Vous êtes sur la page 1sur 8

¶ 22-001-B-36

Anatomie sensitive de la face


N. Istria, B. Ricbourg

La face est innervée pour sa plus grande partie par le nerf trijumeau (Ve paire crânienne). Certaines
régions (cou, angle mandibulaire, oreille) sont innervées par d’autres branches sensitives (plexus cervical
superficiel, VII bis, nerf vague). Il existe trois gros troncs importants pour le trijumeau : le nerf
ophtalmique de Willis (lui-même formé de trois branches : les nerfs nasal, frontal et lacrymal) donne la
sensibilité de la partie supérieure du visage notamment via le nerf supraorbitaire. Ce nerf, faisant issue au
niveau du foramen supraorbitaire, peut bénéficier d’une anesthésie locorégionale tronculaire à ce niveau
pour une chirurgie de la zone du front ; le nerf maxillaire supérieur dont la branche principale (le nerf
infraorbitaire) passe par la fissure orbitaire inférieure, dans le plancher orbitaire puis dans le canal et le
foramen infraorbitaires. Le nerf infraorbitaire fait donc issue pour donner la sensibilité de l’étage moyen
de la face (paupière inférieure, joue, aile du nez, lèvre supérieure, arcade dentaire supérieure). Cette
branche infraorbitaire peut être anesthésiée par un bloc sensitif à la sortie du foramen, facilitant une
chirurgie cutanée de l’étage moyen de la face ; le nerf mandibulaire et sa branche terminale, le nerf
mentonnier (faisant issue au foramen mentonnier après avoir cheminé dans la mandibule depuis la
lingula mandibulaire ou épine de Spix). Dans sa portion intramandibulaire (nerf alvéolaire inférieur), il
innerve l’arcade dentaire inférieure. Dans sa partie extramandibulaire (nerf mentonnier), il donne la
sensibilité du menton et de la lèvre inférieure. Un bloc anesthésique locorégional peut être pratiqué au
foramen mentonnier, voire au niveau de la lingula.
© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Mots clés : Ganglion de Gasser sensitif ; Fissure orbitaire supérieure ; Foramen ovale ; Foramen grand rond ;
Nerf et foramen supraorbitaires ; Nerf et foramen infraorbitaires ; Nerf et foramen mentonniers ;
Ganglion ptérygopalatin ; Anesthésie tronculaire ; Contingent moteur du V3

Plan

¶ Introduction 1
8
¶ Nerf ophtalmique de Willis 2
1
Branche lacrymale 2
Branche frontale 2
Branche nasociliaire 3
V1
9
¶ Nerf maxillaire supérieur 3 2
10
¶ Nerf mandibulaire 4 11
Tronc antérieur 4 3
Tronc postérieur 5 4 V2 12
¶ Plexus cervical superficiel 6
5
¶ Conclusion 7
6 V3
7

■ Introduction
L’innervation sensitive de la face (Fig. 1) dépend de la Ve
paire crânienne (le nerf trijumeau) qui possède la racine
sensitive la plus grosse faisant issue du tronc cérébral. Les
noyaux sensitifs et moteurs se situent au niveau de la protubé-
rance du tronc cérébral. Figure 1. Points d’émergence des nerfs sensitifs de la face. 1. Auriculo-
Le nerf trijumeau est donc un nerf mixte sensitivomoteur, les temporal ; 2. zygomaticotemporal ; 3. zygomaticofacial ; 4. infraorbi-
branches sensitives pour l’innervation cutanée de la face et les taire ; 5. buccal ; 6. grand auriculaire ; 7. mentonnier ; 8. supraorbitaire ;
branches motrices pour les muscles masticateurs [1]. 9. supratrochléaire ; 10. lacrymal ; 11. infratrochléaire ; 12. nasal externe.

