Vous êtes sur la page 1sur 5

Cours d’Economie

-
Chapitre 3 : L’approvisionnement et la gestion des stocks

Son objectif : fournir les matières premières, les consommables, les marchandises et les
produit finis en qualité et en quantité suffisante au moment voulu et au coût le plus bas
possible.

I – Les méthodes traditionnelles de gestion des stocks :

1.1) A quoi sert un stock ?

 Un objectif de régulation et de flexibilité


Exemple : Je fabrique des ordinateurs. J’achète des pièces détachées et je peux avoir
un stock de ces pièces au cas où il y aura un retard dans la livraison, au cas où les
clients achètent plus de produits que prévu…

 Permet l’utilisation régulière de la main d’œuvre


Exemple : Je vends des glaces. Je fabrique des glaces. Je vends toutes les glaces l’été
et si je veux faire travailler mon personnel toute l’année, je les fabriques durant le
reste de l’année.

 Pas toujours possible : les marchandises en fonction des commandes

 Un objectif économique : quand j’achète des grandes quantités ça me permet souvent


d’avoir de meilleurs prix.

 Un objectif commercial : si je tiens une épicerie traditionnelle et que je n’ai pas de


stocks, le client ne sera pas fidélisé si lorsqu’il vient il n’y a plus le produit qu’il
demande.

 Un objectif spéculatif : prévoir les hausses des prix de la matière stockée

1.2) Catégories de coûts engendrés par les stocks :

Trois types de coût :

1. Coût liés à la commande : passer une commande engendre des charges (salaire de
la personne qui s’occupe de ça, transports…)

 Coût de passation de la commande total = NbCommandesAnnuelles * Coût de


passation unitaire
 C’est pour ça qu’il faut faire le moins de commandes possible et donc
commander en « gros »

2. Coût de possession : posséder un stock engendre forcément des coûts (logement


et entretient, le stock peut se détériorer ou devenir obsolète, coût financier souvent

ZogStriP Page 1 Vendredi 30 Septembre 05


très important  Voir Transparent n° 1)
Coût de possession = stock moyen * taux de possession
 Pour minimiser le coût de possession il faut maximiser le nombre de
commandes (tout en ayant un nombre correct de marchandise…)

3. Coût liés à la rupture de stock : arrêt de la production, coûts liés aux ventes
différés ou coûts liés aux ventes perdues ou coûts liés aux ventes perdues et aux
clients perdus

Taux de services = NbDemandeSatisfaites / NbDemandesTotales

Malgré tout pour minimiser les ruptures de stock il faut le plus de stocks possibles…

1.3) La gestion optimale des stocks :

1) La gestion par exception

Dans les entreprises, il y a des centaines de références/de produits…


On fait souvent référence à la loi de ‘…’
Qui sépare 20% des articles qui représentent 80% de la valeur et les 80% des articles qui
représentent 20% de la valeur.  On ne gère attentivement que les 20%.

2) La gestion économique des stocks

L’objectif est d’établir un programme d’approvisionnement/d’achat qui optimise le nombre de


a. Expression du stock moyen

Voir Transparent n°2

Stock Moyen = C / 2N

b. Cadence d’approvisionnement optimale

Voir Transparent n°3 et 4

Trouver N qui minimise le coût de possession et le coût de passation.

La méthode de Wilson dit que N optimal est atteint lorsque coût de possession = coût de
passation.

Le modèle de Wilson présente des limites :


1) Nature des produits (si je vends des salades, et que Wilson me dit qu’il faut que je
fasse 2 commandes…)  Ne marche pas sur les produits périssable et/ou rapidement
obsolètes
2) Tarifs dégressifs  On ne tient pas compte du fait que plus on passe de grandes
quantités lors des commandes, plus on peut négocier les prix.

ZogStriP Page 2 Vendredi 30 Septembre 05


c. Stock minimum, stock d’alerte et stock de sécurité

Voir transparent n° 5

Le stock minimum est le stock que l’on devrait théoriquement consommer entre la date de
commande et la date de livraison.

Stock minimum = Date d’approvisionnement (en jours) * consommation quotidienne

 Permet de tenir entre la date de la commande et la date de livraison !

