Vous êtes sur la page 1sur 31

Section 1 

: Les systèmes d’information :

1. Définition et enjeux :

Selon Souhila Kheira Boukssessa (2017), Un système d’information constituera dans un


premier lieu l’ensemble des procédures qui permettent la gestion de l’information dans une
organisation. Pour remplir son rôle, le système d’information utilise plusieurs outils dont la
comptabilité.
Le système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources qui permet de
collecter, stocker, traiter et distribuer de l'information, en général grâce à un réseau
d'ordinateurs. Il s'agit d'un système socio-technique composé de deux sous-systèmes, l'un
social et l'autre technique. Le sous-système social est composé de la structure
organisationnelle et des personnes liées au SI. Le sous-système technique est composé des
technologies (hardware, software et équipements de télécommunication) et des processus
d'affaires concernés par le SI.
Selon R.Reix «Un système d’information est un ensemble organisé de ressources: matériel,
logiciel, personnel, données, procédures, permettant d’acquérir, traiter, stocker,
communiquer des informations (sous forme de données, textes, images, sons…) dans les
organisations. »
« Un S.I est un réseau complexe de relations structurées où interviennent hommes, machines
et procédures qui a pour but d’engendrer des flux ordonnés d’informations pertinentes
provenant de différentes sources et destinées à servir de base aux décisions » selon Hugues
Angot.
Ces capacités de traitement de volumes importants de données, d'inter-connexion de sites ou
d'opérateurs géographiquement éloignés, expliquent qu'elles sont, aujourd'hui, largement
utilisées (par exemple, dans les activités logistiques) pour traiter et répartir l'information en
temps réel, en lieu et place des moyens classiques manuels, plus lents, tels que
les formulaires sur papier et le téléphone.
Ces capacités de traitement sont également fortement appréciées par le fait qu'elles
renforcent le caractère « systémique » des données et traitements réalisés : la cohérence et la
consolidation des activités lorsqu'elle est recherchée et bien conçue permet d'accroître la
qualité du contrôle interne de la gestion des organisations, même lorsque celles-ci sont
déconcentrées ou décentralisées.
Le système d'information est le véhicule des entités de l'organisation. Sa structure est
constituée de l'ensemble des ressources (le personnel, le matériel, les logiciels, les
procédures) organisées pour : collecter, stocker, traiter et communiquer les informations. Le
système d'information coordonne, grâce à la structuration des échanges, les activités de
l'organisation et lui permet ainsi, d'atteindre ses objectifs.
Un système d'information se construit à partir de l'analyse des processus « métier » de
l'organisation et de leurs interactions/interrelations, et non simplement autour de solutions
informatiques plus ou moins standardisées par le marché. Le système d'information doit
réaliser l'alignement stratégique de la stratégie d'entreprise par un management spécifique.
La gouvernance des systèmes d'information ou gouvernance informatique (IT gouvernance)
renvoie aux moyens de gestion et de régulation des systèmes d'information mis en place
dans une organisation en vue d'atteindre ses objectifs3. À ce titre, la gouvernance du SI fait
partie intégrante de la gouvernance de l'organisation. Les méthodes ITIL (IT infrastructure
library) et COBIT sont par exemple, des supports permettant de mettre un SI sous contrôle
et de le faire évoluer en fonction de la stratégie de l'organisation.

2. Composition d'un système d'information d'entreprise :

A- Composition classique :

Dans les œuvres des années 1980-1990, la composition « classique » des systèmes de
l'information d'une entreprise était comme une pyramide des systèmes d'information qui
reflétait la hiérarchie de l'entreprise.

Les systèmes qui traitent les transactions fondamentales (TPS) au fond de la pyramide, suivis
par les systèmes pour la gestion de l'information (MIS), et après les systèmes de soutien des
décisions (DSS) et se terminant par les systèmes d'information utilisés par la direction la plus
supérieure (EIS), au sommet.

Bien que le modèle pyramidal reste utile, un certain nombre de nouvelles technologies ont
été développées et certaines nouvelles catégories de systèmes d'information sont apparues et
ne correspondent plus aux différentes parties du modèle pyramidal.
Figure1 : Pyramide des systèmes d'information qui reflétait la hiérarchie de l'entreprise

B- Composition actuelle :
Dans un système d'information d'une grande entreprise, on trouve :
 un ERP - Enterprise Resource planning (en français : PGI pour progiciel de gestion
intégré) - qui intègre théoriquement tous les systèmes informatisés transactionnels
dont les modalités de fonctionnement sont désormais bien connues des informaticiens
et des hommes de l'Art de chaque métier. Les ERP permettant de soutenir le
fonctionnement de l'entreprise ;
 des systèmes dits « intégrés métiers » ou « verticalisés », qui sont des progiciels
métiers, et qui couvrent aussi bien le front-office, que le middle, puis le back-office et
qui ne sont pas de conception maison, mais ont été bâtis par un éditeur spécialisé sur
un métier et dont les modes de fonctionnement logiciels correspondent aux meilleures
pratiques constatées à un moment donné chez les plus performant dans leur secteur
d'excellence ;
 des systèmes restants appelés « spécifiques » (ou encore : non standards, de
conception « maison », développés sur mesure, introuvables sur le marché, etc.), où
sont rencontrées davantage d'applications dans les domaines du calcul de coûts, de la
facturation, de l'aide à la production, ou de fonctions annexes.

La proportion entre ERP et systèmes spécifiques est très variable d'une entreprise à l'autre.

L'urbanisation traite de la cartographie des systèmes de l'entreprise et donc de la manière


d'organiser son système d'information pour parvenir à le faire évoluer de manière
prévisionnelle, en accord avec la stratégie générale de l'entreprise. La stratégie de
l'entreprise est menée par la direction générale et l'urbanisation permet de mener
l'alignement du SI sur la stratégie. Dans les ERP, on trouve des modules couvrant différents
domaines d'activité (comme la gestion de la production, la gestion de la relation
commerciale avec la clientèle, la gestion des ressources humaines, la comptabilité, la
finance, les fusions, les intégrations comptables d'acquisitions récentes, etc.) autour d'une
base de données commune et unifiée.

