Vous êtes sur la page 1sur 3

Fiche de lecture de SES

I- Introduction

La Domination Masculine est un ouvrage écrit par Pierre Bourdieu et publié par les
Éditions du Seuil en 1998. Ce livre accentue au travers de différents exemples, le pouvoir que
l'homme a dans notre société, l'importance qu'il a, contrairement aux femmes. Aujourd'hui,
nous ne nous rendons plus compte de l'ampleur masculine, les hommes ont tous les pouvoirs, ils
dominent le monde...
L'auteur de cet ouvrage, Pierre Bourdieu, né en 1930 et mort en 2002, était un
professeur de sociologie, enseignant au Collège de France, donc sociologue. Mais il fut aussi un
ethnologue et anthropologue français, moins connu sous ses fonctions. Il est ainsi connu pour
être un intellectuel très engagé envers les sciences sociales. Il a écrit de nombreux ouvrages,
plus de quarante, qui ont tous influencé la sociologie tant française que mondiale, c’est
pourquoi, ses œuvres ont été traduites dans le monde entier. Lorsqu'il écrit ses livres, Pierre
Bourdieu dénonce les sciences sociales actuelles, il présente les différents thèmes qui
entourent notre société dans laquelle nous vivons... Grâce à sa qualité de travail en tant
qu’anthropologue, Pierre Bourdieu obtint en 2001 le prix de la Huxley Memorial Medal du
Royal Institute of Anthropology de Londres. Nous pouvons énumérer beaucoup de ses œuvres,
toutes importantes et connues, certaines présentant les pratiques culturelles comme la
Distinction publié en 1979, ou bien au travers de l'université et de son fonctionnement avec
Homo academicus, écrit en 1984. La plupart de ses œuvres, notamment les plus connues, sont
celles des études sur le système scolaire. Parmi elles, se trouve l es Héritiers écrit et publié
en 1964. Au cours de ses recherches et de ses écrits, Bourdieu travaille sur la structure
sociale qui se constitue et se transforme. Pour lui, l'être humain travaille à changer les règles
du jeu social.
« Si le sociologue a un rôle, ce serait plutôt de donner des armes que de donner des
leçons », voici une des questions de sociologie auquel le sociologue est souvent confronté.
Nous pouvons nous demander : A travers quels objets d’études et quelles
caractéristiques la domination masculine est-elle présente dans notre société actuelle ?
Ce livre est constitué de plusieurs parties. En premier, nous y retrouvons la Préface, celle-
ci permet de mettre en avant le sujet du livre. Ensuite, est présenté le préambule, suivi de
trois chapitres, composés de sous parties pour chacun d’eux différentes. Le premier chapitre
étant intitulé Une image grossie, le second L’anamnèse des constantes cachées et le troisième
Permanences et changement. Puis se trouve la conclusion ainsi que des informations
complémentaires au texte illustré dans le livre…

II- Développement

Le premier chapitre de La Domination Masculine, nous présente au fur et à mesure de


