Vous êtes sur la page 1sur 28

Monograph

Electrodes en potentiométrie
Dr. Christian Haider
Electrodes en potentiométrie

Dr. Christian Haider

Toutes les données contenues dans cette monographie ont été réunies avec la plus grande
précision possible; cependant certaines erreurs ne peuvent être totalement exclues. Veuillez
communiquer directement les remarques à ce propos à l’adresse citée ci-dessus..
Teachware
Metrohm AG
Oberdorfstrasse 68
CH – 9101 Herisau

Tous droits réservés, y compris de traduction.


Imprimé par Metrohm SA, CH-9101 Herisau, Suisse
8.015.5012 – 2004 –10
2 Monographie Metrohm
Electrodes en potentiométrie 3

Table des matières


1 Principe des mesures potentiométriques ..................................................................................5
2 Electrodes ioniques spécifiques ...............................................................................................7
2.1 Principes et aperçu .....................................................................................................7
2.2 Electrodes pH en verre..............................................................................................10
Des problèmes avec les électrodes en verre?............................................................12
Entretien des électrodes pH en verre .........................................................................13
2.3 Electrodes tensioactives ...........................................................................................14
Caractéristiques des différentes électrodes tensioactives .........................................14
3 Electrodes redox ....................................................................................................................15
Choix des électrodes redox.................................................................................................16
Entretien des électrodes redox............................................................................................16
Problèmes avec des électrodes redox? ..............................................................................16
4 Electrodes métalliques en Ag .................................................................................................17
Entretien des électrodes métalliques en Ag........................................................................17
5 Electrodes de référence .........................................................................................................18
Diaphragme (jonction liquide) .............................................................................................18
Des problèmes avec le diaphragme? .................................................................................19
Electrode à électrolyte intermédiaire (jonction double) ......................................................20
Tension de diffusion.............................................................................................................21
Systèmes de références ......................................................................................................21
6 Choisir quelle électrode? .......................................................................................................23
7 Littérature .............................................................................................................................23
8 Index .....................................................................................................................................24
4 Monographie Metrohm
Electrodes en potentiométrie 5

1 Principe des mesures potentiométriques


La potentiométrie est une technique d’analyse aux applications multiples, permettant des dé-
terminations rapides et faciles.
Les mesures potentiométriques se réalisent à l’aide d’une électrode indicatrice et d’une élec-
trode de référence. L’électrode indicatrice fournit une tension en fonction de la composition
de la solution à mesurer. L’électrode de référence a comme tâche de fournir une tension indé-
pendante de cette composition. La tension mesurée U est le total des tensions individuelles
fournies par l’électrode indicatrice et l’électrode de référence. La Fig. 1 représente ce procé-
dé schématiquement par l’exemple d’une électrode pH en verre avec une électrode de réfé-
rence séparée.

Electrode indicatrice (à gauche) et électrode


de référence (à droite).
La mesure de la tension est effectuée prati-
quement sans courant à l’aide d’un voltmè-
tre avec une entrée à haute impédance (pH-
Mètre).
U1: Tension superficielle de l’électrode indi-
catrice contre la solution à mesurer
U2: Tension superficielle du tampon intérieur
contre la membrane de verre
U3: Tension superficielle de l’électrode de ré-
férence interieure contre le tampon inté-
rieur
U4: Tension superficielle de l’électrode de ré-
férence
U5: Tension de diffusion au diaphragme
Fig. 1: Dispositif de mesure potentiométrique

Les tensions individuelles U2, U3 et U4 sont données par le type d’électrode utilisé. Elles sont
donc constantes pour un couple d’électrode précis. La tension de diffusion au diaphragme
U5 peut être maintenue plus ou moins constante et faible par des mesures adéquates (voir
page 21), de telle manière que la tension mesurée entre les deux électrodes ne dépende que
de la tension U1, la tension entre l’électrode indicatrice et la solution à mesurer. Cette tension
est déterminée par l’activité de l’ion à mesurer ai. Cette relation est décrite par l’équation de
Nernst:

(1)

U: Tension mesurée entre l’électrode indicatrice et zi: Charge de l’ion à mesurer i (y compris le signe)
l’électrode de référence F: Constante de Faraday (96’484.56 Cmol-1)
U0: Tension standard de la chaîne de mesure, dépend ai : Activité de l’ion à mesurer
de sa construction
UN: Pente Nernst
R: Constante de gaz (8.31441 JKK-1mol-1)
2.303 facteur de conversion du logarithme népérien au
T: Température absolue en K (T in °C + 273.15 K) logarithme décimale.
6 Monographie Metrohm

La pente Nernst UN indique la pente théorique de l’électrode. UN correspond à la variation de


la tension provoquée par la variation de ai d’un facteur de dix. Elle dépend de la température
et de la charge z de l’ion à mesurer. Elle est de 59.16 mV à 25 °C pour des ions monovalents
à charge positive (z = +1).
La Fig. 2 indique la tension pour différents ions à mesurer en tant que fonction de pai = -log
ai à 25 °C. La Table 1 donne des pentes Nernst en fonction de la température pour z = 1.

Température [°C] Pente Nernst [mV]


0 54.20
10 56.18
20 58.17
25 59.16
30 60.15
38 61.74
40 62.14
50 64.12
60 66.10
Fig. 2: Pentes Nernst pour des ions à mesurer différents 70 68.09
(25°C) 80 70.07
90 72.06

Table 1: Pentes Nernst pour des ions à mesurer positifs


(z = 1) en fonction de la température

Dans la pratique, on utilise très souvent, à la place de deux électrodes (une électrode indica-
trice et une électrode de référence) des électrode combinées. Dans ces électrodes, l’électro-
de indicatrice et l’électrode de référence sont contenues dans la même tige. Elles sont donc
plus facile à manier que deux électrodes séparées.
Néanmoins, une électrode de référence séparée est utilisée s’il n’existent pas d’électrodes
combinées pour une mesure spécifique, par exemple en cas d’électrodes tensioactives ou
pour les électrodes ioniques spécifiques (pour les ions à mesurer ≠ H+).
Electrodes en potentiométrie 7

2 Electrodes ioniques spécifiques


2.1 Principes et aperçu
Les électrodes ioniques spécifiques (EIS) possèdent un élément de mesure capable de dé-
tecter de manière sélective un ion précis dans un mélange d’ions. Les capteurs suivants sont
le plus souvent utilisés:
• Membranes de verre pour H+, Na+
• Membranes cristallines pour F-, Cl-, Brr-, I-, CN-, SCN-, S2-, Ag+, Cu2+, Cd2+, Pb2+
• Membranes polymères pour Na+, K+, Ca2+, NO3-, BF4-
L’électrode pH en verre est une excellente électrode ionique spécifique. En plus, son impor-
tance en pratique est majeure. Elle est donc traitée séparément en chap. 2.2.

