Vous êtes sur la page 1sur 7

SUJET 1: La langue en tant qu’outil de

communication: langage oral et langage écrit. Facteurs


qui définissent une situation de communication:
émetteur, récepteur, fonctionnalité et contexte.

0. Introduction.

1. La langue en tant qu’outil de communication: langage oral et langage

écrit.

1.1. Définition de communication.

1.2. Langage oral.

1.3. Langage écrit.

1.4. Similitudes et différences entre langage oral et écrit.

2. Facteurs qui définissent une situation de communication.

2.1. Éléments de la communication.

2.2. Fonctions de la communication.

2.3. Contexte.

3. Enseigner à communiquer: principes du langage dans les méthodes

actuelles.

4. Conclusion.

5. Bibliographie.

5.1. Cadre législatif.

5.2. Références bibliographiques.


0. Introduction.

La communication a toujours été un facteur clé dans notre vie quotidienne,


pour les êtres humains, c’est la façon dont l’humanité a progressé.
En plus, le Décret Royal 126/2014, qui établit le curriculum de base de
l’Éducation Primaire, déclaré que l’un des principaux objectifs que nos élèves
doivent atteindre tout au long de l’enseignement primaire (objectif d’étape f) est
l’acquisition et le développement de leur compétence communicative. Cette
compétence les rendra capable de réaliser un développement integral.

Alors, en suivant l’Arrête du 17 mars 2015, qui développe le curriculum de


l’Éducation Primaire en Andalousie, la principale compétence sur laquelle nos
élèves doivent travailler pour apprendre le français avec succès est la
compétence communicative. Dans ce contexte notre méthodologie devrait
réaliser des tâches dans lesquelles les étudiants doivent échanger des
informations ou les transmettre.
1. La langue en tant qu’outil de communication: langage oral et langage
écrit.

D’après l’Arrête du 17 mars 2015 dans les orientations méthodologiques


pour l’acquisition de la langue étrangère remarque que la priorité est de rendre
les enfants capables de communiquer l’information en utilisant tous les moyens
à leur disposition.

De plus, le Décret Royal 126/2014, établis quatre blocs de contenus, deux


pour le langage oral (bloc 1 et 3) et deux pour le langage écrit (bloc 2 et 4)
1.1. Définition de communication.

La communication est un acte par lequel un individu établit un contact avec


un autre et transmet des informations á cet individu á travers un système
commun de symboles. Ainsi, à partir de cette définition, nous pouvons extraire
trois aspects fondamentaux:

 La communication est l’échange d’informations.


 La communication a besoin d’un code partagé.
 Les individus devraient comprendre les processus de production et de
compréhension de domaine.

Ces processus de compréhension et de production peuvent être subdivisés


en différentes étapes:

 Les étapes du processus de compréhension:


 Perception: l’intention est d’obtenir des significations à partir de
sons ou de mots.
 Analyse: les significations sont construites dans notre cerveau.
 Utilisation: l’information est établie.
 Les étapes du processus de production:
 Perception: l’intention est d’obtenir des significations à partir de
sons ou de mots.
 Analyse: les règles grammaticales et linguistiques sont
appliquées pour transformer les intentions en un nouveau
message.
 Performance: le message est physiquement exprimé.

1.2. Langage oral.


La langue orale est laquelle on transmet à travers la voix et elle a besoin
une base biologique. L’apprentissage de la langue orale est un processus qui
commence à partir du moment où sommes nés. Il comprend des composants
suprasegmentaux comme l’intonation, le rythme et le stress, qui prend une
importance particulière dans la langue française. Ce processus d0apprentissage
de la langue oral peut être subdivisé en trois phase:

 Pré-linguistique: jusqu’au 12 mois de vie. Les enfants ne produisent


pas mots, seulement pleurer, chouchoter et certains sons.
 Développement linguistique: jusqu’à 4 ans. Les enfants produisent
des mots séparément et commencent à faire de phrases.
 Perfectionnement: dès l’âge de 4 ans.

1.3. Langage écrit.

Ce langage consiste en la représentation dans un support textuel à l’aide


d’un code. Ce code este particulier en fonction de chaque langue, par exemple
le code de la langue française n’est pas le même qu’il de la langue chinoise.
L’apprentissage de la langue écrite est un processus complexe qui implique
l’apprentissage des symboles et la maîtrise de quatre composantes:

 Lecture: elle consiste en l’interprétation des symboles écrit qui


représente le code de la langue.
 Écriture: il consiste en la création d’un texte en utilisant le code des
symboles de la langue.
 Orthographe: chaque mot est représenté par certaines lettres et le
malentendu d’une lettre peut changer toute la signification d’un mot.
 Composition: elle consiste à créer un texte avec certaines
caractéristiques, une structure déterminée en fonction du type de
texte.

