dispense. 
Les supports d’instruction sont les justificatifs produits par l’acheteur public pour faire 
bénéficier de la dispense de cautionnement. 

2.2.4  Autorité de décision 

Le  Directeur  des  Marchés  Publics  après  avis  de  la  Commission  consultative  des 
marchés publics peut exceptionnellement, accorder aux soumissionnaires à un appel 
d’offres ou aux titulaires de marchés, une dispense de cautionnement provisoire ou 
de cautionnement définitif, lorsque celle­ci présente un caractère ponctuel. 
Toute  dispense  de  cautionnement  provisoire  ou  de  cautionnement  définitif  à 
caractère  permanent,  ne  peut  être  autorisée  que  par  arrêté  du  Ministre  chargé  des 
marchés publics après avis de la Commission consultative des marchés publics. 
Dans  tous  les  cas,  la  dispense  de  cautionnement  provisoire  ou  de  cautionnement 
définitif  doit  être  mentionnée  au  Cahier  des  clauses  administratives  particulières 
(CCAP). 
L’acte  de  décision  est  l’acte  pris  par  le  Directeur  des  Marchés  Publics  pour  une 
dispense  de  cautionnement  provisoire  ou  de  cautionnement  définitif  à  caractère 
ponctuel  ou  l’arrêté  pris  par  le  Ministre  chargé  des  marchés  publics  pour  une 
dispense de cautionnement à caractère permanent. 

2.2.5  Effets de la dispense de cautionnement 

Le  soumissionnaire  à  un  appel  d’offres  ou  le  titulaire  d’un  marché  bénéficie  à  titre 
exceptionnel ou permanent selon le cas, de l’obligation de cautionnement provisoire 
ou définitive prévue par le code des marchés publics. 

2.3  Révocation de la caution  

2.3.1  Définition 

La  révocation  de  la  caution  est  la  décision  prise  par  l’autorité  compétente  qui 
consiste  à  remettre  en  cause  la  caution  pour  manquement  de  celle­ci  aux 
engagements pris en lieu et place du soumissionnaire ou du titulaire du marché. 
Au  sens  du  code  des  marchés  publics,  la  caution  est  l’institution  bancaire  ou 
financière qui apporte pour le compte du soumissionnaire ou du titulaire du marché la 
garantie exigée sous la forme d’un acte d’engagement personnelle et solidaire. 
L'engagement de la caution doit préciser que ce versement est effectué à la première 
demande de l'autorité contractante, sans mise en demeure préalable et sans que la
caution puisse différer le paiement ou soulever des contestations. La révocation de la 
caution  découle d’une défaillance dans l’exécution de cet engagement. 
La caution 1  personnelle et solidaire est choisie parmi les banques et établissements 
financiers  agréés  en  Côte  d'Ivoire  ou  les  tiers  agréés  à  cet  effet,  par  le  Ministre 
chargé des finances. 

2.3.2  Cas  de révocation de la caution 
La  révocation  s’applique  toutes  les  fois  où  une  caution  n’est  plus  en  mesure 
d’exécuter ses engagements ou n’offre plus les garanties d’exécution qui ont permis 
son  agrément.  Il  s’agit,  entre  autres, de  cas  de  liquidation  des  biens  frappant  la 
caution,  de  dissolution  de  l’activité,  de  règlement  judiciaire,  ou  de  cas  d’incapacité 
avérée d’honorer l’appel de caution quel que soit le motif. 

2.3.3  Initiative de la révocation de la caution 
Elle  appartient  à  la  Direction  des  Marchés  Publics,  à  la  demande,  sur  rapport,  sur 
constat ou sur dénonciation des autorités bénéficiaires de l’acte d’engagement de la 
caution à  savoir  :  l’autorité  contractante,  le  maître  d’ouvrage,  le  maître  d’ouvrage 
délégué, le maître d’œuvre, s’il existe, ou le titulaire du marché. 
Les supports d’instruction sont constitués de l’ensemble des justificatifs permettant la 
remise en cause de la caution pour manquement à ses engagements. 

2.3.4  Autorité de décision 
La  caution  peut  faire  l'objet  d’une  révocation  dans  les  conditions  fixées  par  arrêté 
conjoint  des  Ministres  chargé  des  marchés  publics  et  chargé  des  finances,  après 
avis de la Commission consultative des marchés publics. 
L’acte de décision est l’arrêté du Ministre des marchés publics relatif à la révocation 
de la caution. 

2.3.5  Notification de la révocation 
La  révocation  est  notifiée  à  l'autorité  contractante,  au  maître  d’ouvrage,  au  maître 
d’ouvrage délégué, au maître d’œuvre, s’il existe, au soumissionnaire ou au titulaire. 
Les  bénéficiaires  des  garanties  émises  par  la  caution  doivent  être  informés  de  la 
révocation par voie de publication. 

2.3.6  Substitution des garanties émises par la caution 
Lorsque  la  révocation  a  effet  sur  les  engagements  contractés  antérieurement  à  la 
notification  de  la  décision  de  révocation,  l'autorité  contractante  doit  aussitôt 
demander  par  lettre  recommandée,  avec  avis  de  réception  ou  par  remise  contre 
émargement, aux titulaires des marchés intéressés, selon leur choix : 
­  soit  de  présenter  dans  le  délai  de  vingt  (20)  jours,  à  compter  de  la  date  de 
cette demande, une nouvelle caution ; 
­  soit de constituer, dans le même délai, un cautionnement d'un montant égal à 
la garantie qui était couverte par la caution jusqu'à sa révocation ; 


L’article 68 du code des marchés publics relatif à l’Agrément de la caution.
­  soit  d’opter  pour  un  prélèvement  sur  le  premier  paiement  à  venir,  si  celui­ci 
est d'un montant au moins égal à la garantie qui était couverte par la caution 
jusqu'à sa révocation. 
2.3.7  Effets de la révocation de caution 
La  révocation  de  l’agrément  ne  peut  pas  délier  la  caution  des  engagements  pris 
antérieurement.  Elle  continue  de  les  assumer,  jusqu’à  ce  que  l’une  des  mesures 
prévues  ci­dessus  soit  prise.  Il  est  préférable  d’exiger  la  mention  dans  l’acte  de 
révocation. 

2.4  Résiliation de marché 2 

2.4.1  Définition 

C’est la rupture du contrat dans les cas prévus par le code des marchés publics et 
les textes d’application dudit code. Un marché peut être résilié avec faute ou sans 
faute du titulaire 

2.4.2  Initiative de la résiliation 
Pendant la phase de réalisation des marchés de travaux, fournitures ou prestations, 
il peut survenir des évènements ou circonstances rendant impossible ou inopportune 
la poursuite de  l’exécution du marché et conduire à la résiliation du marché. 

Ces constats peuvent être le fait de l’autorité contractante, du maître d’œuvre, ou du 
titulaire  du  marché.  Ces  constats  peuvent  entraîner  la  dénonciation  du  contrat  par 
l’une des parties ou même par les deux. 

Les  supports  d’instruction  sont  constitués  du  dossier  de  résiliation  comprenant  les 
pièces exigées et les rapports circonstanciés justifiant la résiliation 

2.4.3  Différents cas de résiliation 
§  Résiliation  de  plein  droit  et  sans  indemnité  pour  le  titulaire :  L’Etat  peut 
décider  la  résiliation  d’un  marché  en  cours  d’exécution  de  manière  unilatérale 
dans les cas suivants : 
­  décès du titulaire ; 
­  dissolution ; 
­  incapacité civile ou physique manifeste et durable du titulaire ; 
­  liquidation judiciaire du titulaire sauf autorisation par le tribunal ; 
­  faillite du titulaire. 
§  Résiliation  à  l’initiative  de  l’Administration :  pour  elle,  l’initiative  de  la 
résiliation est fondée sur les facteurs suivants : 
­  défaut de cautionnement définitif ; 
­  retard important des travaux ; 
­  carence de l’entreprise ; 


Article 112 du code des marchés publics relatif à la résiliation.
­  décision discrétionnaire de l’autorité contractante sans faute du titulaire après 
information de ce dernier ; 
­  cas particuliers de résiliation prévus dans le CCAG ; 
­  sous­traitance non autorisée ou cession de marché à un autre prestataire. 
§  Résiliation à l’initiative du titulaire du marché : 
­  carence de l’entrepreneur avouée par lui­même ; 
­  carence du maître d’ouvrage rendant impossible l’exécution du marché sans 
faute ni manquement du titulaire ; 
­  ajournement prévu par les dispositions du code des Marchés Publics. 

2.4.4  Conditions de recevabilité 

En  plus  de  la  demande  écrite,  le  dossier  de  résiliation  doit  comporter  les  pièces 
suivantes : 
­  l’ordre de service de démarrage des prestations ; 
­  la première et la seconde mise en demeure espacées de 10 jours au moins ; 
­  l’état des décomptes et le niveau d’exécution des prestations réalisées ; 
­  le constat d’huissier confirmant l’abandon du chantier, le cas échéant. 

2.4.5  Autorité de décision 

La décision de résiliation est prise par le Ministre chargé des marchés publics ou son 
délégué 3 ,  après  avis  de  la  Commission  consultative  compétente  des  marchés 
publics. 
Les  autorités  approbatrices  ci­après,  sont  également  compétentes  pour  prendre les 
décisions  portant  résiliation  des  marchés  qu’elles  approuvent,  conformément  aux 
dispositions  de  l’arrêté  portant  fixation  des  seuils  de  passation,  de  validation  et 
d’approbation dans la procédure des marchés publics. Ce sont : 
­  le Ministre de tutelle de l’Autorité Contractante ; 
­  le Préfet du département ; 
­  le Conseil d’Administration de la société d’Etat ou de la société à participation 
financière publique majoritaire ; 
­  l’organe exécutif de la collectivité territoriale (municipalité, bureau du Conseil 
général, bureau du District) ; 
­  l’organe  délibérant  de  la  collectivité  (Conseil  Municipal,  Conseil  Général, 
Conseil du District). 
L’acte de décision est l’arrêté de résiliation pris par le Ministre chargé des marchés 
publics  ou les  décisions  prises  par  son  délégué,  ainsi  que  la  décision  de  résiliation 
prise par les autorités approbatrices compétentes. 

2.4.6  Effets de la résiliation 

­  Décision et sanction 
Dès  la  signature  de  l’arrêté  de  l’acte  de  résiliation  ou  de  la  décision  de  résiliation, 
l’entreprise  titulaire  du  marché  est  exclue  des  marchés  publics  pendant  deux  (2) 
années en cas de faute ou de manquement aux obligations contractuelles. Dans ce 


Délégation de compétences au Directeur de Cabinet et au Directeur des Marchés  Publics.
cas, l’entrepreneur n’a pas droit à des indemnités. Toutefois, cette sanction peut être 
suspendue par une autorisation expresse du Ministre chargé des marchés publics. 

­  Remplacement du titulaire 
La  décision  de  remplacement  se  prend  dans  un  contexte  d’urgence,  justifié  par  la 
nécessité  de  poursuivre  et  d’achever  l’exécution  du  marché.  Dans  ce  cas,  le  code 
des marchés publics prévoit le recours à la procédure de Gré à Gré. Ce recours est 
conseillé  lorsque  le  marché  de  base  a  été  passé  après  mise  en  concurrence  par 
appel d’offres ouvert ou restreint. 

Dans  cette  hypothèse,  le  remplaçant  choisi  est  celui  qui  suit  immédiatement 
l’entreprise  défaillante  dans  l’ordre  de  classement  de  l’appel  d’offres.  Ce  dernier 
devra confirmer préalablement le maintien des prix 

En l’absence de cette confirmation, ou lorsque le délai écoulé présente des risques 
pour  le  maintien  des  prix  de  l’appel  d’offres,  il  est  conseillé  de  procéder  à  une 
nouvelle mise en concurrence par appel d’offres ouvert ou restreint 

2.5 Constat de nullité 

2.5.1  Définition 

C’est  un  acte  écrit  relevant  les  irrégularités  dans  la  procédure  de  passation  des 
marchés publics, par une autorité compétente, ayant pour effet d’invalider le marché 
en cause. 

2.5.2  Cas de constats de nullité 

Un marché peut être déclaré nul, pour non respect des principes, des règles et des 
procédures de passation des marchés publics. On peut citer entre autres : 
­  l’absence d’allocation budgétaire pour le marché objet de l’appel d’offres ; 
­  le non respect des obligations de publicité ; 
­  la description imprécise ou orientée des besoins à satisfaire ; 
­  la subjectivité des règles d’attribution ; 
­  l’irrégularité  de  la  constitution  de  la  Commission  d’Ouverture  des  plis  et  de 
Jugement des Offres ; 
­  l’incapacité juridique à être candidat ou titulaire d’un marché. 
En règle générale, la nullité peut être prononcée à tout moment, même si le marché 
a été entièrement exécuté. 

2.5.3  Initiative de la demande 

L’initiative peut être prise par l’autorité de tutelle de l’autorité contractante, ainsi que 
par le Ministre chargé des marchés publics ou toute personne intéressée, apportant 
une preuve tangible d’irrégularité. 
Les supports d’instruction sont constitués des rapports circonstanciés ou d’analyses 
constatant  la  nullité  de  la  procédure  d’appel  d’offres  ou  du  marché  ainsi  que  des
actes  ou  faits  pouvant  être  considérés  comme  des  preuves  irréfutables 
d’irrégularités. 

2.5.4  Autorités de décision 

La  décision  de  nullité  est  prise  par  le  Ministre  chargé  des  marchés  publics  ou  son 
délégué 4 ,  après  avis  de  la  Commission  consultative  compétente  des  marchés 
publics. Elle est formalisée par un acte écrit. 
L’acte de décision est l’arrêté pris par le Ministre chargé des marchés publics ou son 
délégué. 

2.5.5  Effets de constats de nullité 

L’appel d’offres ou le marché est déclaré nul et la décision met fin à la procédure en 
cours à compter de la date de signature de ladite décision. 

2.6  Réhabilitation d’entreprises frappées d’exclusion  
2.6.1 Définition 
La réhabilitation consiste à rétablir une entreprise frappée d’exclusion dans ses droits 
à concourir à nouveau aux appels d’offres ou à être titulaire d’un marché 

Toute exclusion temporaire ou définitive à la participation aux marchés publics peut 
faire l’objet d’une demande de réhabilitation avant le terme de la sanction 

2.6.2  Initiative de la demande 

L’initiative de la demande appartient à l’entreprise frappée d’exclusion temporaire ou 
définitive  dans  ses  droits  à  concourir  aux  appels  d’offres  ou  à  être  titulaire  d’un 
marché.  Elle  peut  entreprendre  des  démarches  en  vue  de  sa  réhabilitation.  A  cet 
effet, l’entreprise concernée va saisir l’autorité contractante par une demande écrite 
accompagnée des documents, pièces et preuves dont elle entend se prévaloir pour 
appuyer sa démarche 
Les supports d’instruction sont constitués du rapport circonstancié du demandeur et 
des pièces justificatives accompagnant ledit rapport (documents, pièces et preuves). 

2.6.3  Autorité de décision 

La  décision  de  réhabilitation  d’une  entreprise  frappée  d’exclusion  est  prise,  par  le 
Ministre  chargé  des  marchés  publics  ou  son délégué,  après  avis  de  la  Commission 
consultative compétente des marchés publics. L’acte de décision est l’arrêté pris par 
le Ministre chargé des marchés publics ou son délégué. 
2.6.4  Effets de la réhabilitation 
Les  entreprises  réhabilitées  par  une  décision  prise  par  l’autorité  compétente  sont 
rétablies  dans  leurs  droits  à  concourir  à  nouveau  aux  appels  d’offres  ou  à  être 
titulaires de marchés. 


Délégation de compétences au Directeur de Cabinet et au Directeur des Marchés  Publics.
3.  COMMISSION CONSULTATIVE DES MARCHES PUBLICS 

Conformément  à  l’article  72  du  code  des  marchés  publics,  la  commission 
consultative  des  marchés  publics  est  l’organe  consultatif  chargé  d’instruire 
préalablement  et  à  titre  exclusif,  toutes  les  requêtes  diligentées  dans  le  cadre  des 
procédures dérogatoires et mesures exceptionnelles. 

3.1  Nature des organes et ancrage institutionnel 
La  Commission  consultative  des  marchés  publics,  se  subdivise  en  une  commission 
centrale  et  des  commissions  régionales.  L’organisation  et  le  fonctionnement  des 
commissions font l’objet d’un arrêté du Ministre chargé des marchés publics. 

3.2  Compétence de la Commission consultative centrale et régionale 
La commission consultative centrale des marchés publics a pour mission de donner 
un avis sur toutes les requêtes relatives à l’utilisation de procédures dérogatoires et 
mesures exceptionnelles soumises à l'autorisation préalable du Ministre chargé des 
marchés publics. 
La commission consultative régionale des marchés publics est  chargée d’examiner 
toutes les requêtes des acteurs locaux relatives à l’utilisation de procédures visées à 
l’article 72 du code des marchés publics. 

