Vous êtes sur la page 1sur 64

INFRABEL SA de droit public

Direction Infrastructure et Achats

FASCICULE 63

Mesures de sécurité et de santé lors de l'exécution de


travaux gérés par Infrabel
FASCICULE 63

Ce fascicule rassemble les prescriptions d'usage relatives à l'organisation de la sécurité sur


chantier. Il est applicable à un marché déterminé dans la mesure où il est mentionné dans le
cahier spécial des charges ou le document en tenant lieu.

Il peut arriver qu'il faille compléter ou modifier les prescriptions du présent fascicule. Ces
compléments ou modifications sont clairement mentionnés et repris dans le cahier spécial
des charges ou dans le Plan de Sécurité et de Santé si ce document existe.

N° du N° et année de N° des pages Texte modifié Remarque


supplément la circulaire modifiées
1 2 3 4 5
Table des matières FASCICULE 63

TABLE DES MATIERES

1 RÉGLEMENTATION DU TRAVAIL ET PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES.... 1

1.1 Mesures de sécurité .............................................................................................................................. 1

1.2 Réglementation du travail ................................................................................................................... 1

1.3 Directives au personnel de l'adjudicataire ......................................................................................... 1


1.3.1 Généralités........................................................................................................................................ 1
1.3.2 Mesures à prendre par l’adjudicataire pour protéger son personnel ................................................. 2
1.3.3 Confirmation écrite par l’adjudicataire............................................................................................. 2

1.4 Premiers soins - Protection anti-incendie - Evacuation des travailleurs ......................................... 3

2 DISPOSITIONS PARTICULIÈRES CONCERNANT LES TRAVAUX


EFFECTUÉS PAR LES ENTREPRISES EXTERNES................................... 4

2.1 Généralités ............................................................................................................................................ 4

2.2 Dispositions particulières relatives aux chantiers “non”-temporaires ou mobiles ........................... 4


2.2.1 Obligation d'information................................................................................................................... 4
2.2.2 Obligation de coordonner les activités.............................................................................................. 4
2.2.3 Obligation de contrôle ...................................................................................................................... 5
2.2.4 Obligation d'information de l'adjudicataire à l'égard d'Infrabel........................................................ 5

2.3 Dispositions particulières relatives aux chantiers temporaires ou mobiles....................................... 5


2.3.1 Cas 1 6
2.3.1.1 Phase de conception : Il est supposé que l'adjudicataire travaille seul. ................................. 6
2.3.1.2 Phase de réalisation. .............................................................................................................. 6
2.3.2 Cas 2 7
2.3.2.1 Phase de conception : L'adjudicataire ne travaillera probablement pas seul. ........................ 7
2.3.2.2 Phase de réalisation. .............................................................................................................. 8

3 MESURES DE SÉCURITÉ EN CAS DE TRAVAUX DANS OU À


PROXIMITÉ DES VOIES............................................................................... 9
3.1 Définitions ............................................................................................................................................. 9
3.1.1 Zone dangereuse et distance de sécurité ........................................................................................... 9
3.1.2 Risques ........................................................................................................................................... 10
3.1.3 Emplacement de dégagement ......................................................................................................... 10
3.1.4 Types d'empiètement dans la zone dangereuse............................................................................... 10

3.2 Mesures de sécurité – système de protection ................................................................................... 11

i/ii
Table des matières FASCICULE 63

4 MESURES DE SÉCURITÉ POUR TRAVAUX À PROXIMITÉ


D'INSTALLATIONS DE TRACTION ÉLECTRIQUE ET D'AUTRES
INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES.............................................................. 12

4.1 Concepts.............................................................................................................................................. 12
4.1.1 Haute tension pour traction électrique ............................................................................................ 12
4.1.2 Matériel roulant électrique.............................................................................................................. 12
4.1.3 Câbles et appareillages haute tension ............................................................................................. 13
4.1.4 Câbles basse tension ....................................................................................................................... 13

4.2 Risques ................................................................................................................................................ 13

4.3 Distance de sécurité vis-à-vis des installations caténaires sous tension ......................................... 13
4.3.1 Travailler sans objets longs ............................................................................................................ 14
4.3.2 Travailler avec des objets longs tels que grues ou engins de levage .............................................. 16
4.3.2.1 Engins circulant sur la voie ou sur les rails ......................................................................... 17
4.3.2.2 Engins ne circulant pas sur une voie ................................................................................... 17
4.3.3 Travailler aux installations caténaires qui se trouvent dans les environs d’installations encore sous
tension ............................................................................................................................................ 19

4.4 Travaux avec mise hors tension des caténaires ............................................................................... 19

ii/ii
Réglementation du travail et prescriptions FASCICULE 63
générales

1 Réglementation du travail et prescriptions générales

1.1 MESURES DE SÉCURITÉ


Infrabel a pris en compte, lors de l'étude du marché, les principes généraux de
prévention en matière de sécurité et de santé, notamment lors des choix techniques.
Les travaux seront exécutés suivant la législation en vigueur en matière de protection
du travail. L'attention de l'adjudicataire est attirée sur le fait que les prescriptions de
sécurité et de santé reprises dans le présent fascicule et complétées par celles du
cahier spécial des charges et/ou celles du Plan de Sécurité et de Santé sont des
dispositions minimales en ces matières et ne sont pas nécessairement complètes.
L’adjudicataire est censé avoir remis prix en tenant compte de toutes les sujétions
liées à ces matières et qui sont les conséquences des méthodes d’exécution qu’il a
lui-même choisies.
Les mesures prises doivent être en tout temps adaptées selon les conditions
d’exploitation ou les circonstances techniques.

1.2 RÉGLEMENTATION DU TRAVAIL


Les travaux doivent être exécutés conformément aux prescriptions légales en
matière de sécurité et de santé.
L’adjudicataire est censé avoir remis prix en tenant compte de ces prescriptions.

1.3 DIRECTIVES AU PERSONNEL DE L'ADJUDICATAIRE

1.3.1 GENERALITES

Dans le cadre de la prévention des accidents, l'adjudicataire est invité à s'inspirer des
prescriptions et recommandations Infrabel à l'usage des travailleurs des entreprises
extérieures qui sont amenés à se déplacer et à travailler dans les dépendances d'
Infrabel et qui sont reprises dans le livret “Travailler et circuler en sécurité à la
SNCB”.
Ce livret est publié par la SNCB-Holding, Direction Stratégie et Coordination, Service
Sécurité et Environnement, division H-SE.02.
Un exemplaire de ce livret peut être obtenu gratuitement auprès du fonctionnaire
dirigeant. Si l’adjudicataire souhaite en recevoir plusieurs exemplaires, il peut se les
procurer à la SNCB-Holding, Direction Stratégie et Coordination, bureau H-SE.009 -
section 10, rue Charles Parenté 28 A à 1070 Bruxelles.

1/19
Réglementation du travail et prescriptions FASCICULE 63
générales

1.3.2 MESURES A PRENDRE PAR L’ADJUDICATAIRE POUR PROTEGER SON


PERSONNEL

Sauf si le Cahier Spécial des Charges ou tout autre document contractuel en tenant
lieu reprend d’autres prescriptions, l’adjudicataire ainsi que tout son personnel et les
sous-traitants éventuels et leur personnel doivent veiller eux-mêmes à leur sécurité
lorsqu’ils se trouvent sur le domaine du chemin de fer, lorsqu’ils circulent le long des
voies, quand ils doivent traverser celles-ci ou lorsqu’ils exécutent des travaux dans
les voies, même hors service, ou à proximité de voies et/ou de caténaires
maintenues en service.
L’adjudicataire doit prendre sous son entière et exclusive responsabilité toutes
mesures de prévention nécessaires.
En application de ce qui précède et sans que l’énumération ci-après puisse être
considérée comme limitative, l’adjudicataire doit notamment interdire à son
personnel, en dehors des strictes nécessités découlant du travail à exécuter :
- de circuler le long des voies ;
- de traverser les voies ;
- de stationner dans une voie adjacente à celle parcourue par un train.
Les mesures de sécurité à prendre en cas de travaux dans ou à proximité des voies
et à proximité d'installations de traction électrique et d'autres installations électriques
sont décrites aux chapitres 3 et 4 ci-après.

1.3.3 CONFIRMATION ECRITE PAR L’ADJUDICATAIRE

L’adjudicataire est tenu de fournir au fonctionnaire dirigeant une liste nominative


signée par tous ses travailleurs et ceux de ses sous-traitants éventuels déclarant
qu’ils ont bien reçu et compris les instructions concernant les risques pour la sécurité
et la santé auxquels ils s'exposent pendant leurs activités sur le chantier. Ce
document sera fourni au plus tard deux jours ouvrables avant le début des travaux.
Cette liste sera constamment tenue à jour par l'adjudicataire. En ce sens, il fournit
au fonctionnaire dirigeant les déclarations signées en fonction des mouvements du
personnel sur le chantier et/ou des nouvelles prescriptions reprises au plan de
sécurité et de santé compte tenu de l’évolution du chantier.
L'adjudicataire veille à ce que son personnel et celui de ses sous-traitants éventuels
respecte les mesures de prévention et de protection reprises dans le Cahier Spécial
des Charges ou dans les documents de référence.
Il veillera également à ce que les consignes de sécurité et les ordres du fonctionnaire
dirigeant (ou son représentant) soient respectés lorsque son personnel circule le long
des voies ou exécute des travaux dans les voies (même hors service) ou à proximité
de voies maintenues en service et/ou de caténaires non-mises à la terre.
En tout temps, l'adjudicataire reste seul responsable de sa sécurité, de celle de son
personnel et de celle de ses sous-traitants éventuels.

2/19
Réglementation du travail et prescriptions FASCICULE 63
générales

1.4 PREMIERS SOINS - PROTECTION ANTI-INCENDIE -


EVACUATION DES TRAVAILLEURS
Lorsqu’un plan de sécurité et de santé existe, l'évacuation du chantier doit se faire
suivant les indications de ce plan établi par l'adjudicataire. Ce plan est adapté au fur
et à mesure de l’évolution du chantier.
Les premiers soins sont organisés par l'adjudicataire comme indiqué au plan de
sécurité et de santé lorsqu’il existe.
Si aucun plan de sécurité et de santé ne doit être établi il conviendra d’appliquer :
- soit les mesures générales d’application en la matière ;
- soit les mesures éventuelles complémentaires reprises au cahier spécial des
charges.

3/19
Dispositions particulières concernant les FASCICULE 63
travaux effectués par les entreprises externes

2 Dispositions particulières concernant les travaux


effectués par les entreprises externes

2.1 GENERALITES
La loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur
travail fait état, dans son article 5, de différentes obligations générales à charge de
l'employeur.
Par « employeur », il convient d'entendre Infrabel vis-à-vis de ses propres agents et
l'adjudicataire (ou ses sous-traitants) vis-à-vis des membres de son (leur) personnel.
L'attention de l'adjudicataire est attirée sur le respect scrupuleux de ces obligations.
Cette loi contient en outre des dispositions particulières qui diffèrent suivant qu'elles
sont d'application sur des « chantiers non-temporaires ou mobiles » (chapitre IV de la
loi) ou sur des « chantiers temporaires ou mobiles » (chapitre V de la loi).
Infrabel est le maître d’ouvrage et l’adjudicataire est le maître d’oeuvre à la
réalisation.

2.2 DISPOSITIONS PARTICULIERES RELATIVES AUX CHANTIERS


“NON”-TEMPORAIRES OU MOBILES

2.2.1 OBLIGATION D'INFORMATION

Infrabel fournit à l'adjudicataire les informations nécessaires en ce qui concerne les


risques et les mesures en matière de bien-être des travailleurs lors de l'exécution de
leur travail d'application dans ses établissements et ce, via le présent fascicule et le
cahier spécial des charges.
L'adjudicataire doit informer ses travailleurs et/ou ses sous-traitants des risques liés
à la sécurité et à la santé auxquels ils sont exposés pendant leurs activités dans les
installations d'Infrabel, ainsi que des mesures de protection et de prévention prises
pour y faire face. Il doit également les informer en ce qui concerne les premiers
secours, la lutte contre l'incendie, les mesures relatives à l'évacuation des
travailleurs, … .

2.2.2 OBLIGATION DE COORDONNER LES ACTIVITES

Le fonctionnaire dirigeant assure la coordination, sauf stipulation contraire dans le


cahier spécial des charges.
L'adjudicataire est tenu à cet effet de fournir une entière collaboration.

4/19
Dispositions particulières concernant les FASCICULE 63
travaux effectués par les entreprises externes

2.2.3 OBLIGATION DE CONTROLE

L'adjudicataire s'engage à respecter les obligations relatives au bien-être des


travailleurs lors de l'exécution de leur travail, obligations propres à l'établissement
d'Infrabel dans lequel ses travailleurs viennent exécuter des travaux.
Si l'adjudicataire ne respecte pas les obligations visées à l'alinéa précédent ou les
applique de façon lacunaire, Infrabel est en droit de prendre elle-même les mesures
nécessaires, aux frais de cet adjudicataire.
Avant que tout sous-traitant ait entamé tout travail à l'intérieur des installations
d'Infrabel, l’adjudicataire est tenu de soumettre à la signature de ce sous-traitant un
contrat reprenant les mêmes obligations que celles énumérées aux deux
paragraphes précédents. Il est tenu de remettre à Infrabel une copie signée de ce
contrat.

2.2.4 OBLIGATION D'INFORMATION DE L'ADJUDICATAIRE A L'EGARD


D'INFRABEL

Avant le début du marché et au plus tard dans les 15 jours de calendrier qui suivent
la notification de l'approbation de la soumission, l'adjudicataire doit informer le
fonctionnaire dirigeant, par écrit, des risques spécifiques à son entreprise et lui
soumettre les mesures qu'il adoptera pour rencontrer les exigences des documents
d'adjudication en matière de sécurité, tant pour les risques inhérents aux travaux que
pour les risques spécifiques à son entreprise.
Au cours de l'exécution proprement dite de l'entreprise, l'adjudicataire informera à
temps1 et par écrit le fonctionnaire dirigeant, des éventuelles méthodes d’exécution
modifiées ou nouvelles, des risques complémentaires et des mesures de sécurité et
de santé.
Le fonctionnaire dirigeant est en droit d'exiger que l'adjudicataire apporte aux
mesures proposées toute modification ou tout complément qui s'avérerait nécessaire
pour atteindre le niveau de sécurité escompté.

2.3 DISPOSITIONS PARTICULIERES RELATIVES AUX CHANTIERS


TEMPORAIRES OU MOBILES
L'attention de l'adjudicataire est attirée en particulier sur ses obligations spécifiques
telles que stipulées dans la section IV du chap. V du titre III du Code sur le bien-être
concernant les chantiers temporaires ou mobiles. L'adjudicataire de travaux doit
respecter l'ensemble des dispositions légales, réglementaires ou conventionnelles, et
les faire respecter par toute personne agissant en qualité de sous-traitant, et par

1
Au moins deux semaines de calendrier avant que:
- la méthode d’exécution modifiée ou nouvelle soit appliquée;
- le risque se pose;
- la mesure soit prise.

