Vous êtes sur la page 1sur 8

Examen cyto bactériologique du liquide

céphalorachidien

Introduction
Devant la constatation d'un syndrome méningé chez un patient,
une ponction lombaire doit être pratiquée dans les plus brefs délais. Le
liquide céphalorachidien obtenu doit être analysé en urgence.

Le rôle du laboratoire est primordial, car l'examen biologique immédiat du LCR va


permettre d'étayer le diagnostic de méningite, de s'orienter vers une étiologie qui sera
confirmée ultèrieurement par la culture.et ainsi de participer à la mise en route d'une
antibiothérapie efficace.

Après un rappel des conditions de prèlèvement du LCR et son étude macroscopique,


nous envisagerons l'étude cytologique et bactériologique puis l'interprétation de ces résultats.
Enfin nous traiterons du suivi thérapeutique des méningites.

Mode de prélèvement
Milieu hospitalier, après examen du fond d'oeil, conditions rigoureuses d'aseptie,
dans le cul de sac dural entre les espaces intervertébraux L4-L5 ou L5-S1, receuilli dans 3 tubes
stériles et immédiatement acheminé au laboratoire, où il sera traité en urgence.

Examen macroscopique

LCR normal
Clair,limpide, eau de roche.

LCR pathologique
Trouble

Du à l'hypercytose, différents degrés en fonction du type de méningite bactérienne ou


virale (dépoli, eau de riz … ).

Hémorragique

Origine traumatique ou hémorragique.


Xanthochromique

Hemorragie méningée ancienne.

Ictérique

Leptospirose, ictère nucléaire néonatal.

Examen cytologique

Numération cellulaire
Eléments nucléés, hématies : après répartition d'1 à 2 gouttes de LCR homogénéisé
dans une cellule de nageotte ou de malassez. Résultat en nombre de cellules par mm3.
Normal : < 5 éléments nucléés/mm3.

Formule leucocytaire.
À partir d'un culot de centrifugation, ou mieux, à l'aide d'une cytocentrifugeuse
(cytospin). Frottis coloré au May Grunwald Giemsa. % de polynucléaires, de lymphocytes,
cellules mononucléées, autres …

Examen bactériologique

Examen microscopique
Coloration de Gram

Cocci gram négatif parfois intra cellulaires (Méningocoque), cocci gram positif en
diplocoques lancéolés (Pneumocoque) en chainettes (Streptocoque B), bacilles gram négatif
polymorphes (Haemophilus) ou non (Escherichia coli …), bacille gram positif (Listeria).

Levures( Cryptococcus neoformans, candida).

Encre de chine

Recherche de Cryptococcus (capsule)

Coloration de Ziehl

BAAR : Mycobacterium tuberculosis.


Recherche d'antigènes solubles
Exoantigènes polysaccharidiques originaires de la paroi ou de la capsule
(Meningocoque B et A, C, Y, W135, Pneumocoque, Haemophilus para influenzae b,
Steptocoque B, E.coli K1, Crytococcus) libérés dans le milieu biologique.

Mise en évidence à l'aide d'anticorps spécifiques : agglutination de particules de latex


sensibilisées

Intérêts :
• rapidité, sensibilité
• conforter un examen de Gram
• porter un diagnostic d'espèce (coloration de Gram ne révélant aucune
bactérie), capital en cas de méningite décapitée.

Ces premiers résultats sont transmis immédiatement au clinicien, afin qu'il adapte le
traitement.

Mise en culture
Chronologiquement, c'est la première chose à réaliser dès l'arrivée du prèlèvement au
laboratoire. On évite ainsi la disparition des bactéries fragiles et les contaminations
éventuelles.

Milieux sélectionnés pour permettre la culture de toutes les bactéries. Ensemencer en


travaillant de façon stérile les milieux suivants :

Gélose au sang cuit + supplément vitaminique

Incubation sous CO2 (10%).

Gélose au sang

Milieu liquide d'enrichissement

Bouillon glucosé + extrait globulaire.

Milieu de Rosenow

Incubation en anaérobiose.

Milieu de Lowenstein-Jensen et Coletsos (BK)

Milieu de Sabouraud (levures)

Incubation à 37°C. Observation après 12 à 18 heures d'incubation (sauf BK)


Identification
Techniques classiques.

