Vous êtes sur la page 1sur 7

Histoire du prophète Youssouf – Cours 2 – 14/01/2015

Histoire du Prophète Youssouf


(Source : Nabil El Awadi)

Au nom de Dieu Le Miséricordieux, Le tout Miséricordieux

Nous poursuivons l’histoire du Prophète Youssouf . Nous nous étions arrêtés à l’arrivée de
Youssouf dans le palais du ministre du roi d’Égypte. Dans ce palais, Youssouf était considéré
comme un valet et un fils, alors que pendant ce temps, son père Yaâqoub patientait et
espérait le revoir un jour, tout en s’en remettant à Dieu Le Très Haut.

Youssouf est resté dans le palais pendant plusieurs années. Il était comme un fils et
comme un valet en même temps. Il y est resté jusqu’à ce qu’il soit devenu un homme. Dieu a
donné à Youssouf la moitié de la beauté des être humains. Il était beau et très bien élevé. Il
C’est à partir de moment que va commencer une nouvelle épreuve pour Youssouf . Le
femme du ministre, celle qui l’a accueilli et fait grandir, va commencer à trouver Youssouf
beau et à être attiré par Youssouf. Alors elle a commencé à le suivre de partout. Plus elle le
regardait et plus son cœur désirait Youssouf , jusqu’au point où elle est tombé follement
amoureuse de Lui. Elle a alors décidé de passer à d’agir. Un jour, elle a fait sortir tous ceux qui se
trouvaient dans son palais et elle a fermé toutes les portes. Il ne restait plus que Youssouf et elle
dans le palais.
Pensant qu’elle était bien cachée à l’abri des regards et que personne n’allait se douter de
quelque chose, la femme du ministre s’est faite belle et elle s’est présentée à Youssouf pour le
séduire. Le Coran nous raconte comment cela s’est passé : « Or celle qui l’avait reçu dans sa
maison essaya de le séduire. Et elle ferma bien les portes et dit: «Viens, je suis prête pour toi !» »
(S12-V23).

Youssouf qui est jeune, beau et fort, voit une femme qui s’est faite belle devant pour
l’appelé à commettre une chose que Dieu déteste, à savoir profiter d’une femme en dehors du
mariage. Elle l’a donc invité en lui disant : « Viens, ce que tu veux de moi Ô Youssouf ».
Que va-t-il se passer ? N’oubliez pas que Youssouf est un Prophète de Dieu. Qu’est ce qui va
empêcher Youssouf de commettre cette turpitude ? Elle lui dit : «Viens, je suis prête pour toi !».
Youssouf répond alors avec audace : « Que Dieu me protège ! » (S12-V23).
Il demande à Dieu de le protéger afin qu’il ne commette pas ce péché, celui de la fornication.
Quelle épreuve que cette situation dans laquelle s’est retrouvée Youssouf . Qu’y a-t-il de pire
pour un jeune homme célibataire que d’être appelé à commettre la turpitude. Vous devez savoir
que lorsqu’un homme se retrouve isolé avec une femme, Satan devient leur compagnon et il les
appelle à commettre ce que Dieu déteste. Faites donc attention mes frères que le Diable ne vous
fasse tomber dans un piège. Demandez la protection de Dieu et inspirez vous de Youssouf .
Une femme qui l’appelle à commette une turpitude, mais il répond avec audace : «Que Dieu me
protège! C’est mon maître qui m’a accordé un bon asile. Vraiment les injustes ne réussissent pas»
(S12-V23).

