Vous êtes sur la page 1sur 220

810006

● ●
DCG
● ●

SESSION 2008

UE6 - FINANCE D’ENTREPRISE


Durée de l’épreuve : 3 heures - coefficient : 1
Document autorisé :
Liste des comptes du plan comptable général, à l’exclusion de toute autre information.
Matériel autorisé :
Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans aucun moyen de
transmission, à l’exclusion de tout autre élément matériel ou documentaire (circulaire n° 99-186 du
16/11/99 ; BOEN n° 42).
Document remis au candidat :
Le sujet comporte 11 pages numérotées de 1 à 11, dont 2 annexes à rendre notées A, B.
Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.
Le sujet se présente sous la forme de 3 dossiers indépendants
Page de garde ................................................................................................................................................ page 1
Présentation du sujet ................................................................................................................................... page 2
DOSSIER 1 : Diagnostic financier ................................ (11,5 points) ....................................................... page 2
DOSSIER 2 : Plan de financement ................................ (5,5 points) ......................................................... page 3
DOSSIER 3 : Le marché obligataire ............................. (3 points) ............................................................ page 4
________________________________________________________________________________________________
Le sujet comporte les annexes suivantes
DOSSIER 1
Annexe 1 : Bilan au 31 décembre 2007 .............................................................................................................page 5
Annexe 2 : Compte de résultat de l’exercice 2007 .......................................................................................... page 6
Annexe 3 : Bilans fonctionnels des exercices 2004 à 2007…………..……... .................................................page 7
Annexe 4 : Tableaux de financement des exercices 2005 à 2007 .....................................................................page 8
Annexe 5 : Informations complémentaires relatives à la société SATIM.........................................................page 9

Annexe A : Tableau des soldes intermédiaires de gestion(à rendre avec la copie) .................................page 10
Annexe B : Tableau simplifié de flux (à rendre avec la copie) ................................................................. page 11

DOSSIER 2
Annexe 6 : Projet d'investissement et financement… .......................................................................................page 9
DOSSIER 3
Annexe 7 : Emprunt obligataire du Crédit Agricole ........................................................................................ page 9

NOTA : - les annexes A et B doivent obligatoirement être rendues avec la copie ;


- les chiffres des documents présentés entre parenthèses « ( ) » sont négatifs.

AVERTISSEMENT
Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes, vous conduit à formuler une ou plusieurs hypothèses,
il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie.

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 1/11


SUJET

Il vous est demandé d’apporter un soin particulier à la présentation de votre copie.


Toute information calculée devra être justifiée.
Les écritures comptables devront comporter les numéros et les noms des comptes et un libellé.

La SATIM (Société Anonyme des Technologies de l'Imagerie Micro - Ondes) est spécialisée dans la
conception, la fabrication et la commercialisation de systèmes multi - capteurs à balayage électronique
destinés à visualiser en temps réel des champs d'ondes électromagnétiques. Les produits de l’entreprise
sont utilisés dans les domaines des radiocommunications, de l'automobile, de l'aéronautique et de la
défense.

L'activité s'organise essentiellement autour de la vente de systèmes de mesure et de développement de


logiciels associés.

La SATIM s’inscrit dans une dynamique de croissance forte en imposant progressivement sa technologie
à des marchés de plus en plus réceptifs à l’apport de son savoir faire.

M. Barrot, responsable de la société vous confie 3 dossiers indépendants.

DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

Première partie - Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude

M. Barrot souhaite étudier l’évolution de l’activité et de la trésorerie d’exploitation de son entreprise:

A l’aide des annexes 1 à 5 :


Travail à faire

1. Calculer les soldes intermédiaires de gestion à l’aide de l’annexe A (à rendre avec la copie).

2. Indiquer les principaux retraitements des soldes intermédiaires de gestion préconisés par la
Centrale des Bilans de la Banque de France. Préciser la justification de chacun d’entre eux.

3. Définir la notion d’Excédent de Trésorerie d’Exploitation (ETE). Préciser l’intérêt de cet


indicateur pour la gestion.

4. Indiquer de quelle façon l’Excédent de trésorerie d’Exploitation se différencie de l’Excédent Brut


d’Exploitation (EBE) ?

5. Calculer l’Excédent de trésorerie d’exploitation pour les exercices 2006 et 2007. Indiquer si son
évolution traduit un effet de ciseaux. Justifier votre réponse.

M. Barrot a pris connaissance de votre étude sur l’activité et la trésorerie d’exploitation. Satisfait de votre
travail, il voudrait l’étendre à l’ensemble de la trésorerie. Il souhaite que vous complétiez le tableau de
flux simplifié qui n’a pu être terminé par votre prédécesseur pour l’année 2007.

1. Compléter le tableau de flux simplifié (annexe B à rendre avec la copie) sachant que les valeurs
mobilières de placement sont assimilées aux disponibilités et que les intérêts courus sont
retraités.

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 2/11


Deuxième partie - Présentation du diagnostic financier

Pour terminer votre étude, M. Barrot souhaite disposer d’un diagnostic financier sur la situation de son
entreprise. Pour répondre à sa demande, vous vous appuierez sur les résultats obtenus précédemment ainsi
que sur l’ensemble des documents et informations complémentaires mis à votre disposition.

Travail à faire

1. Rappeler la finalité d’un diagnostic financier.

2. Présenter le diagnostic financier de la société SATIM, notamment :


a. l’analyse de l’activité et des résultats
b. l’équilibre financier du bilan
c. l’endettement financier
d. l’évolution de la trésorerie

3. Quels autres domaines aurait-on pu également aborder dans le cadre d’un diagnostic financier ?

DOSSIER 2 - PLAN DE FINANCEMENT

Monsieur Barrot envisage de réaliser un nouveau processus de production dans le domaine des radios -
communications au début 2008.

A l’aide de l’annexe 6 :

Travail à faire

1. Citer les objectifs du plan de financement.

2. Pour les années 2008 à 2010, présenter le plan de financement de ce projet sans tenir compte des
financements externes.

3. Présenter le plan de remboursement de l’emprunt destiné au financement de l’investissement :


mentionner la dette de début de période; les charges d’intérêts ; les remboursements ainsi que
l’annuité constante pour chaque période dans un même tableau (arrondir les calculs à l’euro le
plus proche).

4. Ajuster le plan de financement en prenant en compte les moyens de financement externes de


l’investissement.

5. Commenter les résultats obtenus.

6. D’une manière générale, quelles raisons peuvent pousser un dirigeant à privilégier l’emprunt
comme mode de financement externe des investissements ?

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 3/11


DOSSIER 3 - LE MARCHÉ OBLIGATAIRE

Devant la baisse des marchés financiers consécutive à la remontée des taux long terme, Monsieur Barrot
émet le vœu de transférer une partie des VMP de son entreprise du marché des actions au marché
obligataire car il le considère comme moins risqué. Il a particulièrement remarqué un emprunt Crédit
Agricole à remboursement in fine et au pair. Il vous pose certaines questions à son sujet.

A l’aide de l’annexe 7 :

Travail à faire

1. Vérifier le montant du coupon couru.

2. Indiquer le prix payé pour une obligation ce jour.

A la date du 1er avril 2008, immédiatement après le versement du coupon, le cours de l’obligation s’élève
à 97,06.

3. Comment peut-on expliquer la variation du cours ?

4. Calculer au taux de 6 % la valeur théorique de marché d'une obligation. Conclure.

5. Indiquer ce que représente le taux de 6%.

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 4/11


Annexe 1 - Bilan de l'entreprise SATIM
Amortissements Amortissements
ACTIF Brut 2007 Brut 2006 PASSIF (avant répartition) 2007 2006
et dépréciations et dépréciations
Capital souscrit non appelé TOTAL 0 Capital (dont versé 2100000) 2 100 000 1 800 000
Immobilisations incorporelles Primes d'émission, de fusion, d'apport 136 200 126 200
Frais d'établissement Ecarts de réévaluation
Frais de recherche et développement C P Ecart d'équivalence
Concessions, brevets, licences. Marques, procédés, logiciels, A R Réserves :
A Fonds commercial P O Réserve légale 131 590 98 490
C Autres immobilisations incorporelles I P Réserves statutaires ou contractuelles 726 310 397 410
T Immobilisations incorporelles en cours T R Réserves réglementées
I Avances et acomptes A E Autres
F Immobilisations corporelles U S Report à nouveau
Terrains 3 214 930 - 3 214 930 3 214 930 - 3 214 930 X Résultat de l'exercice (bénéfice ou perte) 753 890 662 000
I Constructions 4 000 000 1 898 550 2 101 450 4 450 000 2 570 550 1 879 450 Subventions d'investissement
M Installations techniques. matériel et outillage industriels 737 200 537 200 200 000 737 200 717 200 20 000 Provisions réglementées 350 500 350 000
M Autres immobilisations corporelles 361 250 61 250 300 000 661 250 39 250 622 000 TOTAL I 4 198 490 3 434 100
O Immobilisations corporelles en cours
B Avances et acomptes Autres Produit des émissions de titres participatifs
I Immobilisations financières fonds Avances conditionnées
L Participations évaluées par équivalence propres TOTAL I bis - -
I Autres participations

S Créances rattachées à des participations Provisions Provisions pour risques 130 000 120 000
E Titres immobilisés de l'activité de portefeuille Provisions pour charges
Autres titres immobilisés TOTAL II 130 000 120 000
Préts
Autres immobilisations financières 100 000 25 000 75 000 100 000 15 000 85 000 Dettes financières
TOTAL I 8 413 380 2 522 000 5 891 380 9 163 380 3 342 000 5 821 380 Emprunts obligataires convertibles
Stocks et en-cours Autres emprunts obligataires
A Matières premières et autres approvisionnements 200 000 - 200 000 221 520 - 221 520 Emprunts et dettes auprés des ètablissements de crèdit (1) 2 856 000 3 456 000
C En-cours de production (biens et services) D Emprunts et dettes financières divers
T Produits intermèdiaires et finis 232 500 50 000 182 500 194 260 50 000 144 260 E Avances et acomptes reçus sur commandes en cours
I Marchandises T Dettes d'exploitation
F Avances et acomptes versés sur commandes T Dettes foumisseurs et Comptes rattachés 213 200 190 000
Créances d'exploitation E Dettes fiscales et sociales 10 080 8 280
C Créances Clients et Comptes rattachés 656 960 130 460 526 500 427 000 85 000 342 000 S Autres dettes d'exploitation
I Autres créances d'exploitation Dettes diverses
R Créances diverses 420 000 - 420 000 270 000 - 270 000 Dettes sur immobilisations et Comptes rattachés 233 200 170 000
C Capital souscrit - appelé, non versé 20 000 - 20 000 - - - Dettes fiscales (impôts sur les bènéfices) 250 000 225 000
U Valeurs mobilières de placement Autres dettes diverses
L Actions propres Instruments de trésorerie
A Autres titres 655 000 25 000 630 000 584 220 30 000 554 220 Produits constatés d'avance
N Instruments de trésorerie TOTAL III 3 562 480 4 049 280
T Disponibilités 20 590 - 20 590 250 000 - 250 000
Charges constatées d'avance Ecarts de conversion Passif
TOTAL II 2 205 050 205 460 1 999 590 1 947 000 165 000 1 782 000 TOTALGENERAL 7 890 970 7 603 380
Charges à répartir sur plusieurs exercices
Primes de remboursement des emprunts
Ecarts de conversion Actif (1) Dont concours bancaires courants et soldes crèditeurs de banques 200 000 -
TOTAL GENERAL 10 618 430 2 727 460 7 890 970 11 110 380 3 507 000 7 603 380

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 5/11


Annexe 2 - Compte de résultat de l'entreprise SATIM
Exercice 2007 Exercice 2006 Exercice 2007 Exercice 2006
CHARGES (hors taxes) Totaux Totaux PRODUITS (hors taxes) Totaux Totaux
partiels partiels partiels partiels
Charges d'exploitation Produits d'exploitation
Coût d'achat des marchandises vendues dans l'exercice - - Ventes de marchandises - -
° Achats de marchandises - - Production vendue 4 362 000 3 929 500
° Variation des stocks de marchandises - - Ventes 4 362 000
Consommations de l'exercice en provenance des tiers 1 413 520 1 216 560 Travaux -
° Achats stockés d'approvisionnements 650 000 585 000 Prestations de services -
- matières premières - Montant net du chiffre d'affaires 4 362 000 3 929 500
- autres approvisionnements 650 000 dont à l'exportation…………….
° Variation des stocks d'approvisionnements 21 520 (36 240) Production stockée 38 240 (35 460)
° Achats de sous-traitance - - En-cours de production de biens -
° Achats non stockés de matières et fournitures - - En-cours de production de services -
° Services extérieurs : 742 000 667 800 Produits 38 240
- personnel extérieur - Production immobilisée - -
- loyers en crédit bail 170 000 Subventions d'exploitation - -
- autres 572 000 Reprises sur dépréciations, provisions (et amortissements) 540 600
Impôts, taxes et versements assimilés 141 400 127 260 Transfert de charges - -
Sur rémunérations 130 000 117 000 Autres produits - -
Autres 11 400 10 260
Charges de personnel 638 300 574 470
Salaires et traitements 425 533 382 980
Charges sociales 212 767 191 490
Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions 126 000 200 700
Sur immobilisations : dotations aux amortissements 70 000 86 700
Sur immobilisations : dotations aux dépréciations - -
Sur actif circulant : dotations aux dépréciations 46 000 105 000
Pour risques et charges : dotations aux provisions 10 000 9 000
Autres charges - -
TOTAL 2 319 220 2 118 990 TOTAL 4 400 780 3 894 640
Quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun Quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun - -
Charges financières Produits financiers
Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions 30 000 20 000 De participations - -
Intérêts et charges assimilées 1 230 000 824 700 D'autres valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé - -
Différences négatives de change - - Autres intérêts et produits assimilés 488 780 207 780
Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement - - Reprises sur dépréciations et provisions, transferts de charges finan 25 000 10 000
Différences positives de change - -
Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement - -
TOTAL 1 260 000 844 700 TOTAL 513 780 217 780
Charges exceptionnelles Produits exceptionnels
Sur opérations de gestion 12 000 10 800 Sur opérations de gestion 8 000 7 200
Sur opérations en capital. 600 000 540 000 Sur opérations en capital 400 000 388 320
- valeurs comptables des éléments immobilisés et financiers cédés 600 000 540 000 - produits des cessions d'éléments d'actif 400 000
- autres - - - subventions d'investissements virées au résultat -
-autres -
Dotations aux amortissements et aux provisions 3 000 2 700 Reprises sur dépréciations et provisions, transferts de charges 2 500 2 250
- dotations aux provisions réglementées 3 000 2 700
- dotations aux amortissements, dépréciations et autres provisions - -
TOTAL 615 000 553 500 TOTAL 410 500 397 770
Participation des salariés aux résultats - -
Impôts sur les bénéfices 376 950 331 000

Solde créditeur = bénéfice 753 890 662 000 Solde débiteur = perte 0 0
TOTAL GÉNÉRAL 5 325 060 4 510 190 TOTAL GÉNÉRAL 5 325 060 4 510 190

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 6/11


Annexe 3 - Bilans fonctionnels de l'entreprise SATIM

Exercices 2006 et 2007


2007 2006 2007 2006
EMPLOIS STABLES.................. 8 413 380 9 163 380 Ressources propres................................ 7 055 950 7 061 100
Stocks 432 500 415 780 + Dettes financières............................... 2 586 000 3 400 000
+ Créances d'exploitation 656 960 427 000 = RESSOURCES STABLES : 9 641 950 10 461 100
+ Créances hors exploitation 440 000 270 000 Dettes d'exploitation.............................. 223 280 198 280
+ Actif de trésorerie (avec VMP)… 675 590 834 220 + Dettes hors exploitation..................... 553 200 451 000
= ACTIF CIRCULANT : 2 205 050 1 947 000 + Passif de trésorerie............................. 200 000 -
= PASSIF CIRCULANT 976 480 649 280
= TOTAL GENERAL 10 618 430 11 110 380 = TOTAL GENERAL 10 618 430 11 110 380

Exercices 2004 et 2005


2005 2004 2005 2004
EMPLOIS STABLES.................. 9 263 380 9 563 380 Ressources propres................................ 6 548 550 6 308 764
Stocks 415 000 414 298 + Dettes financières............................... 3 705 600 3 986 000
+ Créances d'exploitation 562 000 372 480 = RESSOURCES STABLES : 10 254 150 10 294 764
+ Créance hors exploitation 250 000 - Dettes d'exploitation.............................. 178 500 160 650
+ Actif de trésorerie (avec VMP) 528 370 587 386 + Dettes hors exploitation..................... 586 100 482 130
= ACTIF CIRCULANT : 1 755 370 1 374 164 + Passif de trésorerie............................. - -
= PASSIF CIRCULANT 764 600 642 780
= TOTAL GENERAL 11 018 750 10 937 544 = TOTAL GENERAL 11 018 750 10 937 544

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 7/11


Annexe 4 -Tableaux de financement pour les exercices 2005 à 2007
TABLEAU DE FINANCEMENT (1ère partie)
Emplois stables Exercice 2007 Exercice 2006 Exercice 2005 Ressources stables Exercice 2007 Exercice 2006 Exercice 2005
Distributions mises en paiement Capacité d'autofinancement de
au cours de l'exercice.................................. 300 000 300 000 378 009 l'exercice ............................................... 1 084 850 1 024 230 868 307
Acquisitions d'éléments de l'actif Cessions ou réductions d'éléments de
immobilisé : l'actif immobilisé :
Immobilisations incorporelles.................. Cessions d'immobilisations :
Immobilisations corporelles...................... 750 000 500 000 300 000 - incorporelles........................................
Immobilisations financières...................... - corporelles........................................... 400 000 388 320 349 488
Charges à répartir sur plusieurs Cessions ou réductions d'immobi-
exercices ..................................................... lisations financières...............................
Réduction des capitaux propres.................. Augmentation des capitaux propres :
Remboursements de dettes Augmentation de capital ou apports...... 310 000 - -
financières................................................... 1 044 000 649 600 580 000 Augmentation des autres
Total des emplois stables........................ 2 094 000 1 449 600 1 258 009 capitaux propres.....................................
Augmentation des dettes
financières............................................... 230 000 344 000 299 600
Total des ressources durables.............. 2 024 850 1 756 550 1 517 395
Variation du FRNG Variation du FRNG
(ressource nette) 306 950 259 386 (emploi net) 69 150
TABLEAU DE FINANCEMENT (2ème partie)
2007 2006 2005
Utilisation du FRNG Besoins Dégagemts Solde Besoins Dégagemts Solde Besoins Dégagemts Solde
1 2 2-1 1 2 2-1 1 2 2-1
Variations "Exploitation" :
Variation des actifs d'exploitation :
Stocks et en cours 16 720 780 702
Avances et acomptes versés
Créances clients, comptes rattachés et
et autres créances d'exploitation 229 960 135 000 189 520
Variation des dettes d'exploitation :
Avances et acomptes reçus
Dettes fournisseurs, comptes rattachés
et autres dettes d'exploitation 25 000 19 780 17 850
Totaux 246 680 25 000 780 154 780 190 222 17 850
A.Variation nette Exploitation (221 680) 154 000 (172 372)
Variations "Hors exploitation" :
Variation des autres débiteurs 170 000 20 000 250 000
Variation des autres créditeurs 102 200 135 100 103 970
Totaux 170 000 102 200 155 100 - 250 000 103 970
B.Variation nette Hors exploitation (67 800) (155 100) (146 030)
Total A + B :
Besoins de l'exercice en fonds de roulement (289 480) (1 100) (318 402)
ou
Dégagement net de FR dans l'exercice
Variations " Trésorerie" :
Variation des disponibilités 158 630 305 850 59 016
Variations des concours bancaires courants
et soldes créditeurs de banques 200 000
Totaux - 358 630 305 850 - - 59 016
C.Variation nette Trésorerie 358 630 (305 850) 59 016
Utilisation de la variation du fonds de roulement net global (A+B+C)

Emploi net (-) - (306 950) (259 386)


ou
Ressource nette (+) 69 150 - -

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 8/11


Annexe 5 - Informations complémentaires

• Les intérêts courus sur emprunts s’élèvent à 56 000 € pour 2006 et 70 000 € pour 2007.

• Détails des créances diverses du bilan :


2007 2006
Créances sur cessions d’immobilisations 250 000 240 000
Autres créances liées à l’activité 170 000 30 000
Total 420 000 270 000

• Le tableau de financement de la société SATIM a été établi en assimilant les VMP à la


trésorerie.

Annexe 6 - Projet d'investissement et financement

Montant global de l'investissement........................................................................... ............. 540 000 €


Cession début 2008 d'un matériel ancien complètement amorti (net d'IS) .............................. 22 500 €
Chiffre d'affaires additionnel prévu (années 2008 à 2010) ................................................. 1 620 000 €
Le taux de marge sur coût variable sera 30 %.
Les charges fixes d'exploitation seront de 270 000 € par an dont 90 000 € d'amortissements.
Le taux de l'impôt sur les bénéfices est 33 1/3 %.

Le BFRE représentera 100 jours de chiffre d'affaires HT en 2008. Il devrait se maintenir au même niveau
en 2009 et 2010.

Il sera versé aux actionnaires un montant de dividendes de 39 750 € en 2009 et 36 000 € en 2010.

Pour financer son investissement, l'entreprise contracte un emprunt de 300 000 € en début de 2008 au
taux de 5 % remboursable par annuités constantes sur 5 ans. Elle procède à la même date à une
augmentation de capital d’un montant de 450 000 €.

Annexe 7 - Emprunt obligataire du Crédit Agricole

Extrait de presse en date du lundi 1er octobre 2007, concernant l’emprunt obligataire du Crédit Agricole
remboursable au pair et in fine le 31 mars 2011 :

Date du
Cours Cours du Coupon
Code ISIN Valeur prochain
précédent jour couru
coupon
4,90 % - 03/2011
FR0000186223 98,71 98,76 2,497 31/03/2008
Nominal 1 000 €

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 9/11


Annexe A - Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION (à rendre avec la copie)
PRODUITS 2007 CHARGES 2007 Soldes intermédiaires de gestion -1
Ventes de marchandises Coût d'achat des marchandises vendues : - MARGE COMMERCIALE : -
Production vendue :
Production stockée : ou Destockage de production
Production immobilisée :
TOTAL TOTAL PRODUCTION DE L'EXERCICE : 3 894 040
PRODUCTION DE L'EXERCICE Consommation de l'exercice en provenance
MARGE COMMERCIALE : des tiers :
TOTAL TOTAL VALEUR AJOUTEE : 2 677 480
VALEUR AJOUTEE : Impôts, taxes et versements assimilés :
Subvention d'exploitation : Charges de personnel : EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION :
TOTAL TOTAL OU INSUFFISANCE BRUTE D'EXPLOITATION 1 975 750
EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION INSUFFISANCE BRUTE D'EXPLOITATION :
Reprises et transferts sur charges d'exploitation : Dotations aux amortissements et aux dépréciations :
Autres produits : Autres charges :
TOTAL TOTAL RESULTAT D'EXPLOITATION : 1 775 650
RESULTAT D'EXPLOITATION : RESULTAT D'EXPLOITATION :
Quotes parts sur opérations faites en commun Quotes parts sur opérations faites en commun
Produits financiers : Charges financières :
TOTAL TOTAL RESULTAT COURANT AVANT IMPOT : 1 148 730
Produits exceptionnels : Charges exceptionnelles : RESULTAT EXCEPTIONNEL : (155 730)
RESULTAT COURANT AVANT IMPOT RESULTAT COURANT AVANT IMPOT
RESULTAT EXCEPTIONNEL : RESULTAT EXCEPTIONNEL :
Participation des salariés :
Impôt sur les bénéfices :
TOTAL TOTAL RESULTAT NET DE L'EXERCICE : 662 000
PLUS-VALUES ET MOINS-VALUES SUR
Produits des cessions d'éléments d'actif Valeur comptable éléments d'actif cédés : CESSIONS D'ELEMENTS D'ACTIF (151 680)

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 10/11


ANNEXE B - TABLEAU PLURIANNUEL SIMPLIFIÉ DES FLUX
(à rendre avec la copie)

Exercice 2007 Exercice 2006 Exercice 2005


ACTIVITÉ
CAF 1 024 230 868 307
- Variation du BFR lié à l'activité 152 100 (101 722)
A. Flux net de trésorerie généré par l'activité 1 176 330 766 585
INVESTISSEMENT
- Acquisitions d'immobilisations (500 000) (300 000)
Cessions ou réductions d'immobilisations 388 320 349 488
- Variation du BFR lié aux opérations d'investissement (153 200) (216 680)
B. Flux net de trésorerie lié à l'investissement (264 880) (167 192)
FINANCEMENT
Augmentation des capitaux propres 0 0
Augmentation des dettes financières 344 000 299 600
- Remboursements (649 600) (580 000)
- Dividendes (300 000) (378 009)
- Variation du BFR lié aux opérations de financement 0 0
C. Flux net de trésorerie lié au financement (605 600) (658 409)
A + B + C = Variation globale de trésorerie 305 850 (59 016)

+ Trésorerie à l'ouverture...................................................... 528 370 587 386

= Trésorerie à la clôture......................................................... 834 220 528 370

DCG 2008 – UE6 – Finance d'entreprise 11/11


FINANCE D’ENTREPRISE

DCG - Session 2008 – Corrigé indicatif

DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude

1. Calculer les soldes intermédiaires de gestion à l’aide de l’annexe A

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION


TABLEAU DES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION
PRODUITS 2007 CHARGES 2007 Soldes intermédiaires de gestion 2007 2006
1.Ventes de marchandises - 2.Coût d'achat des marchandises vendues : - 3.MARGE COMMERCIALE : - -
4.Production vendue : 4 362 000
5.Production stockée : 38 240 ou Destockage de production -
6.Production immobilisée : -
TOTAL 4 400 240 TOTAL 7.PRODUCTION DE L'EXERCICE : 4 400 240 3 894 040
7.PRODUCTION DE L'EXERCICE 4 400 240 8.Consommation de l'exercice en provenance
3.MARGE COMMERCIALE : - des tiers : 1 413 520
TOTAL 4 400 240 TOTAL 1 413 520 9.VALEUR AJOUTEE : 2 986 720 2 677 480
9.VALEUR AJOUTEE : 2 986 720 11.Impôts, taxes et versements assimilés : 141 400
10.Subvention d'exploitation : - 12.Charges de personnel : 638 300 13.EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION :
TOTAL 2 986 720 TOTAL 779 700 OU INSUFFISANCE BRUTE D'EXPLOITATION 2 207 020 1 975 750
13.EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION 2 207 020 13.INSUFFISANCE BRUTE D'EXPLOITATION : -
14.Reprises et transferts sur charges d'exploitation : 540 16.Dotations aux amortissements et aux provisions : 126 000
15.Autres produits : - 17.Autres charges : -
TOTAL 2 207 560 TOTAL 126 000 18.RESULTAT D'EXPLOITATION : 2 081 560 1 775 650
18.RESULTAT D'EXPLOITATION : 2 081 560 18.RESULTAT D'EXPLOITATION : -
19.Quotes parts sur opérations faites en commun - 21.Quotes parts sur opérations faites en commun -
20.Produits financiers : 513 780 22.Charges financières : 1 260 000
TOTAL 2 595 340 TOTAL 1 260 000 23.RESULTAT COURANT AVANT IMPOT : 1 335 340 1 148 730
24. Produits exceptionnels : 410 500 25.Charges exceptionnelles : 615 000 26.RESULTAT EXCEPTIONNEL : (204 500) (155 730)
23.RESULTAT COURANT AVANT IMPOT 1 335 340 23.RESULTAT COURANT AVANT IMPOT -
26.RESULTAT EXCEPTIONNEL : - 26.RESULTAT EXCEPTIONNEL : 204 500
27.Participation des salariés : -
28.Impôt sur les bénéfices : 376 950
TOTAL 1 335 340 TOTAL 581 450 29.RESULTAT NET DE L'EXERCICE : 753 890 662 000
31. PLUS-VALUES ET MOINS-VALUES SUR
30.Produits des cessions d'éléments d'actif 400 000 29.Valeur comptable éléments d'actif cédés : 600 000 CESSIONS D'ELEMENTS D'ACTIF (200 000) (151 680)

DCG 2008 © Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/8


2. Indiquer les principaux retraitements des soldes intermédiaires de gestion préconisés par la
Centrale des Bilans de la Banque de France. Préciser la justification de chacun d’entre eux.
Dans le cadre d'une approche plus économique de l'entreprise, la Centrale de bilans de la Banque de
France procède notamment aux retraitements suivants :
- Contrat de crédit-bail. Le recours a un contrat de crédit bail doit être analysé en deux opérations
complémentaires : l'acquisition de l'immobilisation et son financement à 100 % par un emprunt. Les
loyers de crédit-bail sont retirés des autres charges externes et reclassés en dotations aux
amortissements et en charges d’intérêts.
L’objectif de ce retraitement est de disposer d’études comparatives fondées sur des valeurs
homogènes
- Charges de personnel intérimaire et participation des salariés aux résultats. Ces charges
correspondent au coût du facteur travail et doivent être reclassées en charges de personnel.
L’objectif de ce retraitement est de montrer que d’un point de vie économique ; le personnel
extérieur doit être appréhendé comme des véritables charges de personnel.
3. Définir la notion d’Excédent de Trésorerie d’Exploitation (ETE). Préciser l’intérêt de cet
indicateur pour la gestion.
L’ETE représente la trésorerie générée ou consommée par les seules opérations d’exploitation de
l’entreprise au cours d’un exercice.
ETE= EBE – Var BFRE
Cet indicateur est essentiel pour la gestion puisque son calcul est indépendant :
 du montant des stocks
 de la politique d'amortissements,de dépréciations et de provisions de l'entreprise
L’ETE est un solde structurel qui varie avec l’activité. En effet, ses composantes sont liées au chiffre
d’affaires. Ainsi l’ETE peut être prévu en fonction des scénarii d’activités envisagés.
4. Indiquer de quelle façon l’Excédent de trésorerie d’Exploitation se différencie de l’Excédent Brut
d’Exploitation (EBE) ?
L’EBE est un flux de fonds tandis que l’ETE est un flux de trésorerie. Le calcul de l’EBE prend en
compte toutes les variations de stocks tandis que l’ETE exclu les variations de stocks et la variation de
l’encours commercial.
5. Calculer l’Excédent de trésorerie d’exploitation pour les exercices 2006 et 2007. Indiquer si son
évolution traduit un effet de ciseaux. Justifier votre réponse.
 Calcul de l’Excédent de trésorerie d’exploitation pour les exercices 2006 et 2007
Exercice 2007 Exercice 2006 Exercice 2005
Stocks (montant brut) 432 500 415 780 415 000
Créances d'exploitation brutes................................................................................................................................
656 960 427 000 562 000

Éléments 2007 2006


Ventes 4 362 000 3 929 500
Production stockée 38 240 (35 460)
- Consommation en provenance des tiers (1 413 520) (1 216 560)
- Impôts, taxes et versements assimilés (141 400) (127 260)
- Charges de personnel (638 300) (574 470)
= EBE 2 207 020 1 975 750
+ Variation des stocks………………………………………………………………………………………… 16 720 780
+ Variation des créances d'exploitation………………………………………………………… 229 960 (135 000)
- Variation des dettes d'exploitation………………………………………………………………………………… (25 000) (19 780)
= D BFRE…………………………………………………………………………………………………… 221 680 (154 000)
Calcul de l'excédent de trésorerie d'exploitation
Éléments 2007 2006
2 207 020 1 975 750
= EBE.................................................................................................................................................................
- D BFRE…………………………………………………………………………………………………… (221 680) 154 000
= Excédent de trésorerie d'exploitation……………………………………………………………………………… 1 985 340 2 129 750

DCG 2008 © Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 2/8


 Evolution de l’excédent de trésorerie et vérification de l’existence d’un effet de ciseaux

La croissance du chiffre d’affaires a entraîné une baisse de l’ETE entre 2006 et 2007 et l’on peut se
demander si cette évolution ne traduit pas un effet de ciseaux. Le tableau ci-dessous apporte des
éléments de réponse.

2007 2006
CA 4 362 000 3 929 500
EBE (1) 2 207 020 1 975 750
EBE / CA 50,60 % 50,28 %
BFRE 866 180 654 500
BFRE / CA 19,86 % 16,40 %
Variation du BFRE (2) 221 680 - 154 000
ETE (1) – (2) 1 985 340 2 129 750

Il convient de préciser que l’effet de ciseaux est un risque qui se manifeste dans les entreprises qui
connaissent une forte croissance du chiffre d’affaires et dont le ratio BFRE/CA est nettement supérieur
au ratio EBE/CA.
Bien que le niveau de l’ETE ait baissé de 6,8 % entre 2006 et 2007, l'entreprise n'est pas dans une
configuration d'effet de ciseaux car le ratio EBE/CA est ici 3 fois supérieur au ratio BFRE/CA.
Par contre, le poids du BFRE augmente plus que proportionnellement au CA ce qui, à terme, peut être
dangereux et pourrait, si le phénomène était confirmé, provoquer un effet de ciseau.

DCG 2008 © Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 3/8


6. Tableau de flux simplifié pour l’exercice 2007

TABLEAU DES FLUX (simplifié ; en valeurs brutes)


Exercice 2007 Exercice 2006 Exercice 2005
ACTIVITÉ
CAF (1) 1 084 850 1 024 230 868 307
- D BFR lié à l'activité (2) (322 680) 152 100 (101 722)
A. Flux net de trésorerie généré par l'activité 762 170 1 176 330 766 585
INVESTISSEMENT
- Acquisitions d'immobilisations (750 000) (500 000) (300 000)
Cessions ou réductions d'immobilisations 400 000 388 320 349 488
D
- BFR lié aux opérations d'investissement (3) 53 200 (153 200) (216 680)
B. Flux net de trésorerie lié à l'investissement (296 800) (264 880) (167 192)
FINANCEMENT
Augmentation des capitaux propres 310 000 0 0
Augmentation des dettes financières 230 000 344 000 299 600
- Remboursements (1 044 000) (649 600) (580 000)
- Dividendes (300 000) (300 000) (378 009)
- D BFR lié aux opérations de financement (4) (20 000) 0 0
C. Flux net de trésorerie lié au financement (824 000) (605 600) (658 409)
A + B + C = Variation globale de trésorerie (358 630) 305 850 (59 016)
+ Trésorerie à l'ouverture.......................................................................................................................................................
834 220 528 370 587 386
= Trésorerie à la clôture..........................................................................................................................................................
475 590 834 220 528 370
(2) Calcul de la variation du BFR lié à l'activité :
Exercice 2007
Variation du BFRE...................................................................................................................................................................................
221 680
+ D BFRHE lié à l'activité :
+ D Créances hors exploitation lié à l'activité :
+ Variation des autres créances hors exploitation............................................................................................................................
140 000
- D Dettes hors exploitation liées à l'activité :
- Variation de la Dette d'IS..............................................................................................................................................................
(25 000)
- Variation des intérêts courus et non échus.....................................................................................................................................
(14 000)
= D BFR lié à l'activité 322 680
(3) Variation du BFR lié aux opérations de financement
+ D des fournisseurs d'immobilisations………………………………………………………………. 63 200
- D des créances sur cessions d'immobilisations…………………………………………………. (10 000)

(4) Variation du BFR lié au financement : il s’agit de la variation du capital appelé, non versé

DCG 2008 © Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 4/8


Deuxième partie : présentation du diagnostic financier

1. Rappeler la finalité d’un diagnostic financier


- comprendre l'évolution passée de l'entreprise au travers des flux financiers ;
- juger ses possibilités d'évolution future au vu de sa situation financière.
- lier les conclusions tirées des documents financiers aux événements qui ont affecté l'entreprise
pendant la période étudiée pour prendre des décisions.

2. Présenter le diagnostic financier de la société SATIM

 Calculs préparatoires au diagnostic financier de la SA SATIM

Etude de la performance et de la rentabilité :


2007 2006 Appréciation
CA 4 362 000 3 929 500
Evolution du CA 432 500
Evolution du CA en % 11,01% Bonne progression
Rentabilité financière 21,89% 23,88% Très bonne malgré une légère baisse
Rentabilité commerciale 17,28% 16,85% Très confortable et en légère hausse

Etude des investissements réalisés


Dotations aux amortissements 70 000
Investissements de l'exercice 750 000 Augmentation 8,2 % (Significative)

Tableau des agrégats du bilan fonctionnel

2 007 2 006 Variation %


FRNG 1 228 570 1 297 720 - 69 150 -5%
BFRE 866 180 644 500 221 680 34%
BFRHE - 113 200 - 181 000 67 800 -37%
BFR 752 980 463 500 289 480 62%
TN 475 590 834 220 - 358 630 -43%
Vérification 1 228 570 1 297 720 - 69 150 -5%
BFR > FRNG en 2006 et 2007 et TN > 0 mais en baisse de 43 %

Analyse du BFRE en nombre de jours de CA


BFRE/j CAHT 71 jours 59 jours
Poids du BFRE 19,86% 16,40%
(BFRE/CAHT)

Capacité de remboursement et d’endettement


Dette financière actuelle (DF) : 2 656 000
CAF/Remboursement DF doit être > 2 1,04
DF/CAF (doit être < 3 ou 4) 2,44

Détail de l’actif circulant d’exploitation


Variation
2 007 2 006
en Valeur Absolue en %
Stocks 432 500 415 780 16 720 4%
Avances et acptes versés - - -
Créances d'exploitation 656 960 427 000 229 960 54%
Avances et acptes reçus - - -
Dettes d'exploitation 223 280 198 280 25 000 13%
BFRE 866 180 644 500 221 680 34%

DCG 2008 © Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 5/8


Appréciation des résultats
2007 2006
EBE/CA 50,60 50,28
Résultat net / CA 17,28 16,85
Résultat d’exploitation / CA 47,72 45,19
VA/CA 68,47 68,14

Synthèse des points forts et des points faibles


Points forts Points faibles
Politique de distribution de dividende relativement stable Variation de TN < 0
Bonne croissance du CA Créances d'exploitation très mal gérées
Stocks bien gérés Evolution du BFRE mal maîtrisée
Dettes d'exploitation bien gérées Léger tassement de la rentabilité financière
Entreprise actuellement en phase de désendettement
Rentabilité commerciale en légère amélioration

 Diagnostic financier de la SA SATIM

a. L’analyse de l’activité et des résultats


L’entreprise industrielle SATIM spécialisée dans la haute technologie de l’imagerie micro-onde a vu son chiffre
d’affaires évolué de 11,01 % cette année avec encore une très bonne rentabilité financière (21,89% des capitaux
propres contre 23,88 % en 2006). La rentabilité commerciale déjà excellente en 2006 s’est encore renforcée
cette année (17,28 %).

b. L’équilibre financier du bilan


L'équilibre fonctionnel est respecté au cours de 2006 et 2007 car le BFR est resté inférieur au FRNG.
Toutefois, le FRNG a baissé de 5 % alors que le BFRE a progressé de 34 % ce qui s’est traduit par une
dégradation de la trésorerie nette de 43 %.
Le poids du BFR par rapport au CA est en augmentation sensible et est passé de 59 jours à 71 jours entre 2006
et 2007.

c. L’endettement financier
L'entreprise est en phase de désendettement de 24 % avec une capacité de remboursement légèrement
insuffisante. Elle dispose, par contre, d’une bonne capacité d’endettement. Elle a privilégié cette année le
financement par fonds propres et l'autonomie financière s’en trouve ainsi renforcée.

d. L’évolution de la trésorerie
La trésorerie s’est nettement dégradée (- 43 %) au cours de l’exercice mais reste malgré tout excédentaire en fin
d’exercice.

3. Quels autres domaines aurait-on pu également aborder dans le cadre d’un diagnostic financier ?

Parmi les autres points qu’il serait possible d’aborder, il convient notamment de retenir :
- les investissements réalisés : L'entreprise renouvelle bien ses immobilisations d'exploitation ce qui est
bon pour l'avenir et s'est même lancée dans un programme d'investissements de croissance de façon
significative (91 % environ des investissements de l’exercice).
- l’évolution des postes constitutifs du BFRE : les stocks ont été bien gérés mais les créances
d'exploitation sont très mal contrôlées (+ 54 % contre 11 % de hausse du CA HT).
Les dettes d'exploitation ont augmenté proportionnellement au chiffre d’affaires HT ce qui a permis à
l'entreprise de bénéficier favorablement du crédit fournisseurs.
- La rentabilité économique de l’investissement.
- Le taux d’obsolescence des investissements…

Conclusion :
Il s'agit d'une entreprise à fort potentiel qui ne devrait pas avoir trop d'inquiétudes pour l'avenir mais qui doit
surveiller de près le poste clients.

DCG 2008 © Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 6/8


DOSSIER 2 - PLAN DE FINANCEMENT
1. Citer les objectifs du plan de financement.
Dans le cadre d’une politique d’investissements, le plan de financement permet d’apprécier l’aptitude financière
de l’entreprise à s’assurer de la compatibilité de ces financements et des besoins de l'activité avec la capacité
financière de l’entreprise
Le plan de financement est élaboré, notamment, pour répondre aux exigences spécifiques des banquiers car
l’entreprise, pour obtenir ses financements, doit prouver qu’elle est en mesure de disposer de la capacité
financière nécessaire pour faire face au remboursement de ses emprunts.
2. Pour les années 2008 à 2010, présenter le plan de financement de ce projet sans tenir compte des
financements externes.
 Calcul de la CAF
2008
CA 1 620 000

Marge sur coût variable 486 000


Charges fixes -270 000
Résultat avant IS 216 000
IS 33 1/3% 72 000
Résultat après IS 144 000
DAP 90 000
CAF 234 000

 Plan de financement pour les années 2008 à 2010 sans prise en compte des
financements externes

Eléments 2008 2009 2010


Ressources
C.A.F 234 000 234 000 234 000
Cessions d'immobilisations 22 500
Ressources 256 500 234 000 234 000
Emplois
Dividendes 39 750 36 000
Acquisitions d'immobilisations 540 000
Augmentation du BFRE 100x1620 000/360 450 000
Emplois 990 000 39 750 36 000
Ecarts : (733 500) 194 250 198 000
Trésorerie initiale 0 (733 500) (539 250)
Trésorerie finale (733 500) (539 250) (341 250)
3. Présenter le plan de remboursement de l’emprunt destiné au financement de l’investissement :
mentionner la dette de début de période ; les charges d’intérêts ; les remboursements ainsi que
l’annuité constante pour chaque période dans un même tableau (arrondir les calculs à l’euro le
plus proche).
0,05
Calcul de l'annuité : 300 000 x = 69292
[1 - (1,05)]-5
Amortissement
Période Dette début Charge d'intérêt Annuité
de l'emprunt
2008 300 000 15 000 54 292 69 292
2009 245 708 12 285 57 007 69 292
2010 188 700 9 435 59 857 69 292
2011 128 843 6 442 62 850 69 292
2012 65 993 3 300 65 993 69 292
300 000

DCG 2008 © Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 7/8


4. Ajuster le plan de financement en prenant en compte les moyens de financement externes de
l’investissement.
Plan de financement après l'opération d'emprunt
Eléments 2008 2009 2010
Ressources avant emprunt 256 500 234 000 234 000
+ augmentation du capital 450 000
+ Emprunt 300 000
- Intérêts nets (10 000) (8 190) (6 290)
Ressources 996 500 225 810 227 710
Emplois avant emprunt 990 000 39 750 36 000
+ Remboursements de l'emprunt 54 292 57 007 59 857
Emplois 1 044 292 96 757 95 857
Ecarts : (47 792) 129 053 131 853
Trésorerie initiale 0 (47 792) 81 260
Trésorerie finale (47 792) 81 260 213 113

5. Commenter les résultats obtenus.


A l’issue des 3 années étudiées le plan de financement est largement équilibré. L’opération d’investissement
s’avère donc particulièrement intéressante.

6. D’une manière générale, quelle raison peut pousser un dirigeant à privilégier l’emprunt comme
mode de financement externe des investissements ?
Recourir à l’emprunt permet à une entreprise de bénéficier de l’effet de levier financier à condition que la
rentabilité de l’investissement avant financement soit supérieure au taux d’intérêt après impôt.

DOSSIER 3 - EMPRUNT OBLIGATIONS

1. Vérifier le montant du coupon couru.


Nombre de jours du 1er avril au 30 septembre = 183 + 3 jours ouvrés = 186 jours
Coupon couru = 4.9% x 186 / 365 = 2.497
Remarque : avec un calcul sans prise en compte des jours de banque, on obtient :
- nombre de jours du 1er avril au 30 septembre = 183 jours ouvrés
- coupon couru = 4.9% x 183 / 365 = 2.457

2. Indiquer le prix payé pour une obligation ce jour.


Prix payé = (98.76 + 2.497)% x 1000 = 1 012.57 € (ou 1 012.17)

3. Comment peut-on expliquer la variation du cours ?


Les cours et les taux varient en sens contraire. Si le cours de l’obligation baisse, cela signifie que les taux longs
ont augmenté.

4. Calculer au taux de 6 % la valeur théorique de marché d'une obligation. Conclure.

 1  1  6% 3 
Valeur théorique  4.9  1000 (1  r ) 3   97.06
 6% 
La valeur de l'obligation a diminué car les taux ont augmenté.

5. Indiquer ce que représente le taux de 6%.


Le taux de 6 % peut représenter :
- le taux du marché obligataire ;
- le taux requis par les prêteurs ;
- le taux de rendement actuariel brut.
DCG 2008 © Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 8/8
910006
● ●
DCG
● ●
SESSION 2009

UE6 – FINANCE D’ENTREPRISE

Durée de l’épreuve : 3 heures - coefficient : 1


Document autorisé :
Aucun document n’est autorisé.

Matériel autorisé :
Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans aucun moyen de
transmission, à l'exclusion de tout autre élément matériel ou documentaire (circulaire n° 99-186 du
16/11/99 ; BOEN n°42)
Document remis au candidat :
Le sujet comporte 13 pages numérotées de 1/13 à 13/13, dont 1 annexe à rendre notée A.
Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.
Le sujet se présente sous la forme de 3 dossiers indépendants
Page de garde............................................................................................................................ page 1
Présentation du sujet ...................................................... ........................................................ page 2
DOSSIER 1 - Diagnostic financier ................................ (8 points ) ...................................... page 2
DOSSIER 2 - Investissement .......................................... (8 points) ....................................... page 3
DOSSIER 3 - Gestion du risque de change .................. (4 points) ....................................... page 4
________________________________________________________________________________________

Le sujet comporte les annexes suivantes


DOSSIER 1
Annexe 1 - Compte de résultat simplifié de la société CALORA .............................................. page 6
Annexe 2 - Soldes intermédiaires de gestion de la société CALORA........................................ page 7
Annexe 3 - Renseignements complémentaires sur la société CALORA .................................... page 8
Annexe 4 - Tableau de financement de la société CALORA (1ère partie) .................................... page 9
Annexe 4 – Tableau de financement de la société CALORA (2ème partie) ................................ page 10
Annexe A - Tableau des flux de trésorerie de la « Centrale des Bilans de la Banque de France »
(à rendre avec la copie) .............................................................................................................. page 13

DOSSIER 2
Annexe 5 - Données de la société METALUX pour le calcul du besoin en fonds
de roulement normatif ................................................................................................................... page 11
Annexe 6 - Données moyennes du secteur d’activité ................................................................... page 11
Annexe 7 - Caractéristiques du projet d’investissement............................................................. page 12

DOSSIER 3
Annexe 8 - Renseignements pour l’établissement de la position de change le 28 mai 2008 ....... page 12
Annexe 9 - Propositions de couverture de risque de change sur la vente au client japonais ........ page 12
NOTA : l’annexe A doit obligatoirement être rendue avec la copie.

AVERTISSEMENT
Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes, vous conduit à formuler une ou plusieurs
hypothèses, il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie.

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 1/13


SUJET

Il vous est demandé d’apporter un soin particulier à la présentation de votre copie.


Toute information calculée devra être justifiée.

Vous effectuez un stage de formation dans le cabinet comptable RONALPA. Le responsable du


département « Finance » vous confie le suivi de trois dossiers.
Ces dossiers sont totalement indépendants.

DOSSIER 1- DIAGNOSTIC FINANCIER

La société CALORA est une entreprise de la région « Rhône Alpes », qui fabrique des composants
spécialisés tels des chauffages pour véhicules, et plus généralement des équipements adaptés au
froid, utilisés principalement par un grand groupe industriel. Elle a connu jusqu'alors une croissance
satisfaisante, liée au chiffre d’affaires réalisé avec ce groupe. Celui-ci est, en 2008, particulièrement
affecté par le ralentissement général de l’activité, ce qui n’est pas sans conséquences sur la société
CALORA.

Au cours de l'année 2008, le dirigeant de CALORA, constate une baisse de l’activité et s'en
inquiète.

Le dirigeant désire connaître la situation de l'entreprise et suivre de près l’évolution des résultats et
de la trésorerie.

A l’aide des annexes 1, 2, 3 et 4, il vous demande de réaliser les travaux suivants :

Première partie - Analyse de l’activité et des résultats.

La société CALORA effectue jusqu’à ce jour une analyse financière dans le cadre du Plan
comptable général (PCG). Ainsi, un calcul de soldes intermédiaires de gestion est déjà établi.
Le dirigeant se demande si l'analyse proposée par la Centrale des bilans de la Banque de France
(CDB) ne serait pas mieux adaptée.

Vous êtes chargé(e) de conseiller et de faciliter les choix du dirigeant.

Travail à faire

1. Analyser en une quinzaine de lignes l’évolution des soldes intermédiaires de gestion.

2. Calculer pour les années 2007 et 2008, la valeur ajoutée « centrale des bilans » (CdB) et le
résultat brut d’exploitation (RBE). Commenter l’évolution de ces soldes en les comparant
aux montants de la Valeur ajoutée et de l’Excédent brut d’exploitation (EBE) présentés
dans l'annexe 2.

3. Justifier les retraitements de l’information financière effectués pour obtenir les soldes
calculés à la question précédente.

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 2/13


Deuxième partie - Analyse de la trésorerie.

Le tableau de financement de l’exercice 2008 a été construit selon les préconisations du PCG. Le
dirigeant de la société souhaite que le diagnostic soit complété par une véritable analyse de la
trésorerie. De ce point de vue, le tableau de flux de la Centrale des bilans de la Banque de France
semble bien adapté.

Travail à faire

1. Intérêt d’un tableau de flux de trésorerie :


1.1. Indiquer la différence essentielle existant entre un tableau de flux de trésorerie et
un tableau de financement.
1.2. Présenter l’intérêt, pour la gestion de l’entreprise, d’une approche en termes de
flux de trésorerie.

2. Compléter le tableau de flux de la « Centrale des Bilans de la Banque de France » qui


figure en annexe A (à rendre avec la copie).

3. Présenter un commentaire de ce tableau.

DOSSIER 2 - INVESTISSEMENT

La société METALUX est une société à responsabilité limitée spécialisée dans l’étude et la
réalisation de produits d’équipements divers.