3.3  Composition des Commissions consultatives  
3.3.1  Commission consultative centrale 

Elle est composée des représentants des structures ci après : 
­  un  représentant  de  la  Direction  des  Marchés  Publics,  qui  préside  la 
Commission ; 
­  deux (2) représentants de la Direction Générale du Budget et des Finances ; 
­  un représentant de la Direction des Participations et de la Privatisation ; 
­  un  représentant  de  la  Direction  Générale  de  la  Décentralisation  et  du 
Développement Local ; 
­  un  représentant  de  la  Direction  chargée  de  la  concurrence  du  ministère  en 
charge du Commerce ; 
­  l’ordonnateur délégué du ministère de tutelle concerné, s’il n’est pas l’autorité 
contractante, avec voix consultative. 

3.3.2  Commission consultative régionale 

Elle est composée des représentants des structures ci après : 
­  le représentant du Préfet de Région, Président de la Commission ; 
­  le responsable régional de la Direction des Marchés Publics ; 
­  le responsable régional de la Direction du Budget de L’Etat ; 
­  le responsable du contrôle financier régional ; 
­  le responsable régional de la structure chargée de la concurrence ; 
­  le Trésorier régional ;
­  l’ordonnateur délégué du ministère de tutelle concerné s’il n’est pas l’autorité 
contractante, avec voix consultative. 
Selon  les  besoins,  la  commission  peut  s’adjoindre  les  services  d’un  expert.  Il 
participe aux séances de la commission avec voix consultative. 

4.  PROCEDURE DEVANT LA COMMISSION CONSULTATIVE 

4.1  Description de la procédure 
La description de la procédure comprend les étapes suivantes : 

­  la saisine de la commission 
­  le quorum 
­  l’avis de la commission consultative 
­  la décision du Ministre ou son délégué. 
4.1.  Saisine de la Commission 
La  Commission  est  saisie  sur  demande  motivée  écrite  adressée  au  secrétariat 
technique tenu par la Direction des Marchés Publics au niveau centrale ou régionale, 
par  l’autorité  contractante  ou  le  maître  d’œuvre,  s’il  existe.  La  requête  est 
accompagnée  des  documents  et  pièces  justificatives.  Le  secrétariat  technique 
informe le président qui convoque la Commission. 

4.1.1 Séances de la commission 

Les  commissions  consultatives  tiennent  des réunions  ordinaires  toutes les  deux  (2) 
semaines  et  des  réunions  extraordinaires  selon  les  nécessités,  sur  convocation  du 
président. 
Le  Secrétariat  technique  de  la  Commission  consultative  prépare  son  ordre  du  jour, 
lequel  est  communiqué  à  chaque  membre  au  moins  deux  (2)  jours  avant  la  date 
prévue pour la tenue des réunions. 
La  réunion  ne  peut  valablement  se  tenir  que  si  au  moins  les  deux  tiers  (2/3)  des 
membres délibérants sont présents, y compris nécessairement le président. 
Toutefois, lorsque le quorum  n’est  pas  atteint,  la  réunion peut  valablement  se  tenir, 
au  minimum  quarante  huit  (48)  heures  après,  sur  une  deuxième  convocation,  sans 
autre exigence que la présence de la moitié des membres délibérants, y compris, le 
président et le représentant de la DMP, s’ils sont distincts. 

4.1.3  Avis de la Commission consultative 

Les décisions sont prises à la majorité des membres délibérants. A défaut, la requête 
est  réputée  rejetée.  Un  procès  verbal  sanctionne  les  décisions  prises  par  la 
commission. 
Le  secrétariat  technique  élabore  les  supports  de  décision  à  soumettre  au  Ministre 
chargé  des  marchés  publics  ou  son  délégué.  Ceux­ci  sont  ensuite  transmis  par  le 
président au Ministre chargé des marchés publics ou son délégué
4.1.4  Décision du Ministre ou son délégué 
Le  Ministre  chargé  des  marchés  publics  ou  son  délégué  prend  une  décision 
d’autorisation  ou  de  rejet  du  recours  à  la  procédure  dérogatoire  ou  mesure 
exceptionnelle  sur  la  base  de  l’avis  de  la  Commission  Consultative  des  Marchés 
Publics.  La  décision  de  rejet  doit  comporter  des  indications  permettant  à  la 
Commission  Consultative  des  Marchés  Publics  (CCMP)  ou  à  l’autorité  contractante 
de  prendre  les  dispositions  qui  s’imposent.  Les  décisions  prises  par  le  Ministre  à 
l’issue de l’instruction faite par la  Commission, le  sont  en  dernier ressort  et  ne  sont 
donc pas susceptibles de recours. 

4.2.  Principaux intervenants 

Les  principaux  intervenants  dans  la  procédure  de  recours  à  la  commission 
consultative des marchés sont les suivants : 

­  Autorité contractante / maître d’ouvrage délégué / maître d’œuvre 
­  Ministre chargé des marchés publics 
­  Secrétariat technique de la CCMP 
­  CCMP 
­  Direction des Marchés Publics 

4.3  Description des étapes  
Intervenants  Description des tâches  Délais  
L'autorité  92. Elabore  le  dossier  et  prépare  les  éléments  techniques  de  la 
contractante,  requête. 
maître  93. transmet  les  éléments  techniques  de  la  requête  au  Ministre 
d’ouvrage  chargé  des  marchés  publics  ou  à  la  Direction  des  Marchés 
délégué ou  Publics au niveau centrale ou régionale. 
maître d’œuvre 

Le Ministre  94. reçoit  la  requête  et  saisit  le  secrétariat  technique  de  la 
chargé des  Commission consultative (CCMP). 
marchés publics 
/ DMP centrale 
ou régionale 
Secrétariat  95. Prépare les fiches d’instruction de la requête. 
technique de la  96. établit l’ordre du jour et convoque la Commission consultative. 
CCMP 
CCMP  97. se réunit et délibère sur l’ordre du jour qui lui est soumis. 
98. dresse un PV signé séance tenante. 
Secrétariat  99. élabore  les  supports  de  décision  et  les  transmet  au  Ministre 
technique de la  chargé  des  marchés  publics  ou  son  délégué,  accompagné  de 
CCMP  l’avis de la Commission consultative et du dossier technique. 
Ministre chargé  100.  sur  la  base  de  l’avis  de  la  Commission  consultative,  le 
des marchés  Ministre  décide  en  entérinant  ou  non  les  propositions  de  la 
publics  CCMP.  En  cas  d’avis  contraire,  il  donne  des  indications 
nécessaires ou utiles pour le réexamen du dossier.
l'autorité  101.  informe les candidats, les soumissionnaires ou le titulaire du 
contractante /  marché concerné de la décision prise par le Ministre chargé des 
maître  marchés publics. 
d’ouvrage 
délégué / maître 
d’œuvre 
Direction des  102.  publie la décision prise à l’issue du recours à cette procédure 
Marchés Publics  exceptionnelle ainsi que les références de cette décision.
4.4  Diagramme de la procédure 
Autorité contractante /  Ministre chargé des 
Secrétariat technique de  Direction des Marchés 
Maître d'ouvrage délégué  marchés publics / DMP  CCMP 
la CCMP  Publics 
/ Maître d'œuvre  centrale ou régionale 

Opération n° 1  Opération n° 3  Opération n° 4  Opération n° 6 

reçoit la requête et saisit le  prépare  les  fiches  se  réunit  et  délibère  sur 
Elabore  le  dossier  et 
secrétariat  technique  de  la  d’instruction de la requête.  l’ordre  du  jour  qui  lui  est 
prépare  les  éléments 
techniques de la requête.  Commission  consultative  soumis. 
(CCMP).  Opération n° 5 

établit  l’ordre  du  jour  et 
Opération n° 2 convoque la CCMP. 
Opération n° 7 
transmet  les  éléments 
Opération n° 8  dresse un PV signé séance 
techniques  de  la  requête 
tenante. 
au  Ministre  chargé  des  Opération n° 11 
Opération n° 9  élabore  les  supports  de 
marchés  publics  ou  à  la 
décision  et les transmet au 
DMP  centrale  ou  sur  la  base  de  l’avis  de  la  Ministre  chargé  des  publie la décision prise à 
régionale.  CCMP,  le  Ministre  décide  marchés  publics  ou  son  l’issue du recours à cette 
en  entérinant  ou  non  les  délégué,  accompagné  de  procédure exceptionnelle 
propositions  de  la  CCMP.  l’avis  de  la  Commission  ainsi  que  les  références 
En  cas  d’avis  contraire,  il  consultative  et  du  dossier  de cette décision. 
Opération n° 10 
donne  des  indications  technique. 
nécessaires  ou  utiles  pour 
informe  les  candidats,  les  le réexamen du dossier. 
soumissionnaires  ou  le 
titulaire  du  marché 
concerné  de  la  décision 
prise  par  le  Ministre 
chargé  des  marchés 
publics. 
MINISTERE DE L’ECONOMIE  REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE 
ET DES FINANCES  Union – Discipline – Travail 

DIRECTION GENERALE DU BUDGET 
ET DES FINANCES 

DIRECTION DES MARCHES PUBLICS 

FASCICULE N° 8 

Gestion des recours

Référence doc : DMP/PROC/N° 8 
Version imprimée le 03/04/2007 
SOMMAIRE 

1.  OBJET DU MANUEL ___________________________________________  346 
2.  DEFINITIONS _________________________________________________  346 
3.  ORGANES DE RECOURS_______________________________________  346 
3.1  Nature des organes de recours _____________________________________346 
3.2  Compétence des organes de recours ________________________________347 
3.2.1  Compétence de la Commission administrative de conciliation __________________  347 
3.2.2  Compétence de la Commission paritaire de conciliation_______________________  347 
3.3  Composition des organes de recours________________________________347 
3.3.1  Composition de la Commission administrative de conciliation __________________  347 
3.3.2  Composition de la Commission paritaire de conciliation _______________________  347 
3.4  Règles de désignation des membres ______________  Erreur ! Signet non défini. 
3.5  Organisation des organes de recours________________________________348 
3.5.1  Présidence __________________________________________________________  348 
3.5.2  Secrétariat technique__________________________________________________  348 
3.5.3  Instance collégiale ____________________________________________________  348 
3.5.4  Autorité d’approbation _________________________________________________  348 
4.  PROCEDURE DEVANT LES ORGANES DE RECOURS _______________  349 
4.1  Description de la procédure  _______________________________________349 
4.1.1  Saisine des organes de recours  _________________________________________  349 
4.1.2  Recevabilité de la requête ______________________________________________  350 
4.1.3  Instruction et élaboration des supports de décisions__________________________  351 
4.1.4  Délibérations  ________________________________________________________  352 
4.1.5  Validation par le Ministre chargé des marchés publics ________________________  353 
4.2  Principaux intervenants ___________________________________________354 
4.3  Description des étapes  ___________________________________________355 
4.4  Diagramme de la procédure________________________________________357
1.  OBJET DU MANUEL 

Le  présent  manuel  décrit  les  modalités  de  saisine et les  procédures  d’instruction  et 
de décision des organes de recours prévues par le décret portant code des marchés 
publics,  le  décret  portant  organisation  et  fonctionnement  du  système  de  règlement 
des  différends  ou  litiges  dans  la  procédure  des  marchés  publics,  ainsi  que  par  les 
textes d’application desdits décrets. 

2.  DEFINITIONS 

Au  sens  des  textes  visés  ci­dessus,  le  différend  est  un  désaccord  entre  les  parties 
sur  des  choix  d’opportunité  (divergence  d’appréciation  de  faits).  Quant  au  litige,  il 
s’agit  d’un  désaccord entre les parties  sur l’application  d’un  point  de  droit,  un  texte, 
ou un principe juridique ou administratif. 
Les  différends  ou litiges  dont il  est  fait référence  dans le  présent  manuel,  opposent 
nécessairement  et  exclusivement  les  personnes  morales  ou  physiques  impliquées 
dans le processus de passation et d’exécution des marchés publics. 

3.  ORGANES DE RECOURS 

3.1  Nature des organes de recours 
Dans le processus de passation des marchés publics, il peut naître des différends ou 
litiges, dus à une mauvaise interprétation des textes ou suite à une décision qui est 
contestée  par  l’une  des  parties  dans  les  diverses  phases  de  passation, 
d’approbation, d’exécution et de contrôle d’un marché. 
Les  différends  ou litiges  nés  à  cette  occasion  ne  peuvent  en  aucun  cas  être  portés 
devant  la  juridiction  compétente  avant  l’épuisement  des  voies  de  recours  amiables 
prévues à l'article 124 du code des marchés publics. 
Le  dispositif  institutionnel  de  règlement  des  différends  ou  litiges  relève  de  la  tutelle 
du Ministre chargé des marchés publics. 
Les  organes  chargés  de  recevoir  et  de  régler  les  différends  ou  litiges  relatifs  aux 
marchés publics sont : 
­  La Commission administrative de conciliation ; 
­  La Commission paritaire de conciliation. 
La  Commission  administrative  de  conciliation  et  la  Commission  paritaire  de 
conciliation  sont  des  instances  administratives  consultatives.  A  ce  titre,  elles 
prennent  des  actes  sous  la  forme  d’avis  soumis  à  l’approbation  du  Ministre  chargé 
des  marchés  publics.  Les  décisions  du  Ministre  dans  ce  cadre, peuvent  faire l’objet 
de recours devant les juridictions compétentes.
3.2 Compétence des organes de recours  

3.2.1  Compétence de la Commission administrative de conciliation 

C’est l’organe compétent pour recevoir, instruire et formuler un avis sur tout différend 
ou  litige  opposant  des  acteurs  administratifs.  Ces  litiges  ou  différends  surviennent 
dans  les  phases  de  passation,  d’approbation,  d’exécution  ou  de  contrôle  des 
marchés publics. 
3.2.2  Compétence de la Commission paritaire de conciliation 
Cette commission est compétente pour régler à l’amiable les différends ou litiges qui 
peuvent  survenir  à  l’occasion  de  la  passation,  de  l’attribution,  de  l’approbation,  de 
l’exécution  ou  de  contrôle  des  marchés  publics,  lorsque  le  candidat,  le 
soumissionnaire, l'attributaire ou le titulaire d'un marché est l'une des parties au litige. 

3.3  Composition des organes de recours  

3.3.1  Composition de la Commission administrative de conciliation 

La commission administrative de conciliation comprend trois membres permanents et 
un membre non permanent, conformément à la structure ci­ après : 
§  Membres permanents : 
­  un représentant du Premier Ministre, président ; 
­  l’Agent Judiciaire du Trésor ou son représentant, rapporteur ; 
­  un représentant de l’Inspection Générale des Finances, membre. 
§  Membre non permanent : 
­  un représentant du ministère technique concerné, membre. 

3.3.2  Composition de la Commission paritaire de conciliation 
La  commission  paritaire  de  conciliation  comprend  trois  (3)  représentants  de 
l’Administration et trois (3) représentants du secteur privé: 
§  Représentants de l’administration : 
­  l’Inspecteur Général d’Etat ou son représentant, président ; 
­  l’Agent Judiciaire du Trésor ou son représentant, rapporteur; 
­  un représentant du ministère exerçant la tutelle administrative sur 
l’autorité contractante, membre. 
§  Représentants du secteur privé 
­  Trois (3) représentants désignés par le secteur privé parmi des 
organisations professionnelles, membres. 

3.4 Règles de désignation des membres 
Les fonctions de membre des Commissions de conciliation sont incompatibles avec 
celles  de  membre  des  commissions  d’ouverture  des  plis  et  de  jugement  des  offres 
ainsi que celles de membre de la commission consultative des Marchés Publics. 
De  façon  plus  générale,  cette  incompatibilité  s’applique  à  tout  acteur  intervenant 
directement dans la phase de procédure objet du litige ou différend.
Les  règles  et  conditions  prescrites  par les  articles  38.5  et  44  du  code des  marchés 
publics  relatifs  à  la  probité,  l’indépendance  des  membres  et  à  la  confidentialité  des 
délibérations leur sont également applicables. 
Un  arrêté  pris par le  Ministre  chargé  des  marchés  publics  désigne  nommément  les 
membres  des  commissions  de  conciliation  sur  proposition  des  responsables  des 
institutions ou organisations concernées 

3.5  Organisation des organes de recours 
Les organes de recours sont organisés de la manière suivante : 
­  la Présidence ; 
­  le secrétariat technique ; 
­  l’instance collégiale ; 
­  l’autorité d’approbation. 
3.5.1  Présidence 
Le  représentant  du  Premier  Ministre  et  l’Inspecteur  Général  d’Etat  ou  son 
représentant  assurent  respectivement,  les  fonctions  de  Président  des  commissions 
administrative  et    paritaire  de  conciliation.  A  cet  titre,  le  président  ordonne  la 
suspension ou non de la décision litigieuse sur avis motivé du secrétariat technique. 
Il  ouvre,  sur  proposition  du  secrétariat  technique,  un  nouveau  délai  d’égale  durée, 
lorsque pour les besoins de l’instruction, un délai supplémentaire s’avère nécessaire. 
Il  préside  les  séances  de  la  commission  et  transmet  l’avis  de  règlement  qui  en 
découle au Ministre chargé des marchés publics pour décision. 