5/19
Dispositions particulières concernant les FASCICULE 63
travaux effectués par les entreprises externes

toute personne employant du personnel sur le chantier, tant en matière de sécurité et


d'hygiène qu'en matière de conditions générales de travail.
L'adjudicataire de services ou fournitures doit respecter l'ensemble des dispositions
légales, réglementaires ou conventionnelles, et les faire respecter par son (ses)
propre(s) sous-traitant(s), et par toute personne mettant du personnel à sa
disposition, tant en matière de sécurité et d'hygiène qu'en matière de conditions
générales de travail.
Nous distinguons deux cas :

2.3.1 CAS 1

2.3.1.1 PHASE DE CONCEPTION : IL EST SUPPOSE QUE L'ADJUDICATAIRE TRAVAILLE


SEUL.

Aucun coordinateur-projet n'est désigné. Il n'est annexé aucun plan de sécurité et de


santé au cahier spécial des charges.
Infrabel fournit à l'adjudicataire les informations nécessaires en ce qui concerne les
risques et les mesures en matière de bien-être des travailleurs lors de l'exécution de
leur travail, d'application dans ses établissements et ce, via le présent fascicule et le
cahier spécial des charges.

2.3.1.2 PHASE DE REALISATION.

a. L'adjudicataire travaille effectivement seul.

Le fonctionnaire dirigeant assure la coordination des activités sur le chantier.


L'adjudicataire est tenu collaborer à ladite coordination et de coopérer avec Infrabel
lors de l'exécution des mesures en matière de sécurité et de santé des personnes
concernées par l'exécution des travaux.
Avant le début du marché et au plus tard dans les 15 jours de calendrier qui suivent
la notification de l'approbation de la soumission, l'adjudicataire doit informer le
fonctionnaire dirigeant, par écrit, des risques spécifiques à son entreprise et lui
soumettre les mesures qu'il adoptera pour rencontrer les exigences des documents
d'adjudication en matière de sécurité, tant pour les risques inhérents aux travaux que
pour les risques spécifiques à son entreprise.
Au cours de l'exécution proprement dite de l'entreprise, l'adjudicataire informera le
fonctionnaire dirigeant, à temps2 et par écrit, des éventuelles méthodes d’exécution

2
Au moins deux semaines de calendrier avant que:
- la méthode d’exécution modifiée ou nouvelle soit appliquée;
- le risque se pose;
- la mesure soit prise.

6/19
Dispositions particulières concernant les FASCICULE 63
travaux effectués par les entreprises externes

modifiées ou nouvelles, des risques complémentaires et des mesures de sécurité et


de santé.
Le fonctionnaire dirigeant est en droit d'exiger que l'adjudicataire apporte aux
mesures proposées toute modification ou tout complément qui s'avérerait nécessaire
pour atteindre le niveau de sécurité escompté.
Un dossier d’intervention ultérieure doit être rédigé pour les travaux ayant trait a la
structure, aux éléments essentiels de l’ouvrage, ou aux situations impliquant un
risque tangible.
Sauf stipulations contraires dans le cahier spécial des charges, ce dossier
d'intervention ultérieure sera rédigé – voire même adapté au cours du marché – par
le fonctionnaire dirigeant.

b. Il se produit des circonstances imprévues qui incitent l'adjudicataire ou


Infrabel à faire appel à un ou plusieurs adjudicataires (ou sous-traitants)
supplémentaires.

Infrabel désignera alors un coordinateur-réalisation.


Avant le début du marché et au plus tard dans les 15 jours de calendrier qui suivent
la notification de l'approbation de la soumission, l'adjudicataire doit informer le
fonctionnaire dirigeant, par écrit, des risques spécifiques à son entreprise et lui
soumettre les mesures qu'il adoptera pour rencontrer les exigences des documents
d'adjudication en matière de sécurité, tant pour les risques inhérents aux travaux que
pour les risques spécifiques à son entreprise.
Au cours de l'exécution proprement dite de l'entreprise, l'adjudicataire informera le
fonctionnaire dirigeant et le coordinateur-réalisation, à temps3 et par écrit, des
éventuelles méthodes d’exécution modifiées ou nouvelles, des risques
complémentaires et des mesures de sécurité et de santé.
Le fonctionnaire dirigeant est en droit d'exiger que l'adjudicataire apporte aux
mesures proposées toute modification ou tout complément qui s'avérerait nécessaire
pour atteindre le niveau de sécurité escompté.

2.3.2 CAS 2

2.3.2.1 PHASE DE CONCEPTION : L'ADJUDICATAIRE NE TRAVAILLERA PROBABLEMENT


PAS SEUL.

Infrabel nomme un coordinateur-projet.

3
Au moins deux semaines de calendrier avant que:
- la méthode d’exécution modifiée ou nouvelle soit appliquée;
- le risque se pose;
- la mesure soit prise.

7/19
Dispositions particulières concernant les FASCICULE 63
travaux effectués par les entreprises externes

Ce coordinateur-projet rédigera notamment un plan de sécurité et de santé. Ce plan


de sécurité et de santé est annexé au cahier spécial des charges.
En vue de réaliser la mise en oeuvre de l'article 30, alinéa 2, points 1° et 2° du chap.
V titre III du Code sur le bien-être, il sera annexé à ce plan de sécurité et de santé un
document que les soumissionnaires sont tenus de joindre, signé et complété, à leur
offre.

2.3.2.2 PHASE DE REALISATION.

a. L'adjudicataire travaille seul.

La coordination, réalisée au cours de la conception du marché, n'est pas poursuivie


lors de la réalisation de l'ouvrage.
Dans ce cas, les dispositions prévues dans le point 2.3.1.2.a sont d'application.

b. L'adjudicataire ne travaille pas seul : il travaille avec un ou plusieurs


sous-traitants et/ou il existe des entreprises simultanées et/ou
entreprises successives.

Infrabel nomme un coordinateur-réalisation avant le début des travaux.


Avant le début du marché et au plus tard dans les 15 jours de calendrier qui suivent
la notification de l'approbation de la soumission, l'adjudicataire doit informer par écrit
le fonctionnaire dirigeant et le coordinateur-réalisation des éventuelles méthodes
d’exécution modifiées ou nouvelles, des risques complémentaires et des mesures de
sécurité et de santé.
Au cours de l'exécution proprement dite de l'entreprise, l'adjudicataire informera le
fonctionnaire dirigeant et le coordinateur-réalisation, à temps4 et par écrit, des
éventuelles méthodes d'exécution modifiées ou nouvelles, ainsi que des risques et
mesures supplémentaires.
Le fonctionnaire dirigeant est en droit d'exiger que l'adjudicataire apporte aux
mesures proposées toute modification ou tout complément qui s'avérerait nécessaire
pour atteindre le niveau de sécurité escompté.

4
Au moins deux semaines de calendrier avant que:
- la méthode d’exécution modifiée ou nouvelle soit appliquée;
- le risque se pose;
- la mesure soit prise.

8/19
Mesures de sécurité en cas de travaux dans FASCICULE 63
ou à proximité des voies

3 Mesures de sécurité en cas de travaux dans ou à


proximité des voies

3.1 DÉFINITIONS

3.1.1 ZONE DANGEREUSE ET DISTANCE DE SECURITE

La zone dangereuse est la zone dans laquelle un travailleur est exposé aux risques
que présentent les véhicules ferroviaires en mouvement.
Pour la voie, elle comprend l'espace compris entre deux plans parallèles à l'axe de la
voie et perpendiculaires au plan de roulement et situés de part et d’autre de celle-ci,
à une distance « DS » appelée distance de sécurité. Cette distance est mesurée
perpendiculairement depuis le bord extérieur de chaque rail.
Le plan de roulement est le plan formé par les points les plus élevés des faces de
roulement des rails.
Cette zone peut comprendre une ou plusieurs voies.
Toute voie mise hors service sur laquelle circulent des trains de travaux et/ou des
véhicules ferroviaires semblables, doit être considérée comme zone dangereuse.

La distance de sécurité « DS » est de 1,5 m, si la vitesse de circulation maximum des


véhicules ferroviaires ne dépasse pas 160 km/h ; elle est de 2 m pour des vitesses
de circulation supérieures à 160 km/h mais limitées à 300 km/h.
La distance de sécurité « DS » de 1,5 m est ramenée à 1,2 m du côté du rail le plus
proche de la voie adjacente, pour les engins sur rails ou sur wagon.

9/19
Mesures de sécurité en cas de travaux dans FASCICULE 63
ou à proximité des voies

3.1.2 RISQUES

Par risques que présentent les véhicules ferroviaires en mouvement pour une
personne on entend la possibilité:
- d'être heurté;
- d'être déstabilisé par l'effet de souffle ou d'aspiration provoqué par leur passage.
Par risque, pour un véhicule ferroviaire en mouvement, on entend l’éventualité
qu’une personne, avec un engin ou tout objet, puisse l’endommager ou le faire
dérailler.

3.1.3 EMPLACEMENT DE DEGAGEMENT

Par emplacement de dégagement, on entend un lieu sûr, c'est-à-dire en dehors de


toute zone dangereuse, où les travailleurs doivent se tenir lors du passage d'un
véhicule ferroviaire.
L'emplacement de dégagement peut être un accotement, une piste de circulation,
une piste de travail, une niche, une passerelle latérale, un refuge, une entrevoie
suffisamment large, une zone de travail sans circulation ou une partie de quai hors
zone dangereuse.
- Un accotement est constitué par la partie de la plate-forme située le long de la
voie courante. Il est destiné à permettre aux travailleurs de se garer en sécurité
au passage d’un véhicule ferroviaire mais peut être trop étroit pour permettre les
déplacements.
- Piste de circulation : espace aménagé situé le long d'une voie, permettant
notamment le dépôt temporaire de matériaux et de l’outillage mécanique utilisés
ainsi que leur déplacement et celui des travailleurs.
- Niche : cavité établie dans les parois latérales des tranchées, des tunnels et des
murs antibruit. Celle-ci permet aux travailleurs de se retirer en sécurité lors du
passage d’un véhicule ferroviaire. Des niches sont à prévoir lorsque l'espace
libre n'est pas suffisant entre la zone dangereuse et l'ouvrage.
- Refuge : emplacement aménagé sur un ouvrage d'art ou un remblai étroit ainsi
que par-dessus un fossé. Celui-ci permet de se retirer en sécurité lors du
passage d’un véhicule ferroviaire. Des refuges sont à prévoir lorsque l'espace
libre n'est pas suffisant entre la zone dangereuse et l'ouvrage ou la crête du
remblai.
- Entre-voie : espace compris entre les axes des rails adjacents de deux voies
contiguës.

3.1.4 TYPES D'EMPIÈTEMENT DANS LA ZONE DANGEREUSE

Il existe deux types d’empiètements possibles dans la zone dangereuse d’une voie :

10/19
Mesures de sécurité en cas de travaux dans FASCICULE 63
ou à proximité des voies

- EMPIETEMENT TYPE I:
empiètement temporaire ou permanent susceptible d’être provoqué par le
personnel et/ou par l'outillage et/ou par les matériaux pouvant se retirer ou
être retirés rapidement;
- EMPIETEMENT TYPE II:
empiétement temporaire ou permanent susceptible d’être provoqué par:
- un engin opérant à proximité, peu importe que cet engin se trouve à
proximité de la voie ou sur une voie adjacente;
- de l’outillage et/ou des matériaux qui ne peuvent être retirés rapidement en
raison de leur masse, ou de leur volume, ou pour toute autre raison.
Le plan de sécurité et de santé, s'il existe, reprendra les éventuelles mesures à
prendre en cas d' empiètement(s) Type I et/ou Type II.

3.2 MESURES DE SÉCURITÉ – SYSTÈME DE PROTECTION


L’adjudicataire met lui-même en place un système de protection qui assure la
sécurité de son personnel.
Le système de protection de l’adjudicataire doit satisfaire au minimum aux
prescriptions d'Infrabel. Ces dernières sont reprises en annexe. Le système de
protection doit être proposé à Infrabel et approuvé par elle.
Infrabel informe l’adjudicataire des mesures de sécurité qu’elle prendra pour assurer
la sécurité de son propre personnel et celui de ses filiales concernées.
Si Infrabel juge que la méthode de travail de l’adjudicataire présente un danger pour
les véhicules ferroviaires, elle met elle-même en place un système de protection
assurant la sécurité des véhicules ferroviaires.
Le système de protection de l’adjudicataire peut, selon les circonstances, soit
s’intégrer dans le système de protection mis en place par Infrabel, soit en être
totalement indépendant.
Le Cahier Spécial des Charges ou tout autre document contractuel en tenant
lieu peut prescrire d’autres mesures si nécessaire.

11/19
Mesures de sécurité pour travaux à proximité FASCICULE 63
d'installations de traction électrique et
d'autres installations électriques

4 Mesures de sécurité pour travaux à proximité


d'installations de traction électrique et d'autres
installations électriques

4.1 CONCEPTS

4.1.1 HAUTE TENSION POUR TRACTION ÉLECTRIQUE

Caténaires
La caténaire est un ensemble de câbles, de fils et d'équipements placés au-dessus
des voies pour l'alimentation en énergie électrique des engins ferroviaires. Les
dangers inhérents à cette caténaire sont de nature électrique et mécanique (force de
traction).
Câbles de raccordement entre les sous-stations, postes de sectionnement et
caténaires
Entre autres au niveau des sous-stations et des postes de sectionnement, des
câbles de raccordement, qui alimentent la caténaire en tension et courant, se
trouvent par terre. Ils se trouvent dans des caniveaux, à fleur du sol, le long des
voies et la flèche de haute tension est indiquée sur les couvercles des caniveaux.
Ils peuvent également être fixés aux supports de la caténaire.
Les câbles doivent être considérés comme étant continuellement sous tension.
Circuit de retour de courant
Le circuit de retour de courant reconduit le courant de traction vers la sous-station.
Outre les rails et les appareils de voie, la continuité du circuit de retour de courant de
traction est également assurée par diverses connexions transversales,
longitudinales, inductives...
Au niveau des sous-stations et des postes de sectionnement, les circuits de retour
de courant sont rassemblés dans un collecteur. A ces endroits, les connexions à la
voie sont peintes en rouge et munies d'un panneau avertisseur.

4.1.2 MATÉRIEL ROULANT ÉLECTRIQUE

Les engins électriques établissent le contact avec la caténaire par des pantographes.
Certaines parties de ces engins sont sous tension.
La haute tension est également présente sur la partie inférieure des engins. Le
contact éventuel avec celle-ci est aussi dangereux que le contact direct avec la
caténaire.

12/19
Mesures de sécurité pour travaux à proximité FASCICULE 63
d'installations de traction électrique et
d'autres installations électriques

4.1.3 CÂBLES ET APPAREILLAGES HAUTE TENSION

Les terrains d'Infrabel sont parcourus de câbles et d'appareils d'origines diverses:


- alimentation de la caténaire;
- raccordement entre les postes haute tension Infrabel et le fournisseur Infrabel;
- préchauffage 3kV;
- tiers, avec une autorisation.

