Vous êtes sur la page 1sur 37

Plan

I)Introduction
1)Nature du chômage
2)l’analyse économique du chômage.
3)La mesure du chômage
4)Le niveau et le taux de chômage en Haïti
5)Les différents types de chômage
6)Les causes du chômage
7)Le rapport existant entre le chômage et le
développement
II) Conclusion
III) Recommandation
IV) Bibliographie
Introduction
On ne peut traiter le sujet du chômage sans
avoir au moins une idée sur le marché du
travail. Celui-ci désigne le marché théorique
où se rencontrent l’offre et la demande sur
l’emploi, la demande sur ce marché est le
besoin en main d’œuvre exprimé par les
employeurs, et les ressources en main d’œuvre
constitue l’offre de travail. (Réf : dictionnaire
la toupie, Google).
Introduction (suite)
Étymologiquement le mot chômage vient du
latin « caumare » qui signifie se reposer
pendant la chaleur venant du grec
« kauma »qui signifie chaleur brulante.
C’est la situation d’une personne qui,
souhaitant travailler et ayant la capacité de
le faire, se trouvant sans emploi malgré ses
recherches. (Réf : Selon l’INSEE).
Suite
Le chômage est aujourd’hui une réalité
quotidienne pour de très nombreux haïtiens.
Comment peut- on expliquer ce phénomène
et quelles en sont les causes? Quel est le
rapport qui existe entre le chômage et le
développement? Nous allons répondre à cet
interrogatoire en vous faisant part des
différents éléments qui constituent ce fléau.
La nature du chômage
• Le chômage est l’état d’une personne en âge
légal de travailler, qui se trouve sans emploi,
disponible pour travailler et recherchant
effectivement un emploi. Depuis plus de
décennies, le chômage frappe durablement
la société haïtienne et plus particulièrement
les jeunes et les femmes.
La nature du chômage(suite)
• On a pu constater, dans les pays sous- développés la
nature du chômage est tout à fait différente de celle
qui prévaut dans les pays avancés. Dans les pays
économiquement avancés, le chômage est dû à des
cycles commerciaux. Ainsi, le problème majeur du
chômage est le chômage cyclique qui se produit au
cours de la récession et la dépression est également
décrite comme le chômage déflationniste. (Réf :
livre « Comprendre l’activité économique » de
Jacques Abraham).
L’analyse économique du chômage

• Le chômage, va être analysé selon deux


courants de pensée :
a) L’analyse néo- classique;
b) L’analyse keynésienne
a) L’analyse néo-classique

• Selon les néo-classiques, le chômage s’explique


lorsque l’offre de travail est supérieure à la
demande. Les entreprises, limitant alors leur
production ou subsistuant des machines aux
hommes, n’embauchent pas tous ceux qui
demandent de l’être. En ce sens, les néo-
classiques affirment que l’offre et la demande
de travail s’égalisent grâce aux variations des
salaires. Le chômage, a ce moment, n’est qu’un
déséquilibre passager que le mécanisme de
marché va résorber, car le niveau de salaire est
flexible à la baisse.
b) L’analyse keynésienne
Selon l’approche keynésienne, le chômage est vu comme la
conséquence d’un double déséquilibre, sur le marché des
biens et des services, d’une part, sur celui du travail, d’autre
part. Plus précisément, le chômage est la résultante d’un
excès d’offre sur les deux marchés. Les keynésiens
affirment que l’offre et la demande, contrairement aux
néo-classiques, ne varient pas en fonction de la même
variable (le prix) et n’ont aucune raison d’être égales. Il n’y
a pas de marché du travail. Le chômage, en conséquence,
doit être combattu par une politique économique active
visant à augmenter la demande effective. (Réf : livre :
« Comprendre l’activité économique » de Jacques
Abraham).
La mesure du chômage

