Vous êtes sur la page 1sur 14

La gestion d’approvisionnement et de Stock

THEME :

« La gestion d’approvisionnement et de stock»

 Effectue par :
 Encadré par :
Abdennasser HACHIMI
Ali ID-KADDOOUR M. Hassan BELLIHI
Brahim CHANA
Mohamed BOUAZAZ

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


SOMMAIRE
INTRODUCTION
I - ASPECTS GENERAUX SUR L'APPROVISIONNEMENT :
A- la Fonction Approvisionnement : …………………………………
……….03
B - Nécessite D'un Service Des Approvisionnements :……………………
….03
II - LA GESTION DU STOCK :
A - Généralité :…………………………………………………………
…………………..04
B - Types De Stocks :…………………………………………………
…………………..05
C - l'organisation Des Locaux De Stockage :…………………………
………...06
D - Mouvement De Stocks :……………………………………….…
……………....06
III- Le Coût de La Gestion
IV - OUTILS ET METHODES Des Stocks :
A- La Méthode ABC :…………………………………………………
………..…………..09
B - Le MRP :……………………………………………………..……
………………………..09
C - Principe Du Juste À Temps (JAT) :………………………………
……………..10
V - LES RISQUES D’UNE MAUVAISE GESTION
A- Le Problème Du Sur-stockage……………………………………
………………..11
B - Les Conséquences D’une Rupture De Stocks……………………
………..12

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


INTRODUCTION

La gestion de stock s’avère une discipline de grande importance au sein de


l’entreprise moderne. Elle porte sur l’ensemble des opération de magasinage, de
classification et d’inventaire des biens en question ,mais le rôle stratégique de cette
fonction est d’assurer les références commandées sur un horizon donné en
minimisant les coûts supportés .A cet effet, chaque entreprise adopte sa propre
politique de gestion de stock à ses besoins privés ,ce qui engendre une multitude de
méthode à ce stade selon la nature des produit et le secteur d’activité.

La fonction gestion de stock entretient une relation large avec la fonction


approvisionnement, car cette dernière permet d’équilibrer le niveau des stocks jugés
minimums afin d’anticiper des ruptures possibles.

Notre recherche va ainsi détailler théoriquement les différentes concepts de base des
dites fonctions avant de les concrétiser en menant une étude pratique au sein de la
grande surface " ASWAK ASSALAM AGADIR ".

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


I - ASPECTS GENERAUX SUR
L'APPROVISIONNEMENT
A-la Fonction Approvisionnement :
La fonction approvisionnement assure la gestion des flux de biens et de services qui
entrent dans l'entreprise.

Le service achat de l'entreprise est chargé de l'approvisionnement en matériels,


matières et en services. Il peut comporter plusieurs sections : recherche de
fournisseurs, commandes, livraison avec le magasin et la réception. Le travail est
effectué par le service achat ou le service économe. Dans le cas général, le
processus d'approvisionnement se déroule donc comme suit :

consultation de divers fournisseurs;

sélection des offres les plus intéressantes;

commandes;

surveillance des délais de livraison;

livraison et réception de la marchandise;

Réception et contrôle des biens livrés et de la facture.

Les flux d'information qui caractérisent le processus d'approvisionnement ont


des supports variés :

documents commerciaux d'usage courant dans les entreprises : bon de


commande, bon de livraison, bon de réception;

lettre commerciales, devis, catalogues, tarifs et documentation diverse ;

télécommunications.

La stratégie d'approvisionnement détermine les normes à suivre en ce qui


concerne les achats et la gestion des stocks. Cette fonction joue un rôle fondamental
dans les entreprises industrielles et de distribution où les coûts d'approvisionnements
et la qualité des matières ou produits sont deux facteurs déterminants.

Le responsable d'achats doit connaître précisément quand il faut déclencher une


commande et savoir les besoins réels de l'entreprise compte tenu des délais de
livraison et des différents niveaux de stock.

Une rupture de stock peut impliquer des pertes importantes. Ces pertes peuvent
même entraîner une régression de l'entreprise sur son marché, si elle n'est pas

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


capable de répondre aux besoins de ses consommateurs d'une manière ou d'une
autre.