Stomatologie 1
22-001-B-36 ¶ Anatomie sensitive de la face

Les corps cellulaires des branches sensitives se situent dans le


ganglion de Gasser qui présente une organisation somatotopi-
que correspondant aux trois branches afférentes.
Le nerf trijumeau sort du tronc cérébral au niveau de l’inci-
sure trijéminale du pont dans sa portion antérolatérale (la
racine motrice se situe plus médialement).
Il peut exister à ce niveau un conflit entre le V et l’artère
cérébelleuse supérieure qui, en formant une boucle près du nerf,
peut être responsable de névralgies trijéminales. Une interven-
tion chirurgicale de décompression est possible dans certains cas
(intervention de Janetta).
La branche sensitive fait relais au niveau du ganglion trijémi-
nal de Gasser situé sur la face antérosupérieure de la partie
pétreuse de l’os temporal situé dans un dédoublement de la
dure-mère (le cavum trijéminal) [2]. La racine motrice passe en
dessous du ganglion de Gasser.
.
Le nerf trijumeau doit son nom aux trois branches principales
efférentes du ganglion de Gasser (issues de son bord antéroex-
terne) qui sont, d’avant en arrière :
.
• V1 (nerf ophtalmique de Willis) ;
Figure 3. Nerfs supraorbitaire et supratrochléaire en dissection. 1. Nerf
• V2 (nerf maxillaire) ;
supraorbitaire, branche latérale profonde ; 2. nerf supraorbitaire, branche
• V3 (nerf mandibulaire).
médiale superficielle ; 3. foramen supraorbitaire ; 4. nerf supratrochléaire.
Le nerf ophtalmique dans sa portion intracrânienne chemine
dans la partie latérale du sinus caverneux puis sort du crâne au
niveau de la fissure orbitaire supérieure.
Le nerf maxillaire sort au niveau du foramen grand rond.
Le nerf mandibulaire fait issue au niveau du foramen ovale.
Ces branches donnent alors la sensibilité de la face, de
l’orbite, des fosses nasales et de la cavité buccale.
Le plexus cervical superficiel (PCS) distribue l’innervation
sensitive de l’angle mandibulaire (l’encoche massétérine) et du
cou par les branches C2, C3, C4.
Ces branches forment le nerf grand auriculaire (branches
antérieures et postérieures) ; une branche cervicale transverse et
une branche supraclaviculaire.

■ Nerf ophtalmique de Willis (Fig. 2–5)


Le V1 sort du crâne par la fissure orbitaire supérieure puis
donne plusieurs branches cheminant dans la cavité orbitaire.
Dans le sinus caverneux, les trois branches de division du
V1 sont :
• nerf lacrymal ;
• nerf frontal ; Figure 4. Nerf supraorbitaire et nerf supratrochléaire en dissection.
• nerf nasociliaire.
Elle donne de plus la sensibilité tégumentaire externe de l’œil
Branche lacrymale et innerve la conjonctive oculaire (réflexe cornéen).
La plus externe, elle vient innerver la glande lacrymale. Mais
des branches végétatives sont transportées par le V2 via sa Branche frontale
branche zygomatique et s’anastomosent avec le nerf lacrymal. Plus médiale, elle se dirige le long du toit de l’orbite où elle
se divise en deux branches (supraorbitaire et supratrochléaire)
qui évoluent jusqu’au rebord orbitaire supérieur [3].

Nerf supraorbitaire
Plus latéral, il peut contourner la margelle au niveau d’une
échancrure ou traverser l’os frontal au niveau d’un foramen
supraorbitaire. Une portion assez courte du nerf évolue en sous-
périosté, puis le nerf supraorbitaire se divise en deux branches :
• une branche latérale profonde qui suit à environ 1 cm de la
ligne temporale supérieure entre le périoste et la galéa. C’est
en s’approchant de la suture coronale que des branches
terminales traversent la galéa pour innerver le cuir chevelu à
ce niveau ;
• une branche médiale superficielle qui va traverser rapidement
le muscle frontal pour donner des branches d’innervation pour
le front et le cuir chevelu dans sa partie la plus antérieure.

Nerf supratrochléaire
Il contourne plus médialement le rebord supraorbitaire au
Figure 2. Étage supérieur de la face et foramen supraorbitaire. 1. niveau d’une échancrure pour remonter vers la partie médiane
Foramen supraorbitaire ; 2. échancrure supraorbitaire ; 3. fissure orbitaire du front et donner son innervation cutanée après avoir traversé
supérieure ; 4. canal optique ; 5. fissure orbitaire inférieure. le muscle [4].

2 Stomatologie
Anatomie sensitive de la face ¶ 22-001-B-36

Figure 6. Étage moyen de la face et foramen infraorbitaire 1. Foramen


zygomaticofacial ; 2. foramen infraorbitaire.

Figure 5. Naissance du nerf nasal externe V1 en dissection. Branche du


nerf ethmoïdal antérieur (V1) (naissance à la jonction os nasal-cartilage
triangulaire).

Branche nasociliaire
La plus médiale, elle passe dans l’anneau de Zinn, suit la
paroi interne de l’orbite où le nerf nasal pourra donner une
branche ethmoïdale postérieure (pour la muqueuse ethmoïdale
et sphénoïdale) et une branche ethmoïdale antérieure qui
traverse l’ethmoïde par son foramen antérieur et innerve la
muqueuse ethmoïdale et nasale (gouttière olfactive et sinus
frontal) par sa branche nasale interne ainsi que l’os nasal, alors
que la branche nasale externe fait issue entre l’os nasal et le
cartilage triangulaire à environ 7 mm de la ligne médiane. Il
innerve la partie basse du dorsum nasal, la pointe du nez et
l’aile narinaire en association avec le nerf infraorbitaire.
Après avoir donné le nerf ethmoïdal antérieur, cette branche
donne le nerf infratrochléaire ayant une direction opposée au Figure 7. Nerfs infraorbitaire et zygomaticofacial en dissection. 1.
supratrochléaire. Elle donne la sensibilité du haut du dorsum Margelle orbitaire inférieure ; 2. nerf zygomaticofacial ; 3. nerf infraorbi-
nasal, de la glabelle et de la région canthale interne. taire et pédicule vasculaire.
La branche ciliaire donne des branches d’innervation pour
l’œil.
Il est à noter que le nerf ophtalmique donne, par ses bran-
ches intracrâniennes, des rameaux pour la dure-mère frontale,
occipitale, pour la tente du cervelet (nerf récurrent d’Arnold)
ainsi que des filets anastomotiques pour les nerfs III (pour
mydriase), IV, et le plexus péricarotidien.

