Vous êtes sur la page 1sur 18

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la

Recherche Scientifique
Université de Sousse
Institut Supérieur de Finances et de Fiscalité Sousse

LES OBLIGATIONS
DECLARATIVES

Réalisée par :
Diwani hiba
Plan
Introduction
Partie 1 : Généralités sur la déclaration fiscale :
1. La signiature de la déclaration
2. Le paiement de la déclaration
3. La déclaration sur imprimé
4. La dématréalisation des obligations déclaratives

Partie 2 : Les régles rélatives à l’accomplissement des obligations


déclaratives.

1. Les régles spécifiques aux délais de l’obligations déclaratives


2. Les régles spécifiques aux lieux de déclaration

Partie 3 : Les pénalites de retard.

Conclusion
Introduction :
Le civisme fiscal dépend du respect du formalisme fiscal qui est lui-
même subordonné à l’accomplissement des obligations et fait qu’il
soit mis en place un système déclaratif exigeant aux contribuables le
dépôt d’une déclaration des bénéfices et revenus.

Définition de la déclaration :
« Toute pièce ou tout document que le contribuable est tenu de
déposer auprès du service des impôts en vue d’une imposition légale
ou réglementaire et qui comporte des éléments servant à établir ou à
liquider l’impôt ». Par Serlooten

Partie 1 : Généralités sur la déclaration fiscale :


 La signature de la déclaration fiscale :
La signature, qui sert à authentifier la personne qui a souscrit la déclaration, est
en principe obligatoire.

 Le paiement de la déclaration :
On a trois types pour le paiement de la déclaration :

* A posteriori (à crédit) :

Les personnes physiques soumises au régime réel d’impôt ont la possibilité


d’acquitter ce complément d’impôt, moitié lors du dépôt de la déclaration et
moitié avant la fin du quatrième mois qui suit la date limite du dépôt de la
déclaration.

* Simultanée :
Le paiement de la déclaration doit avoir lieu en même temps avec leur dépôt
(la déclaration mensuelle).

* A priori :

Les contribuables pourront payes une avance au titre de l’impôt:

Par exemple :

-La déclaration des acomptes provisionnels

-La déclaration de l’impôt sur les sociétés par avance

-La déclaration relative à la retenu à la source

 La Déclaration sur imprimé :


Le contribuable, sauf la déclaration par Internet, doit souscrire sa déclaration
fiscale sur un imprimé spécial.

A cet égard, le code de l’impôt sur le revenu et l’impôt sur la société (CIRPPIS)
prévoit plusieurs dispositions exigeant le dépôt de la déclaration d’existence et
la déclaration annuelle selon des modèles établis par l’administration.

Le CIRPPIS prévoit également que certains documents ou annexes à la


déclaration soient préparés conformément à des modèles établis par
l’administration.

 la dématérialisation des obligations déclaratives (sans


papier) :

*La souscription et le dépôt des déclarations fiscales par des moyens


électroniques fiable :
- Un dispositif de télé déclaration fiscale été mis en place par la loi de finances
2001.

Selon l’article 9 de la loi n° 2007-69 du 27/12/2007, le contribuable peut


souscrire et déposer ses déclarations fiscales, acquitter l’impôt et les pénalités
y afférentes et échanger les données et documents utilisés pour
l’établissement de l’impôt ou destinés à l’administration fiscales ou aux
services du recouvrement de l’impôt par des moyens électroniques fiables, et
ce, conformément à la législation en vigueur relatives aux échanges
électroniques.

Conformément à l’article 9 de la loi n° 2007-69 du 27/12/2007, la souscription


et le dépôt des déclarations fiscales par des moyens électroniques fiables sont
obligatoires pour les contribuables dont le CA annuel brut dépasse un montant
fixe par arrêté du Ministre des Finances.

L’arrêté du Ministre des finances de 7 février 2012 a fixé à un 1 million de DT, le


chiffre d’affaires annuel brut réalisé par les contribuables tenus d’utiliser des
moyens électroniques pour l’accomplissement de leurs obligations fiscales à
distance.

*La production des déclarations, listes et relevés comportant des


renseignements destinés à l’administration fiscale ou aux services du
recouvrement de l’impôt sur les supports magnétiques :
- Les personnes morales et les personnes physiques soumises à l’impôt selon le
régime réel peuvent produire les déclarations, listes et relevés comportant des
renseignements destinés à l’administration fiscale ou autres services du
recouvrement de l’impôt sur des supports magnétiques intelligibles pouvant
être consultés en cas de besoin, accompagnés de bordereaux de transmission
selon un modèle établi par l’administration.

