Vous êtes sur la page 1sur 19

PLAN

Introduction
I. Définition du stock
II. L’objectif du stock
III. Les types du stock
IV. Les Coût du stockage et méthodes
de gestion de stock
V. Valorisation des stocks
VI. Variation de stocks, Formules

Conclusion

1
Introduction
La gestion des stocks est une fonction fondamentale pour
la majorité des fonctions donc une mauvaise gestion des
stocks peut compromettre sérieusement les activités d'une
entreprise à court-terme pour cela il faut trouver le point
d'équilibre afin de maximiser l'efficacité de l'entreprise. La
création d'un stock se produit lorsque l'arrivée des
marchandises est plus élevée que la sortie des marchandises.
La rupture de stock, elle, se produit lorsque les sorties de
marchandises excèdent les entrées.

Une entreprise cherche toujours à éviter les ruptures de


stocks et les commandes en souffrance lorsque l'entreprise
possède des stocks, elle s'assure d'une livraison alerte et
ponctuelle, elle doit aussi prendre en compte : un coût est lié
au stockage de la marchandise tel que le coût des intérêts, de
la manutention, de l'espace loué, des assurances ainsi de
suite.

Les dirigeants d'entreprise devront choisir la technique de


gestion des stocks la plus appropriée au bon fonctionnement
de l'organisation.

Une étude de comparaison doit être élaborée avant de


choisir une technique de gestion des stocks.

2
A. Généralités sur les stocks :
I. Définition du stock :
 Le stock est un mot anglo-saxon signifiant, « une souche ».l’idée du stock est
liée aux notions de prévision et de précaution : on stock pour se prémunir
contre les risques d’une période possible. Exemple : des provisions de bois pour
l’hiver.
 Un stock est constitué par l’ensemble des marchandises ou des articles
accumulés dans l’attente d’une utilisation ultérieure plus au moins proche et qui
permet d’alimenter les utilisateurs au fur et à mesure de leurs besoins sans leur
imposer les délais et les à-coups d’une fabrication ou d’une livraison par les
fournisseurs.
 Le stock est un régulateur entre l’approvisionnement, la production et
l’écoulement des produits et des marchandises.
 Le stock est l’ensemble des biens accumulés qui seront utilisés ultérieurement
(dans le future).la notion de stock regroupe : les marchandises, les matières et
fournitures, les produits finis, produits semi-finis, les encours,…

II. Fonctions et objectifs du stock :


 Objectifs :

Son objectif est de gérer les articles disponibles dans


l'entreprise en vue de satisfaire les besoins à venir. Ces besoins
seront à satisfaire au bon moment, dans les bonnes quantités et
d'une manière permettant la bonne utilisation du stock, la
rupture du stock est la non capacité de satisfaire un besoin à
l'aide du stock.

Tout l'art de cette gestion est d'avoir suffisamment de


stock pour répondre correctement aux besoins et pas trop pour
ne pas avoir à supporter les différents coûts du stock.

Un stock est nécessaire pour les raisons suivantes :

 Parce que le rythme de la production est différent du rythme de la


consommation. Exemples : on récolte le raisin en automne et on consomme de la

3
confiture toute l’année ; on extrait du charbon tous les jours et on se chauffe en
hiver…
 Parce qu’il est peut être avantageux d’acheter à des moments favorables ou par
quantités économiques.
 Parce qu’il est souvent impossible et onéreux d’acheter chaque fois qu’on a
besoin d’une petite quantité d’un produit même si le fournisseur peut la délivrer.
 Parce que même si le rythme de production correspond au rythme d’utilisation il
faut se prémunir contre les aléas de la fourniture.

Plusieurs raisons justifient également la constitution des stocks. Par conséquent


celle-ci poursuit plusieurs objectifs :

Objectifs Exemples
Objectif commercial  Diminuer les délais de livraison à la
clientèle.
Objectif de régulation  Se protéger contre l’arrêt de production.
 Répondre à une demande saisonnière.
Objectif technique  Améliorer la qualité des produits (cas du
bois et des boissons alcoolisées)
Objectif de sécurité  Se prémunir contre l’instabilité de
l’environnement (cas du pétrole)
Objectif financier  Stabiliser les cours.
 Réaliser des plus-values en cas
d’augmentation des prix (spéculation)

Objectif financier :

La réduction du niveau des stocks permet de réduire les coûts de possession des
stocks (exemples : coût de magasinage, coût du risque de détérioration ou
d’obsolescence) et les coûts de gestion matérielle des stocks (exemple l’entretien
des locaux, la rémunération du personnel magasinier).