Association Salem – 74960 MEYTHET – Éducation islamique 2014/2015 – Page 1/7


Histoire du prophète Youssouf – Cours 2 – 14/01/2015

Voyant que Youssouf a refusé son invitation, la femme du ministre a décidé de s’en prendre à
Lui et de l’agresser afin d’abuser de lui. Youssouf s’est alors éloigné d’elle avant qu’elle ne
s’approche de Lui et il a cherché une porte pour s’échappé. Dieu nous rapport à propos de cette
instant : « Et, elle le désira. Et il l’aurait désirée s’il n’avait pas vu la preuve évidente de son
Seigneur. Ainsi Nous avons agi pour écarter de lui le mal et la turpitude. Il était certes un de Nos
serviteurs élus. » (S12-V24).
Youssouf a donc couru pour chercher une porte ouverte et elle l’a suivi. « Et tous deux
coururent vers la porte… » (S12-V25).
Elle a essayé de l’attraper par derrière par sa tunique, mais elle l’a déchiré et Youssouf s’est
précipité vers une porte pour l’ouvrir, et quand il a ouvert, il a trouvé le ministre qui s’apprêtait à
entrer dans la pièce.
« Et tous deux coururent vers la porte, et elle lui déchira sa tunique par derrière. Ils trouvèrent
le mari de cette femme à la porte. » Et regardez la ruse de cette femme, le mensonge qu’elle va
dire pour ne pas perdre la face : « Elle dit: «Quelle serait la punition de quelqu’un qui a voulu faire
du mal à ta famille, sinon la prison, ou un châtiment douloureux?» (S12-V25).
C’est elle qui a essayé de le séduire et d’abuser de Lui et maintenant là voila en train de
l’accuser ! Quelle double épreuve pour Youssouf ! Les voilà donc tous les trois, avec le ministre
qui regarde sa femme et qui regarde Youssouf qui est dévêtu de sa tunique.
La femme faisait toute une mise en scène, elle pleurait et criait et disait à son époux : « Mets
le en prison ou punis le douloureusement, car il a voulu m’agresser. » Que va dire Youssouf ? Il les
a regardé et il a dit : «C’est elle qui a voulu me séduire» (S12-V26).
Le ministre ne savait pas qui croire, sa femme qui était en train de pleurer et de crier, ou
Youssouf le véridique qui n’a jamais menti. Surtout que Youssouf ne portait plus sa tunique. C’est
alors qu’un des proches de la famille de la femme est intervenu et il a dit qu’il pouvait savoir qui
dit la vérité et qui ment. Il a dit de regarder la tunique déchirée, et si elle est déchirée de devant,
c’est que Youssouf ment, et si elle est déchirée de derrière, alors c’est ta femme qui ment.
Le ministre a examiné la tunique et il a trouvé qu’elle était déchirée de derrière. Quand il a vu
ça, il a regardé sa femme et il lui a dit : « Il s’agit bien là de votre ruse de femmes! Vos ruses sont
vraiment énormes! » (S12-V28).
Le mari a donc bien compris que sa femme était la fautive et que c’est elle qui a voulu abuser
de Youssouf, mais en plus de tout cela, elle a menti et Dieu l’a dénoncé.
Le ministre n’a pas voulu qu’il soit humilié devant les gens, il a regardé Youssouf l’innocent et
lui a dit : « Youssouf, ne pense plus à cela ! » (S12-V29).Y Ensuite il it à sa femme « Et toi, femme,
implore le pardon pour ton péché car tu es fautive» (S12-V29).
Quelques temps après, Youssouf a appris que la femme du Ministre allait poursuivre ses
pressions afin qu’il fasse ce qu’elle lui demande ou pour qu’il soit emprisonné, avec le complot
d’autres femmes. Youssouf devait donc choisir entre faire ce qui mettra Dieu en colère ou aller en
prison. Il a alors levé les mains au ciel et il a dit : « Ô mon Seigneur, la prison m’est préférable à ce
à quoi elles m’invitent. » (S12-V33). Youssouf a préféré choisir la prison plutôt que de commettre
le péché.
« Ô mon Seigneur, la prison m’est préférable à ce à quoi elles m’invitent. Et si Tu n’écartes pas
de moi leur ruse, je pencherai vers elles et serai du nombre des pécheurs» (S12-V33).

