Vous êtes sur la page 1sur 38

Ministère des Ressources Burkina Faso

Animales et Halieutiques ---------------


---------------- Unité-Progrès-justice
Secrétariat Général
----------------
Ecole Nationale de l’Elevage et
de la Santé Animale

COURS SUR LE PASTORALISME,


L’AMÉNAGEMENT PASTORAL ET LA
GESTION DES TERROIRS
MODULE 1 : LE PASTORALISME
Première année du cycle des Conseillers en Elevage (CE 1) : 2017-2018

Professeur : Dominique B. KISSOU


Ingénieur d’Elevage, Aménagiste ; Agro-Pastoraliste

Décembre 2017

Page 1
Table des matières
INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 5

I. PASTORALISME : DEFINITIONS ET FACTEURS DETERMINANTS ............................................................ 5

1.1. DÉFINITIONS ................................................................................................................................. 5

1.2.1. Les facteurs climatiques, écologiques et culturels ................................................................ 6

1.2.2. Les facteurs zoo sanitaires .................................................................................................... 7

1.2.3. Les facteurs socio-économiques et culturels ........................................................................ 7

1.2.4. Les facteurs fonciers .............................................................................................................. 8

II. SYSTEMES D’ELEVAGE ......................................................................................................................... 8

2.1. DÉFINITIONS DU SYSTÈME D’ÉLEVAGE......................................................................................... 8

2.2. CARACTÉRISATION DU SYSTÈME D’ÉLEVAGE ............................................................................... 9

III. DEFINITION DU NOMADISME ET DE LA TRANSHUMANCE .............................................................. 12

3.1 LE NOMADISME ........................................................................................................................... 12

3.2. LA TRANSHUMANCE ................................................................................................................... 13

3.2.1. Typologie de la transhumance ............................................................................................ 13

3.2.2. Avantages et inconvénients de la transhumance ............................................................... 14

3.2.3. Evolution du pastoralisme transhumant ............................................................................. 15

3.3. LE SYSTÈME PASTORAL SÉDENTAIRE .......................................................................................... 16

IV. LE SYSTEME D’ELEVAGE AGROPASTORAL (SEAP) ............................................................................ 16

4.1. ORGANISATION DE L’ESPACE ET ACCÈS AUX RESSOURCES NATURELLES .................................. 17

4.1.1. Le village .............................................................................................................................. 17

4.1.2. Les champs de brousse........................................................................................................ 17

4.1.3. Les friches ............................................................................................................................ 17

4.2. PLACE DE L’ÉLEVAGE DANS LES PRODUCTIONS VÉGÉTALES ...................................................... 18

4.2.2. La fertilisation des champs .................................................................................................. 19

4.3. PLACE DE L’AGRICULTURE DANS LES PRODUCTIONS ANIMALES ............................................... 19

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 2


4.3.1. Les sous-produits agricoles (SPA) ........................................................................................ 20

4.3.2. Les sous-produits agro-industriels (SPAI) ............................................................................ 20

4.3.3. Les cultures fourragères ...................................................................................................... 20

4.4. COMPLÉMENTARITÉ ÉCONOMIQUE .......................................................................................... 20

4.5. CONTRAINTES ET LIMITES DE L’AGROPASTORALISME ............................................................... 21

4.6. AVANTAGES DE L’AGROPASTORALISME .................................................................................... 21

V. RELATIONS ENTRE ÉLEVAGE ET AGRICULTURE ................................................................................. 21

5.1. RELATIONS COMPLÉMENTAIRES ................................................................................................ 21

5.2. RELATIONS DE COMPÉTITION .................................................................................................... 22

5.3. RELATIONS CONFLICTUELLES ..................................................................................................... 22

5.3.1. L’extension des surfaces cultivées ...................................................................................... 22

5.3.2. La divagation des animaux .................................................................................................. 23

VI. RELATIONS ENTRE ÉLEVAGE ET ENVIRONNEMENT ......................................................................... 23

6.1. LES PRINCIPAUX IMPACTS DE L’ÉLEVAGE SUR L’ENVIRONNEMENT .......................................... 24

6.1.1. Impacts sur le sol ................................................................................................................. 24

6.1.2. Impacts sur les eaux douces ................................................................................................ 25

6.1.3. Impacts sur l’atmosphère .................................................................................................... 25

6.1.4. Impacts sur la biodiversité .................................................................................................. 25

6.2. LES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX .......................................................................................... 25

6.2.1. Origine socio-économique des dégradations ...................................................................... 26

6.2.2. Origine technique : Systèmes d’élevage et risques environnementaux ............................. 26

VII ELEVAGE ET FONCTIONNEMENT DES ECOSYSTEMES ...................................................................... 28

7.1 DEFINITIONS ................................................................................................................................ 28

7.2. CARACTERISTIQUES DES ECOSYSTEMES..................................................................................... 29

7.3 FONCTIONNEMENT DES ECOSYSTEMES PATURES ...................................................................... 32

7.3.1. Fonctionnement de l’écosystème sahélien ......................................................................... 32

7.3.2. Fonctionnement de l’écosystème soudanien ..................................................................... 34


Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 3
7.3.3. Fonctionnement de l’écosystème guinéen ......................................................................... 35

VIII. PASTORALISME ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES ........................................................................ 35

8.1. DÉFINITION DE LA NOTION « CHANGEMENTS CLIMATIQUES » ................................................ 35

8.2. CAUSES DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES .............................................................................. 36

8.3. IMPACTS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SUR LE PASTORALISME ...................................... 36

IX. PASTORALISME ET DECENTRALISATION........................................................................................... 37

9.1. DÉFINITIONS DE LA DÉCENTRALISATION.................................................................................... 37

9.2. DÉCENTRALISATION ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES ............................................. 37

9.2.1. Décentralisation et pastoralisme ........................................................................................ 38

CONCLUSION ......................................................................................................................................... 38

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 4


INTRODUCTION
Pendant longtemps les pâturages naturels, les pâturages post-culturaux et les cures salées ont
assuré l’exclusivité de l’alimentation des animaux domestiques. De nos jours, malgré
l’introduction des Sous- Produits Agro-industriels (SPAI), des cultures fourragères et des
aliments concentrés dans cette alimentation, il est apparu un déséquilibre fourrager qui tend à
s’accentuer d’année en année. Cette situation s’accroît et aggrave les conflits entre les
éleveurs et les autres utilisateurs des ressources naturelles. Il en résulte, entre autres, une
tendance au départ des animaux, bovins notamment, vers les zones sud du pays, voire dans les
pays côtiers où certains éleveurs ont tendance à se fixer, voire à se sédentariser, malgré les
difficultés qu’ils y rencontrent et les expulsions dont ils peuvent y être victimes. L’élevage
burkinabè évolue dans un environnement de plus en plus fragile et perturbé par les
phénomènes naturels tels que la sécheresse, l’érosion hydrique et éolienne et par les facteurs
anthropiques (agriculture, élevage, feux, etc.). Des pratiques traditionnelles d’élevage nomade
et transhumant, l’on assiste à une intégration de l’élevage au système agraire. De nos jours, la
tendance est l’intégration de l’agriculture à l’élevage ou encore la mise en œuvre d’un
système mixte appelé système agropastoral. Le pastoralisme est l’activité première et la plus
productive de vastes espaces sahéliens. C’est aussi la seule qui soit capable d’assurer leur
équilibre socio-économique.

Le cours sur le pastoralisme va aborder les points suivants :

- Définitions et facteurs déterminants


- Systèmes d’élevage pastoral
- Relation entre élevage et agriculture
- Relation entre élevage et environnement
- Elevage et fonctionnement des écosystèmes
- Pastoralisme et changements climatiques
- Pastoralisme et Décentralisation

I. PASTORALISME : DEFINITIONS ET FACTEURS DETERMINANTS

1.1. DÉFINITIONS
Le pastoralisme se définit sous plusieurs formes :

J.P. DIGARS et al. (1993) définissent le pastoralisme comme un mode d’élevage qui
détermine une forme d’occupation et d’exploitation du milieu physique. Il est également une
organisation sociale qui permet l’adaptation permanente aux contraintes externes et assure de
ce fait la reproduction du système pastoral.

MAIGA (1994) : Le pastoralisme repose sur le milieu physique, le mode d’élevage, une
organisation sociale. Il se distingue des autres systèmes de production rurale par l’élevage des

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 5


ruminants comme principale activité et par la dépendance des pâturages naturels dont la
variation saisonnière en fonction de la disponibilité et de la localisation des ressources
pastorales (eau, pâturages, terres salées, etc.) dicte la mobilité des hommes et des animaux.
Wikipédia :
- le pastoralisme décrit la relation interdépendante entre les éleveurs, leurs troupeaux de
ruminants et leur biotope.
- c’est l’ensemble des pratiques d’élevage et d’organisation de territoire liées à
l’utilisation des espaces naturels pour le pâturage des animaux.
- l'élevage pastoral hérite de traditions très anciennes de valorisation des terres et des
pâturages qui tient compte des cycles saisonniers et des contraintes climatiques. Bien
que ce mode d'élevage suppose une grande mobilité du bétail et de ceux qui s'en
occupent, il est très lié à un espace géographique. Il suit généralement des parcours
fixes ou prévisibles.

Le nouveau Petit robert (1995) définit le pastoralisme comme « économie pastorale ; le


mode d’exploitation agricole fondé sur l’élevage extensif »

La loi d’orientation relative au pastoralisme au Burkina Faso (2002) en son article 3,


définit le pastoralisme comme « toute activité d’élevage consistant à assurer l'alimentation
et l’abreuvement des animaux par l’exploitation directe des ressources naturelles sur des
espaces déterminés et impliquant la mobilité des animaux ».
Le pastoralisme désigne également les activités associant de manière complémentaire
l’élevage, l’agriculture et la sylviculture.

En résumé, le pastoralisme regroupe les éléments essentiels suivants : le milieu physique


entendu par (le territoire et les ressources naturelles), l’animal principalement le ruminant,
l’homme et la mobilité.
Ainsi, le pastoralisme revêt un caractère dynamique, évolutif sous l’influence de plusieurs
facteurs entrainant alors la disparition de certaines formes de pastoralisme.

1.2. FACTEURS DÉTERMINANTS DU PASTORALISME


Le pastoralisme est influencé par des facteurs d’ordre :
- climatique, écologique et culturel ;
- zoo sanitaire ;
- socio-économique ;
- foncier.

1.2.1. Les facteurs climatiques, écologiques et culturels


Le climat joue un rôle important dans la disponibilité des ressources pastorales (pâturages,
eau et cure salée).