4.1.4 CÂBLES BASSE TENSION

Les terrains d'Infrabel sont couverts d'un réseau de câbles basse tension servant à
alimenter les différents appareils de l'infrastructure (signalisation, éclairage,
chauffage, force motrice, caténaire, télécommunication) ainsi que de câbles basse
tension appartenant à des tiers titulaires d'une permission de voirie.

4.2 RISQUES
Les dangers de l'électricité sont:
- électrisation ou dans le pire des cas électrocution: lorsqu'on peut s’approcher
des éléments conducteurs;
- explosion, éventuellement suivie d'un incendie: lorsque, dans un environnement
explosif, des arcs ou étincelles électriques jaillissent de conduites ou d'appareils
sous tension;
Sur le terrain du chemin de fer, les installations suivantes présentent surtout des
risques spécifiques:
- haute tension pour traction électrique 3000V en courant continu ou 25000V en
courant alternatif;
- matériel roulant électrique;
- alimentation en énergie des voitures;
- câbles haute tension;
- câbles basse tension.

4.3 DISTANCE DE SECURITE VIS-A-VIS DES INSTALLATIONS


CATENAIRES SOUS TENSION

• Toute personne ne disposant d'aucune autorisation particulière doit rester à une


distance de 3 m des parties sous tension.
Exemple: fournisseur venant livrer des matériaux sur chantier.

• Toute personne amenée à travailler à proximité des installations fixes de traction


électrique doit être en possession d'une autorisation écrite et nominative lui

13/19
Mesures de sécurité pour travaux à proximité FASCICULE 63
d'installations de traction électrique et
d'autres installations électriques

permettant de travailler à moins de 3 m des installations fixes de traction


électrique. Cette autorisation, délivrée par l'adjudicataire, précise la catégorie à
laquelle appartient l'agent; elle constitue également la preuve que l'agent
concerné est informé par l'adjudicataire des dangers existants sur le site et dans
son environnement immédiat.

• Tout agent qui ne peut présenter son autorisation pendant les travaux est
considéré comme une personne sans autorisation. L'adjudicataire détermine à
quelle catégorie appartient chacun de ses agents. Il est entièrement responsable
de ses choix et remet une liste nominative par catégorie au fonctionnaire
dirigeant.

• Conformément à la norme NBN-EN 50110, il existe 4 catégories de personnes


avec autorisation :
- personnes ordinaires;
- personnes averties;
- personnes qualifiées;
- personnes spécialisées.

• Les documents suivants édités par le Service Courants forts d'Infrabel décrivent
en détail les conditions de travail et les distances de sécurité à respecter par
rapport aux parties sous tension des installations fixes de traction électrique:
- 490.001 pour les installations fixes de traction 3 kV DC;
- 490.003 pour les installations fixes de traction 25 kV AC;
- 490.002 pour ce qui concerne les mesures à prendre lors de travaux avec
objet long et étroit, ou de sablage sur aire de passage accessible ou non au
public, présentant un obstacle entre aire de travail et les parties sous tension
(3 kV DC et 25 kV AC).

4.3.1 TRAVAILLER SANS OBJETS LONGS

Par objets longs, on entend tout matériel dont la longueur dépasse 0,5 mètre.
La sécurité des personnes contre les contacts directs est principalement obtenue par
éloignement de ces personnes des parties sous tension.
A cette fin, chaque surface de travail doit satisfaire à une des deux règles ci-après:
- soit un élément matériel sert d'obstacle soit le bord même de la surface de travail
se situe à une distance horizontale au moins égale à "a" par rapport à toute
pièce sous tension;
- soit la surface de travail se situe à une distance verticale au moins égale à "b"
sous toute pièce sous tension.

14/19
Mesures de sécurité pour travaux à proximité FASCICULE 63
d'installations de traction électrique et
d'autres installations électriques

En outre, toute personne à l'obligation de se tenir sur la surface de travail et


d'éloigner toute partie de son corps ou objet qu'elle manipule d'une distance au
moins égale à "c" par rapport à toute pièce sous tension.
Les valeurs des distances "a", "b" et "c" sont déterminées en fonction de la catégorie
des personnes; elles sont reprises dans le tableau I.

Tableau I

Catégorie d'agent Tension Distance Distance Mouvements


(kV) horizontale verticale volontaires
minimale à minimale au- autorisés
partir du bord dessus de la jusqu'à
de la surface surface de minimum ....m
de travail ou travail de la partie
d'un élément sous tension
faisant (m)
obstacle (m)

"a" "b" "c"


Personne sans 3 ou 25 - - 3
autorisation
Personne ordinaire 3 ou 25 2,25 3,50 1,50
avec autorisation
Personne avertie 3 ou 25 1,50 2,75 1,00
ou qualifiée avec
autorisation (*)
Personne 3 1,25 2,50 0,50
spécialisée
Avec autorisation 25 1,45 2,75 0,70

(*) : les distances sont les mêmes pour les personnes averties ou qualifiées.

Si les distances ne peuvent pas être respectées, la caténaire doit être mise hors
tension excepté dans les cas particuliers repris au point 4.3.3.

15/19
Mesures de sécurité pour travaux à proximité FASCICULE 63
d'installations de traction électrique et
d'autres installations électriques

Liste de catégories possibles pour les travailleurs :

spécialisées"
"personnes

"personnes

"personnes

"personnes
ordinaires"
qualifiées"

averties"
Catégorie d'agent

Personne appartenant au personnel d’un


entrepreneur de pose de caténaires ou d’un
de ses sous-traitants * * * *

Personne appartenant au personnel d’un * *


entrepreneur ou d’un de ses sous-traitants
autre qu’un entrepreneur ou sous-traitant en
pose des caténaires et autre que peintre
Peintres affectés aux structures proches de la
caténaire
*
Peintres affectés aux autres structures *

Autres personnes chargées de l’exécution *


des travaux

Les travaux de voie, de pose de câbles le long des voies, aux ouvrages d'art, les
travaux sur wagons plats, les travaux divers le long des voies électrifiées sous
tension relèvent de la catégorie "personne ordinaire".
Les travaux de pose de câbles aériens, aux abris parapluies, les travaux de peinture
de structures caténaires, les travaux impliquant l'escalade des mâts de signaux ou
de poteaux d'éclairage, les travaux nécessitant la manipulation d'objets longs tels
que éléments de chauffage d'aiguillage relèvent de la catégorie "personne avertie".
Les travaux aux installations fixes de traction électrique relèvent de la catégorie
"personne spécialisée.
Pour plus de détails, il y a lieu de s'en référer au Fonctionnaire Dirigeant.

4.3.2 TRAVAILLER AVEC DES OBJETS LONGS TELS QUE GRUES OU ENGINS DE
LEVAGE

Dans ce cas, des mesures de précautions supplémentaires doivent être prises


compte tenu de la difficulté d'évaluer la distance entre l'extrémité de l'objet long et les
parties sous tension.

16/19
Mesures de sécurité pour travaux à proximité FASCICULE 63
d'installations de traction électrique et
d'autres installations électriques

Dans le cas où les caténaires ne peuvent pas être mises hors tension, les mesures
suivantes doivent être prises:

4.3.2.1 ENGINS CIRCULANT SUR LA VOIE OU SUR LES RAILS

L’amplitude des mouvements de l’engin doit être limitée de manière telle qu'aucune
partie de l'engin ou de sa charge ne puisse approcher des parties sous tension à
moins de 0,5 m en 3 kV et à moins de 0,70 m en 25 kV.
Pour ce faire le placement des limitateurs de mouvements doit tenir compte d’une
réserve destinée à prendre en compte tous les mouvements ou déformations
possibles de l’engin, de ses éléments ou de sa charge.
Cette réserve ne peut être inférieure à 0,30 m pour une grue rail-route.

4.3.2.2 ENGINS NE CIRCULANT PAS SUR UNE VOIE

A. Les parties de l'engin ou de sa charge doivent se situer à une distance


Dmin des parties sous tension définie dans le tableau ci-après. "Z" est la
distance entre le visage du conducteur de l'engin et les parties sous
tension.

Tableau II

Catégorie du conducteur de 3 kV DC 25 kV AC
l'engin

Valeur de Dmin - sans limiteur de mouvement

Personne ordinaire 1,5 m + 25 % de Z 1,5 m + 25 % de Z


maximum: 3 m maximum: 3 m
Personne avertie 1,0 m + 25 % de Z 1,0 m + 25 % de Z
maximum: 3 m maximum: 3 m
Personne spécialisée 0,5 m + 25 % de Z 0,7 m + 25 % de Z
maximum: 3 m maximum: 3 m

Exemple: grutier de la catégorie personne avertie à 5 m (= Z) du 3 kV: Dmin =


1,0 m + 25 % de 5 m = 2.25 m
Si l'engin est équipé d'une limitation du degré de liberté de mouvement vers les
parties sous tension, le supplément de distance de 25 % peut être réduit en fonction
de la charge manipulée, du limiteur ...

17/19
Mesures de sécurité pour travaux à proximité FASCICULE 63
d'installations de traction électrique et
d'autres installations électriques

B. En outre les parties de l'engin ou de sa charge ne peuvent pas se situer


dans la zone des 3 m au-dessus des parties sous tension représentées ci-
dessous.

Les prescriptions décrites en A. et B. ci-avant sont représentées par les figures ci-
après dans lesquelles les zones hachurées représentent des zones interdites aux
parties de l'engin ou de sa charge.

Pour pouvoir travailler à l'intérieur de ces zones Interdites, la caténaire doit


être mise hors tension.

18/19
Mesures de sécurité pour travaux à proximité FASCICULE 63
d'installations de traction électrique et
d'autres installations électriques

4.3.3 TRAVAILLER AUX INSTALLATIONS CATENAIRES QUI SE TROUVENT DANS


LES ENVIRONS D’INSTALLATIONS ENCORE SOUS TENSION

Ces travaux ne peuvent être exécutés que par des personnes spécialisées munies
de leur autorisation.
Dans les trois cas particuliers cités ci-après:
1°) travail sur plate-forme d'autorail ou autre engin avec présence d'un
poinçon de relèvement d'une caténaire faisant obstacle entre la surface de
travail et les parties sous tension ;
2°) tous travaux sur plate-forme d'autorail ou autre engin en présence d'une
personne ayant pour tâche exclusive de surveiller constamment les
agents chargés d'exécuter les travaux sur plate-forme ;
3°) escalade ou descente d'échelles ou poteaux (pour lesquelles la surface de
travail est déterminée dans le plan 490.001) par une personne se tenant
des deux mains aux montants/échelons de l'échelle ou au poteau, ses
pieds restant en contact avec les échelons ou le poteau; la personne est
supposée n'exécuter d'autre tâche que l'escalade ou la descente de telle
sorte que son attention est concentrée sur ses seuls mouvements ;
la surface de travail de l'agent ou l'élément matériel limitant ses mouvements (par
exemple, le garde-corps de la plate-forme) peut s'approcher à moins de 1,25 m (en 3
kV) ou à moins de 1,45 m (en 25 kV).
Dans ces cas, les distances horizontales et les distances pour les mouvements
volontaires définis dans le tableau I deviennent (agent spécialisé):

Tension Distance horizontale minimale à Mouvements volontaires autorisés


(kV) partir du bord de la surface de jusqu'à minimum ......m de la
travail ou de l'élément matériel partie sous tension
faisant obstacle (m)

3 0,80 0,75
25 1,00 0,95

4.4 TRAVAUX AVEC MISE HORS TENSION DES CATENAIRES


La caténaire doit être mise hors tension suivant la procédure de mise hors tension
décrite dans le Fascicule 61 art.30§5. Cette procédure doit être scrupuleusement
respectée.
L'adjudicataire doit considérer que la caténaire est sous tension tant que la
confirmation écrite de réalisation de la mise hors tension n'est pas en sa possession.

19/19
INFRABEL SA de droit public
Direction Infrastructure et Achats

Annexe au FASCICULE 63

Prescriptions minimales de protection d'Infrabel pour les


travaux dans les voies et à leurs abords (V<= 160 km/h)

Cette annexe est basée sur la RST Fascicule 576, Partie III, Titre IV, Chapitre 1, Rubriques 1, 2, 4 et 5 et sur la circulaire 21I du
7/07/1994
Annexe au FASCICULE 63

Cette annexe rassemble un résumé des prescriptions minimales principales de protection


que la S.N.C.B. donne à son personnel en vue de se protéger lors de ses travaux aux
abords ou dans les voies.

L’adjudicataire et ses sous-traitants éventuels doivent suivre ces mêmes prescriptions


lorsqu’ils doivent assurer seuls la protection de leur personnel.

Pour ce qui concerne les déplacements, le stationnement ou le travail du personnel


d’entreprises extérieures intervenant sur le domaine SNCB, il est appliqué les mêmes
exigences de sécurité que celles applicables au personnel de la SNCB.

N° du N° et année de N° des pages Texte modifié Remarque


supplément la circulaire modifiées
1 2 3 4 5
Table des matières Annexe au FASCICULE 63

TABLE DES MATIERES

1. NOTIONS DE BASE.......................................................................................1
1.1. Alerte......................................................................................................................................................1
1.2. Alarme....................................................................................................................................................1
1.3. Factionnaire...........................................................................................................................................1
1.3.1. Mission de base des factionnaires ................................................................................................1
1.3.2. Choix des factionnaires................................................................................................................1
1.3.3. Importance de la mission de factionnaire.....................................................................................1
1.3.4. Vêtement et équipement du factionnaire......................................................................................2
1.4. Point de détection ..................................................................................................................................2
1.5. Délai d’annonce .....................................................................................................................................3
1.5.1. Définition .....................................................................................................................................3
1.5.2. Délais qui interviennent dans le calcul du délai d’annonce .........................................................3
1.5.3. Distance d’annonce......................................................................................................................4
1.6. Visibilité et audibilité ............................................................................................................................4
1.6.1. Visibilité.......................................................................................................................................4
1.6.2. Audibilité .....................................................................................................................................5

2. PROTECTION DE UN OU DEUX AGENTS AU TRAVAIL.............................6


2.1. Spécifications préalables.......................................................................................................................6
2.1.1. Agent responsable........................................................................................................................6
2.1.2. Un agent veille à la sécurité .........................................................................................................6
2.2. Conditions d’exécution .........................................................................................................................6
2.2.1. Modalités d’application ...............................................................................................................6
2.2.2. Délai d’annonce minimum...........................................................................................................6
2.2.3. Annonce des trains et dégagement...............................................................................................7
2.2.4. Choix et initiation des agents .......................................................................................................7
2.2.5. Travaux aux endroits dangereux ..................................................................................................7
2.2.6. Conditions de visibilite ................................................................................................................8
2.2.7. Travaux particulièrement bruyants ..............................................................................................8
2.3. Procédure pour protéger un ou deux agents au travail .....................................................................8

3. PROTECTION DES AGENTS TRAVAILLANT EN BRIGADE.......................9


3.1. Spécifications préalables.......................................................................................................................9

i/iii
Table des matières Annexe au FASCICULE 63

3.1.1. Brigade dans la voie.....................................................................................................................9