Il est fréquent qu'une entreprise soit équipée de plusieurs progiciels différents selon ses
domaines d'activité. Dans ce cas, les progiciels ne sont pas totalement intégrés comme dans
un PGI, mais interfacés entre eux, ainsi qu'avec des applications spécifiques. On trouvera
par exemple, des applications de :

 gestion de la relation client (GRC, ou CRM pour customer relationship management) :


regroupe toutes les fonctions permettant d'intégrer les clients dans le système
d'information de l'entreprise.
 gestion de la relation étendue (XRM pour extended relationship management) :
système d'information d'entreprise, imaginé par Nelis XRM en 2005, dont les
processus relationnels constituent le socle de l'organisation de l'information.
 gestion de la chaîne logistique (GCL, ou SCM pour supply chain management) :
regroupe toutes les fonctions permettant d'intégrer les fournisseurs et la logistique au
système d'information de l'entreprise
 Système d'information des ressources humaines (SIRH) pour la gestion des ressources
humaines (GRH), ou HRM pour human resource management.
 Système de gestion de données techniques (SGDT), ou PDM pour product data
management : fonctions d'aide au stockage et à la gestion des données techniques.
Surtout utilisé par les bureaux d'études. En fait le PDM est l'évolution de la fonction
SGDT, jusqu'à de nouvelle manière de gérer le cycle de vie des données.
 Gestion du cycle de vie du produit (ou PLM pour product lifecycle management :
notion qui comprend en plus du PDM, la conception et l'aide à l'innovation, ainsi que
la fin de vie du produit, donc son recyclage).

D'autres composants peuvent être inclus dans un système d'information pour offrir des
caractéristiques techniques ou des fonctionnalités spécifiques :

 Applications métiers,
 Bases de données de l'entreprise,
 Contrôle d'accès,
 Dispositifs de sécurité,
 Infrastructure réseau,
 Postes de travail informatique,
 Accès aux réseaux Internet, intranet ou extranet,
 Serveurs d'application,
 Serveurs de données et systèmes de stockage,
 Système de paiement électronique,
 Système de sécurité (protection et chiffrement),
 Outils de groupware, agendas, espace de partage de documents, échange
d'informations (forums électroniques), gestion de contacts, conférence électronique
(chat, vidéoconférence).

3. Les fonctions du système d’information :

Il existe 4 fonctions du SI :


Figure2  : Les 4 fonctions du système d’information

A- La collecte de l’information :
Pour toute organisation, l’information est précieuse et indispensable pour sa pérennité. On le
verra plus en détail, mais elle permet à l'organisation de prendre des décisions,
de surveiller et piloter son activité et même de créer de la valeur.

La collecte d’information du SI c’est donc recueillir l’information, puis la saisir, c’est-à-dire la faire
entrer dans le SI. On peut dire que la collecte d’information, c’est le fait d’enregistrer l’information
afin de procéder à son traitement. L’information ainsi recueillie va généralement être décomposée de
façon structurée afin d’en faciliter le stockage et le(s) traitement(s) ultérieur(s).

Il n’en reste pas moins que l’information est coûteuse car sa saisie nécessite, en règle
générale, une intervention humaine donc coûteuse pour l’entreprise.

B- La mémorisation de l’information :
Une fois collectée et saisie, l'information doit être stockée de manière durable,
stable et sécurisée afin de pouvoir être ultérieurement utilisée ou tout simplement pour
répondre à des obligations légales.

C’est ce que fait votre opérateur téléphonique lorsque vous recevez ou passez des appels.
Chaque appel est horodaté et consigné dans une base de données. Cela permet d’établir vos
factures détaillées, mais aussi de transmettre vos relevés d’appels lorsque la justice l’exige.
Pour organiser le stockage de l’information, des moyens techniques et organisationnels sont
mis en œuvrecomme les méthodes d’archivage, des techniques
de sauvegarde, de protection contre le piratage ou encore des méthodes pour prévenir
la destruction de données. Comme l’information est précieuse, il est impératif que les SI
sécurisent bien ces informations.

C- Traiter l’information :
Une fois que l’information a été collectée et stockée, elle est disponible pour traitement.

Le traitement de l’information consiste à produire de nouvelles informations à partir


d’informations existantes grâce à des programmes informatiques ou des opérations
manuelles.

Par exemple, il vous arrive d’appeler de temps à autre une hotline, lorsque vous avez un
problème avec votre accès Internet. Dans la plupart des cas, on vous demande d’interagir
avec le système avec des réponses basiques à des questions comme « OUI » ou « NON ».

C’est un exemple de traitement. On utilise la reconnaissance vocale pour récolter vos


réponses et produire ainsi de nouvelles informations.

D- Diffuser l’information :
Quel que soit son origine ou ce qu’elle représente, une information n’a de valeur que si elle
est communiquée aux bons destinataires, au bon moment et sous une forme directement
exploitable.

Prenons votre facture téléphonique. Tous les mois, vous recevez au format électronique ou
par courrier, un relevé de vos communications téléphoniques ainsi que le coût de chacun de
vos appels et le montant total que vous devez à votre opérateur. Cette facture est
un support de diffusion de l’information.
Section 2 : Le système d'information comptable et financier :

Selon Souhila Kheira BOUKSSESSA (2017), Le système comptable financier n’impose pas
un modèle standard et unique pour la présentation des états financiers, mais un minimum
d’informations à présenter dans ces états.

Le système d’information comptable et financier d’une entreprise regroupe un ensemble


organisé des ressources permettant d’acquérir, de traiter de stocker et de communiquer des
informations financières sous différentes formes dans les organisations. Le système
comptable est devenu une pièce maîtresse du système d’information de l’entreprise, il assure
en effet un rôle fédérateur en garantissant la cohérence des informations de gestion à usage
interne et externe, son efficacité dépend aujourd’hui de la performance de ses applications
informatiques. Le système d’information comptable est un système central alimenté pour les
systèmes amont, collecteurs des données primaires de chaque cycle d’exploitation. En aval,
le système de pilotage communique avec le système d’information pour canaliser les
données entrant dans le processus de prise de décision. Cette vision des systèmes est
particulièrement intéressante dans la mesure où elle est facilement transposable au domaine
de la gestion et de la comptabilité.

Dans tous les types d’entreprises, la nécessité de disposer de comptabilité fiable et


performante apparaît comme une évidence alors que sa mise en œuvre n’est pas une affaire
toujours très aisée.

1. La science de l'information dans le système de gestion :

Il faut noter que l'exigence principale qui précède tout système d'information est
d'apprécier dûment et précisément tous les facteurs de décision au sein d'une organisation, la
plupart des spécialistes acceptent l'activité de création de systèmes d'information en termes
d'utilisation de la technique informatique à deux fins :

 L'utilisation d'ordinateurs comme instruments de travail dans l'activité pour étayer les
décisions.
 L’utilisation d’équipements informatiques comme instruments de travail au sein des
composants des systèmes d’information.
La première position se caractérise par l'existence de produits logiciels spécialisés dans
l'analyse des alternatives de décision afin de trouver la décision la plus appropriée pour
l'organisation, lors de leur adoption.

Par contre, La seconde position vise à développer des applications commerciales de


traitement de données au niveau de l'activité ou du groupe d'activités au sein de l'entreprise.
La mise en œuvre de ces applications a conduit à l'entrée du terme « système d'information /
sous-système de gestion.

