Vous êtes sur la page 1sur 37

AMELIORER LE SYSTEME DE COMMERCIALISATION DES NOIX DE

CAJOU AU BENIN: ETAT DES LIEUX, DEFIS ET PERSPECTIVES

1ere
Edition
EDITION 2020
MINISTERE DE L'INDUSTRIE ET DU COMMERCE

ORGANISATEURS

SPONSORS OFFICIELS

PARTENAIRES

SOCIETE BPS
EDITION 2020

Hôtel Golden Tulip, Le Diplomate de Cotonou le 24 Janvier 2020


SOMMAIRE

RÉSUME INTRODUCTIF

LANCEMENT OFICIEL

PRÉSENTATIONS INTERNES

PRÉSENTATIONS EXETERNES

DISCUSSIONS ET PROPOSITIONS

MOTS DE CLÔTURE

ACRONYMES ET SIGLES
MAEP: Ministère de l'Agriculture de l'Elevage et de la Pêche

NCAN: Association Nationale du Cajou du Nigéria

AEC-CI: Association des Exportateurs de Cajou de la Côte d'Ivoire

MIC: Ministère de l'Industrie et du Commerce

FENAPAB: Fédération Nationale des Producteurs d'Anacarde du Bénin

FENAPAT: Fédération Nationale des Acheteurs des Produits Tropicaux

CNTC: Conseil National des Transformateurs de Cajou

CoNEC: Conseil National des Exportateurs de Cajou

IFA: Interprofession de la filière Anacarde

PTF: Partenaires Techniques et Financiers

URPA: Union Régionale des Producteurs d'Anacarde


UCPA: Union Communale des Producteurs d'Anacarde
CVPA: Coopératives Villageoise des Producteurs d'Anacarde
ANM: Agence Nationale de normalisation

SBEE: Société Béninoise d'Energie Electrique

ABSSA: Agence Béninoise de la Sécurité Sanitaire des Aliments

PDS: Plan de Développement Stratégique

DDIC: Direction Départementale de l'Industrie et du Commerce

JNEC-CI: Journée Nationale de l'Exportateur du Cajou de la Côte d'Ivoire


Résumé Introductif

Contexte
Au cours du bilan de ses activités comptant pour l'année 2019, le Conseil National des Explorateurs
de Cajou du Bénin a établi en perspective pour le compte du premier trimestre de l'année 2020 au
titre de ses activités phares, l'organisation d'une journée de réflexion sur la commercialisation du
cajou au Bénin avec les différentes parties prenantes. Cette idée a été validée par les familles
d'acteurs lors de la deuxième rencontre semestrielle de l'IFA-Bénin organisée à Parakou du 11 au 13
Décembre 2019 et a été porté par le CoNEC et la FENAPAT.

Organisation de la journée
L'organisation de la journée a été conduite par un comité mise en place par le Conseil National des
Explorateurs de Cajou et chapeauté par son Président, Monsieur FANOU Péniel.

Cette Journée dénommée le Benin Cashew Day a été organisée le Vendredi 24 Janvier 2020 à l'hôtel
Golden Tulip de Cotonou autour du thème: Améliorer le système de commercialisation de la noix de
cajou au Bénin: état des lieux, défis et perspectives. Cet événement placé sous le parrainage du
Ministre de l'Industrie et du Commerce, Madame Alimatou Shadiya ASSOUMAN a connu sa présence,
celle du ministre en Charge de l'agriculture, celle des membres des institutions gouvernementales, celle
de différents partenaires techniques et financiers présentes dans la filière cajou au Bénin, celle des
différents membres des familles d'acteurs constituant l'interprofession de la filière anacarde, des invités
du Nigéria et de la Côte d'Ivoire et les médias. Un stand a été ouvert pour la présentation des produits
issus de l'anacarde.

206 Participants

Discours ministériels

Présentations des familles d'acteurs

Communications PTF et Invités extérieurs

Discussions et Propositions

1
LANCEMENT OFFICIEL

Le Ministre de l'Industrie et du Commerce s'est Le ministre de l'Agriculture de l'Elevage et de la


félicité de cette organisation qu'elle parraine et Pêche a salué l'opportunité de l'assise. Il s'est

a dit son plaisir et sa satisfaction de voir réjoui de l'initiative et surtout du contexte

combien est fort le désir d'avancer des dynamique dans lequel il est organisé. Pour lui,

différents acteurs de la filière anacarde. Elle a le secteur du cajou est aujourd'hui l'un des plus
prépondérant dans notre pays tant au point de vu
rappelé que le Benin Cashew Day est un
des résultats qui en proviennent que dans la
événement qui est venu se calqué sur un
volonté de l'état de la promouvoir davantage
événement de l'agenda de son ministère et que
pour une amélioration continue de l'économie
c'est avec empressement qu'elle a donné sa
agricole.
caution pour son organisation.
Discours du Ministre de l'Agriculture de l'Elevage et de la Pêche

en matière de développement agricole et de


diversification des exportations.

