Vous êtes sur la page 1sur 6

Chapitre II Généralité sur le top drive

II.1 Historique [2] :


En 1983 le développement du derrick a commencé par le remplacement du système
conventionnel utilisant la table de rotation par un autre système à entraînement supérieur, Le
premier modèle est réalisé en 1984 ; une top drive désignée aux offshores, avec un moteur
électrique à courant continu « 650 V » et qui pèse 650 tonnes.le développement du top drive
est arrivé en 1987 par l’introduction du système d’entraînement hydraulique, le modèle
DDM500/600 est publié à la fin de 1987.

L'utilisation des couple très élèves durant le forage nécessité l'emploi des moteurs
d’entraînement, puissants en 1993 a apparu le premier top drive a deux moteurs
d’entraînement à courant alternatif.

De nos jours il existe toute une gamme de top drive de différentes capacités et puissances.

II .2 Différents types de top drive [1] :


Dans l’industrie il existe plusieurs types de top drive : (Tesco, Varco, Canrig ;bentec
…………etc.) .
Selon le type de moteur d’entraînement il y a deux types :
1. Top drive DC : Moteur d’entraînement à courant continu.
2. Top drive AC : Moteur d’entraînement à courant alternatif.

II. 3 Les éléments constituants le top drive system [2] :

 un moteur électrique à courant continu ou alternatif pour les opérations de forage,


rotation et couple.
 un moteur hydraulique booster pour augmenter le couple lors du vissage ou dévissage
des tiges de forage.
 un moteur électrique pour assurer la lubrification.
 un moteur électrique pour le refroidissement par ventilation (blower).
 un dispositif d’inclinaison des bras de levage pour prendre les tiges.
 deux vérins hydrauliques à commande hydraulique destinée à déplacer les bras de
l’élévateur

Etude de système électromécanique d’un trop drive Page 6


Chapitre II Généralité sur le top drive

II .4 Rôle du top drive [3]:


Le top drive effectue plusieurs opérations comme :
 Forage (en utilisant le moteur électrique).
 Remontée et descente des tiges de forage.
 Serrage et desserrage des connections (en utilisant le torque boost).
 Circulation des fluides de forage.
 Manipulation des tiges (en utilisant les Link Tilts (les bras)).
 Blocage de la garniture de forage (en utilisant le frein) …
Ces fonctions peuvent être réunies sous trois principaux rôles qui sont :
La rotation, la remontée, et l’injection ou la circulation.

II .5 Avantages et Inconvénients du Top Drive [5]:


II .5.1 Avantages:
 Diminuer le temps de forage (de 25%) puisque on ne manipule pas la tige carrée de
plus le forage se fait par triple.
 Connexion sur la garniture en manœuvre à n’importe quelle hauteur.
 Plus efficace pour la manutention des tiges.
 Elle fournit une puissance de rotation plus variable que celle de la table de rotation.
 Permet la rotation de la garniture de forage et la circulation à tout niveau dans le puits
pendant les descentes et les remontées ; Cet avantage aide à prévenir les problèmes
dans le puits.
 Réduire le nombre de connections.
 Possibilité d’application d’un couple statique pendant un temps indéterminé
(seulement dans le cas d’un top drive hydraulique).
 Maintenir l’orientation directionnelle (L’utilisation des trois tiges simples de forage va
aider à avoir un puits plus vertical).
 Soulager le travail des accrocheurs.
II .5.2 Inconvénients:
 Le coût de leur maintenance qui est plus élevé en comparant avec l’ancien système.
 Leurs dimensions importantes.
 Du fait du poids supplémentaire, le câble de forage s’use plus rapidement.
 Elles sont aussi plus difficiles à déplacer sur les installations de forage sur terre qui
doivent être démontées lors du déménagement.

Etude de système électromécanique d’un trop drive Page 7


Chapitre II Généralité sur le top drive

II.7 Etude technique sur top drive canrig [2] [5]:


Les entraînements supérieurs de la forme canrig sont spécifiés par leurs hautes qualités et
bonne fiabilité, canrig toujours cherche de développer leurs produits dans les grandes plates
formes de forage, ce qui implique plusieurs investissements dans ce domaine .Canrig possède
plusieurs types de top drive, nous avons étudié le modèle (1050 E-500).

Le top drive est un équipement de rotation, maintenu au derrick à l’aide d’une glissière et
d’un moufle mobile. Il tourne le train de tige par l’extrémité du l’arbre principal sans
l’utilisation d’une tige carrée d’entraînement et de la table de rotation.

II.7.1 Différents blocs de l’entraînement supérieur [1][5]:


II.7.1.1 La top drive support unit (TDSU) :

Elle englobe un SCR (redresseur commandé pour l’alimentation principale de la TD avec


moteur à courant continu) ou un VFD (variateur de fréquence) pour les TD entraînées par
moteur à courant alternatif, plus les circuits de contrôle, de commande, de protection, et
même le circuit d’excitation du moteur à courant continu pour les DC top drives. La HPU
(hydraulic power unit) est associée à la TDSU aussi, elle assure la circulation et l’arrivée du
fluide pour assurer les opérations de nature hydraulique.