Objectif de sécurité :

4
Par la constitution de stocks, l’entreprise à minimiser le risque de rupture qui est
source de problèmes : arrêts de la production, insatisfaction de la clientèle ce qui
fait baisser la chiffre d’affaires et détérioration de l’image de marque de
l’entreprise.

 Fonctions:
Le stock à plusieurs fonctions :

 Fonction de régulation : Les stocks permettent le lissage


des irrégularités d'approvisionnements et/ou de la
production, réduisent les risques de ruptures et favorisent le
maintien d’une activité continuelle.

 Fonction logistique : les stocks permettent de maintenir


les articles à proximité de leur lieu de consommation. Ils
limitent considérablement les délais d’attente.

 Fonction économique : lorsque le fournisseur accorde des


remises importantes pour des achats en grande quantité, le
stockage peut s’avérer utile. De même pour un souci
d’optimisation des approvisionnements, la constitution d’un
stock est généralement une solution indiquée.

 Fonction d'anticipation – spéculation : Le stockage


permet de se mettre à l’abri des hausses de prix des
matières ou des produits achetées ou vendues. Il s’agit donc
ici de stocks saisonniers.

III. Les types du stock :


1.Le stock de sécurité :

L’entreprise commande avant même d'avoir besoin de la


marchandise, ce stock peut être vu comme une capacité de
stockage permettant à une entreprise de fournir un niveau de
service (délais ou disponibilité) quand la capacité de production
seule n'est pas à même de pouvoir satisfaire les commandes
client.

5
Application :
Le service approvisionnement d’une entreprise vous remet les renseignements
suivants :

 On utilise 800unités d’un produit par jour.


 Le délai de réapprovisionnement est de 30jours.
 Le délai s’écoulant entre 2 commandes est de 60jours.
 Le retard de livraison est estimé à 15jours.
Travail à faire : déterminer :
1. Stock minimum = 800*30
2. Stock de sécurité = 15*800
3. Stock d’alerte = 24000+12000
4. Quantité à commandé = 800*60jours

2.Le stock en transit:


La marchandise se déplace dans un système d'évaluation, les
articles en simple transit ne font presque jamais l’objet d’une
commande par le gestionnaire du magasin. Ce dernier agit
comme « mandataire ». Il reçoit des marchandises
accompagnées d’instructions précises sur leur future
destination. Les responsabilités du gestionnaire se limitent aux
opérations de contrôle, réception, dégroupage, groupage par
destination, emballage, colisage, marquage, étiquetage et enfin
expédition au lieu indiqué par le donneur d’ordre.

3. Stock disponible :
Stock dynamique calculé par le Calcul des besoins (en
respectant les contraintes temporelles) avec prise en compte
des entrées, des sorties et des stocks disponibles. Les
besoins, les entrées et les sorties pris en compte dans le
contrôle de disponibilité du stock sont déterminés dans le
Customizing.

6
4. Stock réservé :
Somme de toutes les quantités d'un article qui ont été
réservées en vue d'un prélèvement. Pour le Calcul des
besoins, le stock réservé n'est généralement pas disponible,
mais pour la Gestion des stocks il est toujours comptabilisé
dans le stock à utilisation libre.

5. Entrées planifiées :
Somme de toutes les quantités dont les entrées ont été
planifiées avec réservation. Les entrées planifiées sont
généralement déjà disponibles pour le Calcul des besoins,
mais la Gestion des stocks n'en tient pas encore compte dans
le stock à utilisation libre.

6. En-cours de commande (total) :


Somme de toutes les quantités de commande d'un article en
attente de livraison. L'en cours de commande vient
généralement accroître le stock disponible dans le Calcul des
besoins, mais pas le stock à utilisation libre dans la Gestion
des stocks.

7. Quantité en cours de l'ordre (total) :


Somme de toutes les quantités d'ordre en cours pour un
article. La quantité d'ordres en cours vient généralement
accroître le stock disponible dans le Calcul des besoins, mais
pas le stock à utilisation libre dans la Gestion des stocks.