Après des années difficiles, la société est depuis quatre ans dans une phase de croissance grâce à
une forte politique de diversification. Cependant, la société connaît des difficultés de trésorerie.

Première partie – Étude du besoin en fonds de roulement normatif.

Le dirigeant de cette société vous confie l’étude du besoin en fonds de roulement.

Travail à faire

A l'aide des annexes 5 et 6 :

1. À quoi peut servir d'une façon générale la détermination du besoin en fonds de roulement
normatif ?

2. Calculer le besoin en fonds de roulement normatif en jours de chiffre d’affaires HT.

3. Commenter le résultat obtenu et indiquer les mesures qui pourraient être envisagées pour
améliorer la situation.

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 3/13


Deuxième partie - Projet d’investissement.

Après avoir créé des biens d’équipements ménagers et industriels, l’entreprise investit depuis peu
dans les équipements sportifs.

La société souhaite compléter sa gamme de fabrication dans le domaine du sport. Par conséquent,
elle envisage de réaliser, début 2009, un investissement afin de produire une nouvelle ligne
d’articles. Son dirigeant vous confie les études préalables relatives à ce dossier.

Travail à faire

A l'aide de l'annexe 7 :

1. Indiquer les modalités de détermination d'un taux d’actualisation.

2. Présenter le tableau de calcul des flux nets de trésorerie liés à l’investissement pour les
années 2009 à 2012.

3. Calculer la valeur actuelle nette (VAN). Conclure.

DOSSIER 3 - GESTION DU RISQUE DE CHANGE

La société anonyme BIONIC est un acteur important du secteur de la chimie fine. Son ambition est
de se développer à l'international.

Première partie - Position de change

Le marché américain est de plus en plus important pour la société BIONIC. Outre des flux de
commandes clients et fournisseurs libellés en dollars (USD), celle-ci doit gérer les relations
financières avec une filiale de production récemment implantée aux Etats-Unis.

Travail à faire

A l'aide de l'annexe 8 :

1. Déterminer, le 28 mai 2008, la position de change en dollars de la société BIONIC.

2. Préciser la nature du risque de change correspondant.

3. Le 28 mai 2008, 1 euro étant égal à 1,4328 USD , calculer en euros la position de change en
dollars ce jour là.

4. Calculer, en euros, le gain ou la perte potentiel(le) dans les deux hypothèses suivantes au
moment du dénouement :
- première hypothèse : 1 € = 1.3025 USD ;
- deuxième hypothèse : 1 € = 1.5921 USD.

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 4/13


Deuxième partie - Couverture du risque de change

Le 28 mai 2008, la société BIONIC a conclu un contrat de vente avec un client japonais pour un
montant de 26 900 000 JPY, à régler dans 120 jours, le 30 septembre 2008. Compte tenu des
conditions de concurrence particulièrement sévères, l’entreprise a été obligée d’accepter un
règlement en yens. Le trésorier de la société, craignant une évolution défavorable du yen par rapport
à l’euro, demande à l’une de ses banques de formuler ses propositions de couverture. La banque lui
propose une opération de change à terme ou une opération sur option de change.

Travail à faire

A l’aide de l’annexe 9 :

1. Dans le cas d’une opération de change à terme :


1.1. Le trésorier doit-il acheter ou vendre des euros pour se couvrir ?
1.2. Indiquer dans quelle situation relative au cours du JPY ce procédé de couverture
est désavantageux pour l’entreprise. Justifier votre réponse.

2. Dans le cas d’une opération sur option yens contre euros :


2.1. Indiquer si le trésorier doit acquérir une option d’achat (call) ou une option de
vente (put).
2.2. Au 30/09/2008, au moment du règlement de la facture, le cours du yen est de :
1 EUR = 145,38 JPY.
Déterminer le montant net encaissé et le cours obtenu pour chaque JPY suite à
cette opération de couverture.
Présenter l’intérêt de cette opération de couverture.

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 5/13


Annexe 1

Compte de résultat simplifié de la société CALORA

Exercice 2 008 2 007


Production vendue 369 458 394 023
Production stockée 1 162 2 541
Subvention d'exploitation 0 3 500
Reprises sur dépréciations et provisions 5 481 4 545
Autres produits 450
Produits d'exploitation 376 101 405 059
Achats de matières et approvisionnements 79 674 84 250
Variation de stocks matières 7 124 6 325
Variation de stocks autres approvisionnements -350 310
Autres achats et charges externes (1) 63 000 67 120
Impôts et taxes 29 491 41 536
Charges de personnel 81 095 82 530
Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions 82 261 81 956
Autres charges 330
Charges d'exploitation 342 295 364 357
Résultat d'exploitation 33 806 40 702
Autres intérêts et produits assimilés 1 200 1 350
Produits financiers 1 200 1 350
Intérêts et charges assimilées 15 200 12 400
Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions 24 976 20 754
Charges financières 40 176 33 154
Résultat financier -38 976 -31 804
Sur opérations de gestion 0 12 448
Sur opérations en capital
Produits des cessions d'éléments d'actif 42 388 18 750
Subventions d'investissements virées au résultat 1 516
Reprises sur dépréciations et provisions 4 914
Produits exceptionnels 48 818 31 198
Sur opérations en capital (Valeur comptable des éléments d'actif
cédés) 32 052 12 450
Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions 21 634
Charges exceptionnelles 32 073 13 084
Résultat exceptionnel 16 745 18 114
Impôt sur les bénéfices 3 711 8 712
Résultat net de l'exercice 7 864 18 300
(1) Dont loyer de crédit-bail 11 250 0
(1) Dont personnel intérimaire 9 450 8 500

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 6/13


Annexe 2

Soldes intermédiaires de gestion de la société CALORA

Exercice 2008 2007


Production vendue: 369 458 394 023
Production stockée 1 162 2 541
Production de l'exercice (a) 370 620 396 564
Achats de matières premières 79 674 84 250
Variation de stock matières premières 7 124 6 325
Variation de stocks marchandises -350 310
Autres achats et charges externes 63 000 67 120
consommation en provenance de tiers (b) 149 448 158 005
Valeur ajoutée (a) – (b) 221 172 238 559
subvention d'exploitation 0 3 500
impôts taxes et versements assimilés - 29 491 - 41 536
Charges de personnel - 81 095 - 82 530
Excédent brut d'exploitation 110 586 117 993
Reprises sur dépréciations et provisions 5 481 4 545
Autres produits 450
Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions - 82 261 - 81 956
Autres charges - 330
Résultat d'exploitation 33 806 40 702
Produits financiers
Autres intérêts et produits assimilés 1 200 1 350
Charges financières
Intérêts et charges assimilées - 15 200 - 12 400
Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions - 24 976 - 20 754
Résultat courant avant impôt -5 170 8 898
Résultat exceptionnel 16 745 18 114
Impôt sur les bénéfices - 3 711 - 8 712
Résultat net de l'exercice 7 864 18 300

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 7/13


Annexe 3

Renseignements complémentaires sur la société CALORA

Informations relatives au compte de résultat.

- Aucun transfert de charges n’a eu lieu au cours des exercices 2008 et 2007
- La société a bénéficié en 2007 d’une subvention d’exploitation pour insuffisance de prix de
vente.

Engagements hors bilan

- Contrat de location-financement :
La société a souscrit début 2008 un contrat de location-financement concernant une
machine-outil. La durée de ce contrat est de 6 ans.
Cet équipement, d’une valeur de 54 000 €, aurait fait l’objet d’un amortissement linéaire sur
6 ans, s’il avait été acquis en pleine propriété.

- Créances cédées non échues :


En 2008 : 1 425 €
En 2007 : 1 215 €

Contenu des postes « variation des autres débiteurs » et « variation des autres créditeurs » du
tableau de financement :

La variation des autres débiteurs contient uniquement la variation des valeurs mobilières de
placement.
La variation des autres créditeurs contient uniquement la variation des dettes sur immobilisations.

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 8/13


Annexe 4

Tableau de financement de la société CALORA (1ère partie)

Exercice 2008.
Emplois stables
Distributions mises en paiement au cours de l’exercice 13 261
Acquisitions d'éléments de l’actif immobilisé
Immobilisations incorporelles 7 200
Immobilisations corporelles 92 068
Immobilisations financières 52 200
Charges à répartir sur plusieurs exercices
Réduction des capitaux propres
Remboursement de dettes financières 56 068
Total des emplois stables 220 797
Variation du fonds de roulement net global (ressource nette) 30 186
Ressources stables
Capacité d'autofinancement de l’exercice (1) 92 875
Cessions ou réductions d'éléments de l’actif immobilisé
Cessions d'immobilisations :
- incorporelles
- corporelles 42 388
Cessions ou réductions d'immobilisations financières 3 000
Augmentation des capitaux propres
Augmentation de capital ou apports 30 500
Augmentation des autres capitaux propres
Augmentation des dettes financières 82 220
Total des ressources durables 250 983
Variation du fonds de roulement net global (emploi net)

(1) Capacité d'autofinancement du plan comptable général.

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 9/13


Annexe 4 (suite)

Tableau de financement de la société CALORA (2ème partie)

Exercice 2008.
1 2 2-1
Variation du fonds de roulement net global Besoins Dégage- Solde
-ments
Variation « Exploitation »
Variation des actifs d'exploitation
Stocks et en cours 5 612
Avances et acomptes versés sur commandes
Créances clients, comptes rattachés et
autres créances d’exploitation 6 809
Variation des dettes d'exploitation
Avances et acomptes reçus sur commandes
Dettes fournisseurs, comptes rattachés et
autres dettes d’exploitation 8 862
Totaux 15 671 5 612
A Variation nette exploitation -10 059
Variation « Hors exploitation »
Variation des autres débiteurs 892
Variation des autres créditeurs 23 000
Totaux 23 000 892
B Variation nette hors exploitation -22 108
total A+B
Besoin de l’exercice en fonds de roulement
ou -32 167
Dégagement net en fonds de roulement
Variations « Trésorerie »
Variation des disponibilités 2 242
Variation des concours bancaires et soldes créditeurs de
banques 261
Totaux 261 2 242
C Variation nette trésorerie 1 981
Variation du fonds de roulement net global (A+B+C)
Emploi net
ou
Ressource nette -30 186

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 10/13


Annexe 5

Données de la société METALUX pour le calcul du besoin en fonds de roulement normatif.

* Activité et coûts (en € et HT)


Chiffre d’affaires HT : 2 120 000
Achats de matières premières : 600 000
Consommations de matières : 720 800
Coût de production des en-cours : 1 261 400
Coût de la production fabriquée : 1 684 000
Coût de la production vendue : 1 802 000
Autres charges externes : 306 340

* Les délais moyens sont les suivants :


Stocks de matières premières : 75 jours
Stocks de produits finis : 40 jours
Cycle de production : 15 jours
Clients France : 60 jours
Clients Export : 90 jours
Fournisseurs de matières premières : 60 jours
Fournisseurs d’autres charges externes de production : 30 % sont réglés au comptant
70 % sont réglés à 30 jours.

* Il est prévu que la structure du chiffre d’affaires hors taxes se stabilise à 70 % France et 30 %
Export.

* La TVA est de 19,6 % sur les ventes, les achats de matières premières et la totalité des autres
charges externes. Elle est réglée le 21 du mois suivant.

Annexe 6

Données moyennes du secteur d’activité

* BFR normatif : 90 jours de CA HT

* Les délais moyens sont les suivants :


- Stocks de matières premières : 30 jours
- Stocks de produits finis : 25 jours
- Clients : 45 jours
- Fournisseurs de matières premières : 60 jours

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 11/13


Annexe 7

Caractéristiques du projet d’investissement

Quel que soit le résultat trouvé dans la première partie de ce dossier, on retiendra, pour cette étude,
un besoin en fonds de roulement normatif de 120 jours de chiffre d’affaires hors taxes.

Au début de l’année 2009, l’entreprise fait l’acquisition d’un équipement d’une valeur de
420 000 €. Ce matériel fait l’objet d’un amortissement linéaire sur 4 ans. Il sera conservé par
l’entreprise à la fin de la période d’étude et on retiendra, à la fin de la 4ème année, une valeur
résiduelle de 180 000 €.

Le nombre de produits vendus la première année est de 2 000. Une augmentation de 5 % est prévue
pour la deuxième puis pour la troisième année. Le chiffre d’affaires de 2012 reste identique à celui
de 2011.
Le prix de vente unitaire est de 350 €. Il est constant sur toute la période.

Le coût variable de production représente 70 % du chiffre d’affaires. Les charges de structure hors
amortissement s’élèvent à 80 000 €.

Le taux d’actualisation retenu est de 10 %.


Le taux d’impôt sur les sociétés est de 33,1/3 %.

Tous les calculs seront arrondis à l’euro le plus proche.

Annexe 8

Renseignements pour l’établissement de la position de change le 28 mai 2008

Au bilan de la société BIONIC figurent les éléments suivants (en milliers d’USD) :

- Créances clients : 17 900


- Prêt à la filiale située aux Etats-Unis : 4 600
- Intérêts courus sur le prêt : 320
- Dettes fournisseurs : 8 100
- Emprunts bancaires : 34 100
- Intérêts courus sur les emprunts : 1 400

Commandes en cours au 28 mai 2008 :


- Commandes de clients situés aux USA : 45 700
- Commandes à des fournisseurs situés aux USA : 15 900

Annexe 9

Propositions de couverture du risque de change sur la vente au client japonais.

* Cours du yen le 28/05/2008 : 1 EUR = 163,16 JPY

* Change à terme : 1 EUR = 165,33 JPY

* Option JPY/EUR
- Nominal du contrat : 26 900 000 JPY
- Prix d’exercice : 1 EUR = 165 JPY
- Date d’échéance : 30/09/2008
- Prime : 1,4 % du nominal du contrat.

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 12/13


Annexe A (à rendre avec la copie)
Tableau des flux de trésorerie de la Centrale des Bilans de la Banque de France (2008)
Activité
CA HT et autres produits d'exploitation
- Variation "Clients" et autres créances d'exploitation
= Encaissements sur produits d'exploitation (a)
Achats et autres charges d'exploitation
- Variation "Fournisseurs" et autres dettes d'exploitation
= Décaissements sur charges d'exploitation (b)
FLUX DE TRESORERIE D'EXPLOITATION (a) - (b)
+ Flux liés aux opérations hors exploitation
- Charges d'intérêt
- Impôt sur les bénéfices décaissé
- Flux affecté à la participation des salariés
- Distribution mise en paiement
FLUX DE TRESORERIE INTERNE (A)
Investissement
Investissement d'exploitation hors production immobilisée 153 268
+ Acquisitions de participations et titres immobilisés 52 200
+ Variation des autres actifs immobilisés hors charges à
répartir -3 000
- Subventions d'investissement reçues 0
- Variation des dettes sur immobilisations 23 000
- Encaissements sur cessions d'immobilisations -42 388
FLUX LIE A L'INVESTISSEMENT (I) 183 080
Financement
Augmentation ou réduction de capital 30 500
- Variation des créances sur capital appelé non versé 0
= Flux lié au capital (c) 30 500
Nouveaux emprunts 136 220
dont nouveaux engagements de location-financement 54 000
- Remboursements d'emprunts -65 068
= Variation des emprunts (d) 71 152
Variation des crédits bancaires courants -261
+ Variation des créances cédées non échues 210
+ Variation avances de trésorerie reçues des groupes et
associés
+ Variation titres de créances négociables hors groupe
= Variation de trésorerie passif (e) -51
FLUX LIE AU FINANCEMENT ( F )= ( c ) + (d) + (e) 101 601
Variation de la trésorerie actif (A - I + F) -3 134
Variation des disponibilités -2 242
+ Variation des valeurs mobilières de placement -892
+ Variation des avances de trésorerie aux groupes et associés
= Variation de la trésorerie actif -3 134

DCG 2009 – UE6 – Finance d'entreprise 13/13


DCG session 2009 UE6 Finance d’entreprise Corrigé indicatif

DOSSIER 1

Première Partie

1) Evolution des SIG

Production vendue 369 458 394 023 -6,2%


Production stockée 1 162 2 541 -54,3%
Production de l'exercice 370 620 396 564 -6,5%
- C° en prov des tiers -149 448 -158 005 -5,4%
Valeur ajoutée 221 172 238 559 -7,3%
Ch de pers 81 095 82 530 -1,7%
EBE 110 586 117 993 -6,3%
Dot aux amort 82 261 81 956 0,4%
Résultat expl 33 806 40 702 -16,9%
Charges financières 40 176 33 154 21,2 %
Intérêts 15 200 12 400 22,6%
Résultat courant -5 170 8 898 -158,1%
Résultat exceptionnel 16 745 18 114 -7,6%
Résultat net 7 864 18 300 -57,0%

- Le résultat net est positif mais diminue de 57 % en 2008, ce qui est essentiellement dû à la baisse
d’activité d’un peu plus de 6 %.
- Maîtrise satisfaisante des coûts externes et de personnel ainsi que des dotations aux
amortissements.
- Augmentation sensible des charges financières (+ 21,2 %) composées des charges d’intérêt et de
dotations financières.
Cette évolution pèse lourdement sur les résultats dans un contexte de baisse d’activité : le résultat
courant diminue de 158 % et devient négatif.
- Le résultat net demeure positif grâce au résultat exceptionnel qui, tout en diminuant, reste d’un
niveau élevé.
Les importantes cessions d’immobilisations et les plus-values réalisées ont permis à l’entreprise de
demeurer bénéficiaire.

Le bénéfice présenté en 2008 n’est donc dû qu’aux cessions d’immobilisations. L’activité


proprement dite a produit un résultat négatif en 2008 en raison de la chute de l’activité et du
dérapage des charges financières.

2) VA (CDB) et RBE et justification

Calcul de la valeur ajoutée 2008 2007


Retraitement crédit bail 1
Retraitement personnel extérieur 1 1
Retraitement subvention d'exploitation 1

Calcul du RBE 2008 2007


Retraitement crédit bail 2
Autres produits 0,5
Autres charges 0,5

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/7


Ces soldes peuvent être calculés directement ou par correction des soldes PCG :

• Calcul direct
Production vendue 369 458 394 023
Production stockée 1 162 2 541
+ Subvention d'expl 3 500
- Achats -79 674 -84 250
- Variation de stocks -6 774 -6 635
- Achats et ch. externes -42 300 -58 620
VA (CDB) 241 872 250 559
- impôts et taxes -29 491 -41 536
- charges de personnel (1) -90 545 -91 030
+ autres produits 450
- autres charges -330
RBE 121 836 118 113

(1) 90545 = 81095 + 9450


91030 = 82530 + 8500

• Correction des soldes PCG

VA PCG 221 172 238 559


+ subvention expl 3 500
+ loyer crédit-bail 11 250
+ personnel extérieur 9 450 8 500
VA (CDB) 241 872 250 559

EBE 110 586 117 993


+ loyer crédit-bail 11 250
+ autres produits 450
- autres charges -330
RBE 121 836 118 113

● Commentaire.
Taux de variation de VA (CDB) = -3,5 %
Taux de variation du RBE = 3,2 %

Les soldes CDB sont d’un niveau plus élevé que ceux du PCG et présentent des évolutions qui sont
meilleures : la VA ne baisse plus que de 3,5 % pour une diminution de l’activité de 6 %. Et le RBE
augmente de 3,2 % alors que l’EBE chute de 6 %.
Les retraitements ont donc pour effet d’améliorer la présentation de ces deux résultats pour l’année
2008.

3) Justification des retraitements effectués.

Les retraitements effectués sont préconisés par la CDB et concernent les redevances crédit-bail, le
personnel extérieur et la subvention d’exploitation.
Ces retraitements ont comme principaux objectifs :
● De faciliter les comparaisons entre entreprises d'un même secteur d'activité ; par exemple une
entreprise peut avoir choisi de financer son investissement soit par un emprunt, soit par crédit-bail.
Le retraitement de la CDB permet de faire abstraction de ce choix.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 2/7


● De se rapprocher de la réalité économique du fonctionnement de l'entreprise ; par exemple, le
personnel extérieur participe de la même façon que le personnel sous contrat à la création de
richesse de l'entreprise; il est donc logique d'intégrer ces charges externes dans le coût du
personnel.

Deuxième Partie

1) 11. Différence essentielle entre un tableau de flux de trésorerie et un tableau de


financement.

Le tableau de flux de trésorerie est centré sur la trésorerie alors que le tableau de financement est
centré sur le suivi de l'équilibre financier.
Ainsi, un tableau de flux de trésorerie présente la trésorerie générée sur un exercice par chacun des
trois cycles d’opérations (activité, investissement, financement) et met en évidence la contribution
de chacun d’eux à la variation de la trésorerie sur un exercice.

12. Intérêt pour la gestion.

La trésorerie est un indicateur clé de la gestion et de l’analyse financière. En effet, elle assure la
solvabilité de l’entreprise et donc sa pérennité.
D'autre part elle permet le financement de la croissance.
Il est donc essentiel pour une entreprise de pouvoir suivre et analyser sa trésorerie.

2) Tableau de flux de la CDB.


Activité
Chiffre d'affaires hors taxes et autres produits d'exploitation 369 458
Variation Clients et autres créances exploitation -7 019
= Encaissements sur produits d'exploitation (a) 362 439
Achats et autres charges d'exploitation 242 010
Variation Fournisseurs et autres dettes exploitation 8 862
= Décaissements sur charges d'exploitation (b) 250 872
FLUX DE TRESORERIE D'EXPLOITATION (a) - (b) 111 567
Flux liés aux opérations hors exploitation 1 200
- Charges d'intérêt -17 450
- Impôt sur les bénéfices décaissé -3 711
- Flux affecté à la participation des salariés
- Distributions mises en paiement -13 261
FLUX DE TRESORERIE INTERNE 78 345

Variation clients et comptes rattachés (TdF) 6 809


Variation EENE 210
Variation clients et autres créances exploitation 7 019

Achats matières et approvisionnements 79 674


Autres achats et charges externes (1) 51 750
Impôts et taxes 29 491
Charges de personnel 81 095
Achats et autres charges d'exploitation 242 010
(1) 63 000 – 11 250 = 51750

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 3/7


Charges d'intérêt 15 200
Intérêt dans redevance CB (1) 2 250
Charges d'intérêt corrigées 17 450

(1) 54 000 / 6 = 9 000 donc 11 250 – 9 000 = 2 250

3) Commentaire du tableau.

Le flux de trésorerie interne est largement positif et permet de couvrir une part importante (43 %)
du flux de trésorerie lié à l’investissement.
Les investissements opérés durant l’exercice ont également été financés par un montant élevé de
cessions d’immobilisations.
Leur financement a été complété par un fort endettement supplémentaire, par une augmentation de
capital ainsi que par un faible prélèvement sur la trésorerie – actif.
L’entreprise s’endette donc davantage alors que ses remboursements sont déjà élevés, tout en
restant couverts par le flux de trésorerie interne.

DOSSIER 2

Première partie.

1) Intérêt de la notion de BFR normatif.

- Le BFR normatif, exprimé en jours de CA HT, permet de prévoir l’investissement en BFR et


donc le FRNG nécessaire.
- Le BFR normatif permet de faire une analyse du BFR constaté au bilan.
- le BFR normatif permet de réaliser des simulations et d'étudier l'impact de la variation d'un poste
sur la trésorerie.

2) Calcul du BFR normatif en jours de CA HT.

coefficients
Délais de j. de CA HT
structure
Emplois Ressources
Stocks matières 75 34,0% 25,5
Stocks en-cours 15 59,5% 8,9
Stocks produits finis 40 85% 34
Clients France 60 83,70% 50,2
Clients Export 90 30% 27
TVA déductible 36 8,4% 3,02
Fournisseurs
matières prem 60 33,80% 20,3
Fourn. autres ch.
externes 21 17,30% 3,6
TVA collectée 36 13,72% 4,94
148,62 28,84
BFR normatif = 119,78 j. de CA HT

Clients France : coefficient = 70 % × 1,196 = 83,7 %


Fournisseurs autres charges externes : durée = 30 × 70 % = 21 jours

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 4/7


3) Analyse du résultat retenu et indiquer les mesures

Le BFR normatif de la société METALUX représente 120 jours de CA HT, ce qui paraît
particulièrement élevé. Pour le secteur d’activité, le BFR normatif représente en moyenne 90 jours
de CA HT. Le besoin de financement de l’activité de la société METALUX est donc supérieur
d’1/3 à celui présenté en moyenne par le secteur d’activité.
Cet écart, très important, est dû :
- à des délais de stockage beaucoup plus longs (plus du double pour les matières et 15 jours de plus
pour les produits). La gestion des stocks paraît donc problématique.
- à des délais de paiement des clients beaucoup plus élevés que ceux pratiqués dans le secteur
d’activité (45 jours pour le secteur d’activité contre 69 jours, tous clients confondus, pour la société
METALUX).
L’entreprise semble avoir utilisé les délais de paiement pour conquérir des parts de marché.
Les mesures qui pourraient être envisagées pour améliorer cette situation :
● Réduire les stocks ;
● Rapprocher les délais de paiement des clients de ceux existant au niveau du secteur d’activité.

Deuxième Partie

1) Taux d’actualisation.
Le taux d’actualisation peut être déterminé à partir de :
- le coût du financement
- le taux requis par les apporteurs de capitaux (actionnaires et prêteurs)
- le taux de rentabilité minimum exigé par l’entreprise.
- le coût d'opportunité.

2) Tableau des flux nets de trésorerie liés à l’investissement.

Deux versions de corrigé sont proposées suivant le montant des dotations aux amortissements
calculés avec ou sans tenir compte de la valeur résiduelle :
Version 1 (dotation aux amortissements = 60 000)
Calcul des CAF
2009 2010 2011 2012
Chiffre d'affaires 700 000 735000 771750 771750
- coût variable -490000 -514500 -540225 -540225
- charges fixes -80 000 -80 000 -80 000 -80 000
EBE avant IS 130 000 140 500 151 525 151 525
- dot aux amort. -60 000 -60 000 -60 000 -60 000
Résultat d'exploitation 70 000 80 500 91 525 91 525
IS -23333 -26833 -30508 -30508
Calcul des CAF 106 667 113 667 121 017 121 017

FNT liés à l’investissement :


2008 2009 2010 2011 2012
CAF 106 667 113 667 121 017 121 017
Variation BFRE -233 333 -11 667 -12 250 257 250
Acquisition de l'équipement -420 000
Valeur résiduelle 180 000
FNT liés à l'inv -653 333 95 000 101 417 121 017 558 267

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 5/7


3) Calcul de la VAN.

VAN (10%) = - 653 333 + 95 000 × 1,10-1 + ...... + 558 267 × 1,10-4 = - 10 928 €

La VAN est négative. L’investissement n’est pas rentable. La réalisation de ce projet détruirait de
la valeur.

Version 2 (dotation aux amortissements = 105 000)


Calcul des CAF
2009 2010 2011 2012
Chiffre d'affaires 700 000 735000 771750 771750
- coût variable -490000 -514500 -540225 -540225
- charges fixes -80 000 -80 000 -80 000 -80 000
EBE avant IS 130 000 140 500 151 525 151 525
- dot aux amort. -105 000 -105 000 -105 000 -105 000
Résultat d'exploitation 25 000 35 500 46 525 46 525
IS - 8333 -11 833 - 15 508 - 15 508
Calcul des CAF 121 667 128 667 136 017 136 017

FNT liés à l’investissement :


2008 2009 2010 2011 2012
CAF 121 667 128 667 136 017 136 017
Variation BFRE -233 333 -11 667 -12 250 257 250
Acquisition de l'équipement -420 000
Valeur résiduelle 180 000
FNT liés à l'inv -653333 110 000 116 417 136 017 573 267

3) Calcul de la VAN.

VAN (10%) = - 653 333 + 110 000 × 1,10-1 + 573 267 × 1,10-4 = 36 619

La VAN est positive. L’investissement est rentable. La réalisation de ce projet créerait de la valeur.

DOSSIER 3

Première partie

1) Position de change en dollars :

Montant des dettes et des commandes fournisseurs :


8 100 + 34 100 + 1 400 + 15 900 = 59 500

Montant des créances et des commandes clients :


17 900 + 4 600 + 320 + 45 700 = 68 520

Position de change = 59 500 – 68 520 = - 9 020 milliers d’euros.

2) Risque de change correspondant.

De par sa position de change, l’entreprise est exposée au risque de diminution du cours de l’USD
par rapport à l’euro.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 6/7


3) Montant de la position de change en € pour un cours de 1,4328 USD
9 020 000 USD = 9 020 000 / 1,4328 = 6 295 365,71 €
4) Gain ou perte de change
41. 1 € = 1,3025
Position de change = 9 020 000 / 1,3025 = 6 925 143,95 €.
D’où gain de change = 6 925 143,85 – 6 295 365,71 = 629 778,24 €
42. 1 € = 1,5921
Position de change = 9 020 000 / 1,5921 = 5 665 473,27 €
D’où perte de change = 5 665 473,27 – 6 295 365,71 = - 629 892,44 €.

Deuxième partie.

1) Opération de change à terme.


11. Achat ou vente d’euros à terme
L’entreprise doit acheter des euros à terme contre des yens.
12. Situation dans laquelle ce procédé est désavantageux pour l’entreprise.
Si le cours du yen est tel que 1€ < 165,33 JPY, le procédé de couverture est désavantageux pour
l’entreprise.
En effet, quelle que soit l’évolution du cours du yen, l’entreprise devra acheter ses euros auprès de
sa banque au cours de 1 € = 165,33 JPY. Si, au moment de la conversion, le cours du yen est plus
élevé que le cours du contrat à terme, l’entreprise ne pourra pas bénéficier de cette évolution
favorable.
2) Opération sur option de change.

21. Type d’option à acquérir.


Il s’agit d’une option « yens contre euros ».
Le 30 / 09 / 2008, l’entreprise vendra ses yens contre des euros.
L’entreprise doit donc acheter une option de vente de yens contre euros ou acheter une option
d’achat d’euros contre yens.
22. Dénouement de la situation au 30/09/2008 pour un cours de 1€ = 145,38 JPY.
Le cours du yen a augmenté. Il est supérieur au prix d’exercice.
L’entreprise abandonnera son option et vendra ses yens au cours de 145,38.
Elle encaissera : 26 900 000 / 145,38 = 185 032,33 €.
Elle a payé son option : 0,014 × 26 900 000 = 376 600 JPY soit en euros, au cours du 28/05/08 :
376 600 / 163,16 = 2 308,16 €
Soit montant net encaissé = 185 032,33 – 2 308,16 = 182 724,17 €
Cours auquel elle a vendu ses yens = 26 900 000 / 182 724,17 = 147,22.
Intérêt de cette opération de couverture : en ayant la possibilité d’abandonner l’option, l’entreprise
bénéficie en grande partie de l’évolution favorable du cours du yen.
Elle vend ses yens à 1€ = 147,22 JPY et non au prix d’exercice : 1€ = 165 JPY.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 7/7


1010006
● ●
DCG
● ●

SESSION 2010

UE 6 - FINANCE D’ENTREPRISE
Durée de l’épreuve : 3 heures - coefficient : 1
Document autorisé :
Aucun document autorisé.
Matériel autorisé :
Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans aucun moyen de
transmission, à l’exclusion de tout autre élément matériel ou documentaire (circulaire n° 99-186 du
16/11/99 ; BOEN n° 42).
Document remis au candidat :
Le sujet comporte 11 pages numérotées de 1 à 11, dont 1 annexe à rendre.
Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.
Le sujet se présente sous la forme de 3 dossiers indépendants
Page de garde………………………………………………………………………………………. page 1
DOSSIER 1 - Diagnostic financier (6 points)……………………………………………………. page 2
DOSSIER 2 - Etude du couple rentabilité, risque (9 points)……………………………………. page 3
DOSSIER 3 - Gestion de trésorerie (5 points)…………………………………………………… page 4

Le sujet comporte les annexes suivantes:

DOSSIER 1
Annexe 1 - Informations complémentaires société Soul-truck page 5
Annexe 2 - Tableau des immobilisations au 31 décembre 2009 page 5
Annexe 3 - Tableau des amortissements au 31 décembre 2009 page 6
Annexe 4 - Tableau des dépréciations et des provisions au 31 décembre 2009 page 6
Annexe 5 - Compte de résultat de la société Soul-truck page 7
Annexe 6 - Bilan de la société Soul-truck au 31/12 page 8
Annexe A - Tableau de flux de trésorerie de l’Ordre des Experts Comptables, à rendre page 11

DOSSIER 2
Annexe 7 - Documents simplifiés de l’entreprise A pour l’exercice N page 9
Annexe 8 - Documents simplifiés de l’entreprise B pour l’exercice N page 9

DOSSIER 3
Annexe 9 - Prévisions de trésorerie pour le premier trimestre 2010 page 10

NOTA : l’annexe A doit obligatoirement être rendue avec la copie.

AVERTISSEMENT
Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes, vous conduit à formuler une ou plusieurs
hypothèses, il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie.

DCG 2010 – UE 6 Finance d'entreprise 1 / 11


SUJET

Il vous est demandé d’apporter un soin particulier à la présentation de votre copie.


Toute information calculée devra être justifiée.

DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

La société « Soul-truck » est spécialisée dans le transport des produits alimentaires.


Elle a vu ces dernières années son chiffre d'affaires augmenter régulièrement grâce à une politique
commerciale très dynamique et des investissements importants, en particulier en matériel de
transport. Consciente néanmoins des difficultés du secteur, de la pression salariale et des tensions
régulières en termes de liquidités, elle souhaiterait disposer d'un document lui permettant de suivre
sa situation financière, mais surtout d'analyser l'évolution de sa trésorerie et de pallier rapidement
des risques éventuels de défaillance.
Monsieur Dubouilh, son PDG, informé depuis quelques années de l'existence des tableaux de flux
de trésorerie, vous demande de lui présenter ce type de document qui semble convenir à son besoin
d'information financière, puis de l'établir pour l'année 2009 afin de l'utiliser pour effectuer un
diagnostic de son entreprise.

Travail à faire

A l’aide des annexes 1 à 6 et A :

1. Expliquer en quoi les tableaux de flux de trésorerie permettent de répondre aux besoins
d’analyse de l’évolution de la trésorerie et des risques de défaillance des entreprises.

2. Donner la signification de la marge brute d’autofinancement qui apparaît dans le tableau


de flux de trésorerie de l’Ordre des Experts Comptables (voir annexe A).

3. A l'aide des informations complémentaires et des documents de synthèse fournis en annexe,


compléter le tableau des flux de trésorerie de l'OEC (annexe A à rendre avec la copie).
NB : tous vos calculs doivent être justifiés en annexe du tableau.

4. Présenter dans un tableau, le calcul des indicateurs suivants pour les années 2008 et 2009 :
• Valeur ajoutée (VA)
• Excédent brut d’exploitation (EBE)
• Résultat d’exploitation
• Ratio d’autonomie financière
• Capacité de remboursement.

5. Etablir un diagnostic sur l’évolution des résultats et de la situation financière de


l’entreprise « Soul-truck » (une page maximum).

DCG 2010 – UE 6 Finance d'entreprise 2 / 11


DOSSIER 2 - ETUDE DU COUPLE RENTABILITE, RISQUE

Monsieur Castet, le dirigeant de l'entreprise « Guilhem et fils », souhaite que vous lui prépariez un
dossier mettant en évidence les rapports entre la rentabilité et le risque, tant au niveau économique
que financier.

Pour mieux lui présenter les liens entre rentabilité et risque et pouvoir l'aider à prendre ensuite des
décisions raisonnées, vous étudierez tout d'abord ces concepts sur une situation de base, puis dans
une perspective de baisse du chiffre d'affaires consécutive aux difficultés économiques que
Monsieur Castet semble ne pas pouvoir écarter pour la période à venir.
La situation de base est illustrée par deux entreprises théoriques A et B ayant le même chiffre
d'affaires mais ayant fait des choix de financement différents (voir en annexes 7 et 8 les bilans et
comptes de résultat condensés de A et de B)
Il s'agira donc, sur la base de ces documents simplifiés, à l'aide de calculs spécifiques relatifs à
l'étude de la rentabilité et du risque, de lui exposer les raisons qui font que l'une des sociétés est plus
rentable et/ou plus risquée que l'autre.

A l’aide des annexes 7 et 8 :

A. Approche au niveau économique : étude de la rentabilité économique et du risque économique

Travail à faire

1. Définir la notion de rentabilité économique et indiquer les modalités de son calcul.

2. Déterminer la rentabilité économique avant et après impôt sur les sociétés pour l'entreprise
A et pour l'entreprise B.

3. Définir le risque économique (appelé aussi risque d'exploitation).

4. Calculer le levier d’exploitation des entreprises A et B. Commenter les résultats obtenus.

5. Quels sont les autres outils de mesure du risque économique ?

6. D’une manière générale, expliquer comment une entreprise peut diminuer son risque
économique.

B. Approche au niveau financier : étude de la rentabilité financière et du risque financier

Travail à faire

7. Définir la notion de rentabilité financière et indiquer les modalités de son calcul.

8. Calculer la rentabilité financière avant et après impôt sur les sociétés pour les entreprises A
et B.

DCG 2010 – UE 6 Finance d'entreprise 3 / 11


9. Justifier la différence observée entre la rentabilité financière de l'entreprise A et celle de B.

10. Définir le risque financier.

On suppose maintenant que l’activité va connaître une baisse de 10% au cours de l'année N+1
sachant que les autres conditions restent inchangées.

11. Calculer l'impact de cette baisse du chiffre d'affaires de 10% pour les entreprises A et B
sur les grandeurs suivantes :
- la rentabilité économique avant et après impôt sur les sociétés ;
- la rentabilité financière avant et après impôt sur les sociétés.

12. Conclure sur le niveau d'exposition des deux entreprises A et B aux risques économique et
financier en comparant l’impact de la baisse du chiffre d’affaires sur la situation des deux
entreprises.

DOSSIER 3 - GESTION DE LA TRESORERIE

Préoccupé par les coûts des financements, le responsable financier de la société « Tosca »
s’interroge sur les modalités de son financement à court terme.
Il vous communique ses prévisions de trésorerie du premier trimestre 2010 ainsi que les traites dont
il dispose dans son portefeuille.

Travail à faire

A l’aide de l’annexe 9 :

1. Préciser ce que représentent les jours de banque.

2. Si l’entreprise recourait à l’escompte de ses effets de commerce le 4 janvier 2010 pour


résorber son déficit de trésorerie prévisionnel du premier trimestre 2010, déterminer l’agio
total HT. Calculer le taux réel moyen de ce crédit. Calculer le taux réel de ce crédit pour
l’effet N°1001. Conclure.

3. Si l’entreprise recourait au découvert bancaire, calculer l’agio HT et le taux réel du


découvert.

4. Indiquer le mode de financement à retenir. Proposer une autre solution mixte qui pourrait
être plus intéressante (sans faire de calcul).

5. Face au développement de l’entreprise, le nombre des clients a augmenté et le responsable


financier s’interroge sur l’opportunité de faire appel à une société d’affacturage. Expliquer en
quoi consiste l’affacturage.

DCG 2010 – UE 6 Finance d'entreprise 4 / 11


Annexe 1

Informations complémentaires (société Soul-truck)

- Le résultat de 2008 a été intégralement mis en réserves.


- Un seul emprunt a été souscrit en 2009 pour un montant de 3 700 k€.
- Les charges constatées d'avance, les créances diverses et les dettes fiscales et sociales sont liées à
l'activité.
- Dans les emprunts et dettes diverses il y a des intérêts courus et non échus : 31 k€ en 2008 et
33 k€ en 2009.
- Dans les autres dettes diverses figurent des comptes courants d'associés faisant l’objet d’une
convention de blocage (avances faites à l'entreprise) pour un montant de : 156 k€ en 2008 et 128 k€
en 2009.
- Les valeurs mobilières de placement sont aisément négociables et peuvent être assimilées à de la
trésorerie.
- Au cours de l'année 2009 l’augmentation de capital est due à une incorporation de réserves.
- Les concours bancaires courants sont momentanés.
Remarque : ne pas tenir compte de l'impôt sur les sociétés sur les plus values de cession.

Annexe 2

Tableau des immobilisations au 31 décembre 2009 (k€)

Valeur brute des Valeur brute des


immobilisations immobilisations à
Immobilisations Augmentations Diminutions
au début de la fin de
l'exercice l'exercice
Immobilisations corporelles
Constructions 5 745 50 5 795
Matériel et outillage 376 95 471
Agencement 1 851 37 1 888
Matériel de transport 8 859 5 454 462 13 851
Matériel de bureau 807 72 879
Immobilisations : divers 403 403
Immobilisations en cours 3 1 100 3 1 100
Avances et acomptes 38 38

Immobilisations financières
Participations 46 46
Prêts et autres titres
immobilisés 135 145 280
Total 18 225 6 991 465 24 751

DCG 2010 – UE 6 Finance d'entreprise 5 / 11


Annexe 3

Tableau des amortissements au 31 décembre 2009 (k€)

Montant des
Montant des
Immobilisations amortissements
Augmentations Diminutions amortissements à
amortissables au début de
la fin de l'exercice
l'exercice
Constructions 2 383 415 2 798
Matériel et outillage 232 50 282
Agencements 428 220 648
Matériel de transport 6 638 2 157 462 8 333
Matériel de bureau 397 134 531
Divers 390 12 402
Total 10 468 2 988 462 12 994

Annexe 4

Tableau des dépréciations et des provisions au 31 décembre 2009 (k€)

Montant au début Montant à la fin


Dotations Reprises
de l'exercice de l'exercice
Participations 41 41
Prêts 105 105

Créances clients 215 446 66 595


Créances diverses 263 263

Provisions pour risques 220 84 209 95


Provisions pour charges 353 170 353 170
Total 788 1 109 628 1 269

DCG 2010 – UE 6 Finance d'entreprise 6 / 11


Annexe 5 - Compte de résultat de la société Soul-truck- Exercice 2009 (k€)
Charges (hors taxes) 2009 2008 Produits (hors taxes) 2009 2008
Charges d'exploitation Produits d'exploitation
Coût d'achat des marchandises vendues dans l'exercice Ventes de marchandises
• Achats de marchandises Production vendue 30 350 23 434
• Variation des stocks de marchandises Ventes
Consommations de l'exercice en provenance des tiers 12 805 8 698 Travaux
• Achats stockés d'approvisionnements 2 977 2 335 Prestations de services
• Variation des stocks d'approvisionnements 57 70 Montant net du chiffre d'affaires 30 350 23 434
• Achats de sous-traitance Production stockée
• Achats non stockés de matières et fournitures Production immobilisée
• Services extérieurs 9 771 6 293 Subvention d'exploitation
- Personnel extérieur Reprises sur dépréciations, provisions 628 76
- Loyers en crédit-bail Transfert de charges 1 102
- Autres Autres produits 303 194
TOTAL 32 383 23 704
Impôts, taxes et versements assimilés 1 207 895
Charges de personnel 11 116 8 416 Produits financiers
- Salaires et traitements 7 758 5 853 De participations 45 22
- Charges sociales 3 358 2 563 D'autres valeurs mobilières et créances de l'actif
immobilisé
Dotations aux amortissements et dépréciations 3 729 2 709 Autres intérêts et produits assimilés
Sur immobilisations : dotations aux amortissements 2 988 2 317 Reprises sur dépréciations et provisions, transferts de
charges financières
Sur immobilisations : dotations aux dépréciations 41 Différences positives de change
Sur actif circulant: dotations aux dépréciations 446 18 Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de 10
placement
Pour risques et charges: dotations aux provisions 254 374 TOTAL 55 22
Autres charges 5 31
TOTAL 28 862 20 749 Produits exceptionnels
Sur opération de gestion 88 14
Charges financières
Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions 105 Sur opérations en capital
Intérêts et charges assimilées 791 724 - produits des cessions d'éléments d'actif 131 6
Différences négatives de change - subventions d'investissements virées au compte de 4
résultat
Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement 6 Reprises sur dépréciations et provisions, transferts de
charges
TOTAL 896 730 TOTAL 223 20
Charges exceptionnelles
Sur opérations de gestion 137 55 Solde débiteur – perte
Sur opérations en capital
- Valeurs comptables des éléments immobilisés et financiers cédés
Dotations aux amortissements et aux provisions 263 16
TOTAL 400 71
Participation des salariés aux résultats
Impôts sur les bénéfices 1 288 1 180
Solde créditeur bénéfice 1 215 1 016
TOTAL GENERAL 32 661 23 746 TOTAL GENERAL 32 661 23 746

DCG 2010 – UE 6 Finance d'entreprise 7 / 11


Annexe 6 - Bilan de la société Soul- truck au 31/12/2009 (k€)
ACTIF 2009 2008 PASSIF (avant répartition) 2009 2008
Brut Amt. / Net
Dep.
Capital souscrit non appelé TOTAL 0 Capital 2 283 1 517
Immobilisations incorporelles Primes d'émission, de fusion, d'apport
Frais d'établissement Ecarts de réévaluation

CAPITAUX PROPRES
Frais de recherche et développement Ecart d'équivalence
Concessions, brevets, licences, marques, logiciels Réserves
Fonds commercial Réserve légale 146 95
Autres immobilisations incorporelles Réserves statutaires et contractuelles 1 523 1 324
ACTIF IMMMOBILISE

Immobilisations incorporelles en cours Réserves réglementées


Avances et acomptes Autres
Immobilisations corporelles Report à nouveau
Terrains Résultat de l'exercice (bénéfice ou perte) 1 215 1 016
Constructions 5 795 2 798 2 997 3 362 Subventions d'investissement 6 10
Installations techniques, matériels industriels 471 282 189 144 Provisions réglementées
Autres immobilisations corporelles 17 021 9 914 7 107 4 067 TOTAL I 5 173 3 962
Immobilisations corporelles en cours 1 100 1 100 3 Autres fonds Produit des émissions de titres participatifs
Avances et acomptes 38 38 propres Avances conditionnés
Immobilisations financières TOTAL I BIS
Participations 46 41 5 46 Provisions pour risques 95 220
Autres titres immobilisés 175 175 135 Provisions Provisions pour charges 170 353
Prêts 105 105 TOTAL II 265 573
TOTAL I 24 751 13 140 11 611 7 757
Stocks et en cours Dettes financières
Matières premières et autres approvisionnements 285 285 342 Emprunts obligataires convertibles
En-cours de production (biens et services) Autres emprunts obligataires
Produits intermédiaires et finis Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit (1) 7 473 5 577
Marchandises Emprunts et dettes financières divers 572 1 171
Avances et acomptes versés sur commandes 15 15 11
Créances d'exploitation Avances et acomptes reçus sur commandes en cours
Créances clients et comptes rattachés 8 811 595 8 216 4 858
Autres créances d'exploitation Dettes d'exploitation
ACTIF CIRCULANT

Créances diverses 1 507 263 1 244 Dettes fournisseurs et comptes rattachés 4 396 1 251
Capital souscrit et appelé, non versé Dettes fiscales et sociales

DETTES
Valeurs mobilières de placement Autres dettes d'exploitation
Actions propres Dettes diverses
Autres titres 1 090 1 090 277 Dettes sur immobilisations et comptes rattachés 570 6
Instruments de trésorerie Dettes fiscales (impôts sur les bénéfices) 4 089 2 974
Disponibilités 231 231 2 537 Autres dettes diverses 289 478
Charges constatées d'avance 135 135 210 Instruments de trésorerie
TOTAL II 12 074 858 11216 8235 Produits constatés d'avance
Charges à répartir sur plusieurs exercices TOTAL III 17 389 11 457
Primes de remboursement des emprunts
Ecarts de conversion actif Ecarts de conversion passif

TOTAL GENERAL 36 825 13 998 22 827 15 992 TOTAL GENERAL 22 827 15 992

(1)dont concours bancaires et soldes créditeurs 573 177


DCG 2010 – UE 6 Finance d'entreprise 8 / 11
Annexe 7

Documents simplifiés de l'entreprise A pour l' exercice N

Bilan entreprise A en k€ année N

Actif immobilisé 73 200 Capital 60 000


Stock 30 400 Réserves 42 200
Créances 31 600 Résultat 10 134
Liquidités 7 800 Dettes financières
Autres dettes 30 666
Total 143 000 Total 143 000

Compte de résultat entreprise A en k€ année N

Charges variables d'exploitation 68 700 Chiffre d'affaires 91 200


Charges fixes d'exploitation 7 300
Charges financières
Impôt sur les sociétés I/S 5 066
Résultat net 10 134
Total 91 200 Total 91 200

Annexe 8

Documents simplifiés de l'entreprise B pour l'exercice N

Bilan entreprise B en k€ année N

Actif immobilisé 73 200 Capital 30 000


Stock 30 400 Réserves 40 200
Créances 31 600 Résultat 8 600
Liquidités 7 800 Dettes financières (1) 32 000
Autres dettes 32 200

Total 143 000 Total 143 000

(1) il n'y a pas de concours bancaires courants dans les dettes financières

Compte de résultat entreprise B en k€ année N

Charges variables d'exploitation 50 600 Chiffre d'affaires 91 200


Charges fixes d'exploitation 25 400
Charges financières (2) 2 300
Impôt sur les sociétés I/S 4 300
Résultat net 8 600
Total 91 200 Total 91 200

(2) les charges financières se rapportent uniquement aux dettes financières

NB : les capitaux propres à retenir dans vos calculs ultérieurs comprennent les capitaux propres hors résultat à la
clôture de l'exercice. Les capitaux investis sont composés des capitaux propres et des dettes financières.

DCG 2010 – UE6 Finance d'entreprise 9 / 11


Annexe 9

Prévisions de trésorerie pour le premier trimestre 2010

Pour le premier trimestre 2010, un déficit de trésorerie prévisionnel apparaîtrait du 5janvier au 15 mars.
Les soldes de trésorerie prévisionnels sont les suivants :
- du 05/01 inclus au 02/02 inclus : solde débiteur de 40 000 €
- du 03/02 inclus au 03/03 inclus : solde débiteur de 55 000 €
- du 04/03 inclus au 15/03 inclus : solde débiteur de 15 000 €.
Les soldes sont ensuite positifs jusqu’au 31/03.
Le mois de février comprend 28 jours.

La société possède des effets de commerce en portefeuille dont les caractéristiques sont les suivantes :
- effet N° 1001 à échéance du 31/01 d’un montant de 10 000 €
- effet N° 1002 à échéance du 15/03 d’un montant de 25 000 €
- effet N° 1003 à échéance du 31/03 d’un montant de 20 000 €.

Le directeur financier a négocié les conditions suivantes avec sa banque :

Escompte :

- taux d’escompte : 10%


- commission d’endos : 0,60%
- commission de manipulation : 3 € HT par effet.
La banque applique 1 jour banque aux effets remis à l’escompte.
La banque applique 1 jour de valeur aux effets remis à l’escompte et 3 jours de valeur aux effets remis à
l’encaissement.
La banque applique un minima de 300 € par effet pour le montant de l’escompte.

Découvert :

- taux du découvert : 10,5%


- commission du plus fort découvert : 0,05%
- commission de dépassement : 0,25%
- plafond de découvert négocié : 50 000 €.

DCG 2010 – UE6 Finance d'entreprise 10 / 11


Annexe A

Tableau de flux de trésorerie de l'Ordre des Experts Comptables à partir du résultat net

(à rendre avec la copie)

Opérations Exercice N

Flux de trésorerie liés à l'activité ……………...