3.5.2  Secrétariat technique 
La  commission  administrative  de  conciliation  et  la  commission  paritaire  de 
conciliation  sont  assistées  par  un  Secrétariat  technique qui  est  commun  aux  deux 
organes. Il est géré par l’Agence judiciaire du Trésor dont les services sont organisés 
en conséquence. 
Il  reçoit  les  réclamations  et  les  instruit  avant  les  séances  de  délibération.  Le 
secrétariat  technique  est  chargé  du  suivi  de la  mise  en  œuvre  des  décisions  prises 
par les organes de recours. 
Les  démembrements  régionaux  de  l’Agence  Judiciaire  du  Trésor  sont  chargés  de 
recueillir  toutes  les  réclamations  formulées  localement  et  de  les  acheminer  vers  le 
secrétariat technique des commissions. 

3.5.3  Instance collégiale 
Elle  est  constituée  de  l’ensemble  des  membres  de  la  commission.  Elle  délibère  à 
huis  clos.  Les  décisions  sont  prises  à  l’unanimité  des  membres  présents.  A  l’issue 
des  travaux,  un  procès  verbal  contenant  les  propositions  de  conciliation  est  signé 
séance tenante par les participants. 

3.5.4  Autorité d’approbation 
Le  Ministre  chargé  des  marchés  publics  est  l’autorité  d’approbation  de  l’avis  de 
règlement.  A  ce  titre,  il    contresigne  les  exemplaires  de  l’avis  de  règlement  qui 
propose  une  solution  au  contentieux,  sur  la  base  du  procès  verbal  adopté  par  la 
commission.
La compétence d’approbation de l’avis de règlement du Ministre chargé des marchés 
publics peut être déléguée. 

4.  PROCEDURE DEVANT LES ORGANES DE RECOURS 

4.1  Description de la procédure 
Il  s’agit  de  formaliser  et  de  décrire  les  modalités  de  mise  en  œuvre  de  saisine, 
d’instruction et de décision des organes de recours prévus par le décret portant code 
des marchés publics, le décret portant organisation et fonctionnement du système de 
règlement des différends ou litiges dans la procédure des marchés publics, ainsi que 
par les textes d’application desdits décrets. 

La description de la procédure comprend les étapes suivantes : 
­  la saisine des organes de recours ; 
­  la recevabilité de la requête ; 
­  l’instruction et l’élaboration des supports de décisions ; 
­  les délibérations ; 
­  la validation par le ministre chargé des marchés publics. 

4.1.1  Saisine des organes de recours 
La saisine des organes de recours se décline de la manière suivante : 
­  l’initiative du recours ; 
­  le délai de saisine ; 
­  le mode de saisine et la forme de la requête ; 
­  les frais de procédure. 

q  Initiative du recours 

La  saisine  de  la  commission  administrative  de  conciliation  est  exercée  par  les 
autorités  administratives  intervenant  dans  les  phases  de  passation,  d’approbation, 
d’exécution et de contrôle des marchés publics en qualité d’autorité contractante, de 
maître d’œuvre, de  membre des commissions d’ouverture et de jugement des offres. 
Quant  à  la  saisine  de  la  Commission  paritaire  de  conciliation,  elle  est  exercée  par 
l’une des personnes citées ci­dessus et les personnes physiques ou morales de droit 
privé participant aux procédures de passation et d’exécution des marchés publics. 

q  Délai de saisine 

La  commission  administrative  de  conciliation  et  la  commission  paritaire  de 
conciliation  sont  saisies  dans  un  délai  de  cinq  (5)  jours  ouvrables  à  compter  de  la 
date  de  notification  ou  de  publication  de  la  décision  contestée.  Pour  les  acteurs 
directement  impliqués,  le  délai  court  à  compter  de  la  date  de  notification  de  la 
décision contestée. En ce qui concerne les cas de différends ou litiges antérieurs au 
dépouillement des plis, la saisine est possible jusqu’à l’ouverture des offres.
q  Mode de saisine et forme de la requête 

La  requête  est  présentée  sous  la  forme  d’un  mémoire  introductif  écrit  en  langue 
française  et  déposée  auprès  du  secrétariat  technique.  Elle  doit  comporter 
nécessairement : 
­  les nom, prénom et profession du requérant ; 
­  l’adresse du requérant ; 
­  l’objet de la requête ; 
­  les références de la décision contestée ; 
­  les moyens invoqués, accompagnés de tous les documents, pièces et preuves 
diverses dont le requérant entend se prévaloir ; 
­  des copies de la requête à notifier aux parties intéressées. 
Lorsque la requête est déposée auprès des démembrements régionaux de l’Agence 
Judiciaire  du  Trésor  ou  à  la  Direction  Régionale  des  Marchés  Publics,  le  cas 
échéant, celle­ci doit être acheminée vers le secrétariat technique de la commission 
compétente dans un délai maximum de cinq (5) jours francs. 
q  Frais de procédure 
Le  dépôt  d’une  requête  est  soumis  au  paiement  de  frais  de  dossier  dans  les 
conditions fixées par arrêté du Ministre chargé des marchés publics. Les acteurs de 
l’administration centrale sont exemptés du paiement de ces frais. 

4.1.2  Recevabilité de la requête 
La recevabilité de la requête comprend  les opérations suivantes : 
­  la déclaration de recevabilité ; 
­  les effets suspensifs de la saisine ; 
­  la notification de la réclamation aux parties intéressées. 
q  Déclaration de recevabilité 
Après  l’examen  de  la  requête  conformément  aux  conditions  de  forme  exigées,  la 
recevabilité  ou  l’irrecevabilité  de  l’action  est  prononcée  par  le  secrétariat  technique 
qui en informe le président de la commission compétente. 
Lorsque la recevabilité  est  soumise  à  des  compléments  d’information, le  secrétariat 
technique transmet au requérant par écrit contre émargement dans un délai de deux 
(2) jours suivant la réception de la requête, la liste des informations complémentaires 
requises. 
Les  compléments  d’information  sont  recevables  dans  un  délai  de  cinq  (5)  jours 
ouvrables,  à  compter  de  la  date  de  réception  de  la  demande  d’information 
complémentaires, sous peine de forclusion. Les documents reçus dans ce délai sont 
examinés  par  le  secrétariat  technique  qui  déclare  la  recevabilité  ou  l’irrecevabilité 
définitive du dossier. 
En cas d’irrecevabilité, le secrétariat technique notifie la décision au requérant avec 
copie à la Direction des Marchés Publics et à la partie en cause.
q  Effets suspensifs de la saisine 
A compter de la déclaration de recevabilité de la requête et en fonction de la nature 
de la réclamation, le président ordonne la suspension ou non de la décision litigieuse 
sur avis motivé du secrétariat technique. 
La  décision  de  suspendre  ou  non  le  cours  des  opérations  est  notifiée  à  toutes  les 
parties  concernées,  affichée  au  lieu  indiqué  dans  le  dossier  d’appel  d’offres.  La 
décision  peut  être  également  publiée  dans  le  bulletin  officiel  des  marchés  publics, 
ainsi que sur le site Internet de la Direction des Marchés Publics. 
q  Notification de la réclamation aux parties intéressées 
Après la déclaration de recevabilité de la réclamation, le secrétariat technique notifie 
la  décision  au  requérant  ou  plaignant  et  à  la  partie  en  cause.  Celle­ci  est  invitée  à 
produire  un  mémoire  contradictoire  dans  un  délai  de  trois  (3)  jours  ouvrables  à 
compter de la date de la notification de la recevabilité. 
La notification précise l’effet suspensif ou non de la requête, décidé par le président 
de la commission. Le délai d’instruction court à compter de la date de notification. 

4.1.3  Instruction et élaboration des supports de décisions 
Cette étape comprend  les opérations suivantes : 
­  l’instruction de la requête ; 
­  le recours à un expert, le cas échéant ; 
­  la convocation. 

q  Instruction de la requête 

Toute réclamation  fait l’objet  d’une instruction  préalable  par le  secrétariat  technique 
de la commission compétente avant toute délibération. A cet effet, il élabore dans un 
délai de quatre (4) jours ouvrables, un rapport présentant : 
­  les faits tels qu’ils  découlent des mémoires des parties ; 
­  les dispositions réglementaires qui s’y rapportent ; 
­  l’analyse des faits au regard des dispositions réglementaires ; 
­  la proposition d’avis motivé. 
Ce  rapport  est  accompagné  de  tous  documents  ou  extraits  exploités  par  le 
secrétariat technique dans le cadre de l’instruction. 

q  Recours à un expert 

Lorsque  les  motifs  invoqués  par  les  parties  dans  les  mémoires  requièrent  des 
compétences  qui  n’existent  pas  au  sein  du  secrétariat  technique  pour  une  juste 
appréciation des faits, le rapporteur peut proposer au président de la commission le 
recours à un expert en indiquant les résultats attendus de cette expertise. 
L’expert  est  désigné  par  le  président  sur  proposition  du  rapporteur  parmi  les 
personnes  physiques  ou  morales  dont  la  compétence  est  avérée.  L’expert  ne  doit 
pas être impliqué dans la procédure en cause et ne doit pas y avoir d’intérêt direct ou 
par personne interposée.
Le  rapport  de  l’expert  est  transmis  au  rapporteur  qui  l’exploite  dans  le  cadre  de 
l’instruction.  Le  recours  à  un  expert  ne  modifie  pas  le  délai  d’instruction  de  la 
requête. 
q  Convocation 
Les séances de la commission sont convoquées par le secrétariat technique avec un 
préavis  de  deux  (2)  jours  ouvrables.  La  convocation  est  adressée  par  écrit  avec 
copie des mémoires des parties aux membres de la commission, aux experts, le cas 
échéant, et aux parties en cause. 
Dans  le  cas  où  une  décision  collégiale  est  contestée,  la  convocation  s’adresse  au 
président de l’organe concerné qui doit se faire accompagner par un membre. 

4.1.4  Délibérations 
Cette étape comprend  les opérations suivantes : 
­  la vérification et la conformité du quorum ; 
­  le délai de décision ; 
­  le déroulement de la séance. 

q  Vérification et conformité du quorum 

En début de séance, le président vérifie que tous les membres de la commission ont 
été régulièrement convoqués. Il vérifie également la validité des mandats. 
La  séance  peut  valablement  se  tenir  si  les  trois  quarts  (¾)  des  membres  sont 
présents y compris nécessairement le président et le rapporteur de la commission. 
Lorsque  les  membres  de  la  commission  ont  été  régulièrement  convoqués,  la 
présence d’au moins un représentant de chaque partie est suffisante pour assurer la 
parité de la commission. 
A défaut de quorum, une seconde séance est convoquée dans un délai maximum de 
deux  (2)  jours  ouvrables.  A  cette  séance,  la  commission  délibère  valablement  si  le 
président et le rapporteur sont présents. 

q  Délai de décision 

Les  commissions  de  conciliation  disposent  d’un  délai  de  dix  (10)  jours  ouvrables,  à 
compter de la notification de la recevabilité de la requête pour se prononcer sous la 
forme d’un avis de règlement de différends ou litiges. Ce délai est de vingt (20) jours 
ouvrables lorsque la réclamation est faite au stade de l’exécution du marché. 
Lorsque  pour  les  besoins  de  l’instruction,  un  délai  supplémentaire  s’avère 
nécessaire, le président de la commission, sur proposition du secrétariat technique, 
ouvre un nouveau délai d’égale durée. Au terme de ce délai, la commission est tenue 
de prendre une décision. 

q  Déroulement de la séance 

Le  président  invite  le  rapporteur  à  présenter  le  rapport  d’instruction  dont  copie  est 
remise aux membres de la commission avant son exposé. Le président invite ensuite 
les parties à faire leurs dépositions.
La  commission  délibère  à  huis  clos.  A  l’issue  des  travaux,  un  procès  verbal 
contenant  les  propositions  de  conciliation  est  signé  séance  tenante  par  les 
participants. 
En  séance  élargie  aux  parties  en  conflit,  le  président  présente  les  propositions  de 
conciliation et engage les discussions en vue de la conciliation. 
Les  conclusions  des  échanges  sont  consignées  dans  un  procès  verbal  de 
conciliation ou de non conciliation signé par les parties et paraphé par les membres 
de la commission. 
Sur  la  base  de  ce  procès  verbal,  un  avis  de  règlement  proposant  une  solution  au 
contentieux est rédigé par le rapporteur, adopté par la commission et transmis dans 
un délai de deux (2) jours ouvrables par le président au Ministre chargé des marchés 
publics pour validation. 

4.1.5 Validation par le Ministre chargé des marchés publics 

Cette étape comprend les opérations suivantes : 
­  la validation de l’avis de règlement ; 
­  la portée des décisions. 

q  Validation de l’avis de règlement 

L’avis de règlement élaboré en trois (3) exemplaires originaux et dûment signé par le 
président  de  la  commission  est  soumis  à  la  validation  du  Ministre  chargé  des 
marchés  publics.  Le  Ministre  contresigne  les  exemplaires  de  l’avis  de  règlement 
dans un délai de cinq (5) jours ouvrables à compter de la date de réception. 
Le  Ministre  chargé  des  marchés  publics  peut  différer  cette  validation.  Dans  ce  cas, 
cette  décision  doit  comporter  les  indications  permettant  à  la  commission  de 
réexaminer le dossier. 
La commission dispose alors d’un délai de cinq (5) jours ouvrables,  à compter de la 
réception  des  observations  du  Ministre  pour  apporter  les  clarifications  nécessaires. 
La compétence d’approbation de l’avis de règlement du Ministre chargé des marchés 
publics peut être déléguée. 

q  Portée des décisions 

Les  procès  verbaux  dressés  par  la  commission  et  les  avis  subséquemment  établis 
ont la valeur d’actes préparatoires. Seule la décision du Ministre chargé des marchés 
publics ou de son délégué crée des droits et est susceptible de faire grief. 
L’avis de règlement validé par le Ministre chargé des marchés publics est notifié aux 
parties, affiché au lieu indiqué dans le dossier d’appel d’offres pour la publication des 
résultats  d’attribution.  L’avis  de  règlement    peut  être  également,  publié  au  bulletin 
officiel des marchés publics, ainsi que sur le site Internet de la Direction des Marchés 
Publics. 
L’avis de règlement doit comporter une mention relative à la levée de l’effet suspensif 
de la décision objet du litige ou du différend, le cas échéant. 
La  décision  peut  faire  l’objet  d’un  recours  devant  les  juridictions  compétentes. 
Toutefois,  l’approbation  ou  le  rejet  de  l’avis  de  règlement  entre  autorités
administratives,  dans  le  cadre  de  la  commission  administrative  de  conciliation,  est 
considéré comme un acte administratif définitif. 

4.2  Principaux intervenants 

Les principaux intervenants devant ces organes de recours sont : 

­  Initiateur de la requête 
­  AJT en région ou Direction Régionale des Marchés Publics 
­  Secrétariat technique 
­  Président 
­  Défendeur 
­  Expert 
­  Commission 
­  Rapporteur 
­  Direction des Marchés Publics 
­  Ministre chargé des marchés publics.
4.3 Description des étapes  

