Vous êtes sur la page 1sur 27

INTRODUCTION A L’UTILISATION DE

L’ELECTROTHERAPIE

Dr. A. YAHIA
Service de Médecine Physique et Réadaptation
Fonctionnelle
Hôpital Habib Bourguiba SFAX
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF

Présenter les principaux mécanismes électriques


impliqués dans le fonctionnement du nerf et du muscle

 Comprendre l’utilisation des techniques


d’électrostimulation neuromusculaire
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
1) Rappels morphologiques :
 Le neurone :
Cellule nerveuse : unité
fonctionnelle du système nerveux

Rôle : recevoir, conduire et


transmettre une excitation

Constituants : noyau + deux types


de prolongements
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
1) Rappels morphologiques :
Les dendrites : prolongements courts
L’axone :
Fibre nerveuse

Prolongement cylindrique

Se termine sur une zone de contact


avec une cellule musculaire : synapse
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
2) La fibre nerveuse: potentiel de repos
Cellule nerveuse : cellule excitable

La Mb : différence de potentiel entre les milieux IC et EC

En dehors de toute stimulation : cette # de potentiel se


maintient à un niveau constant de l’ordre de – 75 mv : PR

[Na+] et [K+] inégales entre les milieux IC et EC


électronégativité IC : les protéines IC empêchent les ions K+ de
migrer hors de la cellule + rôle de la pompe Na+/K+
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
3) La fibre nerveuse:
potentiel d’action
L’excitabilité : la propriété de modifier
brusquement le PR par action extérieure
(électrique, mécanique, chimique …)

 En réponse à cette excitation :


 La Mb : siège d’une variation rapide de
potentiel qui passe à +
30 mv :
c’est la dépolarisation

 Apparition brutale d’une augmentation de la


conductance au Na+ qui permet l’entrée
massive du Na+ dans la fibre → inversion
du potentiel de membrane
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
3) La fibre nerveuse: potentiel
d’action
Très rapidement la
conductance au Na+ chute
alors que la conductance au K+
atteint son maximum

Le K+ sort de la cellule et le


potentiel de Mb redevient - :
c’est la repolarisation
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
3) La fibre nerveuse: potentiel
d’action
La conductance du K+ reste élevée
encore qq ms : période
d’hyperpolarisation

Enfin : les flux ioniques s’inversent


grâce à une pompe à Na+/K+
chargée de rétablir les concentrations
de départ

Cette brève variation du potentiel


de membrane constitue le potentiel
d’action de la fibre nerveuse excitée
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
3) La fibre nerveuse:potentiel d’action
Une fois déclenché, le PA ne dépend pas de
l’intensité du stimulus : la fibre nerveuse répond à la
lois de «tout ou rien»

Par contre le nerf, constitué de ++ fibres nerveuses,


répond avec l’intensité de la stimulation en raison
d’un recrutement progressif des fibres

Atteint un maximum quand toutes les fibres sont


recrutées
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
4) Les lois d’excitation :
Le stimulus artificiel le plus utilisé :
le stimulus électrique
Caractéristiques : faciles à contrôler et à mesurer :
intensité, durée et fréquence
Son utilisation : a permis d’établir les lois de
l’excitation en particulier les conditions de
déclenchement du potentiel d’action
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
4) Les lois d’excitation :
Seuil d’excitation :
 Une stimulation d’intensité trop faible ne déclenche pas le PA
 Cependant, elle entraîne une dépolarisation de la membrane et le potentiel
s’élève : potentiel infraliminaire
 Si I augmente : le potentiel de MB atteint le seuil d’excitation → PA
 Il existe une intensité minimale pour → une excitation de la fibre nerveuse
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
4) Les lois d’excitation :
 Relation intensité – durée : loi de Weiss :
 L’excitation d’une fibre nerveuse ne dépend pas seulement de l’intensité
électrique de la stimulation
 A chaque intensité  au seuil correspond une durée minimale d’application
du stimulus en dessous de laquelle aucun PA n’est déclenché
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
4) Les lois d’excitation :
 Relation intensité – durée : Loi de Weiss :
L’intensité de la stimulation et la durée minimale
d’application sont liées par une loi hyperbolique
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
4) Les lois d’excitation :
 Relation intensité – durée : loi de Weiss :
 Rhéobase : l’intensité du courant au dessous de laquelle la
stimulation électrique n’est jamais efficace quelque soit la durée
du courant
 Chronaxie : le temps d’application nécessaire d’une
stimulation d’intensité double de la rhéobase pour obtenir un PA
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
4) Les lois d’excitation :
 Relation intensité – durée : loi de Weiss :
La mesure de la chronaxie est généralement utilisée
pour caractériser l’excitabilité d’une fibre nerveuse

La cellule est d’autant + excitable que la chronaxie est


courte
 Fibres nerveuses myélinisées : 0,3 ms
 Fibres nerveuses non myélinisées : 0,5 ms
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
4) Les lois d’excitation :
 Vitesse d’établissement du courant :
L’intensité du courant de stimulation doit varier rapidement pour
être efficace
Climalyse : le temps maximal d’établissement progressif du
courant de valeur rhéobase au delà duquel on n’obtient plus de
réponse de la fibre nerveuse ou musculaire
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
4) Les lois d’excitation :
 Cycle de l’excitabilité :
La période réfractaire absolue : toute stimulation
quelle que soit son intensité reste inefficace .