La construction des électrodes ioniques spé-


cifiques est similaire aux électrodes pH en
Electrode de référence verre:
intérieur Une tension se crée à l’interface de la mem-
brane ionique spécifique / solution à mesu-
Tige d’électrode
rer, qui dépend de l’activité de l’ion à mesu-
rer dans la solution.
Au lieu d’une conduction solide, on utilise
aussi conduction liquide, par exemple en
cas de l’électrode spécifique au F-, les élec-
trodes à membrane polymère et les électro-
des en verre.
Conduction (solide)
Les électrodes sensibles au gaz - NH3, CO2
Membrane ionique etc. - sont, en principe, des électrodes pH,
spécifique (verre, immergées dans une solution. La séparation
cristalline, polymère) de cette solution intérieure et de la solution
à mesurer est effectuée par une membrane
perméable au gaz. Le gaz diffusé change la
Fig. 3: Construction des électrodes ioniques spécifi- valeur du pH de la solution intérieure, per-
ques mettant ainsi la mesure de la concentration
gazeuse.
L’équation de Nernst ne reflète que rarement de manière exacte la relation entre la tension
mesurée et l’activité de l’ion à mesurer. Très souvent, les électrodes ioniques spécifiques (ex-
cepté l’électrode pH en verre) répondent aussi à d’autres ions que l’ion à mesurer. L’influen-
ce des ces autres ions, appelés des ions perturbateurs, est décrite par l’équation Nikolskij. Il
s’agit d’un développement de l’équation Nernst tenant en compte la sélectivité de l’électrode
ionique spécifique:
(2)

ai:Activité de l’ion à mesurer zi:Charge de l’ion à mesurer i


aj:Activité des ions perturbateurs zj:Charge de l’ion perturbateur j
Kij:Constante de sélectivité
8 Monographie Metrohm

Pour la plupart des électrodes ioniques spécifiques, la valeur de Kij est 10-1 ... 10-5. Pour une
électrode idéale, la valeur de Kijj serait 0 pour tous les ions perturbateurs, dans le cas ou elle
réagirait uniquement sur l’ion à mesurer.
L’électrode pH en verre est l’électrode la plus sélective: Sa constante de sélectivité KH+/Na+ est
d’env. 10-13 (voir erreur d’alcalinité, page 11). Si on mesure un échantillon avec une activité
Na+ de 1 mol/L avec a(H+) = 10-12 mol/L (pH = 12) le résultat est
pH = - log(10-12 + 1 · 10-13) = 11.96 (3)
+
En d’autres termes, si l’activité de H est déterminée par la tension mesurée, l’erreur n’est
que de 10 %: a(H+) = 1.1 · 10-12 mol/L au lieu de 1.0 · 10-12.
La Table 2 indique plusieurs électrodes ioniques spécifiques avec leur gamme de mesure et
leurs ions perturbateurs. Si les ions perturbateurs agissent comme poison d’électrode (c.-à-
d. ils peuvent détruire l’électrode!) et doivent donc être absents, dans la table ils sont impri-
més en caractères gras. Des ions dont l’effet perturbateur ne se fait ressentir que lorsqu’ils
sont présents dans des concentrations plus importantes que l’ion à mesurer sont indiqués
entre parenthèses.
En mesurant la tension et en appliquant l’équation Nikolskij, on reçoit une information sur
l’activité de l’ion à mesurer dans l’échantillon. Le plus souvent, on s’intéresse à sa concentra-
tion. L’activité ai est en relation avec la concentration ci selon l’équation suivante:
ai = yi · ci (4)
La valeur yi représente le coefficient d’activité molaire. Il dépend de la force ionique de la so-
lution et n’est donc pas accessible facilement. Pour les solutions diluées, yi est 1, c’est-à-dire
l’activité de l’ion à mesurer est égale à sa concentration. Pour permettre l’accès à la concen-
tration ionique désirée par une simple mesure de la tension, on a développé des méthodes
d’analyse rendant superflue une connaissance exacte du coefficient d’activité: La force ioni-
que de la solution à mesurer est maintenue constante en ajoutant une solution d’un électro-
lyte inerte. La force ionique de cette solution est bien plus élevée que celle de l’échantillon
de manière que la force ionique de l’échantillon soit négligeable. Souvent, cette solution est
utilisée pour stabiliser la valeur pH et éliminer les ions perturbateurs en même temps. Ces so-
lutions sont appelées TISAB (Total lonic Strength Adjustment Buffer).
Electrodes en potentiométrie 9