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 6


- une absence prolongée de pluies provoque une sécheresse pouvant entrainer la
disparition des pâturages et un manque d’eau ;
- de fortes pluies peuvent être à l’origine d’inondations de pâturages et partant, de
disparition d’espèces végétales appétées et la destruction d’ouvrages hydrauliques ;
- de fortes températures provoquent une évapotranspiration intense et l’assèchement des
points d’eau artificiels, sources principales d’eau d’abreuvement des animaux.
Les crises climatiques accélèrent les processus naturels de dégradation écologique avec
comme conséquences :
- la réduction de la productivité des pâturages qui constituent l’essentiel de
l’alimentation des ruminants ;
- l’accentuation des problèmes d’abreuvement des animaux ;
- la baisse de la qualité nutritive du couvert végétal ;
- la diminution de la diversité ligneuse ;
- la modification des systèmes pastoraux ;
- la mortalité des animaux.

La disponibilité en eau détermine l’exploitation des pâturages. Aussi, la disparition rapide des
ressources pastorales se constate autour des meilleurs points d’eau d’abreuvement.
L’insuffisante maitrise de l’eau oblige les éleveurs à effectuer des déplacements d’amplitudes
variables (transhumance). Ces déplacements peuvent être hors des frontières pendant la saison
sèche (mouvements transfrontaliers).
La disponibilité des aliments et de l’eau influe sur la productivité animale. En effet, des
animaux mal nourris, carencés, ne peuvent pas extérioriser leur potentiel génétique quelle que
soit leur origine et sont plus vulnérables aux différentes maladies.
Au regard des caprices climatiques et écologiques, les pasteurs pratiquent la mobilité des
troupeaux et leur diversification tout en développant des relations avec les agriculteurs.

1.2.2. Les facteurs zoo sanitaires


La salubrité du milieu écologique, la qualité de l’eau, sont des facteurs qui déterminent
l’exploitation ou non des ressources pastorales d’une zone donnée. En effet, la fréquentation
des milieux écologiques insalubres, la consommation des ressources pastorales infestées et
infectées sont les causes de maladies infectieuses, parasitaires et contagieuses. Au cours de
leurs déplacements, les animaux sont exposés aux nombreuses maladies. Les maladies
infectieuses ont été éradiquées grâce aux campagnes systématiques de vaccination.
Cependant, d’autres maladies contagieuses et parasitaires persistent aussi bien chez les
ruminants et pourraient être contractées au cours de la transhumance.

1.2.3. Les facteurs socio-économiques et culturels


Au nombre de ces facteurs, l’on retiendra :
- la croissance démographique humaine rapide (3,1%, RGPH 2006) ;

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 7


- l’accroissement des besoins en terre agricole ;
- l’augmentation des effectifs du cheptel suite à une bonne maitrise des principales
maladies qui décimaient le bétail ;
- l’instauration d’une compétition entre l’agriculture et l’élevage pour l’occupation de
l’espace ;
- l’amélioration de la performance des races ;
- l’amélioration des échanges commerciaux ;
- le maintien de certaines pratiques ancestrales entre les communautés des pasteurs et
des agriculteurs.
Toutefois, l’on note une association ou intégration de l’agriculture et de l’élevage d’où
l’émergence de l’agropastoralisme.
- les changements intervenus suite aux crises éco climatiques chez les pasteurs ;
- la taille, la structure des troupeaux et les espèces ou races élevées ;
- la constitution de plusieurs troupeaux, leur répartition dans différentes localités
(territoire national ou pays voisins) ;
- la migration massive de groupes de pasteurs dans les régions méridionales, cause de
conflits entre eux et les agriculteurs ;
- l’appauvrissement de certains pasteurs.

1.2.4. Les facteurs fonciers


Les terres qui abritent les ressources fourragères ne sont pas la seule propriété des pasteurs,
voire qu’ils ne détiennent qu’une maigre portion. La grande mobilité des pasteurs fait qu’ils
sont considérés quelque fois comme des « sans terre ». Ils sont contestés sur leur propre
terroir par les agriculteurs. Les pasteurs qui ont migré éprouvent des difficultés d’intégration
dans leur nouveau milieu. Ils sont sujets à d’éventuels déguerpissements. Malgré l’adoption
de la loi n°34-2012/AN du 02 juillet 2012 portant Réorganisation agraire et foncière (RAF)
au Burkina Faso, le foncier demeure un problème très sensible. Les difficultés d’application
de cette loi ont conduit à l’adoption d’une politique nationale sur le foncier et la loi n°034-
2009/AN du 16 juin 2009 portant régime foncier rural. Le foncier est un élément essentiel du
pastoralisme et dont la sécurisation est indispensable à la survie de ce système d’élevage.

II. SYSTEMES D’ELEVAGE


2.1. DÉFINITIONS DU SYSTÈME D’ÉLEVAGE

Selon le Mémento de l’Agronome (2002), un système est un « ensemble d’éléments en


relation entre eux, agencés pour concourir à une action commune. Ces différents éléments
forment une structure dans laquelle chaque élément joue un rôle particulier : l’action sur un
élément a des conséquences plus ou moins importantes sur le fonctionnement de
l’ensemble ».

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 8


JOUVE (1992) : le système de production est un ensemble structuré de moyens de production
(travail, terre, équipement, etc.) combinés entre eux pour assurer une production végétale
et/ou animale en vue de satisfaire les objectifs et besoins de l’exploitant (ou chef de l’unité de
production) et de la famille.

Pour J. SWIFT (1988) cité par A. M. BONFIGLIOLI (1992), les systèmes de production
pastoraux sont ceux dans lesquels au moins 50% de revenu brut (c’est-à-dire la valeur totale
de la production commercialisée plus la valeur estimative de la production de subsistance
consommée au niveau des unités domestiques) provient d’activités d’élevage ou liées à
l’élevage (ex : activités caravanières) ou dans lesquels plus de 15% de l’alimentation familiale
consiste en lait ou en produits laitiers produits par l’unité domestique.

Selon le Mémento de l’Agronome (2002), le système d’élevage est « l’ensemble des


pratiques et techniques mises en œuvre par un éleveur , un paysan ou une communauté pour
faire exploiter les ressources naturelles par les animaux et obtenir ainsi une production
animale » ou encore comme « un ensemble d’éléments en inter action dynamique organisés
par l’homme en vue de valoriser les ressources par l’intermédiaire d’animaux domestiques ».

Etienne LANDAIS complète la seconde définition en précisant les productions. Ainsi, il


définit le système d’élevage comme « un ensemble d’éléments en inter action dynamique
organisés par l’homme en vue de valoriser les ressources par l’intermédiaire d’animaux
domestiques pour en obtenir des productions variées (lait, viande, cuirs et peaux, travail,
fumure, etc.) ou pour répondre à d’autres objectifs ».

En résumé, le système est la combinaison d’un ensemble d’éléments réalisée par l’homme
pour atteindre un résultat, un objectif. Dans le domaine de l’élevage, ces éléments sont la
terre, les ressources naturelles, les animaux, les intrants zootechniques et vétérinaires, les
infrastructures et équipements, le travail, l’argent, etc. Les résultats et objectifs escomptés se
rapportent aux productions (accroissement de l’effectif, lait, viande, cuirs et peaux, travail,
fumure, etc.), aux revenus monétaires, à la satisfaction psycho-sociale.

2.2. CARACTÉRISATION DU SYSTÈME D’ÉLEVAGE

L’étude et l’analyse d’un système d’élevage consistent quelle que soit l’espèce, à s’interroger
sur le rôle des éleveurs et des différents acteurs concernés par la conduite des troupeaux,
notamment la propriété des animaux, leur entretien, la décision à prendre en rapport avec les
troupeaux, la gestion de la reproduction.
Il s’agit également de situer les responsabilités par rapport à la commercialisation des
animaux et de leurs produits, aux acheteurs, aux lieux de commercialisation et de déterminer
les investissements et le mode d’alimentation.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 9


• Le territoire-ressources naturelles et le troupeau constituent la base et la matière de
l’action de l’éleveur.
• L’éleveur est le décideur du système d’élevage.
Le système est subdivisé en trois pôles que sont :
- le territoire-ressources ;
- le troupeau et ;
- l’éleveur.
Chaque pôle doit être considéré en lui-même mais aussi les trois dans leurs différentes
interfaces.
Le tableau 1 ci-dessous extrait du Mémento de l’Agronome (2002), fait le point des
principales composantes et les caractéristiques d’un système d’élevage. Quelques apports ont
été faits pour enrichir un peu son contenu.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 10


Tableau 1 : Les principales composantes et caractéristiques d’un système d’élevage

Pôles Composantes Caractéristiques à étudier Produits de l’analyse


Territoire et Structure Unités de ressources fourragères Carte
ressources Répartition surface
(système de Production Phytomasse Production brute
production) primaire Composition chimique Valeur nutritive
Valeur alimentaire
Utilisation par Accessibilité, Disponibilité Charge
l’animal Appétibilité Carte d’utilisation
Ingestibilité
Evolution dans le Variation saisonnière Suivi des pâturages
temps Variation inter-annuelle
Reproduction de l’écosystème
Interface Comportement alimentaire et spatial Bilan fourrager
Bilans : matière organique : fertilité (liaison avec le Typologie des surfaces
système de culture) (mode d’utilisation)
Système fourrager
Troupeau Etat Espèce, race, type génétique Pyramide des âges
Effectif
Composition, structure
Caractéristiques Reproduction (fertilité, Productivité numérique
dynamiques fécondité,…) (taux de mise bas, taux
Evolution du Mortalité de mortalité)
troupeau Exploitation et croît Naissance, achat, don
Animal (état Etat sanitaire Critère de sélection
individuel) Stade physiologique
Etat de développement
Performances individuelles
Conduite Du troupeau Calendrier
De l’alimentation
De la reproduction
Production Viande, lait, laine, … Produits animaux
Fumier, travail, transport
Interface Pratiques : soins, conduite, savoir-faire, rôles du Diversité des produits
cheptel (économique, culturel, religieux) ; mode de
valorisation
Eleveur Ethnie, famille, (histoire, projets) Logique socio-
économique
Organisation de l’élevage : différents agents, fonctions, - Organisation sociale
centre de décision. Organisation du travail : famille, -Relations que l’éleveur
autres entretient avec le reste
de la communauté
Besoins/revenus, autres activités Budget
Relation avec la communauté rurale, service de Organisation globale
l’élevage et autres intervenants
Interface Organisation foncière- Gestion de l’espace et des
pâturages
Stratégies : transhumance, fumure

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 11


Divers critères permettent de différencier les systèmes d’élevage. Il s’agit entre autres : de la
mobilité des animaux dans l’espace, des critères techniques d’intensification, des critères
agro-écologiques, économiques ou alimentaires.
- la mobilité des animaux dans l’espace permet de distinguer les systèmes sédentaires,
transhumants ou nomades ;
- les critères d’intensification distinguent les systèmes intensifs, semi-intensifs, semi-
extensifs et extensifs. Un tel classement présente des limites du fait que les concepts
intensif et extensif se réfèrent aux niveaux relatifs des facteurs de production (intrants)
et du facteur travail par rapport au facteur terre ;
- les critères agro-écologiques sont souvent combinés avec les critères techniques ;
- les critères économiques ou alimentaires s’appuient par exemple sur la part des
revenus ou celle de l’alimentation de la famille tirée des productions animales.
En 1995, la FAO avait retenu trois critères principaux de classification des systèmes
d’élevage. Il s’agit du degré d’intégration de l’élevage avec les cultures, de la relation des
animaux à l’espace et de la zone agro-climatique.
De ces critères, il ressort les systèmes d’élevage suivants :
- les systèmes pastoraux ;
- les systèmes mixtes agriculture-élevage ou systèmes agropastoraux ;
- les systèmes bovins laitiers péri-urbains ;
- l’embouche des ruminants ;
- l’élevage hors-sol.
Les systèmes pastoraux et les systèmes mixtes agriculture-élevage ou systèmes agropastoraux
vont constituer l’essentiel du présent module.

