Vous êtes sur la page 1sur 21

 

 
Université  Saint  Joseph  de  Beyrouth  
Ecole  Supérieure  d’Ingénieurs  de  Beyrouth  
 
 

 
 
 
PONT  MIXTE  
ACIER  ET  BETON  ARME  
 
 
Projet  de  Fin  D’Étude  
-­‐  Phase  1  -­‐  
 
 
 
 
 
Christian  HABRE  
Maroun  Lucien  El-­‐Harran  

 
 

Sommaire  
 
Introduction……………………………………………………………………………………………….………2          
Lancement  et  description  du  projet  
1  –  Utilisation……………………………………………………………………………………………3  
  2  -­‐  Géométrie…………………………………………………………………………………………….3  
  3  –  Système  Porteur………………………………..…………………………………………………3  
  4  –  Type  de  dalle……………………………………………………………………………………..…4  
  5  –  Section  Transversale……………………………………………………….……………………5  
  6  –  Position  de  la  dalle……………….………………………………………………………………5  
  7  –  Montage  de  la  Structure……………………………………………………………..…………6  
  8  –  Mise  en  place  de  la  dalle………………………………………………………………….……6  
 
Éléments  Structuraux      
  Superstructure  :  1  –  Dalle…………………………………………………………………………7  
                   2  –  Poutre  Maitresses………………………………………...……………8  
                   3  –  Entretoises………………………………………………………………..8  
                   4  –  Connecteurs………………………………………………………………8  
                   5  –  Contreventement………………………………………………………9  
 Infrastructure  :  1  –  Piles………………………………………………………………………..10  
                             2  –  Culée………………………………………………………………………10  
                   3  –  Fondation………………………………………………………………..10  
                 
Équipements  
1  -­‐  Appareils  d’appuis……………………………………………………………………………...11  
2  –  Joints  de  chaussée………………………………………………………………………………12  
3  –  Évacuateur  d’eau………………………………………………………………………………..13  
 
Pré-­‐dimensionnement  
  1  –  Description  du  projet………………………………………………..………………………..14  
  2  –  Profil  en  long  et  trace  en  plan……………………………………………………………..14  
  3  –  Section  transversale  type  et  dalle  en  béton……………………………………...…..15  
  4  –  Poutres  Maitresses……………………………………………………………………………..15  
  5  –  Entretoises………………………………………………………………………………………...16  
  6  –  Contreventements……………………………………………………………………………...16  
  7  –  Connexion  Acier  –  Béton…………………………………………………………………….16  
  8  -­‐  Pré-­‐dimensionnement  :    
-­‐ Hauteur  de  la  poutre  maitresse…………………………………………….17  
-­‐ Actions  :          Poids  Propre………………………………………………………….17  
   Charge  de  trafic…………………………..………………………….18  
   Vent  …………………………………………………………..………….20  
   Neige……………………………………………………………………..20  
   Température………………………………………………………….20  
   Séisme…………………………………………………………………...20  

  1  
 

Introduction  
 
Un  pont  est  une  structure  spatiale  dont  la  fonction  est  le  franchissement  d’un  
obstacle  (vallée,  cours  d’eau,  autres  voies  de  communication)  par  une  voie  de  
communication.  Par  conséquent,  un  pont  doit  être  capable  de  transmettre  aux  
fondations  les  actions  qui  le  sollicitent.  
 
Il  existe  de  nombreux  critères  permettant  de  distinguer  les  ponts.  Ces  critères  
répondent  aux  besoins  de  l’ingénieur  car  les  modèles  de  charges,  les  situations  de  
risques,  les  hypothèses  de  dimensionnement  ou  encore  les  modèles  de  calcul  sont  
fonction  du  type  d’ouvrage.  
 
Les  critères  de  classification  des  ouvrages  d’art  sont  principalement  :  
• Utilisation,  
• Géométrie,  
• Système  porteur,  
• Type  de  dalle,  
• Section  transversale,  
• Position  dalle,  
• Méthode  de  montage  de  la  structure  métallique,  
• Méthode  de  mise  en  place  de  la  dalle.  
 
