Vous êtes sur la page 1sur 6

CHAPITRE II méthodes d’activation des puits pendant le DST

Introduction :

Lors de DST, au cours de forage ou bien à l’exploitation d’un puits (WorkOver), les
réservoirs produisant des hydrocarbures ont une pression dite ‘‘pression de réservoir’’, cette
pression est l’énergie du puits ou le potentiel qui permet l’écoulement des huiles/ gaz du fond
de puits jusqu’aux installations de surface. L’absence de cette énergie résulte des difficultés
d’écoulement de l’effluent, ce qui nécessite par conséquence une activation de puits.
L’activation des puits peut être réalisée sous forme de deux procédés : L’activation par
pompage et le gas-lift.

Nous intéressons ici aux moyens d’activation des puits durant DST par l’utilisation
de la pompe ESP et ces propriétés spécifiquement.

1. Méthodes d’activation de puits :

Dans les puits éruptif, le gisement est exploité grâce à sa propre énergie, par conter
dans le cas d’un puits non éruptif, il faut appliquer l’une des méthodes d’activation appelées
aussi artificial lifting.

1.1. Gas-lift:

Parmi les différentes méthodes d'activation, c'est les procédés qui se rapprochent le plus à
l'écoulement naturel. C'est une technique de production activée pour les puits non ou
insuffisamment éruptifs. Elle consiste à injecter du gaz comprimé le plus bas possible dans la
colonne de production. Cette technique agit :
 Soit sur la densité "d", en allégeant le poids volumique du fluide (le gaz étant plus
léger que l'huile) et permettant ainsi au mélange constitué de monter en surface
(Gas-lift continu).
 Soit sur la hauteur "H", en remontant la colonne de fluide se trouvant au-dessus du
point d'injection du gaz (Gas-lift intermittent).

1.2. Par pompage :

Une pompe placée sous le niveau dynamique de fluide dans le puits relève le brut jusqu’en
surface, c’est un procédé mécanique utilisé généralement dans les puits qui ne sont pas
profonds.
CHAPITRE II méthodes d’activation des puits pendant le DST

Il existe plusieurs types de pompages, les modes les plus répandus dans le monde sont
:
1.2.1. Pompage aux tiges :
Une pompe volumétrique de fond fonctionne depuis la surface par l’intermédiaire de
tige et d’un système de va-et-vient (tête de cheval), elle est équipée par deux clapets l’un est
fixe et l’autre mobile.
Au cours de la remontée de tige il y'aura un dégagement de l'effluent qui se trouve dans le
tubing et une diminution de celui qui se trouve dans la chambre et par la suite l'ouverture de
la bulle inférieure ce qui permet de l'effluent d'occuper la chambre, et ainsi de suite
l'opération se fait.

1.2.2. Pompage centrifuge :

Une pompe centrifuge est descendue à sa cote dans le casing, suspendue à l'extrémité
du tubing de production. L'énergie électrique est acheminée au moteur par un câble déroulé et
fixé par des colliers au tubing au fur et en fonction de la descente de celui-ci.
En surface, une tête de tubing spéciale munie de joints d'étanchéité permet la sortie du
câble à l'extérieur vers une armoire de commande. Une duse réglable permet d'ajuster
l'écoulement en augmentant ou en diminuant la contre-pression sur la pompe. En cas de
défaillance sur l'unité de fond, il convient de remonter l'ensemble tubing-pompe pour
réparation.
Ce type de pompage est l’objectif de notre étude, on le développera dans ce que suit.

2. Paramètres de détermination d’un moyen d’activation :


Si un procédé est choisi pour l'activation d'un puits, il devra alors permettre de récupérer un
maximum de brut (pétrole) le plus vite possible et avec un moindre coût. Des critères sont
prises en considération pour déterminer un procédé d'activation aux autres procédés, citons :
2.1. Critères économiques :
Il est malheureusement difficile d'avoir une évaluation globale du coût d'un moyen
d'activation dans l'investissement initiale, même si on peut avoir le coût du matériel
spécifique nécessaire pour l'activation (compresseur, pompes, unité de pompage, tiges de
pompage…). Le coût d'exploitation d'un puits activé par un des moyens d'activation peut
aussi varier selon les propriétés du puits et de sa situation.
2.2. Critères techniques :
CHAPITRE II méthodes d’activation des puits pendant le DST

Pour choisir un moyen d'activation, il faut étudier sa compatibilité avec la nature du


puits, sa position, ses caractéristiques, et les conditions de son future exploitation :
 La profondeur et la température de fond.
 La déviation du puits (puits dévié ou non).
 Problèmes de dépôt (paraffines, sulfates, carbonate) et de corrosion.
 Disponibilité des technologies de l'exploitation et de l'automatisation plus ou moins
avancée.