Le système pastoral se caractérise par la mobilité des éleveurs et des troupeaux à la recherche
de pâturages et de points d’eau. Il est basé sur l’exploitation de type extensif des ressources et
sur une absence quasi totale de recours aux intrants zootechniques en dehors des années de
déficit fourrager critique. Il comprend deux sous-composantes : le mode nomade et le mode
transhumant.

Le système pastoral sédentaire constitue l’interface entre le système transhumant et le système


mixte agriculture-élevage ou système agropastoral.

III. DEFINITION DU NOMADISME ET DE LA TRANSHUMANCE


3.1 LE NOMADISME

Selon Philippe LHOSTE et al. (1993), le nomadisme est un déplacement de tout un groupe
avec bétail et personnes.
Le Petit Larousse illustré (1993), précise que le nomadisme pastoral est un genre de vie
pastoral dans lequel l’élevage est la ressource exclusive ou principale.
Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 12
Il est à souligner que ce système d’élevage n’existe pratiquement plus au Burkina Faso. C’est
une preuve qui atteste le caractère dynamique du pastoralisme.

3.2. LA TRANSHUMANCE
Selon Philippe LHOSTE et al. (1993), la transhumance est un déplacement saisonnier de
troupeaux sous la garde de quelques personnes généralement des bergers salariés ou de jeunes
hommes de la famille, la plus grande partie restant sédentaire.

Le Petit Larousse illustré (1993) précise davantage en faisant ressortir les aspects recherche
de l’aliment et le caractère pendulaire du mouvement. Ainsi, la transhumance est un
déplacement saisonnier d’un troupeau en vue de rejoindre une zone où il pourra se nourrir, ou
déplacement du même troupeau vers le lieu d’où il était parti.
L’on note cependant qu’une partie du troupeau reste sur place pour satisfaire les besoins de la
famille sédentaire.

M. J.B. KAMUANGA et al (2008), en partant de la définition de Philippe LHOSTE et al. et


bien d’autres auteurs, concluent que « la transhumance est un système de production animale
caractérisée par des mouvements saisonniers de caractère cyclique, d’amplitude variable. Ces
mouvements s’effectuent entre des zones écologiques complémentaires, sous la garde de
quelques personnes, la plus grande partie du groupe restant sédentaire".

La définition de la transhumance laisse transparaitre la sédentarisation des hommes mais, pas


les troupeaux. La sédentarisation selon le Petit Larousse illustré (1993), est le passage de
l’état de nomade à l’état sédentaire et dit qu’est sédentaire celui qui reste dans une région
déterminée.

Au Burkina Faso, la création des ranches et des zones pastorales sont des tentatives de
sédentarisation qui ont été entreprises.
Dans les pays sahéliens, la transhumance est une stratégie d’adaptation qui vise à
optimiser l’accès du bétail à l’eau et à des pâturages de qualité pour assurer sa production
annuelle.

3.2.1. Typologie de la transhumance

La transhumance revêt un caractère national et extra frontalier.


La transhumance nationale est celle qui se passe à l’intérieur du territoire national quelle que
soit la distance parcourue. Elle peut se dérouler dans le rayon du territoire de la
circonscription administrative dont dépend l’éleveur tout comme hors de ce rayon mais, dans
la limite du pays d’origine de l’éleveur.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 13


La transhumance extra frontalière ou transfrontalière quant à elle, concerne au moins deux
pays : le pays de départ et le pays d’accueil auxquels il convient d’ajouter le ou les pays de
transit. Elle se déroule donc hors des frontières du pays d’origine de l’éleveur.

3.2.2. Avantages et inconvénients de la transhumance


Avantages
On retient que les troupeaux transhumants partent généralement d’environnements en
déséquilibre, difficiles et changeants comme les zones sahéliennes vers des zones écologiques
plus propices telles que les zones soudaniennes. De ce qui précède, la transhumance
constitue :
- une forme d’adaptation aux zones écologiques ;
- une forme de valorisation des complémentarités écologiques entre zones de départ
(zones sahéliennes) et zones d’accueil (régions soudaniennes) ;
- une stratégie de gestion opportuniste des ressources pastorales, écologiquement viable
permettant aux communautés de pasteurs de survivre aux grandes crises éco-
climatiques qui secouent périodiquement les pays sahéliens ;
- une opportunité pour améliorer la productivité du cheptel.

En somme, les avantages comparatifs du pastoralisme transhumant sont :


- au plan environnemental, un déstockage saisonnier des pâturages sahéliens surchargés
limitant ainsi la dégradation des terres de parcours, utilisation des cures salées, apport
de graines de semences fourragères à travers les poils et les déjections des animaux ;
- au plan zootechnique, l’augmentation de la productivité des troupeaux (lait, taux de
fécondité) et le maintien du capital bétail ;
- au plan économique, les faibles coûts de production rendant les produits animaux
compétitifs sur les marchés côtiers par rapport aux viandes extra africaines
subventionnées ;
- au plan social, l’établissement de relations sociales entre communautés (mariages,
réduction et/ou atténuation des conflits).

Inconvénients
La transhumance engendre de multiples problèmes d’ordre économique, politique,
écologique, social et technique. A titre indicatif :
- elle favorise la propagation des maladies et perturbe les campagnes de
vaccination ;
- un bouleversement des politiques nationales en matière d’élevage avec les départs,
les arrivées et séjours prolongés des transhumants ;
- une surcharge de pâturages et points d’eau observée pendant la saison sèche avec
les regroupements des troupeaux de provenances diverses ;
- non-respect des réserves naturelles entrainant la mise en fourrière des animaux ou
leur abattage par les agents forestiers ;

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 14


- absence de documents administratifs (certificats de transhumance) pouvant être à
l’origine de la saisie des animaux par les corps habillés ;
- des pertes d’animaux suite à des actes de banditisme ;
- des conflits avec les agriculteurs, les services forestiers, les autres corps habillés
(douanes, gendarmerie, police).
La transhumance peut être à l’origine de beaucoup de conflits souvent mortels entre
agriculteurs et éleveurs.

3.2.3. Evolution du pastoralisme transhumant


Depuis la sécheresse des années 1970, le système d’élevage transhumant a enregistré des
transformations liées aux facteurs environnementaux, socio-économiques et politiques.

• Au plan environnemental, les crises éco-climatiques des années 1970 et 1980 ont
favorisé l’émergence de l’agro-pastoralisme. En effet, pour gérer au mieux les
risques :

Les pasteurs :
- s’investissent dans les activités agricoles ;
- transfèrent une partie de leur troupeau du nord (sahel) vers le sud (régions
méridionales, soudaniennes généralement à vocation agricole ;
- diversifient les espèces élevées. Plus de considération a été alors accordées aux petits
ruminants et à la volaille ;
- s’installent dans les zones soudaniennes où ils pratiquent la semi transhumance.

Les agriculteurs capitalisent les excédents agricoles sous forme de bétail.

• Au plan socio-économique, l’exacerbation des conflits entre éleveurs transhumants et


les autres utilisateurs des ressources naturelles (agriculteurs, chasseurs,
concessionnaires de chasse, etc.)
• Au plan politique, la décentralisation et le transfert de la gestion des ressources
naturelles aux collectivités territoriales constituent d’une part des opportunités et
d’autre part des risques.

Opportunités : meilleure sécurité d’accès aux ressources pastorales du terroir


et meilleure organisation de la transhumance

Risques :
- la marginalisation accrue des pasteurs à cause de leur faible représentation et
représentativité dans les instances de décision (CVD, Conseil municipal,
Conseil régional, Commissions spécialisées, associations, etc.) ;
- les diverses taxes liées au patrimoine bétail et autres biens pour l’accès aux
ressources pastorales.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 15


Les mutations entrainent une évolution progressive du pastoralisme transhumant vers l’agro-
pastoralisme avec :
- le transfert de la fertilité des parcours vers les terres agricoles et l’utilisation des
résidus de culture pour l’alimentation des animaux ;
- la pratique des cultures céréalières et/ou de rente (coton principalement) par les
pasteurs ;
- la constitution de troupeaux de bétail par les agriculteurs à partir de la vente des
excédents des productions céréalières et des bénéfices dégagés de la vente du
coton.

3.3. LE SYSTÈME PASTORAL SÉDENTAIRE

Le système pastoral sédentaire est le déplacement des troupeaux dans les limites d’un
territoire défini sous la conduite (surtout en saison pluvieuse) ou non (divagation en saison
sèche dans certains cas) d’un ou de plusieurs berger(s) ou bouvier(s) pour l’exploitation par
pâture des ressources naturelles et des résidus de récolte. Ce territoire peut être le terroir
villageois ou inter villageois. Les pâturages sont constitués des espaces interstitiels, des
jachères et des friches. Les animaux vont au pâturage le matin et sont parqués la nuit dans des
enclos confectionnés avec divers matériaux.
Ce système permet de réduire le nombre de conflits qui sont du reste internes aux
communautés d’un même terroir et le nombre des parties prenantes.
Face aux problèmes que crée le système d’élevage pastoral et dans le souci de valoriser au
mieux les ressources disponibles au profit aussi bien de l’agriculture que de l’élevage, un
système d’exploitation intégrant les deux activités a été adopté. Il s’agit du système agro-
pastoral.