3.1.2. Agent responsable de la sécurite ..................................................................................................9
3.2. Conditions d'exécution..........................................................................................................................9
3.2.1. Modalités d’application ...............................................................................................................9
3.2.2. Délai d’annonce minimum.........................................................................................................10
3.2.3. Distance d'annonce ....................................................................................................................10
3.2.4. Obligations des agents de la brigade..........................................................................................10
3.2.5. Vigilance des factionnaires ........................................................................................................11
3.2.6. Conditions de visibilite ..............................................................................................................11
3.2.7. Travaux particulièrement bruyants ............................................................................................11
3.2.8. Distance de bonne visibilite réciproque .....................................................................................12
3.2.9. Etablissement de la protection ...................................................................................................12
3.2.10. Dispositions complémentaires et mesures à prendre par l'agent responsable de la sécurite.......13
3.2.11. Travaux en voies accessoires .....................................................................................................14
3.3. Procédure pour protéger des agents travaillant en brigade ............................................................14
3.3.1. Sans radio et sans couverture dans la voie .................................................................................14
3.3.2. Avec radios et avec couverture dans la voie ..............................................................................16
3.3.3. Cas particuliers ..........................................................................................................................19

4. PRESCRIPTIONS À RESPECTER EN CAS DE MISE HORS SERVICE DE


LA (DES) VOIE(S) ........................................................................................23

5. PROTECTION DE TRAVAUX EXÉCUTÉS AU MOYEN D’ENGINS


SPÉCIAUX OU MACHINES N’ENGAGEANT PAS LA ZONE
DANGEREUSE D’UNE VOIE VOISINE .......................................................24
5.1. Règles de base ......................................................................................................................................24
5.2. Mesures de sécurite à prendre ...........................................................................................................24
5.2.1. Premier cas : l’engin se trouve en dehors de la zone de travail d’une brigade...........................24
5.2.2. Deuxième cas : l’engin se trouve à proximité d’une brigade au travail .....................................24

6. PROTECTION DE CHANTIER AVEC EMPIÈTEMENT “TYPE II”


POSSIBLE DANS LA ZONE DANGEREUSE D’UNE VOIE RESTÉE EN
SERVICE ......................................................................................................25
6.1. Implantation générale du dispositif. ..................................................................................................25
6.2. Aperçu des abréviations et des sympoles utilisés pour la description de ce système d’annonce. .26
6.3. Factionnaires. ......................................................................................................................................26
6.3.1. Emplacement .............................................................................................................................26
6.3.2. Délai d’annonce et distance d’annonce......................................................................................27
6.3.3. Brigade travaillant dans la zone dangereuse du chantier à des travaux qui ne sont pas
directement liés au chantier........................................................................................................28
6.3.4. Dédoublement des factionnaires à distance. ..............................................................................28

ii/iii
Table des matières Annexe au FASCICULE 63

6.3.5. Equipement. ...............................................................................................................................28


6.3.6. Mission. .....................................................................................................................................29
6.4. Mise en oeuvre du système d’annonce en cours de prestation. .......................................................30
6.5. Fonctionnement normal du dispositif d’annonce. ............................................................................30
6.6. Représentation schématique du fonctionnement normal du système d’annonce ..........................32
6.7. Mesures à prendre en cas d’incidents................................................................................................33
6.7.1. Non-réception du message A1. ..................................................................................................33
6.7.2. Non-réception du message RO. .................................................................................................33

7. PRESCRIPTIONS DE SÉCURITÉ POUR LE PERSONNEL TRAVAILLANT


DANS DES CONDITIONS PARTICULIÈRES ..............................................34
7.1. Travaux sur les lignes ou voies parallèles..........................................................................................34
7.1.1. Quadruple voie...........................................................................................................................34
7.1.2. Sextuple voie..............................................................................................................................35
7.2. Brigades travaillant à proximité l’une de l’autre .............................................................................35
7.3. Travaux de nuit sur voie en service ...................................................................................................36
7.4. Abris mobiles et caravanes .................................................................................................................36
7.5. Cas particuliers....................................................................................................................................36

iii/iii
Notions de base Annexe au FASCICULE 63

1 NOTIONS DE BASE

1.1 ALERTE

C’est l’information de l’arrivée d’un véhicule ferroviaire, transmise par un factionnaire


à un autre factionnaire.

1.2 ALARME

C’est l’ordre de quitter immédiatement la zone dangereuse donné aux agents à l’aide
d’un signal acoustique par le(s) factionnaire(s) placé(s) à proximité.

1.3 FACTIONNAIRE

1.3.1 MISSION DE BASE DES FACTIONNAIRES

Les factionnaires transmettent l’alarme ou l’alerte.


Ils ont pour mission de tout mettre en œuvre pour faire arrêter les véhicules
ferroviaires si un incident survient lors de la transmission de l’alerte ou lors de la
libération de la zone dangereuse.
Ils ne peuvent en aucun cas participer au travail.
Ils doivent veiller eux-mêmes à leur propre sécurité.

1.3.2 CHOIX DES FACTIONNAIRES

Le chef de la brigade choisit les factionnaires parmi les agents expérimentés, éveillés
et attentifs, ayant la vue et l'ouïe bonnes, ainsi que de bons réflexes.
Il ne peut distraire les intéressés de leurs fonctions de factionnaires sans les avoir
remplacés au préalable; lui seul est habilité à le faire.
En aucun cas, le chef de brigade ne peut assurer lui-même les fonctions de
factionnaire.

1.3.3 IMPORTANCE DE LA MISSION DE FACTIONNAIRE

Les factionnaires doivent se pénétrer de l'idée qu'ils tiennent en main la vie des
agents de la brigade dont la garde leur est confiée et que toute inattention ou toute
distraction de leur part peut être la cause d'accidents extrêmement graves. Ils
doivent en conséquence, garder leur attention constamment en éveil et ne se laisser
distraire sous aucun prétexte. En cas de doute, ils doivent faire dégager la zone
dangereuse.

1/36
Notions de base Annexe au FASCICULE 63

1.3.4 VÊTEMENT ET ÉQUIPEMENT DU FACTIONNAIRE

1.3.4.1 EQUIPEMENT VESTIMENTAIRE.

Les factionnaires doivent porter une chasuble orange haute visibilité.


En cas de pluie, la chasuble doit être portée au-dessus du vêtement imperméable.

1.3.4.2 EQUIPEMENT DE SIGNALISATION.

Chaque factionnaire doit :


1° être muni de deux cornets réglementaires SNCB. Avant le travail, il s'assurera
que le son des deux cornets est satisfaisant. Ces cornets, pourvus de cordons
en caoutchouc, doivent être portés en bandoulière : l'un sur la poitrine, l'autre
derrière le dos, de façon que l'un ou l'autre puisse être utilisé immédiatement.
Toutefois, lorsqu'il est fait usage d'engins mécaniques ou de moteurs à
explosion générant beaucoup de bruit (p.ex. bourreuses individuelles,
meuleuses, groupes de soudure et de brasage, tirefonneuses et tirefonneuses-
boulonneuses…), le ou les factionnaires voisins des engins donnent l'alarme
avec un moyen d'alarme acoustique puissant.
Il en est de même à l'occasion de travaux en tunnel ou lorsqu'une brigade
travaille dans des zones exceptionnellement bruyantes (concassage, triage,
aérodrome, à proximité d'un engin de traction, etc.) dont le bruit est susceptible
de couvrir accidentellement le son du cornet. Dans ces cas, les factionnaires
sont néanmoins pourvus d'un cornet.
2° tenir en main, le jour, un drapeau rouge enroulé mais pouvant être
promptement déployé et la nuit, la lanterne à quatre couleurs allumée. Un
pétard doit être attaché au cordon en caoutchouc du cornet.
3° avoir à portée de main, le jour, les drapeaux jaune et vert et le jour et la nuit au
moins 2 pétards.

1.4 POINT DE DÉTECTION

C’est l’emplacement visible par le premier factionnaire qui doit donner la première
alerte et que le véhicule ferroviaire qui s’approche de la zone de travail ne peut avoir
dépassé avant que ce factionnaire ait donné l’alerte.
Aucun factionnaire n’est placé au point de détection.

2/36
Notions de base Annexe au FASCICULE 63

1.5 DÉLAI D’ANNONCE

1.5.1 DÉFINITION

Le délai d’annonce est le délai dont on dispose pour faire évacuer la zone
dangereuse, à partir du moment où un véhicule ferroviaire a atteint le point de
détection.
Le délai d’annonce est vérifié au moyen d'un essai préalable.
Le délai d’annonce dépend de la nature et des conditions du travail ainsi que de l'état
du chantier et de ses abords. Il comprend au minimum la somme des temps partiels
définis ci-dessous.

1.5.2 DELAIS QUI INTERVIENNENT DANS LE CALCUL DU DELAI D’ANNONCE

1.5.2.1 DÉLAI DE PERCEPTION.

C’est le temps nécessaire au factionnaire unique, placé à hauteur des agents à


protéger, pour regarder alternativement dans toutes les directions d’où peuvent
arriver les véhicules ferroviaires.

1.5.2.2 DÉLAI DE TRANSMISSION.

Lorsque plusieurs factionnaires ont été postés pour un sens de circulation déterminé,
c’est le temps qui s’écoule entre le moment où le factionnaire à distance donne
l'alerte et le moment où le factionnaire à proximité donne l’alarme.

1.5.2.3 DÉLAI DE DÉGAGEMENT.

C’est le temps nécessaire pour :


§ assurer l’état satisfaisant de la voie à parcourir par le véhicule ferroviaire ;
§ débarrasser les voies en service de tout objet tel que matériel, outillage,
matériaux, etc. pouvant créer une entrave pour le véhicule ferroviaire ;
§ se retirer ensuite de la zone dangereuse vers l’emplacement de dégagement
désigné ;
§ assurer une marge de sécurité exprimée en secondes dépendant du genre
d’activités, de l’outillage utilisé, de l’endroit où sont occupés les agents, dans la
voie et de la facilité de d’atteindre l’emplacement de dégagement prévu. Cette
marge de sécurité tient compte des incidents éventuels pouvant survenir au
cours du dégagement des voies.

3/36
Notions de base Annexe au FASCICULE 63

1.5.2.4 DÉLAI DE SÉCURITÉ.

Le délai de sécurité permet de conserver une distance suffisante entre le véhicule


ferroviaire s’approchant et le personnel lorsque le dégagement vient d’être obtenu.
La valeur est définie en fonction des conditions propres à chaque dispositif.

1.5.3 DISTANCE D’ANNONCE

La distance d'annonce est la distance que les véhicules ferroviaires peuvent


parcourir au maximum pendant le délai d’annonce ou, en d'autres termes, la distance
minimum à laquelle les véhicules ferroviaires peuvent se trouver par rapport au début
de la zone de travail au moment où le factionnaire le plus éloigné de la brigade
donne l'alerte ou le factionnaire unique posté près de la brigade doit pouvoir
apercevoir le véhicules ferroviaires se dirigeant vers la brigade pour donner l'alarme.
La distance d'annonce d'une brigade est égale au produit du délai d’annonce (en
secondes) par la vitesse maximum (en mètres par seconde) autorisée sur la zone du
travail et les zones d'annonce (réductions temporaires de vitesse exclues).
Si une voie voisine est parcourue à une vitesse plus élevée, c’est la vitesse autorisée
sur cette voie voisine qui est prise en considération lorsque :
§ cette voie voisine est située à moins de 4,50 m (entrevoie, mesurée entre rails les
plus proches)
ou
§ la zone dangereuse de cette voie voisine est ou risque d’être engagée.
Une fois la distance d’annonce connue, l’emplacement du point de détection peut
être déterminé.

1.6 VISIBILITÉ ET AUDIBILITÉ

1.6.1 VISIBILITÉ

Tout travail dans les voies en service exige une visibilité suffisante dans toutes les
directions possibles d’arrivée des véhicules ferroviaires.
La visibilité est considérée comme insuffisante notamment en raison de pluie, neige,
brouillard, fumée, vapeur ou poussières, lorsque les circonstances empêchent
d’apercevoir distinctement :
§ de jour : un agent;
§ de nuit : soit un feu rouge d’un signal fixe;
soit un feu blanc d’un engin de traction;
soit une lampe électrique d’éclairage.

4/36
Notions de base Annexe au FASCICULE 63

1.6.2 AUDIBILITÉ

Si les véhicules ferroviaires sont annoncés par signaux acoustiques, une audition
satisfaisante est nécessaire compte tenu de la distance à laquelle le signal est émis
et du niveau de bruit ambiant.
La distance d'audition satisfaisante est la distance maxima à laquelle le son du signal
acoustique donné par le factionnaire est entendu nettement de tous les ouvriers de la
brigade ou du factionnaire voisin, compte tenu de toutes les circonstances qui
peuvent nuire à la perception du son, par exemple : passage d'un véhicule ferroviaire
sur une voie voisine, disposition des lieux, conditions atmosphériques, bruits d'usine
ou de champ d'aviation ou d'outillage mécanique, etc. Cette distance se détermine
au moyen du cornet réglementaire SNCB.

5/36
Protection de un ou deux agents au travail Annexe au FASCICULE 63

2 PROTECTION DE UN OU DEUX AGENTS AU TRAVAIL

2.1 SPÉCIFICATIONS PRÉALABLES

2.1.1 AGENT RESPONSABLE

L’agent responsable qui commande ou organise le travail, désigne nominativement


l’agent chargé de veiller à la sécurité. Il détermine la distance d’annonce à respecter
et il communique en même temps à l’agent veillant à la sécurité les voies sur
lesquelles les véhicules ferroviaires doivent être annoncés.

2.1.2 UN AGENT VEILLE A LA SECURITE

L’agent qui est chargé de veiller à la sécurité doit à cet effet être apte et à la hauteur
de sa tâche.
Il a les mêmes obligations qu’un factionnaire mais il ne doit pas être pourvu de
l’équipement réglementaire. Il doit être en possession des moyens adéquats pour
pouvoir exécuter sa tâche convenablement.
Suivant les circonstances et la nature des occupations les cas suivants peuvent se
présenter :
1° un agent veille à la sécurité de son compagnon qui exécute le travail;
2° un des deux agents au travail veille à sa propre sécurité et à la sécurité de son
compagnon;
3° un troisième agent veille à la sécurité des deux agents occupés.

2.2 CONDITIONS D’EXÉCUTION

2.2.1 MODALITÉS D’APPLICATION

Un agent peut veiller à la sécurité lorsqu’il peut apercevoir, à tout moment et à la


distance d’annonce, l’approche de chaque véhicule ferroviaire vers le lieu de travail.
Si la mission de sécurité ne peut être remplie par un seul agent (p.ex. en cas de
visibilité limitée, travail de nuit, etc.), il est fait application des dispositions appliquées
aux travaux en brigades.

