Vous êtes sur la page 1sur 19

Toxicologie de l’alcool méthylique

Introduction

- Alcool méthylique CH3OH : méthanol, carbinol, alcool de


bois, esprit de bois
- dangereux : toxicité méconnue

- intoxications chroniques professionnelles


- intoxications aiguës graves : décès, séquelles

- traitement possible par des antidotes


- délai de prise en charge : important pour l’évolution
I. Étiologies
- Exposition professionnelle :
• Intoxication par inhalation de vapeurs, plus rarement au
contact des téguments
• usages : agent de synthèse des dérivés méthylés
(formaldéhyde, acide acétique, esters méthyliques), agent
d’extraction, solvant, diluant de peintures, vernis, teintures,
encres et colorants, composant de parfums…
- Ingestion : la principale étiologie
Généralement accidentelle : produits contenant du méthanol :
alcool à bruler, dissolvants, alcool frelatés : source
d’intoxications collectives
II. Toxicocinétique

- absorption : essentiellement digestive, pulmonaire et


cutanée

- distribution : diffusion rapide dans l’eau totale de


l’organisme, demi-vie plasmatique : environ 24 heures

- biotransformations : métabolisme oxydatif toxifiant,


principalement au niveau du foie, en 3 étapes
II. Toxicocinétique
II. Toxicocinétique

- élimination :
* Forme inchangée : urines (3 à 10%), air expiré (10 à 30%)
* Formaldéhyde : demi-vie < 1 minute
* Formiates : accumulation dans l’organisme, en partie excrété
dans les urines
 métabolite le plus important du méthanol :
toxique fonctionnel et potentiellement lésionnel
* CO2 : éliminé par voie pulmonaire

* Élimination du méthanol plus lente que celle de l’éthanol


II. Toxicocinétique
III. Toxicodynamie

- Agents toxiques :
* méthanol : effet anesthésique
* formaldéhyde : inhibiteur enzymatique
* acide formique (formiates) : inhibiteur du CYP450
accumulation / tête du nerf optique
- Effets toxiques :
* formaldéhyde + formiates :
- blocage énergétique des processus métaboliques
- accumulation des acides organiques
- acidose métabolique
III. Toxicodynamie

* formiates :
- inhibition du CYP450
- atteinte oculaire :
démyélinisation, œdème
blocage du flux axonal

- Lenteur d’élimination du méthanol : toxique cumulatif +++

- dose mortelle par ingestion : 7 – 250 mL (variabilité)


IV. Symptomatologie
Intoxication aiguë
absence de signes cliniques typiques
Phase de
 durée variable : 1 – 72 heures
latence
Ingestion > inhalation > voie cutanée
- Troubles neurodigestifs : ivresse classique
Phase de Ébriété, euphorie, irritabilité…
début - Douleurs abdominales intenses, vomissements,
nausées, céphalées, vertiges, asthénie…

- Troubles neurologiques : agitation, fureur,


convulsions puis coma
- défaillance respiratoire
Phase
- hypotension artérielle, tachycardie,
d’état
hypothermie, sueurs abondantes
- troubles oculaires : flou visuel, baisse de
l’acuité visuelle, névrite optique  cécité
IV. Symptomatologie
Intoxication aiguë

 Signes biologiques :
- acidose métabolique constante et sévère : pronostic oculaire
et vital +++
- protéinurie, glucosurie, hématurie, hyperglycémie,
hyperlactacidémie, Trou anionique +++
 Évolution :
- mort par défaillance cardio-respiratoire
- séquelles oculaires : cécité totale ou partielle : irréversible 
- guérison : intoxications bénignes et celles traitées
précocement
IV. Symptomatologie
Intoxication chronique

 Voie pulmonaire : taux atmosphérique du méthanol


> 200 ppm : céphalées tenaces et récidivantes
> 1200 ppm : troubles visuels

 Contact cutané répété :


Dermite, desquamation …
IV. Symptomatologie
V. Toxicologie analytique

1. Analyse de l’atmosphère :
- Intérêt professionnel
- Captage de l’air à analyser par barbotage dans l’eau
distillée
- Dosage par colorimétrie ou CPG

2. Milieux biologiques :
- Recherche et dosage du méthanol : sang, urine, liquide ou
contenu gastrique et liquides suspects
- Recherche et dosage de l’acide formique : sang et urines
- Analyses biologiques non spécifiques
V. Toxicologie analytique

• Détection du méthanol
1- Méthode chimique : colorimétrie, en trois étapes
- Isolement par distillation en présence d’acide picrique à chaud
- Oxydation du méthanol en formaldéhyde par le KMnO4 en
milieu sulfurique
- Dosage colorimétrique : Acide chromotropique  coloration
rouge violette  lecture spectrophotométrique
2- Méthodes enzymatiques
3- Méthodes physiques : CPG  détection simultanée de
l’éthanol et du méthanol
V. Toxicologie analytique

• Dosage de l’acide formique


- Méthodes enzymatiques
- CPG – FID
 estimation de la date de l’intoxication

• Analyses biologiques non spécifiques :


- Bilan acido-basique
- Bilan hydro-électrolytique
- Glycémie
- Lactacidémie
- Analyse des urines
VI. Traitement
1. Traitement évacuateur :
- Par ingestion : épuration digestive précoce (lavage
gastrique)
- Voie pulmonaire : éloigner le sujet de l’atmosphère toxique
- Voie cutanée : laver les téguments après déshabillage
2. Traitement symptomatique :
- intubation, ventilation assistée
- Correction de l’acidose : alcalinisation par perfusion de
soluté bicarbonaté
- Surveillance de l’équilibre hydro-électrolytique
- anticonvulsivants
VI. Traitement
3. Traitement antidotique :
intervention sur le métabolisme du méthanol
- Éthanol : bloque l’oxydation du méthanol en métabolites
toxiques par compétition
 administré le plus précocement possible en maintenant
un alcoolémie à 1 g/L
- 4-méthylpyrazole (Fomepizole): inhibe directement l’ADH
 très cher, pas toujours disponible, effets indésirables
(anaphylaxie)
- Tétrahydrofolate (THF) : réduction des formiates
 stimule le catabolisme des formiates
 pas suffisant si seul
VI. Traitement

4. Épuration du toxique et de ses métabolites :


Épuration extra-rénale : dialyser le méthanol, l’acide formique
et l’éthanol utilisé comme antidote (augmenter la dose)

 Indication : le pire des cas


- Méthanolémie > 0,5 g/L (dose ingérée > 30 mL)
- Acidose métabolique sévère (pH < 7,1)
- Apparition d’une toxicité rétinienne
- Existence d’une insuffisance rénale