Intervenants  Description des tâches  Délais  
Initiateur de la  1.  Saisit  la  commission  compétente  sous  la  forme  d’un  mémoire  Cinq (5) jours 
requête  introductif  écrit  déposé  auprès  du  secrétariat  technique  ou  ouvrables à 
auprès  des  démembrements  régionaux  de  l’agence  Judiciaire  compter de la 
du Trésor ou à la Direction Régionale des marchés Publics avec  date de 
la preuve de l’acquittement des frais de procédure.  notification ou 
de publication 
de la décision 
contestée 
AJT en région  2.  achemine la requête déposée vers le secrétariat technique de la  maximum de 
ou Direction  commission compétente.  cinq (5) jours 
Régionale des  francs. 
Marchés Publics 
Secrétariat  3.  se prononce sur la recevabilité ou l’irrecevabilité de la requête.  Deux (2) jours 
technique  4.  transmet  éventuellement,  au  requérant  par  écrit  contre 
émargement,  la  liste  des  informations  complémentaires 
requises. 
Initiateur de la  5.  prépare les informations complémentaires demandées.  Cinq (5) jours 
requête  ouvrables 
Secrétariat  6.  reçoit  et  examine  les  documents  complémentaires  reçus  et 
technique  déclare la recevabilité ou l’irrecevabilité définitive de la requête. 
7.  notifie  en  cas  d’irrecevabilité,  la  décision  au  requérant  avec 
copie à la Direction des Marchés Publics et à la partie en cause. 
8.  informe le président de la commission compétente. 
Président  9.  ordonne la suspension ou non de la décision litigieuse sur avis 
motivé du secrétariat technique. 
Secrétariat  10. notifie à toutes les parties concernées, la décision de suspendre 
technique  ou non le cours des opérations et affiche au lieu indiqué dans le 
dossier d’appel d’offres la décision.  Trois (3) jours 
11. notifie la décision de recevabilité au requérant ou plaignant et à  ouvrables 
la partie en cause. 
12. transmet à la DMP la décision pour publication. 
Direction des  13. publie dans le bulletin officiel des marchés publics ainsi que sur 
Marchés Publics  le site Internet la décision. 
Défendeur  14. produit  un  mémoire  contradictoire  à  compter  de  la  date  de  la  quatre (4) jours 
notification de la recevabilité.  ouvrables 
Secrétariat  15. instruit  au  préalable  la  réclamation  avant  toute  délibération  et 
technique  élabore  un  rapport  sur  la  base  des  mémoires,  des  dispositions 
réglementaires, l’analyse des faits et propose un avis motivé. 
16. propose,  le  cas  échéant,  au  président  de  la  commission  le 
recours à un expert. 
L’expert  17. élabore  un  rapport  sur  la  base  des  documents  fournis  et  le 
transmet au secrétariat technique qui l’exploite dans le cadre de 
l’instruction. 
Président  18. ouvre  le  cas  échéant,  sur  proposition  du  secrétariat  technique 
un  nouveau  délai  d’égale  durée,  lorsque  pour  les  besoins  de 
l’instruction, un délai supplémentaire s’avère nécessaire. 
Secrétariat  19. convoque  par  écrit  les  séances  de  la  commission  avec  copie  préavis de deux 
technique  des mémoires des parties aux membres de la commission, aux  (2) jours
experts, le cas échéant, et aux parties en cause. 
Président  20. vérifie  en  début  de  séance,  que  tous  les  membres  de  la 
commission ont été régulièrement convoqués. 
21. vérifie également, la validité des mandats et le quorum. 
22. convoque, à défaut de quorum, une seconde séance. 
23. invite le rapporteur à présenter le rapport d’instruction dont copie 
est  remise  aux  membres  de  la  commission  avant  son  exposé.  maximum de 
Le président invite ensuite, les parties à faire leurs dépositions.  deux (2) jours 
Commission  24. délibère à huis clos. A l’issue des travaux, un PV contenant les 
propositions  de  conciliation  est  signé  séance  tenante  par  les 
participants. 
25. présente,  en  séance  élargie  aux  parties  en  conflit,  les 
propositions de conciliation. 
26. engage  les  discussions  en  vue  de  la  conciliation.  Les 
conclusions  sont  consignées  dans  un  PV de  conciliation  ou  de 
non  conciliation  signé  par  les  parties  et  paraphé  par  les 
membres de la commission. 
Président/  27. rédige  un  avis  de  règlement  en  trois  (3)  exemplaires  dûment  deux (2) jours 
Rapporteur  signé  par  le  président.  Cet  avis  de  règlement,  propose  une  ouvrables 
solution sur la base du PV adopté par la commission. 
28. transmet  (président)  cet  avis  de  règlement  au  Ministre  chargé 
des marchés publics pour validation. 
Ministre chargé  29. contresigne les exemplaires de l’avis de règlement à compter de  cinq (5) jours 
des marchés  la date de réception.  ouvrables 
publics  30. diffère,  le  cas  échéant,  cette  validation.  Dans  ce  cas,  cette 
décision  doit  comporter  les  indications  permettant  à  la 
commission de réexaminer le dossier. 
Commission  31. apporte  les  clarifications  nécessaires  aux  observations  du  cinq (5) jours 
Ministre.  ouvrables  à 
32. transmet  le  dossier  avec  les  compléments  d’informations  au  partir de la 
Ministre.  réception 
Secrétariat  33. notifie  aux  parties,  l’avis  de  règlement  validé  par  le  Ministre 
technique  chargé des marchés publics. 
34. transmet l’avis de règlement validé à l’autorité contractante pour 
affichage au lieu indiqué dans le dossier d’appel d’offres. 
35.  transmet  l’avis  de  règlement  validé  à  la  DMP  pour  publication 
au  bulletin  officiel  des  marchés  publics,  ainsi  que  sur  le  site 
internet.
4.4 Diagramme de la procédure 

AJT en région ou 
Direction des Marchés 
Initiateur de la requête  Direction Régionale  Secrétariat technique  Président 
Publics  
des Marchés Publics 

Opér ation n° 1  Opération n° 4 
Opération n° 2 Opération n° 6  
Opération n° 3 Opération n° 8  
Opération n° 9 Opération n° 13 

Saisit la commission  procède  à  la  réception  se prononce sur la 
vérifie  que  toutes  les  ordonne  la  suspension  ou  publie  dans  le  bulletin 
achemine la requête 
compétente sous la forme  des  prestations  de  recevabilité ou 
pièces sont fournies.  non  de  la  décision  officiel  des  marchés 
déposée, vers le 
d’un mémoire introductif  fournitures,  de  services  l’irrecevabilité de la  litigieuse  sur  avis  motivé  publics  ainsi  que  sur  le 
secrétariat technique de la 
écrit..  ou  de  travaux  selon   le  requête.  du secrétariat technique.  site Internet la décision. 
commission compétente
type d’acquisition. 
Opération n° 4 

Opér ation n° 5  transmet au requérant par 
écrit  contre émargement, 
prépare les informations  la liste des informations 
complémentaires  complémentaires 
demandées.  requises. 

Opération n° 6 

reçoit et examine les 
documents 
complémentaires reçus et 
déclare la recevabilité ou 
l’irrecevabilité définitive de 
la requête. 

Opération n° 7 

notifie en cas d’irre ­ 
cevabilité, la décision au 
requérant avec copie à la 
DMP et à la partie en 
cause. 

Opération n° 8 

informe le président de la 
commission com ­ 
pétente. 

Opération n° 10 

notifie à toutes les parties 
concernées, la décision de 
suspendre ou non le cours 
des opérations et l'affiche 
au lieu indiqué dans le 
DAO 

Opération n° 11 

notifie la décision de 
recevabilité au requérant 
ou plaignant et à la partie 
en cause. 

Opération n° 12

transmet à la DMP la 
décision pour publi­cation. 
Président /  Ministre chargé des 
Défendeur  Secrétariat technique  Expert  Président  Commission 
Rapporteur  marchés publics  

Opérat
Opération n° 1 
ion n° 14  Opération n° 15
Opération n° 6   Opération n° 17
Opération n° 4  Opérat
Opération n° 18
ion n° 8   Opération n° 10 
Opération n° 19 Opération n° 27  Opération n° 29 

produit un mémoire  instruit au préalable la  convoque par écrit les  rédige un avis de  contresigne les exem­ 
vérifie  que  toutes  les  élabore un rapport sur la  ouvre le cas échéant, sur  effectue la vérification, 
contradictoire à compter  réclamation avant toute  séances de la com­  règlement en 3  plaires de l’avis de 
pièces sont fournies. 
délibération et élabore un  base des documents  proposition du secrétariat  procède  à  la  prise  en 
de la date de la  mission avec copie des  exemplaires dûment  règlement. 
fournis et le transmet au  technique un nouveau 
notification de la  rapport sur la base des  charge  du  mandat  et 
mémoires des parties  signé par le président. 
mémoires, des  secrétariat technique qui  délai d’égale durée, 
recevabilité.  exécute le paiement. 
aux membres de la 
dispositions  l’exploite dans le cadre  lorsque pour les besoins 
de l’instruction.  de l’instruction, un délai  commission, aux experts, 
réglementaires, l’analyse  le cas échéant, et aux  Opération n° 28  Opération n° 30 
des faits et propose un  supplémentaire s’avère 
nécessaire.  parties en cause. 
avis motivé.  le président transmet  diffère, le cas échéant, 
cet avis de règlement au  cette validation. Dans ce 
Ministre chargé des  cas, cette décision doit 
Opération n° 20  Opération n° 24  marchés publics pour  comporter les indications 
Opération n° 16  validation.  permettant à la 
vérifie en début de  délibère à huis clos. A 
commission de 
séance, que tous les  l’issue des travaux, un 
propose, le cas échéant,  réexaminer le dossier. 
membres de la  PV est signé séance 
au président de la 
commission ont été  tenante par les 
commission le recours à 
régulièrement  participants. 
un expert. 
convoqués. 
Opération n° 25 
Opération n° 33  Opérat ion n° 21  présente, en séance 
élargie aux parties en 
notifie aux parties, l’avis 
vérifie également, la  conflit, les propositions 
de règlement validé par 
validité des mandats et le  de conciliation. 
le Ministre chargé des 
quorum. 
marchés publics. 
Opération n° 26 

Opération n° 34  Opération n° 22 
engage les discus­sions 
transmet l’avis de  convoque, à défaut de  en vue de la conciliation. 
règlement validé à  quorum, une seconde  Les con­clusions sont 
l’autorité contractante  séance.  con­signées dans un PV 
pour affichage au lieu  de conciliation ou de non 
conciliation signé par les 
indiqué dans le DAO. 
Opération n° 23  parties et paraphé par 
les membres de la 
Opérat ion n° 35 commission. 
invite le rapporteur à 
transmet l’avis de  présenter le rapport 
règlement validé à la  d’instruction dont copie 
DMP pour publication au  est remise aux membres 
Opération n° 31 
bulletin officiel des  de la commission avant 
marchés publics, ainsi  son exposé. Le président 
invite ensuite, les parties  apporte les clarifi­cations 
que sur le site internet. 
à faire leurs dépositions.  nécessaires aux 
observations du Ministre. 

Opération n° 32 

transmet le dossier avec 
les compléments 
d’informations au 
Ministre. 
DIRECTION  DE  LA  SOLDE
MINISTERE DELEGUE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
CHARGE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES Union – Discipline ‐ Travail

DIRECTION GENERALE DU BUDGET
ET DES FINANCES

DIRECTION DE LA SOLDE

guıde de procedures de
la dırectıon de la solde

27 septembre 2006
PREFACE 

Conçu  comme  un  document  pratique  et  un  recueil  de  référence,  le  guide  de 
procédures  de  la  Direction  de  la  Solde  a  pour  objectif  principal  de  mieux  faire 
connaître les services de cette Direction. 

De  manière  spécifique,  il  vise  à  fournir  aux  acteurs  intervenant  dans  le 
processus  de  gestion  de  la  masse  salariale,  à  quelque  niveau  qu’ils  se  situent,  les 
indications  utiles  à  la  bonne  exécution  des  tâches  quotidiennes  et  d’assurer 
l’harmonisation du traitement des dossiers. 

Par cet outil, la Direction de la Solde espère mettre à la disposition des usagers 
les  moyens  de  mieux  comprendre  les  rouages  et  mécanismes  de  fonctionnement  de 
ses  services  chargés  de  traiter  les  dossiers  de  salaire  et  d’accessoires  de  salaire  des 
fonctionnaires et agents de l’Etat. De la sorte, elle entend améliorer les rapports avec 
ses partenaires dont elle se rapproche progressivement et surtout éviter à ces derniers, 
les déboires et désagréments créés par la méconnaissance des services en charge de la 
gestion des rémunérations des agents de l’Etat. 

Ce  guide  vient  donc,  à  son  heure,  combler  le  déficit  supposé  ou  réel  de 
communication  entre  cette  Administration  et  ses  partenaires  d’une  part,  et  d’autre 
part, rappeler que la Direction de la Solde poursuit une seule ambition à savoir payer 
à chacun le « juste salaire », en un mot le « salaire dû ». 

Que  ce  guide  qui  naît  ainsi  à  l’occasion  de  profondes  mutations  sociales  et 
technologiques en cours serve de  ferment pour  instaurer  un dialogue direct,  franc et 
confiant c’est­à­dire sans a priori ni intermédiaire.
1 ère  Partie : ATTRIBUTIONS ET ORGANISATION DE LA 
DIRECTION DE LA SOLDE 

CHAPITRE 1 : ATTRIBUTIONS DE LA DIRECTION DE LA SOLDE 

Section 1 : LES MISSIONS DE LA DIRECTION DE LA SOLDE 

Section 2 : LA POPULATION GEREE PAR LA DIRECTION DE LA SOLDE 

CHAPITRE 2 : ORGANISATION DE LA DIRECTION DE LA SOLDE 

Section 1 : STRUCTURE AU NIVEAU CENTRAL 

Paragraphe 1 : Les Sous­directions de traitements 

A) La Sous­direction du Contentieux et de la Réglementation 

B) La Sous­direction des Dépenses Communes de 
personnels 

C) La Sous­direction des Personnels Spéciaux et des Relations 
avec les EPN 

Paragraphe 2 : Les Sous­directions des études, des statistiques et 
de l’informatique et des contrôles de traitements 

A) La Sous­direction du Contrôle de traitements 

B) La Sous­direction des études, des statistiques et de 
l’informatique 

Section 2 : STRUCTURE DES SERVICES DECONCENTRES : LES 
DIRECTIONS REGIONALES DE LA SOLDE
2 ème  Partie : LES OPERATIONS DE TRAITEMENT ORDINAIRE 
DU SALAIRE 

CHAPITRE 1 : CIRCUITS DES DOSSIERS ET PROCEDURES DE 
TRAITEMENT 

Section 1 : LE CIRCUIT INSTITUTIONNEL EXTERNE DE TRANSMISSION 
DES DOSSIERS 

Section 2 : LE CIRCUIT INTERNE DE TRANSMISSION DES DOSSIERS 
ENTRE LES SERVICES DE LA DIRECTION DE LA SOLDE 

Section 3 : LES SEQUENCES DE TRAITEMENT DES DOSSIERS 

1°) L’enregistrement 

2°) La saisie 

3°) La validation 

4°) Le visa du Trésor 

CHAPITRE 2 : LE MANDATEMENT DU SALAIRE DU 
FONCTIONNAIRE OU DE L’AGENT DE L’ETAT 

Section 1 : MANDATEMENT DU SALAIRE DU FONCTIONNAIRE OU DE 
L’AGENT NOUVELLEMENT RECRUTE 

Paragraphe 1 : Structure du salaire 

A)  Structure du salaire du fonctionnaire 

B) Structure du salaire du contractuel 

C) Structure du salaire des Gens de maison 

D) Structure du salaire des agents Journaliers 

Paragraphe 2 : Calcul du salaire 

Section 2 : LA LIQUIDATION DU SALAIRE REVALORISE 
CONSECUTIVEMENT A UNE PROMOTION DU FONCTIONNAIRE
CHAPITRE 3 : LE MANDATEMENT DU SALAIRE DES PERSONNELS 
SPECIAUX 

Section 1 : DETERMINATION DU SALAIRE D’UN DIPLOMATE 

Section 2 : DETERMINATION DU SALAIRE D’UN AMBASSADEUR 

CHAPITRE 4 : LE MANDATEMENT DES ACCESSOIRES DE 
SALAIRE ET AUTRES FRAIS DE PERSONNELS 

Section 1 : TYPOLOGIE DES ACCESSOIRES DE SALAIRE 

Paragraphe 1 : Les indemnités permanentes 

A) Les indemnités liées à  l’emploi (anciennement appelé corps) 

B) Les indemnités liées à  la fonction 

C) Les indemnités liées à  l’organisme ou au service 

D) Les indemnités et primes de technicité 

E)  L’indemnité de responsabilité pécuniaire 

F)  La prime de caisse 

G) L’indemnité de logement 

H)  L’indemnité  contributive  aux  frais  d’utilisation  du  véhicule 
personnel pour les besoins du service 

I)  L’indemnité de sujétion 

J)  L’indemnité de transport 

K) Les allocations familiales 

1/ Le taux plein 

2/ La différentielle familiale
Paragraphe 2 : Les indemnités non permanentes 

A)  Les frais de déplacement temporaire 

1) Les frais de mission en Côte d’Ivoire 

2) Les frais de mission hors Côte d’Ivoire 

B)  Les  frais  de  déplacement  définitif  du  fonctionnaire  et  de  sa 
famille 

1) Les frais de déplacement définitif (mutation, retraite, etc.) 

2) Les frais de prise en charge (transit) des bagages 

Section 2 : LES AUTRES FRAIS DE PERSONNELS 

Paragraphe 1 : Les frais d’obsèques 

Paragraphe 2 : les cartes de transport urbain ou cartes de bus 
SOTRA
3 ème  Partie : LE TRAITEMENT DES CAS CONTENTIEUX ET LES 
REGULARISATIONS 

CHAPITRE 1 : LES REGULARISATIONS 

Section 1 : LES REGULARISATIONS DE DONNEES DE TYPE PERSONNEL 

Section 2 : LES REGULARISATIONS DE DONNEES DE TYPE 
PROFESSIONNEL 

CHAPITRE 2 : LE TRAITEMENT DES CAS LITIGIEUX 

Section 1 : LA SUSPENSION DU SALAIRE 

Paragraphe 1 : Suspension à l’initiative du fonctionnaire 

A)  Disponibilité 

B)  Détachement 

Paragraphe 2 : Suspension consécutive à une faute du 
fonctionnaire 

Section 2 : LA SUPPRESSION DU SALAIRE 

Section 3 : LES REPRISES EN SOLDE 

Paragraphe 1 : Pièces constitutives des dossiers de reprise en 
solde 

A) Le Cas d’abandon de poste 

B) Le cas du mandat de dépôt 

C) Le Cas de congé maladie de longue durée
Paragraphe 2 : Traitements des dossiers de reprise en solde 

A­  Etude de la forme du dossier 

B­ Etude du fond de dossier 

CHAPITRE 3 : LA LIQUIDATION DES DROITS 

CHAPITRE 4 : LES PRECOMPTES ET PRELEVEMENTS DIVERS 
SUR SALAIRE 

Section 1 : LES PRECOMPTES A CARACTERE FISCAL ET COMMERCIAL 

Section 2 : LES PRECOMPTES A CARACTERE SYNDICAL OU ASSOCIATIF 

4 ème  Partie : LES CONTRÔLES DE TRAITEMENTS 

CHAPITRE 1 : LES ETAPES ET LE CHAMP DES CONTRÔLES 

CHAPITRE 2 : LA PORTEE DES CONTRÔLES 

5 ème  Partie : LES OPERATIONS DE PRODUCTION DE 
DONNEES INFORMATIQUES ET STATISTIQUES
PREMIERE PARTIE

ATTRIBUTIONS ET ORGANISATION 
DE LA DIRECTION DE LA SOLDE
1 ère  Partie : ATTRIBUTIONS ET ORGANISATION DE LA 
DIRECTION DE LA SOLDE 

Les  attributions  de  la  Direction  de  la  Solde  contenues  dans  le  décret 
portant organisation du Ministère délégué auprès du Premier Ministre, chargé 
de l’Economie et des Finances déterminent sa structuration. 