Le dépôt sur supports magnétiques des déclarations, listes et relevés est


obligatoire pour les contribuables qui tiennent leur comptabilité par des
moyens informatiques et dont le chiffre d’affaires brut annuel dépasse un
montant qui sera fixé par arrêté du ministre des finances.

Cet arrêté du ministre des finances qui a fixé à un 1 million de DT, le chiffre
d’affaires au-delà duquel le dépôt sur support magnétiques des déclarations,
listes et relevés devient obligatoire.
Partie 2 : Les règles relatives à l’accomplissement des
obligations déclaratives :
I. Les règles spécifiques aux délais de l’obligation déclarative :
1- Les obligations en cas de commencement ou de cessation
d’activité :

A-La déclaration d’existence :


-Selon l’art 56 de code de l’IRPP et de l’IS, toute personne physique ou morale
exerçant une activité commerciale, industrielle ou une profession libérale doit
déposer au bureau de contrôler des impôts compétents une déclaration
d’existence.

-La déclaration d'existence elle s’effectuée Avant le commencement de


l'activité selon un modèle fourni par l'administration.

La déclaration d’existence doit être accompagnée :

*d’une copie des actes constitutifs (une copie de statuts) pour les personnes
morales.

*d’une copie de l’argument ou de l’autorisation administrative, lorsque


l’activité ou le locale ou elle s’exercer est soumis à une autorisation préalable
sur certaine activité.

*d’une copie de cahier des charges.

B -l ‘obligation d’accroche la carte d’identification :


-Le dépôt de la déclaration d’existence donné lieu à la délivrance par les
services fiscaux compétant d’une carte d’identification et ceci aux :

*Personnes physique soumises à l’impôt sur le revenu dans la catégorie de


bénéfice industriel et commercial selon le régime réel ou forfaitaire.

*Personnes exercent une profession non commerciale qu’elles soient soumises


à l’impôt sur le revenu selon le régime réel ou sur la base d’une assiette
forfaitaire.
*Personnes morales prévues par l’article 45 de code de l’IRPP et de l’IS.

-La carte d’identification doit être accroche par les intéresses au lieu de
l’exercice de l’activité professionnel.

-Pour le cas de personnes n’exercent pas leur activités dans un local fixe tel
que les transporteurs et les prestataires en services, la dite carte doit selon la
doctrine administrative doit être présenter à toute demande de service de
contrôle fiscale.

C –La déclaration de cessation ou de cession d’activité :


- En application de dépostions de paragraphe 1 de l’article 58 de code de l’IRPP
et de l’IS et dans le cas de cession ou de cessation totale d'une entreprise
industrielle, commerciale, artisanale ou d'une exploitation non commerciale,
les bénéfices réalisés dans l'exploitation faisant l'objet de la cession ou de la
cessation et qui n'ont pas été imposés ainsi que les provisions non encore
employées devront l'être au vu d'une déclaration à déposer dans les 15 jours
de la cession ou de la fermeture définitive de l'établissement lorsqu'il s'agit de
cessation.

-Selon l’article 66 de la loi n° 2004-90 du 31/12/2004 pourtant loi de finance


2005 stipulé quand en cas de cession ou de cessation de l’activité et quelques
soit les motifs, les personnes titulaires de la carte d’identification fiscale sont
tenues de la restituées au bureau de contrôler de impôt compètent et ceux a
l’appui de la déclaration de cession ou de cessation de l’activité qui doit avoir
lieu :

* Dans les 15 premiers jours de la date de cession de l’activité

*Dans les 3 mois qui suive la date de la tenue de la dernière assemble générale
ordinaire ayant approuvés l’opération de la fusion ou de la scission de sociétés.

*Dans le 6 mois qui suive le décès de l’exploiteur. .

2- Les délais relatifs à l’activité de l’entreprise :


A. La déclaration annuelle :
*L’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP)   :

-Les personnes morales et physiques soumises à l’IR selon le régime réel


doivent fournir à l’appui de leur déclaration annuelle : les états financiers, un
tableau de détermination des résultats fiscaux à partir du résultat comptable,
un relevé détaillé des amortissements, un relevé détaillé des dons et
subventions.

Le dépôt de la déclaration de l’IRPP doit s’effectuer dans les délais suivants :

- jusqu'au 25 février pour ceux qui réalisent des revenus de capitaux mobiliers,
des revenus de valeurs mobilières, des revenus fonciers ou des revenus de
source étrangère.