Association Salem – 74960 MEYTHET – Éducation islamique 2014/2015 – Page 2/7


Histoire du prophète Youssouf – Cours 2 – 14/01/2015

Les gens ont fait courir le bruit que c’est Youssouf qui a voulu agresser la femme du ministre
et c’est ce qui a fait que Youssouf a été emprisonné injustement à cause d’un mensonge. Il s’est
retrouvé en prison pour avoir voulu préserver sa chasteté et obéir à Dieu.
Youssouf a été mis en prison dans un lieu sombre et horrible, en compagnie de deux jeunes. Ils
ont observé que Youssouf priait et invoquait Dieu et ils ont vu que c’était un homme de bien. Un
jouer, un des deux a parlé à Youssouf et il lui a dit « Ô Youssouf, nous avons vu deux rêves, peux-tu
nous les expliquer ? ».
« Deux valets entrèrent avec lui en prison. L’un d’eux dit: " Je me voyais [en rêve] pressant du
raisin..." Et l’autre dit: " Et moi, je me voyais portant sur ma tête du pain dont les oiseaux
mangeaient. Apprends-nous l’interprétation (de nos rêves), nous te voyons au nombre des
bienfaisants". » (S12-V36).
Ils lui ont dit : « Nous voyons que tu es un homme pieux, que tu as un cœur pur, tu pries Dieu
tout le temps, interprète nous ces rêves ! ».
Avant de leur parler de leurs rêves, Youssouf a commencé à leur parler de Dieu. Il leur a
expliqué qu’il suit la religion de ses ancêtres Ibrahim, Isaac et Yaâqoub. Sa religion est d’adorer
Dieu l’Unique sans rien lui associer. « Ô mes deux compagnons de prison! Qui est le meilleur: des
Seigneurs éparpillés ou Allah, l’Unique, le Dominateur suprême? » (S12-V39).
Après les avoir appelé à Dieu l’Unique, il va leur interpréter leurs rêves : « Ô mes deux
compagnons de prison! L’un de vous donnera du vin à boire à son maître; quant à l’autre, il sera
crucifié, et les oiseaux mangeront de sa tête. L’affaire sur laquelle vous me consultez est déjà
décidée. » (S12-V41).
Le premier sera donc libéré et recommencera à travailler chez son maitre, et le second sera
tué et crucifié. Puis Youssouf est parti voir celui qui sortira de prison pour lui dire de parler de lui à
son maître, peut-être qu’il pourra faire quelque chose pour son cas. Mais quand l’homme est sorti
de prison, il a oublié de parler de Youssouf, qui est resté en prison quelques années (peut-être 7
ans, mais rien n’est sûr) pour quelque chose qu’il n’a pas fait . « Et il dit à celui des deux dont il
pensait qu’il serait délivré: «Parle de moi auprès de ton maître»(9). Mais le Diable fit qu’il oublia de
rappeler (le cas de Joseph) à son maître. Joseph resta donc en prison quelques années. » (S12-V42).

Un jour le Roi d’Égypte de cette époque a fait un rêve qui l’a effrayé et inquiété. Il a réuni ses
ministres et son entourage dans son palais et il leur a raconté son rêve afin que quelqu’un lui
interprète : « Et le roi dit : «J’ai vu en rêve sept vaches grasses mangées par sept vaches maigres;
et sept épis verts, et autant d’autres, secs. Ô vous personnes de rang important, donnez-moi une
explication de ma vision, si vous savez interpréter le rêve» (S12-V43). Imaginez-vous ce rêve qui a
effrayé le Roi, où des vaches mangent d’autres vaches (alors qu’elles ne mangent que de
l’herbe…°Personne n’a pu interpréter le rêve du Roi. Parmi les gens, il y avait celui qui était en
prison avec Youssouf, qui en fait était le serveur (de vin) du Roi. Il s’est alors souvenu de Youssouf.
Il est allé voir le Roi et lui a dit : « Je connais un homme qui pourra interpréter ce rêve. Il s’agit
d’un homme qui est en prison et qui est véridique. Il a interprété un rêve qui s’est réalisé comme il
l’a décrit ». Le Roi a envoyé ce serviteur voir Youssouf pour lui demander l’interprétation du rêve.