RESULTAT NET ……………
Élimination des charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à l'activité …
. Amortissements, dépréciations et provisions (1) ……………
. Plus-values de cessions nettes d'impôts

. Quote-part des subventions d'investissement virée au résultat
……………
Marge brute d'autofinancement
. Moins : variation du besoin en fonds de roulement lié à l'activité …
Stocks ……………
Créances d'exploitation …
Dettes d'exploitation ……………
Autres créances liées à l'activité …
Autres dettes liées à l'activité ……………
Flux net de trésorerie généré par l'activité …
……………

……………

……………

……………

……………

Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement ……………...


Acquisitions d'immobilisations ……………...
Cessions d'immobilisations nettes d'impôts ……………...
Réductions d'immobilisations financières ……………...
Variation des créances et dettes sur immobilisations
……………...
Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement

Flux de trésorerie liés aux opérations de financement ……………...


Dividendes versés ……………...
Incidence des variations de capital ……………...
Émissions d'emprunts ……………...
Remboursements d'emprunts
……………...
Subventions d'investissements reçues
……………...
Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement

Variation de la trésorerie ……………...


Trésorerie d'ouverture ……………...
Trésorerie de clôture

(1) à l'exclusion des dépréciations sur actif circulant.


DCG 2010 – UE6 Finance d'entreprise 11 / 11
NB : bien indiquer les signes +/- à gauche des montants dans le tableau

DCG 2010 – UE6 Finance d'entreprise 12 / 11


DCG session 2010 UE4 Finance d’entreprise Corrigé indicatif

Dossier 1 - Diagnostic financier

1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie


- Analyse de l’évolution de la trésorerie
Les tableaux de flux de trésorerie sont centrés sur la trésorerie. Ils mettent en évidence la contribution de chaque
cycle d’opération à la formation de la trésorerie. Ils fournissent des informations sur la capacité de l’entreprise à
générer de la trésorerie et sur les conséquences sur la trésorerie des décisions d’investissement et de financement.
Ils permettent ainsi un suivi efficace de l’évolution de la trésorerie.
- Analyse des risques de défaillance
Un flux net de trésorerie généré par l’activité négatif sur plusieurs exercices est un indicateur du risque de faillite.

2. Signification de la MBA
La MBA traduit le flux de fonds (flux de trésorerie potentielle) généré par l’activité globale de l’entreprise. C’est
un flux voisin de la CAF Il doit être corrigé par la variation du BFR lié à l’activité pour obtenir le flux net de
trésorerie lié à l’activité.

3. Tableau de flux de trésorerie (voir page suivante)


Explications des calculs
Dotations nettes Résultat Actif circulant
Amortissements 2988
Dépréciations immobilisations 41
Dépréciations actif circulant 446 446
Risques et charges exploitation 254
Dotations financières 105
Dotations exceptionnelles 263 26
Reprises exceptionnelles -628 -66
Total 3469 643
Dotations nettes de reprises = 3469 – 643 = 2 826
Quote-part de subvention cf. cpte résultat = 4
+ value de cessions = PCEA – VNC = 131 – 0 = 131
Variation du BFR
Élément 2009 2008 variation
Stocks nets 285 342 -57
Créances liées à l'exploitation
Avances et acomptes 15 11
Clients 8216 4858
CCA 135 210
Total 8366 5079 3287
Créances liées à l'activité
Créances diverses 1244 0
Total 1244 0 1244
Dettes d'exploitation
Fournisseurs 4396 1251
Total 4396 1251 3145
Dettes liées à l'activité
Dettes fiscales 4089 2974
Autres dettes 289-128 478-156
ICNE 33 31
Total 4283 3327 956
Acquisitions d'immobilisations = 6991 – 3 = 6 988
Dettes sur immobilisations = 570 – 6 = 564
Pas d'augmentation de capital, la seule augmentation provenant de l'incorporation de réserves.
Pas de dividendes versés
© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/7
Dettes financières 2009 2008
7473 5577
Bilan
572 1171
Comptes courants associés 128 156
Intérêts courus -33 -31
CBC -573 -177
Total 7567 6696
Emprunts remboursés = 6696 +3700 – 7567 = 2 829
Trésorerie nette 2009 2008
Bilan 231 2537
VMP 1090 277
CBC -573 -177
Total 748 2637
Variation de la trésorerie nette = - 1889

Flux de trésorerie liés à l'activité


Résultat net 1 215
Elimination des charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés
à l'activité :
• Amortissements et dépréciations 2 826
• Plus-values de cession nettes d'impôts -131
• Quote-part des subventions d'investissement virées au résultat -4
Marge brute d'autofinancement 3 906
• Moins : variation du besoin en fonds de roulement lié à l'activité
Stocks 57
Créances d'exploitation -3287
Dettes d'exploitation 3145
Autres créances liées à l'activité -1244
Autres dettes liées à l'activité 956
Flux net de trésorerie généré par l'activité 3 533
Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement
Acquisitions d'immobilisations -6 988
Cessions d'immobilisations nettes d'impôts 131
Réduction d'immobilisations financières
Variation des créances et dettes sur immobilisations 564
Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement -6 293
Flux de trésorerie liés aux opérations de financement
Dividendes versés 0
Incidence des variations de capital 0
Émission d'emprunts 3 700
Remboursement d'emprunts -2 829
Subventions d'investissements reçues
Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement 871
Variation de trésorerie -1 889
Trésorerie d'ouverture 2 637
Trésorerie de clôture 748

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 2/7


4. Calcul des indicateurs suivants
2009 2008
Production vendue 30350 23434
- consommation exercice -12805 -8698
VA 17545 14736
Impôts et taxes -1207 -895
-Charges personnel -11116 -8416
EBE 5222 5425
-Dotations -3729 -2709
+ Reprises 628 76
+ Transfert charges 1102
+ Autres produits 303 194
- Autres charges -5 -31
Résultat exploitation 3521 2955
Dettes financières stables 7472 6571
Capitaux propres 5173 3962
Autonomie financière 1,44 1,66
Résultat net 1215 1016
+ DAP 4097 2725
- Reprises -628 -76
+VNC
-PCEA -131 -6
- Subv d'inv virée au résultat -4
CAF 4549 3659
Dettes financières 8045 6748
Capacité de remboursement 1,77 1,84

5. Diagnostic sur l’évolution des résultats et de la situation financière

Évolution des résultats


Progression très forte du chiffre d'affaires de 29,5 %, donc très bon dynamisme commercial
Dérive des consommations externes et des charges de personnel qui a pour effet de réduire l’augmentation du
résultat d’exploitation par rapport à celle du chiffre d’affaires.

Évolution de la situation financière


La trésorerie a baissé fortement pendant la période mais elle reste positive.
Le flux de trésorerie sur activité s'élève à 3 533 k€ et permet de financer une grande partie du flux de trésorerie liée
à l’investissement. Le flux de trésorerie lié au financement est faiblement positif. Ces deux ressources restent
néanmoins insuffisantes pour couvrir le besoin de financement lié à l’investissement. Le complément est apporté
par la trésorerie qui diminue de 1 889 k€.
La structure financière est fragilisée par un ratio d’autonomie financière trop élevé bien qu’en réduction. Ce ratio
devrait être inférieur à un pour assurer une capacité d’endettement supplémentaire à des conditions normales.
Par contre l’entreprise génère une CAF qui permet largement de rembourser ses emprunts. En effet la capacité de
remboursement est nettement inférieure au plafond défini par les banques (3 ou 4 années de CAF).

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 3/7


Dossier 2 - Rentabilité et risque

A. Approche économique

1. Notions de rentabilité économique

La rentabilité économique, taux de rendement économique des capitaux investis, est le quotient d'un résultat
économique par un capital économique.

Plusieurs ratios possibles


Numérateur : EBE ou résultat d'exploitation ou résultat courant hors intérêt de la dette
Dénominateur : capitaux investis (capitaux propres + dettes financières) ou actif économique

Par la suite le calcul se fera de la façon suivante :


Rentabilité économique : résultat d'exploitation / capitaux propres hors résultat +dettes financières

2. Calcul de la rentabilité économique pour A et B

Entreprise A Entreprise B
CA 91 200 91 200
-Charges variables 68 700 50 600
-Charges fixes 7 300 25 400
= Résultat d'exploitation 15 200 15 200
Capitaux propres hors résultat 102 200 70 200
Dettes financières 32 000

Rentabilité éco : résult d'exp / cap propres + dettes fi 14, 87 % 14,87%


Rentabilité éco après I/S = 2/3 rentabilité éco avant I/S 9,91% 9,91%

3. Définition du risque économique

On appelle risque économique l'impact sur le résultat économique (ou sur la rentabilité économique) d'une variation
de l'activité (d'une variation du chiffre d'affaires).

4. Calcul du levier d’exploitation pour A et B

Entreprise A Entreprise B
MCV = CA – Charges variables 22 500 40 600
Levier opérationnel = MCV / Résultat d'exploitation 1,48 2,67

Ces calculs s'interprètent ainsi : Si le CA varie de 1%, le résultat économique et la rentabilité économique varieront
de 1,48 % chez A et de 2,67 % chez B .
L'entreprise B est soumise à un risque économique quasiment 2 fois plus important que l'entreprise A.

5. Les autres outils de la mesure du risque économique

• Outils de gestion : seuil de rentabilité, marge de sécurité …


• Outils de probabilité et de statistiques : variance, écart-type, élasticité, probabilité de ruine

6. Réduction du risque économique

Le risque économique est lié à la structure des charges, pour réduire ce risque il faudrait réduire les charges
fixes pour abaisser le seuil de rentabilité.
On peut sous-traiter une partie de la production, faire appel à du personnel intérimaire, faire des économies sur les
postes entraînant des charges fixes, avoir plus de flexibilité dans la fabrication, etc.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 4/7


B. Approche financière

7. Définition de la rentabilité financière

La rentabilité financière mesure le taux de rendement des capitaux propres. On l'obtient en faisant le rapport du
résultat net sur les capitaux propres
Rf = résultat net / capitaux propres hors résultat

8. Calcul de la rentabilité financière chez A et B

Entreprise A Entreprise B
Capitaux propres 102 200 70 200
Résultat exploitation 15 200 15 200
Charges financières 2 300
Résultat avant IS 15 200 12 900
Résultat après IS 10 134 8 600

Rent fin avant I/S=Résultat avant IS / Cap propres 14,87% 18,38%


Rent fin après I/S= Résultat après IS / Cap propres 9,91% 12,25%

9. Explication de la différence entre la rentabilité de A et celle de B

Que ce soit avant ou après IS, la rentabilité financière de B est plus forte que celle de A : 18,38 % supérieur à
14,87 % avant IS ou 12,25% supérieur à 9, 91% après IS. C'est le recours à l'endettement dans des conditions
favorables qui rend la rentabilité de B supérieure à A.
Il s'agit du jeu de l'effet de levier qui consiste à améliorer la rentabilité financière par appel à l'emprunt.
Cet effet est positif quand le taux de rentabilité économique est supérieur au taux d'intérêt. C'est le cas ici puisque
le taux de rentabilité économique est de 9,91 % alors que le taux de l'emprunt est de 2/3 ( 2 300/32 000) = 4,79%
(calculs après I/S).

10. Définition du risque financier (2 points)

On appelle risque financier l’impact de l’endettement sur la rentabilité des capitaux propres. C’est le risque lié à
l’endettement (cessation de paiement, rentabilité attendue par les actionnaires…)

11. Tableau des rentabilités dans le cadre de la baisse de 10% du CA

Variation par rapport à la


A B situation initiale
A B
CA 82 080 82 080 - 10% -10 %
Charges variables 61 830 45 540
Charges fixes 7 300 25 400
Résultat d’exploitation 12 950 11 140 - 14.80% - 26.71 %
Rentabilité éco avant
12,67% 10,90% - 14.80% - 26.71 %
impôt
Rentabilité éco après impôt 8,447% 7,27% - 9.87% - 17.81%
charges financières 0 2300
RCAI 12950 8840
Résultat net 8633 5893
Capitaux propres 102200 70200
RF avant impôt 12,67% 12,59% - 14.80% - 31.50 %
RF après impôt 8,45% 8,40% - 9.87 % - 21 %

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 5/7


12. Conclusion

Chez A, la rentabilité financière est passée de 9,91% à 8,45%.


Chez B, la rentabilité financière chute plus fortement. Elle est passée de 12,25% à 8,39%.

Chez A, pour une baisse de 10% du CA, la rentabilité économique et la rentabilité financière chutent de la même
manière, passant de 9,91% à 8,45% soit une chute de 14,80%.
Cette chute de 14,80 % de la rentabilité économique traduit le risque économique, (déjà vu plus haut : une chute de
1% du CA entraînant une chute de 1,48% de la rentabilité économique)
La rentabilité financière chute également de 14,8%, car il n'y a pas d'endettement.
A, entreprise non endettée, n’est soumise qu’au risque économique.

Chez B, la chute de la rentabilité économique est plus forte que chez A, elle passe de 9,91% à 7,27 % soit de -
26,71% en raison de l’importance des charges fixes (cf. levier opérationnel vu plus haut).
Par ailleurs, la rentabilité financière chute de 31,5% en valeur relative, passant de 12,25% à 8,40%., du fait du
recours à l'emprunt.
B, entreprise endettée, est soumise aux risques économique et financier.

L'entreprise B est donc davantage soumise que l'entreprise A aux risques : au risque économique tout d'abord, dans
la mesure où elle a davantage de charges fixes, au risque financier également dans la mesure où elle est endettée.
Une variation de l'activité (c'est-à-dire du CA) se répercutera donc plus fortement à la fois sur sa rentabilité
économique et sur sa rentabilité financière.
Ainsi 10% de chute du CA entraîne une chute relative de 26,71% de la rentabilité économique chez B contre
seulement 14,80% chez A . Cette chute de 10% du CA engendre une baisse relative de la rentabilité financière de
31,5% chez B alors qu'elle n'est que de 14,80% chez A.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 6/7


Dossier 3 - Gestion de la trésorerie

1. Jours de banque
Jours supplémentaires ajoutés par la banque pour le calcul de l’escompte.

2. Escompte

Nombre Manipu
Nominal Escompte Endos Agio HT
de jours lation
27+1= 10 000*10%*28/360= 77,78 min
10 000 10 000*0,6%*28/360=4,67 € 3€ 307,67 €
28 300
70+1=
25 000 25 000*10%*71/360= 493,06 € 25 000*0,6%*71/360=29,58€ 3€ 525,64 €
71
86 + 1
20 000 20000*10%*87/360 = 483.33 20 000*0,6%*60/360= 20 € 3€ 506.33 €
=87
55 000 € 1 339.64 €

Taux réel moyen (t) tel que 1339.64= t[(10 000-307,67)*(27+3)/365 + (25 000-525,64)*(70+3)/365 + (20 000-
506.33)*(86+3)/365] d'où t = 12.83%

Taux réel de l’effet 1001 : 307,67= (10 000-307,67)*t*(27+3)/365 : t= 38,62%

Le coût réel de l’effet 1001 est nettement > au coût moyen en raison des minima appliqués par la banque.
L’objectif est de décourager la remise à l’escompte d’effets de faible montant et dont l’échéance est proche.

3. Découvert

Dates Nombre de jours Soldes débiteurs Nombres débiteurs


Du 05/01 au 02/02 29 40 000 1 160 000
Du 03/02 au 03/03 29 55 000 1 595 000
Du 04/03 au 15/03 12 15 000 180 000
2 935 000

Intérêt sur découvert= 2 935 000*10,5%/360= 856,04 €


CPFD= (40 000+55 000+55 000)*0,05%= 75 €
Commission de dépassement= 0,25%[0+(55 000-50 000)+(55 000-50 000)]= 25 €
Agio HT= 956,04€
Taux réel du découvert (t) tel que 956,04= 2 935 000*t/365 soit t= 11,89%

4. Mode de financement le plus intéressant

Le coût du découvert étant inférieur au coût de l’escompte, ce mode de financement sera retenu.
Une solution serait de ne remettre à l’escompte que les effets 1002 et 1003 et recourir au découvert pour le
complément.

5. Affacturage

L’affacturage est une opération financière par laquelle une société spécialisée (le factor) se charge de
l’encaissement des créances d’un client. Elle paye immédiatement le montant à l’adhérent et garantit l’adhérent
contre le non-remboursement.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 7/7


1110006
● ●
DCG
● ●

SESSION 2011

FINANCE D'ENTREPRISE

Durée de l’épreuve : 3 heures - coefficient : 1


Document autorisé :
Aucun
Matériel autorisé :
Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans aucun moyen de
transmission, à l’exclusion de tout autre élément matériel ou documentaire (circulaire n° 99-186 du
16/11/99 ; BOEN n° 42).
Document remis au candidat :
Le sujet comporte 11 pages numérotées de 1/11 à 11/11, dont 2 annexes à rendre.
Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.
Le sujet se présente sous la forme de 3 dossiers indépendants
Page de garde…………………….…………………………………………………………………….. page 1
Présentation du sujet.....................................................................................................……………….. page 2
DOSSIER 1 - Diagnostic financier...............................…………… (10 points)………………….…. page 2
DOSSIER 2 - Investissement et financement…………………….. (6 points)……………….………. page 3
DOSSIER 3 - Rentabilité, risque d’un portefeuille de titres…….. (4 points)………………………. page 3
______________________________________________________________________________________________
Le sujet comporte les annexes suivantes
DOSSIER 1
Annexe 1 - Bilan actif au 31 décembre 2010……………………………………………………………page 4
Annexe 2 - Bilan passif au 31 décembre 2010…………………………………………………………. page 5
Annexe 3 - Compte de résultat au 31 décembre 2010………………………………………………….. page 6
Annexe 4 - Tableau de financement 1ère partie de l’exercice 2010……………………………………...page 7
Annexe 5 - Informations complémentaires relatives à la société AGROTECH S.A…………………… page 7

DOSSIER 2
Annexe 6 - Données relatives aux projets d’investissement…………………………………………... page 8
Annexe 7 - Données relatives aux modes de financement……………………………………………..page 9
DOSSIER 3
Annexe 8 - Données relatives au portefeuille de la société SPIRA S.A…….………………………… page 9
Annexe A - Tableau de flux de trésorerie (option 2) de l’OEC (à rendre)……………………….page 10
Annexe B - Ratios d’analyse (à rendre)…………………………………………………………… page 11

NOTA : les annexes A et B doivent obligatoirement être rendues avec la copie.

AVERTISSEMENT
Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes, vous conduit à formuler une ou plusieurs
hypothèses, il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie.

DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 1/11


SUJET

Il vous est demandé d’apporter un soin particulier à la présentation de votre copie.


Toute information calculée devra être justifiée.

Vous travaillez dans un grand cabinet d’expertise comptable. Il vous est confié l’étude de trois dossiers
indépendants :
- dossier 1 : réalisation d’un diagnostic financier
- dossier 2 : choix d’investissement et du mode de financement associé
- dossier 3 : analyse de la rentabilité et du risque d’un portefeuille de titres

DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

La société AGROTECH S.A. est une société anonyme implantée à Perpignan depuis plus de 50 ans.
Elle est spécialisée dans la fabrication de machines pour l'industrie agroalimentaire, cuves
métalliques, échangeurs de chaleur. Réputée pour ses installations uniques et son savoir-faire,
l’entreprise a toutefois connu de sérieuses difficultés au cours d’exercices récents.
Les dirigeants de la société AGROTECH S.A. désirent que vous leur présentiez une analyse
complète de la situation économique et financière de l'entreprise.

Travail à faire
À l’aide des annexes 1, 2, 3, 4 et 5 :

1. Définir les notions de profitabilité, solvabilité et rentabilité.

2. Présenter l'utilité d'un diagnostic financier pour l’entreprise elle-même d’une part et pour
les apporteurs de capitaux d’autre part.

3. Retrouver le montant des remboursements de dettes financières figurant dans le tableau de


financement (annexe 4).

4. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l’OEC de l'annexe A (à rendre avec la copie), en


présentant le détail des calculs.

5. Calculer les ratios de l'exercice 2010 présentés dans l'annexe B (à rendre avec la copie).

6. Commenter, en une page au maximum, la situation de l'entreprise au cours de ces dernières


années en développant notamment :
- l'évolution de son activité et de ses résultats ;
- l'évolution de son endettement ;
- l'évolution de sa trésorerie.

DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 2/11


DOSSIER 2 - INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT

La société ROTOGAMA est une société anonyme, spécialisée dans l’impression d’étiquettes, de
films et de cartons. Le développement qu’elle connaît depuis quelques années l’incite à étendre son
activité géographiquement d’autant que l’entreprise est reconnue pour la qualité de ses réalisations.
Elle envisage d’effectuer un programme d’investissement mais hésite entre deux projets.
Elle vous soumet les caractéristiques de ces deux investissements afin que vous l’aidiez à faire son
choix.

Travail à faire
À l’aide de l’annexe 6 :

1. Pourquoi la société n'a-t-elle pas retenu comme critère de sélection d’un projet
d'investissement la valeur actuelle nette (VAN) ?

2. Calculer les flux nets de trésorerie générés par le projet « Angoulême ».

3. Calculer l’indice de profitabilité du projet « Angoulême ». D’après ce critère, lequel de ces


deux projets la société doit-elle retenir ? Justifier votre réponse.

La société ROTAGAMA retient finalement le projet « Tours ». Elle doit à présent choisir le mode de
financement approprié pour cet investissement.

À l’aide de l’annexe 7 :

4. Calculer le coût de l’emprunt.

DOSSIER 3 - RENTABILITE, RISQUE D’UN PORTEFEUILLE DE TITRES

La société SPIRA SA a placé une partie de ses liquidités dans des actions ALVEO. Dans les revues
spécialisées de finance de marché, le directeur financier a repéré l'action ROCCA. Il désire analyser
les caractéristiques de cette action.

Travail à faire
À l’aide de l’annexe 8 :

1. Définir la notion d'efficience de marché.

2. Préciser à quels risques est soumise une action cotée sur le marché financier.

3. Quel est l’intérêt du PER (price earning ratio) ?

4. Calculer la rentabilité moyenne et le risque associés à l’action ROCCA. Calculer le PER de


l’action ROCCA.

5. Indiquer l’intérêt de constituer un portefeuille comprenant des titres ALVEO et ROCCA.

DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 3/11


Annexe 1

Bilan actif au 31 décembre 2010 de la société AGROTECH S.A.

Exercice Exercice
N N-1
ACTIF (en k€)
Amort. et
Brut Net Net
dépréc
Capital souscrit - non appelé 0 0 0
IMMOBILISATIONS INCORPORELLES
Frais d'établissement 0 0 0 0
Frais de recherche et de développement 9 9 0 0
Concessions, brevets, droits et valeurs similaires 517 489 28 12
Fonds commercial 130 107 23 23
Immobilisations incorporelles en cours 0 0 0 0
Avances et acomptes 0 0 0 0
IMMOBILISATIONS CORPORELLES
Terrains 108 0 108 108
Constructions 9 664 7 304 2 360 2 651
Installations techniques, matériels, et outillage indus 6 699 5 911 788 796
Autres 762 580 182 123
Immobilisations corporelles en cours 0 0 0 0
Avances et acomptes 0 0 0 0
IMMOBILISATIONS FINANCIERES
Participations 1 647 0 1 647 1 647
Créances rattachées à des participations 0 0 0 0
Titres immobilisés de l'activité de portefeuille 0 0 0 0
Autres titres immobilisés 1 0 1 1
Prêts 281 0 281 281
Autres 10 0 10 10
Total I 19 828 14 400 5 428 5 652
ACTIF CIRCULANT
Stocks et en-cours :
Matières premières et autres approvisionnements 3 606 865 2 741 4 299
En cours de production [biens et services] 1 651 0 1 651 1 804
Produits intermédiaires et finis 0 0 0 0
Marchandises 0 0 0 0
Avances et acomptes versés sur commandes 17 0 17 667
Créances d'exploitation:
Créances clients et comptes rattachés 8 113 198 7 915 7 412
Autres 539 0 539 737
Créances diverses 0 0 0 0
Capital souscrit - appelé, non versé 0 0 0 0
Valeurs mobilières de placement 0 0 0 0
Disponibilités 555 0 555 1 224
Charges constatées d'avance 64 0 64 57
Total II 14 545 1 063 13 482 16 200
Charges à répartir sur plusieurs exercices (III) 0 0 0 0
Primes de remboursement des emprunts (IV) 0 0 0
Ecarts de conversion Actif (V) 0 0 0
TOTAL GENERAL (I+II+III+IV+V) 34 373 15 463 18 910 21 852

DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 4/11


Annexe 2

Bilan passif au 31 décembre 2010 de la société AGROTECH S.A. (avant répartition)

PASSIF (en k€) Exercice N Exercice N-1


CAPITAUX PROPRES*
Capital [dont versé...] 3 000 3 000
Primes d'émission, de fusion, d'apport, 0 0
Ecart de réévaluation 0 0
Ecart d'équivalence
Réserves:
Réserve légale 300 300
Réserves statutaires ou contractuelles 0 0
Réserves réglementées 0 0
Autres 2 000 1 557
Report à nouveau 634 -1 564
Résultat de l'exercice [bénéfice ou perte] 2 010 3 641
Subventions d'investissement 0 0
Provisions réglementées 0 0
Total I 7 944 6 934
PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES
Provisions pour risques 177 531
Provisions pour charges 1 112 764
Total II 1 289 1 295
DETTES (1)
Dettes financières:
Emprunts obligataires convertibles 0 0
Autres emprunts obligataires 0 0
Emprunts et dettes auprès établissements de crédits (2) 806 490
Emprunts et dettes financières diverses (3) 1 216 1 656
Avances et acomptes reçus sur commandes en cours 793 2 771
Dettes d'exploitation:
Dettes Fournisseurs et Comptes rattachés 3 514 4 900
Dettes fiscales et sociales 3 171 3 634
Autres 0 0
Dettes diverses:
Dettes sur immobilisations et Comptes rattachés 2 2
Dettes fiscales (impôts sur bénéfices) 0 0
Autres 175 170
Produits constatés d'avance (1) 0 0
Total III 9 677 13 623
Ecarts de conversion Passif (IV) 0 0
TOTAL GENERAL (I+II+III+IV) 18 910 21 852
(1) Dont à plus d'un an
Dont à moins d'un an
Dont concours bancaires courants et soldes créditeurs de
(2) banques 565 56
(3) Dont emprunts participatifs

DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 5/11


Annexe 3

Compte de résultat en liste au 31 décembre 2010 de la société AGROTECH S.A.


(en k€) Exercice N
Exercice N-1
France Exportations et livraisons intra Total

Ventes de marchandises 0 0
PRODUITS D'EXPLOITATION

Production vendue biens 30 396 34 501


services 466 722
Chiffre d'affaires nets 30 862 35 223
Production stockée -154 -1 452
Production immobilisée
Subvention d'exploitation 4
Reprises sur amortissements, dépréciations et provisions, transfert de charges 716 505
Autres produits 416 291
Total des produits d'exploitation (I) 31 840 34 571
Achats de marchandises (y compris droits de douane)
Variation de stock (marchandises)
Achats de matières premières et autres approvisionnements 8 244 12 388
Variation de stock (matières premières et approvisionnements) 900 -828
CHARGES D'EXPLOITATION

Autres achats et charges externes 9 274 9 821


Impôts, taxes, versements assimilés 823 774
Salaires et traitements 4 924 4 726
Charges sociales 2 023 2 058
D'EXPLOITATION

693 726
DOTATIONS

- sur immobilisations
- sur actif circulant : dotations aux dépréciations 883 207

- pour risques et charges : dotations aux provisions 475 403


Autres charges 135 178
Total des charges d'exploitation (II) 28 374 30 453
1 - RÉSULTAT D'EXPLOITATION (I - II) 3 466 4 118
PRODUITS FINANCIERS

Produits financiers de participations 100 198


Produits des autres valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé 2 1
Autres intérêts et produits assimilés 11 27
Reprises sur dépréciations, provisions et transfert de charges 229
Différences positives de change 10 2
Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement
Total des produits financiers (V) 123 457
Dotations financières aux amortissements, dépréciations et provisions
FINANCIERES

Intérêts et charges assimilées 73 102


CHARGES

Différence négative de change 2 1


Charges nettes sur cession de valeurs mobilières de placement
Total des charges financières (VI) 75 103
2 - RÉSULTAT FINANCIER (V - VI) 48 354
3 - RÉSULTAT COURANT AVANT IMPÔTS (I-II+III-IV +V - VI) 3 514 4 472
Produits exceptionnels sur opérations de gestion
EXCEPTIONNELS

3 0
PRODUITS

Produits exceptionnels sur opérations en capital 6 319


Reprises sur dépréciations, provisions et transfert de charges
Total des produits exceptionnels (VII) 9 319
EXCEPTIONNELLES

Charges exceptionnelles sur opérations de gestion 0 18


CHARGES

Charges exceptionnelles sur opérations en capital*


Dotations exceptionnelles aux amortissements, dépréciations et provisions 5 3
Total des charges exceptionnelles (VIII) 5 21
4 - RÉSULTAT EXCEPTIONNEL (VII - VIII) 4 298
Participation des salariés aux résultats de l'entreprise (IX) 313 234
Impôts sur les bénéfices (X) 1 195 895
TOTAL DES PRODUITS (I+III+V+VII) 31 972 35 347
TOTAL DES CHARGES (II+IV+VI+VIII+IX+X) 29 962 31 706
5 - BÉNÉFICE OU PERTE (Total des produits - total des charges) 2 010 3 641

DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 6/11


Annexe 4

Tableau de financement de l’exercice 2010 de la société AGROTECH S.A. (en k€)

EMPLOIS Exercice RESSOURCES Exercice


Distributions mises en paiement au cours de
l'exercice 1 000 Capacité d'autofinancement 3 344

Cessions ou réductions d'éléments de l'actif


Acquisition d'éléments de l'actif immobilisé immobilisé
immobilisations incorporelles 37 Cessions d'immobilisations
immobilisations corporelles 439 incorporelles
immobilisations financières 16 corporelles 6
Cessions ou réductions d'immobilisations
Charges à répartir sur plusieurs exercices financières 16

(réduction de capital, retraits) Augmentation de capitaux propres

Remboursement de dettes financières 637 Augmentation de capital


Augmentation des autres capitaux propres

Augmentation des dettes financières

Total des emplois 2 129 Total des ressources 3 366

Variation du fonds de roulement net global Variation du fonds de roulement net global
(ressource nette) 1 237 (emploi net)

Annexe 5

Informations complémentaires relatives à la société AGROTECH S.A.

- Les produits et charges constatés d’avance relèvent de l’exploitation.


- Les autres dettes diverses sont liées à l’activité.
- Dans les emprunts et dettes financières diverses, les intérêts courus non échus s’élèvent à 3 k€
pour l’exercice N-1 et à 7 k€ pour l’exercice N.
- Les concours bancaires courants et soldes créditeurs de banque sont momentanés.
- Les reprises sur amortissements, dépréciations et provisions d’exploitation se décomposent de
la façon suivante : 479 k€ au titre des provisions pour risques et charges et 237 k€ au titre des
dépréciations des stocks et créances clients.
- On ne tiendra pas compte de l’impôt sur les sociétés sur les plus values de cession.

DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 7/11


Annexe 6

Données relatives aux projets d’investissement

Caractéristiques du projet « Angoulême »

Le programme consiste à s’implanter aux alentours d’Angoulême. Dans cette ville, la société a déjà
des contacts mais la concurrence est relativement forte.

Date d'acquisition Début 2012


Prix d'acquisition HT Terrain : 90 000 €
Local industriel : 140 000 € amorti en linéaire sur 20 ans
Machine rotative Offset 4 couleurs : 70 000 € amortie en linéaire sur
4 ans
Chiffre d’affaires Le CAHT est estimé à 240 000 € la première année. Il sera en
progression de 2% chaque année.
Durée de vie du projet 4 ans
Frais fixes (hors 30 000 € HT
amortissement)
Taux de charges variables HT 40% du CAHT
Valeur résiduelle nette d’IS 200 000 €

Caractéristiques du projet « Tours »

Le programme consiste à s’implanter aux alentours de Tours. Dans cette ville, la société a peu de
contacts mais la concurrence est beaucoup moins forte.

Date d'acquisition Début 2012


Prix d'acquisition HT Montant global (terrain, local et machine) : 360 000 € auquel
s’ajoute en début de période une variation de BFR de 46 667 €
Durée de vie du projet 4 ans
Indice de profitabilité 1,35

Informations communes aux deux projets

• Le BFR représente 60 jours de CAHT


• On ne tiendra pas compte de la valeur résiduelle dans le calcul des dotations aux
amortissements.
• Le taux de l’impôt sur les bénéfices est de 33 1/3%
• Le taux d'actualisation retenu est de 10 %
• Tous les montants seront arrondis à l’euro le plus proche.

DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 8/11


Annexe 7

Données relatives au mode de financement

Le projet sera financé partiellement par autofinancement et le reste par un emprunt bancaire de
300 000 € contracté au début de l'exercice 2012 au taux de 5 % remboursable par annuités constantes
sur 4 ans. Des frais de dossier représentant 1% du montant emprunté sont prélevés par la banque.

Annexe 8

Données relatives au portefeuille de la société SPIRA S.A.

Caractéristiques des actions ALVEO


• Rentabilité moyenne : 18,28 %
• Risque de l’action : 9,4 %
• PER de l’action : 18
• PER du secteur d’activité auquel appartient l’action : 12

Caractéristiques des actions ROCCA


• Rentabilité moyenne : à déterminer
• Risque de l’action : à déterminer
• PER de l’action : à déterminer
• PER du secteur d’activité auquel appartient l’action : 13
• Au 31 décembre N, la société ROCCA a annoncé un bénéfice net par action de 2,9 €.
• Le cours de l’action ROCCA s’établit au 31 décembre N à 20 €
• Informations concernant l’évolution de la rentabilité de l’action ROCCA au cours des trois
derniers mois :
Octobre Novembre Décembre
Rentabilité 22% 8% 12,6%

Les actions ROCCA et ALVEO concernent des sociétés de secteurs d’activité différents et
indépendants l’un de l’autre.
Le bénéfice net par action des sociétés ROCCA et ALVEO n’augmentera pas de manière
significative dans les années à venir.

DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 9/11


Annexe A
Tableau de flux de trésorerie (option 2) de l’OEC
(à rendre avec la copie)

FLUX DE TRESORERIE LIES A L'ACTIVITE (OPTION 2)


Résultat d'exploitation
¤ Réintégration des charges et élimination des produits sans incidence sur la
trésorerie
+ Amortissements et provisions (dotations nettes de reprises) (1)
= Résultat brut d'exploitation
- Δ BFRE
= Flux net de trésorerie d'exploitation
¤ Autres encaissements et décaissements liés à l'activité
+ Produits financiers
- Charges financières
+/- Charges et Produits exceptionnels
- Autres (IS, participation)
- Δ BFR lié à l'activité (sauf Δ BFRE)
Flux de trésorerie généré par l'activité (A)
FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS
D'INVESTISSEMENT
+ Cessions d'immobilisations
+ Réduction d'immobilisations financières
- Acquisitions d'immobilisations
¤ Incidence de la variation des décalages de trésorerie sur opérations
d'investissement
- Δ BFR lié à l’investissement
= Flux de trésorerie lié aux opérations d'investissement (B)
FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS DE FINANCEMENT
+/- Augmentation ou réduction de capital
- Dividendes versés
+ Augmentation des dettes financières
- Remboursement des dettes financières
+ Subventions d'investissement reçues
¤ Incidence de la variation des décalages de trésorerie sur opérations de
financement
- Δ BFR lié au financement
= Flux de trésorerie lié aux opérations de financement (C)
Variation de trésorerie (A + B + C)
Trésorerie à l'ouverture (D)
Trésorerie à la clôture (A + B + C + D)
(1) A l’exclusion des dépréciations sur actif circulant
DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 10/11
Annexe B
Ratios d’analyse
(à rendre avec la copie)

Détail des calculs et résultat pour l’exercice N N-1 N-2 N-3


Chiffre d’affaires HT (en k€) 30 882 35 223 5 460 5 190
Valeur ajoutée (en k€) 12 290 12 590 7 430 7 050
EBE (en k€) 4 520 4 836 1 010 550
CAF (en k€) 3 344 3 927 780 490
Résultat d’exploitation (en k€) 3 466 4 118 - 330 - 170
Résultat de l’exercice (en k€) 2 010 3 641 - 300 - 200

Rotation des créances clients


71 81 91
(jours)

Rotation des dettes


70 92 65
fournisseurs (jours)

Taux de marge bénéficiaire 10,33% - 5,49% - 3,85%

Frais financiers/EBE (%) 2,11% 27,46% 38,43%

Taux d’endettement (%) 31% 194% 166%

Capacité de remboursement 0,55 8,16 12,18

DCG 2011 UE6 – Finance d'entreprise 11/11


DCG session 2011 UE6 Finance d’entreprise Corrigé indicatif

DOSSIER 1 – DIAGNOSTIC FINANCIER

1. Définir les notions de profitabilité, solvabilité et rentabilité

Aptitude d'une entreprise à dégager des bénéfices notamment par son exploitation et plus généralement par
son activité. La profitabilité met en relation une marge (ou un profit) avec le niveau d'activité (mesuré par
Profitabilité
le chiffre d'affaires).
Exemple : résultat net / CAHT ou encore résultat d'exploitation / CAHT.

Aptitude d'une entreprise à rembourser ses dettes à échéance, à honorer ses engagements financiers. Pour
cela, il n'est nécessaire de disposer de ressources suffisantes.
Solvabilité
La solvabilité globale (actif réel / total des dettes) est généralement évaluée lorsque l'entreprise connaît un
risque de défaillance.

Aptitude d'une entreprise à dégager des bénéfices en fonction des moyens mis en œuvre. C'est le rapport
d'un résultat sur les moyens mis en œuvre pour l'obtenir. On distingue deux types de rentabilité. La
Rentabilité
rentabilité économique (résultat économique/actif économique) ou rentabilité des capitaux investis, la
rentabilité financière ou rentabilité des capitaux propres (résultat de l'exercice / capitaux propres).

2. Présenter l'utilité d'un diagnostic financier d’une part pour l’entreprise elle-même et d’autre part pour les
apporteurs de capitaux

L’utilité d'un diagnostic financier est différente selon ses utilisateurs.

• Pour l'entreprise elle-même :


o analyse de ses performances et de sa solvabilité (contrôles internes) ;
o outils d'aide à la décision ;
o répondre à des obligations comptables et financières définies par la loi ;
o communication interne et externe ;
o porter un jugement sur la situation de l’entreprise et élaborer des prévisions…

• Pour les apporteurs de capitaux :


o actionnaires : met en évidence la politique de distribution des dividendes menée par les dirigeants.

3. Retrouver le montant des remboursements de dettes financières figurant dans le tableau de financement (annexe 4).

31/12/2010 31/12/2009 Variations


Dettes financières
806 + 1 216 = 2 022 490 + 1 656 = 2 146 124
comptables
Concours bancaires
-565 -56 509
courants
Intérêts courus -7 -3 4
Dettes financières stables 1450 2087 637

Remboursement dettes ex 2010 = Dettes 31/12/09 – Dettes 31/12/10 + Augmentation dettes ex 2010
= 2 087 – 1 450 + 0 = 637

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/6


4. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l’OEC de l'annexe A (à rendre avec la copie), en présentant le détail des
calculs.
FLUX DE TRESORERIE LIES A L'ACTIVITE (OPTION 2)
Résultat d'exploitation 3 466
¤ Réintégration des charges et élimination des produits sans incidence sur la trésorerie
+ Amortissements et provisions (dotations nettes de reprises) (1) 689
= Résultat brut d'exploitation 4 155
- Δ BFRE (2) -1 778
= flux net de trésorerie d'exploitation 2 377
¤ Autres encaissements et décaissements liés à l'activité
+ Produits financiers 123
- Charges financières -75
+/- Charges et Produits exceptionnels (3) 3
- Autres (IS, participation, augmentation des frais d'établissement) (4) -1 508
- Δ BFR lié à l'activité (sauf Δ BFRE) (5) 9
Flux de trésorerie généré par l'activité (A) 929
FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS D'INVESTISSEMENT
+ Cessions d'immobilisations 6
+ réduction d'immobilisations financières 16
- Acquisitions d'immobilisations -492
¤ Incidence de la variation des décalages de trésorerie sur opérations d'investissement
- Δ BFR lié à l'investissement (6) 0
= Flux de trésorerie lié aux opérations d'investissement (B) -470
FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS DE FINANCEMENT
Augmentation ou réduction de capital
- Dividendes versés -1 000
+ Augmentation des dettes financières 0
- Remboursement des dettes financières - 637
+ Subventions d'investissement reçues 0
¤ Incidence de la variation des décalages de trésorerie sur opérations de financement
- Δ BFR lié au financement 0
= Flux de trésorerie lié aux opérations de financement (C) -1 637
Variation de trésorerie (A + B + C) -1 178
Trésorerie à l'ouverture (D) (7) 1 168
Trésorerie à la clôture (A + B + C + D) -10

1 Dotations nettes des reprises d'exploitation :


+ Dotations d'exploitation du compte de résultat hors actif circulant : 693 (immo)
+ 475 (PPRC)
- Reprises d'exploitation du compte de résultat hors actif circulant - 479
Dotations nettes des reprises 689 k€

2 Δ BFRE en valeurs nettes


2010 (N) 2009 (N-1) Variations
Stocks de matières premières 2 741 4 299
Stock des encours 1 651 1 804
Total des stocks 4392 6103 -1711
Avances et acomptes versés sur commandes 17 667
Créances clients 7 915 7 412
Autres créances 539 737
Charges constatées d'avance 64 57
Total des créances d'exploitation 8535 8873 -338
Avances et acomptes reçus sur commandes 793 2 771
Dettes fournisseurs 3 514 4 900
Dettes fiscales et sociales 3 171 3 634
Total des dettes d'exploitation 7 478 11 305 -3827
BFRE 5 449 3 671
Variation BFRE 1 778 1778

3 +/- Charges et produits exceptionnels


Produits exceptionnels sur opérations de gestion 3
Charges exceptionnelles sur opérations de gestion 0
Total 3 k€

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 2/6


4 Participation et impôt sur les bénéfices
Participation des salariés 313
Impôt sur les bénéfices 1 195
Total 1 508

5 Δ BFR lié à l'activité (sauf Δ BFRE)

2010 (N) 2009 (N-1)


Total des créances liées à l'activité sauf exploitation 0 0
Intérêts courus sur emprunt 7 3
Autres dettes diverses 175 170
Total des dettes liées à l'activité sauf exploitation 182 173
BFR lié à l'activité sauf exploitation - 182 - 173
Variation BFR lié à l'activité sauf exploitation -9

6 Δ BFR lié à l'investissement

2010 (N) 2009 (N-1)


Total des créances d'immobilisations 0 0
Total des dettes d'immobilisations 2 2
BFR lié à l’investissement -2 -2
Variation BFR lié à l’investissement 0

7 Trésorerie à l'ouverture
Disponibilités + 1 224
Concours bancaires courants - 56
Trésorerie à l'ouverture (en K€) 1 168

5. Calculer les ratios de l'exercice 2010 présentés dans l'annexe B

Détail des calculs et résultat pour l’exercice N

Créances clients et comptes rattachés x 360


CATTC
Rotation des créances clients
(jours)
(8113 - 793) x 360 / (30862 x 1,196) = 71 jours
8113 x 360 / (30862 x 1,196) = 79 jours (sans les avances)
Dettes fournisseurs et comptes rattachés x 360
Achats TTC et services extérieurs TTC
Rotation des dettes
fournisseurs
(3514-17) x 360 / [(8244 + 9274) x 1,196] = 60 jours
(jours)
3514 x 360 / [(8244 + 9274) x 1,196] = 60 jours (sans les avances)

Résultat de l'exercice
Taux de marge CAHT
bénéficiaire
2 010 x 100 / 30 862 = 6,5 %

Frais financiers/EBE (%) 73 x 100 / 4 520 = 1,6 %

Endettement financier (y compris des concours bancaires courants)


Capitaux propres
Taux d’endettement (%)
(806 + 1216) / 7 944 = 25 % avec les CBC

Nota : sans les CBC, le taux d’endettement est de 18 % [(806 - 565 + 1216) / 7 944]
Endettement financier (y compris des concours bancaires courants)
CAF
Capacité de remboursement
(806 + 1 216) / 3 344 = 60%
(806 – 565 + 1 216) / 3 344 = 44 %

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 3/6


6. Commenter, en une page au maximum, la situation de l'entreprise au cours de ces dernières
années en développant notamment :

 Le CAHT a fortement progressé jusqu'en N-1 (+ 5% entre N-3 et N-2, multiplié par 5,5
entre N-2et N-1), l'activité de l'exercice N (2010) baissant de 12,3%.

 La VA a progressé de plus de 70 % entre N-3 et N-1 mais chute de 2,4% en N (2010).

Évolution de  L’EBE a été multiplié par huit sur la même période mais chute de 6,5% en N (2010).
son activité et
de ses résultats  Le taux de marge bénéficiaire s’est considérablement amélioré au cours de la période
N-3 et N-1 mais chute de 37 % (6,5%).

Évolution favorable de N-3 et N-1 (avec forte progression en N-1) justifiée par des ratios
mais dégradation en N de tous les indicateurs. La dégradation en N s'explique en partie
par la conjugaison d'une baisse du CA et d'une augmentation des charges de personnel
combinée à une baisse des charges externes non proportionnelle à la baisse du CA.

 Le potentiel de ressources dégagées par l'entreprise s'est considérablement amélioré. La


CAF a été multipliée par 7. Le montant de la CAF en N (2010 ; 3 344 k€) a contribué
au remboursement des dettes financières.
Évolution de
son  L'entreprise a profité de ses résultats pour se désendetter. Alors que le taux
endettement d'endettement était alarmant pour les exercices N-3 et N-2 (166 % et 194 %), ce taux est
devenu plus que satisfaisant en N (2010).

Cette situation lui a permis d'accroître son autonomie financière et la structure financière
de l’entreprise en sort renforcée.

 La trésorerie a fortement diminué entre N-1 et N (2010). Elle devient même négative en
N (2010)

 Le cycle d'exploitation a permis de générer de la trésorerie (2 377 k€). Ceci s'explique


par l'augmentation du chiffre d'affaires, atténuée par l'augmentation parallèle du BFRE.
En effet l'analyse des délais de rotation indique que pour maintenir son chiffre d'affaires
l'entreprise a dû accepter une augmentation du délai de rotation des créances clients
alors que celui des dettes fournisseurs est resté relativement stable.
Évolution de
 Le FNTE reste cependant suffisant pour absorber les charges liées à l'activité et
sa trésorerie.
notamment la participation des salariés et l'impôt sur les bénéfices.

 Le FNTA (929 k€) est suffisant pour financer la totalité du FNTI.

 La particularité de cette entreprise est un FNTF négatif. Le versement de dividendes a


été absorbé par l'augmentation de capital, l'entreprise n'a pas contracté de nouveaux
emprunts. Elle a massivement remboursé ses dettes financières.

La trésorerie de l'entreprise a considérablement diminué mais l'importance massive des


disponibilités en 2008 a permis de réduire fortement son endettement.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 4/6


DOSSIER 2 – DECISIONS D’INVESTISSEMENT ET DE FINANCEMENT

1. Pourquoi la société n'a-t-elle pas retenu comme critère de sélection d’un projet d'investissement la valeur actuelle
nette (VAN) ?
La VAN, mesurant l’avantage absolu retiré par un projet d’investissement, ne permet pas de comparer des projets ayant des
durées de vie différentes ou un capital investi différent.
Dans le cas présenté, les deux projets «Angoulême» et «Tours» sont de taille différente. L’utilisation de ce critère pour
comparer ces deux projets conduirait à privilégier celui qui a la plus grande taille.
2. Calculer les flux nets de trésorerie générés par le projet «Angoulême»
Projet Angoulême 2011 2012 2013 2014 2015
CAHT 240 000 244 800 249 696 254 690
Coût variable total - 96 000 - 97 920 - 99 878 - 101 876
Marge sur coût variable 144 000 146 880 149 818 152 814
Frais fixes - 30 000 - 30 000 - 30 000 - 30 000
- 7 000 - 7 000 - 7 000 - 7 000
Dotations aux amortissements
- 17 500 - 17 500 - 17 500 - 17 500
Résultat avant IS 89 500 92 380 95 318 98 314
Impôt sur les bénéfices - 29 833 - 30 793 - 31 773 - 32 771
Résultat après IS 59 667 61 587 63 545 65 543
DAP 24 500 24 500 24 500 24 500
CAF d’exploitation 84 167 86 087 88 045 90 043
Investissement initial - 300 000
Var BFRE - 40 000 - 800 - 816 - 832
Récupération BFRE 42 448
Valeur résiduelle 200 000
FNT - 340 000 83 367 85 271 87 213 332 491

Remarques :
 Le CAHT progresse chaque année de 2%. Le calcul s’effectue par rapport à l’année précédente :
CAHT N+2 = CAHT N+1 × 1,02 = 240 000 × 1,02 = 244 800 €
 Dotations : calcul sur le local industriel et la machine (7 000 + 17 500 = 24 500) :
DAP Local : 140 000 / 20 = 7 000
DAP Machine : 70 000 / 4 = 17 500
 Variation du BFR :
2011 2012 2013 2014 2015
CAHT 240 000 244 800 249 696 254 690
BFR (ΔCA × 60 / 360) 0 40 000 40 800 41 616 42 448
Variation BFR -40 000 -800 -816 -832

3. Calculez l'indice de profitabilité. D’après ce critère, lequel de ces deux projets la société doit-elle retenir? Justifiez
votre réponse.
Les flux nets générés par le projet sont actualisés au taux de 10 %.
Σ FNT actualisés = 83 367 x (1,1)-1 + 85 271 x (1,1)-2 + 87 213 x (1,1)-3 + 332 491 x (1,1)-4 = 438 880,33 soit 438 880
IP = 438 880 / 340 000 = 1,29
L’IP du projet «Angoulême» est inférieur à celui du projet «Tours». Il faut donc retenir le projet «Tours».
4. Calculer le coût de l’emprunt.
Annuité constante de remboursement : a = 300000 x 0,05 / (1 – 1,05-4) = 84603,55
Tableau d’amortissement de l’emprunt
Capital dû
Intérêt Amortissement
début période
1 300 000,00 15 000,00 69 603,55
2 230 396,45 11 519,82 73 083,73
3 157 312,72 7 865,64 76 737,91
4 80 574,81 4 028,74 80 574,81

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 5/6


Flux de financement par emprunt :
0 1 2 3 4
Emprunt 300 000,00
-Amortissement 69 603,55 73 083,73 76 737,91 80 574,81
-2/3 intérêts 10 000,00 7 679,88 5 243,76 2 685,83
-2/3 frais 2 000,00
= Flux 298 000,00 -79 603,55 -80 763,61 -81 981,67 -83 260,64

Coût de l’emprunt [T]

298000 = 79603,55 (1+T)-1 - 80763,61 (1+T)-2 - 81981,67 (1+T)-3 - 83260,64 (1+T)-4 Ainsi T = 3,61%

DOSSIER 3 – RENTABILITE, RISQUES D’UN PORTEFEUILLE DE TITRES

1. Définir la notion d'efficience de marché.


Un marché est dit efficient s’il intègre de manière immédiate et en totalité l'information disponible (information disponible et
sans biais) et qu'il permet ainsi de prendre la meilleure décision possible compte tenu de cette information disponible (idée
faisant référence au comportement rationnel) (marché de concurrence pure et parfaite).
Plus l’information pertinente est complète, plus les cours s’ajustent rapidement et reflètent la valeur réelle de l’entreprise (idée
faisant référence à la détermination des prix).

