Vous êtes sur la page 1sur 3

Calcul et prédimensionnement

Une fois la conception est faite, c'est-à-dire la disposition des éléments porteurs verticaux et
horizontaux étant choisie, il faut fixer des dimensions. Chaque élément qu’il s’agisse d’un
élément « barre » (poutre, poteau) ou d’un assemblage (liaison entre différents éléments de la
structure) doit être dimensionné, vis-à-vis des conditions de résistance et de déformation. Pour
cela les pré dimensionnements des éléments d’une ossature sont établis à partir des ratios
courants, puis ils sont affinés par des études rapides, souvent informatisé. Le but de ce pré
dimensionnement est donc d’optimiser les sections afin de réduire le cout. Les ratios de
prédimensionnement ne prennent pas en compte les conditions particulières relatives à
l’isolement acoustique entre les locaux ou les conditions à remplir vis-à-vis de la sécurité
incendie. Pour cela il faut tenir compte de ces conditions dans le calcul.

a)Les planchers en corps creux


Ce type de plancher est utilisé pour :

 Des charges modérées


 Des formes assez régulières
 Des portées inférieures à 8 m

Les planchers nervurés dépendent de la hauteur de l’hourdis disponible et existant. En général


les planchers nervurés sont d’épaisseur :

 21 cm ® N (16 + 5) : hauteur de l’hourdis = 16 cm et épaisseur de la dalle de


compression = 5 cm
 25cm ® N (19 + 6) : hauteur de l’hourdis = 19 cm et épaisseur de la dalle de compression
= 6 cm
 30cm ® N (19 + 5 + 6) : hauteur de l’hourdis de 19 cm + épaisseur d’une brique plâtrière
+ épaisseur de la dalle de compression = 6 cm

Les planchers nervurés à corps creux sont plus légers que les planchers en béton armé.
Ils présentent également :

 Un avantage d’isolation thermique


 Coûte moins cher que les autres types de planchers.

La hauteur du plancher est déterminée par la condition de flèche suivante :


20 ≤ L/h ≤ 25.
On prend généralement : h = L/22.5
Avec :
L : la portée entre nus
h : hauteur du plancher

b)Les dalles pleines


Ce type de dalle coulé sur un coffrage est utilisé pour :
 Des formes irrégulières
 Des portées importantes
 Pour des soucis de difficultés d’exécution
 Constituer des éléments coupe-feu
 Pour des charges importantes

Le plancher dalle pleine isole du point de vu acoustique et présente un élément coupe-feu. La


durée coupe feux dépend de la dimension de la dalle. Une dalle doit avoir une hauteur h o  11 cm
pour l’isolation phonique et la résistance au feu (coupe-feu de 2 heures).

c)Les poteaux
L’implantation des poteaux dans un bâtiment est réalisée en respectant les recommandations
suivantes :

 Implanter les poteaux dans les coins du bâtiment


 Réduire au maximum le nombre de poteau sans que les distances entre eux soient très
importantes.
 Implanter le reste des poteaux en évitant tout risque d’avoir des poteaux qui gênent la
circulation et qui touchent l’esthétique du bâtiment.
 Superposer les étages et essayer d’avoir des poteaux communs aux divers niveaux.

On prend le côté des poteaux carrées : a ≥ L/20 ;


Avec :
L : longueur du poteau.
(On part généralement des poteaux de section carré de 22 cm de côté)

d)Les poutres
En premier lieu il faut faire passer un réseau de poutre entre les poteaux. Ensuite, il faut affecter
les poutres après le choix des planchers. Dans les cas des planchers nervurés, dans la mesure
du possible, les poutres sont choisies selon des files perpendiculaires aux nervures et de
manière qu'elles soient entièrement cachées par les doubles cloisons ou camouflées par les
cloisons intérieures.
En général, quand c’est possible la largeur b d’une poutre doit être inférieure ou égale à la
largeur du poteau sur lequel cette poutre s’appuie.
Pour éviter les retombées de poutres, on pourrait adopter les solutions de :
Poutre hyperstatique ou continue à fin d'optimiser les sections des travées.
Les poutres périphériques supportant une double cloison de l'étage supérieur seront, dans le cas
nécessaire, conçues avec un nez du côté extérieur du mur.
Le calcul de prédimensionnement des poutres est comme suivant :

  Poutre isostatique Poutre continue


Hauteur total h L/15 ≤ h ≤ L/10 L/18 ≤ h ≤ L/14
Section rectangulaire : b 0,3 h < b < 0,6 h
Section en T : b o 0,2 < b  < 0,4h
o
 
Avec :
L : distance entre nus des poteaux
b : la largeur
h : la hauteur

e)Les fondations
Les fondations sont des ouvrages de transition destinés à transmettre au sol, dans de bonnes
conditions, les charges permanentes et les charges variables d’une ossature. La consultation du
rapport géotechnique établi en vue de connaître la capacité portante du sol de fondation et des
tassements admissibles permet d'orienter le choix du type de fondation qui peut être superficielle,
profonde ou semi profonde. Parmi les fondations superficielles :

 Les semelles isolées (sous poteaux ou piles)


 Les semelles continues (sous murs ou files de poteaux)
 Les radiers (sous l’ensemble de l’ossature) Un des critères de choix des fondations
profondes est traduit dans le tableau suivant :

- Les longrines
Ce sont des poutres en béton armé reposants sur un sol bien compact ou sur des fondations
pour transmettre des efforts de la structure aux semelles. Les longrines assurent la stabilité des
poteaux vis-à-vis du déversement et de l’enfoncement. Elles œuvrent pour la rigidité de la
structure.
Lorsqu'un mur ou pilier est fondé contre un mur résistant ou lorsqu'il s'agit de mur de
soutènement ou lorsque la fondation ne peut empiéter sur le terrain mitoyen, il est nécessaire
d'excentrer la semelle sous le porteur et d'utiliser des longrines de redressement.
Longrines sur semelles à efforts centrés Une longrine est une poutre isostatique au niveau du
sol. En fonction du type de la chape utilisée on peut évaluer les charges sur la longrine.
En effet, il existe deux catégories de dallages : la dalle accrochée et la dalle flottante. La dalle
accrochée est un dallage reposant sur les longrines, de ce fait les charges de la dalle sont
comptabilisées. La dalle flottante est une dalle qui repose sur du sol bien compact, cette dalle
n’admet théoriquement pas des charges sur la longrine. Dans ce cas cet élément ne reçoit que
les charges des éléments qu’il supporte.
- Les prépoteaux
Dans le cas où la semelle est profonde par rapport au niveau du bâtiment, on assure la liaison
entre la semelle et le bâtiment par des poteaux de faible hauteur à Prépoteaux.
 
On utilise aussi les prépoteaux lorsque les semelles ne se situent pas sur le même niveau
d’assise, alors on compense cette différence de niveau par l’emploi de ces éléments verticaux de
la fondation. Le dimensionnement de ces éléments est analogue à celui des poteaux ordinaires.
Lors de l’exécution des prépoteaux, il faut prévoir au niveau des semelles l’attente des aciers qui
va servir pour le ferraillage des poteaux.