D’une manière générale, l’intérêt du maintien de l’activité pastorale est bien compris par les
communautés locales car elle permet :

- de conserver des emplois locaux dans des zones peu urbanisées et rarement
industrialisées ;
- de conserver la qualité du paysage avec en corollaire la conservation de son attrait
touristique ;
- d’assurer un entretien continu du paysage qui évite les investissements lourds.

IV. LE SYSTEME D’ELEVAGE AGROPASTORAL (SEAP)

L’accroissement démographique humain et des effectifs des animaux se traduisent par une
pression de plus en plus forte sur les ressources naturelles. Cela a entrainé l’apparition de
nouvelles pratiques agricoles et d’élevage. On assiste progressivement à l’association voire à
l’intégration de l’agriculture et de l’élevage. La contrainte foncière devient de plus en plus
accrue avec apparition de deux mécanismes :

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 16


- les agriculteurs intègrent progressivement les productions animales dans leur
exploitation, notamment les animaux de trait pour le travail et le transport, mais
aussi, la fumure organique issue des déjections animales pour minimiser le
surenchérissement des coûts des engrais chimiques ;
- les éleveurs, en raison de la diminution des effectifs du cheptel, des problèmes
climatiques et d’accès aux ressources sont en difficulté économique et pratiquent
de plus en plus les activités agricoles qu’ils complètent par des achats alimentaires
sur les fonds issus de la vente des produits d’élevage.
Ce système est rencontré dans toutes les régions du Burkina Faso et présente les
caractéristiques suivantes :
- l’agriculture et l’élevage partagent ou disputent le même espace ;
- la prédominance de l’une ou l’autre activité est fonction de la localisation
géographique et des groupes ethniques qui l’exercent. Elle est aussi fonction des
objectifs économiques, culturels, religieux, etc.
Le SEAP repose sur :
- l’organisation de l’espace et l’accès aux ressources naturelles ;
- l’intégration de l’agriculture et de l’élevage.

4.1. ORGANISATION DE L’ESPACE ET ACCÈS AUX RESSOURCES NATURELLES


L’espace est organisé en zones d’habitat (village), en champs et friches

4.1.1. Le village
Au niveau du village sont exploités les champs de case autour des concessions. Les interstices
servent de pâturages aux animaux qui sont attachés aux obstacles ou conduits par les enfants.
Les parcs de nuit sont implantés au niveau des concessions. Des couloirs ou pistes d’accès
sont dégagés pour permettre aux animaux de rejoindre les pâturages et vice-versa.

4.1.2. Les champs de brousse


Les champs de brousse sont situés à quelques kilomètres du village et occupent des
superficies plus grandes. La part importante des productions céréalières et autres produits
vivriers est réalisée dans ces champs.
Les bas-fonds inondables sont exploités à des fins rizicoles en saison pluvieuse et maraichère
en saison sèche.

4.1.3. Les friches


Les friches qui sont différentes des jachères1 parce que non cultivées ni même entretenues,
constituent les pâturages ainsi que les lieux de chasse et d’autres activités de loisirs. Le

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 17


défrichage peut intervenir à tout moment réduisant ainsi les superficies pâturables. Cependant,
l’importance des friches varie selon les zones. Par exemple dans le sahel, les friches
s’étendent sur des superficies importantes car l’élevage pastoral constitue la principale
activité. Dans les autres régions du Burkina Faso, c’est l’inverse. Les champs et/ou les forêts
et réserves forestières s’étalent sur plus vastes superficies

4.2. PLACE DE L’ÉLEVAGE DANS LES PRODUCTIONS VÉGÉTALES


Dans les systèmes agro-pastoraux, l’élevage occupe une place importante dans les
productions végétales. Il intervient par la fourniture d’énergie et de matière première.

4.2.1. La traction animale


Trois composantes

La culture attelée
Les animaux sont utilisés dans la culture attelée facilitant les travaux de labour, de semis et de
sarclage, permettant ainsi la mécanisation de l’agriculture. La culture attelée permet de mieux
valoriser les cultures en réduisant l’effort humain par :
- l’amélioration des façons culturales : le labour à la charrue est plus profond qu’à la houe
et favorise la reconstitution des réserves en eau du sol et la pénétration; en profondeur des
racines ;
- la facilitation du déroulement du calendrier cultural compte tenu de la durée limitée de la
saison des pluies et de la nécessité d’exécuter les façons culturales dans des délais précis.
En effet, l’absence de la culture attelée constitue un goulot d’étranglement à la production
de l’agriculteur. Grâce à la culture attelée, l’agriculteur peut labourer et semer dans les
meilleurs délais, sarcler à temps et parfois effectuer un second sarclage.
La durée de travail journalier et la superficie labourée varient en fonction de l’espèce animale
utilisée.
Ainsi, une étude réalisée par la GTZ en 1982, donne les résultats dans le tableau 2 ci-dessous.

Tableau 2: Durée de travail par espèce animale

Espèces animales Durée de travail par jour Superficie labourée par heure (ha)
(en heure)
Ane 3 2
Bœuf 4à6 2,25
Cheval 5à6 3
Source : GTZ (1982)

Le transport
Les animaux les plus variés interviennent dans le transport des biens et des personnes. Ce
sont : les dromadaires/chameaux, les chevaux, les ânes et les bœufs. Ils sont utilisés dans le
transport des intrants agricoles (semences, engrais, fumier), du matériel aratoire, des récoltes

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 18


soit sur le dos, soit en tractant les charrettes. Ils transportent également les produits agricoles
destinés à la commercialisation vers les marchés soulageant ainsi les femmes à qui incombe
plus le portage.

L’exhaure de l’eau
La traction animale permet de :
- faciliter l’accès à l’eau des puits et de gagner du temps dans le ravitaillement en eau à partir
d’un puits, tâche qui incombe aux femmes. Les puits de grande profondeur sont équipés d’une
poulie par laquelle une corde est reliée à l’animal et à la puisette. L’extraction de l’eau se fait
suivant les mouvements de va et vient de l’animal ;
- pratiquer l’irrigation et d’étendre les cultures de saison sèche.

En somme, l’animal constitue une source d’énergie renouvelable

4.2.2. La fertilisation des champs


Les champs bénéficient des déjections animales comme fertilisants suivant différents modes :
- la fertilisation directe par le troupeau qui s’effectue sous deux formes :
le rejet des déjections au moment de la pâture du troupeau dans le champ et ;
le parcage rotatif de nuit du troupeau dans les champs en saison sèche.
- la fertilisation indirecte qui consiste à l’apport au champ de fumier ramassé ou produit
ailleurs. Ce fumier provient généralement des parcs de nuit permanents. Un compostage
permet d’en augmenter la quantité et la qualité par apport de débris ou déchets végétaux. Il est
collecté et transporté au champ à l’aide de charrette (tractée par un animal) ou de véhicule.
Il faut souligner que ces parcs de nuit après quelques années, sont remis en culture.

A titre indicatif, le tableau 3 ci-dessous présente la production journalière de déjections par


certaines espèces animales.
Tableau 3 : Quantité de déjections produite par quelques espèces animales

espèces animales Poids vif (Kg) Production journalière de


déjections (Kg/j)
Bovin/taurin 250-400 8
Mouton 60-80 1
cheval 350-400 10
Source : Manuel de zootechnie des régions chaudes : les systèmes d’élevage (1993)

On se rend compte que l’animal constitue un maillon indispensable de la fertilisation des sols.

4.3. PLACE DE L’AGRICULTURE DANS LES PRODUCTIONS ANIMALES


L’alimentation des ruminants est basée sur les pâturages naturels. Abondants en saison
pluvieuse, ces pâturages se raréfient et deviennent qualitativement médiocres en saison sèche,
d’où la nécessité de trouver une complémentation alimentaire.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 19


4.3.1. Les sous-produits agricoles (SPA)
Les SPA tels les fanes de légumineuses (niébé, arachide, …) et paille des céréales (sorgho,
mil, riz, etc.) servent d’aliments d’appoint en saison sèche. Ils sont pâturés dans les champs ou
stockés pour l’embouche ou pour les noyaux laitiers, les animaux de trait et les animaux
faibles. Des outils tels les botteleuses et les hache-paille, sont conçus pour faciliter leur
collecte et leur stockage. Certains traitements minéraux (par exemple, le traitement de la
paille à l’urée) améliorent non seulement leur appétibilité mais aussi leur valeur nutritive.

4.3.2. Les sous-produits agro-industriels (SPAI)


Les SPAI comme le son de blé, la graine et le tourteau de coton, les drêches de brasserie, la
mélasse de la société sucrière de la Comoé (SOSUCO) interviennent dans l’alimentation des
animaux. La production du blé et de la canne à sucre utilisent fortement la mécanisation
motorisée. Pendant ce temps, la traction animale occupe une place de choix pour la culture du
coton. Pour ce faire, la signature d’un contrat relatif à la restitution de la graine ou du tourteau
de coton aux producteurs pour l’alimentation de leurs animaux pourrait être passée avec les
sociétés cotonnières. L’exportation de ces produits ne pourrait être accordée qu’après la
satisfaction des besoins intérieurs. Dans ces conditions, l’animal procurerait de l’argent à son
propriétaire et se nourrirait à partir de ce qu’il a contribué à produire.

4.3.3. Les cultures fourragères


Les cultures fourragères sont vulgarisées. On y trouve les graminées et les légumineuses. Si
les graminées sont exportatrices d’éléments minéraux, les légumineuses sont fixatrices
d’azote et enrichissent les sols. On rencontre les cultures à double fin et les cultures
fourragères pures. L’animal peut être utilisé dans les cultures fourragères et pourrait nourrir
son propriétaire et se nourrir lui-même. Si le système est bien organisé, les cultures
fourragères font partie de l’assolement/rotation.
Dans un système agropastoral, l’agriculture et l’élevage devraient être complémentaires et
interdépendants car :
- l’élevage offre sa force de travail et son fumier à l’agriculture ;
- l’agriculture complète l’alimentation du bétail par les SPA, SPAI et cultures fourragères ;
L’organisation de l’exploitation de l’espace tient compte de ces deux activités principales.

