Vous êtes sur la page 1sur 33

LES INCOTERMS

source: JAMMAL Naji, Commerce international : mondialisation, enjeux et applications, 2e édition, Mise à jour,
ERPI, 2009, 558 pages

•L’ORIGINE ET L’UTILITÉ DES INCOTERMS

•LES GROUPES D’INCOTERMS


- les incoterms multimodaux
(tous les types de transport)
- les incoterms maritimes

•LES FACTEURS LIÉS AU CHOIX DES INCOTERMS


- les facteurs environnementaux
- les coûts de l’exportation

© ERPI, tous droits réservés 1


L’ORIGINE ET L’UTILITÉ DES INCOTERMS

• Dans les années 1920, la Chambre de commerce international (CCI) a


constaté que, souvent, les partenaires commerciaux n’interprétaient
pas les termes commerciaux de la même manière. Les conflits l’ont
conduite à élaborer des règles uniformes d’interprétation des termes
commerciaux.

• Les incoterms sont désormais au nombre de 11 ; ils constituent un


vocabulaire commun pour les commerçants de langues et de
pratiques commerciales différentes. Même si leur emploi n’est pas
obligatoire et qu’ils n’ont pas force de loi, de nombreux pays les
utilisent, et ils font partie intégrante du tissu commercial
international.

© ERPI, tous droits réservés 2


LES GROUPES D’INCOTERMS

• En 2010, la CCI a décidé de regrouper les incoterms en deux


groupes, multimodaux et maritimes, et ce, pour des raisons
de simplification.
Les incoterms multimodaux (tous les types de transport)
EXW Ex works En usine
FCA Free carrier Franco transporteur
CPT Carriage paid to Port payé jusqu’à
CIP Carriage and insurance paid to Port payé, assurance comprise,
jusqu’à
DAT Delivered at terminal Rendu au port de destination
DAP Delivered at place Rendu au lieu de destination
DDP Delivered duty paid Rendu droits acquittés

Les incoterms maritimes


FAS Free alongside ship Franco le long du navire
FOB Free on board Franco à bord
CFR Cost and freight Coût et fret
CIF Cost, insurance and freight Coût, assurance et fret

© ERPI, tous droits réservés 3


LES GROUPES D’INCOTERMS

© ERPI, tous droits réservés 4


LES GROUPES D’INCOTERMS (suite)

© ERPI, tous droits réservés 5


LES GROUPES D’INCOTERMS
• Les incoterms multimodaux, au nombre de sept, EXW, FCA, CPT, CIP, DAT, DAP,
DDP peuvent être utilisés sans égard au mode de transport retenu et sans tenir
compte du fait qu’il y ait un ou plusieurs modes de transport combinés.

EXW (ex works ou « en usine », lieu convenu)


• Le vendeur a la responsabilité de l’acheminement de la marchandise
au point de départ convenu et de tous les frais, risques et obligations
qui y sont reliés. Il doit donc fournir à l’acheteur les documents
commerciaux (facture commerciale, certificat d’origine, etc.), emballer
la marchandise et la rendre disponible pour l’acheteur dans ses
propres locaux ou dans un autre lieu convenu (atelier, usine, entrepôt,
etc.).

© ERPI, tous droits réservés 6


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
EXW
EXW, ex works ou en usine
- obligations minimales du vendeur (se limitent au point de départ)

© ERPI, tous droits réservés 7


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
FCA

FCA (free carrier ou « franco transporteur », lieu convenu)

• Le vendeur dédouane la marchandise à l’exportation et l’amène au


transporteur désigné par l’acheteur, au lieu inscrit à la suite de
l’incoterm. Ce lieu peut être l’usine même du vendeur, un quai, un
terminal de conteneurs, etc. Si le lieu correspond à l’établissement du
vendeur, ce dernier doit charger la marchandise. S’il s’agit d’un autre
endroit, par exemple un terminal de transport routier, ferroviaire,
aérien ou maritime, le vendeur doit y acheminer la marchandise, mais
il n’est pas responsable de son déchargement.