Il est vrai que le volume des exportations de


noix brute a atteint une moyenne de 100 à 150
000 tonnes ces trois dernières années et que le
niveau de transformation affiche une moyenne
Mesdames, messieurs les Directeurs
auxiliant autour de 19 000 tonnes pour la
techniques, Directeurs Généraux des sociétés
même période. Mais les ambitions du
et institutions, chers invités, tout protocole
gouvernement même révisées sont beaucoup
observé,
plus grandes aussi bien dans le domaine de la
Il y a des honneurs qui ne se refusent point. production de noix brutes que pour la
C'est dire tout le plaisir que j'éprouve d'être transformation en amande et autres produits
parmi vous et avec ma collègue en cette salle, dérivés pour conquérir une part substantielle
à l'occasion de cette première édition du Benin des marchés. C'est vrai nous avons prévu
Cashew Day. Je saisis l'occasion pour vous produire 300 000 tonnes à l'horizon 2021, mais
souhaiter à tous la bienvenue et féliciter le pensez-vous que nous ne pouvons pas nous
CONEC du Bénin la FENAPAT pour cette noble battre au moins pour 200 000 tonnes à cet
initiative prise en collaboration avec l'IFA horizon? Les objectifs de transformation ne
Bénin. Cette initiative vient à point nommé car changent guère. Nous devons au moins faire la
s'inscrivant dans le contexte des actions de moitié. C'est pour cela que la rencontre que
développement et de promotion de la filière vous prévoyez aujourd'hui vient à point
anacarde entamées par le gouvernement ces nommé pour nous permettre de situer les
dernières années. Le grand mérite en est responsabilités et de prendre de nouveaux
qu'elle crée le cadre pour les réflexions qui engagements. Ces ambitions vous le savez bien
doivent précéder l'action? Cela est d'autant ne peuvent se concrétiser que si chaque
plus important que la filière cajou que nous catégorie d'acteurs concernés s'implique à
qualifions comme le troisième pilier de fond pour jouer sa partition. Les défis sont
l'économie nationale après le coton et le port nombreux mais à notre portée si nous nous
est aujourd'hui l'une de nos priorités majeures organisons bien pour mettre à profit les
différents appuis disponibles aux fins qu'il

3
Discours du Ministre de l'Agriculture de l'Elevage et de la Pêche

s'agit d'œuvrer pour améliorer de façon soutenir la politique d'investissement et


continue les rendements des plantations d'accompagnement de la filière anacarde pour
d'anacardiers, renforcer les capacités des atteindre les résultats économiques
familles d'acteurs et une organisation plus escomptés, en témoigne les projets en cours et
efficace et plus efficiente du dispositif de à venir dans cette filière avec le concours des
commercialisation de noix et d'amandes de PTF. Je voudrais saluer ici au passage
cajou. En me référant au thème de cette Technoserve, je voudrais saluer ici au passage
première édition: " Améliorer le système de GIZ, je voudrais saluer la banque mondiale,
commercialisation de la noix de cajou au Bénin: tous ces projets et programmes qui nous
Etat des lieux, défis et perspectives", je pense accompagnent. Je n'oublie pas les ONG
que les conditions actuelles du marché nous nationales et internationales qui apportent des
imposent réellement de faire un état des lieux appuis ici et là. Nous n'avons d'ailleurs pas le
pour mieux diagnostiquer les réels problèmes choix vu la place qui est réservée au cajou au
qui minent la collecte et la gestion des flux, titre des projets phares du gouvernement.
amener les acteurs eux-mêmes à proposer les
A vous chers amis du CoNEC et de FENAPAT je
perspectives et orientations sur lesquelles mon
dis bravo pour l'organisation de l'événement
département ministériel et les autres
de ce jour en espérant que Benin Cashew Day
ministères sectorielles concernés pourraient
s'inscrive dans la durée et sème les germes
fonder leurs appuis pour une amélioration
féconds du système de commercialisation des
visible des performances de la filière à tous les
noix de cajou du Bénin.
niveaux. L'état pour sa part continuera de

Gaston DOSSOUHOUI
Ministre de l'Agriculture de l'Elevage et de la Pêche
Discours du Ministre de l'Industrie et du Commerce

Ces résultats sont la conséquence des


nombreuses actions entreprises non seulement
par le gouvernement, les projets et
programmes et surtout les investissements
C'est avec un plaisir réel que je prends la parole engagés par le secteur privé.
en cette tribune à l'occasion de cette première
Mesdames et Monsieur comme le dit un adage,
édition du Benin Cashew Day qui se teint en ce
tant qu'il reste à faire, rien n'est fait. C'est en
jour. Permettez-moi déjà de saluer l'initiative
cela qu'il importe de murir davantage les
qui constitue désormais une occasion
réflexions pour une meilleure organisation de
d'échange entre les acteurs du secteur
la filière et notamment pour donner les
publique et privé afin de faire face aux
orientations pour une professionnalisation de
exigences et aux défis de ce maillon important
la commercialisation de la noix de cajou afin
qu'est la filière Anacarde dans notre pays.
d'obtenir des résultats plus probant qui
Chaque fois que les acteurs d'un domaine
conviennent autant à satisfaire les objectifs de
économique, tel le vôtre, sentent la nécessité
l'état que ceux des acteurs de la
de s'organiser autour de questions de
commercialisation et toute la chaine à leur
développement de leurs activités, nous avons
suite en pensant l'équilibre des forces au sein
le devoir d'accompagner, tant votre place dans
de l'interprofession de la filière anacarde.
la construction de l'économie nationale est non
négligeable. Améliorer le système de commercialisation des
noix de cajou pose aujourd'hui le défi de
En effet, la filière Cajou dans notre pays n'a
l'alignement sur les objectifs stratégiques fixés
cessé d'évoluer ces dernières années en termes
par l'état dans le secteur et des actions
de production, d'exportation et de
concertées au sein de l'interprofession de la
transformation. Elle est demeurée la deuxième
filière anacarde pour asseoir un cadre de
culture d'exportation de notre pays. En 2019,
développement et de progrès véritable des
notre pays a exporté 92 000 tonnes de noix
différentes familles d'acteurs.
brutes sur production d'environ 130 000
tonnes. Donc c'est effectivement un lieu d'échange que
nous organisons aujourd'hui.

