Vous êtes sur la page 1sur 99

OuLiPo

Cher Père Noël

Vraies lettres inventées


Maison d’édition : J'ai lu
© E.J.L., Paris, 2020
Dépôt légal : novembre 2020
ISBN numérique : 9782290259344
ISBN du pdf web : 9782290259368
Le livre a été imprimé sous les références :
ISBN : 9782290220726
Ce document numérique a été réalisé par PCA
Présentation de l’éditeur :
Cher Père Noël,

J’ai été très sage toute cette année et donc voilà, je voudrais pour Noël un livre
un peu bizarre qui rassemble tout plein de lettres qui t’ont été écrites par tout
plein de gens qui sont devenus très très connus, comme la petite Édith Piaf ou
encore Jean-Claude Van Damme ou alors même Sherlock Holmes, ou bien
encore des lettres un peu bizarres tu vois que tu aurais reçues, comme par
exemple des contraventions ou bien des lettres d’amour ou encore des publicités,
enfin c’est toi qui vois, mais c’est ça qui me ferait vraiment vraiment plaisir pour
Noël.

Un enfant qui aime bien lire

P. S. : Et si tu n’as pas le temps de les chercher, demande à l’OuLiPo de te les


écrire. C’est l’Ouvroir de Littérature Potentielle fondé en 1960 par Raymond
Queneau et François Le Lionnais, j’ai vu ça dans Wikipédia.

Couverture : © TheCrimsonMonkey / iStock


« Notre meilleur jour, à nous autres cambrioleurs,
ou, pour parler plus exactement notre meilleure nuit,
c’est la nuit de Noël. »

Alphonse Allais, Conte de Noël

« Ce n’est pas seulement pour duper nos enfants que


nous les entretenons dans la croyance au Père Noël :
leur ferveur nous réchauffe, nous aide à nous tromper
nous-mêmes et à croire, puisqu’ils y croient, qu’un
monde de générosité sans contrepartie n’est pas
absolument incompatible avec la réalité. »

Claude Lévi-Strauss,
Tristes tropiques

« Oh ! mon pauvre Père Noël


pardon si je ne peux t’écrire
mais je ne peux pas te sentir
sachant comment je m’appelle. »

Jacques Jouet, de l’Oulipo


PRÉFACE

Flaubert le dit : tout ce qu’on invente est vrai. C’est pourquoi l’Oulipo croit
au père Noël, à son manteau rouge et à son traîneau, à ses rennes et à ses lutins, à
la mère Noël et à l’élasticité infinie des conduits de cheminées, et c’est pourquoi
aussi il a œuvré avec enthousiasme à la publication de ces missives, toutes
authentiques.
Le lecteur découvrira ci-après quatre-vingt-une lettres. Certaines émanent
des enfants que furent des personnalités célèbres, de René Magritte à Ludwig
Wittgenstein. D’autres – des faux, diront des sceptiques – furent écrites par des
individus à l’existence aussi avérée que celle de leur destinataire, de Sherlock
Holmes à Superman. Les dernières enfin, issues de dossiers secrets, se voient
révélées ici pour la première fois.
C’est donc une collection exceptionnelle que vous tenez entre les mains. Et
l’Ouvroir de littérature potentielle, âgé de soixante ans en cette fin 2020, tient à
remercier le père Noël, d’excellente composition il est vrai, d’avoir accepté de se
prêter de bonne grâce à ce jeu.
L’Oulipo
Notes préparatoires à ma lettre au Père Noël

1. Commencer par refuser d’écrire.


2. Une lettre au Père Noël peut-elle être en même temps un poème adressé (au
Père Noël) ?
3. Faire la liste des cadeaux dans le désordre. Brouiller les pistes.
4. Cher Père Noël est un bivocalisme.
5. Mais pas cette phrase.
6. Je ne crois pas au Père Noël.
7. À quoi sert le Père Noël ?
8. Une lettre au Père Noël écrite sur un bristol serait une carte au Père Noël.
9. Cher Père Noël, réponds !
10. Recevoir une lettre du Père Noël, voilà ce que je souhaite.
Cher Père Noël,

La première chose que je veux te dire, c’est que j’habite au quatrième étage
et qu’on n’a pas de cheminée, et ça, c’est une vraie source de vie quotidienne.
Madame Rosa pense que je ne dois pas croire en toi avec tes cadeaux par
milliers parce que tu n’es pas dans notre religion et qu’elle est également juive,
et nous n’avons pas ici chez nous ni sapin ni guirlandes ni les boules de neige.
Mais j’ai commencé à croire en toi quand j’avais deux ans et avant je ne croyais
en rien ou je ne me souviens pas et parfois ça me manque. Le docteur Katz pense
comme moi, que les gens de toutes les couleurs méritent un joli cadeau et tu ne
vas pas non plus te mettre à demander les papiers ou les carnets à tout le monde.
Moi, je m’appelle Mohammed mais on m’appelle Momo pour faire petit. Tu vas
me trouver sans doute. Et puis un cadeau, je serais super content parce que cela
changerait un peu cette vie comme Monsieur Walouba avec son beau parapluie.
Ce qui me plairait c’est un chien, les gens partent en vacances en les
abandonnant et ils meurent privés de l’affection des siens, mais Madame Rosa
elle a dit non, qu’elle n’irait pas le promener et que ça fait des défections dans
l’escalier. Alors ce qui serait autre chose qu’un vrai animal trop plein de vie, ce
serait une chose plus immobile pour laquelle on peut aussi avoir de l’affection,
alors j’ai pensé un poisson rouge que j’appellerais Crassus, parce que une
grenouille j’y ai pensé aussi, mais vraiment, il faut aimer.

Merci.
Momo
Cher PN,

Comment oses-tu ? Je te déteste depuis toujours, ton passage annuel est


l’occasion du jour le plus triste de l’année.
Nous sommes à l’heure d’une extinction de masse et on continue à ouvrir le
matin ces cadeaux dégueulasses et polluants, livrés à travers une cheminée qui
ne filtre même pas les particules fines.
Alors que des écosystèmes s’effondrent, on jette des tonnes de plastique, de
papier et de bolduc qui débordent des poubelles.
On nous accuse, nous les enfants, d’être des alarmistes, mais au moment du
déjeuner interminable, on nous force à manger des dindes élevées en batterie et
des lentilles aux marrons modifiés génétiquement.
Alors cette année pas de cadeaux, pas de dinde, pas de marrons.

Faites quelque chose !
Greta T.

P.-S. : Ton effort pour réduire le bilan carbone de ton activité grâce à la
traction animale est louable. Hélas, sais-tu que les flatulences des rennes
contiennent encore plus de méthane que celles des bovins ?
Caisse des allocations familiales
Helsinki, le 23 décembre

Madame, Monsieur,
Nous nous voyons dans l’obligation de retenir, à titre conservatoire, les
allocations de juillet 2019 à ce jour, qui vous sont peut-être légitimement dues,
et ce jusqu’à nouvel ordre.
À des fins de clarification de votre situation administrative, nous vous prions
de nous adresser, pour chaque enfant mineur, par lettre recommandée avec
accusé de réception, les documents suivants qui attestent de l’existence des
1 432 767 549 enfants que vous avez déclarés à votre charge :

– acte de naissance de chaque enfant mineur ;


– livret de famille intégral (en pdf) ;
– attestation de scolarité (signée par le responsable d’établissement) ;
– nom et prénom du responsable légal.

Dans l’attente, veuillez agréer, Monsieur, l’expression de nos sentiments


distingués.
Votre caisse d’allocations familiales
Père Noël,

C’est drôle de pas dire cher. Je t’ai écrit, beaucoup. Écrit comme on crie.
Comme on crie « Noël ! Noël ! ». Des lettres. Des lettres avec des lettres.
Abyme. Métaphore. Une lettre qu’on envoie. Q. Pourquoi ? Parce Q.
C’est bientôt. La cheminée. Elle se dresse dans le ciel. Elle t’attend. Puis tu
entres, oui, dans le trou noir. La suie. Le soi. Le lui. Toi, avec ton manteau,
rouge sang. Ta capuche, tes rennes, ton fouet, ton traîneau. Moi, tu sais ce que
j’ai demandé. La liste, je l’ai faite. Tu la trouveras, j’en ai rien à foutre. Je ne
veux pas qu’on m’empêche d’écrire. Alors, j’ai demandé une imprimante, une
Nikon à jet d’encre. On la branche, on écrit, elle balance sa purée noire sur la
page blanche et vierge. J’ai un très gros désir.
Alors, tu vas la sortir de ta hotte. Je n’en veux plus. Dans ma liste, déjà, je
l’ai dit que j’en voulais plus. Mais tu ne veux rien entendre, jamais, salaud. Je
pleure. Donne-moi mon cadeau.
Christine A.
Cher Père Noël

Merci de ton passage hier soir, par la cheminée, ou par d’autres moyens.
Je t’écris donc après Noël, mais bon, quand on y pense, on est toujours à la
fois après et avant Noël, n’est-ce pas ? C’est une question de perspective.
Je t’ai demandé un chat et en collant mon oreille au cadeau, je crois
discerner un ronronnement. Mais comment savoir s’il est dans la boîte avant de
l’ouvrir ? J’appelle ça la réduction de la fonction de Noël.
Que faire ? Tu me vois dans l’indétermination.

Merci. Ou pas.
Erwin S.

P.-S. : J’ai découvert qu’on ne peut pas savoir à la fois où se trouve ton
traîneau et quel jour on est.
Cher Père Noël,

La période des fêtes approche et cette année encore, des millions de dindes
vont périr, après une vie passée dans l’enfer des geôles gérées par des groupes
industriels. La peine de mort, la torture et le farcissage sont la négation absolue
des droits des dindes. Aucune dinde ni aucun dindonneau ne doit y être soumis.
Vous êtes la personnalité publique la plus médiatisée en ces fêtes de Noël.
Vous ne pouvez continuer à fermer les yeux devant la perpétuation de ce rite
barbare. Faites entendre votre voix. Exigez avec nous l’abolition de ces
traditions d’un autre temps, partout dans le monde. Les pays qui pratiquent
encore la dinde aux marrons doivent mettre en place des moratoires et cesser
toute exécution.
Tous les repas de Noël à base de dinde déjà prévus doivent être commués en
dîners végétariens.

