Vous êtes sur la page 1sur 57

Département d'études hispaniques et hispano-américaines

MASTER ÉTUDES ROMANES


ÉTUDES HISPANIQUES
& ÉTUDES HISPANO-AMÉRICAINES

ANNÉE 2017 – 2018


Responsables : Margherita Orsino, Luís González et
Marc Gruas
Table des matières
PRESENTATION GENERALE ................................................................................................ 2
ARCHITECTURE GÉNÉRALE DU MASTER LLCER ÉTUDES ROMANES..................... 3
LISTE DES UE PAR PARCOURS avec les responsables : PARCOURS études hispaniques
................................................................................................................................................ 4
LISTE DES UE PAR PARCOURS avec les responsables : PARCOURS études hispano-
américaines ............................................................................................................................ 6
EMPLOI DU TEMPS 2017-2018 .......................................................................................... 8
PRÉSENTATION DES UNITÉS D'ENSEIGNEMENT PARCOURS ÉTUDES
HISPANIQUES ................................................................................................................... 10
PRESENTATION DES ENSEIGNEMENTS PARCOURS ÉTUDES HISPANO-
AMÉRICAINES .................................................................................................................. 21
ENSEIGNEMENTS DE TRONC COMMUN .................................................................... 32
Traduction et traductologie .............................................................................................. 32
Méthodologie ................................................................................................................... 33
Stage ................................................................................................................................. 43
INITIATION À LA RECHERCHE ................................................................................. 44
TRAVAIL DE RECHERCHE ......................................................................................... 45
SÉMINAIRES D'ÉQUIPE ............................................................................................... 49
DIRECTRICES ET DIRECTEURS DE RECHERCHE ................................................. 50

1
PRESENTATION GENERALE
Le Master Études Romanes propose une formation à la recherche et une formation par la
recherche dans les aires culturelles hispanophones, italophones et lusophones. Il est administré
par le Département d'Etudes hispaniques et hispano-américaines, la section de Portugais et la
section d'Italien du Département des Langues étrangères.
Il est piloté par un Conseil pédagogique dans lequel siègent deux étudiant·e·s de première
année et deux étudiant·e·s de deuxième année élu·e·s par l'ensemble de leur promotion. Ces
étudiant·e·s sont chargé·e·s en particulier des bilans des évaluations de la formation réalisées
chaque année par l'ensemble des inscrit·e·s.

Il associe une formation méthodologique transversale, réunissant et articulant les trois aires
linguistiques, à une formation spécialisée, déclinée en quatre parcours :
 Études hispaniques
 Études hispano-américaines
 Études italiennes
 Études lusophones.
Il est adossé à quatre équipes de recherche : CEIIBA, FRAMESPA, Il laboratorio et LLA-
Créatis qui organisent chacune un séminaire dans lequel sont accueilli·e·s les étudiant·e·s
inscrit·e·s dans ce master. Leur participation aux séminaires aux semestres 8, 9 et 10 représente
une part fondamentale de leur formation à la recherche.

Un stage préparé au semestre 8 et effectué au semestre 9 permettra aux masterant·e·s de


construire leur projet professionnel.

Ouverture à l’international :
1. Double diplôme avec l’Université de Séville (Espagne) et le « Máster de Estudios
Hispánicos », dont bénéficient les étudiant·e·s du parcours Études hispaniques et du
parcours Études hispano-américaines ;
2. Double diplôme avec l’Université de Grenade (Espagne) et le master « Estudios
latinoamericanos: cultura y gestión », dont bénéficient les étudiant·e·s du parcours
Études hispano-américaines ;
3. Conventions Erasmus avec une quinzaine d’universités en Espagne, dont certaines
reçoivent les étudiant·e·s du Master Études Romanes, notamment les conventions
avec les universités de Salamanque, Séville, Valence, Valladolid et Barcelone ;
conventions Erasmus entre le parcours études italiennes et trois universités italiennes:
Ferrara, Perugia, Torino ; convention entre le parcours Etudes Italiennes et les
Universités de Séville et de Pérouse (Università per stranieri) pouvant conduire à un
doctorat d’Études Romanes particulièrement innovant (triple diplôme) ; accord du
parcours études italiennes avec l’Université de la Manouba (Tunis) et projet d'un
master recherche double diplôme.
4. Les interventions des professeur·e·s invité·e·s par les équipes de recherche inscrivent
la formation dans un dialogue avec des groupes de recherche et des institutions
étrangers.

2
ARCHITECTURE GÉNÉRALE DU MASTER
LLCER ÉTUDES ROMANES
Le Master Études Romanes comprend 4 parcours :

Parcours Études Romanes : Études hispaniques


Parcours Études Romanes : Études hispano-américaines
Parcours Études Romanes : Études italiennes
Parcours Études Romanes : Études lusophones

Il s’agit d’un cursus « semi intégré ». Cela signifie que les étudiant.e.s des quatre
parcours suivent une partie des enseignements en commun  ils assistent en même
temps et dans la même salle à des cours (Tronc commun)  et une partie
d’enseignements où ils sont divisés en quatre groupes d’après leur parcours
(Enseignements de spécialité : langue, littérature, traduction etc.). Ce master
Recherche est adossé à quatre équipes de recherche : CEIIBA, FRAMESPA, Il
Laboratorio et LLA-Créatis. L’étudiant.e doit s'inscrire à un séminaire de l’une des
équipes mais il/elle peut suivre des séminaires d'autres équipes à hauteur de 24 h par
UE. Comment choisit-on où l'on s'inscrit ? L’étudiant.e des parcours EH et EHA est
inscrit.e au séminaire de l’équipe de son directeur de mémoire; pour les parcours EI
et EL il n’y a qu’un choix d’inscription (parcours EL = équipe CEIIBA ; parcours EI
= équipe Il Laboratorio). Le choix du directeur/trice se fait avant les vacances de Noël
(date butoir 23/12/17). La liste des directeurs/trices de recherche potentiels est
disponible sur le site du Master Etudes Romanes sur lequel on trouve également toutes
les informations.
Les UEs 806, 906 sont des options que vous devez choisir pour une initiation ou
renforcement dans une autre langue romane ; liste sur la page du site de l’UT2J :
http://www.univ-tlse2.fr/accueil/formation-insertion/odf-2016-2020/ue-806-lv-ou-
option-420027.kjsp?RH=odf2016
Les UEs « séminaires » (804 – 904- 1003)
Même si vous êtes inscrit.e.s à un séminaire spécifique, vous pouvez « valider » une
partie des 24 des heures de formation pour ces UE en assistant à d’autres séminaires
(y compris hors site toulousain) du moment qu’il y a une relation avec votre parcours
ou votre projet de mémoire ; il en va de même pour les journées d’études ou colloques
(chaque demi-journée compte pour 3h de formation). Il vous faudra alors faire signer
une fiche de présence (disponible ici dans le « livret de l’étudiant ») que vous
validerez en fin d’année lors de la soutenance de M1 ou de M2.

3
LISTE DES UE PAR PARCOURS avec les responsables : PARCOURS
études hispaniques

Comment lire l’offre de formation ?


en blanc : enseignements de spécialité
en vert : tronc commun
en rose : option

Vol.
Place UE Code UE Libellé UE (60 caractères maxi.) ECTS Responsable
horaire
UE 701 ES00701V Enseignements disciplinaires 1 : études hispaniques 7 24 cperes@orange.fr

UE 702 ES00702V Enseignements disciplinaires 2 : études hispaniques 7 24 teresarodriguez31@gmail.com

UE 703 ES00703V Traduction et traductologie 1 : espagnol 7 24 cecile.trojani@wanadoo.fr


UE 704 : "Séminaires" ES00704V Séminaire transversal 1 3 24 jlnutm@orange.fr
UE 705 : Prof/Comp.
3 24 marc.gruas@univ-tlse2.fr
trans. ES00705V Méthodologie 1 : Littérature et Civilisation
UE 706 : ES00706V Outils informatiques appliqués aux études romanes 3 24 therese.courau@univ-tlse2.fr
30 144

UE 801 : Mémoire ES00801V Travail de recherche 12 alet.valero@wanadoo.fr

UE 802 ES00802V Enseignements disciplinaires 3 : études hispaniques 6 48 baulo@univ-tlse2.fr

UE 803 ES00803V Traduction et traductologie 2 : espagnol 3 24 baulo@univ-tlse2.fr


Séminaire transversal 2 (au choix parmi les séminaires
3 24
UE 804 : "Séminaires" ES00804V suivants)
ES0B804V Séminaire CEIIBA 2 amaia.arizaleta@univ-tlse2.fr

ES0C804V Séminaire LLA-Créatis 2 garnier@univ-tlse2.fr

ES0D804V Séminaire FRAMESPA 2 gilbert@univ-tlse2.fr


UE 805 : Prof/Comp. Méthodo 2 : Construction projet en réseau et monique.martinez@univ-tlse2.fr
3 24
trans. ES00805V valorisation
Au choix http://www.univ-tlse2.fr/accueil/formation-
dans cette insertion/odf-2016-2020/ue-806-lv-ou-option- 3 24
UE 806 : LV ou option liste : 420027.kjsp?RH=odf2016
30 144

Vol.
Place UE Code UE Libellé UE (60 caractères maxi.) ECTS Responsable
horaire
monique.martinez@univ-tlse2.fr
15
UE 901R : Mémoire ES00901V Projet professionnel (stage et rapport de stage)
UE 902R ES00902V Enseignements disciplinaires 4 : études hispaniques 3 24 francois.godicheau@univ-tlse2.fr

UE 903R ES00903V Traduction et traductologie 3 : espagnol 3 24 solange.hibbs@wanadoo.fr


Séminaire transversal 3 (12h)
3 24 luis.gonzalez@univ-tlse2.fr
UE 904 : "Séminaires" ES00904V à compléter avec un séminaire au choix :
ES0B904V Séminaire CEIIBA 3 amaia.arizaleta@univ-tlse2.fr

ES0C904V Séminaire LLA-Créatis 3 garnier@univ-tlse2.fr

ES0D904V Séminaire FRAMESPA 3 gilbert@univ-tlse2.fr


UE 905 : Prof/Comp.
3 24 amaia.arizaleta@univ-tlse2.fr
trans. ES00905V Méthodologie 3 : Méthodologie du mémoire
UE 906 : LV ou option 3 24
30 120
UE 1001R :
21 Dir. du mémoire
Stage/mémoire ES00111V Mémoire
UE 1002R ES0A112V Enseignements disciplinaires 5 : études hispaniques 3 24 garnier@univ-tlse2.fr
Séminaire transversal 4 (au choix parmi les séminaires
3 24
UE 1003 : "Séminaire" ES00113V suivants)
ES0B113V Séminaire CEIIBA 4 amaia.arizaleta@univ-tlse2.fr

4
ES0C113V Séminaire LLA-Créatis 4 garnier@univ-tlse2.fr
ES0D113V Séminaire FRAMESPA 4 gilbert@univ-tlse2.fr
UE 1004 : Prof/Comp. Méthodo 4 : Méthodo de la rech. et projet de monique.martinez@univ-tlse2.fr
3 24
trans. ES00114V valorisation
30 72

5
LISTE DES UE PAR PARCOURS avec les responsables : PARCOURS études
hispano-américaines

Comment lire l’offre de formation ?


en blanc : enseignements de spécialité
en vert : tronc commun
en rose : option
Vol.
Place UE Code UE Libellé UE (60 caractères maxi.) ECTS Responsable
horaire
UE 701 ES00701V Enseignements disciplinaires 1 : études hispano-am. 7 24 s.megevand@free.fr

UE 702 ES00702V Enseignements disciplinaires 2 : études hispano-am. 7 24 s.megevand@free.fr

UE 703 ES00703V Traduction et traductologie 1 : espagnol 7 24 cecile.trojani@wanadoo.fr

UE 704 : "Séminaires" ES00704V Séminaire transversal 1 3 24 jlnutm@orange.fr


UE 705 : Prof/Comp.
3 24 marc.gruas@gmail.com
trans. ES00705V Méthodologie 1 : Littérature et Civilisation
UE 706 : LV ou option ES00706V Outils informatiques appliqués aux études romanes 3 24 therese.courau@univ-tlse2.fr
30 144

UE 801 : Mémoire ES00801V Travail de recherche 12 marobert@univ-tlse2.fr


Enseignements disciplinaires 3 : études hispano-
6 48 tezcocop@gmail.com
UE 802 ES00802V américaines
UE 803 ES00803V Traduction et traductologie 2 : espagnol 3 24 baulo@univ-tlse2.fr
Séminaire transversal 2 (au choix parmi les séminaires
3 24
UE 804 : "Séminaires" ES00804V suivants)
ES0B804V Séminaire CEIIBA 2 amaia.arizaleta@univ-tlse2.fr

ES0C804V Séminaire LLA-Créatis 2 garnier@univ-tlse2.fr

ES0D804V Séminaire FRAMESPA 2 gilbert@univ-tlse2.fr


UE 805 : Prof/Comp. Méthodo 2 : Construction projet en réseau et monique.martinez@univ-tlse2.fr
3 24
trans. ES00805V valorisation
Au choix http://www.univ-tlse2.fr/accueil/formation-
dans cette insertion/odf-2016-2020/ue-806-lv-ou-option- 3 24
UE 806 : LV ou option liste : 420027.kjsp?RH=odf2016
30 144

Vol.
Place UE Code UE Libellé UE (60 caractères maxi.) ECTS Responsable
horaire
monique.martinez@univ-tlse2.fr
15
UE 901R : Mémoire ES00901V Projet professionnel (stage et rapport de stage)
UE 902R ES00902V Enseignements disciplinaires 4 : études hispano-am. 3 24 francois.godicheau@univ-tlse2.fr

UE 903R ES00903V Traduction et traductologie 3 : espagnol 3 24 solange.hibbs@wanadoo.fr


Séminaire transversal 3 (12h)
3 24 luis.gonzalez@univ-tlse2.fr
UE 904 : "Séminaires" ES00904V à compléter avec un séminaire au choix :
ES0B904V Séminaire CEIIBA 3 amaia.arizaleta@univ-tlse2.fr

ES0C904V Séminaire LLA-Créatis 3 garnier@univ-tlse2.fr

ES0D904V Séminaire FRAMESPA 3 gilbert@univ-tlse2.fr


UE 905 : Prof/Comp.
3 24 amaia.arizaleta@univ-tlse2.fr
trans. ES00905V Méthodologie 3 : Méthodologie du mémoire
UE 906 : LV ou option 3 24
30 120 120
UE 1001R :
21 marobert@univ-tlse2.fr
Stage/mémoire ES00111V Mémoire
UE 1002R ES0A112V Enseignements disciplinaires 5 : études hispano-am. 3 24 soriano.michele@yahoo.fr
Séminaire transversal 4 (au choix parmi les séminaires
3 24
UE 1003 : "Séminaire" ES00113V suivants)
ES0B113V Séminaire CEIIBA 4 amaia.arizaleta@univ-tlse2.fr
ES0C113V Séminaire LLA-Créatis 4 garnier@univ-tlse2.fr
ES0D113V Séminaire FRAMESPA 4 F.Gilbert
UE 1004 : Prof/Comp. Méthodo 4 : Méthodo de la rech. et projet de monique.martinez@univ-tlse2.fr
3 24
trans. ES00114V valorisation
30 72

7
EMPLOI DU TEMPS 2017-2018
ES00701V Parcours Espagne 1

C.Péres / A .Surbezy jeudi 8h30 10h30 LA202

ES00702V
Parcours Espagne 2

T ;Rodriguez / F.Gilbert mardi 8h30 10h30 LA202

ES0A701V
Parcours Hispano-Américain 1

S.Mégevand Jeudi 16h00 18h00 LA395

ES0A702V
Parcours Hispano-Américain 2

S.Mégevand / M .Gautreau mardi 16h00 18h00 LA395

ES00703V
Traduction et traductologie1 : espagnol

C. Trojani / L. Gonzalez Mardi 10h30 12 h30 LA203

ES00704V
Séminaire transversal 1 : Méthodologie
M. Martinez .Cazalbou /Mendiboure/Nardone Jeudi 14h00 16h00 RU006a

ES00705V
Méthodologie1 : Littérature et Civilisation

A .Valero/F.Godicheau/M. Mardi 14h00 16h00 GH133


Orsino/M. Gruas

ES00706V
Outils informatiques appliqués

T. Courau//M. Gruas/B. Crabère Lundi 14h00 16h00 LA120


ES00902V

A. Arizaleta/ J.Croizat-Viallet mardi 8h30 10h30 LA203

ES0A902V

F.Godicheau / M .Suarez jeudi 10h30 12h30 RU006b

8
ES00903V
Traduction et traductologie 3 : espagnol

S. Hibbs /M.A Palaisi mardi 16h00 18h00 LA203

ES00904V

L. González Jeudi 16h00 18h00 GS054

ES00905V
Méthodologie 3 : méthodologie du mémoire

A. Arizaleta/ S. Hibbs Mardi 14h00 16h00 LA341

ES00802V Etudes hispaniques: archives 8


S. Baulo Vendredi 9h30 12h30
A. Arizaleta Mardi 14h 16h
J. Perez Bazo Vendredi 9h30 12h30
C. Trojani Mardi 14h00 16h00
A. Valero Vendredi 9h30 12h30

ES0A802V Etudes hispano-américaines: archives


P. Lesbre Jeudi 10h30 12h30
T. Courau Mardi 14h00 16h00
M. Soriano Mardi 14h00 16h00

ES00803V Traduction et traductologie 2: espagnol


S. Baulo Mardi 10h30 12h30
R. Cazalbou Mardi 10H30 12h30

ES00805V Méthodologie 2 : construction d’un projet


A. Arizaleta Mardi 16H00 18H00
M. Martinez Mardi 16H00 18h00

ES00112V Méthodologie 2 : construction d’un projet


E. Garnier Mardi 10H30 12H30
M. Martinez Mardi 10H30 12h30

ES0A112V Etudes hispano-américaines: contre-archives


M. A. Palaisi Mardi 09H30 11H30
M. Soriano Mardi 09H30 11h30

ES00114V Etudes hispano-américaines: contre-archives


M. Martinez Mardi 14H00 16H00
J. Nimis Mardi 14H00 16H00
F. Gilbert Mardi 14H00 16H00

9
PRÉSENTATION DES UNITÉS D'ENSEIGNEMENT PARCOURS ÉTUDES
HISPANIQUES

ES00701V – 24 h – 7 ECTS
Dispositifs littéraires, médiatiques et artistiques 1 : roman, web série
Responsable : Christine Pérès
Equipe enseignante : Christine Pérès et Agnès Surbezy

1) Dispositifs fragmentaires dans le roman espagnol contemporain


Enseignante : Christine Péres

Il s’agira de développer une réflexion sur les dispositifs fragmentaires dans le roman espagnol
contemporain et plus particulièrement dans le sous-genre du roman historique. Dans un ouvrage paru
en 1997, Françoise Susini-Anastopoulos remarque que l’écriture fragmentaire connaît depuis vingt
ans un regain d’intérêt, imputable, à ses yeux, «aux hantises de notre société confrontée à l’éclatement
et à la dispersion». Pour sa part, Ralph Heyndels préfère parler de «pensée fragmentée», plaçant en
coïncidence la discontinuité formelle et la question du sens. Pour lui, les travaux de Marx, Nietzsche
et Freud, mais aussi et surtout les chocs de l’Histoire, ont sonné le glas du sujet cartésien, qui se
fragmente et s’atomise, à l’image des événements qu’il subit; la littérature du XXe siècle va alors se
faire l’expression de ce mouvement, puisque que les œuvres de Kafka ou de Joyce font des ruptures
le tissu du réel, se multipliant à tous les niveaux (diégèse, narration, perspectives narratives,
temporalité, espace), comme pour signifier l’impossibilité de faire sens de ce qui semble s’y soustraire
totalement, ou pour affirmer la difficulté de penser la fracture du pensable. Avec le postmodernisme,
cette tendance s’accentue, puisque le roman espagnol contemporain tend à remplacer l’ancien modèle
du puzzle qui prévalait dans les années soixante-dix par celui de la mosaïque.
Le cours prendra appui sur un roman d’Emma Riverola, Cartas desde la ausencia, Barcelona, Seix
Barral, 2008. Dans ce roman, pareilles aux tesselles d’une mosaïque, les lettres échangées par une
dizaine de personnages entre 1936 et 2006 reconstruisent, au travers de l’entrecroisement de
différents destins, la mémoire d’une famille, dont les membres vont être séparés par la guerre civile
espagnole. Ce cours s’intéressera donc aussi à la réception de ces récits fragmentés par le lecteur en
prenant appui sur les travaux théoriques qui se sont développés depuis les années 70, dans la lignée
de l’Ecole de Constance.

