Vous êtes sur la page 1sur 13

Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

CHAPITRE 7
ETUDE DES APPAREILS D’APPUI

7.1 Introduction :
Ces appareils, placés entre une structure et ses supports, sont destinés à transmettre les
charges normales { leur plan. Ils permettent en même temps d’absorber respectivement
par rotation et distorsion les déformations et translations de la structure, lorsqu’elles
sont limitées.

Pour chaque pile on mettra deux lignes de quatre appareils d’appui en élastomère
fretté CIPEC. Chaque appareil se trouvant sous le talon d’une poutre (figure 7.1).

Pour les culées, on dispose une ligne de quatre appareils d’appui.

La distance, donc, entre les appareils d’appui est : d =2,80 m.

Chevêtre
Appareils
d’appui

2,8 m 2,8 m 2,8 m

Figure 7.1 : Disposition des appareils d’appui.

7.2 Evaluation des déformations :


7.2.1. Rotation d’appui :
7.2.1.1. Rotation d’appui sous le poids propre :

Elle est donnée par la formule suivante : g = gl3/(24EvI)


Avec :

Travail de Fin d’Etude 2009 139


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

 g : le poids d’une poutre y compris l’hourdis et les superstructures


(g = 4,65 t/ml).
 l : la portée de la travée (l = 38 m).
 Ev : Le module différé de déformation du béton pour les charges de durée
d’application supérieure { 24h (Ev = 11393 MPA).
 I : le moment d’inertie de la poutre en section complète
(I = 1,0094 m4).

D’où, g = 9,24. 10-3


7.2.1.2 Rotation d’appui sous les surcharges :

Elle est donnée par la formule suivante : q = ql3/ (24EiI)


Où, Ei est le module instantanée de déformation du béton pour les charges de durée
d’application inférieure { 24h (Ei = 34180MPa).
A partir des résultats des surcharges de chaussée on a :
q = 6,65 t/ml
D’où, q = 4,41 10-3
7.2.1.3 Rotation totale :

La rotation résultante vaut donc,


A vide :  = g = 9,24 10-3
En service :  = g + q = 1,365 10-2
7.2.2. Déplacements d’appui :
7.2.2.1. Déplacement dû à la rotation :

 = h/2 = 1,365 10-2 2,1/2 = 1,43 10-2 m


7.2.2.2. Déplacement dû au retrait :

Il est dû { l’évaporation de l’eau qui chimiquement n’était pas nécessaire { la prise du


ciment, mais qui était indispensable pour obtenir une consistance plastique du béton
pour faciliter sa mise en œuvre.
La déformation de retrait :  = 4.10-4
Donc : r = -4.10-4 38/2 = -7.6.10-3 m
7.2.2.3. Déplacement dû à la variation de température :

A partir de la température ambiante, nous envisageons une variation de +10°C et –20°C


dont 10 ° de variation instantanée.

Travail de Fin d’Etude 2009 140


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

 Courte durée : t = 10-4 19 = 1,9 10-3 m


 Longue durée : t = +1010-519 = +1,9 10-3 m

t = -2010-519 = - 3,8. 10-3 m


7.3 Réactions d’appuis :
Les efforts normaux sollicitant les appareils d’appui sont déduits des réactions d’appuis
dues aux différents cas de charges en divisant par le nombre de plaques par appuis (4
plaques pour les culées et 2 x 4 plaques pour les piles).
Pour les calculs des réactions d’appuis on utilisera les deux combinaisons suivantes :
-A l’ELU : R min= R (G)
R [1,35G + 1,605Tr + 1,605 Max (A, B)]
R max=Max
R [1,35G + 1,605Tr + 1,35 Mc120]

-A l’ELS : R min= R (G)


R [G + 1,2Tr +1,2Max (A, B)]
R max=Max
R [G + 1,2Tr + Mc120]
7.3.1. Charges permanentes :
Les charges permanentes dues au tablier sont :
Charges réparties (t/ml) Charges concentrées (t)

Poutre 9.8 Entretoise 31.08


Hourdis 5
Superstructures 3.825
Total (t/ml) 18.625 Total (t) 31.08
Tableau 7.1 : Charges permanentes sur appuis.