2.2.2 DÉLAI D’ANNONCE MINIMUM

Le délai d’annonce pour le cas d’un ou deux agents au travail ne peut jamais être
inférieur à :

6/36
Protection de un ou deux agents au travail Annexe au FASCICULE 63

§ 8 secondes dans le cas d’agents occupés à l’extérieur de la voie (côté


accotement) utilisant un outillage ou des instruments très légers (appareils de
mesure, marteaux, tournevis, burins, clefs…) et lorsque l’endroit pour se retirer
est contigu à l’emplacement du travail.
Ce temps minimum de 8 secondes n’est pas valable pour les travaux de voie
gérés par la Direction Infrastructure – Spécialité Voie.
§ 12 secondes dans le cas d’une occupation aux autres endroits de la voie ou
exigeant un outillage plus lourd (pinces, grattoirs, brosses, pioches, pelles,
fourches, clefs à boulons d’éclisses ou à tirefonds, jauges de contrôle…) ou
lorsque l’endroit pour se retirer ne se trouve pas immédiatement à côté de
l’emplacement du travail.

2.2.3 ANNONCE DES TRAINS ET DÉGAGEMENT

Si l’entrevoie d’une ligne à double voie, ou entre deux autres voies parallèles, est
inférieure à 4,50 m, tous les véhicules ferroviaires circulant sur les deux voies sont
annoncés et les deux voies sont dégagées pour leur passage.
Si cependant la voie dans laquelle on travaille est mise hors service ou que les
mouvements y sont bloqués, les véhicules ferroviaires ne sont pas annoncés pour
autant qu’à aucun moment on ne doive travailler ou pénétrer dans la zone
dangereuse d’une voie maintenue en service.
Pour les travaux sur les voies parallèles, il faut également se référer au point 7.1 ci-
dessous.

2.2.4 CHOIX ET INITIATION DES AGENTS

Les agents désignés pour opérer dans ces conditions doivent être préalablement
initiés et être choisis parmi les agents disponibles et connaissant les particularités
locales. Ils doivent connaître les instructions générales relatives à leur sécurité.
L’agent qui commande ou organise le travail informe le (ou les) agent(s) des
mesures particulières qui peuvent être prises en certains endroits et qui sont
précisées dans les consignes locales des gares, des postes en pleine voie, des
ateliers, etc.
Les agents désignés doivent être conscients que leur sécurité dépend de leur propre
vigilance, de leur obéissance aux ordres et du respect de la réglementation.

2.2.5 TRAVAUX AUX ENDROITS DANGEREUX

Avant tout travail en des endroits difficiles ou dangereux tels que : sur des ponts,
dans des tunnels, dans les voies bordées de quais surélevés, dans les zones
d’appareils de voies, dans les grills des gares, les emplacements où l’on peut se
retirer en sécurité doivent être préalablement repérés (refuges, niches, escaliers,
pistes entrevoies hors zone dangereuse).
Les agents travaillant aux armoires de signaux doivent prêter une attention
particulière à celles dont les portes s’ouvrent dans la zone dangereuse. De telles

7/36
Protection de un ou deux agents au travail Annexe au FASCICULE 63

armoires sont signalées par une raie blanche horizontale peinte sur chacune des
portes. Cette indication constitue, pour les agents appelés à travailler à de
semblables armoires, un appel supplémentaire à la prudence.

2.2.6 CONDITIONS DE VISIBILITE

Si les conditions de visibilité minimales définies ci-dessus ne sont pas ou ne sont


plus remplies, le ou les agent(s) doivent cesser leur occupation et dégager la zone
dangereuse (en emportant leur outillage).

2.2.7 TRAVAUX PARTICULIÈREMENT BRUYANTS

Lorsque des travaux sont particulièrement bruyants (p.ex. l’utilisation de bourreuses


à main, de groupes électrogènes ou de soudure, de meuleuses, etc.) ou lorsque
ceux-ci s’exécutent sur un site bruyant ou susceptible de le devenir, les dispositions
spéciales reprises ci-après sont à mettre en application en fonction des
circonstances locales :
a) L’agent qui veille à la sécurité reste en permanence à proximité immédiate du
ou des agents opérant dans la voie de façon à pouvoir le (les) tirer par le bras
s’il(s) ne donne(nt) pas suite immédiate à l’alarme. Si ceci n’est pas possible
dans les circonstances définies, un agent supplémentaire est alors désigné.
Cet agent ne peut en aucun cas participer au travail.
b) Mise hors service de la ou des voies.

2.3 PROCEDURE POUR PROTEGER UN OU DEUX AGENTS AU


TRAVAIL

Dès qu’un véhicule ferroviaire se dirigeant vers la zone de travail est signalé ou
aperçu, le ou les agent(s) doivent quitter la voie après avoir enlevé l’outillage ou le
matériel utilisé et se retirer hors de la zone dangereuse des voies en service en
évitant autant que possible de traverses la ou les voie(s) adjacente(s). Avant de
reprendre le travail, il(s) s’assure(nt) qu’aucun autre véhicule ferroviaire ne survient
ni n’a été signalé.

8/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

3 PROTECTION DES AGENTS TRAVAILLANT EN BRIGADE.

3.1 SPÉCIFICATIONS PRÉALABLES

3.1.1 BRIGADE DANS LA VOIE

Par brigade dans la voie, il faut entendre tout rassemblement de personnel comptant
au moins 3 agents occupés dans les voies ou aux abords immédiats de celles-ci
dans la zone dangereuse.
Ces agents doivent être conscients que leur sécurité dépend de leur obéissance aux
ordres et à la réglementation ainsi que de leur vigilance. Ils sont tenus de prendre
les précautions énoncées pour les agents travaillant à un ou deux dans la voie
lorsque celles-ci les concernent.

3.1.2 AGENT RESPONSABLE DE LA SÉCURITE

Un agent capable est désigné comme étant l'agent responsable de la sécurité de la


brigade dans les voies. Il doit présenter les qualités et avoir les connaissances
requises. L’agent chargé de cette fonction est reconnaissable au brassard de couleur
bleu-ciel qu’il porte au bras droit.
Cet agent est le chef de brigade quand il est sur place. Par chef de brigade, il faut
entendre le chef de brigade en titre ou l'agent désigné pour le remplacer.
Si le chef de brigade doit s'éloigner ou si une deuxième brigade doit être formée,
l'agent nouvellement responsable est désigné nominativement par le chef de
brigade. A cet effet, le chef de brigade choisit l'agent le plus qualifié. Il le désigne à
haute voix afin que toute la brigade l'entende et connaisse ainsi l'agent responsable
de la sécurité.
Lorsque l'effectif de la brigade ne dépasse pas 7 agents (agent responsable y
compris), l'agent responsable de la sécurité peut participer au travail pour autant que
sa tâche de surveillance et de contrôle le permette mais, en aucun cas, il ne peut
faire fonction de factionnaire.

3.2 CONDITIONS D'EXÉCUTION

3.2.1 MODALITÉS D’APPLICATION

En principe, les agents travaillant en brigade dans la voie, quel que soit le service
auquel ils appartiennent, doivent être protégés par l'installation d'un ou plusieurs
factionnaires.
Ce mode de protection constitue la règle normale pour des travaux de jour.

9/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

Si des travaux prévus doivent être exécutés de nuit sur des voies en service, la
vitesse sur le lieu du travail est ramenée à 40 km/h au moins.

3.2.2 DÉLAI D’ANNONCE MINIMUM

Lorsque les travaux sont effectués dans une voie en service, le total constituant le
délai d’annonce, ne peut jamais être inférieur à :
§ 15 secondes pour les brigades de 4 agents maximum n'utilisant qu'un outillage
manuel léger.
§ 25 secondes pour les brigades plus importantes ou lorsqu'il est fait usage d'un
outillage plus difficile à enlever.
Les mêmes minima sont également à respecter lorsque les travaux sont exécutés
dans une voie hors service et qu'il y a pénétration du personnel ou du matériel dans
la zone dangereuse de la voie voisine en service.

3.2.3 DISTANCE D'ANNONCE

Si lors des travaux de nuit les conditions de visibilité ne permettent pas au seul
factionnaire de la brigade ou au factionnaire le plus éloigné de la brigade de
distinguer à la distance d'annonce avec certitude les véhicules ferroviaires se
dirigeant vers la brigade, la mesure suivante sera appliquée: poster à distance un
agent muni d'un feu jaune de façon à ce qu'il voit le passage du véhicule ferroviaire à
la distance d'annonce. Il signale ce passage à l'aide de sa lampe rendue clignotante
ou oscillante par un mouvement de rotation ou de va-et-vient.

3.2.4 OBLIGATIONS DES AGENTS DE LA BRIGADE

Dès qu'ils perçoivent le signal d'alarme du factionnaire ou du chef de brigade, les


agents doivent débarrasser immédiatement les voies de tous les objets pouvant
gêner le passage des véhicules ferroviaires et se retirer hors de la zone dangereuse,
si possible sans traverser la voie voisine.
Chaque agent de la brigade doit s'assurer, en ce qui le concerne, que la voie, au
moment du dégagement, se trouve dans un état permettant le passage des
véhicules ferroviaires en sécurité à la vitesse prescrite sur le chantier.
Les agents doivent se retirer aux endroits désignés par le chef de brigade et il leur
appartient de s’y rendre en suivant l'itinéraire fixé.
Au passage du véhicule ferroviaire, les agents observent le convoi pour s'assurer
qu'aucun objet traînant ne puisse les atteindre.
La voie ne peut être occupée à nouveau que sur ordre de celui qui, sur place, est
responsable de la brigade. Si cet ordre ne peut être perçu pour l'une ou l'autre
raison, cette réoccupation ne peut se faire que pour autant que les intéressés aient la
certitude que tout danger est écarté.
Sur les lignes à double voie, ou en cas de deux autres voies parallèles, avec une
entrevoie de moins de 4,5 m, les deux voies doivent être dégagées quelle que soit

10/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

celle sur laquelle le mouvement s'effectue, sauf si la voie est mise hors service et la
zone de travail couverte par signaux mobiles.

3.2.5 VIGILANCE DES FACTIONNAIRES

Le factionnaire unique doit regarder dans toutes les directions d'où les véhicules
ferroviaires peuvent arriver sans s'attarder à regarder trop longtemps dans chaque
direction.
Le factionnaire posté pour une seule direction observe les voies et le(s)
factionnaire(s), dans la direction dont il a la surveillance.
Lorsque le passage ou la présence d'un convoi ou lorsque tout autre motif réduit
momentanément la visibilité au point d'empêcher le factionnaire d'apercevoir les
véhicules ferroviaires à la distance d'annonce, ce factionnaire donne l'alarme pour
que la zone dangereuse soit dégagée.
Quand la visibilité est redevenue normale, il présente le drapeau vert enroulé le jour
et le feu vert la nuit pour aviser le chef de brigade que le travail peut être repris. Il en
est de même lorsqu'un factionnaire perd, ou risque de perdre le contact visuel ou
acoustique avec le factionnaire qui le précède ou qui le suit, ou avec les agents de la
brigade selon le cas.
Sous aucun prétexte, un factionnaire ne peut quitter son poste sans y avoir été
autorisé et sans être préalablement remplacé. Il ne peut se laisser distraire ni
engager la conversation avec des agents ou des passants.
Les factionnaires doivent veiller eux-mêmes à leur propre sécurité.

3.2.6 CONDITIONS DE VISIBILITE

Lorsque la visibilité est insuffisante selon les normes définies, l'agent responsable de
la sécurité n'entame pas ou fait cesser toute occupation dans les voies et dans leur
zone dangereuse.

3.2.7 TRAVAUX PARTICULIÈREMENT BRUYANTS

Si le bruit émis par les machines utilisées (bourreuses à main, groupes électrogènes
ou de soudure, meuleuses, etc.) ou le bruit ambiant est de nature à pouvoir diminuer
la perception des signaux acoustiques provenant du factionnaire au point que le(s)
agent(s) ne les entend(ent) plus avec netteté, les mesures de sécurité spéciales ci-
après sont à prendre en complément des mesures normales à savoir :
§ Le factionnaire qui annonce les véhicules ferroviaires, prend place à une
vingtaine de mètres de la (ou des) machine(s) de manière à ne pas être gêné par
le bruit et un aide-factionnaire est posté à proximité immédiate de l'agent ou des
agents utilisateurs.
§ La position de l'aide-factionnaire est choisie de manière à ce que la visibilité
réciproque entre le factionnaire qui annonce les trains et lui-même reste bonne
d'une manière permanente. Le factionnaire annonce les véhicules ferroviaires à

11/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

l'aide d'un signal acoustique puissant et complète son alerte à l'aide d'un signal
optique (disque de 0,20 m de diamètre).
§ L'aide-factionnaire accuse réception en montrant le même signal optique.
§ La nuit, le disque est remplacé par une lampe à feu jaune. Le feu est rendu
clignotant en tournant la lampe à plusieurs reprises dans les deux directions ou
par un mouvement de va-et-vient.
§ L'aide-factionnaire répète l'alerte au moyen d'un signal acoustique puissant.
Lorsque l'(es) utilisateur(s) occupé(s) dans la voie ne donne(nt) pas
immédiatement suite à l'alarme de l'aide-factionnaire, celui-ci le(s) tire par le bras
pour le(s) faire évacuer la voie.
§ L'aide-factionnaire ne peut en aucun cas participer au travail. Il peut également,
si nécessaire, intervenir lors du dégagement des voies après avoir donné son
alarme et s'être assuré qu'elle a été suivie. Il est équipé d’une chasuble orange
et doit être en possession d’un signal optique, d’un signal acoustiquepuissant et
d’un cornet.
Pour une petite brigade travaillant groupée et pour autant qu'un seul factionnaire
suffit, ce factionnaire peut aussi exercer le rôle d'aide-factionnaire. Il doit dès lors se
trouver à une distance suffisamment courte pour pouvoir intervenir efficacement si
son signal acoustique n'était pas perçu immédiatement.
Le fonctionnaire dirigeant peut toujours imposer d’instaurer d’autres prescriptions de
sécurité ou des prescriptions complémentaires.
S'il n'est pas possible d'instaurer le système de sécurité comme il est exposé ci-
dessus, il y a lieu de mettre la (les) voie(s) hors service.

3.2.8 DISTANCE DE BONNE VISIBILITE RÉCIPROQUE

C'est la distance particulière, compte tenu des circonstances locales et du moment, à


laquelle chacun des factionnaires voit nettement soit les convois à annoncer, soit les
factionnaires qui lui sont voisins, soit les agents de la brigade qu'il doit protéger.

3.2.9 ETABLISSEMENT DE LA PROTECTION

Avant le commencement du travail, le responsable de la sécurité fixe le(s)


emplacement(s) où le personnel de la brigade doit se retirer et l'itinéraire à suivre
pour y parvenir.
Le début des travaux et l'occupation des voies se fait sur ordre de l'agent
responsable de la sécurité. Il ne peut donner l'ordre de commencer les travaux
qu'après avoir procédé aux essais d'annonce et de libération de la zone dangereuse
afin de se rendre compte du bon fonctionnement du système de sécurité.
Dès qu'un véhicule ferroviaire se dirigeant vers la brigade atteint le point de
détection, l'agent responsable fait dégager les voies dans les conditions prévues au
point 3.2.10 ci-après.
La réoccupation des voies ne peut se faire que sur son ordre.