À l’issue du cours, les étudiants doivent être capables d’approcher les nouvelles formes narratives,
en particulier celles qui déconstruisent l’agencement linéaire « classique » des récits.

DÄLLENBACH, Lucien, Mosaïques, Paris, Seuil, 2001.


HEYNDELS, Ralph, La pensée fragmentée, Bruxelles, Pierre Mardaga, 1985.
ISER, Wolfgang, L’acte de lecture, Bruxelles, Mardaga, 1985, 405 p.
JOUVE, Vincent, L’effet-personnage dans le roman, Paris, Seuil, 1992, 271 p.
JOUVE, Vincent, La lecture, Paris, Hachette, 1993, 105 p.
JOUVE, Vincent, Poétique des valeurs, Paris, PUF, 2001, 171 p.
KUNZ, Marco, El final de la novela, Madrid, Gredos, 1997, 430 p.
LARROUX, Guy, Le Mot de la fin. La clôture romanesque en question, Paris, Nathan, 1995, 237 p.
La trace (I) Alfons Cervera, revue Tigre, n°13, Grenoble, Université Stendhal, 2004-2005.

10
La trace (II), Trace et histoire, revue Tigre, n°14, Grenoble, Université Stendhal, 2006.
La trace (III), Trace et littérature, revue Tigre, n°15, Grenoble, Université Stendhal,2007.
La trace (IV), Trace et littérature, revue Tigre, n°16, Grenoble, Université Stendhal, 2008.
MOLINO, Jean et LAFHAIL-MOLINO, Rafaël, Homo fabulator. Théorie et analyse du récit,
Montréal, Lémeac/Actes Sud, 2003, 381p
PÉRÈS, Christine, Les jeux de la création et de la réception dans le roman mosaïque. Lecture de
Sefarad, d’Antonio Muñoz Molina, Bern, Peter Lang, 2011.
PÉRÈS, Christine, « L’écriture de l’Histoire dans le roman mosaïque : Rabos de lagartija (2000) de
Juan Marsé et Sefarad (2001) d’Antonio Muñoz Molina », in Référence et autoréférence dans le
roman espagnol contemporain. Vingt ans après. Bilan et perspectives, Université de Bordeaux 3,
octobre 2012, Bulletin Hispanique, Tome 116, n° 2 - décembre 2014 – p. 757-772.
SAGNES-ALEM, Nathalie, « El reto de la verdad en Los rojos de Ultramar de Jordi Soler, El corazón
helado de Almudena Grandes y Cartas desde la ausencia de Emma Riverola », in Nuevos derroteros
de la ficción española, Geneviève Champeau, Jean-François Carcelen, Georges Tyras, Fernando
Valls editores, Prensas Universitarias de Zaragoza, 2011, p.327-341.
SAGNES-ALEM, Nathalie, Traces de l’histoire dans trois romans espagnols contemporains : Los
rojos de ultramar de Jordi Soler, El corazón helado de Almudena Grandes, Cartas desde la ausencia
de Emma Riverola, inédit du dossier d’habilitation à diriger des recherches, Université de
Montpellier III, décembre 2011, 223 pages
SUSINI-ANASTOPOULOS, Françoise, L’écriture fragmentaire, Paris, PUF, 1997. VEYNE,
Paul, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971, collection Points.

2) Intermédialité et webséries : le cas de Chicas del montón


Enseignante : Agnès Surbezy
Interrogeant moins les appartenances génériques que les hybridations, les frictions, les tensions entre
les différents médias, l’intermédialité est une approche qui s’avère être tout à fait en adéquation avec
les nouvelles formes de création audiovisuelles, dont les webséries, créations alimentées par d’autres
arts et toujours plus liées aux nouvelles technologies. Ce cours se propose donc d’interroger ces
nouvelles formes de créations, et particulièrement le média émergent qu’est la websérie, en prise
directe avec la culture hispanique actuelle, en utilisant une approche intermédiale, qui permettra la
prise en compte aussi bien de la pluralité des media à l’œuvre dans la création actuelle que de la
démultiplication des supports proposés, de leurs hybridations ou encore des nouveaux modes de
communication et de création qu’ils génèrent et des interactions qui se tissent entre le media et
l’œuvre créée. Nous nous appuierons pour cela sur la websériede 2013, Chicas del montón
https:/chicasdelmonton.wordpress.com/capitulos/).

A l’issue du cours, les étudiants doivent avoir des outils pour approcher, au-delà de l’étude de cas
proposée, les nouvelles formes audiovisuelles, en particulier les webséries et dégager les enjeux de
l’intermédialité à l’œuvre dans celles-ci.

Bibliographie sur l’approche intermédiale et les médias audiovisuels

ALBERA, François, BOILLAT, Alain, CAROU, Alain et LE FORESTIER, Laurent : « Pour une
nouvelle histoire du cinématographe : Cinq questions à André Gaudreault », 1895. Mille huit cent
quatre-vingt-quinze, Revue de l'Association française de recherche sur l'histoire du cinéma, n°57,
2009, http://1895.revues.org/4005
BESSON, Rémy, "Prolégomènes pour une définition de l'intermédialité à l'époque
contemporaine", rapport de recherche publié sur l'archive ouverte HAL-UTM, juillet 2014, [en ligne]
URL: http://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-01012325

11
EZQUENAZI, Jean-Pierre : Les séries télévisées. L’avenir du cinéma ?, Paris, Armand Colin, 2010.
GAUDREAULT, André et MARION, Philippe, « Cinéma et généalogie des médias »,
Médiamorphoses, n° 16 : D'un média... l'autre, INA/Armand Colin, 2006.
JENKINS, Henry, La Culture de la convergence. Des médias au transmédia, Paris, Armand Colin,
2013.
MANOVITCH, L. : El lenguaje de los nuevos medios de comunicación: la imagen en la era digital.
Barcelona, Paidós, 2005.
MARTINEZ, Monique et GOBBE-MEVELLEC, Euriell : La Escuela de los dispositivos de
Toulouse, Ciudad Real, Ñaque, 2014.
MÜLLER, Jürgen E. : « L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives
théoriques et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision », Cinémas : revue d'études
cinématographiques / Cinémas: Journal of Film Studies, vol. 10, n° 2-3, 2000, p.105-134,
http://id.erudit.org/iderudit/024818ar.
MURULO, N. L. : « Nuevas pantallas frente al concepto de televisión », in Razón y palabra, n°69,
2009, http://www.razonypalabra.org.mx/Nuevas%20pa...pdf
PERINEAU, Sylvie (dir.) : Les formes brèves audiovisuelles. Des interludes aux productions web,
Paris, CNRS Alpha, 2013.
SURBEZY, Agnès, « Internet en series: de Qué vida más triste a Descarga Completa », in Letral, 11,
2013.

ES00702V – 24 h – 7 ECTS
Représentations Classiques 1 : Légitimations et représentations dans le théâtre du Siècle
d’or
Responsable : Teresa Rodríguez
Équipe enseignante : Françoise Gilbert et Teresa Rodríguez

Cette approche des représentations à travers le théâtre classique repose sur deux axes bien délimités:
le premier explore des notions d’ordre général liées à l’écriture théâtrale (spécificité du langage
théâtral, dramaturgie/s, méthodologie de l'analyse, contexte, etc.) ; quant au second, il se centre
spécifiquement sur le corpus théâtral choisi. Ce corpus est composé par trois pièces longues
(comedias) et une pièce courte (auto sacramental) regroupées sous le thème « Famille et société.
Représentations des relations filiales : du fils héroïque au fils coupable ». Ces pièces sont les
suivantes: La vida es sueño, de Calderón de la Barca (la comedia et l’auto1) ; Las mocedades del Cid,
de Guillén de Castro et El castigo sin venganza, de Lope de Vega.

Présentation
Cette UE offre à l’étude quatre pièces de théâtre classique de nature différente (deux comedias, une
tragédie et un auto sacramental) relevant de deux voies dramaturgiques en concurrence à l’époque :
l’art de Lope de Vega et Guillén de Castro, empreint de lyrisme et de dynamisme scénique ; l’art de
Calderón de la Barca, art de l’intériorité à visée philosophique. Cette étude sera introduite par un
rappel des principales notions dramaturgiques, indispensables pour appréhender la spécificité du texte
de théâtre et plus précisément son épaisseur — texte dramatique/texte scénique; texte et corps, double
énonciation —, véritable « marqueur » générique trop souvent négligé par les étudiants. C’est encore
la diversité qui sera mise en lumière par une approche synthétique des différents genres et des formes
en présence aux XVIème et XVIIème siècles : théâtre profane/sacré ; comédie/tragédie, farsas et

1Le texte que nous étudierons est celui de la comedia La vida es sueño, dans l’édition de Ciriaco Morón chez Cátedra.
Néanmoins, dans ce cours, il sera fait allusion également à l’auto sacramental La vida es sueño, mais vous n’avez pas
obligation de vous le procurer, et il ne donnera pas matière à contrôle des connaissances.

12
entremeses, comedias et autos sacramentales, parmi bien d’autres, autant d’exemples de l’esthétique,
à la fois plurielle et convergente, du théâtre au Siècle d’Or. Enfin, la présentation des auteurs dans
leur contexte socio-historique, économique, idéologique et littéraire devrait permettre aux étudiants
de saisir la complexité du phénomène théâtral dans l’Espagne áurea, un phénomène traversé par des
problématiques qui touchent aussi bien les textes que les différents agents participant au fait théâtral.
Sont ainsi abordées :
—Les questions auctoriales (autor de comedias, dramaturge),
—Les questions liées à la transmission (acteurs, répartition des rôles, mise en scène, public), —Les
questions liées à la réception du théâtre, en insistant sur le rôle actif du public dont le jugement
perpétue ou condamne à l’oubli certains modèles d’écriture ;
—Les questions textuelles auxquelles est confronté le lecteur : manuscrits autographes, éditions
princeps et variantes (quel texte ?), métrique, guide scénique (acotaciones, absence de didascalies),
etc.
Dans un deuxième temps, les cours et le travail de l’étudiant (travail guidé et travail en autonomie)
seront consacrés à une approche détaillée des pièces du corpus, afin de dégager la singularité et
l’unicité des formes et des modèles idéologiques qu’elles véhiculent.
La mise en place des différentes problématiques très rapidement alliée à ce travail approfondi sur les
textes (structuration interne en séquences dramatiques, scènes vides, segmentation, espace,
personnages), permettra à l’étudiant à une proposition de mise en scène sur un fragment de chaque
pièce (mise en situation du temps et de l’espace scéniques, recherches sur la proxémie et
l’interlocution).

Objectifs
Ce séminaire se propose d’approfondir les connaissances des étudiants sur le théâtre du Siècle d’or
et les représentations mentales qu’il véhicule, tout en accompagnant leur lecture – au sens large de ce
terme – dans le passage du texte théâtral à la représentation (le texte de théâtre étant destiné, comme
on le sait, à être représenté). A la fin du semestre, les étudiants doivent être en mesure de proposer le
scripte d’un fragment de la pièce défini par les enseignantes, pour approcher au plus près la réalité du
théâtre, et envisager l’articulation entre ces œuvres classiques et la possibilité d’une mise en scène
moderne, qui mette en avant l’universalité et l’actualité du texte dramatique classique.

Éditions conseillées des œuvres au programme:


GUILLÉN DE CASTRO, Las mocedades del Cid, éd. de Luciano García Lorenzo, Cátedra, col. Letras
Hispánicas, Madrid, 2008 (1ère édition: 1978).
LOPE DE VEGA,. El castigo sin venganza (2ª edición) éd. d’Antonio Carreño, Cátedra, Madrid, 2010
(1 ère éd.: 1990), ou
LOPE DE VEGA, El castigo sin venganza, éd. d’A. David Kossof, Clásicos Castalia, Madrid, 1990
PEDRO CALDERÓN DE LA BARCA, La vida es sueño* (comédie), éd. de Ciriaco Morón, Cátedra, Madrid,
1982.
Pedro CALDERÓN DE LA BARCA, La vida es sueño (auto sacramental), éd. de Fernando Plata,
Kassel/Pamplona, Edition Reichenberger/Universidad de Navarra, 2012.

Bibliographie sommaire
KERBRAT-ORECCHIONI, C., “La notion de ‘place’ interactionnelle ou les taxèmes, qu’est-ce que c’est
que ça?”, dans COSNIER, J. et al. (éd.), Echanges sur la conversation, Editions du CNRS, Paris,
1988, pp. 195-198.
FERRER VALLS, T., “La representación y la interpretación en el siglo XVI”, en J. HUERTA CALVO, (dir.),
Historia del teatro español, I, Gredos, Madrid, 2003, pp. 239-67, p. 250.
FRENK, M.., Del Siglo de Oro español, El Colegio de México, Centro de Estudios Lingüísticos y
Literarios, México D. F., 2007.

13
LOPE DE VEGA, Arte nuevo de hacer comedias en este tiempo, éd. de Juan Manuel Rozas, dans
Significado y doctrina del arte nuevo de Lope de Vega, edición, Madrid, Sociedad General Española
de Librería, 1976. Disponible en édition digitale: Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, Alicante,
2003.
PORQUERAS MAYO, A., SÁNCHEZ ESCRIBANO, F., Preceptiva dramática del Renacimiento y el Barroco,
Madrid, 1972.
VITSE, M., Eléments pour une théorie du théâtre espagnol du XVIIe siècle, Presses Universitaires du
Mirail, Toulouse, 1990.

Supports méthodologiques
PAVIS, P., Dictionnaire du théâtre, Dunod, Paris, 1980 (rééd. 1996).
PÉREZ PASTOR, J. L., “La traducción del licenciado Francisco de Cascales del Ars poética de Horacio”,
Criticón, 86, 2002, pp. 21-39.
UBERSFELD, A., Lire le théâtre, Éditions Sociales, Paris, 1977 (1ère éd.).
————, Les termes clés de l'analyse du théâtre, Seuil, collection « Mémo », 21, Paris, 1996.

ES00802V – 48 h – 6 ECTS
Archives de la mémoire hispanique 1
Responsable : Sylvie Baulo
Équipe enseignante : Amaia Arizaleta, Sylvie Baulo, Cécile Mary-Trojani, Javier Pérez Bazo, Alet
Valero.

Présentation générale :
Conçu selon une progression chronologique (du Moyen-Âge jusqu’au XXIème siècle), cet
enseignement se structure en trois parties, Bienvenida a la Edad Media, Du nouveau dans le voyage
hispanique (XVIIIème-XXIème siècles) et Mémoires d’Espagne (XIXème-XXIème siècles), dont les
descriptifs et les bibliographies respectifs apparaissent ci-dessous.
Ces différentes parties de l’UE offriront à l’étudiant.e des connaissances spécifiques sur une période
et une thématique particulière ainsi que les outils méthodologiques indispensables pour les
appréhender. Néanmoins, et c’est ainsi que cet enseignement a été élaboré, il sera possible
d’approfondir tel ou tel aspect, de manière transversale. En effet, des passerelles entre ces différents
thèmes et périodes seront établies, comme, par exemple, l’élaboration de mythes, la
reconstruction/déconstruction de l’histoire, la recherche identitaire, ou le voyage dans ses différentes
modalités (découverte, exil, migration, loisir, autofiction…), la constitution des herméneutiques et
des genres « littéraires », la démarche heuristique et les délimitations épistémologiques.

1) Bienvenida a la Edad Media.


Enseignante : Amaia ARIZALETA

Ce cours proposera, au moyen des anciennes et des nouvelles technologies, un paysage bigarré de
textes, images et musiques dont la seule prétention est de plaire en instruisant : les cultures médiévales
de l’Occident (en particulier les productions de l’espace hispanique), feront l’objet de réflexions
communes à l’enseignant et à l’étudiant. Il sera en effet demandé à l’étudiant de participer à la
diffusion des savoirs selon des modalités propres à notre temps, qui pourront confirmer combien
l’héritage d’une période trop souvent méconnue et décriée est présent au XXIème siècle. Ce cours,
comme son intitulé l’indique, a pour ambition de démontrer à quel point le moyen âge peut être
captivant : c’est pourquoi nous nous intéresserons à la dimension imaginative de la vie des
communautés du passé médiéval hispanique, et examinerons quelques représentations des mythes,

14
symboles, rencontres, oppositions et émotions qui caractérisent cette période, encore et surtout
aujourd’hui.
Bibliographie
http://sexycodicology.net/blog/killer-bunny-vacation/
http://medievalbravo.com/
Nota Bene : https://www.youtube.com/watch?v=jrvihfN1PGE
BAHAR, Saba, FIDECARO, Agnese et FOEHR-JANSSENS, Yasmina, Le genre de la voix.
Revue Équinoxe, N° 23, 152 pages, 2002.
CAMILLE, Michael, Images dans les marges. Aux limites de l'art médiéval, Paris, Gallimard, 1997.
CANO, Rafael, Historia de la lengua española, Madrid, Ariel, 2004.
DEMADE, Julien, Pourquoi étudier l'histoire (médiévale) au XXIe siècle?, hal.archives-ouvertes.fr,
Jan 1, 2011.
LE GOFF, Jacques, Pour un autre Moyen Âge. Temps, travail et culture en Occident, Paris,
Gallimard, 1977.
MORSEL, Joseph, L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…, accèss libre, pdf Lamop
2007.
TOLAN, John, L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Age : Cultures en conflit et en
convergence, Rennes, PUR, 2009.

2) Du nouveau dans le voyage hispanique (XVIIIème-XXIème siècles)


Enseignant.es : Alet VALERO et Cécile MARY TROJANI

Le voyage est un thème classique des humanités qui permet d’aborder la circulation des personnes,
des savoirs, des pratiques, des cultures. Très tôt il participe à la formation et il est associé à la fois à
l’expérience et à l’écriture (Les voyages forment la jeunesse. Journal de voyage). Au point qu’il a
donné lieu à un genre littéraire hybride à plusieurs titres : savant ou de divulgation, narratif ou
autobiographique, récit ou échange épistolaire, réaliste ou fictionnel, rêvé ou vécu, etc. Dans ce cadre,
ce « genre » permet de suivre la démarcation des savoirs et des pratiques d’écriture : récit proto
historique ou tentative romanesque, explorations descriptives ou mise en scène du « je ». Narration
viatique sans cesse à la croisée des chemins, suivre l’évolution du récit de voyage c’est aborder les
variations de la narration sur toute la période (XVIII-XXIème). Dans le cas de l’Espagne, le pays a été
une destination plus ou moins prisée. Cet aspect a été étudié depuis longtemps mais de nouvelles
approches apparaissent. Le voyage des Espagnols a fait l’objet de moins de travaux jusqu’à une date
récente où, précisément, les Espagnols redeviennent explorateurs. En cela le voyage hispanique
(récepteur-émetteur) mérite de nouvelles analyses.
Avant le XVIIIème, l’étude du voyage peut s’articuler sur la peregrinatio et le viaticum mais aussi sur
les voyages diplomatiques, les narrations de Merveilles voire le roman byzantin. Le voyage à
Jérusalem, le chemin de Saint Jacques et, de manière plus large, le voyage en Orient, le sacré et
l’exotique, la nouveauté, la tradition et le pittoresque restent des références qui s’activent ou se
réactivent selon les époques.
Depuis le XVIIIème siècle, l’échange et le commerce alimentent et se nourrissent des libéralismes qui
transforment le voyage en élément structurel. La mobilité devient règle, modalité existentielle,
nécessité. Sur la longue durée, voyager devient inhérent à la vie. Du Great Tour aristocratique au
tourisme, la propagation se suit par étapes mettant en évidence les éléments majeurs de l’évolution
de la société : l’impact des influences extérieures, des techniques et des usages, la vision des étrangers,
la curiosité des Espagnols pour des terres voisines ou lointaines, la volonté d’adaptation, de réformes,
de modernité. Dès le XVIIIème siècle, le voyage devient contraint (desterrados, emigrados, exiliados,
transterrados, desplazados) ou choisi (curiosos, viajeros, touristas, turistas, poblacion flotante). Des
trames explicites ou non se tissent entre les récits « de voyage » ou de « mémoire » et sur les chemins

15
du monde, les sujets superposent des savoirs, inventent des adaptations et des modes de vie où
l’itinérance devient structurante.