2. Préciser à quels risques est soumise une action cotée sur le marché financier.
Le risque lié à une action cotée est constitué :
- d'un risque systématique ou risque de marché : le risque systématique ne peut être réduit par la diversification dans la mesure
où il est lié à l'environnement des marchés financiers ;
- d'un risque non systématique ou risque spécifique : le risque spécifique peut être réduit grâce à la diversification dans la
mesure où il dépend des caractéristiques intrinsèques de chaque titre composant le portefeuille.

3. Quel est l’intérêt du PER (Price Earning Ratio) ?


Le PER est un ratio souvent fourni par les analystes financiers. Il permet par exemple de repérer les actions surcotées et sous
cotées du marché et ainsi prendre les décisions d'achat ou de vente qui s'imposent. Pour effectuer ce choix il est nécessaire de
comparer le PER de l'action à celui du secteur d'activité auquel la société cotée appartient :
- si le PER est élevé et supérieur à celui du secteur alors la rentabilité du titre est plus faible que la rentabilité moyenne du
secteur et l'action est surcotée. La décision à prendre est de vendre ses titres. Ainsi le cours de l'action va augmenter et
permettre un retour à l'équilibre ;
- si le PER est faible et inférieur à celui du secteur alors la rentabilité du titre est plus élevée que la rentabilité moyenne du
secteur et l'action est sous cotée. La décision à prendre est d'acheter ses titres. Ainsi le cours de l'action va diminuer et
permettre un retour à l'équilibre.

4. Calculer la rentabilité moyenne et le risque associés à l’action ROCCA. Calculer le PER de l’action ROCCA.
Rentabilité moyenne de l'action ROC CA : moyenne des rentabilités sur le trimestre
E (R ROCCA ) = (22% + 8% + 12,6%) E (R ROCCA ) = 14,2%
3
Risque de l'action ROCCA : écart type de la rentabilité sur le trimestre
Var (R ROCCA ) = [(22 – 14,2)² + (8 – 14,2)² + (12,6 – 14,2)²] Var (R ROCCA ) = 33,95
3
σ (R ROCCA ) = [Var (R ROCCA )]0,5 = 33,950,5 σ (R ROCCA ) = 5,82%

Calcul du PER
PER = Cours de l’action / BNPA = 20 / 2,9 = 6,89

5. Indiquer l’intérêt de constituer un portefeuille comprenant des titres ALVEO et ROCCA.


Le PER de l'action ROCCA est inférieur au PER du secteur d'activité (13), l'action est donc sous cotée. La rentabilité de celle-
ci est supérieure à la rentabilité moyenne du secteur. Comme il n'est pas envisagé de modification significative du bénéfice net
par action de l'action ROCCA, la société SPIRA.SA devrait acheter cette action.
Au delà de l’intérêt propre à cette action, la constitution d’un portefeuille diversifié, avec des actions représentatives de
secteurs non corrélés, permettra de faire baisser le risque global du portefeuille par rapport au risque de chaque titre, tendant à
le rapprocher de celui du marché (même si la diversification reste ici très minime).

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 6/6


1210006

SESSION 2012

UE6 – Finance d’entreprise


Durée de l’épreuve : 3 heures - coefficient : 1

Document autorisé :
Aucun
Matériel autorisé :
Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans aucun moyen de
transmission, à l’exclusion de tout autre élément matériel ou documentaire (circulaire n°99-186 du
16/11/99 ; BOEN n°42).
Document remis au candidat :
Le sujet comporte 10 pages numérotées de 1/10 à 11/10 , dont 3 annexes à rendre notées A, B et C.
Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.

Le sujet se présente sous la forme de trois dossiers indépendants


DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER ................... (11 points) ......................................... page 2
DOSSIER 2 - PROJET D’INVESTISSEMENT ............ (6 points) ........................................... page 3
DOSSIER 3 - GESTION DU RISQUE DE CHANGE .. (3 points) ............................................ page 3

Le sujet comporte les annexes suivantes :

DOSSIER 1
Annexe 1 - Actif des bilans 2010 et 2011 ................................................................................... page 4
Annexe 2 - Passif des bilans 2010 et 2011 .................................................................................. page 5
Annexe 3 - Compte de résultat des exercices 2009, 2010 et 2011 .............................................. page 6
Annexe 4 - Informations complémentaires sur la société THERMOCLIM ............................... page 7
Annexe 5 - Soldes intermédiaires de gestion des exercices 2009, 2010 et 2011 ........................ page 7

Annexe A – Tableau de financement (à rendre avec la copie) .............................................. page 9


Annexe B – Tableau de calcul de ratios (à rendre avec la copie) ........................................... page 10
Annexe C – Extrait du tableau des flux de la Centrale des bilans de la Banque de France
(à rendre avec la copie) ....................................................................................... page 10

DOSSIER 2
Annexe 6 - Projet d’investissement de la société SUPIBEN ...................................................... page 8

DOSSIER 3
Annexe 7 - État des créances et dettes libellées en USD à échéance du 31 mars 2012 .............. page 8
Annexe 8 - Données relatives au contrat commercial à échéance du 15 février 2012 page 8

AVERTISSEMENT
Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes, vous conduit à formuler une ou plusieurs
hypothèses, il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie.

DCG 2012 UE6 – Finance d’entreprise 1/10


SUJET

Il vous est demandé d’apporter un soin particulier à la présentation de votre copie et à la qualité rédactionnelle.
Il sera tenu compte de ces éléments dans l’évaluation de votre travail.
Toute information calculée devra être justifiée.

DOSSIER 1 – DIAGNOSTIC FINANCIER

La société THERMOCLIM est spécialisée dans l’installation et la maintenance d’équipements de génie climatique et
énergies renouvelables. Installée depuis 2003 dans le sud-ouest de la France, elle s’adresse à un marché de
professionnels régionaux, des secteurs privé et public. Elle a connu depuis sa création un développement rapide, avec
une croissance du chiffre d’affaires de l’ordre de 20 % par an.

Ces derniers mois, la conjoncture est plus difficile sur ce secteur très concurrentiel, et a entraîné une baisse sensible des
prix. Néanmoins, son volume d’activité continue de croître, avec un chiffre d’affaires 2011 qui s’élève à 10,2 millions
d’euros.

Pour les années à venir, les dirigeants de la société THERMOCLIM pensent pouvoir maintenir une croissance à deux
chiffres en renforçant ses positions sur les marchés actuels et en étendant ses activités dans le sud-est. Cependant, ils
s’interrogent sur le financement de ce développement car la trésorerie de l’entreprise s’est considérablement dégradée
au cours du dernier exercice. Ils vous demandent d’analyser l’évolution de l’activité et de la structure financière de
l’entreprise.

Travail à faire

À l’aide des annexes 1 à 5,

1. Compléter le tableau de financement de l’exercice 2011 (annexe A à rendre avec la copie).

2. Compléter le tableau de calcul de ratios pour l’exercice 2011 (annexe B à rendre avec la copie).

3. Calculer le flux de trésorerie interne du tableau des flux de la centrale des bilans de la Banque de France
en complétant l’annexe C (à rendre avec la copie).

4. Montrer l’intérêt de la notion de flux interne utilisée dans le tableau des flux de la centrale des bilans de
la Banque de France.

5. Présenter un diagnostic structuré, d’environ une page, de la société THERMOCLIM en utilisant les
résultats des questions précédentes. Ce diagnostic mettra en évidence les points suivants :
• évolution de la profitabilité ;
• évolution de l’équilibre financier ;
• évolution de la trésorerie.

DCG 2012 UE6 – Finance d’entreprise 2/10


DOSSIER 2 – PROJET D’INVESTISSEMENT

La société SUPIBEN envisage de diversifier sa production en fabriquant un nouveau produit. Les modalités de
l’investissement et de son financement ainsi que les prévisions d’exploitation sont présentées en annexe 6.

Travail à faire

À l’aide de l’annexe 6,

1. Calculer le seuil de rentabilité d’exploitation, l’indice de sécurité (ou taux de marge de sécurité) et le
levier d’exploitation (ou levier opérationnel).

2. Commenter les résultats obtenus en précisant la signification et l’intérêt de chacun de ces calculs.

3. Déterminer la valeur actuelle nette en justifiant le choix du taux d’actualisation, puis le taux interne de
rentabilité du projet.

4. Conclure sur l’opportunité de ce projet.

DOSSIER 3 – GESTION DU RISQUE DE CHANGE


La société CROQUE est implantée dans la région toulousaine. Elle est spécialisée dans la conception et la fabrication
de moules en polyester destinés à l’industrie.

Sa spécialisation l’a conduite à réaliser une part importante de son activité avec des sociétés hors zone euro.

Elle est ainsi exposée au risque de change à la fois sur une partie de ses ventes et de ses achats.

Première partie - Position de change

Travail à faire

À l’aide de l’annexe 7,

1. Déterminer et caractériser la position de change de l’entreprise en USD (dollar américain) à l’échéance


du 31 mars 2012.

2. Déterminer la nature du risque encouru par l’entreprise et le type de couverture adaptée.

Deuxième partie - Choix d’une couverture


Le 15 décembre 2011, la société CROQUE signe un contrat commercial avec un client anglais à échéance du 15
février 2012, d’un montant de 150 000 GBP (livre britannique).

Travail à faire

À l’aide de l’annexe 8,
1. Chiffrer l’équivalent en euros encaissé le 15 février 2012 et le résultat de la couverture pour chacune des
politiques envisagées par le trésorier sur la base d’un cours au 15 février 2012 de : 1 € = 0,838 GBP.

2. Déterminer le cours à partir duquel il devient intéressant pour l’entreprise de lever l’option.

DCG 2012 UE6 – Finance d’entreprise 3/10


Annexe 1 - Actif des bilans au 31 décembre 2010 et 2011
Exercice 2011 Exercice 2010
ACTI F Brut
Amortissements
et dépréciation Net Brut
Amortissements
et dépréciations Net
Capital souscrit non appelé TOTAL 0
Immobilisations incorporelles
Frais d'établissement
Frais de recherche et développement
Concessions, brevets, licences… 33 077 1 343 31 734
Fonds commercial
Autres immobilisations incorporelles
Immobilisations incorporelles en cours
Avances et acomptes
Immobilisation corporelles
Terrains
Constructions
Installations techniques, matériel-outillage 80 148 26 393 53 755 35 252 22 260 12 992
Autres immobilisations corporelles 376 695 58 083 318 612 227 907 26 662 201 245
Immobilisations corporelles en cours
Avances et acomptes
Immobilisations financières
Participations évaluées par équivalence
Autres participations
Créances rattachées à des participations
Titres immobilisés de l'activité de portefeuille
Autres titres immobilisés 1 955 1 955 1 955 1 955
Prêts 32 600 32 600 12 600 12 600
Autres immobilisations financières
TOTAL I 524 475 85 819 438 656 277 714 48 922 228 792
Stock et en en-cours
Matières premières et autres approvisionnements 63 610 63 610 37 288 37 288
En-cours de production (biens et services)
Produits intermédiaires et finis
Marchandises
Avances et acomptes versés sur commandes
Créances d'exploitation
Créances clients et Comptes rattachés 1 492 442 8 510 1 483 932 997 961 997 961
Autres créances d'exploitation 259 187 259 187 219 179 219 179
Ca pital souscrit - a ppelé, non versé
Valeurs mobilières de placement
Actions propres
Autres titres
Instrument de trésorerie
Disponibilités 64 834 64 834 94 786 94 786
Charges constatées d'avance 56 328 56 328 16 433 16 433
TOTAL I I 1 936 401 8 510 1 927 891 1 365 647 0 1 365 647
Charges à répartir sur plusieurs exercices
Primes de remboursement des obligations
Ecarts de conversion Actif 6 266 6 266
TOTAL GENERAL 2 467 142 94 329 2 372 813 1 643 361 48 922 1 594 439

DCG 2012 UE6 – Finance d’entreprise 4/10


Annexe 2 - Passif des bilans au 31 décembre 2010 et 2011

PASSIF (avant répartition) Exercice 2011 Exercice 2010

Capital 400 000 200 000


Primes d'émission
Ecart de réévaluation
Ecart d'équivalence
Réserves
Réserve légale
20 000 4 000
Réserves statutaires ou contractuelles 378 929 335 643
Réserves réglementées
Autres
Report à nouveau
Résultat de l'exercice (bénéfice ou perte) 78 826 359 286
Subventions d'investissement 10 000 2 000
Provisions réglementées
Autres TOTAL I 887 755 900 929
Fonds Produit des émissions de titres participatifs
Propres Avances conditionnées
TOTAL I bis
Provisions
Provisions pour risques 24 591 18 325
Provisions pour charges
TOTAL I I 24 591 18 325
Dettes financières
Emprunts obligataires convertibles
Autres emprunts obligataires
Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit (1) 482 290 82 978
Emprunts et dettes financières divers 28 402 11 772
Avances et acomptes reçus sur commandes
Dettes d'exploitation
Dettes fournisseur et comptes rattachés 657 440 374 797
Dettes fiscales et sociales 247 795 114 308
Autres dettes d'exploitation
Dettes diverses
Dettes sur immobilisations et comptes rattachés 8 926 0
Dettes fiscales (impôts sur les bénéfices) 0 4 230
Autres dettes diverses 0 0
Instruments de trésorerie
Produits constatés d'avance 35 614 73 925

TOTAL II I 1 460 467 662 010

Ecarts de conversion Passif 13 175

TOTAL GENERAL 2 372 813 1 594 439

(1) Dont concours bancaires courants


289 884 0
et soldes créditeurs de banques

DCG 2012 UE6 – Finance d’entreprise 5/10


Annexe 3 - Compte de résultat des exercices 2009, 2010 et 2011

Exercice 2011 Exercice 2010 Exercice 2009


Ventes de marchandises
Production vendue [biens et services] 10 244 740 7 988 397 5 563 178
Production stockée
Production immobilisée 39 000
Subventions d'exploitation 7 769 7 914 6 633
Reprises sur provisions et transferts de charges
Autres produits 829 910 6
Total I 10 253 338 8 036 221 5 569 817
Achat de marchandises
Variation
t k d premières
Achat de matières h di et autres approvisionnements 3 982 489 2 752 950 1 822 147
Variation -26 322 -16 859 11 753
Autres achats t ket charges
tiè iè
externes t i i t 3 983 073 3 285 276 2 210 224
Impôts taxes et versements assimilés 79 155 58 996 40 323
Salaire et traitements 1 281 434 941 814 684 944
Charges 770 598 597 230 415 428
i l
Sur immobilisations: dotations aux amortissements 46 062 26 025 16 273
Sur immobilisations: dotations aux dépréciations
Sur actif circulant: dotations aux dépréciations 8 510 2 416
Pour risques et charges: dotations aux provisions
Autres charges 57 286 12
Total II 10 125 056 7 645 718 5 203 520
1. RESULTAT D'EXPLOITATION (I-II) 128 282 390 503 366 297
De participation
D'autres valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé
Autres intérêts et produits assimilés 753 221 262
Reprises sur provisions et transferts de charges 3 254
Différences positives de change
Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement
Total V 4 007 221 262
Dotations aux amortissements et provisions 9 520
Intérêts et charges assimilées 26 849 11 730 17 356
Différences négatives de change
Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement
Total VI 36 369 11 730 17 356
2. RESULTAT FINANCIER (V-VI) -32 362 -11 509 -17 094
3. RESULTAT COURANT avant impôts (I-II+III-IV+V-VI) 95 920 378 994 349 203
Sur opérations de gestion 1 141
Sur opérations en capital
Produits de cession d’éléments d’actif 14 560 3 602
Quote-part de subvention virée au résultat 4 000 2 000
Reprises
i i tt f t d h
Total VII 18 560 6 743 0
Sur opérations de gestion 1 585 3 404 3 910
Sur opérations en capital 3 032 1 707 481
Dotations aux amortissements et aux provisions
Total VIII 4 617 5 111 4 391
4. RESULTAT EXCEPTIONNEL (VII-VIII) 13 943 1 632 -4 391
Participation des salariés aux résultats (IX)
Impôts sur les bénéfices (X) 31 037 21 364 21 498
Total des produits (I+III+V+VII) 10 275 905 8 043 185 5 570 079
Total des charges (II+IV+VI+VIII+IX+X) 10 197 079 7 683 923 5 246 765
Bénéfice ou perte 78 826 359 262 323 314

DCG 2012 UE6 – Finance d’entreprise 6/10


Annexe 4 - Informations complémentaires sur la société THERMOCLIM

La société est soumise à un taux de TVA de 19,6% aussi bien sur ses ventes que sur ses achats.

Les écarts de conversion concernent les dettes fournisseurs en 2011 comme en 2010.

Les charges et produits constatés d’avance relèvent de l’exploitation.

L’entreprise n’a pas de contrat de crédit bail en cours.

Les intérêts courus non échus sur emprunts s’élèvent à 18 300 € au 31 décembre 2011 et à 3 570 € au 31
décembre 2010.

Au cours de l’exercice 2011 la société THERMOCLIM :


- a procédé à une augmentation de capital par incorporation de réserves ;
- a remboursé un emprunt auprès des établissements de crédit pour un montant de 22 246 € ;
- a cédé une immobilisation corporelle qu’elle a acquise en 2006 pour une valeur d’origine de
12 197 € et dont la valeur comptable nette au moment de la cession s’élevait à 3 032 € ;
- a reçu le remboursement d’un prêt (immobilisations financières) pour 5 000 €.

Annexe 5 - Soldes intermédiaires de gestion des exercices 2009, 2010 et 2011

10 244 740 7 988 397 5 563 178

39 000
PRODUCTION DE L'EXERCICE
Achats de matières premières 3 982 489 2 752 950 1 822 147
Variation stock matières premières -26 322 -16 859 11 753
Autres achats et charges externes 3 983 073 3 285 276 2 210 224
VALEUR AJOUTEE
7 769 7 914 6 633
79 155 58 996 40 323
2 052 032 1 539 044 1 100 372
EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION

829 910 6
46 062 26 025 16 273
8 510 2 416
57 286 12
RESULTAT D'EXPLOITATION
4 007 221 262
36 369 11 730 17 356
RESULTAT COURANT AVANT IMPOT
18 560 6 743 0
4 617 5 111 4 391
RESULTAT EXCEPTIONNEL

31 037 21 364 21 498


RESULTAT DE L'EXERCICE

DCG 2012 UE6 – Finance d’entreprise 7/10


Annexe 6 - Projet d’investissement de la société SUPIBEN

Le projet d’investissement envisagé par la société SUPIBEN suppose l’acquisition d’un équipement pour un montant
de 1 200 000 € amortissable en linéaire sur 5 ans.

Les prévisions d’exploitation pour les 5 prochains exercices sont les suivantes :
- chiffre d’affaires annuel prévisionnel : 1 500 000 €
- charges variables annuelles d’exploitation : 780 000 €
- charges fixes annuelles hors amortissements : 360 000 €

Le besoin en fonds de roulement d’exploitation prévisionnel est évalué à partir des principales composantes
exprimées en jours de chiffre d’affaires hors taxes :

Composantes du BFR d’exploitation Jours de chiffre d’affaires hors taxes

Stocks 12
Créances d’exploitation 42
Dettes d’exploitation 18

La valeur de cession de l’équipement au terme du projet est estimée à 300 000 €. Le


projet serait en partie financé par un emprunt au taux de 9 % .
Le coût du capital de l’entreprise est de 10%.
On raisonnera sur la base d’un taux d’impôt sur les sociétés de 33 1/3 %.

Annexe 7 - État des créances et dettes libellées en USD à échéance du 31 mars 2012

Postes Montants
Avances et acomptes versés 12 500
Dettes fournisseurs 956 780
Créances clients 123 000

Annexe 8 - Données relatives au contrat commercial à échéance du 15 février 2012

Le 15 décembre 2011, le cours de la livre est de 1€ = 0,835 GBP.


Le trésorier dispose de deux solutions de couverture :
- une couverture ferme au cours à terme de 0,840 GBP pour un euro ;
- une option au prix d’exercice de 0,842 GBP pour un euro et une prime de 0,2%.

DCG 2012 UE6 – Finance d’entreprise 8/10


Annexe A – TABLEAU DE FINANCEMENT 2011 (à rendre avec la copie)

Tableau de financement (partie 1)


EMPLOIS Exercice 2011 RESSOURCES Exercice 2011

Distributions mises en paiement au Capacité d'autofinancement de


cours de l'exercice l'exercice
Acquisitions d'éléments de l'actif Cessions ou réduction d'éléments
immobilisé : d'actif immobilisé :

Immobilisations incorporelles Cessions d'immobilisations :


Immobilisations corporelles - incorporelles
Immobilisations financières - corporelles
Cessions ou réductions
Charges à répartir sur plusieurs
d'immobilisations financières
exercices
Augmentation des capitaux propres :
Réduction des capitaux propres Augmentation de capital ou apports
Augmentation autres capitaux
propres

Remboursement de dettes financières Augmentation des dettes financières

Total des emplois Total des ressources


Variation du fonds de roulement Variation du fonds de roulement
net global (ressource nette ) net global (emploi net )

Tableau de financement (partie 2)


Besoins Dégagements Solde
Variations "exploitation" :
Variation des actifs d'exploitation :
Stocks et en-cours 26 322
Avances et acomptes versés
Créances clients et comptes rattachés 574 384
Variation des dettes d'exploitation :
Avances et acomptes reçus
Dettes fournisseurs et comptes rattachés 358 378
Totaux 600 706 358 378
A . Variation nette " exploitation " -242 328
Variations "hors exploitation" :
Variation des autres débiteurs
Variation des autres créditeurs 19 426
Totaux 0 19 426
B . Variation nette " hors exploitation 19 426

Besoin de l'exercice en fonds de roulement ou


Dégagement net de fonds de roulement de
l'exercice (A+B)
Variations "trésorerie" :
Variation des disponibilités
Variation des concours bancaires
Totaux
C . Variation nette " trésorerie "

Variation du fonds de roulement net global


(A+B+C) Emploi net ou Ressource nette

DCG 2012 UE6 – Finance d’entreprise 9/10


Annexe B – TABLEAU DE CALCUL DE RATIOS
(à rendre avec la copie)

Ratios Exercice 2011 Exercice Exer cice


Calculs Résultats 2010 2009

Durée du crédit clients 37,6 j

Durée du crédit
18,7 j
fournisseurs (1)

VA/CA 25,1% 27,3%

EBE/CA 5,2% 6,9%

(1) On négligera les écarts de conversion pour le calcul des durées

Annexe C – EXTRAIT DU TABLEAU DES FLUX DE LA CENTRALE DES BILANS DE LA


BANQUE DE FRANCE (à rendre avec la copie)

Exercice 2011

ACTIVITE
Chiffre d'affaires hors taxes et autres produits d'exploitation
Variation "clients" et autres créances d'exploitation

Encaissements sur produits d'exploitation

Achats et autres charges d'exploitation


Variation "fournisseurs" et autres dettes d'exploitation

Décaissements sur charges d'exploitation

FLUX DE TRESORERIE D'EXPLOITATION

Flux liés aux opérations hors exploitation


Charges d'intérêts
Impôt sur les bénéfices décaissé
Flux affecté à la participation des salariés
Distribution mise en paiement

FLUX DE TRESORERIE INTERNE

DCG 2012 UE6 – Finance d’entreprise 10/10


DCG session 2012 UE6 Finance d’entreprise Corrigé indicatif

DOSSIER 1 – DIAGNOSTIC FINANCIER

1. Compléter le tableau de financement 2011

Affectation du bénéfice 2010 :

Bénéfice 2010 359 286


Affectation en réserve légale 16 000 20 000 – 4 000
Affectation en autres réserves 243 286 335 643 – 200 000 + x = 378 329
Dividendes distribués 100 000

Acquisitions d’immobilisations :
Immobilisation incorporelles : 33 077
Immobilisations corporelles
Brut au 31-12-2010 35 252 + 227 907 263 159
Acquisitions de l’exercice X X = 205 881
Diminutions de l’exercice -12 197
Brut au 31-12-2011 80 148 + 376 695 456 843
Immobilisations financières
Brut au 31-12-2010 1 955 + 12 600 14 555
Acquisitions de l’exercice X X = 25 000
Diminutions de l’exercice -5 000
Brut au 31-12-2011 1 955 + 32 600 34 555

EBE EBE 182 082


+ autres produits d’exploitation + autres produits d’exploitation 829
- autres charges d’exploitation - autres charges d’exploitation -57
+ produits financiers encaissables + produits financiers encaissables 753
- charges financières décaissables - charges financières décaissables -26 849
+ produits exceptionnels encaissable + produits exceptionnels encaissables 0
- charges exceptionnelles décaissabl - charges exceptionnelles décaissables -1 585
- IS - IS - 31 037
CAF CAF 124 136

Subvention d’investissement reçue :

Net au 31-12-2010 2 000


Nouvelle subvention reçue X X = 12 000
Quote-part virée au résultat -4 000
Net au 31-12-2011 10 000

Dettes financières hors CBC et ICNE :

au 31-12-2010 82 978 + 11 772 – 0 – 3 570 91 180


Nouveaux emprunts X X = 133 574
Remboursement d’emprunt -22 246
au 31-12-2011 482 290 + 28 402 – 289 884 – 18 300 202 508

Trésorerie :

Disponibilités 94 786 – 64 834 Diminution de 29 952 (dégagement)


CBC 289 884 - 0 Augmentation de 289 884 (dégagement)

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/7


Annexe A – TABLEAU DE FINANCEMENT 2011 (à compléter et à rendre avec la copie)

Exercice Exercice
EMPLOIS 2011 RESSOURCES 2011

Distributions mises en paiement au Capacité d'autofinancement de


cours de l'exercice 100 000l'exercice 124 136
Acquisitions d'éléments de l'actif Cessions ou réduction d'éléments
immobilisé : d'actif immobilisé :
Immobilisations incorporelles 33 077 Cessions d'immobilisations :

Immobilisations corporelles 205 881 - incorporelles

Immobilisations financières 25 000 - corporelles 14 560


Cessions ou réductions
Charges à répartir sur plusieurs d'immobilisations financières 5 000
exercices
Augmentation des capitaux propres :
Augmentation de capital ou apports 0
Réduction des capitaux propres
Augmentation autres capitaux
propres 12 000
Remboursement de dettes financières 22 246Augmentation des dettes financières 133 574

Total des emplois 386 204 Total des ressources 289 270
Variation du fonds de roulement Variation du fonds de roulement
net global (ressource nette) net global (emploi net) 96 934

Besoins Dégagements Solde


Variations "exploitation" :
Variations des actifs d'exploitation :
Stocks et en-cours 26 322
Avances et acomptes versés
Créances clients et comptes rattachés 574 384
Variations des dettes d'exploitation :
Avances et acomptes reçus
Dettes fournisseurs et comptes rattachés 358 378
Totaux 600 706 358 378
A . Variation nette " exploitation " -242 328
Variations "hors exploitation" :
Variations des autres débiteurs
Variations des autres créditeurs 19 426
Totaux 0 19 426
B . Variation nette " hors exploitation TOTAL A+B 19 426
Besoins de l'exercice en fonds de roulement ou
Dégagement net de fonds de roulement de l'exercice -222 902
Variations "trésorerie" :
Variations des disponibilités 29 952
Variations des concours bancaires 289 884
Totaux 319 836
C . Variation nette " trésorerie " + 319 836
Variation du fonds de roulement net global
TOTAL A+B+C
Emploi net
ou Ressource nette 96 934

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 2/7


2. Calculer durée moyenne de crédits clients et fournisseurs.

Ratios Exercice 2011 Exercice Exer cice


Calculs Résultats 2010 2009
1 492 442 x 360
Durée du crédit clients 43,9 j 37,6 j
10 244 740 x 1,196
Durée du crédit 657 440 x 360
fournisseurs 24,8 j 18,7 j
(3 982 489 + 3 983 073) x 1,196

VA/CA 2 305 500 / 10 244 740 22,5% 25,1% 27,3%

EBE/CA 182 082 / 10 244 740 1,8% 5,2% 6,9%

3. Compléter le tableau des flux de la banque de France en annexe B.

EXTRAIT DU TABLEAU DES FLUX DE LA CENTRALE DES BILANS

2011
ACTIVITE
Chiffre d'affaires hors taxes et autres produits d'exploitation 10 253 338
(10 244 740 + 7 769 + 829)
Variation "clients" et autres créances d'exploitation -574 384

Encaissements sur produits d'exploitation 9 678 954

Achats et autres charges d'exploitation 10 096 806


(3 982 489 + 3 983 073 + 79 155 + 1 281 434 + 770 598 + 57)
Variation "fournisseurs" et autres dettes d'exploitation -358 378
Accepter la non prise en compte des écarts de conversion
(-377819)
Décaissements sur charges d'exploitation 9 738 428
FLUX DE TRESORERIE D'EXPLOITATION - 59 474
Flux liés aux opérations hors exploitation (+753 – 1 585) -832
Charges d'intérêts -26 849
Impôt sur les bénéfices décaissé (31 037 + 4 230) -35 267
Flux affecté à la participation des salariés 0
Distribution mise en paiement * -100 000
FLUX DE TRESORERIE INTERNE -222 422
* Accepter tout résultat en cohérence avec le résultat figurant dans le
tableau de financement.

4. Expliquer et monter l’intérêt de la notion de flux interne utilisée dans le tableau des flux de la
centrale des bilans de la Banque de France.

- Met en évidence le flux de trésorerie dégagé par l'activité au cours de l’exercice : produits réellement encaissés –
charges réellement décaissées, compte tenu des délais de paiement clients et fournisseurs et hors variations de
stocks et production immobilisée.
- Ce flux interne doit normalement être positif pour toute activité industrielle ou commerciale sur plusieurs
exercices, couvrir les flux d’investissement, au moins de renouvellement. A défaut il faudra recourir à des
ressources externes pour financer le développement de l’entreprise.
© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 3/7
5. Présenter un diagnostic structuré, d’environ une page, de la société THERMOCLIM en
utilisant les résultats des questions précédentes. Ce diagnostic mettra en évidence les points
suivants :
- évolution de la profitabilité ;
- évolution de l’équilibre financier ;
- évolution de la trésorerie.

Profitabilité : On constate :

- Une très forte croissance du chiffre d’affaires :


o 2011/2010 : +43,60 %
o 2010/2009 : + 28,24 %
- Et a contrario une très nette dégradation de la profitabilité : la société THERMOCLIM connaît une forte
croissance du chiffre d’affaires mais aussi une nette dégradation de la profitabilité.

L’analyse des soldes intermédiaires de gestion permet d’expliquer cette évolution :

- Nette dégradation du taux de VA qui passe de 27,3 % du CAHT en 2009 à 22,5 % du CAHT en 2011, soit
une perte de presque 5 points de marge. Cela s’explique sans doute par l’intensification de la concurrence
qui a obligé l’entreprise à diminuer ses prix et donc ses marges. C’est aussi probablement ce qui a permis
la forte hausse de chiffre d’affaires.

- L’EBE ne représente plus que 1,8 % du CAHT en 2011 contre 6,9 % en 2009 et 5,2 % en 2010.
L’écroulement de l’EBE en 2011 s’explique par la baisse de la VA conjuguée à l’augmentation des
charges de personnel plus forte que l’augmentation du CA.

Équilibre financier :

- Le fonds de roulement net global diminue au cours de l’exercice :


• La capacité d’autofinancement dégagé par l’activité est très faible (1,15 % CAHT), du fait bien sûr
de la dégradation de la profitabilité. Elle est de plus pour l’essentiel affectée à la distribution de
dividendes. Par conséquent l’autofinancement net est voisin de zéro.
• Les autres nouvelles ressources stables (cessions d’immobilisations, subventions d’investissement
et emprunts) ont été insuffisantes pour financer les acquisitions d’immobilisations et les
remboursements d’emprunts.

- Or parallèlement, le besoin en fonds de roulement a connu une forte augmentation. :


Les créances clients augmentent du fait de l’augmentation du chiffre d’affaires et des durées de crédit,
heureusement compensées en partie par une augmentation des dettes fournisseurs.

La dégradation de la profitabilité a réduit l’autofinancement de l’entreprise. Celle-ci a donc du avoir recours


à des emprunts et des concours bancaires courants pour financer les acquisitions d’immobilisations et
l’augmentation du BFR.

Trésorerie

La trésorerie a connu une très nette dégradation au cours de l’exercice 2011, car :

- Dégradation du FRNG et augmentation concomitante du BFRE

- L’activité consomme de la trésorerie : le flux de trésorerie d’exploitation est négatif ce qui peut remettre
en cause la pérennité de l’entreprise, si l’on ne remédie pas aux causes de cette situation. Cette
évolution s’est traduite par une forte augmentation des concours bancaires courants.
© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 4/7
DOSSIER 2 – PROJET D’INVESTISSEMENT

1. Calculer le seuil de rentabilité, l’indice de sécurité (ou taux de marge de sécurité) et le levier
d’exploitation.

Chiffre d’affaires 1 500 000


Charges variables -780 000
Marge/coût variable 720 000 48 % du CAHT
Charges fixes hors amortissements -360 000
DAP 1 200 000 / 5 -240 000
Résultat d’exploitation 120 000

• Seuil de rentabilité = Charges fixes / taux marge sur coût variable


= (360 000 + 240 000) / 0,48 = 1 250 000 €

• Marge de sécurité = CAHT – SR = 1 500 000 + 1 250 000 = 250 000 €

• Indice de sécurité = marge de sécurité / CAHT = 250 000 / 1 500 000 = 16,66 %

• Levier d’exploitation = 1 / indice de sécurité = 1 / 16,66 % = 6


Accepter LO = MCV/R = 720/120 = 6

Autre méthode : si le CA= 1 650 000 € (+10 %) => RE = 48 % CAHT – 600 000 = 192 000 € Soit une
augmentation de (192 000 – 120 000) /120 000 = 60 % Levier d’exploitation = 60 % / 10 % = 6

2. Commenter ces résultats en précisant la signification et l’intérêt de ces calculs.

Seuil de rentabilité = CA minimum à atteindre pour que la marge sur coût variable couvre les charges
fixes. Ici, la société SUPIBEN fera des pertes si son chiffre d’affaires reste inférieur à 1 250 000 €.
Indice de sécurité : il suffit que la CA réalisé soit inférieur de 16,66 % par rapport aux prévisions pour que
l’entreprise réalise des pertes.
Levier d’exploitation : Sensibilité du résultat aux variations de chiffre d’affaires ; si le CA diminue de x
%, le résultat d’exploitation diminue de 6x %.

Le risque d’exploitation de ce projet semble donc élevé. L’entreprise a de fortes chances de réaliser des
pertes si elle n’atteint pas le chiffre d’affaires prévu. Reste à savoir si les prévisions de chiffre d’affaires
sont optimistes ou au contraire prudentes.

3. Calculer la valeur actuelle nette en justifiant le choix du taux d’actualisation, puis le taux interne
de rentabilité du projet.
Le taux d’actualisation que l'on peut retenir est le coût du capital. On l’obtient en faisant la moyenne
pondérée du coût des capitaux propres et du coût de la dette.

BFRE prévisionnel = 12 + 42 – 18 = 36 jours de CAHT

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 5/7


Van (10%) = - 1 350 000 + 320 000 (1+10%)-1 + 320 000 (1+10%)-2 + 320 000 (1+10%)-3 + 320 000
(1+10%)-4 + 670 000 (1+10%)-5 = 80 374 €

Le TIR est le taux pour lequel la VAN est nulle, soit 12,06%

4. Conclure sur l’opportunité de ce projet.

Ici la VAN est positive et le TIR est supérieur au coût du capital. Le projet est donc acceptable.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 6/7


DOSSIER 3 – GESTION DU RISQUE DE CHANGE

Première partie : position de change 7 points

1. Déterminer et caractériser la position de change de l’entreprise en USD (dollar américain) à


l’échéance du 31 mars 2012.

Postes Montants
Avances et acomptes versés +12 500
Dettes fournisseurs - 956 780
Créances clients +123 000
(2 points) - 821 280

Les passifs sont supérieurs aux actifs, la position est donc courte.

2. Déterminer la nature du risque encouru par l’entreprise et le type de couverture adaptée. (3


points)
L’entreprise court donc un risque d’appréciation du dollar (1,5 point). Elle peut donc soit acheter à terme
ou acheter une option d’achat de dollars contre euros.

Deuxième partie : Choix d’une couverture 8 points


1. Chiffrer l’équivalent en euros encaissé le 15 février 2012 et le résultat de la couverture pour
chacune des politiques envisagées par le trésorier sur la base d’un cours au 15 février 2012 de :
1 € = 0,838 GBP.

Calculs Montants Résultats


Montant encaissé sans couverture 150 000 x 1/0,838 178997,61

Montant encaissé avec contrat ferme 150 000 x 1/0,840 178571,43 -426,18

Montant encaissé avec option 150 000 x 1/0,842 178147,27

150 000 x 1/0,835 x -359,28


0,2%
177787,99 -1209,62

2. Déterminer le cours à partir duquel il devient intéressant pour l’entreprise de lever l’option.

Le cours demandé correspond au seuil d’équivalence entre le montant encaissé en tenant compte de la
prime et le montant encaissé au comptant.
Soit X : le cours recherché
X = 1/0,842 – 1/0,835 x 0,2% = 0,8437 GBP

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 7/7


SESSION 2013

UE6 – Finance d’entreprise


Durée de l’épreuve : 3 heures - coefficient : 1

Document autorisé : aucun


Matériel autorisé : une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans
aucun moyen de transmission, à l’exclusion de tout autre élément matériel ou documentaire
(circulaire n°99-186 du 16/11/99 ; BOEN n°42).
Document remis au candidat : le sujet comporte 11 pages numérotées de 1/11 à 11/11.

Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.

Le sujet se présente sous la forme de trois dossiers indépendants


DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER .................... (11 points) .......................................... page 2
DOSSIER 2 - PROJET DE DÉVELOPPEMENT .......... (5 points) ............................................ page 2
DOSSIER 3 - CHOIX DE FINANCEMENT .................. (4 points) ........................................... page 3

Le sujet comporte les annexes suivantes :

DOSSIER 1
Annexe 1 - Actif du bilan 2012 ......................................................................................................page 4
Annexe 2 - Passif du bilan 2012 ....................................................................................................page 5
Annexe 3 - Compte de résultat de l’exercice 2012 ................................................................ pages 6 et 7
Annexe 4 - Tableaux de l’annexe de la société COUVRE-CHEF ......................................... pages 7 et 8
Annexe 5 - Informations complémentaires relatives à l’exercice 2012 ........................................ page 8
Annexe 6 - Bilans fonctionnels de la société COUVRE-CHEF pour les exercices 2011 et
2012 ..............................................................................................................................page 9
Annexe 7 - Soldes et ratios concernant la société COUVRE-CHEF pour l’exercice 2011 ..........page 9

Annexe A - Tableau des flux de trésorerie de l’OEC (à rendre avec la copie) ......................page 11

DOSSIER 2
Annexe 8 - Informations nécessaires au calcul du besoin en fonds de roulement normatif .. pages 9 et 10

DOSSIER 3
Annexe 9 - Informations nécessaires au choix des modalités de financement ..............................page 10

AVERTISSEMENT
Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes, vous conduit à formuler une ou plusieurs
hypothèses, il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie.

SUJET

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise 1/11


DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

La société COUVRE-CHEF est l’un des derniers fabricants français de bonnets, casquettes et chapeaux. Il s’agit
d’une PME ancienne, installée dans le sud-ouest de la France, qui se trouve confrontée aujourd’hui à une situation
fortement concurrentielle, notamment en raison de l’importation de très nombreux produits fabriqués dans le Maghreb
et les pays asiatiques.

Afin d’assurer sa survie, la société COUVRE-CHEF a développé, depuis quelques années déjà, une activité
commerciale connexe à son activité productive afin d’être présente sur le créneau des produits d’entrée de gamme et
de gamme moyenne.

En dépit de cette évolution, l’exercice 2011 s’est soldé par une perte comptable d’environ 26 000 €. Au cours de
l’exercice 2012, des mesures structurelles ont été adoptées pour tenter de redresser la situation parmi lesquelles figure
un investissement dans un nouveau matériel de fabrication destiné à accroître la productivité de l’entreprise.

Les dirigeants de la société COUVRE-CHEF s’interrogent sur les conséquences de leurs décisions et souhaiteraient
que vous procédiez à l’analyse des comptes de l’entreprise afin d’établir un diagnostic.

Travail à faire

1. En vous aidant des annexes 1 à 5, complétez le tableau des flux de trésorerie de l'Ordre des Experts
Comptables pour l’exercice 2012 (annexe A à rendre avec la copie).
NB : tous vos calculs doivent être justifiés en annexe du tableau.

2. En vous aidant des annexes 1 à 6, calculez pour l’exercice 2012, la marge commerciale, la production de
l’exercice, la valeur ajoutée, l’EBE, la capacité d’autofinancement et les ratios dont les valeurs relatives
à l’exercice 2011 sont fournies au sein de l’annexe 7.

3. À partir des résultats trouvés aux questions précédentes, rédigez un commentaire structuré d’environ
une page. Ce diagnostic abordera notamment les notions d’activité, de profitabilité, d’équilibre
financier et de trésorerie.

DOSSIER 2 – PROJET DE DÉVELOPPEMENT

La société ECOVERT, implantée à proximité du massif forestier landais, a pour activité l’extraction de tourbe
destinée à l’amendement des sols, ainsi que son conditionnement en sacs plastiques de différentes tailles. La grande
distribution, les jardineries ainsi que les horticulteurs sont les principaux clients de l’entreprise.
Aujourd’hui les dirigeants de la société ECOVERT se trouvent confrontés à l’évolution de la règlementation
environnementale et des doutes apparaissent quant à la possibilité même de poursuivre ce type d’activité au cours des
années à venir.

Afin d’assurer la pérennité de l’entreprise, différents projets de diversification sont à l’étude, dont un portant sur
l’ensachage et la commercialisation, auprès des clients actuels de l’entreprise, d’écorces de pin achetées en vrac aux
exploitants forestiers de la région.

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise Page 2/11


Travail à faire

1. Indiquez le lien entre niveau du besoin en fonds de roulement d’exploitation et rentabilité économique
de l’entreprise.

2. Présentez l’intérêt de la décomposition en temps d’écoulement et en coefficient de structure de chaque


poste du besoin en fonds de roulement d’exploitation.

3. À partir de l’annexe 8, calculez le besoin en fonds de roulement normatif en jours de chiffre d’affaires
HT qui sera généré par cette nouvelle activité.

DOSSIER 3 - CHOIX DE FINANCEMENT

L’analyse du projet de diversification menée au sein de la société ECOVERT a permis de conclure à sa rentabilité sur
le plan économique. Les dirigeants de cette entreprise ont donc décidé d’investir dans une nouvelle unité d’ensachage
dont le coût d’acquisition est estimé à 150 000 €. Ils s’interrogent désormais sur les modalités de son financement.
Deux solutions sont à l’étude concernant le financement de la totalité du matériel : un emprunt ou un contrat de crédit-
bail.

Travail à faire

À partir de l’annexe 9 :

1. Déterminez le coût de revient de l’emprunt.

2. Construisez un tableau faisant apparaître les flux monétaires résultant de l’exécution du contrat de
crédit-bail et vérifiez que le coût de revient de ce financement est bien de 4,18%.

3. Indiquez quelle modalité de financement il convient de retenir en justifiant votre choix.

4. Rappelez brièvement les avantages du financement par crédit-bail.

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise Page 3/11


Annexe 1 - Actif du bilan au 31 décembre 2012

2012 2011
ACTIF
Amortissements
Brut et dépréciations Net Net
Capital souscrit non appelé TOTAL 0
Immobilisations incorporelles
Frais d'établissement
Frais de recherche et développement 27 247 6 840 20 407 0
Concessions, brevets, licences… 171 253 16 226 155 027 155 001
Fonds commercial 91 469 91 469 91 469
Autres immobilisations incorporelles 33 539 33 539 33 539
Immobilisations incorporelles en cours
Avances et acomptes
ACTIF IMMOBILISE

Immobilisation corporelles
Terrains
Constructions
Installations techniques, matériel-outillage 44 413 28 577 15 836 12 367
Autres immobilisations corporelles 53 297 44 407 8 890 11 919
Immobilisations corporelles en cours
Avances et acomptes 3 500
Immobilisations financières
Participations évaluées par équivalence
Autres participations
Créances rattachées à des participations
Titres immobilisés de l'activité de portefeuille
Autres titres immobilisés 1 007 1 007 1 007
Prêts 1 035 1 035 1 535
Autres immobilisations financières

TOTAL I 423 260 96 050 327 210 310 337


Stock et en en-cours
Matières premières et autres 51 477 51 477 19 878
approvisionnements
En-cours de production (biens et services)
Produits intermédiaires et finis 214 585 6 138 208 447 179 979
Marchandises 7 399 7399 22 458
ACTIF CIRCULANT

Avances et acomptes versés sur commandes


Créances d'exploitation
Créances clients et Comptes rattachés 241 218 8048 233 170 146 548
Autres créances d'exploitation
Créances diverses 43 722 43 722 67 893
Capital souscrit - appelé, non versé 10 000 10 000
Valeurs mobilières de placement
Actions propres
Autres titres
Instrument de trésorerie
Disponibilités 55 689 55 689 87 321
Charges constatées d'avance 59 899 59 899 97 929
TOTAL I I 683 989 14 186 669 803 622 006
Charges à répartir sur plusieurs exercices
Primes de remboursement des obligations
Écarts de conversion Actif 369 369
TOTAL GENERAL 1 107 618 110 236 997 382 932 343

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise Page 4/11


Annexe 2 - Passif du bilan au 31 décembre 2012

PASSIF (avant répartition) 2012 2011


Capital 364 889 314 889
Primes d'émission 7 373
CAPITAUX PRPORES

Écart de réévaluation
Écart d'équivalence
Réserves
Réserve légale 30 849 30 849
Réserves statutaires ou contractuelles
Réserves réglementées
Autres 85 860 115 860
Report à nouveau -26 323
Résultat de l'exercice (bénéfice ou perte) 3 539 -26 323
Subventions d'investissement 4 858
Provisions réglementées 395
Autres TOTAL I 471 440 435 275
Fonds Produit des émissions de titres participatifs
Propres Avances conditionnées
TOTAL I bis
Provisions pour risques 2266 4 768
Provisions Provisions pour charges
TOTAL I I 2266 4 768
Dettes financières
Emprunts obligataires convertibles
Autres emprunts obligataires
Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit 242 752 202 744
(1)
Emprunts et dettes financières divers 61 438 82 975
Avances et acomptes reçus sur commandes 3 032
Dettes d'exploitation
Dettes fournisseur et comptes rattachés 148 830 130 907
Dettes fiscales et sociales 67 215 71 477
Autres dettes d'exploitation
DETTES

Dettes diverses
Dettes sur immobilisations et comptes rattachés 2 519
Dettes fiscales (impôts sur les bénéfices)
Autres dettes diverses
Instruments de trésorerie
Produits constatés d'avance

TOTAL II I 522 754 491 135


Écarts de conversion Passif 922 1 165

TOTAL GENERAL 997 382 932 343

(1) Dont concours bancaires courants 15 354 22 640


et soldes créditeurs de banques

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise Page 5/11


Annexe 3 - Compte de résultat des exercices 2012 et 2011

Exercice 2012 Exercice 2011


Ventes de marchandises 790 361 1 028 957
Production vendue [biens et services] 738 256 660 062
D’EXPLOITATION

Production stockée 13 602 -22 300


PRODUITS

Production immobilisée
Subventions d'exploitation 16 441 10 000
Reprises sur provisions et transferts de charges 36 981 81 767
Autres produits 8 266 3 248
Total I 1 603 907 1 761 734
Achats de marchandises 355 297 493 355
Variation de stocks de marchandises 15 059 -1 379
Achats de matières premières et autres approvisionnements 310 836 268 735
Variation des stocks matières premières et approvisionnements -31 599 -4 467
CHARGES D’EXPLOITATION

Autres achats et charges externes 456 015 465 776


Impôts, taxes et versements assimilés 9 769 14 899
Salaires et traitements 352 450 376 276
Charges sociales 99 907 105 258
Sur immobilisations: dotations aux amortissements 15 946 2 465
d’exploitation

Sur immobilisations: dotations aux dépréciations


Dotatioions

Sur actif circulant: dotations aux dépréciations 6 580 22 236


Pour risques et charges : dotations aux provisions 879

Autres charges 7 131 950


Total II 1 598 270 1 744 104
1. RESULTAT D'EXPLOITATION (I-II) 5 637 17 630
De participation
Produits financiers

D'autres valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé


Autres intérêts et produits assimilés 676 50
Reprises sur provisions et transferts de charges
Différences positives de change 3 711 5 483
Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement
Total V 4 387 5 533
Dotations aux amortissements et provisions 369
financières

Intérêts et charges assimilées 21 498 21 200


Charges

Différences négatives de change 5 227 1 057


Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement
Total VI 27 094 22 257
2. RESULTAT FINANCIER (V-VI) -22 707 -16 724

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise Page 6/11


2012 2011
3. RESULTAT COURANT avant impôts (I-II+III-IV+V-VI) -17 070 906
Sur opérations de gestion 27 468 5 883
Sur opérations en capital
exceptionnels
Produits

Produits de cession d’éléments d’actif 4 780 492


Quote-part de subvention virée au résultat 407
Reprises sur provisions et transferts de charges

Total VII 32 655 6 375


Sur opérations de gestion 8871 50 441
exceptionnelles
Charges

Sur opérations en capital 1 677


Dotations aux amortissements et aux provisions 395
Total VIII 10 943 50 441
4. RESULTAT EXCEPTIONNEL (VII-VIII) 21 712 -44 066
Participation des salariés aux résultats (IX)
Impôts sur les bénéfices (X) 1 103 -16 837
Total des produits (I+III+V+VII)
Total des charges (II+IV+VI+VIII+IX+X)
Bénéfice ou perte 3 539 -26 323
Annexe 4 - Tableaux de l’annexe de la société COUVRE-CHEF

1°/ Tableau des immobilisations

Valeur brute des Valeur brute des


Immobilisations immobilisations au Augmentations Diminutions immobilisations à
début de l'exercice la fin de l'exercice
Immobilisations incorporelles
Frais d’établissement
Frais de recherche et de
développement 27 247 27 247
Concessions, brevets, licences,
marques, procédés, droits et valeurs 170 534 719 171 253
similaires
Fonds commercial 91 469 91 469
Autres immobilisations incorporelles 33 539 33 539
Immobilisations incorporelles en cours
Avances et acomptes sur
immobilisations incorporelles

Immobilisations corporelles
Constructions
Matériel et outillage 41 123 10 530 7 240 44 413
Autres immobilisations corporelles 53 297 53 297
Immobilisations en cours
Avances et acomptes 3 500 3 500 0

Immobilisations financières
Participations
Autres titres immobilisés 1 007 1 007
Prêts et autres titres immobilisés 1 535 500 1 035

Total 396 004 38 496 11 240 423 260

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise Page 7/11


2°/ Tableau des amortissements :

Montant des
Montant des
amortissements
Immobilisations amortissables amortissements au Augmentations Diminutions
à la fin de
début de l'exercice
l'exercice
Immobilisations incorporelles
Frais d’établissement
Frais de recherche et de 6 840 6 840
développement
Concessions, brevets, licences,
marques, procédés, droits et valeurs 15 533 693 16 226
similaires
Autres immobilisations incorporelles

Immobilisations corporelles
Constructions
Matériel et outillage 28 756 5 384 5 563 28 577
Autres immobilisations corporelles 41 378 3 029 44 407
Total 85 667 15 946 5 563 96 050

3°/ Tableau des provisions et des dépréciations :

Montant au début de Montant à la fin


Dotations Reprises
l'exercice de l'exercice
Provisions réglementées
Amortissements dérogatoires 0 395 0 395

Provisions pour risques


Provisions pour litiges 4 768 8 79 3 750 1 897
Provisions pour pertes de change 0 369 0 369

Dépréciations
Sur stocks de produits finis 21 004 6 138 21 004 6 138
Sur comptes clients 12 833 442 5 227 8 048
Total 38 805 8 223 29 981 16 487

Annexe 5 - Informations complémentaires relatives à l’exercice 2012

Les activités de la société sont soumises au taux de TVA de 19,6%.