3. Définition de la pompe ESP :

Le système de pompage électrique submersible est constitué d'un moteur électrique et


une pompe centrifuge fonctionne dans la colonne de production et il est relié au mécanisme
de commande et le transformateur qui sont au niveau de la surface par le biais d'un câble
d'alimentation électrique. Les équipements du fond sont suspendus à la colonne de la
production juste au-dessus des perforations du puits. Et dans la plupart des cas, le moteur est
fixé sur la base de la garniture de travail. Au-dessus du moteur il y’a le protecteur, ensuite la
prise de fluide (intake) et parfois un séparateur du gaz, et enfin la pompe. Le câble électrique
est branché dans le sommet du moteur.

4. Principe de fonctionnement :
Le fluide qui vient du réservoir, doit passer par le moteur afin de le refroidir et
lorsqu’il arrive à la prise (intake), il rentre dans la pompe. Cette dernière qui est constituée
des plusieurs étages qui sont disposés sous forme des combinaisons (aube/diffuseur) vont
augmenter la pression de fluide jusqu’à la pression nécessaire pour traverser le réseau de
collecte et atteindre le séparateur. Le mécanisme de commande au niveau de la surface
fournit la puissance nécessaire au moteur et protège les équipements de fond de l'ESP. La
conception de système de commande du moteur change en complexité de très simple jusqu'à
très sophistique, offrant des nombreuses options et apporte une amélioration des méthodes de
commande pour la protection et de la surveillance des opérations.

5. Composition d’un système ESP :


Le système de la pompe submersible a des performances très larges, c’est une
méthode de récupération très souple, à cause d’une flexibilité excellente de la commande de
CHAPITRE II méthodes d’activation des puits pendant le DST

vitesse et par conséquence une flexibilité dans le choix de débit en allant de 150 à 40.000
bbl/d, À l’égard de la qualité de fluide pompé, la pompe peut manipuler un fluide de haut
GOR, mais les grands volumes de gaz peuvent fermer le passage de fluide vers le haut et
détruire la pompe. L’utilisation des matériaux et des revêtements métalliques spéciaux
améliorent considérablement la résistance à la corrosion et permet de manipuler des fluides
chargés en particules abrasives et de sable. Le système est constitué principalement de :
5.1. Pompe ESP :
Une pompe centrifuge constituée de :
 L'arbre de rotation (shaft) est relié au protecteur et au l’arbre de moteur .Il a pour
fonction principale de transmettre le mouvement de rotation et le couple produits par
le moteur aux aubes qui sont placées dans les étages de la pompe.
 Les étages de la pompe sont des composants qui donnent une élévation de pression au
fluide. Un étage est constitué d’une aube tournante et d'un diffuseur stationnaire, qui
représentent les composants principaux de la pompe centrifuge.

L’aube reçoit la puissance de l'axe tournant et accélère les particules de fluide, et le diffuseur
transforme la vitesse élevée de fluide (énergie cinétique) en pression.

+++++++ Une pompe ESP est une pompe centrifuge à plusieurs étages dont les étages sont
empilés, les exigences de fonctionnement du puits et la conception de son achèvement dictent
le nombre d’étages. Chaque étage contient une roue rotative et des diffuseurs fixes en fonte à
haute teneur pour minimiser les dommages dus à l’abrasion ou à la corrosion.
Lorsque le fluide pénètre dans le premier étage de la pompe ESP, il passe à travers une aube
et le fluide est centrifugé radialement vers l’extérieur, gagnant de l’énergie (pression) sous
forme de vitesse.