notre lecture, que l’homme détient un important pouvoir au sein de sa relation de couple et
notamment sexuelle (pendant l’acte). Pierre Bourdieu, nous présente la différence
physique entre homme et femme. Le corps d’une femme se différencie de celui de
l’homme. Il nous le démontre au travers de la population des Kabyles (habitants) nous
disant que l’homme domine sur la femme et que ce sont des pratiques naturelles qu’ils
utilisent depuis longtemps… Les pratiques qu’ont les Kabyles nous font comprendre que la
domination masculine n’est pas un acte naturel mais que selon notre mode de vie et de
culture, nous agissons en tant que tel, c’est-à-dire que nous avons intégré grâce/à cause
de notre milieu social, dès notre plus jeune âge à agir avec des normes et des valeurs
issues de notre groupe social. Notre société nous impose d’élever un garçon en tant que tel
et une fille comme une fille. C’est pour cela qu’à la naissance, l’enfant garçon sera placé à
un coté spécial de sa mère, montrant que celui-ci est bien un garçon. Le garçon sera au
début de son éducation, jusqu’à 7-8 ans, éduqué par sa mère puis le père reprend le rôle de
rééduquer son fils comme un homme, notamment vu avec la première coupe de cheveux,
pour ne pas qu’il soit mis à l’écart quand il sera plus grand. Si sa mère l’avait éduqué plus
longtemps, l’enfant aurait acquis des normes et des valeurs féminines et non masculines…
L’homme a donc un rôle important dans le couple, car il permettra à son fils de s’intégrer
dans la société et donc d’agir comme un homme, en dominant les femmes puisque c’est ce
que l’on lui aura appris. Une fille sera éduquée selon son âge par rapport à ses vêtements,
mais aussi elle devra apprendre à tenir un foyer, à s’occuper de ses enfants etc. Cela veut
dire qu’une fille et un garçon seront éduqués de deux manières différentes dans les
pratiques des Kabyles mais aussi dans d’autres sociétés du monde… Au fur et à mesure, on
nous apprend les choix qu’effectuent les femmes pour choisir leur conjoint en accentuant
sur le fait qu’elles veulent un homme grand et « fort », ce qui engendre que celles-ci de
façon instantanée et comment elles ont été éduquées vont agir suivant la domination
masculine. Les Kabyles, ont une manière à eux d’utiliser la domination masculine comme les
autres pays… Chaque être humain est éduqué différemment à partir du son environnement
social.
Dans le deuxième chapitre intitulé L’anamnèse des constantes cachée, le sociologue
nous indique que les femmes sont amenées à être au chômage plutôt que les hommes en
fonction de leur situation : qualifications professionnelles, congés de maternité, enfants à
charge, arrêt de travail pour maladie mais aussi elles ont souvent un travail à mi-temps.
Elles sont aussi moins rémunérés que les hommes, ce qui nous montre bien que les hommes
ont un avantage sur les femmes, la domination masculine est donc encore présente dans
nos esprits, tant dans la vie domestique que professionnelle… Dans notre société comme
dans notre environnement social, nous en demanderons plus à un garçon qu’à une fille.
Celui-ci sera donc privilégié dans certains domaines, par exemple un homme sera plus
habile dans les travaux manuels de haut type : bricolage mais aussi à l’école où on lui
préconisera un meilleur accès aux sciences… Tandis qu’une fille sera plus apte à s’occuper
du ménage etc, (stéréotypes)… Une femme sera plus affectueuse et sensible dans ses
relations, elle aura toujours un côté maternelle qui la dominera, elle agira de manière
douce contrairement à un homme. Pierre Bourdieu nous informe que les femmes suivent
souvent « les ordres » que leur indiquent les hommes, car elles ont moins de pouvoir. Mais
la domination masculine n’a pas que des avantages, les hommes ne peuvent profiter trop
longtemps de cette domination car les femmes peuvent en jouer, mais aussi qu’un homme a
été, avant tout un jeune garçon et qu’il veut jouer comme un grand, en tant qu’homme.
Le troisième chapitre de cet ouvrage traite des permanences et changement. Avec la
socialisation, de l’Eglise, de la famille ou bien de l’école… la domination masculine est
toujours présente dans chacun des cas… On intègre et on agit en fonction de notre
éducation, notre environnement, elle nous amène à reproduire ce que nous avons appris au
fur et à mesure de notre formation d’adulte. La domination masculine en fait partie, pour
que l’enfant garçon soit un homme, il devra être éduqué par un homme, ainsi de même pour
une fille dont sa mère s’occupera. Cette domination masculine est notamment accentuée
aux choix des études que l’on favorise aux élèves filles et garçons, ce qui engendre une
séparation des classes, du côté littéraire, les filles seront plus nombreuses tandis que du
côté scientifique, ce seront les garçons. Lorsqu’une femme décide de choisir une filière qui
ne lui correspond pas au niveau de la société, celle-ci est donc mal vu, elle fait partie des
personnes que l’on peut appeler déviantes. Dans les sociétés, la femme doit s’occuper de la
maison et non des travaux supérieurs, nous sommes en présence de machisme… Mais la
domination masculine pourrait-elle un jour disparaitre des esprits ? Mais pour l’instant elle
est encore trop inscrite dans notre subconscient…

III- Conclusion
La domination masculine étudiée tout le long de cet ouvrage nous apprend que les
femmes dans la société sont encore trop effacées. Les hommes dominent le monde et les
femmes doivent suivre sans se préoccuper des affaires des hommes, cela représente une
société un peu machiste… A partir de différents exemples, nous pouvons dire que l’homme
domine. Commençant notamment par la place dans le couple, les femmes sont amenées à
rester à la maison à s’occuper des enfants tandis que les hommes vont travailler. Ensuite
au niveau des études, la distinction des formations et des classes avec les garçons en
sciences et les filles en littérature… Puis au niveau de notre éducation car cette
domination commence par les normes et les valeurs auxquelles on acquiert à partir de
notre groupe social.
En premier lieu, cet ouvrage était difficile à comprendre (complexe) car il reflétait
différentes notions autour de l’habitus et d’explications sur différents ouvrages
appartenant à d’autres sociologues… Une personne n’ayant jamais fait de sciences
économiques et sociales ne pourrait pas comprendre tout l’ensemble de cet ouvrage…
J’aime beaucoup la sociologie mais je n’ai pas apprécié pour autant cet ouvrage, je ne
m’attendais pas à cette mise en forme de texte et de vocabulaire pour comprendre la
domination masculine… Je pensais qu’au travers d’une histoire en particulier, le sociologue
nous expliquerait ce phénomène. Mais au final, il est très intéressant de savoir ce qu’elle
représente encore dans notre société et si nous en sommes « dépendant », c’est-à-dire
qu’il y ait encore des personnes qui ne voient que par cela : l’homme domine la femme !

IV- Sources

Pour la biographie de Pierre Bourdieu :

http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Pierre_Bourdieu/109786