Concernant les capitaux propres, on vous précise :


- qu’il a été procédé, au cours de l’exercice 2012, à une double augmentation de capital par incorporation d’une
partie des autres réserves et par apports nouveaux ;
- qu’une subvention d’investissement de 5 265 € a été attribuée à la société COUVRE-CHEF au cours de
l’exercice 2012 ;
- qu’aucun dividende n’a été versé au cours de l’exercice.

La société COUVRE-CHEF a remboursé 6 800 € d’emprunts. Les concours bancaires courants figurant au bilan sont
temporaires. Les intérêts courus relatifs aux emprunts bancaires s’élèvent à 308 € au 31/12/2012 et à 442 € au
31/12/2011.

Les créances diverses relèvent de l’activité (hors exploitation). Les charges et produits constatés d’avance concernent
l’exploitation. Les écarts de conversion se rapportent exclusivement aux dettes fournisseurs.

Au niveau du compte de résultat, on vous indique enfin que :


- les transferts de charges d’exploitation d’un montant de 7 000 € correspondent à la réimputation d’une
catégorie de charges à une autre catégorie de charges. Il n’existe pas de transfert de charges dans les comptes
de l’exercice 2011 ;
- l’impôt sur les sociétés 2011 représente un produit et non une charge en raison de l’existence de crédits
d’impôt dont a pu bénéficier la société. Le taux d’imposition sur les bénéfices est de 33, 1/3 %.

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise Page 8/11


Annexe 6 - Bilans fonctionnels de la société COUVRE-CHEF
pour les exercices 2011 et 2012

Actif 2012 2011 Passif 2012 2011


Emplois stables 423 260 396 004 Ressources 583 943 559 548
propres
Dettes financières 288 528 262 636
Actifs circulants 574 579 500 630 Ressources stables 872 471 822 184
d’exploitation
Passif circulant 216 598 206 581
d’exploitation
Actifs circulants 53 722 67 893 Passif circulant 2 827 442
hors exploitation hors exploitation
Trésorerie active 55 689 87 320 Trésorerie passive 15 354 22 640
Total actif 1 107 250 1 051 847 Total passif 1 107 250 1 051 847

Exercice 2012 Exercice 2011 Variation


FRNG 449 211 426 180 + 23 031
BFRE 357 981 294 049 + 63 932
BFRHE 50 895 67 451 - 16 556
BFR 408 876 361 500 + 47 376
Trésorerie nette 40 335 64 680 - 24 345

Annexe 7 – Soldes et ratios concernant la société COUVRE-CHEF pour l’exercice 2011

Exercice 2011
Marge commerciale 536 981
Production de l’exercice 637 762
Valeur ajoutée 444 699
Excédent brut d’exploitation - 41 734
Capacité d’autofinancement - 83 881

Taux de marge commerciale 52,2%


Taux de valeur ajoutée 26,3%
Taux d’endettement (1) 65,64%
BFRE en % du CAHT 17,41%

(1) Il s’agit de l’endettement brut y compris les concours bancaires courants

Annexe 8 - Informations nécessaires au calcul du besoin en fonds de roulement normatif

Prix de vente hors taxes de la tonne d’écorce ensachée : 500 €


Volume annuel de la production attendue : 1 200 tonnes d’écorces ensachées

Le coût de revient d’une tonne d’écorce commercialisée se composerait, pour le volume attendu, des postes suivants :

Matière première 15 €
Emballage 65 €
Charges de production décaissables (hors main-d’œuvre) 55 €
Charges de production liées aux amortissements 30 €
Charges de personnel de production 80 €
Charges de distribution décaissables (hors main-d’œuvre) 145 €
Charges de personnel de distribution 40 €

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise Page 9/11


Les durées de rotation prévisibles pour les stocks seraient de :
- 60 jours pour les stocks de matières premières ;
- 45 jours pour les stocks d’emballages ;
- 30 jours pour les stocks de produits finis (évalués au coût de production).

Compte tenu de la brièveté du processus de production, les stocks d’en-cours peuvent être considérés comme
négligeables. Les produits finis entrant en stock seront des palettes de sacs de 50 litres filmées et prêtes à l’expédition.
Les achats d’emballages doivent donc entrer dans le coût de production.

Les durées prévisionnelles de règlement s’établissent ainsi :


- Fournisseurs de matière première : 30 jours
- Fournisseurs d’emballages : 30 jours fin de mois
- Fournisseurs de charges de production : 15 jours
- Fournisseurs de charges de distribution : 30 jours
- Clients : 45 jours fin de mois

Les salaires seraient réglés le dernier jour du mois et les charges sociales le 15 du mois suivant.
Les charges patronales, estimées à 40% du montant brut des salaires, sont incluses dans le coût de la main d’œuvre.
Les charges sociales salariales sont estimées à 20% du montant des salaires bruts.

La TVA à décaisser est réglée le 20 du mois suivant et les taux applicables sont respectivement de :
- 10% pour la matière première et les produits finis
- 20% pour tous les autres achats.

Remarque : pour le calcul des éléments composant le besoin en fonds de roulement, les coefficients de structure
seront arrondis à 2 chiffres après la virgule et les durées à l’unité la plus proche.

Annexe 9 - Informations nécessaires au choix des modalités de financement

Montant de la chaîne d’ensachage à financer : 150 000 €. Durée d’utilisation 6 ans. La valeur résiduelle de
l’investissement peut être considérée comme nulle à l’issue de cette période.

Financement par emprunt :


Montant de l’emprunt : 150 000 € ; durée : 5 ans ; remboursement par amortissement constant ; taux nominal : 5,4%

Financement par crédit-bail :


Durée du contrat : 4 ans ;
Dépôt de garantie versé à la souscription : 10 000 € ;
Redevance annuelle versée en début de période : 34 200 € ;
Prix de la levée de l’option d’achat : 30 000 €.
En cas de recours au crédit-bail, l’entreprise envisage de lever l’option d’achat à l’issue de la période de location et
d’exploiter le matériel jusqu’au terme de sa durée d’utilisation.

Vous retiendrez un taux d’impôt sur les sociétés de 33,1/3% et arrondirez les calculs des flux de trésorerie à l’euro le
plus proche.

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise Page 10/11


Annexe A - Tableau de flux de trésorerie de l'Ordre des Experts Comptables
à partir du résultat net (à rendre avec la copie)

Opérations Exercice
2012
Flux de trésorerie liés à l'activité

RESULTAT NET ……………..


Élimination des charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à l'activité

Amortissements, dépréciations et provisions (1) ……………..


Plus-values de cessions nettes d'impôts ……………..
Quote-part des subventions d'investissement virée au résultat ……………..

Marge brute d'autofinancement

Moins : variation du besoin en fonds de roulement lié à l'activité


Stocks ……………..
Créances d'exploitation ……………..
Dettes d'exploitation ……………..
Autres créances liées à l'activité ……………..
Autres dettes liées à l'activité ……………..

Flux net de trésorerie généré par l'activité

Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement


Acquisitions d'immobilisations ……………
Cessions d'immobilisations nettes d'impôts ……………
Réductions d'immobilisations financières ……………
Variation des créances et dettes sur immobilisations ……………

Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement

Flux de trésorerie liés aux opérations de financement


Dividendes versés …………….
Incidence des variations de capital …………….
Émissions d'emprunts …………….
Remboursements d'emprunts …………….
Subventions d'investissements reçues …………….

Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement

Variation de la trésorerie ……………...

Trésorerie d'ouverture ………………

Trésorerie de clôture ……………...

(1) à l'exclusion des dépréciations sur actif circulant

Vous veillerez à bien indiquer, pour chaque rubrique, le signe + ou – à affecter au montant calculé

DCG 2013 UE6 – Finance d’entreprise Page 11/11


DCG session 2013 UE6 Finance d’entreprise Corrigé indicatif

DOSSIER 1-DIAGNOSTIC FINANCIER

Question 1 - Élaboration du tableau des flux de l’OEC :


Exercice
Opérations
N
Flux de trésorerie liés à l'activité

RÉSULTAT NET 3 539


Élimination des charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à l'activité

Amortissements, dépréciations et provisions 13 839


Plus-values de cessions nettes d'impôts (ou -3 103 sans retraitement I S) - 2069
Quote-part des subventions d'investissement virée au résultat 407

Marge brute d'autofinancement (ou 13 868 sans retraitement IS)


14 902
Moins : variation du besoin en fonds de roulement lié à l'activité
-45 008
-48 592
Stocks 10 017
Créances d'exploitation 24 171
Dettes d'exploitation -134
Autres créances liées à l'activité
Autres dettes liées à l'activité
-44 644
Flux net de trésorerie généré par l'activité (ou -45 678)

Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement


Acquisitions d'immobilisations -34 996
Cessions d'immobilisations nettes d'impôts (ou 4 780 sans retraitement IS) 3 746
Réductions d'immobilisations financières 500
Variation des créances et dettes sur immobilisations 2 519

Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement (ou – 27 197) -28 231

Flux de trésorerie liés aux opérations de financement


Dividendes versés 0
Incidence des variations de capital 17 373
Émissions d'emprunts 32 691
Remboursements d'emprunts -6 800
Subventions d'investissements reçues 5 265

Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement 48 529

Variation de la trésorerie -24 346

Trésorerie d'ouverture 64 681


Trésorerie de clôture 40 335

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/9


Détails :

- Reprise sur provisions d’exploitation - 3 750


+ Dotations aux amortissements 15 946
+ Dotations aux provisions d’exploitation 879
+ Dotations financières 369
+ Dotations exceptionnelles 395
Charges et produits sans incidences sur la 13 839
trésorerie

+VCN des éléments d’actif cédés 1 677


- Produits des cessions d’éléments d’actif -4 780
+ impôt sur la plus-value (4 780 – 1 677) / 3 1 034
Plus-value nette d’impôt -2 069

Quote-part de subvention d’investissement virée au résultat : lecture directe sur le compte de


résultat

31/12/2012 31/12/2011
+Stock de matières 51 477 19 878
+Stock de produits finis 208 447 179 979
+Stock de marchandises 7 399 22 458
Total 267 323 222 315
Variation des stocks (augmentation) + 45 008

31/12/2012 31/12/2011
+Créances clients et comptes rattachés 233 170 146 548
+Charges constatées d’avance 59 899 97 929
Total 293 069 244 477
Variation des créances d’exploitation 48 592
(augmentation)

31/12/2012 31/12/2011
+ Avances et acomptes reçus sur commande 0 3 032
+ Dettes fournisseur et comptes rattachés 148 830 130 907
- Ecarts de conversion actif -369
+ Ecarts de conversion passif 922 1165
+ Dettes fiscales et sociales 67 215 71 477
216 598 206 581
Variation des dettes d’exploitation 10 017
(augmentation)

31/12/2012 31/12/2011
+créances diverses 43 722 67 893
Variation autres créances liées à l’activité -24 171
(diminution)

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 2/9


31/12/2012 31/12/2011
+intérêts courus sur emprunts 308 442
Variation autres dettes liées à l’activité -134
(diminution)

Total de la colonne augmentation – tableau des immob 38 496


- Diminution des immobilisations en cours - 3 500
Total des acquisitions d’immobilisations 34 996

Prix de cession des immobilisations 4 780


Impôts sur plus-value de cession -1 034
Cession d’immobilisation nette d’impôt 3 746

Réduction d’immobilisations financières : remboursement de prêt : 500€

Variation des dettes sur immobilisations : augmentation de 2 519€

Augmentation de capital 364 889 – 314 889 50 000


- incorporation de réserves 115 860 – 85 860 -30 000
= Augmentation de capital par apports nouveaux 20 000
- Capital souscrit appelé non versé -10 000
+ Prime d’émission 7 373
= Apports nouveaux libérés 17 373

Emprunts auprès des établiss. de crédit au 31/12/2012 : 242 752


Emprunts et dettes financières divers au 31/12/2012 61 438
- Intérêts courus au 31/12/2012 -308
- Concours bancaires courants au 31/12/2012 -15 354
288 528
Emprunts auprès des établiss. de crédit au 31/12/2011 : 202 744
Emprunts et dettes financières divers au 31/12/2011 82 975
- Intérêts courus au 31/12/2011 -22 640
- Concours bancaires courants au 31/12/2011 -442
262 637
Emprunts remboursés au cours de l’exercice 6 800
Emprunts contractés dans l’exercice 32 691
288 528 – (262 637 – 6 800)

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 3/9


Émissions d’emprunts

n n-1 Remboursement Augmentation


Crédit 242 572 202 744
Dettes 61 438 82975
- Int courus -308 -22 640
- CBC -15 354 -442
Totaux 288 528 262 387 6 800 32 691

Remboursements d’emprunts : 6800

Disponibilités au 31/12/2011 87 321


-Concours bancaires courants au 31/12/2011 -22 640
Trésorerie à l’ouverture 64 681

Disponibilités au 31/12/2012 55 689


-Concours bancaires courants au 31/12/2012 -15354
Trésorerie à la clôture 40 335

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 4/9


Question 2 – Calculs
Exercice 2012 Exercice 2011
Ventes de marchandises 790 361
Achat de marchandises -355 297
Variation du stock de marchandises -15 059
Marge commerciale 420 005 536 981
Production vendue 738 256
Production stockée +13 602
Production immobilisée
Production de l’exercice 751 858 637 762
Marge commerciale 420 005
Production de l’exercice +751 858
Consommations en provenance de tiers (1) -735 252
Valeur ajoutée 436 611 444 699
Valeur ajoutée 436 611
Subvention d’exploitation +16 441
Impôts et taxes -9 769
Salaires et traitements -352 450
Charges sociales -99 907
EBE -9 074 -41 734

(1) 310 836 – 31 599 + 456 015 = 735 252


Exercice 2012 Exercice 2011
Résultat net 3 539
- Reprises d’exploitation -29 981
+Dotation aux amort. des immobilisations +15 946
+Dot aux dépréciations des actifs circulants + 6 580
+Dotations aux provisions d’exploitation + 879
+Dotations financières +369
+Dotations exceptionnelles +395
+VCN des éléments d’actif cédés +1 677
- Produits des cessions d’éléments d’actif -4 780
- Quote-part de subv d’invest virée au -407
résultat
= Capacité d’autofinancement -5 783 -83 881
OU autre présentation
Exercice 2012
EBE -9074
+ transferts exploitation 7 000
+ autres produits 8 266
- Autres charges - 7 131
+ produits financiers 4 387
- Charges financières : int - 21 498
- Charges financières : diffé -5 227
+ produits excep 27 468
- Charges excep - 8 871
- IS - 1103
Total CAF - 5 783

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 5/9


Exercice 2012 Exercice 2011
Taux de marge commerciale 420 005 / 790 361 = 53,14% 52,20%
Taux de valeur ajoutée 436 611 / (790 361 + 738 256) = 28,56% 26,30%
Taux d’endettement (242 752+61 438) / 471 440 = 64,52% 65,64%
BFRE en % du CAHT 357 981 / (790 361 + 738 256) = 23,42% 17,41%

Pour le ratio taux d’endettement accepter dettes financières / total passif


= (242 752 + 61 438) / 997 382 = 30.49%

Question 3 - Commentaire

Introduction + activité :
L’activité de cette entreprise est en phase de ralentissement (baisse de 10% environ du chiffre
d’affaires en 2012) combinant réduction de l’activité commerciale et progression de l’activité
productive.
On remarque une légère amélioration des taux de marge commerciale et de valeur ajoutée qui
a permis de diviser l’insuffisance brute d’exploitation par quatre. Les investissements de
productivité ont donc été bénéfiques. Toutefois, la profitabilité de cette entreprise reste tout à
fait insuffisante. En témoigne l’existence d’un EBE négatif au cours des 2 exercices 2011 et
2012. La valeur ajoutée, issue de l’activité, ne couvre même pas les charges de personnel, qui
pour l’essentiel sont des charges de structure et donc difficiles à adapter aux variations de
l’activité.
On peut remarquer que le bénéfice de l’exercice 2012 n’a été obtenu que grâce à des produits
exceptionnels, non reproductibles dans l’avenir.
Cette insuffisance de profitabilité se retrouve également dans l’analyse du tableau de flux qui
fait apparaître l’existence d’une MBA faible. En effet la comparaison de son montant avec
celui des dotations aux amortissements de l’exercice montre que l’entreprise ne génère pas
suffisamment de ressources potentielles en interne pour envisager le seul maintien de son outil
de production.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 6/9


Équilibre financier :
Le montant de la trésorerie nette est positif sur les deux exercices comptables, ce qui signifie
que les ressources stables financent non seulement les emplois stables mais également le
besoin en fonds de roulement généré par l’activité.
En dépit de la réduction du chiffre d’affaires, on note cependant une forte croissance du
BFRE accompagnée logiquement d’une dégradation du poids du BFRE (ratio BFRE/CAHT),
due au gonflement des stocks et de l’en-cours clients.
L’augmentation des créances clients, ajoutée à la baisse du chiffre d’affaires, constitue donc la
principale cause de l’existence d’un flux net de trésorerie généré par l’activité fortement
négatif.

Au niveau de la composition des ressources stables on observe un rapport endettement/


capitaux propres d’environ 65%, ce qui pourrait paraître raisonnable. Cependant l’existence
dune CAF négative amène nécessairement à s’interroger sur l’aptitude de l’entreprise à faire
face aux échéances futures.

Si la trésorerie nette reste positive, on observe une réduction de son montant de 24 000€
environ. On constate, par ailleurs que seules la souscription d’emprunts nouveaux et la
réalisation d’une augmentation de capital ont permis d’éviter qu’elle ne devienne négative, or
par essence ces opérations n’ont pas un caractère récurrent.

DOSSIER 2 – PROJET DE DÉVELOPPEMENT

Question 1 – Lien BFRE et rentabilité économique :

Rentabilité économique = résultat économique / (immobilisations + BFRE)

Plus le BFRE est élevé plus la rentabilité économiques diminue.

Question 2 – Intérêt de la décomposition du BFRE :


Le découpage de chaque élément du BFR en temps d’écoulement et coefficient de structure
permet de comprendre l’origine de chaque poste du BFR normatif (distinguer le problème
entre la durée et la structure).
• Il permet donc de cibler les actions correctrices (sur la durée ou la structure).
• Il facilite les comparaisons avec les durées et structures sectorielles.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 7/9


Question 3 - calcul du BFR normatif :

Temps
Eléments de BFR d’écoulement Coefficient de structure Besoin Ressource
en jours
Stock de matière première 60 15/500 = 0,03 2
Stock d’emballages 45 65/500 = 0,13 6
(15+65+55+80)/500 = 0,43
Stock de produits finis 30 13
Accepter (15+65+55+ 80+30)/500 = 0,49
Fournisseurs de matière 30 15 x 1,1 /500 = 0,033 1
(30+60)/2=45
Fourbisseurs d’emballages 65 x 1,2 / 500 = 0,156 7
Ou (15 +30)
Fournisseurs de charges de production 15 55 x 1,2/500=0,132 2
Fournisseurs de charges de distribution 30 145 x 1,2/500 = 0,348 10
(20+50)/2=35
TVA déductible [15x0,10+(65+55+145)x0,2]/500 = 0,109 4
Ou (15 +20)
(45+75)/2=60 500 x 1,1 /500 = 1,1
Clients 66
Ou (15 + 45)
TVA collectée (20+50)/2=35 500 x 0,10/500 = 0,10 4
Totaux 91 24

BFR en jours de chiffre d’affaires : 91 – 24 = 67 jours.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 8/9


DOSSIER 3 – CHOIX DE FINANCEMENT

Question 1 - coût de revient de l’emprunt :

Coût de l’emprunt : 5.4% x (1 – 33,1/3%) = 3,6%

Question 2 - Tableau des flux de trésorerie résultant de l’exécution du contrat de crédit-


bail :

0 1 2 3 4 5 6
Financement 150 000

Dépôt de -10 000


garantie
-34 200 -34 200 -34 200 -34 200
Redevances
annuelles +11 400 +11 400 +11 400 +11 400
Eco d’IS sur
redevances -8 333 -8 333 -8 333 -8 333 -8 333 -8 333
Perte d’IS sur
-30 000
amortiss.
+ 10 000
Option d’achat

Dépôt de +5 000 +5 000


garantie

Eco d’IS sur


amortiss du
matériel
racheté
105 800 -31 133 -31 133 -31 133 -16 933 -3 333 -3 333

105 800 – 31 333 x 1,0418-1 – 31 333 x 1,0418-2 – 31 333 x 1,0418-3 – 16 933 x 1,0418-4 - 3 333 x
1,0418-5 +– 3 333 x 1,0418-6 = 0

Question 3 - Modalités de financement à retenir :

Le coût de revient de l’emprunt étant inférieur au coût de revient du crédit-bail, on retiendra le


financement par emprunt

Question 4 - Avantages du financement par crédit-bail :

- Facilité d’obtention (les états financiers sont rarement demandés)


- Permet à l’entreprise de conserver en apparence sa capacité d’endettement
- Les redevances de crédit-bail sont déductibles
- Permet de mieux faire face à l’obsolescence

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 9/9


1410006

SESSION 2014

UE6 - Finance d'entreprise


Durée de l'épreuve: 3 heures - coefficient: 1
Document autorisé: aucun
Matériel autorisé : une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans
aucun moyen de transmission, à .l'exclusion de tout autre élément matériel ou documentaire
(circulaire n° 99-186 du 16/11/99 ; BOEN n° 42).
Document remis au candidat : le sujet comporte 11 pages numérotées de 1/11 à J 1/11, dont une
annexe à rendre notée A.
Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.

Le sujet se présente sous la forme de trois dossiers indépendants


DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER ................................... (10 points) ........................... page 2
DOSSIER 2- PROJET D'INVESTISSEMEI\T .............................. (6 points) .......................... page 3
DOSSIER 3 - GESTION D'UN PORTEFEUILLE-TITRES ........ (4 points) ..... .. .................... page 4

Le sujet comporte les annexes suivantes :


DOSSIER 1
Annexe 1- Compte de résultat de J'entrep1ise CALDARlUMS en K€ ............................... .......... page 5
Annexe 2 - Bilan de la société CALDARIUMS .......................................... .................................. page 6
Annexe 3 - Tableau de financement (deuxième partie) .................................................. .............. page 7
Annexe 4 - Répartition du poste «Autres achats et charges externes »des comptes de résultat
des exercices 2012 et 20 13 .......................................... ......................... ....................... page 8
Annexe 5 -Informations concernant la structure des charges d'exploitation
pour les exercices 2012 et 2013 ......................... ........... ....... ....................................... page 8
Annexe 6 - Autres informations complémentaires ...................... ............................. .................... . page 8

Annexe A- Tableau de flux de trésorerie de I'OEC (à rendre avec la copie) ....................... page 11

DOSSIER 2
Annexe 7 - Éléments prévisionnels pour le PROJET 1 ................................................................. page 9
Annexe 8 - Éléments prévisionnels pour le PROJET 2 ................................................................. page 9
Annexe 9 - Conditions de fmancement des investissements ............... ........................................... page 9

DOSSIER3
Annexe 10 -Renseignements concernant le portefeuille-titres de M . Firmin ............ . .......... page 10
A VERTlSSEMENT
Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes, vous conduit à formuler une ou plusieurs
hypothèses, il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie.

DCG 201-1 UE6 - Finance d'entreprise lill


SUJET
ll vous est demandé d'apporter un soin particulier à la présentation de votre copie et à la qualité rédactionnelle.
Il sera tenu compte de ces éléments dans l'évaluation de votre travail.
Toute information calculée devra être justifiée.

DOSSIER 1 -DIAGNOSTIC FINANCIER


La société CALDARIUMS est une SAS au capital social de 1 230 000 € dont les actions sont
essentiellement détenues par la famille Dutirez. Son PDG, M. Dutirez, souhaite céder une paliie de ses
actions (25 % du capital) à un actionnaire unique susceptible de prendre sa succession au moment de son
départ à la retraite fin 2014.
La société CALDARIUMS est spécialisée dans la conception et la fabrication d'appareils de haute
pression. Le but de ces appareils est de simuler une réaction physique et de mesurer les conséquences de
celle-ci dans un environnement de pression et de température.
Depuis sa création, CALDARIUMS a accumulé un savoir-faire dans le développement d'appareils de
haute technicité répondant aux besoins spécifiques de ses clients. La société propose des équipements
complets intégrant le système de mesure et de contrôle des données, ce qui constitue un atout face à ses
concurrents positionnés sur une autre offre de produits plus standards.
M. Dutirez désire disposer d'une analyse de la situation économique et financière de l'entreprise qu'il
pourra présenter au nouveau dirigeant actionnaire.

Travail à faire

À l'aide des annexes là 6:


1) Déterminer la capacité d'autofinancement (CAF) 2013 à partir du résultat net.

2) Indiquer les principaux retraitements économiques qu'il est possible d'opérer sur les soldes
intermédiaires de gestion, en indiquant leur intérêt.

3) Chiffrer l'impact des retraitements sur la CAF de la société CALDARIUMS.

4) Présenter la notion de risque économique et les outils utilisés pour mesurer ce risque.

5) À l'aide des informations concernant la structure des charges de la société CALDARIUMS


(annexe 5), déterminer le seuil de rentabilité d'exploitation (ou seuil de profitabilité) et le levier
d'exploitation pour l'année 2013. Commenter les résultats obtenus.

6) Expliquer en quoi la notion d'activité diffère de la notion d'exploitation.

7) Compléter le tableau de Oux de trésorerie de l'OEC de l'annexe A (à rendre avec la copie), en


présentant le détail des calculs sur la copie.

8) Calculer l'ETE (excédent de trésorerie d'exploitation) 2013. Indiquer l'intérêt de cet indicateur.

9) À partir de l'ensemble des informations à votre disposition, présenter, en une vingtaine de lignes,
le diagnostic de la société CALDARIUMS en développant notamment :
- l'évolution de son activité et de ses résultats ;
- l'évolution de sa trésorerie.

DCC 2014 UH6 - Finance d'entreprise 2/11


DOSSIER 2 -PROJET D'INVESTISSEMENT

Les deux parties ci-après sont indépendantes.

Partie A: le choix d'investissement

M. Dutirez souhaite investir début 2014 afin de s'engager sur un nouveau créneau du marché où la
concurrence est faible. Il a Le choix entre deux projets qui nécessitent un montant investi identique, à
savoir 350 k€ (annexes 7 et 8).

Travail à faire

><--t . Définir trois critères permettant de choisir un projet d'investissèment. Préciser l'intérêt et les
limites de chacun d'eux.
2. Déterminer les flux nets de trésorerie d'exploitation du projet 1.
3. Déterminer la valeur actuelle nette avec un taux de 10 % et le taux interne de rentabilité du
projet 1.
, 4. Conclure sur l'opportunité d'adopter l'un des deux projets.

Partie B : Je financement d'un projet d'investissement

Finalement la Société CALDARJUMS va réaliser un projet global de 1 000 k€ à La demande du futur


dirigeant qui souhaite que l'entreprise s'engage dans un processus dynamique d'amélioration de la
compétitivité. Mr Dutirez a consulté la banque pour connaître les conditions d'un éventuel emprunt
li hésite entre deux financements: l'endettement ou l'augmentation du capitaL

Travail à faire

À l'aide de l'annexe 9:

1. Quels sont les financements à la disposition de la société pour réaliser un projet


d'investissement?
2. Déterminer l'effet de levier sous deux hypothèses :
•la société décide s'endetter pour financer la totalité du projet;
•la société prévoit une augmentation du capital en numéraire pour financer la totalité du
projet.
3. Proposer une solution de financement en justifiant votre choix.

DCG 2014 UE6- Finance d'entreprise 3/11


DOSSIER 3- GESTION DU PORTEFEUILLE-TITRES

Le directeur financier M. Firmin profite de votre disponibilité pour vous poser quelques questions au sujet
de différents placements financiers.
Travail à faire

À l'aide de l'annexe JO:


l. Indiquer les composantes du risque global d'une action.
2. Définir les indicateurs suivants : PER, cours de l'action, rendement.
3. Analyser les informations concernant les OAT en portefeuille :
• préciser le prix de vente de l'obligation au 31 décembre 2013 ;
• justifier le montant du coupon couru au 31 décembre 2013;
• commenter J'évolution du cours de cette obligation depuis son émission par rapport à
l'évo]ution des taux d'intérêts.
4. Porter un _jugement sur la composition du portefeuille de M. Firmin et sur le risque encouru.

DCG 2014 UE6 - Finance d'entreprise 4/l l


Annexe 1 -Compte de résultat de l'entreprise CALDARIUMS en k€
Exercice Exercice Exercice
2013 2012 2011
c Ventes de marchandises
~ Production vendue [biens et sernces] 6 900 5 911 5 710
:Q
~
x
<l> Production stockée 321 -43 15
!!J

"e
"0
a.
Producbon immobilisée 0 21 0

Subventions d'el<PIOitation 84 38 0

Reprises sur provisions et transferts de charges 24 4 5

~Ires produits

Total! 7329 593 1 5730


c:
0
Achats de marchandises
s
0
Variation stocks de marchandises
0.. Achats de ma~éres premières et autres approvisionnements 1 689 1 447 1 390
x
-"'
-o Variation stocks matières premières et approvis ionnements -269 -53 39
(/)

"'"'
0;
Autres achats et charges externes 2 910 1 648 1 590
~ Impôts taxes et versements assimilés 99 92 97
(.)
Salaires et traitements 1 435 1 209 1 090
Charges sociales 535 521 389
Delations aux amortissements
Sur immobilisations: dotations aux amortissements 199 70 86
Sur immobilisations: dotations aux dépréciations
Sur actif circulant dotations aux dépréciations 71 50
Pour risques et charges: dotations aux provisions 43 20 17
Autres charges 23 1g 20
Total li 6 735 5 023 4 718
":fRESuLTAT D'EXPLOITATION (1-11) 594 908 1 012
De participation
D'autres valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé
~

.9:>
0
Autres interets et produits assimiles 5 3 3
c
Reprises sur provisions et transferts de charges 0 2 1
"'
c
""
~ Différences positives de change 2 5
::>
"iï
0 Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement 1 3 0

Total V 6 10 9

., Dotations aux amortissements et provisions


..,~ lnlérêls et charges ass imilées 43 11 12
0
c
m Différences négatives de change
c
""., Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement
"
~
"'
.<::
0
Total VI 43 11 12

2. RESULTAT ANANCIER (V-VI) -37 -1 -3


3. RESULTAT COURANT avant impôts (1-11+111-IV+V-VI] 557 907 1 009
Sur opérations de gestion 12 1 2
.,c
.!!!

c sur opérations en capital


0
a !Produits de cession d'éléments d'actif 12 101 50
.,"'~ Quote-part de sub~~ention virée au resultat
'5"' Reprises sur provisions et transferts de charges
g_ Total VIl 24 102 52

Sur opérations de gestion 52


"'
~
"'a; Sur opérations en capital
., c
e»C
~g valeur nette comptable des éléments d'actifs cédés 5 4 42
.<::
0
a.
Q)
Dotations aux amortissements et aux provisions
~
QI
Total VIII 5 56 42
4. RESULTAT EXCEPTIONNEL (VU-VIII) 19 46 10
Participation des salariés aux résultats (IX)
Impôts sur les bénéfices (X) 72 105 88
Total des produits (I+III+V+VII) 7 359 6 043 5 791
Total des char ges (II+IV+VI+VIII+IX+X) 6 855 5195 4 860
Bénéfice ou perte 504 848 931

DCG 2014 UE6 - Finance d'entreprise 5/ 11


Am;exe Ï- Bilan de la société CALDARIUMS
Amott sse"'ents
ACTIF Brut Dépréciations 2013 2012 PASSIF (avant répartition) 2013 2012
Capital souscrit non appelé Capital (dont versé 1230) 1 230 1 030
Immobilisations incorporelles Primes d'émission, de fusion, d'apport
Frais d'établissement Ecarts de réévaluation
Frais de recherche et développement c p Ecart d'équivalence
Concessions, brevets et droit similaires 5 5 A R Réserves:
A Fonds commercial p 0 Réserve légale 123 103
c Autres immobilisations incorporelles 2 2 1 p Réserves statutaires ou contractuelles
T Immobilisations incorporelles en cours T R Réserves réglementées
1 Avances et acomptes A E Autres 945 868
F Immobilisations corporelles u s Report à nouveau
Terrains 700 700 700 x Résultat de l'exercice (bénéfice ou p erte) 504 848
1 Constructions 81 66 15 27 Subventions d'investissement
M Installations techniques. matériel et outillage industriels 849 544 305 227 Provisions réglementées
M Autres immobilisations corporelles 284 256 28 99 TOTAL! 2 802 2 849
0 Immobilisations corporelles en cours
8 Avances et acomptes Autres Produit des émissions de titres participatifs
1 Immobilisations financières fonds Avances conditionnées
L Participations évaluées par équivalence propres TOTAL 1 bis
1 Autres participations
s Créances rattachées à des participations Provisions pour risques 1
E Titres immobilisés de l'activité de portefeuille Provisions pour charges 182 161
Autres titres immobilisés ravisions
T OTAL Il 182 162
Prêts
Autres immobilisations financières 11 11 9 Dettes financières
TOTAL! 1 932 866 1 066 1 062
r- Stocks et en-cours
Emprunts obligataires convertibles
Autres emprunts obligataires
A Matières premières et autres approvisionnements 632 50 582 333 Emprunts et dettes au prés des établissements de crédit (1) 780 817
c En-cours de production (biens et services) D Emprunts et dettes financières divers
T Produits intermédiaires et finis 654 654 333 E Avances et acomptes reçus sur commandes en cours 5 3
1 Marchandises T Dettes d'exploitation
F Avances et acomptes versés sur commandes T Dettes fournisseurs et Comptes rattachés 682 771
Créances d'exploitation E Dettes fiscales et sociales 513 501
c Créances Clients et Comptes rattachés 2 295 71 2 224 2 395 s Autres dettes d'exploitation 9 11
1 Autres créances d'exploitation 297 297 182 Dettes diverses
R Créances diverses Dettes sur immobilisations et Comptes rattachés 50
c Capital souscrit· appelé, non versé Dettes fiscales (impôts sur les bénéfices)
u Valeurs mobilières de placement Autres dettes diverses
L Actions propres
A Autres titres 188 188 484 Produits constatés d'avance 98 202
N TOTAL Ill 2 137 2 305
T Disponibilités 82 82 377
Charges constatées d'avance 28 28 150 Ecarts de conversion Passif
TOTAL Il 4 176 121 4 055 4 254 TOTAL GENERAL 5 121 5 316
Charges à répartir sur plusieurs exercices
Primes de remboursement des emprunts
Ecarts de conversion Actif (1) Dont concours bancaires courants et soldes créditeurs de banques 150
TOTAL GENERAL 6108 987 5 121 5 316

DCG 2014 UE6- Finance d'entreprise 611]


Annexe 3- Tableau de financement (deuxième partie)

Exercice

Variation du fonds de roulement net global Besoins Dégagements Solde

J 2 2-1
Variations« Exploitation>>
Variations des actifs d'exploitation
Stocks et en-cours 570
A va nees ct acomptes versés sur
commandes
Créances clients, comptes rattachés et autres créances d'exploitation 107
Variation des dettes d'exploitation
Avances ct acomptes reçus sur commandes en cours 2
Dettes fournisseurs, comptes rattachés ct autres dettes d'exploitation 163
Totaux 733 109
A- Variation nette« Exploitation » 624
Variations« Hors exploitation»
Variations des autres débiteurs
Variations des autres créditeurs 30
Totaux 0 30
8- Variation nette« Hors exploitation » 30
Total A+ B
Besoin de l'exercice en fonds de roulement 594
Dégagement net de fonds de roulement dans l'exercice

Variations « Trésorerie »
Variations des disponibilités 591
Variations des concours bancaires courants ct des soldes 150
créditeurs de banques
Totaux 0 741
C- Variation nette« Trésorerie>> 147
Variation du fonds de roulement net global (Total A+ B + C):
Emploi net : solde débiteu1·
Ressource nette : solde créditeur 147

DCG 2014 UE6- Finance d'entreprise 7/11


Annexe 4 -Répartition du poste « Autres achats et charges externes »
des comptes de résultat des exercices 2012 et 2013
Un crédit bail a été contracté au début de 1' année 20 13 pour un matériel d'une valeur de 1000 k€.
La durée de ce contrat est de 5 ans (durée de vie norn1ale du bien). La valeur résiduelle sera
considérée comme nulle.

L'analyse des comptes permet d'établir la répartition des services extérieurs pour 2013 et 2012
Répartition des services extérieurs : 2013 2012
- personnel extérieur 1220 638
- loyers en crédit bail 230 0
-autres 1 460 1010

Annexe 5- Informations concernant la structure des charges d'exploitation


pour les exercices 2012 et 2013

On peut estimer que les charges variables comprennent la consommation de matières premières et le
personnel intérimaire. Elles représentent environ 40 %du chiffre d'affaires en 2013 et seulement 25 %
en 2012. En 2013, les charges fixes s'élèvent à 3 546 k€.
En 2012, le seuil de rentabilité s'élevait à environ 4700 k€.

La société est soumise à un taux de TVA de 19,6 % aussi bien sur ses ventes que sur ses achats.
-
Annexe 6- Autres informations complémentaires

Les charges et produits constatés d'avance relèvent de J'exploitation.


Les dettes fiscales et sociales comprennent une dette d'IS de 40 k€ pour 2013 et 60 k€ pour 2012

L'entreprise n'a pas enregistré de transfert de charges en 2013, ni en 2012.

Les reprises d'exploitation de l'exercice 2013 ne concernent pas l'actif circulant.

Les autres dettes diverses sont liées à l'activité.

Au cours de l'exercice 2013 la société CALDARIUMS:


- a procédé à une augmentation de capital exclusivement par incorporation de réserves;
- a remboursé un emprunt auprès des établissements de crédit pour un montant de 247 k€;
- a acquis une machine-outil d'une valeur de 208 k€.

En 2013, les dividendes versés s'élèvent à 550 k€.

DCG 2014 UE6 - Finance d'entreprise 8/ 11


Annexe 7 - Éléments prévisionnels concernant le PROJET 1

Résultats prévisionnels (en k€)


Années 2014 2015 2016 2017
CAHT 6 600 7 820 9 000 10400
Charges variables 2640 3128 3600 4160
Marge/CV 3 960 4 692 5 400 6 240
Frais fixes 5 000 5 000 5 000 5 000
DAP 1 200 1 200 1 200 1200
Résultat d'exploitation avant IS -2 240 -1 508 -800 40
Par ailleurs, on suppose que l'entreprise dégagera des bénéfices dans d'autres activités sur toute la
période.

Évaluation du BFRE pour le projet 1


En k€ 2014 2015 2016 2017
BFRE 550 650 750 850

Annexe 8- Éléments prévisionnels concernant le PROJET 2


BFRE am1Uel
Enk€ 2014 2015 2016 2017
BFRE 850 650 600 550

En k€ Début 2014 Fin2014 2015 20 16 201 7


Flux de trésorerie nets -1200 907 51 7 237 257

Évaluation du projet 2 selon les critères de la VAN et du TRI


VAN taux d'actualisation à 10 % 405
Taux de rendement interne 30, 1%

Annexe 9 -Conditions de financement des investissements


La banque propose à la société CALDARIUMS un emprunt sur 10 ans pour la totalité de
l' investissement de 1 000 k€ au taux de 6 %.
La rentabilité économique du projet final peut être estimée à 30 % avant IS .. L ' endettement de
l'entreprise avant le projet est estimée à 660 k€, les capitaux propres début 2014 s'élèvent à 2300 k€ .
Taux d' IS = 113.

DCG 2014 UE6 - Finance d'entreprise 9/1 1


Annexe 10 - Renseignements concernant le portefeuille de M. Firmin
Les cours indiqués dans les tableaux ci-dessous sont les cours au début de l'année considérée.

T itres détenus 20 12 2013


valeur
acquisition
Titres secteur Quantité Cours PER Div Rend! Cours PER Div Rendt

Actions TOT Al Pétrole ct gaz 150 5250€ 40.00€ 8,19 2 5,00% 48€ 8 0,48 1,00 %
Actions BP Pétrole etgaz 1000 5500€ 6.40€ 13,72 0,32 5,00% 6,40€ 25,60 0,0704 !,10%
OAT Emprunt État 700€ 111% 112 %

Renseignements complémentaires concernant les OAT détenues par M. Firmin (au 31/12/2013).

Obligations assimilables du Trésor 6 % échéance au 25/10/2025


c aract'ens· r1ques o br·~a t01res
Générale Coupons Cours du 31/12/2013
Nature Fixe Fréquence du coupon !/an
Nominal 100 Taux nominal (%) 6 Cotations 134.310%
Coupon couru(%) l, 15
Date d'émission 25/12/1994
Date de maturité 25/ 10/2025
Devise de cotation EUR
Émetteur République Franç~isc
Catégorie Emprunt Etat

DCG 2014 UE6- Finance d 'entreprise 10/11


Annexe A- Tableau de flux de trésorerie de l'OEC (à rendre avec la copie)
2013 2012 2011
FLUX DE TRESORERIE LIES A L'ACTIVITE
Résultat net 848 931
Élimination des charges et des produits sans incidence sur la trésorerie

• Amortissements et provisions (dotations nettes de reprises) ( 1) 84 125

• Plus-value nette de cession -97 -8


• Quotc-part des subventions d'investissement
Marge brute d'autofinancement 835 1048
Moins variation du BFR lié à l' activité 577 555
Flux de trésorerie généré par l'activité (A) 258 493
FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS
D'INVESTISSEMENT
Cessions d'immobilisations 101 50
Réduction d'immobilisations financières
Acquisitions d'immobilisations -13 -8
Moins variation du BFR lié à l' investissement 0 0

Flux de trésorerie lié aux opérations d'investissement (B) 88 42

FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS DE


FINANCEMENT
Augmentation ou réduction de capital
Dividendes versés -300 -345
Augmentation des dettes financières 300
Remboursement des dettes financières -355 -96
Subventions d'investissement reçues
Moins variation du BFR lié au financement
Flux de trésorerie lié aux opérations de financement (C) -355 -441

Variation de trésorerie (A + B + C) -9 94
Trésorerie à l'ouverttu·e (D) 870 776

Trésorerie à la clôture (A+ B + C + D) 861 870


( l) A l'exclusion des dépréciations sur actif circulant

DCG 2014 UE6 - Finance d'entreprise 11 /1 1


DCG session 2014 UE6 Finance d’entreprise Corrigé indicatif

DOSSIER 1 – DIAGNOSTIC FINANCIER

1. Déterminer la capacité d’autofinancement (CAF) 2013 à partir du résultat net.

CAF 2013

Résultat 504
Dotations 313
Reprises -24
VCEAC 5
Prod cesssion -12
CAF 786

2. Indiquer les principaux retraitements économiques qu’il est possible d’opérer sur les soldes
intermédiaires de gestion, en indiquant leur intérêt.

Le retraitement des redevances de crédit-bail : le bien pris en crédit-bail est alors traité comme un bien immobilisé
dans l’entreprise

Le retraitement des frais de personnel extérieur consiste à regrouper dans un même poste les charges relatives au
personnel utilisé par l’entreprise.

Les subventions d’exploitation peuvent être considérées comme un complément au chiffre d’affaires
La sous-traitance est retirée de la production de l’exercice pour obtenir la production propre.

Justifier, l’intérêt de ces retraitements Les retraitements consistent à modifier de façon extra-comptable les SIG, mais
aussi le bilan en vue d’un diagnostic financier. Ils permettent de mieux évaluer la réalité économique de l’entreprise
et de rendre comparable les calculs relatifs à des entreprises ayant fait des choix économiques ou financiers différents.

3. Chiffrer l’impact des retraitements sur la CAF.

Seul le crédit-bail modifie la CAF. Le retraitement du personnel extérieur modifie la valeur ajoutée, mais
n’a aucun impact sur la CAF.

La CAF retraitée = CAF non retraitée +DAP du CB= 786 + 1000/5 = 986

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/8


4. Présenter la notion de risque économique et les outils utilisés pour mesurer ce risque

Le risque opérationnel ou économique résulte des fluctuations du résultat d’exploitation suite aux
variations du niveau d’activité.
La variation du résultat économique dépend de la structure des charges d’exploitation selon qu’elles sont
fixes ou variables par rapport au chiffre d’affaires. Lorsqu’une entreprise possède un taux de charges
variables important, l’entreprise dispose d’une capacité d’une flexibilité plus importante et elle se trouve
alors moins exposée au risque d’exploitation.

Outils pour mesurer le risque d’exploitation


• seuil de rentabilité C’est le niveau de chiffre d’affaires pour lequel le résultat est égal à zéro ou CA à
partir duquel l’entreprise commence à générer un bénéfice.
• marge de sécurité ou indice de sécurité : différence entre le chiffre d’affaires et le seuil de rentabilité
représente donc la marge de sécurité de l’entreprise= CA- SR et Indice de sécurité= (CA-SR)/CA
• Le levier d’exploitation (LE) ou opérationnel est un coefficient qui mesure la sensibilité du résultat
d’exploitation aux variations du CAHT. Plus le levier d’exploitation est élevé, plus le risque
supporté est grand.

5. À l’aide des informations concernant la structure des charges de la société CALDARIUMS


(annexe 5), déterminer le seuil de rentabilité d’exploitation (ou seuil de profitabilité) et le
levier d’exploitation pour l’année 2013. Commenter les résultats obtenus.

2012
seuil de rentabilité 2013 (non demandé)
CA 6 900
2
CV 760
4
M/CV 140
taux marge sur coût variable 0,6
CF (tot ch explo- CV) 3546
5
SR exploitation = CF / Taux de m/cv 910 4 700

Levier d’exploitation à partir du seuil de rentabilité : LE = M/CV / REX = 4 140/594 = 6,97

Commentaires
Le seuil de rentabilité d’exploitation est nettement plus élevé.
On constate que les charges variables de la société CALDARIUMS ont énormément augmenté en 2013.
L’entreprise CALDARIUMS doit tendre à réduire ses charges fixes au profit des charges variables pour
réduire son risque d’exploitation.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 2/8


6. Expliquer en quoi la notion d’activité diffère de la notion d’exploitation.

La notion d’activité est plus large que la notion d’exploitation. Elle intègre des éléments hors exploitation
qui ne relève ni de l’investissement, ni du financement.
A titre d’exemple, le BFR de l’analyse fonctionnelle du PCG se décompose en BFRE et BFRHE.
La variation du BFR lié à l’activité comprend les postes relatifs à l’exploitation. Cependant, certains
éléments hors exploitation peuvent être considérés comme liés à l’activité (exemple la dette d’IS ou la
participation).

7. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l’OEC de l'annexe A (à rendre avec la copie), en


présentant le détail des calculs sur la copie.

2013 2012 2011


FLUX DE TRESORERIE LIES A L'ACTIVITE
Résultat net 504 848 931
¤ Elimination des charges et des produits sans incidence sur la trésorerie
Amortissements et provisions (dotations nettes de reprises) (1) 218 84 125
Plus-value nette de cession -7 -97 -8
Quote-part des subventions d’investissement
Marge brute d’autofinancement 715 835 1 048
Moins variation du BFR lié à l’activité (2) -573 577 555
Flux de trésorerie généré par l'activité (A) 142 258 493
FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS D'INVESTISSEMENT
Cessions d'immobilisations 12 101 50
Réduction d'immobilisations financières
-Acquisitions d'immobilisations -208 -13 -8
¤ Incidence de la variation des décalages de trésorerie sur opérations d'investissement
- Δ BFR lié à l’investissement (3) 50 0 0
Flux de trésorerie lié aux opérations d'investissement (B) -146 88 42
FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS DE FINANCEMENT
Augmentation ou réduction de capital
Dividendes versés -550 -300 -345
Augmentation des dettes financières (4) 60 300
Remboursement des dettes financières -247 -355 -96
Subventions d'investissement reçues
¤ Incidence de la variation des décalages de trésorerie sur opérations de financement
Moins variation du BFR lié au financement
Flux de trésorerie lié aux opérations de financement (C) -737 -355 -441
Variation de trésorerie (A + B + C) -741 -9 94
Trésorerie à l'ouverture (D) (5) 861 870 776
Trésorerie à la clôture (A + B + C + D) (6) 120 861 870

(1) 199 + 43 -24 = 218

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 3/8


(2)
2013 2012
stock MP 582 333
stock PF 654 333
créances clients 2224 2395
autres créanes d'exploitation 297 182
charges constatées d'avance 28 150
avances et acomptes reçus -5 -3
dettes fournisseurs -682 -771
dettes fiscales et sociales -513 -501
autres dettes d'exploitation -9 -11
Produits constatés d'avance -98 -202 variation
2478 1905 573

(3) 50 – 0 = 50
(4)
2012 augmentation diminution 2013
Emprunt auprès des ets de crédit 817 780
concours bancaires courants 0 -150
Dettes financières stables 817 X 247 630
X = 60

(5) 377 + 484 = 861


(6) 82 + 188 – 150 = 120

8. Calculer l’ETE (excédent de trésorerie d’exploitation) 2013. Indiquer l’intérêt de cet


indicateur.
2013
EBE 906
Variation BFRE (1) - 624
ETE 282
(1) d’après tableau de financement (partie 2) dans l’annexe 3

Ventes 6900
Production stockée 321
Subvention d'exploitation 84
Total produits encaissables 7305
Achats de MP 1689
Variation de stock de MP -269
Autres achats et charges externes 2910
Impôts et taxes 99
Salaires 1435
Charges sociales 535
Total charges décaissables 6399

EBE 906

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 4/8


L’ETE est un flux réel de trésorerie d’exploitation. Il constitue un indicateur plus sensible que l’EBE aux
variations de l’activité. Il permet de détecter les risques de défaillance de l’entreprise et de diagnostiquer
l’effet de ciseau. Il permet aussi de voir si l’entreprise dégage suffisamment de trésorerie pour faire face à
des décaissements obligatoires (IS, participation,…).