5
Discours du Ministre de l'Industrie et du Commerce

Le gouvernement du Bénin est résolument défis, les difficultés et les solutions que vous
engagé comme vous le savez tous, dans la proposez afin que nous puissions revenir vers
transformation systématique de l'économie vous probablement pour une deuxième assise
nationale et pour cela a engagé des actions pour définir les textes définitifs.
sérieuses, pertinentes et rigoureuses. Et c'est
Pour finir, je vais renouveler tous mes bons
dans cette optique qu'il me plait de vous
sentiments à l'égard des PTF pour leurs rôles
réaffirmer la détermination du Ministère de
dynamiques, remercier tous les acteurs qui ont
l'Industrie et du Commerce à mener au profit
fait le trajet jusqu'ici. Et c'est sur ces mots
des acteurs que vous êtes des actions qui
d'engagement, de franchise, de transparence
permettront un plein épanouissement de la
et d'espoir que je déclare ouverte ce jour
filière.
vendredi 24 Janvier 2020 la première édition du
L'assise de ce jour vous permettra de revisiter Bénin Cashew Day.
les textes règlementaires et comme on avait
Plein succès à nos assises et vive la filière
déjà des projets, il serait souhaitable que vous
anacarde.
revisiter ces projets là en ajustant les nouveaux

Alimatou Shadiya ASSOUMAN


Ministre de l'Agriculture de l'Industrie et du Commerce
Propos du Président de l'IFA-Bénin

a refait le contexte d'évolution du secteur cajou


ces dernières années mais aussi celle de l'IFA
qui a su se doter d'éléments techniques
pertinents pour sa professionnalisation. En cela
il a martelé les objectifs que s'est fixé la
deuxième mandature de l'IFA-Bénin. Ainsi,
Le Président IFA a salué et souhaité la plus
l'objectif principal de son équipe est l'accès au
cordiale bienvenue aux participants de cette
marché des produits d'anacarde pour
première édition du Benin Cashew Day. Il a
mieux vendre le Bénin.
rappelé le contexte de l'initiative d'un tel
événement et à préciser qu'il s'agit ici d'un Au demeurant, il estime que tout est

important rendez-vous pour la filière anacarde maintenant en place pour que les acteurs

au Bénin qui a l'ambition de réunir les s'organisent au mieux pour compétir sur les

professionnels du cajou en interne et d'autres marchés régionaux et internationaux. Le Benin

professionnels des pays producteurs de noix de Cashew Day est donc l'occasion pour les

cajou pour frotter les idées et tirer ensemble acteurs et spécialistes de cajou de faire un état

les grandes leçons de la campagne écoulée en des lieux et des défis à relever pour définir les

vue de mieux organiser celle à venir. Il a félicité perspectives de la campagne de

l'engagement des membres du gouvernement commercialisation 2019-2020 mais aussi le

pour les réformes essentielles et pour la qualité cadre pour donner un aperçu actualisé des

des actions en cours dans la filière anacarde textes des différentes familles d'acteurs pour

qui est inscrite au rang de filière phare dans le orienter les décisions des autorités en faveur

plan d'action du gouvernement. Il a en outre de filière anacarde en général et en particulier

salué à sa juste valeur le rôle des PTF aux côtés pour la campagne de commercialisation à

des acteurs de la filière et se réjouis de venir. Aussi ce cadre permettra d'actualiser les

l'assurance que ces derniers donnent de textes règlementaires au regard de l'évolution

poursuivre à leurs côtés la marche vers la rapide du secteur anacarde au plan mondial en

croissance des différentes familles d'acteurs. Il tenant compte des réalités béninoises.

Edouard ASSOGBA
Propos du Directeur Pays de Technoserve Bénin

Le Directeur Technoserve Bénin a dans son propos salué les acteurs publics pour le cadre favorable créé pour
l'exercice des activités de son organisation ainsi que le rôle collaboratif assuré jusqu'ici. Il a salué
l'investissement des acteurs qui font vivre la filière cajou au Bénin et les appelle à grandir dans les actions. Ce
fut l'occasion pour lui de rappeler les résultats des actions menées et le boulevard des chantiers qui attendent
encore d'être empruntés. Pour lui, le Benin Cashew Day est une opportunité que les acteurs du public et du
privé devraient saisir pour réfléchir et statuer sur le processus d'amélioration continue du système de
commercialisation du cajou au bénin.