B - Nécessite D'un Service Des


Approvisionnements :
L’approvisionnement fait en réalité partie intégrante des fonctions du responsable
des stocks.

La mise en place d un système de réapprovisionnement optimal doit impérativement


se baser sur des estimations fiables des prévisions de la demande. Dès lors,
l’approvisionnement ne devient qu’une contrainte administrative. Le gestionnaire
pourra de ce fait répondre plus efficacement aux objectifs propres aux stocks,
comme par exemple la réduction des coûts qu’ils engendrent.

Mais approvisionner un stock signifie également que le responsable doit prendre en


compte le temps qui sépare la commande de la réception, qui peut fortement varier
selon les périodes et les fournisseurs.

1 - Arguments favorables à une centralisation des approvisionnements:


Meilleure position, du fait des volumes commandés, pour discuter avec les
fournisseurs ;

Acheteurs plus spécialisés ;

Rationalisation des approvisionnements et de la gestion des stocks.

2 - Arguments favorables à une délégation des approvisionnements au


niveau des unités opérationnelles:
• Possibilité d’établir des relations commerciales avec des petits fournisseurs
locaux compétitifs ;

• Proximité géographique et donc frais de livraison minimes ;

• Souplesse de réactivité.

3 - Activités du service approvisionnements:


• Stratégie et politique d approvisionnement (contrôler la qualité des achats,
statistique sur les fournisseurs, étude de concurrence) ;

• Logistique approvisionnement / stockage (gérer les acheteurs, les sociétés de


transport, négocier les conditions commerciales, suivre les stocks) ;

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


• Comptabilité fournisseur.

II - LA GESTION DU STOCK :
A - Généralité :
Une quantité de biens, accumulés dans l'attente d'une utilisation, en vue
d'harmoniser un flux d'entrée et un flux de sortie dont les rythmes sont différents.

Tous les secteurs d'activités font appel à des réserves plus au moins
importants des stocks afin d'assurer la continuité de leur activité. Les stocks jouent
généralement un rôle de réservoir tampon entre un flux d'entrée (constitués par les
produits livrés) et un flux de sortie (constitué par la demande des clients).

Les deux flux peuvent, pour des raisons diverses, présenter des inégalités de débit
(accroissement de consommation, retard de livraison). Ce réservoir tampon permet
donc d'apporter une certaine souplesse au fonctionnement de toute entreprise.

Pour la gestion de stock il y a trois façons pour le faire :

Gestion indépendante des stocks, besoin indépendant, chaque article


stocké fait l'objet d'une demande indépendante, produits finis des fabricants, des
grossistes ou encore des pièces de rechange. Modèle applicable à cette gestion : le
modèle de Wilson qui fonctionne sur la base d'une quantité fixe de
réapprovisionnement ;

Gestion dépendantes des stocks, besoins dépendants, articles qui sont


liés par des nomenclatures c'est à dire la structure d'un produit, les stocks sont
dépendants les uns des autres .Exemple pour une voiture, on a besoin de 4 roues.
Méthodologie MRP : Material Requirement Planning ;

Gestion juste à temps, flux tendus, on préconise des méthodes de gestion


en flux tirés, la P° doit découler de la demande réelle. Méthode Kanban, et SMED.

B - Types De Stocks :
Dans le jargon de la profession, on distingue différents niveaux de stock:

Stock minimum ou d'alerte (ou point de commande ou de


couverture): c'est le niveau de stock servant à déclencher un
réapprovisionnement. C’est le niveau de stockage qui permet de déterminer le
point de commande pour les consommations régulières.

Stock de sécurité ou de protection : le niveau de stock disponible pour


répondre à des situations imprévues telles que retard d'approvisionnement ou
commandes exceptionnelles.

Stock maximum : le niveau de stock qui correspond à la capacité physique


maximale de stockage. Au dessus de ce seuil, le stockage devient onéreux.

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


Stock tampon ou stock délai : permet une consommation normale
pendant le délai de réapprovisionnement.