La réaction d’appui due aux charges permanentes est :


R (G)=38×18,625+31,08=738.83 t
7.3.2. Surcharges routières :
7.3.2.1. Système A(l) :

 cas d’une travée chargée :

Travail de Fin d’Etude 2009 141


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

A(l)

0,5 37m 0,5

Figure 7.2 : Réaction d’appuis pour une seule travée chargée A(l).

A(l)= [0,23+36/(12+38)]×8 ;
a1=1 ; a2=0,875 ;
R= a1× a2 ×A(l)×(38/2) donc : R=126,35 t
 cas de 2 travées chargées :

A(l) A(l)

37m 0,5 0,5 0,5


0,5 37m

R
R22 R11
R
Figure 7.3 : Réaction d’appuis pour deux travées chargées A(l).

A(l)= [0,23+36/(12+(2x38))]×8 ;
a1=1 ; a2=0,875 ;
R1= R2 = a1× a2 ×A(l)×(38/2) = 85 t
Donc : R=R1+R2=170 t
7.3.2.2. Système Bc :

 cas d’une travée chargée :

Travail de Fin d’Etude 2009 142


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

24t 24t 12t 24t 24t 12t

P
0,5 37m 0,5
P
R
Figure 7.4 : Réaction d’appuis pour une travée chargée Bc.

R=1,1× (24×37,5+24×36+12×31,5+24×27+24×25,5+12×21)/37
Donc : R=108,63 t
 cas de 2 travées chargées :

24t 24t 12t 24t 24t 12t

0,5m P
37 m 0,5 0,5 37 m 0,5
m
P
R2 R1

Figure 7.5 : Réaction d’appuis pour deux travées chargées Bc.

R1=1,1× (24×37,5+24×36+12×31,5)/37=63,68 t
R2=1,1× (12×33+24×28,5+24×27)/37=51,37 t
Donc : R=R1+R2=115,05 t
7.3.2.3. Système Mc120 :

 Cas d’une travée chargée (1char) :

6.1 m
q = 18.03t/ml
P

P 0,5 37m 0,5

R
Figure 7.6 : Réaction d’appuis pour une seule travée chargée Mc120.

Travail de Fin d’Etude 2009 143


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

R=6,1×q× (37,5-6,1/2)/37 donc : R=102,40 t


 Cas de 2 travées chargées (1char sur les deux travées) :

6.1 m
q = 18.03t/ml
P

P
0,5 37 m 37 m
0,5
0,5
R1 R2

Figure 7.7 : Réaction d’appuis pour deux travées chargées Mc120.

R1=R2 =6,1/2×q× (37,5-6,1/4)/37=53,47


Donc : R=R1+R2=106,94 t
7.3.2.4. Trottoir :

La réaction d’appuis due aux surcharges sur trottoir se calcule de la même façon que le
système A(l) en remplaçant la valeur de A(l) par la surcharge sur le trottoir q=0,15t/m²,
on trouve pour :
 Cas d’une travée chargée : R=5,7 t
 Cas de 2 travées chargées : R=11,4 t

7.3.3. Tableau récapitulatif :


En résumé, les réactions d’appuis (piles et culées) sont comme suit:
Charges permanentes (t) A(l) (t) Bc (t) Mc120 (t) Trottoir (t)
Pile 738,38 170,00 115,05 106,94 11,4
Culée 369.19 126,35 108,63 102,4 5,7

Tableau 7.2 : Réactions d’appuis dues aux différentes charges

Et en faisant les combinaisons { l’ELU et l’ELS :


ELU ELS
Rmax (t) Rmin (t) Rmax (t) Rmin (t)
Pile 1287,96 996,81 956,06 738,38
Culée 710,35 498,41 527,65 369,19
Tableau 7.3 : Réactions d’appuis sur les piles et les culées.