Bibliographie
Corpus :
BAS MARTIN, Nicolás (2007), FARINELLI, Muro (1942-1979), FOULCHÉ-DELBOSC, Raymond
(1991), SANTANDER, Nathalie, (1995), GARCÍA-ROMERAL PÉREZ, Carlos (1995 ; 1997 ;
1999), RUBIO, Jesús y ORTAS, Esther (1994), SERRANO, M.ª del Mar (1993).

Genre littéraire :
* Les modèles du récit de voyage. Número 7 (monográfico) de Littérales, 1990.
*Le voyage dans le monde ibérique et ibéro-américain. Publications de l’université de SaintEtienne,
1999.
GARCÍA CASTAÑEDA, Salvador, coord., Simposio Internacional sobre Literatura de Viajes: el
Viejo Mundo y el Nuevo (1996 . Toledo, Ohio). Literatura de viajes: el viejo mundo y el nuevo / M.
Ahern ... [et al.], Madrid, Castalia, 1999.
RAJOTTE, Pierre; CARLE, Anne Marie (colab.) et COUTURE, François (colab.), Le récit de voyage
au XIXe siecle: aux frontières du littéraire, Toronto, Triptyque, 1997.

Les voyageurs :
BENNASSAR, Bartolomé et Lucile, Le voyage en Espagne, Bouquins, Robert Laffont, Paris, 1998.
GÓMEZ DE LA SERNA, GASPAR, Los viajeros de la Ilustración, Madrid, Alianza Editorial, 1974.
LITVAK, Lily, El ajedrez de las estrellas: crónicas de viajeros españoles del siglo XIX por países
exóticos (1800-1913). Barcelona, Laia, 1987.
MARY TROJANI, Cécile, "Deux voyages de Turquie au XVIIIe siècle", in Le voyage dans le monde
ibérique et ibéro-américain, Publications de l'Université de Saint-Etienne, 1999, p. 105-117.
SENTAURENS, Jean, Viajeros españoles en Burdeos (1755-1845), Alicante, 2009, Biblioteca
Virtual Cervantes.
VALÉRO, Alet, « Le moi et l’espace dans les récits de voyage », Le moi et l’espace, autobiographie
et autofiction dans les littératures d’Espagne et d’Amérique latine, dir. Jacques Soubeyroux, cahiers
du G.R.I.A.S., Université de Saint Etienne, 2003.

Les voyageurs et la société :


AYMES, Jean-René y FERNÁNDEZ SEBASTIÁN, Javier (eds.), La imagen de Francia en España
(1808-1850). Universidad del País Vasco, Servicio Editorial, 1997.
AYMES, Jean-René, ESTEBAN DE VEGA, Mariano (eds), Francia en España, España en Francia,
Ediciones Universidad de Salamanca/ Presses de la Sorbonne-Nouvelle, Salamanca, 2003. BAÑAS
LLANOS, Maria Belén, Expediciones cientificas españolas al Pacífico en la segunda mitad del siglo
XVIII, Revista Española del Pacífico. Núm. 2, Año 1992 , Alicante, Biblioteca Virtual Miguel de
Cervantes, 2009.
BAYNAT MOREAL, Elena, Visión de España y los españoles en la literatura francesa de viajes del
siglo XIX. Theophile Gautier y Alexandre Dumas. Valencia, Universitat, 2003. – 1 disco (CD
ROM) [AHMcd/502]
FREIXA LOBERA, Consol, La imagen de España en los viajeros británicos del siglo XVIII
Microforma, Barcelona, Publicacions Universitat de Barcelona, 1992. - 2 microfichas (575
fotogramas) : negativo, il. ; 11x15 cm + 1 v. (9 p.). - (Col•lecció de tesis doctorals microfitxades ; n.
1429). [X/2124]
LITVAK, Lily, El tiempo de los trenes. El paisaje español en el arte y la literatura del realismo
(1849-1918), Barcelona: Ediciones El Serbal, 1991.

16
MARY TROJANI, Cécile, L’écriture de l’amitié dans l’Espagne des Lumières. La Real Sociedad
Bascongada de los Amigos del País, d’après la source épistolaire (1748-1775), Presses Universitaires
du Mirail (Collection Hespérides Espagne), Toulouse, 2004.
POPEANGA, Eugenia, "El viaje iniciático: las peregrinaciones, itinerarios, guías y relatos", Revista
de Filología Románica. Anejo I, 1991.
PUENTE, Joaquín de la (1968). La visión de la realidad española en los viajes de D. Antonio Ponz.
Madrid, Moneda y Crédito, 1968.
VALÉRO, Alet, Oriente, playas y castillos : pratiques, images et politiques touristiques en Espagne,
1830-1928, thèse, Université d’Aix-en-Provence, 1993.

3) Mémoires d’Espagne. Les espaces littéraires y l’expression de la mémoire dans la poésie, le


roman et l’essai à l’époque contemporaine.
Enseignants : Javier PÉREZ BAZO et Sylvie BAULO

La mémoire est la composante essentielle de l’identité, individuelle et collective et l’une des bases
sur laquelle s’appuie la création littéraire. C’est sans doute un thème récurrent de la littérature en
langue espagnole, et sa présence est particulièrement significative dans la littérature contemporaine.
C’est pourquoi, cette partie de l’UE 802 de Master, proposera, une approche fondamentalement
théorique des concepts d’identité et de mémoire, de la fonction spécifique qu’exerce la littérature
dans la définition desdits concepts, des différents constituants qui la caractérisent (personnages,
coordonnées spatio-temporelles, fictionnalisation de la réalité, mémoire historique, etc.). Nous en
verrons les différentes manifestations (autobiographisme et biographie romancée, échanges
épistolaires, journal, récit de voyage) dans la prose et la poésie.
Ce cours prétend fournir aux étudiants non seulement des compétences et des connaissances
nécessaires à la recherche scientifique dans l’hispanisme mais aussi des outils méthodologiques grâce
auxquels ils acquerront une plus grande capacité d’analyse critique face aux différentes périodes
littéraires, à leurs contextes respectifs, à une variété de textes narratifs ou poétiques dont la singularité
établit le lien entre littérature et mémoire.

—Les genres littéraires et les espaces littéraires de la mémoire.


—Les coordonnées spatio-temporelles de la mémoire : réalité historique versus fiction de la réalité.
—La mémoire des mémoires. Roman historique et récit testimonial.
La mémoire du présent et du passé pour la construction du futur : Benito Pérez Galdós La
recréation idéologique de l’histoire : Almudena Grandes.
—Le patrimoine imaginaire de la mémoire : “les cultures du souvenir”.
L’écriture poétique mémorielle.
Autobiographie y metapoésie : Bécquer dans ses Rimas et Historial de un libro de Luis
Cernuda.
Les espaces de la mémoire : l’Espagne depuis l’exil
Poétique du souvenir et de l’oubli: le cas Cernuda (Las Nubes et Desolación de la Quimera).

Bibliographie

Corpus
BÉCQUER, Gustavo Adolfo, Poesía eres tú. Las rimas de El libro de los gorriones, edición de Javier
Pérez Bazo y Sylvie Baulo, Madrid, Izana, 2015.
CERNUDA, Luis, Poesía [Las nubes. Desolación de la quimera, Madrid, Cátedra, 2009.
GRANDES, Almudena, Inés y la alegría, Barcelona, Tusquets, 2010.

17
PÉREZ GALDÓS, Benito, El 19 de marzo y 2 de mayo, Madrid, Biblioteca Nueva (introd. de Germán
Gullón), 2008.

Études
CALVO, Óscar: "Las autobiografías de Luis Cernuda", en Memoria Académica, Facultad de
Humanidades y Ciencias de la Educación de la Universidad Nacional de La Plata, V° Congreso
Internacional Orbis Tertius de Teoría y Crítica Literaria, 13 al 16 de agosto de 2003. Disponible en
http://www.memoria.fahce.unlp.edu.ar/trab_eventos/ev.5/ev.5.pdf
MALDONADO ALEMÁN, Manuel, "Literatura, memoria e identidad. Una aproximación teórica",
en Cuadernos de Filología Alemana, 2010, Anejo III, 171-179.
NORA, Pierre (ed.), Les Lieux de la mémoire, Paris, Gallimard, 1984-1992.
PÉREZ BAZO, Javier y NEIRA, Julio, Luis Cernuda en el exilio: Lecturas de "Las Nubes" y
"Desolación de la Quimera". Toulouse, Université de Toulouse II-Le Mirail, Presses Universitaires
du Mirail, 2002.
RICOEUR, Paul, Temps et récit, Paris, Seuil, 1983-85, 3 vols.
RICOEUR, Paul, La Mémoire, l’histoire, l’oubli. Paris, Seuil, 2000.

ES00902V – 24 h – 3 ECTS
Archives de la mémoire hispanique 2 – Représentations classiques 2
Responsable : Amaia Arizaleta
Équipe enseignante : Amaia Arizaleta et Jean Croizat-Viallet

Partie 1
Édition toulousaine et archives de la mémoire hispanique au XVème siècle : mondialisation et
culture digitale
Enseignante : Amaia Arizaleta

Présentation
L’invention de l’imprimerie apporta aux sociétés de la Haute Modernité un nouveau dispositif de
communication qui ouvrit la porte aux premiers processus de mondialisation de la culture et de
globalisation des idées et de la connaissance. Toulouse, pôle éditorial étroitement lié à l’Espagne vers
1475, prit part à un réseau économique et personnel très actif dont les témoignages vivent dans les
bibliothèques, qu’elles soient numériques ou physiques. Ce cours nous permettra de nous intéresser
au lectorat hispanique qui habitait à Toulouse au début de l’Âge Moderne, aux pratiques de l’édition,
à la circulation des modèles culturels et à la naissance de nouveaux enjeux, ainsi qu’à la vie prégnante
de ces objets dans notre monde du XXIème siècle, par le biais des nouvelles technologies de
l’information. La question que nous souhaiterions soulever à l’heure où l’on pose volontiers une
nouvelle ‘fin du livre’ est alors celle, plutôt, du redéploiement de l’objet-livre.

Bibliographie
Livres hispaniques à Toulouse, Dossier SEMYR, http://atalaya.revues.org/1106
CHARTIER, Roger, « Du codex à l’écran : les trajectoires de l’écrit », Solaris, 1994, 2, p. 65-77.
CHICOTE, Gloria, « Textualidad oral - escrita - impresa en el pasaje Edad Media – Renacimiento »
[en línea]. Olivar, 2.2, 2001. http://www.fuentesmemoria.fahce.unlp.edu.ar/art_revistas/pr.2889/pr.
2889.pdf.

Partie 2
Paratextes : codes et identité auctoriale.
18
Enseignant : Jean Croizat-Viallet
Présentation
Les séminaires liés à cette UE proposeront une réflexion sur des pièces liminaires (préfaces,
prologues, dédicaces, censures, approbations, etc.) placées en tête d’ouvrages classiques espagnols
appartenant à des genres divers (poésie, prose, théâtre, grammaires, dictionnaires, traités religieux,
ouvrages d’histoire, de science, traités moraux) susceptibles de mettre en évidence la construction et
la circulation des idées humanistes dans la Péninsule ibérique, de la Renaissance à la période baroque
(1500-1730). Plusieurs approches sont envisagées : aspects matériels, (éditeur, imprimeur, libraires,
typographes), aspects économiques (auto-promotion, mécénat, diffusion), aspects politiques et
religieux (imprimatur, censure), aspects formels relevant de l’analyse du discours et de la
pragmatique (incipit, dédicace, discours d’éloge ou de dénigrement, rhétorique encomiastique),
aspects didactiques (culture humaniste, préparation du lecteur, structuration du contenu), aspects
autobiographiques (circonstances particulières), etc.

Bibliographie
ARREDONDO, María Soledad, Pierre CIVIL y Michel MONER, éds., Paratextos en la literatura
española (siglos XV - XVIII), Madrid, Casa de Velázquez, 2009.
CAYUELA, Anne, Le paratexte au Siècle d'Or : Prose romanesque, livres et lecteurs en Espagne au
XVIIe siècle, Genève, Droz, 1995.
CHARTIER, Roger, « Poder y escritura: el príncipe, la biblioteca y la dedicatoria (siglos XV-XVII)
», Manuscrits: Revista d’Història Moderna, 14, 1996, p. 193-211.

ES00112V – 24 h – 3 ECTS
Dispositifs littéraires, médiatiques et artistiques 2 : théâtre, performance et cinéma
Responsable : Emmanuelle Garnier
Equipe enseignante : Emmanuelle Garnier et Monique Martinez

1) Le théâtre hors les murs et la performance


Emmanuelle Garnier

Loin des planches, disséminé dans le contexte urbain, sur la toile ou canalisé par les ondes radio –
entre autre modalités –, le théâtre dispose un matériau hétérogène qu’il met à la disposition d’un
public fortement sollicité pour interagir avec lui et collaborer à la construction du sens. Parallèlement,
au cours du XXe siècle, la « performance » a gagné une place centrale dans le champ des arts du
spectacle : souvent par un souci de déconstruction du système dramatique en vigueur, jugé
hégémonique. En questionnant les contradictions et les limites du théâtre, mais aussi en s’appuyant
de façon féconde sur ses composantes intrinsèques, les performeurs des dernières décennies mettent
en crise des notions telles que le texte dramatique, la mimèsis, le personnage, l’espace théâtral, la
mise en scène… On se questionnera donc, dans ce cours, sur les clivages théoriques entre la mise en
scène théâtrale, le jeu hors les murs et l’action performative, en approchant le corpus espagnol le plus
récent avec les outils du dispositif et de l’Intermédialité.

À l’issue du cours, les étudiants doivent être capables d’analyser les objets théâtraux et performatifs
contemporains.

BESSON, Rémy, « Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité », URL :


h tt p : / /c u lturev i suel l e. o r g / c i n ema d o c / 2 0 1 4 / 0 4 / 2 9/ p r
o le g omene s / , 8/2/2015.
19
FREYDEFONT, Marcel, “Les contours d’un théâtre immersif (1990-2010)”, Brouiller les frontières,
Agôn, n°3 : Utopies de la scène, scènes de l’utopie,
URL: h tt p : / / ag o n .e n s - lyon.fr/index.php?id=1559, 12/07/2014.
LARRUE Jean-Marc, « Théâtre et intermédialité : une rencontre tardive », Intermédialités :
histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques / Intermediality: History and Theory of the
Arts, Literature /and Technologies, n° 12, 2008, p. 13-29. URL:
http://id.erudit.org/iderudit/039229ar, consulté le 8/2/2015.
MARTINEZ THOMAS, Monique, « El teatro como contra-dispositivo: la ciudad en la dramaturgia
de Kamchatka », en prensa.
MÜLLER, Jürgen E., « Vers l'intermédialité: histoires, positions et option d'un axe de pertinence
», Médiamorphoses, vol. 16, 2006.
RYKNER, Arnaud, « Du dispositif et de son usage possible, sinon souhaitable, au théâtre », in Gilbert
David (dir.), Devenir de l'esthétique théâtrale, Tangence, Université du Québec à Rimouski, n°88,
février 2009.

2) Les dispositifs intermédiatiques dans le cinéma contemporain en langue espagnole


Monique Martinez

Tout comme les textes littéraires qui « aspirent les médias, les recyclent et les recrachent […] dans le
paysage médiatique » (Müller, 1987), le cinéma se renouvelle en intégrant les nouvelles formes de
communication à des dispositifs complexes, dans lesquelles cohabitent différents codes de
représentation. Ces formes hybrides nécessitent de nouveaux outils, notamment ceux que
l’Intermédialité fournit à la critique et aux chercheurs dans le domaine de la création/réception
artistique. Les arts et médias, dont la frontière est devenue poreuse, s’étudient dans la double
dimension d’interaction au sein d’œuvres et/ou de pratiques artistiques et d’interaction avec
l’environnement socio-historique. Dans le domaine des Arts et des Lettres qui nous occupe ici, il est
donc aujourd’hui possible d’étudier « chaque média dans son autonomie ou sa singularité », mais «
il faut voir comment interagissent et se définissent réciproquement les médias. Autrement dit, [mettre]
l’analyse des relations au premier plan. » (CRIALT, Montréal).

À l’issue du cours, les étudiants doivent être capables d’approcher les nouvelles formes
cinématographiques, à partir d’une initiation aux fondements de l’intermédialité.

MECHOULAN, Eric, « Eclarcies à travers les brumes de l’intermédialitié. Entretien avec Eric
Méchoulan », Spirale, n°229, novembre-décembre 2009.
MARTINEZ THOMAS, Monique, « Dispositive, Intermediality and Society : Tales of the bed in
Contemporary Spain », in MECHOULAN, Eric (Guest editor), Intermedialities, Susbtance, Vol. 44,
NO3, 2015.
MARTINEZ THOMAS, Monique, OLAIZOL María Reigada, » La ciudad como dispositivo matriz
en el cortometraje Medianeras de Gustavo Taretto », in MARTINEZ, Monique et
GOBBEMEVELLEC, Euriell : La Escuela de los dispositivos de Toulouse, Ciudad Real, Ñaque,
2014. MULLER, Jürgen, Texte et médialité , Mannheim, Lehrstuhl Romanistik 1, Universität
Mannheim, 1987.
ORTEL, Philippe, « El efecto dispositivo en el relato cinematográfico », in MARTINEZ, Monique
et GOBBE-MEVELLEC, Euriell : La Escuela de los dispositivos de Toulouse, Ciudad Real, Ñaque,
2014.
VIEIRA, Célia et RIO NOVO , Isabel (ed). Inter Media, Littérature, cinéma et intermédialité Paris,
L’Harmattan, Logiques sociales, 2011.

20
PRESENTATION DES ENSEIGNEMENTS PARCOURS ÉTUDES HISPANO-
AMÉRICAINES

ES0A701V – 24 h – 7 ECTS
Représentations américaines 1 : Cultures et patrimoines
Responsable: Sylvie Mégevand

Organisation
Composé de douze séances de deux heures, ce séminaire sera organisé en plusieurs volets, dont les
premiers seront consacrés à des rappels historiques indispensables à la bonne compréhension de
l’héritage colonial cubain et de ses conséquences économiques, politiques et sociales. Ces jalons
diachroniques seront accompagnés de rappels portant sur la portée culturelle de l’esclavage ainsi que
sur le rôle clé de La Havane et de son port, au niveau national et continental. Les séances suivantes
porteront sur l’étude de l’Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana, institution qui a
entrepris la restauration du centre historique originel sous la direction successive de deux intellectuels
engagés : Emilio Roig de Leuchsenring (1938-1964), puis Eusebio Leal Spengler depuis 1967. Ils ont
beaucoup contribué, par leur politique de restauration mais également par leurs écrits, au
rayonnement intellectuel de la capitale cubaine. Leur action a été couronnée par le classement de la
Vieille Havane au Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO en 1982 ; par la déclaration du
Centre historique en Zone de Conservation Prioritaire (1993) dans le contexte de la « période spéciale
en temps de paix ».
Descriptif
La réflexion du séminaire portera sur les enjeux de la restauration de grands centres urbains hispano-
américains à travers le cas de la Vieille Havane, Cuba (1938-2016) : outre la brève contextualisation
historique s’étendant de la période coloniale jusqu’à l’après Fidel Castro et aux rapprochements entre
Cuba et les États-Unis, les thèmes de réflexion et d’étude seront les suivants :
1) L’image d’une ville : La Havane coloniale, états-unienne, révolutionnaire et postmoderne : de la
construction à la destruction. Modèles politiques et urbains. Déclin, ruine, réhabilitation et
réinvention de son patrimoine bâti et culturel.
Le patrimoine, tangible et intangible : essai de définition.
Le message des ruines sous le castrisme : étude du documentaire La Habana, arte nuevo de hacer
ruinas (Florian Borchmeier, Matthias Hentschler, 2006).
2) Le discours écrit et immatériel de l’Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana, et la
“réinvention de la tradition” (Eric Hobsbawm). Mémoire et transmission de la mémoire : étude de
commémorations et de cérémonies, à travers des articles, textes et essais portant sur la fondation et
la refondation de La Havane originelle autour du Templete et de la ceiba (Eusebio Leal) ; la
reconstitution du défilé du Día de Reyes. Création et recréation d’un imaginaire historique : le cas du
« Caballero de París » (Eusebio Leal).
3) Étude de la revue Opus Habana, publication patrimoniale officielle de l’Oficina del Historiador.
Contenus éditoriaux, iconographiques, diffusion et lectorat.
3 bis) Mécénat artistique et enjeux économiques : le mécénat est-il compatible avec le commerce des
ouvres d’art ? (Argel Calcines, directeur d’Opus Habana).
4) Tradition et modernité : le patrimoine et les nouveaux modes de communication : le rôle d’internet
; étude de quelques sites de l’Oficina del Historiador de la Ciudad.
5) Cosmopolitisme, tourisme culturel, enjeux politiques et économiques en période de crise : Le port
colonial. Création et inauguration du Musée du Voyageur en mars 2016 (Palacio del Segundo Cabo).