Ion à mesurer Gamme de mesure Ions perturbateurs Exemples d’application


[mol/L]
Ag+ 1 · 10-7 ... 1 Hg2+, protéines non admises. Bains de fixation, minerais; titrages avec Ag+
BF4- 7 · 10-6 ... 1 Haloïdes, NO3-, SO42-, ClO4-, Tensioactifs, bains galvaniques, détermina-
F-, acétate tions de bore
Brr- 5 · 10-6 ... 1 Hg2+, I-, S2-, CN-, (NH3, Bains, pétrole, matières synthétiques, analy-
S2O32-) ses cliniques
Ca2+ 5 · 10-7 ... 1 Na+, Pb2+, Fe2+, Zn2+, Cu2+, Bière, sols, aliments, eaux, vin
Mg2+
Cd2+ 1 · 10-7 ... 10-1 Ag+, Hg2+, Cu2+, (Fe3+, Pb2+) Bains galvaniques, lubrifiants, eaux, boues,
sols
Cl- 5 · 10-5 ... 1 Hg2+, Brr-, I-, S2-, CN-, NH3, Eaux, aliments, boissons, matières synthéti-
S2O32- ques, produits pharmaceutiques, pesticides,
verres, papier
CN- 8 · 10-6 ... 10-2 S2-, substances complexan- Traitement de minerais, bains galvaniques,
tes Ag+, I-, (Cl-, Brr-) pétrole, eaux
Cu2+ 1 · 10-8 ... 10-1 Ag+, Hg2+, S2-, (Cl-, Brr-, I-, Minerais, bains galvaniques, eaux
Fe3+, Cd2+)
F- 1 · 10-6 ... sat. OH- Bains galvaniques et caustiques, engrais,
pesticides, aliments, produits pharmaceuti-
ques et cosmétiques, matières synthétiques
H+ 1 · 10-14 ... 1 Mesures et titrages pH
-
I 5 · 10-8 ... 1 Hg2+, S2-, CN- (Cl-, Brr-, S2O32- Produits pharmaceutiques et agricoles, ana-
) lyses cliniques
K+ 1 · 10-6 ... 1 Na+, NH4+, Cs+, H+ Sols, engrais, vin, liquides biologiques
+ -5
Na verre 1 · 10 ... 1 pH > (pNa+4), Li+, K+, Ag+ Eaux, liquides biologiques
Na+ polymère 1 · 10-6 ... 1 SCN-, acétate Eaux, liquides biologiques
NO3- 7 · 10-6 ... 1 Brr-, NO2-, Cl-, acétate Bains de décapage, sols, viande, matières
végétales, eaux
Pb2+ 1 · 10-6 ... 10-1 Ag+, Hg2+, Cu2+, (Fe3+, Bains galvaniques, eaux
Cd2+)
S2- 1 · 10-7 ... 1 Hg2+, protéines Papier, aliments, boissons, eaux
SCN- 5 · 10-6 ... 1 Brr-, I-, S2-, CN-, S2O32-, (Cl-) Eaux, bains galvaniques

Table 2: Electrode ioniques spécifiques, leur gamme de mesure et leurs ions perturbateurs

Les électrodes ioniques spécifiques sont utilisées en pratique


• pour indiquer des titrages. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de s’occuper ni de la force
ionique de la solution à mesurer ni du calibrage.
• pour des mesures avec addition de standard. Une première mesure de la tension est ef-
fectuée dans l’échantillon. Ensuite, on ajoute une quantité connue de l’ion à mesurer (le
standard) et détermine la tension. La variation de la tension permet de calculer la concen-
tration de l’ion à mesurer dans l’échantillon. Normalement on ajoute plusieurs incréments
standard.
• pour des mesures directes et calculs de la concentration selon une courbe d’étalonnage.
10 Monographie Metrohm

2.2 Electrodes pH en verre


Les électrodes pH en verre sont sensibles aux ions hydrogène, il s’agit donc d’une électrode
ioniques spécifique aux H+. L’élément de mesure ionique spécifique est une membrane en
verre de composition spéciale. Avant de pouvoir utiliser l’électrode, il faut tremper la membra-
ne en verre dans l’eau. Elle formera alors une mince couche gélatineuse d’env. 1000 Å = 10-
4
mm. Si la membrane est trempée dans l’eau à température ambiante, la formation de cette
couche prend 24 – 48 heures. Le processus est accéléré par l’augmentation de la tempéra-
ture pour certaines membranes en verre. Dans des milieux abrasifs, des solvants organiques
et des solutions avec du F-, la couche gélatineuse risque d’être endommagée.

Fig. 4: Représentation schématique de la couche gélati-


neuse d’une électrode en verre

Ci-après sont définis quelques termes utilisés en rapport avec les mesures du pH. Ils sont
rangés en ordre alphabétiques.

Calibrage pH
L’état de la chaîne de mesure pH est soumis à des variations temporaires. Il faut donc effec-
tuer un calibrage périodiquement conformément aux exigences, par exemple chaque jour.
Lors de ce calibrage pH, il s’agit de faire coïncider les caractéristiques de l’électrode sous
forme de pH0 et de la pente Nernst d’une part avec les caractéristiques du pH-Mètre d’autre
part (pH0 = 7.0 et srel = 1.000). La pente dépend de la température, voir page 6.

Un calibrage à 1 point corrige pH0. La pente est souvent indiquée en forme relative,
par ex. srel = 0.98 or 98 %
srel = UN(mesurée)/UN(nominale)

Fig. 5: Calibrage pH
Electrodes en potentiométrie 11

Pour le calibrage, on utilise des solutions tampon d’une valeur pH connue. Il faut remarquer
que la valeur pH de ces solutions tampon dépend de la température, voir Table 3. De plus, il
est recommandable que la température de mesure soit égale à la température de calibrage
pour des mesures précises.
Tampon
T [°C] pH 4.00 ± 0.02 pH 7.00 ± 0.02 pH 9.00 ± 0.02
10 3.99 7.06 9.13
20 3.99 7.02 9.04
25 4.00 7.00 9.00
30 4.00 6.99 8.96
38 4.02 6.98 8.91
40 4.02 6.98 8.90
50 4.04 6.97 8.84
60 4.07 6.97 8.79
70 4.11 6.98 8.74
80 4.15 7.00 8.71
90 4.20 7.01 8.68

Table 3: Valeurs pH des tampons Metrohm en fonction de la température

Erreur d’alcalinité
Dans des solutions à forte concentration alcaline, des erreurs peuvent être provoquées par le
fait que les ions alcalins (par ex. Na+) fournissent, en plus des ions hydrogène, une contribu-
tion à la tension (voir équation Nikolskij, page 7), simulant ainsi une valeur de pH trop petite.
L’erreur d’alcalinité dépend de la valeur du pH, de la température ainsi que du type et de la
concentration des ions alcalins présents. Les verres de pH modernes ne produisent que de
très faibles erreurs d’alcalinité.

