Vous êtes sur la page 1sur 7

La révision fiscale se présente comme étant la revue de certaines

dispositions de la loi en vue de tenir compte de la réalité économique du pays.


Ainsi donc nous pouvons donc comprendre que la révision fiscale est effectuée
lorsque l’on remarque que les lois en vigueur ne tiennent plus compte de la
réalité économique. Cette révision se manifeste par un réajustement de la loi de
finance promulguée ensuite par le parlement. La loi de finance est l’acte par
lequel le parlement vote le budget de l’Etat. L'impôt est un prélèvement
obligatoire sur les ressources des personnes physiques ou morales, servant à
couvrir les dépenses de l'Etat ou des collectivités locales. Face à l'apparition de
nouvelles entités et obsolescence de certaines lois, l'Etat revoit ses lois fiscales
(révision fiscale) pour mieux s’adapter à son environnement. Au Gabon, nous
avons pu constater que la loi de finance a été modifiée plusieurs fois afin de
l’adapter à la réalité, cette révision s’est produite et a eu lieu en 2016, 2017,
2018, 2019.

I- LA LOI DE FINANCE DE 2016


La loi de finance de 2016 c’est essentiellement focalisé sur :
- L’impôt sur les sociétés,
-La taxe sur la valeur ajoutée ;
-Des dispositions communes à l’IS et à l’IRPP
-Les sanctions fiscales

A/ AU NIVEAU DE L’IMPOT SUR LES SOCIETES


 Les charges locatives
Selon l’article 11 -1-2, le montant des locations concédés à une société est
admis est admis dans les charges déductibles à la seule condition qu’ils ne
présentent aucun dépassement par rapport à la moyenne des loyers pratiquée
pour les immeubles ou installations similaires. Dans l’ancien dispositif la charge
était rejetée en cas d’exagération. Dans le nouveau on parle de dépassement
c’est-à-dire la charge est rejetée en cas de dépassement. La modification a été
apporté donc au niveau du terme employé dépassement et non exagération.
 Au niveau de l’impôt dans le secteur pétrolier
Dans l’ancien dispositif, les sous-traitants c’est-à-dire les sociétés qui
soustraite avec les grandes entreprises bénéficiaient d’un régime d’imposition
fiscal simplifié, mais ce régime était stoppé à partir du moment où il arrivait à
échéance, c’est-à-dire même avant la fin de l’exercice. La loi de finance de 2016
va corriger cette aberration en prolongeant la fin du régime en fin d’année, c’est-
à-dire que si le régime s’arrête en cour d’année ce dernier sera prolongé
jusqu’en fin d’année

B/ LES MODIFICATIONS AU NIVEAU DE L’IRPP


 Indemnité de stage
Dans l’ancien dispositif, l’indemnité de stage était exonérée de l’IRPP
lorsqu’ elle était hauteur de 500000, au-delà de ce montant ce surplus était
reversé dans la base imposable
Les conditions à respecter pour bénéficier de cette indemnité sont, une durée
de stage de 6mois maximum et de 12 mois dans le cadre d’un programme
d’étude avec un établissement agréé. La loi de finance 2016 va apporter des
changements en précisons le fait que en cas de non-respect des conditions
décrites, tout le montant de l’indemnité qui sera reversé et non le surplus

C/ LES DISPOSITIONS COMMUNES A L’IS ET A L’IRPP


Il s’agit des modifications communes à l’Is et à l’IRPP. Dans l’ancien
code, une personne ayant résidence hors du Gabon pouvait venir au Gabon
donner son expertise et retourner en ayant droit à son salaire, la loi proposait de
retenir 10% à reverser dans les caisses de l’état. La loi de finance 2016 va
augmenter ce taux a 20%