• La mesure du chômage, en Haïti, repose sur


la définition du chômage ouvert construite
par le bureau international du travail. Trois
critères ont été pris en compte pour définir
le chômage : être sans emploi, être en quête
d’emploi, être disponible. Sur la base de ces
trois critères, o peut facilement savoir si on
est au chômage ou non. (Réf : livre
« comprendre l’activité économique » de
Jacques Abraham).
Le niveau et le taux de chômage en
Haïti
• Malgré la mise en place de système
d’indemnisation, la perte d’un emploi se
traduit par une diminution des revenus. Le
chômage est, en moyenne, responsable d’une
baisse de prêt du quart de la consommation
des ménages.
• Le taux de chômage donne le pourcentage des
travailleurs sans emploi par rapport à la main
d’œuvre totale. La main- d’œuvre est le nombre
de personnes employés ou qui cherchent de
l’emploi.
Suite sur le taux et le niveau de
chômage en Haiti
• Le taux de chômage en Haïti s’élève à 7,3% en 1999-
2000.Mais ce taux cache la réalité haïtienne.
D’importantes disparités se trouvent dissimuler
entre les milieux de résidence, ente les classes d’âge,
entre les sexes et selon les niveaux d’études atteints.
En effet, l’aire métropolitaine connait le taux de
chômage ouvert le plus élevé (20,4%)
comparativement aux autres villes (9,7%) et au
milieu rural (2,7%). Réf : livre « comprendre
l’activité économique »de Jacques Abraham).
Taux de chômage selon le milieu
reside en %
Taux de Aire métropolitaine Autre urbain Rural Ensemble du pays
chômage