 

 
 
           Figure  1  :  Coupe  d’un  pont-­‐mixte.  

  2  
 

Lancement  et  Description  du  Projet  


 
Notre  projet  se  base  sur  l’étude  d’un  pont  mixte,  se  situant  dans  une  vallée,  et  ayant  
les  propriétés  suivantes  :  
 
 
1-­‐ Utilisation  :  
 
La  classification  selon  l’utilisation  permet  de  distinguer  principalement  les  
ponts  suivants:  
 
• Pont-­‐route,  
• Pont-­‐rail,  
• Pont  pour  les  piétons  et  cyclistes.  
 
Notre  cas,  est  un  pont-­‐route,  plus  précisément  pont  autoroutier,  constitué  de  deux  
ouvrages  indépendants,  chacun  supportant  les  voies  de  circulation  dans  un  sens  de  
circulation.  
 
Notre  étude  est  basée  sur  l’étude  d’un  de  ces  deux  ponts,  suivant  un  sens  
unidirectionnel,  comportant  3  voies.  
 
 
2-­‐ Géométrie  :  
 
La  classification  selon  le  tracé  en  plan  du  pont,  et  l’alignement  des  appuis,  
permettent  de  distinguer  trois  géométries  en  plan  :  
 
• Ponts  droits,  
• Ponts  courbes,  
• Ponts  biais.  
 
Notre  étude  se  base  sur  l’étude  d’un  pont  droit,  qui  a  une  forme  rectangulaire,  
et  qui  ne  nécessite  pas  d’inclinaison  ni  de  déviation  au  niveau  de  son  plan  
horizontal.  
 
 
 
3-­‐ Système  Porteur  :  
 
Une  classification  fréquemment  utilise  est  celle  qui  se  base  sur  le  système  porteur.  
On  distingue  principalement  les  quartes  types  suivants  :  
 
• Ponts  poutres,  

  3  
 

• Ponts  arcs,  
• Ponts  a  béquilles,  
• Ponts  a  câbles  porteurs.  
 
Notre  étude  se  base  sur  un  pont  poutre,  ou  les  charges  verticales  sont  
conduites  aux  appuis  par  flexion  des  poutres.    
Les  ponts  poutres  sont  plus  utilises  pour  de  faibles  portées,  et  généralement  sous  
forme  de  pont  mixte,  le  cas  de  notre  projet.  
 
 
4-­‐ Type  de  Dalle  :  
 
 
On  distingue  principalement  trois  catégories  de  dalles  :  
 
• Dalles  en  béton  liées  a  la  structure  porteuse,  
• Dalles  en  béton  non  liées  a  la  structure  porteuse,  
• Dalles  orthotropes  en  acier.  
 
Notre  étude  se  base  sur  une  dalle  en  béton  liée  à  la  structure  porteuse,  c’est  à  
dire  aux  poutres  maitresses  métalliques.    
Par  conséquent  cette  dalle  participe  à  la  résistance  à  la  flexion  des  poutres  et  à  la  
torsion.  
 
 
 
 

 
 
 
 
       Figure  2  :  Dalle  en  béton  liée  a  la  structure  porteuse.  
 

  4  
 

5-­‐ Section  transversale  :  


 
La  classification  selon  le  type  de  la  section  transversale  est  très  utile  pour  décrire  le  
comportement  a  la  torsion  du  pont  ;  on  distingue  les  ouvrages  a  :  
 
• Section  transversale  ouverte,  
• Section  transversale  fermée.  
 
Notre  étude  se  base  sur  une  section  transversale  ouverte,    cette  dernière  qui  
décrit  le  système  de  pont  comprenant  deux  poutres  maitresses  (bipoutres)  ou  
plusieurs  poutres  (multi  poutres).    
 
 
 
 

 
 
               Figure  3  :  Section  transversale.  
 