Nous comptons sur votre engagement.
Amnesty International,
section finlandaise
Cher Père Noël, chère Athéna,

Je voudrais :
– un cheval en bois pour me cacher avec mes copains ;
– des bouchons d’oreille ;
– un déguisement de cochon ;
– une boussole ou mieux, un GPS ;
– un arc et des flèches ;
– du fil à broder pour ma petite fiancée.
Ulysse
Cher Père Noël,

Te voici, sur le tard du jour, préparant ton voyage. Ta barbe se duvette, se


plumotte, s’édredonne ; elle se pompadourise, se douillette, se matelasse, se
capitonne de soie blanche ; la voici qui se dos-de-fauteuille. Elle se dalle, se
marquette, se pave, se banquise, se glaçonne, se marbre, se cotonne, se coussine,
se cimente, se géographise, se cartographise. Puis, vers la moustache, elle se
chamoise, se gant-de-suédise, beurre-fraîchit… Plus tard enfin elle se
peluredoignonne.
Moi, quel bonheur, quelle joie, j’ai pris mon parti pour ce Noël : mûres,
bougies, cageots, cigarettes, oranges, du pain, des huîtres, des papillons, de
l’eau, un morceau de viande… Pourrais-tu m’envoyer toutes ces choses faciles ?
Un cadeau est une petite chose, mais je peux la démesurer grâce à toi.
Francis P.
Cher Monsieur Père Noël,

En raison d’une rupture temporaire de stock chez nos fournisseurs, nous


sommes au regret de vous informer que nous ne pourrons assurer pour le
24 décembre, comme nous vous l’avions garanti, la livraison de la commande
no 343-391-897 suivante :

– hotte en osier Biosphera, grand modèle ;
– manteau MySoBeautifulCoat, taille XXXL, couleur rouge ;
– arceau de clochettes cuivre pour traîneau Kupferland ;
– picotin 100 kg vrac (3 x).

La livraison sera en revanche assurée pour le 3-6 janvier.

Croyez que nous regrettons beaucoup ce retard, et espérons qu’il ne sera pas
préjudiciable à vos activités professionnelles.
Le service clients Orenoq
Cher Parent Mâle Noël,

J’aimerais bien ces trois choses offertes au pied de mon arbre conifère des
régions tempérées de l’hémisphère Nord :

a) un objet aérostat rond gonflé d’air ou de gaz utilisé à des fins sportives ;
b) un jeu de stratégie dans lequel deux adversaires manœuvrent, sur un
plateau de 64 cases, deux séries de 16 pièces (les blanches et les noires)
de valeurs diverses ;
c) une construction en miniature susceptible de naviguer sur les voies
intérieures, en mer ou même dans ma baignoire.

Viendras-tu avec ton véhicule à patins qu’on fait glisser sur la glace ou la
neige ?

Vents froids soufflant du nord,
Le petit Robert
Monsieur Noël,

Vous savez Monsieur, on n’a jamais de cadeaux signifiants à l’état pur.


Vous savez Monsieur, « Noël » ne peut être défini lexicalement et cependant
il participe à un lexique.
Vous savez Monsieur, face à la structure plastique du manteau rouge-image
et à la structure verbale du manteau rouge-image écrit, la structure du manteau
rouge-image réel ne peut être que technologique.
Vous savez Monsieur, malheureusement, rien n’est plus invisible que la
neige blanche.
Vous savez Monsieur, le ruban périmera le cadeau, comme le cadeau est en
train de périmer la générosité.
Vous savez Monsieur, le cadeau est la morale de la forme.
Vous savez Monsieur, la hotte se détermine à travers deux espaces, un
séquentiel et un agglomératif.
Vous savez Monsieur, le discontinu du nouveau traîneau dynamique institue
une Nature interrompue qui ne se révèle que par ses rennes.
Vous savez Monsieur, le Sapin est l’Utopie de la Générosité.
Vous savez Monsieur, la jouissance du Cadeau n’est souvent que
narcissique.
Vous savez Monsieur, la cheminée au degré zéro est au fond une cheminée
indicative, voire amodale.
Vous savez Monsieur, votre visite, que j’attends, est sentie comme un bien
qui m’est propre.
Vous savez tout cela, Monsieur ? Tant mieux tant mieux.
Roland B.
Cher Père Noël,

Cette lettre t’est envoyée pour te porter chance. L’original vient du pôle
Nord. Elle a fait sept fois le tour du monde. La chance t’est envoyée. Il t’arrivera
un événement heureux dans les sept jours qui suivront la réception de ce
message. Ceci n’est pas une plaisanterie. Il t’arrivera par la poste. Envoie
406 457 289 cadeaux à des enfants qui ont besoin de chance… Le responsable
du rayon jouets des Galeries Lafayette a reçu cette lettre. Il ne l’a pas crue et l’a
jetée. Sept jours plus tard, il était mort !!!! Cette chaîne ne doit être interrompue
sous aucun prétexte !!

Fais passer le message et demain sera un jour meilleur pour tous ; ne brise
pas la chaîne.
Chipesaucisse
Cher Père Noël,

Pourquoi voulez-vous que nous dissimulions l’émotion qui nous étreint tous,
petits garçons et petites filles, qui écrivons, chez nous, cette lettre au Père Noël ?
Non ! Nous ne dissimulerons pas cette émotion profonde et sacrée de Noël.
N’importe quelle minute de cette nuit dépasse chacune de nos pauvres vies.
Noël ! Noël outragé ! Noël brisé ! Noël marchandisé ! mais Noël célébré !
Célébré par lui-même, célébré par ses rennes avec le concours des lutins du Père
Noël, avec l’appui et le concours de l’Enfance tout entière, de l’Enfance qui a été
bien sage, de la seule Enfance, de la vraie Enfance, de l’Enfance éternelle.
L’Enfance a des devoirs, et ce sont des devoirs de vacances. Cette lettre en
est une, et elle vise à conquérir, grâce aux jouets, grâce au jeu, le territoire de
l’Imaginaire, celui de la Construction et de l’affirmation de l’Identité et de la
Personnalité.
Alors, je voudrais, pour être précis :

1) trois divisions blindées ;
2) la capitulation de l’ennemi et son désarmement ;
3) l’occupation du territoire ennemi.

Vive Noël, vive le Père Noël, et vive ce qui nous dépasse tous, vive
l’Enfance !
Charles de G.
Gros lard,

Cherche pas de liste dans l’enveloppe, y en a pas.


On va t’expliquer pourquoi, pauvre type. L’année dernière, on t’avait
demandé quoi ? Une console 64 bits et un écran géant, ouais, pas un puzzle
1 000 pièces pourri et un jeu de construction total naze.
On sait où t’habites, guignol. On va te faire faire trois fois le tour de ton slip
sans toucher l’élastique. Tu vas manger de la salade de phalanges.
Ton traîneau de bouffon, on va en faire du petit bois, et tes rennes à la con,
on va te les dépecer, ça va sentir le méchoui sur ta banquise, pauvre taré.
Bonnie & Clyde
Cher Papa du pôle du Nord,

Ta hotte, je la vois. C’est ta hotte et ce n’est pas ta hotte, puisqu’elle ne


contient rien qui soit pour toi, et par conséquent comment pour toi pourrait-elle
contenir ? Pourtant, elle est remplie de cadeaux qui y dorment, ils dorment et cet
endormissement fabrique comme un amoncellement de ruines. Les papiers
d’emballage sont de toutes les couleurs, mais le papier ne sait pas ce que
contient le cadeau, il est à la fois son secret et son aveuglement, il n’y a pas de
cadeau sans secret, parce que c’est le secret lui-même qui est aussi le cadeau.
Le cadeau, il est donné, oui. Il est donné par celui qui le donne, et le cadeau,
il est reçu aussi. Oui. Reçu par celui qui le reçoit. C’est le récepteur qui fait le
cadeau. Pas le donneur. C’est comme le sang le cadeau. On ne donne pas son
sang s’il n’y a personne qui en veut. C’est comme l’amour aussi. Oui. Qui en
veut ?
Il ne s’est rien passé dans ma cheminée. Rien.
Et maintenant, viens. Offrir, dit-elle.
Marguerite D.
Chuck Norris ne croit pas au Père Noël, c’est le Père Noël qui croit à Chuck
Norris.
Chuck N.
Cher Père Moelle Noël,

Urgent !

Serais preneur de :

– une passoire non percée pouvant servir de casserole ;


– du papier glacé pour lettres de rupture ;
– un piano aqueux qui sache jouer La Truite de Schubert ;
– un réveil sans sonnerie afin de pouvoir me lever tard ;
– deux boîtes de suppositoires phosphorescents, permettant leur utilisation
dans l’obscurité ;
– un lot de schmilblicks ;
– du tabac ignifuge pour fumeurs économes.

Se présenter chez moi, le 24 ou le 25 décembre.


Faux Pères Noël s’abstenir.

Bons baisers de partout,
Signé Furax
Je suis un sal’ gosse de Londres
Qui rêve d’une mappemonde
De grande ampleur
En plusieurs couleurs
Plus jolie et moins grise que Londres

Vous êtes l’homme du pôle Nord
Très attendu par les juniors
Je veux des machins
Là, sous mon sapin
Dans la nuit, très loin du pôle Nord
Little Ed Lear
Pèreuh Noël, je veux une belle chemise,
Quelques sachets de thé et des petits gâteaux,
Un cornedbif en boîte, une tarte aux cerises,
Des narcisses cueillis, un sac de vieux fagots

Un billet pour aller zieuter la tour de Pise,
Trois nuits dans un hôtel agitant cent drapeaux,
(Je regrette mon vieux que tant de marchandises
Séduisent les obscurs dans ton petit traîneau)

Un livre de Platon ou sinon d’Aristote,
Un litre de pinard, un kilo de biscottes,
Un flacon de maté (j’ai du sang argentin).

C’est un événement quand on ouvre sa hotte
Mais voilà, je m’arrête ah crénom saperlotte,
Car toute liste hélas doit avoir une fin.
Raymond Q.
Syndicat interpolaire des Lutins
Pôle Nord, le 23 décembre

Monsieur Noël,

Conformément aux articles L2511-1 et suivants du Code du travail, nous


vous informons que nous lançons un appel à la grève des lutins de l’entreprise
Father Christmas Corp. le 24 décembre à midi. Ce mouvement à l’initiative des
employés prendra la forme d’un arrêt de travail concerté des intéressés de
12 heures jusqu’à 6 heures du matin. Ce mouvement pourra être reconduit en
fonction des circonstances.
Nous vous informons que cet appel a pour motivation la dégradation des
conditions de travail suite aux lois HPPTS, JSHID, NADF de 2018 et 2020, un
dialogue social déficient et la préservation des droits professionnels des lutins.
Aussi, voici la liste de nos revendications :

– retraite à 600 ans pour tous les lutins ;


– prime de neige ;
– port de vêtements anatomiques et pratiques, et non médiévaux ;
– embauche de 13 lutins supplémentaires.