Travail de Fin d’Etude 2009 144


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

7.4 Détermination des dimensions :


7.4.1. Aire de l’appareil d’appui :
D’après les recommandations de SETRA, la contrainte moyenne de compression ne doit
pas dépasser 25 MPa.
On obtient, donc, pour l’appareil d’appui, avec la réaction d’appui maximale { L’ELS :
 Pour les appareils d’appuis des piles, leurs surfaces doivent vérifier la relation
suivante : ab > (1/8)Rmax/1500 = 796,72 cm²
 Pour les appareils d’appuis des culées, leurs surfaces doivent vérifier la relation
suivante : ab > (1/4)Rmax/1500 = 879,42 cm²

7.4.2. Prédimensionnement en plan de l’appareil :


On prend : a= 30 cm
On cherche à respecter les inégalités suivantes qui concernent la condition de non
flambement et la condition d’épaisseur minimale pour les irrégularités de la surface de
pose.
a/10 < T < a/5 avec a<b.
On choisit un appui rectangulaire avec le côté a parallèle { l’axe longitudinal de l’ouvrage
et ab, afin de limiter les contraintes dues à la rotation.
Or, a = 30 cm  30 mm < T <60 mm
On retient une hauteur d’élastomère de T= 40 mm,
Soit 4 feuillets de 10 mm.
Pour la longueur b de l’appareil d’appui, elle sera prise égale { 30 cm
On vérifie bien que :
 Pour les piles ab = 3035 (> 796,72 cm²).
 Pour les culées ab = 3040 (> 879,42 cm²).

Par suite, nous adopterons pour les piles, les appareils d’appui :
abn(t+ts) =3003504(10+3)
Par suite, nous adopterons pour les culées, les appareils d’appui :
abn(t+ts) =3004004(10+3)
Avec: ts=3mm épaisseur des frettes et n=4 nombre de feuillets.

Travail de Fin d’Etude 2009 145


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

7.5 Effort horizontaux en tête d’appuis :


7.5.1. Généralités :
Les efforts se répartissent en fonction de la rigidité de chaque appui. La rigidité k d’un
appui sera par définition, k = 1/u, u étant le déplacement de la tête d’appui sous l’action
d’une force horizontale unité.
Ce déplacement u = u1+u2 provient de la distorsion de l’appareil d’appui et de la
déformation du corps de l’appui (figure 7.8).
Il est à noter que les rigidités k1 et k2 d’un appui sont { calculer pour les déformations
lentes et les efforts dynamiques.

Figure 7.8 : Déplacement de l’appui.


7.5.2. Détermination des rigidités des appuis :
Les déplacements en tête d’appui, sous un effort unitaire de 104 N sont les suivants :
 Pour la culée :
Les culées sont supposées infiniment rigides. Seuls les appareils se déforment. On a
donc, en tenant compte des quatre appareils d’appui :
- Sous un effort statique : u1 = (1/4)T104/ (Gab)
- Sous un effort dynamique : u2 = u1 /2
 Pour la pile :
- Les déformations prises en compte, pour les déplacements sous efforts statiques et
dynamiques, sont celles du fût de la pile supposé encastré sur la semelle de liaison.
Nous aurons donc :
ui = l3 / (3EiI) ;
uv = l3 / (3EvI).

Travail de Fin d’Etude 2009 146


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Avec :
 l , la hauteur du fût de la pile considérée (23,5 m);
 Ei , le module instantané de déformation (Ei = 34180 MPa).
 Ev , le module différé de déformation (Ev = 11393 MPa).
 I , le moment d’inertie du fût (I =6,44 m4).

- Les déplacements sous efforts statiques et dynamiques de la semelle de la pile ont été
négligés en raison de l’ancrage de cette dernière sous le terrain naturel d’une part, et
de l’ancrage des pieux dans le substratum d’autre part.
Le tableau suivant récapitule les résultats trouvés :
Fût de pile Appareil d’appui Appui
ui
uv
Appui (mm) Elastomères ui(mm) uv(mm) ki(t/m) kv(t/m)
(mm)

C0 0 0 4*300*400*4(10+3) 0,463 0,926 2160,000 1080,000


P1 0,197 0,590 8*300*350*4(10+3) 0,265 0,529 2168,829 893,893
P2 0,197 0,590 8*300*350*4(10+3) 0,265 0,529 2168,829 893,893
P3 0,197 0,590 8*300*350*4(10+3) 0,265 0,529 2168,829 893,893
C4 0 0 4*300*400*4(10+3) 0,463 0,926 2160,000 1080,000

Tableau 7.4 : Rigidités des appuis.