Il a exposé le projet Bénin Cajou qui est un projet pour l'intégration et l'accélération du cajou au Bénin et qui
a démarré en 2015 pour une durée de 6 ans. Il vise à construire au bénin un secteur de cajou durable et
structuré offrant aux différents acteurs les meilleurs rendements possibles et une meilleure commercialisation
dans la perspective d'accroître leurs revenus et de favoriser une meilleure compétitivité de l'industrie du cajou
contribuant de ce fait à la prospérité de l'économie nationale.

James OBAROWSKI
Performances Projet Benin Cajou
Augmentation du volume de noix
5 148 839 dollars US de financement mobilisé
transformée de 15 000 tonnes depuis 2015

38 373 producteurs formés dont 10 005 Augmentation des recettes de vente de près
femmes de 13 milliards depuis 2015

Une dizaine de d'entreprises de 61 844 396 dollars US de vente de jus et de


transformation de cajou accompagnée l'amande de cajou
PRESENTATIONS
INTERNE
INTERNES
Calendrier de production et disponibilité en noix
JAN FEV MAR AVR MAI JUI JUI AOU SEP OCT NOV DEC

Inde

Vietnam

Benin

Guinée Bissau

Côte d'Ivoire

Nigéria

Togo

Brésil

Mozambique

Tanzanie

Kenya

Mali

Ghana

Burkina Faso

Sénégal

Gambie

Indonésie

Récolte de l'hémisphère nord assez stratégique pour l'industrie

Situation au Niveau Global


 Le marché essaie toujours de se relever de la crise de 2018
 On attend une augmentation de 7% du volume global de production pour 2020
 Le prix des amandes WW320 est entre 3,20 et 3,30 usd/lbs

Situation en Inde
 Nouveau souffle pour l'industrie de transformation
 Existence d'un marché intérieur de consommation des amandes de cajou
 La demande en noix devrait être forte en 2020

10
Situation au Ghana
 Retard de 2 semaines dans en début d'approvisionnement par rapport aux prévisions
 Pas de taxe à l'exportation
Situation au Burkina Faso
 Retard de 2 semaines dans en début d'approvisionnement par rapport aux prévisions
 Baisse de la taxe à l'exportation de 35 à 25 entre 2018 et 2019
Situation en Côte d'Ivoire
 Existence de prix plancher
 Baisse de la taxe à l'exportation de 80 à 51 entre 2018 et 2020
 Régulation par le Conseil Coton Anacarde
Situation au Nigéria
 Pas de prix plancher
 Taxe à l'exportation d'environ 3 dollard

Situation interne au Bénin

Baisse de la taxe à l'exportation de 70 à 50 F/kg

Prix plancher qui ne tient toujours pas compte des réalités

Interdiction de contact entre producteurs et exportateurs

Multiplicité d'intermédiaires

Difficulté d'approvisionnement des usines

Non-respect des bonnes pratiques post récolte par les producteurs


Problématique interne au Bénin
Comment organiser le système de commercialisation local en vue de le
rendre plus efficace dans un contexte de marché global et surtout pour
que tous les acteurs impliqués puissent en profiter?

Valentin ATCHAOUE, Processing Manager Technoserve


PRESENTATION DE LA FENAPAB

Difficultés liées au fonctionnement

Faible gouvernance au
Faible mobilisation des
sein de certaines
ressources propres
UCCPA et CVPA

Nombre insuffisant de
conseillers agricoles

Issiakou MOUSSA, Directeur Général FENAPAB

Difficultés liées la commercialisation

Faible niveau d'adhésion des producteurs aux coopératives;


Faible adhésion de certaines familles d’acteurs au mécanisme de vente groupée;

Baisse de la qualité des noix de cajou;

Absence de la règlementation de la commercialisation (prolifération anarchique des acheteurs/collecteurs


informels);

Faible fonctionnement du comité de suivi de la commercialisation au niveau de IFA-B ce qui est à la base du non-
respect des prix planchers

Recommandations à l'endroit du Recommandations à l'endroit de


Gouvernement l'IFA

Réaliser une étude sur les charges de


Créer un fonds de lissage/stabilisation pour
production de chaque acteur afin de
gérer les cas de baisse de prix
faciliter la fixation de prix
Règlementer la commercialisation des noix
Rendre fonctionnel le comité de suivi de la
brutes en tenant compte des aspirations
commercialisation
des acteurs de la filière
Faciliter l'adhésion et la constitution de Encourager et faciliter les relations
nouvelles coopératives pour une d’affaires contractuelles entre la FENAPAB
commercialisation structurée des noix et les autres familles d’acteurs
Promouvoir la généralisation de la vente
groupée