Veuillez agréer, monsieur Noël, l’expression de nos sentiments distingués.


Pour le SIL
Stekkjarstaur, Gluggagægir

P.-S. : Copie à l’inspection du travail compétente.


Rappelle-toi Père Noël,
Il neigeait sans cesse sur le pôle Nord ce jour-là
Et ce jour-là durait six mois
Et tu marchais en bottes souriant
Barbu, en manteau rouge, t’ébrouant
Sous la neige,
Rappelle-toi Père Noël
Il neigeait sans cesse sur le pôle
Et je t’ai croisé rue de Rennes,
Devant un magasin de jouets
Tu souriais
Toi en qui je ne croyais pas
Toi qui ne me reconnaissais pas.
Un petit garçon regardait la vitrine,
Il t’a vu, il a crié ton nom
Père Noël, Père Noël,
Et tu as sorti un cadeau de ta hotte
Barbu, en manteau rouge, souriant
Et il s’est jeté dans tes bras.
Rappelle-toi Père Noël,
Cette neige heureuse,
Et tu as sorti une cigarette,
et ta barbe blanche,
Ta barbe blanche, elle s’est un peu décollée
Quelle connerie, Noël.
Je ne veux rien, tu sais,
Sinon peut-être un raton laveur.
Jacques P.
Minuit, en hiver
Ton traîneau volera
Parmi les flocons

Le vieux sapin
Couvert de mille guirlandes
sera en fleurs

Fais attention, mec
La cheminée est tordue
Et sale de suie
Petit Bashô
Cher, très cher Noël,

Tu sais combien je t’ai aimé, combien je t’aime encore. Tu sais aussi


combien les choses ont été difficiles pour moi dernièrement. Grandir, ce n’est
pas facile. Notre relation m’a prouvé jour après jour que s’aimer à distance est
possible… mais aussi combien c’est compliqué. Et ce que nous craignions tous
les deux a fini par arriver.
Noël, j’ai tout essayé pour continuer à y croire, mais aujourd’hui je ne tiens
plus, je ne vois plus d’autre choix. Le temps passe, implacable, et cela fait
plusieurs mois que j’endure cette situation.
Difficile de se projeter comme ça… et je ne veux pas d’une « relation
fantôme » qui n’aboutira à rien.
Tout cela me rend un peu aigrie : j’en veux aux adultes et au monde entier de
nous séparer… Je t’en veux autant que je m’en veux. Tu m’as longtemps dit que
nos chemins ont été faits l’un pour l’autre, mais peut-être qu’au fond, nous avons
juste fait fausse route à un moment ou l’autre de notre relation. L’innocence
n’est jamais éternelle…
J’ai beaucoup aimé notre voyage ensemble, mais il n’est plus fait pour moi.
J’ai besoin de vivre, vivre ! Je ne veux plus de liste de cadeaux et d’attente au
pied d’une cheminée.
J’espère que nous trouverons tous deux un nouveau souffle, une autre
manière d’être ensemble, plus tard.
Je t’aimerai toujours un peu parce que chacun de tes souvenirs continuera de
compter beaucoup pour moi.

Merci encore pour tout,
Aurélie, 11 ans
j’ai l’espoir de recevoir une paire
deux paires trois paires de baskets
l’espoir de recevoir cher père quatre paires de baskets
quatre paires de baskets aériennes volcaniques symétriques
cinq paires de baskets mon père
cinq paires symétriques ou six paires de baskets aériennes
sept paires cher père sept paires de baskets volcaniques
j’ai l’espoir de recevoir sept et huit paires
huit paires cher père de baskets huit paires de chaussettes
de chaussettes absorbées par les baskets
de chaussettes symétriques aux neuf paires de baskets
dix paires cher père de chaussettes absorbées par les baskets
c’est-à-dire onze paires de baskets absorbantes volcaniques
j’ai l’espoir de douze paires de baskets
douze paires, treize paires de chaussettes
l’espoir de recevoir quatorze paires de baskets volcaniques
quinze paires cher père de baskets
l’espoir de seize paires de baskets seize
et dix-sept paires de chaussettes absorbées par les baskets
dix-huit paires de baskets et dix-huit paires de chaussettes
dans les fourchettes de mes jambes
c’est-à-dire, père, dix-neuf paires de baskets
l’espoir de vingt paires de baskets
l’espoir de trente paires de baskets et trente paires de chaussettes
même si je n’ai pas de jambes
mais absolument pas de jambes
absolument pas absolument pas de jambes
mais absolument pas de jambes
absolument trois jambes
Ghérasim L.
Cher Père Noël,

J’ai été très sage cette année et j’ai sauvé plein de gens : 109 passagers d’un
ferry qui coulait, 238 voyageurs d’un train qui déraillait, 7 astronautes dans une
navette spatiale au moment de son entrée dans l’atmosphère, et un chat coincé
dans un arbre, qui s’appelait Tchoupette et qui m’a griffé.

Merci pour ta cuirasse antikryptonite de l’année dernière, qui marche très
bien. Mais cette année, s’il te plaît Père Noël, je voudrais un déguisement de
petit garçon normal, pour passer inaperçu.

Je t’envoie des images, à mon avis c’est facile à trouver.
Superboy
À Paris, vendredi 19 décembre 1670

Je vous avoue que j’ai une extraordinaire envie d’avoir de vos nouvelles.
Songez, mon ami, que je ne pense à autre chose ! Je ne sais du reste rien de votre
long voyage, avec votre carrosse bien attelé. Je me dévore, en un mot ; j’ai une
impatience qui trouble mon repos et qui serait bien médiocre si je pouvais la
dépeindre.
Monsieur le Dauphin a été malade ; il se porte mieux. Il ne parle que de vous
et, je vous assure, la pensée de votre visite le console.
Savez-vous que votre souvenir fait ici la fortune de ceux que vous
favorisez ? Ah, combien les cœurs où vous êtes le premier ! On est encore fort
loin de vous oublier. Mais, hélas, il faut que vos absences ne soient pas infinies.
Combien peut-on vous aimer, quand on ne vous entend presque jamais ! Voilà
par exemple que vous pourriez passer trois fois par an. Je vous assure que nous
serions tous honorés.
Cela vous fait-il rire ? Ah, mon ami, voici dans une feuille à part une infinité
de cadeaux que je vous conjure de distribuer à Saint-Germain et à Versailles. Je
ne connais personne qui pourrait mieux le faire.

Vendredi au soir

Mme de Guise a fait un faux pas. Elle a accouché d’un pauvre petit garçon,
qui n’a pas été baptisé. Les médisants disent qu’il ne mérite point de vos
attentions. Méchants ! Si vous voulez me faire un véritable plaisir, ayez pitié de
lui.
Je vous embrasse avec une tendresse qui ne saurait avoir d’égale.
Marie de Rabutin-Chantal, marquisette de Sévigné.
Noël,

Mon amour,

C’est dans une semaine. Sept jours même ! Oh que je chéris ce rendez-vous
que nous avons institué voici des années. Je ne sais si tu auras changé (tu avais
un peu grossi la dernière fois, mais je te l’ai dit, j’aime ta densité), si tu auras
toujours ce manteau qui te va si bien et que tu retireras vite vite.
Je guetterai le son des clochettes de ton traîneau, pantelante de désir. Je serai
là à t’attendre, nue, sous le sapin, juste en chaussettes, je sais que tu aimes quand
je ne porte que des chaussettes. Je sais aussi que tu n’auras pas oublié de nouer
un ruban rouge autour de mon beau cadeau. Mmmmm.
Qui tu sais dormira. Je lui ai fait ma bûche traditionnelle à la glace parfum
marron glacé et benzodiazépines.

Je t’aime,
Olga

P.-S. : Dis, tu m’appelleras encore ta petite renne lubrique ?


Salut Santa,

Ça fait old fashion, tu trouves, un message de ce genre ? Peut-être, oui, mais


ma devise c’est toujours se communiquer pour avoir un better you. Et, attention,
quand je parle de communiquer, je parle pas de communiquer. Moi, Adam et
Ève, j’y crois plus, tu vois, parce que je suis pas un idiot. Mais, entre toi et moi,
Noël it’s both a dream and a feeling. Un peu comme l’air : tu peux pas le
toucher, ça existe et ça existe pas… Un plus un égale un. Y a Jean-Claude, y a
Noël, dans le même univers. Et après y a des gens qui ne t’ont pas encore écrit
parce qu’elles ne sont pas aware. Les pauvres, ils savent pas. Et ils ont pas de
cadeaux et ils font « snif ». Moi je suis bien aware tu vois… It’s magic… Mais
je ne te demande rien. Il y a dix ans, je t’aurais demandé de me parler de mes
muscles. De combien je suis beau et combien je suis fort et le meilleur… Tu
comprends ce que je veux dire ? It’s a paradigme, un « paradigme » comme on
dit en français, je crois… Mais j’ai appris à m’aimer… Je suis là et je reste là…
Vers ma mission de tous les jours… même si les gens ne le savent pas. Et s’ils
ne le savent pas, ils le savent. Alors tu vois, grâce à ma propre vérité (dont je
n’ai pas encore la réponse de la vérité), je demande un cadeau plus sophistiqué
right now… Je te demande de bien faire ton show bizness, okay ? Parce que tu
es comme un acteur. Alors quand tu joues ton rôle, il y a le personnage qui est
fait de moments et de feelings… La potential life, eh oui, de l’illusion. Et il ne
faut pas se tromper… Tu comprends ? Il faut croire au moment. Tu vas. Tu vas.
Tu vas. Avec ta hotte et le whole thing. Tu vas et tu rends heureux à tout le
monde. Et n’oublie pas : quand tu prends confiance en la confiance, tu deviens
confiant.
JCVD
Monsieur Nicolas Noël
13, rue du Cercle-Polaire
96930 Rovaniemi, Finlande

Monsieur,

Suite à votre courrier du 20 novembre dernier, je vous confirme que la


chanson White Christmas n’est pas dans le domaine public et que nous sommes,
en effet, les détenteurs du copyright.
Dans votre lettre, que notre service juridique a lue avec grande attention,
vous réclamez un droit que vous qualifiez de « naturel » sur les ventes de notre
chanson sous l’argument (totalement arbitraire selon nous) que la version de
Bing Crosby a été vendue à plus de 50 millions d’exemplaires et qu’il serait « le
moment de partager les revenus ».
Il nous semble impossible, sachez-le, de parvenir à un quelconque « accord à
l’amiable », qui n’a aucune légitimité artistique ou commerciale. Nous vous
demandons donc désormais de vous adresser, pour toute demande, à notre
conseil, la société Springer & Lovell.