1.4. Similitudes et différences entre langage oral et écrit.

Les principales caractéristiques qui différencient le langage oral et écrit


peuvent être remarquées dans le suivants:
 Permanence: le lecteur peut accéder indéfiniment à l’information
écrite.
 Temps de traitement: chaque lecteur peut dépenser librement le
temps qu’il veut lire le texte.
 Complexité: la langue écrite présente généralement un langage
plus complexe.
 Vocabulaire: le vocabulaire écrit est plus riche et différent du
vocabulaire oral.

Ainsi, maintenant que nous avons vu les différences de la langue orale et


écrite, nous devrions éviter la séparation pratique de ces deux groupes de
compétences. Cassany (2005) a déclaré qu’on ne peut pas oublier que la
capacité de communiquer est la somme des quatre compétences linguistiques,
pas seulement d’une capacité.

D’autre part, nous devrions prendre en compte James Asher (1977) qui a
dit que nous devrions d’abord travailler sur la capacité d’écoute, puis procéder à
la pratique de la parole, c’est-à-dire, la compréhension avant que la production.
2. Facteurs qui définissent une situation de communication.

Pour qu’une communication puisse lieu, plusieurs facteurs doivent être


réunis. Nous allons suivre au linguiste Roman Jakobson qui définit l’acte de
communications dans les suivants points.
2.1. Éléments de la communication.

La communication est un processus dans lequel il y a plusieurs éléments et


chaque d’eux développe un rôle important et très différent:

 Emetteur: la personne qui produit le message.


 Récepteur: la personne qui reçoit le message.
 Canal: le chemin parcouru par le message.
 Code: langue ou symboles déterminés et partagés par émetteur et
récepteur.
 Message: l’information elle-même.
 Contexte: circonstances dans lesquelles la communication se produit.
De plus, nous pouvons affirmer qu’il y a d’autres aspects qui ne sont pas
considérés comme des éléments principaux de la communication mais qui jouent
un rôle important dans le développement du processus:

 Bruit: interférences qui peuvent rendre l’échange d’informations plus


difficile.
 Feedback: les informations que l’expéditeur reçoit du destinataire. Cela
peut se faire au moyen d’un langage oral, écrit ou non verbal.
2.2. Fonctions de la communication.

Roman Jakobson (1995) a proposé une théorie de l’utilisation du langage


et il a déclaré qu’il y a six fonctions principales que la langue peut développer:

 Émotive: pour exprimer nos sentiments et nos émotions, l’intonation


joue un rôle très important.
 Conative: joue un rôle impératif ou dominant, il est effectué lorsque le
émetteur veut contrôler le comportement du récepteur.
 Poétique: la chose la plus importante est la beauté du langage,
l’accent est mis sur comment les choses sont dites.
 Représentative: la transmission de contenus ou de faits.
 Métalinguistique: pour parle de la propre langue.
 Phatique : le but principal est de vérifier si le processus de
communication es efficace.

2.3. Contexte.
Lors de la communication, l’un des aspects les plus importants est le
contexte dans lequel la communication est effectuée, en fonction du contexte,
l’émetteur va varier son langage. On doit choisir un registre du langage approprié
à chaque situation afin de donner au message toutes les chances d’être bien
reçu et compris.

Cependant, si nous parlons de contexte, nous devrions faire une distinction


entre le linguistique et le non linguistique:

 Contexte linguistique: peut être défini comme l’ensemble des


éléments linguistiques autour de l’acte de parole.
 Contexte non linguistique: subdivise en quatre aspects.
 Contexte physique: l’espace dans lequel la communication
est effectuée.
 Contexte historique: à la fois personnel et du lieu ou du
pays.
 Contexte socioculturel: les conditions sociales et culturelles
des locuteurs.

Lorsque l’émetteur et le récepteur ne partagent pas les fonctions de


contexte, la communication peut être très difficile, par exemple un enfant
américain de 15 ans avec un africain de 60 ans.

3. Enseigner à communiquer: principes du langage dans les méthodes


actuelles.