4.4. COMPLÉMENTARITÉ ÉCONOMIQUE


Outre les flux énergétiques (travail) ou de matière organique (fourrage, fumier), il y a aussi les
complémentarités économiques entre l’élevage et l’agriculture. Pendant des années fastes, les
surplus de céréales sont vendus et réinvestis dans l’achat du bétail. C’est l’inverse qui est
observé en année de « vaches maigres », c’est-à-dire, en année de déficit céréalier. Le bétail
peut être vendu pour acheter les intrants agricoles (engrais, semences), pour rembourser des
crédits de campagne ou pour payer la main-d’œuvre.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 20


4.5. CONTRAINTES ET LIMITES DE L’AGROPASTORALISME
La pratique de l’agropastoralisme est encore très variée d’une région à l’autre. La traction
animale a souvent été utilisée pour l’extension des surfaces plutôt que comme un facteur
d’intensification. La valorisation de la fumure animale n’est pas optimisée compte tenu des
problèmes de transport. La réduction drastique des espaces de pâture ayant pour corolaire
l’accroissement des effectifs humains et du cheptel. Certes, les pâturages herbacés et
forestiers des zones sud sont menacés par l’extension des cultures trop souvent dévastatrice au
point de réduire le disponible fourrager pour l’élevage pastoral. L’adhésion timide et lente des
producteurs aux nouvelles techniques culturales et pastorales.

4.6. AVANTAGES DE L’AGROPASTORALISME


Malgré les contraintes et limites, l’agropastoralisme présente les avantages ci-après :
- le bétail fait partie intégrante de l’exploitation agricole dont il tire une bonne partie de son
alimentation ;
- une cohérence dans la prise de décision relative à la gestion des productions végétales et
animales sur l’unité de production, d’où de meilleures interactions (énergie, fumure, fourrage,
etc.) au sein de l’unité d’exploitation ;
- les productions diverses (viande, lait, travail, fumier, etc.) de ce cheptel concourent à
l’efficacité productive et à l’économie d’une même unité de production ;
- l’instauration d’un cadre d’échange permettant d’améliorer la cohabitation entre agriculteurs
et éleveurs (réduction des conflits) ;
- l’amélioration du disponible alimentaire à partir des résidus et sous-produits agricoles ;
- la contribution en fumure organique pour l’enrichissement des champs.

V. RELATIONS ENTRE ÉLEVAGE ET AGRICULTURE

Dans le système agropastoral, il a été démontré les relations qui devraient exister entre
l’agriculture et l’élevage. La réalité peut être autrement dans la vie de tous les jours. Les
systèmes de culture et d’élevage sont tous deux extensifs et occupent de grandes surfaces. La
culture est itinérante et les animaux pâturent de grandes superficies sous un contrôle plus ou
moins permanent selon les régions. Il peut exister des relations de complémentarité, de
compétition et de conflit entre agriculture et élevage.

5.1. RELATIONS COMPLÉMENTAIRES

Les relations de complémentarité sont entretenues en matière d’organisation de l’exploitation


de l’espace, d’alimentation, d’énergie, de fertilisation et au plan économique. Cependant, elles
ne sont pas bien valorisées du fait que :

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 21


-l’espace exploité et le troupeau n’appartiennent pas au même propriétaire rendant
difficile l’utilisation de la traction, des déjections animales et de l’exploitation des
SPA ;
• - l’organisation de l’espace se fait au détriment de l’une ou l’autre activité en fonction
des objectifs de production.
Des voies qui concourent à la complémentarité sont entre autres :
- la mise en œuvre de la décentralisation et d’une procédure claire d’exercice des
droits d’accès à l’eau et aux pâturages ;
- l’aménagement concerté du territoire ;
- la sécurisation foncière s’appuyant sur les cadres existants ;
- l’allègement des contraintes et une meilleure organisation des circuits
économiques dont le développement doit être facilité et soutenu.
Pour y parvenir, chaque acteur doit jouer pleinement son rôle : l’Etat, les partenaires
techniques et financiers et les organisations des producteurs. Les organisations
socioprofessionnelles pastorales et agropastorales devront être le liant et le moteur des progrès
parce qu’elles sont présentes à tous les niveaux : acteur principal au niveau local, elles sont les
partenaires de concertation de l’Etat et des partenaires techniques et financiers. Il faut donc
bâtir et mettre en œuvre une méthodologie convaincante d’éducation-formation des capacités
locales.

5.2. RELATIONS DE COMPÉTITION

Les relations de compétition sont liées :


- à l’augmentation des besoins en superficies aussi bien pour les productions
végétales (cultures vivrières, maraichères, fruitières et de rente) qu’animales
(pâturages).
- aux grands aménagements hydro-agricoles autour des grands cours d’eau pour les
cultures irriguées entrainant la destruction des pâturages de décrue et des
difficultés d’accès aux points d’eau de surface permanents.

5.3. RELATIONS CONFLICTUELLES


L’élevage et l’agriculture se gênent ou rivalisent sur le terrain. Ces relations conflictuelles
sont dues à :
- l’extension des surfaces cultivées ;
- la divagation des animaux

5.3.1. L’extension des surfaces cultivées


Cette extension se traduit par :
- l’accroissement constant des superficies emblavées en cultures céréalières et une
généralisation des cultures de rente, notamment le coton en vue de gagner de

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 22


l’argent avec une utilisation incontrôlée et abusive des herbicides, sources de
mortalités animales ;
- le développement des cultures maraichères autour des points d’eau de surface qui
constituent les sources d’abreuvement des animaux en saison sèche ;
- les grands aménagements hydro-agricoles autour des grands cours d’eau pour les
cultures irriguées avec destruction des bourgoutières, jadis pâturages de décrue ;
-l’avènement de l’agrobusiness avec les nouveaux acteurs agricoles.
Les conséquences sont :
- la réduction de la durée des friches entrainant la baisse de la fertilité des sols et la
baisse des rendements ;
- la réduction des superficies pâturables et de l’accessibilité des pâturages au bétail
et par conséquent, des surcharges avec les risques de dégradation de
l’environnement ;
- l’apparition d’une certaine concurrence et parfois des conflits entre d’une part des
groupes de pasteurs et d’autre part des pasteurs et des agriculteurs qui pourtant
entretiennent des relations sociales et économiques.

5.3.2. La divagation des animaux


La divagation des animaux est à l’origine :
- des dégâts aux cultures toutes saisons confondues provoqués par les animaux en
divagation. Une mauvaise gestion de cette situation peut déboucher sur des conflits
avec pertes en vie humaine et de bétail (Gogo, province Zoundwéogo 2007,…) et
une détérioration des relations sociales pouvant aboutir à des exclusions ou
expulsions de familles ou de groupes ethniques et à des rapports tendus avec les
différentes autorités ;
- des frais de dégâts et des taxes de fourrière jugés exorbitants par les propriétaires
des animaux qui trainent le pas à les régler.
Pour conclure, on retient que les relations entre élevage et agriculture qu’elles soient
complémentaires, de compétition ou conflictuelles, sont entretenues autour de l’espace qui
regorge les ressources.

VI. RELATIONS ENTRE ÉLEVAGE ET ENVIRONNEMENT

Au même titre que les autres animaux, le bétail domestique fait partie de l’environnement. Il a
sa place dans les mécanismes de l’écologie et est assujetti aux mêmes lois biologiques. Les
interventions de l’homme en faveur des animaux modifient certains jeux de régulation
naturelle pouvant conduire à long terme à des déséquilibres des écosystèmes.
Toutefois, l’élevage contribue dans une certaine mesure aux équilibres environnementaux :
entretien des paysages ouverts et des végétaux herbacés, fertilisation organique des sols de
culture par le fumier, réduction des feux de végétation.
L’élevage exerce des pressions sur l’environnement avec effets directs ou indirects.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 23


Les effets directs sur la ressource sont :
- la consommation de l’animal ;
- les conséquences de la vie de l’animal qui sont : le piétinement, les déjections, les
émissions de gaz, la transmission d’agents pathogènes.
Les effets environnementaux indirects des activités de production animale sont :
- les pollutions des industries animales liées aux effluents d’abattoirs, de tanneries,
etc. ;
- la compétition des animaux d’élevage avec la faune (grands mammifères en
particulier).

6.1. LES PRINCIPAUX IMPACTS DE L’ÉLEVAGE SUR L’ENVIRONNEMENT

Les préoccupations majeures se résument à :


- la dégradation des terres par le surpâturage dans les régions sub-arides comme
l’Afrique tropicale, (Sahel, Afrique Australe), l’Afrique du Nord (Maghreb), le
Moyen Orient, etc. ;
- la déforestation observée en Amérique Tropicale humide (Amérique Centrale,
Amazonie) ;
- la pollution des sols et de l’eau par les excès de nutriments provenant de
l’épandage des déchets animaux. Cela est constaté en Amérique du Nord, Europe
occidentale, Asie tempérée (Chine, Japon, Corée) et en Asie du Sud-Est.

6.1.1. Impacts sur le sol


On retient l’impact physique par le piétinement et l’impact chimique par les déjections. Les
effets indirects sont issus des modifications du couvert végétal par le pâturage, de l’emploi
d’engrais pour la culture de fourrages ou d’aliments, de l’emploi de minéraux lourds en
compléments alimentaires qui peuvent être incorporés avec les lisières.

Les risques de dégradation ou les avantages écologiques concernent :


- les caractéristiques physiques : dégradation de la structure du sol, baisse de la
stabilité structurale, tassement superficiel (diminution de la porosité et de la vitesse
d’infiltration de l’eau), érosion éolienne et hydrique ;
- les caractéristiques chimiques : le pH, la capacité d’échange de cations, le taux de
saturation du complexe, les teneurs en éléments minéraux (azote, phosphore,
calcium, oligo-éléments et minéraux lourds) ;
- les propriétés hydriques et la capacité de rétention en eau en rapport avec la
structure, la teneur en matière organique et aux conditions de drainage ;
- l’activité biologique liée à la teneur organique et aux autres propriétés du sol.
L’élevage des ruminants favorise l’activité de la microflore et de la macrofaune du sol et
partant, participe au processus de minéralisation.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 24


6.1.2. Impacts sur les eaux douces
On entend par eaux douces, les eaux de surface (rivières, mares) et les eaux profondes (nappes
superficielles pour les puits et nappes profondes pour les forages). Les besoins en eau de
boisson des animaux sont faibles et ne peuvent pas contribuer à la dégradation de cette
ressource. Cependant, il y a des risques de pollution chimique et biologique par les déjections.
En effet, la production des fourrages et d’aliments pour bétail par l’irrigation contribue
indirectement à l’épuisement des ressources en eau et éventuellement à leur pollution
chimique à cause de la fertilisation. Les points d’abreuvement du bétail constituent des lieux
de contamination ou d’infestation par les parasites. La dégradation des berges des rivières
provoque l’ensablement du lit, le tarissement des cours d’eau et augmente les risques de
crues.