Cordialement,
Jack Warner, CEO
Warner Records
Cher Père Noël,

Tu viens d’ouvrir une lettre d’Italo Calvino. Je la rédige sans savoir si elle
trouvera un public, comment savoir même si elle parviendra jusqu’à toi ? Peut-
être appartiens-tu à cette coterie de pervers qui se complaisent, le soir, à lire des
listes de cadeaux, sans intention aucune de satisfaire les enfants qui les ont
rédigées, sans même envisager un instant de fabriquer ces présents, de les
emballer, de les acheminer, sans parler même de les déposer en un bel
arrangement autour du sapin ? Sans doute as-tu même écarté certaines
demandes, soit que son rédacteur n’a pas été sage – mais qu’est donc la sagesse
selon les parents, sinon l’apprentissage de la conformité ? – ou bien tu te seras
fixé un ensemble de règles absurdes concernant la nature des cadeaux.
Te voilà assis dans ton fauteuil de neige, chaudement vêtu d’un épais
manteau d’un rouge vif, et tu te demandes bien sûr où je souhaite en venir
puisque tu ne vois pas venir cette satanée liste. Quel est donc cet enfant qui ne
souhaite pas de cadeau ? Que ni les trains électriques ni les poupées
n’intéressent, et pas plus ces nouveaux jeux vidéo qui te désolent. D’un regard
bienveillant, tu regardes tes lutins emplir ta hotte, et tu te dis qu’il va te falloir
t’en saisir, faire claquer le fouet au-dessus des rennes, et faire décoller le traîneau
dans le ciel boréal.
Et tu reposes cette lettre dans ton immense classeur, à côté de toutes celles
qu’année après année je t’ai écrites. Un jour arrivera, songes-tu avec un œil
mouillé, où je ne croirai plus en toi. Tu posséderas notre correspondance
complète, et tu te demanderas si ce cadeau jamais demandé mais chaque fois
déposé, ce n’était pas ma joie d’être un enfant.
Italo C.
Che.è.r.e P.M.è.re Noël.l.e,

Je, sousigné.e Gabriel.le, voudrais :



* plusieur.e.s machin.e.s
* un.e cours.e de cheval
* un.e vrai.e émeu.te
* un.e mors.e
* un.e grand.e sapin.e
* un.e caban.e
* un.e bai.e brun.e
* un.e griot.te
* beaucoup de culot.tes

Bis.e
Gabriel.le
Monsieur,

Cette lettre est le cri d’indignation d’un saint ulcéré.


Mille ans durant, dans l’ensemble des terres chrétiennes, moi, saint Nicolas,
j’ai régné sans partage sur le monde des enfants. Grâce aux miracles que j’ai
accomplis en leur faveur, j’avais conquis leur cœur. J’avais choisi la nuit du 5 au
6 décembre, date de ma mort terrestre, pour descendre du ciel, me glisser chez
eux par la cheminée et leur distribuer cadeaux et friandises – du moins à ceux
qui avaient été sages, car pour les autres, je laissais à mon compère Fouettard le
soin de s’en occuper. Et voilà qu’en un siècle, par votre faute, cette noble
tradition a été bouleversée.
Venu d’Amérique où vous êtes né, avec votre grande barbe et votre
houppelande rouge et blanche, sous la plume d’un dessinateur de la firme Coca-
Cola™, vous n’êtes nullement légitime au regard de notre Sainte Foi. Vous avez
profité de la faiblesse spirituelle des Européens pour vous imposer à eux, comme
trop d’autres coutumes de votre pays d’origine.
Je vous le dis solennellement, il est grand temps de mettre fin à un scandale
que vous vous plaisez à perpétuer, grâce à la complicité de Satan et de quelques-
uns de ses suppôts dans le monde corrompu de la finance.
Je vous informe donc que j’adresse, par le même courrier, une lettre
demandant au Saint-Père d’interdire aux catholiques, sous peine
d’excommunication immédiate, tout contact avec vous et votre abominable
clique.
Vade retro ! Je ne vous salue pas, usurpateur !
Saint Nicolas
Cher Père Noël,

J’ai examiné ce point : le Père Noël est. Ou il n’est pas. Mais de quel côté
pencher ? La raison n’y peut rien déterminer. Elle n’est pas plus blessée, en
choisissant l’un que l’autre, puisqu’il faut nécessairement choisir.
Parions. Je gage que tu es. Si tu n’es pas, je ne perds rien. Si tu es, je gagne
tout. Enfin, tout ? Disons une chance que tu m’apportes ce que je te demande sur
la liste que je te joins.

Bien à toi,
Blaise P.
Cher Monsieur,

Sauf erreur de nos services, vos rennes sont au nombre de neuf : quatre
femelles qui s’appellent Danseuse, Cupidon, Furie et Éclair ; cinq mâles qui
s’appellent Fringant, Tornade, Comète, Tonnerre et Rudolph.
Suite aux nouvelles mesures, vous êtes invité à ajouter une cinquième
femelle (ce qui vous fera dix rennes, toujours selon nos services) ou à supprimer
l’un des cinq mâles, par exemple (si je puis me permettre) ce Rudolph qui est
loin d’être vraiment populaire.

Bien à vous,
Dominique de Saint-Sphynx,
ministre de la Parité
Bonjour à vous, Noël père, bien-aimé en Jésus Christ,

Je vous prie de bien vouloir m’excuser cette intrusion, je me nomme


Christine Berger, âgée de 82 ans, originaire du Canada. J’ai dû vous contacter de
la telle sorte car je souhaite faire une importante chose. Je ne vous connais pas,
mais mon Docteur traitant m’a justifié que mes jours sont comptés car je souffre
du cancer ORL où une boule présentement pousse. Je suis veuve et je n’ai pas
d’enfant parce qu’avec mon Marie nous n’avons pu avoir en dépit de tout ce
qu’on possède en moyen financier.

Voici. Je compte faire donation après avoir vendu une compagnie de bois et
de café cacao en Afrique où je vis encore. J’ai sur mon compte personnel la
somme de 2,5 millions d’euros que j’avais gardé pour un projet. Je souhaite vous
donner cet argent pour le donner en cadeau aux enfants du monde, bénis soient-
ils, et je sais que vous les aimez aussi. Le compte est bloqué, mais il est possible
de le retirer. J’aurai aimé vous parler vives voix mais ce n’est pas possible pour
moi à cause ma gorge alors il sera préférable que vous m’écriviez à courriel
secondaire christianeberger53@gmal.com.

Bien à vous, Père Noël,
Christiane Berger
Cher être inexistant

1. Seulement le monde des adultes est le cas.


2. Vous n’en faites pas partie.
3. Si c’était le cas, tout le monde serait heureux au moins un jour par an.
4. Ce qui n’est objectivement pas le cas.
5. Hélas. Mais c’est comme ça, c’est tout.
6. Alors, doit-on continuer à prendre les enfants pour des imbéciles ?
7. N’en ayant pas, je ne sais pas trop quel est le cas.
8. Dans ce cas précis.
9. Quel que soit le cas, je vous enlève de ma liste de mailing imaginaire.


Bien à vous en tout cas,
Ludwig W.
Bonjour, Père Noël,

Cette lettre, je vous le dis tout de suite, ne vous plaira pas. Elle est le cri de
colère d’une femme qui a consacré plus de cinquante ans de sa vie à la défense et
à la protection de nos frères animaux.
Depuis que vous êtes apparu sous nos climats, vous avez su, avec une
habileté diabolique, vous donner la réputation d’un inoffensif bienfaiteur. Cette
réputation usurpée, je veux la dénoncer ! Oui, la religion dont vous vous
réclamez, qui devrait servir à élever les âmes, à les guider vers l’amour et la
générosité, ne vous empêche pas de participer, comme la majorité des humains,
à l’exploitation éhontée des animaux.
Ne faites pas l’étonné !
Vous ne pouvez nier ces faits connus de tous : vous faites travailler les
rennes de votre traîneau en dehors des heures normales de service, par des
températures polaires. Vous à qui des enfants pleins de niaiserie serinent
rituellement, d’année en année, qu’il faudra bien vous couvrir, avez-vous jamais
songé à munir vos rennes des couvertures indispensables ?
Ne venez donc plus me visiter tant que vous n’aurez pas changé vos horaires
et pris les dispositions nécessaires au bien-être des animaux qui vous servent.

Vous n’avez que mon mépris.
Brigitte B.
Cher Père Noël,

Je ressens depuis quelque temps le besoin impérieux de vous écrire. Eh oui,


de vous écrire à nouveau, comme je l’ai fait jadis, jusqu’à ma huitième année.
Plus d’un demi-siècle a passé depuis, toute une vie, en somme. Une vie que j’ai
consacrée à veiller à l’équilibre psychologique et affectif des enfants, les miens
et ceux des autres, ainsi qu’à leur bien-être. Et c’est cela précisément qui
m’amène à vous adresser cette lettre.
J’ai pu voir, avec une consternation et une tristesse grandissantes, évoluer
votre rôle et se modifier la place que vous tenez dans la vie de nos enfants :
quelles que soient par ailleurs vos qualités, ils ne retiennent de vous qu’une seule
image, celle de l’infatigable pourvoyeur de cadeaux. C’est devenu pour eux une
véritable obsession, qui les occupe pendant des jours et des jours. Ils passent
d’abord un temps fou, volé à leurs autres activités, à établir leur liste, de plus en
plus longue d’année en année. Ils attendent ensuite dans l’angoisse et la fébrilité,
sources pour eux d’insomnie, la nuit de votre passage. Ils sont enfin sujets à un
profond chagrin, qui peut aller jusqu’à la dépression, quand vous n’avez pas pu –
et cela vous arrive de plus en plus souvent en cette période de crise récurrente –
combler tous leurs vœux.
Vous comprendrez que je tire auprès de vous la sonnette d’alarme. Faites en
sorte que nos enfants puissent retrouver la paix et la sérénité dont ils ont tant
besoin !
Je sais que ce ne sera pas facile, mais je fais confiance à votre sagacité pour
trouver le bon moyen.
Nathalie L., psychologue scolaire
Cher Monsieur,

Tant vont les doigts au clavier qu’ils finissent par écrire. Et, enfin, qui sème
des lettres récolte des surprises, n’est-ce pas ?
J’ai souvent dit que les cadeaux ne font pas le bonheur, mais il n’y a que les
imbéciles qui ne changent jamais d’avis.
Donc, il n’est jamais trop tard pour faire une liste et, fort heureusement, tout
vient à point à qui sait attendre.
J’aimerais bien des outils pour mon travail. Tous nouveaux, tous beaux. J’en
ai marre d’entendre dire qu’un mauvais ouvrier a des mauvais outils.
Chose demandée, chose due ? En tout cas, ne remettez pas à Noël prochain
ce que vous pourriez faire maintenant.