© ERPI, tous droits réservés 8


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
FCA

© ERPI, tous droits réservés 9


LES INCOTERMS MARITIMES
FAS

FAS (free alongside ship ou « franco le long du bateau », port


d’embarquement convenu)

• Le vendeur a rempli ses obligations lorsqu’il a livré les marchandises


dédouanées au port d’embarquement du transporteur principal
qu’aura choisi l’acheteur. Il dépose les marchandises le long du
bateau, sur le quai ou sur des barges, selon les usages du port.
À partir de ce moment, l’acheteur assume tous les frais et les risques.

© ERPI, tous droits réservés 10


LES INCOTERMS MARITIMES
FAS

© ERPI, tous droits réservés 11


LES INCOTERMS MARITIMES
FOB

FOB (free on board ou « franco à bord », port d’embarquement


convenu)

• Le vendeur doit acheminer les marchandises au port d’embarquement


convenu. Cependant, alors qu’en vertu du FAS il doit simplement
décharger les marchandises le long du bateau, le vendeur doit ici les
charger sur le bâtiment désigné comme transporteur principal par
l’acheteur, et ce, selon les usages en vigueur dans le port
d’embarquement convenu. Ici encore, les formalités d’exportation
incombent au vendeur. Le transfert des frais et des risques du
vendeur vers l’acheteur s’effectue au port d’origine, non pas lorsque
les marchandises passent le bastingage du bateau (version 2000),
mais lorsqu’elles ont été chargées à bord du navire.

© ERPI, tous droits réservés 12


LES INCOTERMS MARITIMES
FOB

© ERPI, tous droits réservés 13


LES INCOTERMS MARITIMES
FOB

• Attention aux FOB américains et aux Revised American Foreign Trade


Definitions (RAFTD).

• Les Américains ont conçu en 1919 et revisé en 1941 six groupes d’incoterms, soit EX,
FOB, FAS, C&F, CIF et ExDock, qui équivalent sur le plan du contenu aux 11 incoterms
de la CCI. Le groupe le plus utilisé est celui des FOB, qui comprend six variantes. Aux
États-Unis, FOB ne désigne pas, comme l’incoterm de la CCI, l’expédition de
marchandises par bateau ou son transit par un port, mais bien une destination
américaine, plus précisément la frontière américaine.

© ERPI, tous droits réservés 14


LES INCOTERMS MARITIMES
CFR

CFR (cost and freight ou « coût et fret », port de destination


convenu)

• Le vendeur doit organiser et payer le transport des marchandises


jusqu’au port de destination désigné par l’acheteur, dans le pays de
celui-ci. Il doit assumer le chargement sur le navire, les formalités de
dédouanement à l’exportation, le transport principal et le
déchargement, si celui-ci est mentionné dans le contrat de transport.
Les risques de perte ou de dommage sont transférés du vendeur à
l’acheteur lorsque les marchandises ont été chargées à bord du
navire, au port d’embarquement.

© ERPI, tous droits réservés 15


LES INCOTERMS MARITIMES
CFR

© ERPI, tous droits réservés 16


LES INCOTERMS MARITIMES
CIF

CIF (cost, insurance and freight ou « coût, assurance et fret », port


de destination convenu)

• Le vendeur souscrit une assurance maritime au nom de l’acheteur


contre les risques de perte ou de dommage des marchandises durant
le voyage. Le vendeur a rempli ses obligations une fois que les
marchandises sont arrivées au port de destination, car il paie le
transport et l’assurance jusque-là. Les risques de perte ou de
dommage sont transférés du vendeur à l’acheteur lorsque les
marchandises ont été chargées à bord du navire, au port
d’embarquement. Le vendeur assure la marchandise mais c’est
l’acheteur qui doit faire la réclamation si la marchandise est
endommagée.