12
Georgette TARAF, Secrétaire Général du CNTC

PRESENTATION DU CNTC
Difficultés des unités de transformation de noix de cajou
Manque de financement adapté
Mauvaise organisation de la commercialisation qui ne sécurise pas les fonds, ne rassure pas
les structures de financement et ne facilite pas l’approvisionnement des unités de
transformation
Volatilité des prix de noix d’anacarde ;
Accès à l’énergie électrique difficile (coût du raccordement au réseau conventionnel très
élevé)
Voies d’accès aux sites d’implantations de certaines usines impraticables
Coût élevé des infrastructures d’eau
Coût de l’énergie élevé pour les industries
Faible exploitation des capacités des usines installées
Absence de terminal d’entreposage des noix pour les transformateurs
Insuffisance d’informations sur les nouvelles technologies de transformation et sur leurs
sources d’acquisition par manque de dispositif de conseils sur les technologies
performantes;
Manque de services locaux spécialisés dans la maintenance des équipements de
transformation dans les usines ;
Difficulté d'accès aux pièces de rechange pour les usines ;
Insuffisance de compétences spécifiques locales pour la transformation des noix de cajou ;
Faible niveau de valorisation des déchets d'usine (les coques de noix de cajou)

13
PRESENTATION DU CNTC

Difficultés des unités de transformation de pomme cajou


Marché d’écoulement difficile
Non certification des jus par l’ANM
Non harmonisation du processus de production par toutes les unités
Accès difficile aux intrants (bouteilles neuves, capsules, carton d’emballage, sachet
d’empaquetage, etc.)
Infrastructures, matériels et équipements inadaptés dans certaines unités
Absence de manuel de production au sein de l’union des transformateurs de pomme
cajou
Non valorisation de certains sous-produits (pomme séchée, farine panifiable, bonbon
et biscuits de pomme de cajou)
Insuffisance de formations aux membres
Absence de contractualisation avec les producteurs de cajou

Recommandations
La constitution d’une garantie auprès des banques locales, au profit des unités de
transformation pour faciliter l’accès au financement
La viabilisation des sites d’implantation des usines existantes (SBEE, eau route…etc.) et
l’entretien des pistes en zones de transformation.
La mise en place d’un système de bonification du coût de l’énergie au prorata de la
quantité transformée.
L’opérationnalisation d’une centrale d’achat et de gestion de stock de noix cajou au profit
des transformateurs
Soutien du prix d’achat de la noix brute au transformateur pour maintenir leur seuil de
rentabilité
La mise en place de la démarche qualité au sein des usines de transformation de noix et
de pomme pour celles qui en ont besoin
la certification des jus par l’ANM et la mise en marché par l’ABSSA

14
Nicolas AVOCE, Secrétaire Général Adjoint de la FENAPAT

PRESENTATION DE LA FENAPAT

Difficultés liées au fonctionnement


Ressources très limitées permettant aux élus de respecter : Echéances statutaires,
restitution aux membres des conclusions de participations de ses représentants aux
multiples rencontres avec les Partenaires techniques et financier (PTFs), les ministères
sectoriels et l’IFA-Bénin.

Difficultés lors de la commercialisation


 Difficulté à de distinguer les véritables acteurs de collecte primaire pendant la

commercialisation de noix brutes de cajou

 Irruption de certains exportateurs dans les zones de production

 Insuffisance des ponts de pesage et leurs disfonctionnements réguliers liés soit à un

mauvais entretien ou leur vétusté créant des déficits énormes.

 Inexistence d’une structure de contre-expertise pour le contrôle et la certification de la

qualité.

15
PRESENTATION DE LA FENAPAT

Recommandations à l'endroit de l'IFA


La FENAPAT sollicite l’appui de l’IFA-Bénin pour l’identification d’un partenaire technique et
financier pour:
 Réfléchir et concevoir un mécanisme de commercialisation adapté aux besoins des
quatre familles d’acteurs constituant l’IFA-Bénin que sont : la FENAPAB, la FENAPAT, le
CNTC et le CoNEC.
 Le recrutement et la prise en charge du personnel technique de la FENAPAT à l’instar
des autres familles d’acteurs,
 L’élaboration :
des documents de gestion (Manuel de procédure et de gestion administrative et
financière)
L’élaboration du Plan Stratégique de Développement (PDS)

Recommandations à l'endroit du Gouvernement


 Accélérer le processus de signature du décret ou d’un arrêté ministériel instituant le cadre
réglementaire ;
 Renforcer l’équipe des Directions Départementales de l’Industrie et du Commerce (DDIC) pour
l’accompagnement de la FENAPAT et l’IFA-B dans le suivi de la commercialisation ;
 Renforcer les équipes de surveillance des frontières afin de limiter voir empêcher la sortie
frauduleuse des produits vers les pays voisins occasionnant la baisse de recette fiscale et la
perte de devise pour le Bénin ;
 Créer organisme de contrôle, d’expertise ou de contrexpertise de la qualité de la noix de cajou
en particulier et des produits tropicaux en général ;
 Renforcer le système de contrôle des ponts bascules et des instruments de pesage par les
services de la métrologie.
 La rétrocession des prélèvements pour les fonctions critiques à IFA-Bénin