“ Point fort
Le nerf ophtalmique donne la sensibilité :
• du front ;
• de la paupière supérieure ;
• de la muqueuse de la partie supérieure des fosses
nasales ;
• des sinus frontal, ethmoïdal et sphénoïdal ;
• du globe oculaire ;
• de la dure-mère frontale/occipitale.
Figure 8. Rapports du nerf infraorbitaire et du plancher de l’orbite. 1.
Passage du nerf infraorbitaire dans le plancher de l’orbite ; 2. nerf zygo-
maticofacial ; 3. nerf infraorbitaire.
■ Nerf maxillaire supérieur (Fig. 6–8) [5-7]

La sortie du crâne s’effectue à travers le foramen grand caverneux. Il passe ensuite dans l’arrière-fond de la fosse
rond après avoir suivi la portion inférolatérale du sinus ptérygopalatine au niveau de sa partie supérieure (au-dessus

Stomatologie 3
22-001-B-36 ¶ Anatomie sensitive de la face

de l’artère maxillaire). Il s’établit à ce niveau plusieurs


branches de division ainsi qu’une anastomose importante
avec le nerf vidien et le ganglion ptérygopalatin via le nerf
ptérygopalatin. Le nerf vidien, branche du VII, traverse le
“ Point fort
canal ptérygopalatin pour ensuite traverser le ganglion Le nerf maxillaire donne la sensibilité :
ptérygopalatin [8] ; il véhicule les branches végétatives de la • de la joue ;
sécrétion lacrymale en passant par le nerf zygomatique. • de la paupière inférieure ;
Le ganglion ptérygopalatin reçoit une branche afférente • de l’aile narinaire ;
contenant les voies lacrymales (nerf vidien) ; il forme, avec ses • de la lèvre supérieure ;
fibres sympathiques et parasympathiques, un complexe • les branches profondes donnent la sensibilité de la
trijéminosympathique. muqueuse nasale inférieure, des dents, des gencives et du
Ses branches efférentes sont les rameaux nasaux (pour les maxillaire supérieur.
cornets et méat moyen) et le rameau pharyngien (orifice tubaire
du pharynx, partie postérieure de la cloison).
Il gère les fibres sécrétoires et vasomotrices du réseau
lacrymal, nasal et tubaire [9]. ■ Nerf mandibulaire (Fig. 9–11)
Il peut être responsable d’algies vasculaires de la face pouvant
faire l’objet d’infiltration ou d’alcoolisation [10]. La sortie du crâne s’effectue par le foramen ovale (avec
Les premières branches naissent dès la fosse ptérygopalatine l’artère petite méningée) au niveau de la base du crâne.
avec les nerfs grand et petit palatins qui effectuent leur descente Il est considéré comme un nerf mixte puisqu’il possède un
vers le palais et font issue respectivement à travers les foramens contingent sensitif cutanéomuqueux et un contingent moteur
petit et grand palatins. pour les muscles de la manducation. Le tronc sensitivomoteur
ainsi formé évolue sur 1,5 cm de long, et un contact étroit
Le nerf grand palatin innerve le palais jusqu’à sa portion
existe avec le ganglion otique sur sa face interne [27].
antérieure (donne lors de sa descente des fibres au cornet
Dès sa sortie, il passe dans la fosse infratemporale où il donne
inférieur) alors que le petit palatin donne des fibres en deux troncs (antérieur et postérieur) et un rameau récurrent
direction opposée, à savoir vers le voile du palais et la (méningé) qui passe la base du crâne par le foramen petit rond
tonsille [11]. avec l’artère méningée moyenne [28].
Un rameau nasopalatin donne l’innervation du septum nasal
puis traverse l’os palatin dans sa portion antérieure par le canal
incisif pour donner enfin des fibres pour la partie antérieure du
Tronc antérieur
palais et des anastomoses avec les branches terminales du nerf Il donne les trois nerfs temporaux.
grand palatin [12].
Le palais est donc innervé d’une part via les nerfs grand et Nerf temporomassétérin
petit palatins et d’autre part via le nerf nasopalatin [13, 14].
Par ses branches motrices, il permet la contraction du
Un rameau pharyngien (nerf pharyngien) innerve les deux temporal (branche profonde postérieure) et du masséter [29].
tiers antérieurs du rhinopharynx. C’est d’une de ces branches que naît le filet sensitif de l’articu-
Le nerf zygomatique se situe proche de la paroi externe de lation temporomandibulaire (ATM) [30].
l’orbite d’arrière en avant et proche du nerf lacrymal puisque
les fibres lacrymales provenant du nerf vidien viennent Nerf temporal moyen profond
s’anastomoser à ce dernier. Une bifurcation s’effectue ensuite
Il s’agit d’une branche profonde exclusive au muscle
pour donner un nerf zygomaticotemporal [15] traversant la
temporal [31].
paroi externe de l’orbite et faisant issue au-dessus de l’arcade
zygomatique. La deuxième branche, le nerf zygomaticofacial,
Rameau temporobuccal
traverse le malaire par un canal et sort par son foramen
latéralement au nerf infraorbitaire, dans l’axe du canthus Plus antérieur, il possède une branche ascendante motrice
externe [16]. (nerf temporal profond antérieur) et une branche descendante
Le nerf maxillaire continue sa course en passant par la fissure sensitive (nerf buccal) se divisant à la face externe du bucci-
orbitaire inférieure et passe sous le plancher orbitaire dans le nateur pour donner la sensibilité cutanée (filets superficiels) et
canal infraorbitaire [17-20] ; des branches alvéolaires supérieures
et postérieures vont innerver les alvéoles du bloc prémolomo-
laire en passant en arrière de la paroi postérieure du sinus
maxillaire en pénétrant dans les canaux dentaires postérieurs au
niveau de la tubérosité maxillaire. Des filets nerveux innervent
l’os maxillaire et la muqueuse du sinus maxillaire [21].
Les branches alvéolaires supérieures et antérieures pour le
massif incisivocanin [22] passent en avant de la paroi antérieure
du sinus maxillaire (distribue des fibres à la muqueuse du méat
inférieur).
Le rameau infraorbitaire sort de son foramen pour innerver la
paupière inférieure (donne des filets anastomotiques avec le nerf
lacrymal et infratrochléaire), la partie antérieure de la joue, l’aile
narinaire en complément avec le nerf nasal externe et enfin la
lèvre supérieure (portion cutanée et muqueuse) [23]. Ce nerf
infraorbitaire peut bénéficier d’un bloc sensitif sélectif [24, 25]. Il
est à noter que des anastomoses ont été décrites avec le nerf
facial [26].
Le V2 innerve donc la gencive et son arcade dentaire supé-
rieure. Par ses branches intracrâniennes (rameau méningé
moyen), le V2 innerve la dure-mère temporale et pariétale ainsi Figure 9. Étage inférieur de la face et foramen mentonnier. 1. Os
que l’artère méningée moyenne. alvéolaire ; 2. foramen mentonnier ; 3. os basilaire.