Taux de 20.4 9.7 2.7 7.3


chômage

Taux de 19.6 9.7 2.0 6.3


chômage des
hommes

Taux de 21.2 9.8 3.5 8.4


chômage des
femmes
Suite
Les différents types de chômage
• Nombreuses sont les raisons qui expliquent qu’un individu se
trouve sans emploi. Dans cette optique, les économistes
identifient au moins quatre types de chômage :
• Chômage saisonnier : Le manque d’emploi peut s’expliquer par
le fait que certaines activités économiques sont liées a des
facteurs périodiques.
• Chômage cyclique ou conjoncturel ou keynésien : Une
déficience de la demande globale a pour effet de causer du
chômage. En d’autres termes, ce chômage résulte d’un
ralentissement de l’activité économique provoquant une
réduction temporaire des besoins de main-d’œuvre dans
l’économie. Le chômage conjoncturel se résorbe de la croissance
économique qui nécessite des embauches de la part des
entreprises.
Suite sur les différents types de
chômage
• Chômage frictionnel : Il arrive souvent qu’une
personne met du temps pour trouver un emploi après
avoir obtenu son diplôme. Cette période de flottement
demande une sorte de familiarisation avec le marché du
travail. C’est un chômage d’adaptation lié à la période
entre deux emplois.
• Chômage structurel : est lié à des changements de
structures économiques dans un pays, provoquant une
inadéquation qualitative entre l’offre et la demande de
travail. L’évolution des qualifications dues aux
évolutions techniques conduit à rendre inemployable
une partie de la population active qui ne trouve plus
d’emplois correspondant a ses qualifications.
Suite
• Chômage technologique : c’est le chômage
généré par une plus grande utilisation du
capital technique dans le processus productif
(robotisation dans l’industrie automobile)
• Chômage partiel : peut être provoque par une
baisse d’activité anormale de l’entreprise qui
est obligée de réduire les horaires de travail.
• (Réf : livre « Comprendre l’activité
économique » de Jacques Abraham Tome
Les causes du chômage
• La crise économique et le ralentissement de
la croissance.
• Le progrès technique et l’évolution de la
productivité.
• Les délocalisations d’entreprise et la
concurrence.
• La concurrence des pays en développement.
• Évolution démographique.
Suite des causes du chômage
• L’inflation
L’inflation est un déséquilibre économique
qui se manifeste par la hausse continue du
niveau général des prix. Le taux d’inflation
correspond a la variation en pourcentage de
l’indice des prix a la consommation. Elle
représente le fléau économique le plus
redoutable qui ronge l’activité économique
nationale.
Les conséquences du chômage au
Sénégal
Sur le plan individuel : Celui qui ne travaille
pas reste à la charge de ses parents et de sa
famille. Avec le temps, il ressent souvent une
culpabilité qui lui fait se ressentir. Et son
monde se concentre sur celui de sa famille.
Celui qui ne travaille pas perd son temps car il
lui est difficile de le faire fructifier.
Suite
• Dans son cercle relationnel et amical, les amitiés
s’étiolent du fait qu’il n’est pas financière et que le
partage du vécu professionnel est tronqué; le
malaise réciproque s’installe peu à peu. Il devient
alors difficile de conserver une amitié réelle avec les
copains qui eux ont un travail et avance des projets.
Le chômage aggrave les difficultés matérielles
(transport, téléphone …), endettement, perte de
confiance en soi, dévalorisation du savoir-faire et les
diplômes acquis, problèmes familiaux, le divorce.
Enfin la hausse du chômage et l’absence de
perspective d’emploi pousse vers les jeux de hasard.
Suite
• Sur le plan sociétal :
• Le chômage des jeunes est un terreau propice a
l’éclosion d’une agressivité et d’une violence
vis-à-vis des institutions, d’une défiance envers
la politique, et plus largement envers tout ce
qui représente une autorité. Qui dit violence
dit augmentation de la délinquance et de la
criminalité. Enfin le chômage crée une
population désespérée, qui baisse les bras et
devient fataliste.
Suite
• Sur le plan économique : La principale
cause du chômage est la pauvreté, qui
impacte directement la productivité
économique du pays. En effet, puisque les
individus en chômage ne travaillent pas, des
revenus ne sont pas créés et des biens et
services ne sont pas produits. Ces
marchandises non produites et ces services
non offerts représentent les véritables couts
économiques du chômage.
Suite
• Qui dit absence de revenus dit baisse de productivité et
baisse de consommation. Sur le terrain de l’entreprise, le
chômage engendre : le recours à une main-d’œuvre
corvéable à merci. Entre les salaries, la hausse du
chômage dégrade les relations entre collègues et avec la
hiérarchie car la possibilité du licenciement est plus
grande, la précarisation des emplois s’accentue, les
augmentations salariales se font attendre, au mépris des
justes revendications des travailleurs. Pour l’État, le
chômage implique un investissement coûteux en termes
de politique de formation et de manque à gagner, avec le
développement du travail au noir. Pour les zones rurales
et peu industrialisés, c’est l’exode, qui accentue la
misère.
Les conséquences du chômage sur le
développement d’Haïti.
• Les conséquences du chômage en Haïti sont
multiples :
• Sur le plan individuel : On a pu remarquer que
la plupart des gens en Haïti ne travaillent pas. De ce
fait, ils sont sur la responsabilité de leur famille. Le
chômage engendre de graves problèmes sur
l’individualisme, les gens commencent à perdre
confiance en eux, il va y avoir des problèmes
psychologiques et ils ne vivent pas dans les mêmes
conditions de vie. Ce fléau va provoquer également
des problèmes familiaux. En outre, le halo autour du
chômage pousse les jeunes vers les jeux du hasard.
Suite
Sur le plan sociétal : L’urbanisation entraine
l’augmentation de la délinquance juvénile, la
prostitution, l’insécurité, perte de logements,
perte du statut social, conséquences sur
l’éducation des enfants.
Suite
Sur le plan économique : les gens travaillent
mais ils n’ont pas assez d argent pour subvenir
à leurs besoins.
Le chômage en France

