Vous êtes sur la page 1sur 2

Fiche de révision 2 : L’Afrique, un continent marginalisé des échanges

« Selon l’organisation mondiale du commerce, le continent africain ne participait qu’à


hauteur de 3,1% aux exportations mondiales, en valeur, en 2007, contre 28 %pour le continent
asiatique »
L’Afrique demeure le continent le plus fragmenté du monde, avec 54 pays séparés par des
nombreuses frontières. Les échanges entre pays africains sont très faibles, en comparaison la
part des échanges intra régionaux s’élève à environ 70% dans l’UE, 52 % en Asie, 50% en
Amérique du Nord et 26% en Amérique du sud. La part de L’Afrique dans le commerce
mondial reste très faible.
La question est de savoir, les causes de la marginalisation de l’Afrique dans le commerce
mondial et les grands défis du continent.
Il est intéressant d’étudier les effets qui prouvent que L’Afrique est à la marge du commerce
mondial, puis nous citerons les grands défis du continent africains.

Les causes historiques

Pendant la période coloniale, les économies de la plupart des pays africains étaient destinées
à fournir des matières à bas prix aux entreprises situées dans les puissances coloniales. Par
exemple, le Ghana et la cote d’Ivoire produisaient du cacao. Le système colonial était basé
sur une division rigide du travail, sans spécialisation, sans ajout de valeur ni développement
d’une chaine de production entres les pays africains.
L’indépendance politique ne s’est pas accompagnée d’une indépendance commerciale ou
économique, et la structure du commerce héritée de l’époque coloniale est restée en grande
partie inchangée. Cette perte de part de marché est associée à la baisse de l’importance de ces
produits dans le commerce mondial. Une fois que nous avons achevés les causes historiques
de la marginalisation de l’Afrique en terme d’échange par rapport au reste du monde, en ce
qui succède nous analyserons les grands défis du continent (sur le plan économique,
alimentaire,…...)

Les grands défis du continent


En termes d’économie l’Afrique reste un continent pauvre et marginalisé aux échanges
mondiaux. Prenons quelques exemples plus evidents pour élucider la pauvreté en Afrique. Ce
dernier semble à l’écart du développement. La pauvreté est très présente, la malnutrition
concerne plus du ¼ de la population, c’est un continent marqué par les guerres civiles et
marginalisé sur le plan politique aussi bien qu’économique. La sous-alimentation et
l’insécurité alimentaire touchent environ 1/3 de la population. On peut parler de sécurité

Cours d’économie international (rédigé par Med-fadoul )


alimentaire quand toutes les personnes ont, à tout moment un accès physiques, social et
économique a une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs
besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une saine et active. La
pauvreté est extrêmement répandue dans les campagnes, mais également dans les vastes
bidonvilles et mêmes dans les villes elles-mêmes, puisque les taux de chômage y voisine les
25%. La part des personnes vivant avec moins de 1 dollar/jour est de 40% de la population
totale.
D’autre part les échanges interrégionaux sont faibles, car les pays africains sont caractérisés par une
économie de rente qui les rend dépendants des pays et FTN étrangers.
Les défis restent nombreux, les états pauvres enclavés cumulent les difficultés. Sans être un facteur
déterminant en soi, l’enclavement représente un défi supplémentaire compte tenu de l’insuffisance des
réseaux de transport et de communication.

En guise de conclusion, l’Afrique reste encore trop dépendante du reste du monde. Malgré
l’annulation d’une partie de la dette, elle demeure le continent le plus aidé.

Cours d’économie international (rédigé par Med-fadoul )