Vous êtes sur la page 1sur 23

Chapitre 3 : Gestion

collective et Mesures de
performance des OPCVM
Modou DIENG
FASEG/UCAD
Laboratoire de Recherche Economique et
Monétaire
diengmo@yahoo.fr
modieng@larem-ucad.com
www.larem-ucad.com
Introduction
 Afin de faciliter l’investissement en valeurs
mobilières et d’impulser une dynamique de
développement plus accru du marché, les
autorités de régulation, à travers
« l’instruction n° 21/99 du 2 juillet 1999
relative à la classification des organismes de
placement collectif en valeurs mobilières »,
ont mis en place un cadre réglementaire
permettant l’émergence et le développement
des fonds mutuels à la BRVM.
 Cette forme de gestion d’actifs commence à se
développer à la Bourse régionale des valeurs
mobilières (BRVM), quelques OPCVM ont été
créés depuis 2002 :
M. DIENG Cours de Gestion de
Portefeuille 1
Introduction
 La gestion collective des valeurs mobilières s’effectue au
sein des «Organismes de Placement Collectif en Valeurs
Mobilières» (OPCVM) regroupés en :
 Sociétés d’Investissement à Capital Variable (SICAV) ;

 Fonds Communs de Placement (FCP) ;

 ou toute autre forme d’organisme de placement


collectif en valeurs mobilières agréé par le Conseil
Régional.
 Les SICAV sont constituées sous forme de société et
émettent des actions.
 Les FCP sont des copropriétés qui ne disposent pas de
personnalité juridique et émettent des parts.
I- Définition et avantages
 Les OPCVM donc des portefeuilles de
valeurs mobilières détenues collectivement
par des investisseurs institutionnels ou
particuliers qui en délèguent la gestion à
une société de gestion d’OPCVM (SGO).
 Ils permettent donc à un groupe
d’investisseurs de mutualiser leur épargne
en vue de la placer en valeurs mobilières
par l’intermédiaire d’un gestionnaire
professionnel.
I- Définition et avantages
 procure une bonne diversification des risques (accès à une plus grande
palette d’instruments financiers) qu’il serait impossible d’atteindre par une
gestion individuelle permettant ainsi aux investisseurs d’optimiser le couple
rentabilité-risque;
 favorise une baisse des coûts grâce aux économies d’échelle puisque les
frais de gestion et de transaction sont répartis entre les différents membres
du fonds;
 permet de profiter de l’expertise d’un professionnel et décharge les clients
du travail de gestion de leur portefeuille. Les gestionnaires de fonds sont
mandatés par leurs clients pour assurer surtout une activité de
mutualisation et de redistribution des risques;
 donne une grande flexibilité, en effet, l’investisseur peut à tout moment
céder ses parts;
 rend les marchés financiers accessibles à tous et permet en particulier aux
petits épargnants de détenir des parts de portefeuille de valeurs mobilières;
 canalise l’épargne vers le financement de l’économie (États, entreprises,
collectivités) participant par ce biais à la croissance économique.

M. DIENG Cours de Gestion de


Portefeuille 1
II- Cadre réglementaire
 Dans l’UEMOA, les OPCVM fonds sont sous la coupole du
Conseil Régional de l’Épargne Publique et des Marchés
Financiers (CREPMF) qui les classifie, les organise et les
réglemente.
 Ainsi, dans l’article 8 de l’instruction n°46/2011 du 09
septembre 2011 relative à la classification et aux règles
d’allocation d’actifs des organismes de placement collectif
sur le marché financier régional de l’UEMOA, les OPCVM
sont classés selon les cinq catégories suivantes :
 OPCVM actions ;
 OPCVM obligations à court terme ;
 OPCVM Obligations à moyen et long terme ;
 OPCVM diversifiés ;
 OPCVM contractuels.

M. DIENG Cours de Gestion de


Portefeuille 1
II- Cadre réglementaire
 Les OPCVM doivent détenir dans leur portefeuille les actifs
suivants :
 valeurs mobilières (actions, obligations, certificats, droits)
émises dans le marché financier de l’UMOA;
 titres de créances du marché monétaire de l’UMOA;

 parts et titres de créances d’organisme de placement commun


(OPC) émis dans l’UMOA;
 disponibilités courantes placées à court terme ou à vue.

 La construction d’un OPCVM dépend fondamentalement des


objectifs assignés au gérant. Ainsi pour chaque catégorie, le
gestionnaire a un devoir d’information envers ses clients et doit
par ailleurs respecter des règles précises de gestion et de
répartition des risques.

M. DIENG Cours de Gestion de


Portefeuille 1
II- Cadre réglementaire
 OPCVM actions : son portefeuille
doit être composé de la façon
suivante :
 Soit 70% au moins en actions, droits
d’attribution ou de souscription (hors
titres OPCVM actions),
 Soit 90% au moins en titres d’OPCVM
actions (hors liquidités).