4 Stomatologie
Anatomie sensitive de la face ¶ 22-001-B-36

Figure 10. Nerf mentonnier V3.


A. 1. Nerf mentonnier ; 2. filets muqueux ; 3. filets cutanés (traversant le
muscle orbiculaire).
B. 1. Branches à destinée cutanée pour le menton et la lèvre inférieure ;
2. ramifications terminales du nerf mentonnier ; 3. branches destinées à la
muqueuse labiale et vestibulaire.

muqueuse (filets profonds) de la joue allant de la commissure


labiale à l’encoche massétérine. De plus, le rameau superficiel
donne une anastomose avec le nerf facial. B
Innervation sensitive et gustative de la langue
Tronc postérieur Zone d'innervation du nerf vague (X)
Il donne quatre branches. Zone d'innervation du nerf
glossopharyngien (IX)
Nerf sensitif auriculotemporal [32] Zone d'innervation du nerf lingual :
- fibres du V3 pour la sensibilité
Il permet de donner la sensibilité de la région temporale, de
- fibres du VII bis pour la gustation
la partie supérieure de l’oreille, de l’ATM [33] et de la parotide.
Il faut savoir que des branches végétatives véhiculées par le nerf Figure 11.
petit pétreux profond (issu du IX) permettent l’innervation A. Rapports du nerf alvéolaire inférieur et de l’épine de Spix. 1. Palais dur ;
sécrétoire de la parotide via les relais par le ganglion otique. 2. nerf alvéolaire inférieur pénétrant dans l’épine de Spix ; 3. nerf lingual ;
D’autres fibres innervent le tympan (plus ou moins le conduit 4. corps de la mandibule ; 5. langue.
auditif externe) et les vaisseaux méningés. B. Nerf lingual. Innervation sensitive et gustative de la langue. En vert,
On trouvera ensuite, plus en dedans, le nerf du muscle zone d’innervation du nerf vague (X) ; en rose, zone d’innervation du nerf
ptérygoïdien médial, le nerf du muscle tenseur du tympan et glossopharyngien ((IX) ; en bleu : zone d’innervation du nerf lingual :
celui du tenseur du voile du palais. fibres du V3 pour la sensibilité ; fibres du VII bis pour la gustation.
Plus bas, dans l’espace ptérygomandibulaire (entre les deux
muscles ptérygoïdiens), le nerf mandibulaire se divise en nerf
lingual et en nerf alvéolaire inférieur. La sortie de la mandibule s’effectue au niveau du foramen
mentonnier [38, 39] en regard de la canine ou de la première
Nerf alvéolaire inférieur prémolaire pour donner le nerf mentonnier innervant le
Il pénètre dans le ramus au niveau de la lingula mandibulaire menton et la lèvre inférieure (cutanée et muqueuse) [40-42],
(épine de Spix) [34] pour cheminer dans le canal alvéolaire où il alors que le rameau pour le bloc incisivocanin inférieur
distribue les rameaux sensitifs pour le bloc prémolomolaire continue sa course dans la mandibule jusqu’à la ligne
inférieur [35-37]. médiane symphysaire. Le nerf alvéolaire inférieur peut subir