Le sentiment du plus fort est toujours le meilleur.
A. Dages
Cher Père Noël,

Je voudrais juste une palette de couleur.


Je vous joins la photo (page 43 du Catalogue du Lutin des Beaux-arts,
73 euros).

Pierre S.
Cher Santa,

Avoue que c’est bien étrange : tu es supposé venir des terres lointaines et
cependant les cadeaux que tu as laissés chez moi présentent tous des étiquettes et
des inscriptions des commerces du quartier. J’ai aussi remarqué que le papier
d’emballage de deux de mes cadeaux est identique à celui de certain rouleau de
papier que j’avais vu traîner la semaine dernière dans le bureau de mon père.
Mais le plus flagrant me semble le fait qu’un de mes cadeaux était imbibé du
même parfum douceâtre qu’aime porter ma tante Geneviève depuis quinze mois.
Ne nie pas. J’ai analysé le trottoir, lequel a confirmé mes soupçons : pas la
moindre trace d’un traîneau, pas le moindre poil de renne. Quant à notre
cheminée, j’avais laissé à l’intérieur de son conduit deux petites boules de papier
qui auraient chu, sans aucun doute, en cas de descente humaine : elles sont
toujours intactes. Je tire de tout cela un certain nombre de déductions. Et
lorsqu’on élimine tout ce qui est impossible, il ne reste plus que la vérité.
Élémentaire, n’est-ce pas ?

Cela dit, je t’aime bien. Comme si tu étais de la famille.
Sherlock H.
Préfecture de Police
Service des permis de conduire et de la sécurité routière

Madame, Monsieur,

Le véhicule immatriculé POLNOR-HOH a fait l’objet d’un contrôle au


niveau de Hopreeninperä (Finlande) ayant permis de constater l’infraction
figurant ci-dessous :

EXCÈS DE VITESSE SUPÉRIEUR À 1 500 KM/H PAR CONDUCTEUR
DE VÉHICULE À TRACTION ANIMALE.

Date/heure : le 24/12/2019 à 23 h 58
Direction : PÔLE NORD vers GRENOBLE
Vitesse retenue : 299 792 458 m/s
Effet(s) sur le permis de conduire : cette infraction entraîne le retrait
immédiat du permis de conduire (article R232-1 du Code de la route).
Donald Junior T.
@realJuniorDonaldTrump
Future 45th President of the United States of America

My Meeting with Father Xmas amazingly productive. We Have a HUGE
MASSIVE trade deficit with China on toys!! NO MORE HORRIBLE CHINESE
TOYS!!! Chinese toys are for LOSERS!!
MUST ACT QUICKLY!!
Cher Père Noël,

En ce modeste décembre, que comporte cette hotte dont je rêve ? J’espère


des tonnes de dons : des vélos verts, de gros édredons et des polochons, des
téléphones modernes, des éponges molles, des cornes de cerf, des robes et des
polos, des vestes et des grolles, des choses folles et non conformes (trompette et
grelots, chronomètre, coléoptères décervelés) et des choses obsolètes (compote
de pommes, électrophone).
Les photos de tes dons m’étonnent.
L’école est bonne (je compte) et monotone (je recompte) en même temps. Je
préfère des choses drôles. Offre donc des choses drôles : le Père Noël, c’est
mortel !
Le môme Georges
Cher Père Noël,

J’ai gardé un très bon souvenir de vous et de vos services. Aujourd’hui, je


suis comédien et je me débats dans les papiers officiels. Croyez bien que je
n’aurais pas l’outrecuidance de m’adresser ainsi à vous si ma survie n’en
dépendait.
Pourriez-vous avoir la bonté de me dire combien de cachets vous déclarez
entre le 24 et le 25 décembre pour parvenir à bénéficier de vos droits acquis
durant les onze mois suivants, sachant que le montant global de votre futur droit
dans l’intermittence dépasse de 30 % le montant global brut du reliquat qu’il
reste à percevoir au régime général ?
Payez-vous les lutins en cachet ou en chèque-emploi service ?
Bénéficiez-vous du statut d’auto-entrepreneur ?
Dépendez-vous du guichet unique ?
Les rennes sont-ils soumis au régime agricole ?
Le traîneau est-il déclaré en véhicule professionnel et déduisez vous le
picotin de vos frais ?

Dans l’attente anxieuse de votre réponse.

Bien respectueusement à vous,
Modeste Belmondo
Roubaix, le 2 décembre

Cher Monsieur NOEL PERE,

Chaque année, au mois de décembre, nous faisons le bilan de l’activité


commerciale de La Reudoute.
C’est donc en toute logique que votre nom, Monsieur NOEL, a été retenu.
En effet, vous nous témoignez votre confiance depuis 85 années et vos
récents achats ont montré votre intérêt pour nos collections. Aussi, avec l’accord
de notre Directeur Commercial, je suis heureux de vous envoyer aujourd’hui vos
Chèques Participation.
Vous allez le voir, Monsieur NOEL, ces chèques sont vraiment
exceptionnels. Ils sont valables sur toutes les collections Printemps-Été et
Automne-Hiver, même dans la boutique Jeux et Jouets que vous appréciez tant,
et vous choisissez ce qui convient le mieux à vos envies ou besoins du moment.
Croyez-moi, Monsieur NOEL, votre fidélité méritait bien une telle offre. Au
nom de toute l’équipe de La Reudoute, je vous remercie de votre confiance et je
vous laisse au plaisir de profiter de vos Chèques Participation.

Cordialement,
L’équipe La Reudoute

P.-S. : Et pour vous prouver notre reconnaissance, bénéficiez d’une offre


inédite sur la collection Printemps-Été 2021 : – 20 % sur TOUT le Sport, le Petit
Électroménager, le Gros Électroménager, l’Image & Son, le Plein Air et les
Aliments pour Rennes.
L’Océan, 3 mars 1973

Cher Monsieur Père Noël,

Je suis sur le pont de la Calypso, à 12° de longitude et 75° de latitude nord.


J’ai beau porter une parka de toile orange fourrée, je tremble de froid. Vous
excuserez mon écriture peu lisible, d’autant que je porte des moufles… Des
moufles qui sont la nouvelle vague et que vous-même m’avez offertes Noël
dernier, justement.
Je regarde passer les icebergs et cela m’a fait penser à votre traîneau. Vous
me direz que le mois de mars, c’est un peu tôt pour vous envoyer une lettre, mais
la vie de marin n’est pas tranquille. À cette heure-ci, par exemple, les hommes
d’équipage boivent, crient et chantent des chansons paillardes.
Mais revenons à ce qui motive cette lettre : j’ai besoin avec une certaine
urgence d’un nouveau bonnet rouge comme celui que je porte toujours vissé sur
la tête. Je l’ai égaré. Et ce bonnet est important pour moi. Tout le monde croit
que je suis né avec, personne ne soupçonne que c’est vous qui me l’avez offert il
y a… soixante ans ? Il va si bien avec mes pulls rayés. Si vous ouvriez mon
armoire, vous verriez des dizaines de pulls rayés. Mais votre bonnet, je ne le
trouve nulle part… Alors l’idée m’est soudain venue, comme un poisson sous la
mer, de vous en commander un autre qui lui ressemble comme deux gouttes
d’eau.
Je dois être le 28 novembre à Saint-Nazaire pour partir dans les Bermudes.
Si vous êtes dans les parages, pourriez-vous venir un peu plus tôt qu’à
l’habitude ? Vous pourriez même embarquer avec nous sur la Calypso. Vous
pourriez plonger un peu, si je trouve une combinaison à votre taille.
Bon vent !
Jacques-Yves C.
Cher Père Noël,

Je voulais vous faire la courtoisie – et je vous la fais par la présente lettre –


de vous informer que mon prochain ouvrage, intitulé Le Père Noël existe-t-il
vraiment ? (Éditions de 23 h 59) traite de votre sujet de manière potentiellement
contentieuse. J’y interroge, entre autres, vos représentations littéraires et
cinématographiques, et le rapport complexe à l’élevage des rennes qui semble
être le vôtre, mais surtout les argumentations concernant les fondements de votre
statut ontologique qui est, pour ainsi dire, douteux. Si vous n’existez pas, qui est
derrière le rideau ? Est-ce peut-être C. Auguste Dupin ? (Il va falloir attendre la
sortie du livre pour connaître mes cinq autres hypothèses !) Et si vous existez bel
et bien, à quoi bon alors vous laisser exploiter comme prétexte à pastiche par une
bande de potaches aux postiches ?
Je tiens à vous assurer que je ne vous voue aucun sentiment de malice, et
surtout que je ne vous traite même pas une seule fois d’« ordure ». La mienne est
une humble rumination nourrie par la curiosité et, pour tout avouer, un
agnosticisme pieux. Ainsi je vous adresse ce mot. N’ayant guère l’habitude
d’avoir tort, je couvre néanmoins mes paris.
Par ailleurs, je prendrais bien un Ski-Doo.

