Vous êtes sur la page 1sur 2

DÉFINITIONSIMPRIMER

 Art

En général, désigne toute activité technique, encadrée par des règles, qui permet d’atteindre
une certaine fin. Après la Renaissance, le statut de l’artiste s’est progressivement différencié
de celui de l’artisan : l’artiste est associé aux beaux-arts, et ne vise pas à produire un objet
pratique.

 Beauté

Ce dont la forme provoque l’admiration, l’agrément ou le plaisir, par sa simple


contemplation (et non par sa consommation, comme un aliment que l’on désire et provoque
lui aussi du plaisir). Selon les différentes théories esthétiques, cette qualité peut être
universellement ou relativement perçue.

 Contemplation

Se dit theoria en grec, et désigne une observation attentive des idées. En esthétique, se


distingue du regard intéressé : elle est indifférente à l’existence de l’objet contemplé, car
c’est la seule forme de celui-ci qui suscite le plaisir du sujet. Elle peut donc durer
indéfiniment.

 Esthétique

Issu du terme aisthesis (« sensation » en grec ancien), l’esthétique désigne initialement toute
théorie s’intéressant au fonctionnement de la sensibilité. Depuis le XVIII e siècle, l’esthétique
est progressivement devenue l’étude de l’art, de la beauté, et des modalités de leur
réception.

 Génie

Initialement, un être surnaturel (le génie de la lampe). Puis, une aptitude extraordinaire (un
génie des mathématiques). Le génie propose une vision nouvelle de la représentation
esthétique, qui peut ne pas susciter le plaisir mais choquer. Kant propose une définition
spécifique du génie.

 Goût

Initialement le sens de la saveur. En esthétique, le goût désigne le sens du beau, une


sensibilité aiguë aux belles choses. Ce terme mêle le sentiment et l’intellect, dans la mesure
où il peut également désigner le discernement d’un individu et son éducation (« un homme
de goût »).
 Sublime

Qualité de ce qui provoque une forte admiration ou une vive émotion, en raison de sa
grande valeur (esthétique, morale, historique…). Kant distingue le beau du sublime, qui est
au-delà du beau et du laid (expérience de la totalité et de l’absence de limites). 

 Symbole

Symbolon  en grec désignait un objet servant de marque de reconnaissance entre personnes


initiées (deux parties qui s’encastraient l’une dans l’autre). Est symbolique toute réalité
sensible ou imaginable qui renvoie à quelque chose de non sensible ou d’absent, par
proximité, ressemblance ou analogie.