Chapitre 1 : ATTRIBUTIONS DE LA DIRECTION DE LA SOLDE 

Quelles  sont  les  missions  assignées  à  la  Direction  de  la  Solde  et 
quelles sont les populations gérées par cette administration ? 

Section 1 : Les missions de la Direction de la Solde 

La  Direction  de  la  Solde  est  chargée,  aux  termes  du  décret  N°2006  ­ 
118  du  17  juin  2006  portant  organisation  du  Ministère  délégué  auprès  du 
Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances :

· du traitement des mouvements de solde pour l’ensemble des agents de 
l’Etat, de la gestion des rémunérations des personnels en poste à 
l’étranger et des prestations de services ;
· du mandatement des indemnités familiales et autres indemnités ;
· du traitement des cas litigieux ;
· de l’exécution des dépenses ayant trait aux déplacements des agents ;
· du traitement de toutes les opérations de solde et de leur régularisation, 
de la définition et de la mise en place des procédures informatiques de 
traitement de la solde;
· du contrôle des mouvements de personnels. 

Pour  remplir  convenablement  ces  missions,  la  Direction  de  la  Solde 
oriente principalement ses actions sur: 
­  l’assainissement des fichiers de paie des fonctionnaires ; 
­  l’optimisation de ses relations avec ses partenaires ; 
­  l’amélioration des relations avec les usagers ; 
­  la lutte contre la fraude ; 
­  l’harmonisation de ses données avec celles de la Fonction Publique et 
de toutes les autres Administrations partenaires ; 
­  le renforcement des capacités institutionnelles de ses services. 

En effet, l’importance des crédits  gérés  par  la Direction  de  la Solde  et 
leurs  niveaux  d’exécution  ont  des  conséquences  notables  sur  l’équilibre
budgétaire  et  financier  de  l’Etat.  Cette  situation  impose  d’observer  une 
discipline  budgétaire  stricte  et  rigoureuse  afin  de  permettre  à  l’Etat  de  tenir 
ses engagements salariaux vis­à­vis de ses agents. 

Quels sont ces agents gérés par la Direction de la Solde ? 

Section 2 : La population gérée par la Direction de la Solde 

La  population  gérée  par  la  Direction  de  la  Solde  est  très  variée.  Elle 
comprend : 

­  les fonctionnaires en service dans les Administrations Publiques et dans les 
Etablissements  Publics  Nationaux  (EPN)  sur  toute  l’étendue  du  territoire 
national ; 
­  les  fonctionnaires  en  poste  à  l’étranger  (Diplomates,  Ambassadeurs  et 
Personnels contractuels) ; 
­  les fonctionnaires en stage à l’étranger ; 
­  les agents contractuels : nationaux ou expatriés régis par des contrats avec 
l’Etat ; 
­  les agents journaliers ; 
­  les  élèves  en  formation  dans  les  instituts  de  formation  publics  (E.N.A, 
I.N.F.S, I.N.J.S, etc.) ; 
­  les Chefs de Cantons ; 
­  les  fonctionnaires  en  service  dans  les  collectivités  territoriales  (chefs  des 
services  financiers,  administratifs  et  techniques  des  mairies,  conseils 
généraux, etc.) ; 
­  les gestionnaires des centres secondaires d’état civil (vacataires à l’état civil 
dans les villages) ; 
­  les militaires hors cadres en service dans les administrations civiles ; 
­  les fonctionnaires de la Police Nationale ; 
­  les magistrats régis par le statut de la magistrature ; 
­  les  personnels  des  Grandes  Institutions  de  l’Etat  émargeant  sur  le  Budget 
Général ; 
­  toute autre catégorie de personnels dont le mandatement des salaires sera 
réglementairement attribué à la Direction de la Solde. 

Pour  remplir  ces  missions  susmentionnées  et  gérer  au  mieux  sa 
population cible, la Direction  de la Solde n’a cessé de s’adapter aux réalités 
et mutations dans la structure de la masse salariale qu’elle gère.
Chapitre 2 : ORGANISATION DE LA DIRECTION DE LA SOLDE 

Conformément  au  décret  susvisé,  la  Direction  de  la  Solde  a  une 
structure différente selon qu’on on se trouve au niveau central ou à l’échelon 
régional. 

Section 1 : Structure au niveau central 

L’organigramme de la Direction de la Solde se présente comme suit : 

DIRECTION 

Service de gestion 
des Bons de Caisse 
Secrétariat 

Service Courrier 

Service de la Comptabilité 
Service du Personnel 

Service des Archives  Service des Domiciliations 
et Prises en Compte 

Sous­direction  Sous­direction  Sous­direction  Sous­direction  Sous­direction 
du Contentieux  des Dépenses  des Personnels  du  Contrôle  de  des Etudes, des 
et de la  Communes de  Spéciaux et  Traitements  statistiques et de 
Réglementation  Personnels  des relations  l’Informatique 
avec les EPN 

Directions régionales
Paragraphe 1 : Les Sous­directions de traitements 

Elles sont au nombre de trois. 

A) La Sous­direction du Contentieux et de la Réglementation 

Cette Sous­direction est chargée du traitement de toutes opérations de 
solde présentant un caractère litigieux notamment des actes de: 

­  rétablissement de la solde et accessoires de solde ; 
­  régularisation des éléments de solde ; 
­  modification  de  l’identité,  du  statut  matrimonial  ou  de  toute  autre 
information à caractère personnel et administratif ; 
­  mandatement des droits des Gens de maison, des Contractuels ainsi 
que des fonctionnaires et  agents de  l’Etat sortis  de  carrière avant  15 
ans de service ; 
­  calcul  et  précompte  des  sommes  dues  à  l’Etat  au  titre  des  soldes  et 
accessoires de solde perçus indûment par les fonctionnaires et agents 
de l’Etat ; 
­  suspension et suppression de solde ; 
­  la saisie des attestations de revenus ; 
­  de l’initiation des précomptes à caractère syndical et social ; 
­  établissement et délivrance des certificats de cessation de paiement. 

B) La Sous­direction des Dépenses Communes de personnels 

La  Sous­direction  des  Dépenses  Communes  de  personnels  gère les 
éléments suivants : 

­  engagement,  dans  la  base  SIGFIP,  des  dépenses  de  personnels  de 
l’Etat ; 
­  missions hors Côte d’Ivoire ; 
­  déplacements définitifs ; 
­  frais de transit de bagages ; 
­  frais d’obsèques ; 
­  cartes de transport urbain (SOTRA)
C) La Sous­direction des Personnels Spéciaux et des Relations 
avec les EPN 

Cette  Sous­direction  a  les  mêmes  attributions  que  les  directions 
régionales  en  ce  qui  concerne  le  traitement  des  salaires  et  accessoires  de 
salaire.  Toutefois,  ses  attributions  présentent  des  spécificités  en  raison  des 
statuts des personnels qu’elle gère. 

A ce titre, elle est chargée: 

­  de la prise en compte des salaires des personnels des EPN ; 
­  du  suivi  des  mouvements  de  personnels  entre  le  département  central 
(Ministère  des  Affaires  Etrangères)  et  les  postes  diplomatiques  à 
l’étranger ; 
­  de  la  gestion  et  du  suivi  des  mouvements  de  personnels  entre  le 
budget de fonctionnement et les budgets de E.P.N et vice­versa ; 
­  du  mandatement  des  salaires  des  personnels  en  poste  à 
l’étranger ainsi que des personnels des E.P.N. 

Paragraphe 2 : Les Sous­directions des études, des statistiques et 
de l’informatique et des contrôles de 
traitements 

A) La Sous­direction du Contrôle de traitements 

La Sous­direction du Contrôle de traitements est chargée de : 

­ surveiller les procédures de traitement des dossiers ; 
­ vérifier  et  corriger  les  bulletins  de  contrôles  des  mouvements  du  mois 
(bulletins ayant subi des modifications) ; 
­ gérer les bons de caisse ; 
­ contrôler toutes les indemnités (permanentes ou non permanentes) ; 
­ contrôler les actes administratifs produits pour le traitement de la solde et 
des accessoires de solde ; 
­ suivre les précomptes initiés par la Direction de la Solde ; 
­ suivre l’harmonisation des codes informatiques ; 
­ mener toute investigation liée aux salaires et aux accessoires de salaire.
B) La Sous­direction des études, des statistiques et de 
l’informatique 
Cette Sous­direction est chargée de : 

­  la conception, la supervision et la gestion  des applicatifs de traitement 
informatique de la Solde ; 
­  la production des états mensuels de solde ; 
­  la gestion du parc informatique de la Direction de la Solde ; 
­  l’attribution des habilitations de traitement et privilèges informatiques ; 
­  la  collecte  des  données  auprès  des  services  compétents  pour  la 
détermination de la masse salariale ; 
­  la  production  de  données  statistiques  et  le  suivi  de  l’exécution  de  la 
masse salariale ; 
­  la diffusion de tableaux et données statistiques pour la mise à jour des 
bases  de  données  des  administrations  (SIGFIP,  Fonction  Publique, 
Direction  de  la  Prévision  et  de  la  Conjoncture  Economique,  Direction 
des Politiques et Synthèses Budgétaires, CGRAE, etc.) ; 
­  intégration  automatique  des  mouvements  provenant  de  la  Fonction 
Publique,  du  Service  Précomptes  du  Trésor  et  des  compagnies 
d’assurance ; 
­  la production de tableaux statistiques dans le cadre des réunions avec 
les  bailleurs  de  fonds  (F.M.I,  Banque  mondiale,  Union  Européenne, 
etc.). 

Section 2 : Structure des services déconcentrés : les directions 
Régionales de la Solde 

Les  directions  régionales  de  la  Solde  sont  chargées  du  mandatement 
de la solde et des accessoires de solde des fonctionnaires et agents de l’Etat 
en service dans leur ressort territorial.
Organigramme standard d’une direction régionale de la Solde 

DIRECTEUR  REGIONAL 

Chargés d’Etudes  Secrétariat 

Service Courrier 

SERVICE  SERVICE CONTENTIEUX  SERVICE INDEMNITES 
TRAITEMENTS 

Bureau  Bureau  Bureau  Bureau  Bureau  Bureau  Bureau Heures  Bureau 
Enregistrement  Saisie  Validation  Rejets  Régularisations Allocations  Supplémentaires  Déplacements 
Familiales  Temporaires 
DEUXIEME PARTIE

LES OPERATIONS DE TRAITEMENT 
ORDINAIRE DU SALAIRE
2 ème  Partie : LES OPERATIONS DE TRAITEMENT ORDINAIRE 
DU SALAIRE 

Les  dossiers  de  salaire  et  accessoires  de  salaire  des 
fonctionnaires et agents de l’Etat sont transmis, quel que soit le type de 
traitement auquel ils sont destinés, par le circuit institutionnel. Cette voie 
de  transmission  obligatoire  a  l’avantage  de  rationaliser  les  modes 
d’acheminement  des  dossiers  à  la  Direction  de  la  Solde  et  surtout  de 
parvenir à une traçabilité dans le processus de gestion des dossiers. 

Chapitre 1 : CIRCUITS DES DOSSIERS ET PROCEDURES DE 
TRAITEMENT 

Le circuit de transmission des dossiers de solde se présente sous 
deux  formes à  savoir  le  circuit  externe  et  le  circuit  interne.  Tous  les 
dossiers  parvenus  à  la  Direction  de  la  Solde  et  pris  en  charge  sont 
traités suivant des séquences bien définies.
Section 1 : Le circuit institutionnel externe de transmission des 
dossiers 

La  Direction  de  la  Solde  entretient  des  relations  avec  un  grand 
nombre d’administrations. Le schéma ci­dessous permet d’avoir une vue 
synoptique de l’étendue du réseau de ces partenaires. 

Réseau des Partenaires de la Direction de la Solde 

DAAF et DRH  des 
Ministère de la  Ministères, Institutions et  Autorités préfectorales 
Fonction  EPN  et Collectivités 
Publique  décentralisées 

Direction 
Générale du 
Trésor et de la 
Comptabilité  Direction du Budget 
Publique  de l’Etat 

Agences de 
Direction 
voyage  de la Solde 
Direction  du  Contrôle 
Compagnie de 
Budgétaire 
transport 
Banques, 
Assurances  Direction des 
Mutuelles  Politiques et Synthèses 
Syndicats  Budgétaires 
Services de 
pompes funèbres 

Direction du  Bailleurs de fonds et  Structures de 
Contrôle  autres partenaires au  prévoyance sociale 
Financier développement  (CGRAE, CNPS) 

Ces  administrations  sont  la  source  principale  des  informations 
nécessaires  au  mandatement  du  salaire  dû.  Dans  cette  perspective,  la 
maîtrise  de  la  masse  salariale  dépend,  en  grande  partie,  de  l’efficacité 
des  circuits  institutionnels  de  transmission  des  dossiers  et  de 
l’information. Plus le système d’information sera fiable et alerte, mieux les 
services  parviendront  à  ne  payer  que  le  « juste  salaire »,  c’est­à­dire  le 
salaire réellement dû. 
En  un  mot,  ces  partenaires  échangent  des  informations  avec  la 
Direction de la Solde. 

Circuit de transmission des dossiers et procédures de traitement 

Provenance des  Mandatements  Prise en charge 
dossiers comptable 


· Ministère Fonction  Banques 
­ TGE 
Publique 1                                  2 
DIRECTION DE  ­ PGT 
· DAAF et DRH des  Etablissements 
ministères LA SOLDE  ­ A.C (EPN)  financier s 
· E.P.N
· Institutions 

Consolidation  Paiements 
mandatements 

Légende : 

Circuit de relation directe 

Circuit de relation indirect 

­  TGE : Trésorerie Générale pour l’Etranger 
­  PGT : Paierie Générale du Trésor 
­  A.C (EPN) : Agents Comptables des EPN
Section 2 : Le circuit interne de transmission des dossiers entre les 
services de la Direction de la Solde 

Les  dossiers  transmis  à la Direction  de la Solde sont reçus en  un 
lieu  commun  qui  est  le  service  Courrier  central.  Ce  service  est  le  point 
d’entrée unique des dossiers. 
Tous les dossiers reçus sont affectés d’un code d’identification. Les 
pièces  composant  les  dossiers  sont  vérifiées  pour  s’assurer  de  la 
conformité de leur  destination, de leur  nature et de leur  nombre avec le 
courrier de transmission. 
Ces  contrôles  une  fois  achevés,  les  dossiers  sont  ensuite  soumis 
au  Directeur  pour  imputation  aux  services  compétents.  Toutefois,  les 
dossiers  de  traitement  ordinaire  dont  l’imputation  peut  s’effectuer 
directement aux services sont acheminés vers ces services. 

A  la  réception  des  dossiers  préalablement  triés  par  nature  ou  par 
type  au  service  courrier,  le  Directeur    effectue  les  imputations  à  ses 
collaborateurs    en  indiquant  une  échéance  de  traitement  pour  certains 
types de dossiers notamment les études et avis. 

Les  dossiers  acheminés  vers  les  services  de  traitement  sont 
transmis par courrier interne aux agents de traitement. 

En  général,  les  dossiers  de  mandatement  de  solde  et 
d’accessoires de solde sont traités suivant des séquences bien définies. 

Section 3 : Les séquences de traitement des dossiers 

Le  traitement  des  dossiers  de  mandatement  de  salaire  et 
accessoires de salaires s’effectue en mode séquentiel. Aucun traitement 
n’est  effectué de  bout  en bout  par  un  même agent. En  effet, les  acquis 
de l’informatisation sont le traitement informatique de toutes les données 
par  des  applicatifs  de    gestion  en  l’occurrence  le  logiciel  ‘’SOLDE  AN 
2000’’.  Il  en  a  résulté  l’institution  de  séquences  de  traitement  des 
dossiers. 
Dans  le  schéma  de  conception  et  l’exploitation  de  l’applicatif,  le 
traitement  du  salaire  se  décompose  en  plusieurs  séquences.  Cela  a 
l’avantage de conduire à :

· un meilleur contrôle de concordance et de cohérence ;
· un  rattachement  de l’opération de  traitement à chaque  agent (lien 
par la codification avec mot de passe) ;
· une  meilleure  traçabilité  des  opérations  par  le  biais  des  mots  de 
passe attribués à chaque agent 

En effet, grâce à l’attribution de codes informatiques accordant des 
privilèges de traitement, chaque tâche effectuée par l’agent de traitement 
est mémorisée et rattachée au code qui a généré le traitement. 