Le stock de sécurité constitue une réserve permettant de se protéger contre


 Une augmentation du délai de livraison
 Une augmentation de la consommation pendant le délai de livraison

Le stock d’alerte est le niveau du stock qui déclenche la commande

Stock d’alerte = Stock minimum + Stock de sécurité


 Quand on atteint ce niveau de stock, il faut commander

Exemple : une entreprise consomme 5 tonnes d sable par jour, le délai de livraison est de 10
jours.

Stock minimum : 5 * 10 = 50 tonnes

Le stock de sécurité a été établi à 2 jours de consommation :


Stock de sécurité est de : 5 * 2 = 10 tonnes

Et donc le stock d’alerte est de 50 + 10 = 60 tonnes

Dès que le stock de sable atteint 60 tonnes, le magasinier doit passer une commande.
La quantité à commander à précédemment été établie grâce au modèle de Wilson

ZogStriP Page 3 Vendredi 30 Septembre 05


II – Les méthodes modernes de gestion des stocks :

1) Les méthodes modernes de gestion des stockes et leurs apports potentiels :

a. La remise en cause des méthodes traditionnelles de gestion des stocks

Les méthodes traditionnelles se caractérisent par un pilotage des prévisions par l’amont.
Les stocks font tampon lorsqu’il y a des différences de consommation durant l’année.

Sa génère des coûts de possession, etc…

Les méthodes modernes se caractérisent par un pilotage par l’aval : On ne commande que
lorsqu’on a des commandes, si possible ferme, des clients.
 « On ne commande que lorsque le client à payé »

On parle de gestion à flux tendu.

Exemple : Dell, Renault


 Avantages : sur mesure et limite les stocks !

b. Quelles méthodes modernes de gestion des stocks ?

La plus connue est celle du « juste à temps ». Il s’agit d’adapter la production à la commande
réelle du consommateur.

Exemple de la méthode KANBAN (Transparent n° 6)

Poste 3  Service Commercial


Poste 2  Service des commandes
Poste 1  Service des matières premières

Méthode assez fortement utilisée dans le secteur automobile et aussi dans la grande
distribution. C’est avec les ventes en direct (codes barres) que l’on déclenche les commandes.

c. Les bénéfices prévisibles

Réduction des frais de stockage : déclencher la production ou la commande au vue de la


demande effective permet une meilleure adéquation entre le rythme de la
commande/production et le rythme de la demande.

Amélioration possible de la satisfaction du client et de l’image de l’entreprise : quand on


commande un produit on a plus d’option que des produits qui sont en grande surface…

Amélioration possible des relations avec les fournisseurs : quand on fonctionne de cette
façon là, il faut que l’on ai sacrément confiance dans notre fournisseur, car on n’a pas de
stock.
 Certaines entreprises ont très peu de client !

ZogStriP Page 4 Vendredi 30 Septembre 05


2) Les implications et les limites des méthodes modernes de gestion des stocks.

Si on adopte ce mode de fonctionnement, ça implique des changements de l’ordre fonctionnel


qui sont très significatives.

a. La transformation de l’organisation du travail

Avant on fonctionner en continue (8 heures par jour), quand j’en avais trop, j’en mettais en
stock. Si je n’en avais pas assez, je puisais dans les stocks.

Maintenant je ne produit que ce que l’on me commande : demande une flexibilité du travail
en fonction de la commande !

b. Une transformation des relations avec les fournisseurs

Le « juste à temps » génère le plus souvent une augmentation des rythmes de commandes (si
je ne veux pas avoir de stock, il faut que je passe beaucoup de commandes)
 Augmente le taux de passation !

Tout le coût de la gestion des stocks (possession) est transféré chez le fournisseur !  Ce qui
augmente le coût des matières premières !

c. Une augmentation du risque de rupture de stock

Ca augmente sacrément le risque de rupture de stock.

Voir transparent n° 7  Limites de la gestion des stocks.

Conclusion :

Dans une logique globale de plus en plus d’entreprises c’est la recherche de la qualité totale !

5 zéro olympiques :

 0 stock [Approuvé en « juste à temps »]


 0 papier [Traitement de l’information plus simple]
 0 panne [Pas d’arrêt de production]
 0 délai [Flexibilité de la production]
 0 défaut [Pas de produits défectueux])

 8 zéro (0 grief sur la qualité de vie au travail [satisfaction du personnel], 0 mépris [envers
tous les partenaires] et 0 accident du travail)

Permet d’avoir des « certifications »  ISO

ZogStriP Page 5 Vendredi 30 Septembre 05