21
Maison Victor Hugo (Casa de Víctor Hugo) ; Museo napoleónico ; lithographies cubaines de Frédéric
Mialhe (1837-1854) : réhabilitation de l’héritage culturel français à Cuba.
6) Enjeux sociaux de la préservation du patrimoine ancien : coexistence des habitants et des touristes.
Expériences de terrain : les « classes musées » et leur évolution. Etude d’éléments du rapport
UNESCO/Oficina del Historiador sur l’état de la Vieille Havane et les objectifs de sa réhabilitation
(Plan Maestro).
7) Quelques enjeux politiques du patrimoine : la polémique sur les cathédrales orthodoxes. Présence
russe à Cuba. Étude d’articles contradictoires (La Habana Elegante, Antonio José Ponte, Argel
Calcines).
La réouverture du Théâtre Martí (étude de dossier thématique).
Rapprochement Cuba États-Unis : le patrimoine culturel, un alibi diplomatique ? Étude d’articles de
journaux sur la réouverture des ambassades.
Objectifs
Permettre aux étudiants d’appréhender un pan de l’histoire culturelle cubaine contemporaine encore
méconnu, via la question du patrimoine culturel urbain – qu’il soit matériel ou immatériel. Favoriser
la compréhension, grâce à cette étude de cas originale et évolutive, d’enjeux sociaux, économiques,
idéologiques et politiques liés à la réhabilitation patrimoniale.
Bibliographie indicative
ARJONA PÉREZ, Marta, Patrimonio cultural e identidad, Ediciones Boloña, La Habana, 2003
(1984).
LEAL SPENGLER, Eusebio, Para no olvidar, Libros 1, 2 y 3, Testimonio gráfico de la restauración
del Centro Histórico de la Ciudad de La Habana, Ediciones Boloña, Publicaciones de la Oficina del
Historiador de la Ciudad de La Habana, 2001, 2005, 2011.
LEAL SPENGLER, Eusebio, CALCINES, Argel, Legado y memoria, Ediciones Boloña, Colección
Opus Habana, 2009.
MÉGEVAND, Sylvie, « La Havane, polémiques autour d’une utopie tropicale ». In Pérennité ou
changement : identités et représentations dans les aires culturelles caraïbes. Dialogues de Vienne.
Brest : Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Université de Bretagne Occidentale, 2016, p. 61-
79.
––––––––––––––––– « Opus Habana, organe du discours urbanistique de l’Oficina del Historiador
de la Ciudad de La Habana ». In « Cuba : cultures contemporaines », Sylvie Mégevand (coord.),
Caravelle n° 105, PUM/IPEAT, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, décembre 2015, p. 35-51.
http://caravelle.revues.org/1702
––––––––––––––––– “Lo nuevo está en lo antiguo” : L’Oficina del Historiador de la Ciudad de La
Habana et la reconstruction des modèles (La Havane, 1982‑2016), “Innovations, identités,
recompositions sociales”, F. Coste, N. Dessens et al. (dir.), ORDA n°220, 2016.
http://orda.revues.org/2870
ROIG DE LEUCHSENRING, Emilio, La Habana de ayer, de hoy y de mañana, Comisionado
Intermunicipal de La Habana, La Habana, 1928.
SNA, Manejo y gestión de centros históricos. Conferencias de los Encuentros Internacionales I y II,
La Habana Vieja, 2003 y 2004, Ediciones Boloña, Colección ARCOS, La Habana, 2006.
SNA, Una experiencia singular. Valoraciones sobre el modelo de gestión integral de La Habana
Vieja, Patrimonio de la Humanidad. A singular experience. Appraisals of the integral Management
Modelo of Old Havana, World Heritage Site, UNESCO, Oficina del Historiador de la Ciudad, La
Habana, 2006.

Documentaire :
BORCHMEIER, Florian, HENTSCHLER, Matthias, La Habana, Arte nuevo de hacer ruinas,
Raros Media, Arte difusión, 2006. Extraits visibles sur Youtube et sur Dailymotion Sites
Internet :
22
Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana http://www.habananuestra.com
Dirección del patrimonio cultural. Habana patrimonial http://www.ohch.cu/oficina-del-historiador/
Opus Habana http://www.opushabana.cu

ES0A702V – 24 h – 7 ECTS
Représentations américaines 2 : Imaginaires et constructions identitaires
Responsable : Sylvie Mégevand
Équipe enseignante : Marion Gautreau, Sylvie Mégevand

Deux volets de 12 heures chacun : Cuba, Mexique


CUBA

Identités cubaines, représentations et mémoire de l’esclavage


Enseignante : Sylvie MÉGEVAND

Organisation

Conçu en six séances de deux heures, ce séminaire se propose d’abord de rappeler certaines données
et concepts historiques indispensables à la bonne compréhension de phénomènes identitaires
complexes à partir desquels Fernando Ortiz a forgé le concept de transculturation (1940). Les séances
1 et 2 porteront sur le rôle et le déclin de Cuba dans l’organisation de la Conquête ; le développement
de l’économie de plantation et le « boom » sucrier des années 1830. L’esclavage et la traite et leurs
fondements législatifs.
Les séances 3, 4 et 5 seront centrées sur la question de la représentation des pardos y morenos, mais
également et par contraste des guajiros, censés porter des valeurs antagonistes liées à l’opposition,
réelle ou déclarée, entre Blancs et populations d’origine africaine. Des articles costumbristas, des
lithographies et des tableaux des années 1840-1860 permettront de cerner et de nuancer, via le
métissage notamment, ces visions a priori inconciliables.
La sixième séance ouvrira sur les représentations plus contemporaines et à la réhabilitation de formes
assumées de « négritude », tant esthétiques que politiques, à travers la peinture de Wifredo Lam
notamment.

Descriptif
Évaluation de la portée culturelle et identitaire de la servitude et de l’africanité sur la société cubaine,
coloniale et contemporaine. Divers aspects seront plus particulièrement étudiés, tels la perception du
métissage, le syncrétisme culturel et la réhabilitation récente de l’africanité, déclinée dans les arts,
l’attrait pour les cultes d’origine congo ou yoruba dont le plus célèbre est la santería, mais aussi les
recherches historiques, la gastronomie, etc. Ces représentations et ces appropriations culturelles, qui
ont été acceptées et assumées par les Cubains plus récemment qu’il n’y paraît, notamment à partir
des conflits pour l’Indépendance de l’île, sont autant de composantes indispensables à la
compréhension de l’identité insulaire d’hier et d’aujourd’hui.

Objectifs
Par le prisme de la représentation, qui peut être perçue comme un « tenant lieu » de la réalité (Jacques
Aumont), cet enseignement entend permettre aux étudiants de cerner ce qu’il est aujourd’hui convenu
d’appeler la « cubanité », telle qu’ont pu la définir Fernando Ortiz et d’autres intellectuels insulaires
du milieu du XXe siècle. Pour prendre tout son sens, cette approche identitaire ne saurait faire
l’économie des représentations coloniales contradictoires voire racistes du XIXe siècle, qui favorisent
par contraste une meilleure compréhension du legs de l’esclavage dans cette culture caribéenne
complexe et composite.

23
Bibliographie indicative

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national : réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme,


Paris, La Découverte, 2002 (1990).
BARCIA ZEQUEIRA, María del Carmen, Memorias rotas, memorias construidas: familias de
africanos en Cuba, Colloque “Les Amériques noires”, Pôle Sud-Ouest de l’Institut des Amériques,
UT2J, 15-18 octobre 2015. Communication visible sur:
https://www.canalu.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/memorias_rotas_memorias_construid
as_familias_de_af ricanos_en_cuba_maria_del_carmen_barcia_zequeira.17550
CABRERA, Lidia, El monte, La Habana, Editorial Letras Cubanas, 2014 (1954).
CUETO, Emilio, La Cuba pintoresca de Frédéric Mialhe, La Habana, Biblioteca Nacional José
Martí, Raros y valiosos, 2010.
DAVID, Catherine (dir.), Wifredo Lam, Centre Pompidou, Paris, 2015. Catalogue de l’exposition
éponyme du Centre Pompidou, 15 septembre 2015-16 février 2016.
MÉGEVAND, Sylvie et RODRÍGUEZ, Fátima, “El guajiro, ¿figura de la identidad cubana?” Revue
Histoire(s) de l’Amérique latine, Vol.1, 2005, Dossier “Types et emblèmes dans les discours de la
nation en Amérique latine, XIXe et XXe siècles”, téléchargeable sur http://www.hisal.org
ORTIZ, Fernando, Contrapunteo cubano del tabaco y el azúcar, Madrid, Cátedra, Letras Hispánicas,
2002 (1940).

MEXIQUE

L'imaginaire de la Révolution de 1910 dans les arts visuels comme fondement de l'identité
mexicaine au XXe siècle (12h)
Enseignante : Marion GAUTREAU

Organisation
La partie du séminaire portant sur la Révolution mexicaine s’organise en 6 séances de 2h chacune.
La première séance est réservée à un cours reprenant les principales étapes ainsi que les enjeux
fondamentaux de la Révolution dans l’histoire du Mexique au XXe siècle. Les autres séances
s’organisent de la manière suivante :
Séances 2 et 3 : étude du corpus photographique de l’Agence Casasola
Séances 4 et 5 : étude du film El compadre Mendoza (Fernando de Fuentes, 1933)
Séance 6 : étude des représentations de la Révolution dans le muralisme mexicain

Descriptif
Au cours de ce séminaire, nous analyserons la représentation dans les arts visuels d’un événement
historique majeur dans l’histoire contemporaine du Mexique. En rappelant les spécificités des
méthodologies d’analyse iconographique liées à chacun des supports (photographie, cinéma et
peinture), nous réfléchirons à la façon dont la Révolution a été pensée et montrée par l’image. Nous
analyserons l’influence de ces représentations dans la mise en place immédiate d’une identité
mexicaine post-révolutionnaire empreinte de références à des acteurs et des lieux emblématiques de
la guerre civile.

Objectif
Ce séminaire a pour objectif de proposer aux étudiants une autre approche de l’histoire à travers les
arts visuels. Il cherche également à décrypter la rapidité avec laquelle l’imaginaire de la Révolution
s’est mis en place dans les vingt années qui ont suivi la fin de la guerre (1920-1940). A la fois histoire
des représentations et réflexion sur la construction de l’identité nationale dans le Mexique du XXe

24
siècle, ce séminaire offre aux étudiants les outils nécessaires à l’analyse de l’image dans le cadre
d’une réflexion historique.

Bibliographie
BENJAMIN, Thomas, La Revolución mexicana. Memoria, mito e historia, Austin, University of
Texas Press, 2000.
COVO-MAURICE, Jacqueline, La Révolution mexicaine : Son passé, son présent, Paris, Ellipses,
2000.
ESCORZA RODRIGUEZ, Daniel, Agustín Víctor Casasola. El fotógrafo y su agencia, Mexico,
INAH, 2014.
FAUCHEREAU, Serge, Les Peintres mexicains 1910-1960, Paris, Flammarion, 2013.
FOLGARAIT, Leonard, Mural painting and social revolution in Mexico, 1920-1940: art of the New
Order, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.
NOBLE, Andrea, Photography and Memory in Mexico. Icons of Revolution, Manchester, Manchester
University Press, 2010.
PLAA, Monique, Aspects du muralisme mexicain, Paris, CNED ; PUF, 2008.
TEJADA, Roberto, National Camera. Photography and Mexico’s Image Environment, Minneapolis,
University of Minesotta Press, 2009.

ES0A802V – 48 h – 6 ECTS
Archives et Contre-archives latino-américaines : Des livres indigènes à la cyber-littérature
Responsable : Patrick Lesbre
Équipe enseignante : José Contel, Thérèse Courau, Patrick Lesbre, Michèle Soriano

1) Des livres indigènes aux livres européens : Du pictographique à l’alphabétique ou les


mémoires mésoaméricaines dans les archives européennes et américaines. José Contel
et Patrick Lesbre

La tradition religieuse méso-américaine peut être abordée à partir de l’archéologie, des manuscrits
pictographiques préhispaniques obéissant à leurs propres codes, des manuscrits biculturels copies des
codex préhispaniques mais comportant des gloses en espagnol ou en italien mais aussi des chroniques
alphabétiques de l’époque coloniale (XVIe et XVIIe) avec ou sans illustrations, ainsi qu’à partir des
procès des indiens idolâtres au XVIe siècle. De la confection à l’élaboration des contenus, chaque
source répond à des normes et à des exigences liées au contexte historique ou socio-culturel qui lui
sont propres. Dans le cadre d’un Master « Etudes romanes », le but sera de mettre tout d’abord en
évidence l’origine, la spécificité de chaque source, l’obligation de les comparer, les critiquer afin de
relever les éventuelles interpolations et les analyser.
Approche des sources :
a. Les manuscrits préhispaniques ou copies de codex préhispaniques :
Codex Borgia, codex Vaticanus B (Vatican- Rome)
Codex Borbonicus (Assemblée Nationale. Paris)

b. Codex biculturels (livre indigène + livre européen)


Codex Telleriano Remensis (BNF-Paris)
Códice Tudela (Madrid)

c. Sources alphabétiques : enquêtes avec illustrations


Primeros Memoriales (Madrid)
Códice Florentino (Florence)
Historia de las Indias de Nueva España. Atlas de Durán (Madrid)
25
d. Sources alphabétiques
Hystoyre du Mechique (Ms français BNF)
Historia de los mexicanos por sus pinturas (Benson Library – Austin – Texas).
Procesos de indios idólatras (Archivo General de la Nación)

Indiens préhispaniques et coloniaux du Mexique: écriture et religion


1. Découverte des codex mésoaméricains par les conquistadors espagnols (chronologie, géographie)
2. Ecriture aztèque (usages, type de codex)
3. Maintien colonial (justice, mémoire des alliés indiens, plaintes devant les tribunaux, registres de
tributs, etc.)
4. Codex Cuevas, généalogies, Cartes
5. Adaptation, évolution, création (Matricula de Huexotzinco, prénoms chrétiens, titres, phrases,
testerianos etc.)
6. Déperdition (illustrations) et renouveaux (Techialoyan).

2) Contre-archive du discours littéraire féministe (XXe – XXIe)


Thérèse Courau et Michèle Soriano

Les discours féministes des écrivaines hispanophones s'inscrivent dans un dialogue interculturel et
transculturel permettant de renouveler nos approches et nos catégories. Les questions que le genre
pose au multiculturalisme (Maria Luisa Femenías) ou celles que la violence de genre pose à nos
sociétés contemporaines sont des problèmes que les écrivaines féministes latino-américaines rendent
visibles à partir de leur contexte, et les perspectives qu'elles développent peuvent contribuer à
interroger les formes d'opacité que maintiennent nos sociétés européennes dans les fictions
d'homogénéité qu'elles promeuvent.
Quel sens donner à l'asymétrie quantitative et qualitative provoquée par l'accès différentiel genré au
champ littéraire ? Comment mettre en valeur les innovations engendrées dans le champ littéraire par
les politiques identitaires initiées dans les sociétés latino-américaines qui se révèlent souvent
beaucoup plus radicales que celles engagées dans nos sociétés européennes ? Quelle pertinence ont
aujourd'hui les hiérarchies esthétiques (canon commercial, paralittérature, canon littéraire
académique) que nous ne pouvons ignorer dans le champ universitaire lorsque l'industrie culturelle
est l'un des lieux cruciaux où se construisent nos identités ? Ces questions appellent une réflexion
épistémologique mais également une remise en question de nos pratiques, elles signalent par ailleurs
l'importance que nous devons attribuer aux problématiques de la traduction, de l'édition et des
transferts culturels.

Œuvres étudiées :
Alfonsina Storni, Antología mayor, Madrid, Ediciones Hiperión, 1997.
Alfonsina Storni (Mariela Méndez, Graciela Queirolo, Alicia Salomone, Ed.) Nosotras... y la piel:
selección de ensayos de Alfonsina Storni, Madrid, Alfaguara, 1998.
Rosario Castellanos, Mujer que sabe latín…México, Fondo de cultura económica, (1973), 1984.
Rosario Castellanos, El uso de la palabra, México, Editores mejicanos unidos, (1974), 1987.
Rosario castellanos, El eterno femenino, México, Fondo de cultura económica, (1975), 2006. Ana
Lydia Vega y Carmen Lugo Filippi : Vírgenes y mártires, Rio Piedras, Puerto Rico, Antillana, 1981.
Ana Lydia Vega, Falsas crónicas del sur, Río Piedras, Ed. Universidad de Puerto Rico, 1991. Ana
Lydia Vega, Esperando a Loló y otros delirios generacionales, Río Piedras, Ed. Universidad de
Puerto Rico, 1995.
Ana Lydia Vega, El nuevo día, Columnas, « A cuatro ojos » por Ana Lydia Vega
http://www.elnuevodia.com/opinion/columna/analydiavega/

26
Bibliographie :
Alicia Salomone, Alfonsina Storni: mujeres, modernidad y literatura, Buenos Aires, Corregidor,
2006.
María Luisa Gil Iriarte, Testamento de Hécuba. Mujeres e indígenas en la obra de Rosario
Castellanos, Universidad de Sevilla, 1999.
Marie Ramos Rosado, La mujer negra en la literatura Puertorriqueña : Cuentística de los setenta,
Río Piedras, Ed. Universidad de Puerto Rico, 1999.
Marie Ramos Rosado, Destellos de la negritud : Investigaciones caribeñas, San Juan, Isla Negra,
2011.
María Luisa Femenías, El género del multiculturalismo, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes
Editorial, 2007.

UE ES0A902V – 24 h – 3 ECTS
Représentations américaines 3 : Histoire intellectuelle de l'Amérique latine
Responsable : François Godicheau
Équipe enseignante : François Godicheau et Modesta Suárez

Figures et imaginaires de l’ordre et du dsordre dans les mondes ibro-amricains (XIXe-XXe


siècles)

Organisation
Les deux professeurs proposent d’aborder chacun depuis sa discipline (histoire et études poétiques)
deux versants d’une même interrogation : comprendre les phénomènes sociaux, politiques et
littéraires qui vont mener des Indépendances latino-américaines du XIXème siècle aux républiques
du XXème siècle. Chacun des enseignants sera présent pendant les séances assurées par l’autre de
sorte à établir ce dialogue interdisciplinaire et à y faire entrer les étudiants.
Les six premières séances peuvent être réunies sous le titre suivant :
Les bandits, figures de l'ordre et du désordre au XIXe siècle
L’écroulement de l’ordre d’Ancien régime qui régnait sur toute la monarchie catholique fut un
éboulement plus lent que ne le laissent croire les quelques années des guerres d’indépendances, et
l’on présente souvent les décennies qui suivent comme agitées de convulsions, tant semble difficile
l’installation d’un ordre nouveau, correspondant à notre modernité. Dans le passage entre un ordre
traditionnel, corporatif, correspondant à une monarchie composée qualifiée parfois d’Empire, et celui
des Etats-nations nés au XIXe siècle, se déploient l’invention de deux « réalités » qui nous semblent
aujourd’hui naturelles et que l’on présente volontiers comme ayant existé de toute éternité : la société
et l’Etat. Dans le cadre de recherches entreprises collectivement sur ce passage, on s’intéressera à la
question de l’ordre social et à la manière dont on peut l’appréhender à partir de ses marges, celles du
désordre ; concrètement, les bandits. L’histoire des bandits a été abordée par le grand historien anglais
Eric Hobsbawm comme celle d’une survivance d’un monde ancien, une forme de protestation sociale
qualifiée de « pré-politique ». Cette vision, typique d’une histoire qui regarde le passé avec les yeux
du présent, sera questionnée au cours du séminaire : on tentera de montrer à quel point la figuration
des bandits a accompagné et servi la définition du nouvel ordre social, composite et fragile, qui
émergea au XIXe, en particulier en Espagne et à Cuba, sans tracer a priori de frontière entre
l’évolution des deux rives de l’Atlantique. On pourra faire des incursions dans le Río de la Plata, au
Mexique et dans d’autres pays. Nous nous baserons sur des textes de toutes sortes, depuis les lois,
décrets et bandos divers jusqu’aux romans et pièces de théâtre en passant par les archives judiciaires.

