Vous êtes sur la page 1sur 13

Notion sur la combustion

et les combustibles
Présenté par:

Mr Hassan EL ATTARI
1-   COMBUSTTIBLES
 1-1-      définition
 
Un combustible est une substance (solide, liquide ou gazeuse)
qui peut se combiner facilement avec l'oxygène selon une
réaction chimique.

1-2 – Composition des combustibles


  Notion sur la combustion
La composition chimique est une caractéristique importante des
et les combustibles
combustibles.

Les combustibles utilisés dans l’industrie sont des composés


contenant essentiellement les corps suivants :
Présenté par:

 Les matières combustibles


Mr Hassan : C, H2EL
d'où le nom d'hydrocarbures et
ATTARI
en quantité moindre, le S et O2.
 
Les matières incombustibles : l'eau, l'azote et les cendres
(surtout pour les combustibles solides).

1-3- Pouvoir calorifique (PC)

PC d'un combustible : quantité de chaleur dégagée par la


combustion d'une unité de masse (ou de volume pour les gaz)
de ce combustible

PCS = PCI + chaleur latente de condensation de la vapeur


d'eau formée par la combustion

Cette chaleur latente = 2510 KJ (600 kcal) par kg d'eau


2-  COMBUSTION
 
Les éléments nécessaires à la combustion sont : le combustible
et l'oxygène.
 
Au cours de la combustion, les composantes chimiques du
combustibles (C, H2, O2 et S) réagissent avec l'oxygène selon les
réactions suivantes

Réactions principales
C + O2 CO2 H2 + ½ O2 H2 O

Réactions secondaires
C + 1/2O2 CO S + O2 SO2
2-1- Air comburant
 
L'oxygène nécessaire à la combustion est apporté par l'air
(appelé air comburant).
 
La composition volumique de l'air atmosphérique est
approximativement : 21% d'oxygène ; 79% d'azote.
 
L'azote n'intervient pas dans la combustion et se trouve donc
intact dans les fumées. Il se peut qu'on retrouve également de
l'oxygène s'il est en excès.

2-2- Produits de la combustion

Les produits de la combustion : les fumées et les cendres. Leur


composition dépend du combustible et de la qualité d'air utilisée
Les fumées sont formées par les oxydes des corps composant le
combustible:
Essentiellement CO2, H2O, CO,
N2 est éventuellement les imbrûlés et O2 en excès.
 
Les cendres sont formées par les imbrûlés solides et les matières
minérales non combustibles.

2-3- Modes de combustion

La combustion d'une unité de masse du combustible nécessite


une quantité bien définie d'oxygène qui est appelée : quantité
stœchiométrique.

2-3-1- Combustion neutre : Lorsque l'air utilisé est en quantité égale


à la valeur stœchiométrique
 2-3-2- Combustion réductrice : Manque d’air : Combustion
Incomplète (perte de chaleur de 283 KJ par mole de CO non
brûlée.

On reconnaît une mauvaise combustion:


 A la couleur noire des fumées et la formation de suie

 A la faible teneur de CO2 dans les fumées;

 Au pourcentage élevé de CO dans les fumées


2-3-3- Combustion oxydante – excès d'air
 
Combustion complète (éviter une perte de combustible), il faut
utiliser une quantité d'air supérieure à la valeur stœchiométrique.
 
Excès d'air (e) = Vd'air utilisé – V d'air théorique x 100
V d'air théorique

Dans la pratique, on utilise le pourcentage de l'excès d'air à partir


de la teneur en CO2 ou en O2 des fumées (par les analyseurs
mesurant ces teneurs).
 
e(%) = O2 x 100 ; e (%) = CO2 théorique - CO2 réel x100
21-O2 CO2 réel
-

 Lorsque la teneur en O2 augmente, c'est que l'excès d'air a


aussi augmenté;

 lorsque la teneur en CO2 augmente, c'est que l'excès d'air


a diminué.

 L'augmentation du volume important des fumées


entraîne une augmentation des pertes et donc une baisse
du rendement.

2-4- Conditions nécessaires à la combustion :la combustion


n'est pas spontanée
 La température du combustible doit être portée et maintenue à
une température suffisamment élevée, supérieure à la température
d'inflammation pour compléter toutes les réactions de combustion

Température minimale en dessous de laquelle le combustible ne


peut brûler,.

 Un bon mélange entre l'air et le combustible doit être assurer. La


composition du mélange doit être adéquate pour assurer des conditions
favorables de combustion.

  Le temps de séjour du mélange, dans la zone de combustion doit


être suffisamment long pour assurer la combustion complète du
combustible.

Si l'un des trois conditions n'est pas rempli, la combustion ne


2-4-1.   Mélange air – combustible :

Il doit que l'air et le combustible sont


convenablement mélangés.

Appareil de contrôle de la combustion : Analyseurs


de fumées (Testo,........................)
 
Rendement (%) = Énergie utile x 100
Énergie totale
Ou encore

Rendement (%) = Énergie totale- Pertes x 100


Énergie totale
3- Examens visuels
 
3-1- Flammes
 
L’examen visuel des flammes est important. Leur aspect
(couleur, forme) dépend du type de technologie utilisée et du
combustible.
 
     3-2- Fumées

Pour une combustion bien réglée, les fumées sont


pratiquement incolores. Les fumées noires (combustion
incomplète) sont dues à l’une des causes suivantes :

 un manque d’air ;
 un mauvais mélange air-combustible.
3-3- Limite des examens visuels
 
Le contrôle de la combustion à partir des examens visuels,
pratique couramment utilisée, permet d’assurer un rendement
de combustion satisfaisant.

Cependant un réglage sur la base d’une inspection visuelle


reste limité.

L’analyse des éléments présents dans les fumées de


combustion (CO, CO2, O2, et la température des fumées)
permettent d’affiner d’avantage le réglage et d’atteindre par
conséquent les conditions optimales précises de la
combustion.