Additionner ∆pH à la valeur pH mesurée. Valable


pour c(Na+) = 1.0 mol/L

Fig. 6: Erreur d’alcalinité et courbe de correction caractéristique pour des verres de pH différents
12 Monographie Metrohm

pH0, point zéro


Voir calibrage pH.
Tension asymétrique
Si l’électrode de verre est immergée dans une solution à mesurer identique au électrolyte de
référence, la tension superficielle à la membrane de verre devrait être égale à zéro. La dévia-
tion de quelques mV est appelée tension asymétrique.
La valeur pH de l’électrolyte de référence est normalement 7, c’est-à-dire que la tension me-
surée dans une solution de pH = 7 devrait être 0 mV pour une chaîne de mesure symétrique
(électrodes de référence intérieure et extérieure identiques).
Les termes anciens pour le point zéro d’une chaîne de mesure étaient «tension asymétrique,
Uas» et «pH asymétrique, pHas», voir Fig. 5.

Des problèmes avec les électrodes en verre?


Problème Cause possible Mesure à prendre
Affichage du pH-Mètre instable Tension de diffusion à l’électrode de Choisir l’électrolyte intermédiaire ou
référence instable un électrolyte de référence adéquat,
voir page 20 ou page 21
Mauvais contact Corriger la faute
Electrode non branchée ou câble dé- Corriger la faute
fectueux
Affichage du pH-Mètre réagit au tou- Electrode de référence n’est pas rem- Remplir d’électrolyte, libre de bul-
cher plie correctement les d’air
Electrode de référence remplie d’eau Vider l’eau et remplir avec l’électrolyte
de référence
Diaphragme bloqué Nettoyer le diaphragme, voir ci-des-
sous
Mesure dans une solution à faible Utiliser une électrode adéquate, voir
conductivité page 23, ajouter du sel conducteur
La valeur mesurée se stabilise len- Adsorptions sur la membrane de Entretenir la membrane de verre, voir
tement verre ci-dessous
Diaphragme encrassé Nettoyer le diaphragme, voir ci-des-
sous
Pente trop faible Diaphragme encrassé Nettoyer le diaphragme, voir ci-des-
sous
Adsorptions sur la membrane de Entretenir la membrane de verre, voir
verre ci-dessous
Membrane déshydratée après mesure Tremper l’électrode entre les mesures
dans des solutions non-aqueuses dans l’eau
Electrode usée Remplacer l’électrode
Mauvaises tampons Remplacer tampons
Indique la même valeur dans tampon Membrane de verre fissurée Remplacer l’électrode
pH 4 et 7
Fiche humide ou encrassée Sécher et nettoyer la fiche

Table 4: Troubleshooting pour les mesures avec les électrodes pH en verre


Electrodes en potentiométrie 13

Entretien des électrodes pH en verre


Stockage
• Electrodes en verre combinée:
Dans l’électrolyte de référence c(KCI) = 3 mol/L: Le stockage dans c(KCl) = 3 mol/L pen-
dant quelques temps peut causer des temps de réponse de plus en plus longs, car potas-
sium pénètre dans la membrane en verre. Si une électrode combinée est stockée dans de
l’eau il est possible que AgCI se précipite dans le diaphragme! Pour cela Metrohm vous
recommande la solution de conservation 6.2323.000. Grâce à sa composition optimisée le
temps de réponse de la membrane en verre reste conservée à long terme. Même après un
stockage pendant quelques temps l’électrode peut être utilisée ensuite de nouveau sans
conditionnement préalable du diaphragme.

Fig. 7: Mesure pH dans c(NaHCO3) = 0.05 mmol/L.

Electrodes avec un autre électrolyte de référence: L’électrode devrait être stockée dans l’élec-
trolyte de référence correspondant pour garantir que l’électrode est prête pour l’utilisation im-
médiate.
• Electrodes en verre séparées:
L’électrode doit être conservée dans de l’eau distillée.
Nettoyage du diaphragme
• Après les mesures en milieux faiblement chloruré (AgCI précipité dans le diaphragme à
diaphragme foncé): Placer l’électrode pendant 1 heure dans l’électrolyte de référence
(c(KCl) = 3 mol/L) à 50 – 60 °C ou la mettre dans du NH3 conc. Pendant la nuit, la rincer à
l’eau et renouveler l’électrolyte de référence.
• Après les mesures en milieux sulfuriques (Ag2S au diaphragme à diaphragme foncé): Pla-
cer l’électrode dans une solution de thiourée de 7 %, faiblement acide et fraîchement pré-
parée. La rincer ensuite à l’eau et renouveler l’électrolyte de référence.
• En cas de contaminations organiques: Vider l’électrode et tremper dans une solution ap-
propriée, puis rincer bien et renouveler l’électrolyte de référence.
Entretien de la membrane de verre
• Après les mesures en milieux non-aqueux: Tremper l’électrode dans l’eau entre les mesu-
res.
• Après les mesures en milieux albumineux: Immerger l’électrode pendant plusieurs
heures dans une solution de pepsine et acide chlorhydrique (5 % de pepsine dans
c(HCI) = 0.1 mol/L). Ensuite rincer à l’eau.
14 Monographie Metrohm

2.3 Electrodes tensioactives

Les électrodes tensioactives répondent à des agents tensioactif à l’aide d’un capteur ioni-
que spécifique (ionophore) aux agents tensioactifs. Pour la mesure des agents tensioactifs,
l’équation de Nernst n’est pas valable au sens exact. Les électrodes tensioactives ne convien-
nent donc pas pour les mesures directes des concentrations tensioactives. Par contre, elles
sont convenables dans les titrages tensioactifs potentiométriques.