Les six séances suivantes correspondront à l’intitulé suivant :


Remise en ordre d'un imaginaire latino-américain (XIXème et XXème siècle).
27
Il est de coutume de signaler des décalages chronologiques, au début du XIXème siècle, entre les
processus économiques, institutionnels, sociaux qui se produisent dans les républiques
latinoaméricaines et ce que l’on a appelé une « imagination colonisée ». Les imaginaires
latinoaméricains seraient alors encore la proie de dépendances d’un autre siècle et auraient du mal à
se construire de façon autonome. Mais en quoi consisterait cette autonomie ? Et par quels «
mécanismes » pourrait-elle se mettre en place ?
L’histoire de la littérature a essayé de répondre à ces questions et avance plusieurs lectures. Nous
nous concentrerons sur les réflexions de deux intellectuels du XXème siècle qui, tous deux, ont essayé
de proposer une vision continentale critique de ces bouleversements et de ces émancipations (de leurs
insuffisances et de leurs succès, de leurs oublis ou de leur pertinence). Ce sont, d’un part, Antonio
Cornejo Polar, le Péruvien et, d’autre part, Edouard Glissant, l’Antillais. Les réflexions du premier
portent sur la notion d’ « hétérogénéité » en littérature quand celles du second abordent ce qu’il
appelle la « poétique du Divers » et la « relation du Tout-Monde ». Nous considérerons ces deux
manières de réfléchir dans un dialogue riche avec d'autres penseurs et critiques continentaux comme
Angel Rama, Walter Mignolo ou Ana Pizarro.
Que nous apprennent ces manières « de réorganiser » les grands modèles littéraires lorsque l’on
considère, par exemple, la création poétique (cf. la suprématie du modèle français de la fin du
XIXème siècle) ou lorsqu’il s’agit d'en réorganiser la lecture (dans l'exercice de la critique littéraire)
pour donner lieu à la constitution d’une littérature latino-américaine.
Una anthologie de textes couvrant ces deux versants (création et critique) devra nous permettre de
suivre, au plus près de leur propos, ces processus.

Bibliographie indicative :
Cornejo Polar, Antonio, Escribir en el aire: ensayo sobre la heterogeneidad socio-cultural de las
literaturas andinas, Lima, Horizonte, 1994.
Gilard, Jacques et Flores Enrique, « Chanter le bandit - Ballades et complaintes d’Amérique latine »,
Caravelle, n° 88, 2007.
Glissant, Edouard, Introduction à une poétique du Divers, Paris, Gallimard, 1996.
Glissant, Edouard, L’imaginaire des langues, Paris, Gallimard, 2010.
Godicheau François et Sánchez León Pablo (eds.), Palabras que atan. Metáforas y conceptos del
vínculo social en la historia moderna y contemporánea, Madrid, Fondo de Cultura Económica, 2015.
Hobsbawm, Eric, Les Bandits, Paris, Zones, 2008.
Mariátegui, José Carlos, Siete ensayos de interpretación de la realidad peruana, Caracas, Biblioteca
Ayacucho, 2007, [1ère éd 1928],
http://www.bibliotecayacucho.gob.ve/fba/index.php?id=97&tt_products=69
Oviedo, José Miguel, Historia de la literatura hispanoamericana, tome 1 : De los orígenes a la
emancipación (1995) ; tome 2 : Del romanticismo al modernismo (1997) ; tome 3 : Posmodernismo,
vanguardia, regionalismo (2001) et tome 4 De Borges al presente, Madrid, Alianza Editorial, 2001.
Pizarro, Ana (éd), América Latina: palabra, literatura y cultura, Santiago du Chili, Ediciones
Universidad Alberto Hurtado, 2013.
Sottocasa Valérie (dir.), Les Brigands. Criminalité et protestation politique (1750-1850), Rennes,
PUR, 2013.

ES0A112V – 24 h – 3 ECTS
Archives et Contre-archives latino-amricaines 2 : Contre-archives de la violence
Responsables : Marie Agnès Palaisi et Michèle Soriano

Violence de genre, pratiques sociales et pratiques artistiques (XIXe – XXIe)

28
Depuis l’émergence des États nations, les régimes autoritaires, les mouvements révolutionnaires, les
dictatures militaires, les processus successifs de démocratisation limités par les violences
économiques et les guerres de basse intensité – qui se poursuivent dans la course à la globalisation
de l’économie – secouent considérablement les pays latino-américains. Ces crises chroniques
encadrent et informent des constructions complexes et contradictoires de l’identité nationale. Ces
constructions subissent des turbulences aboutissant aujourd'hui à une exacerbation des formes de
violence de genre et de ce que Maria Luisa Femenías nomme le « sexisme opérationnel » (2006).

L'examen de différents contextes montre que, comme l'indique Jules Falquet : « la violence – tant
politique que contre les femmes – bien loin d’être un errement douloureusement incompréhensible
ou un regrettable débordement de cruauté individuelle, apparaît alors au contraire comme une
véritable institution, qui lie la sphère privée et la sphère publique, l’idéel et le matériel, et qui est à la
fois relation sociale et mécanisme de reproduction des rapports sociaux. » (Falquet 1997). En
contrepartie, les historiennes, sociologues et philosophes latino-américaines s'accordent à reconnaître
l'existence de mouvements, de pratiques et de discours, souvent portés par les femmes, qui
constituent, au fil des crises successives, une culture minoritaire de résistance et de résilience
(Femenías 2006). C'est cette culture minoritaire qu'il nous importera de mettre en lumière et en valeur
dans cette unité d'enseignement.
Ce cours se propose de contraster les pratiques politiques violentes et les différentes formes
d’engagements sociaux et culturels qui œuvrent dans une dynamique progressiste de démocratisation.

La presse, la radio, le cinéma, la télévision, et aujourd'hui la cyberculture et la cyberlittérature


constitueront les corpus analysés afin de rendre visibles ces cultures et pratiques minoritaires bien
souvent négligées. Des contes de Juana Manuela Gorriti aux performances des Madres de Mayo ou
de Regina José Galindo, des épisodes de mini-séries aux performances de Valeria Andrade ou aux
cybertextes de valeria flores, il s'agira de reconstruire des parcours de résistance et de résilience à
cette violence politique structurelle. Aujourd'hui, la cyberculture se définit essentiellement par le fait
d’être post-autonome. Le concept de post-autonomie implique un changement dans la conception de
l’écriture, la littérature, l'audio-visuel, la production et la diffusion. Il marque la fin des champs
bourdieusiens et fait que les productions artistiques et culturelles entrent et sortent du champ culturel,
à la frontière entre le culturel, l’économique et le politique, entre le transdisciplinaire et l’anti-
disciplinaire, en réponse à l’émergence d’une nécropolitique caractéristique des gouvernements
capitalistes néolibéraux qui renforcent les figures nationales hégémoniques et masculinistes.

1)Violencia de género y melodrama : de Juana Manuela Gorriti a Albertina Carri

Textes étudiés :
Juana Manuela Gorriti, Sueños y realidades (1865)
https://ia600203.us.archive.org/4/items/sueosyrealidad02gorruoft/sueosyrealidad02gorruoft_bw.pdf
Juana Manuela Gorriti, Panoramas de la vida 1 & 2 (1876)
http://www.biblioteca.org.ar/libros/131952.pdf
http://www.cervantesvirtual.com/obra/panoramas-de-la-vida-coleccion-de-novelas-
fantasiasleyendas-y-descripciones-americanas-tomo-ii--0/
Albertina Carri, 23 pares, miniserie TV, septiembre/diciembre 2012, Canal 9, Instituto Nacional de
Cine y Artes Audiovisuales, Contenidos Digitales Abiertos.

Bibliographie :
Arambel-Guiñazú, María Cristina, y Claire Emilie Martín (2001): Las mujeres toman la palabra.
Escritura femenina del siglo XIX en Hispanoamérica (volumen I). Madrid/Frankfurt:
Iberoamericana/Vervuert, 2001.

29
Batticuore, Graciela (1999): El taller de la escritora: veladas literarias de Juana Manuela Gorriti.
Lima - Buenos Aires (1876/1877-1892). Rosario: Viterbo (Biblioteca Tesis: ensayo).
Fletcher, Lea (1994): Mujeres y cultura en la Argentina del siglo XIX. Buenos Aires, Feminaria.
Iglesia, Cristina (1993): El ajuar de la patria: ensayos críticos sobre Juana Manuela Gorriti.
Buenos Aires: Feminaria.
Le Dœuff, Michèle (1998), Le sexe du savoir, Paris, Aubier.
— (1989), L’étude et le rouet, Paris, Seuil.
Mercader, Martha (1980): Juanamanuela, mucha mujer (novela). Buenos Aires: Sudamericana, 1980.
Molina, Hebe Beatriz (1999): La narrativa dialógica de Juana Manuela Gorriti. Mendoza
(Argentina): Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad Nacional de Cuyo.
Planté, Christine (1989), La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Seuil. Royo,
Amelia (1999) : Juanamanuela, Mucho Papel: Algunas Lecturas Criticas de Textos de Juana
Manuela Gorriti, Salta: Ediciones del Robledal.
Soriano, Michèle (2013), “De la niña inútil a la Barbie pornostar: melodrama, género y canon en el
discurso feminista latinoamericano”, María A. Semilla Durán (Ed.), Variaciones sobre el melodrama,
Madrid, Casa de Cartón, p. 397-424.
Soriano, Michèle (2014), “23 pares de Albertina Carri : de l'intime à l'histoire”, Jeanne Raimond et
Jean Louis Brunel (Eds.), Transmissions textuelles, Institut International de Sociocritique &
Université de Nîmes, p. 157-172.
Soriano, Michèle (2014), “Animación: distanciar, desnaturalizar, experimentar. Dispositivos híbridos
de Albertina Carri”, Laurence Mullaly y Michèle Soriano (Dir. y Ed.), De cierta manera.
Cine y genero en America latina, Paris, L’Harmattan, p. 197- 222.
Mullaly, L. y Soriano, M. (Ed.) (2014), De cierta manera. Cine y genero en America latina, Paris,
L’Harmattan.

2) Violencia de género, necroescritura y cybercultura

Textes étudiés :
Andrade, Valeria, Cañon de carne, mise en ligne le 23 mai 2011 https://www.youtube.com/watch?
v=hI2-Z-fHeM4
flores, valeria, ¿donde es aquí ?, 2015 (texte)
http://www.bibliotecafragmentada.org/wp-content/uploads/2015/11/Dónde-es-
aqu%C3%ADcompleto-con-tapas.pdf
flores, valeria, ¿donde es aquí ?, 2015 (performance à Córdoba, Argentine, mars 2015)
https://vimeo.com/130742546
Benítez, Rohry, et alii, El silencio que la voz de todas quiebra Mujeres y víctimas de Ciudad Juárez,
Ediciones del Azar, Taller de Narrativa, Primera edición, Chihuahua, México, 1999.

Bibliographie :
Agamben, Giorgio, Le règne et la gloire. Homo Sacer II, Paris, Seuil, 2008.
Butler, Judith, Ce qui fait une vie. Essai sur la violence, la guerre et le deuil, Zones, coll. « Zones »,
2010.
Falquet Jules et alii, (dirs.), Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du
travail, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2010.
Flaquet, Jules, « Guerre de basse intensité contre les femmes? La violence domestique comme torture,
réflexions sur la violence comme système à partir du cas salvadorien », Nouvelles Questions
Féministes, Vol. 18, 3-4. 1997, pp 129-160.
Fourez Cathy, Scènes et corps de la cruelle démesure : récits de cet insoutenable Mexique, Paris,
Mare et Martin, 2012.

30
Guil Bozal, Ana, Redes sociales y praxis ciberfeminista: Nuevas alianzas en Internet, Asparkía,
Investigació feminista, n°22, 2011, p.73°83
http://www.raco.cat/index.php/Asparkia/article/viewFile/257289/344380
Mbembe, Achille, « Necropolitics », Public Culture, vol.15, núm.1, invierno de 2003, págs.11-40.
Radford Jill y Russell Diana, Femicide: The Politics of Woman Killing, New york, Twaine Publishers,
1992.
Rivera Garza Cristina, Dolerse : textos desde un país herido, México, Sir ediciones, 2011.
Rivera Garza Cristina, Los muertos indóciles, México, Tusquets, 2013.
Segato Rita Laura, La escritura en el cuerpo de las mujeres asesinadas en Ciudad Juárez, México,
Universidad de Claustro San Juana, colección Voces, 2006.
Valencia Sayak, Capitalismo gore, España, Melusina, 2010.

31
ENSEIGNEMENTS DE TRONC COMMUN

Traduction et traductologie

UE ES00703V – 24 h – 7 ECTS
Traduction et traductologie 1
Responsable : Cécile Mary-Trojani
Equipe enseignante : Cécile Mary-Trojani et Luis González

UE ES00803V – 24 h – 3 ECTS
Traduction et traductologie 2
Responsable : Sylvie Baulo
Equipe enseignante : Sylvie Baulo et Renaud Cazalbou

Présentation commune aux deux UE, semestre 7 et 8 : Au cours de ce séminaire il s'agira pour
l’étudiant.e d’améliorer sa pratique de la traduction du français vers l’espagnol et de l’espagnol vers
le français en introduisant peu à peu dans sa démarche une réflexion épistémologique sur ce que l'on
appelle la traductologie afin de pouvoir justifier sa propre démarche de traduction à partir d’un
positionnement scientifique réfléchi et assumé. Durant la première année du master, un premier cours
sera proposé à partir d’un éventail de textes du XVIe au XXIe à traduire. L’étudiant.e sera incité
systématiquement à justifier ses choix de traduction en fonction de sa connaissance du texte dans sa
globalité et en se mettant dans une position de traduction à visée universitaire (avec système de notes
pour certains problèmes lexicaux, de registre, etc.). Lors des dernières séances du séminaire, il pourra
lui être proposé la traduction d’un minicuento dans sa totalité de façon à se rapprocher d’une
traduction à visée professionnelle.

ES00903V – 24 h – 3 ECTS
Traduction et traductologie 3 – Traductologie et traduction(s)
Responsable : Solange Hibbs
Equipe enseignante : Solange Hibbs et Marie-Agnès Palaisi

Histoire, démarche epistémologique et pratique de la traduction


Partie I : La traductologie : Concepts, méthodes et enjeux. Solange
Hibbs

Au cours de ce séminaire il s'agira pour l’étudiant-e de mener une réflexion épistémologique sur ce
que l'on appelle la traductologie afin de poser sa propre démarche de traduction. Nous l’amènerons à
juger de la pertinence de sa démarche et à dégager les orientations qui ont permis à la traduction de
devenir sujet et objet d'un savoir propre. Il conviendra de considérer la traductologie non pas comme
une 'discipline' objective mais comme une pensée de la traduction et d'étudier ce qui a constitué la
préhistoire de la traductologie (l'ensemble des réflexions à travers les siècles sur les techniques et les
méthodes propres à fonder de 'bonnes traductions’) et les tentatives plus récentes de théorisation. La
réflexion sur la traduction sera également ouverte aux apports de l'interdisciplinarité. En effet, la
traduction en tant qu'activité complexe et multiforme suscite l'intérêt de chercheurs et de spécialistes
32
dans des domaines aussi divers que la linguistique, l'analyse du discours, la littérature, la
psycholinguistique, l'histoire des idées et de la culture. Elle est devenue particulièrement présente
dans les études de genre, dans la réflexion sur les transferts et médiations en sciences humaines.
La première partie du séminaire abordera des aspects divers, à savoir: l'histoire de la traduction, la
critique des traductions, l'opération traduisante et le processus cognitif, les enjeux idéologiques et
culturels de la traduction

Partie 2 : La traduction et ses pratiques


Marie-Agnès Palaisi-Robert
Au cours de la deuxième partie du séminaire et suite à cette réflexion épistémologique portant à la
fois sur la réflexion sur la traduction (traductologie) et sur le processus de traduction, l’étudiant-e
sera mis en situation de traduction de textes littéraires à produire ex nihilo, en prenant en compte le
public visé, ou bien à poser sur des traductions déjà existantes. Il ou elle sera ainsi formé à la critique
des traductions dans le sens d’une analyse sur le processus traductif et ses résultats (avec une
justification).
Une bibliographie exhaustive et récente en matière de traductologie leur sera fournie ainsi qu’un
corpus de textes sur la traduction et de textes traduits (anglais, espagnol, français et éventuellement
portugais) sera proposée.

Bibliographie commune

Assouline, Pierre, La condition du traducteur, Paris, Centre National du Livre, 2011


Ballard, Michel (coord.), Qu’est-ce que la traductologie ?, Arras, Artois Presses Université, 2006
Berman, Antoine, L’épreuve de l’étranger, Paris, Editions Gallimard, 1984
Berman, Antoine, L’âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin. Un
commentaire, Paris, Intempestives, Presses Universitaires de Vincennes, 2008
Cassin, Barbara, Eloge de la traduction – Compliquer l’universel, Fayard, Paris, 2016.
D’hulst, Lieven, Essais d’histoire de la traduction. Avatars de Janus, Paris, Classiques Garnier, 2014
Eco, Umberto, Dire presque la même chose. Expériences de traduction, Paris, Grasset, 2006 Hibbs,
Solange, Monique Martinez (eds.), Traduction, adaptation, réécriture dans le monde hispanique
contemporain, PUM, Toulouse 2006
Meschonnic, Henri, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999
Ost, François, Traduire : défense et illustration du multilinguisme, Paris, Fayard, Collection
Ouvertures, 2009
Oustinoff, Michaël, La traduction, Paris, PUF, 2003
Ricœur, Paul, Sur la traduction, Paris, Bayard, 2004

Méthodologie

ES00704V – 24 h – 3 ECTS
Séminaire transversal : Méthodologie
Responsable : Jean-Luc Nardone
Équipe enseignante : Renaud Cazalbou, Monique Martinez, Jean Michel Mendiboure, Jean-Luc
Nardone

Ce séminaire est divisé en 4 séquences de 6h chacune.

Séquence I : Paléographie
33
Jean-Luc NARDONE

L’objectif de ce cours est de familiariser les étudiants avec un texte ancien (manuscrit ou imprimé) et
plus généralement avec les codes de la paléographie. Ces travaux sur la paléographie sont intimement
liés à l’équipe de recherche d’italien, Il Laboratorio (http://laboratorio.univ-tlse2.fr/) dont l’un des
axes est l’étude des manuscrits et textes anciens et dont la revue en ligne line@editoriale
(http://e-revues.pum.univ-tlse2.fr/sdx2/lineaeditoriale/index.xsp) s’attache particulièrement
à la publication d’inédits, de transcription de manuscrits, de descriptions de fonds anciens, etc.
Le cours si partagera en trois séances de 2h comme suit :
—Cours 1 : Abrégé de l’histoire de l’écriture ; découverte des principales écritures ; lexique essentiel
de la paléographie.
—Cours 2 : À partir de l’étude d’un texte français imprimé du début du XVIIe s., nous dégagerons
les principaux critères de transcription d’un texte ancien. Les étudiants travailleront ensuite en
fonction de leur langue de spécialité sur des documents espagnol, italien ou portugais.
—Cours 3 : Corrigé du travail d’édition critique pour chaque texte. La question des « notes ».
Extension de ce travail aux questions de l’édition d’un manuscrit moderne.
Il n’y a pas de bibliographie particulière et l’essentiel du cours consistera en des exercices pratiques
commentés.