9. À partir de l’ensemble des informations à votre disposition, présenter, en une page au


maximum, le diagnostic de la société CALDARIUMS en développant notamment :
- l'évolution de son activité et de ses résultats ;
- l'évolution de sa trésorerie.

Forme structure du diagnostic :

Évolution de l’activité et des résultats :

On constate une très forte croissance du chiffre d’affaires à partir de 2013 (+16,7 %), mais une nette
dégradation de la profitabilité de la société CADALRIUMS. Le résultat d’exploitation a reculé de 35 % ce
qui se répercute sur le résultat net qui a diminué de 40 %.
La baisse spectaculaire de la profitabilité de l’entreprise en 2013 s’explique par un accroissement des
charges variables d’exploitation : les achats externes on fortement progressé (principalement le personnel
extérieur)
Cette dégradation de la profitabilité se traduit par une baisse constante de la marge brute d’autofinancement.

Trésorerie
La trésorerie a connu une très nette dégradation au cours de l’exercice 2013 mais elle reste néanmoins
positive, car :
- on constate une baisse du FNTA lié à la dégradation de la MBA.
- par ailleurs, l’entreprise a acquis une immobilisation en 2013.
- En outre des dividendes importants à ses actionnaires et s’est désendettée à hauteur de 187 k€
(désendettement net).

Conclusion : Dans la mesure où le FNTA ne couvre que l’investissement, il a fallu puiser dans la trésorerie
pour verser les dividendes aux actionnaires et rembourser les dettes financières stables.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 5/8


DOSSIER 2 – PROJET D’INVESTISSEMENT

Partie A : le choix d’investissement

1. Définir trois critères qui vont permettre de choisir un projet d’investissement. Préciser
l’intérêt et les limites de chacun d’eux.
La VAN consiste à ramener la valeur de l'ensemble des flux de trésorerie générés par le projet à sa date de
l’investissement (par un taux d'actualisation) :
- un projet est rejeté si sa VAN est négative, on retient le projet dont la VAN est la plus élevée.
Le taux de rendement interne (TRI) annule la valeur actuelle nette (VAN) des flux nets de trésorerie générés par un
projet d'investissement :
- un projet est rejeté si son TIR est inférieur à un taux de rejet (taux d'actualisation utilisé par l'entreprise) ;
- on retient le projet dont le TIR est le plus élevé.
Indice de profitabilité est un critère de choix d'investissement permettant d'apprécier l'importance de la valeur
actuelle nette d'un projet par rapport aux capitaux investis :
- un projet est rejeté si son indice de profitabilité est inférieur à 1,· on retient le projet dont l'IP est le plus élevé.
Délai de récupération du capital investi correspond à la durée nécessaire pour récupérer les capitaux investis : un
projet est rejeté si le DRCI dépasse la durée du projet, on retient le projet dont le DRCI est le plus faible.
Privilégie les investissements de court terme pas toujours les plus rentables.

2. Déterminer les flux nets de trésorerie d’exploitation du projet 1.


début 2014 2014 2015 2016 2017
Résultat d’exploitation avant IS -2240,00 -1508,00 -800,00 40,00
IS 746,67 502,67 266,67 -13,33
Résultat après IS -1493,33 -1005,33 -533,33 26,67
Dotations aux amortissements 1200,00 1200,00 1200,00 1200,00
CAF économique -293,33 194,67 666,67 1226,67
Investissement -350
Variation du BFRE -550 -100 -100 -100
Récupération du BFRE 850
FNT -900,00 -393,33 94,67 566,67 2076,67

3. Déterminer la valeur actuelle nette à 10% et le taux interne de rentabilité du projet 1.

VAN à 10 % = 664,80
TRI = 24,59 %

4. Comparer les deux projets.

Les deux projets ont une VAN positive à 10 %, mais le projet 1 dégage une VAN nettement plus élevée que
celle du projet 2.
A contrario, le TRI indique que le projet 2 est préférable au projet 1.
Il y a conflit entre les critères en raison de la répartition des flux de trésorerie étalés différemment dans le
temps. En effet, le premier projet dégage des flux de trésorerie plus élevés en fin d’investissement alors
qu’inversement le second projet dégage de plus gros flux de trésorerie en début d’investissement.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 6/8


PARTIE B : le financement d’un projet d’investissement

1. Quels sont les financements à la disposition de la société pour réaliser un projet d’investissement ?
par financement énoncé.
Fonds propres : autofinancement, augmentation de capital en numéraire
Subventions quasi-fonds propres ;
Endettement : emprunt bancaire, emprunt obligataire, crédit-bail.

2. Déterminer l’effet de levier sous deux hypothèses :


- la société décide s’endetter pour financer la totalité du projet ;
- la société prévoit une augmentation du capital en numéraire.
Conclure.

Effet de levier
Dans cette partie, nous ne disposons pas du résultat prévisionnel net, donc il faut partir de la relation
entre Rf et Re:
Rf = Re+ D/K (Re — i) dans laquelle Re et i sont après impôt.

Augmentation du Augmentation de
capital l'endettement
Capitaux propres 3 300 2 300
Dettes financières 660 1 660

renta éco 30%*2/3 20% 20%


taux intérêts après IS 6%*2/3 4,00% 4,00%

bras de levier D/K 0,20 0,72


(Re-i) 16,00% 16,00%
effet de levier 3,20% 11,55%
Rf à partir de l'effet de levier= 23,200% 31,548%

L’endettement peut contribuer à améliorer ou à dégrader la rentabilité des capitaux propres  l’effet de
levier.
- Si augmentation de l’endettement  D /K = 0,72 augmente. Le bras de levier est plus élevé, et l’effet
de levier étant positif (20% > 4%), l’endettement se traduit par une amélioration significative de la
rentabilité financière (31 %).
- Si augmentation du capital D /K = 0,20 est faible. Le bras de levier est faible, mais l’effet de levier
étant positif (20% > 4%), l’endettement se traduit par une amélioration légère de la rentabilité financière
(23 %).
L’effet de levier correspond au supplément de rentabilité financière obtenu grâce à l’endettement. Si la
rentabilité économique baisse et que le différentiel (Re-i) devient négatif alors on constate un effet de
massue.

3. Proposer une solution de financement en justifiant votre choix.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 7/8


DOSSIER 3 – GESTION DU PORTEFEUILLE TITRES
1. Indiquer les composantes du risque global d’une action.

Le risque d’un actif financier peut se décomposer :


a) Risque spécifique d’une action (ou risque diversifiable) Le risque spécifique est lié à la stratégie des
dirigeants d’une société émettrice : politique d’investissement, innovation, mauvaise gestion, etc.

b) Risque systématique (ou risque non diversifiable) Ce risque est appelé aussi risque de marché. Il est
dû au « système » du marché financier dans son ensemble. Toutes les actions y sont soumises. Il n’est
donc pas possible de le réduire par la diversification.

2. À partir de l’annexe 10, expliquer les indicateurs suivants : PER, cours de l’action et
rendement.
Le PER est un ratio utilisé pour repérer les actions surcotées et les actions sous-cotées.
PER = Cours de l’action / Bénéfice net par action (BNPA) attendu pour l’année en cours Le PER
varie selon les secteurs d’activité ainsi qu’en fonction de la conjoncture boursière
Le Cours de l’action résulte de l’offre et de la demande sur le marché financier. Les investisseurs
anticipent la rentabilité [(plus-value + dividende)/cours de l’action] en fonction des résultats publiés par les
sociétés et des perspectives économiques
Rendement = Dividende /cours calculé sur la base du dernier dividende distribué

3. Analyser les informations concernant les obligations du portefeuille : préciser le prix de vente de
cette obligation au 31 décembre 2013 ; Justifier le montant du coupon couru au 31.12.2013.
Commenter l’évolution du cours de cette obligation depuis son émission par rapport à l’évolution
des taux d’intérêts.

Prix d'une OAT à la date du 31 décembre 2013

100 x (1.15%+134,31%)= 135,46


Vérification du coupon couru
Nombre de jours séparant la date du coupon couru (25/10/2013) et la date du 31.12 2013.
La fraction courue du coupon inclut le délai s’écoulant entre la date de négociation et la date de règlement
(3j ouvrés) 6+30+31+3 = 70 jours
(70/365)*0,06= 1,151 %
Le cours d’une obligation varie en sens inverse du taux d’intérêt. Quand le taux d’intérêt diminue, le
cours d’une obligation s’élève.

4. Porter un jugement sur la composition du portefeuille de M. Firmin et sur le risque encouru.


Mr Firmin possède un portefeuille peu diversifié qui comprend des actions du seul secteur du pétrole qui
sont peu lucratives (rendements assez faibles).
Il détient des OAT ce qui constitue des actifs peu risqués (emprunt d’État).
Portefeuille soumis principalement aux évolutions des cours des stés pétrolières.
Diversification du portefeuille peut permettre d’améliorer la rentabilité et réduire le risque.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 8/8


SESSION 2015
UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE
Éléments indicatifs de corrigé

DOSSIER 1 – DIAGNOSTIC FINANCIER

1. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l’OEC de l’annexe A (à rendre avec la copie), en présentant le
détail des calculs.

FLUX DE TRESORERIE LIES A L'ACTIVITE (OPTION 2)


Résultat d'exploitation 1 660
¤ Réintégration des charges et élimination des produits sans incidence sur la trésorerie
+ Amortissements et provisions (dotations nettes de reprises) (1) + 968
= Résultat brut d'exploitation 2 628
- Δ B.F.R.E. (2) - 2 901
= flux net de trésorerie d'exploitation - 273
¤ Autres encaissements et décaissements liés à l'activité
+ Produits financiers + 174
- Charges financières - 144
+/- Charges et Produits exceptionnels (3) +3
- Autres (I.S., participation, augmentation des frais d'établissement)
- Δ B.F.R. lié à l'activité (sauf Δ B.F.R.E.) (4) + 831
Flux de trésorerie généré par l'activité (A) + 591
FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS D'INVESTISSEMENT
+ Cessions d'immobilisations 0
+ réduction d'immobilisations financières 0
- Acquisitions d'immobilisations (5) - 749
¤ Incidence de la variation des décalages de trésorerie sur opérations d'investissement
- Δ B.F.R. lié à l'investissement (6) + 188
= Flux de trésorerie lié aux opérations d'investissement (B) - 561
FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS DE FINANCEMENT
Augmentation ou réduction de capital
- Dividendes versés
+ Augmentation des dettes financières (7) + 1 025
- Remboursement des dettes financières (7) - 1 020
+ Subventions d'investissement reçues + 150
¤ Incidence de la variation des décalages de trésorerie sur opérations de financement
- Δ BFR lié au financement 0
= Flux de trésorerie lié aux opérations de financement (C) + 155
Variation de trésorerie (A + B + C) (8) + 185
Trésorerie à l'ouverture (D) + 104
Trésorerie à la clôture (A + B + C + D) + 289

1 Dotations nettes des reprises d'exploitation :

+ Dotations d'exploitation du compte de résultat hors actif circulant : 118 (immo)


+ 850 (P.P.R.C.)
- Reprises d'exploitation du compte de résultat hors actif circulant - 0
Dotations nettes des reprises 968 k€

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/10


2 Δ B.F.R.E. en valeurs nettes

2014 (N) 2013 (N-1) Variations


Stocks de matières premières 4 395 3 850
Stock des produits finis 645 842
Total des stocks 5 040 4 692 + 348
Créances clients 8 752 7 489
Ecart de conversion actif 244
Charges constatées d'avance 267 294
Total des créances d'exploitation 9 019 8 027 + 992
Dettes fournisseurs 3 456 4 259
Dettes fiscales et sociales 1 234 1 992
Total des dettes d'exploitation 4 690 6 251 - 1 561
B.F.R.E. 9 369 6 468
Variation B.F.R.E. + 2 901 + 2 901

3 +/- Charges et produits exceptionnels

Produits exceptionnels sur opérations de gestion 3


Charges exceptionnelles sur opérations de gestion 0
Total 3 k€

4 Δ B.F.R. lié à l'activité (sauf Δ B.F.R.E.)

2014 (N) 2013 (N-1)


Total des créances liées à l'activité sauf exploitation 0 602
Intérêts courus sur emprunt 10 13
Autres dettes diverses 2 554 2 322
Total des dettes liées à l'activité sauf exploitation 2 564 2 335
B.F.R. lié à l'activité sauf exploitation - 2 564 - 1 733
Variation B.F.R. lié à l'activité sauf exploitation - 831

5 Tableau des immobilisations corporelles

2013 (N-1) Augmentation Diminution 2014 (N)


Immobilisations corporelles en valeurs nettes 7 956 8 587
Amortissements 3 432 3 550
Total valeurs brutes 11 388 x 0 12 137
11 388 + x - 0 = 12 137
x = 749

6 Δ B.F.R. lié à l'investissement

2014 (N) 2013 (N-1)


Total des créances d'immobilisations 0 0
Total des dettes d'immobilisations 1 402 1 214
B.F.R. lié à l’investissement - 1 402 - 1 214
Variation B.F.R. lié à l’investissement - 188

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 2/10


7 Tableau des dettes financières

2013 (N-1) Augmentation Diminution 2014 (N)


Emprunts et dettes auprès des établissements 4 653 4 572
crédit
+ Emprunts et dettes financières diverses 170 131
- Concours bancaires courants - 253 - 131
- Intérêts courus non échus - 13 - 10
Total 4 557 x 1 020 4 562
4 557 + x - 1 020 = 4 562
x = 1 025

8 Variation de trésorerie

2014 (N) 2013 (N-1)


Disponibilités 420 357
Concours bancaires courants - 131 - 253
Trésorerie + 289 + 104
Variation trésorerie + 185

2. Définir :
• le résultat brut d’exploitation ;
• le flux net de trésorerie d’exploitation ;
• le flux net de trésorerie généré par l’activité.

Le résultat brut d’exploitation représente les ressources potentielles de trésorerie générées par les opérations
d’exploitation (indépendamment des politiques d’amortissement et de financement). Il représente donc un flux de
trésorerie potentielle issu des opérations d’exploitation uniquement. Notion proche de l’EBE

Le flux net de trésorerie d’exploitation représente le flux de trésorerie réel issu des opérations d’exploitation au sens
strict. Notion proche de l’ETE.

Le flux de trésorerie généré par l’activité représente le flux de trésorerie réel issu de l’activité courante de
l’entreprise. L’activité est une notion plus large que l’exploitation, dans la mesure où elle englobe aussi les produits et
charges financiers, les produits et charges exceptionnels sur opération de gestion, enfin l’IS et la participation des
salariés.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 3/10


3. Commenter le tableau de flux de l’OEC option 2.

L’entreprise Lou & Zoe Mode réalise une activité industrielle : elle est spécialisée dans la confection de vêtements de
femmes.
Le tableau de flux de trésorerie de cette entreprise pour l’exercice 2014 présente une trésorerie finale positive (+ 289
k€) en légère hausse (+1,8%) par rapport à 2013.

Concernant l’activité, le flux de trésorerie dégagé (591 k€) apparaît comme conséquent dans la mesure où il permet
le financement interne de 80 % de l’investissement réalisé (749 k€) au cours de l’exercice écoulé.
Toutefois, une analyse plus fine permet de constater que les opérations d’exploitation consomment de la trésorerie au
lieu d’en dégager : le F.N.T.E. est négatif de 273 k€. Ainsi, le résultat brut d’exploitation, qui représente les ressources
potentielles dégagées par l’entreprise de par son exploitation industrielle, est diminué par le besoin de financement de
l’exploitation : en effet, la variation du besoin de financement laisse apparaître une montée des stocks de matières
premières, mais aussi une progression des créances clients.
A l’inverse, le B.F.R. lié à l’activité (hors B.F.R.E.) diminue et – comme les opérations hors exploitation – a un
impact positif sur le flux net de trésorerie généré par l’activité qui s’élève finalement à + 591 k€.

Concernant l’investissement, nous observons que la politique d’investissement menée par l’entreprise Lou & Zoé
Mode révèle une stratégie de croissance interne : les acquisitions d’immobilisations corporelles représentent en effet
un montant de 749 k€.

Concernant le financement, force est de constater que les investissements sont essentiellement financés par
autofinancement (flux net de trésorerie lié à l’activité = 591 k€).
Le financement externe se compose principalement d’une subvention d’investissement perçue au cours de l’exercice
écoulé. En effet, il n’y a pas d’augmentation de capital, de même que l’augmentation nette de la dette (5 k€) apparaît
très faible comparativement à la subvention d’investissement (150 k€).

En conclusion, la combinaison des flux de trésorerie des trois cycles aboutissent à une augmentation de la trésorerie (+
185 k€). L’entreprise bénéficie, semble-t-il, d’une évolution favorable de son activité qui lui permet d’autofinancer
une grande partie de ses investissements. Elle doit toutefois rester vigilante quant à l’augmentation du besoin de
financement de son exploitation.

4. Calculer les ratios du dossier d’analyse financière présentés dans l'annexe B (à rendre avec la copie).

2014 (N)
Production vendue 40 104
Production stockée 197
Production de l’exercice 40 301
Achats de matières premières 18 640
- Variation de stocks - 590
- Autres achats et charges externes 5 126
- Consommations en provenance des tiers - 23 176
Valeur ajoutée 17 125

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 4/10


Détail des calculs et résultat pour l’exercice 2014 (N)

Taux de V.A. =
17 125 / 40 104 = 42,7 %
V.A. / C.A.H.T.

R.B.E. (*) / C.A.H.T. 2 628 / 40 104 = 6,55 %

Créances clients et comptes rattachés x 360


Rotation des créances C.A.T.T.C.
clients (jours)
9 347 x 360 / (40 104 x 1,20) = 70 jours

Dettes fournisseurs et comptes rattachés x 360


Rotation des dettes
Achats T.T.C. et services extérieurs T.T.C.
fournisseurs
(jours)
3 456 x 360 / [(18 640 + 5 126) x 1,20] = 44 jours

Taux de variation du
(40 104 – 38 625) / 38 625 = + 4 %
C.A.H.T.

Poids du B.F.R.E. = BFRE = 4660 + 645 + 9347 + 267 – 3456 – 1234 =


(B.F.R.E. (*) x 360) / 10 229 (10 229 x 360) / 40 104 = 92 jours
C.A.H.T.
Ou (9 369 x 360) / 40 104 = 84 jours en valeur nette

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 5/10


5. Préciser et analyser les ratios de l’annexe B qui reflètent :
(1) l’évolution de l’activité de la société ;
(2) l’évolution du B.F.R.E..

Ratios qui reflètent l’évolution de l’activité de la société :


Le taux de variation du C.A.H.T. montre le regain de croissance de l’activité de LOU & ZOE Mode : en effet, le
C.A.H.T. augmente de 4 % en 2014, contre une baisse de 6 % en 2013. En outre, cette hausse de 4% est légèrement
supérieure à celle du secteur d’activité (3 %).

Le taux de V.A. est un indicateur intéressant du potentiel de création de richesses de la société. Le surplus de valeur
représente ici 43 % du C.A.H.T. contre 35 % en 2013. Il est supérieur au taux moyen du secteur d’activité (38,4 %).
Au sein des consommations intermédiaires, les achats de matières premières et autres approvisionnements diminuent
très légèrement (- 2 %). Ainsi, la hausse des ventes associée à une baisse conséquente des charges externes (-25 %)
expliquent la performance de la V.A. en 2014.

Le ratio R.B.E. / C.A.H.T. confirme enfin la performance industrielle de la société. La part du R.B.E. dans le
C.A.H.T. passe de 1 % en 2013 à 6,55 % en 2014. Il est toutefois inférieur au taux moyen du secteur d’activité (10,1
%). La performance industrielle de la société progresse et ce, grâce à l’impact positif de la hausse de la VA vue plus
haut. La hausse des ITVA (22 %) comme la hausse des charges de personnel (+ 9 %) n’entament pas la performance
de l’exploitation.

Nous pouvons globalement confirmer une évolution favorable de l’activité ainsi qu’une bonne maîtrise des charges
d’exploitation dans leur ensemble.

Ratios qui expliquent le flux net de trésorerie d’exploitation :


Dans le secteur d’activité, les clients règlent en moyenne à 45 jours. Or, dans le cas de la société LOU & ZOE Mode,
le délai moyen de règlement des clients est de 62 jours en 2013, puis 70 jours en 2014, ce qui est très élevé.

Conjointement, la société LOU & ZOE Mode règle en moyenne ses fournisseurs à 49,5 jours en 2013, à 44 jours en
2014, contre une moyenne de 60 jours dans le secteur d’activité.

Cela signifie que la société règle ses fournisseurs (44 jours) avant que les clients ne règlent leurs créances (70 jours).
Ces deux ratios expliquent en grande partie non seulement le poids du B.F.R.E. dans le C.A.H.T. (92 jours), mais
aussi le flux net de trésorerie d’exploitation négatif constaté dans le tableau de flux de trésorerie de l’OEC.

Nous pouvons globalement noter une détérioration de l’ensemble des ratios tant par rapport au secteur d’activité que
par rapport à l’année précédente.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 6/10


DOSSIER 2 – STRUCTURE FINANCIÈRE ET MARCHÉ FINANCIER

Première partie - Structure financière

1. Qu'appelle-t-on structure financière ?

La structure financière désigne la combinaison de dettes bancaires et financières nettes et de capitaux propres auxquels
l'entreprise a recours pour son financement.

2. Existe-t-il une structure financière optimale ? Vous présenterez les différentes approches.

Selon l'approche traditionnelle, il existe une structure financière optimale qui minimise le coût du capital et maximise
la valeur de l’entreprise.

Modigliani et Miller ont remis en cause cette approche et ont montré, en se fondant sur l'hypothèse de marchés
parfaits, que :
• en absence d'imposition : il n’existe pas de structure optimale, le coût du capital et la valeur de l'entreprise
sont indépendants de la structure financière. La valeur marchande d’une entreprise endettée est égale à la
valeur de la même entreprise supposée non endettée.
• en situation d’imposition, la valeur de l’entreprise endettée est supérieure à la valeur de l’entreprise non
endettée du fait de l'économie d'impôt. Le coût du capital diminue sans présenter de minimum (l'entreprise
peut donc théoriquement s'endetter sans limite).
Valeur de l’entreprise endettée = valeur de l’entreprise non endettée + économie d’impôt

Approches récentes :
• Les coûts de faillite : un endettement excessif augmente le risque de faillite de l’entreprise, ce qui conduit les
actionnaires et les prêteurs à augmenter les taux de rendement exigés.
• La théorie de l’agence contribue également à expliquer la structure financière des entreprises : la structure
financière optimale résulte d’un compromis entre les divers financements qui permet de résoudre ces
divergences d’intérêts, en considérant que l’endettement et les capitaux propres atténuent certains conflits et
en suscitent d’autres.

3. Calculer le taux de rentabilité économique avant et après impôt sur les bénéfices.
Taux de rentabilité économique avant impôt = résultat économique / actif économique = 1 660 / 16 100 =
10,31 %
Taux de rentabilité économique après impôt = 10,31 % x 2/3 = 6,87 %

4. Déterminer la valeur de cette entreprise en présence d’impôt sur les bénéfices dans les deux hypothèses
suivantes :

a) Pas d’endettement ;

La valeur de l’entreprise est égale à l’actif économique soit 16 100 k€.

b) L’endettement représente 40% de l’actif économique.

Valeur de l’entreprise endettée = valeur de l’entreprise non endettée + Dettes x Taux d’I.S.
Soit 16 100 + 16 100 x 40% x 1/3 = 18 247 k€

Conclusion : La valeur de l’entreprise est plus élevée quand elle est endettée.

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 7/10


Deuxième partie - Marché financier

5. Citer trois avantages pour une entreprise de s'introduire en Bourse ?

• se procurer des capitaux ;


• élargir son actionnariat ;
• accroître sa notoriété ;
• permettre aux anciens actionnaires de revendre leurs actions (pour ceux qui le souhaitent).

6. Définir les notions de marchés réglementé, organisé et libre. Citer un exemple de chaque catégorie, à
partir du marché boursier français.

Marché réglementé :
Accès soumis à autorisation, transactions organisées par une société de marché (Euronext en France) et
fonctionnement contrôlé par une autorité de marché (AMF). Exemple : Eurolist

Marché organisé :
Marché non règlementé et encadré dont les conditions d’admission sont plus souples et les obligations d’informations
moins Exemple : Alternex.

Marché libre :
Marché non règlementé au fonctionnement libre et très peu contrôlé adapté aux très petites entreprises

7. Quels sont les rôles de l'A.M.F. ?

L’Autorité des marchés financiers (A.M.F.) est l’autorité publique indépendante qui a pour missions de veiller :
• à la protection de l’épargne investie dans les produits financiers,
• à l’information des investisseurs,
• au bon fonctionnement des marchés financiers.

8. En quoi consiste la notation financière ? Citer une agence de notation

La notation financière consiste à apprécier la solvabilité financière d'une entreprise, c'est-à-dire à mesurer le risque de
non remboursement des dettes que présente l'emprunteur. Elle est effectuée par des agences de notation.

Principales agences de notation : Standard & Poor's, Moody's, FitchV

9. Qu'est-ce que le taux de rendement actuariel ? Le calculer pour l'obligation suivante :


• prix d'émission : 99,491 %
• coupon annuel : 3,125 %
• durée : 9 ans
• remboursement au pair

Le taux de rendement actuariel d'un placement correspond au taux de placement « réel », c’est à, dire le taux pour
lequel il y a équivalence entre les décaissements et les encaissements futurs liés à un placement

Pour le calculer, il faut poser :

1 - (1 + t) -9
99,491 % = 3,125 % * + 100 % * (1 + t) -9
t

ce qui donne à l'aide de la calculatrice : t = 3,191 %

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 8/10


DOSSIER 3 – GESTION DE TRÉSORERIE

Première partie – Gestion prévisionnelle de la trésorerie


Travail à faire

1. Définir et présenter l’intérêt d’un budget de trésorerie.

Le budget de trésorerie est un document prévisionnel qui regroupe l’ensemble des flux d’encaissement et de
décaissement quelle que soit leur origine (activité, investissement, financement). Il est établi à court terme sur
plusieurs mois

Intérêt : Il permet de suivre globalement l’évolution à CT de la trésorerie, de mettre en évidence les éventuels
déséquilibres (insuffisances ou excédents de trésorerie) et de trouver les moyens de financement à court terme les
mieux adaptés et les moins couteux.

Il sert d’instrument de négociation auprès des partenaires financiers

2. Evaluer la « T.V.A. à décaisser » qui sera intégrée dans le tableau des décaissements.

En k€ Janvier Février Mars


T.V.A. collectée sur ventes (*) 800 840 720
T.V.A. collectée sur cession 22
T.V.A. déductible sur achats 290 510 410
T.V.A. déductible sur autres charges 25 25 25
T.V.A. déductible sur investissement 100
T.V.A. à décaisser 507 205 285
Décaissement de la T.V.A. 103 507 205
(*) Chiffre d’affaires France (janvier : 4 000 x 0,2 / février : 4 200 x 0,2 / mars : 3 600 x 0,2)

3. Présenter le budget des encaissements et le budget de trésorerie synthétique relatif au premier trimestre
2015.

Tableau des encaissements

Janvier Février Mars


Créances clients 4 947
Ventes Janvier (1) 5 100
Ventes Février (2) 5 240
Cession T.T.C. 132
Total des encaissements 5 079 5 100 5 240
(1) 4 000 x 1,2 + 300
(2) 4 200 x 1,2 + 200

Tableau des décaissements

Janvier Février Mars


Dettes fournisseurs 302
Achats T.T.C. Janvier 522 1 218
Achats T.T.C. Février 918 2 142
Achats T.T.C. Mars 738
Salaires 2 250 2 250 2 280
Charges sociales 800 900 900
Autres charges T.T.C. 150 150 150
Autres charges non soumises à T.V.A. 122 122 125
Investissement T.T.C. 600
T.V.A. à décaisser 103 507 205
Total des décaissements 4 249 6 665 6 540

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 9/10


Budget de trésorerie synthétique

Janvier Février Mars


Encaissements 5 079 5 100 5 240
- Décaissements 4 249 6 665 6 540
+ Trésorerie initiale 1 250 2 080 515
= Trésorerie finale 2 080 515 - 785

4. Analyser chacun des moyens de financement proposés pour le deuxième trimestre 2015 :
• calculer le montant des agios du découvert ;
• calculer le montant des agios H.T. de l’escompte ;
Conclure.

Découvert
Intérêts débiteurs : 780 000 * (0,085) * 20 / 360 = 3 683,33
C.P.F.D. 780 000 * 0,05% = 390
Montant total des agios = 4 073,33 €

Escompte

Escompte plus endos : 400 000 * (0,075 + 0,006) * 22 / 360 = 1 980


380 000 * (0,075 + 0,006) * 30 / 360 = 2 565
Commissions fixes H.T. 17 * 5 = 85
AGIOS H.T. = 4 630

Le moyen de financement présentant le coût le moins élevé est le découvert.

5. Calculer le taux réel du financement du déficit pour chacun des moyens envisagés.

Découvert

780 000 x t x 20 / 365 = 4 073,33

t = 9,53 %

© Réseau CRCF - Ministère de l'Éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 10/10


1610006
● ●
DCG
● ●
SESSION 2016

UE6 – FINANCE D’ENTREPRISE


Durée de l’épreuve : 3 heures - coefficient : 1

Document autorisé : aucun


Matériel autorisé : une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans
aucun moyen de transmission, à l’exclusion de tout autre élément matériel ou documentaire
(circulaire n°99-186 du 16/11/99 ; BOEN n°42).
Document remis au candidat : le sujet comporte 14 pages numérotées de 1/14 à 14/14, dont trois
annexes à rendre.

Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.
Le sujet se présente sous la forme de trois dossiers indépendants
DOSSIER 1 – Diagnostic financier ........................................... (11 points) .............................. page 3
DOSSIER 2 – Plan de financement .......................................... (6 points) ................................ page 4
DOSSIER 3 – Gestion du risque de change ............................. (3 points) ............................... page 5
Le sujet comporte les annexes suivantes :

DOSSIER 1
Annexe 1 - Actif du bilan 2015 ................................................................................................. page 6
Annexe 2 - Passif du bilan 2015 ............................................................................................... page 7
Annexe 3 - Compte de résultat de l’exercice 2015 ................................................................... page 8
Annexe 4 - Compte de résultat 2015 - Suite ............................................................................. page 9
Annexe 5 - Tableau des immobilisations 2015 ......................................................................... page 9
Annexe 6 - Tableau des amortissements 2015 .......................................................................... page 10
Annexe 7 - Informations complémentaires pour 2015 .............................................................. page 10
Annexe 8 – Indicateurs de la SHG et de son secteur d’activité pour 2015 ............................... page 10

DOSSIER 2
Annexe 9 - Données prévisionnelles de la société NEW SHOES ........................................... page 11

DOSSIER 3
Annexe 10 – Informations relatives à la position de change de la société DESIGN CONTEMPORAIN et
sur le cours des devises au 30 mai 2016 ................................................................................... page 12

Annexe A – Tableau de calcul du partage de la valeur ajoutée (à rendre avec la copie).. page 13
Annexe B - Tableau des flux de trésorerie de l’OEC (à rendre avec la copie) .................. page 14
Annexe C – Plan de financement (à rendre avec la copie) .................................................. page 15

AVERTISSEMENT
Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes, vous conduit à formuler une ou plusieurs
hypothèses, il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie.

Il vous est demandé d’apporter un soin particulier à la présentation de votre copie et à la qualité
rédactionnelle.
Il sera tenu compte de ces éléments dans l’évaluation de votre travail.
Toute information calculée sera justifiée.

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 1 sur 14


SUJET

DOSSIER 1 : DIAGNOSTIC FINANCIER

La SOCIÉTÉ HOTELIÈRE GIRONDINE (SHG) exploite un hôtel deux étoiles de cinquante chambres à
Pessac, dans la banlieue bordelaise.
Il y a trois ans, la SHG est devenue franchisée du réseau Contact Hôtel. Le dirigeant de la SHG, Monsieur
Lesombre, souhaitait ainsi bénéficier de l’image de marque de Contact Hôtel et de la synergie offerte par la
plate-forme de réservation. Dans le cadre de cette franchise, certains investissements ont été réalisés afin de
mettre l’établissement en conformité avec les standards du réseau.
Les effets positifs de cette politique ont commencé à se faire sentir durant l’année 2015. L’entreprise a
enregistré son premier bénéfice après de nombreux exercices déficitaires. Monsieur Lesombre considère
toutefois que ces progrès sont bien minces. Il a confié au cabinet d’expertise comptable où vous avez été
récemment embauché(e) la réalisation d’un diagnostic financier.

Travail à faire

À l’aide des annexes 1 à 8 :


1. Rappeler l’utilité de la valeur ajoutée (VA).
2. Procéder au calcul du partage de la valeur ajoutée entre le personnel, l’État, les prêteurs et la
société elle-même pour l’exercice 2015 (annexe A à rendre avec la copie). Commenter
brièvement les résultats obtenus.
3. Calculer l’excédent brut d’exploitation (EBE) pour l’exercice 2015 et rappeler la principale
limite de cet indicateur.
4. Procéder au calcul de la capacité d’autofinancement (CAF) pour l’exercice 2015.
5. Indiquer la similitude et la différence d’approche entre le tableau de financement et les
tableaux de flux de trésorerie.
6. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l’ordre des experts-comptables (OEC) pour
l’exercice 2015 (annexe B à rendre avec la copie).
7. En vous appuyant sur les résultats des questions précédentes et sur l’ensemble des documents
fournis, réaliser un diagnostic de l’évolution de l’activité économique et de la situation
financière (notamment sur l’évolution de la trésorerie et de l’endettement) de la SHG pour
l’exercice 2015.

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 2 sur 14


DOSSIER 2 : PLAN DE FINANCEMENT

La société NEW SHOES, spécialisée dans la vente traditionnelle de chaussures, envisage de se lancer au
début de l’année 2017 sur le marché de la vente en ligne de chaussures dans les gammes moyenne et haute.
L’objectif est de proposer à la clientèle un vaste choix de modèles, avec livraison dans les 72 heures et
possibilité de retourner sans frais les modèles ne convenant pas. La gestion des stocks et la livraison aux
clients est assurée par les fournisseurs de la société NEW SHOES.

La direction souhaite que vous établissiez le plan de financement de cette nouvelle activité pour les années
2017 à 2019.

À l’aide de l’annexe 9 :

Travail à faire :

1. Définir le besoin en fonds de roulement normatif.

2. Rappeler l’utilité de cette méthode dans le cadre de l’établissement du plan de financement.

3. Indiquer comment il est possible d’aboutir dans le cas de la société NEW SHOES à un BFR
prévisionnel négatif. Que signifie-t-il ?

4. Présenter le plan de financement initial, sans financements externes, de la société NEW


SHOES pour les années 2017 à 2019 (annexe C à rendre avec la copie). Commenter
brièvement.
5. Présenter le plan de financement définitif intégrant le financement par emprunt et apport en
capital (annexe C à rendre avec la copie). Conclure sur la faisabilité du projet.

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 3 sur 14


DOSSIER 3 : GESTION DU RISQUE DE CHANGE

La société DESIGN CONTEMPORAIN conçoit des meubles et éléments de décoration intérieure qu’elle fait
fabriquer en Chine et qu’elle commercialise en France et à l’export. Ses importations sont libellées en dollars
(USD) et ses exportations en euros, en USD ou en Livres Sterling (GBP) selon les cas. Auparavant, la société
DESIGN CONTEMPORAIN n’utilisait aucune technique de couverture.

Les dirigeants souhaitent à compter du 30 mai 2016 utiliser des instruments de couverture du risque de
change. Ils vous communiquent à cet effet l’état des créances, dettes et engagements en devises de la société
DESIGN CONTEMPORAIN.

Travail à faire

À l’aide de l’annexe 10 :

1. Rappeler l’intérêt pour l’entreprise de se couvrir contre le risque de change.


2. Calculer et qualifier la position de change de la société DESIGN CONTEMPORAIN vis-à-vis
du dollar et de la livre sterling au 30 juin 2016 et au 15 juillet 2016.
3. Indiquer la nature du risque auquel la société est confrontée au 30 juin 2016 et le type de
couverture adapté sur les marchés à terme. Calculer le montant encaissé ou décaissé en euros
par la société DESIGN CONTEMPORAIN.
4. Indiquer la nature du risque auquel la société est confrontée au 15 juillet 2016 et le type de
couverture adapté sur les marchés des options. Calculer le résultat de la couverture (en euros)
sur ce marché pour la société DESIGN CONTEMPORAIN dans les deux cas suivants :
- Au 15/07/2016, la GBP cote 1,35 euro ;
- Au 15/07/2016, la GBP cote 1,27 euro.

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 4 sur 14


Annexe 1 : Bilan actif au 31/12/2015 de la Société Hôtelière Girondine

ACTIF (en €) Exercice Exercice


2015 2014
Brut Amort. et Net Net
dépréciat°
Capital souscrit-non appelé 25 000 25 000
Immobilisations incorporelles
Frais d’établissement
Frais de recherche et développement
Concessions, brevets, droits similaires
Fonds commercial
Autres immobilisations incorporelles 70 032 67 333 2 699 3 884
Avances et acomptes
ACTIF IMMOBILISÉ

Immobilisations corporelles
Terrains 266 786 266 786 266 786
Constructions 2 873 110 2 487 732 385 378 459 998
Installations techniques, matériel-outillage 327 677 263 175 64 502 89 476
Autres immobilisations corporelles 857 212 837 713 19 499 1 432
Immobilisations en cours 33 000 33 000
Avances et acomptes
Immobilisations financières
Participations évaluées par équivalence
Autres participations
Créances rattachées à des participations
Autres titres immobilisés
Prêts
Autres immobilisations financières
TOTAL I 4 427 817 3 655 953 771 864 821 576
Stocks et en-cours
Matières premières, approvisionnements 5 980 5 980 5 010
En-cours de production (biens et services)
ACTIF CULANT

Produits intermédiaires et finis


Marchandises
Avances et acomptes versés sur commandes
Clients et comptes rattachés 65 516 1 338 64 178 43 262
Créances diverses 24 508 24 508 16 322
Capital souscrit et appelé, non versé
Valeurs mobilières de placement 50 808 50 808
Disponibilités 80 688 80 688 135 791
Charges constatées d’avance 12 756 12 756 8 041
TOTAL II 240 256 1 338 238 918 208 426
Régul*

Charges à répartir sur plusieurs exercices (III)


Primes de remboursement des obligations (IV)
Écarts de conversion actif (V)
TOTAL GÉNÉRAL (I à V) 4 693 073 3 657 291 1 035 782 1 030 002

* Régularisation

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 5 sur 14


Annexe 2 : Bilan passif au 31/12/2015 de la Société Hôtelière Girondine

PASSIF (en €) Exercice Exercice


2015 2014
Capital social (dont versé : 75 000) 100 000 50 000
Primes d’émission, de fusion, d’apport
CAPITAUX PROPRES

Écarts de réévaluation
Réserve légale 5 000 5 000
Réserves statutaires ou contractuelles
Réserves réglementées
Autres réserves
Report à nouveau -10 022 19 269
RÉSULTAT DE L’EXERCICE (bénéfice ou perte) 13 536 -29 291
Subventions d’investissement 16 000
Provisions réglementées
TOTAL I 124 514 44 978
Produits des émissions de titres participatifs
Avances conditionnées
TOTAL II
Provisions pour risques
Provisions pour charges
TOTAL III
Dettes financières
Emprunts obligataires convertibles
Autres emprunts obligataires
Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit 579 125 674 749
DETTES

Emprunts et dettes financières divers


Avances et acomptes reçus sur commandes en cours 13 529 17 051
Dettes fournisseurs et comptes rattachés 175 163 180 512
Dettes fiscales et sociales 124 768 112 712
Dettes sur immobilisations et comptes rattachés 18 683
Autres dettes
Produits constatés d’avance
Régul*

TOTAL IV 911 268 985 024


Écarts de conversion passif (V)
TOTAL GÉNÉRAL (I à V) 1 035 782 1 030 002

* Régularisation

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 6 sur 14


Annexe 3 : Compte de résultat 2015 de la Société Hôtelière Girondine (en €)

Exercice 2015 Exercice 2014


Ventes de marchandises
Production vendue [biens et services] 1 687 455 1 614 125
D’EXPLOITATION

Production stockée
PRODUITS

Production immobilisée
Subventions d'exploitation
Reprises sur provisions et transferts de charges 3 600
Autres produits 6 467 35
Total I 1 693 922 1 617 760
Achats de marchandises
Variation de stocks de marchandises
Achats de matières premières et autres approvisionnements 69 158 65 490
Variation des stocks matières premières et approvisionnements -969 -341
CHARGES D’EXPLOITATION

Autres achats et charges externes 444 918 455 629


Impôts, taxes et versements assimilés 71 616 74 148
Salaires et traitements 494 051 494 173
Charges sociales 155 380 169 455
Sur immobilisations: dotations aux amortissements 154 441 176 107
d’exploitation

Sur immobilisations: dotations aux dépréciations


Dotations

Sur actif circulant: dotations aux dépréciations 1 338


Pour risques et charges : dotations aux provisions
Autres charges 271 221 262 454
Total II 1 661 154 1 697 115
1. RÉSULTAT D'EXPLOITATION (I-II) 32 768 -79 355
De participation
D'autres valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé
FINANCIERS
PRODUITS

Autres intérêts et produits assimilés 808


Reprises sur provisions et transferts de charges
Différences positives de change 2 668
Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement
Total V 808 2 668
Dotations aux amortissements et provisions
FINANCIÈRES
CHARGES

Intérêts et charges assimilées 15 110 18 428


Différences négatives de change 161
Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement
Total VI 15 271 18 428
2. RÉSULTAT FINANCIER (V-VI) -14 463 -15 760
3. RÉSULTAT COURANT avant impôts (I-II+III-IV+V-VI) 18 305 -95 115

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 7 sur 14


Annexe 4 : Compte de résultat 2015 – suite

2015 2014
Sur opérations de gestion 1 708 2 204
EXCEPTIONNELS

Sur opérations en capital


PRODUITS

Produits de cession d’éléments d’actif


Quote-part de subvention virée au résultat 4 000
Reprises sur provisions et transferts de charges 71 500
Total VII 5 708 73 704
Sur opérations de gestion 5 642 7 880
TIONNELLES

Sur opérations en capital 4 835


CHARGES
EXCEP-

Dotations aux amortissements et aux provisions


Total VIII 10 477 7 880

4. RÉSULTAT EXCEPTIONNEL (VII-VIII) - 4 769 65 824


Participation des salariés aux résultats (IX)
Impôts sur les bénéfices (X)
Total des produits (I+III+V+VII) 1 700 438 1 694 132
Total des charges (II+IV+VI+VIII+IX+X) 1 686 902 1 723 423
Bénéfice ou perte 13 536 -29 291

Annexe 5 : Tableau des immobilisations de la Société Hôtelière de Gironde pour


2015
Valeur brute au
Valeur brute en fin
Immobilisations (en €) début de Augmentations Diminutions
d’exercice
l’exercice
Autres immobilisations 70 452 420 70 032
incorporelles
TOTAL I 70 452 420 70 032
Terrains 266 786 266 786
Constructions 2 846 584 43 084 16 558 2 873 110
ITMO 354 629 14 790 41 742 327 677
Autres immobilisations 848 644 18 690 10 122 857 212
corporelles
Immobilisations corporelles 33 000 33 000
en cours
TOTAL II 4 316 643 109 564 68 422 4 357 785
Autres participations
Autres titres immobilisés
Prêts et autres immob.
financières
TOTAL III
TOTAL GÉNÉRAL 4 387 095 109 564 68 842 4 427 817

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 8 sur 14


Annexe 6 : Tableau des amortissements 2015 de la Société Hôtelière de Gironde
pour 2015

Montant des
Montant des
Immobilisations amortissements
Augmentations Diminutions amortissements en
amortissables (en €) au début de
fin d’exercice
l’exercice
Autres immobilisations 66 568 1 185 420 67 333
incorporelles
TOTAL I 66 568 1 185 420 67 333
Constructions 2 386 585 114 126 12 979 2 487 732
ITMO 265 153 38 507 40 485 263 175
Autres immobilisations 847 213 623 10 123 837 713
corporelles
TOTAL II 3 498 951 153 256 63 587 3 588 620
Autres participations
Autres titres immobilisés
Prêts et autres immob.
financières
TOTAL III
TOTAL GÉNÉRAL 3 565 519 154 441 64 007 3 655 953

Annexe 7 : Informations complémentaires pour 2015


Les créances diverses sont liées à l’activité ainsi que les charges constatées d’avance.
Les charges exceptionnelles sur opérations en capital correspondent à la valeur nette comptable des
immobilisations sorties de l’actif pendant l’exercice.
Les dotations aux dépréciations de l’exercice s’élèvent à 1 338 € et concernent les créances clients.
Les intérêts courus non échus sur dettes financières s’élèvent à 3 607 € en 2014 et à 2 778 € en 2015.
Il n’y a pas eu de nouveaux emprunts obtenus en 2015.
Une augmentation de capital en numéraire a eu lieu en avril 2015.
La SHG a perçu en 2015 une subvention d’investissement de la région Aquitaine pour la mise aux normes
« Bâtiment Basse Consommation ». Une partie de cette subvention a été rapportée au résultat 2015.
Les VMP sont disponibles rapidement.

Annexe 8 : Indicateurs de la SHG et de son secteur d’activité pour 2015


Moyenne du
2015 2014
secteur 2015
Taux de variation du CA 4,54 % -0,20 %
Taux de valeur ajoutée 67,74 % 61,40 %
Charges de personnel/VA 60,70 % 64,40 %
Charges d’intérêts/VA 1,69 % 1,20 %
Rentabilité économique après impôt 3,10 % -11,03 % 7,00 %
Taux d’endettement 465 % 1 500 % 74,70 %
EBE 355 571
CAF 71 716

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 9 sur 14


Annexe 9 : Données prévisionnelles de la SA NEW SHOES

a) Exploitation :
Les prévisions de chiffre d’affaires sont les suivantes :
Années Chiffre d’affaires HT
2017 1 200 000 €
2018 1 400 000 €
2019 1 700 000 €
L’excédent brut d’exploitation, tenant compte des redevances de crédit-bail du matériel informatique est
estimé à 20% du CAHT pour toute la période.

b) Plan d’investissements :
Les bâtiments de stockage, les bureaux et la plate-forme logistique sont acquis pour 1 000 000 € HT.
L’agencement des bâtiments est évalué à 250 000 € HT.
Les bâtiments et agencements sont amortissables en 10 ans selon le mode linéaire.
Un matériel informatique d’une valeur de 300 000 € HT sera pris en crédit-bail.
Tous les investissements seront réalisés et payés au début de l’année 2017.
Le financement du matériel informatique par crédit-bail, doit s’effectuer aux conditions suivantes : dépôt de
garantie 15 000 € récupérable en fin de contrat, versement de 5 loyers annuels de 73 200 € HT payables
d’avance, option d’achat 2% de la valeur d’origine du matériel.
Le début du contrat est fixé au 2 janvier 2017.

c) Financement :
Le financement prévu pour le projet est le suivant :
- apports en capital en numéraire pour 750 000 €, entièrement libérés dès le début de 2017 ;
- un emprunt de 240 000 €, que la société NEW SHOES a la possibilité de souscrire le 2 janvier 2017
au taux de 6%, remboursable par amortissements constants sur 4 ans. Le premier remboursement est
supposé se produire le 2 janvier 2018.

d) Informations diverses :
Le BFR prévisionnel est négatif et estimé à moins 10 jours de CAHT.
La société est soumise à l’impôt sur les sociétés au taux de 33 1/3%.
Il est prévu de verser un dividende annuel de 50 000 €. Premier versement en 2018 sur le résultat de 2017.
La trésorerie au 1er janvier 2017 est estimée à 50 000 €.
Tous les chiffres seront arrondis au millier d’euros le plus proche.

Remarque : Les encaissements et décaissements seront comptabilisés dans l’année considérée quelle que
soit la date de réalisation.

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 10 sur 14


Annexe 10 : Informations relatives à la position de change de la société DESIGN
CONTEMPORAIN et sur le cours des devises au 30 mai 2016

a) Créances, dettes et engagements en devises de la société DESIGN CONTEMPORAIN :

 Devise : USD
À l’échéance du 30 juin 2016 :
Créances clients : 25 000 USD Dettes fournisseurs : 182 500 USD
Commandes clients : 40 000 USD

 Devise : GBP
À l’échéance du 15 juillet 2016
Créances clients : 18 500 GBP Dettes fournisseurs : néant
Commandes clients : néant

b) Cours des devises :


 Cours de l’USD contre euro :
Achat d’USD contre euros Vente d’USD contre euros
Cours au comptant 1 USD = 0,9551 EUR 1 USD = 0,8953 EUR
Cours à terme au 30 juin 2016 1 USD = 0,9549 EUR 1 USD = 0,8955 EUR

 Cours de la GBP contre euro :


Achat de GBP contre euros Vente de GBP contre euros
Cours au comptant 1 GBP = 1,4451 EUR 1 GBP = 1,3459 EUR

 Contrat d’option de change GBP contre EUR :


Option d’achat au 15 juillet 2016 : prix d’exercice : 1 GBP = 1,48 EUR - Prime : 0,011 GBP
Option de vente au 15 juillet 2016 : prix d’exercice : 1 GBP = 1,32 EUR - Prime : 0,013 GBP

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 11 sur 14


Annexe A - Tableau de calcul du partage de la valeur ajoutée
(à rendre avec la copie)

Ratios 2015 2015 2014


Résultat en
Détail du calcul %
%
Partage de la VA : VA = 1 174 348 100 % 100 %

 Personnel 60,70 %

 État 6,78 %

 Prêteurs 1,69 %

 Restant 30,83 %
(Entreprise
et associés)

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 12 sur 14


ANNEXE B - Tableau de flux de trésorerie de l’OEC (option 1) (à rendre avec la copie)

Exercice Exercice
2015 2014
Flux de trésorerie liés à l'activité

RÉSULTAT NET ……………. -29 291


Élimination des charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à l'activité

+ Amortissements, dépréciations et provisions (à l’exclusion des …………….. 104 607


dépréciations sur actif circulant)
+ Valeur comptable des éléments d’actif cédés …………….. -

- Produits de cessions d’éléments d’actif …………….. -


……………... -
- Quote-part des subventions d'investissement virée au résultat

Marge brute d'autofinancement 75 316

Moins : variation du besoin en fonds de roulement lié à l'activité …………….. -9 713

Flux net de trésorerie généré par l'activité (A) 65 603


Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement
Cessions d'immobilisations
+ Réductions d'immobilisations financières ……...……
…...………
- Acquisitions d'immobilisations
…………... - 55 340
Variation des créances et dettes sur immobilisations
…...………

Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement (B) - 55 340


Flux de trésorerie liés aux opérations de financement
Augmentation ou réduction de capital
- Dividendes versés ……………..
+ Augmentation des dettes financières …………….
- Remboursements des dettes financières ……………. 17 896
+ Subventions d'investissements reçues …………….
- Variation du capital souscrit non appelé …………….
…………….
Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement (C)
17 896

Variation de la trésorerie (A+B+C) …..………... 28 159

Trésorerie d'ouverture ….………… 107 632

Trésorerie de clôture …………….. 135 791


DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 13 sur 14
ANNEXE C - Plan de financement (à rendre avec la copie)
Plan de financement initial

2017 2018 2019


Ressources

Total ressources
Emplois

Total emplois
Écart annuel
Trésorerie initiale
Trésorerie finale

Plan de financement définitif

2017 2018 2019


Ressources

Total ressources
Emplois

Total emplois
Écart annuel
Trésorerie initiale
Trésorerie finale

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise Page 14 sur 14


1610006 bis

SESSION 2016

UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE

Proposition de corrigé

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise – CORRIGE Page 1 sur 8


DOSSIER 1 : DIAGNOSTIC FINANCIER

A l’aide des annexes 1 à 8 :


1. Rappeler l’utilité de la valeur ajoutée (VA).
Mesurer la création de richesse au regard de ses opérations d’exploitation.