Stock mort ou dormant : correspond à des produits stockés sans sortie


depuis un certain temps. S'il s'agit de produits finis, on les appelle
particulièrement rossignols, et ils sont soit soldés soit détruits.

Stock disponible : niveau de stocks qui correspond au stock existant


additionné des entrées prévisionnelles et diminué des sorties prévisionnelles.

C - l'organisation Des Locaux De Stockage :


Les locaux de stockage, où sont stockés les articles en attente
d’utilisation, peuvent être divisés en plusieurs sections et l'intérieur de ces dernières
les articles peuvent être placés dans des rangés étiquetés.

La première tâche du gestionnaire des stocks est celle du choix des locaux de
stockage (magasins). Ce choix est fonction des coûts, des besoins de
conditionnement propres aux articles (ventilations, chaleur, lumière,) et de la
commodité d'utilisation. Ce dernier paramètre est essentiel puisque le nombre
d'accidents du travail dû aux manipulations des stocks est très important.

L'organisation du magasin doit être rationnelle et pratique : attribution d'une


place à chaque article, utilisation de nomenclature des numéros de référence.

Les documents, généralement, utilisés sont :

Le bon d'entrée : qui peut être remplacé par un bon de réception ;

La fiche de stocks : qui indique les mouvements de stocks et indique donc la


quantité d'articles en stock;

Le bon de sortie : qui peut être remplacé par dans le cas de produits vendus à la
clientèle.

D - Mouvement De Stocks :
Il faut contrôler le mouvement des différents niveaux de stock, c'est ce qu'on
appelle la constatation des mouvements de stocks. Selon la quantité de produits en
stock, cet examen régulier sera fait soit par des fiches de stock, soit par des
graphiques, soit par recours à l'informatique.

Actuellement, les entreprises ont en fait choisi l'informatisation des la gestion


des stocks (gestion des stocks assistée par ordinateur), cette solution facilite le
contrôle, assure son efficacité à un coût et temps minimums. La gestion des stocks a

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


largement bénéficie de l'introduction de l'informatique, qui permet une gestion plus
rationnelle.

III - Le Coût de La Gestion Des Stocks :


Le stock, d’une façon générale, permet d’assurer une gestion continue du flux
physique malgré les déséquilibres entre les charges et les capacités. Ces
déséquilibres, en informatique, sont généralement liés aux variations des délais de
livraisons et d’obtention et aux écarts existants entre la demande prévue et la
demande réelle.

C’est pourquoi une bonne gestion des stocks cherchera avant tout à
conserver une fonction fondamentale de régulation du système de distribution, afin
de réduire considérablement les stocks tout en assurant une souplesse et une
réactivité face aux variations de la demande.

L’objectif de la gestion des stocks est donc de satisfaire cette demande, tout
en assurant un taux de service optimal et en réduisant les coûts qui y sont liés.

Les risques liés à la gestion des stocks sont par conséquent directement
dépendant de son coût.

Ce coût de gestion des stocks est, traditionnellement, calculé de la manière


suivante :

Les coûts de possession et de passation de commande sont ceux qu’il s’agit


d’optimiser. En effet, le coût de possession augmente avec la quantité en stock qui
dépend de la quantité approvisionnée. Pour réduire ce coût de possession, il serait
donc judicieux de multiplier les commandes de petites quantités mais dans ce cas,
c’est le coût de passation de commande qui augmente. De plus, celui-ci dépend
également de la quantité approvisionnée. Pour réduire ce coût de commande, il
faudrait donc augmenter les quantités commandées et diminuer le nombre de
commandes.

Il s’agit par conséquent de déterminer la quantité optimale à approvisionner


pour trouver un équilibre entre ces deux coûts. C est-à-dire qu’il faut optimiser le coût
annuel de gestion des stocks CG qui est donc égal à la somme de ces deux coûts :

CG = CC + CP = D/Q. Cc + Q/2. TP. Cu

La figure 1 reprend graphiquement les variations de coût de la gestion


des stocks, en fonction des coûts de possession et de passation de commande :

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


Figure 1 :
Représentation graphique des coûts de gestion des stocks

On remarque donc qu’il existe effectivement un minimum correspondant au


point de tangence horizontal ainsi qu’au point d intersection du coût de commande et
du coût de possession. Il est alors simple de calculer cet optimum de quantité à
commander par commande, en annulant la dérivée de l équation du coût de gestion
annuel par la quantité par commande Q :

d(CG)/dQ = (Cu.Tp)/2 – (D/Q². Cc) = 0

Cela permet de calculer la quantité d équilibre Que telle que :

Qe = √(2 . D . Cc)/ Cu . Tp (1)

Cette quantité d équilibre est également, comme le montre le graphique, celle qui
rend égaux les coûts de possession des stocks et de passation de commande.