12/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

Pour garantir la sécurité des agents travaillant dans la voie et la libre circulation des
véhicules ferroviaires de celle-ci, il importe non seulement de faire dégager, en
temps utile, de la zone dangereuse, des voies en service, le personnel, l'outillage et
le matériel, mais il faut également que ces voies soient dans un état permettant le
passage des véhicules ferroviaires en sécurité à la vitesse prescrite sur le chantier.
Le responsable de la sécurité doit déterminer avant le commencement du travail, et
chaque fois que les circonstances l'exigent, les éléments ci-après afin de déterminer
le nombre nécessaire de factionnaires et leur emplacement :
§ le délai d’annonce;
§ la distance d'annonce;
§ la distance d'audition satisfaisante;
§ la distance de bonne visibilité réciproque.
Il choisit et place les factionnaires selon les essais prescrits. Il leur communique les
voies sur lesquelles les véhicules ferroviaires se dirigeant vers la brigade doivent être
annoncés.
Il s'assure de ce qu'ils sont correctement équipés, qu'ils sont vigilants, pénétrés de
l'importance de leur mission, à la hauteur de celle-ci et à même de donner l'annonce.
Il prend les mesures spéciales qui lui sont imposées, rappelle aux agents de la
brigade leurs obligations et veille au respect de celles-ci.

3.2.10 DISPOSITIONS COMPLEMENTAIRES ET MESURES A PRENDRE PAR


L'AGENT RESPONSABLE DE LA SECURITE

L'agent responsable de la sécurité est pourvu d'un cornet qu'il utilise pour répéter les
appels des factionnaires.
Dès qu'il est alerté par le factionnaire le plus proche ou dès qu'il aperçoit un véhicule
ferroviaire à la distance d'annonce, l'agent responsable de la sécurité dans la zone
dangereuse :
§ fait débarrasser tous les objets;
§ fait retirer promptement les agents, en les empêchant de traverser sans
nécessité les voies adjacentes;
§ se retire lui-même.
Il ne permet aux agents de revenir sur les voies qu'après s'être assuré qu'aucun
véhicule ferroviaire ne survient.
Dans les têtes des faisceaux des grandes gares et autres endroits dangereux ou
d'accès difficile, le chef de brigade, avant d'entamer le travail, détermine
l'emplacement vers lequel les agents doivent se retirer lorsqu'ils dégagent les voies à
l'approche d'un véhicule ferroviaire. Il détermine également l'itinéraire à suivre pour y
parvenir et en donne connaissance à haute voie, à tout le personnel.
Le responsable de sécurité doit s'assurer régulièrement que tous les factionnaires
sont parfaitement au courant des consignes qu'ils doivent respecter. Il veillera
également à l'existence et au bon état de l'équipement de sécurité des factionnaires

13/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

(chasubles, cornets, drapeaux, pétards) et de la brigade (lanterne à 4 couleurs,


moyens d'alarme acoustiques plus puissants que le cornet).
Indépendamment des mesures prescrites ci-avant, le chef de brigade prend dans
chaque cas particulier, les mesures complémentaires de sécurité justifiées par des
circonstances locales exceptionnelles.

3.2.11 TRAVAUX EN VOIES ACCESSOIRES

En voies accessoires, il y a lieu de prendre les mêmes dispositions qu'en voies


principales. Si les conditions d'exploitation le permettent, les voies dans lesquelles on
travaille doivent être mises hors service.

3.3 PROCEDURE POUR PROTEGER DES AGENTS TRAVAILLANT


EN BRIGADE

Les agents de maîtrise veillent préalablement à l'initiation du personnel nécessaire


dans les brigades et la rappellent chaque fois qu'il sera nécessaire à cause des
interruptions périodiques.
Lors de chaque application effective et avant le commencement du travail, le
responsable de la sécurité sur place s'assure au moyen d'un essai que le système
de protection est opérationnel.
Dans la suite du texte, le terme « couverture dans la voie » comprend un signal
mobile d’arrêt (drapeau rouge) et des pétards placés dans les voies.

3.3.1 SANS RADIO ET SANS COUVERTURE DANS LA VOIE

3.3.1.1 NOMBRE ET EMPLACEMENT DES FACTIONNAIRES.

Un seul factionnaire posté près de la brigade peut suffire lorsqu'il est à même
d'apercevoir à la distance d'annonce, les véhicules ferroviaires arrivant dans chaque
sens et qu'il voit tous les agents à protéger et peut être vu par chacun d'eux.
Le nombre et l'emplacement des factionnaires sont déterminés en fonction de la
distance d'annonce, de la distance d'audition satisfaisante et de la distance de bonne
visibilité réciproque pour chacune des directions d'où peuvent survenir les véhicules
ferroviaires.
Les factionnaires sont placés sur la piste, l'accotement ou un autre endroit d'où ils
peuvent présenter facilement le signal mobile d'arrêt et intervenir utilement. Ils
seront établis en principe le long de la voie sur laquelle les véhicules ferroviaires
s'approcheront le plus probablement du chantier; toutefois, il peut être dérogé à cette
règle en cas de circonstances particulières comme le manque d'emplacement, de
visibilité ou d'audition et l'existence d'obstacles, mais de telle façon qu'à tout
moment :
le factionnaire le plus éloigné de la brigade, dans chaque sens d'arrivée des
véhicules ferroviaires (ou le factionnaire unique posté près de la brigade), puisse

14/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

apercevoir ceux-ci au plus tard lorsqu'ils se trouvent à une distance de la brigade


égale à la distance d'annonce calculée pour tous les cas à considérer;
la distance entre deux factionnaires successifs ou entre le factionnaire et les agents
à protéger de la brigade soit au plus, égale à la distance d'audition satisfaisante. A
remarquer que celle-ci peut varier d'un moment à l'autre (bruits extérieurs,
déplacements des machines, etc.);
deux factionnaires voisins puissent s'apercevoir aisément entre eux ou le factionnaire
le plus proche de la brigade et les agents à protéger puissent se voir nettement. A
ce propos, il ne doit pas être perdu de vue que la visibilité peut varier d'un moment à
l'autre et les dispositions nécessaires doivent être prises en conséquence
(éclairement, passage des trains sur la voie voisine, progression du travail).
Néanmoins, le (ou les) factionnaire(s) est (sont) obligatoirement placé(s) le long de la
voie traitée lorsque l'entrevoie la séparant de la (ou des) voie(s) adjacente(s) est de
4,50 m ou plus.

3.3.1.2 ANNONCE DONNEE PAR LES FACTIONNAIRES.

Un signal sonore allongé, éventuellement répété, doit être donné par le premier
factionnaire au plus tard lorsque le véhicule ferroviaire est arrivé à la distance
d'annonce. Les autres factionnaires répètent ce signal immédiatement.
Si l'entrevoie d'une ligne à double voie, ou de deux autres voies parallèles, est
inférieure à 4,50 m, tous les véhicules ferroviaires circulant sur les deux voies sont
annoncés.
Si un factionnaire ayant donné l’alerte constate que la factionnaire d'aval n'en tient
pas compte ou si le dernier factionnaire posté le plus près de la brigade constate que
les agents n'obtempèrent pas à l'ordre ou réoccupent la voie avant le passage du
véhicule ferroviaire, ils doivent en conclure que le signal acoustique (alarme) n'a pas
été perçu ou que des circonstances spéciales empêchent d'en tenir compte. Dans
ce cas, ils se déplacent le plus rapidement possible à la rencontre du véhicule
ferroviaire et présentent les signaux mobiles d'arrêt dont ils disposent pour provoquer
un freinage d'urgence.

3.3.1.3 SUPPRESSION DE LA PROTECTION.

Le responsable de la sécurité ne peut supprimer la protection de la zone de travail


avant de s'être assuré que la voie est entièrement dégagée de tout obstacle et
qu'elle est dans un état tel que la circulation des véhicules ferroviaires puisse être
assurée sans danger.
Le(s) factionnaire(s) reste(nt) à son (leur) poste jusqu'à ce qu'il(s) ait (aient) été
rappelé(s) par le responsable de la sécurité à l'aide d'un signal convenu à l'avance.
Ce signal convenu peut être suivant le cas une communication orale, un signal
optique ou un autre moyen de communication.

15/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

3.3.2 AVEC RADIOS ET AVEC COUVERTURE DANS LA VOIE

3.3.2.1 NOMBRE ET EMPLACEMENT DES FACTIONNAIRES.

Trois factionnaires, équipés de radio, sont postés pour une situation simple, en
pleine voie, comme l'indique la figure 1.

liaison radio assurée liaison radio assurée

1
2
1 bis 3 bis

zone
X Y
protégée

3
distance d'annonce distance d'annonce
distance minimale de distance minimale de
1000 m pour V<120 km/h 1000 m pour V<120 km/h
1200 m pour 120<V<140 km/h 1200 m pour 120<V<140 km/h
1500 m pour V>140 km/h 1500 m pour V>140 km/h

: point de détection
V : vitesse maximale autorisée sur la zone sans tenir compte d'un ralentissement
: factionnaires avec radio
: 2 pétards
: signal mobile d'arrêt Figure 1

Les factionnaires 1 et 3 équipés d'un appareil radio-émetteur-récepteur se trouvent le


long de la voie dans la direction normale d'arrivée des véhicules ferroviaires à une
distance minimale de 1000 à 1500 m du champ de travail de la brigade et placent
dans la voie normale un signal mobile d’arrêt (drapeau rouge) et 2 pétards et dans la
contre-voie 2 pétards.
Le placement ou l'enlèvement des pétards du rail intérieur de la contre-voie est
exécuté au moyen d'un dispositif actionné à distance, sans devoir pénétrer dans une
des deux voies.
L'emplacement des factionnaires 1 et 3 est choisi de telle façon qu'ils aient une
visibilité qui corresponde au délai d’annonce. Si ce n'est pas possible, même en
augmentant la distance les séparant de la zone de travail, ils doivent alors être
dédoublés par un factionnaire 1 bis et (ou) 3 bis.
Le factionnaire 2 avec radio se trouve à hauteur de la brigade et est en liaison radio
assurée avec les factionnaires 1 et 3.
Il est à remarquer qu'il peut être nécessaire lorsque les travaux de la brigade sont
étendus ou à cause du bruit de l'outillage, du travail ou de l'environnement, de
prévoir un ou plusieurs aides-factionnaires.

16/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

3.3.2.2 ÉQUIPEMENT SUPPLÉMENTAIRE DES FACTIONNAIRES.

A l'exception des signaux acoustiques, les factionnaires 1 et 3 disposent de


l'équipement normal d'un factionnaire. En outre, ils ont un appareil radio et les
signaux de couverture nécessaires pour les deux voies.
Le factionnaire 2 dispose également de l'équipement normal d'un factionnaire, d'un
appareil radio avec lequel il est en liaison assurée avec les factionnaires 1 et 3 (le
cas échéant 1bis et 3bis).

3.3.2.3 MESURES SUPPLEMENTAIRES A PRENDRE AU DEBUT DU TRAVAIL.

Le responsable de la sécurité désigne l’emplacement des factionnaires.


Afin d’avoir la certitude qu’aucun train ne se trouve dans le tronçon compris entre les
factionnaires 1 et 3 au moment de commencer le travail, la procédure suivante est
adoptée :
§ lors du parcours à pied des factionnaires 1 et 3 entre le lieu de travail et leur
poste respectif, les véhicules ferroviaires se dirigeant vers le chantier sont
annoncés au factionnaire 2 qui en accuse réception ;
§ les factionnaires 1 et 3 sont accompagnés par un deuxième agent en vue de les
aider à porter l’équipement nécessaire, de préparer l’emplacement de pose et
l’établissement des couvertures pendant que le factionnaire veille à la sécurité.
Ensuite ce deuxième agent réintègre la brigade.
Les couvertures sont posées lorsqu’aucun véhicule ferroviaire ne s’approche.
Immédiatement après la pose, les factionnaires 1 et 3 autorisent le travail dans les
voies par l’annonce :
« Ici poste 1 (3) – les couvertures sont placées, le poste est opérationnel ».
Le poste 2 accuse réception et autorise le début des travaux.

3.3.2.4 COMMUNICATION RADIO – LIBERATION DES VOIES ET PASSAGE DES


VEHICULES FERROVIAIRES.

La description ci-dessous des communications radio à échanger se rapporte à


l’exemple de la figure 1 pour un train roulant de X vers Y.
§ Dès qu’un véhicule ferroviaire se dirigeant vers la brigade est arrivé au point de
détection (correspondant à la distance d’annonce), le factionnaire 1 donne l’alerte
en émettant le message:
« Ici poste 1, train en vue, à vous ».
§ Le poste 2 actionne son dispositif d’alarme acoustique, présente éventuellement
son signal optique et répond immédiatement :
« Ici poste 2, compris, train en vue au poste 1, à vous ».
Après réception de cette réponse, le factionnaire du poste 1 enlève les
couvertures dans les deux voies.

17/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

Si le factionnaire 1 ne perçoit pas la réponse, il maintient la couverture dans les


voies et il présente en l’agitant son second signal d’arrêt au véhicule ferroviaire
qui s’approche.
§ Les aides-factionnaires éventuels, à hauteur de la brigade, répètent le signal
d’alarme acoustique du factionnaire 2 immédiatement après avoir présenté leur
signal optique.
Le factionnaire 2 et les aides-factionnaires éventuels veillent à ce que les deux
voies soient totalement libérées.
§ Quand le véhicule ferroviaire arrive à proximité du factionnaire 1, celui-ci émet le
message suivant :
« Ici poste 1, train passe devant moi ».
Le factionnaire 2 accuse réception par le message :
« Ici poste 2, compris, train passe au poste 1 ».
§ A cette réponse, le factionnaire 3 enlève aussi les couvertures des deux voies.
§ S’il survenait quelque difficulté lors de la libération, le factionnaire 2 agiterait son
signal mobile d’arrêt en se déplaçant le plus rapidement possible à la rencontre
du véhicule ferroviaire.
§ Les factionnaires 1 et 3 replacent leurs couvertures immédiatement après le
passage dudit véhicule à leur hauteur, excepté si à ce moment un autre doit être
ou a été annoncé.
§ Dès que les factionnaires 1 et 3 ont replacés leurs couvertures, ils lancent le
message :
« Ici poste 1 (3), couvertures replacées ».
§ Après réception du message du poste 1 (3), le factionnaire 2 en accuse réception
en lançant :
« Ici poste 2, compris, couvertures replacées au poste 1 (3) ».

3.3.2.5 REPRISE DU TRAVAIL.

Le factionnaire 2, après avoir accusé réception du message, d’abord du factionnaire


1 et ensuite du factionnaire 3 : « Ici poste 2, compris, couvertures replacées au poste
1 (3) », sur signe du responsable de la sécurité, autorise la reprise du travail en
montrant le signal mobile vert (drapeau vert enroulé) pour autant qu’aucun autre
véhicule ferroviaire ne soit annoncé ou qu’aucun autre danger ne survienne.
Si le factionnaire 2 avait un doute quelconque au sujet de la libération de la zone
comprise entre les factionnaires 1 et 3, p.ex. à la suite d’un trafic de trains intense, il
fait libérer la zone dangereuse jusqu’au moment où il en acquiert la certitude, en se
renseignant auprès des factionnaires 1 et 3.