16
Hermann ABIHONA, Secrétaire Général du CoNEC

PRESENTATION DU CoNEC

Date de création: 2012


Nombre de membre: 65 sociétés exportatrices

Capacité d'exportation: 80% de la production nationale

Difficultés liées à la commercialisation


Difficulté d'identification de l'ensemble des entreprises exerçant dans l'exportation du cajou
Inexistence de structure de contre-expertise nationale pour la certification des noix destinées à
l'exportation
Inexistence de traçabilité des noix destinées à l'exportation;
Inexistence d'une sacherie propre au Bénin pour la promotion du label Bénin

Recommandations à l'endroit de l'IFA Recommandations à l'endroit du Gouvernement


Aider à la mise en place d’un cadre réglementaire
Œuvrer à contractualiser les liens
pour l’exportation du cajou
d'affaires entre les familles d'acteurs
Faciliter un accord-cadre avec les directions
Affiner son rôle au côté des familles
techniques, IFA et les familles d'acteurs pour la
d'acteurs dans leur
régulation
professionnalisation
Accompagner la professionnalisation des acteurs de
la commercialisation;
Mettre en place un système normalisé expérimental
de commercialisation des noix de cajou destinées à
l'exportation sur bases des conclusions du Benin
Cashew Day

17
PRESENTATIONS EXTERNES
Koffi Yao APPIA, Président d'honneur de l'AEC-CI Côte d'Ivoire

Présentation de l'AEC-CI
Date de création : 25 Septembre 2010 ;

Nombre de Membres : 140 Sociétés exportatrices ;

Activité mutualisée : Gestion Opérationnelle de la sacherie Export avec l’Autorité de Régulation de la


Filière ;

Capacité d’Exportation : Au moins 90 % de la Production Nationale soit environ 650 000 Tonnes en
moyenne par an

Actions de l'AEC-CI
 Organisation de Symposium International :

 JNEC-CI 2017

 JNEC-CI 2018

 Du 12 au 14 février 2020 Organisation conjointe JNEC-CI et WORLD CASHEW


CONVENTION

 Activité Sociale : Construction d’Ecoles Primaires dans les régions productrices de la Noix de cajou /
Deux (02) en construction

19
Koffi Yao APPIA, Président d'honneur de l'AEC-CI Côte d'Ivoire

Evolution de la commercialisation de la noix Acteurs de la commercialisation


brute
Production 2014 : 560 000 Tonnes noix brute
400 000 Producteurs

Production 2015 : 702 510 Tonnes 1200 Acheteurs

Production 2016 : 660 000 Tonnes 24 Transformateurs

Production 2017 : 771 000 Tonnes 140 Exportateurs

Production 2018 : 750 000 Tonnes Tous soumis à un agrément d'exercice

Soutien de l'Etat
Mise en œuvre du Projet de Promotion de la Compétitivité de la Chaîne des Valeurs
Financement : 107 Milliards de F.CFA sur 5 ans (2018-2023)
Création de 04 Zones Agro-industrielles ;
Renforcement du système d’entreposage ;
Dépôt de garantie de 3,2 Milliards pour l’approvisionnement des Unités Locales de Transformation ;
Capacité de transformation : 200 000 Tonnes ;
Création d’emploi : 16 000
Subvention de Projets destinés aux femmes et aux jeunes
Entretien et Réhabilitation de 21 000 Km de Pistes
Appui au Projet National de Recherche sur l’Anacarde
Appui aux Pépiniériste Privés et la Certification des plants

20
Koffi Yao APPIA, Président d'honneur de l'AEC-CI Côte d'Ivoire

ACTEURS DE LA FILIERE APPUIS DE L’ETAT

Producteurs Appui aux pépiniéristes prives


Prix minimum garanti aux producteurs

Acheteurs Prix minimum garanti aux acheteurs

Transformateurs Subvention de 400 F CFA par kg d’amande


produit
Exonération des équipements et pièces
détachées des usines
Fonds de garantie pour la transformation

Exportateurs Soutien aux exportateurs nationaux

21
Anga SOTONYE, Secrétaire de la NCAN

Présentation de la NCAN
La faîtière nationale des acteurs de l'anacarde au Nigéria est régie par l'organisation suivante:

Comité directeur
Conseil Exécutif National
Conseil Exécutif d'Etat

Elle regroupe:

Producteurs
Collecteurs primaires
Acheteurs
Explorateurs
Transformateurs

Evolution de la commercialisation de la noix


brute Mesures de régulation
Production 2015 : 160 000 Tonnes

Production 2016 : 185 000 Tonnes Obligation d'utilisation des sacs de jute
pour l'emballage des noix de cajou
Production 2017 : 220 000 Tonnes

Production 2018 : 250 000 Tonnes Découragement de la présence des


étrangers aux abords des exploitations
Production 2019 : 260 000 Tonnes
Protocole de séchage du cajou

22
DISCUSSIONS & PROPOSITIONS
Représentant des producteurs
Prix plancher ne tient pas compte du « prix de revient » de la production des noix brutes