2. Procéder au calcul de son partage entre le personnel, l’Etat, les prêteurs et la société elle-
même pour l’exercice 2015 (annexe A à rendre avec la copie). Commenter brièvement les
résultats obtenus.

Ratios 2015 2015 2014


Détail du calcul Résultat en % %
1 687 455 – (69 158-969+444 918) =
Partage de la VA : 100 % 100 %
1 174 348

 Personnel (494 051 + 155 380) / 1 174 348 55,30 % 60,70 %

 Etat 71 616 / 1 174 348 6,10 % 6,78 %

 Prêteurs 15 110 / 1 174 348 1,29 % 1,69 %

 Restant (Entreprise et 100 % - partage de la VA envers le 37,61 % 30,83 %


associés) personnel, l’Etat et les prêteurs
= 100 % - (55,30 % + 6,10 % + 1,29 %)

3. Calculer l’excédent brut d’exploitation (EBE) pour l’exercice 2015 et rappeler la


principale limite de cet indicateur.
EBE : 1 174 348 – 71 616 – 494 051 – 155 380 = 453 301
C’est un excédent potentiel de trésorerie sur les opérations liées au cœur de métier de l’entreprise.

4. Procéder au calcul de la capacité d’autofinancement (CAF) pour l’exercice 2015.


Méthode soustractive : Par l’EBE = 453 301 + 6 467 – 271 221 + 808 – 15 110 – 161 + 1 708 – 5 642
= 170 150
Méthode additive : Par le résultat = 13 536 + 154 441 + 1 338 – 4 000 + 4 835 = 170 150

5. Indiquer la similitude et la différence d’approche entre le tableau de financement et les


tableaux de flux de trésorerie.
Il s’agit de retrouver et comprendre quelle que soit l’approche comment la trésorerie a varié entre
deux exercices comptables.
Néanmoins, la différence porte sur la nature du flux :
- le tableau de financement PCG repose sur les variations de flux de fonds.
- le tableau de flux de trésorerie (CDB et OEC) reposent sur les variations de flux de trésorerie.

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise – CORRIGE Page 2 sur 8


6. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l’ordre des experts-comptables (OEC) pour
l’exercice 2015 (annexe B à rendre avec la copie).

(Voir Tableau de flux ci-après)


Calcul préliminaires :
Variation du BFR lié à l’activité (en valeurs nettes):
Montant Montant
Postes
2014 2015
Stocks 5 010 5 980
Clients et comptes rattachés 43 262 64 178
Autres créances 16 322 24 508
CCA 8 041 12 756
- Avances et acomptes reçus -17 051 -13 529
- Dettes fournisseurs et comptes rattachés -180 512 -175 163
- Dettes fiscales et sociales -112 712 -124 768
- ICNE sur dettes financières -3 607 -2 778 Variation
BFR lié à l’activité -241 247 -208 816 32 431

Variation du BFR lié à l’investissement :


Montant Montant Variation
2014 2015
Dettes sur immobilisations 0 18 683 18 683

Augmentation de capital en numéraire : voit variation du poste « Capital social » entre 2014 et
2015.
Remboursement des dettes financières :
Montant Nouvelles Remboursement Montant
début dettes de dettes fin
exercice financières financières d’exercice
Emprunts et dettes auprès des
établissements de crédit 674 749 579 125
A déduire : ICNE sur dettes
financières -3 607 -2 778
Dettes financières stables 671 142 0 (énoncé) Par différence : 576 347
94 795
Subventions d’investissement reçues :
Montant au bilan 2015 : 16 000

+ QP virée au résultat en 2015 : 4 000

Total : 20 000

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise – CORRIGE Page 3 sur 8


Trésorerie à la clôture : disponibilités 80 688 + VMP disponibles 50 808 = 131 496

Tableau de flux de trésorerie de l’OEC

Exercice
2015
Flux de trésorerie liés à l'activité

RESULTAT NET Voir compte de résultat 13 536


Élimination des charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à l'activité

+ Amortissements, dépréciations et provisions (1) Compte de résultat +154 441


+ Valeur comptable des éléments d’actif cédés Idem +4 835
- Produits de cessions d’éléments d’actif
- Quote-part des subventions d'investissement virée au résultat Enoncé -4 000
Marge brute d'autofinancement 168 812

Moins : variation du besoin en fonds de roulement lié à l'activité (Voir détail) -32 431

Flux net de trésorerie généré par l'activité (A) 136 381


Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement
Cessions d'immobilisations
Réductions d'immobilisations financières
- Acquisitions d'immobilisations Total colonne « augmentation » du tableau des immos -109 564

Variation des créances et dettes sur immobilisations Voir détail 18 683


-90 881

Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement


(B)

Flux de trésorerie liés aux opérations de financement


Augmentation ou réduction de capital Variation du poste capital au passif 50 000
- Dividendes versés
+ Augmentation des dettes financières
- Remboursements des dettes financières Voir détail -94 795
+ Subventions d'investissements reçues Voir détail 20 000
- Variation du capital souscrit non appelé Variation du poste à l’actif -25 000
Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement (C) -49 795

Variation de la trésorerie (A+B+C) -4 295

Trésorerie d'ouverture Voir bilan n-1 135 791


Trésorerie de clôture Voir détail 131 496
(1) A l’exception des dépréciations sur actif circulant

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise – CORRIGE Page 4 sur 8


7. En vous appuyant sur les résultats des questions précédentes et sur l’ensemble des
documents fournis, réaliser un diagnostic de l’évolution de l’activité économique et de la
situation financière (notamment sur l’évolution de la trésorerie et de l’endettement) de
la SHG pour l’exercice 2015.

Activité économique :

La société SHG devient faiblement bénéficiaire en 2015 grâce à une progression de son chiffre
d’affaires (hausse de 4,54%) nettement meilleure que la moyenne du secteur d’activité. Les ratios
de profitabilité sont tous en amélioration, et plus favorables que la moyenne du secteur, que ce soit
en taux de valeur ajoutée ou en part de la valeur ajoutée consacrée à la rémunération du personnel.
La rentabilité économique se redresse mais reste inférieure aux valeurs du secteur.

La maîtrise des charges a permis d’améliorer la profitabilité de l’entreprise (entre 2014 et 2015
hausse de la VA de 7,41 %, hausse de l’EBE de 27,48 %).

Trésorerie, situation financière, endettement :

Sur le plan de la trésorerie, cette profitabilité restaurée se retrouve au niveau de la marge brute
d’autofinancement, en nette amélioration par rapport à 2014. Le BFR lié à l’activité a
sensiblement augmenté ; mais le flux net de trésorerie généré par l’activité a cependant plus que
doublé entre 2014 et 2015, passant de 65 603 € à 136 381 €.

Le flux net de trésorerie lié aux opérations d’investissement est toujours mesuré ; l’entreprise ne
maintient même pas sa capacité de production (les investissements sont inférieurs aux dotations de
l’année), et ce depuis au moins deux ans. Cela pourrait poser problème à l’avenir, les équipements
déjà anciens devenant complètement obsolètes à terme.

Par ailleurs l’entreprise s’est désendettée en 2015, après un léger endettement en 2014. Elle a
remboursé en 2015 94 795 € de dettes financières et y a substitué en partie des capitaux propres
(augmentation de capital de 50 000 € non entièrement libérée). Elle a également bénéficié d’une
subvention d’investissement pour financer partiellement ses investissements de l’année. Toutefois,
le taux d’endettement reste très préoccupant, avec un ratio nettement au-delà de la norme (465 %
en 2015), qui est loin d’assurer l’autonomie financière de SHG. Ce ratio est certainement dû à
l’érosion des capitaux propres liée aux pertes accumulées par le passé. Même si l’on considère
l’endettement net (dettes financières moins trésorerie), le ratio reste très au-delà des normes.

Globalement la trésorerie est stable en 2015 (en légère diminution de 4 295 €), et reste largement
positive. Cela est dû à l’existence d’un BFR négatif, très fréquent dans l’activité d’hôtellerie
(stocks très bas, acomptes payés par la clientèle lors de la réservation, crédit fournisseurs
relativement important).

En résumé, la Société Hôtelière Girondine est encore convalescente ; elle vient de réaliser un
premier bénéfice grâce à une hausse de son activité supérieure à celle du secteur. Mais la situation
reste à conforter, au niveau de la profitabilité, de la rentabilité et surtout de l’endettement. Il faudra
en outre programmer des investissements dans les années qui viennent pour améliorer la
compétitivité de l’entreprise.

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise – CORRIGE Page 5 sur 8


DOSSIER 2 : PLAN DE FINANCEMENT

1. Définir le fonds de roulement normatif.


C’est le fonds de roulement qui est égal au BFRE moyen.

2. Rappeler l’utilité de cette méthode dans le cadre de l’établissement du plan de financement.


Elle permet de déterminer le niveau moyen du BFRE (partie essentielle du BFR) de façon analytique et de
l’exprimer en jours de CA.
Il permettra ainsi d’effectuer des prévisions nécessaires à l’élaboration de plans prévisionnels (notamment le
plan de financement).

3. Indiquer comment il est possible d’aboutir dans le cas de l’entreprise NEW SHOES à un BFR
prévisionnel négatif. Que signifie-t-il ?
Lorsque la durée d’écoulement des stocks et la durée du crédit client sont très courtes, et bien inférieures à la
durée du crédit fournisseurs, on peut obtenir globalement une ressource de financement (RFR). C’est le cas ici :
les ventes sont encaissées intégralement avant la livraison, les stocks détenus par la société NEW SHOES
financés par les fournisseurs.

4. Présenter le plan de financement initial de la société NEW SHOES pour les années 2017 à 2019
(annexe C à rendre avec la copie). Commenter brièvement.
 Calculs préalables :
Dotations aux amortissements : (1 000 000 + 250 000)*1/10 = 125 000
 Calcul de la CAF prévisionnelle :
2017 2018 2019
Chiffre d’affaires 1 200 000 1 400 000 1 700 000
EBE : 20% du CA 240 000 280 000 340 000
Dotations aux amortissements -125 000 -125 000 -125 000
Résultat avant impôt 115 000 155 000 215 000
Impôt 33 1/3% -38 333 -51 667 -71 667
Résultat après impôt 76 667 103 333 143 333
Dotations aux amortissements 125 000 125 000 125 000
CAF prévisionnelle 201 667 228 333 268 333
 Calcul du dégagement de fonds de roulement :
2017 2018 2019
Chiffre d’affaires 1 200 000 1 400 000 1 700 000
BFR : CA*-10/360 -33 333 -38 889 -47 222
Variation de BFR -33 333 -5 556 -8 333
 Plan de financement initial :
2017 2018 2019
Ressources
CAF 201 667 228 333 268 333
Dégagement de FDR 33 333 5 556 8 333
Total ressources 235 000 233 889 276 666
Emplois
Investissements 1 250 000
Dépôt de garantie crédit-bail 15 000
Distribution de dividendes 50 000 50 000
Total emplois 1 265 000 50 000 50 000
Ressources moins emplois -1 030 000 183 889 226 666
Trésorerie initiale 50 000 -980 000 -796 111
Trésorerie finale -980 000 -796 111 -569 445
Le plan de financement fait apparaître une trésorerie fortement négative en fin de 1ère année ; ce déficit
de trésorerie ne se résorbe qu’en 2019 pour devenir un excédent confortable, signe de la rentabilité du
projet. Il faut toutefois mettre en place un financement complémentaire en 2017.

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise – CORRIGE Page 6 sur 8


5. Présenter le plan de financement définitif intégrant le financement par emprunt (annexe
C à rendre avec la copie). Conclure sur la faisabilité du projet.

Plan de financement révisé :

2017 2018 2019


Ressources
Ressources du plan initial 235 000 233 889 276 666
Emprunt 240 000
Augmentation de capital 750 000
Intérêts de l’emprunt nets -9 600 -7 200 -4 800
d’impôts (1)
Total ressources révisées 1 215 400 226 689 271 866
Emplois
Emplois du plan initial 1 265 000 50 000 50 000
Remboursement de l’emprunt 60 000 60 000
Total emplois 1 265 000 110 000 110 000
Ressources moins emplois -49 600 116 689 161 866
Trésorerie initiale 50 000 400 117 089
Trésorerie finale 400 117 089 278 955
(1) Pour 2017 : 240 000*6%*2/3 = 9 600
2018 : (240 000-60 000)*6%*2/3 = 7 200
2019 : (240 000-120 000)*6%*2/3 = 4 800

Le plan de financement est désormais équilibré, la trésorerie finale est positive pour chaque année.
Toutefois, compte tenu de l’incertitude inhérente à toute prévision, il faut envisager un montant
emprunté supérieur à 240 000 € en 2017. Cela doit être possible car la société NEW SHOES dispose
d’une capacité d’endettement inutilisée. De plus tous les flux de 2017 ne se produiront pas au même
moment dans l’année : les investissements seront effectués en début d’année, alors que la CAF sera
générée progressivement. Il sera possible, au vu du plan de financement, de procéder à un
remboursement anticipé de l’emprunt en fin 2019.

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise – CORRIGE Page 7 sur 8


TROISIEME DOSSIER : GESTION DU RISQUE DE CHANGE

1. Rappeler l’intérêt pour l’entreprise de se couvrir contre le risque de change.

La couverture du risque de change permet à l’entreprise de se prémunir d’une évolution de la devise


par rapport à l’euro qui lui est défavorable dans le cas de dettes et/ou de créances libellées en devises.

2. Calculer et qualifier la position de change de la société DESIGN CONTEMPORAIN vis-


à-vis du dollar et de la livre sterling au 30 juin 2016 et au 15 juillet 2016.

A l’échéance du 30/06/2016, la position en USD est courte de 117 500 USD (plus de devises à livrer
que de devises à recevoir). 182 500 – (25 000 + 40 000) = 117 500 USD.

A l’échéance du 15/07/2016, la position en GBP est longue de 18 500 GBP (plus de devises à
recevoir que de devises à livrer).

3. Indiquer la nature du risque auquel la société est confrontée au 30 juin 2016 et le type de
couverture adapté sur les marchés à terme. Calculer le montant encaissé ou décaissé en
euros par la société DESIGN CONTEMPORAIN.

La position en USD étant courte au 30/06/2016, le risque est une appréciation de l’USD contre l’euro.
Il faut acheter à terme des USD.
L’entreprise décaissera : 117 500*0,9549 = 112 200,75 € le 30/06/2016.

4. Indiquer la nature du risque auquel la société est confrontée au 15 juillet 2016 et le type
de couverture adapté sur les marchés des options. Calculer le résultat de la couverture
(en euros) sur ce marché pour la société DESIGN CONTEMPORAIN dans les deux cas
suivants :
- Au 15/07/2016, la GBP cote 1,35 euro ;
- Au 15/07/2016, la GBP cote 1,27 euro.

La position de change étant longue en GBP, le risque est une dépréciation de la devise. DESIGN
INTERNATIONAL doit donc acheter une option de vente (put) de GBP contre euro, portant sur
18 500 GBP. Prix d’exercice = 1 GBP = 1,32 €

Prime payée : 0,013 * 18 500 GBP = 240,50 GBP soit 240,50*1,4451 = 347,55 €

Cotation Encaissements sans Encaissements avec Résultat


couverture couverture
18 500 *1,35 – 347,55 =
1,35 18 500*1,35 = 24 975 -347,55
24 627,45
18 500*1,32 - 347,55 =
1,27 18 500*1,27 = 23 495 + 577,45
24 072,45

DCG 2016 UE6 – Finance d’entreprise – CORRIGE Page 8 sur 8


UE6_ 1710006
● ●
DCG
● ●

SESSION 2017

UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE

Durée de l’épreuve : 3 heures - Coefficient : 1

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 1/13


1710006
● ●
DCG
● ● SESSION 2017

UE 6 - FINANCE D'ENTREPRISE

Durée de l’épreuve : 3 heures - coefficient : 1


Document autorisé : aucun.
Matériel autorisé : une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans aucun
moyen de transmission, à l’exclusion de tout autre élément matériel ou documentaire (circulaire n° 99-
186 du 16/11/99 ; BOEN n° 42).
Document remis au candidat : le sujet comporte 13 pages numérotées de 1/13 à 13/13, dont 4 annexes à
rendre.
Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.

Le sujet se présente sous la forme de 3 dossiers indépendants

DOSSIER 1 – Diagnostic financier .................................................. (10 points) ................................... page 3


DOSSIER 2 – Risque et rentabilité ................................................. (6 points) ..................................... page 4
DOSSIER 3 – Plan de trésorerie...................................................... (4 points) ..................................... page 5

Le sujet comporte les annexes suivantes :

DOSSIER 1 - GEKKO
Annexe 1 – Comptes de résultat au 31/12/2016 et 31/12/2015 ............................................................... page 6
Annexe 2 – Bilans actifs au 31/12/2016 et 31/12/2015 ........................................................................... page 7
Annexe 3 – Bilans passifs au 31/12/2016 et 31/12/2015......................................................................... page 8
Annexe 4 – Informations complémentaires concernant l’exercice 2016 ................................................. page 9
Annexe 5 – Tableau des soldes intermédiaires de gestion au 31/12/2016 et 31/12/2015 ........................ page 9

DOSSIER 2 - GORDON
Annexe 6 – Bilan simplifié au 31 décembre 2016 ................................................................................ page 9
Annexe 7 – Compte de résultat simplifié au 31 décembre 2016 ........................................................... page 9
Annexe 8 – Informations complémentaires au 31 décembre 2016........................................................ page 9

DOSSIER 3 - CASH
Annexe 9 – Informations sur le plan de trésorerie de la SAS CASH .................................................. page 10

Annexe A – Ratios d’analyse de l’activité et de la profitabilité (à rendre avec la copie) ............. page 11
Annexe B – Tableau de financement PCG – partie 1 (à rendre avec la copie) ............................. page 11
Annexe C – Tableau de financement PCG – partie 2 (à rendre avec la copie) ............................. page 12
Annexe D – Tableau d’équilibrage du plan de trésorerie CASH – (à rendre avec la copie) ....... page 13

NOTA : les annexes A, B, C et D doivent obligatoirement être rendues avec la copie.

AVERTISSEMENT
Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes vous conduit à formuler une ou plusieurs
hypothèses, il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie.

Il vous est demandé d’apporter un soin particulier à la présentation de votre copie.


Toute information calculée devra être justifiée.

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 2/13


SUJET

DOSSIER 1 – DIAGNOSTIC FINANCIER

La société GEKKO est une société familiale spécialisée dans les travaux publics et le transport de
matières premières.
Depuis sa création, il y une vingtaine d’années, l’entreprise n’a cessé de se développer. Aujourd’hui
sa forte notoriété fait de l’entreprise un acteur régional important.
Cependant, l’arrivée de nouveaux concurrents ainsi que les difficultés croissantes à recouvrer ses
créances amènent les dirigeants à s’interroger sur la situation financière de l’entreprise.
Le directeur financier vous demande de l’aider à réaliser un certain nombre de travaux afin de fournir
aux dirigeants un diagnostic financier sur certains éléments particuliers.

Travail à faire

1. Rappeler en quelques lignes les finalités d’un diagnostic financier.

À l’aide des annexes 1 à 5.

2. Calculer les ratios présentés en annexe A (à rendre avec la copie) et commenter, en une
quinzaine de lignes, les résultats obtenus.

3. Indiquer les avantages et les limites du tableau de financement du PCG dans le cadre du
diagnostic financier de l’entreprise.

4. Présenter le tableau de financement du PCG en complétant les annexes B et C (à rendre


avec la copie).

5. Au regard des documents de synthèse, des résultats obtenus (ratios et le tableau de


financement), formuler un diagnostic financier de l’entreprise en préconisant des
solutions aux problèmes rencontrés par l’entreprise GEKKO.

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 3/13


DOSSIER 2 – RISQUE ET RENTABILITÉ

Face à une concurrence de plus en plus importante et à la difficulté croissante de maintenir sa


position sur le marché, malgré des investissements de modernisation conséquents financés par
emprunt, le directeur financier de la société GORDON s’interroge sur le risque d’exploitation ainsi
que sur la rentabilité économique et financière de l’entreprise.

Travail à faire
À l'aide des annexes 6 à 8.

1. Présenter le compte de résultat différentiel d’exploitation.

2. Calculer le seuil de rentabilité d’exploitation et le levier opérationnel (ou d’exploitation).


Conclure.

3. Indiquer comment une entreprise peut-elle diminuer son risque d'exploitation ?

4. Rappeler la signification de la rentabilité économique. Préciser le principal destinataire


de cette information.

5. Calculer la rentabilité économique avant et après impôt.

6. Rappeler la signification de la rentabilité financière. Préciser le principal destinataire de


cette information.

7. Calculer la rentabilité financière après impôt. Après avoir calculé le taux d’intérêt des
dettes financières, vérifier le résultat obtenu à l’aide de la formule de l’effet de levier.

8. Mentionner comment l’entreprise peut-elle améliorer sa rentabilité financière ?

9. Rappeler et expliquer une limite à respecter en matière d’endettement financier.

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 4/13


DOSSIER 3 – PLAN DE TRÉSORERIE

Créée au début des années 2000 par Monsieur Serge HIVER, la société CASH (Cuisines Aménagées
Serge Hiver) est une société par actions simplifiée qui a pour activité la fabrication, l’installation et la
vente de cuisines aménagées. Madame FLOT a repris l’entreprise en 2006 à la suite du départ en
retraite de Monsieur HIVER.

La société CASH travaille sur son plan de trésorerie du troisième trimestre 2017. Le budget de
trésorerie a été établi par l’employé chargé du contrôle de gestion, mais des déséquilibres mensuels
persistent. Madame FLOT veut présenter un plan de trésorerie équilibré dans le cadre des
négociations avec son banquier.

Travail à faire

À l’aide de l’annexe 9.

1. Rappeler l’utilité de construire un plan de trésorerie équilibré.


2. Proposer une solution pour résorber les déficits du plan de trésorerie provisoire du
dernier trimestre en renseignant l’annexe D (à rendre avec la copie).

Les calculs seront arrondis à l’euro.

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 5/13


Annexe 1 – Comptes de résultat au 31/12/2016 et au 31/12/2015 - Société GEKKO

2016 2015 Variation


Produits d'exploitation
Ventes de marchandises
Production vendue (biens et services) 5 676 858 6 421 181 -11,59%
Production stockée 138 250 300 210 -53,95%
Production immobilisée
Subventions d'exploitation 18 166 20 839 -12,83%
Reprises sur dépréciations et provisions 4 046 36 596 -50,88%
Transferts de charges 13 930
Autres produits 434 37 1072,97%
Total 5 851 684 6 778 863 -13,68%
Charges d'exploitation
Achats de marchandises
Variation des stocks de marchandises
Achats stockés de matières premières et autres approvisionnements 1 414 094 1 631 341 -13,32%
Variation des stocks de matières premières et autres approvisionnements 46 198 -37 103 -224,51%
Autres achats et charges externes 2 053 943 2 750 291 -25,32%
Impôts, taxes et versements assimilés 62 605 90 599 -30,90%
Salaires et traitements 1 392 535 1 433 755 -2,87%
Charges sociales 706 647 737 641 -4,20%
Dotations aux amortissements et provisions
Sur immobilisations : dotations aux amortissements 89 438 65 368 36,82%
Sur immobilisations : dotations aux dépréciations
Sur actif circulant : dotations aux dépréciations 29 601 7 121 315,69%
Pour risques et charges : dotations aux provisions
Autres charges 4 343 8
Total 5 799 404 6 679 021
RÉSULTAT D'EXPLOITATION 52 280 99 842 -47,64%
Produits financiers
De participations
D'autres valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé
Autres intérêts et produits assimilés 7 682 12 473 -54,45%
Reprises sur provisions et transferts de charges financières
Différences positives de change
Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement
Total 7 682 12 473 -38,41%
Charges financières
Dotations aux amortissements et provisions
Intérêts et charges assimilées 5 533 4 070 -13,19%
Différences négatives de change
Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement
Total 5 533 4 070 35,95%
RÉSULTAT FINANCIER 2 149 8 403 -74,43%
RÉSULTAT COURANT AVANT IMPÔT 54 429 108 245 -49,72%
Produits exceptionnels
Sur opérations de gestion 8 528
Sur opérations en capital
- produits des cessions d'éléments d'actif 35 000 21 334 64,06%
- subventions d'investissements virées au résultat de l'exercice
Reprises sur provisions et transferts de charges exceptionnelles
Total 43 528 21 334 104,03%
Charges exceptionnelles
Sur opérations de gestion 8 482 1 022
Sur opérations en capital :
- valeurs comptables des éléments immobilisés et financiers cédés 1 365
Dotations aux amortissements et aux provisions :
Total 9 847 1 022
RÉSULTAT EXCEPTIONNEL 33 681 20 312 65,82%
Participation des salariés aux résultats
Impôts sur les bénéfices 13 575
Solde créditeur = bénéfice 88 110 114 982 -23,37%

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 6/13


Annexe 2 – Bilans actifs au 31/12/2016 et au 31/12/2015 - Société GEKKO

Exercice 2016 Exercice 2015


Amort. et Amort. et
ACTIF Brut Net Brut Net
Dép. Dép.

Capital souscrit non appelé TOTAL 0


Actif immobilisé
Immobilisations incorporelles
Frais d'établissement
Frais de recherche et développement
Concessions, brevets, licences, marques, procédés, droits
Fonds commercial 15 244 15 244 15 244 15 244
Autres immobilisations incorporelles
Immobilisations incorporelles en cours
Avances et acomptes
Immobilisations corporelles
Terrains
Constructions
Installations techniques, matériel et outillage industriels 779 169 386 609 392 560 552 829 339 718 213 111
Autres immobilisations corporelles 307 227 254 192 53 035 257 531 237 080 20 451
Immobilisations corporelles en cours
Avances et acomptes
Immobilisations financières
Participations évaluées par équivalence
Autres participations
Créances rattachées à des participations
Titres immobilisés de l'activité de portefeuille
Autres titres immobilisés
Prêts
Autres immobilisations financières
TOTAL I 1 101 640 640 801 460 839 825 604 576 798 248 806
Actif circulant
Stocks et en-cours
Matières premières et autres approvisionnements 46 198 46 198
En-cours de production (biens et services) 540 350 540 350 402 100 402 100
Produits intermédiaires et finis
Marchandises
Avances et acomptes versés sur commandes 5 770 5 770
Créances d'exploitation
Créances Clients et Comptes rattachés 2 324 817 33 842 2 290 975 1 929 486 8 287 1 921 199
Autres créances d'exploitation 1 104 1 104 626 626
Créances diverses 321 026 321 026 313 650 313 650
Capital souscrit - appelé, non versé
Valeurs mobilières de placement
Actions propres
Autres titres
Instruments de trésorerie
Disponibilités 533 846 533 846 1 032 133 1 032 133
Charges constatées d'avance 24 159 24 159 32 602 32 602
TOTAL II 3 751 072 33 842 3 717 230 3 756 795 8 287 3 748 508
Charges à répartir sur plusieurs exercices
Primes de remboursement des obligations
Écarts de conversion Actif 1 000 1 000
TOTAL GÉNÉRAL 4 853 712 674 643 4 179 069 4 582 399 585 085 3 997 314

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 7/13


Annexe 3 – Bilans passifs au 31/12/2016 et au 31/12/2015 - Société GEKKO

PASSIF 2016 2015


Capitaux propres
Capital (dont versé 320 000) 320 000 320 000
Primes d'émission, de fusion, d'apport
Écarts de réévaluation
Écart d'équivalence
Réserves
Réserve légale 32 000 32 000
Réserves statutaires ou contractuelles
Réserves réglementées
Autres 1 083 449 993 467
Report à nouveau
Résultat de l'exercice (bénéfice ou perte) 88 110 114 982
Subventions d'investissement
Provisions réglementées
TOTAL I 1 523 559 1 460 449
Produit des émissions de titres participatifs
Avances conditionnées
TOTAL I bis 0 0
Provisions pour risques et charges
Provisions pour risques
Provisions pour charges
TOTAL II 0 0
Emprunts et dettes
Dettes financières
Emprunts obligataires convertibles
Autres emprunts obligataires
Emprunts et dettes auprès des établissements de
crédit (1) 381 344 106 615
Emprunts et dettes financières divers 264 474 305 091
Avances et acomptes reçus sur commandes en
cours 11 539
Dettes d'exploitation
Dettes fournisseurs et Comptes rattachés 1 370 686 1 442 779
Dettes fiscales et sociales 601 935 672 144
Autres dettes d'exploitation 25 532 10 236
Dettes diverses
Dettes sur immobilisations et Comptes rattachés
Dettes fiscales (impôts sur les bénéfices)
Autres dettes diverses
Produits constatés d'avance
TOTAL III 2 655 510 2 536 865
Écarts de conversion Passif
TOTAL GÉNÉRAL 4 179 069 3 997 314
(1) Dont concours bancaires courants 93 388

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 8/13


Annexe 4 – Informations complémentaires concernant l'exercice 2016 - Société GEKKO

L’entreprise a versé des dividendes.


L’écart de conversion actif constaté fin 2016 concerne les clients.
Les intérêts courus sur emprunts s'élèvent à 1 533 € en 2016 et à 1 070 € en 2015.
La valeur d’origine de l'immobilisation cédée est de 26 800 €.
Un emprunt a été remboursé pour 125 238 € et un nouvel emprunt a été souscrit.
Les créances diverses ne relèvent pas de l’exploitation.
Les charges et les produits et constatés d’avance concernent l’exploitation.

Annexe 5 – Tableau des soldes intermédiaires de gestion au 31/12/2016 et 31/12/2015 - Société GEKKO

2016 2015
Production de l'exercice 5 815 108 6 721 391
Valeur ajoutée 2 300 873 2 376 862
Excédent brut (ou insuffisance brute) d'exploitation 157 252 135 706
Résultat d'exploitation (= marge nette d’exploitation) 52 280 99 842
Résultat courant avant impôts (bénéfice ou perte) 54 429 108 245
Résultat exceptionnel (bénéfice ou perte) 33 681 20 312
Résultat de l'exercice (bénéfice ou perte) 88 110 114 982

Annexe 6 – Bilan simplifié au 31/12/2016 - Société GORDON

ACTIF Montant PASSIF Montant


Immobilisations incorporelles 281 000 Capital 450 000
Immobilisations corporelles 1 110 000 Réserves 317 000
Immobilisations financières 33 000 Résultat 86 000
Stocks 125 000 Dettes financières 700 000
Créances 295 000 Dettes d’exploitation 291 000
Total 1 844 000 Total 1 844 000

Annexe 7 – Compte de résultat simplifié au 31/12/2016 - Société GORDON

CHARGES Montant PRODUITS Montant


Charges d’exploitation 1 640 000 Produits d’exploitation 1 825 000
Charges d’intérêts 56 000
Impôt sur les bénéfices 43 000
Résultat net 86 000
Total 1 825 000 Total 1 825 000

Annexe 8 – Informations complémentaires au 31/12/2016 - Société GORDON

Les charges d’exploitation se décomposent de la façon suivante :


- charges fixes 740 000 € ;
- charges variables 900 000 €.

Les charges d’intérêts concernent exclusivement les dettes financières.

Pour le calcul des rentabilités, les capitaux propres à retenir sont les capitaux propres hors résultat.

Les actifs économiques retenus sont les capitaux propres hors résultat et les dettes financières. L’entreprise
retient comme résultat économique le résultat d’exploitation.

Le taux d’impôt sur les sociétés est de 33,33%.

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 9/13


Annexe 9 – Informations sur le plan de trésorerie de la SAS CASH

Madame FLOT décrit le processus de livraison/règlement de ses clients :

« Après les rendez-vous de finalisation du projet client, nous proposons un devis. À la signature de celui-ci, le
client paie un acompte par chèque de 20 % du montant de la vente. Il règle le solde également par chèque à la
réception des travaux. Pour ne pas le mettre en difficulté sur le plan financier, nous attendons la fin de mois
pour encaisser les chèques. Le client reçoit les meubles et l’électroménager en moyenne un mois après la
signature du devis. Puis nous avons besoin d’un mois pour organiser et réaliser la pose et réception des
travaux ».

« Je sais que certains de nos concurrents exigent le solde du paiement à la livraison des meubles, mais je
n’approuve pas cette pratique. Néanmoins, quand nous avons besoin de trésorerie, nous laissons le choix au
client de régler le solde dès la livraison des meubles en accordant un escompte de règlement au taux annuel de
9 %. Les clients acceptent cette proposition dans une proportion de 50 % au maximum. Nous pouvons gagner
ainsi un mois d’encaissement pour 50% maximum des soldes de règlements clients ».

« Quand les escomptes de règlement ne suffisent pas nous utilisons le découvert bancaire à un taux mensuel de
0,85 %, facturé le mois suivant par la banque. »

Ventilation du CA TTC du 2ème semestre 2017 en fonction des dates d’encaissement prévues
Encaissements
Mois CATTC Juillet 2017 Août 2017 Septembre Octobre Novembre Décembre
2017 2017 2017 2017
Juillet 2017 1 000 000 200 000 800 000
Août 2017 1 200 000 240 000 960 000
Septembre 2017 1 500 000 300 000 1200 000
Octobre 2017 2 400 000 480 000 1 920 000
Novembre 2017 2 600 000 520 000
Décembre 2017 3 000 000 600 000
Totaux 200 000 240 000 1 100 000 1 440 000 1 720 000 2 520 000

Tableau des prévisions de trésorerie pour le second semestre 2017 après équilibrage de septembre
Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
Solde de trésorerie début de mois 15 240 15 240 44 100 0 -532 479 -968 666

Acomptes 200 000 240 000 300 000 480 000 520 000 600 000
Paiement du solde 1 600 000 1 700 000 800 000 960 000 1 200 000 1 920 000
Total encaissements avant équilibrage 1 800 000 1 940 000 1 100 000 1 440 000 1 720 000 2 520 000
Solde paiement à l’escompte 480 000
- Intérêts sur escompte -3 600
- Soldes déjà escomptés -480 000
Découverts bancaires 91 610
Total encaissements après équilibrage 1 800 000 1 940 000 1 668 010 960 000 1 720 000 2 520 000

Total décaissements avant équilibrage 1 800 000 1 911 140 1 712 110 1 400 090 2 156 187 1 329 900
Intérêts sur découvert 779
Remboursement du découvert 91 610
Total décaissements après équilibrage 1 800 000 1 911 140 1 712 110 1 492 479 2 156 187 1 329 900

Solde de trésorerie fin de mois 15 240 44 100 0 -532 479 -968 666 221 434

Par simplification on suppose que :


- les intérêts sur découverts peuvent être calculés sur le mois entier avec une année de 360 jours ;
- le coût des commissions bancaires sur découvert peut être négligé ;
- l’escompte de règlement peut être ajusté à l’euro près ;
- la SAS CASH cherche à obtenir une trésorerie autour de zéro.

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 10/13


Annexe A – Ratios d'analyse de l'activité et de la profitabilité (à rendre avec la copie)

Secteur
Détail des calculs 2016 2015
2016

Taux de croissance du CA -7,24% 1,77%

Taux de croissance de la VA 3,55% 0,67%

Taux de marge nette d'exploitation


ou profitabilité d’exploitation 1,55% 4,55%

Taux de profitabilité générale ou


marge nette 1,79% 2,63%

Charges de personnel / CAHT 33,82% 24,88%

Annexe B – Tableau de financement – Partie 1 (à rendre avec la copie)

Exercice Exercice
EMPLOIS RESSOURCES
2016 2016
Distributions mises en paiement au cours de
Capacité d'autofinancement
l'exercice
Acquisitions d’éléments de l'actif Cessions ou réductions d'éléments de l'actif
immobilisé : immobilisé :
Immobilisations incorporelles Immobilisations incorporelles
Immobilisations corporelles Immobilisations corporelles
Immobilisations financières Immobilisations financières
Augmentation des capitaux propres :
Charges à répartir sur plusieurs exercices
Augmentation de capital
Réductions des capitaux propres Augmentation des autres capitaux
Remboursements des dettes financières Augmentation des dettes financières
TOTAL EMPLOIS TOTAL RESSOURCES
Variation FRNG (ressource nette) Variation FRNG (emploi net)

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 11/13


Annexe C – Tableau de financement – Partie 2 (à rendre avec la copie)

Solde
Variation du fonds de roulement net global Besoins (1) Dégagements (2)
(2) - (1)

Variations "exploitation" :
Variations des actifs d'exploitation :
Stocks et en-cours
Avances et acomptes versés
Créances clients et comptes rattachés
Variations des dettes d'exploitation :
Avances et acomptes reçus
Dettes fournisseurs et comptes rattachés
Totaux
A. Variation nette " exploitation "
Variations "hors exploitation" :
Variations des autres débiteurs
Variations des autres créditeurs
Totaux
B. Variation nette " hors exploitation "
TOTAL A+B
Besoins de l'exercice en fonds de roulement ou
Dégagement net de fonds de roulement dans l'exercice
Variations "trésorerie" :
Variations des disponibilités
Variations des concours bancaires
Totaux
C. Variation nette " trésorerie "
Variation du fonds de roulement net global
TOTAL A+B+C
Emploi net
ou Ressource nette

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 12/13


Annexe D –Tableau d’équilibrage du plan de trésorerie CASH (à rendre avec la copie)

Octobre Novembre Décembre


Solde de trésorerie début de mois 0

Acomptes 480 000 520 000 600 000


Paiement du solde 960 000 1 200 000 1 920 000
Total encaissements avant équilibrage 1 440 000 1 720 000 2 520 000
Solde paiement à l’escompte
- Intérêts sur escompte
- Soldes déjà escomptés -480 000
Découverts bancaires
Total encaissements après équilibrage

Total décaissements avant équilibrage 1 400 090 2 156 187 1 329 900
Intérêts sur découvert 779
Remboursement du découvert 91 610
Total décaissements après équilibrage 1 492 479

Solde de trésorerie fin de mois

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Page 13/13


1710006
● ●
DCG
● ●

SESSION 2017

UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE

Éléments indicatifs de corrigé

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 1/10


Dossier 1 - Diagnostic financier

À l’aide des annexes 1 à 5.

1. Rappeler en quelques lignes les finalités d’un diagnostic financier.


Le diagnostic financier de l’entreprise permet :
- d’apprécier la situation financière ;
- de mesurer les performances et les risques ;
- de prendre des décisions de financement et d’investissement ;
- de proposer des mesures pour corriger ou améliorer une situation.

Le diagnostic financier s’effectue dans le temps (analyse pluriannuelle) et dans l’espace (analyse pas
rapport au secteur d’activité).

Le diagnostic financier s’appuie sur l’analyse des documents financiers : bilan, compte de résultat,
annexes.

2. Calculer les ratios présentés en annexe A (à rendre avec la copie) et commenter, en une
quinzaine de lignes, les résultats obtenus.

Annexe A - Ratios d'analyse de l'activité et de la profitabilité

Secteur
Détail des calculs 2016 2015
2016

Taux de croissance du CA (5 676 858 - 6 421 181) / 6 421 181 -11,59% -7,24% 1,77%

Taux de croissance de la VA (2 300 873 - 2 376 862) / 2 376 862 -3,20% 3,55% 0,67%

Taux de marge nette d'exploitation (52 280 / 5 676 858) 0,92% 1,55% 4,55%

Taux de profitabilité générale (88 110 / 5 676 858) 1,55% 1,79% 2,63%

Charges de personnel / CAHT (1 392 535 + 706 647) / 5 676 858 36,98% 33,82% 24,88%

Commentaires
Après une baisse en 2015 (-7,24%) le CA a continué de baisser (-11,59 %) en 2016. Une baisse assez
inquiétante au regard du secteur (+ 1,77%).
L’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché (cf. énoncé) impacte fortement l’entreprise.

Si la valeur ajoutée baisse en 2016 (-3,20 %), cette baisse est moins importante que la baisse du CA
car l’entreprise a diminué les postes « Achats stockés de matières premières et autres
approvisionnements » de -13,32% et les « Autres achats et charges externes » de -25,32%.

Le taux de marge nette d’exploitation est lui aussi en baisse et assez faible par rapport à la moyenne
du secteur (0,92% contre 4,55%).
Le poids des charges de personnel (36,98 % contre 24,88 % pour le secteur) ainsi que l’évolution des
dotations aux amortissements et aux provisions expliquent en partie cette faiblesse.

La profitabilité générale, en baisse, reste faible et en dessous du secteur.

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 2/10


3. Indiquer les avantages et les limites du tableau de financement du PCG dans le cadre du
diagnostic financier de l’entreprise.

Le tableau de financement du PCG propose une analyse dynamique de l’équilibre financier. Il


explique « les variations du patrimoine de l’entreprise au cours de la période de référence ».
Il permet d’appréhender la stratégie de l’entreprise en matière de croissance, d’investissement, de
financement, de distributions de dividendes…
Le tableau de financement met donc en évidence l’équilibre structurel et la stratégie de l’entreprise.

En revanche, la variation de la trésorerie n’apparaît que comme une résultante de la variation du


FRNG et de la variation du BFR.
Il se fonde sur des recensements de flux potentiels (flux de fonds) et non sur des flux réels (flux de
trésorerie).
La génération ou la consommation de la trésorerie par les différentes fonctions de l’entreprise n’est
pas suffisamment mise en valeur.
Par exemple, le financement des investissements n’est pas fourni avec clarté (financement interne ou
externe).

4. Présenter le tableau de financement du PCG. Annexes B et C (à rendre avec la copie).

Annexe B – Tableau de financement – Partie 1


Exercice Exercice
EMPLOIS RESSOURCES
2016 2016
Distributions mises en paiement au cours
25 000 Capacité d'autofinancement 169 468
de l'exercice
Acquisitions d’éléments de l'actif Cessions ou réductions d'éléments de l'actif
immobilisé : immobilisé :
Immobilisations incorporelles Immobilisations incorporelles
Immobilisations corporelles 302 836 Immobilisations corporelles 35 000
Immobilisations financières Immobilisations financières
Charges à répartir sur plusieurs exercices Augmentation des capitaux propres :
(a) Augmentation de capital
Réductions des capitaux propres Augmentation des autres capitaux
125 23
Remboursements des dettes financières (b) Augmentation des dettes financières (b) (c) 265 499
TOTAL EMPLOIS 453 074 TOTAL RESSOURCES 469 967
Variation FRNG (ressource nette) 16 893 Variation FRNG (emploi net)

Détail des calculs

Distributions mises en paiement au cours de l'exercice

2016 2015 Variation


Réserve légale 32 000 32 000 0
Autres 1 083 449 993 467 89 982
Total 1 115 449 1 025 467 89 982

D’où dividendes = Résultat N-1 – Variation des réserves = 114 982 – 89 982 = 25 000

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 3/10


Acquisition immobilisations corporelles

2016 2015
Installations techniques, matériel et outillage industriels 779 169 552 829
Autres immobilisations corporelles 307 227 257 531
Total 1 086 396 810 360

Immobilisation corporelle 2015 Augmentation Diminution 2016


810 360 302 836 26 800 1 086 396

CAF
EBE 157 252
+ Autres produits 434
- Autres charges -4 343
- Transfert de charges d'exploitation 13 930
+ produits financiers encaissables 5 682
- charges financières décaissables -3 533
+ produits exceptionnels encaissables 8 528
- charges exceptionnelles décaissables -8 482
- impôt sur les bénéfices 0
- participation des salariés 0
= CAF 169 468

Ou CAF
Résultat net 88 110
+ dotations aux amortissements et aux provisions
* exploitation (89 438 + 29 601) 119 039
* financières
* exceptionnelles
- reprises sur amortissements et provisions
* exploitation -4 046
* financières
* exceptionnelles
+ VCEAC +1 365
- PCEA - 35000
- subvention d'investissement virée au cpte de résultat
= CAF 169 468

Nouveaux emprunts
2016 2015
Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit 381 344 106 615
Emprunts et dettes financières divers 264 474 305 091
Emprunt CB
Intérêts courus -1 533 -1 070
CBC -93 388
Total 550 897 410 636

Emprunt 2015 Augmentation Diminution 2016


410 636 265 499 125 238 550 897

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 4/10


Annexe C – Tableau de financement – Partie 2

Variation du fonds de roulement net global Besoins (1) Dégagements (2) Solde (2) - (1)

Variations "exploitation" :
Variations des actifs d'exploitation :
Stocks et en-cours 92 052
Avances et acomptes versés 5 770
Créances clients et comptes rattachés 388 366
Variations des dettes d'exploitation :
Avances et acomptes reçus 11 539
Dettes fournisseurs et comptes rattachés 127 006
Totaux 613 194 11 539
A. Variation nette " exploitation " -601 655
Variations "hors exploitation" :
Variations des autres débiteurs 7 376
Variations des autres créditeurs 463
Totaux 7 376 463
B. Variation nette " hors exploitation " -6 913
TOTAL A+B
Besoins de l'exercice en fonds de roulement ou -608 568
Dégagement net de fonds de roulement dans
l'exercice
Variations "trésorerie" :
Variations des disponibilités 498 287
Variations des concours bancaires 93 388
Totaux 0 591 675
C. Variation nette " trésorerie " 591 675
Variation du fonds de roulement net global
TOTAL A+B+C
Emploi net -16 893
ou Ressource nette

Détail des calculs


Stocks
2016 2015 Variation
Matières premières et autres approvisionnements 46 198
En-cours de production (biens et services) 540 350 402 100
Total 540 350 448 298 92 052

Avances et acomptes versés


2016 2015 Variation
Avances et acomptes versés sur commandes 5 770 0
Total 5 770 0 5 770

Créances clients, comptes rattachés


2016 2015 Variation
Clients et comptes rattachés 2 324 817 1 929 486
Autres créances d'exploitation 1 104 626
Écarts de conversion Actif sur les clients 1 000
Charges constatées d'avance 24 159 32 602
Total 2 351 080 1 962 714 388 366

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 5/10


Avances et acomptes reçus
2016 2015 Variation
Avances et acomptes reçus 11 539 0
Total 11 539 0 11 539

Dettes d’exploitation
2016 2015 Variation
Dettes fournisseurs et autres dettes d'exploitation 1 370 686 1 442 779 -72 093
Dettes fiscales et sociales 601 935 672 144 -70 209
Autres dettes d'exploitation 25 532 10 236 15 296
Total 1 998 153 2 125 159 -127 006

Variations des autres débiteurs


2016 2015 Variation
Créances diverses 321 026 313 650
Total 321 026 313 650 7 376

Variations des autres créditeurs


2016 2015 Variation
Intérêts courus 1 533 1 070 463
Total 1 533 1 070 463

Variations des disponibilités


2016 2015 Variation
Disponibilités 533 846 1 032 133 -498 287
Total 533 846 1 032 133 -498 287

Variations des concours bancaires


2016 2015 Variation
CBC 93 388 0 93 388
Total 93 388 0 93 388

5. Au regard des documents de synthèse, des résultats obtenus (ratios et le tableau de


financement), formuler un diagnostic financier de l’entreprise en préconisant des
solutions aux problèmes rencontrés par l’entreprise GEKKO.

Diagnostic financier

Bilans

L’entreprise GEKKO dégage sur les deux exercices un résultat bénéficiaire. Ce résultat subit toutefois une
forte baisse en 2016 (-23,37 %).
L’étude des capitaux propres indiquent :
- ............................................................................................ Que la réserve légale est entièrement
dotée ;
- ............................................................................................ Qu’une grande partie du résultat 2015 a
été portée dans les autres réserves dans le but de stabiliser le FRNG.

L’analyse des dettes financières montre que l’entreprise GEKKO est dans une phase d’endettement. Les dettes
financières nouvelles ont en effet augmenté sur l’exercice 2016 de 265 499 €.
Pour faire face aux difficultés rencontrées sur son cycle d’exploitation, l’entreprise GEKKO a eu recours à des
CBC pour un montant de 93 388 €. En 2015, il n’y avait aucune trésorerie passive.

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 6/10


Compte de résultat

L’étude du compte de résultat montre une baisse de l’activité de 11,59 %. Cette baisse d’activité est entamée
depuis 2015.
La richesse créée sur le cœur de métier est relativement stable. Mais la trésorerie potentielle sur le cœur de
métier (EBE) a augmenté en raison d’une forte baisse des impôts et taxes. Les charges de personnel représente
une part important au regard du chiffre d’affaires (part bien plus importante que le secteur). Son montant est en
baisse -3,33 %, ce qui n’est pas suffisante, au regard de la réduction du chiffre d’affaires.
Cela conduit à une chute du résultat courant avant impôt, en raison d’une augmentation importante des charges
d’intérêts (+ 35,95 %), due à l’accroissement des dettes financières et des concours bancaires courants.
Le résultat net baisse de 23,37 %. Cette baisse est nuancée par la seule variation positive du compte de résultat
(65,82 %), provenant de cessions d’immobilisations non renouvelables.

Cette situation financière particulièrement délicate se constate dans le tableau de financement. En effet :
Emplois et ressources stables
Le fonds de roulement net global a augmenté (+16 893) et les ressources stables ont permis de financer les
emplois stables.
L’entreprise a choisi une stratégie de croissance interne puisqu’elle a investi dans des immobilisations
corporelles (+ 302 836).
Ces investissements ont été financés en partie par la capacité d’autofinancement (+ 169 468) et par
l’augmentation des dettes financières (+265 499).
L’entreprise a distribué 1/5 de son résultat de 2015 (25 000 / 114 982) ou 14,75% de sa CAF 2016 (25 000 /
169 468).

Emplois et ressources cycliques


Le besoin en fonds de roulement d’exploitation a fortement augmenté (+ 601 655) sous l’effet conjugué de la
hausse des « stocks » et des « clients et comptes rattachés » et de la baisse des « dettes fournisseurs et comptes
rattachés ».
On constate un paradoxe avec une baisse du CA et une hausse des créances clients. Les difficultés à recouvrer
les créances se retrouvent ici.