 
6-­‐ Position  de  la  dalle  :  
 
La  dalle  peut  être  disposée  à  différentes  hauteurs  par  rapport  aux  poutres  
maitresses.    
On  distingue  principalement  entre  deux  positions  :  
 
• Dalle  supérieure,  
• Dalle  inferieure.  
 
Notre  étude  se  base  sur  une  dalle  supérieure.    
En  effet,  la  conception  d’un  pont  a  dalle  supérieure  est  plus  courants.  La  dalle  
protège  la  structure  porteuse  en  métal  des  intempéries  et  des  chocs  de  voitures.  Elle  
permet  aussi  un  élargissement  de  la  surface  de  circulation.  
 
 
 

  5  
 

7-­‐ Montage  de  la  structure  :  


 
On  peut  distinguer  principalement  trois  méthodes  de  montage  de  l’ossature  
métalliques,  à  savoir  la  mise  en  place:  
 
• A  la  grue  depuis  le  sol,  
• Par  encorbellement,  
• Par  lancement.  
 
 
Le  montage  de  notre  projet  se  fera  par  encorbellement.  
En  effet,    cette  méthode  est  utilisée  lorsque  les  hauteurs  de  l’ouvrage  par  rapport  au  
sol  sont  grandes,  ou  lorsque  l’accès  au  fond  de  la  vallée  ne  permet  pas  une  mise  en  
place  de  la  charpente  métallique  à  la  grue  depuis  le  sol,  ce  qui  est  notre  cas.  Les  
éléments  de  la  structure  métallique  sont  mis  en  place  tronçons  après  tronçons,  en  
avançant  en  porte  a  faux  vers  l’appui.  
 
 
 

 
 
                 Figure  4  :  Montage  par  encorbellement.  
 
 
8-­‐ Mise  en  place  de  la  dalle  :  
 
Dans  le  cas  d’une  dalle  en  béton,  on  a  généralement  trois  méthodes  de  mise  en  place  
sur  poutres  métalliques  :  
 
• Dalle  coulée  sur  place,  
• Dalle  ripée,  
• Dalle  composée  d’éléments  préfabriqués.  
 
Notre  étude  se  base  sur  une  dalle  coulée  sur  place.  
Pour  la  dalle  coulée  sur  place,  le  béton  frais  est  coulé  sur  un  coffrage  fixe  (fixé  aux  
poutres  maitresses)  ou  un  coffrage  mobile  (chariot  de  coffrage  se  déplaçant  sur  les  
poutres).  
 

  6  
 

Éléments  structuraux  
 
Cette  section  décrit  les  principaux  éléments  porteurs  qui  constituent  les  ponts  et  
présente  leurs  fonctions  dans  la  structure.  Il  faut  distinguer  entre  les  éléments  de  
l’infrastructure  et  ceux  de  la  superstructure.  
L’infrastructure  est  composée  des  éléments  de  soutien  de  l’ouvrage  tels  que  les  
piles,  les  culées  et  les  fondations.  
Les  autres  éléments  structuraux  de  l’ouvrage  représentent  la  superstructure.  
Dans  le  cas  des  ponts  poutres,  la  limite  entre  la  superstructure  et  l’infrastructure  
si=e  situe  au  droit  des  appareils  d’appuis.  
 
 

 
 
Figure  5  :  Infrastructure.  
 
Superstructure    
 
La  figure  si  dessous  montre  les  différents  éléments  porteurs  constituants  la  
superstructure  d’un  pont  mixte  bipoutre.  On  distingue  la  dalle,  les  poutres  
maitresses  avec  les  connecteurs  et  les  entretoises.  Le  contreventement  fait  
également  partie  de  la  superstructure.  
A  noter  que  le  système  forme  de  la  dalle  et  les  poutres  maitresses  est  appelé  tablier  
du  pont.  

 
                     Figure  6  :  Superstructure.  

  7  
 

 
Dalle  
 
La  fonction  essentielle  de  la  dalle  est  de  transmettre  les  charges  de  trafic  aux  
éléments  porteurs  principaux.  Elle  est  généralement  réalisée  en  béton  arme,  et  
parfois  en  béton  précontraint  transversalement  ou  longitudinalement,  et  rarement  
en  acier.  
 