Je vous prie, cher Père Noël, d’agréer l’expression de ma sincère estime.
Pierre B.
Objet : Mise en demeure de réparer les dégâts
Lettre recommandée avec accusé de réception

Cher Monsieur Noël,

J’ai fait appel à votre entreprise afin de recevoir des cadeaux dans ma
maison, située 32, rue Montjoux, 33000 Bordeaux.
Ces cadeaux ont bien été livrés le 24 décembre dernier. Cependant, après
votre passage, j’ai pu constater que vous aviez causé des dégâts considérables
dans ma cheminée.
Je vous rappelle que, selon le Code civil (art. 1382 et 1383), vous êtes tenu
de réparer les dommages commis. Je vous demande donc de bien vouloir me
rembourser, sous huit jours, la somme engagée pour les réparations. Vous
trouverez ci-joint la facture de 1 580 euros, émise par l’artisan qui a effectué les
réparations.
Sans nouvelle de votre part sous 8 jours, je ferai appel à la justice afin de
faire valoir mes droits.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.
Lucien T., copropriétaire
Notre Père Noël
qui êtes au pôle Nord
que ton traîneau soit attelé,
que tes rennes viennent,
que ta hotte soit pleine,
de jouets par milliers.

Donne-nous au jour J notre cadeau annuel,
pardonne-nous tes cadences,
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous font patienter
et ne nous laisse pas entrer en déception,
mais livre-nous à temps (liste suit).

Amen.
Non ! Rien de rien…
Non ! Je ne commande rien…
C’est payé, balayé, oublié
Je me fous de Noël !

Avec mes vieux cadeaux
J’ai allumé le feu
Mes poupées, mes Légo
Je n’ai plus besoin d’eux !

Balayées les Barbie
Avec leurs trémolos
Balayées pour la vie
Je repars à zéro…

Non ! Rien de rien…
Non ! Je ne commande rien…
Je r’vends tout sur eBay,
Leboncoin, tout ça m’est bien égal !
Édith P.
Paris, le 9 avril

Monsieur Noël,

Nous vous remercions de nous avoir adressé votre manuscrit intitulé :



LA HOTTE, MODE D’EMPLOI

Il a été examiné avec toute l’attention qui convient par notre comité de
lecture. Celui-ci a malheureusement rendu un avis négatif quant à sa publication
car, en dépit de ses indéniables qualités, votre projet ne saurait trouver sa place
dans notre ligne éditoriale. Croyez bien que nous le regrettons.

Nous vous remercions de votre confiance et vous prions de croire, Monsieur,
à l’expression de nos sentiments distingués.
Clémence, stagiaire
p/o Le Comité éditorial
Monsieur,

Je vous prie de lire cette lettre sciemment écrite afin de contrer l’illusion
superficielle du pseudo-sacré et votre célébration spectaculaire de la forme-
marchandise.
Instrument du marché mondial devenu abondant, cœur de l’irréalité de la
société réelle, votre spectacle (dans lequel la soif de consommation se
personnifie) n’est qu’une justification totale de la trivialité quantitative.
La satisfaction que la marchandise ne peut plus donner dans l’usage en vient
à être recherchée dans l’indulgence de votre fétichisme, avec ses couleurs
fulgurantes où l’on croit reconnaître (parodie du don) une transcendance vers la
terre promise de la consommation.
Votre mise en scène spectacliste (portée par vos objets et vos rituels
dérisoires) plonge les hommes dans l’isolement luxueux des « foules solitaires ».
Et chacun de nous le sait.
Guy E. Debord
Eta Paĉjo Noël,

Mi skribas al vi en Esperanto, ĉar mi certas, ke jes.


Kiam vi malsupreniros de la ĉielo, de la ĉielo kun miloj, miloj da ludiloj, ne
forgesu mian ŝueton. Sed, antaŭ ol foriri, vi devos bone kovri vin. Vi estos tiel
malvarma ekstere, iomete pro mi. Mi ne povas atendi ĝis tagiĝo por vidi ĉu vi
alportis al mi ĉiujn belajn ludilojn, kiujn mi vidas en sonĝo kaj kiujn mi mendis
de vi.
Louis-Lazare Zamenhof
Monsieur le Père Noël,

Suite à plusieurs signalements de parents, nos services ont diligenté une


enquête sur votre comportement.
En dépit de nombreux avertissements de nos services et ceux d’Interpol,
votre traîneau continue à être souvent stationné devant les écoles, crèches,
orphelinats et autres collèges.
Nous avons d’autre part recueilli le témoignage de deux petites filles qui
assurent avoir vu voler au vent les pans de votre houppelande.
En conséquence et à titre d’avertissement, nous vous invitons fermement,
Monsieur le Père Noël, à vous tenir à l’écart des enfants.
Nous ajoutons qu’en cas de récidive nous serons amenés à poser un sabot à
vos rennes.

Croyez que nous resterons attentifs,
Le commissaire divisionnaire Janvier,
Police nationale
Gimme, gimme, gimme a gift before midnight!
Won’t you Santa help me
Chase the winter away

Gimme, gimme, gimme a present for Christmas!
Take me through the darkness
To the joy of Noël

Voulez-vous ? Voulez-vous ?
Fernando
Mon fils chéri,

J’espère que tu te plais toujours au pôle Nord et que tu te chausses


correctement. Il paraît qu’il y fait froid !

J’ai vu qu’il y avait un musée d’histoire médiévale là-bas. Vas-y si tu
trouves un moment, et si tu peux m’envoyer le catalogue de l’exposition en
cours, ça nous intéresse, ta mère et moi.

On a été contents de ta lettre du 12 décembre. Ta mère et moi, on est
vraiment heureux et fiers que tu te sois fait autant d’amis, peu importe leur taille.

Ta mère a eu un petit refroidissement, elle va mieux. Tonton Pâques s’est
fait opérer de la prostate (rien de grave). Tata Toussaint t’embrasse. Elle est
passée hier prendre le café, comme d’habitude – tu la connais –, elle nous a
apporté des chrysanthèmes.

On sait que tu travailles beaucoup en cette période, mais tu pourrais tout de
même passer nous voir. Caresse les rennes pour nous.

On t’embrasse tendrement, Maman Noël et moi.
Papa
Cher Monsieur,

Le board de UberXmas a bien reçu votre lettre et a lu avec attention vos


arguments. Rien de tout cela nous a beaucoup surpris à vrai dire : nous savons
fort bien que votre costume a été initialement conçu pour l’hiver et pensé pour
lutter contre le froid, de sorte que cela peut être « inhumain » (nous citons vos
mots) de le porter en décembre dans les pays les plus torrides de l’hémisphère
Sud, où la moyenne des températures du mois de décembre (réchauffement
climatique) a été de 39 °C au cours des dernières années.
Nous sommes ouverts à des petits changements, comme l’emploi de tissus
plus légers. Nous serions également d’accord pour reporter les passages le plus
tard possible dans la nuit, après le coucher du soleil. Votre rémunération ne sera
pas modifiée pour autant.
Il nous est impossible en revanche de répondre à votre suggestion de
remplacer vos rennes par des chameaux, et votre traîneau par une chenillette.

Bien cordialement,
Le board d’UberXmas
Cher Monsieur,

Nous vous confirmons l’intérêt de notre société Melchior, Gaspard &


Balthazar Partners pour l’acquisition des parts sociales que vous détenez dans la
société Père Noël Limited.

De ce fait, nous souhaitons vous proposer de vous les racheter pour un
montant total de 280 000 euros, soit 1 400 euros par part sociale, et d’ainsi faire
une Brand Alliance de caractère épiphanique.

Nous restons évidemment à votre disposition pour discuter de vive voix des
raisons et modalités de ce rachat si vous le désirez.

Dans l’attente de votre réponse, recevez, cher Monsieur, nos salutations les
plus distinguées.
Les Rois mages
Dis donc, Papa Noël, on était tous réunis, toute la bande habituelle, et on
s’est mis à parler de toi, vu que c’est l’époque. Alors là, chacun avait ses idées à
lui : Alceste, la bouche pleine, a dit que du moment qu’il avait des gâteaux tous
les jours et de la dinde aux marrons le 25 décembre, il n’avait pas besoin de
cadeau spécial Noël, moi j’ai répondu qu’un cadeau surprise, ça fait toujours
plaisir. Là-dessus, Agnan s’est rapproché de notre bande, et il a fait le malin en
nous disant qu’il savait quelque chose que ses parents lui avaient interdit de dire
à quiconque, mais nous on n’est pas quiconque a répondu Eudes, et Agnan a dit
que si, on faisait partie de quiconque, que quiconque nous englobait, il nous
saoulait avec ses grands airs, alors Rufus, dont le papa est policier, lui a dit
d’aller voir là-bas si il y était et que s’il ne partait pas, son papa viendrait avec
son sifflet à roulette, et Agnan, sale cafard, est parti à Yeures, alors c’était bon
débarras, d’autant qu’on peut pas lui taper dessus, à Agnan, vu qu’il a des
lunettes.
On se demandait quand même, quand il a été parti, ce qu’il aurait pu nous
apprendre sur toi, et Geoffroy nous a dit que c’était que tu avais une
motocyclette, faut dire que le papa de Geoffroy a des tas d’argent et qu’il achète
à Geoffroy tout ce qu’il veut, parce que tu ne pouvais pas distribuer tous les
cadeaux en une nuit avec un traîneau tiré par des rennes, tandis qu’avec une
grosse motocyclette c’était envisageable. Alors est-ce que c’est vrai que tu as
une grosse moto ? C’est ça qu’on voulait te demander.
Nicolas
À l’attention de Ramon Fernandez
Le Petit Ramoneur S.A.

Montjoux, le 27 décembre

Cher Monsieur,

Vous êtes intervenus pour le ramonage annuel de ma cheminée le


14 novembre dernier, je vous recontacte en raison d’un problème survenu
récemment.
Depuis quelques jours, la cheminée tire mal, et chaque fois que j’allume un
feu, un cadeau brûlé tombe dans l’âtre et ça sent un peu la viande grillée.
Je crains qu’un gros animal ne soit coincé dans le conduit.
Seriez-vous disponible dans un très bref délai ?

Merci par avance,
Jacques Marais

P.-S. : Copie à M. NOËL, Père, dernier usager de ce même conduit.


Cher Père Noël,

J’écris depuis quelque temps de petits contes de Noël. Je les aime bien,
qu’en penses-tu ?

Ernest Lassis, 8 ans, à Douai (Pas-de-Calais), n’ayant pas eu pour cadeau de


Noël le train électrique escompté, s’est défenestré. Il a depuis reçu un
fauteuil électrique à télécommande.