• Depuis une vingtaine d’années, la France


contrairement à la plupart des pays
développés parvient plus à faire passer son
taux de chômage sous la bande des cent
pour cent car elle est confrontée à un
chômage essentiellement structurel c'est-à-
dire hyper dur même lorsque la conjoncture
économique s’améliore.
Rapport existant entre le chômage et
le développement
Avant d’expliquer la relation qui existe entre le
chômage et le développement, il parait
important de définir le développement, celui-ci
est un progrès économique qui s’inscrit dans le
cadre général du progrès de la société et qui se
traduit en terme économique par plus de
richesse, plus de productions. Pour parler de ce
rapport on peut se référer au chômage
technologique qui est une forme de chômage, est
dû a la modernisation et qui provoque la
substitution du capital au travail (informatique,
robotique..).
Suite
Grâce au phénomène de robotisation qui nous
permet d’augmenter la production technique
prenons par exemple en 2000, nous avions
besoin de 30 personnes pour fabriquer une
voiture, de nos jours, on n’a pas besoin de
tous ces gens la pour les construire .C’est grâce
a l’évolution de la technologie.
II-Conclusion

Après une étude du chômage, nous pouvons en


conclure que ce fléau est présent dans presque
tous les pays du monde, il est à la base de la
destruction d’emploi. Par ailleurs, les
innovations sont à l’origine de cette destruction
d’emploi mais aussi à la création de nouveaux
emplois qui sont de moins en moins nombreux
et qui ne remplacent pas en totalité les emplois
qui ont été détruits. Le chômage entraîne
conséquences lourdes sur les individus, ceux-ci
n’ont plus les qualifications requises et sont donc
démotivés.
Suite
• Il entraîne alors les manifestations violentes (qui
peuvent aller jusqu’au meurtre), des réinsertions
assez compliquées par le manque de formation,
dans les cas les plus extrêmes, les personnes peuvent
aller jusqu'à se suicider. Pour répondre clairement à
la problématique, effectivement nous pouvons
détruire des emplois pour en créer d’autres ,mais le
fait d’en créer un nombre inferieur a celui de la
destruction d’emploi ne résous en aucun cas le
problème du chômage.
Suite
• Il entraîne alors les manifestations violentes (qui
peuvent aller jusqu’au meurtre), des réinsertions
assez compliquées par le manque de formation,
dans les cas les plus extrêmes, les personnes peuvent
aller jusqu'à se suicider. Pour répondre clairement à
la problématique, effectivement nous pouvons
détruire des emplois pour en créer d’autres ,mais le
fait d’en créer un nombre inferieur a celui de la
destruction d’emploi ne résous en aucun cas le
problème du chômage.
III-Recommandations

Nous pouvons constater que le chômage est


un élément destructif pour un pays, c’est pour
cela qu’on définit le chômage étant un
problème humain comme l’inactivité d’une
personne en âge légal de travailler qui se
trouve sans emploi. Les conditions de vie des
chômeurs ne sont pas respectées à travers le
mode d’emploi, la sécurité et la santé.
Suite
• Le problème du chômage résulte de l’inadéquation
de l’offre et de la demande d’emploi. Pour résoudre
les problèmes du chômage il faut qu’il y ait plus
d’emplois dans les entreprises pour pouvoir
embaucher des chômeurs et ensuite il faut
augmenter la demande de travail économique pour
produire plus et réduire la productivité du travail
afin que l’emploi soit mieux partager entre toutes les
personnes qui souhaitent travailler.
• En somme, la seule vraie solution est la recherche
du plein d’emploi qui permet d’orienter le travail
dans le secteur qui en a le plus besoin.
IV-Références bibliographiques

• ABRAHAM Jacques(2004) : Comprendre l’activité économique,


Tome 1, 204 P
• INSEE, Google,
http://fodationemploijeune.com/index.php/actualites/11
• Htpp://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/124222
• Http : jlcayette.free.fr/ecotrav.html
• http://sites.Google.com/site/etymologielatingrec/home/c/cho
mage
• http://theses.univ-
lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2007.sum_m&part=2
06164
• Quelques Grandes Étapes dans l’Évolution de l’humanité (
Sciences sociales 9eme année fondamentale,Carlz DOCTEUR,
Professeur de sciences sociales,135p)