Le système d’information comptable et financière est conçu pour enregistrer et contrôler les
activités et les actifs de l’organisation, et il traite automatiquement les données manipulées
au sein de l’organisation.

1.1. La Fonction Comptable :

La fonction comptable gère la ressource d'information financière de l'entreprise. Cette


fonction joue deux rôles fondamentaux dans le traitement des transactions. Primo, la
comptabilité capture les effets financiers des transactions de l’entreprise.

A savoir, le mouvement des matières premières de l'entrepôt à la production, les expéditions


des produits finis aux clients, les flux de trésorerie vers l'entreprise, les dépôts à la banque,
l'acquisition de stocks et le règlement des obligations financières.

La fonction comptable distribue les informations de transaction au personnel des opérations.


Les activités comptables qui contribuent directement aux opérations commerciales
comprennent le contrôle des stocks, la comptabilité analytique, la paie, les comptes
fournisseurs, les comptes clients, la facturation, la comptabilité des immobilisations, et le
grand livre général.

En effet, Il faut conserver une vision large de la comptabilité pour comprendre son rôle
fonctionnel dans l'organisation.

1.2. La valeur de l'information :

La valeur de l'information pour un utilisateur est déterminée par sa fiabilité. Cependant les
informations doivent se caractériser par : la pertinence, l’exactitude, exhaustivité,
récapitulation et actualité. Lorsque ces attributs sont présents, les informations sont fiables et
fournissent une valeur à l'utilisateur. Si les informations sont peu fiables cela peut conduire à
des décisions dysfonctionnelles.

Donnant l’exemple d’un responsable marketing a signé un contrat avec un client pour
fournir une grande quantité de produit pour une date limite. Il a pris cette décision en se
basant sur les informations au niveau des stocks de produits finis. Cependant, si les
informations étaient incorrectes. Les niveaux d'inventaire réels du produit étaient
insuffisants pour satisfaire la commande et les quantités nécessaires n'ont pas pu être
fabriquées dans les délais. Le non-respect des termes du contrat peut entraîner des litiges.

Cette mauvaise décision est le résultat d'informations erronées. Des décisions efficaces
nécessitent des informations avec un haut degré de fiabilité.

1.3. Indépendance comptable :

La fiabilité de l'information repose en grande partie sur le concept d'indépendance


comptable. En termes simples, les activités comptables doivent être séparées et
indépendantes des domaines fonctionnels qui assurent la garde des

La fonction finance gère les ressources financières de l'entreprise à travers les activités
bancaires et de trésorerie, gestion de portefeuille, évaluation du crédit, décaissements et
encaissements.

En raison de la nature cyclique des affaires, de nombreuses entreprises oscillent entre des
positions de fonds excédentaires et des déficits de trésorerie. En réponse à ces les modèles
de flux de trésorerie, les planificateurs financiers recherchent des investissements lucratifs
dans des actions et d'autres actifs et des lignes à faible coût de crédit auprès des banques. La
fonction financière gère également les flux quotidiens de liquidités entrant et sortant de
l'entreprise.

1.4. Comptables comme utilisateurs :

Dans la plupart des organisations, la fonction comptable est le plus grand utilisateur de
l'informatique. Tous les systèmes qui traitent les transactions financières ont un impact sur la
fonction comptable d'une manière ou d'une autre. En tant qu'utilisateurs finaux, les
comptables doivent fournir Une image claire de leurs besoins aux professionnels qui
conçoivent leurs systèmes. Par exemple, le comptable doit spécifier les règles et techniques
comptables à utiliser, les exigences de contrôle interne et les algorithmes spéciaux tels que
les modèles d'amortissement.

La participation du comptable au développement des systèmes doit être active plutôt que
passif. La principale cause d'erreurs de conception qui entraînent une défaillance du système
est l'absence d'implication des utilisateurs.

2. Technologie de l'information et systèmes d'information :

La technologie de l’information désigne au sens large est l'ensemble des systèmes


informatiques utilisés par une organisation. La technologie de l'information fait référence au
côté technologique d'un système d'information. Il comprend le matériel, les logiciels, les
bases de données, les réseaux et autres appareils électroniques. Il peut être considéré comme
un sous-système d'un système d'information. Le terme technologie de l'information est
également utilisé de manière interchangeable avec le système d'information.

2.1. Systèmes et sous-systèmes :

Un système est un ensemble d'éléments interdépendants qui, ensemble, accomplissent des


objectifs spécifiques. Le système doit avoir une organisation, des interrelations, une
intégration et des objectifs centraux.

Le terme informatique dans son sens le plus large est utilisé pour décrire l'ensemble des
systèmes d'information d'une organisation, leurs utilisateurs et la direction qui les supervise.

Un rôle majeur de l'informatique est de faciliter les activités et les processus


organisationnels. Ce rôle deviendra plus important avec le temps. Par conséquent, il est
nécessaire que chaque gestionnaire et membre du personnel professionnel se familiarise
avec l'informatique non seulement dans son domaine de spécialisation, mais également dans
toute l'organisation et dans des contextes inter-organisationnels.

Le système d'information de comptabilité financière fournit aux gestionnaires les


informations de comptabilité financière sur lesquelles repose l'élaboration de plans
d'affaires, la formulation des politiques et le contrôle des activités au sein de l'organisation,
le système a pour but de répondre aux exigences juridiques externes et aux normes
comptables.
Pour bénéficier d'un système d'information comptable fiable, il est nécessaire de satisfaire
les conditions qui garanties l'équité et la viabilité de l’information à savoir la réalité, la
polyvalence, la concision, la capacité de synthèse, l’opportunité, l’opérabilité, la précision et
la sécurité l’efficacité et bien évidement élimine les déficiences majeures du système en
exploitation tel que la distorsion, le filtrage et la redondance des informations.

2.2. Fonctions d'un système d'information comptable :

Les systèmes d'information comptable disposent de trois fonctions basiques :

 La première fonction d’un SIC est la collecte et le stockage efficace et efficient des
données financières d’une organisation, à cet égard, l’obtention des données de
transaction à l’aide des documents sources ensuite vient l’enregistrement des
transactions dans des journaux puis l’enregistrement des données des journaux dans
les grands livres.
 La deuxième fonction d'un SIC est de fournir des informations utiles pour la prise de
décisions, à savoir la production de rapports de gestion et d'états financiers.
 La troisième fonction d'un SIC est de contrôler l’enregistrement afin traiter avec
précision les données.