6.1.3. Impacts sur l’atmosphère


L’élevage produit des émissions de gaz comme le dioxyde de carbone (CO2), le méthane
(CH4) et le dioxyde d’azote (N20). Ces émissions résultent de la respiration (CO2), de la
digestion des animaux (CH4), de la combustion de la savane ou de la forêt pour
l’aménagement du pâturage (CO2), de la combustion d’énergie fossile (CO2) pour la
fabrication d’aliments et pour le transport de la fermentation d’effluents d’élevage et de
l’épandage d’engrais sur les prairies (N2O).

6.1.4. Impacts sur la biodiversité


On note différentes formes de dégradation de la végétation :
- diminution du couvert végétal avec comme conséquences, l’exposition du sol au
soleil et à l’érosion ;
- appauvrissement floristique des peuplements végétaux et disparition d’espèces
rares ;
- expansion de plantes envahissantes.
L’élevage modifie les habitudes des animaux vertébrés et invertébrés pouvant entrainer des
changements de leur comportement ou de leur capacité de reproduction. Il faut noter que la
concurrence entre ruminants domestiques et sauvages est moins forte qu’on ne le croit
généralement.
L’évolution de l’élevage et notamment son intensification constitue un péril pour l’existence
de certaines races locales et même de certaines espèces adaptées à des milieux particuliers.

6.2. LES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX

Les risques environnementaux liés à l’élevage sont d’origine socio-économique et technique


(systèmes d’élevage).

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 25


6.2.1. Origine socio-économique des dégradations
- l’augmentation de la population humaine, l’élévation des revenus et l’urbanisation
constituent les principaux moteurs de l’accroissement de la demande en produits
d’élevage ;
- la pauvreté de certains éleveurs et l’avidité de certains autres amènent à négliger la
préservation de l’environnement ;
- l’ignorance des mécanismes écologiques ou des conséquences environnementales de
certaines pratiques sont à la base d’interventions maladroites ;
- la faiblesse des institutions entraine une insuffisance dans l’application des
réglementations ;
- des infrastructures inadaptées favorisent la concentration des animaux ou facilitent
l’accès à des écosystèmes fragiles menacés ainsi de dégradation ou de destruction ;
- les politiques des prix, des taxations et de subvention influencent les décisions des agents
des filières de production animale.

6.2.2. Origine technique : Systèmes d’élevage et risques environnementaux


Les risques environnementaux ou au contraire les bénéfices pour l’environnement des
activités d’élevage dépendent en particulier des systèmes d’élevage classés en trois grandes
catégories :
- l’élevage à l’herbe, essentiellement sur prairies ou sur parcours des systèmes
pastoraux ou ranching ;
- l’élevage mixte (polyculture et élevage) ;
- l’élevage intensif des systèmes intensifs ou hors sol (industriel)2

Les systèmes d’élevage à l’herbe

L’un des principaux risques environnementaux demeure le surpâturage avec l’élevage


extensif de ruminants qui ne respectent pas les capacités de production naturelle des espaces
pâturés. Cette pratique présente les inconvénients ci-après :
- la dégradation de la végétation (disparition d’espèces, envahissement par les
mauvaises herbes), dénudation des sols, compactage en surface et accroissement
de l’érosion en milieu semi-aride ;
- l’embroussaillement des savanes et des prairies, dégradation des habitats de la
faune en région tropicale sub-humide ;
- la déforestation pour l’établissement de prairies, introduction d’espèces fourragères
envahissantes particulièrement dans les milieux insulaires, en régions tropicales
humides ;
- les feux de savane et de forêt qui libèrent du dioxyde de carbone (CO2) dans
l’atmosphère et accroissent l’effet de serre.

2
Cette catégorie ne peut pas être traitée dans le cadre de ce cours puisqu’il s’agit d’un système d’élevage
industriel

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 26


L’élevage à l’herbe présente les avantages écologiques suivants :
- la valorisation économique de vastes espaces naturels contribuant à leur entretien
et à leur sauvegarde au même titre que la foresterie ;
- des formes de gestion de la végétation herbacée, facteurs de préservation de la
biodiversité (flore et faune) ;
- la bonne cohabitation entre l’élevage extensif et la faune même si certains conflits
(prédation de bétail par les fauves, transmission de maladies, compétition pour le
fourrage, …) existent.

Dans ce système d’élevage sont classés :


les systèmes pastoraux en milieux arides et semi-arides ;
les systèmes pastoraux en milieu tropical sub-humide ;
les systèmes pastoraux en région de forêts tropicales humides.

Au niveau de chaque système, des mesures peuvent être prises pour réduire les dégradations.

Les systèmes d’élevage agropastoraux


Ces systèmes associent les cultures et le bétail et permettent la maitrise d’une partie de
l’alimentation des animaux. Les productions végétales et animales entretiennent des
complémentarités et des échanges bénéfiques réciproques qui sont :
- la valorisation des SPA et déchets végétaux ;
- l’énergie animale ;
- la production de fumier ;
- la diversification des produits et diminution des risques.
Dans ces systèmes on note une augmentation proportionnelle de la part des fourrages et autres
aliments produits ou achetés pour le bétail au niveau d’intensification. Les conséquences de
l’élevage sur l’environnement dépendent du niveau de densité animale et d’intensification du
système. Les risques environnementaux varient en fonction des nutriments dans les sols.

Sols déficients en nutriments3


Dans ce cas de figure, l’élevage offre plus d’avantages environnementaux que d’inconvénients. Il
s’agit :
- du maintien de la fertilité des sols par l’apport de matières organiques, des déjections et le
fumier ;
- de l’apport ou la restitution d’éléments fertilisants (au plan mondial, 22% des engrais azotés et
38% des engrais phosphatés proviennent des animaux, les pertes en éléments fertilisants sont
inférieures dans les exploitations avec élevage que dans les exploitations sans élevage) ;
- de l’aide à l’agriculture grâce à la traction animale (labour et transport moins onéreux que la
motorisation et sans consommation d’énergie fossile) ;

3
Substance alimentaire susceptible d’être directement et complètement assimilée par les cellules vivantes ou
sans digestion préalable.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 27


- de l’intégration de l’élevage dans les schémas d’utilisation des terres et la construction des
paysages (systèmes agro forestiers à arbres fourragers, haies, cultures fourragères pures ou en
association comme plantes de couverture) ;
- du maintien de la microflore et de la faune du sol (insectes, vers, etc.) responsables de la
transformation de la matière organique dans le sol et du recyclage des éléments fertilisants.

Sols excédentaires en éléments nutritifs

Cette situation est observée quand l’élevage atteint un certain niveau d’intensification. Dans
ce cas, on enregistre un surplus de nutriments car les éléments fertilisants apportés au sol sont
excédentaires par rapport aux besoins de l’agriculture. La raison est l’importation excessive
d’aliments pour animaux dans l’exploitation. A terme, et surtout dans les systèmes industriels,
les déjections et les déchets d’élevage polluent les terres et les eaux.

On retient alors que :


- les systèmes d’élevage ne dégradent pas nécessairement l’environnement ;
- des mécanismes naturels compensent dans une certaine mesure les effets des
pressions sur l’environnement induites par les animaux et offrent même certains
avantages écologiques ;
- des causes extérieures conduisent parfois à dépasser les niveaux tolérables ou à
rompre les équilibres entre populations animales et ressources.

VII ELEVAGE ET FONCTIONNEMENT DES ECOSYSTEMES

Après les impacts de l’élevage sur l’environnement et les risques environnementaux liés à
l’élevage, le présent chapitre se focalise sur les impacts de la pâture sur le fonctionnement ou
la dynamique des écosystèmes. Il est structuré en trois grandes parties :
- quelques définitions de l’écosystème ;
- les caractéristiques des écosystèmes ;
- le fonctionnement de trois écosystèmes tropicaux pâturés.

7.1 DEFINITIONS

Selon Wikipédia, en écologie, un écosystème désigne l’ensemble formé par une association
ou communauté d’êtres vivants (ou biocénose) et son environnement géologique, pédologique
et atmosphérique (le biotope). Les éléments constituant un écosystème développent un réseau
d’interdépendances permettant le maintien et le développement de la vie.
Un écosystème est l’interaction entre les facteurs biotiques et abiotiques.
Dans l’écosystème, le rôle du sol est de fournir une diversité d’habitats, d’agir comme
accumulateur, transformateur et milieu de transfert pour l’eau et les autres produits apportés.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 28


Futura-Sciences définit l’écosystème comme la subdivision de la biosphère constituée d’un
ensemble d’espèces (biocénose) et du milieu (biotope) où il se déploie.

Pour GIEC, l’écosystème est un système où des organismes vivants inter agissent avec leur
environnement physique. Il précise que les limites de ce qu’on peut appeler un écosystème
sont assez arbitraires et dépendent de ce qui retient l’attention ou du thème de l’étude. Ainsi,
un écosystème peut se limiter à un espace très réduit ou s’étendre à toute la terre.

FRONTIER (1993) définit l’écosystème comme un système d’interactions complexes des


espèces entre elles, et entre celles-ci et leur milieu.

Pour DABIRE A. (1993), un écosystème pâturé est un écosystème sur lequel les ruminants
domestiques principalement exercent directement leur action par pâture.

Sur la base de ces définitions, l’accent va être porté sur le fonctionnement des écosystèmes
réduits et correspondants aux zones éco-climatiques sahélienne, soudanienne guinéenne.

7.2. CARACTERISTIQUES DES ECOSYSTEMES


Les caractéristiques des écosystèmes décrites dans le Manuel sur les pâturages tropicaux et
cultures fourragères représentent un ensemble de combinaison de plusieurs facteurs dont entre
autres : la zone, le secteur, la pluviométrie, les types de sols, la végétation entendue les
espèces dominantes des ligneux et des herbacés, les activités pratiquées par l’homme et la
quantité de fourrage produite. Sur cette base, quatre grandes zones sont définies : la zone
désertique, la zone sahélienne, la zone soudanienne et la zone guinéenne.

La zone sahélienne est retenue ici pour une description plus approfondie.