8. Stock bloqué d'entrées de marchandises :


Somme de toutes les quantités d'un article, livrées sur
commande par les fournisseurs et acceptées sous réserve. Le
stock bloqué d'entrées de marchandises (EM) n'est ni valorisé
ni pris en compte dans le stock à utilisation libre.

9. Stock en attente de livraison :

7
Somme de toutes les livraisons en cours destinées aux clients
pour lesquelles les sorties de marchandises n'ont pas encore
été enregistrées. Comme le stock réservé, le stock en attente
de livraison n'est généralement pas disponible pour le Calcul
des besoins, mais la Gestion des stocks en tient compte dans
le stock à utilisation libre.

10. Le stock par anticipation :


On prévoit la demande selon les statistiques passées.

IV. Les niveaux de stock :

Mise en situation :

L’entreprise LIBAS est spécialisée dans la confection des vêtements pour


enfants. Le service approvisionnement nous fournit les renseignements
suivants :

 La consommation journalière est de 100m de tissu.


 L’intervalle de variation du stock est entre 400m et 2500m.
 Le délai de réapprovisionnement normal est de 4 jours.

Lorsque le stock atteint 600m, le magasinier avise le service


d’approvisionnement du niveau du z

Suite à une grève des transporteurs routiers, la livraison n’a été reçue
qu’après 2 jours de la date prévue.

Questions :

a. Que signifie l’expression soulignée ?


b. Que représente les niveaux de stocks cités dans le document (400, 2500 et 600m)
c. L’entreprise a-t-elle raison d’avoir constitué un stock supplémentaire ? justifier

Réponses :

8
a. Le délai de réapprovisionnement c’est l’intervalle de temps entre la
passation de la commande et la date de réception.
b. 400m représente : le stock minimum c’est le niveau du stock qui doit
exister au sein de l’entreprise.il permet de couvrir les besoins de
l’entreprise pendant le délai de réapprovisionnement.

Le stock minimum = consommation par jour * le délai


de réapprovisionnement

 2500m représente le niveau de stock qu’il ne faut jamais dépasser : c’est


le stock maximun.

 600m représente le stock qui déclenche le réapprovisionnement : c’est le


stock d’alerte.
Le stock d’alerte = stock minimum+ stock de sécurité

c. L’entreprise avait raison d’avoir constitué un stock


supplémentaire de 200m, car il lui a permis de se
prémunie contre le retard causé par la grève.
Le stock d’alerte = stock minimum + stock de
sécurité
Ce stock est appelé : stock de sécurité ou (stock de
réserve ou stock outil) :c’est une partie du stock qui est
normalement inutilisé et destiner à faire face à des
événements inattendus.

B. La gestion du stock :
I. Les enjeux de la gestion du stock :
9
Les responsables de la gestion des stocks doivent
perpétuellement rechercher l’équilibre entre le niveau de
satisfaction des consommateurs et les coûts engendrés par la
constitution des stocks.
 Une quantité élevée de stocks (surstockage) peut
provoquer :

• Des charges financières élevées. Des charges fixes


(bâtiment, étagères, engins lourds de manutention …) et des
charges variables (Salaires du personnel, frais d’entretien,
quittances d’électricité, pertes dues à la détérioration ou à
l’obsolescence des produits stockés …) ;
• Des immobilisations des capitaux. Chaque article qui entre
en stock est valorisé et réduit ainsi les facilités de trésorerie;

 Une quantité trop faible de stocks peut provoquer :


• Une augmentation des risques de rupture de stocks, avec
quelques fois des conséquences financières graves;
• La désorganisation d’un système de production entier
(goulots d’étranglement, augmentation des stockages
intermédiaires) ;
• Une diminution des bénéfices de vente et une perte de la
clientèle déçue par la mauvaise qualité de service (retard de
livraison, disponibilités insuffisantes, ruptures …).

Pour avoir un aperçu plus large des charges financières


générées par les stocks, nous vous recommandons d’examiner
les coûts liés à la gestion des stocks ci-dessous.

II.Les coûts liés à la gestion du stock :


Constituer et entretenir un stock est une activité génératrice de
nombreuses charges. Outre les charges immobilisées (coûts des
stocks disponibles, coûts des bâtiments, coûts des terrains…)

10
On y trouve des charges variables, associées aux diverses
opérations d’entretien et de réapprovisionnement des stocks.