À Souillac (Lot), chez les Laget, une bougie a mis le feu au sapin de Noël,
puis aux cadeaux, puis au pavillon, puis à la niche du chien Choupi.

Habillé en père Noël, Anselme Joubert, 43 ans, voulut surprendre sa famille.


Il glissa du toit et de quatre étages. Par chance, sa chute fut amortie par un
tas de briques.

À Angers, la nuit du 24 décembre, le dénommé Édouard, 5 ans, eut l’idée de


sortir se soulager dans la neige. Sa mère l’a retrouvé à l’aube, les deux
jambes sectionnées par les carres d’un engin à patins.

Félix F.
Cher Monsieur,

Suite à des problèmes survenus à mon ordi et à des maladresses propres de


l’enfance, le courriel que mon mari vous a envoyé de la part de notre fils le
2 décembre dernier, intitulé « Cher Père Noël, ma liste, stp ! », comporte
quelques erreurs que vous voudrez excuser à notre fils Jean-Pascal.

Notez bien :

Paragraphe 1, ligne 1 : lire « Cher » au lieu de « Chère ».
Paragraphe 2, ligne 2 : « rennes » au lieu de « reines ».
Paragraphe 2, ligne 3 : lire « lutin » au lieu de « mutin ».
Paragraphe 2, ligne 4 : plutôt que « du cash pour mes oiseaux », « une cage
pour mes oiseaux ».
Paragraphe 3, ligne 1 : lire « boîte de Lego » au lieu de « moite de l’ego ».
Enfin, et très important, les mots finaux de la lettre ne sont pas « mes petits
saoulés » mais « mes petits souliers ».

J’espère que vous ne tiendrez pas rigueur à notre fils de 7 ans, qui nous fait
de la dyslexie.

Un grand merci et bien à vous,
Sa maman
De : serviceachat@nikea.com
À : pere-noel2000@hohohoo.org
Objet : votre achat « Trenö »

Bonjour Monsieur,

Vous nous signalez des soucis de possibles pièces manquantes pour bien
monter votre TRENÖ by NIKEA.
Je comprends bien votre exaspération face à ce problème.
J’ai vérifié auprès de notre fournisseur : il semblerait que le lot auquel
appartient votre TRENÖ présente un petit défaut de fabrication. Nous allons dès
lors renvoyer au fabricant tous les exemplaires de ce modèle.
Je vous propose donc de nous rapporter votre unité : nous vous
l’échangerons contre un autre modèle aux caractéristiques similaires – soit le
KNOXHOTT, soit le RENNEHT.
Merci de bien vouloir nous excuser pour les désagréments causés.
Je vous propose de m’avertir quand vous passerez au magasin pour
l’échange de votre traîneau.

Bien cordialement,
Ingvar Torekull,
Responsable Contrôle qualité Nikea

P.-S. : Notre service client est actuellement très sollicité. Il est possible que
plusieurs tentatives soient nécessaires avant de nous joindre par téléphone ou par
le chat. Toutes nos équipes sont mobilisées pour améliorer cette situation
rapidement.
Salut Santa Klaus,

Tu sais quoi ? Pour la Saint-Nicolas, on voudrait avoir cinq ou six trucs :


• un train (loco, transfo)
• trois Simca 1000
• un avion Airbus
• un sous-marin blanc
• un robot Star Wars
• du bon chocolat, blanc ou noir pour moi. Ah, du vin ou du tabac pour papa
• un autobus qui aurait un logo S sur son flanc

Gargas Parac
Cher Monsieur Noël,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que votre candidature pour le


concours de sosies d’Ernest Hemingway a bien été retenue pour la finale
européenne. Cela fait de vous le neuvième candidat illustre, après Karl Marx,
Leon Tolstoï et Georges Moustaki, entre autres.

Vous êtes donc invité à nous rejoindre samedi 20 mars 2021 au Harold Café.

Les deux doubles choisis par notre jury voyageront à Colorado, USA, pour
la grande finale mondiale, dimanche 6 juin 2021.

Bien à vous,
Le Hem Club
Cher Père Noël,

Peux-tu m’aider à résoudre ces quelques problèmes, que nous a donnés M.


Chaminade, notre prof de maths ? Je suis limite et je ne peux pas me permettre
une sale note. À mon avis, pour toi, c’est très simple.
Donc :
« 1/ Sachant qu’un conduit de cheminée fait 65,83 centimètres de
circonférence, quel est son diamètre ?
2/ Est-il possible de faire passer dans ce conduit un cadeau
parallélépipédique 30x40x13, comme indiqué sur la figure 2 ? (je te joins
la figure)
3/ Quelle est la surface minimale du papier cadeau de ce parallélépipède,
exprimée en millimètres carrés ?
4/ Un motif de sapins est imprimé sur ce papier à raison de 29 sapins par
mètre carré, combien voit-on de sapins sur la plus grande face du
parallélépipède ? »

C’est pour lundi.



Merci vraiment beaucoup,

Simon, 5e L
Cher Père Noël,

Je t’écris de notre nouvelle maison, un appartement au troisième étage d’un


immeuble modeste, au coin de la rue Ordener et de la rue Duhesme. Nous
n’avons plus de cheminée, mais un chauffage central au gaz et des radiateurs
sans charme, en métal peint, où la poussière se dépose. Il m’arrive de penser à
toi, en marchant sur le trottoir du boulevard Ornano, où la boutique de jouets du
7 bis a disparu : à sa place s’est installé un magasin de vêtements pour dames. Si
je t’écris, c’est que dans un tiroir de mon petit bureau, j’ai retrouvé une lettre
jaunie de l’année dernière, déchirée d’un calepin Le Dauphin, et remisée là, une
liste de cadeaux que je ne t’ai jamais envoyée. T’écrire a toujours été une
insatisfaction, comme la preuve d’une jeunesse perdue ; et je me rends compte, à
sa relecture, que mes désirs ont peu changé, que je pourrais recopier la liste sans
rien y modifier :

– une voiture Citroën DS Majorette, avec les portes qui s’ouvrent ;


– un carnet noir Clairefontaine ;
– un crayon noir Caran d’Ache HB ;
– un souvenir pour plus tard.

Bien à toi,
Patrick M.
Cher Père Noël,

Voilà que je suis obligée de t’écrire sur papier et au stylo… Je t’ai googlé.
Rien. Pas d’adresse mail, pas de site web, de blog, pas de compte Facebook,
Twitter, Instagram, même pas sur WhatsApp ou Telegram ? Si je tape ton nom
sur Google Images je tombe sur Gérard Jugnot. Par contre, tu as une hitlist de
ouf. Avec un peu de travail, tu pourrais entrer dans le top 10 des influenceurs.

Mon conseil :

• Segmente ton public en deux trends : « trip/lifestyle » et « art et culture ».


• Ce step t’offrira une communauté ciblée, et tu augmenteras ton impact
auprès d’une audience CSP + et ++.
• Un benchmarking qualité te donnera un contenu riche à partager avec ta
communauté Insta.
• Publie du contenu innovant, spécifique pour acquérir des followers autour
de ton cœur d’activité. C’est le secret de la réussite d’une stratégie
Inbound Marketing.
• Mais surtout, modernise la supply chain. L’artisanat, c’est fini. Recevoir
les lettres, les ouvrir, les classer, trouver les cadeaux, les empaqueter, les
apporter à la bonne destination… ce n’est plus possible. Le lean
management, c’est la base. Tu gagneras en efficacité et tu amélioreras tes
KPI.

Alors, ça te tente ? Discutons-en.


Alexa
Cher Père Noël,

Il y a longtemps que je vous observe, que je vous vois chaque année préparer
pendant des jours et des jours votre tournée. Je vois les paquets qui s’accumulent
sur votre traîneau, et je pense à tous mes frères qui, au moment voulu, tireront
votre attelage. Je les connais tous par leur nom, et je sais ce que chacun
représente. Ils étaient d’abord huit : Éclair qui apporte la lumière, Cupidon qui
apporte l’amour, Comète, qui apporte le bonheur, Danseuse qui apporte la grâce,
Tornade, qui apporte la vitesse, Tonnerre, qui apporte la force, Furie, qui apporte
la puissance, Fringante, qui apporte Force et Beauté. Je sais aussi qu’un 9e est
apparu plus tard, Rudolph, et qu’il a pour fonction, grâce à son nez rouge
lumineux, de guider l’attelage dans la nuit, la neige et le mauvais temps. Mon
rêve, depuis le premier jour où je vous ai vus tous à l’œuvre, est d’être le
dixième de cette glorieuse troupe.
Je vous demande donc de bien vouloir examiner ma candidature avec la
bienveillance qui est la vôtre, universellement reconnue et célébrée. Dix est un
chiffre rond, et j’aurai pour tâche d’apporter une denrée bien nécessaire à
distribuer dans le monde comme il va : le respect.

Votre très dévouée,
Galante
Cher PÈre NoË~l, mon cochon amateur,

Nous t’avons archivÉ regardant la site du pornographie liberlutins.com.


Tu avais l’allure de tenir ton pied en te mastiquant ta vite. Nous avons un
clip de film de celui-ci.
En voguant à notre site du Web des adultes, ta computer a tÉlÉchargÉ notre
microbe informatique. HÉlas pour toit !.…
Ce microbe anime ton webcam d’automatisme et recopie les Émails de
toutes rÉseaux à ton relais communs d’amis.
Si vous ne veux pas que je communique la clip de film à vos proches
d’amitiÉs, rennes ou toutes personnels elfiques, et qu’il ne soit pas à la vision
par des affiches les plus rÉputÉs dans le web, je peux proposer la conclusion
suivante à cette question Épinard.
Vous expÉdiez un cadeau de bitcoins à ma petite soulier Électronique pour
ma compte :
T&BTAJT&NRV-taKPI&100&Q1!7AC
Du moment de que je reçois le jouet par milliers, nous cancellons tous
documents de compromission à vous, et vous ne verrez dire de moi dans votre
vie.
Au contrariÉ, si je ne touche pas à vos cadeaux dans le soulier avant minuit,
derriÈre l’imite, je vais prÉsenter toutes vos vidÉos honteuses de votre figure Ã
toutes humains du monde.

P.-S. : Inutile de l’appel à la pouce nationale : cet Émail est temporel.