18/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

3.3.2.6 CONTROLE DU BON FONCTIONNEMENT DES APPAREILS RADIO.

Afin de s’assurer du bon fonctionnement des appareils radio, le factionnaire 2 émet


environ toutes les trois minutes, en dehors du processus normal d’annonce, l’appel
de contrôle suivant :
« Ici poste 2, m’entendez-vous ? ».
Les postes 1 et 3 (le cas échéant 1 bis et 3 bis) répondent dans l’ordre :
« Poste 1, compris ».
« Poste 3, compris ».
Au cas où l’un des factionnaires ne répond pas, le factionnaire 2 fait dégager
immédiatement la zone dangereuse et avise le responsable sécurité.
Celui-ci prend les mesures nécessaires selon les circonstances : remplacement de
l’appareil déficient, remplacement du factionnaire défaillant, instauration d’un autre
système de protection, etc.

3.3.2.7 DEPLACEMENT DES FACTIONNAIRES 1 ET (OU) 3.

Lorsque, par suite de la progression du travail, l’emplacement des factionnaires 1 et


(ou) 3 doit être adapté, le travail de la brigade est interrompu et la zone dangereuse
est libérée.
C’est le responsable de la sécurité qui fixe le nouvel emplacement et le travail est
repris lorsque les factionnaires 1 et (ou) 3 ont signalé que le poste est opérationnel
au nouvel emplacement. Pendant le déplacement et la pose des couvertures, les
annonces des véhicules ferroviaires sont faites comme pour le début du travail.

3.3.2.8 SUPPRESSION DE LA PROTECTION.

Le responsable de la sécurité ne peut laisser supprimer la protection de la zone de


travail avant de s'être assuré que la voie est entièrement dégagée de tout obstacle et
qu'elle est dans un état tel que la circulation des véhicules ferroviaires puisse être
assurée sans danger.
Une fois la zone dangereuse dégagée, il informe le factionnaire 2 que la protection
peut être supprimée.
Les factionnaires 1 et 3 restent actif à leur poste jusqu'à ce qu'ils aient reçu du
factionnaire 2 le message radio de la suppression de la protection.

3.3.3 CAS PARTICULIERS

3.3.3.1 CIRCULATION PARALLÈLE DES TRAINS.

Les véhicules ferroviaires sont normalement annoncés par les factionnaires 1 ou 3


indépendamment de la voie dans laquelle ils circulent.

19/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

Si deux véhicules circulant parallèlement se présentent pratiquement en même


temps, le deuxième message s’exprimera comme suit :
« Ici poste 1 (ou 3), deux trains passent devant moi, je répète train dans les deux
voies ».
Le factionnaire 2 accuse réception en répondant :
« Ici poste 2, compris, deux trains passent au poste 1 ».

3.3.3.2 TRAVAUX DANS OU A PROXIMITE D’UNE GARE OU D’UNE BIFURCATION.

Le système de protection est assuré par la SNCB.

3.3.3.3 TRAVAUX DANS OU A PROXIMITE D’UNE BIFURCATION DESSERVIE A


DISTANCE.

La figure 2 ci-dessous donne l’emplacement des factionnaires.

distance minimale de
1b 1000 m pour V<120 km/h
1200 m pour 120<V<140 km/h
X' 1500 m pour V>140 km/h

zone
X protégée Y

3
distance minimale de distance minimale de
1000 m pour V<120 km/h 1000 m pour V<120 km/h
1200 m pour 120<V<140 km/h 1200 m pour 120<V<140 km/h
1500 m pour V>140 km/h 1500 m pour V>140 km/h

: factionnaires avec radio


Figure 2
: 2 pétards
: signal mobile d'arrêt

Dans ce cas, deux véhicules ferroviaires (directions X et X’) peuvent pratiquement


être annoncés simultanément au factionnaire 2.

20/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

Le factionnaire 3 ne peut seulement replacer sa couverture qu’après le passage des


deux véhicules et le travail ne peut être repris qu’après la communication radio
relative à son replacement.
Un véhicule ferroviaire annoncé par le factionnaire 3 peut prendre la direction X ou X’
tandis que les couvertures sont enlevées par les deux factionnaires 1 et 1 bis. Après
le passage dudit véhicule, p.ex. à hauteur du factionnaire 1 et la communication
relative au replacement de sa couverture, le factionnaire 1 bis replacera aussi la
sienne et mentionnera à son tour au factionnaire 2 que le travail peut être repris.

3.3.3.4 TRAVAUX AUX ENDROITS OU LE FACTIONNAIRE A HAUTEUR DE LA BRIGADE


SUFFIT POUR UNE DIRECTION.

Lorsque la visibilité du factionnaire 2 est suffisamment grande dans une direction


pour pouvoir annoncer à temps les véhicules ferroviaires (dès qu’ils atteignent le
point de détection) et qu’aucun autre élément gênant n’est présent, on ne doit pas
placer de factionnaire supplémentaire de ce côté de la zone de travail (voir figure 3).

liaison radio assurée

1 bis

zone
X Y
protégée

distance d'annonce distance d'annonce


distance minimale de 2
1000 m pour V<120 km/h
1200 m pour 120<V<140 km/h visibilité assurée
1500 m pour V>140 km/h

: point de détection
V : vitesse maximale autorisée sur la zone sans tenir compte d'un ralentissement
: factionnaires avec radio
: 2 pétards
: signal mobile d'arrêt Figure 3

Pour les véhicules ferroviaires annoncés par le factionnaire 1, la procédure normale


reste la même, sauf que le travail peut être repris après passage du véhicule sur la
zone de travail.
Les véhicules ferroviaires provenant de l’autre direction seront directement annoncés
par le factionnaire 2, et lors du passage de ceux-ci sur la zone de travail, ce
factionnaire émet le message :
« Ici poste 2, train passe devant moi ».
Le factionnaire 1 en accuse réception par sa réponse :

21/36
Protection des agents travaillant en brigade. Annexe au FASCICULE 63

« Ici poste 1, compris, train passe au poste 2 » et enlève ses


couvertures des deux voies.
Cette même disposition peut également être appliquée si une des voies est mise
hors service.

3.3.3.5 TRAVAUX SUR SIMPLE VOIE OU SUR DOUBLE VOIE DONT UNE EST HORS
SERVICE.

Les prescriptions énoncées ci-dessus sont également d’application ici.

22/36
Prescriptions à respecter en cas de mise hors service de la Annexe au FASCICULE 63
(des) voie(s)

4 PRESCRIPTIONS A RESPECTER EN CAS DE MISE HORS


SERVICE DE LA (DES) VOIE(S)

La protection par un (ou des) factionnaire(s) pour les circulations sur les voies
voisines est d’application.
Lors du passage d’un véhicule ferroviaire, les agents qui travaillent dans une voie
hors service ne doivent pas quitter la zone de travail ni écarter l’outillage. Il doit être
veillé à ce que tout agent se tienne en dehors de la zone dangereuse de ces voies
voisines en service et à ce que le matériel et l’outillage déposés dans le(s)
entrevoie(s) se trouvent en dehors de la zone dangereuse de ces voies.
Si aucune pénétration ne se produira dans la zone dangereuse d’une (ou plusieurs)
voie(s) en service, le responsable de la sécurité ne peut se dispenser de placer un
ou des factionnaires que dans les trois cas suivants :
§ la voie mise hors service est totalement isolée [entrevoie(s) au moins de 4,50 m] ;
§ la voie voisine ou les voies voisines sont des voies accessoires ;
§ la voie voisine ou les voies voisines sont des voies principales mais l’effectif de la
brigade ne comporte que 4 agents maximum (chef de brigade y compris) et le
travail est exécuté en groupe.

23/36
Protection de travaux exécutés au moyen d’engins spéciaux Annexe au FASCICULE 63
ou machines n’engageant pas la zone dangereuse d’une voie
voisine

5 PROTECTION DE TRAVAUX EXECUTES AU MOYEN


D’ENGINS SPECIAUX OU MACHINES N’ENGAGEANT
PAS LA ZONE DANGEREUSE D’UNE VOIE VOISINE

5.1 RÈGLES DE BASE

Ces travaux pour lesquels il est fait usage d’engins lourds circulant sur la voie
comme véhicule ferroviaire ou placés sur un tel véhicule (bourreuse, dresseuse,
régaleuse, soudeuse, grue, train de travaux, autorail pour caténaire, etc.) s’exécutent
sur une ou plusieurs voies hors service ou soustraites au trafic des trains.
Lorsque ces machines, leurs accessoires et éventuellement la charge
manutentionnée, côté entrevoie, restent dans la largeur du profil de chargement de la
voie occupée (0,82 m de l’axe du rail) et pour autant que le personnel de desserte ou
d’accompagnement se trouve sur les machines ou en dehors de la zone dangereuse
des voies en service, aucune mesure de protection ne doit être prise.

5.2 MESURES DE SÉCURITE À PRENDRE

Si des contrôles, visites, réparations ou interventions doivent être exécutés dans la


zone dangereuse d’une voie voisine en service, des mesures de protection doivent
être organisées.

5.2.1 PREMIER CAS : L’ENGIN SE TROUVE EN DEHORS DE LA ZONE DE TRAVAIL


D’UNE BRIGADE

Dans ce cas, il est fait application des mesures prescrites pour un ou deux agents au
travail, c’est le conducteur de l’engin ou un autre agent désigné à cet effet qui prend
les mesures de protection nécessaires. Si l’utilisation d’un seul agent du personnel
de desserte ne suffit pas et lorsque les circonstances ne permettent pas de déplacer
la machine à un endroit donnant cette possibilité, il sera fait appel à un ou plusieurs
agents supplémentaires.
La protection sera alors organisée comme pour les agents travaillant en brigades.

5.2.2 DEUXIEME CAS : L’ENGIN SE TROUVE A PROXIMITE D’UNE BRIGADE AU


TRAVAIL

La sécurité des agents opérant avec ou autour de l’engin est à inclure dans celle à
prévoir pour la brigade.

24/36
Protection de chantier avec empiètement “type II” possible Annexe au FASCICULE 63
dans la zone dangereuse d’une voie restée en service

6 PROTECTION DE CHANTIER AVEC EMPIETEMENT “TYPE


II” POSSIBLE DANS LA ZONE DANGEREUSE D’UNE VOIE
RESTEE EN SERVICE

6.1 IMPLANTATION GÉNÉRALE DU DISPOSITIF.

La description du dispositif se rapporte à l’exemple de la figure ci-dessous :

liaison radio assurée

liaison radio assurée

voie hors service Chantier protégé par un dispositif voie hors service
d'annonce
X Y

(3) (3)

1 2 3 4 5 6 7 8

distance d'annonce (1) (2) (2) (2) (2) (2) (1) distance d'annonce

(1) : distance d'avertissement


(2) : distance variable selon la progression du chantier
: point de détection (3) : distance au moins égale à 200 mètres

: 2 pétards 1 8 = Fd = factionnaires à distance équipés de radios


: signal mobile d'arrêt (drapeau rouge)
2 7 = Fpe = factionnaires à proximité, postés aux extrémités du chantier,
: signal mobile jaune équipés de radios et de dispositifs acoustiques

3 5 = Fpi = factionnaires, assurant la sécurité de la circulation des mouvements


et celle du personnel, équipés de radios et de dispositifs acoustiques

4 6 = Fpi = factionnaires à proximité, intermédiaires


équipés de radios et de dispositifs acoustiques
Figure 4

25/36
Protection de chantier avec empiètement “type II” possible Annexe au FASCICULE 63
dans la zone dangereuse d’une voie restée en service

6.2 APERÇU DES ABREVIATIONS ET DES SYMPOLES UTILISES


POUR LA DESCRIPTION DE CE SYSTEME D’ANNONCE.

1 …. : factionnaires avec radio

A1 message radio : "Poste X - Train en vue"

RO RO : "Poste X - Voie libre"

pét : pétards

smj : signal mobile jaune

smr : signal mobile rouge

smv : signal mobile vert

- : retrait du signal mobile

+ : pose du signal mobile

++ : présentation du signal mobile

ALE : alerte

ALA : alarme (actionnement du


dispositif acoustique)

x : x entraine y
y

x : y ne peut avoir lieu


y que si x a eu lieu

RT : reprise du travail

6.3 FACTIONNAIRES.

6.3.1 EMPLACEMENT

Par rapport à la voie maintenue en service, tous les factionnaires prennent place sur
la piste ou sur l’accotement extérieur.

26/36
Protection de chantier avec empiètement “type II” possible Annexe au FASCICULE 63
dans la zone dangereuse d’une voie restée en service

a) Fpe (2 et 7).
Ils sont postés aux points extrêmes du chantier constitués soit par la première
brigade, soit par le premier engin, soit par un train de travaux.
Un factionnaire devant obligatoirement être posté à 200 m au moins en amont
d’un empiétement de type II susceptible d’être créé, il est possible pour respecter
cette obligation que le factionnaire Fpe soit posté en amont du point extrême du
chantier.
b) Fpi (3 à 6).
Ils sont postés entre les Fpe au droit des brigades ainsi qu’à proximité des engins
et des trains de travaux.
La distance (2) (voir figure 1) peut être variable selon l’emplacement momentané
des engins, des trains de travaux et des brigades.
c) Fd (1 et 8).
Ils sont postés par rapport aux Fpe, à une distance « D » dont la valeur minimale
dépend de la vitesse maximale effective (réductions temporaires de vitesse non
considérées) autorisée dans la zone comprise entre le point de détection (voir
annexe 2, point 3) et le début de la zone de travail. Cette distance doit être au
moins égale à la distance d’avertissement L (RGS I.III) qui tient compte des
corrections dues au profil en long de la voie (déclivité et rampes).
Cette (ces) distance(s) est (sont) déterminée(s) par le fonctionnaire dirigeant et
mentionnée(s) à l’instruction locale temporaire des travaux.
Les Fd sont en liaison radio assurée avec les Fpe et Fpi qui sont tous équipés
d’un appareil de radio.
d) Identification.
Les numéros cités dans les figures ont une valeur d’exemple.
Les factionnaires sont numérotés de 1 à 8 en partant du début du dispositif
d’annonce, sens X vers Y.
Les factionnaires 3 et 5 assurent la protection du personnel et des mouvements.

6.3.2 DELAI D’ANNONCE ET DISTANCE D’ANNONCE.

Le délai d’annonce pour ce dispositif doit être au moins égal au délai, augmenté de 8
secondes, nécessaire pour permettre successivement :
§ au factionnaire 1 de donner l’alerte en émettant le message A1 ;
§ aux factionnaires 2, 4, 6, 7 ainsi qu’aux factionnaires 3 et 5 qui assurent dans
l’exemple la sécurité des mouvements, de donner l’alarme ;
§ aux conducteurs des engins qui engagent le gabarit de libérer celui-ci et d’en
donner confirmation ;
§ aux factionnaires 2, 3, 4, 5, 6, 7 de donner successivement le message RO ;
§ au factionnaire 1 de remplacer le signal mobile jaune par le signal mobile vert.

27/36
Protection de chantier avec empiètement “type II” possible Annexe au FASCICULE 63
dans la zone dangereuse d’une voie restée en service

Ce délai doit être au moins égal à 25 secondes.