 
 
 
Poutres  Maitresses  
 
Les  poutres  maitresses  constituent  l’élément  porteur  longitudinal  du  pont.  Elles  
transmettent  aux  appuis,  par  flexion,  par  cisaillement  et  par  torsion,  les  charges  qui  
proviennent  de  la  dalle.  Elles  peuvent  être  des  profiles  lamines,  composées  soudées  
a  ame  pleine,  ou  encore  des  poutres  a  treillis.  
 
 
 
 
Entretoises  
 
Les  entretoises  sont  des  éléments  plans  perpendiculaires  à  l’axe  du  pont,  qui  
solidarisent  les  poutres  maitresses  entre  elle.  Elles  jouent  deux  rôles  principaux  :  
• Garantir  l’indéformabilité  de  la  section  transversale  du  pont,  
• Assurer  la  transmission  au  contreventement  des  forces  horizontales  qui  
agissent  sur  les  poutres  maitresses  (vent,  séisme,  effet  de  la  courbure)  
 
Elles  peuvent  être  formée  d’une  plaque  en  acier,  d’un  treillis  ou  d’un  cadre.  
 
 
 
 
Connecteurs  
 
Les  connecteurs  assurent  la  liaison  entre  la  dalle  en  béton  et  les  poutres  maitresses  
de  manière  à  ce  que  ces  deux  matériaux  résistent  ensemble  aux  actions.  
Les  connecteurs  les  plus  fréquemment  utilises  sont  les  goujons  a  tète.  
 
 
 
 
 
 

  8  
 

 
Contreventement  
 
Le  contreventement  est  important  pour  le  comportement  latéral  de  l’ouvrage.  Il  
rigidifie  le  système  porteur  principal  dans  le  plan  horizontal.  Il  a  pour  fonction  de  
transmettre  aux  appuis  les  efforts  horizontaux,  essentiellement  dus  aux  forces  de  
vent.  Il  est  en  général  constitue  de  d’une  poutre  a  treillis  dont  les  membrures  sont  
les  poutres  maitresses  de  l’ouvrage.  Dans  le  cas  des  ponts  mixtes,  lorsque  la  dalle  est  
liée  a  la  structure  métallique,  la  dalle  elle  même  assure  cette  fonction  durant  
l’exploitation  de  l’ouvrage.  Cependant  il  faut  garantir  la  résistance  latérale  de  
l’ouvrage  durant  le  montage  et  placer,  au  besoin,  un  contreventement  provisoire.  
 
 
 
 
 
 

 
 
 
               Figure  7  :  Contreventements.  
 
 
 
 
 
 
 

  9  
 

Infrastructure    
 
 L’infrastructure  comprend  les  piles,  les  culées  et  les  fondations.  Le  rôle  de  ces  
éléments  est  de  servir  d’appuis  à  la  superstructure  et  de  transmettre  au  sol  les  
charges  qui  la  sollicitent.  
 
Les  Piles  
 
Les  piles,  sont  généralement  réalisées  en  béton  arme,  parfois  précontraint,  et  plus  
rarement  en  acier.  Les  piles  peuvent  être  articulées  ou  plus  généralement  
encastrées  à  leur  base,  libres  ou  articulées  à  leur  sommet.  
 
Les  culées  
 
Les  culées  sont  généralement  réalisées  en  béton  armée,  ce  sont  les  éléments  situes  
aux  extrémités  de  l’ouvrage  qui  assurent  le  raccordement  entre  le  pont  et  le  terrain.  
Dans  certain  cas,  les  culées  doivent  soutenir  l’extrémité  des  remblais  d’accès  et  
protéger  celui-­‐ci  contre  les  effets  de  l’eau.  Une  dalle  de  transition  en  béton  prend  
généralement  appuis  sur  la  culée  et  se  prolonge  de  quelques  mètres  sous  la  voie  de  
circulation.  Cette  dalle  permet  une  transition  progressive  entre  la  route  et  la  culée  
au  cas  ou  un  tassement  se  produit  derrière  la  culée.  
 