Cher Père Schtroumpf,

J’ai été très schtroumpf cette année, et Maman m’a dit de vous schtroumpfer
pour mes cadeaux de Schtroumpf. Alors, j’ai bien schtroumpfé, et ce qui me
ferait vraiment plaisir, ce serait un schtroumpf, mais pas un schtroumpf comme
celui de l’année dernière, je suis trop schtroumpf maintenant pour ça. Non,
plutôt un électrique.
Et puis, si ce n’est pas trop vous demander, j’aimerais bien aussi une
schtroumpfe, mais il y a plein de modèles et je ne sais pas laquelle est la plus
schtroumpf : disons pas trop schtroumpf que je puisse la schtroumpfer.
Je vous embrasse, je vous schtroumpfe d’avance et à bientôt. J’ai déjà mis
mes schtroumpfs en bas de la schtroumpf, je suis tellement impatient.
Un petit Schtroumpf bien schtroumpf
Mon cher Père Noël, canon de l’orthodoxe,
Toi qui es rituel et constitutionnel,
Sous la nuit de décembre, au son du paradoxe,
Je suis chez moi : j’attends ton divin carrousel.

Aboli colibri qui me bat et me boxe,
Je suis de toi le fan inconditionnel.
Je bondis, je vrombis, bien semblable au stomoxe,
Toi dans l’ubiquité, multidimensionnel.

Tu es l’offrande même, et dans ton escarcelle,
Surgissent les présents, au son du violoncelle.
Dessous le sapin, au salon vide : nul ptox.

Ce soir quand tu seras dedans ma citadelle,
Au feu réchauffe-toi en prenant un Viandox :
Je te chanterai là certaine pastourelle.
Stéphane M.
– Bienvenue sur le serveur vocal de « Lettres au Père Noël » ! Si vous êtes
une petite fille dite « fille » ! Si vous êtes un petit garçon, dites « garçon »…
– Açon !
– Si votre appel concerne une livraison, dites « livraison » ! Si votre appel
concerne une commande, dites « commande ». S’il s’agit d…
– Nomande !
– Désolé, nous n’avons pas compris votre message. Pour passer une nouvelle
commande, dites « nouvelle » ! Pour modifier une commande passée
précédemment, dites « passée précédemment » ! Si vous ignorez compl…
– Déssé rédamant.
– Désolé, nous n’avons pas compris votre message, veuillez rép…
– DÉS-SÉ RÉ-DA-MANT !
– Veuillez taper les 21 caractères de votre numéro de commande inscrit sur
le bon de…
– éæø<µ@≤ß∞®Ç†$¶§ŸåÁ
– Bonjour M. Maël, 3 ans et demi. Quel article désirez-vous modifier ? Par
exemple, s’il s’agit d’une mortaiseuse à bédane, dites « mortaiseuse à bédane » !
C’est à vous !
– Nounouss enfluche !
– Désolé, nous n’avons pas compris votre message, veuil…
– NOU-NOUSS EN-FLU-CHE !
– Désolé, nous n’avons pas trouvé de moumoute-fanfreluche dans votre
commande. Pour être mis en relation avec un lutin, dites « lutin » !
– UTIN !
– Tous nos lutins sont actuellement en ligne. Votre temps d’attente est
estimé à 365 jours.
La pensée moderne a réalisé un progrès considérable en réduisant Noël aux
cadeaux qui le manifestent. On visait par là à supprimer les Pères Noël qui
encombraient la festivité par le monisme du divertissement. Y est-on parvenu ?
Il est certain qu’on s’est débarrassé de ce « Père Noël » qui oppose dans Noël le
merveilleux à l’ordinaire. Il n’y a plus d’ordinaire de Noël, si l’on entend par là
une peau superficielle qui dissimulerait aux regards la véritable nature de l’objet.
Et cette véritable nature, à son tour, si elle doit être le petit soulier secret de la
chose, qu’on peut pressentir mais jamais atteindre parce qu’elle est
« merveilleuse » à l’objet considéré, n’existe pas non plus. Les cadeaux qui
manifestent Noël ne sont ni merveilleux ni ordinaires : ils renvoient tous à
d’autres cadeaux et aucun d’eux n’est privilégié. Le nounours, par exemple,
n’est pas un conatus métaphysique et d’espèce inconnue qui se masquerait
derrière ses effets (calins, doudous, etc.) : il est l’ensemble de ces effets. Aucune
de ces actions ne suffit à le révéler, aucune n’indique rien qui soit derrière lui,
elle indique elle-même et la série totale. Le sapin de Noël renvoie à la série
totale des sapins de Noël et non à un réel caché qui aurait drainé pour lui toute la
guirlande de Noël. Il n’est pas/plus une manifestation inconsistante de cette
guirlande. Tant qu’on a pu croire aux petits souliers nouménaux, on a présenté le
sapin de Noël comme un négatif pur. C’était « ce qui n’est pas la guirlande » ;
elle n’était autre qu’illusion. Cette guirlande même était un faux-semblant. La
difficulté la plus grande que l’on pouvait rencontrer, c’était de maintenir assez
de cohésion au sapin pour qu’elle ne se résorbe pas d’elle-même au sein de la
guirlande non phénoménale.
Jean-Paul S.
Mon cher PN,

Au cours de sa réunion mensuelle ordinaire du mardi 27 novembre 2020,


l’Ouvroir a décidé de te coopter.
Ceci implique un engagement assez long puisque la qualité d’oulipien ne se
perd pas et que « Oulipien un jour, oulipien toujours ».
Cette élection te donne la possibilité de te revendiquer oulipien, de participer
à toutes les réunions ordinaires et extraordinaires, privées ou publiques, de
l’Ouvroir. Ceci selon tes disponibilités et tes désirs. Tu pourras également
publier dans la « Bibliothèque oulipienne » et participer aux ouvrages collectifs
de l’Oulipo.
Je te félicite et je nous félicite de cette décision.
J’espère très vivement ton accord.

Bien oulipiennement à toi,
Le Président
L’OuLiPo (Ouvroir de littérature potentielle) est un groupe de travail
littéraire s’intéressant à l’écriture sous contraintes, sous toutes ses formes. Fondé
en 1960 par François Le Lionnais et Raymond Queneau, il coopte ses membres à
l’unanimité, et en compte quarante-et-un au 23 novembre 2020, qui sont :
Noël Arnaud†, Michèle Audin, Valérie Beaudouin, Marcel Bénabou,
Jacques Bens†, Claude Berge†, Eduardo Berti, André Blavier†, Paul Braffort†,
Italo Calvino†, François Caradec†, Bernard Cerquiglini, Ross Chambers†,
Stanley Chapman†, Marcel Duchamp†, Jacques Duchateau†, Luc Étienne†,
Frédéric Forte, Paul Fournel, Anne F. Garréta, Michelle Grangaud, Jacques
Jouet, Latis†, Étienne Lécroart, François Le Lionnais†, Jean Lescure†, Hervé
Le Tellier, Daniel Levin Becker, Pablo Martín Sánchez, Harry Mathews†,
Clémentine Mélois, Michèle Métail, Ian Monk, Oskar Pastior†, Georges Perec†,
Raymond Queneau†, Jean Queval†, Pierre Rosenstiehl, Jacques Roubaud,
Olivier Salon, Albert-Marie Schmidt†.


† Certains membres sont excusés pour cause de décès.
TABLE

Identité

Copyright

Couverture

Exergues

Préface

Notes préparatoires à ma lettre au Père Noël

Momo de La Vie devant soi

Le corbeau

Greta Thunberg

La CAF

Christine Angot

Erwin Shrödinger

Amnesty International

Ulysse

Francis Ponge

Service clients Orenoq

Le petit Robert
Roland Barthes

Chaîne de chance

Charles de Gaulle

Bonnie & Clyde

Marguerite Duras

Chuck Norris

Pierre Dac

René Magritte

Edward Lear

Raymond Queneau

Syndicat interpolaire des lutins

Jacques Prévert

Bashô

La petite fille qui a grandi

Ghérasim Luca

Superboy

Mademoiselle de Sévigné

La maîtresse du Père Noël

Jean-Claude Van Damme

Warner Records

Italo Calvino

Gabriel.le

Saint Nicolas

Blaise Pascal
Ministre de la Parité

L'arnaqueur du web

Ludwig Wittgenstein

Brigitte Bardot

La psychologue scolaire

A. Dages

Soulages

Sherlock Holmes

Avis de contravention

Donald Trump

Georges Perec

L'intermittent du spectacle

Service clients La Reudoute

Jacques-Yves Cousteau

Pierre Bayard

Mise en demeure

Le plagiaire

Édith Piaf

Le comité éditorial

Guy Debord

L'espérantiste

La demande de rançon

Le commissaire divisionnaire

Le fan d'ABBA
Grand-Père Noël

Le poète typographe

UberXmas

Les Rois mages

Le petit Nicolas

Le copropriétaire

Félix Fénéon

Errata

Le fabricant de meubles suédois

Gargas Parac

Le Hem Club

Le collégien

Patrick Modiano

La community manager

La candidature

Le spam

Le petit Schtroumpf

Stéphane Mallarmé

L'usager du serveur vocal

L'être (au Père Noël) et le néant

L'Oulipo

Du même auteur
DU MÊME AUTEUR
(œuvres collectives)

La Littérature potentielle, Paris, Gallimard, « Idées », 1973 ; rééd.


« Folio Essais », 1988.
Atlas de littérature potentielle, Paris, Gallimard, « Idées », 1981 ;
rééd. « Folio Essais », 1988.
Abrégé de littérature potentielle, Paris, Mille et Une Nuits, 2002.
Moments oulipiens, Paris, Le Castor astral, 2002.
Maudits, Paris, Mille et Une Nuits, 2003.
Genèse de l’Oulipo, 1960-1963, Paris, Le Castor astral, 2006.
Pièces détachées, Paris, Mille et Une Nuits, 2007.
Anthologie de l’Oulipo, Paris, Gallimard, « Poésie », 2009.
C’est un métier d’homme, Paris, Mille et Une Nuits, 2010.
Le Petit Oulipo, Paris, Rue du Monde, 2010.
L’Oulipo court les rues (de Paris), Paris, P.O.L, 2012.
Le Voyage d’hiver & ses suites, Paris, Seuil, 2013.
L’Abécédaire provisoirement définitif, Paris, Larousse, 2014.
Paris-Math, Paris, Cassini, 2018.
On n’y échappe pas, Paris, Fayard, 2020, poursuite d’un manuscrit
inachevé de Boris Vian.