Gérer l’équilibre d’un stock passe d’abord par une maîtrise de


ces différentes charges. Car une optimisation ratée provoque
incontestablement un déséquilibre, qui d’une manière ou d’une
autre génère soit des coûts supplémentaires liés aux ruptures
des stocks, soit une croissance des immobilisations financières
dues au surstockage.

1. Les coûts de commande :

Ils sont constitués par les éléments suivants :

 Coût des locaux (loyers, équipement informatiques,


logiciels, exploitation du quai de déchargement)

 Coût du Personnel (charges salariales des agents assurant


la gestion et le suivi des commandes. Sont inclus les
acheteurs, les réceptionnaires et autres agents
administratifs)

 Coût des fournitures administratives (bon de commande,


imprimés, etc. …)

 Coût de préparation de la commande (déplacements des


acheteurs, inspections, contrôle, …)

 Coût d’acquisition (évalué par unité de commande, il s’agit


du prix réellement payé pour acquérir les produits)

2. Les coûts de stockage ou d’entreposage :

Ils sont constitués par les éléments suivants :

 Coût des magasins (amortissements ou location, taxe,


électricité, assurances, …)

11
 Coût du Personnel (charges salariales des magasiniers,
manutentionnaires, caristes agent de sécurité, agent de
propreté …)
 Coût des équipements (appareils de levage et de
manutention, rayonnages, …)
 Coût de gestion ou coût administratif (Ordinateur,
fournitures de bureau, …)
 Coût de possession (immobilisation financière)

Les coûts de stockage varient en fonction des quantités de


stocks. On les évalue en % du stock moyen

3. les coûts de pénurie :


Ces derniers sont différents lors qu’il s’agit d’une pénurie
interne et d’une pénurie externe à l’entreprise. En prenant
l’exemple d’une entreprise de fabrication dont les produits finis
sont en pénurie dans le marché :

 Le coût de pénurie externe englobe les pertes de


commandes, le recours à la sous-traitance afin de satisfaire
dans un délai raisonnable un maximum de clients,
l’augmentation des charges de production (heures
supplémentaires, maintenance des équipements…). En plus,
une situation de pénurie externe a forcément un impact sur
le client (insatisfaction, changement de fournisseur, appel à
des concurrents…)

 Le coût de pénurie interne (absence de matière pour la


fabrication des produits finis, ruptures de stocks) est surtout
liés à la désorganisation de l’unité de production et aux
pertes engendrées par cette pénurie. Ces dernières se
justifient essentiellement par la main d’œuvre inoccupée
mais payée, l’arrêt des machines, la production basse, la
formation des goulets d’étranglement …

Gérer les stocks nécessite donc d’avoir dans une certaine


mesure, un regard sur le marché de consommation afin de
prévoir et d’anticiper sur les situations de pénurie. Ce problème

12
peut être résolu en partie par la mise en place d’un tableau de
bord.

Pour certaines classes ou catégories d’articles, la prévention


d’une éventuelle rupture de stock, se résume par la mise en
place d’un stock de sécurité. Evidemment, ce stock engendre
une immobilisation financière et des charges d’entretien que
nous pouvons réunir en coût du stock de sécurité.

Faire une gestion optimale des stocks évitera de créer une


hémorragie financière qui peut aboutir au déclin de l’entreprise
toute entière. Il ne faut ni avoir des stocks trop bas, ni avoir des
stocks trop élevés, mais le juste milieu. D’autre part, il ne faut
pas tout gérer en stock. La nécessité d’affecter la gestion d’un
article au magasin doit être justifié.

Des stocks trop élevés, c’est aussi des valeurs des matières
plus élevées, des capitaux immobilisés, des magasins plus
grands, donc des coûts de possession, coûts d’exploitation,
coûts de dépréciation ou d’obsolescence plus élevés.

Des stocks trop bas sont la cause de pénurie et rupture de


stocks avec toutes les conséquences, le nombre de commande
de réapprovisionnement plus élevé, donc une augmentation du
coût de commande ; des retards de livraison en aval, des pertes
de ventes et de clients …

Réussir sa gestion des stocks passe par :

 Un bon dimensionnement des magasins ;

 Une bonne organisation des procédures ;

 Une bonne organisation et classification des articles ;

 Le choix de la méthode d’approvisionnement appropriée


pour chaque classe d’article

13
 La mise en place d’un système d’alerte (tableau de bord)

III. Les techniques de la gestion de


stock :
Zéro stock :
La technique zéro stock signifie que l’entreprise ne va
commander que ce qui est nécessaire au moment voulu.