2.3. Les parties d'un système d'information comptable :

Un système d'information comptable comprend six parties de base :

 Les utilisateurs du système : les comptables, les gestionnaires et les analystes


commerciaux
 La procédure et les instructions par lesquels les données sont collectées, stockées,
extraites et traitées
 Données comprenant toutes les informations qui entrent dans un SIC
 Le logiciel se compose de programmes informatiques utilisés pour le traitement des
données
 L'infrastructure des technologies de l'information comprend tout le matériel utilisé
pour faire fonctionner l’SIC.
2.4. La fiabilité des systèmes d'information comptable :

Étant donné qu'un SIC stocke et fournit des informations commerciales fiables avec une
importance vitale. L'American Institute of CPA (AICPA) et l'Institut canadien des
comptables agréés (ICCA) ont identifié quatre principes de base importants pour la fiabilité
du système d’information comptable.

Figure 3: Les principes de la fiabilité d’un SIC

 Sécurité : L'accès au système et à ses données nécessite une autorisation


 Confidentialité : contrôler La collecte, l'utilisation la divulgation non autorisée.
 Intégrité du traitement : le traitement complet et opportun nécessite une autorisation
 Disponibilité : afin de répondre aux obligations opérationnelles et contractuelles.

Emplois du système d'information comptable :

Un système d'information comptable est généralement une méthode informatisée de suivi de


la comptabilité, il est responsable de la collecte, stockage et traitement des données
financières et comptables utilisées pour la prise de décision de gestion interne, y compris les
transactions non financières qui affectent directement le traitement des transactions
financières.
Typiquement Le Système d’information comptable est composé de trois sous-systèmes
principaux :

 Le Système de traitement des transactions qui prend en charge quotidiennement Les


Operations commerciales
 Le Système de grand livre général et système d'information financière
 Le Système de rapports de gestion est chargé de soutenir les opérations ou les
transactions commerciales quotidiennes. Ces transactions peuvent être regroupées en
trois cycles de transaction : le cycle des recettes, le cycle des dépenses et le cycle de
conversion.

Le but des premiers systèmes d'information était d'automatiser les processus métiers, ce qui
montre que le domaine comptable a été l'un des tous premiers à utiliser des systèmes
d'information pour soutenir ses activités

Afin d'obtenir des performances remarquables, l'organisation doit avoir d'un système intégré
de gestion et d'information financière et comptable et qui dispose des fonctions suivantes :

 Informations réactives pour appuyer les décisions du gestionnaire


 Contrôle budgétaire et le suivi des coûts en temps réel
 Corrélation entre les coûts et les prix
 Planifier la production sur la base d'un prévisionnel, des contrats, planifier
l'approvisionnement en fonction d'une image globale des stocks existants
 Intégration des systèmes commerciaux, des systèmes de collecte de revenus, des
systèmes d’encaissement ou de paiement, de rémunération, etc. »
 Maîtriser les projets d'investissement en cours et les budgets regroupés en opérations
en temps réel, ainsi que suivre les dépenses des projets d’investissement.
 Une base centralisée qui comprend des informations sur les clients et les fournisseurs
et les coûts élevés de prestation de services.
 La possibilité d'éliminer les informations redondantes.
 Raccourcir le temps de prise de décision et accès direct à l'information à tous les
niveaux de décision.
 Canaliser les ressources financières dans une seule direction, éliminant ainsi les coûts
d’intégration.
 La possibilité de corréler les résultats et d'effectuer des analyses complexes concernant
les activités.
 Le système doit être conforme aux exigences d'utilisation dans l'environnement
commercial international, les systèmes de rapports multiples, les plans de comptes
multiples, les rapports conformément aux normes d'Europe occidentale.
 Une solution complète pour maintenir un inventaire précis des biens et équipements,
donnant la possibilité de choisir la meilleure stratégie comptable et fiscale.

3. Système d'information comptable (SIC) et système d'information de


gestion (SIG) :

Vue conceptuelle ; les systèmes d'information physiques ne sont généralement pas organisés
en packages discrets. Le plus souvent, les fonctions SIG et SIC sont intégrées pour atteindre
une efficacité opérationnelle.

Le système d'information accepte des entrées, appelées transactions, qui sont converties par
divers processus dans les informations de sortie qui vont aux utilisateurs. Les transactions se
divisent en deux catégories :

 Transactions financières
 Transactions non financières.

Commençons par une définir largement une transaction en tant qu'événement qui affecte ou
présente un intérêt pour l'organisation et qui est traité par son système d'information comme
une unité de travail.

Cette définition englobe à la fois les événements financiers et non financiers. Car les
transactions financières sont particulièrement importantes pour la compréhension des
systèmes d’information par le comptable, nous avons besoin d’une définition précise de
cette classe d’opérations :

Une transaction financière est un événement économique qui affecte les actifs et les capitaux
propres de l'organisation, se reflète dans ses comptes et se mesure en termes monétaires.

Tel que les Ventes de produits aux clients, achats de stocks auprès des fournisseurs, et les
décaissements et les reçus. Toute organisation commerciale est légalement tenue à respecter
et à traiter ces types de transactions.

Les transactions non financières sont des événements qui ne répondent pas à la définition
étroite d'une transaction financière, l’ajout d'un nouveau fournisseur de matières premières à
la liste des fournisseurs valides est un événement qui peut être traitées par le système
d’information de l’entreprise en tant que transaction non financière.

Les transactions financières et les transactions non financières sont étroitement liées et sont
souvent traitées par le même système physique.

Considérons un système de gestion de portefeuille financier qui collecte et suit les cours des
actions non financières. Lorsque les stocks atteignent un prix seuil, le système place un ordre
d'achat ou de vente automatique : transaction financière. Acheter haut et vendre bas n'est pas
contraire à la loi, mais c'est mauvais pour les affaires. Néanmoins, aucune loi n'oblige la
direction de l'entreprise à concevoir des règles d'achat et de vente optimales dans son
système. Une fois l'ordre d'achat ou de vente passé, cependant, le traitement de ces
transactions financières doit être conforme aux directives légales et professionnelles.

3.1. Le système d'information comptable :

Les sous-systèmes traitent les transactions financières et les transactions non financières qui
affectent directement le traitement des transactions financières à savoir les modifications des
noms et adresses des clients sont traitées par le SIC pour maintenir le dossier client à jour.
Bien que n'étant pas techniquement des transactions financières, ces changements
fournissent des informations vitales pour le traitement des ventes futures au client.

L’SIC est composé de trois sous-systèmes principaux :

 Le système de traitement des transactions (STT), qui prend en charge les opérations
commerciales quotidiennes avec de nombreux rapports, documents et messages pour
les utilisateurs tout au long l'organisation.
 Le grand livre général ou système d'information financière (GL / SIF), qui produit les
états financiers traditionnels, tels que le compte de résultat, le bilan, l'état des flux de
trésorerie, les impôts les retours et autres rapports requis par la loi.
 Le système de rapports de gestion (SRG), qui fournit à la direction interne des
rapports financiers à usage particulier et des informations nécessaires à la prise de
décision, faire des budgets, des rapports d'écart et des rapports de responsabilité.