Cette méthode de calcul est souvent la plus utilisée et la plus fiable, bien qu’elle
repose sur des indicateurs de gestion tels que le taux de possession des stocks et le
coût de passation de commande généralement difficiles à estimer avec précision.

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


IV - OUTILS ET METHODES :
A- La Méthode ABC :
L'objectif de la méthode est d'établir un modèle de gestion et d'analyse approprié à
l'importance des articles stockés. Il vise à aider le gestionnaire à consacrer plus
d'attention aux unités importantes d'un groupe.

Les entreprises ayant plusieurs dizaines, centaines ou milliers d'articles en stocks ne


génèrent pas individuellement chacun d'entre eux. Les commandes peuvent être
classées par groupe d'articles, selon les critères suivants :

* le fournisseur;

* la nature de l'article stocké;

* la valeur de consommation des articles en stock pendant une période.

B - Le MRP :
Le MRP est un concept de gestion de production mise au point aux EUA dans les
années 1965. MRP signifiait au départ : Materials Requirement Planning. Cependant,
l évolution du concept au fil des années a poussé les promoteurs de cette méthode à
faire évoluer son nom pour l appeler Manufacturing Resources Planning (MRP-2).

A l’origine, le MRP avait pour but de transformer un plan de production en produits


vendus en plan d approvisionnement de composants. Ceci découlait d’une explosion
des besoins par exploitation des nomenclatures et transformation des besoins bruts
en besoins nets après prise en compte des stocks, des approvisionnements en
cours, et application de règles de gestion prédéfinies.

1- Définition de la méthode :
A partir d’un plan de production de produits finis, découlant lui-même des prévisions
commerciales et du portefeuille des commandes, on calcule, grâce aux
nomenclature, les besoins bruts consolidés et échéanciers dans le temps en
composants élémentaires à fabriquer ou à acheter. Ces besoins bruts deviennent
des besoins nets en tenant en compte des stocks et des en-cours, et permettent de
calculer, grâce aux gammes, les charges des moyens de production. Il s agit donc d
un système de gestion prévisionnelle des matières et capacités.

2- Intérêt de la méthode:
- Maîtriser la valeur des stocks ;

- Maîtriser les délais des commandes ;

-Prévenir les événements et par conséquent de prendre les décisions qui s’imposent:
investissement, recrutement, remaniement des horaires;

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


- Améliorer l organisation des circuits d information dans l entreprise.

Calcul des charges détaillées : Il faut vérifier que les charges induites par le
calcul des besoins ne soient pas supérieurs à la capacité du poste considéré,
car si c est le cas, le délai des pièces passant sur ce poste sera allongé et
entraînera nécessairement des retards.

Suivi et contrôle du flux de charge : Cette étape permet de contrôler sur les
postes les plus importants que le délai entre le moment où une pièce arrive
sur un poste et le moment où elle quitte le poste, n est sensiblement différent
du délai utilisé dans le calcul des besoins.

Contrôle des priorités : Cette étape permet de contrôler si l ensemble des


ordres de fabrication qui arrive sur un poste est bien présent au moment prévu
par MRP. Le suivi doit permettre de mettre en évidence les réordonnancent à
effectuer.

D - Principe Du Juste À Temps (JAT) :


1 – Définition :
La gestion à flux tendus est une méthode d origine japonaise qui vise à réduire les
stocks au minimum en achetant ou en produisant la quantité exacte nécessaire au
moment exact où elle est nécessaire.

