Vous êtes sur la page 1sur 27

Le Commerçant

PLAN
 Les conditions visant à protéger la personne qui veut
exercer le commerce

 Les conditions tendant à sauvegarder l’intérêt général


 Les conditions visant à protéger la personne qui veut exercer le
commerce:

 Le législateur marocain a fixé l’âge de 18 ans grégorien comme âge de


majorité. (Art 209 code de famille).

 Les mineurs qui veulent exercer le commerce doivent soit émanciper ou


autoriser par un juge des mineurs.

 La femme mariée peut exercer le commerce sans l’autorisation de son mari.


(Art 17 code de commerce)

 Les étrangers qui veulent exercer le commerce au Maroc doivent avoir au


moins 20 ans. (Art 14 code de commerce)
LES CONDITIONS VISANT À SAUVEGARDER
L’INTÉRÊT GÉNÉRAL :

 L’incompatibilité :

 L’interdiction :

- Santé publique 
- Moralité publique
 La classification des actes de commerce se fait selon une
distinction tripartite :

 Actes de commerce par nature

 actes de commerce par la forme

 actes de commerce par accessoire.


LES ACTES DE COMMERCES PAR LA
FORME

 Ce sont des actes qui sont commerciaux en raison de leur


seule forme (tu parles de l exemple le plus connu la lettre
de change)
LES ACTES DE COMMERCE PAR
ACCESSOIRE

 Conférèrent à l’adage selon lequel « accessoire suit le


principale » et par exemple au principe de la théorie
commercial objective, sont considéré comme des actes de
commerce , toutes les obligations du commerçant nées pour
les besoins ou à l’occasion de son commerce .
LES ACTES DE COMMERCE PAR
ACCESSOIRE

 Exemple

 L’achat d’un véhicule pour les livraisons de


marchandises n’est pas un acte de commerce par nature
mais l’acte est considéré comme commercial parce qu’il
est conclu pour les besoins du commerce

 Les emprunts contractés par un commerçant en vue des


besoins de son commerce .
DES ACTES DE COMMERCES PAR
NATURE

 Ce sont des actes de commerce en eux meme, a raison de


leur objet, c’est-à-dire ceux qui tiennent a la nature des
activités exercer:

- Les activités de distribution (I)

- Les activités de production et de


transformations (II)

- Les activités de services (III).


LES ACTIVITÉS DE DISTRIBUTION

 L’activité de distribution implique la réunion de trois


éléments constitutifs suivants : des achats, des reventes,
et un but spéculatif attendu de l’exercice de cette
activité.
LES ACTIVITÉS DE PRODUCTION ET
DE TRANSFORMATION
 Il s’agit de l’industriel qui achète des matières premières
ou les extrait du sol, et vend des produits finis ou semi –
finis. Alors que le commerçant spécule sur la différence
entre les prix d’achat et de vente, l’objet restant le même,
l’industriel transforme la matière et établit le prix de
vente en tenant compte de ses frais d’installation et de
main – d’œuvre
LES ACTIVITÉS DE SERVICE
 Se faisant elles ont contribué à l’extension du droit
commercial. Elles présentent une importance réelle pour
l’économie contemporaine car se sont elles qui créent les
emplois ; alors que l’industrie crée les richesses. Il y a
les activités de transport, de location, activités
financières, activités d’intermédiaires.
Les conditions tenant a l’activité:

 L’exercice habituel ou professionnel du commerce

Est commercant celui qui, ayant la capacité


nécessaire d’exercer le commerce, fait en son nom et
pour son propre compte les actes de commerce a titre
habituel ou professionnel

art 6 du code de commerce


 L’exercice de l’activité commerciale en son nom et pour
son propre compte :

le statut de commercant necessite d’ouvrer pour


son copmte personnel c’est a dire que les actes de
commerce soient fait en nom propre de leur auteur
et pour son profit
 L’OUVERTURE D’UN COMPTE BANCAIRE 
 PUBLICITÉ AU REGISTRE DE COMMERCE
 LA TENUE DE LA COMPTABILITE
L’OUVERTURE D’UN COMPTE
BANCAIRE :

 « tout commerçant pour les besoins de son commerce a


l’obligation d’ouvrir un compte bancaire dans un
établissement bancaire ou dans un centre de chèques
postaux ».

article 18 du code de commerce


PUBLICITÉ AU REGISTRE DE
COMMERCE :

 Le registre de commerce est un répertoire, c’est une base de


données qui centralise toutes les données sur les commerçants.

 Le registre local : il est tenu par le secrétariat du tribunal


compétant (tribunal de première instance ou tribunal de
commerce).

 Le registre central : Il est destiné à centraliser, les


renseignements relatés dans les divers registres locaux. la
finalité étant de mettre au courant les tiers des faits
susceptibles d’affecter la situation des commerçants.
LES INSCRIPTIONS AU REGISTRE DE COMMERCE :

 « les inscriptions au registre du commerce comprennent


les immatriculations, les inscriptions modificatives et les
radiations ».

l’article 36 du code de commerce


LES IMMATRICULATIONS :

 Cette formalité doit être accomplie via une demande


muni d’une procuration au plus tard dans les trois mois
de l’ouverture de l’établissement commercial ou de
l’acquisition du fond de commerce (article 75 CC). Il
doit aussi relater un certain nombre d’informations
accompagnées de pièces justificatives concernant la
personne du commerçant.
 
LES INSCRIPTIONS MODIFICATIVES

 Tout changements ou modifications se produisant dans


les faits prescrits dans l’immatriculation doit faire l’objet
d’une déclaration modificative dans le mois de leur
réalisation.
LES RADIATIONS

 La radiation peut être requise par le commerçant, lui-


même, quand ce dernier vient de cesser d’exercer son
commerce ou par ses héritiers s’il vient de décéder, sans
qu’il y a cession de fonds de commerce.
INSCRIPTION AU RÔLE DE LA TAXE
PROFESSIONNELLE 

 Au niveau de l’administration des impôts, il est


obligatoire qu’un établissement commercial s’inscrit au
rôle de la taxe professionnelle, c’est-à-dire il faut
bénéficier de ce qu’on appelle l’identifiant fiscal, c’est
un numéro au niveau de fisc. (Art 42 du CC).
 La loi n°9-88 relative aux obligations comptables des
commerçants impose la tenue d’une comptabilité.
L’OBJET DE LA COMPTABILITÉ

 A - les livres comptables


 -le livre journal et le grand livre

 -le livre d’inventaire

 -la conservation de la correspondance :Alnéa premier de


l’article, 26 du code de commerce.
 B - la tenue des livres comptables
LA FINALITÉ DE LA COMPTABILITÉ

 L’articles 19 ,alnéa 2 du commerce ; faire preuve entre


commerçant .
 L’article 22 ajouté l’ordonnément à la requete de l’une
des parties des commerçants .
CONCLUSION