Les  fondations  
 
Les  fondations  transmettent  au  sol,  par  compression  et  par  frottement,  les  efforts  
provenant  des  piles  et  des  culées.  On  distingue  entre  fondations  superficielle  
(semelles)  ou  profonde  (pieux,  pieux  flottants).  En  raison  des  charges  considérables  
qui  agissent  sur  chaque  pile,  des  fondations  superficielles  ne  sont  envisageables  que  
pour  un  sol  dont  ces  conditions  sont  excellentes.      
 

           Figure  8  :  Pile  et  fondation.  

  10  
 

Équipements  
 
Pour  le  fonctionnement  d’un  pont,  les  équipements  nécessaires    comprennent  les  
appareils  d’appuis,  les  joints  de  chausses,  et  le  système  d’évacuation  de  l’eau.  
 
 
 
Appareils  d’appuis  
 
Les  appareils  d’appuis  se  situent  à  l’interface  entre  superstructure  et  
infrastructure.  Ils  doivent  transmettre  les  charges  verticales  et  horizontales  de  la  
superstructure  aux  piles  et  culées  et  permettre  les  mouvements  de  la  
superstructure.  Cette  double  fonction  est  généralement  assurée  pas  des  appareils  ad  
hoc  conçus  pour  les  degré  de  liberté  désires  (translation  et/ou  rotation).  
Ils  sont  des  appareils,  dont  leur  durée  de  vie  est  inferieure  a  celle  de  la  structure  
porteuse.  Ils  sont  sensibles  à  la  présence  de  l’eau.  
Les  appuis  peuvent  être  de  type  fixe  –  ils  transmettent  alors  une  force  horizontale  a  
l’infrastructure  sans  déplacement  relatif  entre  celle-­‐ci  et  la  superstructure  –  ou  de  
type  mobile  –  ils  permettent  le  mouvement  relatif  entre  l’infrastructure  et  la  
superstructure,  et  ceci  dans  la  direction  longitudinale  de  l’ouvrage  et/ou  dans  la  
direction  transversale.  
Il  est  important  de  noter  que  les  appuis  mobiles  transmettent  également  une  force  
horizontale  a  cause  du  frottement  ou  de  la  rigidité  non  nulle  des  appuis  de  type  
élastomère.  
 
 
 
 

 
 
              Figure  9  :  Appuis.  
 

  11  
 

Joints  de  chaussée  


 
Les  joints  de  chaussée  assurent  la  continuité  de  la  surface  de  roulement  entre  le  
tablier  et  la  culée  où  entre  deux  parties  du  tablier.  Ils  servent  avant  tout  a  permettre  
les  mouvements  relatifs  de  la  superstructure  par  rapport  a  l’infrastructure  
(variation  de  longueur  dues  a  la  variation  de  température,  les  rotations  dues  aux  
charges  agissant  sur  le  tablier  engendrent  de  tels  mouvements…)  
Les  joints  de  chaussée  doivent  également  supporter  les  charges  verticales  du  trafic  
qui  s’exercent  sur  eux.  
 
On  peut  différencier  deux  groupes  de  joints  :  
 
• Joints  de  chaussée  en  bitume  polymère  pour  des  petits  mouvements  
(allongement  :  20mm,  raccourcissement  :  10mm)  
• Joints  de  chaussée  avec  éléments  en  acier  ancres  dans  le  béton  de  la  dalle  et  
de  la  culée.  Ces  joints  permettent  de  plus  grands  mouvements  (jusqu’à  
1200mm)  et  sont  appelé  joint  de  dilatation.  
 