3.2. Le système d'information de gestion :


La gestion nécessite souvent des informations qui vont au-delà de la capacité de l'SIC. À
mesure que les organisations se développent et les domaines fonctionnels spécialisés
émergent, nécessitant des informations supplémentaires pour la production, la planification
et bien évidement le contrôle, prévision des ventes, planification de l'entrepôt d'inventaire,
étude de marché, etc. Le système d'information de gestion (SIG) traite les transactions non
financières qui ne sont normalement pas traitées par SIC traditionnel.

La décision constitue l'axe principal de l'activité de gestion car elle se retrouve dans toutes
ses fonctions à savoir la prévision, l’organisation, l’entraînement, la coordination et
l’évaluation puis le contrôle, et plus encore, l'intégration de l'organisation au sein de
l'environnement dépend de la qualité de la décision. Dans le même temps, la qualité du
processus décisionnel influence la réduction des coûts, l'efficacité de l'utilisation des fonds,
ainsi que la croissance des bénéfices.

Comme il ressort à la fois de la littérature spécialisée et de la pratique et de l'expérience de


nombreuses organisations, la qualité de la décision dépend de nombreux facteurs tels que la
qualité de l'information sous-jacente au fondement de la décision, le niveau de gestion
auquel il est pris en compte, l'urgence, la fiabilité et la précision.

La finances et la comptabilité représentent la fonction de gestion spécialisée chargée de la


collecte, de l'enregistrement et de l'analyse des données financières et de la présentation des
états et des informations financières de tous les types de gestionnaires et d'autres personnes
au sein de l'organisation ou à l’externe.

Il existe des informations comptables d’intérêt commun, mais aussi des informations qui
n’intéressent qu’une certaine catégorie d’utilisateurs, tout comme l’organe de réglementation
IASB admet que toutes les exigences d’information des utilisateurs ne peuvent pas être
satisfaites par les états financiers. Cependant, d'une manière implicite, les investisseurs sont
des utilisateurs privilégiés. Et donc satisfaire leurs besoins d'information signifiera satisfaire
la majorité des besoins des autres catégories d'utilisateurs.

3.3. PGI (le progiciel de gestion intégrée) :

Le système d'information comptable est fortement informatisé. Ces dernières années


un nouvel outil est apparu : le progiciel de gestion intégrée (PGI).
Les PGI (ERP en anglais) modifient l'organisation du système d'information comptable. Le
PGI repose sur l'utilisation d'une base de données.

Les PGI ne traitent pas uniquement de l'information comptable. D'autres informations


(provenant des différents systèmes d'information de l'entreprise : production, ressources
humaines, commercial…) sont contenues dans cette base de données. Cet outil doit
permettre une intégration informationnelle des différentes activités de l'entreprise.

La gestion financière est une fonction très critique de toute l’entreprise. Le système ERP
doit contenir des outils comptables solides. Les systèmes ERP aident à gérer les comptes
fournisseurs et les comptes clients, la gestion des immobilisations ainsi que la gestion des
risques et la gestion fiscale.

Les plates-formes ERP fournissent des outils exceptionnellement robustes pour gérer tous
les aspects des ventes et des revenus de votre entreprise. Un système ERP solide permet
d'automatiser de nombreuses fonctions comptables, notamment le traitement des paiements,
l'analyse des ventes, la gestion des dépenses, etc. Un système ERP améliore la précision et le
temps de traitement des fonctions comptables, réduisant ainsi la charge de travail de votre
personnel et ses heures de travail. Pour une liste exhaustive des capacités financières,
consultez notre liste de contrôle des exigences en matière de logiciels de comptabilité.

3.4. Les avantages d'utilisation d’un SI de comptabilité  :

L’Accès aux données comptables à tout moment et en tout lieu.Pour les entreprises de toute
taille, générer, afficher et télécharger des états financiers et des rapports en quelques clics.

Collaboration plus facile, l'un des principaux avantages est que tout le monde a accès à des
données comptables et financières en temps réel. Donc, tout ce que vos employés ont à faire
est de se connecter à la plateforme et de faire ce qu'ils doivent faire.

Gagnez du temps grâce à l'automatisation Une grande partie du travail qu'un comptable ou
un comptable doit effectuer quotidiennement est très manuelle et répétitive. Par exemple:

 Créer une facture pour chaque vente


 Suivi des transactions et création d'écritures de journal respectives
 Envoi de rappels de retard de paiement à vos clients
Vous pouvez également automatiser les rapports financiers (par exemple : créer un rapport
tous les X jours du mois). Ou vous pouvez même configurer des paiements automatisés des
fournisseurs.

La sécurité comptable cela signifie que vos données sont couvertes par des couches
d'algorithmes de cryptage haut de gamme, ce qui les rend beaucoup plus sûres que de les
conserver sur l'étagère du bureau.

Et la meilleure partie est que toutes vos données sont synchronisées à tout moment. Donc,
non seulement il est plus sûr, mais il est également frais.

Rapports en temps réel

Le suivi et les rapports en temps réel. A l’aide d’un tableau de bord dédié vous permet de
suivre tous les comptes et métriques que vous souhaitez suivre.

Conformité fiscale simplifiée Regardons les choses en face, aucun propriétaire d’entreprise
n’aime gérer les taxes. C’est là qu’intervient les logiciels de comptabilité. En ayant des
registres comptables précis, des états financiers et des rapports à jour, il est extrêmement
simple de rassembler les documents et les informations nécessaires au dépôt des déclarations
de revenus.

L'un des plus grands avantages est peut-être que cela permettra à votre entreprise d'effectuer
des tâches comptables sans avoir à engager de comptables supplémentaires. Étant donné que
le SIC est accessible et peut être facilement utilisé par tout le monde, même les spécialistes
non comptables, vous pouvez alléger la charge de travail de votre équipe financière et éviter
d'avoir à employer de la main-d'œuvre supplémentaire pendant les périodes fiscales
chargées.

Comme déjà mentionné, l'utilisation d'un SIC peut augmenter le niveau de productivité de
l » entreprise. En tant que système tout-en-un, facilite également le travail de l’équipe
comptable car le logiciel est généralement doté de fonctionnalités de conformité fiscale, en
particulier dans celles qui sont dédiées à l’assistance à la paie.

Un bonus supplémentaire si, bien sûr, la satisfaction du client. Puisque les niveaux de
productivité augmentent, les clients sont plus susceptibles de se sentir satisfaits. Ils
apprécieront le fait que l’entreprise envoie rapidement et efficacement des factures, des
rapports de facturation et d'autres exigences liées aux finances.
à
a
f
z
g
I
r
u
é
S
k
c
to
ld
ib
n
e
s
L'équipe comptable n'améliore pas seulement sa productivité, elle devient également plus
crédible - et c'est ce que les clients recherchent et veulent vraiment.