D/ LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE


 Remboursement de la tva
Avant, l’Etat remboursait la tva en cas de crédit de TVA, la loi de finance 2016
va autoriser le remboursement de la tva sur la base d’un listing de factures ; sur
ces factures on devra retrouver les éléments suivant : le nif, la raison sociale, la
période consternée, montant hors taxe des opérations, montant de la tva due.
 TVA immobilière
Avant, la tva immobilière n’était pas intégrée, la loi fiscale de 2016 va permettre
l’intégration de certaines opérations immobilières
Ex : société de vente des immeubles, des terrains
Les personnes assujetties seront :
- Personnes agissants en tant que professionnels de l’immobilier
- Toute personne agissant dans le domaine de manière régulière
Le fait générateur sera à la livraison et l’exigibilité sera lors de la réalisation du
service du fait générateur
 Au niveau de la contribution sorcière des propriétés bâties
L’ancien dispositif parlait de valeur locative qui était égale à 10%de la valeur
vénale. La loi de finance parlera de valeur banquière supérieur à 10% de la
valeur vénale.

II- LA REVISION FISCALE DE LA LOI DE FINANCE 2017

A / AU NIVEAU DE L’IS
Avant 2013 Le taux de l’IS était de 35%, Puis il est passé à 35% pourcents pour
tout le monde a l’exception du secteur pétrolier qui avait un taux de 30%. Avec
la loi de finance de 2017, le taux de l’Is a été revu à 30%, taux du droit commun
appliqué au secteur hors mine et hors pétrole :
- Les sociétés des propriétés intellectuelles seront assujetties au taux de 25%
- Les sociétés du secteur pétrolier verront leur taux passé à 35%
- L’impôt minimum forfaitaire : Jusqu’en 2013, l’impôt minimum forfaitaire
était obtenue par le calcul suivant : 1000000 DE 1% DU CHIFFRE D’AFFAIRE
LA loi de finance de 2017 va dire que cet impôt sera égal à 1% DU CHIFFRE
D’AFFAIRE
- Le minimum de perception : c’est le minimum légal que toute société doit
verser à l’administration fiscale, et ce minimum n’est dû que l’lorsqu’il est
supérieur à l’Is calculé et à l’impôt minimum forfaitaire.
Minimum de perception = 1000000

B/ LES REVENUS DES CAPITAUX


En dehors des dividendes, les recettes non déclarées, des frais généraux non
justifiés, tous les autres revenus vont être considéré comme des revenus des
capitaux mobiliers dans le cadre de l’IRPP
Au niveau de l’IRPP, la loi va permettre l’institution d’un précompte sur l’IRPP
consternant le revenu foncier. Cet acompte aura pour base : montant brut des
loyers + Les charges de propriété supportées par le locataire, avec un taux de 5%
Seules les locations faire par des intermédiaires (agences immobilière) ou des
personnes morales pourront avoir recours à cet acompte

C / AU NIVEAU DES DROITS D’ENREGISTREMENT


Dans les anciens dispositifs, le droit d’enregistrement était de 1% sur les
marchés saufs ceux des prestations de services. La loi de finance de 2017 va
instituer le droit d’enregistrement sur tous les marchés et au taux de 1%
(marchés des travaux, professions libérales, services
D/ AU NIVEAU DES PROCEDURES FISCALES
Désormais la loi va instituer une déclaration spéciale pour les régimes
dérogatoires, un ensemble des avantages fiscaux accordés aux entreprises
exonérées du payement de l’impôt. Ils seront obligé de faire une déclaration
récapitulative des opérations pour lesquelles ils ont bénéficié des faveurs de
l’Etat (ex : en précisant le montant de l’impôt qui auraient dû être payés, afin
qu’on puisse savoir ce que l’état a perdu)
Pour toutes les entreprises qui sont soumises au payement des impôts, en
dehors de la déclaration du droit que toutes les sociétés doivent s’acquitter, elles
devront également faire une déclaration spéciale qui retrace tous les impôts
qu’elles auraient dû payer,
Dans le cas où cette mesure n’est pas respectée, l’entreprise sera soumise
à des sanctions, des amandes