Séquence II : Étymologies : mythes et vérités.


Renaud Cazalbou

La tradition universitaire veut que l’on se réfère, pour expliquer un concept ou une notion, à
l’étymologie qui serait un gage de vérité. Or, il s’agit là d’une pure convention en même temps qu’un
acte de foi envers une supposée supériorité du passé, comme si l’on n’avait cessé, au fil de l’histoire,
de s’écarter de l’essence même des choses. On finit alors par considérer que le recours à l’étymologie
est une sorte de retour aux origines. Or, s’il est vrai que la recherche étymologique peut nous en
apprendre beaucoup sur les changements, au cours de l’histoire, de perceptions sur les êtres et les
choses, il conviendra d’en montrer aussi les limites. En effet, la comparaison entre les langues
romanes permettra de voir qu’à partir d’une même langue d’origine (le latin) des choix différents ont
été faits qui conduisent à des mots totalement différents pour désigner, parfois, des réalités similaires.

Séquence III : Dispositifs littéraires, médiatiques et artistiques


Monique Martinez Thomas
Il s’agira dans cette courte introduction à la création contemporaine de jeter les bases pour l’analyse
des productions artistiques qui intègrent souvent des supports différents de représentation, aussi bien
« classiques » (littérature, arts plastiques, cinéma, théâtre, musique, photographie) que médiatiques
(au sens de nouvelles technologies mais pas exclusivement). Comment aborder de telles œuvres ?
Comment travailler ces formes hybrides, cette intermédialité en jeu, caractéristique du monde
d’aujourd’hui ? Comment se défaire des catégories traditionnelles d’analyse ? Ou comment les
repenser pour analyser les échos, les flux, les contaminations de formes, de sons, d’effets ?

Eric Méchoulan, « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités , n° 1 : naître,


2003, p.19.
Célia Vieira et Isabel Rio Novo (ed). Inter Media, Littérature, cinéma et intermédialité, Paris,
L’Harmattan, Logiques sociales, 2011
Euriell Gobbé-Mévellec : "De l'album jeunesse aux applis livre : nouveaux dispositifs de lecture",
Mémoires du livre / Studies in book culture, « Livre et jeu vidéo » Sous la direction de Fanny Barnabé
et Björn-Olav Dozo, Volume 5, Numéro 2, printemps 2014.

34
Monique Martinez Thomas, Dispositive, Intermediality and Society: Tales of the bed in
Contemporary Spain, en MECHOULAN, Eric, Intermedialities, Susbtance, Vol. 44, No. 3, 2015.

Séquence IV : L’image fixe


Jean-Michel Memdiboure

La séquence cherchera à donner une vision aussi précise que possible des outils, du vocabulaire et
des enjeux de l’approche scientifique de la lecture des images fixes. La présentation théorique de la
méthodologie s’appuiera plus particulièrement sur des supports picturaux.
Objectifs
Consolider la maîtrise des techniques d’analyse iconographique susceptibles d’être employées de
façon centrale ou périphérique dans les travaux de recherche des étudiants.
Valoriser les différents types d’images comme support exploitable dans une démarche de recherche.

Bibliographie indicative
AUMONT, Jacques : L’image, 1990, Paris, Nathan
FOZZA, Jean-Claude – GARAT, Anne-Marie – PARFAIT, Françoise : Petite fabrique de l’image,
2003, Paris, Magnard
GERVEREAU, Laurent : Voir, comprendre, analyser les images,
JOLY, Martine : Introduction à l’analyse de l’image, 1993, Nathan
LANEYRIE-DAGEN, Nadeije : Lire la Peinture (Dans l’intimité des œuvres), 2002, Paris, Larousse
TERRASA, Jacques : L’analyse du texte et de l’image en espagnol, Paris, Nathan

UE ES00705V – 24 h – 3 ECTS
Méthodologie 1 : Littérature et civilisation

Responsable : Marc Gruas


Équipe enseignante : François Godicheau, Marc Gruas, Margherita Orsino, Michèle Soriano, Alet
Valéro
Présentation : Cette UE est destinée à présenter aux étudiant.es les grandes lignes méthodologiques
qui leur seront utiles dans leur réflexion au cours de leur travail d'initiation à la recherche.

1. Méthodologie des discours littéraires et artistiques


Marc Gruas, Margherita Orsino, Michèle Soriano

1.1. Langue, Signe, Discours


Michèle Soriano
La conception du signe de Ferdinand de Saussure et celle de la Langue qui lui est associée ont eu un
retentissement considérable et constituent encore aujourd'hui le cadre de nombreux courants
linguistiques. Nous présenterons ici de façon partielle et synthétique deux courants également
importants qui adoptent des orientations divergentes.
Avec le premier, nous aborderons une conception différente du signe : celle qui correspond à la
sémiotique conçue par Charles Sanders Peirce, dont nous examinerons quelques développements
proposés par Umberto Eco – en particulier les notions d'interprtant et d'encyclopdie. À partir du
second, issu des travaux de Mikhaïl Bakhtine, nous traiterons de la théorie de l'nonc, associée au
questionnement des notions de « langue » et de « parole », afin d'introduire ensuite celle de « discours

35
» telle que la pratique l'école française de l'Analyse du discours. Nous nous centrerons alors sur
l'analyse du discours littéraire.
La dernière partie du cours sera composée de deux travaux publiés qui traitent des genres littéraires
à partir d'une conception transtextuelle de la généricité. Les hiérarchies associées aux genres
littéraires seront également mise en rapport avec certaines propositions des tudes genre.

1.2. L’œuvre de rupture contemporaine : un cheminement vers l’œuvre ouverte


Margherita Orsino
À partir de la seconde moitié du XXe siècle, les néo-avant-gardes pensent l’œuvre d’art autrement.
Cette évolution, qui va donner lieu à une vision « ouverte » de l’œuvre, dont Umberto Eco est le
théoricien le plus connu, influence notre conception de l’œuvre encore aujourd’hui. Nous allons
définir en quoi consiste tout d’abord la rupture « épistémologique » qu’apportent les avant-gardes
historiques de la première moitié du XXe siècle (exemples tirés du Futurisme italien et russe, du
Dadaïsme et du Surréalisme entre autres) ; ensuite nous allons approfondir la poétique de l’œuvre
ouverte de l’art informel (1950) aux néo-avant-gardes (1960 en avant). On s’arrêtera en particulier
sur les problématiques typiques des années 60-70 (expérimentalisme, langage et idéologie, œuvre et
engagement). La dernière partie du cours comportera des travaux pratiques autour de l’art
performance internationale ou « poésie d’action » actuelle qui comporte à la fois la recherche sur un
langage translangue et transgenre et la poétique de l’œuvre ouverte.

1.3 Intertexte, intertextualité, réécriture


Marc Gruas
Cet enseignement vise à présenter la problématique de l’intertextualité, notion inaugurée par Julia
Kristeva, et à dresser une typologie des différentes déclinaisons de cette théorie du texte, en
s’appuyant notamment sur les travaux récents de Annick Bouillaguet, Sophie Rabau et Tiphaine
Samouyault. Ces travaux qui prolongent et réinventent les problématiques de la réécriture théorisée
par Gérard Genette dans Palimpsestes légitiment un bon nombre d’études intertextuelles portant sur
les domaines hispaniste, italianiste et lusophone. Il s’agira montrer, à partir d’exemples pris dans
l’aire des études romanes, la dynamique et la productivité de cette théorie.

Bibliographie :
Langage, discours, poétique :
Agamben, Giorgio, L'ouvert, Rivages Poche, 2006.
Bakhtine, Mikhaïl (1978), Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.
— [Bajtin, M. & Medvedev, P.] (1994), El método formal en los estudios literarios, Madrid,
Alianza.
Barthes, Roland (1985), L'Aventure sémiologique, Paris, Seuil.
— Éléments de sémiologie. In: Communications, 4, 1964. Recherches sémiologiques. pp. 91-
135. DOI : 10.3406/comm.1964.1029 www.persee.fr/doc/comm_0588-
8018_1964_num_4_1_1029
Barthes, Roland, L'obvie et l'obtus, essais critiques III, points (poche), 1992.
Bourdieu, Pierre (1992), Les règles de l'art, Paris, Seuil.
Bourdieu Pierre. Le champ littéraire. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 89,
septembre 1991. Le champ littéraire. pp. 3-46. DOI : 10.3406/arss.1991.2986
www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1991_num_89_1_2986
Bourdieu Pierre. La production de la croyance [contribution à une économie des biens
symboliques]. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 13, février 1977. L’économie des
biens symboliques. pp. 3-43. DOI : 10.3406/arss.1977.3493
www.persee.fr/doc/arss_03355322_1977_num_13_1_3493

36
Charaudeau, P. et Maingueneau, D. (Dir.) (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.
Communications, 15, 1970. L'analyse des images :
www.persee.fr/issue/comm_05888018_1970_num_15_1
Compagnon, A. (1998), Le démon de la théorie, Paris, Seuil.
Cros E. (2003), La sociocritique, Paris, L’Harmattan.
Didi-Huberman, Georges, Génie du non-lieu, Minuit, 2001
Dubois, J. (1983), L’institution de la littérature, Brusselles, Larbor.
Ducros, Franc, Le poétique, le réel, Paris, Meridiens-Klincksieck, 1987
Dion, Robert; Fortes, Frances et Haghebaert, Élisabeth (2001), Enjeux des genres dans les écritures
contemporaines, Québec, Nota Bene.
Eco, Umberto (2013), Sémiotique et philosophie du langage, Paris, PUF, Quadrige.
Eco, Umberto. Sémiologie des messages visuels. In: Communications, 15, 1970. L'analyse des
images. pp. 11-51. DOI : 10.3406/comm.1970.1213 :
www.persee.fr/doc/comm_05888018_1970_num_15_1_1213
Eagleton T. (1994), Critique et théorie littéraires. Une introduction, Paris, PUF.
Ezquerro, Milagros (2002), Fragments sur le texte, Paris, L'Harmattan.
Foucault, Michel (1966), Les Mots et les Choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris,
Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».
— (1969), L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard.
— (1971), L’Ordre du discours, Leçon inaugurale du Collège de France, Paris,
Gallimard. Gabellone, Pascal, La blessure du réel, L'Harmattan, 2011 Genette, G., Introduction
à l’architexte, Paris, Seuil, 1979.
— Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982.
— Seuils, Paris, Seuil, 1987.
— Fiction et diction, Paris, Seuil, 1991.
— Figures V, Paris, Seuil, 2002.
Maingueneau, D. (2004), Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand
Colin.
Schaeffer, Jean-Marie (1989), Qu'est-ce qu'un genre littéraire? Paris, Seuil.
— “Genres littéraires”, Ducrot O., et Schaeffer, J-M., Nouveau dictionnaire encyclopédique
des sciences du langage, Paris, Seuil, 1995.
Siblot, Paul, Les palimpsestes du texte ou les fantômes de l’interdiscours. Cahiers de praxématique
[En ligne], 33 | 1999, document 4, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 15 mai 2016. URL :
http://praxematique.revues.org/1977

Études Genre, canon et genres littéraires :


Bahar, Saba et Cossy Valérie (2003) “Le canon en question: l'objet littéraire dans le sillage des
mouvements féministes”, Nouvelles Question Féministes Vol. 22, N°2/2003.
Clio N° 11/ 2000 : Parler, chanter, lire, écrire, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.
Marini, M. (2002) “La place des femmes dans la production culturelle”, Thébaud F. (Dir.) Histoire
des femmes en Occident V- Le XXe siècle, Paris, Perrin, p. 403-432.
— (2003) “Entre genre (gender) et genre humain, quels rapports?” dans Fougeyrollas-Schwebel
D., Planté, C., Riot-Sarcey M. et Zaidman C., Le genre comme catégorie d’analyse, Paris,
L’Harmattan, p.137-151.
Nouvelles Questions Féministes, 2003/2 (Vol. 22) Féminisme et littérature.
https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2003-2.htm
Planté, Christine (1989) La petite sœur de Balzac, Paris, Seuil.
— [1991] (2002) “La confusion des genres” dans Hurtig, M-C., Kail M. et Rouch H. (coord.)
[1991] (2002), Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes, Paris, CNRS, p. 51-57.

37
— avec Fougeyrollas-Schwebel D., Riot-Sarcey M. et Zaidman C. (2003) Le genre comme
catégorie d'analyse, Paris, L'Harmattan.

Intertexte, intertextualité, réécriture :


Bouillaguet, Annick, L’écriture imitative – Pastiche, parodie, Colllage, Paris, Nathan, 1996, 185 p.
——— , “Une typologie de l’emprunt, Poétique, Novembre 89, nº 80, p. 489-497.
Compagnon, Antoine, La Seconde main ou le Travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, 156 p.
————, Le Démon de la théorie, Paris, Seuil, 1998, 306 p.
Gignoux, Anne Claire, Initiation à l’intertextualité, Paris, Ellipses, 2005, 156 p.
Gruas Marc, « Eça de Queiroz, chroniqueur-traducteur-citateur dans la Gazeta de Notícias»,
Traduction et lusophonie – Trans-actions ? Trans-missions ? Trans-positions, Presses
Universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2006, p. 307-377.
————, La fabrique de journalisme d’Eça de Queiroz : procédés d’écriture des chroniques
parisiennes de la Gazeta de Notícias de Rio de Janeiro, Thèse de docorat nouveau régime, Univ.
Toulouse Le Mirail, 2000, 721 p.
————, Lecture et réécriture dans la “fabrique de journalisme d’Eça de Queirós: l’exemple d’un
“Echo de Paris”, Revue Quadrant, n º 17-2000, p. 107-132.
————, «Le travail de la citation littéraire dans les chroniques de Paris d’Eça de Queiroz»,
Quadrant, n º 27, Perméabilités dans les littératures et les arts des pays lusophones, Centre de
Recherche LLACS, Université Paul-Valéry – Montpellier III, 2010, pp. 99-126.
—————, Lecture et réécriture dans la “fabrique de journalisme d’Eça de Queiroz: l’exemple d’un
“Echo de Paris”, Revue Quadrant, n º 17-2000, p. 107-132.
————, Eça de Queiroz jornalista, Lisbonne, Livros Horizonte, 1970, 342 p.
Morawski, Stephan, “The Basic Functions of Quotation”, Sign, Language, Culture, Janua
Linguarum, Serie I, La Haye-Paris, Mouton, 1970, p. 690-705.
Poétique, “Intertextualités”, 1976, n º 27, 384 p.
Piégay-CROS, Nathalie, Introduction à l’Intertextualité, Paris, Dunod, 1996, 186 p.
Rabau, Sophie, L’intertextualité, Paris, GF Flammarion, 2002, 254 p.
Samoyault, Tiphaine, L’intertextualité – Mémoire de la littérature, Paris, Nathan Université, 2001,
127 p.
Sangsue, Daniel, La parodie, Paris, Hachette, 1994, 106 p.
————, La relation parodique, Paris, José Corti, 2007, 376 p.

Sites web et revues :


http://www.signosemio.com/index.asp
http://www.fabula.org/acta/ http://www.fabula.org/lht/
https://praxematique.revues.org/ https://www.cairn.info/revue-
nouvelles-questions-feministes.htm

2. Méthodologie de la civilisation
François Godicheau et Alet Valéro
Cours de François Godicheau :
Lors des trois séances qui nous réuniront, les étudiants seront invités à se pencher successivement
sur trois questions essentielles dans le travail de recherche des historiens. La première concerne les
sources et leur statut : qu'est-ce qui peut constituer une source en histoire ? Quelle est la relation des
historiens avec les sources ? La seconde concerne l'idée d'objet d'histoire : les chercheurs ne
trouvent pas des « sujets » tout constitués mais construisent de toutes pièces des « objets ». La
dernière concerne les questions de langage : les étudiants devront s'interroger sur les relations entre

38
le langage manié dans le présent et celui des sujets du passé et un exemple sera pris, celui de
l'histoire de la violence.
Pour chaque séance, une lecture préalable sera demandée aux étudiants, qui trouveront les textes sur
la plate-forme IRIS. Le séminaire débutera par un dialogue autour de cette lecture.

Cours d'Alet Valéro :

Cette initiation à la civilisation propose une double réflexion, historiographique et, en partie,
épistémologique. Elle est centrée, en particulier, sur le renouveau du champ disciplinaire au XXe
siècle et elle s’attachera à présenter les différentes approches théoriques et méthodologiques qui ont
vu le jour au long du XXe siècle, tout en examinant les débats entamés au sein du monde universitaire
et de la société. Un corpus de textes illustrant ces différentes approches théoriques et
méthodologiques sera proposé aux étudiants.

ES00706V – 24 h – 3 ECTS
Outils informatiques appliqués aux Études romanes
Responsable : Thérèse Courau
Équipe enseignante : Bibliothécaires du SCD, Thérèse Courau, Marc Gruas, Béatrice Crabère, Jean
Nimis

Présentation
Ce cours mutualisé s’adresse aux étudiants assidus de Master de Recherche des sections de langue
(espagnol, italien et portugais).
Maîtriser les outils informatiques est une nécessité pour les étudiants d’aujourd’hui. Ce cours se
propose essentiellement de vous accompagner dans la mise en forme et la présentation de vos travaux
de recherche. L’accent sera mis sur la maîtrise des logiciels de traitement de texte, notamment en ce
qui concerne la gestion des styles, des tables des matières, des citations, notes et références
bibliographiques, sur les outils de recherche documentaires et la constitution et la gestion de bases de
données, sur la maîtrise des tableurs et la création de graphiques à partir de données triées et
organisées, les présentations visuelles (cartes mentales et PREZI).

L’intégralité de la formation, y compris les exercices sont mis en ligne sur la plateforme IRIS.
Il vous est vivement conseillé de visiter régulièrement cet espace et de soumettre tous les
exercices à la correction en les déposant sur la plateforme du cours.

Évaluation
Les exercices envoyés à la correction ne seront pas notés, ils sont facultatifs. Seul le dossier réalisé
dans le cadre de l’examen final sera pris en compte pour la validation de l’UE. Nous vous
recommandons d’utiliser de préférence la suite Office de Microsoft.
Ce dossier est destiné à montrer que l’étudiant est capable de structurer un document texte (plan et
paragraphes par gestion des styles, table des matières, notes de bas de page, citations, bibliographie)
; de réaliser (en français) une carte mentale illustrant sa recherche ou de présenter des données sous
forme de tableau ou de graphique généré automatiquement sur tableur ; de mener à bien une recherche
bibliographique sur le moteur de recherche des bibliothèques universitaires (ARCHIPEL) et de gérer
les bibliographies obtenues par l’intermédiaire du module ZOTERO.
Le dossier comprendra obligatoirement un lien vers la présentation PREZI du projet de recherche.
Il devra être déposé sur la plateforme IRIS dans l’onglet Devoir avant le 15 janvier 2018.

39
ES00805V – 24h – 3 ECTS
Méthodologie 2 : Construction projet en réseau et valorisation
Responsable : Monique Martinez
Enseignant.es : Monique Martinez, Amaia Arizaleta

Cette UE se compose de deux parties distinctes qui visent à renforcer les compétences transversales
des étudiant.es tout en les préparant à la valorisation de leur parcours de formation. La première est
un atelier qui les conduira à la réalisation d'un mini-colloque lors duquel ils et elles pourront exposer
une partie de leur recherche. La seconde constituera une préparation indispensable à l'UE du semestre
9 : ES00901V : Professionnalisation. L'accent sera mis sur l'élaboration d'un projet de stage en
accord avec le projet professionnel et en fonction des partenaires potentiels sur le site de Toulouse.