La distance d’annonce est établie par calcul.

6.3.3 BRIGADE TRAVAILLANT DANS LA ZONE DANGEREUSE DU CHANTIER A


DES TRAVAUX QUI NE SONT PAS DIRECTEMENT LIES AU CHANTIER.

La protection du personnel de la brigade est assurée par un factionnaire. Deux cas


peuvent se présenter :
a) Ce factionnaire se trouve au voisinage d’un factionnaire du dispositif d’annonce
du chantier, il se réfère aux annonces d’alerte du factionnaire du chantier pour
donner l’alarme à sa brigade ;
b) Ce factionnaire ne se trouve pas au voisinage d’un factionnaire du dispositif
d’annonce du chantier. Dans ce cas, si le travail de la brigade :
§ couvre une prestation complète du chantier, le factionnaire de la brigade est
inséré dans le dispositif d’annonce du chantier et dispose à cet effet de
l’équipement prévu ;
§ est de courte durée (inférieure à une prestation) ou déborde la prestation du
chantier, la brigade doit être protégée comme si elle travaillait
indépendamment.

6.3.4 DEDOUBLEMENT DES FACTIONNAIRES A DISTANCE.

Si les conditions de visibilité ne permettent pas à un des factionnaires Fd


d’apercevoir l’arrivée des mouvements à la distance d’annonce, une des solutions
suivantes doit être appliquée en tenant compte des circonstances locales (trafic,
durée, fréquence) :
a) augmenter la distance D tout en conservant la distance d’annonce en veillant à ce
que l’emplacement du signal mobile jaune reste en aval du panneau
d’avertissement (bis) de l’A.R.T.
b) éventuellement dédoubler le factionnaire Fd par un factionnaire Fd bis qui sera
chargé de donner l’alerte.

6.3.5 EQUIPEMENT.

Outre l’équipement habituel du factionnaire les factionnaires disposent de


l’équipement suivant :
§ Fpe, Fpi : d’un dispositif acoustique puissant ;
§ Tous : d’un appareil radio.

28/36
Protection de chantier avec empiètement “type II” possible Annexe au FASCICULE 63
dans la zone dangereuse d’une voie restée en service

6.3.6 MISSION.

La mission de base des factionnaires (voir annexe 2 – point 8) est complétée par les
mesures particulières suivantes :

§ Fd (1) et (8) :
- installer le signal mobile jaune à leur hauteur hors du gabarit de la voie en
service, appuyé par deux pétards sur le rail extérieur ;
- après avoir donné l’alerte par le message A1, saisir et présenter le signal
mobile jaune et retirer les deux pétards ;
- après avoir reçu confirmation de la libération de la voie par le message RO du
factionnaire Fpe concerné (7) ou (2), remplacer le signal mobile jaune par le
signal mobile vert ;
- après le passage du mouvement, ne plus présenter le signal mobile vert et
installer le signal mobile jaune et les deux pétards si l’alerte ne doit pas être
transmise pour un autre mouvement.
§ Fpe (2) et (7) :
- tmplanter dans la voie en service, à leur hauteur, un signal mobile rouge et
deux pétards ;
- après avoir donné l’alarme et constaté que celle-ci a été perçue par tous les
agents de sa zone d’action, émettre le message RO ;
- ayant donné l’alarme, veiller à ce que la voie en service soit et reste bien
dégagée ; au besoin, répéter le signal d’alarme ;
- après avoir reçu confirmation de la libération de la voie par le message RO du
factionnaire Fpe concerné (7) ou (2), enlever le signal mobile rouge et les
deux pétards et présenter le signal mobile vert ;
- après le passage du mouvement, remplacer le signal mobile vert par le signal
mobile rouge et les deux pétards si l’alerte n’a pas été transmise pour un autre
mouvement.
§ Fpi (3) et (5) :
- Après avoir donné l’arme et constaté que celle-ci a été perçue par tous les
agents de sa zone d’action, s’assurer que l’obstacle matériel a dégagé le
gabarit de confirmer la libération de la voie ;
- en cas de non dégagement du gabarit, s’abstenir d’émettre le message
confirmant la libération de la voie RO.
§ Fpi (4) et (6) :
- après avoir donné l’alarme et constaté que celle-ci a été perçue par tous les
agents de sa zone d’action, émettre le message RO ;
- ayant donné l’alarme, veiller à ce que la voie en service soit et reste bien
dégagée ; au besoin, répéter le signal d’alarme.

29/36
Protection de chantier avec empiètement “type II” possible Annexe au FASCICULE 63
dans la zone dangereuse d’une voie restée en service

6.4 MISE EN OEUVRE DU SYSTEME D’ANNONCE EN COURS DE


PRESTATION.

a) Séquence d’alerte.
Voir 6.5 et 6.6 ci-après.
b) Distance d’annonce.
Lors du passage du premier mouvement, « l’agent-sécurité » vérifie si la distance
d’annonce choisie convient bien.
c) Réoccupation de la zone dangereuse après le passage d’un mouvement.
Après le passage d’un mouvement, les factionnaires Fpe et Fpi autorisent la
reprise du travail par le mouvement oscillant du bras tendu perpendiculairement à
la voie, pour autant qu’aucun autre mouvement ne soit signalé.

6.5 FONCTIONNEMENT NORMAL DU DISPOSITIF D’ANNONCE.

La séquence d’annonce (échanges des communications radio) est schématisée au


point 6.6 ci-dessous pour un mouvement roulant de X vers Y.
Situation initiale : voir point 6.6.
Phase 1 : Un mouvement est en vue au point de détection.
a) Alerte.
Dès qu’il aperçoit qu’un mouvement a atteint le point de détection le factionnaire
1 donne l’alerte en émettant le message A1 : "poste 1 – Train en vue" et ensuite il
retire les pétards et présente le signal mobile jaune.
b) Alarme.
Dès réception du message A1, les factionnaires 2 à 7 donnent l’alarme en
actionnant leurs dispositifs acoustiques.
c) Confirmation de la libération de la voie.
Les conducteurs des engins qui engagent le gabarit libèrent immédiatement celui-
ci et en donnent confirmation à leur factionnaire respectif par l’allumage d’un
signal optique lumineux blanc fixé à l’engin.
Successivement après réception du message A1 par les factionnaires 2 à 7 :
- le factionnaire 2 émet le message RO ;
- le factionnaire 3, s’il a obtenu confirmation de la libération du gabarit, émet le
message RO ;
- le factionnaire 4 émet le message RO ;
- le factionnaire 5, s’il a obtenu confirmation de la libération du gabarit, émet le
message RO ;
- le factionnaire 6 émet le message RO ;

30/36
Protection de chantier avec empiètement “type II” possible Annexe au FASCICULE 63
dans la zone dangereuse d’une voie restée en service

- le factionnaire 7 émet le message RO et enlève le signal mobile rouge et les


pétards.
- Immédiatement après réception du message RO du factionnaire 7 :
- le factionnaire 1 enlève le signal mobile jaune et présente le signal mobile
vert ;
- le factionnaire 2 enlève le signal mobile rouge et les pétards et présente le
signal mobile vert ;
- le factionnaire 8 enlève le signal mobile jaune et les pétards.
Phase 2 : après le passage du mouvement.
Immédiatement après le passage du mouvement, les factionnaires (1, 2, 7, 8)
replacent les signaux mobiles de protection (jaune ou rouge).
L’autorisation de reprendre le travail ne peut être donnée qu’après passage complet
du dernier mouvement annoncé et remplacement des signaux mobiles de protection.

31/36
Protection de chantier avec empiètement “type II” possible Annexe au FASCICULE 63
dans la zone dangereuse d’une voie restée en service

6.6 REPRESENTATION SCHEMATIQUE DU FONCTIONNEMENT


NORMAL DU SYSTEME D’ANNONCE

DISPOSITIF D'ANNONCE POUR CHANTIERS


avec empiètements de type I et empiètements de type II
Séquence d'annonce
(mouvement circulant dans le sens de X vers Y)

1 2 3 4 5 6 7 8

Situation initiale

pét+ pét+ pét+ pét+


smj+ smr+ smr+ smj+

Phase 1 : le factionnaire 1 aperçoit un mouvement

A1 ALE

pét- ALA ALA ALA ALA ALA ALA


smj++

RO

RO

RO

RO
RO

RO

smj- pét-
smv+ smr- pét- pét-
smv+ smr- smj-

Phase 2 : après le passage du mouvement (retour à la situation initiale)

smv- smv-
pét+ pét+ pét+ pét+
smj+ smr+ smr+ smj+

Remarque : pour un mouvement circulant en sens inverse, la figure est symétrique.

32/36
Protection de chantier avec empiètement “type II” possible Annexe au FASCICULE 63
dans la zone dangereuse d’une voie restée en service

6.7 MESURES A PRENDRE EN CAS D’INCIDENTS.

6.7.1 NON-RECEPTION DU MESSAGE A1.

Si le factionnaire 2 aperçoit un mouvement sans avoir reçu le message A1, il donne


immédiatement l’alarme, laisse en place le signal mobile rouge et les pétards et il
agite un second signal mobile rouge.

6.7.2 NON-RECEPTION DU MESSAGE RO.

Si après avoir émis le message A1, le factionnaire 1 ne reçoit pas le message R0 du


factionnaire 7, il continue à présenter le signal mobile jaune.
Si le factionnaire 2 ne reçoit pas le message R0 du factionnaire 7, il laisse en place
le signal mobile rouge et les pétards et il agite un second signal mobile rouge jusqu’à
l’arrêt du mouvement.
Dès réception du message R0 du factionnaire 7, le factionnaire 2 enlève les signaux
mobiles rouges et les pétards et présente au mouvement un signal mobile vert.

33/36
Prescriptions de sécurité pour le personnel travaillant dans Annexe au FASCICULE 63
des conditions particulières

7 PRESCRIPTIONS DE SECURITE POUR LE PERSONNEL


TRAVAILLANT DANS DES CONDITIONS PARTICULIERES

7.1 TRAVAUX SUR LES LIGNES OU VOIES PARALLELES

Le danger particulier lié au travail dans plusieurs voies parallèles provient du nombre
de voies que les agents sont appelés à traverser.
Lorsque l’entrevoie entre les voies ou entre les lignes est égale ou supérieure à 4,50
m, les véhicules ferroviaires ne sont annoncés que s’ils arrivent sur la voie où le
travail s’exécute. Les agents ne dégagent que ces voies et ils se retirent suivant le
cas, sur la piste extérieure ou dans cette entrevoie, en ayant soin de se tenir hors de
la zone dangereuse des voies (à 1,50 m au moins des rails voisins).
Lorsque l’entrevoie est inférieure à 4,50 m, différents cas sont à envisager :

7.1.1 QUADRUPLE VOIE

voie 1

voie 2

voie 3

voie 4

Si le travail s’exécute dans la voie 1 (ou 4), le factionnaire annonce les véhicules
ferroviaires arrivant sur les voies 1 et 2 (ou 3 et 4). Les agents se retirent sur la piste
extérieure longeant la voie 1 (ou 4).
Si le travail s’exécute dans la voie 2 (ou 3), le factionnaire annonce les véhicules
ferroviaires arrivant sur les voies 1, 2 et 3 (ou 2, 3 et 4). Les agents se retirent sur la
piste longeant la voie 1 (ou 4), en traversant la voie 1 (ou 4) sous la protection des
factionnaires.

34/36
Prescriptions de sécurité pour le personnel travaillant dans Annexe au FASCICULE 63
des conditions particulières

7.1.2 SEXTUPLE VOIE

voie 1

voie 2

voie 3

voie 4

voie 5

voie 6

Si le travail s’exécute dans la voie 1 (ou 6), le factionnaire annonce les véhicules
ferroviaires arrivant sur les voies 1 et 2 (ou 5 et 6). Les agents se retirent sur la piste
longeant la voie 1 (ou 6).
Si le travail s’exécute dans la voie 2 (ou 5), le factionnaire annonce les véhicules
ferroviaires arrivant sur les voies 1, 2, 3 (ou 4, 5, 6). Les agents se retirent sur la
piste extérieure en traversant la voie 1 (ou 6).
Si le travail s’exécuter dans la voie 3 (ou 4), le factionnaire annonce les véhicules
ferroviaires arrivant sur les voies 1, 2, 3, 4 (ou 3, 4, 5, 6). Les agents se retirent sur
la piste extérieure en traversant les voies 1 et 2 (ou 5 ou 6).
Sur des chantiers importants, lorsque le personnel peut venir dans 3, 4, 5 ou 6 voies,
ce qui doit être évité dans la mesure du possible, les factionnaires ont pour devoir
d’annoncer tous les véhicules ferroviaires quelle que soit la voie sur laquelle ceux-ci
circulent.

7.2 BRIGADES TRAVAILLANT A PROXIMITE L’UNE DE L’AUTRE

Sauf en cas de force majeure, deux brigades distinctes ne peuvent travailler en


même temps, à proximité l’une de l’autre, sur des voies parallèles. Si cependant
cette nécessité se présente, les responsables de sécurité doivent se concerter et
prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la protection complète des
agents.

35/36
Prescriptions de sécurité pour le personnel travaillant dans Annexe au FASCICULE 63
des conditions particulières

7.3 TRAVAUX DE NUIT SUR VOIE EN SERVICE

Lors de l’exécution de travaux prévus, la nuit, dans une voie principale en service, ou
dans la zone dangereuse de celle-ci, la vitesse autorisée sur cette voie, au droit du
chantier, est ramenée à 40 km/h ou moins.
Si l’effectif de la brigade est important ou si plusieurs brigades sont utilisées ou que
la nature du travail nécessite des pénétrations de personnel dans leur zone
dangereuse, une réduction de vitesse à 40 km/h ou moins est imposée sur la voie
concernée et sur les voies voisines situées à moins de 3,00 m, pendant la durée de
la prestation nocturne.
De tels travaux seront exécutés de préférence sur voie hors service.

7.4 ABRIS MOBILES ET CARAVANES

Ces installations mobiles doivent être placées le plus loin possible des voies et à
2,50 m au moins du rail le plus proche.
A proximité des passages à niveau, on veillera à ne pas réduire la visibilité sur les
voies à partir de la route et à soustraire les utilisateurs aux dangers présentés par la
circulation routière en plaçant les abris et les caravanes à l’écart de la voirie
publique.
Leur porte doit être orientée dans la direction d’où viennent normalement les
véhicules ferroviaires lorsqu’elles sont placées le long de la voie. Si pareille
disposition n’est pas réalisable et lorsque le distance entre la loge et le rail le plus
proche est inférieure à 4 m, il y a lieu d’établir une chicane ou un garde-corps
empêchant le personnel d’aborder directement la voie en sortant de la loge.

7.5 CAS PARTICULIERS

Lorsque, par suite de circonstances particulières, il n’est pas possible d’appliquer les
dispositions prévues pour les agents travaillant en brigade ou non, ou si les
dispositions sont insuffisantes, des mesures spéciales de protection, dépendant des
circonstances locales, sont prévues et décrites dans une consigne qui sera
notamment approuvée par le chef de sécurité du service intéressé.

36/36