Figure 4 : Les fonctionnalités d'une solution comptable

Section 3 : L’importance de la bonne gestion des opérations


financière et comptable :

1. Tendances et défis de la comptabilité :

En juin 2010, une vaste enquête en ligne a été menée par le Chartered Institute of
Management Accountants (CIMA) et par l'Université de Bath au Royaume-Uni à 5426
professionnels seniors de la finance et non-financiers dans le monde.

Les répondants à cette étude étaient un large éventail de professionnels de la finance, de


toutes les régions du monde, avec des responsabilités réparties en six catégories : Les
opérations comptables, qui comprennent le traitement des transactions, les comptes
fournisseurs et débiteurs et les rapports financiers internes ; reporting externe, qui comprend
les rapports statutaires.

le financement des entreprises, les risques de trésorerie et financiers, et la réglementation, y


compris l’audits internes, respect des exigences réglementaires et taxes; préparation et
interprétation de la gestion les informations comptables, telles que les prévisions, la
budgétisation, les coûts et les rapports sur les écarts, ainsi que la trésorerie gestion des flux;
soutien à la gestion, qui comprend l'identification et l'analyse des options stratégiques, la
décision support, conception et suivi des indicateurs clés du personnel, benchmarking ,
comptabilité de gestion stratégique, et gestion des risques commerciaux; développer, mettre
en œuvre et maintenir les informations de gestion

L'étude CIMA a montré que la dernière tendance la plus importante chez les professionnels
de la comptabilité est le changement de responsabilités des comptables, des opérations
comptables traditionnelles aux conseils de gestion stratégique et Support. Cette tendance,
conséquence de la crise financière de 2008, représente une augmentation de la valeur ajouté.

Les recherches menées par Bidan et al, en 2002 ont mis l'accent sur deux types d'impacts : la
flexibilité des outils ERP et la flexibilité de l'entreprise : opérations, structure et stratégie.

L’organisation et la contribution des comptables. De nos jours, les grandes entreprises du


monde entier ont besoin des professionnels qui comprennent la gestion des risques, les flux
de trésorerie, les instruments financiers et d'autres fonctions complexes qui peuvent offrir
une orientation stratégique aux cadres supérieurs. Les résultats ont également souligné la
nécessité des professionnels restent fidèles aux devoirs traditionnels des opérations
comptables.

Le reporting est probablement l'activité la plus fréquemment exercée par les comptables.
Juste comme une curiosité, le mot doit être en mesure de produire des rapports en temps réel
et de manière interactive (leur permettant de choisir ce qu'ils rapports, effectuer des analyses
et créer des scénarios) sans l’intervention de l’équipe des technologies de l’information.

En outre, avec la récente crise financière internationale, l'utilisation de l'SIC par des parties
prenantes externes (reporting) devient de plus en plus important et surtout, beaucoup plus
critique.

L'audit, généralement divisé en deux grands groupes, est une activité généralement exercée
par les comptables :
Audit interne et externe (ou indépendant). L'audit interne couvre un large éventail d'activités
pour le compte de l'organisation, y compris la réalisation d'audits d'états financiers, l'examen
de la conformité d'une opération avec les politiques de l’organisation, en examinant la
conformité de l’organisation aux obligations légales, en évaluant efficacité opérationnelle,
détection et poursuite de la fraude au sein de l'entreprise, entre autres .Les auditeurs internes
ont besoin pour soutenir leurs activités avec l'utilisation des technologies de l'information
comme les systèmes de gestion des flux de travail

Les activités des auditeurs externes sont similaires à celles exercées par les auditeurs
internes mais sont davantage axées sur les lois ou règles spécifiques sur les états financiers
d'une organisation et non sur les questions opérationnelles

Les auditeurs externes représentent des tiers externes, tandis que les auditeurs internes
servent le conseil d'administration de l'organisation

Les cabinets d'audit recherchent en permanence des moyens d'accroître leur efficacité en
effectuant des audits ciblés et s’appuient de plus en plus sur des services d’audit interne et
des contrôles efficaces. Engagement les équipes sont tenues de participer à des réunions de
brainstorming pour identifier les risques résultant d'erreurs ou de fraudes, ainsi que des
moyens de faire face à ces risques. En conséquence, les cabinets d'audit se tournent de plus
en plus vers l'assistance informatique

Ainsi, l'horizontalité générée dans l'entreprise est le résultat du processus continu de mise en
place de l'informatique, qui favorise la bonne gestion des unités fonctionnelles (Alsène,
Gamache, 1997). Elle représente l'un des effets attendus de la mise en place d'un système de
gestion comptable intégré selon Al-Mashari, 2003.

Concernant les questions relatives au sujet du présent document concernant l'importance


de l'information comptable financière pour l'acte de gestion, British Galutier et Underdown
ont apprécié la comptabilité et par défaut l'information comptable financière depuis 1991,
comme étant, l'élément le plus important du système d'information de l'organisation

 Le système d’information comptable permet aux gestionnaires et aux utilisateurs


externes des informations comptables afin d’obtenir un aperçu de l’ensemble de
l’organisation.
 Le système d’information comptable relie les systèmes d’information importants de
l’organisation et peut les présenter en termes monétaires et en valeur les données
enregistrées dans la comptabilité.

Le besoin d'information des managers est principalement couvert par des rapports basés sur
les informations issues de la comptabilité de gestion et de la comptabilité financière. Les
rapports sont établis en fonction des objectifs du manager, ceux-ci étant liés aux fonctions
managériales, on mentionne, la fonction administrative, la fonction de planification, la
fonction de contrôle, la fonction de décision.

1.1. Le système d'information de l'organisation -considérations générales :

Selon Christophe Rieder (2019), pour disposer d’une comptabilité régulièrement mise à jour,
il est important de faire appel à une fiduciaire moderne disposant d’une plateforme en ligne,
consultable en tout temps et en tout lieu afin d’accéder aux informations comptables en cas
de besoin. 

Le système d'information est défini comme un ensemble intégré de méthodes, de procédures


et de moyens utilisés afin de colle ct, transmettre et traiter des données, analyser, stocker,
diffuser et capitaliser les informations et les connaissances.

Le système d'information en tant qu'élément intégré important dans le développement


continu des processus financiers et économiques de toute organisation est influencé par une
série de facteurs externes, compte tenu du fait que l'analyse ne peut pas être effectuée dans
son ensemble. Le savoir nécessite une analyse détaillée des composants tels que les
informations, la nature et l'origine de ceux-ci, la signification et l'utilité, le chemin qu'ils
traversent et la transformation qu'ils subissent dans le processus, leur but, la base matérielle
sur laquelle ils sont enregistrés, les moyens de collecte, de traitement et de stockage etc.