- jusqu'au 25 avril pour les commerçants.

- jusqu'au 25 mai pour les prestataires de services et les personnes exerçant


une activité industrielle ou une profession non commerciale ainsi que pour les
personnes exerçant plusieurs activités ou réalisant plus qu'une catégorie de
revenus et qui ne sont pas expressément soumises à une autre date.

- jusqu'au 25 juillet pour les personnes exerçant des activités artisanales, il


s’applique aussi pour le contribuable qui réalise en plus de revenu provenant
de l’exercice de leur activité artisanale, de revenu de capitaux mobiliers et de
revenus fonciers et ou de revenu des sources étrangère.

- jusqu'au 25 août pour les personnes qui réalisent des bénéfices provenant
des exploitations agricoles et de pêche.

- jusqu'au 5 décembre pour les salariés et les bénéficiaires de pensions ou de


rentes viagères.

-Personnes physiques soumises au régime forfaitaire prévu par l’article 44 bis


du code de l’IRPP et de l’IS , La déclaration de l’impôt forfaitaire est effectuée,
conformément aux dispositions de l’article 60 du CIRPPIS dans un délai ne
dépassant pas :

-Le 25 avril pour les commerçants.

-Le 25 mai pour les personnes exerçant une activité industrielle, les
prestataires de services.
* la déclaration de plus –value :

*L’impôt sur la plus-value immobilière:

 L’impôt sur la plus-value immobilière s’applique à la plus-value résultant


de la cession :

Des droits sociaux dans les sociétés immobilières

Des immeubles bâties ou parties d’immeubles bâties

De lots ou parties de lots dont l’origine de propriété provient de la cession ,


autre que par voie d’échange , de terres domaniales à vocation agricole et qui
perdu cette vocation .

 Taux d’imposition :

 10% lorsque la cession intervient après 5 ans compter de la date de


possession

 15% lorsque la cession intervient au cours de la période de 5 ans à


compter de la date de la possession.

 25% lorsque la vente est faite aux agences foncières, touristiques,


industrielles.

 10% s’applique à la plus-value des biens héritent quelle que soit la


période de détention

 Calculer de l’assiette :

Assiette (PV imposable)= prix de cession – prix d’acquisition majoré de 10% par
année de détention

 la déclaration relative à la plus-value mobilière doit être déposée au plus


tard à fin de 3éme mois qui suit la déclaration effective de la cession.

*L’impôt sur la plus-value des actions et parts sociales :

 La plus-value des actions et parts sociales y compris les parts sociales


dans les sociétés de personnes réalisées par les personnes physiques à
titre particulier est soumises à un régime d’imposition spécifique
libératoire de l’IR.

 La plus-value imposable provenant de la cession des actions et parts


sociales est soumise à l’impôt sur le revenu au taux de 10% de son
montant

 La déclaration déposée au plus tard le 25 février de l’année suit celle de


la réalisation des opérations de cession.

*l’impôt sur la société  :

C’est une déclaration annuelle qui est précédée par le calcul du résultat fiscal,
qui est déterminer à partir du résultat comptable en procèdent aux
réintégrations et déductions visant à la législation fiscal.

La déclaration doit être déposée dans un délai n’excédant pas le 25 mars de


chaque année ou dans un délai n’excédant pas le 25éme jour du troisième mois
qui suit la date de clôture de l’exercice si celui-ci est arrêté à une date autre
que le 31 décembre.

Les déclarations comportant liquidation de l’IS pour les sociétés soumises


légalement à l’audit d’un commissaire aux comptes conservent un caractère
provisoire :

-lorsqu’elles sont déposées avant la réunion de l’assemblée générale des


associés devant approuver les comptes de cet exercice

-avant la certification des comptes de l’année concernée par un commissaire


aux comptes pour les SUARL.

Ces déclarations sont susceptibles de modifications :


-dans les 15 jours qui suivent la date d’approbation ou la certification des
comptes selon le cas

-au plus tard le 25éme jour du troisième mois suivant la date limite de dépôt.

*Déclaration de l’employeur  :

La déclaration de l’employeur est une obligation fiscale de la vie courante de


l’entreprise.

Il s’agit d’un ensemble de fichiers et de documents récapitulatifs des retenues


à la source effectuées par l’entreprise (article 55 du code de l’IRPP et de l’IS).

IL sert à la recette des finances comme moyen de vérification des impôts déjà
déclares par les sociétés ou par la personne physique tout au long de l’année

La déclaration d’employeur est déposée le 30 avril de chaque année.