Les  séquences  de  traitement  comportent  quatre  (04)  étapes  dont 
trois (03)  relèvent  des  services de la  Direction  de la Solde et  une  de la 
Paierie Générale du Trésor. 

1°) L’enregistrement 

L’enregistrement  consiste  à  apprécier  préalablement  la  requête 
soumise  au  service  et  à  la  traduire  en  actes  de  gestion  d’éléments  de 
salaire.    La  liquidation  ou  décompte  du  dossier  est  ensuite  effectuée 
après analyse des actes. L’analyse porte  sur l’authenticité  des actes, la 
mention  des  visas  requis  et  la  cohérence  interne  des  dispositions 
contenues dans l’acte. 

Les  dossiers  conformes sont  pris  en  charge  tandis  que  ceux  dont 
les  pièces  sont  insuffisantes  pour  justifier  un  mandatement  font  l’objet 
d’un rejet. 

2°) La saisie 

La  saisie  consiste  à  inscrire,  après  vérification  de  la  régularité  du 
précédent  traitement  (décompte),  les  codes  générateurs  des 
modifications  à  inscrire  et  à  déterminer  les  montants  à  liquider  en 
fonction de la période de référence. 

3°) La validation 

A  ce  niveau,  la  vérification  porte  sur  la  régularité  des  traitements 
antérieurs. Les outils de vérification  sont essentiellement constitués  des 
textes  législatifs  et  réglementaires  en  vigueur  en  matière  de  traitement 
des fonctionnaires et agents de l’Etat. 

Après  la  saisie  et  la  validation,  les  dossiers  sont  transmis  aux 
directeurs  chargés  des  traitements  pour  vérification  et  signature. 
D’autres  vérifications  sont  effectuées  et  les  dossiers  conformes  sont 
signés puis soumis à la validation.
Tous  les  dossiers  conformes  à  la  réglementation  en  vigueur  et 
régulièrement  traités  sont  validés  et  transmis  par  bordereau  au  service 
Visa Solde de la Paierie Générale du Trésor. 

4°) Le visa du Trésor 

A  la  réception  des  dossiers  ordonnancés,  la  Paierie  Générale  du 
Trésor (PGT) : 

§  vérifie la  régularité  formelle  des  pièces  (pointage  des  mandats 
par  rapport  au  bordereau,  conformité  des  bordereaux  de 
règlement avec le bordereau général d’émission) ; 
§  s’assure  que  ces  pièces  sont  revêtues  des  mentions  et  visas 
requis et contrôle l’exactitude des calculs de liquidation effectués 
par  la  Direction  de  la  Solde  en  fonction  des  barèmes  et  taux 
établis par les textes en la matière. 

Si  la  dépense  est  jugée  régulière,  la  PGT  appose  le  visa 
électronique  ‘’VU, BON A PAYER’’ sur le mandat. Dans le cas contraire, 
les mandats font l’objet d’annulation ou de rejet motivé. 

Au terme des contrôles effectués, les dossiers qui ont reçu le visa 
de  la  PGT  sont  récupérés  électroniquement  dans  l’applicatif  « SOLDE 
AN  2000 »  par  la  Sous­direction  de  l’informatique  pour  le  calcul  des 
salaires et accessoires de salaires du mois en cours. 

Les rejets et les annulations sont également acheminés à la Solde 
sur bordereau avec indication des motifs de rejet ou d’annulation. 

A  l’issue  de  ces opérations,  les  dépenses  consolidées font  l’objet 
de  règlement  par  la  PGT  selon  le  mode  correspondant  (virement 
bancaire, paiement par Bon de caisse). 

Toutes  ces  séquences  de  traitement  sont  schématisés  dans  la 
figure ci­après.
Aperçu fonctionnel de la procédure de traitement des salaires et accessoires 
de salaires (phases administrative et comptable) 

Pr ovenance des  Réception des  Séquences de tr aitement  Pr ise en char ge 
dossier s  dossier s  des dossier s  comptable 

Enr egistr ement 
Ø  Ministères  Services  ­ signature électronique  Visa Tr ésor   (P.G.T) 
Courriers de la  ­ Cachet et paraphe  ­ signature électronique 
Direction de la  ­ Cachet et paraphe 
Ø  Institutions  Solde : 
Saisie 
Ø  Administrations  ­ signature électronique 
Ø  Direction  ­ Cachet et paraphe 
Consolidation de la paie 
Centrale  (Dir ection de la Solde) 
Ø  EPN 

Ø  Directions  Validation 
Ø  Représentations  Régionales  ­ signature électronique  Edition et expédition des 
ou Postes  ­ Cachet et paraphe  états aux  Administr ations, 
diplomatiques  Banques et Etablissements 
financiers 
­ des états de salaires et des 
Bordereaux récapitulatifs 
Contr ôle 
­ signature électronique  ­ des supports magnétiques
­ Cachet et paraphe 

Légende : 

Circuit de transmission des dossiers 

Cette  description  du  processus  de  traitement  du  salaire  et  des 
accessoires de salaire permet d’appréhender la diversité des opérations 
de mandatement effectuées. 
Chapitre 2 : LE MANDATEMENT DU SALAIRE DU FONCTIONNAIRE 
OU DE L’AGENT DE L’ETAT 

Ce  mandatement  de  salaire  peut  concerner  le  fonctionnaire  ou 
l’agent 
nouvellement  recruté  aussi  bien  que  le  fonctionnaire  bénéficiant  d’une 
promotion. 

Section 1 : Mandatement du salaire du fonctionnaire ou de l’agent 
nouvellement recruté 

Quelle est la structure du salaire et comment se calcule­t­il ? 

Paragraphe 1 : Structure du salaire 

Le  salaire  peut  se  définir  comme  la  somme  des  rémunérations, 
directes ou indirectes, perçues par les fonctionnaires et agents de l’Etat. 
Sa  structure  est  fonction  du  statut  de  l’agent  recruté,  de  son  service  et 
de son lieu d’affectation. 

B) Structure du salaire du fonctionnaire 

La rémunération  du fonctionnaire ou de l’agent de l’Etat se liquide 
par mois et est payable à terme échu. Chaque mois et quel qu’en soit le 
nombre de jours dont il se compose compte pour 30 jours. 

Elle comprend :

· le  traitement  soumis  à  retenue  pour  pension  appelé 
également solde de base ou salaire indiciaire;
· l’indemnité  de  résidence (représentant  15  %  du  salaire 
indiciaire);
· les allocations familiales le cas échéant;
· éventuellement  des  accessoires  (indemnités  ou  prestations 
diverses instituées par un texte législatif ou réglementaire). 

B) Structure du salaire du contractuel 

A la différence du fonctionnaire dont le traitement est prédéterminé 
par l’échelle de traitement qui lui est applicable, le salaire du contractuel 
est,  quant  à  lui,  fixé  par  le  contrat  passé  entre  ce  dernier  et  l’Etat.  Le
contrat  signé  par  le  Ministre  en  charge  de  la  Fonction  Publique  pour  le 
compte de l’Etat précise clairement le montant nominal du salaire et les 
avantages auxquels peut prétendre l’agent ainsi recruté. 

En règle générale, la date d’effet du contrat est clairement stipulée. 
Toutefois, si un certificat de prise de service est établi préalablement à la 
signature du contrat, la date d’effet sera celle du contrat et non celle du 
certificat pour deux raisons : 

­  du point de vue de la hiérarchie des normes, le contrat passé avec 
l’Etat est supérieur au certificat de prise de service dont le rôle est 
de constater le début d’exécution du contrat ; 
­  toute prise de service dans ce cas est inopérante et irrégulière tant 
qu’un contrat n’est pas formellement passé avec l’Etat. 

En résumé, le salaire du contractuel comprend :

· le  traitement  d’agent  contractuel  qui  n’est  pas  soumis  à 
retenue  pour  pension  puisque  les  contractuels  ne  cotisent 
pas, à ce jour,  ni à la CGRAE ni à la CNPS ;
· éventuellement  des  accessoires  (indemnités  ou  prestations 
diverses instituées par un texte législatif ou réglementaire). 

C) Structure du salaire des Gens de maison 

Les Gens de maison sont les personnes recrutées sur décision par 
le  Ministère  de  l’Intérieur  et  affectées  à  la  résidence  des  membres  du 
corps  Préfectoral  (Préfet,  Secrétaires  Généraux  de  préfecture,  Sous­ 
préfet).    La  décision  fixe  expressément  le  salaire  à  payer  à  l’agent 
recruté. 

Ce salaire est constitué

· du traitement de Gens de maison;
· l’indemnité  de  résidence (représentant  15  %  du  salaire  de 
base); 

D) Structure du salaire des agents Journaliers 

Le  salaire  des  journaliers  est  fixé  par  la  Fonction  Publique  et 
transmis sur des états à la Direction de la Solde pour mandatement.
Paragraphe 2 : Calcul du salaire 

La  séquence  d’opérations  de  traitement  qui  aboutit  au  mandatement 
er 
du 1  salaire est appelée prise en compte. 

Le  dossier  administratif  du  fonctionnaire  constitué  par  la  Fonction 
Publique  et  acheminé,  par  bordereau,  à  la  Direction  de  la  Solde  pour 
mandatement comprend les éléments suivants : 

§  décret, arrêté ou décision de nomination (02 copies); 
§  certificat de prise de service (02 copies) ; 
§  fiche d’immatriculation ; 
§  02 photos d’identité ; 
§  photocopie de la carte nationale d’identité ; 
§  note de service de la Fonction Publique. 

NB : Les bordereaux reçus sont traités par ordre d’arrivée. 

Pour  connaître le mois de solde dans  lequel le rappel de  salaire sera 
payé,  le  nouveau  fonctionnaire  doit  préalablement  se  rendre  à  la  Fonction 
Publique,  (Service  diffusion)  pour  obtenir  le  numéro  du  bordereau  de 
transmission de son dossier à la Direction de la Solde. Muni de ce numéro, il 
se  rendra  à  la  Direction  de  la  Solde  (Service  Prise  en  compte)  pour 
connaître  le  mois  de  paie  dans  lequel  il  est  programmé  ainsi  que  la 
trésorerie d’assignation de son salaire. 

Section 2 : La liquidation du salaire revalorisé consécutivement à 
une promotion du fonctionnaire 

Le fonctionnaire qui connaît, au cours de sa carrière une promotion 
bénéficie d’une revalorisation de son traitement. Cette revalorisation plus 
connue  sous  l’appellation  de  reclassement  ou  de  glissement  catégoriel 
permet à ce dernier de bénéficier d’un traitement supérieur à son ancien 
salaire. 

La  liquidation  de  cette  revalorisation  s’effectue  selon  les  mêmes 
modalités que le 1 er  salaire à la seule  différence que le rappel porte sur 
l’écart de salaire entre le nouvel indice de traitement et l’ancien. 

La  date  à  compter  de  laquelle  le  mandatement  est  effectué  est 
celle  figurant  sur  l’acte  de  promotion  (décret,  arrêté  ou  décision 
d’attente).
Le dossier qui sera transmis à la Solde aux fins de mandatement du 
salaire revalorisé comprend les actes ci­après :

· décret, arrêté ou décision d’attente portant promotion ;
· certificat de prise de service ;
· photocopie du bulletin de salaire 

En  somme,  la  détermination  du  salaire  du  fonctionnaire  ou  de 
l’agent  de  l’Etat  se  fait  à  l’aide  d’outils  de  travail  synthétisés  dans  des 
barèmes.  Ces  barèmes  s’appliquent  aux  fonctionnaires  et  agents  de 
l’Etat en service sur le territoire national ou en poste à l’étranger. 

Chapitre 3 : LE MANDATEMENT DU SALAIRE DES PERSONNELS 
SPECIAUX 

Les personnels spéciaux sont tous les fonctionnaires et agents en 
poste  à  l’étranger.  Il  s’agit  des  fonctionnaires  en  service  dans  les 
ambassades et représentations diplomatiques ivoiriennes. Leurs salaires 
sont mandatés suivant les mêmes règles que celles en vigueur pour les 
fonctionnaires  ordinaires  c’est­à­dire  sur  la  base  des  échelles  de 
traitements afférentes. 

Toutefois, le traitement peut varier d’un mois à un autre en raison 
des  fluctuations  sensibles  essentiellement imputables  aux  variations  des 
taux  de  change  des  unités  monétaires  dans  lesquelles  sont  exprimées 
leurs salaires. 

La  détermination  du  salaire  prend  en  compte  les  éléments  ci­ 
après :

· la monnaie de paiement (devise) ;
· le taux d’ouverture ;
· le taux d’actualisation ;
· le sursalaire par variation de devises ;
· éventuellement la majoration.
Section 1 : Détermination du salaire d’un diplomate 

Quels  que  soient  leurs  statuts,  les  fonctionnaires  et  agents  en 
poste  à  l’étranger  fournissent  les  mêmes  actes  au  soutien  de  leurs 
demandes de paiement de salaire et accessoires de salaire. 

Tableau synoptique des pièces constitutives des dossiers de solde 
des personnels spéciaux 

Mouvement  Documents fournis  
diplomatique 
­ décret de nomination (Ambassadeurs) 
Affectation à  ­ réquisition de transport 
l’étranger  ­ décision d’affectation 
­ certificat de prise de service à l’ambassade 
­ certificat de prise de service de la DAAF du Ministère des Affaires 
étrangères 
­ décision de rappel au département central 
Rappel au  ­ certificat de cessation de service (Ambassade) 
département  ­ certificat de cessation de paiement (Ambassade) 
central  ­ certificat de prise de service et de départ en congé (DAAF du Ministère 
des Affaires étrangères) 
­ décision de mutation 
Mutation d’un  ­ certificat de cessation de service du précédent poste 
poste  ­ certificat de cessation de paiement de l’ancien poste 
diplomatique à un  ­ certificat de prise de service au nouveau poste 
autre  ­ certificat de prise de service de la DAAF du Ministère des Affaires 
étrangères 

Un  fonctionnaire  ordinaire  affecté  en  poste  à  l’étranger  produit, 
pour la prise en compte de son salaire indexé, les pièces figurant dans le 
tableau ci­dessus. 

Quant  à  l’agent  contractuel,  son  traitement  est  déterminé  sur  la 
base  des conditions fixées contractuellement. Un tel agent ne bénéficie 
pas de la « Majoration représentation étranger ». Il a, en revanche, droit 
à un sursalaire.
Section 2 : Détermination du salaire d’un Ambassadeur 

Le salaire d’un Ambassadeur comporte des éléments fixes et des 
indemnités variables selon les pays. 

Toutefois,  il  convient  de  relever  que  l’Ambassadeur  ne  bénéfice 
pas de majoration. 

Chapitre 4 : LE MANDATEMENT DES ACCESSOIRES DE SALAIRE 
ET AUTRES FRAIS DE PERSONNELS 

Outre  le  salaire  indiciaire  qui  lui  est  régulièrement  payé,  le 
fonctionnaire  peut  bénéficier  d’avantages  divers  déterminés  par  des 
textes  législatifs  ou  réglementaires.  Ces  avantages  sont  attribués  sur 
des  bases  très  variées.  Néanmoins,  on  peut  relever 
principalement celles qui suivent. 

Section 1 : Typologie des accessoires de salaire 

Certaines  indemnités  sont  permanentes  tandis  que  d’autres  sont 
simplement temporaires. 

Paragraphe 1 : Les indemnités permanentes 

L) Les indemnités liées à  l’emploi (anciennement appelé 
corps) 
Ces  indemnités  sont  mandatées  au  profit  de  fonctionnaires 
appartenant à certains emplois. Elles sont très variées et sont accordées 
par  des  textes    qui  en  fixent  les  conditions  de  bénéfice  ainsi  que  les 
modalités de leur paiement. 

Quelques  une  de  ces  indemnités  sont  hiérarchisées  tandis  que 
d’autres  sont  identiques  quel  que  soit  la  catégorie  ou  le  grade  du 
bénéficiaire. En outre, il convient de préciser que ces indemnités suivent 
en général le sort du salaire auquel elles sont rattachées. 

Malgré leur grande diversité, on peut rappeler quelques unes. 