Les  joints  de  chaussée  représentent  un  équipement  important  pour  le  bon  
fonctionnement  du  pont  et  par  conséquent,  demandent  un  entretien  approprie.  
Ils  subissent  des  usures  ou  des  dégradations  par  fatigue  qui  indiquent  que  leur  
durée  de  vie  est  limitée  dans  le  temps.  
La  nécessite  des  joints  de  chaussée  dépend  avant  tout  de  la  distance  entre  le  point  
fixe  du  pont  et  son  extrémité  et  de  l’importance  du  trafic  utilisant  l’ouvrage.  Pour  les  
petites  longueurs  de  ponts,  des  ouvrages  sans  aucun  joints  peuvent  être  envisage  
dans  le  but  de  réduire  les  couts  de  maintenance.  
 
 
 

 
 
Figure  10:  Joints  de  chaussée.  

  12  
 

Évacuation  de  l’eau  :  


 
 
Une  évacuation  de  l’eau  efficace  et  fiable,  doit  être  assurée  par  garantir  la  
durabilité  de  l’ouvrage.  La  stagnation  d’eau  sur  revêtement,  en  plus  de  constituer  un  
danger  pour  les  utilisateurs  peut  conduire  à  une  dégradation  accélérée  de  la  
structure  porteuse.  Notamment,  en  cas  de  défauts  ou  de  dégâts  à  la  couche  
d’étanchéité  située  sous  le  revêtement,  il  s’ensuit  des  dégradations  du  béton  sous  
l’action  du  gel  ou  des  chlorures  dissous  dans  l’eau.  De  même,  la  stagnation  d’eau  sur  
les  éléments  métalliques  peut  conduire  à  une  dégradation  par  corrosion.  
 
 
Il  est  donc  nécessaire  de  prévoir  un  système  complet  d’évacuation  des  eaux,  tant  
transversalement  que  longitudinalement.  Les  pentes  transversales  et  longitudinales  
doivent  permettre  la  stagnation  locale  de  l’eau  de  pluies.  
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
     Figure  11  :  Coupe  longitudinale  et  transversale  avec  les  évacuateurs  d’eau.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  13  
 

Pre-­‐dimensionemment  du  projet  


 
 
 
Description  du  projet  
 
Notre  ouvrage  est  un  pont  mixte  bipoutre,  ayant  une  géométrie  simple  :  pont  droit,  
sans  biais.  C’est  n  pont  route,  destine  a  supporte  3  voies  de  circulation  en  trafic  
bidirectionnel,  ainsi  que  deux  trottoirs  pour  les  piétons  et  cyclistes.  Le  pont  n’est  pas  
ouvert  aux  transports  exceptionnels,  et  ayant  une  durée  de  service  prévue  de  70  
ans.  
 
 
 
Profil  en  long  et  trace  en  plan  
 
L’élévation  du  pont  est  représentée  à  la  figure  ci-­‐dessous.  La  longueur  totale  du  pont  
est  de  240m,  repartie  en  trois  travées  de  75  m,  90  m  et  de  75  m.  le  pont  est  
horizontal  en  élévation  avec  une  contreflèche  de  120mm  dans  la  travée  centrale  et  
de  100mm  dans  les  travées  de  rives.  Il  est  rectiligne  en  plan  et  ne  présente  aucun  
biais.  
 
 
 
 

 
 
Figure  12  :  Élévation  du  pont.  
 
 
 
 
 
 

  14  
 

Section  transversale  type  et  dalle  en  béton  


 
La  figure  ci-­‐dessous  illustre  la  section  transversale  type.  
La  chaussée  est  constituée  de  3  voies  de  3m  de  largeur  chacun,  et  d’un  trottoir  de  
1m  de  largeur  de  part  et  d’autre  du  pont,  de  largeur  totale  de  12m.  
La  dalle  présente  un  profile  en  toit  avec  une  pente  de  2.5%  pour  l’écoulement  des  
eaux.  
La  longueur  du  porte-­‐à-­‐faux  est  de  3m,  et  l’entraxe  des  poutres  maitresses  est  de  
6m.  l’épaisseur  de  la  dalle  vaut  450mm  au  droit  des  poutres  maitresses,  300mm  a  
l’axe  du  tablier  et  aux  extrémités  du  porte-­‐à-­‐faux,  ce  qui  correspond  a  une  épaisseur  
moyenne  de  hc=375mm.  
 
