Vous êtes sur la page 1sur 7

1

Examen de fin du module (1er semestre 2018-2019)

Epreuve Niveau Durée Professeur

Béton 5ème Année A. BOUDI


Précontraint Génie Civil

Documents autorisés

MINI PROJET DE BETON PRECONTRAINT


Etude du cas d’un pont ferroviaire
en béton précontraint

A - L’objet de l’étude
L’objet de l’étude de ce cas est la poursuite sur un exemple pratique de l’étude des poutres
hyperstatiques en béton précontraint.
Chaque équipe étudiera la solution relative aux données correspondant à son cas d’ouvrage
routier en béton précontraint, esquissée lors de l’étude préliminaire, dont ci-dessous la
coupe transversale:

1
2

dsup

esup
Gousset 0,30 x 0,20
ev ev
Gousset 0,20 x 0,20 h
einf
dinf

Fig 1- Coupe transversale

L’étude se déroulera suivant le plan suivant :


 Détermination des caractéristiques géométriques de la section droite (supposée
constante) ;
 Calcul des charges, des réactions d’appuis, des sollicitations et des diagrammes des
contraintes ;
 Détermination de la précontrainte nécessaire entre autres pour le balancement des
charges permanentes.
A la fin de chacune de ces opérations, les équipes présenteront un résumé des résultats
obtenus. Une note de calcul est à établir en rappelant les hypothèses considérées. Elle doit
être agrémentée de schémas explicatifs, montrer clairement les calculs effectués et tirer les
conclusions des résultats obtenus.
B - Données générales du projet
B.1- Règlement : BAEL, BPEL, Eurocode 2.
Classe de vérification : Classe I.
B.2- Caractéristiques des matériaux :
Béton : fc28 = 45 MPa, fcj = fc28j /(4,76+0,83j) ;
ftj = 0,6+0,06 fcj
Eij = 11000 (fcj)1/3
ρb = 25 KN/m3
Aciers passifs : fe = 500 MPa ;

2
3

Aciers de précontrainte
(On utilise des torons à très fprg = 1860 MPa, fpeg = 1660 MPa
faible relaxation) Ep = 195000 MPa, f = 0,22 rd-1

B.3- Les surcharges :


Permanentes (G) Exploitations (Q)
Ballast, équipements de voie (dont traverses), Charges d'exploitation ferroviaire :
étanchéité, dispositifs de protection et 150 KN:/ml
d'évacuation des eaux: 32 KN/ml
Rails : 1,5 KN/ml
Bordures et Garde corps : 120 Kg/m2

B.4- Pondération des charges :


Les charges seront pondérées par des coefficients de sécurité comme suit :

 Majorer les charges permanentes (G) par un facteur de charge γG =1,35 (𝑞1 =

1,35. 𝐺);
 Majorer la charge d'exploitation (Q) par un coefficient γQ =1,5 ;
 Effet dynamique : majoration de ∅ =
𝟏,𝟒𝟔
√𝑳∅ −𝟎,𝟐
+ 𝟎, 𝟖𝟐 (avec LØ = longueur

« caractéristique » = longueur d’une travée). Prendre Ø = 1,20.


B.5- Enrobage: 10 cm.

C - Travail à réaliser
C.1- Caractéristiques géométriques de la section
Calculer les caractéristiques géométriques de la section de la poutre (voir données
géométriques –figure 5 et tableau 3):
Surface B
Moment d'inertie I

Distance cdg/FS Vs
Distance cdg/FI Vi
Rendement 

3
4

Rappel :
b

h
h
G x
G x

Ix = bh3/36
Ix = bh3/12
Fig 1- Moment d’inertie propre d’une section rectangulaire et d’une section triangulaire

V
yy
d
xx
G V'

Iyy = Ixx + S d2

Fig 2- Théorème d’Huygens


Dans ce projet, on n’utilisera que les caractéristiques des sections brutes en tenant compte
des goussets triangulaires dans les calculs.
C.2- Diagrammes des sollicitations
C.2.1 - Déterminer les réactions d’appui et dessiner les diagrammes des sollicitations dans
le tablier dues aux charges permanentes puis aux charges totales (charges permanentes +
surcharges) dans les deux cas suivants (voir données géométriques au tableau 3):
1er cas : L'ouvrage est conçu sous forme de deux tabliers mis bout à bout avec 2
travées chacun de portée L chacune (figure ci-après);

L L L L

4
5

Fig 3- Conception du premier cas


2ème cas : L'ouvrage est conçu sous forme d'un tablier continu avec 4 travées dont
celles de rive ont chacune une portée égale à 0,8 L et les travées intermédiaires ont des

portées de 1,2 L.

0,8 L 1,2 L 1,2 L 0,8 L

Fig 4- Conception du deuxième cas

NB : La charge totale à prendre en compte est 𝑞2 = 𝛾𝐺 . 𝐺 + ∅. 𝛾𝑄 . 𝑄 .


C.2.2 - Dessiner dans les deux cas et sous la charge totale 𝑞2 le diagramme des contraintes

dans les sections de moment maximal des travées et sur les appuis intermédiaires.
C.2.3 - Donner en classe 1 une estimation de l'effort de précontrainte P1 dans la section de
moment maximal en travée.