L’enseignement du français comme langue étrangère a connu une grande


évolution depuis ses débuts. Il existe de nombreuses méthodologies et
techniques, et celles utilisées de nos jour différent beaucoup des méthodes
traditionnelles.

Dans ce contexte, l’objectif de l’enseignement des langues a commencé à


se concentrer sur la communication à travers l’utilisation de différentes fonctions
langagières.

Dans le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues (2001)


la compétence communicative est définie comme la capacité non seulement de
produire des phrases grammaticalement bien formées, mais aussi de savoir où,
comment et à qui ces phrases sont prononcées. Cette compétence est
subdivisée en trois sous compétences:

 Compétence linguistique: elle inclue de multiples aspects tels que la


lexis, la phonologie ou la syntaxe.
 Compétence sociolinguistique: il s’agit de l’aspect socioculturel de
l’usage de la langue par sa sensibilité aux conventions sociales. Il
comprend des éléments de communication non verbale.
 Compétence pragmatique: elle concerne l’utilisation fonctionnelle
des ressources linguistiques, la cohésion, cohérence et maîtrise du
discours, l’ironie ou la parodie.

Ainsi, le domaine complet d’une langue dans toutes ces compétences est
un objectif très complexe et nous en tant qu’enseignant devons connaitre cette
approche qui va nous faire comprendre la manière dont la langue doit être
enseignée dans le cours de FLE. Une approche orientée vers l’action qui vise à
développer la compétence communicative par l’exécution de tâches ou
d’activités que plus tarde seront effectuées dans la vie réelle.

Pour terminer cette section et ce sujet, nous allons montrer quelques


principes à suivre pur enseigner et apprendre une langue. Ils sont été déclarés
par Brown (1994):

 Correspondance entre signification et signifiant: le langage et la


communication ont tous deux besoin d’une partie matérielle et d’un
contenu psychique, dépendants l’un de l’autre.
 L’habituation dominante: une langue est composée de milliers de
mots, mais seulement certains mots sont les plus courants.
 Compilation des diverses manifestations du langage:
l’enseignement du vocabulaire, de la lecture et de l’écriture devrait être
développé à des moments spécifiques.
 Exercices pratiques: enseigner une langue devrait impliquer
beaucoup de pratique et de répétition pour réussir.
4. Conclusion.

Un domine complet de la langue nécessitera la maîtrise des quatre habilités


linguistiques qui sont éléments incontournables si l’on veut pouvoir utiliser
efficacement la langue française.

Le développement des habilités communicatives, en deuxième langue


étrangère, implique le travail de cinq compétences essentielles: écouter, parler-
dialoguer, lire, écrire et interaction qui sont proposée par le Cadre Européen
Commun de Référence pour les Langues (2001). Bien que le Décret Royal
126/2014, établis quatre blocs de contenus seulement.

Ainsi, apprendre à interagir suppose plus que d’apprendre à recevoir et à


produire des énoncés. On accorde généralement une grande importance à
l’interaction dans l’usage et l’apprentissage de la langue étant donné le rôle
central qu’elle joue dans la communication.

Finalement, nous allons privilégier un apprentissage dynamique, attrayant


et fondé sur la communication et la participation de l’élève, toujours la clé sera la
motivation de l’élève.
5. Bibliographie.
5.1. Cadre législatif.

 Conseil de l’Europe (2001): «Cadre Européen Commun de Référence


pour les langues: enseigner, apprendre, évaluer». Didier.
 MEC (2013). Loi Organique 8/2013, du 9 décembre, pour l’Amélioration
de la Qualité Éducative.
 MEC (2015). Décret Royal 126/2015 qui établit le curriculum de base de
l’enseignement primaire.
 Conseil de l’Andalousie (2015). Décret 97/2015, de 3 Mars 2015, qui
établit l’ordonnance et les enseignements correspondants à l’Éducation
Primaire en Andalousie.
 Arrêté du 17 mars 2015, qui établit le curriculum de base de l’Education
Primaire.
5.2. Références bibliographiques.

 Asher, J. (2012). Apprendre une autre langue à travers l’action. Sky Oak
Productions.
 Krashen (1981). Principles and Practice in Second Language Acquisition.
Pergamon.
 Ken Robinson (2015). Creative schools. De Bolsillo.
 Cassany, D. (1996). Enseñar Lengua. VEES.
 Jakobson, R. (1963). Essais de linguistique générale. Paris. Minuit.