E/ AU NIVEAU DU RECOUVREMENT DE L’IMPOT


Le recouvrement est le payement de l’impôt au moment choisi par la loi.
Pour les sociétés qui ne payeront pas leur impôt au moment opportun l’état va
mettre en place un nombrée démarche pour pousser les entreprises à payer
l’impôt en instituant un Avis de recouvrement.
Les étapes sont :
- Avant d’aller vers les entreprises pour récupérer l’impôt, il faudra d’abord
emmètre un avis de recouvrement qui sera remis au contribuable
- Selon la loi de finance il fallait 3 jours pour notifier cet avis, la loi de finance
de 2017 ne va plus exiger les trois jours mais va exiger au service d’être
performant afin de le faire dans les trois jours
- Le remboursement se fera à compter de l’épuisement du délai de la notification
jusqu’au délai du rejet pour la TVA

III- LA LOI DE FINANCE 2018 et 2019


Il y a eu plusieurs modifications au niveau de la loi de finance 2018
A/ AU NIVEAU DE L’IS
 Le minimum de perception
Dans l’ancien dispositif, une entreprise nouvelle bénéficiait d’une
exonération du minimum de perception. Mais Le nouveau dispositif va renchérir
cela en instituant le fait que désormais une nouvelle société qui fait du bénéfice
est exonérée du minimum de perception et de l’IS, on considère que son résultat
est déficitaire
 La rémunération des actionnaires
Dans l’ancien dispositif, les actionnaires pouvaient prêter de l’argent à
l’entreprise à condition que le capital soit entièrement libéré pour que les intérêts
soient fiscalement déductibles ;
Pour cela il fallait respecter les limites prévues par la loi :
- Le montant à prêter ne devait pas dépasser la moitié du capital social
- Le taux appliqué ne devait pas dépasser le taux de la banque centrale majoré de
2%
T= 4, 5% + 2% = 6, 5% * moitié du capital libéré
EX : PRET= 250000000, t= 10%, CAPITAL= 50000000
INTERET PAYES = 250000000*10% = 25000000
ANCIEN DISPOSITIF : (capital /2) * (taux bac +2)
50000000/2) * (4,5+2) = 1625000
Réintégration = 25000000- 1625000= 23375000
Dans le nouveau dispositif, le capital doit être entièrement libéré et le taux de la
banque central reste le même. Mais prendre en compte la limite de 1, 5du capital
libéré
EX : PRET= 250000000, t= 10%, CAPITAL= 50000000
On va augmenter la limite
(CAPITAL SOCIAL * 1,2) * (t* bac + 2)
(50000000* 1, 5) * (4,5+ 2) =4875000
Réintégration = 25000000- 4875000= 20125000
B/ AU NIVEAU DE LA TVA
 L’assujettissement à la tva
Dans l’ancien dispositif l’assujettissement à la tva était à 80000000 il y a 4
ans. La loi de finance de 2018 va mettre ce montant à 60000000 et la loi de
finance de 2019 va modifier ce montant en le portant à 150000000 et ce montant
sera imposé aux entreprise qui ne sont pas encore assujetti à la tva, il faudra
donc attendre qu’elles atteignent le montant de 150000000 de chiffre d’affaire
afin d’appliquer la nouvelle mesure.
 le paiement diffère de l’impôt
Le paiement de la tva ne va pas être exigé le 20 du mois prochain pour les
entreprises suivantes :
- Entreprises qui importent le matériel sachant que ce matériel est frappé de tva
au niveau de la douane ;
- Entreprises industrielles exportatrice, qui ont des investissements lourds d’un
montant de 100000000.
Et du point de vue fiscal, ne pourront bénéficier de cet avantage que les
entreprises qui seront à jour au niveau des déclarations des impôts et des
obligations douanières.
La Contribution spéciale solidarité ( CSS) qui est différent de la
CNAMGS est payé par les personnes physiques ou moral ; celles qui réalisent
les activités à titre onéreux ; ces entreprises qui réalisent un chiffre d’affaire
supérieur ou égal à 30 000 000. Sont exonérée, les opérations liées aux ventes de
gaz butanes, aux transactions liées au trafic international, aux exportations et
aux opérations de transfert locales de bien ou de personnes. La CSS est juste
collectée ; elle est exigible à l’encaissement. Son taux est de 1% et le
recouvrement est fait tous les 20 de chaque mois. Elle ne s’applique pas au
contrat d’assurance.