M. DIENG Cours de Gestion de


Portefeuille 1
II- Cadre réglementaire
 OPCVM obligations à court terme : son portefeuille
doit être composé de la façon suivante :
 Soit 70% au moins en titres de créance
négociables du marché monétaire ou d’obligation
d’État dont la durée de vie ne dépasse pas deux
ans (hors titres d’OPCVM obligations à court
terme ou titre de Fonds Communs de Titrisation
des Créances (FCTC)),
 Soit 90% au moins en titres d’OPCVM obligations
à court terme ou de titres de FCTC (hors
liquidités).

M. DIENG Cours de Gestion de


Portefeuille 1
II- Cadre réglementaire
 OPCVM obligation à moyen, long termes :
son portefeuille doit être composé de la
façon suivante :
 Soit au moins 90% au moins en obligations
dont la durée de vie dépasse deux ans (hors
titres d’OPCVM obligations à moyen, long
termes,
 Soit 90% au moins en titres d’OPCVM
obligation à moyen, long termes ou de titres
de FCTC (hors liquidités).

M. DIENG Cours de Gestion de


Portefeuille 1
II- Cadre réglementaire
 OPCVM diversifié : c’est un OPCVM qui
n’est ni actions, ni obligations, ni
contractuel et son portefeuille ne doit
pas comprendre :
 Plus de 70% en obligations à court terme,
 Plus de 70% en obligations moyen, long
terme,
 Plus de 70% en actions et titres assimilés,
 Plus de 70% en titres d’autres OPCVM ou de
FCTC.
M. DIENG Cours de Gestion de
Portefeuille 1
II- Cadre réglementaire
 Graphique 1 : Répartitions des actifs gérés par les
OPCVM de l’UEMOA au 31/12/2015.

M. DIENG Cours de Gestion de


Portefeuille 1
III- Situation du marché
des OPCVM dans

l’UEMOA
Le marché de la gestion collective a connu un
développement spectaculaire au cours des dernières
années à la BRVM. Les 2 premiers fonds mutuels
(FCP SOGEVALOE et FCP SOGEAVENIR)ont vu le
jour 26 juin 2000 et depuis cette forme de gestion
d’actifs ne cesse de se développer.
 en fin 2016, on compte sur le marché 57 fonds
mutuels dont 1 SICAV diversifié, 3 FCP obligations à
court terme, 13 FCP obligations à moyen, long
termes, 9 FCP actions et 31 FCP diversifiés (dont 5
FCPE).
 Les SGO sont au nombre de 14 en fin 2016.
III- Situation du marché
des OPCVM dans
l’UEMOA
Graphique 2 : Nombre d’OPCVM gérés par SGO à la
BRVM au 31/12/2016
III- Situation du marché
des OPCVM dans
 Ces
l’UEMOA
dernières années des flux
d’investissement très important se sont
dirigés vers les OPCVM. Ainsi le montant des
actifs gérés par les SGO a connu une
expansion extraordinaire et se chiffre en 2016
à 665,38 milliard de FCFA contre en 279,66
milliards en 2015 soit une progression de
57,97% sur un an.
 Compte tenu de cette forte croissance, on
peut légitimement s’interroger sur la qualité
de gestion des fonds mutuels de la BRVM.
III- Mesures de
Performance
 La mesure de la performance des
portefeuilles ou des fonds d’investissement
est devenue un enjeu considérable avec le
développement de la gestion collective à
travers les OPCVM (SICAV et FCP ).
 Pour aider les épargnants à choisir parmi
l’ensemble des produits qui leur sont
proposés et pour contrôler la performance
des gérants de fonds, plusieurs méthodes ont
été proposées par les économistes financiers
III- Mesures de
Performance
1- Ratio de Sharpe
 Mis en place en 1966 par William
Forsyth Sharpe, un économiste
américain, le ratio de Sharpe permet
de mesurer la rentabilité d’un
portefeuille en fonction du risque
pris.
III- Mesures de
Performance
2- Ratio de Treynor
 Ce ratio fut créé par l'économiste
Jack Treynor en 1965. A l'instar du
ratio de Sharpe, il permet d'évaluer la
rentabilité d'un portefeuille par
rapport au risque engagé.
III- Mesures de
Performance
3- L’alpha de Jensen
 Cette L'alpha de Jensen, proposé par
Michael C. Jensen en 1968 sert à
évaluer la performance d'un fond ou
portefeuille d'actifs financiers, à
l'instar des ratios de Sharpe ou de
Treynor.
III- Mesures de
Performance

3- Ratio de Roy
Cette mesure considère un rendement
de réserve de l’investisseur RL, sur
lequel celui-ci va déterminer le niveau
de rendement excédentaire de
portefeuille :
III- Mesures de
Performance
4- Ratio de Sortino
 Cette mesure est proposée en 1991
par Sortino et van der Meer :

M. DIENG Cours de Gestion de


Portefeuille 1
III- Mesures de
Performance
5- L’indice M 2
 Modigliani et Modigliani (1997) ont
proposé cette mesure appelée M2

M. DIENG Cours de Gestion de


Portefeuille 1
III- Mesures de
Performance
FM

6- Ratio d’Information
Le ratio d’information (Grinold, 1989) permet
d’estimer la performance du fonds par rapport
à la performance de l’indice de référence,
ajustée au risque de leur écart (RF-RM) :