Figure.II.1 : Station de production de l’énergétique

Etude de système électromécanique d’un trop drive Page 8


Chapitre II Généralité sur le top drive

II.7.1.2 La console :

C’est à partir de la console où toutes les manipulations sont faites.

Elle est située au planché à la portée du chef de poste, pour assurer toutes les fonctions
possibles du top drive.

II.7.1.3 Le système ADS figuré à l’aide d’un panel view :

Le système ADS (système de diagnostic avancé) surveille des points stratégiques de l’unité
Top Drive (système de forage à entraînement supérieur) et ses systèmes associés de contrôle
et d’alimentation. Plutôt que de rapporter des problèmes ou des écarts par rapport aux
paramètres normaux de fonctionnement (effectué d’habitude par des lampes témoins), le
système ADS fait des estimations intelligentes d’un défaut de fonctionnement et rend compte
à l’opérateur des causes possibles dans un langage simple.

Le système ADS partage avec le PLC (régulateur de logique programmable) la prise en


compte de toutes les fonctions de contrôle de l’entraînement par tête d’injection et
communique avec l’opérateur par l’intermédiaire de l’unité à écran tactile Allen Bradley
Panel View 1000, montée dans un boîtier en acier inoxydable. Ce boîtier est installé sur un
support amovible permettant des ajustements de hauteur, cadrage et inclinaison. L’affichage
de ce terminal d’interface de l’opérateur consiste en plusieurs écrans différents montrant des
paramètres de système et l’état des alarmes. Il permet d’entrer des facteurs de correction et
d’arrêter les fonctions non essentielles pour continuer avec les opérations stratégiques en cas
d’une défaillance d’équipement.

II.7.1.4 Top drive :

C’est l’organe en mouvement maintenu au mât, il est commandé par l’opérateur par
l’intermédiaire de la console.

II .7.2 Composition du top drive [2]:


Les blocs du top drive sont composés de quatre parties essentielles :

II .7.2.1 Partie mécanique :

Elle est constituée de l’arbre principal (quill), le bonnet, Boite d’engrenage et de Toutes les
rotations mécaniques.

Etude de système électromécanique d’un trop drive Page 9


Chapitre II Généralité sur le top drive

II .7.2.2 Partie hydraulique :

Elle est composée du circuit hydraulique et HPU (unité de puissance hydraulique), du


générateur de couple (torque boost) et circuit de lubrification.

II .7.2.3 Partie électronique :

Cette partie contient des ‘’ADAPTERS’’ (convertisseurs analogique – numérique et vice


versa), UNE CARTE MERE et UN MICROPROCESSEUR pour la vérification des circuits et
des conditions de fonctionnement, et des scanners pour le filtrage. Cette partie contient aussi
des API (automates programmables industrielles) qui assurent la commande (arrêt d’urgence,
alarmes …) et la protection, relit tous les capteurs, et limitent les surtensions et les intensités
supérieures à l’intensité nominale du moteur.

II .7.2.4 Partie électrique

Cette partie contient un moteur électrique (à courant continu ou alternatif), et son


alimentation s’effectue à partir des convertisseurs (un système à vitesse variable).

II .7.3 Spécifications (modèle 1050E-500) [2]:

II.7.3.1 Désignation du modèle:

10 50 E 500

10×100HP : La puissance du 5.00/1 : rapport de réduction


moteur (moteur/pignon)

50×10Tons : La capacité de Entraînement électrique (a courant


levage. continu DC)

Etude de système électromécanique d’un trop drive Page 10


Chapitre II Généralité sur le top drive

II .7.3.2 Caractéristiques :

Capacité nominale de levage statique 500 tons

A courant continu à excitation


Moteur séparée (GE 752)

Puissance de sortie
Continue 840 KW
Intermittente 1020 KW

Rapport de démultiplication 5.000 :1


Couple continu nominal (40700 Nm) @ 180 RPM
Couple intermittent nominal (45100 Nm) @ 180 RPM
Vitesse maximale nominale (21700 Nm) @ 260 RPM
Puissance des freins 40700 Nm
Couple de moteur électrique maximum 45100 Nm
générateur du couple développe au:
Vissage 32500 Nm
Dévissage 50800 Nm

Couple maximum de vissage des


77700 Nm
connexions
Couple maximum de dévissage des
96000 Nm
connexions
Système de lubrification 1.5 KW, 15 l/min de débit
Poids (sans moufles) 12700 Kg

Tableau II.1 : Caractéristiques du top drive type 1050E-500

Etude de système électromécanique d’un trop drive Page 11