­  l’indemnité  forfaitaire  santé  (50 000  FCFA)  et  le  différentiel 
santé  (25 000  FCFA)  payés  aux  Médecins,  Pharmaciens,
Chirurgiens­dentistes  et  Vétérinaires  et  les  émoluments 
hospitaliers payés aux Médecins enseignants ; 
­  l’indemnité  paramédicale (taux  unique  de  20 000  F)  payée  aux 
autres  emplois  de  la  santé  (infirmiers,  sages  femmes,  aides 
soignants,  techniciens  de  la  santé,  et  autres  bénéficiaires 
formellement désignés par le textes de base instituant l’indemnité); 
­  les  indemnités  spécifiques  des  personnels  des  corps  de 
l’informatique  (Ingénieurs,  Ingénieurs  des  techniques, 
Techniciens supérieurs, Techniciens, Agents Techniques) ; 
­  l’indemnité  forfaitaire  mensuelle  des  personnels  des  emplois 
de    secrétaires  de  direction  payée  aux  Secrétaires  de  direction 
(20 000  francs  et  15 000  F  respectivement  pour  les  titulaires  du 
BTS et les autres non titulaires de ce diplôme) ; 
­  l’indemnité  de  1 ère  mise  d’uniforme  et  l’indemnité  d’entretien 
d’uniforme  pour  les  personnels  en  tenue  (fonctionnaires  des 
Affaires  maritimes  et  portuaires  par  exemple)  expressément 
désignés par les  textes instituant cette indemnité ; 
­  Etc. 

Contenu du dossier  

­  Décret, arrêté ou décision de nomination dans l’emploi ; 
­  Certificat de prise de service ; 
­  Photocopie du bulletin de solde 

M) Les indemnités liées à  la fonction 

Ces  indemnités  sont  allouées  du  fait  de  la  fonction  exercée  par 
leurs    bénéficiaires.  Leurs  régimes  respectifs  sont  déterminés  par  les 
textes  de  base  qui  les  créent  ainsi  que  les  dispositions  déterminant  les 
conditions et modalités d’exercice des fonctions y ouvrant droit. 

Compte  tenu  de  leur  large  variété,  on  ne  rappellera,  à  titre 
d’exemple, que certaines d’entre ces indemnités. 

­  l’indemnité représentative de frais communément qualifiée 
d’indemnité de responsabilité ou de fonction 

Cette indemnité auparavant  régie par  un  texte de  base (décret N° 
63­ 163 du 11 avril 1963 modifié et complété par le décret N° 81­ 642 du 
05  août  1981)  s’est  progressivement  étendue  à  d’autres  fonctions  à  la
faveur  de  l’adoption  de  textes  spécifiques  complémentaires  adoptés  à 
cet effet. 

Les  taux  de  l’indemnité  qui  varient  suivant  le  groupe  d’attribution 
auquel le titulaire de la fonction appartient se présentent comme suit : 

Tableau des indemnités représentatives de frais 

Groupe d’attribution  Montant 
Hors groupe  200 000 
Groupe I  150 000 
Groupe II  125 000 
Groupe III  100 000 
Groupe IV  75 000 

Contenu du dossier  

­  Décret, arrêté ou décision de nomination dans la fonction ; 
­  Certificat de prise de service ; 
­  Photocopie du bulletin de solde 

­  L’indemnité de Direction 

Cette  indemnité  est  payée  aux  enseignants  du  primaire  assurant 
les fonctions de directeurs d’écoles. Son taux est fonction  du nombre de 
classes et est fixé comme suit : 

Tableau  des  indemnités  de  direction  payées  aux  directeurs  d’écoles  de 
l’enseignement  primaire 

Nombre de classes  Taux d’indemnité  Montant annuel  Contenu du dossier 
2 à 3  3 000  36 000  Liste  nominative  des 
4 à 5  6 000  72 000  bénéficiaires 
6 et  plus  9 000  108 000 

Le mandatement de l’indemnité  de direction s’effectue sur la base 
de  listes  nominatives  des  bénéficiaires  transmises  par  la  Direction  des 
Ressources  Humaines  du  Ministère  de  l’Education  Nationale  à  la 
Direction  de  la  Solde.  Le  traitement  qui  s’ensuit  est  de  type  collectif  et 
annuel.
­  l’indemnité d’études surveillées (heures supplémentaires) 

L’indemnité  d’études  surveillée  est  payée  aux  instituteurs  tenant 
des classes d’examens et effectuant des heures supplémentaires pour la 
préparation  des  examens  avec  les  élèves.  Le  taux  horaire  de  cette 
indemnité est fixé à 800 FCFA et le nombre maximum d’heures payables 
annuellement est de 150 heures. 

Contenu du dossier  

­  Fiche  de  décompte  d’heures  supplémentaires  effectuées  dûment 
revêtue des visas requis (04 feuillets originaux) ; 
­  Certificat  de  service fait  établi  par  l’Inspecteur  de  l’Enseignement 
primaire de la circonscription d’enseignement ; 

­  l’indemnité  d’auxiliaire  de  l’Administration  territoriale  payée 
aux 
Chefs de cantons 

Cette  indemnité  qui  date  de  l’époque  coloniale  a  un  caractère 
viager. Elle est payée annuellement. 

La liste des bénéficiaires ainsi que les montants individuels à payer 
aux  bénéficiaires  sont  établis  par  le  Ministère  en  charge  de 
l’Administration  du  Territoire et  transmis  à la Direction  de  la Solde  pour 
mandatement. 

N) Les indemnités liées à  l’organisme ou au service 

Ces indemnités  payées  aux  fonctionnaires  exerçant  dans  certains 
ministères,  administrations  ou  services  spécifiques  ont  parfois  des  taux 
différents qui sont en fonction de la catégorie  et du grade. Leur nombre 
est  élevé  et  les  textes  qui  les  instituent  déterminent  les  conditions  et 
modalités de leur attribution. 

A titre d’exemple, on peut citer les indemnités ci­après : 
­  la  prime  de  rendement  (Agents  des  services  de  Douanes  et 
des 
Impôts) ; 
­  l’indemnité  de  saturnisme  de  20 000  FCFA  (Agents  des 
Archives 
nationales et de l’Imprimerie nationale) ;
­  les  indemnités de judicature,  de risque et  de participation à 
la 
judicature (Agents du Ministère de la Justice) ; 
­  la prime de contrainte (agents de l’Office ivoirien des parcs et 
réserves) ; 
­  la prime de patrouille (agents de l’Office ivoirien des parcs et 
réserves) ; 
­  les indemnités spécifiques de cabinet payées aux Secrétaires et 
Chauffeurs en service dans les cabinets ministériels ; 
­  etc. 

O) Les indemnités et primes de technicité 

­  la prime de technicité payée aux cadres de catégorie A en service 
au Ministère du Plan ; 

P) L’indemnité de responsabilité pécuniaire 

Elle  est  mandatée  au  bénéfice  des  Comptables  publics  et 
fonctionnaires  assimilés.  Les  taux  sont  fixés  par  les  textes  instituant 
cette indemnité 

Q) La prime de caisse 

C’est  une  prime  allouée  aux  agents  des  caisses  du  Trésor 
manipulant des fonds. Le montant de la prime est déterminé par le texte 
y ouvrant droit. 

R) L’indemnité de logement 
Cette indemnité est parfois payée du fait de l’emploi (Conseillers à 
l’Extrascolaire,  Enseignants  du  secondaire  ou  du  supérieur,  Magistrats, 
Médecins, Pharmaciens, Chirurgiens­dentistes, Vétérinaires, Agents des 
Douanes  et  des Affaires  Maritimes  et  portuaires, etc.)  ou de la fonction 
(Inspecteur  d’Etat,  Trésoriers  et  agents  assimilés,  membres  du  Corps 
préfectoral  exerçant  en  administration  centrale,  Directeurs  et  Chefs  de 
Cabinets ministériels, etc.). 
Les taux de cette indemnité partent de 100 000 FCFA maximum à 
20 000 FCFA pour les emplois et les fonctions civiles. 

Contenu du dossier  
­  Attestation de non logement de type A délivrée par la Société de Gestion du 
Patrimoine Immobilier de l’Etat (SOGEPIE ;) 
­  Décret ou arrêté de nomination ;
­  Certificat de prise de service ; 
­  Photocopie du bulletin de solde. 

S) L’indemnité  contributive  aux  frais  d’utilisation  du 
véhicule personnel pour les besoins du service 

Cette  indemnité  est  exclusivement  mandatée  au  profit  de 
bénéficiaires clairement identifiés dans le texte qui en fixe les conditions 
et  modalités d’attribution. Elle  n’est  pas  due aux  fonctionnaires  qui  sont 
statutairement  attributaires  de  véhicules  administratifs  mais  qui  n’en 
disposent pas parce que l’Etat ne leur a pas mis à disposition le véhicule 
dont ils sont statutairement attributaires. 

Contenu du dossier  
­  Décret ou arrêté de nomination 
­  Certificat de prise de service 
­  Attestation de non attribution de véhicule administratif 
­  Photocopie du bulletin de solde 

T) L’indemnité de sujétion 

Le  bénéfice  de  l’indemnité  de  sujétion  est  accordé  soit  du  fait  de 
l’emploi,  soit  en  raison  de  la  fonction  exercée  ou  du  service  ou  de 
l’Administration  dans  laquelle  le  fonctionnaire  est  en  service.  Seul  le 
texte attribuant l’indemnité permet d’en connaître le régime juridique. 

Les principaux bénéficiaires de cette indemnité sont : 

­  les membres du Corps préfectoral ; 
­  les fonctionnaires de la Police nationale ; 
­  les personnels en tenue de l’administration pénitentiaire ; 
­  les agents de l’Office ivoirien des parcs et réserves ; 
­  etc. 

Contenu du dossier  
­  Décret ou arrêté de nomination 
­  Certificat de prise de service 
­  Photocopie du bulletin de solde
U) L’indemnité transport 
Suivant les textes, cette indemnité est payée aux fonctionnaires en 
service dans les villes d’Abidjan et de Bouaké qui ne bénéficient pas de 
l’indemnité contributive aux frais d’utilisation du  véhicule personnel pour 
les  besoins  du  service  ou  qui  ne  sont  pas  attributaires  d’un  véhicule 
administratif. 
Son taux mensuel est de 2 000 FCFA. 

Contenu du dossier  
­  Décret ou arrêté de nomination 
­  Certificat de prise de service 
­  Photocopie du bulletin de solde 

V) Les allocations familiales 

Elles sont payées soit au taux plein, soit au taux différentiel. 

1/ Le taux plein 
Les  allocations  familiales  sont  des  accessoires  de  salaire  dont  le 
taux,  non hiérarchisé,  est fixé  à 2 500  FCFA  par  enfant.  Il  est  de  5 000 
FCFA pour les Ambassadeurs. 

Le  nombre  d’enfants  y  donnant  droit  ne  peut  être  supérieur  à  six 
(06). 

Elles sont payées au chef de famille qui est en général le mari. Les 
cas exceptionnels ouvrant droit au bénéfice du paiement des allocations 
familiales à la femme fonctionnaire sont limitativement énumérés par les 
textes en vigueur en la matière. 

Enfants donnant droit aux prestations familiales  
­  Enfants de moins de 15 ans ; 
­  Enfants de 15 à 17 ans sous contrat d’apprentissage régulier, non salariés ; 
­  Enfants de 15 à 20 ans régulièrement inscrits dans un établissement scolaire 
reconnu et y poursuivant des études normales sans bourse ; 
­  Enfants de 15 à 20 ans infirmes ou souffrant d’une maladie incurable dûment 
constatée et dans l’impossibilité permanente de se livrer à un travail salarié. 
Enfants entrant en compte pour le calcul du quotient familial  
­  Enfants mineurs ; 
­  Enfants infirmes de plus de  20 ans dont l’agent assure l’entretien ; 
­  Enfants majeurs de moins de 25 ans poursuivant des études
NB  : En aucun cas le quotient familial ne peut excéder cinq (05) parts. 

Contenu du dossier  

Dossier du 1 er  enfant  Dossier des autres enfants 
­ Original extrait d’acte de 
naissance 
­ Attestation de non paiement 
légalisée  ­ Certificat de vie et entretien légalisé 
­ Certificat de vie et entretien 
légalisé  ­ Original extrait d’acte de naissance 
­ Décret ou arrêté de nomination 
­ Certificat de prise de service 
­ Photocopie du bulletin de solde 

2/ La différentielle familiale 

Elle  est  payée à la femme fonctionnaire dont  l’époux  exerce  dans 
le privé. Son montant fixé à 1 500 FCFA correspond à la différence entre 
le taux  plein de 2 500 du public et le taux payé dans le privé qui est  de 
1 000 FCFA. 

Tableau synoptique sur le régime des allocations familiales 

Fonctionnaire 
Taux  Conditions  Dossiers 
bénéficiaire 
Dossiers  énumérés 
Homme  2 500  ­ être fonctionnaire  dans  le  tableau 
précédent 
­ dossiers énumérés 
­ être fonctionnaire  dans le tableau 
Chef  de  ­  avoir le  statut de  chef  de  précédent 
famille  famille  au  regard  des  ­ ordonnance de 
Femme  2 500  textes  relatifs  au  droit  de  délégation de 
la  famille  ou  avoir  la  puissance paternelle 
filiation  de  l’enfant  établie  ou simple extrait de 
exclusivement  à  son  seul  naissance pour l’enfant 
égard (mère)  reconnu par la mère 
fonctionnaire seule 
­ être fonctionnaire  ­ dossiers énumérés 
­  avoir  un  époux  exerçant  dans le tableau 
Femme  1 000  dans  le  privé  et  y  précédent 
bénéficiant  de  l’allocation  ­ certificat de travail de 
au taux du privé  l’époux
Cette  liste  d’indemnités  permanentes,  qui  n’est  pas  exhaustive, 
témoigne  de  la  multiplicité  des  cas  de  sollicitations.  Le  contenu  des 
dossiers  varie  évidemment  en  fonction  de  l’avantage  réclamé  par  le 
fonctionnaire. 

Outre  ces  indemnités  dites  permanentes,  le  fonctionnaire  ou 
l’agent de l’Etat peut bénéficier d’autres indemnités, non permanentes. 

Paragraphe 2 : Les indemnités non permanentes 

Les  indemnités  non  permanentes  comprennent  les  frais  de 
déplacement temporaire des fonctionnaires et agents de l’Etat et les frais 
de déplacement définitif. 

C) Les frais de déplacement temporaire 

1) Les frais de mission en Côte d’Ivoire 

Les  fonctionnaires  effectuant  des  missions  à  l’intérieur  ou  à 
l’extérieur du pays sur ordre de service bénéficient d’une contribution de 
l’Etat  qui  diffère  selon  la  catégorie.  Ces  frais  sont  régis  par  le  décret 
N°87­36  du  14  janvier  1987  fixant  le  régime  des  déplacements  des 
membres  du  Gouvernement,  des  Fonctionnaires  et  Agents  en  service 
dans les Administrations et Etablissements Publics Nationaux. 

Les frais de missions payées par l’Etat au fonctionnaire en mission 
sur  le territoire national couvrent le  découcher  et  les repas (déjeuner  et 
dîner). 

Le  nombre mensuel maximum de jours de missions  est fixé à 10 
jours. Les missions accomplies au cours d’un même mois au­delà de ce 
nombre ne sont pas prises en compte. 

Les taux de frais de mission en vigueur figurent dans le tableau ci­ 
dessous.
Tableau du régime des missions en Côte d’Ivoire 

Catégorie /Groupe  Taux d’indemnité de mission  Contenu du dossier de 
du missionnaire  Découcher  Repas *  Total / jour  mission 
Hors groupe  ­  ­  ­ 
I  6 750  4 500  15 750  ­ ordre de mission 
II  5 400  3 600  12 600 
III  4 050  2 700  9 450  ­ fiche de décompte 
IV  3 600  2 400  8 400  revêtue   des visas requis 
V  3 150  2 100  7 350 

* Le missionnaire a droit à 2 repas par jour (déjeuner et dîner). 

2) Les frais de mission hors Côte d’Ivoire 

Le Service Mission Hors Côte d’Ivoire de la Direction de la Solde a 
en charge la gestion de toutes les missions des Fonctionnaires et Agents 
de l’Etat se déroulant à l’extérieur du territoire de la République (hormis 
celles  des  E.P.N  et  des  Projets)  en  vue  de  leur  délivrer  des  titres  de 
transports  (billets  d’avion)  et  indemnités  de  mission.  Il  en  est  de  même 
des  stages  de  formation  à  l’extérieur  et  des  départs  en  congé  des 
expatriés pour le paiement des billets d’avion. 

Les  missions  hors  Côte  d’Ivoire  se  décomposent  en  trois  (03) 
groupes  (Hors  groupe,  Groupe  A,  Groupe  B),  déterminés  selon  la 
fonction du missionnaire 

Contenu du dossier du missionnaire 

­  la  communication  en  Conseil  des  Ministres obligatoirement  revêtue 
du  visa  du  Ministre  en  charge  de  l’économie  et  des  finances  (02 
copies); 
­  l’attestation  du  Secrétariat  Général  du  Gouvernement six  (06 
exemplaires dont 02 originaux); 
­  l’ordre de Mission (06 exemplaires dont 02 originaux) ; 

Ce  dossier  une  fois    constitué,  le  missionnaire  s’adressera  à  la 
Direction  de  la  Solde  (Sous­direction  des  dépenses  communes  de 
personnels,  service  des  missions  hors  Côte  d’Ivoire)  pour  requérir  son 
titre de transport.
Contenu du dossier  de réquisition de transport 

­  la  facture  pro  forma  d’une  Compagnie  aérienne  produite  par 
l’agence de voyage contactée; 
­  le bon de transport établi et délivré par le service des missions hors 
Côte d’Ivoire; 

Le  bon  de  transport  une  fois  établi,  il  est  ensuite  déposé  par  le 
service  chez  le  Régisseur  d’avances  pour  tirer  le  chèque  au  profit  de 
l’agence de voyage. Les chèques tirés sont ensuite remis pour l’achat du 
billet d’avion. 