Caractéristiques des différentes électrodes tensioactives


Stocker les électrodes à sec et les conditionner avec 1 – 3 prétitrages. Les Surfactrodes sont
tout de suite prêt à l’emploi sans prétitrages.
La table suivante donne une vue d’ensemble des électrodes tensioactives.
Electrode tensio- Application Incompatibilité Régénération
active
Ionic Surfactant Titrages des tensioac- • Hydrocarbures chlorés 30 minutes dans une solution
Cationic Surfactant tifs ioniques en mi- (par ex. CHCl3) de dodecylsulfate de sodium
Electrode à membrane lieux aqueux • Hydrocarbures (0.004 mol/L)
polymère (par ex. benzène, toluène)
• Huiles et formulations avec
de l’huile
• Solvants qui font gonfler le
PVC ou qui le dissolvent
Electrode NIO Titrages des tensioac- • Hydrocarbures chlorés 30 minutes dans une solution
Electrode à membrane tifs non-ioniques en (par ex. CHCl3) de tétraphenylborate de sodium
polymère milieux aqueux • Hydrocarbures (0.01 mol/L)
N’utiliser l’électrode (par ex. benzène, toluène)
que pour un seul type • Huiles et formulations avec
de tensioactif non-io- de l’huile
nique!
• Solvants qui font gonfler le
PVC ou qui le dissolvent
Surfactrode Refill Titrages en deux pha- • CHCl3; chloroforme peut être Remplir avec la pâte de capteur
Ionophore en pâte à ses sans CHCl3 remplacée par méthyliso-
remplir butylcétone ou n-hexane
Surfactrode Resistant Titrages en deux pha- • Les échantillons à haute • Rendre rugueuse la surface
Ionophore en graphite ses aussi avec CHCl3 salinité et basse teneur en active (par ex. avec du papier
tensioactifs (par ex. les de verre)
bains galvaniques), le pH • Placer l’électrode 1 h à 60 °C
doit être < 10 dans une étuve
• Traiter avec une solution de
polyéthylène glycol 1000 à 1 %

Table 5: Vue d’ensemble des électrodes tensioactives


Electrodes en potentiométrie 15

3 – Electrodes redox
Dans les mesures redox, l’électrode est chargée par échange d’électrons de la tension cor-
respondante à la charge électrochimique du système redox. Un tel échange d’électrons ne
se fait librement qu’en présence de systèmes redox réversibles.
La tension redox mesurée ne constitue pas une grandeur directement exprimant l’activité des
ions. Elle est plutôt un indicateur pour la position d’équilibre du couple redox correspondant.
Cette relation est décrite par l’équation de Peters:

(5)

U0, UN: Tension standard du couple redox ou la pente Nernst, respectivement


aox, ared: Activités de la forme oxydée ou réduite du couple redox

Les électrodes redox sont surtout utilisées pour indiquer les titrages redox. En cas de réac-
tions redox ou participent également des ions hydrogène, la tension redox dépend de plus
de la valeur pH, par exemple

(6)

L’équation de Peters correspondante est la suivante:

(7)

avec une pente Nernst UN = 1/5 · 59.16 mV = 11.83 mV à 25 °C.

Toutes les électrodes redox utilisées en pratique sont des conducteur d’électrons, par exem-
ple sous forme de métaux précieux, tels que Pt ou Au, ou des électrodes en carbone. Tou-
tefois ces électrodes ne sont pas totalement indifférente aux influences des ions. C’est ainsi
que les électrodes en Au réagissent avec les cyanures ou les chlorures (formant des comple-
xes stables avec Au+).
Souvent, les électrodes redox se comportent en fonction de leur utilisation antérieure (effet
mémoire). Elles ont tendance à former de minces couches d’oxydes, ce qui rend l’électrode
passive. Elle sera réactivée par une solution de quinhydrone, voir page 16.
Pour contrôler des électrodes en Pt ou en Au, on utilise des standards redox. Les valeurs de
la tension et du pH pour le standard redox de Metrohm sont indiquées dans la Table 6. Elles
sont valides pour des chaînes de mesure Metrohm combinées avec le système de référence
Ag/AgCI/c(KCI) = 3 mol/L.
10 °C 20 °C 25 °C 30 °C 40 °C 50 °C 60 °C 70 °C
U [mV] (± 5) + 265 + 250 + 243 + 236 + 221 + 207 + 183 + 178
pH (± 0.05) 7.06 7.02 7.00 6.99 6.98 6.97 6.97 6.98

Table 6: Valeurs mesurées pour le standard redox de Metrohm


16 Monographie Metrohm

Si des tensions redox sont à mettre en relation avec l’électrode hydrogène standard, on peut
calculer les valeurs absolues selon l’équation
Uabsolue = Umesurée + Usystème de référence (8)
Il faut additionner la tension du système de référence utilisé (voir table 9, page 22) à la ten-
sion mesurée en considérant le signe.

Choix des électrodes redox


Pour le choix judicieux de l’électrode redox, l’expérience est un facteur important. En effet,
il n’est pas possible de formuler des règles générales. Néanmoins, nous donnons ci-après
quelques indications pour le choix de l’électrode redox:
• On utilise le plus souvent des électrodes en Pt.
• Cependant, des électrodes en Au sont pour certains cas supérieures aux électrodes en Pt,
par ex. pour les diazotations, pour l’oxydation de cyanures et pour des réactions redox ef-
fectuées dans la gamme de pH alcaline.
• La forme de l’électrode joue également un certain rôle. Les électrodes à anneau (coif-
fe) métallique disposent d’une surface plus importante que des fils. Ces électrodes se-
ront donc préférées pour des échantillons hétérogènes (précipitations) ou si la surface de
l’électrode est fortement désactivée ou passivée en cours d’analyse.
• Les électrodes à pointe enfichable en métal massif ont une duré de vie presque illimitée.
Elles peuvent être nettoyées à la flamme. De telles électrodes sont utilisées pour des ana-
lyses dans des solutions très salissantes ou agressives.

Entretien des électrodes redox


Stockage
• Titrode Pt et Au: dans l’eau distillée
• Electrodes combinées en Pt et en Au: dans l’électrolyte de référence, c(KCI) = 3 mol/L
• Electrodes séparées: à sec

Problèmes avec des électrodes redox?