La déclaration de l’employeur se compose de six annexes :

Annexe 1 : Les traitements, salaires, pensions et rentes viagères payés.

Annexe 2 : Les montants servis à des résidents en Tunisie au titre des


honoraires, commissions, courtages, rémunérations payées aux salariés et aux
non-salariés en contrepartie d’un travail.

Annexe 3 : Des capitaux mobiliers, intérêts des comptes spéciaux d’épargne et


intérêts des prêts.

Annexe 4 : Les montants servis à des personnes non établies en Tunisie au titre
des honoraires, loyers, commissions, courtages, redevances, jetons de
présence.

Annexe 5 : Les autres montants servis et soumis à la retenue à la source.

Annexe 6 : Les ristournes commerciales et non commerciales.

Et un tableau récapitulatif : Contenir les totaux des retenues à la source


effectuées sur l’exercice.
Déclaration trimestrielle :
Les personnes morales et physiques soumises à l’impôt sur le revenu et
exerçant une activité commerciale (BIC) et no commerciale (BNC) sont obligés
au paiement de trois avances au titre de l’impôt appelés « acomptes
provisionnels »

Les acomptes provisionnels sont dues à partir de la deuxième année d’activité


par les personnes morales soumises à l’impôt sur le revenu, ils sont acquittés
en trois échéances égales chacune à 30% de l’impôt du de l’année précédente
payable, c’est une avance sur l’impôt.

*pour personne physique soumises à l’IRPP pendant le 25premiers jours de


6éme, 9éme ,12éme mois qui suive la date de clôture de l’entreprise.

*pour personne morales soumises à l’IS, pendant les 28 premiers jours de


6éme ,9éme, 12éme mois qui suive la date de clôture de l’entreprise.

B. -Déclaration mensuelle d’impôt :
La déclaration mensuelle de l’impôt est souscrite et déposée à la recette des
finances locales :

*Dans les 15 premiers jours de chaque mois pour les personnes physiques.

*Dans les 28 premiers jours de chaque mois pour les personnes morales.

La déclaration mensuelle contient également les rubriques suivantes :


*La retenu à la source

*La taxe de formation professionnelle (TFP)  :

La TFP est due par les entreprises individuelles et les sociétés tunisiennes ou étrangères
soumises à l’IRPP et L’IS à raison de leurs activités industrielles, commerciales, agricoles ou
de prestation de services.

Les taux de la TFP :


Assiette Taux Secteur
Totalité des salaires bruts 1% Industrie manufacturière
mensuels
Totalité des salaires bruts 2% Activité commerciale, autres
mensuels

*Les Fonds De Promotion Des logements Sociaux (FOPROLOS)  :

Le FOPROLOS est dû par tout employeur public ou privé, personne physique ou morale à
l’exclusion des exploitants agricoles privés.

Il a pour base des traitements et salaires et toutes autres attributions versées par
l’entreprise.

Le taux de FOPROLOS est fixé à 1% pour toute activité à l’exception des entreprises
totalement exportatrices.

*Taux sur la valeur ajoutée  (TVA)  :

La taxe sur la valeur ajoutée est un impôt indirect sur les dépenses de
consommation .Elle est intégralement supportée par un consommateur final,
mais elle est collectée de maniéré fractionnée par des assujettis à la TVA.

Cette valeur est la différence entre, d’une part, la valeur d’acquisition des
biens et services et, d’autres parts, la valeur de réalisation de ces biens et
services

19% activité industrielle et


commerciale

13% activité de transport,


hôtellerie

7% artisanat, médecins
Régularisation  : (TVA collectée – TVA déductible) = Solde relatif au moins, qui peut être
à reporter ou à payer.

*Autre taxes sur chiffre d’affaire  :

Il s’agit de certaines taxes bien limitées, tel que le FODEC, spécifiques à certains activités qui
procédé à un transfert d’une manière à un produit finis.

Cette taxe est due par les importateurs et les fabricants de produits ou marchandises des
services des industries mécaniques, électroniques chimiques ainsi que des industries de cuir.

Remarque :

Pour une personne non soumise au FODEC telle que les commerçants, il faut intégrer le
montant du FODEC

TAUX

Le FODEC est calculé comme suit :

FODEC= CAHT*1%

*Taxes hôteliers(TH)  :

La taxe hôtelier est due par l’exploitants des établissements touristiques classé
qui fournissent à leur prestations de l’hébergement, nourriture et bossions et
qui fournissent des activités de loisir.