Il  convient  de  souligner  que  les  missionnaires  sont  répartis  selon 
leur fonction dans des classes de voyage suivantes : 
Tableau des classes de voyage de déplacements à l’extérieur 

GROUPES  CLASSES DE VOAYGES 

Hors Groupe  1 ère  classe 

Groupe A  Classe touriste 

Groupe B  Classe touriste 

Contenu du dossier  des Expatriés 

­  arrêtés de congé par le Ministre de la Fonction Publique ; 
­  facture pro forma (billet d’avion) ; 

A  la  réception  des  dossiers  complets,  le  service  des  missions  hors 
Côte d’Ivoire établit un bon de transport pour la prise en charge des frais. 

Contenu du dossier des Stagiaires  : 

­  décision de mise en stage ou de l’attestation du Secrétariat Général 
du; 
­  facture pro forma (billet d’avion) ; 
­  lettre de procédure d’urgence du Ministre de la Fonction Publique.
A  la  réception  des  dossiers  complets,  le  service  des  missions  hors 
Côte d’Ivoire établit un bon de transport pour la prise en charge des frais. 

D) Les  frais  de  déplacement  définitif  du  fonctionnaire 
et de sa famille 

Les frais de déplacement couvrent le déplacement du fonctionnaire 
et les frais de transit de bagages. 

1) Les frais de déplacement définitif 

Les  déplacement  définitifs  donnent  droit  à  une  indemnité  dite 
indemnité de déplacement définitif. Cette indemnité est allouée : 
­  aux  fonctionnaires  et  agents  de  l’Etat  nouvellement  nommés 
(affectés) pour se rendre du lieu de sa résidence habituelle tel qu’il 
a  été  défini  au  moment  de  son  recrutement,  au  lieu  de  son 
affectation ; 
­  aux fonctionnaires et agents de l’Etat faisant l’objet d’une mutation 
comportant  changement  de  résidence  pour  se  rendre  du  lieu  de 
l’ancienne  résidence  au  lieu  de  la  nouvelle.  Toutefois,  les 
mutations  pour  convenances  personnelles  prononcées  sur 
demande  de  l’intéressé  et  le  déplacement  d’office  prononcé  par 
mesure disciplinaire, ne donnent pas droit à l’indemnité ; 
­  aux  fonctionnaires  et  agents  de  l’Etat  cessant  définitivement  leurs 
fonctions pour un motif autre que la révocation, pour se rendre du 
lieu  de  la  dernière  affectation  au  lieu  où  il  a  déclaré  vouloir  se 
retirer sur le territoire de la République. 

Le montant des indemnités de déplacement définitif est alloué aux 
agents  selon  leur  emploi  et  en  fonction  de  la  classification  du  groupe 
auquel  ils  appartiennent.  Les  documents  communs  exigés  par  les 
services de la Solde à cet effet sont : 
­  une feuille de route ; 
­  un bon de transport ; 
­  un avis de facturation. 

Ces  documents  visés  par  la  Solde  sont  remis  aux  bénéficiaires 
pour un second visa par le Préfet ou le Sous­préfet de la localité où les 
intéressés  vont  soit  exercer  leur  nouvelle  fonction  soit  jouir  de  leur 
retraite.
Contenu du dossier du fonctionnaire nouvellement affecté 
­  La décision d’affectation (03 copies) ; 
­  Le certificat de première prise de service (03 copies); 
­  La photocopie de la CNI ou de la carte professionnelle (03 copies) ; 
­  Les extraits d’acte de naissance des enfants âgés de moins de 20 ans (original 
et 02 copies) à raison de dix (10) enfants maximum; 
­  L’extrait d’acte de mariage (03 copies). 

Contenu du dossier du fonctionnaire retraité 
­ L’arrêté de radiation (03 copies) ; 
­ Le certificat de cessation de service (original et 02 copies) ; 
­ La photocopie de la CNI (03 copies) ; 
­ Les extraits d’acte de naissance des enfants âgés de moins de 20 ans (original 
et 
02 copies) à raison de dix (10) enfants maximum; 
­ L’extrait d’acte de mariage (03 copies). 

2) Les frais de prise en charge (transit) des bagages 

Au retour  des  stages  et  affectations  (rappel  des  fonctionnaires  du 
Ministère des Affaires Etrangères), les intéressés se présentent dans le 
service compétent de la Direction de la Solde pour la prise en charge de 
leurs  bagages  du  port  à  leur  domicile.  Il  leur  est  alors  délivré  une 
attestation  de  prise  en  charge.  Au  vu  du  document,  le  transitaire  leur 
livre les bagages à domicile et adresse une facture pour engagement. 

Dossier à fournir par les stagiaires 
­ La décision de stage ; 
­  L’attestation de fin de stage ; 
­  La facture pro forma. 
Dossier à fournir par les Diplomates 
­  La décision de rappel ; 
­ Le certificat de prise de service ; 
­ La facture pro forma. 

Section 2 : Les autres frais de personnels 

Les  autres  frais  de  personnels  concernent  les  obsèques  et  les 
cartes de transport.
Paragraphe 1 : Les frais d’obsèques 

Ils  sont  uniquement  limités  à  l’acquisition  du  cercueil  et  au 
transfert    de  la  dépouille  mortelle.  Le  coût  des  cercueils  dépend  de 
l’indice  payé au fonctionnaire à la date du décès. 

A  ce  jour,  il  n’existe  pas,  à  proprement  parler,  de  texte  pris  en  la 
matière.  L’unique  document  permettant  le  traitement  des  frais 
d’obsèques de fonctionnaires demeure une lettre adressée à la Direction 
de la Solde par le Président du Conseil d’Administration de la Société de 
Pompes Funèbres IVOSEP en date du 12 janvier 1995 (additif à la lettre 
du 30 novembre 1994 ayant trait au réajustement des tarifs). 

Les  fonctionnaires  décédés  en  activité  dans  l’administration 
centrale bénéficient d’une prise en charge publique des frais funéraires . 
La  prise  en  charge  publique  des  frais  est  limitée  à  la  fourniture  du 
cercueil et au transfert de la dépouille mortelle à l’exclusion de tout autre 
frais résultant de la conservation et du traitement du corps. Les cercueils 
sont attribués en fonction de l’emploi et de l’indice du défunt 

Tableau  de  référence  des  taux  de  prise  en  charge  de  cercueils  pour  les 
fonctionnaires décédés en activité 

Taux de prise en 
Indice  de 
charge  Observations 
référence 
(Prix TTC en FCFA) 
265 à300  55 460  ­ les frais de conservation et de 
305 à 400  129 800  traitement de la dépouille mortelle 
sont à la charge de la famille 
405 à 550  177 000  ­ toute dépense  excédant ces 
555 à 675  206 500  plafonds est prise en charge par la 
680 à 850  271 400  famille du défunt dans la limite de la 
différence entre le prix du cercueil et 
855 à 1450  312 700 
le plafond de prise en charge
Indice > à 1450  413 000 
Tarifs des transferts de dépouille en vigueur avec TVA au taux normal de 18% 
inclus 

Localité de destination  Tarif applicable (FCFA) 

Abidjan Ville  27 730 
Banlieue  d’Abidjan  (rayon  maximum  de 
44 840 
15 km) 
Autres  531 F/km 

NB : Les prises en charge de frais de transfert et des cercueils sont centralisées par 
les 
Préfets à l’intérieur du pays. 

Contenu du dossier de prise en charge des frais d’obsèques 
­ le dernier bulletin de solde du défunt ; 
­ le certificat de décès ; 
­  la  facture  pro  forma  délivrée  par  la  société  de  pompes  funèbres  agréée 
auprès de 
l’Etat. 

Au  vu  de  toutes  ces  pièces,  il  est  procédé  à  la  suppression  du 
salaire du défunt. Puis un accord est donné par la Direction de la Solde à 
une  société  des  pompes  funèbres  laissée  au  libre  choix  des  parents, 
pour la fourniture d’un cercueil et le transfert de la dépouille. Une fois le 
service fait, ladite société transmet à la Solde une facture accompagnée 
des pièces justificatives pour engagement. 

Paragraphe 2 : les cartes de transport urbain ou cartes de bus 
SOTRA 

Il  n’existe  également  pas  de  texte  pris  en  la  matière.  Cependant,  le 
service Sotra de la Direction de la Solde a en charge la gestion des cartes 
de bus des fonctionnaires et agents de l’Administration Publique travaillant 
dans  le  District  d’Abidjan,  en  vue  de  leur  délivrer  les  cartes  de  bus  de  la 
Sotra, qui sont subventionnées par l’Etat à hauteur de 50%. 

Procédure de prise en charge des frais de cartes de bus SOTRA 

1­  Réception  à  partir  du  trois  (03)  de  chaque  mois  (délais  de  rigueur) 
des  listes  des  demandeurs  de  cartes  de  bus  du  type  fonctionnaire 
émanant des ministères et services ;
2­  Ces listes comportent le code organisme, le code service, le nom et 
le matricule des intéressés ; 

3­  Saisie  des  matricules  à  l’écran  pour  vérifier  si  les  intéressés 
répondent les conditions d’attribution de la carte de bus. A savoir : 

­  être fonctionnaire résidant à Abidjan ; 

­  ne  pas  être  en  position  de  suspension  de  salaire (être  en  position 
d’activité); 

­  ne pas être en service dans un Etablissement Public National ; 

­  ne  pas  être  bénéficiaire  d’une  indemnité  représentative  de  frais 
supérieure ou égale à 75.000 F ; 

­  ne pas être un fonctionnaire à la retraite. 

4­  Une liste indiquant le nombre des agents retenus (ayants droits) est 
tirée ; 

5­  Une  seconde  liste  indiquant  les  rejets  effectués  avec  les  motifs 
afférents est également tirée ; 

6­  Un  bon  de  commande  correspondant  au  nombre  exact  des  agents 
retenus est tiré en six (6) exemplaires ; 

7­  Ce bon est visé par le Directeur de la Solde ; 

8­  L’exemplaire  comportant  le  n°4  est  transmis  à  la  SOTRA  par  le 
Service courrier de la Solde ; 

9­  Les exemplaires n°1­2­3­5 sont remis aux billeteurs ou gestionnaires 
des cartes de bus qui se rendent à la SOTRA pour le paiement des 
cartes; 

10­  L’exemplaire n°6 reste classé au dossier pour archivage.
TROISIEME PARTIE

LE TRAITEMENT DES CAS CONTENTIEUX 
ET LES REGULARISATIONS
3 ème  Partie : LE TRAITEMENT DES CAS CONTENTIEUX ET 
LES REGULARISATIONS 

Chapitre 1 : LES REGULARISATIONS 

La régularisation est la mise à jour d’une situation administrative. Il 
y  a  deux  types  de  régularisation  à  la  Direction  de  la  Solde :  les 
régularisations  de  type  personnel  et  celles  liées  au  statut  du 
fonctionnaire. 

Section 1 : Les régularisations de données de type personnel 

Les éléments visés sont en rapport soit avec l’état civil soit le statut 
matrimonial du fonctionnaire : 
­changement de nom suite à un mariage 
­changement de nom suite à une modification judiciaire de nom 
­changement de nom suite à un divorce (femme) 
­changement de nom suite à un décès du conjoint 

Section 2 : Les régularisations de données de type professionnel 

Le service des régularisations de données de type professionnel a 
pour  mission  de  procéder  à  la  mise  à  jour  à  temps  réelle  de  toutes  les 
situations nouvelles qui interviennent dans la vie du fonctionnaire et  qui 
permettent de le localiser ainsi que sa solde. Il s’agit principalement : 
­ des changements de domiciliations de solde 
­des changements de lieu d’affectation, de service et d’adresse 
Ces  traitements  qui  n’ont  pas  d’incidence  financière  directe  n’en 
sont  pas  moins  importants  pour  la  maîtrise  de  la  masse  salariale.  Ils 
permettent un suivi rigoureux  des mouvements de personnel aussi bien 
sur  le  plan  professionnel  que  personnel  et  réduisent  de  beaucoup  les 
situations de fraude. 

­  les domiciliations de solde 

La  domiciliation est, pour  les services  de  la Direction  de  la Solde, 
l’acte par lequel un fonctionnaire désigne le domicile où un effet (salaire) 
est payable (banque, établissement financier, etc.). 
Contenu du dossier de 1 ère  domiciliation  
­  Original  de  la  fiche  de  domiciliation  de  solde  délivrée  par  la  Banque  ou 
l’Etablissement financier ; 
­  Photocopie de la carte nationale d’identité ; 
­  Photocopie du bulletin de solde.
Contenu du dossier des domiciliations ultérieures  
­  Original de la nouvelle fiche de domiciliation de solde délivrée par la Banque 
ou l’Etablissement financier ; 
­  Original  de  l’attestation  de  clôture  de  compte  délivrée  par  la  Banque  ou 
l’Etablissement financier anciennement domiciliataire; 
­  Photocopie de la carte nationale d’identité ; 
­  Photocopie du bulletin de solde. 

Chapitre 2 : LE TRAITEMENT DES CAS LITIGIEUX 

Le  service  suppression  est  chargé  de  la  suspension  ou  de  la 
suppression  de  la  solde  des  fonctionnaires  ou  agents  de  l’Etat  jugés 
fautifs par l’autorité compétente. 

Section 1 : La suspension du salaire 

Les suspensions de solde peuvent intervenir soit à la demande du 
fonctionnaire soit consécutivement à une faute commise 

Paragraphe 1 : Suspension à l’initiative du fonctionnaire 

C) Disponibilité 
La  disponibilité  est  la  position  du  fonctionnaire  dont  l’activité  est 
suspendue  temporairement  à  sa  demande  pour  des  raisons 
personnelles. Le fonctionnaire placé en position de disponibilité n’a droit 
à aucune rémunération. 

D) Détachement 
Le  détachement  est  prononcé  à  la  demande  du  fonctionnaire 
autorisé  à  interrompre  temporairement  ces  fonctions  pour  exercer  un 
emploi  ou  un  mandat  public  national  ou  international,  un  mandat 
syndical, ou exercer une fonction ministérielle. 

Paragraphe 2 : Suspension consécutive à une faute du 
fonctionnaire 

Les  cas  de  suspension  résultant  d’une  faute  disciplinaire    sont 
nombreux. On peut citer : 

­ l’abandon de poste 
­ mandat de dépôt
­ congé de maladie de longue durée 
D’autres  cas  de  suspension  interviennent  à  la  suite 
d’indélicatesses commises par le fonctionnaire. Ce sont : 

­ l’escroquerie 
­ la mise sous mandat de dépôt 
­ la fraude 
­ le viol 
­ le détournement 

Section 2 : La suppression du salaire 

La cessation définitive des fonctions entraîne la perte de la qualité 
de fonctionnaire et les droits subséquents liés à cette qualité. 

Les  causes  de  suppression  de  solde  déterminées  par  le  statut 
général de la fonction publique. Il s’agit des situations ci­après : 

­ décès 
­ radiation 
­ licenciement,  fin d’engagement,  fin de contrat 
­ retraite 
­ démission 
­ révocation 

Section 3 : Les reprises en solde 

La reprise en solde consiste à rétablir le salaire et accessoires d’un 
fonctionnaire  ou  agent  de  l’Etat  après  une  suspension  temporaire 
d’activité. 

Paragraphe 1 : Pièces constitutives des dossiers de reprise en 
solde 

Les  pièces  qui  constituent  les  dossiers  de  reprise  en  solde  varient 
selon la nature du dossier ou le motif de suspension. 

A) Le Cas d’abandon de poste 

Les dossiers comportent les actes suivants : 

­ lettre de suspension pour abandon de poste du Ministère technique de 
l’agent ou de la fonction publique ; 
­ décision ou arrêté portant rétablissement ou rappel à l’activité ;
­ certificat de reprise de service 

B) Le cas du mandat de dépôt 

Les  pièces  exigées  sont  identiques  au  cas  de  suspension  pour 
abandon de poste. Toutefois, on exige une pièce supplémentaire qui est 
le billet de sortie de prison. Cela permet de s’assurer de la régularité de 
la sortie du détenu contrairement aux cas d’évasion. 

C) Le Cas de congé maladie de longue durée 

Le dossier doit comprendre les actes suivants : 

­ lettre de suspension 
­ certificat du conseil de santé qui autorise la fonction publique à donner 
un congé de maladie longue durée au fonctionnaire malade en plusieurs 
tranches  (4  tranches  au  maximum).  Chaque  tranche  a  une  durée  de 
6mois. 

La  première  et  la  deuxième  tranche  consécutive  donnent  droit  à 
une rémunération intégrale au profit du fonctionnaire malade. Tandis que 
la rémunération est réduite de moitié pour les deux dernières tranches (3 
et 4è). 
Après l’expiration de chaque période, l’intéressé est tenu de se présenter 
devant le conseil  de  santé qui se prononce sur son aptitude à servir ou 
pas. 

D) Cas de disponibilité ou de détachement