Trésorerie
Si la trésorerie nette reste largement positive, elle baisse fortement et voit même apparaître des CBC de 93 388
en 2016.
L’augmentation du BFR n’a pas été compensée par la hausse du FRNG.

Préconisations
On peut conseiller à l’entreprise de surveiller les composantes de son BFR et principalement agir sur le compte
client. Comme le précise l’énoncé, l’entreprise a du mal à recouvrir ses créances. Elle doit mettre en place un
suivi plus précis de ses chantiers et de ses clients.
La baisse du compte « dettes fournisseurs et comptes rattachés » peut-être également une piste d’amélioration
ainsi qu’une gestion plus rigoureuse des en-cours de production.
On peut s’interroger sur l’origine et la pertinence des CBC aussi importants avec une trésorerie active élevée.

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 7/10


Dossier 2 – Risque et rentabilité

À l'aide des annexes 6 à 8.

1. Présenter le compte de résultat différentiel d’exploitation.


Compte de résultat différentiel
Éléments En valeur En pourcentage
Chiffre d'affaires 1 825 000
Charges variables 900 000 49,32%
Marge sur coût variable (MCV) 925 000 50,68%
Charges fixes 740 000
Résultat d'exploitation (Re) 185 000

2. Calculer le seuil de rentabilité d’exploitation et le levier opérationnel (ou d’exploitation).


Conclure.

Seuil de rentabilité = CF / Tm = 740 000 / 50,68% = 1 460 142,07

Levier opérationnel = MCV / Re = 925 000 / 185 000 = 5

Ou Levier opérationnel = CA0 /(CA0 – SRe0) = 1 825 000 / (1 825 000 – 1 460 142,07) = 5

Le seuil de rentabilité représente 80 % du chiffre d’affaires (1 460 142,07 / 1 825 000), le risque d’exploitation
et donc important.

Levier opérationnel de 5 confirme l’analyse précédente. Si le chiffre d’affaires de l’entreprise fluctue de +/-
10%, le résultat d’exploitation varie de +/- 50 % (5 x 10 %)

3. Indiquer comment une entreprise peut-elle diminuer son risque d'exploitation ?

En modifiant la structure de ses charges, c’est à dire en diminuant les charges fixes pour abaisser le seuil de
rentabilité.
En remplaçant les charges fixes en charges variables quand cela est possible : recours à du personnel extérieur,
à la sous-traitance…

4. Rappeler la signification de la rentabilité économique. Préciser le principal destinataire


de cette information.

La rentabilité économique mesure la performance de l’entreprise indépendamment du mode de financement.


Elle se calcule en faisant le rapport entre un résultat économique et un actif économique. Classiquement on
retient au numérateur le résultat d’exploitation et au dénominateur les capitaux propres + les dettes financières.
La rentabilité économique intéresse en particulier les prêteurs, ainsi que les dirigeants.

5. Calculer la rentabilité économique avant et après impôt.

Re = Résultat économique / Actif économique


Re = Résultat d’exploitation / (Capitaux propres hors résultat + Dettes financières)

Résultat d’exploitation déterminé à la question 1 = 185 000


Capitaux propres hors résultat + Dettes financières = 450 000 + 317 000 + 700 000 = 1 467 000
Re = 185 000 / 1 467 000 = 12,61 %

Rentabilité économique après impôt : Re’ = 12,61 % * 2/3 = 8,41%

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 8/10


6. Rappeler la signification de la rentabilité financière. Préciser le principal destinataire de
cette information.

La rentabilité financière mesure l’efficacité des seuls capitaux propres.


La rentabilité financière après IS se calcule en faisant le rapport entre le résultat net et les capitaux propres.
La rentabilité financière intéresse en particulier les associés.

7. Calculer la rentabilité financière après impôt. Après avoir calculé le taux d’intérêt des dettes
financières, vérifier le résultat obtenu à l’aide de la formule de l’effet de levier.

Rf = résultat net / Capitaux propres hors résultats


Résultat net = 86 000
Capitaux propres hors résultats = 450 000 + 317 000 = 767 000
Rf = 86 000 / 767 000 = 11,21 %

Taux d’intérêt des emprunts = 56 000 / 700 000 = 8 %

Vérification :
Rf = (1- IS) x (Re’ + (Re’ – i’) x (D / C))
Rf = (1- IS) x ((12,61 %+ (12,61 % - 8 %) x (700 000 / 767 000)) = 11,21 %

Ou Rf = Re’ + (Re’ – i’) x (D / C) Avec i’ = 8 % x 2/3 = 5,33 %


Rf = (8,41% + (8,41% - 5,33 %) x (700 000 / 767 000) = 11,22 % (différence due aux arrondis)

8. Mentionner comment l’entreprise peut-elle améliorer sa rentabilité financière ?

Pour améliorer sa rentabilité financière l’entreprise peut :


- augmenter sa rentabilité économique ;
- diminuer le coût de son endettement ;
- augmenter le niveau de son endettement.

9. Rappeler et expliquer une limite à respecter en matière d’endettement financier.

- Risque de défaillance, de faillite, de non-remboursement des dettes.


- Effet de massue si Re’<i’
- Ratio d’autonomie financière : Dettes / Capitaux Propres < 1
Mesure l’équilibre du bilan entre les dettes et les capitaux propres.
Permet d’apprécier l’indépendance de l’entreprise vis-à-vis de ses différents prêteurs.
Rapport qui doit est en principe inférieur à 1
- Ratio de capacité de remboursement : Dettes / CAF < 3 ou 4
Mesure le délai nécessaire à l’entreprise pour rembourser sa dette grâce à sa CAF.
Permet de juger de la faculté de l’entreprise à rembourser ses dettes.
- Ratio de poids des intérêts : Intérêts / Résultat d’exploitation (ou EBE ou VA ou CA)
Il doit être faible.

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 9/10


Dossier 3 – Plan de trésorerie

1. Rappeler l’utilité de construire un plan de trésorerie équilibré.


En interne, le plan de trésorerie permet d’étudier le profil de la trésorerie mois par mois et d’anticiper dans
l’année les mois avec des besoins de financement et les mois avec possibilités d’effectuer des placements.
Le plan de trésorerie permet aussi de négocier avec la banque le type d’instrument de trésorerie à mettre en
œuvre (découvert, escompte d’effets, loi Dailly, …) et dans une certaine mesure de négocier aussi le coût de
ceux-ci.

2. Proposer une solution pour résorber les déficits du plan de trésorerie provisoire du dernier
trimestre en renseignant l’ANNEXE D À RENDRE AVEC LA COPIE.
Octobre Novembre Décembre
Solde de trésorerie début de mois 0 0 0
Acomptes 480 000 520 000 600 000
Paiement du solde 960 000 1 200 000 1 920 000
Total encaissements avant équilibrage 1 440 000 1 720 000 2 520 000
Solde paiement à l’escompte (2) 536 503(3) 960 000
- Intérêts sur escompte (1)-4 024 (1)-7 200
- Soldes déjà escomptés -480 000 -536 503 -960 000
Découverts bancaires 19 890
Total encaissements après équilibrage 1 492 479 2 156 187 1 560 000

Total décaissements avant équilibrage 1 400 090 2 156 187 1 329 900
Intérêts sur découvert (4) 779 (4) 169
Remboursement du découvert 91 610 19 890
Total décaissements après équilibrage 1 492 479 2 156 187 1 349 959

Solde de trésorerie fin de mois 0 0 210 041

(1) Calcul des intérêts sur escompte de règlement


Par exemple pour le mois d’octobre 536 503 x 0,09 x 30 / 360 = 4 024
Pour les intérêts du mois de novembre accepter 30 ou 31 jours.

(2) Calcul de l’escompte de règlement nécessaire


X – X * 9 % * 1 / 12 = 532 479
X = 532 479 / (1-0,09 * 1 / 12) = 536 503

(3) Plafond des clients acceptant un escompte de règlement dont le solde est au mois de décembre

(4) Calcul des intérêts sur découvert


Par exemple pour le mois d’octobre 91 610 x 0,0085

DCG 2017 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 10/10


1810006
● ●
DCG
● ●

SESSION 2018

UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE

Durée de l’épreuve : 3 heures - Coefficient : 1

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 1/12


1810006
● ●
DCG
● ● SESSION 2018

UE 6 - FINANCE D'ENTREPRISE

Durée de l’épreuve : 3 heures - coefficient : 1


Document autorisé : aucun.
Matériel autorisé : l’usage de tout modèle de calculatrice, avec ou sans mode examen, est autorisé.

Document remis au candidat : le sujet comporte 12 pages numérotées de 1/12 à 12/12, dont 2 annexes à
rendre.
Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.

Le sujet se présente sous la forme de 3 dossiers indépendants


Page de garde……………………………………………………………………………….………………page 1
Page de présentation……………………………………………………………………….……………….page 2
DOSSIER 1 – Diagnostic financier .................................................. (11 points) ................................... page 3
DOSSIER 2 – Projet d’investissement ............................................ (6 points) .................................... page 4
DOSSIER 3 – Gestion des excédents de trésorerie ....................... (3 points) .................................... page 5

Le sujet comporte les annexes suivantes :

DOSSIER 1 – DIAGNOSTIC
Annexe 1 – Bilan actif au 31 décembre 2017....................................................................................... page 6
Annexe 2 – Bilan passif au 31 décembre 2017 .................................................................................... page 7
Annexe 3 – Compte de résultat au 31 décembre 2017 ......................................................................... page 8
Annexe 4 – Tableau des immobilisations au 31 décembre 2017 ......................................................... page 9
Annexe 5 – Tableau des amortissements au 31 décembre 2017 ......................................................... page 10
Annexe 6 – Tableau des dépréciations et provisions au 31 décembre 2017 ........................................ page 10
Annexe 7 – Informations complémentaires concernant l’exercice 2017.............................................. page 10
Annexe 8 – Extrait des soldes intermédiaires de gestion 2017 et 2016 ............................................... page 10
Annexe A – Tableau des flux de trésorerie de l’OEC (à rendre et à agrafer avec la copie) ........ page 12
Annexe B – Ratios d’analyse (à rendre et à agrafer avec la copie) ................................................ page 12

DOSSIER 2 – PROJET D’INVESTISSEMENT


Annexe 9 – Informations concernant le projet d’investissement.......................................................... page 11
Annexe 10 – Solutions de financement envisagées pour le projet d’investissement ............................. page 11

DOSSIER 3 – PLACEMENT FINANCIER


Annexe 11 – Informations sur les possibilités de placement des excédents de trésorerie .................... page 11

AVERTISSEMENT
Si le texte du sujet, de ses questions ou de ses annexes vous conduit à formuler une ou plusieurs
hypothèses, il vous est demandé de la (ou les) mentionner explicitement dans votre copie.

Il vous est demandé d’apporter un soin particulier à la présentation de votre copie.


Toute information calculée devra être justifiée.

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 2/12


SUJET

DOSSIER 1 – DIAGNOSTIC FINANCIER (11 points)

Implantée en région Aquitaine depuis 2001, la société anonyme PLANTVERT est une entreprise familiale qui
a pour activité la gestion des espaces verts.

Elle bénéficie depuis sa création d’une bonne réputation auprès de sa clientèle composée essentiellement
d’administrations publiques (collectivités locales, lycées, centres hospitaliers …) et d’entreprises privées.

Son activité principale consiste en la création, l’aménagement et l’entretien de parcs, jardins et terrains de
sports et de loisir. Elle vend également du matériel de jardinage.

Des résultats confortables et une bonne gestion lui permettent de dégager des excédents de trésorerie depuis
plusieurs exercices. Les deux fondateurs, les époux Bisset, envisagent de réaliser un investissement important
début 2018. En tant que stagiaire, ils vous demandent d’intervenir sur des travaux préparatoires au diagnostic
financier du dernier exercice comptable clos le 31/12/2017.

Travail à faire

À l’aide des annexes 1 à 8

1. Citer trois acteurs concernés par le diagnostic financier d’une entreprise et préciser pour
chacun d’entre eux leurs attentes spécifiques.

2. Donner une définition de la marge brute d’autofinancement. En quoi cette notion diffère-t-elle
de la capacité d’autofinancement ?

3. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l’ordre des experts comptables (option 1) pour
l’exercice 2017. Annexe A (à rendre avec la copie)
Tous les calculs doivent être justifiés.

4. Calculer les ratios présentés en annexe B (à compléter et à rendre avec la copie). Préciser la
signification du taux de marge brute. Rappeler l’utilité du taux d’endettement et de la capacité
de remboursement et analyser brièvement leur évolution combinée.

5. En utilisant les résultats des questions précédentes et les documents en annexe, établir un
diagnostic financier d’une page environ. Seront notamment abordés les points suivants : activité
et résultats, structure financière et trésorerie.

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 3/12


DOSSIER 2 – PROJET D’INVESTISSEMENT (6 points)

Les époux Bisset souhaitent diversifier leur activité en ouvrant une jardinerie permettant par la vente de
plantes, bulbes, terreau et matériel de jardinage, d’atteindre le public des particuliers. Ils s’interrogent sur les
différents critères, financiers et non financiers, à prendre en compte dans leur choix d’investissement, et vous
chargent de réaliser l’étude relative à ce projet.

Travail à faire
À l'aide des annexes 9 et 10

1. Indiquer trois critères non financiers permettant de sélectionner un projet d’investissement.

2. Retrouver par le calcul la capacité d’autofinancement de l’année 2020.

3. Déterminer les flux nets de trésorerie d’exploitation du projet.

4. Déterminer la valeur actuelle nette avec un taux d’actualisation de 9 %, puis l’indice de


profitabilité.

5. Que peut-on dire du taux de rentabilité interne du projet (son calcul n’est pas demandé) ?

6. Conclure sur l’opportunité d’adopter le projet.

7. Présenter les avantages et les inconvénients, pour la société PLANTVERT, de chacune des
solutions de financement envisagées.

8. Pour la première solution de financement, calculer le montant de la mensualité constante,


sachant que la banque utilise un taux proportionnel pour les calculs. Décomposer la première
mensualité en amortissement du capital et en intérêts.

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 4/12


DOSSIER 3 – GESTION DES EXCÉDENTS DE TRÉSORERIE (3 points)

Madame Bisset est chargée de la gestion de la trésorerie, elle cherche les meilleurs choix possibles pour placer
les excédents de trésorerie à court terme. Elle vous demande de la guider dans ses décisions.

Travail à faire

À l’aide de l’annexe 11

1. Quels sont les critères à prendre en compte dans le choix de placement d’un excédent de
trésorerie à court terme ?
2. Au regard des deux propositions, quelle solution permettrait d’optimiser le placement financier ?
3. Pour le placement en actions, calculer la rentabilité mensuelle moyenne et l’écart type de la
rentabilité sur les derniers mois (les calculs seront arrondis à 5 décimales). Conclure sur la
rentabilité et le risque de cette action.

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 5/12


Annexe 1 – Bilan actif au 31 décembre 2017 – Société PLANTVERT

31/12/2017 31/12/2016
ACTIF Amort. et
Brut provisions
Net Net
Capital souscrit non appelé TOTAL (I)
Immobilisations incorporelles :
Frais d'établissement
Frais de recherche et développement
Concessions, brevets et droits assimilés 29 650 20 565 9 085 6 855
Fonds commercial
Autres immobilisations incorporelles
Avances et acomptes sur immos. incorporelles
ACTIF IMMOBILISE

Immobilisations corporelles :
Terrains 282 000 282 000 282 000
Constructions 455 800 250 690 205 110 227 900
Installations techniques, matériel-outillage 69 980 38 839 31 141 25 438
Autres immobilisations corporelles 189 708 121 051 68 657 72 031
Immobilisations corporelles en cours
Avances et acomptes 3 000
Immobilisations financières
Participations évaluées par équivalence
Autres participations
Créances rattachées à des participations
Autres titres immobilisés
Prêts
Autres immobilisations financières 9 280 9 280 6 280

TOTAL (II) 1 036 418 431 145 605 273 623 504
Stocks et en en-cours
Matières premières et autres appro. 17 750 500 17 250 11 009
En-cours de production (biens et services) 77 500 77 500 68 750
Produits intermédiaires et finis
Marchandises 24 700 1 700 23 000 32 760
ACTIF CIRCULANT

Avances et acomptes versés sur commandes


Créances d'exploitation
Créances clients et comptes rattachés 475 830 4 700 471 130 412 820
Autres créances d'exploitation 5 789 5 789 4 871
Créances diverses
Capital souscrit - appelé, non versé
Valeurs mobilières de placement 516 879 3 800 513 079 187 191
Disponibilités 24 510 24 510 5 700
Charges constatées d'avance 12 420 12 420 11 470

TOTAL (III) 1 155 378 10 700 1 144 678 734 571


Charges à répartir sur plusieurs exercices (IV)
Primes de remboursement des obligations (V)
Écarts de conversion Actif (VI) 1 200 1 200 800
TOTAL GENERAL (I à VI) 2 192 996 441 845 1 751 151 1 358 875

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 6/12


Annexe 2 – Bilan passif au 31 décembre 2017 – Société PLANTVERT

PASSIF (avant répartition)


31/12/2017 31/12/2016
Capital social 280 000 220 000
Primes d'émission, de fusion… 90 000
Écart de réévaluation
CAPITAUX PROPRES

Réserve légale 22 000 22 000


Réserves statutaires ou contractuelles 358 700 122 000
Réserves réglementées
Autres réserves
Report à nouveau 4 726 2 150
Résultat de l'exercice (bénéfice ou perte) 391 605 332 276
Subventions d'investissement 33 750 30 000
Provisions réglementées
TOTAL (I) 1 180 781 728 426
propres
Autres
fonds

Produit des émissions de titres participatifs


Avances conditionnées
TOTAL (II)
Provisions pour risques 9 200 3 800
Prov.

Provisions pour charges


TOTAL (III) 9 200 3 800
Emprunts obligataires convertibles
Autres emprunts obligataires
Emprunts et dettes auprès des éts de crédit (1) 236 353 369 905
Emprunts et dettes financières divers
DETTES

Avances et acomptes reçus sur commandes


Dettes fournisseur et comptes rattachés 131 900 117 160
Dettes fiscales et sociales 161 947 129 144
Dettes sur immobilisations 18 000
Autres dettes d'exploitation
Produits constatés d'avance 10 430 8 760
TOTAL (IV) 558 630 624 969
Écarts de conversion Passif (V) 2 540 1 680
TOTAL GENERAL (I + II + III + IV + V) 1 751 151 1 358 875
(1) dont concours bancaires courants et soldes
créditeurs de banques 12 133 64 885

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 7/12


Annexe 3 – Compte de résultat au 31 décembre 2017 – Société PLANTVERT

2017 2016
Ventes de marchandises 285 689 252 630
PRODUITS D’EXPLOITATION

Production vendue [biens et services] 2 055 872 1 917 830


Chiffre d'affaires net 2 341 561 2 170 460
Production stockée 8 750 -2 750
Production immobilisée
Subventions d'exploitation
Reprises sur provisions et transferts de charges 5 100
Autres produits 1 656 2 100
Total des produits d'exploitation (I) 2 357 067 2 169 810
Achats de marchandises 172 485 168 720
Variation de stocks de marchandises 8 060 -2 084
Achats de matières premières et autres approvisionnements 244 620 238 750
CHARGES D’EXPLOITATION

Variation des stocks matières premières et approvisionnements 3 241 2 850


Autres achats et charges externes 457 252 422 456
Impôts, taxes et versements assimilés 32 023 31 358
Salaires et traitements 626 700 599 400
Charges sociales 213 078 191 808
Sur immobilisations : dotations aux amortissements 66 968 60 281
d’exploitation
Dotations

Sur immobilisations : dotations aux dépréciations


Sur actif circulant : dotations aux dépréciations 1 700 7 500
Pour risques et charges : dotations aux provisions
Autres charges 7 850 5 489
Total des charges d'exploitation (II) 1 833 977 1 726 528
1. RESULTAT D'EXPLOITATION (I-II) 523 090 443 282
Opérat

Bénéfice attribué ou perte transférée (III)


comm
ions
en

Perte supportée ou bénéfice transféré (IV)


Produits financiers de participation
Produits des autres valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé
FINANCIERS
PRODUITS

Autres intérêts et produits assimilés 7 860 4 720


Reprises sur provisions et transferts de charges 800
Différences positives de change 3 780 4 570
Produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement 24 875 15 960
Total des produits financiers (V) 37 315 25 250
Dotations aux amortissements et provisions 3 000 2 800
FINANCIERES
CHARGES

Intérêts et charges assimilées 11 280 14 480


Différences négatives de change 4 248 2 752
Charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement 1 875 1 450
Total des charges financières (VI) 20 403 21 482
2. RESULTAT FINANCIER (V-VI) 16 912 3 768

3. RESULTAT COURANT avant impôts (I-II+III-IV+V-VI) 540 002 447 050

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 8/12


Suite annexe 3 – Compte de résultat au 31 décembre 2017 – Société PLANTVERT

2017 2016

Produits exceptionnels sur opérations de gestion 6 890 2 756


EXCEPTIONNELS

Produits exceptionnels sur opérations en capital


PRODUITS

Produits de cession d’éléments d’actif 17 780 4 785


Quote-part de subvention virée au résultat 21 250 15 000
Reprises sur provisions et transferts de charges
Total des produits exceptionnels (VII) 45 920 22 541
Charges exceptionnelles sur opérations de gestion 5 785 3 875
EXCEPTIONNE
CHARGES

Charges exceptionnelles sur opérations en capital


LLES

Valeurs nettes comptables des éléments d'actif cédés 8 663 4 785


Dotations aux amortissements et aux provisions 5 000 3 000
Total des charges exceptionnelles (VIII) 19 448 11 660
4. RESULTAT EXCEPTIONNEL (VII-VIII) 26 472 10 881

Participation des salariés aux résultats (IX)


Impôts sur les bénéfices (X) 174 869 125 655
Total des produits (I+III+V+VII) 2 440 302 2 217 601
Total des charges (II+IV+VI+VIII+IX+X) 2 048 697 1 885 325
Bénéfice ou perte 391 605 332 276

Annexe 4 – Tableau des immobilisations au 31 décembre 2017 – Société PLANTVERT

Valeur brute au Valeur brute à


Immobilisations début de Augmentations Diminutions la fin de
l'exercice l'exercice
Frais d’établissement
INCORP.

Autres postes d'immobilisations incorporelles 22 850 6 800 29 650


TOTAL (I) 22 850 6 800 29 650
Terrains 282 000 282 000
Constructions 455 800 455 800
CORPORELLES

Installations techniques matériel et outillage 62 780 22 600 15 400 69 980


Matériel de transport 128 940 28 000 156 940
Matériel de bureau et informatique, mobilier 32 768 32 768
Immobilisations en cours
Avances et acomptes 3 000 3 000 0
TOTAL (II) 965 288 50 600 18 400 997 488
Participations évaluées par mise en équivalence
FINANCIERES

Autres participations
Autres titres immobilisés
Prêts et autres titres immobilisés 6 280 3 000 9 280
TOTAL (III) 6 280 3 000 9 280
TOTAL GENERAL (I + II + III) 994 418 60 400 18 400 1 036 418

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 9/12


Annexe 5 – Tableau des amortissements au 31 décembre 2017 – Société PLANTVERT

Montant des Montant des


Immobilisations amort. au début Augmentations Diminutions amort. à la fin
de l'exercice de l'exercice
CORPORELLES INCORP.

Frais d’établissement
Autres postes d'immobilisations incorporelles 15 995 4 570 20 565
TOTAL (I) 15 995 4 570 20 565
Terrains
Constructions 227 900 22 790 250 690
Installations techniques matériel et outillage 37 342 8 234 6 737 38 839
Matériel de transport 72 206 25 788 97 994
Matériel de bureau et informatique, mobilier 17 471 5 586 23 057
TOTAL (II) 354 919 62 398 6 737 410 580
TOTAL GENERAL (I + II) 370 914 66 968 6 737 431 145

Annexe 6 – Tableau des dépréciations et provisions au 31 décembre 2017 – Société PLANTVERT

Montant au début Montant à la fin


Provisions Dotations Reprises
de l'exercice de l'exercice
Réglementées

Amortissements dérogatoires
Autres provisions réglementées
TOTAL (I) 0 0 0 0
Provisions pour litiges 3 000 5 000 0 8 000
Risques et

Provisions pour garanties données aux clients


charges

Provisions pour amendes et pénalités


Provisions pour pertes de change 800 1 200 800 1 200
TOTAL (II) 3 800 6 200 800 9 200
Pour dépréciations

Sur immobilisations
Sur stocks et en cours 3 500 1 700 3 000 2 200
Sur comptes clients 6 800 0 2 100 4 700
Autres provisions pour dépréciation 2 000 1 800 0 3 800
TOTAL (III) 12 300 3 500 5 100 10 700
TOTAL GENERAL (I + II + III) 16 100 9 700 5 900 19 900

Annexe 7 – Informations complémentaires concernant l’exercice 2017 – Société PLANTVERT

Les charges et les produits constatés d’avance sont liés à l'exploitation.


Les écarts de conversion à l'actif concernent les clients et ceux au passif les fournisseurs.
Les intérêts courus non échus sur dettes financières s’élèvent à 2 220 € en 2017 et à 3 020 € en 2016.
Aucun emprunt nouveau n’a été souscrit au cours de l’exercice.
Une augmentation de capital en numéraire a eu lieu en novembre 2017 en prévision d’un important
investissement.
Une subvention d’investissement a été obtenue en 2017.
Les VMP sont rapidement disponibles (moins de trois mois).
Il ne sera pas tenu compte de la fiscalité sur la plus value de cession d'immobilisation.

Annexe 8 – Extrait des soldes intermédiaires de gestion 2017 et 2016 – Capacité d’autofinancement
2017- Société PLANTVERT

2017 2016
Marge commerciale 105 144 85 994
Production de l’exercice 2 064 622 1 915 080
Valeur ajoutée 1 464 653 1 337 018
Excédent brut d’exploitation 592 852 514 452

Capacité d’autofinancement 2017 : 432 006 €

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 10/12


Annexe 9 – Informations concernant le projet d’investissement

Détail des investissements :


- Terrain : 75 000 €
- Construction et aménagement d’un hangar : 350 000 € (amortissable en linéaire sur 20 ans)
- Matériel divers : 65 000 € (amortissable en linéaire sur 10 ans)

Conditions d’exploitation :
- Durée d’exploitation : 5 ans
- Chiffre d’affaires : 320 000 € pour 2018, progression de 3% par an les
deux années suivantes, constant sur les 2 dernières.
- Taux de charges variables : 40%
- Charges fixes (hors amortissements) : 30 000 €

Le besoin en fonds de roulement d’exploitation est estimé à 20 jours de chiffre d’affaires HT (année de 360
jours).
Au terme des 5 ans la valeur de revente nette d’IS est évaluée à 450 000 €.
Le taux d’impôt sur les sociétés à retenir est de 33 1/3 %.
L’indice de profitabilité minimum exigé par les dirigeants est de 1,3.

Le service financier a déjà estimé les capacités d’autofinancement prévisionnelles, qui sont les suivantes :

Années 2018 2019 2020 2021 2022


CAF 116 000 119 840 123 795 123 795 123 795

Les calculs seront arrondis à l’euro le plus proche.

Annexe 10 – Solutions de financement envisagées pour le projet d’investissement

Pour financer le projet deux solutions sont envisagées :


- Solution 1 : financement partiel par un emprunt bancaire de 300 000 €, le reste par autofinancement.
- Solution 2 : financement total par autofinancement.

Dans la solution 1 : l’emprunt serait remboursé par mensualités constantes sur 5 ans au taux annuel de 6%.

Annexe 11 – Informations sur les possibilités de placement des excédents de trésorerie

Madame Bisset prévoit un excédent de trésorerie de 360 000 € sur les 3 mois allant du 1er juin 2018 au 31 août
2018 inclus. Son banquier lui soumet deux propositions :
- Proposition 1 : dépôt sur un compte à terme, bloqué durant les 3 mois, rémunération annuelle au taux
fixe de 1,5 %.
- Proposition 2 : achat de SICAV monétaires avec un rendement prévisionnel annuel de 1,6 %,
actuellement cotée 15 500 € chacune (elles seront conservées sur les 3 mois).

Remarque : les calculs tiendront compte d’une année de 365 jours.

Par simplification on suppose que :


- La fiscalité sur les placements sera négligée,
- Le coût des commissions bancaires sera négligé.

En dehors des deux propositions précédentes, Madame Bisset souhaite étudier un placement en actions
LVMH. Vous disposez des cours de cette action entre fin décembre 2017 et fin avril 2018 :

Fin décembre Fin janvier Fin février Fin mars Fin avril
2017 2018 2018 2018 2018
218,3 212,7 220,25 233,45 256,1

Sur la même période, on constate une évolution du CAC 40 de 1,215 % en moyenne par mois pour un écart-
type de 3,03%.
DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 11/12
Annexe A – Tableau des flux de trésorerie de l’OEC (à rendre avec la copie) – Société PLANTVERT

Flux de trésorerie liés à l'activité


RÉSULTAT NET ……………….
Élimination des charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à l'activité
+ Amortissements, dépréciations et provisions (1) ………………..
- Plus-values de cessions ………………..
- Quote-part des subventions d'investissement virée au résultat ………………..
Marge brute d'autofinancement ………………..
Moins : variation du besoin en fonds de roulement lié à l'activité ………………..
Flux net de trésorerie généré par l'activité (A) ………………..
Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement
- Acquisitions d'immobilisations ………………..
+ Cessions d'immobilisations ………………..
+ Réductions d'immobilisations financières ………………..
+/- Variation des créances et dettes sur immobilisations ………………..
Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement (B) ………………..
Flux de trésorerie liés aux opérations de financement
+/- Augmentation ou réduction de capital ………………..
- Dividendes versés ………………..
+ Emissions d'emprunts ………………..
- Remboursements d'emprunts ………………..
+ Subventions d'investissement reçues ………………..
+/- Variation du BFR lié au financement ………………..
Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement (C) ………………..
Variation de la trésorerie (A+B+C) ………………..
Trésorerie d'ouverture ………………..
Trésorerie de clôture ………………..
(1) à l’exclusion des dépréciations sur actif circulant

Annexe B - Ratios d’analyse (à rendre avec la copie) – Société PLANTVERT


Secteur
Détail du calcul 2017 2016 d'activité

Taux de variation du CA HT 5,75% 3,25%

Taux de valeur ajoutée 61,60% 58,00%

Taux de variation de la VA 9,55% 9,47% 3,00%

Part de la VA revenant au personnel 59,18% 58,00%

Part de la VA revenant aux prêteurs 0,77% 1,08% 3,10%

Taux de marge bénéficiaire 15,31% 11,00%

Taux de marge brute 23,70% 20%

Taux d'endettement 20,02% 50,78% 75%

Capacité de remboursement 0,95 2,2

BFRE en jours de CA HT 54 jours 50 jours 40 jours

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Page 12/12


1810006
● ●
DCG
● ●

SESSION 2018

UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE

Éléments indicatifs de corrigé

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 1/10


Dossier 1 - Diagnostic financier

À l’aide des annexes 1 à 8.

1. Citer trois acteurs concernés par le diagnostic financier d’une entreprise et préciser pour
chacun d’entre eux leurs attentes spécifiques.

Le diagnostic financier permet de porter un jugement sur les forces et les faiblesses de l’entreprise sur le plan
financier et ainsi d’évaluer la santé financière de l’entreprise. Les utilisateurs sont nombreux.
- Les dirigeants : pour préparer leurs décisions, connaître la situation de l’entreprise vis-à-vis des
concurrents, des normes bancaires, évaluer les risques financiers et répondre aux exigences légales.
- Les investisseurs et actionnaires : pour évaluer la rentabilité financière, ils s’intéressent aux bénéfices
attendus et à la qualité de la gestion.
- Les prêteurs (banques) : pour évaluer les risques d’insolvabilité, ils étudient la structure financière de
l’entreprise, pour s’assurer du remboursement et du paiement des intérêts.
- Autres : les salariés pour connaître et négocier la répartition de la valeur ajoutée, la pérennité de
l’entreprise. Les auditeurs comme les agences de notation pour apprécier la capacité de l’entreprise à
rembourser ses dettes. Les pouvoirs publics notamment lors d’octroi de subvention. Les fournisseurs
en amont de la signature d’un contrat, afin de vérifier de la rentabilité/solvabilité

2. Donner une définition de la marge brute d’autofinancement. En quoi cette notion diffère-t-elle
de la capacité d’autofinancement ?

La marge brute d’autofinancement (MBA) mesure la capacité à dégager des ressources internes de son activité
courante.
C'est un flux potentiel de trésorerie (flux de fonds) tout comme la capacité d'autofinancement (CAF).
Cependant contrairement à la CAF, la MBA ne neutralise pas les dotations nettes de reprises sur les actifs
circulants. On considère ces dotations comme des charges décaissables et non comme des charges calculées.
Ainsi, dans notre cas, la différence entre la MBA et la CAF est de 1 600 € (433 606 – 432 006), soit les
dotations nettes de reprises sur actif circulant.
Pour le calcul de la MBA la plus-value peut être calculée nette d’impôt.

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 2/10


Compléter le tableau de flux de trésorerie de l’ordre des experts comptables (option 1) pour
l’exercice 2017. Annexe A (à rendre avec la copie)
Tous les calculs doivent être justifiés

Flux de trésorerie liés à l’activité


RÉSULTAT NET 391 605
Élimination des charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à
l’activité
Amortissements, dépréciations et provisions (1) 72 368
Plus-values de cessions nettes d’impôts (Avec IS : - 6 078) -9 117
Quote-part des subventions d’investissement virée au résultat -21 250
Marge brute d’autofinancement 433 606
Moins : variation du besoin en fonds de roulement lié à l’activité -16 536
Flux net de trésorerie généré par l’activité (A) 417 070
Flux de trésorerie liés aux opérations d’investissement
Acquisitions d’immobilisations -57 400
Cessions d’immobilisations nettes d’impôts (Avec IS : 14 741) 17 780
Réductions d’immobilisations financières
Variation des créances et dettes sur immobilisations 18 000
Flux net de trésorerie lié aux opérations d’investissement (B) -21 620
Flux de trésorerie liés aux opérations de financement
Augmentation ou réduction de capital 150 000
Dividendes versés -93 000
Émissions d’emprunts
Remboursements d’emprunts -80 000
Subventions d’investissement reçues 25 000
Variation du BFR lié au financement
Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement (C) 2 000
Variation de la trésorerie (A+B+C) 397 450
Trésorerie d’ouverture 128 006
Trésorerie de clôture 525 456
(1) à l’exclusion des dépréciations sur actif circulant

Détail des calculs :

Amortissements et provisions nettes de reprises (hors sur actif circulant)


Dotations amortissements des immobilisations 66 968
Dotations provisions pour risques et charges 6 200
Reprises provisions pour risques et charges -800
72 368

Autre possibilité de calcul


Dotations (66 968 + 1 700 + 3 000 + 5 000) 76 668
- Reprises (5 100 + 800) -5 900
Élimination des dotations nettes de reprise sur actif circulant
(3 500 – 5 100) 1 600
72 368

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 3/10


Plus-values de cessions – sans tenir compte de l’IS
Produits de cession d’éléments d’actif 17 780
Valeurs nettes comptables des éléments d’actif cédés 8 863
9 117

Variation du besoin en fonds de roulement lié à l’activité (en valeurs nettes)


2017 2016 Variation
Stocks 117 750 112 519 5 231
Clients et comptes rattachés 471 130 412 820 58 310
Écarts conversion actif 1 200 800 400
Autres créances 5 789 4 871 918
CCA 12 420 11 470 950
Dettes fournisseurs et comptes rattachés -131 900 -117 160 -14 740
Écarts de conversion passif -2 540 -1 680 -860
Dettes fiscales et sociales -161 947 -129 144 -32 803
PCA -10 430 -8 760 -1 670
ICNE sur dettes financières -2 220 -3 020 800
BFR lié à l’activité 299 252 282 716 16 536
besoin
Acquisitions d'immobilisations
Augmentation dans tableau des immobilisations 60 400
Déduction avances et acomptes 2016 -3 000
Total 57 400

Variation des créances et dettes sur immobilisations


2017 2016 Variation
Dettes sur immos 18 000 0 18 000
Dégagement

Augmentation de capital
2017 2016 Variation
Capital social 280 000 220 000 60 000
Prime d'émission 90 000 0 90 000
Total 370 000 220 000 150 000

Remboursements d'emprunt
Poste emprunts au passif 31/12/2017 236 353
- Concours bancaires courants -12 133
- Intérêts courus 31/12/2017 -2 220
Emprunts à LT au 31/12/2017 222 000
Poste emprunts au passif 31/12/2016 369 905
- Concours bancaires courants -64 885
- Intérêts courus 31/12/2016 -3 020
Emprunts à LT au 31/12/2016 302 000
Remboursement durant exercice 2017 80 000

Dividendes versés
Résultat 2016 332 276
Augmentation des réserves -236 700
Augmentation RAN -2 576
Dividendes 93 000
DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 4/10
Subventions d'investissement reçues
Poste subventions au passif 31/12/2017 33 750
- Poste subventions au passif 31/12/2016 -30 000
Quote-part subvention virée au résultat 21 250
Subventions reçues en 2017 25 000

Trésorerie Trésorerie Trésorerie


clôture d'ouverture
Disponibilités 24 510 5 700
VMP liquides 513 079 187 191
Concours bancaires courants -12 133 -64 885
Total trésorerie 525 456 128 006

4. Calculer les ratios présentés en annexe B (à compléter et à rendre avec la copie). Préciser la
signification du taux de marge brute. Rappeler l’utilité du taux d’endettement et de la capacité de
remboursement et analyser brièvement leur évolution combinée.

Secteur
Calculs 2017 2016
d'activité

(CA2017 - CA2016)/CA2016 = (2 341 561 - 2


Taux de variation du CA HT 7,88% 5,75% 3,25%
170 460) /2 170 460

Taux de valeur ajoutée VA/CA = 1 464 653/2 341 561 62,55% 61,60% 58,00%

Taux de variation de la VA 9,55% 9,47% 3,00%

Charges de personnel/VA = (626 700 +


Part de la VA revenant au personnel 57,34% 59,18% 58,00%
213 078) /1 464 653

Part de la VA revenant aux prêteurs 0,77% 1,08% 3,10%

Taux de marge bénéficiaire Résultat net/CA HT = 391 605/2 341 561 16,72% 15,31% 11,00%

Taux de marge brute EBE/CA HT = 592 852/2 341 561 25,32% 23,70% 20%

Taux d'endettement (1) 20,02% 50,78% 75%

Capacité de remboursement Endettement/CAF = 236 353/432 006 0,55 0,95 2,2

BFRE en jours de CA HT 54 jours 50 jours 40 jours

Signification du taux de marge brute : Ce ratio est un ratio de profitabilité. Il indique le montant de la
richesse créée par les opérations d’exploitation et restant acquise à l’entreprise après paiement des impôts et
taxes et rémunération du facteur travail, et ce pour 100 € de chiffre d’affaires. On acceptera la réponse
suivante : en 2017, l’entreprise PLANTVERT dégage un excédent brut d’exploitation de 25,32 € pour 100 €
de chiffre d’affaires. On acceptera toute réponse pertinente liée à la notion de richesse créée par l’exploitation.

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 5/10


Le taux d’endettement permet d’analyser la structure financière de l’entreprise et d’évaluer son niveau
d’endettement. Ce ratio doit être inférieur à 1. La capacité de remboursement nous renseigne sur le nombre
d’années de CAF nécessaires pour rembourser les dettes financières. Ce ratio ne doit pas dépasser 3 à 4
années. Évolution combinée de ces deux ratios chez PLANTVERT : on constate un désendettement important
entre 2016 et 2017. Les dettes financières peuvent être remboursées intégralement en moins d’un an.

5. En utilisant les résultats des questions précédentes et les documents en annexe, établir un
diagnostic financier d’une page environ. Seront notamment abordés les points suivants : activité
et résultats, structure financière et trésorerie.

Il est attendu une réponse sous forme de développement structuré avec constatation des éléments financiers
essentiels issus des documents de synthèse et/ou des annexes (tableau de flux et ratios), avec les liens
existants entre ces constats et avec une analyse circonstanciée (sectorielle/temporelle).
Le diagnostic financier peut être structuré comme la question le suggérait autour de deux points :
- activité et résultats
- structure financière et trésorerie.
Toute autre structuration logique sera acceptée.

Introduction :
Présentation de l’entreprise

1-CONSTATS (compétence : repérer / constater)


L’objectif est de repérer (constater) les points clés relatifs à la société étudiée.
- Présence d’un bénéfice.
- Résultat d’exploitation positif.
- RCAI positif.
- Le chiffre d’affaires poursuit son augmentation en 2017.
- La valeur ajoutée augmente également (progression de 9,55%).
- La VA représente plus de 60% du CA sur les deux derniers exercices.
- Existence d’une CAF positive.
- Les ratios de profitabilité sont en légère hausse.
- Le taux d’endettement est faible.
- Le flux de trésorerie généré par l’activité est conséquent.
- Le flux de trésorerie lié aux opérations d’investissement est faible.
- Une augmentation de capital a été procédée (150 000€).
- Présence d’une nouvelle subvention d’investissement.
- La trésorerie nette s’est améliorée.
- Dégradation du BFRE.

2-LIAISONS FINANCIERES (compétence : mobiliser)


L’objectif est de mobiliser les connaissances relatives aux notions financières en associant les points constatés
et les indicateurs financiers.
- Lien entre VA et CA : la VA augmente plus rapidement que le CA.
- Signification de la CAF.
- Lien entre FRNG, BFR, BFRE et trésorerie nette. La trésorerie nette s’est améliorée malgré une
dégradation du BFRE. On peut donc supposer une amélioration du FRNG (due notamment à la hausse
du capital et au désendettement).

3-ANALYSE (compétence : analyser)


L’objectif est d’analyser les évolutions spatio-temporelles de l’entreprise étudiée.
- La progression du CA est passée de 5,75% en 2016 à 7,88% en 2017. Elle est meilleure que le secteur
(3,25%).
- La VA augmente de 9,55% en 2017 contre 9,47% en 2016. Elle est meilleure que le secteur (3%).
- La VA représente plus de 60% du CA sur les deux derniers exercices contre 58% pour le secteur.
Cette amélioration s'explique en partie par une baisse de la part de VA revenant au personnel (57,34% contre
59,18%), par une maîtrise des consommations de matières premières et d'approvisionnements et une reprise
sur provision d’exploitation. Le résultat financier et le résultat exceptionnel viennent conforter la situation.

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 6/10


- L'entreprise est peu endettée et a fait un effort de désendettement sur l’exercice. Son taux
d'endettement passe de 50,78% en 2016 à 20,02% en 2017 ce qui est bien en dessous du secteur.
- La capacité de remboursement de l’entreprise est très bonne puisque l’endettement est inférieur à la
CAF pour les années. Ce ratio est en outre meilleur que le secteur.
- Le BFR lié à l'activité est en hausse ce qui dégrade légèrement le flux net de trésorerie lié à l’activité.
Cela s'explique par l’importance du BFRE qui représente 54 jours de CA HT en 2017 et 50 en 2016
contre 40 jours pour le secteur (voir l’importance du crédit client - certainement dû aux clients du
secteur public).
- Le flux de trésorerie lié aux opérations d'investissement est faible, les immobilisations sont anciennes
et l'effort d'investissement est faible (fin 2017 les immobilisations sont amorties à plus de 50%).
- Fidélisation de l’actionnariat par une politique de distribution généreuse de dividendes de 93 000€.
- La trésorerie s’est nettement améliorée en 2017 (+ 397 450 €) ce qui vient renforcer celle du début
d'exercice. Elle est due à l’augmentation du flux de trésorerie généré par l’activité. Elle est en grande
partie constituée de VMP liquides qui procurent des produits financiers. Les CBC ont chuté.

Conclusion :
Les indicateurs sont donc favorables (hormis le BFRE important et le manque d’investissements), la situation
financière est très saine.
On peut conseiller à l’entreprise de surveiller son délai de règlement clients.

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 7/10


Dossier 2 – Projet d’investissement

À l'aide des annexes 9 à 10

1. Indiquer trois critères non financiers permettant de sélectionner un projet d’investissement.

- Le niveau de risque accepté par les dirigeants (économique, social, environnemental…).


- Le niveau de flexibilité du projet (possibilité de modifier la taille, la durée, d'étudier la reconversion…).
- La cohérence avec la stratégie suivie par l'entreprise.
- La prise en compte de la concurrence.
- La pression des pouvoirs publics et des actionnaires.

2. Retrouver par le calcul la capacité d’autofinancement de l’année 2020.

CAF 2020
CA HT (320 000*1,03²) 339 488
CV d'exploitation 40% du CA -135 795
Marge sur coût variable 203 693

Charges fixes hors amortissements -30 000

Dotations aux amortissements -24 000

Résultat avant IS 149 693


IS 33 1/3% -49 898
Résultat après IS 99 795
Dotations aux amortissements 24 000
CAF 123 795
Détail des calculs :

Dotations aux amortissements


Terrain non amortissable
Construction = 350 000/20 17 500
Matériel = 65 000/10 6 500
Total 24 000

3. Déterminer les flux nets de trésorerie d’exploitation du projet

Début 2018 Fin 2018 Fin 2019 Fin 2020 Fin 2021 Fin 2022
Encaissements
CAF 116 000 119 840 123 795 123 795 123 795
Récupération du BFRE 18 860
Revente des immobilisations 450 000
Total encaissements 0 116 000 119 840 123 795 123 795 592 656
Décaissements
Investissements -490 000
Augmentation du BFRE -17 778 -533 -549 0 0
Total décaissements -507 778 -533 -549 0 0 0
FNT -507 778 115 467 119 291 123 795 123 795 592 656

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 8/10


Variation du BFRE 2018 2019 2020 2021 2022
CA HT 320 000 329 600 339 488 339 488 339 488
BFRE = 20 jours 17 778 18 311 18 860 18 860 18 860
Variation du BFRE 17 778 533 549 0 0

4. Déterminer la valeur actuelle nette avec un taux d’actualisation de 9 %, puis l’indice de


profitabilité.

VAN 9% = - 507 778 + 115 467 (1,09)-1 + 119 291 (1,09)-2 + 123 795 (1,09)-3 + 123 7957 (1,09)-4 + 592
656 (1,09)-5 = 267 037 €
Indice de profitabilité = (1 + VAN/Investissement) = 1+ (267 037/507 778) = 1,53

5. Que peut-on dire du taux de rentabilité interne du projet (son calcul n’est pas demandé) ?

En actualisant à 9%, la VAN est positive, le TRI est donc nécessairement supérieur à 9%.

6. Conclure sur l’opportunité d’adopter le projet.

La VAN est positive, l’indice de profitabilité est supérieur à celui exigé par les dirigeants (1,53 contre 1,3), le
projet est donc acceptable.

7. Présenter les avantages et les inconvénients, pour la société PLANTVERT, de chacune des
solutions de financement envisagées.

Solution 1 : autofinancement à 100% Solution 2 emprunt + autofinancement


- assure une indépendance financière - coût connu au départ
- préserve la capacité d'endettement pour un - déduction des charges d'intérêts du résultat
autre projet fiscal = économie d'impôt
Avantages
- rapidité dans la mise en œuvre (pas d'agrément - bénéficier d'un effet de levier financier si la
ou rentabilité économique est supérieure au taux de
d'accord du banquier) l'emprunt

- arbitrage pour les actionnaires entre


distribution de dividendes (satisfaction à CT) et - fait supporter un risque supplémentaire (risque
développement (vision à LT) financier)
Inconvénients
- ne permet pas de faire jouer l'effet de levier - nécessite d'avoir une capacité d'emprunt au
financier départ
- nécessite d'avoir une profitabilité et une
trésorerie suffisantes - dégrade la capacité d'emprunt future

8. Pour la première solution de financement, calculer le montant de la mensualité constante,


sachant que la banque utilise un taux proportionnel pour les calculs. Décomposer la première
mensualité en amortissement du capital et en intérêts.

Taux proportionnel mensuel correspondant à 6% par an = 6%/12 = 0,5% par mois


Nombre de mensualités = 5 x 12 = 60
Mensualité constante = 300 000*0,005/(1-(1,005) –60) = 5 799,84 € Décomposition de la première mensualité :
intérêts : 300 000*0,005 = 1 500,00 amortissement du capital : 5 799,84 – 1 500 = 4 299,84

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 9/10


Dossier 3 - Gestion des excédents de trésorerie – 15 points

À l'aide de l’annexe 11

1. Quels sont les critères à prendre en compte dans le choix de placement d’un excédent de
trésorerie à court terme ?
- La liquidité : possibilité de récupérer les sommes placées (sous-entendu l’existence d’un marché
secondaire).
- Le rendement : en tenant compte des revenus tirés mais aussi des coûts cachés (frais de gestion,
commissions, jours de banque, fiscalité des revenus).
- La sécurité : il faut éviter en priorité le risque en capital (perte totale ou partielle du capital investi)
mais aussi le risque de taux (baisse du taux pour les placements à taux variables et hausse pour les
placements à taux fixe).

2. Au regard des deux propositions, quelle solution permettrait d’optimiser le placement


financier ?
On calcule pour chaque solution le produit financier attendu :

Proposition 1 : un DAT sur 3 mois


 Produit financier = 360 000 x 1,5% x (30+31+31)/365 = 1 361,1 €

Proposition 2 : Sicav monétaires


 Nombre d'achat possible = 360 000/15 500 = 23,23 arrondi à 23
 Produit financier = 15 500 x 23 x 1,6% x 92/365 = 1 437,72 €

Selon ce critère on retiendra l’achat de SICAV monétaires.

3. Pour le placement en actions, calculer la rentabilité mensuelle moyenne et l’écart type de la


rentabilité sur les derniers mois (les calculs seront arrondis à 5 décimales). Conclure sur la
rentabilité et le risque de cette action.

(r)
Mois Calcul rentabilité
en % (r) 2
Fin janvier 2018 = (212,7 - 218,3)/218,3 -2,565% 0,066%
Fin février 2018 = (220,25 - 212,7)/212,7 3,550% 0,126%
= (233,45 -
Fin mars 2018 220,25)/220,25 5,993% 0,359%
Fin avril 2018 = (256,1 - 233,45)/233,45 9,702% 0,941%
total 16,680% 1,492%

rentabilité moyenne E(r) = 16,68/4


å p i x
4,170%
1 1, 492%
Variance S2(r) = ´ å r 2 - E(r )2 = - 4,17%2 = 0,199%
4 4 0,199%

Variance estimée V(r) = 0,199%*4/3 = 0,265%


Ecart type = racine carrée de variance (r) = 5,152%

Accepter le calcul de la variance constatée (0,199%) et de l’écart-type constaté (4,462%)

La rentabilité mensuelle moyenne est supérieure à celle du CAC 40, mais la volatilité des cours de l’action
LVMH est plus importante ce qui traduit un risque plus important.

DCG 2018 UE6 – Finance d'entreprise Corrigé Page 10/10