Taux d’imposition :

Le TH est calculé à un taux de 2% du CA des activités annexes (artisanat,


coiffures...)
*La taxe revenant aux collectivités locales  :

La TCL est une taxe dont le produit alimente budget des collectivités locales.

 Les personnes morales soumises à l’impôt sur les sociétés


 Les personnes physiques soumises à l’impôt sur les revenus au titre des
bénéfices industriels et commerciaux et des bénéfices des professions
non commerciales.

Assiette et taux de la TCL :


*0,2% du CA brut local
*25% de l’IR pour les personnes soumises à l’IR selon le régime
forfaitaire.
*25% de minimum de l’IR ou de l’IS prévu par l’art 44 et 49 du code de
l’IRPP et IS pour l’entreprise déficitaire.
*25% de l’I du pour les entreprises dont la marge bénéficiaire brute
n’excédé pas 4% en vertu d’un texte réglementaire.

*Droit de timbre  :

Définition : c’est un impôt applicable à certains actes ou écrits, il constitue


également un mode de paiement du coût de certaines formalités et de certains
documents fournis par les administrations publics.

Tarifs applicables :

Selon l’article 117 du code de droit d’enregistrement et de timbre 2018, Les


tarifs du timbre sont établis comme suit :

 0.600 millièmes pour chaque facture.


 Les contrats de transport international aérien et maritime des personnes
et des marchandises et toutes autres pièces en tenant lieu 5.000 dinars
par copie.
 Les factures relatives aux services de téléphone et aux services internet
dont le montant 0.140 d sur chaque dinar ou fraction de dinar facturé ou
payé tous droits et taxes compris.

II. Les règles spécifiques aux lieux de déclarations :


Le dépôt des déclarations et le paiement de l'impôt s'effectuent notamment
aux recettes suivantes

- les commerçants et les industriels :

La recette des finances à laquelle est rattaché l'établissement principal de


l'activité.
- les personnes exerçant une activité artisanale ou une profession non
commerciale :

La recette des finances à laquelle est rattaché l'établissement principal de


l'activité.

- les personnes physiques réalisant des revenus ou des bénéfices provenant


exclusivement d'activités autres que commerciales, industrielles, artisanales et
de professions non commerciales ou provenant de l'étranger :

La recette des finances à laquelle est rattaché le lieu du domicile principal,

A défaut de domicile en Tunisie, l'impôt est établi et déclaré au lieu de la


source principale des revenus et bénéfices.

- les personnes morales :

La recette des finances à laquelle est rattaché le siège social ou l'établissement


principal pour les sociétés et autres personnes morales.

A défaut de siège social ou d'établissement stable en Tunisie, l'impôt est établi


et déclaré à la recette des finances à laquelle est rattaché le lieu de la source
principale des revenus et bénéfices.

Partie 3 : les pénalités de retard :


Selon l’article 87 de code des droits et des procédures fiscaux 2018 :
Le retard dans le paiement de l'impôt est calculé à partir du premier jour
suivant l'expiration du délai légal imparti pour le paiement et jusqu'à la fin du
mois au cours duquel est intervenu le paiement de l'impôt, ou la
reconnaissance de dette ou la notification des résultats de la vérification fiscale.

A partir du 1er avril 2019, le taux de pénalité de retard est fixé à 0,75% par
mois ou fraction de mois, au lieu de 0,5%.

En plus, est ajoutée à la pénalité 1,25% du montant de l’impôt dû si le


paiement est effectué dans un délai ne dépassant pas 60 jours et 2,5% du
montant dû si le paiement est effectué au-delà des 60 jours.
Cette majoration est due en cas de déclaration spontanée de l’impôt après
l’expiration du délai imparti ainsi que suite à l’intervention des services du
contrôle fiscal
L’abattement de 50% appliqué en cas de paiement dans un délai de 30 jours à
partir de la reconnaissance de dette est désormais ramené à 20% seulement.
Conclusion :
Le système fiscal tunisien se caractérise par le dépôt spontané des déclarations
par le contribuable.

C’est pour cette raison elles demeurent soumises au contrôle des services de
l'administration fiscale conformément à la législation fiscale en vigueur.
Bibliographie :
-Le code de l’impôt sur le revenu des personnes physique et l’impôt sur la
société (2018).

-le code des droites et des procédures fiscaux.

-Les obligations déclaratives en droit fiscal tunisien PDF, par Ben Salah Balkhis

- Habib Ayed, Droit fiscal

Les sites :

-www.google.com
-www.jurisitetunisie.com