La répartition des diverses formations végétales sahéliennes est étroitement fonction du bilan
hydrique.
Le gradient pluviométrique nord-sud, mais également la topographie ainsi que la texture du
sol interviennent dans la distribution des espèces. La coexistence entre espèces herbacées
annuelles, vivaces et espèces ligneuses est favorisée par les diverses formes du système
racinaire qui permettent une pleine exploitation des réserves en eau.
En période de bonne pluviosité, l’équilibre entre les espèces se maintient et dépend des
conditions édapho-climatiques des stations.
Avec le gradient pluviométrique nord-sud, coïncide une succession latitudinale caractéristique
d’espèces ligneuses. On retrouve Acacia raddiana et Acacia senegal, espèces épineuses à
feuilles caduques fines et Maerua crassifolia, à petites feuilles épaisses qui font place vers
l’isohyète 400 mm à des espèces à feuilles caduques et larges telles Combretum glutinosum,
Sclerocarya birrea.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 29


La limite sahélienne sud se traduit par la présence de nouvelles espèces comme : Bombax
costatum et Butyrospermum paradoxum.
A cette distribution nord-sud va s’ajouter de façon plus marquante l’influence édaphique et,
en particulier la texture des premiers centimètres du sol pour la dispersion des espèces
herbacées. Aristida mutabilis et Cenchrus biflorus sur texture sableuse, contre Panicum
laetum et Schoenefeldia gracilis sur texture fine/limoneuses à argileuse. Dans le sud de la
bande sahélienne, la répartition des graminées à grand développement, annuelles ou vivaces
est également liée à la texture du sol. Andropogon gayanus, Ctenium elegans, Loudetia
togoensis, Pennicetum pedicellatum sur sol sableux à sablo-limoneux. Cymbopogon
schoenantus et encore Schoenefeldia gracilis sur limono-argileux.
La répartition du déficit pluviométrique contribue à la disparition progressive des espèces
herbacées vivaces et de quelques peuplements ligneux. Cette disparition du couvert végétal a
facilité l’effet de l’érosion éolienne et le décapage par les eaux pluviales, laissant parfois un
sol tronqué et imperméable.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 30


Tableau 4 : Différentes formations végétales sahéliennes
Dénomination Pluies Physionomie Dominance floristique
(mm) (végétation)
Zone Secteur
Ligneux Herbacées

Sahel
100
Steppe Acacia tortilis Panicum turgidum
contractée
Saharien

200

Acacia senegal Aristida mutabilis


Steppe
arbustive Acacia tortilis Schoenefeldia gracilis
Balanites aegyptiaca Aristida adscensionis
Sahélien Acacia ehrenbergiana

400

Steppe Combretum glutinosum Cenchrus biflorus


arbustive et/ou Sclerocarya birrea Eragrostis tremula
Sahélo- arborée
Acacia seyal Schoenefeldia gracilis
soudanien
Loudetia togoensis
Echinochloa stagnina
600

Source: Elevage en pays tropicaux J. PAGOT, 1985

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 31


7.3 FONCTIONNEMENT DES ECOSYSTEMES PATURES

Le dynamisme d’un pâturage traduit l’évolution de ce pâturage, de sa flore et de sa


productivité, sous l’action d’un facteur surimposé, en particulier la pâture ou le broutage.
L’évolution cyclique se traduit par une série de stades ou phases en perpétuel renouvellement
suite à des modifications sur des superficies très réduites liées le plus souvent au micro relief
(buttes, cuvettes) avec adaptation écologique des espèces. Le vieillissement des touffes de
graminées pérennes, caractéristique en savane, est un élément de cette évolution cyclique.
L’évolution linéaire quant à elle, peut être progressive ou régressive. On parle d’évolution
linéaire progressive lorsque l’ensemble des espèces végétales présentes (cortège floristique)
peut évoluer vers un groupement en équilibre avec les conditions écologiques, ce qui
caractérise le « climax » de la station. Dans le cas de l’évolution linéaire régressive, on
observe une détérioration de l’occupation du sol par la végétation pouvant aller jusqu’à la
dénudation du sol.
Dans un pâturage naturel où le cortège floristique s’est stabilisé en harmonie avec les
conditions écologiques de la station, la pâture remet en cause l’équilibre antérieur puisque les
animaux opèrent un choix et favorisent les espèces herbacées ou ligneuses non consommées
au détriment des espèces les plus appétées.
L’embuissonnement des pâturages peut survenir avec les espèces du cortège floristique ou des
espèces étrangères. Le pâturage est fréquemment enrichi au début puis se dégrade lorsque les
ligneux occupent le sol et gênent le pacage. On assiste à une modification de la flore
graminéenne par l’effet d’ombrage.
Les espèces envahissantes sont le plus souvent répandues par le bétail par leur toison et les
fèces (bouses).
Le rythme et la saison de pâture, l’importance de la charge modifient aussi la composition
floristique des pâturages. En effet, les graminées vivaces broutées trop fréquemment épuisent
leurs réserves racinaires, puis régressent. Les graminées annuelles trop broutées en période de
croissance ne parviennent plus à fructifier plusieurs fois pendant la période active du pâturage
malgré la continuité du broutage.
A cause de leur morphologie, les graminées vivaces à rhizomes, à stolons, etc., sont plus
résistantes. Elles peuvent par ailleurs, subir sans grands dommages l’action des feux répétés.
La suppression des feux provoque la diminution de ces espèces adaptées pouvant constituer la
richesse du pâturage.

7.3.1. Fonctionnement de l’écosystème sahélien


Si les feux courants maintiennent généralement l’équilibre actuel entre divers types
morphologiques ainsi qu’entre les diverses strates ligneuses et herbacées, le dynamisme des
pâturages sous l’effet « pâture » peut modifier sérieusement la production potentielle des
pâturages sahéliens en fonction des saisons.
En pleine saison sèche les pailles disparaissent autour des points d’eau permanents, le
piétinement est intense et les bouses abondantes aux environs des abreuvoirs. Cette

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 32


« désertification » n’est qu’apparente. Effectivement, dès les premières pluies, le paysage
reverdit et le tapis herbacé se régénère avec de légères modifications :
- abondance de plantes nitrophiles, Tribulus terrestris aux abords immédiats du
point d’eau ;
- multiplication de Cenchrus biflorus ou cram-cram sur les pâturages sablonneux.
La productivité des pâturages peut même s’accroître avec le rejet des graines des acacias non
digérées et l’apparition de fourrés dans les creux inters dunaires fréquentés en saison sèche.
En saison des pluies, près des mares temporaires, le pâturage réagit très nettement au pacage.
Les espèces appétées sont tondues à un rythme accéléré. L’épuisement de leurs réserves peut
aller jusqu’à l’anéantissement de leur possibilités de grenaison et donc de régénération. Ces
plantes appétées climaciques4 sont progressivement remplacées par des espèces à cycle
végétatif de courte durée disséminées par les animaux. Ces plantes de substitution résistent
moins aux agents de l’érosion (vent, eau, etc.). L’évolution des pâturages qui en résulte
variera avec les conditions édaphiques.

Les pâturages sur sols sablonneux


Le surpâturage élimine progressivement la graminée annuelle Aristida mutabilis.
Au sahel sub désertique, les touffes de Panicum turgidum sont arasées, mais subsistent en
surélévation par suite du piégeage des éléments fins entrainés par le vent. Les espèces de
substitution à cycle court : Boerhavia repens, tribulus terrestris, s’installent antre les touffes.
Au sahel type, Tragus berteronianus, une graminée à cycle très court remplace Aristida
mutabilis. Cenchrus biflorus qui avait l’avantage de fructifier malgré la pâture se multiplie.
Cet avantage est dû à un tallage accentué et ou prostré qui protège les pousses basses contre
les dents du bétail.
D’autres espèces herbacées comme Tribulus terrestris, Gisekia phamaceoïdes, Limeum
viscosum, Mollugo nudicaulis se multiplient abondamment.
En bordure sahélo-soudanienne, le terrain est rapidement recouvert par Zornia glochidiata,
une papilionacée à cycle court. Cette espèce est très recherchée par les bovins. Son
implantation constitue un enrichissement de la flore du pâturage mais, provoque un flux
important du bétail et le piétinement exagéré favorise l’action érosive des vents en saison
sèche avec l’apparition de plages à sol damé et les espèces annuelles n’y parviennent plus à
germer. Le tapis herbacé devient discontinu et localisé à des petites microdunes séparées par
des espaces dénudés.

Les pâturages sur sols limoneux à argileux


Sur ces sols, les phénomènes de dégradation sont très spectaculaires.
Au sahel type, le tapis herbacé peut être dense avec les graminées annuelles Panicum laetum,
dans les parties basses et Schoenefeldia gracilis en bordure. Ces espèces sont très appréciées
du bétail et le piétinement exagéré peut favoriser une mobilisation de la partie superficielle du

4 Espèce adaptée aux conditions écologiques locales (climatiques et édaphiques) ; l’ensemble de ces espèces constitue le
climax de la station.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 33


sol provoquant un glaçage asphyxiant, le sealing. Le sealing entraîne la dénudation du terrain,
les espèces annuelles ne parviennent plus à s’y implanter. La mort de Acacia ehrebergiana,
peuplements denses accompagne ce phénomène.
En bordure sahélo-soudanienne, la steppe arbustive a un couvert ligneux de 50% avec
dominance de Boscia senegalensis et Grewia bicolor.
Le tapis herbacé est bien fourni et dominé par la graminée Schoenefeldia gracilis et la
papilionacée Zornia glochidiata. De légers creux sont colonisés par des peuplements de
Panicum laetum et de la graminée sciaphile5 Pennisetum pedicellatum, abondante sous la
couronne des arbustes.
La fréquentation de ces pâturages en saison des pluies entraine l’élimination des graminées
annuelles au profit de Zornia glochidiata qui disparait ensuite par plages. Sous l’effet du
sealing, les ligneux meurent à leur tour, laissant une vaste étendue dénudée, damée et
parsemée de bois mort.

7.3.2. Fonctionnement de l’écosystème soudanien


La fréquentation des pâturages par le bétail est un facteur de déséquilibre entre les strates
ligneuses et herbacées.
En saison des pluies, le piétinement des pâturages provoque d’abord un tassement de
l’horizon superficiel du sol avec glaçage entrainant une réduction du couvert graminéen et un
affaiblissement des possibilités de régénération des graminées vivaces. Les plages de sols
dénudés sont faiblement colonisées par Microchloa indica, une graminée annuelle adaptée
aux sols tassés et peu perméables. Sa présence et sa multiplication signifient une dégradation
de la structure du sol et la nécessité de suspendre la fréquentation du pâturage en saison
pluvieuse. Le pâturage de la saison de pluie se traduit par la consommation de la biomasse
produite par les graminées. Avec l’élimination du couvert graminéen, des arbrisseaux et des
espèces subligneuses se multiplient puisque les feux habituels ne sont plus alimentés par la
masse des chaumes de graminées.
Une strate arbustive se développe avec :
- Guiera senegalensis en secteur nord-soudanien ;
- Detarium microcarpum en secteur sud-soudanien ;
- Combretum glutinosum pour les deux secteurs.
Les strates ligneuses moyennes et hautes favorisent le développement de graminées d’ombre
bien consommées qui sont :
- Pennisetum pedicellatum (secteur nord-soudanien) ;
- Pennisetum subangustum (secteurs centre et sud-soudanien) ;
- Andropogon tectorum (secteur sud-soudanien).
Une strate arbustive basse trop importante gêne la pénétration des troupeaux et diminue
l’espace destiné au développement des graminées car le couvert à ras du sol empêche
l’installation des graminées d’ombre.