1) Construction d'un projet en réseau : organisation d'un mini-colloque


Amaia Arizaleta
Cette première partie est conçue comme un atelier de préparation d’un mini-colloque dont
l’organisation repose entièrement sur les initiatives des étudiant.es et sur leur travail personnel et en
équipe. Si cette préparation développe leurs compétences transversales (recherche bibliographique,
échanges critiques, compte rendu de séance et compte rendu de lecture, organisation collective et
matérielle d'un événement public, communication et valorisation), elle leur offre aussi le moyen de
tester leur travail de recherche à partir d'un exposé public structuré en fonction de contraintes
spécifiques. Le regard critique acquis dans cet exercice est extrêmement utile pour l'étape finale de
rédaction du mémoire de recherche.
Chaque étape de cette organisation exige une production orale et une production écrite : dans chaque
séance hebdomadaire de 2 heures les étudiant.es communiquent oralement les résultats de leur travail
et un.e secrétaire de séance rédige un compte rendu synthétique qui est projeté, lu et commenté,
éventuellement corrigé, au début de la séance suivante. Ce CR corrigé prend place ensuite dans la
série de documents de référence pour l'élaboration du colloque. Les étudiant.es l'incluent dans la
plateforme de partage de leur choix, ouverte et gérée par leurs soins.
Description :
Première étape : a) exposé oral de l’état de la recherche personnelle par chaque étudiant.e ; b) débat
et construction progressive d’une thématique transversale.
Deuxième étape : a) recherche d’une bibliographie théorique et méthodologique commune qui
servira de cadre au mini-colloque ; b) mise en commun des références proposées au moyen de
présentations synthétiques en classe, incluses dans le blog du master ; c) sélection et justification de
la bibliographie commune ; d) construction d’un titre et d’une problématique transversale spécifiques
à partir du cadre sélectionné.
Troisième étape : a) rédaction collective d’un appel à communication ; b) rédaction personnelle
d’une proposition de communication ; c) discussions et commentaires, critiques et autocritiques.
Dernière étape ; réalisation d’une affiche, d’un programme, et du mini-colloque.
La communication comprendra : 15 mn de présentation, (éventuellement avec Power point ou Prezi)
et 5 mn de questions et discussion.
La présentation orale peut être réalisée en français ou dans l'une des trois langues romanes du master.
Cette UE est value en contrôle continu, à partir de la présentation orale et de l'investissement
dans le travail collectif.

40
2) Valorisation

Monique Martinez

En complément de la première partie du cours qui initie les étudiants à un travail en réseau dans un
contexte universitaire (organisation d’un mini-colloque), la partie valorisation sera préparatoire à
l’UE 901 qui prévoie un stage dans une organisation non académique de préférence.
Afin d’aider les étudiants à définir un projet susceptible de se transformer en mission dans une
structure susceptible de les accueillir (Festivals, Services culturels, Structures artistiques, Maison
d’édition, etc.), ce cours prendra la forme d’un Atelier collaboratif où les étudiants réfléchiront sur la
valorisation de leur recherche dans le monde socio-économique et culturel et sur la valeur ajoutée
que pourraient constituer leurs compétences dans des structures associatives ou dans des entreprises.
Cette partie de l'UE sera évaluée sous forme de présentation orale, un exposé du projet qui débouchera
sur le stage l’année suivante. La convention de stage définira un objectif précis avec un cahier des
charges incluant : la présentation de la structure ; les raisons du choix d’un aspect à développer
pendant le stage ; le déroulé de la mise en œuvre des actions prévues ; le compte rendu de la mission
de l’étudiant.

ES00905V – 24 h – 3 Ects
Méthodologie 3 : Méthodologie du mémoire
Responsable : Amaia Arizaleta
Équipe enseignante : Amaia Arizaleta, Solange Hibbs

Positionnement épistémologique et méthodologie de la recherche


Enseignant.es : Solange Hibbs

Présentation
Seront abordés les points suivants : 1) L’épistémologie : son rôle et son intérêt dans l’analyse des
procédures et des méthodes scientifiques ; 2) Le choix d’un sujet de recherche : critères de choix,
pertinence du sujet dans le champ scientifique. 3) La problématisation : problématiser nécessite de se
situer dans un champ de questions intellectuellement légitimes, à partir de perspectives qui mettent
ensemble ou excluent un certain nombre de données, qui permettent d’interpréter la réalité ou les faits
sous un certain point de vue. Les différentes composantes d’une problématique seront abordées :
cadre de référence et ancrage disciplinaire ; périmètre de recherche (recherche appliquée,
fondamentale recherche interdisciplinaire) ; construction de l’objet d’étude à partir d’un état de la
question et des ressources disponibles (problème de l’accessibilité de certaines sources, de la
constitution de corpus) ; formulation d’hypothèses à tester ; savoir raisonner et argumenter. 4) Les
outils de la recherche scientifique : comment utiliser les données (qualitatives vs quantitatives),
construire une bibliographie (validité scientifique des références, pertinence de la sélection et concept
de « parcours de lecture »), utiliser les outils technologiques. 5) La rédaction scientifique : une
attention particulière sera prêtée à la capacité à construire un plan, à proposer des transitions et des
enchaînements cohérents entre les différentes étapes de la réflexion, à clairement poser une
problématique dans l’introduction, à veiller à la qualité de la langue (notion de style, registre de
langue spécialisée et/ou scientifique, conventions de l’écriture), à intégrer citations et sources
externes (mise en garde contre le « plagiat »).

Bibliographie

CHARAUDEAU, Patrick , MAINGUENEAU, Dominique, Dictionnaire d’analyse du discours,

41
Paris, Seuil, 2002
FRAGNIÈRE, Jean-Pierre, Comment réussir son mémoire, Paris, Dunod, 2016
FRÉCON, Guy, Comment formuler une problématique ? Méthodologie de la réflexion, Paris, Dunod,
2012

Le passage à l’acte : rendre sa recherche publique


Enseignant.es : Amaia Arizaleta et Marc Gruas

Présentation
On continuera de travailler à la matérialisation des trois opérations à l’œuvre dans la démarche propre
à la réflexion des chercheurs : la critique réflexive, la comparaison des cas étudiés, la généralisation
du cas à la synthèse, pour ensuite nous entraîner à la transmission du savoir-faire appris. Une fois la
méthode d’enquête choisie, l’écriture apprivoisée et la posture de recherche adoptée, on travaillera à
la présentation orale, en faisant le lien entre l’expérience individuelle et l’expérience collective de la
recherche. L’étudiant développera sa capacité à problématiser et à synthétiser des ensembles de
données, et parcourra avec précision d’autres domaines, tout en accordant sa priorité à
l’argumentation publique et au débat oral d’idées.

Bibliographie

BOURDIEU, Pierre, « Objectiver l’objectivation », dans Le sens pratique, Paris, Les Éditions de
Minuit, 51-70.
DEVEREUX, Georges, De l’angoisse à la méthode, Paris, Flammarion, 1980.
DESVEAUX, Emmanuel, et alii, Faire des sciences sociales : Critiquer, Comparer, Généraliser,
Paris, EHESS, 2012.

ES00114V – 24 h – 3 Ects
Méthodologie 4 : Méthodologie de la recherche et projet de valorisation
Responsable : Monique Martinez Thomas

Equipe enseignante : Jean Nimis, Françoise Gilbert, Christine Pérès, Jean-Luc Nardone, Marc Gruas,
Florence Béziat, Monique Martinez

Comprendre les différents aspects de la recherche en France et à l’international

Cette UE a pour objectif d’initier les étudiants à l’internationalisation de la recherche par une
présentation de l’écosystème de la recherche française, publique et privée, comparé à celui de
différents pays cibles pour les étudiants de Master Etudes Romanes (Espagne, Italie, Portugal,
Colombie, Chili, Argentine, Brésil, etc.). Un intérêt tout particulier sera porté aux outils
internationaux de diffusion de la recherche que sont les Revues (comme par exemple Reflexos Revue
pluridisciplinaire du monde lusophone ) et sur les co-diplomations au niveau du Doctorat.
A l’issue de sa formation de Master, il est particulièrement utile à l’étudiant qui souhaiterait s’engager
dans la voie du Doctorat, d’en connaître les débouchés, d’apprécier la faisabilité d’une poursuite en
3ème cycle, de définir un projet professionnel cohérent pour la France ou pour l’étranger, de cerner les
compétences transversales attachées à ce diplôme.
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2016/5/25/MENS1611139A/jo/texte.

42
Un intérêt tout particulier sera porté à la valorisation de la recherche, en approfondissement des l’UE
pre-stages et stages, notamment pour générer des projets de recherche partenariale susceptibles de
déboucher sur des financements de thèses. Ce cours se donnera pour objectif d’éveiller la curiosité et
la conscience des étudiants de ce master recherche vis-à-vis des questions liées à la valeur
économique de la recherche en ALL et du levier celle-ci peut devenir dans le domaine de l’innovation
non technologique. Seront abordées des questions autour des éléments suivants : recherche-action,
recherche-intervention, de recherche partenariale, art et innovation, propriété intellectuelle, droits
d’auteur, compétences transversales acquises par la recherche, etc. Parallèlement, des exemples
concrets de valorisation seront présentés sur la base des travaux menés par la plateforme CRISO
(Création et Innovation Sociétale) portée par les chercheurs du laboratoire LLA- CREATIS et de la
cellule Valorisation de notre Université. http://criso.univ-tlse2.fr/

BIBLIOGRAPHIE :
BATY-SOREL, François et DELOFFRE-VYE Frédérique, Projet professionnel et doctorat, un duo
gagnant, Paris, Eyrolles, 2009.
CARRIAS, Bruno, Recrutez des docteurs pour booster votre entreprise, Paris, Eyrolles, 2009.
Conseil Supérieur de la Recherche et de la Technologie (CSRT), « La valorisation du doctorat hors
du monde académique », 2 mars 2012.
Devenir sur le devenir des docteurs de l’Université de Toulouse, Ecole des docteurs, Observatoire
2015. https://www.univ-toulouse.fr/sites/default/files/devenir_des_docteurs_2012_et_2014.pdf
LETOURNEUX, Frédérique, « SHS en entreprise : des intérêts mutuels à défricher », La lettre de
l’Etudiant, 9 octobre 2008.
LHERETE, Héloïse, « La solitude du thésard de fond », in Sciences Humaines n°230, octobre 2011.
JUGNOT, Stéphane, « Les chiffres des lettres », Bref n° 274, mai 2010.
Monique Martinez Thomas, « La recherche publique en France : quel coût pour quelle gratuité » In
Catherine Naugrette (ed), Le coût et la gratuité, Paris, L'Harmattan, 2013,Tome II, p. 187-198.
Monique Martinez Thomas, « L’hispanisme face à la R&D ou comment innover avec notre
« science » ?, in Christian Lagarde et Philippe Rabaté (éds.), Transversalité et visibilité disciplinaires
: les nouveaux défis de l’hispanisme, HispanismeS, n°2 (juin 2013), p.89-99
NOURRY, Marie-Anne, « Docteurs et entreprises, une méconnaissance réciproque », La lettre
de l’Etudiant n° 990, 7 juin 2010.
PERRUCHET, Aurélien, Le doctorat : un investissement rentable ? Approches économiques et
sociologiques, Paris, L’Harmattan, 2009.
POULAIN, Sébastien, « Bilan de compétence : valorisation professionnelle du doctorat », Université
Paris-I, 2011.
Projet Career, Compétences docteurs, 2011,
https://www.google.fr/webhp?sourceid=chromeinstant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8 -
q=Projet+Career,+Compétences+docteurs
VOURC’H, Ronan, « Les doctorants. Profils et conditions d’études », OVE Infos, n°24.

Stage

ES00901V – 24 h – 15 ECTS
Projet professionnel (stage et rapport de stage)
Responsable : Monique Martinez Thomas

Pensée comme l’aboutissement de l’UE ES00805V qui initie les étudiants à un travail en réseau dans
un contexte universitaire (organisation d’un mini-colloque) et les prépare à un stage dans une
organisation non académique de préférence, l’UE 901 a pour objectif d’aider les étudiants à définir

43
un projet pouvant se transformer en mission dans une structure susceptible de les accueillir (Festivals,
Services culturels, Structures artistiques, Maison d’édition, etc.). Ce stage permettra de réfléchir sur
la valorisation de la recherche des étudiants dans le monde socio-économique et culturel et sur la
valeur ajoutée que pourraient constituer leurs compétences dans des structures associatives ou dans
des entreprises.

La première étape est donc une prise de contact avec l’enseignante (Monique Martinez,
monique.martinez@univ-tlse2.fr) afin de déterminer quelques pistes pour la convention de stage. Des
rendez-vous (éventuellement par skype) seront prévus afin de cibler le projet. Vous êtes invité(e) à
vous manifester au plus vite par courriel.

La convention de stage définira un objectif précis avec un cahier des charges incluant : la présentation
de la structure ; les raisons du choix d’un aspect à développer pendant le stage ; le déroulé de la mise
en oeuvre des actions prévues ; le compte rendu de la mission de l’étudiant.

Cette UE donnera lieu à un stage qui pourra se dérouler au semestre 9 ou au semestre 10 et une
validation en fin d'année. Un rapport de stage sera évalué et une note sur 20 sera attribuée.

Ce rapport de stage sera évalué et une note sur 20 sera attribuée.

INITIATION À LA RECHERCHE

L'un des objectifs fondamentaux en Master Recherche est d'initier les étudiant·e·s à une recherche de
qualité dans les domaines hispanique, latino-américain, lusiste et italianiste.
Deux séries d'UE supposent une implication directe des étudiant·e·s dans l'une des 4 équipes de
recherche auxquelles est adossé le Master : CEIIBA, FRAMESPA, Il Laboratorio, LLA-Créatis.

Les UE 801 et 1001 correspondent à la réalisation d'un travail personnel de recherche, encadré par
un directeur ou une directrice. Cette recherche s'intègre dans les orientations définies par l'équipe à
laquelle appartient l'enseignant.e qui assure l'encadrement.

Les UE 804, 904 et 1003 qui favorisent l'insertion, l'implication et la participation progressive des
étudiant·e·s aux séminaires et manifestations scientifique de l'équipe de recherche dans laquelle prend
place son projet.

La première démarche à entreprendre au moment de votre inscription en Master est de formuler un


projet de recherche et de le communiquer aux responsables du master. Et, parallèlement, de prendre
contact avec la personne qui pourra encadrer vos recherches, vous aider à préciser et définir votre
projet.
Les responsables du master et les responsables des équipes de recherche pourront vous orienter et
vous aider à identifier la personne qui pourra vous encadrer, en fonction de votre projet.

44
TRAVAIL DE RECHERCHE

UE ES00801V – 12 ECTS
Travail de recherche : Mémoire
Responsable : Alet Valero

CADRAGE GENERAL

Définition et nature du travail de recherche

Le travail de recherche est préparé dès le début du semestre 7 sous la direction d’un enseignant-
chercheur ou d'une enseignante-chercheuse titulaire appartenant à une équipe ou laboratoire de
recherche de l’UTM. L’étudiant.e décide, en accord avec son directeur, sa drirectrice de recherche,
de travailler sur un sujet donné, en rédigeant un mémoire de recherche qui comprend :

1. Un état de la recherche sur le sujet.


2. Une problématique développée selon plusieurs axes et s’appuyant sur un plan précis.
3. Une première application de l’une des étapes argumentatives et/ou de l’un des points de la
problématique.
4. Une bibliographie en rapport direct avec les deux premières parties.

La longueur moyenne de l’ensemble est d’environ trente pages, hors bibliographie et annexes.
Le mémoire de recherche de Master 2 Recherche prendra comme point de départ ce travail et sera
l’aboutissement de ces prémices, enfin développées.

Dépôt de sujet :
Le dépôt de sujet est indépendant de la procédure d’inscription à l’Université de Toulouse Jean Jaurès.
Il doit être réalisé le plus rapidement possible après l'inscription (au plus tard pour la mioctobre) et
comporter l'avis du directeur ou de la directrice de recherche.

Soutenance :
Le travail de recherche doit être soutenu devant un jury de 2 membres présidé par l’enseignant.e
responsable de la préparation. Le travail de recherche peut être soutenu lors de la session de mai ou
celle de septembre, sans incidence sur la valeur du résultat. Au cas où l’étudiant.e ne pourrait terminer
ce travail en un an, il devra se réinscrire l’année suivante en gardant son sujet. Le dépôt du sujet est
valable pour une année universitaire. Il peut cependant être prorogé pour une année supplémentaire.
Passé ce délai, l’étudiant.e doit déposer une demande de renouvellement de sujet. Il n’est pas possible
de changer de sujet en cours d’année. La soutenance ne pourra avoir lieu que lorsque le directeur
jugera le travail correct. Il pourra demander des modifications tant que le résultat restera insuffisant.
Aucun.e étudiant.e n’est autorisé à soutenir son mémoire de 1ère année de Master s’il n’a pas la
totalité de sa licence. Aucune soutenance anticipée n’est possible.

Critères d’évaluation :
L’évaluation repose sur la valeur « scientifique » du travail : le travail rédigé étant le résultat d’une
recherche méthodique, il doit partir d’une hypothèse de départ, et doit rendre compte de la méthode
utilisée, ainsi que de la documentation ou des sources sur lesquelles il s’appuie. La bibliographie,
notamment, ne doit pas comporter de lacunes importantes par rapport au sujet traité. Les sources
doivent obligatoirement être identifiées et répertoriées. L’étudiant.e doit consulter régulièrement son
directeur, sa directrice de recherche qui le guide dans son travail. Deux critères doivent être respectés
:

45
La qualité du contenu : le travail doit proposer une analyse personnelle, la plus convaincante possible.
La qualité de la langue : ce critère est essentiel pour la note finale. Le Master 1 constitue la quatrième
année du cursus universitaire des études hispaniques, hispano-américaines, lusophones ou italiennes.
Il est essentiel qu’à ce stade, les étudiant.es maîtrisent l’espagnol ou le portugais ou l'italien, et soient
capables de rédiger dans une langue correcte. Les directeurs de recherche lisent le travail au fur et à
mesure qu’il progresse, et signalent les principales faiblesses dans la rédaction. Ils peuvent aider les
étudiant.es à améliorer la langue, mais ils ne peuvent en aucun cas rédiger à leur place. Il peut arriver,
cependant, que le niveau d’espagnol, ou de portugais, ou d'italien de l’étudiant s’avère insuffisant, et
que le travail n’arrive pas à terme, ou qu’un faible niveau de langue entraîne une mauvaise note. Il
faut être conscient du fait que l’inscription en Master 1 en début d’année universitaire ne garantit pas
la réussite finale.

Le problème du plagiat :
Le plagiat est une faute scientifique grave, qui peut avoir des conséquences tout aussi graves pour
son auteur. Il consiste à utiliser des phrases ou des idées exprimées par d’autres auteurs, sans mention
des noms et des sources originales. Toute phrase, toute idée (même reformulée), trouvée dans un
ouvrage, un article, un autre travail de recherche, ou sur internet, doit être clairement signalée comme
telle en note. Le lecteur doit être en mesure de retrouver le passage d’origine grâce aux indications
fournies en note (auteur, titre, édition, page, et éventuellement date de consultation du site internet).
Le respect de ces règles est une question d’honnêteté intellectuelle. Il est normal d’emprunter des
idées à d’autres auteurs, mais il faut le faire dans la transparence, en attribuant correctement ces
emprunts à leurs auteurs. Si un directeur se rend compte qu’un étudiant n’a pas respecté ces règles, il
peut décider de mettre un terme à l’encadrement du travail.

UE ES00111V – 21 ECTS
Mémoire
Responsable : Alet Valero et Marie-Agnès Palaisi

Le mémoire du semestre 10 est la suite et l'aboutissement du travail de recherche amorcé en première


année de master. Le projet de recherche est élaboré en accord avec le directeur ou la directrice qui
doit donner son avis dans le dossier composé pour la demande d'admission dans la 2e année de master.
L'étudiant.e s'engage à rendre compte régulièrement des progrès de sa démarche à la personne qui
encadre sa recherche. Son travail s'inscrit dans les axes de l'équipe à laquelle appartient son directeur
ou sa directrice.