2 - Gestion de production traditionnelle et gestion JAT :


- Gestion traditionnelle : Chaque atelier produit la quantité de pièce (ou rafale)
optimale pour minimiser le total =

Coût de lancement de la rafale + Coût de possession de la rafale

La rafale est un lot économique, elle est indépendante des besoins de l'atelier
suivant La rafale d un atelier entre dans un stock de produits intermédiaires où
l’atelier suivant puise en fonction de ses propres besoins. Le processus jusqu’ au
stock final alimenté par l atelier final à la cadence des rafales de cet atelier. On puise
dans le stock final à mesure que la demande des clients se manifeste.

- Gestion JAT : C est au contraire la demande d un client qui déclenche la production


de l atelier final. Cette production est strictement limitée à la quantité demandée par
les clients. On remonte ainsi jusque chez le fournisseur où le besoin de matière
première de l atelier initial déclenche la fourniture d une quantité de matière limitée.

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


V - LES RISQUES D’UNE MAUVAISE GESTION :
A- Le Problème Du Sur-stockage.

Toute plate-forme de stockage peut se retrouver facilement et rapidement en sur-


stockage : c est-à-dire que la société propriétaire de ces stocks n est pas en mesure
d’écouler une partie de sa possession.

Le problème du sur-stockage dans le secteur hôtellerie n est donc pas vraiment de


savoir s il sera possible d écouler ce surplus, mais plutôt du coût qu’il engendre.

En termes de cycle de vie, le produit considéré ici se situe donc dans la fin de sa
phase de maturité. Il s agit effectivement, comme nous avons pu le voir dans les
pages précédentes, de la période ou le produit devient obsolète. On voit donc à
travers cette situation que cette phase doit être parfaitement anticipée.

Dans un second temps, une situation de sur-stockage va avoir un impact sur le taux
de possession Tp des stocks : les frais d entreposage vont dans ce cas venir «
gonfler » ce taux de possession : le coût de possession CP va donc augmenter d une
manière proportionnelle

Cette augmentation a une conséquence directe sur le coût de gestion des stocks CG
car nous avons vu que CG CC CP.

Cette conséquence sur le coût total de gestion des stocks sera cependant moindre,
car le coût de passation de commande reste, quant à lui, stable.

Au niveau de la satisfaction de la clientèle, une situation de sur-stockage n’aura qu


un impact très relatif, car le client obtiendra un produit dans tous les cas. Cependant,
il s agira de bien lui expliquer les avantages de son acquisition, en s’appuyant surtout
sur le fait que, même si son produit n est pas de qualité supérieure, il dépense une
somme d argent moins élevée que si il avait acheté la toute dernière technologie.

C’est essentiellement au niveau de l image de la société que les répercussions d’un


sur-stockage peuvent se faire le plus sentir. En effet, à moyen terme, si cette
situation de sur-stockage dure ou se répète, le professionnalisme de la société peut
être remis en cause par la clientèle.

D’autre part, une telle situation, on l a vu, fait gonfler le coût de gestion des stocks. Si
ce coût devient trop important, il peut avoir des répercussions conséquentes sur les
finances de la société. Dès lors, ce sont les disponibilités en trésorerie qui peuvent
être directement visées.

Automatiquement, toute société en manque de trésorerie à du mal à payer ses


fournisseurs dans les délais, et son pouvoir de négociation est donc freinée par cette
délicate situation.

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


B- Les Conséquences D’une Rupture De Stocks :
Un stock se trouve en situation de rupture lorsqu’ il ne contient pas un produit
nécessaire pour satisfaire la demande d un client (qu’il s agisse d un client interne ou
d’un client externe).

Pour être dans cette situation, il faut cependant que ce produit soit
habituellement vendu par la société. C est-à-dire qu’il doit s agir d un produit
appartenant au catalogue « normal » des ventes.

Ainsi, lorsqu’ une société est en rupture de stock, elle va chercher à satisfaire
la demande de son client le plus rapidement possible. Pour cela, elle va devoir
utiliser des moyens de commande et de livraison urgents. Elle devra par la suite
chercher à regagner la confiance de la clientèle qui subit ce préjudice.