• Si l’électrode montre un «démarrage» sa surface peut être désactivée. L’immerger dans
une solution de 0.5 g de quinhydrone dans 50 mL de tampon d’un pH = 4. La rincer en-
suite à l’eau.
Ou:
• Brancher l’électrode dégraissée au pôle négatif d’une source de courant continu (par ex.
une pile). Relier le pôle positif à une électrode inerte et faire l’électrolyse à 10 mA pendant
env. 3 minutes dans du H2SO4 dilué.
• Si la surface métallique est encrassée, nettoyer l’électrode à l’aide d’une poudre à récurer.
Rincer ensuite à l’eau. Les électrodes à pointe enfichable en métal massif peuvent être net-
toyer à la flamme.
• En cas de difficultés avec des électrodes combinées, il est en plus nécessaire d’examiner
le diaphragme, voir page 13.
Electrodes en potentiométrie 17

4 – Electrodes métalliques en Ag
Les électrodes métalliques en Ag sont utilisées surtout pour des titrages de précipitation avec
Ag+ (par ex. titrage de Cl- avec Ag+). L’équation de Nernst qui s’y applique est la suivante:

(9)

U0: Tension standard de la chaîne de mesure


UN: Pente Nernst
aAg+: Activité des ions d’argent

Le dépôt de sels d’argent doit être éliminer périodiquement de la surface de l’électrode. Il est
toutefois plus simple d’éviter ces dépôts nocifs en ajoutant de l’alcool polyvinylique; il suffit
alors de rincer la surface métallique à l’eau. Les alcools polyvinyliques sont en vente chez les
fabricants de produits chimiques.
Parfois, on utilise pour des titrages à l’Ag+ des électrodes en Ag recouvertes d’une couche
de AgCI, AgBr, Agl ou Ag2S. La réponse de telles électrodes est plus rapide et stable. Nous
recommandons des électrodes à couche de Ag2S pour les applications suivantes:
• Titrage des sulfures et des mercaptans
• Titrage des cyanures
• Titrage des chlorures dans des solutions à haute force ionique
• En cas de concentrations basses

Entretien des électrodes métalliques en Ag


Stockage
• Titrode Ag: dans l’eau distillée
• Electrodes combinées: dans l’électrolyte de référence, c(KNO3) = sat.
• Electrodes séparées: à sec

Nettoyage
• Nettoyer l’électrode à l’aide d’une poudre à récurer. Rincer ensuite à l’eau. Seulement
pour des électrodes sans couche de sel Ag!

Remplissage de l’électrolyte de référence pour les électrodes combinées


• Ne remplir qu’avec de la solution KNO3, veiller l’inscription sur la tête d’électrode, ne jamais
utiliser du KCI!
• Si l’on constate des cristaux de KNO3 dans le système de référence, rincer à l’eau et renou-
veler avec l’électrolyte de référence.

En cas de difficultés avec des électrodes combinées, il est en plus nécessaire d’examiner le
diaphragme, voir page 13.
18 Monographie Metrohm

5 – Electrodes de référence
L’électrode de référence a comme tâche de fournir une tension constante et indépendante
de la composition de la solution à mesurer. Ce but est généralement atteint par une électro-
de du deuxième type: Elle contient un conducteur métallique qui est en contact avec un sel
de son métal peu soluble et une solution d’une composition constante, l’électrolyte de réfé-
rence. L’ensemble du conducteur métallique, de son sel et l’électrolyte de référence forme
le système de référence. Le système de référence Ag/AgCl comprend le fil d’Ag, du sel AgCl
peu soluble et un électrolyte contentant du chlorure, par ex. c(KCl) = 3 mol/L. La Fig. 8 mon-
tre le système de référence Ag/AgCl/c(KCl) = 3 mol/L.

Fig. 8: Système de référence Ag/AgCl. Construction traditionnelle (à gauche) et système Long Life (LL; à droite)

Les électrodes LL causent moins de problèmes avec le chlorure d’argent précipité peu so-
luble dans le diaphragme que les électrodes de référence conventionnelles, car le chlorure
d’argent est retenu par la barrière de diffusion dans la cartouche.
L’électrolyte de référence est mis en contact avec la solution à mesurer de telle manière qu’il
n’y mélange pas librement. Ce contact de deux liquides (jonction liquide) peut être réalisé
par un diaphragme.

Diaphragme (jonction liquide)


Le diaphragme permet une diffusion lente et constante de l’électrolyte de référence dans
l’échantillon. Normalement, on utilise des diaphragmes en céramique. Toutefois, un diaphrag-
me rodé, une capillaire en verre ou une perforation peut être avantageux selon l’application
spécifique. La Table 7 donne des types de diaphragme différents et leurs applications.
Electrodes en potentiométrie 19

Diaphragme Ecoulement pour c(KCl) = Application


3 mol/L à 25 °C
Tige en céramique: 3 ... 25 μL/h Pour les solutions claires, aqueuses à con-
Remplissage rare de l’électrolyte. ductivité > 10 μS/cm
Particulière pour les mesures de longue
duré (ne pas dans des solutions fortement
alcalines)
Rodage séparable: 20 ... 100 μL/h selon pression Pour des milieux non-aqueux et pauvre en
Tension de diffusion faible et cons- de serrage ions (conductivité < 10 μS/cm)
tante. Nettoyage facile, moindre ris-
que de blocage.
Egalement pour des solutions con-
centrée ou fortement contaminatrices
(nettoyage facile)
Rodage fixe: 5 ... 20 μL/h Pour les mesures du pH dans les milieux
Tension de diffusion faible et cons- pauvre en ions et à faible conductivité (par
tante. ex. Aquatrode) ou dans des solutions for-
tement contaminatrices comme des sus-
pensions, émulsions (par ex. Unitrode)
Capillaire: 15 ... 25 μL/h Pour les mesures du pH dans les milieux
La surface de contact est renouvelée Porolyte gélatineux comme difficiles, par ex. des échantillons albumi-
par l’écoulement de l’électrolyte de électrolyte neux ou des solutions concentrées et for-
référence gélatineux. tement contaminatrices (par ex. Porotrode)
Perforation: --- Pour les mesures du pH dans des échan-
Pas de remplissage de l’électrolyte de Electrolyte de polymère solide tillons semi-solides et problématiques (par
référence. ex. fromages, viandes, fruits)

Table 7: Diaphragmes différents et leurs applications

Des problèmes avec le diaphragme?