Antibiogramme
Standard

Si bactéries vues au direct, il est réalisé directement à partir du LCR.

Antibiotiques choisis en fonction de leur bonne diffusion dans le LCR et de leur


activité sur les bactéries responsables de méningites (ampicilline, mezlocilline, cefotaxime,
ceftriaxone, chloramphenicol, pefloxacine, cotrimoxazole …)

Aminosides pour leur activité au niveau sérique.

Antibiotiques utilisables en prophylaxie.

CMI

Pneumocoque et bêta-lactamines

Méningocoque et bêta-lactamines

Examens complémentaires
Hémocultures (septicémie associée)

Prèlèvement d'oreille … (porte d'entrée)

Interprétation

Méningites purulentes
Méningocoque B et A, C, Y, W135
Pneumocoque
Haemophilus influenzae (sérotype b)
Méningite néonatale : Streptocoque B, Escherichia coli K1, Listeria
Autres : Bacilles gram négatif, Anaerobie etc

Méningites à liquide clair


Virales
BK
Listeria
Fungique
Parasitaire
Méningite bactérienne décapitée
Tableau I : Résultats cytologiques et biochimiques du LCR de sujets normaux
ou atteints de méningite.

Origine Aspect du Étiologie Cytologie Glucose Protéine Chlorure


LCR mmol/l g/l mmol/l
Adulte /mm3- type
cellulaire

sain Eau de 0 <5 2,5-3,5 0,2-0,4 120-130


roche
lympho- 2/3
cytes, glycémie
monocytes

avec Purulent Haemo- > 500 diminué très normal


méningite phile prédo- augmenté
bactérienne Meningo minance
Pneumo de >1
Strepto B polynuclé-
E. Coli aires

avec Clair à Listeria < 500 diminué augmenté normal


méningite opalescent Brucelle panachée
bactérienne Salmonelle

avec Clair BK < 500 diminué augmenté diminué


méningite prédo-
bactérienne minance
de lympho-
cytes

avec Clair virus < 500 normal légère-ment normal


méningite lympho- augmenté<
virale cytes 1

avec Clair Cryptoco- augmenté diminué augmenté normal


méningite ccus, lympho-
fungique Candida cytes
Tableau II : Principales espèces bactériennes responsables de
méningite communautaire.

Méningites purulentes de l’adulte ou de l’enfant

Espèce responsable Caractéristiques

Streptococcus pneumoniae : cocci à Responsable d’environ 50% des cas des


Gram positif méningites bactériennes. En
augmentation. Problème des PSDP

Neisseria meningitidis : cocci à Gram Responsable de la méningite


négatif cérébrospinale, (environ 25% des cas des
méningites bactériennes). Gravité du
purpura fulminans.

Haemophilus influenzae : bacilles à Gram Responsable de 4% des méningites de


négatif l’enfant de moins de 15 ans. En nette
diminution depuis la vaccination

Méningites à liquide clair de l’adulte ou de l’enfant

Espèce responsable Caractéristiques

Mycobacterium tuberculosis : bacilles Responsable de 1% des cas des


Acido-Alcoolo Résistants méningites bactériennes. Début progressif

Listeria monocytogenes : bacilles à Gram Responsable de 5% des cas des


positif méningites bactériennes. Atteinte
prédominante du SNC au niveau du tronc
cérébral (rhombencéphalite)

Méningites néo-natales

Espèce responsable Caractéristiques

Streptococcus agalactiae (groupe B) : Responsable de 50% des


cocci à Gram positif méningites néonatales

Escherichia coli K1 : bacilles à Gram Responsable de 25% des méningites


négatif néonatales
Listeria monocytogenes : bacilles à Gram Responsable de 1% des méningites
positif néonatales

Suivi thérapeutique

PL de controle
À 24 ou 48 H la PL doit être stérile. Éléments diminuent lentement, diminution des
PN.

PL de contrôle avant l'arrêt du traitement: <50 élément <10% PN, stérile.

Antigènes solubles
Disparition = bon pronostic

Conclusion
Le rôle du laboratoire est primordial pour diagnostiquer une méningite, préciser son
étiologie bactérienne, virale, mycosique, parasitaire, étudier la sensibilité aux antiinfectieux et
suivre l'éfficacité du traitement.