Association Salem – 74960 MEYTHET – Éducation islamique 2014/2015 – Page 3/7


Histoire du prophète Youssouf – Cours 2 – 14/01/2015

Après tant d’années, il s’est souvenu de Youssouf et il est retourné le voir en prison. «Ô toi,
Youssouf, le véridique! Éclaire-nous au sujet de sept vaches grasses que mangent sept très maigres,
et sept épis verts et autant d’autres, secs, afin que je retourne aux gens et qu’ils sachent ce que
signifie ce rêve». (S12-V46).

Youssouf, sans aucune hésitation, lui répond directement : « Youssouf dit alors : «Vous allez
semer pendant sept années consécutives. Tout ce que vous allez récolter, laissez-le en réserve, sauf
le peu que vous allez manger. Vont venir ensuite sept années de sécheresse qui épuiseront tout ce
que vous aurez mis de côté, sauf le peu que vous aurez gardé pour semer. Puis, va venir une année
où les gens seront secourus par la pluie *…+» (S12-V47 à 49).

Ce rêve était donc bien un rêve inquiétant, puisqu’il parle de l’avenir de l’Égypte, des
difficultés économiques que l’Égypte va connaitre pendant plusieurs années et des précautions à
prendre pour que les gens ne meurent pas de faim. Lorsque le Roi a entendu l’interprétation de
Youssouf, il a compris que c’est un homme qui a du savoir et de la connaissance. Il parle de
l’économie de l’Égypte, de l’avenir de l’Égypte, qui un sujet parmi les plus important pour le Roi. Il
a alors demandé à ce qu’on lui apporte Youssouf dans son palais immédiatement.

Lorsque le messager du Roi est venu pour faire sortir Youssouf de prison, Youssouf n’a pas
voulu les suivre sans que son cas ne soit réglé. En effet, vous vous souvenez, Youssouf a été mis en
prison injustement. Sa condition c’est de sortir innocent, que la vérité soit dévoilée et que
Youssouf soit reconnu innocent. Youssouf a alors renvoyé le messager au Roi et lui a dit de lui dire
qu’il ne sortirait pas de prison qu’à la condition que les femmes qui ont accusé Youssouf d’être
interrogé sur qu’elles ont fait.

Le Roi d’Égypte a alors réuni toutes ces femmes qui ont accusé Youssouf ainsi que la femme
du ministre et il les a interrogé : « Qu’est-ce donc qui vous a poussées à essayer de séduire Joseph?
*…+» (S12-V51). Vous avez prétendu que Youssouf vous a agressé, est-ce vrai ? »

Toutes les femmes ont parlé et elles ont dit : « Nous n’avons jamais rien connu de mauvais de
sa part.» (S12-V51). Et c’est alors que la femme du ministre, celle qui a causé tout ça, s’est
exprimée : « Maintenant la vérité s’est manifestée. C’est moi qui ai voulu le séduire. Et c’est lui,
vraiment, qui est du nombre des véridiques!» (S12-V51). Elle a enfin reconnu l’innocence de
Youssouf, après tant d’années de silence. Elle a reconnu qu’elle était a fautive et que Youssouf n’a
jamais essayé de l’agresser.

Le Roi a alors demandé à ce que Youssouf lui soit amené maintenant que son innocence a été
prouvée et que ça demande a été accomplie. Lorsque Youssouf est arrivé auprès du Roi, ce dernier
lui a dit : « Tu es dès aujourd’hui près de nous, en une position d’autorité et de confiance». (S12-
V54). Le Roi a autorisé Youssouf à choisir le poste qu’il voulait. Youssouf a alors demandé :
« Assigne-moi les dépôts du territoire: je suis bon gardien et connaisseur». Youssouf a en fait
demandé à devenir le ministre de l’économie, celui qui garde et gère les biens du pays.