Des diaphragmes contaminés sont les plus fréquentes causes de pannes en effectuant des
mesures potentiométriques. Les diaphragmes peuvent être bloqués par des sels du système
de référence Ag/AgCl qui ne sont que peu soluble:
• AgCl est plus soluble dans des solutions qui contiennent du chlorure que dans les solu-
tions sans chlorure: Les complexes AgCl32- et AgCl43- sont solubles. Dans des milieux pau-
vre en chlorure, AgCl peut se précipiter dans le diaphragme.
• Les sels suivants d’Ag+ forment des précipitations qui sont peu soluble: AgBr, AgI, AgCN
et surtout Ag2S. Le sulfure se trouve dans beaucoup de substances organiques (par ex.
protéines).
En cas de réactions des ions de l’électrolyte de référence avec la solution à mesurer, des pré-
cipitations peuvent aussi bloquer le diaphragme. Pour les solutions aqueuses de KCl comme
électrolyte de référence les ions suivants de la solution à mesurer peuvent provoquer des
perturbations:
• ClO4-: KCIO4 est peu soluble
• Hg22+, Ag+, Pb2+, Cu+: forment des sels de chlorure peu solubles
Si on a souvent des problèmes avec un diaphragme bloqué, on devrait considérer un autre
type de diaphragme (voir ci-dessus) et/ou un autre électrolyte de référence ou un électrolyte
intermédiaire.
20 Monographie Metrohm

Pour des mesures à basses températures, il faut tenir compte que généralement la solubilité
des sels diminue avec la diminution de la température. A température réduite, les sels d’un
électrolyte concentré pourraient donc cristalliser. Utiliser de préférence des électrolytes de
faible concentration, par ex. c(KCI) = 1.5 mol/L au lieu de c(KCI) = sat. ou 3 mol/L.

Electrode à électrolyte intermédiaire (jonction double)


Si la solution à mesurer contient des ions incompatibles avec l’électrolyte de référence on
choisit une électrode avec un électrolyte intermédiaire, c’est-à-dire un électrolyte entre la so-
lution à mesurer et l’électrolyte de référence. L’électrolyte intermédiaire permet de s’adapter
librement à la solution à mesurer. Il ne doit qu’être compatible à l’électrolyte intérieur, c’est-à-
dire ne pas provoquer des réactions (par ex. des précipitations). Les électrodes avec un élec-
trolyte intermédiaire sont appelées électrodes à jonction double, voir Fig. 9.

Fig. 9: Electrode de référence Ag/AgCl à jonction double avec diaphragme rodé

Dans le cas de systèmes non-aqueux, choisir tant comme électrolyte de référence que com-
me électrolyte intermédiaire des solutions non-aqueuses. On évitera ainsi des contacts de
phases aqueuses/non-aqueuses qui pourraient faire cristalliser des sels solubles seulement
dans des milieux aqueux. Un électrolyte de référence approprié serait par ex. LiCI en étha-
nol.
Electrodes en potentiométrie 21

Tension de diffusion
A l’endroit où l’électrolyte de référence et la solution à mesurer sont en contact, il se produit
une tension de diffusion causée par la mobilité différente des anions et des cations. En effet,
si l’électrolyte de référence contient des anions et des cations d’une mobilité différente, leur
vitesse de diffusion à travers le diaphragme n’est pas la même. Il se produit au diaphragme
une séparation de charge et donc une tension, la tension de diffusion. Elle est fonction du
type et de la concentration des ions participants ainsi que de la température.
La contribution de la tension de diffusion à la tension mesurée devrait être aussi faible et
constante que possible, ce qui peut être obtenu par les dispositions suivantes:
• Choisir des électrolytes de référence concentrés, dans lesquels la mobilité est sensible-
ment la même pour les anions et pour les cations, tels que KCI, KNO3. La Table 8 donne la
mobilité de quelques ions.
• Tenir constante la vitesse d’agitation au cours de la mesure.
• Le diaphragme est propre et du type optimal.

Cation I+ [cm2Ω-1mol-1] Anion I– [cm2Ω-1mol-1]


+ -
H 349.8 OH 199.1
Li+ 38.6 F- 55.4
Na+ 50.1 Cl- 76.35
K+ 73.5 NO3- 71.46
+
NH4 73.5 ClO4- 67.3
NMe4+ 44.9 CH3COO- 40.9

Table 8: Valeurs limite de la mobilité des ions I dans une solution aqueuses (25 °C)

Systèmes de références
Puisque chaque chaîne de mesure est constituée d’une électrode indicatrice et d’une élec-
trode de référence, la tension du système de référence s’additionne à la tension mesurée.
Lors d’un changement du système de référence, la nouvelle tension de la chaîne de mesure
Unouv se calcule comme suit:

Unouv = Uanc + Uréf.anc + Uréf.nouv (10)

Dans la pratique, on utilise le plus souvent des systèmes de référence Ag/AgCl. Autrefois, on
utilisait aussi le système de référence calomel. A cause de sa teneur en mercure on ne l’uti-
lise que rarement aujourd’hui.
La Table 9 indique quelques exemples de systèmes de référence et leur tension contre l’élec-
trode hydrogène.
22 Monographie Metrohm

Système de référence U [mV]


15 °C 20 °C 25 °C 40 °C 60 °C 80 °C
Chlorure d’argent:
Ag/AgCl/c(KCl) = sat. +207 +202 +197 +181 +160 +138
Ag/AgCl/c(KCl) = 3 mol/L +214 +211 +207 +195 +178 +160
Ag/AgCl/c(LiCl) = sat. en Ethanol +170 +164 +143
Ag/AgCl/c(LiCl) = 2 mol/L en Ethanol +157
Ag/AgCl/c(KNO3) = sat. +467