© ERPI, tous droits réservés 17


LES INCOTERMS MARITIMES
CIF

© ERPI, tous droits réservés 18


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
CPT

CPT (carriage paid to ou « port payé », lieu de destination convenu)

• Le vendeur se charge du dédouanement de la marchandise à


l’exportation, de la livraison et du chargement au lieu de départ, du
transport et de la livraison jusqu’au lieu désigné par l’acheteur, dans le
pays de l’acheteur. Les risques de perte ou de dommage sont
transférés à l’acheteur au moment où les marchandises sont remises
au premier transporteur. Selon l’incoterm CPT, c’est l’acheteur qui doit
payer les frais de déchargement au lieu de destination convenu, à
moins que ceux-ci ne soient inclus dans le coût du transport.

© ERPI, tous droits réservés 19


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
CPT

© ERPI, tous droits réservés 20


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
CIP

CIP (carriage and insurance paid to ou « port et assurance payés »,


lieu de destination convenu)

• En plus des obligations que confère le CPT, le CIP oblige le vendeur à


souscrire une assurance au nom de l’acheteur. Cette assurance offrira
une couverture minimale contre les risques de perte et
d’endommagement des marchandises durant le voyage, mais pas
contre le vol. Les risques de perte ou de dommage sont transférés à
l’acheteur au moment où les marchandises sont remises au premier
transporteur, au lieu d’origine.

© ERPI, tous droits réservés 21


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
CIP

© ERPI, tous droits réservés 22


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
DAP

DAP (delivered at place ou « rendu au lieu de destination », lieu


convenu)

• Le vendeur a rempli ses obligations lorsque les marchandises sont


mis à la disposition de l’acheteur sur le lieu de destination convenu et
sont prêtes à être déchargées du véhicule de transport. DAP
remplace les incoterms DDU, DES et DAF et offre un cadre
contractuel à des livraisons dans un point intérieur, un port ou un
aéroport. DAP signifie que le vendeur organise le transport des
marchandises et en assume les coûts et les risques jusqu’à un lieu de
destination désigné par l’acheteur au moment de la signature du
contrat. Il se charge également des formalités douanières à
l’exportation.

© ERPI, tous droits réservés 23


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
DAP

© ERPI, tous droits réservés 24


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
DAT

DAT (delivered at terminal ou « rendu au terminal », port ou lieu de


destination convenu)

• Les implications contractuelles du DAT correspondent en gros à celles


du DAP, à la différence qu’avec le DAT, le vendeur doit aussi voir au
déchargement de la marchandise au terminal désigné dans le port ou
au lieu de destination convenu. Le terme « terminal » comprend tout
type de lieu (terminal aérien, maritime, routier, entrepôt...). Le vendeur
assume tous les risques liés à l’acheminement des marchandises et à
leur déchargement au terminal du port ou au lieu de destination
convenu.

© ERPI, tous droits réservés 25


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
DAT

© ERPI, tous droits réservés 26


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
DDP

DDP (delivered duty paid ou « rendu droits acquittés », lieu de


destination convenu)

• DDP est l’incoterm qui attribue le maximum d’obligations au vendeur,


puisque le transfert des coûts et des risques ne s’effectue qu’au
moment où les marchandises sont livrées à l’établissement de
l’acheteur, les formalités de dédouanement à l’importation ayant été
réglées par le vendeur. Seul le déchargement des marchandises à
son établissement incombe à l’acheteur (sauf mention contraire dans
le contrat de vente, bien sûr).

© ERPI, tous droits réservés 27


LES INCOTERMS MULTIMODAUX
DDP

© ERPI, tous droits réservés 28


LES FACTEURS LIÉS
AU CHOIX DES INCOTERMS
LES FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX
La valeur de l’expédition
• Plus la valeur de la marchandise expédiée est élevée, plus l’entreprise
exportatrice a tendance à utiliser l’incoterm EXW.
Les caractéristiques du client
• Cette utilisation des incoterms comme mode de gestion du risque est
encore plus flagrante en ce qui a trait au risque client. Les entreprises
optent plutôt pour un incoterm dont la responsabilité du vendeur est
moindre.
Le risque-pays
• Les incoterms choisis pour des clients à risque sont sensiblement les
mêmes dans les cas de pays à risque.
L’intensité concurrentielle
• Les exportateurs optent donc pour les incoterms qui demandent plus de
responsabilités envers le vendeur.
Le pouvoir de négociation du client
• Si le pouvoir de négociation du client est grand, un exportateur doit opter
pour un incoterm impliquant de grandes responsabilités pour le vendeur
bien que, dans ce cas, le client soit souvent en position d’imposer
l’incoterm de son choix.