7.5.3. Effort dynamique de freinage :
L’effort de freinage du système Bc, F= 30 t, se répartit entre les différents appuis de
l’ouvrage selon la relation : Fj = Fkij /kij (j = 0 à 4).
D’après la distribution des raideurs du paragraphe précédent, on obtient les efforts
suivants :
Appui Effort de freinage (t)

C0 5,985
P1 6,010
P2 6,010
P3 6,010
C4 5,985

Tableau 7.5 : Distribution des efforts de freinages.

Pour les calculs on retiendra la valeur de : 6,01 t pour les piles et 5,99 t pour les culées.

Travail de Fin d’Etude 2009 147


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

7.5.4. Effets dues aux variations linéaires :


On adopte les notations suivantes :
 𝑈𝑖 : Le déplacement de l’appui i ;
 𝑑𝑖 : Le déplacement relatif de l’appui i par rapport { l’appui 1 ;
 ∆ 𝑙𝑖 ∶ La variation de la longueur de la travée i ;
 𝐻𝑙𝑖 : L’effort dû aux déformations lentes appliqué { l’appui i ;
 𝐾𝑙𝑖 : Rigidité vis-à-vis des déformations lentes de l’appui.

Figure 7.9 : Répartition des charges linéaires


Les données sont les variations de la longueur ∆ 𝑙𝑖 de chaque travée calculées avec les
données suivantes :
- Dilatation linéaire relative de 1 10-4 pour les actions à courte durée ;
- Dilatation linéaire relative de 2 .10-4 pour les actions de longe durée ;
- Déformation relative de 4.10-4 imposé à la tête des appuis suite au retrait et fluage du
béton.

On déduit le déplacement relative de l’appui i par rapport { l’appui 1 situé le plus


gauche.
𝑖−1

𝑈𝑖 − 𝑈1 = ∆ 𝑙𝑗 = di
𝑗 =1
𝑛
Des relations 𝐻𝑙𝑖 = 𝐾𝑙𝑖 × 𝑈𝑖 et 𝑗 =1 𝐻𝑗
= 0 on déduit :
𝑛
1 𝐾𝑙𝑖 × 𝑑𝑖
𝑈1 = − 𝑛
1 𝐾𝑙𝑖
Ainsi connaissant 𝑈1 , on détermine :
𝑈𝑖 = 𝑈1 + di Et Hli = Kli × 𝑈𝑖
Le tableau suivant récapitule les résultats trouvés :

APPUI RI (mm) di (mm) Kli (t/m) Kli*di Ui (mm) Hi (T)


C0 -11,4 0 810,000 0,000 22,8 18,468
P1 -11,4 -11,4 828,579 -9445,803 11,4 9,446
P2 -11,4 -22,8 828,579 -18891,607 0 0,000
P3 -11,4 -34,2 828,579 -28337,410 -11,4 -9,446
C4 -11,4 -45,6 810,000 -36936,000 -22,8 -18,468

Tableau 7.6: Efforts dus aux variations linéaires.


Pour les calculs on retiendra la valeur de : 9,45 t pour les piles et 18,47 t pour les culées.

Travail de Fin d’Etude 2009 148


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

7.6 Vérification de la validité des appareils d’appui


7.6.1. Condition sur la distorsion :
Il convient de vérifier la condition : H = H1+0.5H2 < 0.7G

H u1 u2
T tg 1
H

Figure 7.10 : Contrainte conventionnelle de


calcul (appareils d’appui)

Avec,
 H , contrainte conventionnelle de calcul ;
 H1 , contrainte correspondant aux efforts horizontaux statiques ;
 H2 , contrainte correspondant aux efforts horizontaux dynamiques.