Un système d'information peut être défini d'un point de vue technique comme un ensemble
de composants interdépendants qui collectent, traitent, stockent et diffusent les informations
pour les organes de décision et de contrôle d'une organisation.

Une autre définition qui conduirait aux mêmes idées serait que le système d’information
représente un ensemble de ressources humaines, financières et matérielles pour la collecte et
v
è
y
-
u
s
L
.•
m
f
'i
n
o
c
d
t
e
a
l
g
é
r
ô
le traitement des données dans le but d’obtenir puis transférer les informations nécessaires à
la planification et au contrôle de l’activité d’une organisation.

Figure 5 : Les trois sous-systèmes d'un SIC

Le contenu du système d’information soutient le fonctionnement de l’organisation et


comprend à son tour trois systèmes d’exploitation :



Système d'exploitation dans lequel les activités d'exploitation sont développées.
Système de gestion qui contient tous les centres de décision et leur action sur le
système d'exploitation.
Système d'information qui assure la connexion, dans les deux sens, d'une part entre le
système décisionnel et le système opérationnel, et d'autre part entre ceux-ci et
l'environnement extérieur.
Dans le système d’information, le développement des processus est assuré par une
composante de la structure organisationnelle dans laquelle sont impliqués des spécialistes,
une technique comptable des instruments scientifiques, et aussi un flux d’informations entre
les sources d’information, les composants du système et les niveaux de décision.

Le système • Le système
d'information d'information
pour la de l'activité
production; commerciale;

Le système
• • Le système d'information
d'information pour la gestion
comptable des ressources
financière; humaines

Figure 6 : Le classement des systèmes d'information au sein d'une organisation.

1.2. Le système d’information comptable et financière : jalon de l’activité de


l’organisation :

Considérant le fait que le système comptable d'un pays est influencé par une série de
facteurs tels que le système juridique, le mode dominant de financement des organisations,
le système fiscal, le niveau d'inflation, le système économique, politique, etc., générant des
différences entre les systèmes comptables des pays, et être plus précis.
Le système d'information comptable est influencé par la nature de l'activité et de ses
opérations, par sa taille, par le volume de données traitées et par les besoins d'information de
la direction et des utilisateurs externes.

L’Environnement comptable et socio-économique dans lequel cela fonctionne, interagit


mutuellement, étant ainsi dans une relation d'interdépendance, et s'influençant mutuellement.
Les professeurs B. Esnault et Ch. Hoarau (1994) 7 ont identifié les paradigmes de
comptabilité en :

 Approche inductive : implique que l'élaboration de la théorie comptable se fasse à


travers la généralisation des observations fournies par les pratiques comptables ;

 Approche déductive : la définition préalable des objectifs dont sont issus les postulats,
conventions, méthodes et règles comptables ;
 Approche prédictive : le teste des méthodes et règles comptables, en fonction de leur
capacité de prédiction, facilitant ainsi le processus décisionnel ;
 Approche comportementale et psychologique : l’étude des réactions de l’utilisateur
individuel lors de la publication de l’information comptable et met l’accent sur la
pertinence de l’information comptable dans le processus décisionnel ;
 Approche économique de l'information : l'information comptable comme un actif
économique.
 Approche systématique de la comptabilité : la collecte, le traitement, le stockage et la
communication des informations afin de prendre des décisions.

Il est nécessaire de mentionner que La nature et la quantité d’informations publiées


dépendent de l’offre des fabricants d’informations comptables et de la demande de
l’utilisateur. Le libre marché de l'information implique une normalisation comptable dans la
mesure où ce marché devient efficace et disponible pour les utilisateurs potentiels.

La double représentation de la réalité de l'information comptable dans le système


d'information comptable interne et externe, rend l'image de l'organisation à l'extérieur à
travers la comptabilité financière ou générale, et d'autre part elle rend les processus internes
à travers la comptabilité de gestion.
Le système de comptabilité de gestion est conçu pour répondre aux besoins internes de
l'organisation, mais les deux systèmes doivent être combinés afin de garantir l'intégrité et
l'exactitude des informations produites.

La comptabilité financière a pour rôle fondamental d’enregistrer les transactions d’une


organi 1sation avec son environnement externe, afin de déterminer périodiquement et
systématiquement la situation financière et les résultats des opérations effectuées

NB  : les informations comptables financières sont rétrospectives et sont rendues publiques,
conformément à la législation en vigueur.

La comptabilité de gestion produit la majorité des informations destinées aux processus


décisionnels, de plus des données de gestion courante de la relation clients-fournisseurs
peuvent être extraites de la comptabilité financière, pour corriger les effets de l'inflation sur
les décisions de la direction. Les informations produites par la comptabilité financière font
partie de l'analyse économico-financière et contribuent à la base de la décision managériale.

La comptabilité de gestion n'agit pas pour la communication avec l'extérieur de


l'organisation, donc elle n'est pas normalisée, plus clairement il s’agit d’instrument de
modélisation des entreprises qui vient aux mains des gestionnaires dans les processus
complexes de diriger l'organisation, c’est un instrument extrêmement efficace.

Prenant en compte le rôle et les fonctions de la comptabilité financière, mais aussi de ceux
de la comptabilité de gestion, on peut dire que ces deux éléments sont complémentaires et
facilitent la gestion efficiente, efficace et économique d'une organisation, par les
informations qu'ils fournissent, ceux-ci concurrencent l'adoption de la décision managériale.

Le système d'information sur la comptabilité financière fournit aux gestionnaires les


informations comptables financières sur lesquelles se fondent la formulation de la politique,
l'élaboration des plans d'affaires et le contrôle des activités au sein d'une organisation et ont
pour but de répondre aux exigences légales externes et à certaines normes et règles
comptables.

Conditions d’existence d’un système d’information sur la comptabilité financière

Afin de répondre aux conditions nécessaires pour bénéficier d'un système d'information
comptable fiable, deux catégories de restrictions doivent être imposées comme suit :
A. Imposition de certaines exigences qui doivent garantir l'exactitude et la viabilité des
informations :