 
 
 

 
 
           Figure  13  :  Section  transversale.  
 
 
 
 
Poutres  maitresses  
 
La  hauteur  des  poutres  métalliques  est  constante  tout  au  long  de  l’ouvrage  et  vaut  
3m  (IPN  3000)  et  dont  les  propriétés  seront  présentées  ultérieurement.  
 
 
 

  15  
 

Entretoises  
 
Les  poutres  métalliques  sont  entretoisées  au  droit  des  culées,  des  appuis  
intermédiaires  ainsi  qu’en  travée  au  moyen  d’entretoises  de  type  cadre.  
L’espacement  des  entretoises  est  de  8m.  
La  figure  ci  dessous  nous  montre  la  conception  des  entretoises.  
Sur  appui,  les  traverses  sont  constituées  d’un  profilé  compose-­‐soude  de  1.5m,  alors  
qu’en  travée  il  s’agit  d’un  profilé  lamine  IPE  600,  place  a  mi-­‐hauteur  de  la  poutre  
métallique.  
 
 
 
Contreventements  
 
Pour  le  stade  de  montage,  un  contreventement  provisoire  est  mis  en  place.  Il  se  
compose  d’un  treillis  forme  par  les  poutres  maitresses,  par  les  traverses  des  
entretoises  et  par  des  diagonales  croisées  situées  dans  le  plan  des  traverses  des  
entretoises.  
 
 
 
Connexion  Acier-­‐Béton  
 
Sur  appui,  3  rangées  de  goujons  de  diamètre  25mm  sont  soudées  sur  la  semelle  
supérieure  de  la  poutre.  Les  goujons  sont  espaces  de  300mm  ce  qui  représentent  9  
goujons  par  mètre  de  poutre.  
 
En  travée,  4  rangées  de  goujons  de  diamètre  25  mm  sont  soudées  ssur  la  semelle  
supérieure  de  la  poutre,  dans  la  zone  où  se  produisent  des  déformations  plastiques.  
Ils  sont  espaces  de  150mm  ce  qui  représentent  20  goujons  par  mètre.  
 
 
 
Pré-­‐dimensionnement  
 
Le  predimensionnement  consiste  a  définir  de  manière  simple,  rapide  et  réfléchie  les  
dimensions  des  sections  les  plus  sollicitées  des  poutres  métalliques  pour  obtenir  
une  première  idée  des  caractéristiques  de  ces  sections.  Ces  caractéristiques  sont  
nécessaires  pour  procéder  à  une  analyse  de  la  structure  et  obtenir  les  efforts  
intérieurs  correspondant  à  son  comportement  statique.    
 
 

  16  
 

• Hauteur  de  la  poutre  métallique  :  


 
La  hauteur  de  la  poutre  métallique  doit  être  définie  en  utilisant  l’équation  
permettant  de  calculer  l’élancement  l/h    en  fonction  de  la  portée  l  et  de  la  largeur  2b  
de  la  dalle.  
On  obtient  alors  pour  la  travée  :  
 
           l/h  =  20  +  (l-­‐30)/5  –  (2b-­‐12)/2.5    
 
Cet  élancement  de  32  donnerait  une  hauteur  de  poutre  de  3000mm.  
Cette  hauteur  est  maintenue  constante  pour  toute  la  longueur  de  l’ouvrage.  
 
Le  choix  de  la  hauteur  de  la  poutre  conditionne  les  dimensions  des  semelles  ;  plus  la  
hauteur  est  grande,  plus  l’aire  des  semelles  sera  plus  petit,  et  inversement.  
 
 
• Actions  
 
 
1. Poids  propre  
 
Dans  le  cadre  d’un  predimendionnement,  il  y  a  lieu  de  procéder  a  une  estimation  
simplifiée  des  actions  verticales  agissant  sur  la  poutre  métallique  pour  le  calcul  
approche  des  efforts  intérieurs.  
 