La fibre nerveuse reste inexcitable tant qu’elle est


dépolarisée

Elle limite la fréquence maximale de décharge


des PA d’une cellule nerveuse
ELECTROPHYSIOLOGIE DU NERF
4) Les lois d’excitation :
 Cycle de l’excitabilité :
La période réfractaire relative :
L’excitabilité de la fibre nerveuse est diminuée
Il est possible de déclencher un second PA
À condition que l’I de la stimulation soit  à l’I seuil
La durée de la PRR est de l’ordre de 10 ms
ELECTROPHYSIOLOGIE DU MUSCLE
1) Classification des fibres :
 Les fibres lentes de type I :
 Leur activation donne une contraction lente et d’amplitude
réduite
 Peu fatigables, pouvant répondre longtemps à des
stimulations répétées
 Endurance

 Les fibres rapides de type II :


 Leur activation donne une contraction rapide et une tension
élevée, mais pendant un temps bref
 Rapidement fatigables
 Force et vitesse
ELECTROPHYSIOLOGIE DU MUSCLE
2) Couplage excitation - contraction :
 Ensemble des processus : par lesquels le PA de la Mb
musculaire déclenche l’activité contractile de la fibre

 Le médiateur chimique est l’ion Ca++

 Loi du tout ou rien

 Les lois de l’excitation (intensité seuil, loi de Weiss,


période réfractaire ) sont valables pour la fibre M
ELECTROPHYSIOLOGIE DU MUSCLE
2) Couplage excitation - contraction :
 Quelques différences :
 Durée du PA : plus longue 1 à 5 ms
 Vitesse de propagation : plus lente 3 à 5 ms-1
 Chronaxie plus élevée 0,6 à 0,8 ms pour le muscle sain
 Période réfractaire absolue : 2 à 5 ms

 l’excitabilité de la fibre musculaire est donc moins grande que


celle de la fibre nerveuse
ELECTROPHYSIOLOGIE DU MUSCLE
3) Mécanique de la contraction du muscle :
 Réponse du M à 1 PA unique = secousse musculaire : 3 phases
Temps de latence : qq ms, correspond au retard de la réponse
musculaire dû au couplage excitation-contraction
 Phase de contraction : la tension du muscle augmente jusqu’à son
maximum : 10 ms pour les fibres rapides, 100 ms pour les fibres lentes
 Phase de relâchement : la tension revient au niveau de repos
ELECTROPHYSIOLOGIE DU MUSCLE
3) Mécanique de la contraction du muscle :
 La décharge d’un second PA peut se produire pendant la phase d’activité
mécanique du muscle

 Les 2 réponses → une secousse de plus grande amplitude


 La sommation des secousses musculaires : sommation temporelle
 Une fréquence de stimulation croissante augmente la tension musculaire
produite jusqu’à la sommation maximale : tétanos
PRINCIPES NEUROPHYSIOLOGIQUES
À L’APPLICATION DE L’ÉLECTRICITÉ

L’électrostimulation (EMS) consiste à induire des PA au


niveau des cellules excitables : cellules musculaires ou
nerveuses, par application d’un champ électrique

Plusieurs paramètres : choix du courant, son intensité, l’énergie


délivrée, le temps d’application

Buts : - Contraction de qualité optimale


- Sans risque de brûlures ou autres inconvénients liés à
l’usage de l’électricité
L’électrophysiothérapie
Ensemble des techniques de physiothérapie impliquant l’utilisation
de courant électrique
Électrothérapie
Ondes mécaniques (vibrothérapie)
Ondes électromagnétiques (actinothérapie)

→ Propriétés antalgiques, excito-motrices, trophiques, sclérolytiques


et lutte contre la stase
→ Préparation à la rééducation fonctionnelle
L’électrophysiothérapie
rappel
Tension : entre un pole + et un pole négatif, il existe une
différence de potentiel appelée tension exprimée en Volts (V)
Intensité: exprimée en Ampères (A)
Résistance: elle s’oppose à l’intensité; exprimée en Ohms
Loi d’Ohm: U = R X I
Puissance: le produit de la différence de potentiel à la sortie du
générateur par l’intensité; exprimée en Watts (W)
P = U X I = RI2
Effet joule: le dégagement de la chaleur provoquée par le
courant électrique : W = RI2 . T (s)
PRINCIPES NEUROPHYSIOLOGIQUES
À L’APPLICATION DE L’ÉLECTRICITÉ

Loi fondamentale de l’électricité :

Q=Ixt
Q : quantité de charges électriques
I : intensité du courant
t : temps de passage du courant