 Réalité de l'information, concernant la manière de conduire les processus au sein de


l'entité économique, cette exigence étant corrélée aux caractéristiques socio-
économiques de l'entité et de l'environnement dans lequel elle évolue. Dans ce
contexte, la qualité de l'information est un élément déterminant pour le réalisme de la
décision et pour obtenir des performances économiques à long terme, assurant ainsi la
stabilité sur le marché économique.
 La polyvalence de l'information est générée par la complexité des processus et des
phénomènes qui se déroulent au sein des
 entités économiques et devrait mettre en évidence les aspects économiques,
techniques, humains ou scientifiques les plus importants.
 Concision et capacité de synthèse de l’information, imposée par une sélection
rigoureuse des informations les plus significatives en termes de degré de nouveauté et
d’importance pour l’activité de l’entité.
 L'exactitude et la sécurité des informations nécessitent une identification correcte des
éléments les plus récents et les plus essentiels, et la nature de l'information doit être
concise, synthétique et multilatérale.
 L’opportunité de l'information, implique son utilisation en temps opportun, ce qui
nécessite de connaître le destinataire, de l'atteindre à temps et de déclencher l'action
concernée.
 L'efficacité dans le traitement de l'information est directement imposée par l'adoption
et la mise en œuvre de décisions, car quelle que soit la valeur d'une information, si elle
parvient au destinataire après que les processus ont déjà commencé ou sont terminés,
ces informations deviennent obsolètes.
 Dynamisme de l'information, requis par le raccourcissement du temps de
fonctionnement, par la compression du processus de gestion, et surtout par la nécessité
de refléter les évolutions des processus de travail et de prévoir leur évolution.
 Adapter les informations au personnel spécifique impliqué, afin qu'elles soient
présentées en fonction du niveau de compréhension et de qualification de chaque
bénéficiaire.
 L’efficacité de l’information implique une évaluation des résultats des informations de
transposition dans les décisions.
 Fiabilité de l’information se réfère à la disponibilité des informations relatives aux
coordonnées qui intéressent le décideur.
 Adéquation des informations aux besoins imposés par ce niveau de décision
hiérarchique.

B. Élimination des principales lacunes du système d’information sur la comptabilité


financière opérationnelle :

 La déformation de l’information est la modification partielle non intentionnelle du


message de l’information au cours du processus de collecte, de traitement et de
transmission de l’émetteur au destinataire. La distorsion est la conséquence d'une
coordination irrégulière, de l'hétérogénéité dans la formation du personnel impliqué
dans la transmission de l'information, de la formation inadéquate de ceux qui émettent
des informations, de la mauvaise qualité des supports d’information
 Le filtrage d'informations est une modification délibérée du message et de son contenu
au cours du flux d'informations. Le filtrage introduit l'élément volontaire, exprimé par
l'intervention lors de la création, de la transmission et du traitement des informations
de certaines personnes qui ont intérêt à ce que le bénéficiaire reçoive un message
erroné ; La distorsion et le filtrage des informations ont des effets néfastes sur le
destinataire de l’information en raison de sa désinformation totale ou partielle,
affectant ainsi le processus de gestion.
 La redondance des informations consiste à enregistrer, transmettre et traiter à plusieurs
reprises en raison d'une mauvaise corrélation de différentes fonctions, positions ou
services au sein de l'entité, d'une mauvaise coordination ou d'un manque de
coordination, résultant du non-respect du principe d'unité de la décision et action.
 La surcharge des circuits d'information en information, résulte de la redondance ou de
la nature pyramidale du système d'information, causée par une mauvaise conception
du système d'information actuel, une carence dans la formation des gestionnaires et
des exécutants, des tendances à surévaluer les réalisations et les activités entreprises.

Un système d'information contient des informations et l'environnement dans lequel les


informations sont enregistrées, et le lien entre elles, sont extrêmement complexe, se référant
au fait que les informations peuvent être enregistrées de manière permanente ou temporaire,
peuvent être modifiables ou non, les environnements peuvent être reproductibles,
transportables ou disponibles non, fixe ou extensible.
Les informations représentent une substance avec une certaine structure qui peut être
produite, stockée ou détenue par une personne ou un groupe de personnes et transmise d'une
personne ou d'un groupe à un autre.

En développant la question des moyens de soutenir le système de comptabilité financière -


un endroit spécial a traitant les éléments par lesquels les processus et les relations existants
sont développés et qui, ensemble, concourent à un processus de gestion efficace et efficient
pour assurer la fonctionnalité de l'organisation par le biais de procédures et de manuels de
procédures.

Afin d'atteindre les objectifs de l'organisation, un équilibre doit être assuré entre les tâches,
la compétence et les responsabilités avec l’obligation d'atteindre les objectifs) et les
procédures doivent être définies.

Les procédures représentent les étapes à suivre (algorithme) dans l'exécution des tâches,
l'exercice des compétences et la prise de responsabilités. Ces procédures doivent d’être : les
connaissances écrites, formalisées, individuelles et collectives doivent être stockées et mises
dans l’ordre qui répond à l’objectif de l’entité publique ; simple et spécifique. En effet les
procédures écrites consistent en un instrument de travail permettant aux artistes interprètes
ou exécutants de connaître les règles juridiques qui doivent être imposées, pour chaque
entité publique

Les ressources financières jouent un rôle tout aussi important que les ressources matérielles
et humaines dans le développement normal de l’activité du système et pour garantir
l’efficacité et l’efficacité du système dans la réalisation de ses objectifs.

En ce qui concerne les moyens de la nature humaine impliqués dans le soutien du système
de comptabilité financière, on met l’accent sur la réalisation des objectifs de l'organisation,
un rôle défini à la direction supérieure et hiérarchique. Ils doivent posséder une série de
compétences managériales telles que : persévérance, maîtrise de soi, acceptation du
changement, assumer différents rôles (examinateur, personne examinée, candidat,
superviseur, planificateur, interprète, coordinateur, organisateur, conseiller, etc.) adoption de
comportement efficace pour surmonter les situations de crise, etc.

Ces compétences sont exercées à travers la mise à jour continue des connaissances et
l'amélioration des compétences professionnelles, l'apprentissage et l'obligation de respecter
les principes éthiques, la manifestation d'un comportement approprié lors de concours,
concours, examens, etc.

Les moyens techniques et matériels qui soutiennent à la fois le système comptable et


financier et toutes les activités de l’organisation :

Le Statut d'Organisation et de Fonctionnement : Le document dans lequel la structure


détaillée de l'organisation est présentée, décrivant le mécanisme de fonctionnement de
l'entreprise en définissant les missions de chaque département ; définissant les tâches, les
compétences et les responsabilités de chaque poste existant au sein de l'entreprise.

Le statut d'organisation et de fonctionnement a deux objectifs :

 Il définit les tâches, les compétences et les responsabilités des postes de direction
collectifs, des cadres, des postes d’exécution ;
 Chaque collaborateur a la possibilité de prendre connaissance des missions et
responsabilités de son département, vis-à-vis des autres départements de la structure.

Les systèmes d'information sont considérés comme l'essence de l'information financière et


du système comptable ainsi les systèmes d'information sont très importants pour le
développement des activités relevant du système comptable – financier, et la logistique pour
la mise en œuvre des systèmes d'information (logiciel, matériel, migration de données); de
plus, il est nécessaire d'avoir une équipe qui fournit une assistance technique pour l'analyse,
l'ajustement, la mise en œuvre des applications en matière financière : activités comptables
et commerciales, production, projets d'investissement, ressources humaines et management.

Vous aimerez peut-être aussi