7.6.2. Condition sur la somme des contraintes de cisaillement :


Il reste à contrôler que pour les différents cas de charges, la somme des contraintes de
cisaillement respecte la condition : N + H + < 5G
Avec :
 N , la contrainte de cisaillement due { l’effort normal : N = 1,5m / 

Où :  est un coefficient de forme donné par la relation :  = ab/2t (a+b) ;


m est la contrainte moyenne de compression, elle est donnée par la formule :
m = Nmax/naab ; avec na nombre d’appareils d’appui.
 H , la contrainte conventionnelle de calcul définie précédemment;
  , la contrainte de cisaillement due { la rotation d’une face d’un feuillet par
rapport { l’autre face ; elle est donnée par la formule suivante :

 = (G/2)(a/t)²t
Où : t est l’angle de rotation, exprimé en radian, d’un feuillet élémentaire : t = T /n ;
T est l’angle de rotation de l’appareil d’appui : T =0 +  ;
0 = 3. 10-3 rad (tablier en béton coulé sur place) et  est la rotation calculée.

Travail de Fin d’Etude 2009 149


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

7.6.3. Condition de non soulèvement :


Elle est à vérifier lorsque les contraintes de cisaillement dues à la rotation sont
susceptibles d’atteindre des valeurs semblables { celles dues { l’effort normal.
t < (3/ )(t/a)²(m/G)
7.6.4. Condition sur l’épaisseur des frettes :
La condition à vérifier est : ts > (a/ )(m, max /e)
Les frettes ont à priori une épaisseur de 3mm : e = 235 MPa.
7.6.5. Condition de non glissement :
On doit vérifier :
H < f.N H et N étant concomitant ( f = 0,12 + 0,2/min (min en MPa))
Si cette condition n’est pas vérifiée, il faudrait prévoir un dispositif d’anti-cheminement.
 Pour les appareils d’appuis sur les piles on a : H=2.24 t ; N=738,38 t ;
min =11.38 MPa ; f=0,14 donc f.N=12.7 t > H
 Pour les appareils d’appuis sur les culées on a : H=8.68 t ; N=369.19 t;
min =10.99 MPa ; f=0,14 donc f.N= 12.75 t>H

7.6.6. Tableau des résultats :


Le tableau 6.7 dans la page suivante résume les vérifications des appareils d’appui en
élastomère fretté pour les piles et les culées :

Travail de Fin d’Etude 2009 150


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Appui Pile Culée


A 30 cm 30cm
B 35 cm 40 cm
Appareil d’appui N 4 4
T 10 10
ts 3 3
Nmax 956,06 t 527,65 t
Effort normal Nmin 738,38 t 369,19 t
Effort lent
Effort dynamique H1 9,45 t 18,47 t
H2 6,01 t 5,99 t
α 13,65 13,65
Rotation (×10-3)
α0 3 3
τH1 0,14 MPa 0,45 MPa
Distorsion τH2 0,07 MPa 0,12 MPa
τH 0,18 MPa 0,51 MPa
Rotation τα 1,69 MPa 1,69 MPa
σmax 11,38 MPa 10,99 MPa
β 8,08 8,57
Compression
σ min 8,79 MPa 7,69 MPa
τN 2,66 MPa 2, MPa
Cisaillement τ 3,98 MPa 4,27 MPa
Non flambement 3<nt =4<6 3<nt =4<6
Non soulèvement (×10-3) 5<4,16 5<4,16
Epaisseur des frettes (mm) 3>1,8 3>1,64
τH1 < 0.5G (MPa) 0,14<0,45 0,45≤0,45
τH < 0.7G (MPa) 0,18<0,63 0,51<0,63
σmmin >2 (MPa) OK OK
τ< 5G (MPa) 3,98<4,5 4,27<4,5
σm <15 (MPa) OK OK

Tableau 7.7 : Vérification des appareils d’appui.

Toutes les conditions sont bien vérifiées.

Travail de Fin d’Etude 2009 151