Table 9: Systèmes de référence et leurs tensions vs. l’électrode hydrogène

A part des systèmes de référence mentionnés ci-dessus, on peut utiliser n’importe quelle
électrode comme référence, à condition qu’elle fournisse une tension indépendante de la
composition de la solution à mesurer. Les Titrodes Ag pour les titrages de précipitation avec
Ag+, les Titrodes Pt et Au pour les titrages redox profitent de ce fait. L’électrode pH est utili-
sée en tant qu’électrode de référence. Une des conditions pour son emploi est la constance
de la valeur pH au cours du titrage (les titrages à Ag+ sont normalement effectués à pH très
bas, les titrages redox soit à pH très bas ou très haut). Ce dispositif de mesure ne possède
pas de diaphragme. On évite ainsi les problèmes de diaphragmes bloqués ou encrassés et
le remplissage de l’électrolyte de référence.

A cause de sa haute impédance (une centai-


ne de MΩ!), l’électrode pH doit être branchée
à l’entrée à haute impédance, c’est-à-dire là
où normalement on branche l’électrode indi-
catrice, alors que l’électrode indicatrice pro-
prement dite est à connecter à l’entrée à bas-
se impédance (par ex. l’électrode Ag). Cela
veut dire que la courbe de titrage se déroule
en sens inverse, voir Fig. 11.
Fig. 10: Titrode avec anneau métallique comme élec-
trode indicatrice et électrode pH en verre com-
me référence. (En cas spéciaux, on utilise les
Titrodes aussi en tant qu’électrode pH.)

Fig. 11: Titrage de Cl- avec Ag+


Electrodes en potentiométrie 23

6 – Choisir quelle électrode?


La table suivante donne une vue d’ensemble des exigences des applications et les électro-
des appropriées.
Mesure Description Electrode
Solutions aqueuses claires à conductivité
Solitrode LL comb.
> 10 μS/cm
Milieux aqueux, pauvres en ions par ex. eau Aquatrode Plus
de pluie, eau d’alimentation de chaudière
Milieux fortement contaminateurs, par ex. Unitrode LL comb.
suspensions, émulsions
Milieux problématiques, par ex. échantillons Viscotrode LL comb.
Mesures et titrages du pH albumineux, suspensions, émulsions Porotrode LL comb.
Solutions avec du HF et/ou milieux forte- Electrode antimoine LL comb.
ment hygroscopiques (pH 2 ... 11)
Milieux non-aqueux (titrage) Solvotrode LL comb.
Milieux non-aqueux à haute impédance Electrode en verre + électrode de
référence à jonction double avec
écran+ électrode auxiliaire. Amplifi-
cateur différentiel
Titrode Ag (éventuel recouverte de
Titrages avec Ag+
sel d’Ag), voir page 17
Mesures de tension Electrode LL comb. Pt ou Au, voir
Redox page 16
Titrages Titrode Pt ou Au, voir page 16
Mesures directes et titrages complexomé- Electrode ionique spécifique corres-
EIS triques pondante + Electrode de référence à
jonction double «LL ISE Reference»
Surfactants Titrages des agents tensioactifs Electrode tensioactive, voir page 17

Table 10: Choix de l’électrode

7 – Littérature
• Metrohm «Catalogue d’électrodes» Vue d’ensemble sur les électrodes ioni-
Catalogue avec introduction théorique ques spécifiques
d’électrodes • Monographie Metrohm «Analyse des
• H. Galster, pH-Messung, VCH Verlagsge- ions de A à Z»
sellschaft, Weinheim, 1991 Index des Bulletins d’Application de
Introduction dans la mesure du pH Metrohm (substances et méthodes en or-
• K. Cammann, Working with ion-selective dre alphabétique)
electrodes, Springer-Verlag, Berlin, 1979 • www.metrohm.com, Applications: Appli-
Œuvre standard qui décrit les électrodes cation Notes
ioniques spécifiques • U. Tinner, Monographie Metrohm
• P.L. Bailey, Analysis with ion-selective elec- «La technique des titrages» Introduction
trodes, Heyden, London, 2nd Edition, 1980 brève dans la technique des titrages
24 Monographie Metrohm

8 – Index
A J
Activité..........................................................7 Jonction liquide..........................................18
Aquatrode Plus ..........................................23
P
C
Pente de l‘électrode ................................6,10
Calibrage pH ..............................................10 Pente Nernst ................................................6
Choisir l‘électrode ......................................23 pH asymétrique..........................................12
pH0..............................................................12
D
Porotrode ...................................................23
Diaphragme ...............................................18
S
Nettoyage..............................................13
Dispositif de mesure sans diaphragme.....22 Solitrode.....................................................23
Solvotrode..................................................23
E
Système de référence Long Life................18
Electrode à jonction double.......................20
T
Electrode antimoine ...................................23
Electrode de référence ..........................5, 18 Tension asymétrique ..................................12
Electrode de référence d‘Ag/AgCl.......18, 22 Tension de diffusion ...............................5, 21
Electrode indicatrice ....................................5 TISAB ...........................................................8
Electrode pH en verre................................10 Titrage argentométrique ............................17
Entretien................................................13 Titrage de précipitation d‘Ag .....................17
Problèmes.............................................12 Titrode ........................................................23
Electrode redox..........................................15
U
Entretien................................................16
Passivation .................................................15 Unitrode......................................................23
Problèmes.............................................16
V
Electrodes ioniques spécifiques..................7
Electrodes métalliques en Ag ....................17 Viscotrode ..................................................23
Entretien................................................17
Electrodes tensioactives ............................14
Electrode Cationic Surfactant...............14
Electrode Ionic Surfactant ....................14
Electrode NIO .......................................14
Electrolyte intermédiaire ............................20
Entretien
Electrode pH en verre...........................13
Electrode redox ....................................16
Electrodes métalliques en Ag...............17
Equation
Nernst......................................................5
Nikolskij...................................................7
Peters ....................................................15
Erreur d‘alcalinité .......................................11