• Le  poids  propre  de  la  charpente  métallique  peut  être  estime  par  :  
 
Ga  =  0.1  +  0.02lm  /  (0.6  +  0.035  *  2b)  =  1.9  KN/m2  
 

• Pour  une  poutre,  le  poids  propre  de  la  charpente  métallique  vaut  11.4  KN/m  
 
• Le  poids  propre  de  la  dalle  est  calcule  en  admettant  une  hauteur  moyenne  de  
375mm  ce  qui  conduit,  pour  une  poutre,    0.375  *  25  *  6  =  56.25  KN/m  
 
• Le  poids  propre  des  éléments  non  porteurs  comprend  celui  du  revêtement  et  
celui  des  glissières  de  sécurité.  Pour  un  roulement  moyen  de  100mm  sur  une  
largeur  de  11m  nous  obtenons  pour  une  poutre  13.2  KN/m  
 
• Le  poids  propre  de  la  glissière  est  admis  à  1  KN/m  par  poutre.  
 
 
 
 
 

  17  
 

2. Charges  de  trafic  


 
Le  modelé  de  charge  de  trafic  1  (LM1)  est  place  sur  la  chaussée  en  position  
défavorable  longitudinalement  et  transversalement,  ceci  en  fonctions  des  efforts  
maximaux  recherches.  
 
La  largeur  de  la  chaussée  accessible  au  trafic  est  de  11m.  Le  nombre  n  de  voies  de  
circulations  fictives  est  détermine  comme  suit  :  n=partie  entière  de  11m/3m=3.  
 
 

 
 
 
Figure  14  :  Nombre  et  largeur  des  voies  conventionnelles.  
 
 
 
 
La  route  qui  franchit  le  pont  n’est  pas  ouverte  aux  transports  exceptionnels,  d’ou  
LM1  est  considéré.  Les  forces  horizontales  dues  au  démarrage  et  au  freinage  sont  
négligées  pour  la  vérification  de  la  superstructure.  
 
 
 
 
 

  18  
 

 
 
                     Figure  15  :  Modèle  de  charge  1  –  LM1.  
 
Les  charges  prennent  alors  les  valeurs  suivantes  :  
 
-­‐ qk1  =  9.0  KN/m2  
-­‐ qk2  =  qk3  =  qkr  =  2.5  KN/m2  
-­‐ Qk1  =  300  KN  
-­‐ Qk2  =  200KN  
 
Les  coefficients  αqi  =  αQi  =  0,9.  

  19  
 

3. Vent  
 
Les  forces  dues  au  vent  se  calculent  selon  les  indications  de  la  norme  SIA  261.  
Cette  norme  permet  de  calculer  les  forces  horizontales  q1  et  verticales  q3  sur  le  
tablier.  
Le  vent  horizontal  permet  de  dimensionner  le  contreventement  métallique  au  stade  
de  montage.  
 
 
4. Neige  
 
La  charge  de  neige  ne  peut  pas  agir  simultanément  avec  la  charge  de  trafic.  Comme  
le  trafic  est  plus  lourd  que  la  neige,  elle  ne  figure  pas  dans  notre  
predimensionnement  mais  sera  prise  en  compte  dans  le  dimensionnement  de  notre  
ouvrage.  
 
 
5. Température  
 
L’effet  de  température  doit  être  pris  en  compte.  Une  contrainte  de  compression  de  
l’ordre  de  -­‐16  KN/mm2  agit  dans  l’ame  de  la  poutre  maitresse,  une  contrainte  de  
compression  de  -­‐4  KN/mm2  dans  les  semelles  inferieures,  et  une  contrainte  de  
traction  de  1.6  KN/mm2  dans  la  dalle  en  béton.  
 
A  noter  que  ces  calculs  seront  détaillés  dans  le  dimensionnement  du  projet.  
 
 
6. Séisme  
 
Pour  le  predimensionnement  de  notre  ouvrage,  l’effet  du  séisme  n’intervient  pas.  
Mais  pour  tout  calcul  de  dimensionnement,  cet  effet  interviendra  dans  le  
dimensionnement  des  fondations,  piles,  et  surtout  les  appuis.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  20