Association Salem – 74960 MEYTHET – Éducation islamique 2014/2015 – Page 4/7


Histoire du prophète Youssouf – Cours 2 – 14/01/2015

Après avoir passé des années de solitude en prison, Youssouf est maintenant devenu le
responsable de l’économie du pays. Il a géré les biens du pays pendant les sept premières années
conformément à son interprétation du rêve. Puis ensuite sont venues les sept années de
sécheresse et de famine. Cette période difficile n’a pas touché que l’Egypte, mais aussi les régions
autour, jusqu’en Palestine. C’est là d’où vient Youssouf et c’est là que réside Yaâqoub et sa famille.

Les gens de la Palestine ont appris qu’en Égypte, il y a avait des réserve de nourriture
disponibles et qu’il y a avait un ministre qui distribuait de la nourriture en échange d’autres
marchandises. Yaâqoub a alors décidé d’envoyer ses 10 fils en Égypte.

Youssouf recevait les différents groupes pour leur donner de la nourriture et il a été informé
qu’un groupe est venu de Palestine. Les 10 frères sont alors rentrés auprès de Youssouf, après tant
d’année de séparation. Pour eux, Youssouf était soit mort, soit disparu pour de bon. Youssouf les a
reconnus, mais pas eux. « Et les frères de Joseph sont venus et sont entrés auprès de lui. Il les a
reconnus, mais eux ne l’ont pas reconnu. » (S12-V58).

Youssouf les a questionnés au sujet de leur famille, qui avaient-ils laissés en Palestine. Ils ont
répondu qu’ils avaient laissé leur père et leur frère Benyamin. Il leur a demandé pourquoi
Benyamin n’est pas venu avec eux. Ils ont répondu que leur père ne les laisse pas prendre
Benyamin avec eux. Youssouf leur a alors dit que la prochaine fois qu’ils viendraient, ils devaient
obligatoirement amener leur frère Benyamin, sinon, Youssouf ne leur donnerait pas de la
nourriture en échange de marchandises. Avant qu’ils ne reprennent la route, Youssouf a envoyé
des gens pour remettre dans les sacs de ses frères les marchandises qu’ils lui avaient apportés.

Les frères sont rentrés auprès de leur père et ils lui ont : « Ô notre père, L’homme nous a
donné de la nourriture pour cette fois, mais il nous a dit qu’on ne pouvait revenir qu’à une seule
condition, c’est que Benyamin viennent avec nous. Laisse le donc venir avec nous et nous
veilleront sur lui.». Ils ont redit la même chose qu’ils avaient dit à l’époque (« Nous veilleront sur
lui. ») lorsqu’ils ont pris Youssouf avec eux. Yaâqoub s’est alors souvenu de Youssouf et il leur a
répondu : «Pensez-vous que je vais vous le confier, comme auparavant, je vous ai confié son frère?
Mais Dieu est le meilleur gardien, et Il est Le plus Miséricordieux des miséricordieux!» (S12-V64).

Voyant que leur père avait refusé, ils sont allés décharger ce qu’ils amenés avec eux et c’est à
ce moment là qu’ils se sont rendus compte qu’on leur avait rendu leurs marchandises, cachées au
milieu de la nourriture qu’ils avaient achetée. Ils sont retournés auprès de leur père en lui disant :
« Ô notre père. Que désirons-nous de plus? Voici que nos marchandises nous ont été rendues. Et
ainsi nous approvisionnerons notre famille, nous veillerons à la sécurité de notre frère et nous nous
ajouterons la charge d’un chameau et c’est une charge facile» (S12-V65). Ils ont dit à leur père que
cet homme est très généreux et qu’ils doivent répondre à sa demande d’emmener avec eux
Benyamin. Yaâqoub ne faisait que de repenser à Youssouf, qui avait disparu depuis des années et
pour qui il était encore triste, c’est pourquoi il refusait de laisser Benyamin partir avec ses grands
frères. Ils ont tellement insisté que Yaâqoub a fini par cédé, mais à une seule condition. Yaâqoub
leur dit : « Jamais je ne l’enverrai avec vous, jusqu’à ce que vous m’apportiez l’engagement formel
au nom de Dieu que vous me le ramènerez à moins que vous ne soyez cernés». Lorsqu’ils lui eurent
apporté l’engagement, il dit: «Allah est garant de ce que nous disons». ». (S12-V66).