5.2. Séparateur de gaz :

Pour réduire la quantité de gaz libre, un séparateur est installé juste à l’entrée de fluide dans
la pompe. Il améliore la ségrégation du gaz libre et le dévier vers l’annulaire, deux types de
séparateur de gaz sont disponible the cup type et centrifugal type, le premier type fait la
ségrégation du gaz par un changement brusque de la direction de débit et le second type
sépare le gaz léger du liquide lourd par une force centrifuge crée par le moteur et transmise
CHAPITRE II méthodes d’activation des puits pendant le DST

par l’arbre de rotation vers des rotors qu’ils sont placés dans le séparateur, et pour les deux
cas c’est la force centrifuge provient le changement de direction de fluide qui favorise la
ségrégation, Ils sont capable de séparer un pourcentage qui dépasse 20% du gaz avant d'entrer
dans la pompe.

++++++Dans les puits caractérisés par des rapports Gaz/Huile (GOR° relativement élevés et
faibles pressions, les fluides produits peuvent contenir des quantités de gaz libre.
Les pompes ESP sont sensibles aux problèmes de fonctionnement, notamment la cavitation
ou le blocage du gaz libre à volume élevé, ce qui peut réduire la durée de vie de la pompe.
Dans ces applications, un séparateur de gaz est installé juste à l’entrée de fluide dans la
pompe pour séparer le gaz du fluide du puits avant qu’il entre dans la pompe. Si la quantité
de gaz libre dépasse une limite désignée, un dispositif de traitement du gaz peut également
être installé en aval du séparateur.

5.3. Moteur électrique submersible :

Le moteur de ESP est de type d’induction, bipolaires, triphasique. Une conception bipolaire
signifie qu'il fonctionne avec une fréquence de 60 hertz équivalent de 3600 t/min dont la
vitesse de fonctionnement réelle est approximativement 3500 t/min. il produit une puissance
triphasique en travaillant dans une gamme de potentiel en allant de 230V jusqu’à 5000V.
Généralement, la longueur et le diamètre donne une estimation de la puissance du
moteur. Puisque le moteur n'a pas un câble électrique allongé sur sa longueur, il est fabriqué
avec un diamètre légèrement plus grand que la pompe et le protecteur.

5.4. Protecteur (seal section)

Placé entre l'axe du moteur et la pompe ou l'axe de séparateur. Il permet l'expansion d'huile
diélectrique contenue dans le moteur suite à l'augmentation de la température due à la haute
température géostatique du fluide de réservoir et l’échauffement du moteur. Le joint est
conçu pour recevoir cette expansion et réduire la contrainte sur la chambre à huile.
La différence de pression entre l'espace annulaire et le fluide diélectrique du moteur peut
causer un échappement du fluide de réservoir dans le moteur. La présence de ce joint
empêche les fluides du réservoir de passer en égalisant cette différence de pression. Ainsi que
CHAPITRE II méthodes d’activation des puits pendant le DST

ce protecteur est équipée par une butée (thrust bearing) qui absorbe la poussée axiale vers le
bas (down-thrust) qui manifeste au niveau de la section de l’axe.

5.5. Armoire de contrôle:

L'armoire de contrôle est un dispositif utilisé pour assurer un démarrage progressif du


moteur avec protection, elle fournit également la possibilité de surveiller le système de
production avec l'utilisation d'un appareil d'enregistrement.

5.6. Moniteur de pression et de température

Les besoins de changer la dimension de la pompe, le débit ou faire un workover du puits


peuvent être déterminés quand des données actuelles sur la pression du réservoir sont
valables. Et pour cela un moniteur utilisé pour la mesure conjugale de la pression et la
température du fond de puits, ayant la possibilité d'enregistrer spontanément et sans
interruption les deux paramètres, afin de détecter les défiances électriques, et régler la vitesse
de fonctionnement en utilisant le VSD (variable speed drive).

5.7. Le câble

Des câbles électriques de trois phases sont employés pour transmettre la puissance de la
surface jusqu'au moteur submersible. Ils doivent être de petits taille et bien protégés contre
l'environnement agressif au fond de puits.

5.8. Sensor : !
Les opérateurs peuvent installer des capteurs de fond qui acquièrent en continu des mesures
du système en temps réel, telles que les pressions et les températures de refoulement et
d’admission de la pompe, les taux de fuite de vibration et d’ondes. En général, les utilisateurs
surveillent les pompes au moyen de systèmes SCADA (), qui servent de référentiels centraux
pour les données de tous les capteurs de fond et peuvent initier des actions via des contrôles
ou des alertes liés. Lorsqu’il détecte une lecture de pompe hors des niveaux prédéfinis, un
capteur alerte l’opérateur en temps réel et peut être activé pour modifier les réglages de la
pompe via une télécommande.