Par conséquent, l’entreprise ne supporte pas un coût de


stockage élevé. Elle va stocker uniquement une quantité qui est
adaptée à la consommation.

Le juste à temps(JAT) :
Le JAT est un système de gestion de la production dont l’objectif essentiel est la
réduction des délais entre :

 Les différents stades du processus de production ;


 Les commandes des clients et la production correspondante ;
 L’approvisionnement et la mise en œuvre du processus de
production.

Le JAT permet de minimiser ou de supprimer les en-cours de production.

Le JAT permis une réduction considérable des coûts et une grande flexibilité de
l’entreprise ce qui lui permet de faire face aux exigences des consommateurs en
matière de qualité et d’innovation. Ceci a permis à l’entreprise d’être plus
compétitive.

Donc selon le JAT, l’entreprise doit acheter seulement :

 Ce dont elle a besoin (ni plus ni moins)


 Quand elle en a besoin (ni avant ni après)
 Dans la qualité voulue

IV. La valorisation des stocks :

14
L'inventaire permanent suit l'état des stocks de manière
continue. Cette méthode nécessite le suivi des flux réels
(entrées, sorties) des biens stockés.

Le suivi concerne pour chaque bien stocké, à la fois les


quantités et les valeurs. S'il est aisé de connaître les
mouvements en quantités, il est par contre nécessaire de
s'interroger sur la valorisation des entrées et des sorties.

1. La valorisation des entrées :


Les entrées (Bon de réception) sont valorisées au coût réel qui
dépend de la nature du stock.

Stock Coût Composition

Marchandises, coût d'achat de la Achats nets valorisés HT+


Matières premières période Frais directs d'achat (port,
Autres assurance, droits de douane;
approvisionnements etc.)+
Frais indirects (frais
de réception, de stockage,
etc.)

En-cours de production coût de production de Charges directes (matières


de biens la période premières, main-d’œuvre,
En-cours de production autres charges spécifiques,
de services etc.)
Produits finis Charges indirectes (main-
d’œuvre, fournitures, autres
Produits intermédiaires
charges non spécifiques,
etc.)

2. La valorisation des sorties :

Les trois principales méthodes de valorisation de stock sont :


Les sorties de stock (Bon de sortie) doivent être évaluées selon
l’une des deux techniques:

15
 la méthode du coût unitaire moyen pondéré de fin de
période (CUMP) : permet de gérer le stock sans avoir à
identifier les lots dans lesquels sont prélevés les biens
sortis.

Vérifications :
Stock Initial (S. I.) + Total des entrées - Total Sorties =
Stock Final (S.F.)
Vérification des quantités : 8 + 35 - 27 = 16
Vérification des montants : 256,00 + 1 210,00 - 920,51 545,49

16
Mode de calcul :
Le coût moyen unitaire pondéré est calculé à la fin de la
période en divisant la valeur du stock de début de période,
majoré du montant des entrées de la période, et divisé par la
quantité du stock initial majoré des quantités entrées dans la
période.

Particularités :
Toutes les sorties de stock de la période se font à la même
valeur, et ne peuvent être calculées qu’à la fin de la période.

 laméthode du premier entré, premier sorti (PEPS ou FIFO en


anglais) : on considère que les articles sortis du stock sont
prioritairement les plus anciens.

17
Vérifications :
Stock Initial (S. I.) + Total des entrées - Total Sorties =
Stock Final (S.F.)
Vérification des quantités : 8 + 35 - 27 = 16

Vérification des montants : 256,00 + 1 210,00 - 906,50 559,50

Mode de calcul :
La méthode « Premier entré – premier sorti » est d’une grande
simplicité et ne nécessite aucun calcul préalable pour la
valorisation des sorties, puisque celles-ci se font dans l’ordre
chronologique des entrées, sans mélanger les éléments entrés

18
à des dates différentes dans le stock.

Particularités :
Les sorties sont parfois composées d’éléments à des prix
unitaires différents. C’est une méthode qui s’applique plutôt à
des produits périssables, car on conserve la mémoire de
l’antériorité dans les stocks, et on élimine en premier les
éléments les plus anciens

19