Stomatologie 5
22-001-B-36 ¶ Anatomie sensitive de la face

un bloc sensitif au niveau de la lingula, permettant des gestes


chirurgicaux sur son territoire d’innervation [43-47].

Nerf lingual
Il évolue dans la région mandibulopharyngienne dans
l’espace interptérygoïdien ; il traverse les muscles styliens et
passe sous le ligament ptérygomandibulaire [48]. Formant une
courbe vers l’avant, il accompagne le muscle styloglosse puis
continue au niveau de la face interne de la mandibule,
contourne le canal de Wharton pour s’en éloigner à la partie
moyenne du corpus mandibulaire afin d’innerver la langue et le
plancher buccal [49, 50].
Il faut noter que le contingent trijéminal permet la sensi-
bilité tactile [51]. La sensibilité gustative s’effectue donc par le
biais de la corde du tympan (branche du VII bis) et gère
topographiquement les deux tiers antérieurs de la langue (le
tiers postérieur étant innervé par le IX). La corde du tympan
véhicule également des fibres végétatives sécrétoires pour les
glandes submandibulaires et sublinguales.
Il existe également, venant du nerf dentaire inférieur et
proche du nerf lingual, les nerfs des muscles my-
lohyoïdien [52-54] et du ventre antérieur du muscle digastrique
(ventre postérieur innervé par le VII) appartenant au contingent
moteur du V3.
Le V3 véhicule aussi la sensibilité proprioceptive des muscles
de la mimique.

“ Point fort
Le nerf mandibulaire donne la sensibilité :
• cutanée de la région temporale, de la joue, de la lèvre
inférieure et du menton ;
• muqueuse de la joue, des gencives et de la lèvre
inférieure, ainsi que les deux tiers antérieurs de la langue
(via le VII bis) ;
• il innerve l’os mandibulaire et l’arcade dentaire
inférieure ;
• ses branches intracrâniennes sensibilisent le territoire
de l’artère méningée moyenne (fosse cérébrale
moyenne) ;
• il véhicule les fibres végétatives des glandes salivaires et
les branches motrices pour les muscles masticatoires.

Figure 12. Plexus cervical superficiel (PCS) : branche antérieure du nerf


■ Plexus cervical superficiel (Fig. 12) grand auriculaire à destinée de l’encoche massétérine. Issue au bord
postérieur du muscle sterno-cléido-mastoïdien.
Il est formé par les branches des racines C2, C3 et C4.
Les branches motrices sont constituées par le plexus cervical
• fibres postérieures ou supra-acromiales (moignon de l’épaule).
profond.
C Nerf petit occipital : 2 e anse cervicale : deux rameaux
Il émerge de la profondeur en arrière du muscle sterno-cléido-
(antérieur et postérieur) pour la région mastoïdienne et
mastoïdien (SCM), puis donne quatre branches sensitives
destinées à l’ensemble du territoire cutané du cou, de la face occipitale.
postérieure de la tête et des épaules [55].
Anastomosées deux à deux, ces branches donnent trois anses
Innervation de l’oreille
cervicales. Elle est mixte. La partie supérieure de l’oreille est innervée par
Les branches antérieures de C1, C2, C3 et C4 sortent au bord les fibres du nerf auriculotemporal (V3).
postérieur du SCM. La partie postéro-inférieure du pavillon, le conduit auditif
Nerf grand auriculaire 2e anse cervicale [56] : externe et le lobule sont innervés par les rameaux auriculaires
• branche antérieure (encoche massétérine, auricule), anasto- du plexus cervical superficiel [57].
mosée avec les fibres parotidiennes et le nerf facial ; La conque ainsi que la partie externe du conduit auditif (zone
• branche postérieure (pavillon de l’oreille et région mastoï- de Ramsay Hunt) est innervée par l’intermédiaire du Wrisberg
dienne) anastomosée avec le petit occipital. (VII bis).
Nerf cervical transverse (transverse du cou) 2e anse : innerva- La branche auriculaire du pneumogastrique (X) assure
tion cutanée du cou, sus-hyoïdienne et cervicale antérieure. l’innervation sensitive de la partie profonde du conduit auditif
Nerf supraclaviculaire 4e anse : innervation cutanée basse du et de la partie inférieure du tympan. La caisse du tympan, quant
cou : à elle, est innervée par le nerf de Jacobson ou nerf tympanique,
• fibres antérieures ou suprasternales (région SCM et sternale) ; branche du glossopharyngien. Comme le plexus cervical
• fibres moyennes ou supraclaviculaires (région supra/infra- profond, le plexus cervical superficiel peut bénéficier de bloc
claviculaire) ; anesthésique sélectif (par exemple le nerf grand auriculaire) [58].