Pas de respect du prix plancher

Faiblesse de la vente groupée

Représentant des transformateurs


Faible productivité et rentabilité de l’industrie du cajou par rapport aux industries vietnamiennes et
Indiennes pour cause de:
 Faiblesse du prix des amandes sur les marchés USA et UE
 Fermeture du marché Indien qui offre de meilleurs prix pour les amandes de bonne
qualité
 Absence de débouchés commerciales pour les amandes de « grades inférieurs »
 Niveau élevé des amortissements par rapport aux industries concurrentes
Qualité pas ou peu pris en compte pour l'achat des noix brutes
Faible pourcentage de producteurs affiliés à des coopératives (15 à 20%)
Faible rendement des plantations béninoises ne garantissant pas des revenus conséquents pour les
producteurs (340-350 kg /Ha contre 1 tonne dans d’autres pays)
Il faudrait s’inspirer du modèle Ivoirien qui subventionne largement l’industrie de la transformation
L’état perçoit une taxe à l’exportation des noix brutes de 50 F CFA/kg mais le produit de cette taxe
ne sert pas à financer la filière

Représentant des Acheteurs


Filière informelle où opèrent de nombreux acteurs non clairement identifiés et reconnus

Travail d’organisation de la filière à faire en définissant des critères pour chaque catégorie d’acteurs
(particulièrement les acheteurs et les exportateurs) et en délivrant des agréments pour ceux qui se
conforment à ces critères

Mise en place d’un système de traçabilité pour identifier tous les maillons de chaque transaction
d’exportation ou de vente aux usines de noix brutes et s’assurer que les personnes impliqués sont
bien des identifiées et autorisées

S’inspirer du modèle de la côte d’Ivoire qui est devenu en peu de temps le premier producteur et
exportateur du continent

24
Représentant des Exportateurs
Stigmatisation des exportateurs présentés comme les grands « gagnants » de la filière

Filière peu organisée avec une concurrence des producteurs entre eux;

Manque de professionnalisme dans la chaine de commercialisation

Représentant IFA
Le prix des noix brutes ne dépend pas du seul contexte béninois mais également du contexte
international

Les producteurs disposent actuellement d’appui de la part des PTF et du gouvernement sous la
forme de formation

Il faudrait prévoir un système de subvention des producteurs lorsque les prix de vente sont trop bas

Représentant MIC
La commercialisation du cajou est encadrée par des textes réglementaires;

• Loi de finance de l’année en cours fixant le montant des taxes à l’exportation des noix brutes

• Décret de 1988 instituant le prix plancher de la commercialisation des noix d’anacarde

• Décret de 1987 sur la commercialisation des produits agricoles instituant le corps des
acheteurs et des négociants (exportateurs)

• Texte sur la qualité des produits interdisant les mélanges avec des produits étrangers

Ces textes sont peu connus et peu appliqués, mais ils pourraient mettre un peu d’ordre dans la
filière s’ils étaient bien appliqués

Il conviendrait d’encourager la vente groupée qui peut notamment lutter contre les problèmes de
mauvaise qualité

Il conviendrait de formaliser et renforcer les liens entre acheteurs et transformateurs, pour régler
un tant soit peu les problèmes d’approvisionnement des usines

Ces relations contractuelles entre acheteurs et transformateurs pourraient prévoir l’utilisation de


crédits fournisseurs pour alléger les charges financières des transformateurs

25
Propositions issues des discussions entre acteurs
 Accompagner les producteurs dans l'amélioration du rendement;

 Accompagner les industriels à travers le reversement d'une partie des prélèvements faits à
l’exportation de noix de cajou ;
 Tenir compte du compte d’exploitation du producteur avant la fixation du prix plancher ;
 Mettre en place un système pour la généralisation et l’adhésion des producteurs à la vente groupée;

 Professionnaliser les acteurs des différents niveaux de la chaîne de valeur afin de situer chacun
dans son rôle ;
 Orienter les subventions vers les producteurs qui devraient choisir les points sur lesquels ils
devraient être accompagnés ;
 Mettre en place par l’Etat à travers les partenaires un Système d’Informations sur le Marché et la
situation des prix ;

 Accompagner l’Etat pour mettre un terme au désordre qui s’observe sur le terrain à travers
l’élaboration d’un texte qui organise le statut de l’exportateur et de l’acheteur et par la mise en
place d’un répertoire des acheteurs et exportateurs par l'introduction de la procédure d'agrément
et;
 Mettre en place le système de vente groupée autour des magasins;

 Mettre en place un mécanisme d'approvisionnement des usines;

 Sensibilisation et formation sur la qualité des produits et mettre en place u système pour la contre-
expertise avec l'ABSSA pour les noix de cajou destinées à l'exportation;
 Activer les liens d'affaire et établir des liens contractuels entre les familles d’acteurs pour contenter
chaque maillon de la chaine;
 Mettre en place un système d'identification des acteurs;

 Mettre en place un système dans lequel les usines disposeraient d'une période d'approvisionnement
pour constituer le niveau de leur besoin après laquelle les exportateurs pourraient valablement
mener leurs activités.