Dès lors, les conséquences d une rupture de stock peuvent se diviser en trois
points différents : le coût engendré par cette rupture ; l impact sur la satisfaction
clientèle et l impact sur l image de l entreprise.

Une rupture de stocks oblige généralement la société à utiliser des moyens


supplémentaires et extraordinaire pour satisfaire dans les délais les plus brefs
possibles la demande de son client. En fonction de l importance du client, une sorte
de situation d urgences sera mise en place. Cela signifie qu’une partie importante du
personnel va utiliser une partie de son temps pour ce client. Les personnes les plus
concernées seront alors les commerciaux, les acheteurs ainsi que les gestionnaires
d’approvisionnements et de stocks.

Cette utilisation d’une partie du personnel, non prévue au départ, va donc


engendrer un surcoût que l’on peut estimer à la totalité du temps passé par chaque
personne multiplié par son coût horaire *.

D’autre part, toujours dans l’objectif de satisfaire la demande du client, des


frais généraux vont venir se greffer au coût supplémentaire engendré par cette
rupture de stocks ; Il s agit essentiellement des communications téléphoniques, des
coûts de réception du produit, de contrôle, de traitement des factures, etc.

De plus, nous l’avons vu, l’utilisation de moyens de transports et


d’approvisionnement urgents va coûter bien plus cher que lorsqu’ il s agit d une
commande classique.

C’est donc essentiellement les coûts de passation de commande et

D’acquisition qui vont augmenter.

La rupture de stocks a un double impact sur l’image et la clientèle de l’entreprise.

Impact sur la clientèle :

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009


Lorsqu’ une société connaît une situation de rupture de stocks, le problème inhérent
qu’elle doit savoir gérer le plus rapidement possible est la satisfaction de sa clientèle.
En effet, le client n n’ayant pas été livré dans les temps aura dès lors, consciemment
ou inconsciemment, une mauvaise impression sur les qualités commerciales de la
société.

Même si nous avons vu que la clientèle du secteur informatique, de plus en plus


connaisseuse, saura accepter ce défaut, les répercussions indirectes de cette
déception peuvent être relativement importantes.

C’est essentiellement au niveau du réseau de clients qu’il s agira d être le plus


vigilant. En général, et surtout dans le secteur informatique, les clients se
connaissent entre eux et se conseillent sur les qualités de tel distributeur ou de tel
grossiste. Dès lors, une « faute » de la part d un de ces acteurs peut rapidement
prendre de proportions plus ou moins alarmantes.

Il s’agira donc, dans un premier temps, de satisfaire le client n’ayant pas reçu son
produit, mais aussi de rassurer l’ensemble des clients qui poseraient des questions
sur la situation de rupture qu’a connu l entreprise.

Image de l’entreprise :
Lorsqu’ une grande partie de la clientèle est directement ou indirectement touchée
par la situation de la société, c’est l’image de celle-ci qui va alors se dégrader.

Dès lors, les mesures à prendre sont les mêmes que pour la satisfaction clientèle : il
faudra rassurer l ensemble des clients, soit lorsqu’ ils viennent poser des questions,
soit en « prenant les devants », par le biais d une campagne de mailing fax par
exemple.

Un stock peut donc être coûteux, tant par la manière dont il est géré que par sa
simple existence. En informatique, il dépend beaucoup des avancées
technologiques.

La gestion d’un stock doit par conséquent prendre en compte les besoins des clients,
afin de répondre correctement aux exigences du marché. Concrètement, au cœur de
l’entreprise, on peut utiliser plusieurs méthodes pour parvenir à cet objectif d
équilibre du stock, mais en gestion hôtelière, toutes les méthodes ne sont pas
forcément adéquates.

Il ressort de ce qui précède que la gestion d’approvisionnement et des stocks


a un impact multidimensionnel sur le fonctionnement interne ainsi que
l’environnement externe de l’entreprise. A cet effet, l’entreprise doit bien maitriser ces
disciplines pour mieux se positionner sur un marché en plein mutation. A ce point,
l’étude au sein de l’entreprise nous permettra de mieux compléter ce sujet .

GESTION DE LA PRODUCTION 2008/2009