6 Stomatologie
Anatomie sensitive de la face ¶ 22-001-B-36

■ Conclusion anesthésiques tronculaires dans le but d’une intervention sans


anesthésie générale ou bien à titre purement antalgique pour le
La plus grande partie de l’innervation tégumentaire de la face patient.
est véhiculée par les branches de la V e paire crânienne Cependant, certaines zones restent innervées par d’autres
(Fig. 13,14). nerfs, à savoir le plexus cervical superficiel pour le cou ou
La plupart des branches terminales ont des orifices de sortie encore l’oreille, elle-même innervée aussi par le VII bis (zone de
qui présentent peu de variations anatomiques : les foramens Ramsay Hunt) et parfois par le X (conduit auditif externe).
supra- et infraorbitaire ainsi que le foramen mentonnier sont
alignés sur une ligne virtuelle dans l’axe de la pupille centrée
(Fig. 1). > Remerciements : Professeur Di Marino (laboratoire d’anatomie de
La connaissance de ces repères a un intérêt réel dans les voies Marseille), professeur Vacher (laboratoire d’anatomie de Paris).
d’abord chirurgicales mais aussi en vue d’effectuer des blocs .

■ Références
[1] Keravel Y, Sindou M. Vues anatomiques commentées du nerf
trijumeau. Encycl Méd Chir (Elsevier SAS, Paris), Neurologie,
17-001-E-10, 1980 : 4p.
[2] Legent F, Perlemuter L, Quere M. Anatomie. Nerfs crâniens et organes
correspondants. Paris: Masson; 1974.
[3] Kimura K. Relations between the frontal nerve and the foramina
(notches) in the supraorbital margin. Kaibogaku Zasshi 1963;38:341-7.
[4] Desikan KV, Mehta VK. Pure neuritic leprosy of supra-orbital nerve--as
unusual presentation. Indian J Lepr 2001;73:359-60.
[5] Hwang K, Suh MS, Chung IH. Cutaneous distribution of infraorbital
nerve. J Craniofac Surg 2004;15:3-5.
[6] Leo JT, Cassell MD, Bergman RA. Variation in human infraorbital
nerve, canal and foramen. Ann Anat 1995;177:93-5.
[7] Shankland 2nd WE. The trigeminal nerve. Part III: The maxillary divi-
sion. Cranio 2001;19:78-83.
[8] Ruskell GL. Orbital passage of pterygopalatine ganglion efferents to
paranasal sinuses and nasal mucosa in man. Cells Tissues Organs 2003;
175:223-8.
[9] Evans TH. Unlisted nerve branches of the maxillary division of the
trigeminal nerve (fifth cranial) which are related to nerve association of
the lacrimal and salivary systems. Am J Ophthalmol 1959;47:225-6.
[10] Sanders M, Zuurmond WW. Efficacy of sphenopalatine ganglion
blockade in 66 patients suffering from cluster headache: a 12- to
70-month follow-up evaluation. J Neurosurg 1997;87:876-80.
[11] Methathrathip D, Apinhasmit W, Chompoopong S, Lertsirithong A,
Figure 13. Topographie de l’innervation sensitive des trois branches du Ariyawatkul T, Sangvichien S. Anatomy of greater palatine foramen
nerf trijumeau. L’angle mandibulaire (encoche massétérine) est innervé and canal and pterygopalatine fossa in Thais: considerations for
par la branche antérieure du nerf grand auriculaire (plexus cervical super- maxillary nerve block. Surg Radiol Anat 2005;27:511-6.
ficiel). [12] Diallo B, Ndiaye-Faty C, Dia-Tine S, Larroque G. The position of the
nasopalatine and anterior palatine nerve foramina. Dakar Med 1995;
40:139-42.
[13] Perrott JW. Anatomical aspects of palatine anaesthesia. Med J Aust
1964;33:257-60.
[14] Langford RJ. The contribution of the nasopalatine nerve to sensation of
the hard palate. Br J Oral Maxillofac Surg 1989;27:379-86.
[15] Totonchi A, Pashmini N, Guyuron B. The zygomaticotemporal branch
of the trigeminal nerve: an anatomical study. Plast Reconstr Surg 2005;
115:273-7.
[16] Martins C, Li X, Rhoton Jr. AL. Role of the zygomaticofacial foramen
in the orbitozygomatic craniotomy: anatomic report. Neurosurgery
V1 2003;53:168-73.
[17] Kazkayasi M, Ergin A, Ersoy M, Tekdemir I, Elhan A. Microscopic
anatomy of the infraorbital canal, nerve, and foramen. Otolaryngol
Head Neck Surg 2003;129:692-7.
[18] Yanagisawa E, Yanagisawa K. Endoscopic view of the infraorbital
nerve. Ear Nose Throat J 1999;78:226-8.
V2 [19] Triandafilidi E, Anagnostopoulou S, Soumila M. The infraorbital
foramen (the position of the infraorbital foramen in man).
Odontostomatol Proodos 1990;44:87-91.
[20] Kim HK, Lee YS, Kho HS, Yum KW, Chung SC. Facial and glossal
V3 PCS distribution of anaesthesia after inferior alveolar nerve block. J Oral
Rehabil 2003;30:189-93.
[21] Murakami G, Ohtsuka K, Sato I, Moriyama H, Shimada K, Tomita H.
The superior alveolar nerves: their topographical relationship and dis-
tribution to the maxillary sinus in human adults. Okajimas Folia Anat
Jpn 1994;70:319-28.
[22] Carsolio Diaz CM, Escudero Morere PG. Upper and medial alveolar
nerves. Study of their frequency and point of origin in 100 cases. An Fac
Odontol 1989;25:5-20.
Figure 14. Topographie de l’innervation des trois territoires du nerf [23] Ahuja S, Datta A, Krishna A, Bhattacharya A. Infra-orbital nerve block
trijumeau. V1 : nerf ophtalmique de Willis ; V2 : nerf maxillaire ; V3 : nerf for relief of postoperative pain following cleft lip surgery in infants.
mandibulaire ; PCS : plexus cervical superficiel. Anaesthesia 1994;49:441-4.