26
Synthèse des orientations

Actions Responsable Délais Résultats attendus


Identifier les acheteurs et IFA Prochaine campagne Cette action devrait permettre de
exportateurs autorisés à donner une visibilité sur qui opère
faire la commercialisation dans la filière, cela devrait
des noix également permettre de sanctionner
les acteurs indélicats
Délivrer des agréments IFA Prochaine campagne Ceci devrait permettre de mettre un
pour les acteurs identifiés peu « d’ordre » dans la filière, ces
qui respectent les critères agréments pourraient à terme faire
requis l’objet d’une reconnaissance de la
part de l’Etat
Faire un suivi des IFA Prochaine campagne Cette évaluation permettra de faire
transactions jusqu’à un point et de prendre des décisions
l’exportation et évaluer la adéquates par la suite
part des transactions
opérées par des acteurs
non reconnus
Favoriser la vente FENAPAB Prochaine campagne Ceci devrait un tant soit peu régler
groupée (notamment à les problèmes d’approvisionnement
destination des usines) en des usines et renforcer les liens
utilisant les quelques 150 producteurs-usines, un mécanisme
magasins disponibles sur de vente à crédit pourrait être
toute l’étendue du envisagé
territoire nationale

27
Synthèse des orientations

Actions Responsable Délais Résultats attendus


Etudier le modèle de MIC et MAEP Le plus tôt possible l s’agit de s’inspirer de ce qui
soutien à la filière de la marche le mieux au niveau de la
côte d’Ivoire et en tirer côte d’Ivoire (benchmarking)
des enseignements
pratiques pour le Bénin

Mettre en place un MIC et MAEP Le plus tôt possible Ce soutient peut se faire par une
système de soutien à la subvention pour aider
filière notamment à l’approvisionnement des usines par
l’endroit des un mécanisme de compensation sur
transformateurs en les prix d’achat des noix brutes en
utilisant le produit de la cas de forte hausse, ou d’achat de
taxe à l’exportation noix brutes et de revente à crédit
pour les usines

28
Schéma structurel des acteurs à la base de la filière Anacarde au Bénin.

29
Les grands défis de structuration de la commercialisation de noix d’anacarde au Bénin
Les réformes qui accompagneront les recommandations effectuées lors de cette première édition du Benin
Cashew Day devront répondre à un certain nombre de défis:
 Le bien-être du producteur : les réformes devront mettre le producteur au centre des
interventions en prenant en compte dans le temps les aspects comme l’augmentation de revenu,
l’accès aux soins de santé, l’accès au crédit de campagne, l’assurance etc.
 La sécurité du produit : la réforme doit permettre une sécurisation dans des magasins modernes
identifiés ou construits à cet effet et gérer par un organe national de gestion des stocks. La réforme
doit également prendre en compte dans ce défi, la prise de mesures de sécurisation des frontières
afin de stabiliser le produit sur le territoire béninois.

 La stabilité du prix : c’est l’élément important qui détermine la performance de la filière ou du


système de commercialisation. La réforme devra prendre en compte tous les outils nécessaires pour
la stabilité du prix quoi qu’en soit la période de la campagne de commercialisation.

 La traçabilité du produit : c’est une étape importante pour labéliser le « made in bénin ». La
maitrise de ce paramètre permettra non seulement d’avoir des données fiables mais aussi et surtout
d’avoir des renseignements qui permettront de mieux investir dans la filière.

 La qualité du produit : la réforme devra prendre en compte à ce niveau tous les aspects
techniques liés à la mise en place d’une démarche de production et de maintien de la qualité du
produit.

 Un environnement favorable pour de nouveaux investissements pour l’installation de


nouvelles usines : la réforme devra prendre en compte la mise en place d’un cadre réglementaire
permettant d’assainir et de cadrer les acteurs pour créer un environnement favorable pour de
nouveaux investissements (investissements privés)

 L'augmentation des recettes de l’état : « la filière devra financer la filière ». La réforme


devra donc permettre une augmentation des recettes de l’état afin que ce dernier puisse investir
durablement sur les différentes chaines de valeur de la filière.

30
Peniel FANOU, Président du CoNEC

Mots de clôture

Il est des occasions où le mérite se confond en remerciement. Je voudrais dire tous nos bons sentiments à
l'égard des différentes institutions qui ont accompagné l'initiative de cette première édition du Benin Cashew
Day. Nous leur sommes très grés de nous avoir permis de tenir ce pari. Je m'en voudrais de ne pas dire un franc
merci à tous ceux qui ont osé le déplacement pour marquer de leur présence l'assise.

La première édition du Benin Cashew Day que nous avons appelé de nos vœux pour penser ensemble à propos
du système de commercialisation des noix de cajou au Bénin a permis en cette veille de campagne de remettre
sur la table les difficultés majeures qui se posent dans l'administration des familles d'acteurs mais aussi et surtout
les contraintes qui freinent une meilleure dynamique du système de commercialisation que nous trainons.

Les communications et les discussions ont ressorti des points très intéressants sur lesquels il est urgent de se
pencher afin déjà d'expérimenter un nouveau modèle à l'occasion de la campagne qui s'ouvre.

On ne le dira jamais assez l'un des défis fondamentaux dans la chaîne demeure celui de la professionnalisation
des acteurs. Autour de cela vient se greffer la nécessiter d'un système d'identification systématique de qui opère
à quel niveau, et comment.

Je crois que ces assises vont porter d'ici là des fruits agréables pour les différents acteurs. Pour cela je voudrais
croire que nous saurons une fois encore ensemble avec le gouvernement, les PTF et le leadership de l'IFA oser
mettre le grelot au coup du chat.

31