© ERPI, tous droits réservés 29


LES FACTEURS LIÉS AU CHOIX DES
INCOTERMS

LES COÛTS DE L’EXPORTATION


• Vous recevez une demande de prix de la part d’un client égyptien dont l’entreprise
est située au Caire. Ce dernier aimerait obtenir une soumission selon les incoterms
suivants :

• EXW Toronto
• FCA Montréal
• CFR Alexandrie (ville portuaire du nord de l’Égypte)
• CIF Alexandrie
• DDP Caire

© ERPI, tous droits réservés 30


LES FACTEURS LIÉS AU CHOIX DES
INCOTERMS
LES COÛTS DE L’EXPORTATION
Vous vérifiez votre structure de coût auprès de votre département de comptabilité, qui
vous fournit les informations suivantes :
1) Votre marge de profit doit se situer à 20 % du coût de revient.
2) Les frais relatifs aux formalités douanières à l’exportation sont de 200 CAD.
3) L’acheminement de la marchandise par camion vers Montréal coûte 500 CAD ;
4) Le coût de revient des sacs à main est de 50 000 CAD ;
5) L’emballage de la marchandise pour l’exportation coûte 800 CAD ;
6) Le chargement de la marchandise sur le bateau au port de Montréal coûte 200 CAD ;
7) Le transport maritime Montréal-Alexandrie coûte 3000 USD ;
8) L’acheminement de la marchandise par camion du port d’Alexandrie vers le Caire
coûte 1500 EGP ;
9) Les frais relatifs aux formalités douanières à l’importation sont de 650 EGP ;
10) Les droits de douane de la marchandise sont de 20 000 EGP ;
11) L’assurance maritime coûte 600 USD ;
On suppose que 1 CAD = 0,785 USD et que 1 CAD = 5,24 EGP.

© ERPI, tous droits réservés 31


Solution
EXW FCA CFR CIF DDP
Toronto Port montreal port alex alex caire
Cout de revient CAD 50000 50 000,00 $ 50 000,00 $ 50 000,00 $ 50 000,00 $ 50 000,00 $
marge de profit 20% 10 000,00 $ 10 000,00 $ 10 000,00 $ 10 000,00 $ 10 000,00 $
transp. Montreal $ 500 500,00 $ 500,00 $ 500,00 $ 500,00 $
emballage M/ses $ 800 800,00 $ 800,00 $ 800,00 $ 800,00 $ 800,00 $
Douane à Montreal $ 200 200,00 $ 200,00 $ 200,00 $ 200,00 $
chargement maritime $ 200 200,00 $ 200,00 $ 200,00 $ 200,00 $
transp. Principale $ USD 3000 3 821,66 $ 3 821,66 $ 3 821,66 $
alex au caire EGP 1500 286,26 $
Formalité douane Egyptien EGP 650 124,05 $
doune 20000 3 816,79 $
assurance USD 600 764,33 $ 764,33 $

total en CAD 60 800 $ 61 700 $ 66 286 $ 65 522 $ 70 513 $


Total en EGP 318 592 $ 323 308 $ 347 339 $ 343 333 $ 369 489 $
Total en USD 47 728 $ 48 435 $ 52 035 $ 51 435 $ 55 353 $

© ERPI, tous droits réservés 32


RÉSUMÉ

• Les incoterms sont des conventions internationales qui servent à répartir les coûts et les
risques entre le vendeur et l’acheteur dans les contrats de vente internationale.
• Au nombre de 11, ils se répartissent en 2 grands groupes, soit les incoterms
multimodaux, qui concernent tous les types de transport (incluant le transport maritime),
et les incoterms maritimes, qui concernent le transport fluvial et maritime, et ce, pour
des raisons de simplification.

© ERPI, tous droits réservés 33