Stomatologie 7
22-001-B-36 ¶ Anatomie sensitive de la face

[24] Tengtrisorn S, McNab AA, Elder JE. Persistent infra-orbital nerve [44] Arcuri C, Bartuli FN, Germano F, Docimo R, Cecchetti F. Bilateral
hyperaesthesia after blunt orbital trauma. Aust N Z J Ophthalmol 1998; anesthesia into Spix’s spine. Ten years’ experience. Minerva Stomatol
26:259-60. 2004;53:93-9.
[25] Mayer MN, Bennaceur S, Barrier G, Couly G. Infra-orbital nerve block [45] El-Sharrawy E, Yagiela JA. Anesthetic efficacy of different ropivacaine
in early primary cheiloplasty. Rev Stomatol Chir Maxillofac 1997;98: concentrations for inferior alveolar nerve block. Anesth Prog 2006;53:
246-7. 3-7.
[26] Hwang K, Han JY, Battuvshin D, Kim DJ, Chung IH. Communication [46] Arcuri C, Muzzi F, Docimo R, Fusco E, Pauri F, Rossini PM.
of infraorbital nerve and facial nerve: anatomic and histologic study. Somatosensory evoked potentials of inferior alveolar nerve. J Oral
J Craniofac Surg 2004;15:88-91. Maxillofac Surg 2006;64:594-9.
[27] Shimokawa T, Akita K, Sato T, Ru F, Yi SQ, Tanaka S. Penetration of [47] Varghese BT, Koshy RC, Sebastian P, Joseph E. Combined
muscles by branches of the mandibular nerve: a possible cause of sphenopalatine ganglion and mandibular nerve, neurolytic block for
neuropathy. Clin Anat 2004;17:2-5. pain due to advanced head and neck cancer. Palliat Med 2002;16:447-8.
[28] Kim HJ, Kwak HH, Hu KS, Park HD, Kang HC, Jung HS, et al. [48] Kim SY, Hu KS, Chung IH, Lee EW, Kim HJ. Topographic anatomy of
Topographic anatomy of the mandibular nerve branches distributed on the lingual nerve and variations in communication pattern of the
the two heads of the lateral pterygoid. Int J Oral Maxillofac Surg 2003; mandibular nerve branches. Surg Radiol Anat 2004;26:128-35.
32:408-13. [49] Tamatsu Y, Gasser RF. Development of the sensory nerves to the
[29] Hwang K, Kim YJ, Chung IH, Song YB. Course of the masseteric nerve dorsum of the tongue in staged human embryos. Clin Anat 2004;17:
in masseter muscle. J Craniofac Surg 2005;16:197-200. 99-106.
[30] Davidson JA, Metzinger SE, Tufaro AP, Dellon AL. Clinical implica- [50] Zur KB, Mu L, Sanders I. Distribution pattern of the human lingual
tions of the innervation of the temporomandibular joint. J Craniofac nerve. Clin Anat 2004;17:88-92.
Surg 2003;14:235-9. [51] Stewart PA. The sensory component of the trigeminal nerve. Maxillary
[31] Kwak HH, Ko SJ, Jung HS, Park HD, Chung IH, Kim HJ. Topographic and mandibular divisions. Univ Tor Dent J 1989;2:32-5.
anatomy of the deep temporal nerves, with references to the superior [52] Hwang K, Han JY, Chung IH, Hwang SH. Cutaneous sensory branch of
head of lateral pterygoid. Surg Radiol Anat 2003;25:393-9. the mylohyoid nerve. J Craniofac Surg 2005;16:343-6.
[32] Gulekon N, Anil A, Poyraz A, Peker T, Turgut HB, Karakose M. Varia- [53] Sato I, Sunohara M, Ueno R, Yoshida S. Branch of mylohyoid and
tions in the anatomy of the auriculotemporal nerve. Clin Anat 2005;18: lingual nerves on submandibular and submental triangles. Okajimas
15-22. Folia Anat Jpn 2004;81:45-8.
[33] Davidson JA, Metzinger SE, Tufaro AP, Dellon AL. Clinical implica- [54] Bennett S, Townsend G. Distribution of the mylohyoid nerve:
tions of the innervation of the temporomandibular joint. J Craniofac anatomical variability and clinical implications. Aust Endod J 2001;27:
Surg 2003;14:235-9. 109-11.
[34] Devi R, Arna N, Manjunath KY. Balasubramanyam. Incidence of [55] Egasse D. Superficial cervical plexus, spinal nerve and external jugular
morphological variants of mandibular lingula. Indian J Dent Res 2003; vein. Ann Dermatol Venereol 2002;129(4Pt1):450-2.
14:210-3. [56] Ginsberg LE, Eicher SA. Great auricular nerve: anatomy and imaging
[35] Nordin M, Hagbarth KE. Mechanoreceptive units in the human infra- in a case of perineural tumor spread. AJNR Am J Neuroradiol 2000;21:
orbital nerve. Acta Physiol Scand 1989;135:149-61. 568-71.
[36] Wadu SG, Penhall B, Townsend GC. Morphological variability of the [57] Pandit JJ, Dutta D, Morris JF. Spread of injectate with superficial cer-
human inferior alveolar nerve. Clin Anat 1997;10:82-7. vical plexus block in humans: an anatomical study. Br J Anaesth 2003;
[37] Goldberg MH. Frequency of trigeminal nerve injuries following third 91:733-5.
molar removal. J Oral Maxillofac Surg 2005;63:1783. [58] Masters RD, Castresana EJ, Castresana MR. Superficial and deep cer-
[38] Igbigbi PS, Lebona S. The position and dimensions of the mental vical plexus block: technical considerations. AANA J 1995;63:235-43.
foramen in adult Malawian mandibles. West Afr J Med 2005;24:184-9.
[39] Duker J. Mental foramen projected over the apex of the mandibular Pour en savoir plus
right second premolar. Quintessence Int 2005;36:243.
[40] Smajilagic A, Dilberovic F. Clinical and anatomy study of the human www. chups. jussieu. fr/polys/neuro/semioneuro/POLY. Chp. 3. 6. 5.
mental foramen. Bosn J Basic Med Sci 2004;4:15-23. htmlANATOMIE/Web_anat/Nerfs/Trijumeau/Trijumeau. htmuniv-
[41] Anil A, Peker T, Turgut HB, Gulekon IN, Liman F. Variations in the brest. fr/S_Commun/Biblio/ANATOMIE/. . . /Trijumeau/Nerfs_palais.
anatomy of the inferior alveolar nerve. Br J Oral Maxillofac Surg 2003; Htm.
41:236-9. www. alrf. asso. fr/site/agora/per/b_deleuze_2005. htm.
[42] Alsaad K, Lee TC, McCartan B. An anatomical study of the cutaneous www. sfar. org/sfar_actu/ca97/html/ca97_016/97_16. htm.
branches of the mental nerve. Int J Oral Maxillofac Surg 2003;32: www. urgence-pratique. com/2articles/medic/Bloc. htm.
325-33. www. anatomie-humaine. com.
[43] Kanno CM, de Oliveira JA, Cannon M, Carvalho AA. The mandibular home. nordnet. fr/~mbaroncini/PAGES/CHAP2. HTM.
lingula’s position in children as a reference to inferior alveolar nerve http://www. univbrest. fr/S_Commun/Biblio/ANATOMIE/Web_anat/fr.
block. J Dent Child 2005;72:56-60. wikipedia. org/wiki/Nerf_trijumeau.

N. Istria (nic_istria@yahoo.fr).
B. Ricbourg.
Service de chirurgie maxillofaciale, Centre hospitalier universitaire Minjoz, boulevard Flemming, 25000 Besançon, France.

Toute référence à cet article doit porter la mention : Istria N., Ricbourg B. Anatomie sensitive de la face. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Stomatologie,
22-001-B-36, 2006.

Disponibles sur www.emc-consulte.com


Arbres Iconographies Vidéos / Documents Information Informations Auto-
décisionnels supplémentaires Animations légaux au patient supplémentaires évaluations

8 Stomatologie