C.3 - Précontrainte
Dans le 2ème cas (tablier continu à 4 travées), on suppose le pont précontraint par un câble
2,5 𝑉𝑖
rectiligne parallèle à l’axe de l'ouvrage et excentré vers le bas de 𝑒= comme
3
représenté ci-dessous. La force de précontrainte est notée P.

V Vs
P e P V'
Vi
0,8 L 1,2 L 1,2 L 0,8 L

Fig 5 : Cas du câble rectiligne

5
6

C.3.1 - Calculer les moments de flexion 𝑀𝑃 (𝑥) dus à la précontrainte seule.

C.3.2 - Quelle précontrainte P (supposée constante) à appliquer pour annuler toute


contrainte de traction sur les fibres inférieures, due à la charge permanente (q1 ) dans la
poutre ?
C.3.3 - Calculer dans ce cas les contraintes maximales sous la charge totale sur la poutre
précontrainte. Conclure.

C.4 - Balancement des charges permanentes :


On suppose le pont conçu comme défini au 1er cas et chacun des deux tabliers est
précontraint par un câble parabolique comme présenté dans la figure 6.
Quelle force de précontrainte P supposée constante pour les deux travées du demi pont
serait nécessaire pour un balancement partiel β =0,8 des charges permanentes ?
Rappel :

La force de précontrainte P requise est déterminée à partir de l’équation de balancement :


𝑙2
𝑃 = 𝛽𝑞1 . avec 𝑞1 = 𝛾𝐺 𝐺
8𝑓

2𝑉𝑠
On donne 𝑓 = 1,5𝑒1 ; l = longueur d’une travée = L ; (𝑒1 = 3
).
NB: Dans une phase de prédimensionnement et de choix du système, il est possible comme
dans cet exemple, de considérer un câblage simplifié ne faisant intervenir que des parables
sans raccordement sur les appuis, sans que cela induise de différences notables lord du
calcul définitif. Cela renforce l'intérêt de la méthode du balancement pour le choix de la
précontrainte. L'influence d'une légère augmentation du rayon de courbure sur appui, qui
peut être favorable pour la reprise de l'effort tranchant, a peu de répercussions sur les
moments.
C.5 - Forces équivalentes à l’effet du câble de précontrainte parabolique :

En prenant tan 𝛼1 = 5𝑒1 ⁄𝑙 et tan 𝛼2 = 7𝑒1⁄𝑙 (où l = longueur d’une travée), les réactions

d’appui dues aux charges équivalentes sollicitant le tablier peuvent être obtenues comme le
montre le tableau suivant :
Appui de bord Appui intermédiaire
3 10
Réaction due à q 𝑞𝑙 𝑞𝑙
8 8
3 10
Réaction due à u − 𝑞𝑙 − 𝑞𝑙
8 8
Réaction due aux
𝑃 tan 𝛼1 2𝑃 tan 𝛼2
forces d’ancrage
5
𝑞𝑙 7
Total 12 𝑞𝑙
6
Tab1- Calcul des réactions d’appui

6
7

où 𝑞 = 𝑞1 représente la charge permanente et u la charge de balancement.


Calculer les réactions d’appui (ne prendre en compte que les charges permanentes, c’est-à-
dire 𝑞1 = 𝛾𝐺 𝐺 . Quelles conclusions peut-on tirer ?

e1 α2
α1
α1 f f

A
f=1,5 e1 C B

L L

Fig 6 : Câble de précontrainte parabolique


C.6 - Prise en compte des pertes de précontrainte :

Ayant calculé en C.4 la force de précontrainte P requise, il y a lieu de tenir compte des
pertes de précontrainte prévisibles. Si l'on suppose que les pertes instantanées sont
estimées à 8 % et les pertes différées à 16 % de la contrainte initiale, calculer la force P0
initiale nécessaire à appliquer au niveau des ancrages. En déduire la section d'acier
nécessaire. Choisir le type et le nombre de câbles adéquats correspondant (voir tab 2).

Diamètre du Section
Appellation
toron nominale
12,5 mm 93 mm2 T 13
12,9 mm 100 mm2 T 13 Super / T 13S
15,2 mm 139 mm2 T 15
15,7 mm 150 mm2 T 15 Super / T 15S
Tab2- Diamètres t sections nominales de quelques types de câbles

(m) G1 G2 G3 G4 G5 G6 G7 G8 G9 G10
L 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47
dsup 11,40 11,70 12,10 13,40 14,60 14,90 15,10 14,30 15,50 16,10
dinf 4,30 4,50 4,70 4,90 5,40 5,60 5,80 6,10 6,30 6,50
h 4,30 4,50 4,60 4,70 4,90 5,10 5,30 5,40 5,50 5,70
esup 0,40 0,42 0,43 0,44 0,45 0,45 0,45 0,45 0,45 0,45
einf 0,50 0,52 0,53 0,54 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55 0,55
ev 0,45 0,50 0,55 0,60 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65

Tab3- Données géométriques de l'ouvrage ( voir figure 1)