5 Espèce adaptée aux stations ombragées.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 34


Une bonne gestion des pâturages soudaniens doit tendre à limiter les phénomènes de damage
du sol et d’embroussaillement qui semblent liés à une fréquentation trop importante des
pâturages par le bétail en période pluvieuse.

7.3.3. Fonctionnement de l’écosystème guinéen


La forte productivité de graminées guinéennes entraine une concentration des bovins sur les
faibles superficies pendant la saison des pluies. Les graminées fortement broutées prennent un
port arasé, prostré et n’opposent plus de résistance aux espèces herbacées voisines à forte
agressivité particulièrement :
- Afromum latifolium (Zingibéracée) ;
- Aspilia helianthoïdes (Composée) ;
- Desmodium velutinum (Papilionacée) ;
- Pseudarthria hookeri (Papilionacée) ;
- Tephrosia elegans (Papilionacée).
Ces espèces herbeuses occupent les vides existant entre les touffes de graminées et Aframum
rejette abondamment de rhizomes. Plus la charge de saison des pluies est forte, plus la
fréquence de broutage est rapide et les espèces très appétées vont céder la place à d’autres
espèces en place mais, moins appréciées.

VIII. PASTORALISME ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Plusieurs manifestations (sommets, conférences, séminaires, etc.) ont été organisées aussi
bien au plan mondial, régional que local sur les changements climatiques au cours des XXe et
XXIe siècles. Elles ont engendré des protocoles, des résolutions et recommandations, des
politiques et stratégies de lutte contre les changements climatiques. Ce phénomène constitue
l’une des préoccupations majeures actuelles. Mais quelles définitions donne-t-on à la notion
de changement climatique ? Quels en sont les causes et impacts notamment sur le
pastoralisme ?

8.1. DÉFINITION DE LA NOTION « CHANGEMENTS CLIMATIQUES »

Les changements climatiques représentent une modification à long terme des conditions
météorologiques. Le réchauffement de la planète, soit une hausse de la température moyenne
sur la terre, constitue l’un des moyens de mesurer les changements climatiques. Dans la
convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique, le terme désigne
uniquement les changements dus aux activités humaines. La convention-cadre utilise le terme
« variabilité climatique » pour désigner les changements climatiques d’origine naturelle.
Le terme « changements climatiques » se réfère aux changements de climat qui sont attribués
directement ou indirectement à une activité humaine altérant la composition de l’atmosphère

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 35


mondiale et qui viennent s’ajouter à la variabilité naturelle du climat observée au cours de
périodes comparables.

8.2. CAUSES DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES


Les scientifiques s’entendent sur le fait que le réchauffement récent de la planète résulte
principalement de l’activité humaine. Les substances polluantes rejetées dans l’atmosphère
accroissent son potentiel d’emprisonnement de la chaleur (l’effet de serre) et haussent la
température de la planète.
Ces changements sont dus à l’industrialisation de la planète et à l’utilisation massive
d’énergies fossiles. Alors que les changements climatiques naturels se font sur de longues
périodes, ce qui implique une certaine adaptation des espèces animales et végétales. Les
changements climatiques anthropiques sont très rapides et par conséquent, menacent
énormément les écosystèmes souvent fragiles.
La désertification peut contribuer à des modifications locales et globales du climat.

8.3. IMPACTS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SUR LE PASTORALISME

Les conditions climatiques de l’Afrique de l’Ouest en général et du Burkina Faso en


particulier connaissent des variations climatiques depuis les années 1970. On enregistre alors :
- une baisse de la pluviométrie ;
- une variation spatio-temporelle des précipitations ;
- la chute des débits des cours d’eau ;
- le glissement des isohyètes vers le sud ;
- la baisse des écoulements des principaux cours d’eau.
La péjoration des conditions climatiques affecte négativement la capacité des pâturages des
parcours et les possibilités d’abreuvement du bétail. En effet, la biomasse herbacée a une forte
relation avec la pluviométrie. La diminution de la seconde entraine la baisse de la productivité
des pâturages naturels. En outre, la productivité des bourgoutières ressources fourragères
stratégiques de saison sèche au sahel est gravement affectée en cas de modification du régime
des cours d’eau et des lacs. En fin, la baisse de la pluviométrie remet en cause la pérennité de
certains plans d’eau (mares, barrages, lacs, etc.) avec des conséquences négatives sur
l’abreuvement et la productivité du cheptel.
Les évènements extrêmes (sécheresse, inondations, etc.) sont devenus de plus en plus
fréquents avec des incidences sur le bétail. Ainsi, à titre d’exemple, MEYER (1989) note que
les sécheresses de 1971-1972 et 1983-1984 ont entrainé une pénurie en fourrage et en eau et
ont occasionné des pertes animales estimées respectivement à 287 000 bovins soit 11% et à
125 000 bovins soit 5% de l’effectif national. Lorsqu’il rapporte ces pertes à l’effectif de la
zone sinistrée, c’est 25% et 12% de mortalité.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 36


IX. PASTORALISME ET DECENTRALISATION

Outre les facteurs de vulnérabilité du pastoralisme évoqués ci-dessus, les changements


institutionnels notamment la décentralisation et la communalisation intégrale intervenues au
Burkina Faso soulèvent des interrogations sur le devenir du pastoralisme. Ce chapitre va
consister à donner quelques définitions de la décentralisation, les opportunités et risques
auxquels le pastoralisme pourrait être exposé.

9.1. DÉFINITIONS DE LA DÉCENTRALISATION


Pour le Toupictionnaire6, la décentralisation est une politique de transfert des attributions
de l’Etat vers des collectivités territoriales ou des institutions publiques pour qu’elles
disposent d’un pouvoir juridique et d’autonomie financière. Le transfert de ces attributions
qui restent néanmoins sous la surveillance de l’Etat, permet à ce dernier de décharger ses
administrations centrales et de confier les responsabilités au niveau le plus adapté.

Site de l’Assemblée Nationale Française


« La décentralisation vise à donner aux collectivités locales des compétences propres,
distinctes de celles de l’Etat, à faire élire leurs autorités par la population et à assurer ainsi, un
meilleur équilibre des pouvoirs sur l’ensemble du territoire. La décentralisation rapproche le
processus de décision des citoyens, favorisant l’émergence d’une démocratie de proximité ».

Il s’agit de la décentralisation territoriale qui permet à des représentants élus (Conseil


régional ou Conseil municipal dans le cas du Burkina Faso) de régler des affaires
administratives. Le préfet est chargé de vérifier la légalité des décisions prises par ces
autorités locales.

Pour l’Assemblée Nationale Burkinabè7, la décentralisation consacre le droit des


collectivités territoriales ou locales à s’administrer librement et à gérer des affaires propres en
vue de promouvoir le développement à la base et de renforcer la gouvernance locale (article 2,
alinéa 2).

9.2. DÉCENTRALISATION ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES

Le Burkina Faso est engagé dans le processus de décentralisation. Dans le cadre de la


régionalisation et de la communalisation, l’Etat a entrepris le transfert de la gestion des
ressources naturelles aux collectivités territoriales (Régions et Communes). Les Conseils

6
Dictionnaire politique

7 Loi n°040/98/AN du 3 août 1998 portant orientation de la décentralisation au Burkina Faso

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 37


Régionaux, les Conseils municipaux et les Conseils villageois de développement constitués
des représentants des communautés de base gèrent les ressources communes.

9.2.1. Décentralisation et pastoralisme


La décentralisation peut constituer une source aussi bien d’opportunités que de risques pour le
pastoralisme.

Opportunités
- prise en compte des préoccupations de l’élevage et de la gestion des ressources pastorales ;
- meilleure organisation de la transhumance locale et transfrontalière ;
- contribution à la limitation de la mobilité et à la réduction de l’insécurité des pasteurs par
rapport à l’accès aux ressources pastorales.

Risques
La décentralisation accroit le pouvoir des populations sédentaires dans les prises de décisions
relatives à l’accès et à l’utilisation durable des ressources. On pourrait alors assister à une
grande marginalisation des minorités pastorales dans les régions à tradition agraire. Les
principaux risques sont :
- la non ou faible représentativité des populations pastorales dans les instances de prise de
décisions décentralisées (CVD, Conseil municipal, Conseil régional) ;
- l’augmentation de la pression sur les ressources pastorales par l’octroi de concessions et la
promotion des aménagements hydro-agricoles au profit des investisseurs privés ;
- la remise en cause de l’intégralité et de la gestion concertée des espaces pastoraux
stratégiques suite au découpage en terroirs communalisés ;
- les risques d’abus dans la recherche d’une plus grande contribution de l’élevage au budget
des collectivités locales.

CONCLUSION
Les points abordés dans ce module ont pour objectifs essentiels d’ouvrir les échanges sur la
question du pastoralisme notamment au Burkina Faso. C’est ainsi que nous nous sommes
intéressés aux définitions du pastoralisme, des systèmes d’élevage et de l’écosystème. Des
caractéristiques des systèmes d’élevage et des écosystèmes pâturés ont également été décrites.
Le cours s’est également intéressé aux différents systèmes d’élevage (nomadisme,
transhumance, agropastoralisme) avec les avantages et les inconvénients de chaque système.
Il a abordé les relations entre l’agriculture et l’élevage tantôt complémentaires, tantôt de
compétition, tantôt conflictuelles. Les impacts de l’élevage sur l’environnement ont été
décelés. Ils comportent des risques mais aussi des avantages surtout lorsque les sols sont
déficitaires en nutriments. En fin, les changements climatiques et la décentralisation
influencent le pastoralisme. Il y a lieu d’approfondir la réflexion pour une bonne pratique du
pastoralisme étant entendu que la contribution de l’élevage dans l’économie du pays est
importante, activité basée à plus de 80% sur le pastoralisme.

Pastoralisme, ENESA/CE1_2017-2018 (KBD)° Page 38