Normes de présentation du mémoire de Master 2 Recherche Études Romanes

Important
Le mémoire de recherche (80 pages, sans les annexes) sera rédigé en français ou en espagnol, en
accord avec le directeur ou directrice de recherche

Généralités - La couverture et la page de titre doivent mentionner le nom de l’université (Université


Toulouse – Jean Jaurès ) et celui de l’UFR (Langues, Littératures et Civilisations étrangères) ainsi
que du Département (Département d’Études Hispaniques et Hispano-Américaines), le type de
mémoire, le nom de l’auteur, la date de soutenance (mois et année), le titre du mémoire, le nom du
directeur de recherche ; - certains directeurs préconisent d’insérer le résumé en français et en anglais
en 4e de couverture ; - le titre doit être précis, il doit être explicite et correspondre exactement au
contenu du mémoire. Le titre définitif doit être décidé en accord avec le directeur de recherche. Le

46
mémoire comportera dans l’ordre suivant : page de titre, remerciements*, sommaire*, liste des
abréviations utilisées*, texte du mémoire, sources et références bibliographiques, glossaire*,
annexes*, table des illustrations*, table des matières. (Les éléments suivis d’un astérisque sont
facultatifs).
Mise en forme - Le format du papier doit être A4 ; - la police choisie doit en taille 12, l’interligne de
1,5 et les marges de 2,5 cm (elles doivent être suffisantes pour permettre une reliure et une
reprographie correcte) ; - le texte doit être justifié (le texte est aligné sur les marges de gauche et de
droite) ; - numérotation de pages: la pagination doit être continue sur l’ensemble du mémoire,
illustrations et annexes comprises, et commencer dès le premier feuillet.
Rdaction et titres
- Le texte du mémoire doit être continu, les phrases ne doivent pas être détachées les unes des
autresmais former des paragraphes équilibrés constituant une unité dans le raisonnement et la
description. Il ne faut pas sauter une ligne entre chaque paragraphe ; - ne pas écrire les noms propres
en lettres capitales, ne pas abuser des majuscules ;
- les mots en langues étrangères et les titres d’ouvrages doivent figurer en italique.
- Pour la numérotation des parties, chapitres et paragraphes, il est recommandé d’adopter
laprésentation décimale selon les divisions et subdivisions. Il est conseillé de ne pas multiplier les
niveaux de titre et de ne pas dépasser quatre sous-divisions ; - les titres doivent être explicites. Il est
conseillé de rédiger des phrases et de ne pas se contenter de mots uniques ou de titres laconiques ;
- toute partie ou chapitre doit commencer sur une nouvelle page.
Citations
- Les citations sont clairement différenciées du texte et identifiés par une note de bas de page ; - si
lacitation est une phrase complète, le point final se place avant le guillemet fermant ; - les points de
suspension représentant une coupure de la citation seront mis entre crochets pour les distinguer de
points de suspension appartenant au texte cité. Si la coupure représente la suppression d’un
paragraphe entier ou plus, le signaler par une ligne entière de points.
Notes - Les notes sont données en bas de la page concernée ; les appels de note doivent être placés
avant toute ponctuation, et précéder le guillemet fermant une citation de phrase ou d’extrait de phrase;
les notes sont numérotées en continu, par partie, et présentées en corps 10 avec interligne simple ; il
est déconseillé d’aller à la ligne dans les notes, d’y introduire des tableaux ou des citations longues.
Pour les rfrences bibliographiques en note de bas de page, utiliser les mêmes codes que ceux
indiqués ci-dessous. Si l’ouvrage cité en note est identique à celui cité à la note précédente, qui se
trouve sur la même page, l’abréviation « Ibid. » (en italique avec un point) peut être utilisée. Si un
même ouvrage a déjà été cité dans le mémoire, on peut se contenter de ne citer que partiellement ses
références, et utiliser l’abréviation « op. cit. » (en italique avec des points). Il est cependant
indispensable de s’assurer qu’il n’y a pas de confusion possible avec d’autres titres. Le numéro de la
page d’où est tirée une citation ou une démonstration doit toujours être précisée (p. -).

Tableaux, graphiques, cartes et illustrations


- Ils peuvent être présentés dans le cours du texte ou rassemblés en annexe, à la fin du mémoire ; les
tableaux sont numérotés, accompagnés d’un titre et d’une légende très explicites ; - ils doivent
généralement être évoqués dans le texte lui-même et servir à une meilleure compréhension du
raisonnement. Ils doivent dès lors être particulièrement lisibles.
- Les sources et les références bibliographiques sont présentées après le texte principal et avant
lesannexes. Elles sont classées par ordre alphabétique d’auteur. - pour les sources, on présente
généralement les sources éditées en premier lieu puis les sources inédites.
- il est parfois conseillé de classer les références bibliographiques par thèmes (une demi-douzaineau
maximum) ; discutez-en avec votre directeur de recherche. - pour la présentation des références
bibliographiques, il est essentiel d’adopter la même présentation tout au long du mémoire.

47
- les différents éléments des références sont séparés par des virgules. Ne pas oublier le point à la finde
chaque référence.
La bibliographie des ouvrages cits comprendra dans l’ordre suivant : - le nom de l’auteur (en
majuscules ou non) - le prénom entier (entre parenthèses ou non) - le titre de l’ouvrage (en italique)la
ville d’édition - l’éditeur - l’année d’édition - éventuellement l’importance matérielle (nombre de
volumes, nombre de pages) - éventuellement la collection (nom et numéro entre parenthèses). S’il
s’agit d’un article dans une revue : - le nom de l’auteur (en majuscules ou non) - le prénom entier
(entre parenthèses ou non) - le titre de l’article ou de la contribution (entre guillemets) - le titre de la
revue ou de l’ouvrage (en italique) - la désignation du fascicule (tome, numéro...) l’année d’édition -
la pagination de la partie. S’il s’agit d’une contribution à un ouvrage collectif : le nom de l’auteur (en
majuscules ou non) - le prénom entier (entre parenthèses ou non) - le titre de la contribution (entre
guillemets)- le nom des auteurs principaux (dir.) ou de l’éditeur de l’ouvrage (éd.) - le titre de
l’ouvrage (en italique) - la ville d’édition - l’éditeur - la date d’édition - la pagination de la partie -
éventuellement la collection (nom et numéro entre parenthèses) - Le prénom peut être réduit à l’initial
à condition que cela n’entraîne pas de confusion quant à l’identité de la personne ; - lorsqu’il y a
plusieurs noms, le nom qui apparaît avec le plus d’évidence doit être donné en premier. Lorsque deux
ou trois personnes se partagent la responsabilité principale de l’œuvre, les deux ou trois noms sont
donnés ;
- lorsqu’il y a plus de trois noms, il suffit d’indiquer les deux ou trois premiers. Les autres noms
peuvent être omis, et dans ce cas, l’abréviation et al. (et alii) est ajoutée après le dernier nom ; dans
les titres d’ouvrages et les noms d’institutions, seul le premier substantif prend une majuscule, ainsi
que l’adjectif s’il est placé avant ;
Annexes
- Toute annexe doit être annoncée par le texte principal. Dans les annexes peuvent être données des
informations plus détaillées, une explication plus longue des méthodes et techniques résumées dans
le texte, la transcription ou la reproduction de documents ainsi que toute information qui n’est pas
essentielle à la compréhension du texte principal ;
- les annexes doivent être numérotées ; - chaque annexe doit commencer sur une nouvelle page.
Glossaire
- Les termes qui demandent une explication et qui sont fréquemment employés dans le mémoire
peuvent être regroupés dans une rubrique « glossaire », placée après les annexes. Table des
illustrations
La table des illustrations (tableaux, graphiques, cartes et illustrations) doit précéder la table des
matières et donner la liste de toutes les illustrations, dans l’ordre où elles apparaissent dans le texte.
Cette table doit donner la numérotation de l’illustration, son titre et le numéro de la page, ainsi que la
source dont elle est issue.
La Table des matières
La table des matières est la liste des titres de chapitres (divisions et subdivisions avec leur numéro),
accompagnés de leurs numéros de page. Le sommaire est un résumé de la table des matières ; - un
sommaire est éventuellement placé au début du mémoire, après la page de titre et les remerciements
;- la table des matières est placée à la fin du mémoire, après la bibliographie et la table des
illustrations.

48
SÉMINAIRES D'ÉQUIPE
Chacune des équipes de recherche auxquelles est adossé le Master Études romanes communiquera à
la rentrée le programme de ses séminaires et Journées d'Études que l'étudiant·e pourra valider dans
son parcours au moyen des fiches qui attesteront de son parcours. Chaque UE fera l'objet d'une
évaluation à partir du ou des comptes rendus remis par l'étudiant·e. Sa participation aux séminaires
pourra également être évaluée au moment de la soutenance du mémoire.

UE 804

IT00804V Séminaire Il Laboratorio 2


Responsable : Jean Luc Nardone
ES0B804V Séminaire CEIIBA 2
Responsable : Sylvie Baulo
ES0C804V Séminaire LLA-Cratis 2
Responsable : Emmanuelle Garnier
ES0D804V Séminaire FRAMESPA 2
Responsable : Françoise Gilbert

UE 904

IT00904V Séminaire Il Laboratorio 3


Responsable : Jean Luc Nardone
ES0B904V Séminaire CEIIBA 3
Responsable : Emmanuelle Guerreiro
ES0C904V Séminaire LLA-Cratis 3
Responsable : Monique Martinez
ES0D904V Séminaire FRAMESPA 3
Responsable : François Godicheau

UE 1003

IT00113V Séminaire Il Laboratorio 4


Responsable : Jean Luc Nardone
ES0B113V Séminaire CEIIBA 4
Responsable : Cécile Trojani
ES0C113V Séminaire LLA-Cratis 4
Responsable : Emmanuelle Garnier
ES0D113V Séminaire FRAMESPA 4
Responsable : Solange Hibbs

49
DIRECTRICES ET DIRECTEURS DE RECHERCHE

ARIZALETA Amaia, PR
CEIIBA (EA 740)
Littérature et culture médiévales hispaniques
amaia. arizaleta@univ-tlse2.fr

ARROYO Encarnación, MCF


OCTOGONE-JACQUES LORDAT (EA 4156)
Didactique de l’espagnol earroyo@univ-tlse2.fr

BAULO, Sylvie, MCF


CEIIBA (EA 740)
Littérature et civilisation XIXe siècle Espagne baulo@univ-tlse2.fr

BEZIAT, Florence, MCF


FRAMESPA (UMR CNRS 5136)
Théâtre (XVIIe siècle) beziat@univ-
tlse2.fr

CAZALBOU, Renaud, MCF


CEIIBA (EA 740).
Linguistique.
renaud.cazalbou@univ-tlse2.fr

CONTEL, Jos, MCF


CEIIBA (EA 740).
Religion et pouvoir de la Mésoamérique précolombienne. Sources préhispaniques et chroniques (XVIe et
XVIIe).Nahuatl-espagnol
jose.contel@orange.fr

CORRONS, Fabrice, MCF


Españ@31/LLA-Créatis (EA 4152).
Langue(s), histoire et culture dans les Pays Catalans (Catalogne, Pays Valencien et Iles Baleares), arts de la
scène espagnols actuels, politique et gestion culturelle dans l’Espagne contemporaine, didactique des langues,
traduction et plurilinguisme.
fabrice.corrons@gmail.com

CROIZAT-VIALLET, Jean, MCF


FRAMESPA (UMR CNRS 5136)
Littérature spirituelle et ascétique, prédication du Siècle d’Or
jean.croizat-viallet@univ-tlse2.fr

COURAU, Thrèse, MCF


CEIIBA (EA 740)
Littérature latino-américaine, analyse du discours, études genre
therese.courau@club-internet.fr

50
ESTRADE, Christian, MCF
CEIIBA (EA 740)
Littérature latino-américaine, XXème/XXIème, genres littéraires, littérature et politique, journaux d’écrivains
cestrade@univ-tlse2.fr

GARNIER, Emmanuelle, PR
Españ@31/LLA-Créatis (EA 4152).
Théorie et pratique du théâtre espagnol contemporain ; retour du tragique ; dramaturges femmes ; adaptations
contemporaines de pièces classiques ; performance ; danse-théâtre
garnier@univ-tlse2.fr

GAUTREAU, Marion, MCF


FRAMESPA (UMR CNRS 5136)
Histoire de la photographie, Analyse d’image (fixe, cinématographique), Histoire du Mexique (XIXe-XXIe)
marion.gautreau@yahoo.com

GILBERT, Françoise, PR
FRAMESPA (UMR CNRS 5136)
Théâtre classique (XVIème et XVIIème siècles), comedias, tragédies, autos sacramentales.
gilbert@univ-tlse2.fr

GONZÁLEZ FERNÁNDEZ Luís, MCF


FRAMESPA (UMR CNRS 5136)
Démonologie. Spectacle. La Bible et le Théâtre. Civilisation moderne. Toulouse et l’Espagne : réseaux de
communication et échanges aux XVI-XVIIème siècles. Chroniques franciscaines
luis.gonzalez@univ-tlse2.fr

HIBBS, Solange, PR
Españ@31/LLA-Créatis (EA 4152).
Histoire des idées et des représentations culturelles au XIXe siècle, histoire de l’Eglise (XIXe et XXe siècles),
traductologie.
solange.hibbs@wanadoo.fr

LESBRE, Patrick, PR
CEIIBA (EA 740)
Métissage culturel. Mexique préhispanique et colonial. Chroniques. Manuscrits pictographiques (codex).
Aztèques. Nouvelle Espagne. Noblesse indienne.
tezcocop@gmail.com

MARTINEZ THOMAS, Monique, PR Españ@31/LLA-Créatis


(EA 4152).
Ecole des dispositifs. Théâtre et informatique. Arts et sciences. Art et santé (art thérapie, message de santé).
Nouveaux dispositifs de recherche.
monique.martinez@univ-tlse2.fr

MARY-TROJANI Cécile, MCF CEIIBA (EA 740)


Littérature et civilisation XVIIIe siècle.
Ecriture de l’intime : littérature épistolaire, romans sentimentaux, autobiographies.
cecile.trojani@wanadoo.fr

MÉGEVAND, Sylvie, PR
FRAMESPA (UMR CNRS 5136)

51
Art hispano-américain (XIXe et XXe siècles) ; Lithographie ; iconographie costumbrista (Cuba, Mexique) ;
Histoire de Cuba et de La Havane (XIXe-XXe siècles) ; culture cubaine ; patrimoine matériel et immatériel
hispano-américain ; représentations.
s.megevand@free.fr

MENDIBOURE, Jean-Michel, MCF


FRAMESPA (UMR CNRS 5136)
Iconographie classique.
jean-michel.mendiboure@univ-tlse2.fr

PALAISI, Marie Agnès, PR


CEIIBA (EA 740) Littérature, Mexique-, XX-XXIe, femmes,
études de genre, philosophie.
marobert@univ-tlse2.fr

PERES, Christine, PR
Españ@31/LLA-Créatis (EA 4152).
Roman espagnol contemporain (XXe-XXIe siècle). Littérature pour enfants. Relations texte/image. Bande
dessinée, roman graphique.
cperes@orange.fr

PEREZ BAZO, Javier, PR


CEIIBA (EA 740)
Littérature espagnole contemporaine, Avant-garde (narrative, poésie, essai), littérature du XXème siècle,
Théorie de la littérature, Poésie et prose de la Génération du 27, Baroque, Mouvements d’Avant-garde, Genres,
métrique et rhétorique.
javier.perez-bazo@univ-tlse2.fr

PERISSAT, Karine, MCF


Pérou colonial, créoles, créolisme, festivités civiles vice-royales, représentations des Incas dans la peinture
coloniale ; découverte de la faune du Pérou.
karine.perissat@free.fr

RAYNIE, Florence, MCF


FRAMESPA (UMR CNRS 5136)
Prose XVIIème siècle : roman, nouvelle, Lope de Vega.
Littérature de jeunesse : réécritures, adaptations des classiques.
flo.raynie@netcourrier.com

RODRIGUEZ, Teresa, MCF


FRAMESPA (UMR CNRS 5136)
Théâtre et religion (XVI-XVIIème siècles).
teresarodriguez31@gmail.com

ROSE, Sonia V., PR


FRAMESPA (UMR CNRS 5136)
Civilisation de l’Amérique Latine (époque moderne et contemporaine). Intellectuels, écriture et pouvoir en
Amérique Latine (époque coloniale jusqu’à nos jours)
srose@univ-tlse2.fr

RUIZ, Hctor, MCF CEIIBA


(EA 740)

52
Cinéma latino-américain, cinéma et littérature, analyse filmique.
sagitruiz@hotmail.com

SILANES, Christine, MCF


CEIIBA (EA 740)
Image et contre-image. Civilisation des XVIIIème, XIXème et XXème siècles. Récits de voyage.
silanes@univ-tlse2.fr

SORIANO, Michèle, PR
CEIIBA (EA 740)
Littérature ibéro-américaine. Cinéma hispano-américain. Études genre. Sociocritique. Genres Littéraires.
Fantastique et Science Fiction.
soriano.michele@yahoo.fr

SUÁREZ, Modesta, PR
FRAMESPA (UMR CNRS 5136)
Poésie hispano-américaine contemporaine (aire andine, Cuba, Mexique), témoignage, rapports texte-image.
modestasuarez@yahoo.fr

SURBÉZY, Agnès, MCF


Españ@31LLA-Créatis (EA 4152).
Espagne contemporaine : théâtre et cinéma, post-modernité, traduction, surtitrage, sous-titrage.
agnes.surbezy@gmail.com

VALERO Alet, PR
CEIIBA (EA 740)
Civilisation de l’Espagne contemporaine
Républicains espagnols, exil et culture du voyage.
alet.valero@wanadoo.fr

YANNOPOULOS Alexis, MCF


yannopoulos@gmail.com
CEIIBA (EA 740)
Littérature latino-américaine, Science Fiction, Études genre

53
Master Recherche ÉTUDES ROMANES
Fiche UE 804

Nom patronymique : Prénom :


né(e) le : / / Téléphone : Email
Adresse :
N° étudiant : Boursier : □ oui □ non
Inscription en 2 ans (pour les salariés uniquement) : □ oui □ non

Spécialité Équipe Code UE Intitulé Enseignant Note


Études hispaniques
Études
hispano-américaines
Études Italiennes
Études lusophones

Parcours UE Séminaire 804


(S : séminaire d’équipe / Je : journée d’étude / Cl : colloque / Cf : conférence)

Intitulé de Date de la Responsable


Type de la Équipe manifestation Horaire de la Compte
manifestation manifestation organisatrice (début et fin) manifestation : rendu
signature

Suivi du mémoire

Titre du mémoire Nom du directeur de recherche Note du Compte rendu

Date et signature du responsable :

54
Master Recherche ÉTUDES ROMANES
Fiche UE 904

Nom patronymique : Prénom :


né(e) le : / / Téléphone : Email
Adresse :
N° étudiant : Boursier : □ oui □ non
Inscription en 2 ans (pour les salariés uniquement) : □ oui □ non

Spécialité Équipe Code UE Intitulé Enseignant Note


Études hispaniques
Études
hispano-américaines
Études Italiennes
Études lusophones

Parcours UE Séminaire 804


(S : séminaire d’équipe / Je : journée d’étude / Cl : colloque / Cf : conférence)

Intitulé de Responsable
Type de la Équipe Date de la Horaire de la Compte
manifestation manifestation organisatrice manifestation (début et fin) manifestation : rendu
signature

Suivi du mémoire

Titre du mémoire Nom du directeur de recherche Note du Compte rendu

Date et signature du responsable :

55
Master Recherche ÉTUDES ROMANES
Fiche UE 1003

Nom patronymique : Prénom :


né(e) le : / / Téléphone : Email
Adresse :
N° étudiant : Boursier : □ oui □ non
Inscription en 2 ans (pour les salariés uniquement) : □ oui □ non

Spécialité Équipe Code UE Intitulé Enseignant Note


Études hispaniques
Études
hispano-américaines
Études Italiennes
Études lusophones

Parcours UE Séminaire 804


(S : séminaire d’équipe / Je : journée d’étude / Cl : colloque / Cf : conférence)

Intitulé de Responsable
Type de la Équipe Date de la Horaire de la Compte
manifestation manifestation organisatrice manifestation (début et fin) manifestation : rendu
signature

Suivi du mémoire

Titre du mémoire Nom du directeur de recherche Note du Compte rendu

Date et signature du responsable :

56