Association Salem – 74960 MEYTHET – Éducation islamique 2014/2015 – Page 5/7


Histoire du prophète Youssouf – Cours 2 – 14/01/2015

Les frères se sont donc engagés et ils ont donné la promesse qu’ils ramèneraient Benyamin ou
qu’ils mourraient tous. Ils ont donc préparé un nouveau voyage pour l’Égypte, avec Benyamin.

Ils sont donc retournés voir Youssouf, sans savoir que c’est leur frère. Arrivés au palais de
Youssouf, il a immédiatement reconnu Benyamin. Il l’a embrassé et serré dans ses bras, et il lui a
dit sans que ses autres frère ne fassent attention : « Je suis ton frère ». (S12-V69). Tous les deux
ont passés un long moment ensembles… imaginez-vous un frère qui retrouve sn frère après des
années, après avoir pensé qu’il ne le reverrait jamais.

Youssouf a ensuite procédé à l’échange des marchandises contre la nourriture, et il a fait


mettre dans le sac de Benyamin, la coupe en or du Roi d’Égypte. Les frères ont donc préparé leur
caravane et au moment où ils sont sorti de la ville, un homme s’est mis à crier : « «Caravaniers!
Vous êtes des voleurs». (S12-V70).

Ils sont revenus jusqu’à Youssouf pour savoir qu’est ce qui se passait et pourquoi ils ont été
traités de voleur. Youssouf leur a répondu qu’ils ne retrouvaient pas la coupe du Roi, et il leur a
demandé quelle sera la sanction de celui chez qui elle est retrouvée. Les frères ont dit, celui chez
qui elle est retrouvée deviendra votre serviteur et votre esclave. Youssouf s’est alors mis à
chercher dans les affaires de ses frères, en laissant Benyamin en dernier. Lorsque Youssouf a sorti
la coupe des affaires de Benyamin, les grands frères ont dit : «S’il a commis un vol, un frère à lui
auparavant a aussi commis un vol.» (S12-V77). Ils parlaient de Youssouf, mais sans savoir qu’il
était devant eux. Youssouf s’est retenu de leur dire la vérité et il leur a répondu : « «Votre position
est bien pire encore! Et Allah connaît mieux ce que vous décrivez.» (S12-V77).

Ensuite ils lui ont demandé de le laisser partir et de prendre un de ses autres frères à la place,
car il a un père très vieux qui ne peu se séparer de lui. Youssouf a répondu qu’il ne prendra que
celui chez qui il avait retrouvé la coupe et pas quelqu’un d’autre, car sinon ce serait une injustice.

Le grand frère a décidé de rester avec Benyamin et les autres sont rentrés pour l’annoncer à
leur père ; ils lui ont dit : « «Ô notre père, ton fils a volé. Et nous n’attestons que ce que nous
savons. (S12-V81).

Leur père ne les a pas crus. C’est la deuxième fois dans sa vie qu’ils prennent un de ses fils et
qu’ils ne le ramènent pas avec eux après s’être engagés. Il leur a répondu : « Vos âmes plutôt vous
ont inspiré d’entreprendre quelque chose!... Oh! Il ne me reste qu’une belle patience. Il se peut que
Dieu me les ramènera tous les deux. Car c’est Lui l’Omniscient, le Sage » (S12-V83).

Il a pleuré un long moment et il a dit à ses fils de retourner en Égypte, dans l’espoir qu’ils
retrouvent Youssouf et ses frères. Mais après avoir entendu le nom de Youssouf, les frères ont
donné une réponse méchante à leur père qui est prophète : « «Par Dieu! Tu ne cesseras pas
d’évoquer Joseph, jusqu’à ce que tu t’épuises ou que tu sois parmi les morts» (S12-V85). Yaâqoub a
tellement pleuré pour ses fils, qu’il a perdu la vue.

Ils sont retournés auprès de Youssouf, humiliés, la tête baissée par la fatigue et la famine qu’ils
subissaient. Youssouf s’est alors souvenu de la promesse de Dieu, comme quoi il allait leur parler
de l’histoire du puits sans qu’ils ne s’en rendent compte. C’est alors que Youssouf leur a dit :

Association Salem – 74960 MEYTHET – Éducation islamique 2014/2015 – Page 6/7


Histoire du prophète Youssouf – Cours 2 – 14/01/2015

« Savez-vous ce que vous avez fait de Joseph et de son frère alors que vous étiez injustes ?». (S12-
V89).

Et c’est qu’ils se sont rendus compte que l’homme en face d’eux était Youssouf… ils lui
demandé si c’état bien lui et il leur a répondu : « Je suis Joseph, et voici mon frère Beyamin. Certes,
Dieu nous a favorisés. Quiconque craint et patiente, Dieu ne fait pas perdre la récompense des
bienfaisants». (S12-V90).

Ils se sont otus mis a pleuré par humilité et joie de s’être retrouvé. Et dans ce moment de
force, ce moment où Youssouf aurait pu leur demander réparations de ce qu’ils avaient de lui, il
leur a répondu avec miséricorde : « Rien de sera retenu contre vous aujourd’hui! Que Dieu vous
pardonne. C’est Lui Le plus Miséricordieux des miséricordieux ! » (S12-V90).

Youssouf, après avoir tout pardonné à ses frères, il leur a alors donné sa tunique pour la
mettre sur le visage de son père afin qu’il retrouve la vue et il leur a demandé de faire venir toute
sa famille en Égypte.

Les frères et Youssouf ont obéit et ils sont retournés auprès de Yaâqoub, qui a retrouvé la vue
grâce à l’odeur de Youssouf qui était sur la tunique. Ces fils se sont mis autour de lui e lui ont dit :
«Ô notre père, implore pour nous la rémission de nos péchés. Nous étions vraiment fautifs». (S12-
V87).

Yaâqoub a effectivement demandé pardon à Dieu pour ses fils, qui regrettaient ce qu’ils
avaient fait par le passé. Toute la famille s’est donc réunie pour rejoindre Youssouf en Égypte.

Youssouf a accueillit sa famille et le Coran nous raconte en détail ce qui s’est passé… :
« Lorsqu’ils s’introduisirent auprès de Youssouf, celui-ci accueillit ses père et mère, et leur dit:
«Entrez en Égypte, en toute sécurité, si Dieu le veut!» Et il éleva ses parents sur le trône, et tous
tombèrent devant lui, prosternés. Et il dit: «Ô mon père, voilà l’interprétation de mon rêve de jadis.
Dieu l’a bel et bien réalisé... Et Il m’a certainement fait du bien quand Il m’a fait sortir de prison et
qu’Il vous a fait venir de la du désert, après que le Diable ait suscité la discorde entre mes frères et
moi. Mon Seigneur est plein de douceur pour ce qu’Il veut. Et c’est Lui l’Omniscient, le Sage. Ô mon
Seigneur, Tu m’as donné du pouvoir et m’as enseigné l’interprétation des rêves. C’est Toi Le
Créateur des cieux et de la terre, Tu es mon patron, ici-bas et dans l’au-delà. Fais-moi mourir en
parfaite soumission et fais moi rejoindre les vertueux. » (S12-V99 à 101).

Association Salem – 74960 MEYTHET – Éducation islamique 2014/2015 – Page 7/7